AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 20 sur 21
Londres - Big Ben
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor

Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Josephine Campbell, Dim 15 Avr - 21:41


Il pensait que ce qui comptait la tout de suite à ses yeux, c'était de lui soutirer des informations ? Pas du tout. Elle cherchait juste un moyen d'atténuer sa peine et de lui faire comprendre que rien de tout cela n'était sa faute. Cependant, il semblait être déterminé à ne pas s'étendre sur le sujet...

Lorsqu'il se mit à rire, Jo se sentit légèrement bête. Elle avait dit une ânerie ? À son sens oui. Il ne se qualifiait pas comme étant quelqu'un de bien. Selon lui, elle n'avait pas connaissance de toutes les facettes de sa personnalité. Il la qualifia de "lumineuse" ce qui donnait un peu le ton sur ce qu'il ressentait pour elle.

Daemon la pensait peut-être innocente et novice en matière de sentiment. Il n'avait peut-être pas entièrement tors... cependant, la description de ce qu'il éprouvait pour elle ressemblait étrangement à ce qu'elle ressentait pour Louis. C'était quelque chose de fort qui prenait possession de l'être tout entier. Plus rien n'était sous contrôle.

Jo n'en fit pas part son cousin là. Tout d'abord parce que là, il n'était pas question d'elle, mais de lui et aussi parce qu'il semblait la trouver encore bien ingénue. Comparé à lui sans doute... il avait l'air d'avoir beaucoup plus d'expérience. Cependant, il semblait la sous-estimer à ce sujet. Cela l'agaçait aujourd'hui... mais un jour elle lui montrerait qu'il s'était entièrement trompé sur son compte.

En tout cas, mine de rien, il s'était plus confié qu'elle ne l'aurait cru. C'était de lui qu'il avait peur. Il avait peur de faire du mal à cette fille de ne pas être assez bien pour elle. Soit, elle n'avait pas toutes les clefs en main, mais ce n'était pas un monstre non plus...

Jo ouvrit la bouche, mais n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'elle entendit son père crier son nom ainsi que celui de Daemon.
Qu'est-ce qu'elle pouvait ajouter au final à ce qu'il venait de dire ? De toute façon, ce qu'elle pensait de lui...il semblait qu'il ne soit pas d'accord.

- Je ne suis pas au courant de tout, mais... je suis persuadée que tu as une fausse image de toi...

Encore une fois, son père venait de crier leur nom.

- OUiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, on descend!!

Jo se mit debout.

- Je crois qu'on devrait y aller sinon ils vont nous envoyer les Aurors...
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Daemon Stebbins, Dim 15 Avr - 22:13






Repas en famille...

Josephine Campbell
Daemon Stebbins

“La famille est l'école de sympathie, de plaisir et de douleur en commun. ”


Je ne voulais pas la contrarier surtout que visiblement la soirée touchée à la fin vu comme le père de Joséphine nous appelait. Joséphine avait été protéger dans la lumière depuis toujours. Tandis que moi, j'avais plongé dans les affres de l'obscurité dès ma quatrième et en prime de ma propre volonté. Et cela avait des conséquences auxquelles je devais faire face aujourd'hui encore. Et je savais que si je lui racontais, je devrais aussi le faire pour Aria ou Loredana. Et cela je n'étais pas prêt avoir leur déception sur leur visage. Je n'étais pas prêt qu'elle découvre mon obscurité et comment j'avais pu blessé moralement une jeune fille qui ne demandait qu'à m'aimer alors que je n'étais pas capable de lui rendre ses sentiments que je lui avais volé quelque chose de précieux qui ne pouvait ni se retrouver ni se restaurer.

- Un jour peut-être, je te dévoilerai cette partie. Mais je n'y suis pas prêt pour le moment car il n'y aura pas que toi que je devrais affronter la-dessus.

Une nouvelle, nous avions été appelés et Jo avait répondu que nous descendions. Je lui répondais alors :

- Parfait, je pourrai commencer ainsi plutôt mon apprentissage. Ce ne serait pas merveilleux ?

En guise de réponse, j'avais eu le droit à un coup dans l'épaule.

- Ok, je dis plus rien.

A ce moment, je passais mon bras sur les épaules de ma cousine et l’entrainais vers la porte de sa chambre. Dans quelques minutes, je savais que je quitterais sa maison. Résultat de la soirée : complicité entre nos pères et réconciliation entre cousins. Pas mal, n'est-ce pas ?

Les au-revoirs furent simples et promesse de refaire un diner chez nous cette fois avait été prise. J'embrassais Jo sur la joue, serrais la main de son père et faisait un signe de tête à sa mère. Et c'était ainsi que nos familles se séparèrent...


(Fin du rp pour nous deux. Merci cousine ^^)
Code Daemon

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Dim 29 Avr - 14:45



Quand l'oubli se rappelle



Pv 91


La danse des aiguilles géantes dans les mirettes pendant trop longtemps commençait à forcer à une pause. Le soleil avait pris la fuite illuminant le cadran temporel Londonien. L'air s'était rafraîchi et les passants raréfiés. Et elle, elle n'avait pas bougé depuis son arrivée. Assise en tailleur sur le carré de verdure abîmé par les pieds des touristes. Les brins d'herbes chatouillaient ses mollets nus dans l'indifférence la plus complète pendant que les doigts continuaient machinalement à pigmenter le grain de papier. Les pensées filaient dans tous les sens, tachant d'encre la chair et les ongles plus que le bloc de dessin. Instant salvateur où le monde entier était en pause quelques heures. Mais jamais assez.

Les membres engourdis, un lourd bâillement accompagnait les mouvements de la gamine. La sensation désagréable de milliers de petites fourmis rouges s'était invitée sur les dernières pointes de couleur posées sur le croquis. Elle s'étirait tel un chat sortant de sa torpeur, se laissant parcourir par un frisson hérissant tous les poils de ses bras. Retour à la réalité : il faisait nuit depuis longtemps, son bout de nez commençait à geler. L'obligation de retourner au château chuchotait à son esprit alors que le refus de se plier à ce petit règlement martelait déjà sa bride de bonne volonté. Il était trop tôt pour aller se coucher. Tout simplement.

Le regard fatigué cherchait un justificatif à trainer. Juste un peu, un tout petit peu plus. La lune d'argent était ronde et belle, ses compagnes scintillantes dansaient lentement. Parfait spectacle onirique qui aurait pu inspirer de nouvelles esquisses ou une simple balade le long de la Tamise si l'humeur le permettait. Mais quelque chose manquait, quelque chose qui illuminait la nuit bien plus que les astres stellaires. Ce petit quelque chose particulier qui avait apaisé son être ces derniers mois, assagie sa colère habituelle et son profond dégout pour la nature humaine. Sans, le manque avait commencé à se manifester, trainant les pas discrets toujours un peu plus longtemps, un peu plus souvent dans l’avancée de la nuit. Un faible écho de perdition, sans que ce soit réellement ça. Il manquait juste un détail insignifiant, un tout petit : la présence d’une étoile dans un ciel parsemé de ces comparses illusoires. Rien de plus.

Pourtant, le vide si durement trompé se faisait ressentir un peu plus chaque nuit, les cauchemars peuplaient de temps à autre ses nuits, et la peur de dormir revenait à chaque dernier cours au château. Les solutions illusoires capables de tromper ce qui demeurait enfoui avait disparu, et contrairement aux souvenirs, ne semblaient vouloir revenir. Ce soir encore, il faudrait tromper la crainte de la perte d’un être lumineux dans une flaque carmine d’une manière ou d’une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Mangemort 91, Lun 30 Avr - 22:09


C'était étonnant comme il suffisait d'un rien pour changer le quotidien; Parce que les 442 murs d'Hollow étaient toujours les mêmes. Nous en savionsquelque chose, pour avoir passé un nombre certain de nuits à y déambuler contre vents et marée invisible. Mais Hollow offrait un accueil bien moins sombre que ce à quoi l'on pouvait s'attendre, et l'alcool pouvait parfois y couler à flots ce qui aidait la pilule des rondes solitaires dans la nuit à passer.

Ce soir encore les lieux étaient déserts. Chacun était retourné à ses occupations alors que dans une pièce nous avions retrouvé le portrait d'un ancien mangemort, un certain Mangemort 26. Il avait un quelque chose d'assez majestueux avec son masque et sa cape. Quelque chose qui en jetait. Mais nous nous ennuyons terriblement, et le respect des anciens n'était pas vraiment notre fort. Alors nous eûmes  vite fait de poser le portrait à quelques pas, et de commencer à y lancer nos fléchettes. 28 nous manquait mais les fléchettes étaient restées l'une de nos habitudes. Alors nous décrétions un quota de points en fonction de la partie du portrait que nous avions pu toucher, et ce fut seulement après trois parties gagnées contre nous même que nous nous décidions à s'occuper de nos tâches du soir. Nous avions fait suivre une jeune femme qui nous devait des informations depuis un certain temps et Brutus eut rapidement fait de nous révéler son emplacement.

Nous y fûmes en un CRAC sonore.

Quelques pas seulement nous séparait d'elle, masque vissé au visage, presque par cette sensation d'ancrage dans la chair. Seuls quelques moldus s'étonnaient encore de notre présence. Mais le masque passait de plus en plus inaperçu, sûrement l'un des avantages des grandes villes où l’excentricité va de pair avec la mise de côté. Alors face à elle nous étions grandioses. Nous la surplombions de toute notre taille. Et les mots furent sans appels.

« Tu nous dois quelque chose. »   
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Lun 30 Avr - 23:21



Quand l'oubli se rappelle



Pv 91

Les mouvements un peu plus loin passaient inaperçus à l’œil perdu dans le vide. Il cherchait, aveugle au reste du monde, quelque chose pour tromper les pensées récalcitrantes nocturnes. Un moyen de se mentir, de faire semblant, de faire comme si rien n’avait jamais vraiment changé, même pas les badauds qui chuchotaient en retournant vivement. Pourtant, quelque chose avait changé, la lumière artificielle s’était fanée, découpant une silhouette, haute, imposante, dont la simple vision attira le regard et stoppait la respiration. Pas de place aux doutes, ni aux interrogations, la voix qui s’élevait abruptement lui tordait l’estomac, imposant souvenirs et devoirs d’obligation quémandés.

Les méches blondes ne bougeaient pas, scrutant une seconde, bien trop longue, l’Ombre vivante qui lui faisait face. Pas besoin de plus de paroles, pas besoin de rafraichir son esprit, elle savait parfaitement ce qu’il venait chercher. Elle avait menti, mystifié son intérêt envers un autrui à l’origine inconnu, pour s’atteler à la tâche. Du temps partagé avait été nécessaire pour soutirer une information insuffisante, incomplète. Là était le principal souci, dont la pleine conscience enserrait désagréablement le palpitant pourtant au chant encore calme.

« Bonsoir »

Un signe de tête discret, une inclinaison respectueuse, le regard baissé même juste pour effectuer de simples salutations ravivant leur première rencontre. Le gout du fer dans la bouche semblait coller à son palais, les images imposées par la peur viscérale toujours latente se frayaient un chemin insidieux dans ses pensées, retournant ses entrailles, forçant un bref instant de pause pour le surpasser. Une longue inspiration douloureuse en glissant les opales sur le masque pour former des mots qui ne plairaient pas.

« Effectivement... »

La déglutition s’était faite pénible, mais se dérober, se chercher des excuses ou demander du temps supplémentaire ne faisait partie des options existantes. La gamine, abandonnant insouciance et candeur usuelle, s’en doutait. Son allégeance prononcée avait été teintée de désir de vouloir se rendre utile, de ne pas devenir une déception à cette main qui lui avait été tendue. Mais ce soir, ce ne serait pas sous les traits de la bonne élève qu’elle apparaissait. Elle le savait… Mais ne se dédouanerait malgré les répercussions possibles.

« Je n’ai qu’une seule certitude à vous offrir. Il n’est pas un de vos soutiens. Mais qui de la fausse lumière, ou des oiseaux de feu il suit, je n’ai pu en obtenir l’information à l’heure actuelle… »

Aucun regard fuyant, aucune requête pour qu’une seconde chance lui soit offerte. Rien de tout ce qu’un réflexe pitoyable de survie aurait pu pousser à faire ou dire. La gosse, réaliste, l’estomac retourné, attendait juste la sentence de la confirmation de la perte de temps qu’elle était devenue après cet aveu. Les interstices fixés sans ciller, la mâchoire serrée pour s’empêcher de parler plus, elle attendait après le son qui s’extirperait de ce masque sans émotion. Supplice de l’attente, où le temps semblait pour une fois se rallonger, la torturant un peu plus à chaque battement de cœur raisonnant dans sa poitrine…. Avoir partiellement échoué n’était pas une alternative qu’elle avait acceptée elle-même. Alors, lui, ou elle, derrière ces traits de visage impassible… La conscience, habituellement mise à silence, préférait ne même pas y penser, et restait bien calfeutrée dans son coin, attendant également la condamnation de son être…
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Mangemort 91, Mar 8 Mai - 11:32


Il existe en psychologie de l'enfant une théorie concernant un triangle bourreau-sauveur-victime qui affirme qu'il faut passer par toutes les étapes pour parvenir à se créer sa place. L'autre nous était victime des autres, mais une fois le masque enfilé, nous devenions le sauveur -par nos mots, nos idées, nos violences- mais aussi le bourreau. Parce que si il y a quelque chose que détestions par dessus tout, c'était assurément la déception que nos partisans semblaient s'amuser à susciter chez nous ces derniers temps. Et celle qui nous faisait présentement face n'avait pas dérogé la règle. Ce soir nous revêtions le costume de bourreau par la force des choses.

Peter McKinnon n'était donc pas l'un de nos soutiens, s'en était certain. Parce que nous nous étions maintes et maintes fois brûlé les mains sur son visage sans qu'il ne nous accorde à aucun moment que nos idées valaient la peine d'être écouté. Il n'y avait rien de nouveau, nous voulions ses allégeances.  Et la jeune femme avait échoué. Platement. Alors nous secouions la tête de droite à gauche, claquant légèrement la langue de désapprobation. La situation ne nous plaisait pas, mais nous ne pouvions laisser quelqu'un échouer impunément, que nous l'aimions bien ou non. Et elle ne dérogeait pas à la règle. Alors une main sur l'épaule un peu ferme pour enchaîner sur un « Merci pour les informations que tu as récolté » tout en nous glissant derrière elle et lui glissant dans le creux de l'oreille « Malheureusement ce n'est pas suffisant et nous avons pour principe de ne jamais laisser partir une alouette sans lui avoir plumé la tête. » Le #Terrorim parti seul, doublé d'un #Vicero. Parce que « Ne t'avises plus jamais de nous faire perdre notre temps »    
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Dim 13 Mai - 17:18



Quand l'oubli se rappelle



Pv 91


Le reflet de lune réverbérant un mouvement de tête négatif glaçait les sangs, l’imprimant dans les mirettes, épousant la rétine plus douloureusement qu’une sentence impulsive du bout de la baguette punisseuse, pour éveiller une réalité tristement connue... Elle devenait, sous son regard de carbone, une déception, une de plus…  La giflant sans un geste pour son incapacité à agir quand la nécessité s’éveillait, tordant insidieusement le palpitant face à la danse du masque lisse uniforme. Un souffle coupé, les iris fixées. Comme lors de la rencontre première, comme quand dans ses bras, s’affichait son impuissance dégoulinante... Une fois de plus...  Elle n’avait pas voulu d’une telle conclusion, un tel rappel, pas si tôt, pas après avoir voulu être utile à ses yeux, pas alors qu’il l’avait relevée de ses larmoiements enfantins... Elle voulait juste s’élever ne serait-ce qu’un peu à ses yeux, qu’il y voit autre chose qu’un débris de vie sans intérêt, juste être digne de valeur dans les opales d’un autrui… cet Autrui.. De façon réelle…. Pouvoir le voir, le sentir, juste pour répondre à ce vide qui ne l’avait jamais vraiment quittée… Juste être autre chose qu’inconsistance…

….Petite poupée …

Et la réalité burlait l’estomac, étouffait les pensées primaires hurlants au pardon, plongeant en apnée violente la gamine au premier contact trop appuyé sur son épaule. Le sursaut contenu contractait tous les muscles un à un, vissant les opales troublées sur les feintes seules pour ne pas se disperser, pour faire face à la déception qu’elle était devenue. Ne pas fuir, ne pas ciller, juste fermer les yeux au murmure glissé à son oreille, inspirer profondément en serrant les dents et les poings quitte à s’enfoncer les ongles dans la chair, et… Attendre... Devenir un oiseau perdant ses plumes et les laisser tomber… une à une…. Les regarder s’entacher de sang, d’effluve de fer et relent de nausée, puis glisser lentement, trop lentement jusqu’au bitume d’ébène… S’érafler les phalanges, bleuir les genoux, à nouveau…

… brisée...

Pas de claquement de langue, pas de sifflement perfide ou de rire mesquin, juste les mains glacées de la peur s’étirant toujours un peu plus dans son cerveau, imposant ces images, toujours les mêmes plus fortes, plus acres, plus amères, impossibles à faire taire pendant que tripes et boyaux se déversaient en un tapis gluant entre ses doigts écartés, lacérant sa trachée. Les cauchemars reprenaient vie, jamais oubliés, que partiellement occultés, enfermés dans un recoin de son être, se manifestant timidement quand le sommeil la gagnait. Libérés de leurs cages éphémères, teintant d’ombres et de carmins la moindre tentative de pensée. Le noir, le vide, les pleurs, encore…Le gout du sang dans sa bouche, la chute violente de ses entrailles enlaçant à chaque seconde un peu plus son esprit, en amant gourmant d’obtenir toujours plus, encore…. Et ce gouffre, vibrant, vivant au creux de ses entrailles depuis toujours, lâché sans laisse, les griffes aiguisées, transperçant les brides de lueurs désespérées…. La lutte vaine, enchainée par l’acception de l’échec, lâchait prise avant même d’avoir essayé….

…échouée..

Les tremblements incontrôlables revêtaient un nouveau manteau de charbon collant à la peau, secouant la moindre parcelle d’entrailles illusoirement épargnée. La douleur de la perte, de l’inconsistance dans leurs habits d’apparat, susurraient amoureusement au vide dévorant qu’ils resteraient là… toujours…. A lui tendre la main au moindre échec, à l’enlacer au moindre oubli, jusqu’à l’étourdissement, jusqu’au dégout viscéral de soi et de... toute trace de lumière… c’était vain, l'abandon en seule solution, car la faible flammèche précieuse avait déjà noyée son existence dans cette bride de passé, de vérité cachée insupportable, défilant comme un film sans fin…  Toujours ces longues mèches blondes teintées d’écarlate aveuglant s’étalant sans fin, sur ses mains, ses bras, sur la moindre brume de son âme, tatouant plus profondément les cicatrices de l’enfance perdue, brouillant le moindre sens en éveil ….

… abandonnée…

Des sanglots étouffés dans les vomissements, devenus réels, hurlaient silencieusement à la bienveillance des étoiles chéries aux affections égoïstes. Tentative de s'en remettre à l'une d'entre-elles. Lui adressant inconsciemment son appel, son cri muet, pour lui permettre de supporter, d'accepter, d'embrasser cette scène ridicule se jouant sans fin…. Lucy ne pouvait lui être arrachée encore et encore sous ses yeux, son cœur ne pouvait être extirpé de sa poitrine encore et encore, écrasé inlassablement entre les doigts longs de la terreur... Sa robe ne pouvait devenir reflet de la lune de sang encore et encore, ses larmes ne pouvaient créer encore et encore des torrents de diamants sur ses joues... Ses remords devaient finir un jour ou l'autre, comme le frottement de ses ongles crissant sur le bitume appelant au réveil désespéré par une seconde douleur, abrupte… et pourtant… rien ne changeait, rien ne bougeait, petite fille prisonnière d'une toile d'acier, incapable de sortir seule des sillions de la douleur déjà dessinés, déjà tout tracés par une première étreinte de ténèbres toujours conservée… lanières d'ombre invisible resserrant toujours un peu plus cette suffocation, cette asphyxie de  Conscience abandonnée…

.. Face à elle-même...

… Elle était là elle aussi... Conscience déchirée, bâillonnée, demandant grâce pour elle et son conjoint Colère rageant de ne pouvoir arracher les liens émoussés de la peur.... Il suffisait de faire attention à ce tout petit détail, à apercevoir les signaux qu'ils jetaient discrètement en cœur, à flirter dangereusement avec l'envie de disparaître, s’enrouler autour d’elle, l’enlacer, lui souffler que l'amour était la maîtresse fidèle de la haine, lui promettre cette dernière, l'agripper dans un dernier relent de nausée et la laisser mener la danse... il suffisait d'attraper au vol ce détail flottant dans l’air...  Juste le voir, le sentir… Lui, cet arrière-gout étrange de déjà vu mêlé au reste de bile crachée. Ce disque rayé chantonnant derrière les cris assourdissants, cette piqure de rappel aux contours soudainement visibles... Les quais détrempés, la pulpe des doigts fondue dans le sol, les hurlements dans sa tête, l’envie d’abandonner, de se venger, de se relever, de ne pas en finir là… ce n’était pas la première fois…. Conscience enfermée soufflait encore et encore avec peine quelques mots, priant pour déchirer cette prison d’horreur, ne serait-ce qu’un peu, l’égratigner, la ronger, y laisser sa marque. Mais l’esquisse brouillonne trop petite, trop faible, griffonner que de simple contour incertain, incapable à percevoir pour s’éveiller correctement. Bourgeon malmené par la tétanie d’une nouvelle mare d’hémoglobine où flottait morceaux de panse et reste de déjeuner…

..attendant l'éveil…

Et la danse des viscères sous ses prunelles virevoltait en une valse éternelle, tourbillonnante, emmenant tout avec elle, tout, sauf leur inexistence habituelle... C’était nouveau. Un élément perturbateur, une pièce rajoutée ne pouvant entrer dans le puzzle d’origine. Un surplus, un défaut, la morsure de trop, trop gourmande, croquant trop profondément sur ce qui n’existait pas, s’attaquant à l’interrogation de l’inconnu forçant le froncement de sourcil. La goutte de trop, une tache sur le tableau…  Elle n’avait pas besoin d’avoir le contenu de son estomac colorant le sol sous divers spasmes pour se sentir acculée…. Elle, le faux oiseau qui n’avait jamais pris son envol, la gamine se perdant dans des images de sourires trop doux, dans des gestes salvateurs pour ne pas revenir en arrière…. Non, il fallait plus que ca pour que la peine des remords grandissant restent tranquillement installés sans ces mots cachés, prononcés une nuit noire à son for intérieur.  Une promesse faite à des doigts couverts de sang, serrés doucement entre les siens, ne se laisserait pas mise sous silence ainsi. Non, cette peur, déjà croisée, ne pouvait faire taire ce désir de vengeance jamais assouvie qui ouvrait un œil pour s’insinuer dans la faible brèche de l’assaut sur son esprit.

..oublié…

Le souffle court, le palpitant en pleine fuite, les mirettes cherchaient enfin à voir, à détailler, derrière le rideau humide, à recouvrir un sens, pour retoucher terre. Le toucher. Un raclement d’index et majeur sur le revêtement de goudron, retournant leur vernis pastel comme piqure de réalité. Un cri mourant au bord des lèvres rappelant le gout infecte sur les papilles meurtries… Les saveurs acres n’étaient pas les bonnes…  Un autre cri, celui de la colère, le ras le bol de décorer les pierres de Londres et le refus de ces images tournant toujours en boucles, cherchant à l’emprisonner. Mais, ce simple film, effrayant, possédait une fin connue et détestable qu’elle ne voulait revoir… Déglutissant avec difficulté, une nouvelle nausée en invitée, les prunelles étirées en une fine ligne méprisante interpellait les ténèbres dans une tentative échouée de se relever.

.. et salvateur…

Pas un mot, pas un son, juste les larmes silencieuses s’écrasant sur les phalanges souillées, cette même envie de l’insulter, de saisir la baguette malgré la présence de cette union de l’inconscient des et des songes de monstres d’enfant, de s’en débarrasser et pour concéder à la requête silencieusement. Mais les démons sous le lit se baladaient encore, se moquant bien de sa mâchoire serrer, de la morsure de sa langue pour dévier la douleur. Ils se promenaient encore, caressant l’échine de son dos de frissons glacés, se lovant au sein de chaque battement cil transformant une fois sur deux les faibles rênes de la rage en voluptes sombres jusqu’à ce qu’ils laissent échapper un son. Un grognement perdu dans un souffle, le chant de la lutte qui ne pouvait que grandir, grappillant le nuage occultant par quelques étoiles rouges de colère dévorante.

–Pro…mis..
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Mangemort 91, Dim 3 Juin - 21:55


Notre réaction était très certainement excessive. Nous le savions, mais il y avait quelque chose d'inquiétant dans cette façon de nous prendre à la légère, de ne pas se soucier des conséquences des actes, ou de l'absence de ces derniers. Notre cause avait besoin d'avancer, réellement, et ce n'était pas en nous montrant indulgent que nous allions y parvenir.
Nous aimions bien l'enfant mais notre non-objectivité étaient déjà réservée au marchombre qui chevauchait la brume. Et elle n'était pas lui.

Le corps lâche, l'enfant aussi, à notre merci, mais nous n'en rajoutons pas, parce qu'il n'y a pas à punir outre mesure. Parce que le châtiment se suffit à lui même, et que le message passe au travers des larmes et des vomissement. Nous n'avons jamais vécu ce sorts, ou plutôt cette combinaison de sorts mais nous n'y tenons pas. Parce qu'il y a déjà la non sensation d'un corps alors ne pas sentir ses viscères s'étaler sur l'asphalte ne sera qu'une non-sensation de plus. Une promesse murmurée après une tentative avortée de se lever et voilà qu'en bon maître dans un rapport malsain nous nous accroupissons à ses côtés, lui caressant les cheveux le temps qu'elle reprenne ses esprits. Il parait qu'il existe trois positions au monde, et que qui détient les trois détient un pouvoir sur quelqu'un. Nous avions été victime de ses oublis, bourreau de sa folie et nous devenions désormais le masque salvateur. Et rien qui penser nous glaçait. Nous voulions des partisan mais la manipulation n'a jamais su nous mettre à l'aise.

Alors nous informulions le #Revigor pour palier au mieux au malaise physique qui devait très certainement l'envahir. C'est fini, et c'était vrai, nous n'allions pas recommencer. Tu as payé ton dû.  
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Ven 8 Juin - 13:28



Quand l'oubli se rappelle



Pv 91

La gorge brulante, les yeux rougis, les doigts douloureux, encore une fois, une fois de plus à ne pouvoir se défaire de cette emprise effroyable et toujours ces même images… toujours les mêmes, sans fin, gravées en son esprit, profitant de la moindre occasion pour se manifester, tétanisant sens et volonté, pour ne faire de la gosse une simple poupée de chiffon laissée, au sol… Cette même douleur, celle même impression d’inconsistance même si les pensées luttaient, se voulaient fortes et digne de l’attention qu’on lui portait. La jeunesse en manque d’expérience, ne pouvait que fulminer contre ses propres faiblesses, encore et encore.

Le souffle coupé, les paroles muettes, les larmes mortes étaient tout ce qui restait de l’insouciance recouverte. Un manquement à la réalité d’un monde sorcier dont les contours l’excédaient depuis toujours… L’oubli avait été trop long, trop présent, nourrir d’instant de douceur, de moments de tendresses et d’innocences bénies, comme si, rien, jamais n’avais existé… comme si elle pouvait tromper le vide et la colère qu’elle conservait en son sein… comme si cela avait toujours été normal de mystifier ce qui la rongeait encore et toujours.

Un rappel, violent, au relent de nausée et odeur de sang était forcément nécessaire, elle le comprenait que maintenant. A trop se perdre en des illusions de bonheur, il était facile de s’y abandonner et oublier toute trace de convictions. Ce n’était pas sur le tarmac que sa route devait se poursuivre, pas plus que dans les prunelles ardoises d’une étoile salvatrice, mais dans les mains d’un être capable de la modeler à ses besoins. La raison de l’allégeance regagnait les sens, plus que la Colère elle-même, la promesse discrète de lui être utile, de ne pas vouloir être que déception au regard de ses interstices de masque… Elle avait juste oublié ce qu’elle voulait être une fois de plus….

Et d’une main gratifiant les mèches dorées, les sens, réels, s’éveillaient, avec peine. Un geste simple appelant à quitter les torpeurs, à les combattre encore plus, à se ressaisir. Les doigts tremblotaient encore, mais la faiblesse du corps semblait s’échapper doucement, permettant au palpitant de moins s’étouffer. La brise fraiche de la ville caressait le sillon creusé par les larmes, le bruissement léger des feuilles en amont, la poisseur des mains sur le sol, et ces quelques mots. Ceux qui soulageaient, ceux qui mettaient fin à la sentence qui courrait toujours dans les limbes du cerveau jour après jours. Juste quelques mots réconfortants autant que les doigts flattant la tignasse blonde. Etrange mélange vicieux d’émotion, où la sentence prenait forme d’attention quémandée, encore une fois…

Alors, les frissons de la peur imposée courbaient l’échine doucement face à un regard de remerciement et un revers de manche mouchant les yeux puis les lèvres de l’enfant. Les quelques sanglots restaient, la mâchoire contractée restait, et la guerre contre les réminiscences continuaient, plus discrètement, mais la voix pouvait balbutier de nouveau.

–Merci…

Reconnaissance de gosse ayant compris ses erreurs, attendant uniquement, de se savoir pardonnée et encore digne d’intérêt à défaut de confiance.

– Je… peux faire quelque chose.. de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Mangemort 91, Dim 10 Juin - 18:45


La langue sifflante encore tout de même d'une telle déception, d'autant que l'enquête profitait tant à l'ordre qu'à nos propres intérêts, il y avait chez ce Peter un potentiel que nous voulions garder à l’œil. Alors la déception était extrême, la punition peut-être d'avantage, mais nous résistions un peu encore, contre l'envie de lui faire subir un deuxième châtiment. Notre influence sur l'enfant nous effrayait un peu, et pourtant, avec un peu de temps, la possibilité se libérerait peut-être d'en faire un pantin.
Mais il faudrait nous faudrait de la patience.

Alors pour l'instant nous restions satisfait d'un Merci et d'une proposition d'asservissement. Qui nous tira un sourire blanc sous le masque, une possibilité d'avancer un peu ne devait jamais se refuse. Et pourtant l'échec avait arraché un morceau de confiance de nos tripes. Alors il nous faudrait la garder à l’œil, savoir comment elle agit, comprendre si nous pouvions lui accorder une totale confiance et ainsi vanter ses mérites aux autres.
Alors « Nouvelle et dernière chance » pour que tu nous fournisses de nouveau une preuve ultime de confiance, avant que nous nous décidions à t'impliquer un peu plus. Pour voir ta façon de faire.

«  Sois une nouvelle fois nos yeux et nos oreilles. Enquête pour nous sur cette personne. Et nous ressortirons de l'ombre dans un mois pour avoir ton rapport. Ne nous déçois pas.  » Un papier glissé entre les doigts et un stylo jaillissant de la cape, le temps de griffonner un nom. Un nom unique. Le lui donner et nous rendre au néant, disparaître dans un crac le temps qu'elle déchiffre ce qui y était griffonné.
Shae L. Keats.

Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Elhiya Ellis, Lun 11 Juin - 10:45



Quand l'oubli se rappelle



Pv 91

L’attente, interminable nouait l’estomac de milles torsions plus douloureuses que le sortilège subit. Un sort naturel, diffusé par le désir de la gamine de se rattraper de ne pas rester un échec, même si elle savait que ses efforts n’avaient pas été suffisant la première fois. Peter l’avait attendri, touchée, en l’aidant et se dévoilant un peu. Il était un de ses enseignants, et cette barrière avait suffi pour l’atteindre, l’affection incertaine en avait profiter pour émerger. Lourde erreur, le sens en était pleinement saisi désormais.

Alors les mots sifflant à ses oreilles, forçait le regard attentif, la mine sérieuse et l’acquiescement de tête des plus sincères. « Merci » glissé en souffle en récupérant le papier du bout des doigts tremblotants encore. Un nouveau nom, une nouvelle personne, une nouvelle méthode à appliquer pour en aucun cas glisser de nouveau sur le tarmac. Ne pas faire de ce cette dernière chance un gâchis de caprice de gamine regagnée par l’insouciance et la douceur d’un cœur incapable de se fermer entièrement. Ne plus oublier, jamais.

Conserver ce battement de cœur perdu au craquement assourdissant du départ de l’Ombre, et regarder, fébrilement les lignes d’encre parcourant le papier. La peur de voir couché sur petit bout de parchemin le nom responsable de ses faiblesses, la crainte déraisonnée faisant battre le sang dans ses tapes jusqu‘à apercevoir l’identité d’un membre du personnel de Poudlard. Le soupir de soulagement égoïste n’avait pas besoin de plus. Qu’importait que cet être faisait parti du décor récurrent de Poudlard ou d’un pub aimé, les bêtises de la première enquête ne se reproduiraient pas quitte à user des talents d’un rouquin, quitte à se débarrasser enfin de ce qui la gardait dans une bulle d’innocence…

Froissant le papier, le rangeant dans sa poche, la gamine aux genoux encore abimé par le choc sur le sol, récupérait ses affaires, bien décidée à se ressaisir de suite, de ne pas perdre de temps, et rentrer au château, la mâchoire serrer. Elle avait un nouvel objectif que les sourires trop doux du blond ne pourraient adoucir..

Fin du Rp – Merci 91
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Ashton Parker, Dim 19 Aoû - 20:00


PV Artemis Lhow

Il devait être aux alentours de dix-huit heures en pleine semaine et Londres fourmillait de monde, sorciers comme moldus s'affairant chacun à leurs activités de fin d'après-midi en ce mois d'août. Profitant du fait qu'il ne travaillait pas au Chaudron Baveur ce soir-là, Ashton avait décidé de se poser sur le toit de son immeuble afin de se rafraîchir avec une petite bièreaubeurre. Bien évidemment, il avait fini par s'enfiler toute la bouteille et c'était en titubant légèrement qu'il était redescendu dans son salon.

Cependant, il avait beau avoir un peu trop picolé il n'était pas fatigué pour autant puisque la journée était loin d'être terminée. Ainsi, il tourna quelques minutes en rond en cherchant quelque chose à faire avant que son regard ne se pose sur son balai, rangé dans un coin. Ces temps-ci, il l'utilisait presque plus pour nettoyer que pour voler étant donné qu'il ne faisait plus vraiment de Quidditch. Mais là c'était l'occasion rêvée pour faire une petite virée dans les airs.

N'hésitant pas plus d'un quart de seconde, Parker enfourcha son balai et s'élança par la fenêtre sans même prendre la peine de bien la refermer derrière lui. La sensation de s'élever dans les airs et de fendre les vents aériens était toujours aussi satisfaisante et le sorcier se fit la promesse d'aller voler plus souvent désormais. En plus de cela, la vue de Londres était magnifique vu de haut. Le sang-mêlé avait vaguement conscience qu'il s'éloignait du quartier sorcier et qu'il arrivait à présent dans une zone principalement habitée par des moldus mais franchement cela ne lui posait pas vraiment de problème s'il était aperçu. Personne ne saurait que c'était lui !

Malheureusement, l'alcool qu'il avait encore dans le sang rendait la conduite légèrement plus difficile que prévu, et maintenant il commençait à avoir besoin de soulager sa vessie. Alors qu'il avançait à toute allure dans les airs, Ashton se mit à chercher un endroit pour s'arrêter et régler ce problème. C'est alors qu'il releva la tête juste à temps pour s'apercevoir qu'il fonçait droit sur Big Ben. D'un geste brusque il détourna sa trajectoire, perdit le contrôle de son balai et piqua vers le sol pour finir par s'étaler dans une rue un peu plus loin en dégommant une vieille cabine téléphonique par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Artemis Lhow, Dim 19 Aoû - 20:38



Fait comme l'oiseau ♫


avec Ashton Parker


L'ambiance et l'atmosphère pesante des bureaux du ministère n'aident pas vraiment à s'aérer l'esprit entre deux réunions. Depuis un certains temps déjà, j'ai pris l'habitude de me balader dans les rues de Londres afin de me changer les idées et de boire un vrai bon café avant de retourner au bureau. Je me suis rendu compte qu'en fonctionnant de la sorte, je parviens plus facilement à passer d'un dossier à l'autre sans mélanger les éléments des nombreuses affaires en cours au Bureau des Aurors.

Aujourd'hui comme hier, et comme demain aussi sans doute, c'est au petit épicier du coin que je vais acheter mon café, espérant cette fois que personne ne vienne me bousculer et me le renverser sur la chemise. Je ne comprends toujours pas comment ce gamin a pu, sans pression, utiliser la magie au beau milieu d'un parc moldu pour nettoyer sa bêtise. Sans même prendre la peine de vérifier au préalable que l'endroit était sûr ... évidement, sinon ce ne serait pas drôle. Déposant les quelques pièces sur le comptoir, je quitte la boutique mon café à la main.

Comme tous les mercredis, nous faisons le point sur les enquêtes en cours et celle qui doit venir clôturer cette journée est celle concernant la disparition du jeune Lynch. Autant dire que je ne vais pas retrouver ma femme et mon fils avant bien vingt deux heures. Soufflant sur mon café, je me demande si je n'aurai pas mieux fait d'en prendre deux, histoire de tenir la soirée, lorsqu'un élément étrange attire mon attention vers le ciel. Soit ce café est alcoolisé et les vapeurs sont vachement forte, soit un type vient de plonger en balai à deux rues de là.

Figé sur place, j'observe les moldus autours de moi qui ne semblent pas avoir remarqué quoi que ce soit ... à ce stade je peux encore penser à une erreur, la fatigue sans doute. Puis vient le bruit tonitruant du verre qui éclate et du métal qui se plie dans un bruit strident. Finalement ce n'est peut-être pas la fatigue. Pressant le pas, je me dirige vers la ruelle d'où provient la source du chaos et ... non, ce n'étais pas une hallucination. Il y a bien un type allongé dans les débris de ce qui devait être une cabine téléphonique, quelques moldus partagé entre panique et stupeur assemblés autour de lui.

Posant mon café sur une borne à incendie, je sort ma baguette et commence par isoler la zone du reste du monde. Les moldus ne doivent également pas quitter l'endroit avant le passage des oubliators, j'en profite donc pour les immobiliser et envoyer un patronus à la Brigade de réparation des accidents de sorcellerie. Deux vitro convexo couplés à un repello moldum chacun, un Immobulus multiplicare et un patronus plus tard, j'approche du pauvre type qui doit être salement amoché. Tout va bien, rien de cassé ?! Les questions légales arriveront après, son état de santé avant tout ...

Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Ashton Parker, Mar 21 Aoû - 17:14


Boire ou conduire, il fallait choisir, et visiblement Ashton avait oublié ce petit proverbe avant d’enfourcher son balai et s’élancer dans le ciel londonien. Sauf qu’à présent il en payait le prix fort puisqu’il venait de se prendre la plus belle gamelle de sa vie depuis ses quinze ans lorsqu’il était prix un cognard en pleine tête. Le seul problème était que cette fois il ne se trouvait pas sur un terrain de Quidditch mais au beau milieu de passants moldus.

Malgré son atterrissage particulièrement incontrôlé, le sang-mêlé s’en sortait plutôt bien. Il n’avait qu’une petite coupure au bras gauche, dans lequel était planté un morceau de verre. Afin de régler cela au plus vite, il le retira et le jeta un peu plus loin avant de lancer un Episkey pour refermer la coupure, heureusement peu profonde. Tout aurait pu aller bien jusqu’à ce que son regard se pose sur ce qu’il restait de son balai.

- Tout va bien, rien de cassé ?!

Parker tourna la tête vers l’homme qui venait de lui parler. Alors que la plupart des quelques moldus qui se trouvaient à côté se contentaient d’observer la scène bouche bée, celui-ci avait accouru vers lui pour prendre de ses nouvelles. L’inconnu avait l’air légèrement plus vieux que lui et ne semblait pas vraiment surpris par ce qu’il venait de voir.

- Si, là-bas ! répondit Ashton comme s’il était sur le point de pleurer.

Il désigna du doigt la cabine téléphonique, où l’arrière de son balai était toujours planté dans l’un des carreaux de la fenêtre alors que l’avant du manche s’était brisé et avait terminé sa course quelques mètres plus loin. Pas de doute, le sorcier ne risquait pas de pouvoir voler à nouveau avec de sitôt !
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Artemis Lhow, Lun 27 Aoû - 12:08



Le jeune homme retire un morceau de verre planté dans son bras avant de cautériser la plaie d'un sortilège. En temps normal je serai devenu rouge pivoine devant une utilisation aussi nonchalante de la magie devant des moldus. Mais bon, honnêtement, après avoir vu un type se planter dans une cabine téléphonique, je ne pense pas que les moldus présents soient à ça près. Puis de toutes façons, tou.te.s verront leur mémoire retravaillée d'ici quelques minutes alors ...

Si, là-bas ! Il a presque des larmes dans la voix ... ainsi qu'une bonne dose d'alcool dans le sang à mon avis. Et encore, si ce n'est que de l'alcool on s'en sortira pas trop mal. Je ne pense pas que le balai soit le premier des soucis que vous ayez ... qu'est-ce que vous fichiez à voler au dessus de Londres en plein jour ? Votre balai a eu un dysfonctionnement ou ... ou vous êtes complètement stupide ?

Le type s'en sort quand même pas trop mal, il n'a fait que percuter une cabine et en dehors de lui même personne n'est blessé.

Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Ashton Parker, Lun 27 Aoû - 21:22


Vraiment ça faisait ch*er ! D'accord son balai n'était pas tout neuf mais il y tenait et dans cet état-là il était bon pour la décharge. Vu la façon dont le manche était cassé Ashton ne pourrait même plus l'utiliser pour faire le ménage. Ça lui apprendrait à ne pas bien regarder où il allait lorsqu'il volait ! Bon, la plupart du temps lorsqu'il faisait des petits tours de balai c'était dans des zones un peu moins urbaines et il y avait donc beaucoup moins de chance de se retrouver soudainement en face d'une tour.

Cependant, maintenant qu'il reprenait un peu ses esprits Parker commençait à réaliser que c'était étrange de se retrouver face à un moldu qui ne s'étonnait pas le moins du monde d'avoir vu un type tomber du ciel alors qu'il chevauchait un balai. Les quelques passants qui se trouvaient là étaient actuellement soit en train de le fixer d'un air ahuri soit la tête en l'air afin de voir d'où il avait bien pu s'élancer. En plus, il était à peu près sûr que le gars qui lui parlait venait de lancer un sort afin d'isoler la zone, il était donc très probable qu'il ait à faire à un sorcier.

- Euh, je sais pas trop ce qu'il s'est passé je volais et puis...

Il fit un geste avec ses mains pour mimer la collision. C'est alors que le sang-mêlé fit le lien avec le quartier dans lequel il se trouvait. Il n'était quand même pas tombé juste sur un Auror ? Plus il réfléchissait plus cela lui paraissait probable, c'était vraiment la poisse, lui qui avait décidé de ne plus s'attirer d'ennuis et de rester loin de la police magique. C'était vraiment son jour de chance !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Londres - Big Ben - Page 20 Empty
Re: Londres - Big Ben

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 20 sur 21

 Londres - Big Ben

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.