AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques
Page 3 sur 6
Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Mer 2 Mai 2012 - 22:43


Sa protectrice avait aimé ses parents avec une force qui étonna le serpentard. Il avait du mal à imaginer que ce fut possible. Mais son expérience était loin d'être représentative. Après tout, il considérait déjà Alicia davantage comme une mère qu'il n'avait jamais considéré sa mère de sang. Et il lui portait bien plus d'affection encore. Avec un un soupir, il s'adressa à elle d'un ton que l'on aurait pu croire nostalgique si l'on ne connaissait pas son histoire.

- Mais malgré tout, cela doit tout de même être agréable de pouvoir aimer ainsi ses parents et de garder leur souvenir en son coeur même après leur départ, d'en tirer de la force plutôt que de la peur. Enfin, ce n'est peut être pas envers ceux qui m'ont donné la vie que je devrais tourner ces espérances.

Tout en prononçant ses mots, son corps vint à le trahir et il ne put s'empêcher de poser son regard sur celle qui veillait sur lui comme une mère l'aurait fait sur son enfant. Il se demandait ce qui était en train de se passer en lui, de changer, de se construire. Il ne comprenait toujours pas complètement, mais il sentait un lien particulier se tisser, il sentait l'attachement qui le liait à la directrice de serpentard.

Comme si ce lien pouvait effacer toutes ses années écoulées et leurs terribles conséquences, il s'était mis à tutoyer Alicia sans s'en rendre compte. Et il ne l'aurait sans doute pas remarqué si les flammes ne s'étaient pas engouffrées dans la brèche pour investir son corps. Essayant de ne rien laisser paraître, son corps se tendit néanmoins tandis que la douleur crispait ses membres. Il ne voulait pas le montrer à sa bienfaitrice, mais il ne pouvait pas garantir qu'elle ne remarquerait rien.

Celle qui constituait son actuelle famille lui parla de la force qui allait faire la différence dans la bataille à venir, de l'arme qu'il aurait entre les mains et qui ferait défaut à ses parents. Elle lui parla de l'amour. Valens parut un peu sceptique. Ce qu'on lui avait appris de l'amour était un moyen politique de rapprocher les intérêts de deux familles dans une alliance spécifique. C'était également un moyen au sein de cette alliance d'assurer la pérénité de la famille au travers de sa descendance. Mais récemment, on avait essayé de lui expliquer que cela pouvait se révéler être tout autre chose. Pourtant, il n'arrivait toujours pas à faire le lien entre ce mots, la multitude des sens qu'il pouvait porter et ce qu'il ressentait. a seule chose qu'il put dire sur ce sujet tint en deux mots.

- l'amour?

Suite aux soins de ses séquelles, Alicia le prit dans ses bras et il sentit à nouveau son affection se répandre en lui. Cela lui permit d'étoffer quelque peu ce qu'il avait à lui dire. Elle attribua le mérite à son phénix, mais c'était le mérite d'une seule pièce du puzzle. Il commença d'un ton léger.

- Bien entendu, je sais qu'il faut remercier Thétys et son animal de compagnie Alicia...

Puis sa voix devint plus grave et plus mesurée.

- Mais ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Ce n'est pas pour ces cicatrices que je te remercie, que je te dois tant. Cela compte bien entendu, mais c'est une goutte d'eau dans l'océan de ma reconnaissance. Je te remercie pour toute l'attention que tu me portes, pour toutes les fois où tu as veillé sur moi, pour ton soutien et ton aide, pour ton appuis moral aussi bien qu'affectif, pour tes conseils et tes directives, pour ta générosité et ton accueil, pour ce que tu es pour moi aussi bien que ce que je suis pour toi, pour m'avoir pris sous ton aile alors que je n'étais presque rien, pour m'avoir fait confiance alors que tu ne me connaissais pas, pour ne pas m'avoir rejeté lorsque tu as su, pour les risques que tu prends à cause de moi, pour m'avoir donné un espoir et une raison de lutter, et... parce que tu existes.

Alicia lui assura qu'il pourrait s'en sortir envers et contre tout. Car des gens l'appréciaient pour ce qu'il avait choisi d'être et non pour ce que l'on avait fait de lui. Des gens soutenaient celui qu'il considérait comme lui même et contre le produit de la forge. Il repensa alors à toutes ces personnes. Alicia bien entendu, mais aussi Katniss, Ahlys, Rilla ou Emma (non ne cherchez pas, aucun homme pour me venir en aide ^^). Elle avait raison, il n'était pas seul, il était loin d'être seul dans cette épreuve. Il ne savait pas si ce serait suffisant, mais au moins ses chances s'en trouvaient démultipliées.

Il ne répondit pas quand elle lui assura qu'elle serait là pour tout, mais Alicia put sentir clairement que Valens la serra un peu plus fort dans ses bras...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Mer 9 Mai 2012 - 11:39


Alicia le sentait, le lien qui la liait à Valens se faisait plus fort à mesure que le temps passait. Aussi fort que le lien qui la reliait à ses propres enfants, c'est dire ! Elle fut assez surprise lorsqu'il lui avoua sans même s'en rendre compte, trahi par son corps et ses yeux qui se posèrent sur elle à la fin de sa phrase.

- Tu sais, un proverbe moldu dit qu'on ne choisit pas sa famille... J'ai envie de te dire que c'est plus que faux. Tu ne choisis certes pas ceux qui te mettent au monde, mais tu peux avoir une famille sans partager des liens de sang avec...

Alicia parlait d'expérience bien sur, parce que fut un temps, sa famille se résumait seulement à une personne, Céleste. Lorsque les deux femmes étaient sorties de Poudlard, elles s'étaient installées ensemble et ne comptaient que l'une sur l'autre. Elles avaient vécu comme ça durant quelques temps, se considérant comme des soeurs, ce qu'elles étaient au final. Jusqu'à ce qu'il y ait un gros malentendu et que les deux jeunes femmes se blessent mutuellement et ne se parlent plus durant quelques années. Et elles s'étaient retrouvées bien des années plus tard, grâce aux enfants de l'ancienne Serpentard et de la curiosité maladive de son ancienne meilleure amie.

- l'amour?

Ce simple mot permit à Alicia de revenir à la conversation présente. Oui l'amour... Chose que peu comprenaient et étaient capables de reconnaître. Ce sentiment si puissant qu'on était capable de tout pour protéger les gens que l'on aimait...

- Tu découvriras ce que c'est, au fil du temps, je te l'assure...

À vrai dire, il devait certainement s'en rendre compte maintenant, mais peut-être que le jeune homme marqué qu'il était n'avait pas fait attention à cela. Quoi qu'il en soit, après avoir rit à sa petite taquinerie, Alicia eut les larmes aux yeux face au discours qu'il lui tient. Plus le fait qu'il la serre un peu plus fort dans ses bras.

- Tu n'as pas à me remercier pour cela, c'est naturel... Tu pourras toujours compter sur les gens qui t'aiment Valens, toujours... Moi y comprise.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Mer 9 Mai 2012 - 17:29


Sa protectrice éclairait les horizons de son avenir en lui expliquant que tout ce qu'il voyait comme fermé était en fait ouvert. Sa famille n'était pas une condamnation perpétuelle. S'il pouvait s'en libérer, il pourrait se trouver une nouvelle famille qui ne le torturerait pas et qui ne voudrait pas le faire disparaître. Cette perspective était porteuse d'un espoir qu'il n'avait jamais envisagé et fit naître un petit sourire sur son visage. Avec un soupir, il l'approuva.

- Vous avez raison, comme bien souvent. On ne m'avait jamais présenté les choses sous cet angle. J'espère que votre famille sait la chance qu'elle a de vous avoir.

Nul doute que si ladite famille avait la sienne, ils verraient rapidement la différence. Alicia avait cité un dicton moldu pour appuyer ses dires. Mais Valens en connaissait un autre approprié "Il faut avoir gouté le vinaigre pour pouvoir pleinement apprécier le miel". Et le vinaigre, c'était quelque chose qu'il connaissait...

Il fut ensuite question de l'amour. Un des concepts que le jeune homme maitrisait le moins. Oh Rilla lui avait un peu expliqué et il lisait actuellement ses livres qu'il ne devait pas montrer aux autres apparemment sur le sujet. Mais même, si ça vision des choses avait changée, c'était toujours assez embrouillé dans sa tête, surtout dans la situation compliquée dans laquelle il se trouvait. Il ne voyait plus l'amour comme un contrat entre deux familles dans le but de former une alliance influente et de fournir des descendants. Il avait compris que des sentiments très étranges étaient à l'oeuvre. Mais il existait beaucoup de types d'amour et les séparer était complexe. Il aimait de plus en plus de personne mais il avait du mal à les catégoriser de la sorte. C'était important lui avait dit la jeune fille même s'il avait du mal à en appréhender la portée.

Sa bienfaitrice lui assura qu'il connaitrait cela et il l'a rassura sur ce point d'une voix pourtant mal assurée.

- Il est... possible que j'eusse déjà abordé ce... concept mais je ne m'en rends pas bien compte. Il y a... plusieurs personnes... que j'aime mais pas de la même manière. C'est un peu flou...


Alicia fut touchée par ses remerciements et lui avoua qu'elle l'aimait. Une douce chaleur s'empara de lui et il se sentit soudainement étrangement léger. Si l'inverse de l'enfance qu'il avait vécue existait, elle semblait exister ici. En retour, d'une voix un peu éraillée, le stagiaire lui répondit.

- Moi aussi je vous aime Alicia. Je tiens énormément à vous. Je vous suis prêt à vous suivre partout où vous en aurez besoin et jusque dans les flammes infernales.

La dernière de ses phrases n'avait pas été prononcée comme les autres. Contrairement aux deux premières, il retournait en terrain connu. Il y avait donc une forme de détermination froide dans sa voix qui contrastait étrangement avec la voix éraillée avec laquelle il avait commencé à parler...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Lun 14 Mai 2012 - 10:43


- Il est... possible que j'eusse déjà abordé ce... concept mais je ne m'en rends pas bien compte. Il y a... plusieurs personnes... que j'aime mais pas de la même manière. C'est un peu flou...

Alicia hocha la tête et lui sourit affectueusement. Déjà, pour les gens qui avaient été entouré d'amour, c'était compliqué de définir les liens affectifs qu'on ressentait envers l'entourage, alors pour Valens qui ne connaissait pas ça avec sa famille... Cela devait être encore plus dur.

- C'est normal tu sais... C'est déjà compliqué pour quelqu'un comme moi, alors pour toi qui n'as pas connu ça depuis ton enfance... Dis toi que si c'est envers des gens de ton âge, y en a plusieurs... Le lien d'amitié, d'amour simplement ou bien encore d'amour fraternel, quand tu cherches constamment à protéger la personne, mais dans le même temps, tu ne peux pas t'empêcher de la faire tourner en bourrique... Alicia sourit en disant cela, des souvenirs d'elle avec son frère lui revinrent en mémoire. Ou alors, si c'est envers des bien plus âgés, ça peut-être ce lien fraternel aussi, mais dans le sens inverse, comme si tu étais le petit frère... Ou bien encore, comme si tu avais trouvé les parents qui te manquaient...

La confession de Valens la toucha profondément et elle eut même les larmes aux yeux. Cependant, hors de question pour elle qu'il cherche à la suivre en Enfer si jamais ça devait arriver... Elle luttait pour l'en sortir en ce moment-même, ça n'était pas pour qu'il y retombe par la suite ! Et puis, les enfants ne devaient pas suivre les parents sur ce chemin-là avant longtemps... Choquée par ses pensées, Alicia eut un hoquet de surprise. Elle venait enfin de mettre un mot sur ce lien qui l'unissait à son stagiaire. Il était purement et simplement son fils de coeur.

- Valens, écoute-moi bien. Si jamais il doit m'arriver malheur, je veux que tu me promettes une chose... Elle plongea son regard azur dans celui du jeune homme avant de poursuivre : Je veux que tu me promettes de continuer à vivre, à te battre contre le mal, comme tu le fais actuellement... Je veux que tu vives ta vie à fond. Promets-moi cela s'il te plaît...

Valens ne trahirait jamais une promesse, elle le savait. Et encore moins si c'était une promesse envers elle, enfin ça, c'était une supposition. Mais il fallait qu'il le fasse, afin qu'elle soit sûre qu'il ne fasse pas de bêtises... Après tout, avec les Phénix, elle n'était pas à l'abri et pouvait à tout instant, à chaque minute mourir... Et ça la rassurait grandement de savoir qu'il continuerait à se battre contre ses parents, contre le mal quotidien même si elle n'était plus là...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Lun 14 Mai 2012 - 18:49


Avec un sourire, sa mère de coeur essaya de lui expliquer les différentes formes d'amour qu'il avait pu rencontrer. Il était plutôt difficile de placer des mots sur ces émotions. Elles étaient suffisamment ineffables pour rendre la plupart des tentatives de catégorisation plutôt floues, leurs méandres mouvantes échappant systématiquement à la définition employée.

La directrice passa rapidement sur l'amitié et l'amour. Le jeune homme n'en saurait pas plus pour le moment. Pourtant, elle développa davantage l'amour fraternel et le décrivit comme une relation à la fois protectrice et pleine de chamailleries. Cela parlait davantage à Valens et sans vraiment hésiter, il commenta.

- Ca c'est Rilla...

Elle évoqua une autre alternative, une forme d'amour fraternel qui fonctionnait envers des individus d'un âge moins proche et qui pouvait prendre la place pour laquelle les parents faisaient défaut. Avec plus d'hésitation, il hasarda sans véritablement oser croiser son regard. Il ne savait pas s'il devait espérer sa réponse ou la craindre, peut être n'aurait-il pas du poser cette question. Pourtant, l'espoir en lui se faisait impérieux et lui demandait de ne pas reculer.

- Comme vous?

La suite fut plus sérieuse et surtout plus dérangeante. Sa protectrice lui demanda de lui faire une promesse. Une promesse de vie, une promesse de mort. Son regard s'assombrit quand elle évoqua sa propre mort. Il se refusait à l'envisager, il refusait une destinée qui lui ôterait un membre d'une famille qui méritait enfin ce nom. Il rétorqua.

- Emmenez moi avec vous s'il y a un risque et utilisez moi comme votre égide en ce cas, je ne veux pas qu'il vous arrive malheur.

Pourtant elle semblait sérieuse et exigeait tout de même ce serment. Comme il n'en comprenait pas bien les termes, il demanda des précisions d'une voix rendue rauque par l'émotion. Il ne ferait nulle promesse sans parfaitement la comprendre. Un serment était lourd de sens, lourd de responsabilité, il ne se prêtait pas à la légère.

- Parlez vous de continuer à vivre ou de continuer à exister? Parlez vous d'un suicide ou d'une vengeance désespérée?

Car il savait qu'il ne se suiciderait que si son existence était menacée, il pensait qu'il valait mieux mourir en étant soi même que de cesser d'exister en continuant à vivre. Il voulait en ce cas continuer d'exister dans le coeur de ses proches plutôt que de disparaître dans une coquille vide. Et il savait qu'il ne mettrait pas fin à ses jours si elle venait à mourir, mais la rejoindre en laissant exploser sa rage pour chercher la vengeance était une alternative qui lui ressemblait bien davantage...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Mar 29 Mai 2012 - 11:31


Alors qu'elle lui parlait du lien maternel ou paternel qui pouvait se créer entre des gens qui n'avaient pas ce lien du sang et qu'elle réfléchissait en même temps à ce qu'elle venait enfin de comprendre, elle leva rapidement les yeux lorsqu'il l'entendit son :

- Comme vous?

Oui, comme elle... Ça lui fit énormément de bien de savoir qu'il pensait ça d'elle... Que ce lien était à double sens et non pas unilatéral. Oui, comme elle qui le considérait comme un fils. Plus âgé que son premier enfant, mais bon, détail minime. En attendant, elle le serra contre elle, laissant ses gestes et son instinct de mère reprendre le dessus.

- Oui, comme moi Valens...

Quelle tête dure... Il ne voulait pas comprendre ce qu'elle attendait de lui. Malheureusement, c'était compréhensible, personne n'aimerait voir un membre de sa famille mourir et encore moins quand on venait seulement de trouver sa famille. Mais Alicia n'allait pas le laisser prendre cette voie. Il vivrait, elle en faisait le serment !

- Une mère ne se protège pas derrière ses enfants... C'est à nous de vous protéger, mets-toi bien ça en tête. Jamais tu ne seras un bouclier. Moi si. Elle le regarda sérieusement, plongeant son regard azuré dans les yeux du jeune homme. Je veux que tu vives, que ne sois pas qu'une âme en peine qui soit là, parce qu'il le faut... Tu as plein de choses à découvrir encore. Et si je dois mourir, je veux que tu continues à vivre. Te venger ne servira à rien. J'ai tenté de le faire, mais au final, on m'a bien aidé. Une fois la vengeance accomplit, il ne reste rien, que des regrets. Ne pas oublier, se battre pour une juste cause... Ça, c'est bien plus utile. Alors promets-moi que tu vivras et que tu ne chercheras pas à te venger...

Alicia était plus que sérieuse et elle avait besoin de ça pour continuer... Car elle le présentait, mais quelque chose allait lui arriver. Quand, où et quoi, elle n'en avait strictement aucune idée, mais elle le sentait, au plus profond d'elle-même. Et son instinct, du fait qu'elle soit une animagus, était très développé... Elle se trompait rarement.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Dim 3 Juin 2012 - 16:44


La question première du jeune homme avait été hésitante. Mais la réponse d'Alicia avait été plus ferme et décidée. Il sentit alors une certaine chaleur l'envahir tendit que son monde se modifiait sous ses yeux. Par sa réponse, elle acceptait implicitement le rôle qu'il voyait en elle et elle affirmait la manière réciproque dont elle le percevait. L'arbrisseau déraciné qu'il était avait donc trouvé un terreau ou planter à nouveau ses racines. Et l'amour qu'elle lui portait abreuverait à présent ces racines ci plus que le fleuve de ses souffrances n'avait pu abreuver sa précédente existence. Il avait l'étrange sentiment de voir enfin les choses retrouver la place qu'elles auraient toujours du avoir et la plénitude qui l'accompagnait était délicieuse. Lui rendant avec joie son étreinte, il laissa ce moment l'emplir d'une force dont il savait avoir tôt ou tard besoin, gravant dans la mémoire qui lui appartenait en propre le souvenir de cet instant.

Pourtant, la suite fut bien moins agréable. Elle envisageait son comportement si le pire venait à se produire. Sentant ce qu'il avait en tête et comprenant un minimum comment il fonctionnait, elle exigea de lui une promesse qu'elle détailla en long, en large et en travers afin qu'il ne puisse pas interpréter différemment les paroles prononcées. Ne pas chercher à la protéger au mépris de sa propre vie, ne jamais vouloir la venger. C'était là tellement en dehors de sa nature qu'il bouillonna intérieurement. Maladroitement, il réagit.

- Mais comment pourrais-je... Comment pensez vous que...

Cependant, ses paroles moururent d'elles même avant d'être achevées. Le regard de sa mère de coeur ne laissait place à aucune équivoque. Elle n'était pas seulement très sérieuse, elle était également déterminée à ne faire aucune marche arrière, aucune concession sur ce point. Le stagiaire sentit qu'il ne pouvait lutter face à sa force de conviction. Il serra les poings et ferma alors les yeux pour ne plus croiser cet implacable regard. D'une voix monocorde, il capitula.

- Très bien. Je vous le promets. J'espère que vous savez ce que vous me demandez là... et que nous n'aurons pas à le regretter.

Aussitôt prononcée, il regretta d'avoir formulé cette promesse. Elle lui semblait porteuse d'une tragédie à venir, une tragédie qui ébranlerait son existence nouvelle jusqu'à ses fondations. Mais il était désormais trop tard pour reculer car il savait que jamais elle ne le libérerait de sa parole.

Rouvrant les yeux, il plongea dans les sien d'un regard sombre et inquisiteur, cherchant à lire dans ses prunelles ce que dissimulait une telle promesse. Ce n'était pas le genre de promesses que l'on exigeait sans raison, sans une bonne raison. Cependant, même s'il ignorait complètement la nature de ce secret, il sentait qu'il venait de pénétrer dans le monde de ce secret.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Ven 8 Juin 2012 - 12:10


Ouf. C'était le seul mot qui résonnait dans l'esprit d'Alicia. Valens avait accepté qu'elle le considère comme son fils et mieux, il la considérait comme sa mère ! En plus de cela, il avait fini par lui promettre de ne pas faire de folies si elle venait à mourir. Puis il la regarda avec insistance, cherchant probablement la raison du pourquoi d'une telle demande... Cependant, elle ne pouvait pas tellement en fournir. Tout simplement parce qu'elle même ne savait pas trop pourquoi elle lui avait demandé cela. Son instinct la prévenait juste qu'elle devait être prudente et qu'elle devait encore plus prendre soin de sa famille... Pour quelle raison, elle aurait été incapable de le dire, mais c'était quelque chose qu'elle ressentait au plus profond d'elle même.

Peut-être que son temps touchait à sa fin... Ou qu'un évènement majeur viendrait tout bouleverser... En attendant, Alicia se devait de tout faire pour rendre cet évènement, quel qu'il soit, le moins dérangeant possible. Et pour cela, elle devait parer à toutes éventualités. Que ça soit sa mort ou... Ou autre chose. Quoi qu'elle avait une petite idée sur la chose qui pourrait venir perturber sa vie. Récemment, en parcourant l'album des diverses promotions de Serpentard, Alicia avait vu sa photo... Sauf que la fille qu'elle avait vu était blonde et s'appelait Solange O'Riley... La jeune femme avait démarré une enquête personnelle sur cette jeune femme qui avait la même morphologie qu'elle et qui avait les yeux des Bright... Qui sait ce qu'elle allait trouver encore !


- Valens, arrête de me regarder comme ça... Lui dit-elle tout en se relevant. Allez, il est temps qu'on retourne bosser. Et n'aie pas peur, il ne m'arrivera rien, c'est juste au cas où...

La jeune femme lui sourit tout en lui ébouriffant tendrement les cheveux et partit en direction du bureau... La compta l'attendait et il fallait qu'elle trouve un moyen de ne plus penser à ce malaise croissant qu'elle ressentait.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Jeu 21 Juin 2012 - 17:01


[Nouveau RP de 1 ou 2 posts]

Posé sur le bureau, un parchemin attendait la propriétaire de ce meuble. Le nom d'Alicia était écrit sur le dos du parchemin et un cachet de cire appartenant à Valens en scellait le contenu. Le message était court, l'écriture rapide et peu soignée. Il semblait clair qu'il avait été écrit dans la précipitation. Le contenu en revanche exposait tout de même clairement les faits, bien que tout ce qui se trouvait autour était plus hésitant.

Citation :
Alicia.

Maximilien est devenu fou. Ou pire, je crains qu'il ne le soit pas. Il m'a attaqué avec deux comparses dans une ruelle en cherchant à voir mes avant-bras. Heureusement je m'en suis sortis mais il sait des choses sur moi dont j'ignore l'origine. Il connait au moins de nom pas mal de mes amis et a essayé un coup de bluff en me faisait croire que c'était eux qui m'avaient trahis. Je ne sais ce qu'il fera ensuite, mais je sais que de lui avoir échappé a du le mettre en colère. Il a accès à du polynectar et cette substance peut servir à de maints usages, rarement bénéfiques...

J'ai besoin d'un conseil venant de ma mère de coeur.

Le parchemin soigneusement posé au centre du bureau contrastait avec la précipitation de son auteur. A vrai dire, il s'était interrogé sur le contenu alors qu'il était sur le point de partir. Maximilien avait touché certains points sensibles qui lui faisait perdre son calme. Cela signifiait qu'il était moins efficace, plus fébrile... Mais également qu'il contrôlait moins sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Jeu 21 Juin 2012 - 23:31


Alicia venait d'entrer dans son bureau, à l'étage. Elle avait des petits soucis à régler avec certains fournisseurs qui ne la considéraient toujours pas comme faisant partie des maîtres en animaux magiques, alors que cela faisait près de 12 ans qu'elle travaillait à la boutique et près de 10 ans qu'elle en était la gérante, en partenariat avec Actarius.

En s'installant à son bureau, la jeune femme eut la surprise de trouver une lettre cachetée avec de la cire. Curieuse, elle l'ouvrit sans trop attendre. Le message de son fils lui fit assez peur, elle s'inquiétait pour lui. Aussi elle mit ses soucis de fournisseurs de côté durant quelques temps et se saisit d'une plume et d'un parchemin.


Citation :
Valens,
Déjà, assures-toi d'être en sécurité. Si tu ne sais pas où aller, appelles Ganymède, mon elfe de maison et dis-lui que je lui ordonne de t'amener dans mon manoir, en Irlande. Il est très bien protégé, tu n'y craindras rien. Et si mon mari y est, tu lui raconteras tes soucis et tu lui montreras ce mot. Sinon, tu sais qu'on offre toujours de l'aide aux membres de notre famille...
Ensuite, écris à tous tes amis, préviens-les de ce qu'il se passe. Et dis-leurs de te poser une question à laquelle tu es le seul à pouvoir répondre. Maximilien sera donc démasqué rapidement s'il utilise son polynectar.
On va réfléchir ensemble à un moyen de le mettre hors d'état de nuire.

Prends soin de toi mon fils.

La jeune femme siffla Thétys et lui demanda d'apporter cette lettre directement à Valens et de ne revenir qu'avec une réponse. Une fois le phénix partit, elle commença à penser à ce qu'ils pourraient faire pour se défendre face à cet idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Ven 22 Juin 2012 - 12:47


Lorsque le phénix revint, il était porteur d'un message étrange. En effet, il s'agissait du même parchemin qu'Alicia avait envoyé et qui semblait avoir était déchiré à maints endroits. Un sabotage non achevé et violent qui semblait avoir pour but de rendre le message illisible. Il était évident que ce n'était pas là l'oeuvre du destinataire qui, dont une manière efficace, aurait détruit d'un sort le parchemin dans son ensemble. Un morceau au centre semblait la zone la plus intacte qu'il en restait. Tous les mots n'étaient pas visible mais on comprenait en substance la teneur du message. Au dos était griffonné en petit sa réponse. Son auteur semblait avoir répondu tandis qu'il vadrouillait à gauche et à droite. Toutefois, cela restait lisible et écrit de manière moins pressée que le premier message. Cependant, il était très court.

Citation :
Je suis justement en train de prévenir divers proches en personne. Mes messages ont précédé ma visite. Je pense qu'il cherchera à diviser pour mieux régner, pour m'affaiblir et exprimmer sa frustration. Je vais doucement préparer mes proches à l'idée que devrons sous peu nous rassembler. Je pense rentrer à la boutique ensuite.

La boutique avait, peut être après poudlard, été la seule chose qui ait représenté un foyer pour lui. Naturellement, il avait dès lors cet étrange sentiment de sécurité et la faiblesse de s'y conforter. Les émotions faisaient mauvaises conseillères en matière de stratégies, mais cela était trop neuf pour le jeune homme pour savoir toute les dominer. Et son adversaire savait qu'il réagirait de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Invité, Ven 22 Juin 2012 - 12:59


La réponse que lui apporta Thétys n'avait rien de très rassurante. Car elle n'avait jamais vu Valens faire des fautes si énormes dans ses écrits. Peut-être était-il trop pressé pour y faire très attention, cela dit, Alicia n'en était que plus méfiante. Car si Maximilien avait bien du polynectar, alors il aurait pu s'en servir et se retrouver avec le message de la jeune femme... Bon, c'était tiré par les cheveux, mais la Phénix n'excluait aucune possibilité.

Elle rangea le message de son fils dans la poche arrière de son jean et descendit au rez-de-chaussé. S'il venait à la boutique, elle serait là pour l'accueillir et lui poser une question dont lui seul avait la réponse. Sa méfiance serait peut-être mal perçue par Valens, mais le probable usage de polynectar ne lui laissait pas tant le choix. Et si jamais Maximilien cherchait à attaquer, Alicia avait un plan tout simple et qui ferait du mal au jeune homme si ça fonctionnait comme elle l'espérait. Quand bien même elle était plus qu'apte à se défendre, certaines fois, de l'aide était la bienvenue. Quand bien même ça serait... La leur.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Lun 25 Juin 2012 - 16:14


Entre chien et loup, le vendeur revint dans la boutique d'animaux magiques. Son entrée était aussi discrète que la fois précédente, il n'était pas vraiment dans un état présentable. Ayant eu maintes choses à faire, il n'avait pas pris le temps de réparer sa robe de sorcier qui arborait des trous là où les sorts l'avaient frappés. Les trous laissaient entrevoir la peau de grapcorne qui lui avait permis de sauver sa peau dans cette embuscade. Il était visiblement épuisé. Le serpentard n'avait pas pu fermer l'oeil deux nuits durant et lui seul pouvait feindre d'ignorer l'état dans lequel il se trouvait. Montant dans le bureau d'Alicia, il le trouva vide. Elle était peut être à la réserve ou dans les rayons, à moins qu'elle ne soit rentrée chez elle en ce début de soirée.

Il songea un moment de faire le tour de la boutique en tachant coute que coute de garder les yeux ouverts. Cela devenait difficile. Il s'assit sur le bureau et décida de se reposer les yeux, juste cinq petites minutes. Il semblait évident qu'ensuite ses yeux piqueraient moins et pourraient rester ouverts. Il eut à peine le temps de lancer un Repello Inimicum qu'il dut se résoudre à prendre ce moment de pause. Juste un peu de repos, juste 5 minutes. Pourtant, au bout des cinq minutes, il ne rouvrit pas les yeux. Au contraire, il s'était écroulé sur le dos sur le bureau et dormait d'un sommeil sans rêve.

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Mar 31 Juil 2012 - 23:30


RP UNIQUE
(Avec la permission d'Actarius)

A la demande de son employé, Actarius ouvrit son bureau, permettant à Valens de passer les protections magiques et de pénétrer dans son antre. Dans la pièce se trouvait une pensine, objet de sa présence en ces lieux. Les deux hommes n'étaient pas seuls car un elfe de maison les accompagnait. Ce dernier devait apprendre, apprendre et retenir un point très important. C'était là un souvenir qui pouvait s'avérer crucial ces prochains temps tandis qu'il échappait avec de moins en moins de marge à sa famille. Tôt ou tard il devrait leur faire face ou être repris. Si cela arrivait, personne ne pourrait rien pour lui à moins... à moins de savoir où il serait emmené.

Le domaine des Fenwick était un endroit difficile d'accès, le serpentard n'en connaissait pas de plus compliqué. Même si sa forteresse personnelle regorgeait de sorts défensifs, de pièges, de défenses et de guetteurs, elle faisait pâle figure comparé au manoir des Fenwick. Car si il était difficile d'en connaître de plus difficile d'accès, il était plus aisé d'en rêver. En l'occurence, la zone physique sur laquelle avait été bâti le manoir se trouver dans les rêves, les rêves de tous ceux qui s'étaient déjà rendu là bas et en connaissaient l'emplacement. Dès lors, personne d'autre ne pouvait y entrer sans y être amené et cela constituait déjà une première mais formidable barrière. Quant à en sortir, c'était là une opération bien plus compliquée encore...

Le gérant de la boutique abaissa temporairement les pièges et défenses de sa pensine afin que le vert et argent puisse l'utiliser sans risques. Prononçant un Amotio Memoriae, il retira un souvenir précis pouvant servir de phare pour se guider vers ce domaine sans y être véritablement allé. Cependant, il faudrait également qu'ils accomplissent un acte fort peu naturel. Il existait un monde aussi vaste à l'int"rieur de soi qu'à l'extérieur. En l'occurence, il ne faudrait pas transplaner quelque part à l'extérieur de soi mais à l'intérieur.

Tandis que son maître relachait son souvenir dans la pensine, Hugin se pencha dedans pour regarder son souvenir du domaine. Ce n'était pas encore le manoir, car y aller directement au mépris des pièges était un suicide. Le domaine en lui même par contre, était très peu protégé.

Citation :

Une plaine s'étendait loin devant, s'achevant sur une petite colline. Le ciel se drappait de jais en étouffant un soleil d'un blanc laiteux. La terre, grise et poudreuse comme de la cendre s'étendait à perte de vue et brulait les pieds au travers des chaussures. Partout, des arbres noircis et dépourvus de la moindre feuille se dressaient comme des morts implorant une miséricorde qui ne viendrait jamais, leurs branches semblables à des doigts griffus tendus vers les cieux. L'air était lourd et le moindre souffle charriait des odeurs pestilentielles de charogne. Le monde entier avait perdu toute trace de couleur suggérant que l'âme même des lieux lui avait été arrachée. Le désespoir lui même était tombé en poussière comme une notion qui n'avait plus lieu d'être pour rejoindre un sol de souvenirs brisés. Une sourde horreur suintait des arbres comme une humeur noirâtre témoignant de l'autel auquel on sacrifiait l'humanité en ces lieux. Tel un goudron proche de l'ébulition, il sortait de fissures dans le sol désséché en dessous de l'épais tapis de cendres et collait aux chausses à chaque pas. Chaque élément de ce décor où toute volonté était futile s'insinuait lentement dans les âmes intruses pour en extirper tout désir et s'en délecter.

Valens aurait éclaté en sanglots s'il lui avait resté la moindre larme à gaspiller. Levant le regard et aperçut le manoir, celui qu'il n'aurait plus jamais voulu revoir, celui qui faisait passer cette plaine pour une fête foraine. Là où tout a commencé, là où tout finira. L'alpha et l'oméga. Il savait où il était, aucun doute n'était possible et son regard était résigné, presque éteint. La scène ne l'intimidait plus, il avait vécu ici quinze années, trop pour s'en émouvoir encore, trop pour rester véritablement humain. Cependant, il ne savait que trop ce que signifiait ce lieu pour la suite des événements, là où résidait l'épine qui gisait au fond de l'abîme. Il avait été trop faible pour lui échapper... il avait été fou de pouvoir le croire. Sa lutte était perdue d'avance.

Lorsque il revint de ce souvenir, l'elfe semblait pâle et choqué. Le vendeur ne s'en inquiéta pas outre mesure mais le prit dans ses bras pour le rassurer. Il savait que l'endroit était tout sauf agréable. Pourtant, dans son enfance, que n'aurait il pas donné afin de quitter le manoir et d'aller jouer dans ce lugubre endroit? Remerciant encore une fois son patron, il fit mine de prendre congé pour aller rassurer l'elfe, le souvenir toujours dans la pensine.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Valens Fenwick, Mar 4 Sep 2012 - 9:57


Ran! Tadam tadam tadam... Et ran! Tadam tadam tadam... Ran! Tadam tadam tadam... Et ran! Tadam tadam tadam...
Battant le plancher de ses six pattes une étrange créature dessinait un ovale de ses pas. Deux grandes pattes à l'avant et quatre petites à l'arrière, le symbole ainsi tracé se recouvrait lui même au fil de ses circonvolutions. Etrange technique de chasse aux accents cabalistiques, la bête attendant impatiemment ses proies. Ses machoires repliées en arrière se refermeraient bien vite sur les malheureuses victimes qui oseraient franchir le seuil de la salle, se délectant d'avance de l'effet ainsi induit en elles. En son antre provisoire, la terrible bête avait tissé des toiles végétales afin de sceller le destin des ingrédients de son menu.

Le co-gérant de la boutique d'animaux magique tournait en effet en rond, ses deux elfes de maison sur ses talons. Ce premier attendait deux nouvelles recrues fraichement recrutées. Le vendeur d'animaux avait pourtant le désagréable sentiment d'avoir oublié quelque chose. La cravache! C'est ça, il avait oublié la cravache! (^^) Tant pis, il ferait sans. L'important était d'accueillir les deux stagiaires afin de les mettre au parfum. Ceci dit, le parfum de la boutique changeant selon la personne, Valens se dit qu'il ferait mieux de les mettre au jus. D'un autre côté, avec tous ces animaux, ce terme pouvait être mal interprété... ou trop bien. Disons simplement qu'il n'allait pas les lancer dans l'arène sans les avoir formés un minimum sur leurs différentes missions. Du coeur à l'ouvrage soldat!
Revenir en haut Aller en bas
Manon Ayling
Serdaigle
Serdaigle

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Manon Ayling, Mar 4 Sep 2012 - 18:18


Le jour J était enfin arrivé, pour la première fois de son existence Manon avait décroché un travail en tant que stagiaire. Ce n'était pas n'importe quel travail non, elle allait bosser dans la boutique d'animaux magiques, une aubaine étant donnée sa passion pour les créatures en tout genre.

Elle se leva donc de bonne heure et commença à se préparer en se posant plusieurs questions assez futiles comme savoir quels vêtements porter ou bien la coiffure la mieux adaptée. Finalement elle se décida pour un jean avec un haut gris accompagné de ballerines, quant aux cheveux elle avait fait une queue de cheval.
Après une bonne demi-heure, elle était enfin prête et se dirigea vers la sortie de Poudlard pour aller prendre un taxi. A bord de cet engin moldu, elle se souvint de sa réaction lorsqu'elle avait reçu la lettre lui disant qu'elle était embauchée.

FLASH BACK

C'était il y a exactement deux jours, alors qu'elle se trouvait dans la grande salle avec des amis. L'heure du courrier était arrivée et comme d'habitude la jeune fille s'attendait à ne rien recevoir, car personne de sa famille ne lui écrivait. Cependant et sous ses yeux ébahis, une chouette lui déposa une lettre. La préfète s'empressa de la défaire en se demandant qui pouvait bien lui envoyer ça. La réponse fut vite arrivée, en effet sur le dos était écrit l'adresse de la boutique d'animaux. S'étant quelques peu résignée à trouver un emploi vu sa timidité, elle n'espéra guère une bonne nouvelle. Elle commença la lecture et eu du mal à y croire, elle la relut même trois fois pour s'assurer qu'elle ne se trompait pas. Un immense allégresse l'avait envahi et elle ne put pas retenir un cri de joies devant ses lignes :

"Bonjour,
Vous avez été sélectionnée pour devenir la nouvelle stagiaire de la BAM."

Malgré tout, le soir elle se mit à s'angoisser, se demandant si elle allait être à la hauteur. La blonde ne voulait pas les décevoir.

FIN DU FLASH BACK

Le stress d'ailleurs était toujours présent et bien déterminé à rester. Un peu plus d'une heure après son départ, elle arriva enfin à Londres. L'azur et bronze étant déjà venue à la boutique pour acheter son chaton Zip, retrouva rapidement son chemin.

Une fois devant l'entrée, elle prit un bol d'air, releva sa tête et entra avec un sourire pour masquer ses doutes. Elle se rendit au deuxième étage, lieu du rendez-vous et remarqua qu'elle était la première arrivée. Effectivement seul le cogérant, qui l'avait aidé pour acheter sa boule de poils, et ses deux elfes étaient là. La préfète se présenta donc :

"Bonjour, je suis Manon Ayling, une des stagiaires."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 16:01


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 6

 Deuxième étage de la Boutique d'Animaux Magiques

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.