AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste
Page 13 sur 15
[Ste-Mangouste] Les chambres
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Theophania Fitzgerald
Theophania Fitzgerald
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Theophania Fitzgerald, Lun 1 Jan - 15:05


RP Libre (cf. ici)
Je me permets de poster ici car la limite des 1 mois est passée, n'hésitez pas à me MP si c'est un souci on s'arrangera.



Une lueur aigüe, presque douloureuse. Malgré ses yeux fermés, la jeune femme pouvait la sentir. C’était comme des petits chocs. Son corps sentait des vibrations du dehors. Quelque chose se passait. Etait-ce un rêve ? Miss Jais n’en avait pas la moindre idée. Son esprit était tout embrumé. Pas moyen de savoir où elle était. Il fallait se concentrer pour appréhender la réalité, ou à défaut vivre le rêve. On lui avait appris il y a bien longtemps, quand elle était encore une enfant, à se concentrer sur son corps pour faire le vide dans sa tête. Le plus simple était de commencer par étudier l’état des extrémités puis de remonter doucement vers la tête.

Les doigts de pieds d’abord donc. Sans les bouger et toujours les yeux clos, elle essaya de comprendre ce qu’il en était. Ils étaient nus, elle n’avait pas la sensation d’être engoncée dans des chaussettes ou pire, dans des chaussures. Non, ses orteils étaient presque libres. Mais il y avait autre chose… Elle se concentra afin de projeter toute son attention sur ces petits bouts de chair qui lui faisaient office d’orteils. Oui elle sentait une sorte de tissu. Quelque chose de très fin. Si léger qu’il flottait presque autour de son corps.

Les jambes à présent. Le tissu semblait posé délicatement sur elle. Elle le sentait jusque sur ses genoux. Là l’affaire devenait plus compliquée. Oui, il y avait un autre tissu. Les cuisses étaient écrasées sous un poids de tissu plus important. Enfin écrasées, c’était un grand mot. En vérité au même titre que les orteils, les cuisses semblaient flotter dans leur accoutrement. Oh mais elle se rendait compte d’autre chose. Elle était un sandwich. La toile qui lui recouvrait les jambes n’était pas tout. Maintenant qu’elle se concentrait elle voyait autre chose : un autre tissu, en dessous cette fois. Contrairement à l’autre ce n’était pas juste un voile. A vrai dire, elle avait l’impression que ses jambes s’enfonçaient légèrement dedans. C’était mou en surface mais elle sentait une résistance. Oui c’était ça, elle était allongée. Sur un matelas sans doute.

Bassin, nombril, poitrine, son esprit remontait progressivement en étudiant son environnement. Elle sentait ce qui l’entourait sans s’occuper de ce qu’elle sentait à l’intérieur. Elle redescendit à ses mains. Elle comprit qu’elles étaient étendues contre son corps. Sa main droite pouvait sentir le tissu qui recouvrait tout son corps. Elle arriva enfin au cou puis à la tête. Sa bouche et ses yeux était clos. Cet examen avait plongée Miss Jais dans un calme absolu. Si elle avait flotté dans les airs la sensation n’aurait pas été différente. Toujours pas d’idée sur le réel de la situation cependant. Il fallait donc trouver un moyen de savoir. La situation n’était pas déplaisante, mais la jeune fille se rappela qu’elle détestait ne pas savoir. L’étude du toucher n’avait pas donné grand-chose. Le son alors. Pour cela il fallait s’ouvrir un peu plus, se détacher du plus proche environnement. Dès l’instant où elle tendit l’oreille, la jeune femme se sentit attaquée par des bruits d’explosion. Est-ce qu’on l’attaquait ? Les sons n’était pas suffisamment précis à son oreille pour qu’elle puisse comprendre à quoi ils correspondaient. Pourtant ils ne semblaient pas si proches en se concentrant bien. Elle allait donc pouvoir souffler un peu, elle n’était sans doute pas en danger immédiat.

Oh mais c’était donc ça ce qui la dérangeait maintenant qu’elle y pensait. Elle ne respirait pas. Ou plus en tout cas. Voilà qui était embêtant. Comment y remédier ? Miss Jais semblait avoir oublié comment on faisait. Elle se rappelait vaguement de la naissance de sa petite sœur bien longtemps avant. Le bébé avait ouvert la bouche, crié et ensuite tout était allé bien. Ce qu’elle faisait aux côtés de sa mère quand elle accouchait ? Ca c’était une question de choix parentaux discutables, ne revenons pas là-dessus. Ouvrir la bouche donc. Elle s’exécuta avec difficultés. Sa mâchoire était toute ankylosée et la bouger était douloureux. Elle se sentit bête quand elle eut la bouche ouverte. De toute évidence ça ne suffisait pas vraiment. Au prix d’un effort douloureux elle se souvint comment on faisait et elle inspira une grande bouffée d’air par le nez. De l’utilité d’ouvrir la bouche pour respirer. Elle ne savait pas vraiment où elle en était. Il était donc grand temps d’ouvrir les yeux.

Ce fut lentement qu’elle s’effectua. A vrai dire elle fut un peu déçue du voyage. Elle avait maintenant les yeux ouverts mais elle était incapable de voir quoi que ce soit. Des éclairs de couleurs se bousculaient dans ses pupilles. Comme si toutes les couleurs de la vie trop impatientes de rencontrer à nouveau ces délicats iris se précipitaient en cœur pour plonger dans le regard de Miss Jais. Un plongeon douloureux. Tous les sens de la jeune femme étaient en éveil et le moins que l’on puisse dire c’est qu’à cet instant elle regrettait sa tranquille introspection. Alors que les éclairs colorés se faisaient plus précis et que l’image devenait moins floutée, la jeune femme fut frappée par une nouvelle agression extérieure. L’ouverture des yeux avait fait abstraction sur les sons perçus par les oreilles. Ses tympans semblaient à présent exploser. Les éclairs étaient accompagnés d’explosions. Bruyantes.

Quelques minutes passèrent. La jeune femme se sentait comme un nouveau-né qui découvre douloureusement le bruit et les images brutales de la vie. Elle comprit après une bonne dizaine de minutes qu’elle était allongée dans un lit près d’une fenêtre. Depuis la fenêtre elle apercevait ce qui devait être une ville. Il faisait nuit noire. Mais l’obscurité était illuminée par des feux d’artifices. D’où le boucan auquel elle avait dû faire face. Lorsqu’elle eut repris ses esprits elle se douta qu’elle n’était pas dans un rêve. Bien trop de réalité. Le problème majeur était qu’elle n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle faisait là. Elle tourna la tête pour tenter de trouver des indices. Sur la table de nuit à côté de son lit, étaient posés un cactus dans un pot en terre, et une éphéméride. Ce dernier indiquait la date du 31 décembre. Son regard se porta à nouveau vers la fenêtre. Elle murmura : « Bonne année ».

La situation s’éclaircissait progressivement. Elle avait déjà une preuve de temps. Il lui manquait maintenant une preuve de l’endroit où elle se trouvait. Pour cela il fallait se lever pour explorer. Il fut particulièrement douloureux de se mettre assise, comme si toute forme d’abdominaux l’avait quittée. Elle oublia cela et passa à la partie debout. Qui fut un véritable échec qui se solda par la rencontre de son nez avec le sol. Ses jambes n’étaient absolument pas opérationnelles. Si elle n’avait pas senti la texture de ses tibias elle aurait volontiers qualifié ses jambes de jelly. Il fallu changer de technique. Plutôt que de marcher elle se contenta de ramper. Dieu merci la chambre était peu spacieuse. Elle ne contenait que son lit, sa table de nuit, une porte qui devait mener à une salle de bain et une porte qui devait mener à un couloir. Miss Jais se serait volontiers crue à l’hôtel sans l’informe robe d’hôpital qui tentait de l’habiller sans grand succès. La faible superficie de la pièce lui permit d’atteindre la porte de la salle de bain en seulement quinze minutes. C’est épuisée qu’elle se glissa à l’intérieur. Une barre lui permit de s’asseoir sur une chaise face qui donnait sur un miroir. La femme qu’elle y vit lui semblait presque étrangère. C’est avec étonnement qu’elle sentit ces mots s’évader de sa bouche : « Theophania Fitzgerald ». Elle comprit quelques instants plus tard que c’était le nom de la femme face à elle. Son nom. Cette inconnue c’était elle. Elle ressemblait vaguement à l’image que la jeune femme se faisait d’elle, mais de nombreuses choses réelles divergeaient du souvenir.

Elle resta ainsi à se fixer pendant près d’une heure, le temps de retrouver son souffle. Après de nombreuses tentatives elle réussi à se hisser sur un fauteuil roulant qui se trouvait là. Ses bras fragiles la poussèrent jusqu’à la porte extérieure qu’elle ouvrit. Elle se retrouva dans un couloir où des personnes qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam se pressaient. Mais où s’était-elle encore fourrée ?



[récap : Et voilà Thia sort d'un coma de dix ans.]
Revenir en haut Aller en bas
Loktar Ombral
Loktar Ombral
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Loktar Ombral, Dim 14 Jan - 23:46


Il lui fallu déployer un trésor de débrouillardise pour ne pas être en retard. Il faut dire que pris dans un livre, il n'avait point vu défiler l'heure. Se pressant de se mettre sur son trente-et-un il n'oublia pas le paquet qu'il devait apporter. Un petit carton, délicatement enveloppé d'une couche de papier brun avec une cordelette pour maintenir le tout. Loktar s'emporta néanmoins sur cette fichue bouteille qu'il ne trouvait plus. Impossible de ce souvenir où il l'avait rangé, l'appartement n'était pourtant pas grand et malgré le sortilège #accio, rien n'y fit, la bouteille resta introuvable. Il aurait bien pris le temps de lancer un maléfice à quiconque lui volerait son précieux liquide alcoolisé mais il était tellement en retard...

Il perdit encore quinze minutes à marchander avec son voisin gobelin qui travaillait à Gringotts pour que ce dernier lui dépanne une bouteille pas trop mauvaise. Même ivre le gobelin n'avait rien lâché du marchandage et Loktar s'en sortait pour trois fois l'prix normal. Mais ce n'était pas ce genre de chose qui allait lui gâcher la soirée qui s'annonçait si joyeuse. Bon certes il se rendait à l'hôpital Sainte-Mangouste mais ce n'était que pour surprendre une connaissance, une ancienne amie de promotion avec qu'il il avait renoué des liens récemment. Dire qu'il allait tenter de flirter avec était peut être exagéré, c'était plus amicale que cela dans la tête du trentenaire mais peut être qu'inconsciemment...

En tout cas il n'y avait pas foule dans l'hôpital, il y avait peu de personnels et peu de malades,tout ceux qui le pouvaient été retourné chez eux, même temporairement, pour les fêtes. Ne restait que les pathologies lourdes. De nuit, avec parfois des bruits étranges émanant des chambres où les râles des patients se mêlaient au bruit du vieux bâtiment qui craque. Lugubre ambiance mais ce n'était pas pour faire peur à Loktar qui n'avait plus qu'une hâte; revoir son ancienne camarade devenue infirmière.

Au bout de dix minutes à tourner en rond à se balader entre les étages, services et couloirs, le temps défilait et Loktar commençait à s'y perdre. On le balade à deux reprises par des fausses indications et quand enfin il trouva le bon bureau de garde, il fut un peu circonspect de ne pas voir celle qu'il attendait. Pourtant il ne s'était pas trompé, lors de leur dernière rencontre elle avait bien préciser travailler la nuit du réveillon du jour de l'an. Un peu surprise l'infirmière de garde expliqua qu'elle avait remplacée au pied levé l'amie de Loktar car cette dernière était souffrante. Voulant néanmoins la voir, quelle ne soit pas seul pour la nouvelle année, il demanda à sa remplaçante si elle savait où elle habitait. La réponse fut sèche mais avec un sourire arrondissant les angles, elle ne le savait pas et même si elle l'avait su, elle n'aurait pas donné à un inconnu l'adresse de quelqu'un. Ne souhaitant pas la contrarier, Loktar la remercia et s'éclipsa pour regagner les marches, la mine défaite.

Près de l'escalier, il fut dépassé par un petit groupe de femmes, toutes avec des tenues très bariolées et qui semblaient avoir déjà consommé un peu d'alcool et s’apprêtant à en boire d'avantage. Cela devait être le personnel qui terminait sa journée et qui allait d'un instant à l'autre rejoindre une fête, des amis ou la familles quelque part dans le pays. Se perdant un peu dans ses pensées, il hésita fortement à transplaner jusqu'à chez ses parents pour y débarquer de manière improvisée mais il se ravisa, le chagrin lui coupa les ailes. C'est à ce moment là qu'il s'aperçu qu'une porte s'était entrouverte et qu'une femme en fauteuil roulant l'épiait.

Un peu mal à l'aise à soutenir le regard d'une malade ainsi, Loktar hocha la tête et embraya pour disparaître mais sa montre à gousset s'emporta et cliqueta dans tous les sens. Il était minuit, c'était la nouvelle année, le ciel s'embrasait ici et là de feux d'artifices, moldus ou sorciers, peu importe, c'était festif et joli. Les yeux de Loktar furent attiré par ces pyrotechnies. Dans le carton la musique se mise en branle toute seule, son effet était un peu gâché, il avait préparé ça pour embrayer sur une petite danse rythmée avec sa complice d'antan.


C'était assez étrange comme situation et pour ne pas passer pour un imbécile Loktar se retourna vers la dame en fauteil roulant qui à y regarder du plus près ne semblait pas très âgée. Il fit quelques pas vers elle en lui adressant un sourire.

Il semble que nous ayons changé d'année alors permettez moi de vous souhaitez une bonne année, qui que vous soyez. Pour la danse ça semble un peu rapper compte tenu de votre fauteuil mais est-ce que ça vous tenterez de partager cette bonne bouteille et quelques petits chocolats délicieux de chez Honeydukes ?

Sans attendre de réponse il posa au sol son carton qui jouait de la musique, ni trop fort ni trop faible, et tout en se dandinant légèrement, sorti de sa poche une bouteille et des verres qu'il remplit avec une belle dextérité pour en proposer un à sa partenaire d'infortune. Ce n'est qu'une fois le bras tendu qu'il se rendit compte de ce qu'il était en train de faire. Un moment de panique le traversa, allait elle hurler et faire rameuter le personnel ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Arnaud Meula, Ven 27 Avr - 15:32


Pv Rachel Ester Pasca (Sujet Dispo: 1mois dépassé, me MP si soucis).

TIC

Une inspiration, des pensées, de la douleur, un décor cauchemardesque, un bruit de fond.

TAC


Une expiration, un mal de tête absurde, l'impression de ne plus sentir sa main, une sensation de brulure sur le corps, un endroit sur le visage qui gratte.

TIC

Le temps parait si long, je ne peux ni bouger, ni parler, je n'ai personne à qui parler. Mes parents ne sont même pas venus, je n'ai aucune nouvelles de mes amis et de Poudlard. J'ai passé une nuit horrible et le soleil me brule déjà les yeux. Comment je peux être encore en vie? Ou plutôt, pourquoi je suis encore en vie? J'ai eu l'impression de mourir à ce moment-là. Une sensation de froid, les douleurs qui s'estompent et les yeux qui se ferment. Particulièrement agréable après une telle situation.

TAC


Cette horloge m’insupporte, et pourtant je ne peux rien y faire. On ne m'a toujours pas donné ma baguette, on ne me tient au courant de rien, on m'évite et les regards sont remplis de pitié ou de dégoûts. Je ne sais rien de mon état de santé, je peux penser, c'est bon signe non? Je ne me suis toujours pas vu dans un miroir et je ne bouge pas de ma position semi-allongé.

TIC

Je me souviens parfaitement de cette nuit. Et pourtant, certains détails ne veulent pas se montrer, comme-ci mon cerveau avait un filtre pour ne pas me faire du mal. Si seulement les gens pouvaient également l'avoir. Je ne serai surement pas aussi tendu dans un des pires moments de ma vie. Je n'ai rien à faire. Aucune télévision, aucun magasine, un bras engourdi avec une main... manquante. Bref.

TAC


Hrp: Arnaud est blessé et a perdu sa main gauche dans son "combat" contre mm67. Il a quelques séquelles psychologiques et n'est pas dans son meilleur état, merci d'être gentille avec lui Ange

Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Rachel Ester Pasca, Ven 27 Avr - 23:53


HRP : une mère-poule c'est toujours gentil Ange

Il y avait un bruit qui circulait chez les Phénix depuis la veille. Un bruit horrible, avec un goût amer, de sang. Ester en avait entendu parlé tout à fait par hasard tandis qu'elle tentait de faire passer sa propre douleur en se plongeant dans les archives de l'Ordre à la recherche de... de tout, de rien, d'une idée, d'un détail important. Mais rien ne s'était imposé à elle, contrairement à cette rumeur qui l'avait tenue éveillée toute la nuit -en plus d'autres choses.

Était-ce vrai ? Était-ce vraiment arrivé ? Cela n'avait rien de surprenant dans le fond, elle aurait même dû y être habituée. Sauf que non, il y avait des histoires qui continuaient de la révulser. Alors Tara était sortie tôt de son lit pour se rendre au QG et y récupérer un reste de polynectare. Après ça elle rien eu à faire de plus, à part faire croire à une grand-mère qu'elle avait une saleté dans les cheveux pour lui en arracher un -de cheveux.

Oui. Se faire passer pour quelqu'un d'autre c'était aussi facile que d'arracher un cheveux. Pas étonnant qu'un Mangemort ait put s'introduire dans sa boutique aussi facilement pour y acheter une fasse preuve contre les Phénix. Et n'empêche que ça l'a rendait furieuse. C'était pour ça qu'elle avait décidé de se venger. Elle avait même déjà un plan ! Mais pour ça il lui manquait encore quelques informations importantes.

Tara traversa l'hôpital d'un pas peut-être un peu trop énergique pour une dame de son âge, fort heureusement cela semblait d'avantage susciter l'admiration que le questionnement. Et après quelques loupés, il lui semblait qu'elle était entrée dans la bonne pièce. Son cœur loupa un battement à la vu de ce jeune homme, à peine adulte, déjà presque mort.

- Oh non, misère. Articula-t-elle avec sa voix de vieille grand-mère peiné. Que t'est-il arrivé mon garçon ?

Voix douce, inquiète. La vérité c'était qu'elle ne savait pas quoi faire pour l'aider, mais qu'elle ne pouvait pas rester sans rien faire non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Arnaud Meula, Sam 28 Avr - 19:07


Il y avait de l'activité dans le couloir, beaucoup moins dans ma chambre. Plus le temps passait et plus l'envie de bouger était grande, j'avais envie de tenter un peu la marche, voir si je tiens debout et si je peux me déplacer sans une aide et le tout sans magie.

Le moment de réflexion fut vite coupé par une vieille dame qui entra dans ma chambre. D'un ton triste, elle me demandait ce qui m'étais arrivé, si seulement je pouvais lui dire.. Voilà qu'une vieille s'est perdu et que je vais devoir lui faire la conversation. Bien qu'elle ai osé m'adresser la parole comparé aux autres, je me dois au moins de lui répondre.

Oh.. Bonjour Madame, et bien un méchant monsieur avec un long manteau et un masque a cru bon de faire du mal à petit oiseau comme moi. J'eus quelques difficultés à parler au début, mais ma voix revenait bien vite. Je n'ai pas oublié à quel point j'ai pu crier la nuit dernière.

Je me relevais un peu pour me mettre en position semi-assis et parler plus facilement à la vieille femme qui se tenait devant moi. Peut-être que cette discussion allait m'occuper le temps qu'on me rende mes affaires et qu'on me laisse sortir. Est-ce que mes parents ont été prévenus au moins?


Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 29 Avr - 19:27


Derrière ses airs de grand-mère peiné, Tara était avant tout impresionnée par le caractère dont faisait preuve l'étudiant. A sa place elle n'aurait probablement pas arrêté de pleurer, elle aurait préféré mourir que de vivre avec ça. D'ailleurs c'était ce qu'elle avait voulu à son âge, lors que les mages avaient fait irruption dans sa vie. Heureusement pour elle ça avait été extrèmement moins brutal. Mais Dieu ne nous faisait endurer que ce que nous pouvions supporter pas vrai ? Alors ce jeune homme devait être incroyablement fort.

Tara voulu l'aider à se relever, mais elle se ravisa en voyant se propre main ridé. Elle était encore plus faible et inutile dans cette enveloppe charnel. C'était une expérience qu'elle tolérait mal. Elle se sentait... à l'étroit. Pas à sa place. Un peu comme lorsqu'elle retrouvait sa famille pour un dîné par exemple...

La sorcière voulu s'approcher un peu, ce n'était pas comme si elle avait prévu de partir aussi rapidement de toute manière. Ce ne fut qu'alors qu'elle constata réellement des blessures du garçon. Maudit yeux... elle ne voyait rien... Cependant, s'il y avait bien un aventage à être quelqu'un d'autre, c'était qu'elle pouvait laisser libre court à ses émotions.

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Anigif13

- C'était un mangemort n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Arnaud Meula, Mar 1 Mai - 20:56


Je me souviens de ma première arrivée ici, ma première ouverture d’œil avec la présence de cette fille au bout du lit. Les souvenirs peuvent être douloureux, mais ma situation s'améliore ici depuis quelques heures. La grand-mère s'approcha un peu et me demandait si c'était un mangemort qui m'avait infligé les blessures visibles.

Des souvenirs douloureux, mais je ne peux qu'être franc avec cette dame, d'un mouvement très calme et lent, je retire le bout de couverture médicale qui se trouve sur mon torse, le laissant complètement apparaitre. Le numéro 67 apparaissait clairement du côté de mon cœur. C'était une réponse assez directe, mais je ne pouvais fournir de meilleures preuves à cette dame.

Oui, un certain seigneur des ténèbres, je vois que vous devez les connaitre un peu. J'espère qu'ils ne vous ont jamais fait de mal. Ce n'était pas le moment de jouer les justiciers et surtout dans cette situation.. mais ma façon de penser était devenue différente, je commençais à m'inquiéter beaucoup plus des autres que moi, comme-ci indirectement je ne supportais pas le fait d'être encore vivant?


Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 3 Mai - 21:42


Tara ferma les yeux. Ce chiffre de sang, elle le reconnaissait pour l'avoir déjà vu que deux personnes proches. Depuis Nyx était introuvable et Reyes se remettait difficilement. Comme ce jeune homme, il garderait à vie dans la chair le prix d'une société libre et nouvelle et, de ce fait, la sorcière comprenait encore moins le choix de celle qui était un jour devenue sa meilleure amie pour l'aider à se relever pour se battre et ne pas laisser les Mangemorts gagner. Que ne donnerait-elle pas pour retrouver cette Kohane-là, celle qui se serait battu contre la violence plutôt de l'encourager.

Tara ouvra les yeux. Elle ignorait si la colère pouvait se lire sur les traits de son visages vieillit par la potion polynectare. Ne pouvaient-ils pas effacer ce chiffre du torse de ce pauvre gosse ? Ne pouvaient-t'ils pas lui rendre une main ? La sorcière n'y connaissait strictement rien en médicomagie, mais elle avait le vague souvenir que cela était possible. Ou peut-être n'était-ce possible que dans sa tête et que le pauvre devrait apprendre à vivre avec ça comme il devrait se relever seul. Car à moins de lui faire tout oublier, il n'existait rien pour soulager les mal intérieurs. Un psychologue peut-être ? Mais Tara n'en avait jamais entendu parlé du côté du monde magique. Puis après tout, avec toutes ces choses étranges qui lui passaient par l'esprit, Kohane était peut-être juste malade ? Schizophrénie peut-être bien... pour croire aussi durement qu'il y avait des tueurs de gâteaux...

- Ils font du mal à tout le monde... Ou ils forcent le monde à s'en faire à lui-même... Au moins de mon temps on avait peur de montrer qu'on était le leur côté. Aujourd'hui on a peur d'avouer qu'on soutient le ministère !

Elle avait fait exprès de ne pas citer les oiseaux de feu tout de suite. Si vraiment elle devait le faire, elle voulait le faire bien, pour montrer qu'ils étaient et seraient là pour lui s'il en éprouvait le besoin. Jamais Tara ne laisserait ainsi une victime de ces monstres. L'Ordre avait un refuge d'ailleurs. Ce jeune homme pourrait peut-être en profiter un jour. Et si les choses continuaient ainsi, il ne serait de loin pas le seul...

- Roooh ! De mon temps tu sais... Pauvre enfant, c'est une honte ce qui t'es arrivé. J'espère que les Aurors pourront les retrouver ! Mais je suis bien contente de ne plus en avoir pour longtemps, quand je vois ce qui se passe ou ce qui arrive à des personnes innocentes comme toi.

Niveau fascié elle ne savait pas trop ce que cela donnait, mais niveau intonation de voix Tara était toujours en colère.

- Et a quoi ils ressemblaient ces gredins ?
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Arnaud Meula, Ven 4 Mai - 22:31


C'était donc ce que je craignais, la vieille dame en face de moi connaissait bien l'existence des mages noirs et ils faisaient bien du mal à tout le monde.

Je confirmes, j'ai un peu trop parlé avec lui concernant les aurors et il a prit un malin plaisir à me rabaisser là-dessus sur le ministère C'était la vérité, je pense l'avoir compris au fur et à mesure de l'avancement du combat, les mangemorts étaient vraiment puissant.

Elle me disait alors qu'elle espérait que les aurors puissent le retrouver.

Vous savez Madame, j'ai un respect très profond envers les aurors, mais je ne pense pas qu'une personne sur Terre soit capable de résister à cette personne et c'est ce qui m’apeure encore à l'heure actuel, c'est qu'une personne comme lui soit en liberté.

De longs frissons remontaient alors dans mon dos, certaines images me donnaient à nouveau la nausée et surtout une envie de me mettre en boule dans mon lit, mais chaque mouvement était d'une douleur sans nom.

Il était tout seul, mais il avait un long serpent avec lui. Vêtu d'un grand vêtement noir, je le voyais assez mal dans la nuit, mais j'ai surtout aperçu son masque. Sa voix raisonne encore dans ma tête à l'heure actuelle.. il parlait à son serpent dans une langue inconnue. Il savait également parfaitement maitriser le transplannage, il s'est longtemps amusé avec moi là-dessus. Il possédait également une grande force physique, il s'est amusé à me retourner les doigts dans l'autre sens pour me les briser.

De douloureux souvenirs qui remontaient, le souvenir du terorim qui me mettait au sol en pratiquement une minute, de la force qui a éclaté mes doigts. Une sensation de faiblesse revenait...

Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 6 Mai - 11:14


Dans le couloir les infirmières commençaient à s'agiter, allez donc savoir pourquoi. Un accident de plus peut-être. Ou un autre message plein de sens que les Mangemorts enverraient à la société. C'était eux les gentils après tout, les sauveurs, les libérateurs, ceux qui portaient un masque et répendaient la terreur non pas par désire, mais par nécessité. Parce que la société était, semblait-il, pire qu'eux... A chaque fois qu'elle y pensait la sorcière riait jaune. Croyez-le où non, c'était des excuses qu'on lui avait sortie toute sa vie. Stupide.

Grand-mère Tara récupéra une chaise en espérant être plus à l'aise dans ce corps assise. Elle sentait que le polynectare ne tarderait pas à prendre fin, que le temps lui était compté. D'un geste protecteur et réconfortant, elle posa une main ridée sur celle du jeune homme, souriant doucement à ses peurs. N'était-elle pas passé par là elle aussi ?

- Je connais la peur, la colère, la douleur, mais tu aurais tord de croire que ta vie se limitera à ça maintenant.

Tara ferma les yeux, cherchant ce qu'il convenait de dire. Ce petit avait besoin d'espoir, ce que l'Ordre était. Elle n'était pas Auror parce que lorsque la guerre serait fini -si elle finissait un jour...-, elle comptait bien reprendre une vie simple et facile. Celle qu'elle aurait aimé avoir depuis le début. Elle était Phénix, parce que rester sans rien faire lui était absoluement impossible. Elle devait se recheter, elle devait participer à ce combat pour se faire pardonner et peut-être même, pour se pardonner soi-même.

- Les Mangemorts ne sont pas invacibles ! Ce ne sont que des sorciers qui, en s'en prenant à des enfants, des plus faibles qu'eux, se font croire tout puissant.

La phénix fit un nouvelle pause quand ses yeux lui permirent à nouveau de voir correctement, signe que le polynectare était doucement assimilé par son organisme. Bientôt elle perdrait cette apparence de vieille femme. Alors elle se redressa dans son fauteuil, le regard bien plus fière qu'avant. Elle savait que la couleur de ses yeux avait changé.

- Dis-moi à quoi il ressemblait et je te promets qu'un jour il paiera.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Arnaud Meula, Lun 7 Mai - 17:46


Malheureusement mes idées étaient bien sombres, il devait me rester des sequelles assez fraiche de la rencontre avec le seigneur des ténèbres.

Cependant, le ton de la femme semblait être de plus en plus sérieux, je ne devais pas abandonner et je ne serai pas seul de ce que j'ai compris. Elle n'avait pas tord concernant les mangemorts, la plupart s'en prenaient directement aux enfants et en profitaient pour inspirer la terreur sur des générations d'élèves.

Une aura différente se faisait sentir, un peu comme une aura d'espoir. Un jour celui qui m'a fait cette marque payera pour ses actes et j'espère être celui qui le mettra au sol.

Je suis navré de ne pas pouvoir vous le décrire plus en détails, il faisait nuit et j'ai beaucoup plus de souvenirs sur la fin des événements que le début, il me semble qu'il avait déjà son masque quand je l'ai croisé, il devait surement enquêter sur quelque chose à Godric's Hollow. Je n'avais pas aperçu son serpent au début donc il ne devait pas se battre avec quelqu'un non plus.

La fatigue me saisissait de nouveau, comme avec Elhiya. La remontée des souvenirs était assez douloureuse au fond de moi.


Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 7 Mai - 20:39


Je n'ai jamais affronté un Mangemort songea-t-elle soudainement. Les masqués semblaient la laisser tranquille depuis qu'elle avait rejoint l'Ordre, déjà lorsqu'elle était encore qu'une simple alliée. Une enfant. A croire qu'ils avaient senti qu'elle n'était plus seule, ou qu'elle ne se laisserait plus faire. Peut-être ? Mais il était en tout cas certain que les Mangemorts occupaient une place importante dans sa vie, chaque jour elle se battait contre leur idéaux, chaque jour elle découvrait de nouvelles victimes. Des nouveaux lieux d'attaques. Et souvent, c'était les faibles qui en payaient les frais.

Le jeune homme devant elle avait tout le temps d'une vie pour se relever et elle ne doutait pas qu'il le ferait, mais elle ne pouvait s'empêcher de se demander : quel excuse le monde allait encore pouvoir trouver ? Il y a peu on avait essayé de lui faire comprendre qu'aucun geste, aucune action des mages noirs n'étaient fait sans raison. On avait essayé de lui faire croire qu'il n'y avait jamais de violence gratuite. Alors elle se demandait comme cette personne justifierait l'état de cet étudiant ? Elle se demandait ce qu'en penserait Kohane et qu'elle stratagème elle mettrait encore en place pour prouver à quel point elle était bonne et généreuse avec tout le monde ? Faire partie des méchants était-il une preuve de l'élévation de notre esprit ? Car c'était bien connu : juger... c'était mal ! Plus que de tuer en tout cas...

- Ce n'est pas grâve, moi je le connais bien.

Tara inspira longuement. Huit ans, cela faisait huit ans qu'il hantait ses nuits et ses jours. Ce maudit masque... Celui avec qui tout avait commencé.

- Je voulais simplement voir ce que tu savais, j'avais espéré que tu saurais quelque chose en plus, mais je le retrouverais quoi qu'il arrive.

Soudainement plus vivace, moins grand-mère, Tara se leva d'un bon, reprenant une voix de jeune femme. Car oui, depuis le début elle devait s'efforcer de changer sa voix, le polynectare n'offrant pas ce luxe. Et ça faisait du bien ! Elle n'avait maintenant plus aucune raison de cacher qui elle était, même si elle conservait une allure de mémé.

- Tu devrais te reposer maintenant. Et si tu veux nous parler, laisse une lettre pour Tara aux infirmières.

La phénix se retourna une dernière fois une fois dans l'encadrement de la porte pour lui sourire. Sur son visage, elle sentait la potion s'estomper, sans doute devait-elle être toute bosselée, retrouvant un air plus jeune et plus de rondeurs.

- N'oublie pas, nos larmes guérissent et nos flammes punissent !

FIN du RP
Si Arnaud veut contacter un piou il sait comment faire mtn ahah
P.S. : infirmière = MP Ange
Revenir en haut Aller en bas
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Azénor P. Benbow, Mar 29 Mai - 14:48


pv ft. Morgan Delaube
avec son LA


La chose la plus étrange aujourd'hui? J'ai reçu un courrier. Enfin je veux dire, j'en reçois des dizaines tous les jours. Compréhensible, quand on endorse le rôle de Directrice Adjointe et de Propriétaire d'un bar de Pré-au-Lard. Y'a des problèmes partout, des choses à régler, à autoriser, refuser, des signatures par ci, des signatures par là. Mais ce courrier que je viens de recevoir, n'a rien à voir avec le boulot, il concerne un ami. Ouais, j'aime l'appeler comme ça. Parce qu'il est de ces personnes pour qui je serais toujours là, quoi qu'il arrive. Mon frère d'armes. Même si Morgan et moi ne partageons pas nos vies, même si nous ne sommes pas si proches que cela, il est l'une des personnes dans ce monde qui part en cou*lles, en qui je peux placer ma confiance. Et ça fait du bien.
J'ai donc reçu ce courrier, de son père; m'annonçant un genre d'accident. Les mots n'était pas très clairs, pas du tout à vrai dire. Peut-être était-il sur le choc? En tout cas, je ne sais pas ce qui est arrivé à Morgan, mais il est à St Mangouste, donc ce n'est rien de bon.

Le papier dans les mains, je réfléchis, reste quelques secondes sans rien faire, à regarder le bordel de mon bureau. Puis d'un bond, je me lève, enfile une veste, remet un peu de rouge sur mes lèves, et claque la porte derrière moi en laissant un mot magique sur la porte -j'ai dû m'absenter- que quelqu'un m'en blâme, je lui ferais mon regard de bitch et ça passera, même avec Aaron.
Mon sac sur l'avant bras, je presse le pas dans les couloirs du château, direction St Mangouste. Quelques sourires arrachés pour les élèves qui traînent ici et là entre deux heures de classe.
Enfin sortie du château, je souffle un coup, et en un pouf, disparue.

J'arrive de mon transplanage devant l'entrée de St Mangouste. Le courrier ne spécifiait pas l'état de Morgan, ni l'étage (mdr le jeu de mot hihihihihihih) où il se trouve. Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre, ni pourquoi son père à penser à moi plutôt qu'à un autre de ses amis Phénix ou non. Je m'approche de l'accueil, demande pour Morgan Delaube, et me fait diriger vers me troisième étage. Un coup d'ascenseur ainsi que quelques regards intrigués -mais pourquoi la Directrice Adjointe de Poudlard est ici- plus tard et me voilà dans le couloir du troisième étage de l'hôpital magique. Très vite, je trouve la chambre avec une petite inscription nommant Morgan. Je toque du doigt, pas de réponse, il m'a sans doute pas entendue.. Je crée du doigt un bouquet de fleurs jaunes, je crois que c'est la couleur de l'amitié, mais je suis pas sûre. Au pire, on dira que je ne savais pas. J'entre doucement dans la chambre, sans entendre d'autorisation de sa part; pour trouver un Morgan endormi, pas si amoché que cela. Disons que je m'étais presque attendue au pire. Ouf. Je m'assois sur le fauteuil près de lui, et pose les fleurs sur sa table de nuit. Je reste là, à alterner entre la fenêtre et lui, en silence, attendant qu'il se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
Morgan Delaube
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Morgan Delaube, Mar 29 Mai - 15:34


Les tréfonds de la pensée de Morgan étaient régis par un monstre dont peu de gens connaissaient l'existence. Il était cruel, vil et surtout affamé. Mais l'un de ses traits de caractéristiques, c'est qu'il était aussi rancunier. Toutes ces potions ingurgitées avaient été pour lui des coups de fouet à répétition. Personne n'aimait se faire fouetter. Du moins, pas dans ce contexte là ni avec autant de violence. Profitant de l'état de faiblesse, et de l'absence de potion, elle faisait de chaque instant de la vie de l'ancien Jaune et Noir un supplice. Chaque bruit était trop fort et douloureux, chaque odeur avait pour but d'irriter son nez. Un peu de lumière et il avait envie de s'arracher les yeux. La seule chose qui lui faisait du bien c'était de l'eau. Ca lui enlevait le goût âpre qu'il avait en bouche. Parfois il entendait des voix mais il les ignorait. Des fois familières, des fois beaucoup moins. Il ouvrait les yeux sous la contrainte.

Quelques coups retentirent. Il poussa un grognement avant de se tourner, s'allongeant sur le dos, les bras le long du corps. La couette descendait mais il s'en fichait. Le contact de l'air était pour lui moins désagréable que celui de la couette, quoiqu'il avait fini par s'habituer. La porte s'ouvrit puis se referma. Le bruit lui fit pousser un autre grognement. Une odeur le prit aux narines. Cette odeur de nature, de fleurs. D'habitude si agréable, aujourd'hui si agressive. Il se releva et ouvrit les yeux. Il se couvrit de ses mains en poussant un grognement un peu lupin. Il entrouvrit les doigts et finit peu à peu par s'habituer à la lumière. C'était un progrès. Néanmoins il y voyait un peu flou. Une silhouette se dessinait dans un coin. Il y voyait comme une posture protectrice.

-Maman ? Demanda-t-il en clignant des yeux. Il finit par plisser des paupières et vit apparaître un visage familier. Mais qu'est-ce qu'elle faisait là ? Ah oui, il avait sûrement du demander à son père de la prévenir qu'il serait absent quelques temps. Et aussi de dire à son elfe de bien s'occuper de ses animaux. Mais pourquoi était-elle venue ? Peut-être qu'elle avait quelques potions avec elle à lui offrir ?

-Je crois que j'ai fait une bêtise... C'était comme un éclair de conscience. La bête n'avait pas voulu qu'il ouvre les yeux, qu'il se rende compte du monde qui l'entoure. Je dois sortir. Il faut que je parte. Le tue-loup. Mal pris. Mal pris. Il répéta frénétiquement les deux derniers mots, essayant de sortir. Mais les liens invisibles étaient toujours là et l'agitait un peu plus. Il secoua les draps, tenta de sortir. Rien ni fit, il était bloqué là. Avec un peu de chance ça retiendrait la bête. Mais il ne savait même pas quel jour il était. Il n'arrivait pas assez à se concentrer pour en savoir où en était le cycle lunaire.

-Un philtre de paix. Il me faut un philtre de paix ! Argggh ! lâcha-t-il en se mettant les mains sur les tympans. Une migraine l'attaqua. Trop d'informations d'un coup pour son petit cerveau. Puis sait-on jamais qu'Azénor accepte de lui en donner un.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Azénor P. Benbow, Mar 29 Mai - 17:35



Morgan a l'air grognon. Enfin je ne l'en blâme pas, puisque de toute façon, il ne s'est pas retrouvé là par hasard. Pfouu, je n'aimerais pas vraiment être à sa place, dans un lit d'hôpital, souffrant le martyr. Ou pas le martyr d'ailleurs, juste souffrant. Il grogne, se dandine, puis se relève finalement, dérangé par la lumière du jour. L'obscurité ne me dérange pas un poil, d'un coup de doigts magiques -ouais c'est ultra stylé d'être manumage- je pousse les rideaux de sorte à retrouver une pénombre agréable dans la pièce.
J'arbore des yeux ronds quand Morgan me prend pour sa mère, léger rire. Eh non. Essaie encore. Et puis très vite, Morgan perd son calme, encore une fois Azénor, il n'est pas là pour rien, bien sûr qu'il s'est passé quelque chose! Je me lève brusquement, et n'hésite pas à poser une main protectrice sur lui alors qu'il se débat pour essayer de se détacher de ses liens invisibles. -Un philtre de paix. Il me faut un philtre de paix ! Argggh ! Le pauvre souffre, ça se voit, enfin je veux dire y'a pas besoin d'être legilimens pour comprendre qu'il est en train de se choper un sacré mal de tête. Je tire les rideaux davantage d'un geste de main, j'espère que cela lui fera un tant soit peu de bien.
Je repose ma main sur son épaule un peu chaude, j'adopte un ton doux et rassurant; Eh eh, détend-toi. Ca va s'arranger. Si tu me disais ce qu'il s'est passé? Je me doute bien que les medicomages ont déjà fait ce qu'il y a faire dans ce genre de situation, ça a l'air d'être en rapport avec his shadow self, enfin, son côté lupin quoi. Mmmmh, pas bon. On m'a toujours dit de me méfier de ce genre de personne, mais je veux dire, ils ont pas choisit! On peut pas juste les renier. Et puis Morgan est mon ami, il n'a rien demandé de tout ça. Alors je fais de mon mieux pour l'apaiser. Quelques sourires chaleureux; puis j'attends aussi des explications.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[Ste-Mangouste] Les chambres - Page 13 Empty
Re: [Ste-Mangouste] Les chambres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 15

 [Ste-Mangouste] Les chambres

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Hôpital Ste-Mangouste-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.