AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 5 sur 22
Couloir du 7ème étage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 22  Suivant
Harmony Pinkside
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Harmony Pinkside, Dim 9 Oct - 17:48


- Enervatum, dit une voix légère et féminine.

C'est la première chose qu'entendit la Poufsouffle, qui était complétement dans le brouillard. Les yeux completement embrouillés, elle vit une forme, visiblement une personne. Tout était flou.

- Tu m'entends ? Tu as mal quelque part ? Tu es dans le couloir du Septième étage. Tu veux que je t'emmène à l'infirmerie ? Que s'est-il passé ?

La jeune Poufsouffle mis un certain temps à répondre, extrêmement nauséeuse, elle avait mal de la tête aux pieds. Elle se mis sur les coudes, se rapprochant du visage de la personne, elle plissa les yeux, et vit que les vêtements de la personne était jaune. Elle ne mis pas longtemps à trouver que celle-ci était de sa Maison. Ce détail, la fit se sentir en sécurité et réconfortée.

- Non non, ça va aller, je t'assure. Désolée, mais il me faudra quelque temps pour récupérer la mémoire, dit Harmony, d'une voix grave et caverneuse, elle s'éclaircissat la gorge bruyament.

La jeune fille lui tendit un morceau de chocolat.

- Tiens, mange, ça peut te faire que du bien.

Harmony prit le morceau, en croquat un bout, malgré le fait qu'elle se sentait nauséeuse, elle le mangea petit à petit.

- Merci, dit Harmony, avec un sourire douloureux.

Revenir en haut Aller en bas
Noémie Duncan
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Noémie Duncan, Mer 12 Oct - 14:27


Alors que Noémie, toute grimaçante de douleur, s'apprêtait à rejoindre son dortoir, elle vit arriver un beau jeune homme athlétique qui se pencha vers elle pour lui dire d'un air malicieux :

- Quelle sadisme de mettre des chaussures aussi étroite vraiment vous devriez porter plainte sérieusement. Il rigola et ajouta : Voulez-vous que je vous raccompagne jusqu'a votre dortoir en vous portant jusque dans votre chambre ? Puis il lui fit un baise main ce qui la fit rougir. Je m'appelle Stinson, Barney Stinson et vous ma demoiselle ?

Noémie ne put réprimer un petit rire, elle adressa au nouveau venu un éclatant sourire, il venait de beaucoup l'amuser ce garçons. Et puis lorsqu'il s'était présenté, elle avait aussitôt penser à un film moldu qu'elle adorait. La phrase de Barney lui avait rappelé le :"Je m'appelle Bond, James Bond !" de l'agent 007 et elle dut faire un effort pour ne pas glousser.

Elle hocha joyeusement la tête avant de répondre de sa voix la plus chaleureuse.

- Enchantée Barney, moi c'est Noémie Duncan. Salua-t-elle en lui adressant une mini-révérence, l'œil pétillant. Et non, je ne suis pas sadique, mais les chaussures font hélas partie de mes passions les plus... irrationnelles. Pas que j'aime avoir mal au pied , ajouta t'elle dédaigneusement en lançant un regard noir aux chaussures en question, mais parce j'aime que mes jambes soit ainsi mise en valeur, et puis de belle chaussure, c'est quand même très classe, on ne porte pas des robes à 1 000 gallions si c'est pour marcher en sabot. Termina-t-elle avec un sourire.

Elle noua rapidement sa très longues chevelures qui lui tombait aux creux des reins et les rassemblât sur sa nuque afin de ne plus les avoir dans les yeux.

- C'est avec plaisir que j'accepte d'être raccompagner ! Par contre... Ce n'est pas forcément nécessaire de me porter, je ne voudrais pas que vous vous fassiez mal au dos. Conclue t'elle, souriante.

La jeune fille ne voulait pas l’avouer mais elle avait surtout sa fierté, et même si faire le trajet dans les bras du séduisant jeune homme lui paraissait être une solution très agréable, elle ne voulait surtout pas avoir l'air faible et incapable de marcher toute seule.

Noémie leva fièrement le menton et d'un pas résolu commença à marcher à côté de Barney, le regard droit, et les lèvres légèrement pincer pour ne pas gémir de douleur.

- Vous... Tu es nouveau ici ? Questionna-t-elle en abandonnant le protocolaire vouvoiement.

Elle le regarda du coin de l'œil, attendant sa réponse, tout en étant attentive à éviter de se casser la cheville. Ce serait quand même dommage de ne plus avoir d'excuses pour ne pas se faire porter... Quoique...
Revenir en haut Aller en bas
Azuline Obflady
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Azuline Obflady, Jeu 20 Oct - 18:44



Elle vit la jeune fille plisser les yeux, surement pour essayer de l'identifier. Et quand son regard, arriva sur le jaune de son uniforme, elle la vit esquisser un sourire. Elle se sentait probablement plus rassurée de se retrouver avec quelqu'un de sa maison.

-Non non, ça va aller, je t'assure. Désolée, mais il me faudra quelque temps pour récupérer la mémoire

En effet, la jeune fille avait l'air encore un peu perdue. Elle la vit saisir le morceau de chocolat, le manger progressivement puis la remercier avec un sourire crispé. Azuline s'abaissa et s'assit sur le sol pour être à sa hauteur.

- Oh c'est pas grave, prends le temps de récupérer un peu, lui sourit-elle. D'ailleurs, tu ferais mieux de rester assise et de reprendre quelques couleurs. Après, je t’emmènerai à l'infirmerie.

Elle se souvint d'un sort pour calmer les douleurs superficielles, cela ne serait pas suffisant mais c'était déjà mieux que rien. Elle décida de prévenir la jeune fille avant de lui lancer le sortilège pour ne pas qu'elle se mette à paniquer.

- En attendant, je vais te lancer un sort de soulagement, cela devrait permettre d'atténuer la douleur.

Elle se redressa et, d'un mouvement de la main, elle lança le sortilège. Puis, la nuit étant tombée, elle se retourna vers les lumières du couloir, qu'elle enflamma d'un incendio. Elle se rassit correctement, tout en conservant une distance avec la jeune fille. Après réflexion, elle se rappela qu'elle l'avait déjà croisé à la table des Pouffy's mais elle était dans l'impossibilité de se rappeler de son prénom.

- Au fait comment tu t'appelles? Je sais que je t'ai surement croisé ici et là mais, je ne sais pas ton prénom, s'excusa-t-elle. Moi c'est Azuline.

Elle allait laisser encore quelques minutes à la jeune fille pour se remettre de ses émotions avant de l'emmener à l'infirmerie. De gré ou de force. En effet, elle s'était rendu compte que beaucoup d'élèves détestaient aller à l'infirmerie, quitte à souffrir après. Mais là, c'était hors de question qu'elle laisse la jeune Pouffy repartir comme cela.


[HRPG: Désolée pour le temps de réponse ^^']




Revenir en haut Aller en bas
Arbitre de Quidditch
PNJ
Arbitre neutre

Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Arbitre de Quidditch, Mer 2 Nov - 16:42


« Salazar, le plus grand des quatre de Poudlard, montre moi le chemin »

Un bruit de pierre qui bouge, une lumière remplaçant l'obscurité. Il n'ouvrit pas les yeux. Un autre maître ? Non, ce devait être l'envoyé de son seigneur. Celui qui lui avait infligé toutes ses blessures. Celui-ci lui ordonna de ne pas ouvrir les yeux. Une mélopée lui revient en mémoire, comme une éternelle ritournelle. Il devait lui obéir, il le devait. Il glissa silencieusement vers la sortie, et alla prêt de l'homme.

Il le craignait, et en même temps se savait inattaquable. Il le toucha. Un léger bruit d'une main humaine sur ses écailles devenues rugueuses. Un contact étrange, et étranger pour lui. Cela ne lui procurait aucunes souffrances. Serait-ce une.. caresse ? Il claqua des crocs. Il n'était pas un animal que l'on caresse, il était puissant, fort, et craint. Mais cet homme.. Il ressemblait au précédent. Les humains étaient-ils si redoutables ?

Cet homme lui dit d'aller vers un endroit rond, long et sombre. Parfaitement adapté à sa taille, et à ses préférences. L'homme lui ordonna de tuer la première personne qu'il verrait ou sentirait. La voix lui conféra ensuite de se faire plaisir avec le corps de la victime. Néanmoins, il devait prendre gare à laisser une trace.

C'en était assez. Le Roi des Serpents avait ce qu'il lui fallait. Il s'élança dans les conduits, frisant l'extase devant la puissance de son corps, et le fait que les tuyaux droits lui permettait de glisser sans buter ou manquer de croiser un mur. Il remonta les tuyaux, et écoutait... Il ne comprenait pas, mais savait qu'une future victime allait bientôt apparaître. L'instinct.

Cela sentait les urines, et des bruits de conversations résonnaient dans son esprit. « Tue ! » avait ordonné l'autre maître. Il allait obéir. Un bruit de canalisation, des objets lourds qui bougent, des cris étonnés. Il sortit son immense tête, et son regard fixa les yeux des deux jeunes gens qui étaient déguisés. Elles tombèrent dans un bruit mat, tué par des yeux jaunes. Le Basilic n'avait aucune notion d'Halloween, mais savait que dorénavant, elles ne le fêteraient plus.

Il croqua le corps de la fillette, laissant ses crocs s'imbiber de sang humain. Pour faire bonne mesure, il croqua aussi la jeune femme, plus âgée qui l'accompagnait. Néanmoins, le sang répandu, et les morceaux d'étoffes ci et là montraient bien ce qu'il s'était passé. Un double meurtre dans le château. Le Basilic avait fait son travail, et en serviteur zélé, il l'avait fait doublement bien. En plus des vêtements restait les accessoires de maquillage, immangeables.

Le Roi des Serpents retourna dans les ténèbres des tuyaux, et quelques minutes après que les toilettes se soient remises en place, un hurlement retentit. On venait de découvrir les corps. Glissant dans l'obscurité, il retourna peu à peu, le goût du sang en lui, vers sa demeure souterraine. Il entendit un écho sifflant :


« Beau travail... »

Il ne comprenait pas ces mots, mais la satisfaction qui s'en dégageait signifiait qu'il avait combler un de ses maîtres. Le reptile espérait que le plus grand, le plus dangereux, serait du même avis.. Le monstre retourna dans l'ombre, laissant Poudlard dans la terreur, car désormais, la Chambre des Secrets était ouverte, de nouveau... Mais personne ne pouvait savoir qui était le responsable.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Rily Dacker, Dim 6 Nov - 10:53


Après l'attente interminable qu'elle avait du endurer en attendant le ministre de la magie, Rily du le guider avec ses acolytes jusqu'au 7ème étage. Chose peu évidente. Les escaliers devaient eux aussi être perturbé par le meurtre, et leur petit bout de conscience qui leur permettait de se déplacer comme bon leur semblait (ou presque) en semblait gravement affecté. Ils se retrouvèrent de nombreuses fois à plusieurs étages différents, sans jamais arriver au 7ème. Heureusement, en passant par un passage secret connu de Rily, ils parvinrent à s'y retrouver, même si le portrait avait été un peu réticent à les laisser passer. La scène du crime était toujours la même, entourée du périmètre de sécurité que Rily avait mis. Elle sentit sa tête lui tourner un peu, et elle se mit vaguement à tanguer en imaginant ce qui avait bien pu se passer. Le meurtre était horrible. Voilà une image de plus à ajouter à ses cauchemars. Si avec ça elle arrivait à trouver encore le sommeil, c'est qu'elle était vraiment douée.

- C'est... c'est là... murmura-t-elle avec horreur. Le lieu est exactement pareil, rien n'a changé... je crois...

Elle dut se taire, prise de sanglot qu'elle refoula tant bien que mal. Elle prit une grande inspiration et poursuivit.

- C'est horrible... il ne reste presque plus rien... à part le sang et les vêtements... ça va être dur de découvrir qui sont les deux victimes. Des filles, je suppose, proposa-t-elle en désignant les accessoires de maquillage qui traînaient par terre.

Rily tentait d'entretenir des pensées cohérentes, même si elle ne se sentait pas d'humeur à enquêter sur cela... mais elle le devait. Elle allait surement être soupçonnée, aussi, puisque c'était elle qui avait découvert la scène du crime. En plus, elle avait un poignard, attaché à sa ceinture, et du sang - du faux, sauf sur ses chaussures et ses doigts puisqu'ils avaient tous trempé dedans -. Il y avait de quoi se méfier. Mais bon, pour les avoir dévoré ainsi, un poignard n'aurait pas servi à grand chose. Elle remarqua, dans un éclair de lucidité, que le meurtre ne semblait pas avoir trainé. Même si un peu de sang maculait les murs, il n'y avait pas l'air d'y avoir eu de combat ou d'affrontement. Comme si les victimes étaient mortes avant d'avoir pu comprendre ce qui leur arrivait. Tuées avant d'être re-tuée? C'était tout simplement dégueulasse.

- Pas de trace de lutte, souffla-t-elle en s'inspirant des films comme les Experts qu'elle avait vu. Le meurtrier a du les prendre par surprise... mais les corps ne... ne sont plus là... on dirait qu'ils ont été dévorés... déclara-t-elle en mettant le doigt sur cette impression qui la poursuivait.

Qui donc pouvait-être assez cruel pour croquer deux filles, le soir d'Halloween? Et dire que n'importe qui se trouvant au 7ème étage à ce moment-là aurait pu mourir de la même façon... Y compris elle, qui s'y trouvait, et surement pas très longtemps après le meurtre. Elle déglutit et pâlit en s'imaginant à la place des deux victimes. Répugnant. Terrorisant. Et un peu mortel, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Calypso Otaway, Dim 6 Nov - 13:00


”QUOI !!!? ben voilà autre chose !”

Céleste froissa le bout de papier qu'elle tenait dans sa main et se dirigea avec rage au salon. Cela ne l'étonnait pas qu'il se passe des choses étranges à Poudlard, après le comportement complètement décalé du personnel de l'école.
* Bande d'incompétents ! * pensa t-elle alors qu'elle traversait le QG à toute vitesse. Ouvrant la porte à la volée, elle fut étonnée de ne voir personne. Bon elle allait devoir chercher encore. Mais vite ! Car il était hors de question qu'elle laisse ces évènements tragiques continuer à se dérouler tranquillement, sans rien faire. La personne qui avait osé posé la main sur les élèves allait devoir payer. Après avoir fouillé et fait appel à l'aide de Pastel, la rousse réussit enfin à poser la main sur les Aurors qui allaient l'accompagner pour cette nouvelle mission.

Il n'y avait pas de temps à perdre, il fallait se rendre à Poudlard dans les plus brefs délais afin de pouvoir mettre la main sur l'auteur des crimes. Un étrange malaise s'empara d'elle alors qu'elle pensait aux jeunes innocents qui avaient eu le malheur de se trouver là au mauvais endroit, au moment. La jeune femme pensa également au Ministre. Il fallait qu'elle lui parle de manière urgente. Cette histoire allait tourner à la tourmente politique, ils allaient devoir essayer de contrôler les débats médiatiques et les médisances, s'ils ne voulaient pas que l'école soit purement et tout simplement fermée. Ce serait une vraie catastrophe pour les petits sorciers qui y étudiaient et pour bien d'autres encore. Elle avait malheureusement peur qu'ils n'aient pas vraiment le choix si le danger persistait. Raison de plus pour agir vite et bien.

Se munissant de son insigne et de sa baguette et sans plus de cérémonies elle transplana au devant des grilles de l'école. A son plus grand étonnement, un gardien du ministère leur ouvrit comme si... chose étrange, comme s'ils avaient été attendus. Il leur déblatéra d'ailleurs un drôle de discours en expliquant que les autres étaient déjà arrivés. Les autres ? Quels autres ? Elle ne prit pas la peine de comprendre outre mesure ni de demander des précisions sur le pourquoi du comment, elle décida plutôt d'accélérer le pas afin de comprendre ce qu'il se passait, suivie de près par ses collègues. Revenir ici après les derniers évènements étaient un peu difficile et contrariant pour les mauves, mais c'était leur travail, ils n'avaient pas le choix. Et la vie des enfants était très certainement en danger.

“Tient pour une fois qu'on a envie de voir les Aurors à Poudlard ! Autant en profiter !” lâcha t-elle sarcastique.

Mais il semblait que le son de sa voix se soit répercutée à travers le parc et la jeune femme avait attiré l'attention de drôles d'oiseaux. Ils rejoignirent donc plus vite que prévu un Ministre et une Magenmage qui semblaient inquiets, préoccupés. La jeune femme le cœur battant les rejoignit et les salua.

“Bonjour Miss Shake, Monsieur le ministre. Heureuse de vous voir ici, même si les circonstances ne sont pas plaisantes. Je ne pensais pas que les choses seraient si graves ...” Il continuèrent leur marche tous ensemble. Céleste agrippa doucement le bras du ministre afin de lui faire signe de ralentir quelques secondes, le temps de lui murmurer.

“Actarius il va falloir qu'on parle tout les deux ...” elle plongea rapidement son regard dans le sien avant de continuer.

Le groupe se dirigea vers le château à grand pas. La jeune femme resserra sa cape autour de ses épaules. Elle se sentait extrêmement fébrile. Qu'allaient-ils découvrir une fois à l'intérieur ? Une scène de crime sanglante ? Des restes humains ? Elle espérait que le personnel de l'école avait eu la sagesse d'écarter les esprits prudes et que chaque élève était retourné dans son dortoir ... chose curieuse, ils passèrent tout d'abord par le bureau de Rily. La Chef des Aurors haussa les épaules, après tout elle devait certainement avoir des informations sur ce qui s'était passé et elle leur servirait de guide.

D'ailleurs c'est ce qui se passa. Elle prit les devant sur la demande du ministre afin de les mener sur les lieux. Après un long périple à travers les escaliers et les couloirs, il furent enfin au 7e étage et la scène qui s'invita à leurs yeux était terrifiante. Du sang partout, un odeur d'égout persistante et de drôle de traces sur le sol. Il n'y avait en effet aucune trace de corps comme l'avait judicieusement fait remarquer Rily. Elle se rapprocha et se pencha un peu en avant. La dernière phrase que prononça la jeune femme attira l'attention de Céleste.

“Dévorés dis-tu ... pourrait-il s'agir d'un animal ? Ce serait très troublants ...”

Elle se releva et ses yeux se posèrent sur chacun des membres de l'assemblée présente. C'était un vrai carnage, personne ne pouvait dire le contraire et ils ne pouvaient écarter aucune piste. Les deux victimes n'avaient vraisemblablement pas pu se défendre. Elles ne s'étaient pas débattues. Alors soit on les avait attaquées par derrière, ce qui était fort probable vu la couardise des criminels, soit elles avaient été pétrifiées. Mais alors le lanceur du sort dégainait plus vite que son ombre ... Bien que face à deux élèves apeurées, Céleste voulait bien croire qu'il soit facile d'avoir l'avantage. Elle avait rebondit sur la phrase de Rily parce que c'est ce qui lui semblait le plus invraisemblable et pourtant ...

Tout le monde n'était pas sans connaître le terrible passé de l'école, à l'époque d'un grand mage noir dont le nom donnait toujours parfois des frissons. Le descendant de Salazar Serpentard avait la réputation de pouvoir ouvrir une certaine chambre... un frisson lui parcourut l'échine et elle secoua la tête. Non c'était tout simplement grotesque. Ce ne pouvait pas être possible. Pas encore, pas aujourd'hui. Mais ne disait-on pas jamais deux sans trois ?
Céleste poussa un profond soupire, s'imprégnant de ces images peu délicates. Chaque chose, chaque détail avait son importance. Les tâches, les accessoires, les vêtements. Sinon rien d'autre dans le couloir. A proximité, les toilettes.

“Il n'y a pas de traces ailleurs. Les marques de sangs sont concentrées sur cette partie. Mais il n'y en a pas une seule goutte ailleurs. Du moins à première vue. Alors que la personne qui a fait ça devait certainement être couvert de sang lui aussi. Je ne pense pas qu'il ait prit le temps de se changer avant de s'échapper. C'était comme si ... comme s'ils avaient complètement disparut, ils se sont évaporés. Le transplanage n'est pourtant pas possible dans l'enceinte de l'école. N'est-ce-pas ?”
elle appuya sa question par un regard sur les personnes qui l'entouraient.

Les yeux sombres et toujours fixés sur la terrible scène, elle essaya d'imaginer chacun des scénarios. Deux personnes. Elles étaient deux et si elles se baladaient dans les couloirs à cette heure, c'était qu'elles sortaient forcément de la grande salle. Pour se rendre peut-être dans les dortoirs, ou parce qu'elles avaient oublié certaines choses. Elles se retrouvaient devant leur ennemi. Comment les avait-il neutralisé ? Pas de cordes, sinon il y en aurait des traces. Les deux seules solutions possibles était l'attaque par derrière ou le sortilège de stupéfix.

“Les victimes ont-elles été identifiées ?”

Peut-être qu'ainsi ils pourraient trouver un mobile, une ressemblance entre ces deux personnes, quelque chose qui pourrait les mettre sur la voie ... se passant une main distraite dans les cheveux, elle se mordit les lèvres. Elle était extrêmement troublée. Pourtant ce n'était pas la première fois qu'elle venait sur une scène de crime. Mais ici la violence semblait telle, que le fait de devoir imaginer ce qui s'était passé, la rendait malade ...
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Sara Shake, Dim 6 Nov - 14:10


Le Ministre de la Magie retint la jeune femme qui eut un léger étourdissement et quelques nausées. Elle seule savait réellement quelle drôle de bête sauvage rôdait dans le château, et à en voir le visage plus que blafard de la Professeur de Soins aux Créatures Magiques, le spectacle ne devait pas être beau à voir. Il fallait pourtant garder contenance, aussi lorsque l'homme lui sourit après que le vertige fut passé, Sara le remercia d'un signe de tête et prit une longue inspiration. Dans sa tête, diverses pensées plus violentes les unes que les autres se bousculaient.

Quelle idée d'avoir lâché un Basilic dans un endroit où ses enfants auraient pu se trouver ? Certes, l'idée ne manquait pas de charme. Faire régner la peur, la terreur, se sentir invincibles et protégés... Malheureusement, cela avait été beaucoup trop loin aux yeux de la jeune maman, même si elle aimait profondément ses anciens acolytes. Elle se sentait légèrement faible : elle qui, d'habitude, ne montrait aucun signe de pitié, flanchait. C'était ça, avoir une famille. Tout à coup, elle eut une pensée pour ses deux perles. Est-ce que les mages noirs oseraient s'en prendre à eux, après qu'elle fut partie de leur ordre ? Non, certainement pas. Sara ne les avait aucunement trahi et ne le ferait pas même sous la torture. Elle se vantait d'être loyale.

Le Ministre prit la parole, s'adressant à Rily, tel un véritable dirigeant. Sa voix ne trahissait aucune émotion, même si ses yeux et ses traits laissaient deviner une certaine émotion, une certaine tension. La Magenmage passa sa langue sur ses lèvres, qui étaient devenues sèches. Ses mains tremblaient et les serrer ne changeaient rien. Elle avait réellement peur de voir la scène dudit crime. S'imaginer le décor n'était pas bien difficile, compte tenu du fait qu'elle savait qui était l'auteur du carnage, et de la pâleur mortuaire de la Professeur en face d'elle. Mais si ses membres tremblaient, son visage ne laissait rien transparaître, sauf peut-être ses yeux émeraude qui avaient sans doute perdu un peu de leur éclat habituellement pétillant.

Quelques instants plus tard, Rily les guidait à travers le dédale des couloirs de l'école. Le carnage s'était déroulé au septième étage, aussi pour y arriver, il leur fallut bien une bonne dizaine de minutes. Déjà essoufflée par la course dans le Parc, monter encore et encore fut presque la goutte qui fit déborder le vase. Les jambes en compote - il état temps de remettre au sport - la jeune Magenmage posa ses mains sur ses hanches et reprit son souffle. Ils continuèrent à marcher quelques pas avant d'arriver sur la fameuse scène du crime. Et quelle scène ! Si cela ne pétrifiait pas la jeune femme, celle-ci serait tombée dans les pommes dans la seconde.

Une grosse flaque de sang gisait sur le sol. L'éclat rouge vermeil qu'il produisait dans le semi-pénombre donnait la chair de poule, des frissons incontrôlable à Sara. De la bile lui monta à la bouche mais ce n'était pas le moment de rejeter son repas du midi. Son malaise d'un peu plus tôt remonta, elle était persuadée que toute couleur avait disparu de son visage. Normal, avec ce qu'il y avait là ! Au milieu de la flaque visqueuse se trouvaient ce qu'il semblait être des morceaux de vêtements ainsi que quelques objets. Il y avait quelques traces rouges sur les murs également. En imaginant le Basilic tuer les deux élèves, la jeune femme ferma les yeux et tenta de ne pas prêter attention à l'odeur du sang.

« C'est horrible... il ne reste presque plus rien... à part le sang et les vêtements... ça va être dur de découvrir qui sont les deux victimes. Des filles, je suppose. Pas de trace de lutte... Le meurtrier a du les prendre par surprise... mais les corps ne... ne sont plus là... on dirait qu'ils ont été dévorés... »

« Dévorés dis-tu ... pourrait-il s'agir d'un animal ? Ce serait très troublants ...Il n'y a pas de traces ailleurs. Les marques de sangs sont concentrées sur cette partie. Mais il n'y en a pas une seule goutte ailleurs. Du moins à première vue. Alors que la personne qui a fait ça devait certainement être couvert de sang lui aussi. Je ne pense pas qu'il ait prit le temps de se changer avant de s'échapper. C'était comme si ... comme s'ils avaient complètement disparut, ils se sont évaporés. Le transplanage n'est pourtant pas possible dans l'enceinte de l'école. N'est-ce-pas ?” »

Même en ne sachant pas la nature du meurtrier, il n'y a qu'une solution possible : les victimes avaient été mangées, ne restant plus que les traces de leurs vêtements pas comestibles. Il n'y avait en effet aucun trace de lutte, par conséquent, le meurtrier n'avait pas tardé à tuer les victimes. Rapidement. Avant de les manger. Ou peut-être les transporter par magie ? Bien entendu, Céleste avait raison en disant que le transplanage à Poudlard était impossible, à moins qu'un elfe de maison soit de mèche. Mais la quantité impressionnante de sang qui se trouvait là prouvait bien qu'il y avait eu un réel massacre. Et les vêtements... peut-être arrachés pour violer les morts ? Quelle pensée impure ! La Magenmage secoua la tête et fit la grimace.

Elle se força à regarder au-delà de la scène. Ils n'étaient pas loin des toilettes des filles. Ainsi, les objets qu'avait désignés Rily semblaient bien être quelconque accessoire de maquillage ou de beauté. Les victimes étaient des jeunes filles. La Magenmage vit le visage de sa fille ensanglanté. Elle chassa cette pensée horrible de son esprit et se contenta de pointer l'endroit du doigt, qui tremblait légèrement. Il fallait savoir se montrer fort dans certaines circonstances.

« Mlle Dacker doit avoir raison... Nous sommes juste à côté des toilettes des filles. »

Tout à coup, elle se rappela sa formation d'Auror et elle put presque rire jaune en pensant qu'elle faisait partie - plus pour longtemps - d'un ordre bien plus sombre. Que lui avait-on appris ? Le métier d'enquêteur était bien difficile, car il fallait faire attention à tous les détails. Même le moindre pouvait s'avérer utile. Cependant, il ne fallait pas conclure trop hâtivement un jugement, car cela pouvait mener totalement nulle part, voire même à l'opposé de la bonne conclusion. La jeune femme laissa retomber son bras et prit ne grande inspiration, faisant fît de l'odeur dégoûtante du liquide vital.

« Si je puis me permettre... Je ne crois pas que le meurtrier soit un simple humain. Tant de violence et ce sang ! Ça ne peut être que bestial. Mais quoi ? Un loup-garou ? »

Les inscriptions qui étaient apparues plusieurs jours plus tard concernant la Chambre des Secrets s'avéraient ainsi véritables. Ce n'était pas une plaisanterie pour Halloween. Les faits étaient bien là. Ou bien se pouvait-il que tout ceci ne soit qu'une mise en scène, histoire de provoquer un buzz au château ? Si c'était vrai, ceux-là passeraient un sale quart d'heure. Cependant, Sara savait que ce meurtre était bien réel et véritable. La fameuse pièce secrète de Salazar Serpentard avait été rouverte par les Mangemorts et ceux-ci avaient lancé un montre de légende dans l'école de sorcellerie. Comme un peu plus de cent ans auparavant... L'histoire se répétait une troisième fois.

L'hypothèse qu'elle avait proposée pouvait tenir la route. Après tout, il se pouvait très certainement qu'un élève ait été mordu par un loup-garou et qu'il se soit transformé avant de tuer les filles qui sortaient innocemment des toilettes. Le sang, le massacre, le repas, cela se tenait. Mais était-ce la pleine lune ? Elle observa attentivement chacune des personnes présentes, qui devaient ruminer leurs pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Clélia Skywolf
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Clélia Skywolf, Dim 6 Nov - 19:32


Il y avait du vent, beaucoup de vent. Les branches s'agitaient, les arbres les plus faibles se pliaient. Une pluie de feuilles tombait sur le parc et ses alentours pourtant le ciel était clair. Les doigts appuyés sur la fenêtre elle attendait. Elle gardait les yeux rivés vers la grille, ils ne tarderaient pas à arriver et le théâtre commencerait. Un théâtre de faux sourires et de fausses amicalités. Un théâtre où tout le monde devait jouer son rôle alors que personne ne souhaitait se trouver là, personne n'était vrai. Bien sûr que cela avait été découvert, c'était voyant, fait exprès. Elle n'aimait pas l'idée que les Aurors viennent mais elle devait l'accepter, jouer le jeu et ne rien rater. Tout devait se dérouler comme prévu, tout se passerait bien. N'empêche, elle avait beau aimer ce qu'elle était devenue et accepter les ordres du Maître, elle n'aimait pas qu'un serpent se balade dans les conduits de son école et s'en prenne à ses élèves... Qui sera la prochaine victime de ses yeux si beaux mais si meurtriers ? La femme frissonna, elle avait toujours haït les serpents après que, petite, elle s'était fait mordre par l'un d'eux. Heureusement il n'était pas venimeux mais le souvenir de ses crocs qui s'enfonçaient dans sa chair blanche de petite fille était resté gravé dans sa mémoire. Jamais elle n'avait voulu qu'un ou une autre connaisse ça, et voilà qu'elle laissait ce basilic vivre dans le coeur de l'un des endroits qu'elle chérissait le plus au monde.

Clélia vit un groupe de sorciers précédé par une femme qu'elle savait être Rily Dacker, directrice de Serdaigle, se précipiter de la grille vers le château. Ils étaient là, enfin. Les doigts de la jeune femme caressèrent la tête de sa femelle phénix. Elle prit une grande inspiration et se dirigea vers la glace accrochée à l'un des murs de son bureau. Elle s'observa, sa peau était pâle, ses yeux cernés. Toute couleur avait quitté son visage depuis qu'elle avait vu le massacre du couloir, mais elle n'avait averti personne, laissant à quelqu'un d'autre la joie d'alerter les secours... Enfin, secours c'était bien inutile à présent. Ils allaient imaginer des solutions les plus incroyables mais tout le monde saurait au plus profond de lui même ce qui s'était réellement passé. La chambre des secrets avait été réouverte. Un basilic tuerait à nouveau quiconque croiserait son regard. Elle saisit ses mains tremblantes, la vue du sang n'avait jamais été son fort mais l'odeur était pire que cela. Bien entendu, après l'alerte de Rily, elle s'était chargée de renvoyer chaque élève dans son dortoir, demandant expressément aux préfets de vérifier que tout le monde était présent. Le verdict était vite tombé. Les deux filles massacrées appartenaient à deux maisons, l'ainée était une Poufsouffle et la seconde une Serdaigle. Deux soeurs, orphelines de père et de mère qui avaient vécu leur enfance dans un orphelinat des plus pitoyable. La plus petite n'en était qu'à sa seconde année, la plus grande devait passer ses ASPICs l'année suivante. Toutes deux promettaient un bel avenir mais cela n'aura jamais lieu. Les amis des soeurs récupèreraient ce qu'ils voulaient, le reste serait enterré avec les restes des corps.

La directrice soupira, elle devait y aller. Elle descendit de son bureau et se rendit la tête droite en direction du lieu des meurtres, le couloir du septième étage. Elle ne croisa personne dans les couloirs qu'elle parcourut, tous avaient respectés son ordre et restaient prostrés dans les dortoirs jusqu'à nouvel ordre. Personne ne devait les quitter jusqu'au lendemain, au moins. Les escaliers n'en faisaient qu'à leur tête mais pire encore qu'à l'ordinaire, cependant elle parvint sans trop de difficultés à l'endroit où se réunissaient plusieurs personnes. Elle vit ainsi Rily Dacker, la directrice de Serdaigle qui n'était pour l'instant pas encore au courant que l'une des deux filles venait de sa maison, Céleste Otaway la chef des Aurors qu'elle ne supportait pas accompagnée de son fidèle toutou Kimoka qu'elle ne portait pas plus dans son coeur, Sara Shake avec qui elle travaillait au Magenmagot et qui fut plus que cela pendant peu de temps néanmoins et Actarius Bright, le Ministre et son fiancé. Elle avait besoin de courage pour affronter ces visages effarés et cette odeur putride. Elle sentit contre sa jambe le frottement de Saltus, son chat agressif s'assit à ses pieds dans un léger ronronnement. La mage noire prit son courage à pleine main et s'avança le coeur battant.

Comme elle s'y attendait, elle se sentit défaillir devant la mare de sang qui salissait le sol en marbre au milieu de laquelle des restes de vêtements s'imbibaient du liquide rouge. *Pouah !* Clélia regrettait presque d'être venue, elle serra la main de Rily près de laquelle elle se tenait. Elle avait entendu les derniers mots prononcés par Sara qui proposait la thèse du Loup-Garou, bien qu'elle sache parfaitement qu'il n'en était rien. La directrice toussota et prit la parole, d'une voix douce qu'elle n'utilisait habituellement qu'avec des enfants. Jamais les personnes présentes ne l'avaient entendue parler ainsi, ormis Actarius lorsqu'ils avaient recueilli Irina... Cette pensée la fit flancher, elle imagina sa petite protégée à la place de ces pauvres enfants et du se retenir de vomir, elle devait parler.

"Bonsoir... Merci d'être venus aussi vite..." elle jeta un coup d'oeil vers Céleste, elle se serait bien passer de la remercier mais il le fallait. "Les élèves ont bien entendu été renvoyés dans leurs dortoirs et un appel a été fait... Il en a résulté deux absences."

Clélia fit une pause, elle avait besoin de reprendre son souffle. Elle ferma les yeux quelques secondes, cherchant la force d'avouer ce qu'elle savait depuis près d'un quart d'heure à présent et qu'elle n'avait réussi a transmettre à Rily, la jeune directrice de Serdaigle serait certainement effondrée d'apprendre que l'une de ses élèves était une victime...

"Elles étaient soeurs, orphelines de plus. L'une d'elle appartenait à la maison Poufsouffle, la plus âgée. Elle était une excellente élève... La plus jeune..." la directrice se tourna vers Rily lentement, elle voulait la regarder quand elle lui dirait... "La plus jeune était l'une de tes élèves, Evy Miller."

Elle se retourna vers les visages fermés, son coeur battait vite et une boule s'était formée dans sa gorge. Ses élèves étaient comme ses enfants, tous autant qu'ils soient, quelle que soit leur origine et leur maison. C'était comme si elle venait de perdre deux enfants... La directrice devait accepter pourtant que ses collègues continuent, la machine était lancée et on ne pouvait l'enrayer aussi facilement. Elle faisait cependant assez confiance aux Mages Noirs chargés du basilic pour qu'il essaye de ne pas toucher d'élèves ayant une famille, bien que cela soit impossible. Il y en avait trop peu, même dans une école comme Poudlard. Ces enfants avaient des parents, des frères et des soeurs, peut-être des oncles ou tantes voir des grands-parents. Des personnes qui les aimaient, qui s'inquiétaient pour eux. "Poudlard est l'endroit le plus sûr au monde." disait-on, mais ce n'est plus le cas. Cela ne le sera plus pendant un moment. Clélia reprit la parole d'une voix blanche et tremblante, s'étant humecté les lèvres auparavant.

"Miss Shake a raison, un loup-garou pourrait être la cause de ce... double-meurtre..."

Elle se tut, elle ne devait pas trop en dire. Saltus se colla à ses jambes, avant de se coucher sur le pieds de la jeune femme qui ne lui accorda même pas un regard. Ses mains tremblaient autant que sa voix et elle devait avouer qu'elle avait peur, peur pour ses élèves qui ne méritaient pas de mourir d'une telle manière. Mais les ordres sont les ordres... Et on ne contredit pas le Seigneur des Ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Czainska
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou
Legilimens




Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Lydia Czainska, Dim 6 Nov - 23:09


Quelques semaines seulement après la visite des aurors à Poudlard, la flegmatique blondinette ressassait avec animosité ces événements en contradiction totale avec sa soif de reconnaissance. Les parole de ce couard de Newman lui restaient particulièrement à l’esprit. Mais la lycanthrope se jura de ne pas en rester là. Depuis sa transformation, ses pulsions la poussaient inexorablement vers la violence. Seul l’alcool lui donnait une force illusoire pour contenir la bête qui sommeillait en elle. Mais combien de pleine lune viendraient encore la narguer avant l’inexorable flot de sang que ses crocs réclamaient ? L’impertinent garde-chasse pourrait peut être soulager ses instincts…pour un temps.

La serpentard traversait les couloirs sombres de Woodstuff, la flamme de la vengeance brulant en elle -et la puissance odeur de café guidant ses pas-, lorsque la petite Pastel vint à sa rencontre. La créature paraissait débordée, et s’approcha de l’auror en courant. Celle-ci fit un pas en arrière.

*Bon sang d’bourbe, dix contre un qu’la chef veut nous donner du taf. Fuyooons !*

Aussitôt dit, aussitôt fait. Kim fit volte-face et tailla un sprint digne d’une accro au shopping le premier jour des soldes. Elle amorça un virage cheveux au vent s’enfonçant un peu plus dans les méandres du QG. Pastel et sa maitresse auraient mille fois le temps de mettre la main sur un autre fonctionnaire avant de la retrouver. Du moins c’est ce que la jeune femme pensait, car à peine eut-elle dépassé la salle d’interrogatoire qu’elle tomba nez à nez avec sa Cély chérie.

*Demi-tour, cours, et…trop tard !*

La métamorphomage la saisie par le bras, lui intimant par ce geste qu’elle n’échapperait pas à cette nouvelle intervention –et ne rechaperait pas du courroux de la rouquine si elle tentait de se désister-. Résignée, Kim écouta attentivement le mini briefing de Céleste tandis qu’elles sortaient du bâtiment afin de pouvoir transplaner devant l’école.

Comme la derrière fois, elles arrivèrent devant le portail, on leur ouvrit puis elle traversèrent le parc pour arriver au château où elles étaient plus ou moins attendues.

"Tient pour une fois qu'on a envie de voir les Aurors à Poudlard ! Autant en profiter !

-La bonne blague, répondit la serpy en croisant les bras. J’te parie une bouteille de pur feu que d’ici une heure on nous fout dehors à coup de pieds dans l’c*l"

Arrivée à l’intérieur du bâtiment, l’air était imprégné d’une douce panique, que seul le poids du deuil semblait pouvoir dissiper. La blondinette sentit sa poitrine se comprimer. Elle eut l’impression que ses instincts lui criaient de quitter l’école. Les couloirs étaient déserts. Normal, les meurtres au sein d’une l’école ça a tendance à calmer les envies de flâner dans les couloirs. A mesure qu’ils approchaient du septième étage, l’odeur du sang semblait leur titiller les narines, ou bien était-ce juste le subconscient de la cadette Czainski qui profitait de l’occasion pour lui faire perdre la tête ?

Une professeure leur fit un bref topo. Du sang, des bribes de chair humaine, des uniformes en lambeaux, un peu de maquillage, il n’y avait pas grand-chose à en tirer. Kimoka s’accroupit, espérant débusquer un indice laissé négligemment dans cette marre de sang. Pendant ce temps, les autres -à savoir la prof de soins aux créatures magique, la directrice, une magenmage et Céleste-, commentaient l’accident et établissaient les premières hypothèses. Une créature, un loup garou. Stop… Un loup garou ?!

La lycanthrope dégluti avec difficulté et baissa encore un peu plus la tête comme si elle allait pouvoir passer en mode autruche et éviter les regards soupçonneux. Elle se mit alors à réfléchir à toute vitesse, ce qui relevait de l’exploit considérant sa soirée de la veille. Elle avait pas mal picolé à la boutique hier. Aurait-elle pu avaler par inadvertance une de ses fioles de vive loup, s’introduire dans l’école et… Non impossible. Après transformation la jeune femme ne se contrôlait plus et aurait été bien incapable de se rendre en Écosse. Un autre Lycanthrope ? Elle pensa à Evan, celui qui l’avait transformée, puis à Dan, l’auror qui venait d’être engagé et qui semblait trainer un passé pas très net. Auraient-ils pu venir ici et dévorer les deux fillettes ? Non, les protections empêchaient toute intrusion… Et si, un loup garou était déjà présent sur les lieux, un élève, un professeur ?

C’était envisageable considérant que deux des professeurs de Poudlard étaient déjà fichés dans le quartier des aurors. La directrice faisait-elle les recrutements par tirage au sort ? Tous les p’tits papiers dans le choixpeau et hop ! Kimoka ne put s’empêcher de s’attarder sur cette pensée qui lui fit esquisser un sourire en coin. Sur les lieux d’un crime, c’n’était sans doute pas la meilleure chose à faire. La sorcière se redressa, passa ses longs doigts sur le haut de son pantalon comme pour y retirer une poussière invisible, puis s’éclairci la gorge pour s’assurer que sa voix ne trahirait pas son anxiété.

"Si un loup garou est l’auteur de ces meurtres, piste qu’en dépit de ma…particularité, je ne peux écarter, alors il aurait fallu qu’il soit déjà présent dans l’enceinte. Car j’en déduis que si les visites auroriennes ne sont pas les bienvenues, de jour, les intrusions lycanthropes nocturnes ne sont pas plus toléré dans votre école madame la directrice."

L’air hautain d’une simple auror risquait de ne pas être au gout des personnalités en présence. Mais après tout la jeune slave venait à peine de se débarrasser d’une gueule de bois à en faire rougir un botruc, alors qu’on la renvoie dans ses quartiers n’était pas une option déplaisante à ses yeux. Mais plus que l’appel d’un oreiller moelleux, la blondinette entendait bien évaluer l’importance de sa présence sur les lieux. Ils pensaient qu’un lycan pouvait être responsable de ce carnage, son avis pourrait être utile. De plus depuis son enquête à Gringott’s, la vaniteuse serpy se sentait l’âme d’une Sherlock Holmes, docteur Watson en moins.
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Philéas Byrne, Lun 7 Nov - 16:58


Arpentant les couloirs de Wood Stuff d'un pas chancelant, Philéas voulait rejoindre les bureaux pour y déposer l'imposante pile de dossiers que Céleste lui avait confié. Elle avait visiblement voulu lui ôter l'envie de s'absenter une nouvelle fois en lui faisant découvrir les joies du travail à rattraper.
Alors que la colonne de cellulose manqua de s'écrouler pour la dixième fois, un claquement de doigts rompit le silence du couloir et sauva le sorcier de la catastrophe. Pastel, sur les ordres de sa maîtresse, venait mobiliser des aurors pour partir en mission.

L'Irlandais ne se fit pas prier - non pas qu'il aimait les missions de terrain, on y apprenait jamais rien - sautant sur l'occasion de remettre à plus tard ses corvées administratives. Après un rapide passage dans ses quartiers pour prendre ses affaires, il rejoignit Cél et Moka qui constituaient le reste de l'équipe dépêchée sur place.

Dépêcher était bien le mot, les aurors eurent à peine le temps de transplaner qu'ils étaient déjà attendus devant les grilles. Des sorciers chargés de faire respecter l'ordre bien accueillis à Poudlard ? Voilà qui était nouveau ! Mais s'il fallait qu'un élève ou deux y passent pour qu'on daigne les laisser faire leur taf', ça promettait un avenir radieux aux générations futures !

Amusé par les remarques de ses deux collègues qui partageaient son avis sur la question, le sorcier esquissa un sourire en coin qui s'effaça devant la vision qu'offrait le parc. Le Ministre était de nouveau de passage au sein de l'école.

    * A se demander s'il habite pas toujours dans sa cahute... * songea-t-il en relevant la capuche de sa cape ardoise.


C'est donc en compagnie de ce VIP de haut rang que le petit groupe, escorté par un professeur, pénétra à l'intérieur du château. L'animagus ne put s'empêcher de remarquer l'arme que le Ministre traînait à sa ceinture, se sentait-il si contesté que cela pour ne plus sortir de son bureau sans une arme moyenâgeuse ? Une façon plutôt originale d'asseoir son autorité.
Toujours est-il que, distrait par cet accessoire discutable, Phil' rata le changement de direction d'un escalier et se trouva séparé du groupe.

Il avait cependant passé suffisamment de temps entre ces murs pour savoir que cela ne servait à rien de s'affoler. Il patienta donc jusqu'à l'arrêt suivant et opta pour un détour dans les couloirs. Ce fut l'occasion d'interroger un ou deux tableaux dont les avis divergeaient fortement. Entre ceux qui n'avaient rien vu et ceux qui avaient tous vu des choses différentes, il était difficile de tirer des conclusions. Ce fut quand l'une des oeuvres picturales déclara avoir vu le coupable et avoir reconnu en lui la personne de Sirius Black, que l'auror décida de continuer sa route.

Arrivé au septième étage à temps pour entendre les premières hypothèses, le sorcier au teint hâlé resta légèrement en retrait pour ne pas troubler les concertations. L'ambiance était on ne plus lourde, le groupe paraissant fasciné par cette grosse tâche de sang. Levant les yeux au ciel, le jeune Byrne ravala son envie de tous les secouer. Ils auraient bien le temps de pleurer durant l'enterrement de la robe et ou de la trousse à maquillage, pour l'instant l'heure était à l'action.
Et à son grand étonnement des postulats furent avancés et la piste du loup-garou semblait recueillir tous les suffrages.

Ce qui était pourtant peu probable et pour cause, d'ailleurs Moka ne manqua pas de le faire remarquer. Bien qu'elle puisse se tromper, après tout Poudlard était tellement décadent que les professeurs y disparaissaient les uns après les autres. Seul les aurors y semblaient personæ non gratæ, alors ce ne serait pas surprenant qu'un Loup-garou fasse parti du personnel.
Cependant l'avis de la piquante slave demeurait le plus pertinent. Ce qui amena Philéas à se racler la gorge pour manifester sa présence, avant d'appuyer les dires de sa collègue.

    - De toutes façons un loup-garou qui aurait perdu le contrôle au point d'agir de la sorte aurait été remarqué ! Difficile d'ignorer une créature féroce qui ne se serait certainement pas arrêté à deux victimes. Il marqua une pause en regardant les loques sanguinolentes avec un regard froid. D'ailleurs, un lycanthrope aurait fait beaucoup de dégât mais il n'aurait pu ingérer une telle quantité de viande, c'est mathématiquement impossible. Il y aurait forcément eut des restes. Après tout un loup-garou n'est pas un dragon avec une panse disproportionnée, il y a des limites à tout. Puis je vois mal une telle personne faire appel à son elfe pour mettre les voiles, sans parler que son état psychologique l'aurait aussi empêché d'utiliser un passage secret.


Philéas se faufila entre les personnes présentes pour rejoindre Kimoka près des restes plus halloweenesque que jamais. Ce sont sur les bordures de la nappe de sang qu'il porta d'abord son regard. Il allait de soit qu'à moins d'être une créature volante, l'auteur du crime ne pouvait avoir fait couler autant de sang sans laisser de trace. Et même dans ce cas, il en aurait répandu quelques gouttes en s'éloignant dans les airs.
Mais ce n'était visiblement pas le cas, les traînées étaient suffisamment parlante pour en conclure la présence d'une créature de grande taille. Les regardant avec les sur-cils froncés, le chercheur en créature magique les pointa de sa baguette.

    - Cela ne vous fait pas penser à des traces de reptation ? demanda-t-il en portant son regard vers le professeur de soin en créature magique. Une belle bête visiblement, mais certainement pas un loup-garou. Même s'il s'était roulé dans le sang en jouant à la baballe avec un crâne il n'aurait pas laissé de telles empreintes.


D'un habile mouvement de poignet, l'auror fit léviter un morceau d’étoffe. Il le laissa s'égoutter dans les airs le temps de sortir un flacon de verre de son sac, puis il le plaça à l'intérieur de ce dernier. Il recommença la même manœuvre avec un peu de sang et quelques autres échantillon.

    - Nous devrions pouvoir très vite identifier l'auteur de ce crime grâce à ses poils, ses griffes ou sa salive. termina-t-il en refermant son sac.


Puis il attendit, droit comme un i, de connaître les consignes de sa supérieur. Il avait beau être près de cette flaque coagulante, il y était totalement indifférent. Elle n'avait plus rien à lui apprendre et ne justifiait donc plus qu'il s'y intéresse. Après tout ce n'était pas ce qui allait ramener ces deux pauvres filles, victimes de la lie du monde magique.

Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Calypso Otaway, Lun 14 Nov - 19:17


La chef des Aurors toujours observatrice de la scène qui s'étendait avec horreur sous ses yeux ne dit mots pendant que l'un et l'autre donnaient des hypothèses. Elle ne put s'empêcher parfois de rouler des yeux ou de hausser les sourcils, mais toute idée et hypothèse était bonne à prendre en considération. Encore fallait-il s'arrêter aux indices concordants et non pas affabuler sur des hypothétiques attaques de loups-garous entrés par on ne sait quel moyen dans l'école avant d'en ressortir couvert de sang tout aussi vite, sans être vue et sans laisser de traces !

Elle sentit Kimoka se crisper à ses côtés à l'évocation d'une éventuelle attaque de loup-garou, ce qui était tout à fait compréhensible. Au vue de son récent statut, elle pouvait bien elle-même se poser des questions. Mais Céleste connaissait sa collègue et amie et elle avait une totale confiance en elle. Céleste croisa furtivement le regard de la blonde essayant de la rassurer par ce simple contact. Cette idée était grotesque et elle comptait bien mettre un terme à cette hypothèse, mais Philéas la devança.

Posant un regard admiratif et emplit de tendresse sur son Auror, elle écouta avec grand intérêt tout ce qu'il avait à dire, appuyant chacun de ses propos fort intéressants. Évidemment qu'il ne pouvait pas s'agir d'un loup ! Il avait également récupéré quelques échantillons qui leur serait bien plus utiles que toute conversation ou débat stérile qu'il y aurait pu y avoir sur le sujet, sans aucune preuve tangible.

Car il fallait l'avouer, les choses étaient loin d'être compréhensibles et le mystère qui planait au dessus de cette affaire allait certainement leur faire passer quelques nuits blanches. Philéas savait très bien ce qu'il aurait à faire avec ces échantillons, elle n'avait pas besoin de le lui dire, mais quand il revint près d'elle, elle lui fit un petit signe de tête en espérant qu'il comprenne qu'il devrait se charger de cela. En revanche il leur faudrait quelques informations supplémentaires pour approfondir l'enquête.

« Il faut mettre les élèves en sécurité. Si une autre attaque de ce genre arrivait, ce ne serait pas prudent de laisser l'école ouverte. Qu'en pensez-vous monsieur le Ministre ? Madame la directrice, qui a été prévenu en premier ? Est-ce vous ? Il nous faudrait quelques informations, à savoir, qui était la première personne à avoir découvert la scène ? Est-ce que des personnes auraient entendues du bruit ? Des cris peut-être ou autre chose … Chaque élément même ceux que vous croyez infimes et inintéressants pourrait bien nous être utile ».

Son regard passa sur la directrice de l'école, puis sur la directrice des Serdaigle. Une envie subite de caféine s'imposa à son esprit. Ou un verre d'alcool ferait aussi très bien l'affaire. Si un ou deux professeurs avaient été croqués cela n'aurait pas été si catastrophique, mais des élèves … Cette affaire allait faire un véritable scandale et le ministère aurait certainement énormément de travail à faire et de paperasse à remplir. La rousse pensa à la pauvre Natacha et ne put s'empêcher de pousser un long et profond soupire. Un autre détail intriguait la rouquine.

« Est-ce que vous sentez cet odeur persistante ? Le sang la surplombe certes, mais tout de même... une odeur de renfermé, de moisissure et en même temps... » dit-elle en plissant le front.

Elle n'aurait su l'expliquer d'avantage, mais c'était bien là. L'odeur plombée du sang était certes extrêmement puissante et cela chavirait les coeurs mais il y avait autre chose. Comme si quelque chose ou quelqu'un avait amené avec lui un vieil objet plein de rouille et de moisissure. Mais pour que l'odeur soit si percutante, il fallait que ce soit un gros objet. Peut-être l'arme du crime ? Peut-être était-ce encore là ? Quoi qu'il en soit, ils ne pouvaient plus se permettre de laisser ces événements se reproduire.

« Actarius, il me semble qu'il serait judicieux de placer des gardiens à Poudlard. Qu'ils fassent des rondes dans les couloirs jours et nuits serait, il me semble bien plus sécurisant pour les élèves et le personnel. Tout comme les … employés, de Miss Skywolf d'ailleurs. Plus y aura de monde pour surveiller les lieux moins il aura envie de recommencer ».

L'heure n'était plus aux grands mots et aux manières. Ils se connaissaient tous ici, et la situation était bien trop grave pour s'y prendre avec des pincettes. Que les rangs soient différents ou pas. Autant que les choses soient dites clairement. Se massant les tempes, elle se rapprocha de la magenmage qui semblait totalement bouleversée par ce qu'elle venait de voir et par la situation en général. Céleste se glissa à ses côtés et lui souffla :

« Est-ce que tout va bien Sara ? Tu sembles totalement désemparée. Tu es blanche comme un linge. Tu es certaine de ne pas vouloir t'asseoir ? Je peux comprendre que ce genre de choses puisse te choquer. Après tout tu es une femme et une mère... »

Elle lui fit un sourire compatissant. La scène était effectivement terrible et encore il n'y avait aucun corps. C'était une grande perte du fait de l'enquête et pour les parents qui ne pourraient même pas pleurer la dépouille de leurs enfants, mais au moins cela n'avait pas à s'imposer à leur vue. Céleste se demandait pourquoi la Magenmage avait accompagné le ministre sur les lieux, après tout elle n'était pas obligé de venir. Si elle était ici, c'était pour une bonne raison elle en était persuadée.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Sara Shake, Mer 16 Nov - 16:06


Détournant le regard de la marre de sang qui souillait le sol, la jeune femme se mit à dévisager les personnes présentes. Bien évidemment, elles étaient toutes autant choquées qu'elle devant un tel spectacle. Ce devait être amusant à regarder, d'en-haut : six adultes répartis autour du liquide rouge, regardant ce dernier avec dégoût, blancs comme un linge, à ne pas péter un seul mot. Amusant, certes, mais très macabre. On aurait presque l'impression qu'ils étaient tous fascinés par ce qu'ils voyaient, ce qui était à peu près le cas. Jamais ils n'avaient pu voir autant de fluide vital concentré en un seul endroit. Enfin, du moins, c'est ce que notre belle blonde pensait. Était-ce vrai ?

Tout à coup, des bruits de pas se firent entendre. Sara tourna la tête vers la nouvelle arrivante : c'était la Directrice de Poudlard, Clélia, récemment admise dans le cercle très privé des Mangemorts. Bien entendu, elle aussi était au courant de ce qu'il se tramait dans son école, et c'était un peu grâce à elle que le Basilic avait pu être introduit dans la Chambre des Secrets... Son acolyte lui fit un léger signe de la tête et tandis que l'autre saluait le Ministre et les Aurors, reporta son attention sur la flaque de sang. C'était impossible de détourner le regard suffisamment longtemps ; inévitablement, les yeux étaient attirés par cette couleur rouge. Elle déglutit difficilement et prêta attention à ce que disait la Directrice.

« Miss Shake a raison, un loup-garou pourrait être la cause de ce... double-meurtre... »

La concernée eut presque envie de la prendre par les épaules et de lui crier qu'elles savaient toutes les deux que ce n'était pas l'oeuvre d'un loup-garou. Mais elle se retint, sinon cela signifiait Azkaban à coup sûr. Plus de baguettes magiques à vendre, ni de Noises à compter... ni ses deux adorables enfants. Sara garda le silence et tourna la tête vers l'une des Aurors présentes. Elle ne la connaissait pas et ne l'avait jamais croisée lors d'un combat.

« Si un loup garou est l’auteur de ces meurtres, piste qu’en dépit de ma…particularité, je ne peux écarter, alors il aurait fallu qu’il soit déjà présent dans l’enceinte. Car j’en déduis que si les visites auroriennes ne sont pas les bienvenues, de jour, les intrusions lycanthropes nocturnes ne sont pas plus toléré dans votre école madame la directrice. »

La jeune femme haussa un sourcil. De quelle particularité parlait-elle ? Était-elle... un loup-garou ? Cela ne se remarquait pas, cette Auror était plutôt belle pour un chien. Et, tandis qu'ils débattaient sur la potentialité qu'une telle créature puisse être l'auteur de ce double meurtre, la Magenmage pensa à sa seconde famille, à savoir les mages noirs. Petit à petit, alors qu'elle regardait le sang sur le sol, une idée germait dans sa tête. Une idée qui n'allait pas leur plaire à tous, et certainement pas à son chef suprême et adoré. En effet, quitter l'ordre noir parce qu'elle avait des remords et peur pour ses enfants... Est-ce que 50 comprendrait ses raisons ? Bien qu'il soit un peu spécial, le Seigneur des Ténèbres était proche de Sara. Elle espérait qu'il ne lui en tiendrait pas rigueur.

L'autre Auror accompagnant Céleste s'était avancé vers la flaque de sang. Il en récolta un peu dans une fiole et prit également un morceau d'étoffe rescapé et d'autres échantillons. Cela ramena Sara à l'époque où elle aussi était Auror et menait des enquêtes. Enfin, jamais elle et ses collègues de l'époque n'avaient dû faire face à un tel phénomène. C'était une première... mais comme on le disait depuis des décennies, il fallait bien une première à tout ! Même si parfois, on aurait préféré n'avoir jamais à vivre ce genre de premières. La jeune femme prit une grande inspiration et se maudit d'avoir fait cela ! L'odeur du sang était tellement désagréable qu'elle pouvait en vomir.

« Est-ce que tout va bien Sara ? Tu sembles totalement désemparée. Tu es blanche comme un linge. Tu es certaine de ne pas vouloir t'asseoir ? Je peux comprendre que ce genre de choses puisse te choquer. Après tout tu es une femme et une mère... »

Ramenée à la réalité par la voix de Céleste, la belle blonde hocha la tête doucement. Elle posa son regard émeraude sur la chef des Aurors et réfléchit pendant plusieurs secondes avant de lui répondre. L'idée qui venait de germer dans son esprit la concernait légèrement. Il fallait qu'elle lui parle sérieusement, mais en tête-à-tête.

« C'est une scène atroce à regarder, quand on pense que nos enfants auraient pu se trouver à la place de ces pauvres jeunes filles. Mais je vais bien, j'ai juste encore du mal à assimilé ce qu'il s'est passé... » Devant le regard soupçonneux de son interlocutrice, elle ajouta : « J'étais venue pour voir de mes propres yeux ce qu'il se disait au Ministère et maintenant que je sais... Je voulais aussi te voir et te parler. Mais ce n'est pas l'endroit. »

Elle lui sourit légèrement et passa sa langue sur ses lèvres. Les autres personnes présentes se tenaient toutes devant la flaque de sang. Maintenant qu'ils avaient vu ce qu'il y avait à voir, maintenant qu'ils avaient des pistes à explorer, maintenant qu'ils avaient des échantillons... Allaient-ils rester là encore longtemps ? Ils pouvaient très bien poursuivre la discussion ailleurs, dans un endroit moins macabre et qui sentait meilleur. Sara ne voulait pas passer pour une faible, aussi se garda-t-elle de proposer cela. Elle ne s'avança à rien, puisqu'elle n'était qu'une Magenmage... mais puisqu'elle était présente, autant servir à quelque chose.

« Céleste a raison. Les élèves doivent être mis en sécurité et une garde 24/24h semble judicieuse. Cela peut empêcher un autre meurtre... ou permettre d'identifier le coupable. » Elle se tourna vers l'Auror qui avait ramassé les échantillons. « Peut-être qu'avec ce que vous avez récolté, il y aura des informations sur ce coupable. Parce qu'on le voit bien ici, rien d'autre ne nous aide... »

Une façon ou une autre de dire qu'il était temps de s'installer autour d'une table et de terminer de poser les questions à Clélia et à Rily sur d'éventuels témoins. Mais bon, ce n'était pas à la Magenmage de procéder ainsi. Il était temps pour elle de rentrer chez elle... sauf si quelqu'un l'en empêchait, histoire de converser.
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Czainska
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou
Legilimens




Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Lydia Czainska, Dim 27 Nov - 18:08


Les minutes s’ecoulerent et le petit groupe s’accorda pour mettre les hypothèses en suspend jusqu’à l’obtention d’indices plus parlant que la grosse flaque rouge au milieu du couloir. Les analyses des échantillons de Philéas suffiraient peut être à identifier le coupable. Au pire ça ne leur servirait que d’excuse pour fausser compagnie aux beaux parleurs qui s’étaient incrustés dans l’enquête, ce qui n’était déjà pas mal. En parlant de s’éclipser, petit à petit tout le monde eu l’air d’avoir eu sa dose de gore et d’hémoglobine, et commença à témoigner avec subtilité l’envie de se quitter les lieux. Après tout la vie dans cette école devait reprendre son cours et justement les élèves n’allaient pas tarder à reprendre le chemin des classes.

La blondinette était d’ailleurs curieuse de voir comment les professeurs et le personnel comptaient rassurer les élèves et leurs parents. Et comment l’école qui abritait deux hors la loi reconnus allait pouvoir garder du crédit auprès de la population maintenant que des meurtres avaient eu lieux en son sein. Mais cela ne regardait plus la jeune auror qui depuis la dernière intervention, ne regardait l’avenir de Poudlard que d’un œil narquois et surtout critique, tout en espérant qu’il n’arrive rien à Thaïs et Jack, ses employés pour qui elle avait de bons espoirs.

Alors qu’elletuait le temps en observant les sorciers et sorcières présents, quelque chose attira son attention. Le ministre. Non ce n’était pas -ou plus- sa présence, celle du principal personnage politique de Grande Bretagne sur les lieux d’un crimes qui interpellait la jeune femme. Mais plutôt le fait qu’il ait gardé le silence pendant toute la durée de l’observation. Lui qui n’avait pas hésité à intervenir dans une interpellation qui ne e regardait pas, pourquoi restait il silencieux aujourd’hui ? *Vous avez le droit de garde le silence, tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous*Ces paroles entendues dans une vielle sitcom la firent sourire un instant, sans pour autant lui faire oublier ses doutes. Bien au contraire.

Pourquoi le ministre s’était-il déplacé une fois de plus à Poudlard, et pourquoi restait-il muet comme un jorbabille ? La serpy trouvait ça louche. A vrai dire elle avait de plus en plus de mal à ne pas soupçonner monsieur Bright. A deux reprises il était venu en personne à l’école de sorcellerie. Certes, la rumeur voulait qu’il fréquente la directrice, mais Miss Skywolf était elle la seule raison de l’implication du ministre au sein de l’école ? Plus l’auror y pensait et plus tout portait à croire que l’ancien garde chasse cachait quelque chose dans cette école. Restait à savoir quoi, mais la polonaise était bien décidée à le découvrir. Cette volonté exacerbée de contrôler les aurors, de les empêcher de se rendre à Poudlard sans autorisation, de réglementer leur agissements tant et si bien que leurs actions s’en verraient considérablement ralenties. Ca ne pouvait être l’œuvre d’un ministre véritablement soucieux de la sécurité de son pays. Moka en était persuadée.

« Monsieur le ministre, l’interpella-t-elle, l’école ne bénéficiant visiblement pas de protection suffisante, voulez vous qu’un groupe d’auror se charge de la surveiller ou bien préférez vous y placer quelques uns de vos gardiens ? »

La blondinette fit ensuite quelques pas vers Philéas à qui la magenmage Sara venait de s’adresser. Secrètement, elle espérait bien trouver dans ses échantillons un moyen d’établir la culpabilité de Bright, car pour l’instant elle n’avait rien de concret qui lui permette d’accuser l’arrogant ministre.

« Oui à se sujet, je pense qu’il est temps de rentrer si l’on veut espérer identifier le coupable avant qu’il ne récidive. »

La serpy mourrait d’envie de se plonger dans cette affaire répugnante, mais fascinante.

[Hrp : Petit rp mais le but est surtout de rafraichir le sujet !]
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Actarius Bright, Sam 3 Déc - 21:49


Resté en retrait à observer les Aurors et toutes les autres personnalités présentes sur la lugubre scène sans broncher, écoutant attentivement les remarques de chacun, le Phénix tentait de se faire sa propre idée de ce qu'il avait bien pu se passer par ici. Pour lui, il était évident que ce n'était pas le forfait d'un quelconque animal. Il n'était pas maître en Animaux Magiques - et, par extension en animaux "classiques" - pour rien. Aucun des animaux qu'il avait côtoyé et étudié jusqu'ici - et Dieu seul sait combien il en avait côtoyé en étant Garde-Chasse de l'académie de Sorcellerie écossaise - ne commentait de crime aussi terrible... Enfin, si mais jamais il n'avait vu l'une de ces bêtes exceptionnelles dévorer jusqu'à ne même pas laisser les os. Ces derniers étaient beaucoup trop dangereux pour qu'ils osent les avaler sous peine de se faire trancher, très couramment d'ailleurs, la gorge. Alors sur de "grandes proies" comme des êtres humains, même à la carrure adolescente, c'était impensable.

Ce ne pouvait être le forfait d'un vampire puisque ces derniers ne se nourrissaient pas de chers mais de sang. À moins qu'il ait trop fumé, le vampire, pour ne pas préférer le sang à la chair - rêve toujours. Il restait toujours l'hypothèse des Loup-Garous... Du lot, c'était sans aucun doute les plus bestiaux et les plus à même de commettre un tel meurtre. Qui donc pouvait avoir un appétit de glouton si ce n'était ces êtres passionnants ? Mouais... Non... Philéas avait raison, ce ne pouvait être l'acte d'un Lycan’.

Actarius réfléchissait toujours, essayant de croiser les éléments entre eux pour trouver un semblant de piste mais là tout de suite, rien ne lui venait. Il avait la petite impression d'avoir oublié quelque chose et cela l'agaçait quelque peu... C'est à peine s'il entendit Céleste s'adresser à lui puis à Clélia tant il était plongé dans ses pensées ; à la fois présent et pourtant si loin... Il avait quand même noté le fait qu'elle l'ait appelé successivement "Monsieur le Ministre" puis "Actarius" s'en pour autant laisser quelconque mot glisser d'entre ses lèvres. Pourquoi lui demander ce qu'il en pensait alors même qu'il était évident qu'il fallait mettre les élèves à l’abri ? Ne valait mieux pas qu'il réponde... Il n'avait pas l'esprit assez posé sur l'instant, malgré son air indifférent, quoiqu'on puisse penser. Scrutant de nouveau le "lac" de sang étalé à leur pied, Actarius laissa son esprit s'épuiser en vain pour reconstituer le film de ce qui avait pu se produire et l'une des interventions de Philéas l'interpella quand il y repensa... Des marques de reptation... Poudlard... Du sang... Reptile... Tueur disparu subitement... Non, c'était absolument impossible... !

Et hop, il rangea la petite idée qui venait de germer dans sa tête et laissa son totem animal prendre le dessus durant un très bref instant, ses yeux virant à l'or et surtout noir tandis qu'il observa la trainée que l'Auror avait identifié comme des traces d'une éventuelle reptation... Hmm...

Ignorant presque la Lycanthrope qui trainait parmi les Aurors, Actarius porta son regard redevenu normal sur elle :

Vous assurerez la sécurité de l'établissement. Ceci est un état d'urgence. Pour ce qui est de la sécurité des élèves, vous établirez, en accord avec Miss Skywolf, un couvre-feu pour tout élève ainsi que des patrouilles d'Aurors et de professeurs volontaires ; les élèves majeurs pourront y participer s'ils le désirent, rajouta-t-il en adressant un bref regard à sa fiancée pour la première fois de la soirée. Puis, après un petit temps d'arrêt passé à observer les restes et la mare de sang, il conclut : Si vous en avez terminé, vous devriez faire appeler la Concierge afin de nettoyer. Je doute que cela fasse un joyeux spectacle, bien que ce soit Halloween.
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Philéas Byrne, Dim 4 Déc - 16:55


Les conversations allaient bon train, tandis que les sorciers présents tentaient de relever les derniers indices. Cela ne prit pas longtemps puisqu'il n'y avait aucune piste à suivre, ou autres traces susceptibles de leur indiquer comment le tueur s'y était prit pour commettre son crime et fuir les lieux sans que personne ne puisse le voir. C'était réellement troublant...

D'ailleurs à en croire les visages fermés et pensifs, la scène resterait longtemps gravée dans les esprits. Ce serait certainement le cas pour Sara, qui ne paraissait vraiment pas dans son assiette. A en croire ses propos, c'était le fait d'imaginer ses propres enfants victimes d'un tel crime qui l'avait bouleversé.
C'était plutôt compréhensible, quel parent digne de ce nom exposerait sa progéniture à un danger de la sorte ? Il y avait fort à parier que les couloirs du château se dépeupleraient vite si cette affaire n'était pas rapidement réglée. Aussi improbable que cela puisse paraître ce serait peut être la fin de Poudlard.

Acquiesçant aux propos de la magenmage, Philéas conditionna précautionneusement ses échantillons. Il savait ce qu'il devait en faire et n'attendait que la permission de Céleste pour retourner à Wood Stuff.
Kimoka fut la première à le rejoindre, pour elle aussi il était grand temps de faire parler les preuves.

Quelques minutes de plus leur furent nécessaires pour prendre connaissance des volontés du Ministre, qui s'était montré extrêmement réservé jusque là.
Il leur ordonna, entre autres mesures d'urgence, d'exécuter des rondes en collaboration avec le personnel de l'académie. A cette simple pensée Phil' grinça des dents. Sans aller jusque à dire qu'il n'appréciait pas le personnel de Poudlard, force était de constater qu'à une ou deux exceptions il ne leur faisait aucune confiance. Entre les harpies, les kidnappeuses et les voleurs, il ne s'étonnait plus que Gloire se soit faite enlever au vu et au su de tous. Si certains avaient oublié ce détail, ce n'était pas son cas...

Parti dans ses pensées, l'irlandais faillit rater le départ de Cél et Moka. Les trois aurors s'engouffrèrent dans les escaliers, puis une fois dans le hall sortirent pour rejoindre le portail par lequel ils étaient arrivés. En attendant de pouvoir transplaner, la chef des chasseurs de mages noirs commença à donner ses instructions. Pendant que le sorcier aux yeux noirs s'occuperait de ses précieux prélèvements, un détachement de ses collègues viendrait patrouiller sur place. Prêts à passer à l'action, les aurors disparurent dans un craquement sourd.
Revenir en haut Aller en bas
Arbitre de Quidditch
PNJ
Arbitre neutre

Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Arbitre de Quidditch, Mar 20 Déc - 18:33


Deux semaines plus tard...

Ce soir il allait sortir.. Son maître lui avait ordonner de tuer des personnes, et celui-ci lui avait précisé lesquels… Des sang-de-bourbes, des amis des moldus, des traîtres à leur sang… Oui, son maître lui avait sifflé chaque détail, chaque chose dans sa mission. Il n’avait plus qu’à exécuter les ordres qui venait de la noble famille… Se lovant dans la statue qui lui faisait office de maison, il attendit que le maître daigne ouvrir..

Lorsque la pierre qui lui bouchait le passage vers la liberté trembla, puis laissa petit à petit l’ouverture nécessaire à sa sortie, il sortit. Se déroulant de toute sa majestueuse longueur, il sentit ses écailles tremper dans l’eau sale et froide de la Chambre des Secrets, puis il se dirigea directement vers les tuyaux, son domaine, sa propriété.. Sa liberté.

Il monta, se laissant glisser jusqu’au maximum. La vitesse, bien que ne le grisant pas, lui faisait sentir la moindre m=parcelle de ses muscles trop longtemps mis au repos. Oui, il avait déjà tué deux fillettes, mais ce soir.. Cela allait être un véritable massacre. Les sang-de-bourbes allaient craindre le monstre qui se cachait dans les souterrains, oui, Poudlard allait craindre ce qu’il se cachait en son sein.

Il arriva au denier étage, et laissa son corps descendre au fur et à mesure. On était en pleine journée, certains n’avaient pas cours, et des élèves n’avaient pas cours… Ceux qu’il devait tuer, ceux qu’il devait purifier dans le sang. La première de ses proies se fit voir, sans une quelconque attente. D’un geste rapide, terrifiant de grâce, il la tua. Pas un cri, pas une seconde de réflexion. Elle était morte. Sang de bourbe, le garçon qui venait d’être tué n’avait pas souffert.

Sans attendre que quelqu’un le voit, il retourna dans les tuyaux, ses anneaux brillant d’une lueur sanglante… il ne restait que du sang, et quelques étoffes. Oui, aucune autre trace.. Le basilic se serpenta jusqu’à l’avant dernier étage..]

Première victime...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Couloir du 7ème étage

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 14:11


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 22

 Couloir du 7ème étage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 13 ... 22  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.