AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 34 sur 35
[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35  Suivant
Invité
Invité

[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Invité, Ven 19 Jan - 14:25


Une voix dans son dos suspendit son geste. Comment ne pas reconnaître ce timbre insupportable qu’elle avait espéré ne plus jamais entendre. Un sourire plus que forcé sur le visage, l’aiglonne fit demi-tour pour faire face au ver de terre. Toujours aussi blonde, toujours aussi débraillée, toujours aussi Serpentard, le tout en provenance directe des sous-sols suintants du château. Elhiya représentait vraiment tout ce qu’Aoi méprisait, comme si le destin avait sciemment posé sur le chemin de l’aiglonne une Némésis toute choisie.

- Ah c'est bien toi ! Tu te cachais ou quoi ?!

Le sourire forcé de l’azur se crispa d’avantage. La verte n’aurait pu tomber plus juste quant à la raison de son absence, mais l’azur doutait franchement qu’elle en ait déduit les bonnes raisons. Tentant tant bien que mal de prendre un air dégagé, la brune répondit presque du tac au tac, comme une machine à cynisme bien huilée.

- Exactement, j’ai appris que la stupidité était contagieuse et j’ai préféré m’éloigner quelques temps.

On ne se refaisait pas comme on disait, mais de toute façon même si la sorcière avait voulu dire la vérité à quelqu’un d’aussi peu fiable que la serpente, elle n’aurait pas pu. Bien que tout danger semble écarté, elle ne pouvait pas se permettre de fiche en l’air les efforts acharnés des brigades magiques japonaises des mois durant maintenant, juste pour rabattre son caquet à une imbécile. Et puis on parlait tout de même d’une Serpentard, et comme chacun savait, les stéréotypes avaient la vie dure à Poudlard.

Avisant le livre que la verte tenait dans ses bras, une étincelle s’alluma dans les yeux de la bleue. Un grimoire de Divination, l’outil parfait pour le jeu favori de l’asiatique. En son for intérieur, elle pouvait reconnaître que pour cela, elle n’était pas mécontente de revoir la blonde. Qui mieux qu’elle était prédisposée aux réflexions acérées ? Il y avait bien la foldingue rouge, mais Aoi ne l’avait pas revue depuis qu’elle était revenue, et ne s’en portait pas plus mal à vrai dire. Au moins, elle savait qu’Elhiya disposait des compétences intellectuelles minimales pour ne pas bêtement dégainer sa baguette à la moindre pique.

- Oh, tu essaye de voir ton avenir avec ça ? Demanda-t-elle sur un ton faussement sympathique en pointant le livre du doigt. J’espère que tu ne t’es pas gâchée la surprise de ton échec aux ASPIC.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Elhiya Ellis, Mar 23 Jan - 16:10


La répartie qui avait manqué, tant de fois cherché au creux de la verve de quelques élèves croisés au hasard des couloirs, était là. Entière, préservée, comme si le temps n’avait jamais filé, arrachant un sourire amusé à la blondinette. Elle avait observé un instant, sans rien dire, se contentant de laisser ses lèvres s’ourler doucement, et ses yeux glisser rapidement sur le grimoire serré contre sa poitrine avant de les plantes sur l’asiatique, moue boudeuse sur les joues. Et derrière le retour des bonnes habitudes, le soulagement restait dans un coin à soupirer discrètement, comme s’il n’avait jamais existé.

–Laisse-moi rire, du haut de ta suprême intelligence, tu vas me faire croire que tu voues un cultes à ce genre de fadaise ? t’as pas dû partir assez longtemps, t’as été contaminée par la stupidité environnante ma pauvre petite

Le jeu avait été absent tellement de temps, qu’il devenait délectable de s’y adonner une nouvelle fois, glissant dans le mépris satisfaisant si facilement qu’il semblait des plus naturel. En soit, elle n’avait jamais rien au contre cette fille, si ce n’était ses airs supérieurs, ses manières altières et à un moment sa fâcheuse manie de copiner dans une langue étrangère avec son copain –qui ne l’était plus d’ailleurs. En somme que des détails enfantins qui disparaitraient aussitôt l’école terminée. Quelques jouissances enfantines avec lesquelles se divertir à nouveau, loin de tous ces bagages ombreux qu’elle trainait avec elle. Gamineries oubliées enfin recouvertes…

–Mais si tu veux, j’veux bien te filer des cours particulier pour la bêtise, au point où tu en es, tu atteindras la fond bien rapidement

Guerre illusoire des maison, disputes stériles capable de faire oublier le monde extérieur, ce qu’il y cache ce qu’il lui avait arracher douloureusement. Nouvel air frais, nouvelle impression que les choses pouvaient reprendre leur cours habituel, ne serait-ce qu’illusoirement. Alors, le rictus moqueur avait accompagné les mots balancés froidement, comme si de sa capacité à rétorquer quelque chose d’incisif à nouveau l’aiglonne pouvait dessiner une portion de temps quasiment oublié. Un ancien croquis abandonné dans un grenier fermé de force à clé caressé soudainement par la lueur d’un rayon de soleil perdu. Une bride d’espoir, un mensonge pouvant lui faire croire que les choses pouvaient ne pas changer. Ni elle, ni cette fille. Voilà les enjeux qui inconsciemment entouraient ces retrouvailles impromptues.

Une verte réduite à attendre un coup de bec pour retrouver sa place, son rôle, tel qu’il était avant que le sol sous ses pieds s’éffrite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Invité, Lun 12 Fév - 12:23


Le sourire amusé de la blonde était une grimace bien étrange. Une personne normale, dotée de capacités intellectuelles au moins moyennes aurait compris l’insulte. C’était aberrant de constater que plus les deux filles discutaient, si on pouvait qualifier leurs joutes verbales de discussions, plus l’écart entre elles se creusait, passant du simple ravin à un abysse sans fond. De la réplique qui se voulait cinglante du ver de terre, Aoi ne retint que la première partie, celle portant évidemment sur sa suprême intelligence. Ricanement de la part de l’aiglonne, il ne restait qu’un pas à franchir pour que la verte se décide enfin à accepter l’évidence : elle pouvait tortiller son corps annelé autant qu’elle voudrait, elle serait toujours au ras du sol, autant physiquement qu’intellectuellement.

- Tu as juste la tête trop épaisse pour que les connaissances y pénètrent, tu l’as bien prouvé en histoire de la magie.

Petite allusion à leur première rencontre, qui faisait encore tressaillir d’hilarité les neurones de l’azur. Puis la serpente fit une proposition qui faillit abasourdir la brune. Elle ne rêvait pas, Elhiya se rabaissait elle-même. La Baskerville lui aurait bien demandé de lui laisser le monopole du mépris, mais l’autodérision de la vert et argent était la preuve ultime qu’elle comprenait enfin où était sa place.

- Je suis persuadée que tu serais une excellente professeure en la matière, mais je me vois dans l’obligation de décliner ton invitation. Vois-tu, j’essaye de me limiter à quelques minutes de discussion avec les idiots chaque jour, apparemment ça les instruit. Je m’en voudrais affreusement de gâcher tous les efforts que tu mets à t’abrutir.

Petit sourire narquois qui prit la forme d’un rictus. Avec un minimum d’objectivité, la japonaise aurait pu consentir que son acharnement sur la verte n’avait aucun fondement et ressemblait fortement à du harcèlement, mais elle prenait bien trop son pied pour avoir ce genre de considération. Elle s’amusait comme une folle et c’est tout ce qui importait à ses yeux. Elle ne s’intéressait pas au pourquoi en cet instant, elle était action et non plus réflexion, et ça avait une saveur libératrice. Si elle avait creusé plus profond, comme une bonne petite aiglonne, elle se serait rendue compte que cette félicité était due au fait qu’elle passait plus ou moins ses nerfs et sa frustration sur l’écailleuse, mais aussi que pour une fois, elle était libre, elle n’avait plus de barrières, que les conventions lui passaient bien au dessus de la tête. Elle pouvait dire tout ce qu’elle voulait à ce punching-ball verbal, parce que dans le fond, elle avait confiance.

- Ton délai est bientôt écoulé d’ailleurs, tu voulais quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Elhiya Ellis, Lun 19 Fév - 17:00


Des traces de passé, des miettes de temps oubliées reprenaient vit sous une serre acérée. Le temps fuyant lâchait enfin derrière lui un grain de sable innocent à rouler entre leurs doigts. Un simple mot, une simple image, un simple claquement sonore de langue sur le palais pour tout recommencer. Pourtant, l’insouciance, désireuse de retrouver ses plates-bandes, peinait à briller pleinement. Il y’avait toujours cette ombre. Ce rappel incessant que chaque échange était auréolé de cette fragilité palpable, que tout pouvait disparaitre du jour au lendemain, sans raison valable. Cette même idée implantée dans la tête de la blondinette, qui n’avait de cesse de marteler chacun de ses gestes, chacun de ses mots. Rien n’était éternel


Cracher du venin de vipère était simple, se parer de mépris et de suffisance également. Accepter que c’était très certainement les dernières fois où ce jeu ridicule pouvait entrer sur scène était bien plus complexe. Néanmoins, Elhiya en avait entièrement conscience. Avantage d’avoir vécu sous le lac noir, très certainement, où juste de l’avoir appris avec le gout du sang. L’ombre et l’humidité rendaient toujours la lumière et la chaleur plus brillante. Et cette verve, de par son retour miraculeux, avait la douceur de quelques rayons de soleil en été. Des parfums d’encre fraîche et des arômes acides de bonbon pétillants. Une simple délectation d’un échange fugace et piquant.

Une commissure de lèvre rehaussée, la mâchoire serrée pour contenir un rire, la blondinette patientait pour son tour de parole. Car le tour par tour été respecté dans cette joute verbale, même si le pétillement des mirettes trahissait l’empressement de la répartie. Rebondir sur les pseudos bienfaits que l’aiglonne prodiguait était bien trop simple, surtout quand l’interrogation finale laissait une large ouverture à ce jeu d’enfant. Haussement de sourcil suffisant, levé de nez dédaigneux, et la balle changeait de camp.

–Mouarf, nan ça ira, je n’ai guère besoin que tu m’illumines trop de ta sagesse. On a l’air de se faire ch*er une fois qu’on a atteint un perchoir trop grand. Ça me ferait mal de devoir changer toute ma garde-robe après. Tu vois, le vert donne un reflet agréable à mes prunelles, je compte bien le garder. Et puis… il y’aurai pu d’enjeu à réussir à nouveau à rentrer dans le nid des aiglons…

La sincérité aurait voulu préciser qu’il n’y’avait eu aucun défi à pénétrer avec d’autres élèves vêtus d’Azur. Mais les retrouvailles n’étaient pas aux confidences sulfureuses, encore moins au copinage, elles en perdraient tous leur charmes et leur saveurs.

-C’est pas moi qui te retient là. A force de rester, je vais croire que je t’ai manqué. Au pire, tu peux l’avouer, promis, je dirai rien

Vérité déguisée, provocation enfantine agréable, clin d’œil moqueur en prime. Changement de joueur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Invité, Sam 17 Mar - 21:23


Tic tac. Le temps file à toute allure, une course contre lui même qu’il gagnera sans doute, laissant derrière lui des vestiges d’existence. Il emporte avec lui les rires des enfants, les méchancetés des adolescents et les soucis des adultes. En un clignement d’yeux, un claquement de doigts, on en arrive à l’hiver de sa vie. On regarde alors en arrière, on dresse un bilan et on regrette. A vrai dire, même au printemps on regrette. Et pour éviter d’avoir à regretter parce qu’on a perdu du temps à regretter, on profite. On profite de sa jeunesse, de l’insouciance tant qu’elle est là. Et quand elle est partie, on tente de la faire revenir. En vain.

Les prunelles grises détaillaient le visage comme si c’était la première fois. Malgré l’air narquois familier, les iris verts reflétaient un éclat nouveau. Quelque chose qui mettait la boule au ventre de l’aiglonne. Elle tourna la tête vers les hauteurs du château et gravit deux marches, le temps de reprendre le contrôle sur ses émotions. Finalement, le soulagement n’aura été que de courte durée, il était déjà temps de cesser ce jeu délectable. Un regard en arrière, dernière apparition du sourire orgueilleux. Les yeux à demi-clos dans cette allure provocatrice

- Bien sûr que tu m’as manqué. Après tout, sans ombre il n’y a pas de lumière.

Virevoltement de cheveux, pas qui s’élèvent vers le sommet.
Fin du rp
Merci à Elhiya
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Elhiya Ellis, Dim 25 Mar - 21:19


La balle rebondissait mais manquait d'entrain. Les deux joueuses, bien l'identique à leur écho d'il y'avait quelques mois avaient changé. La différence était légère , imperceptible à l'oeil novice mais bien là. Présente, pesante sur les anciens roles de lumière.

Les griffes de l'aigle lachaient leur proie dans un aveu depourvu de fioritures. La surprise dessinée sur un sourcil arquebouté avait pris au dépourvu la vipère fraîchement réveillée. L'orgueil, malgré le rictus suffisant de l'aiglone, laissait place à une vérité bien trop vibrante ppur appartenir au hasard.

L'ombre et la lumière. Les lueurs scintillantes et les ténèbres. Celles de l'ame, des pensées ou du coeur. Il n'avait toujours été question que de ça dans cette société baignée dans l'hypocrisie et les mensonges. C'était un fait connu et reconnu, raisonnant dans un coin de son esprit comme un vieux disque rouillé. Ce qui ne l'était pas c'etait cet écho de douleur s'élevant entre les dents de la peste aux escaliers.

L'absence devait d'être vetue de raisons diverses. De raisons aptes à faire ouvrir les pqupieres cousues par l'insouciance. Des raisons qui avaient nourrit cette pointe d'insuietude et mis à mort le revetement de l'indifférence.

-A..Aoi?

L'interrogation se perdait dans le claquement de centaine de talons assourdissant. La complainte envolée par une disparition vers les étages ne trouverait jamais le moindre reflet. Pas aujourd'hui en tout cas... de quoi ebranler douloureusement Conscience bâillonnée dont la requête silencieuse martelait le cerveau qu'elle habitait : que s'était il passé ?

[Fin du RP ~ Merci Aoi amour]
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Peter McKinnon, Jeu 31 Mai - 11:07


RP Privé avec Milo Weaver
LAs mutuels échangés


Cape en soie volant dans son sillage, Peter descendait quatre à quatre les marches du Grand Escalier, direction la Grande Salle. Il avait passé la matinée à plancher sur ses examens de fin d'année. L'objectif était clairement de faire un strike, histoire qu'une partie de ces gamins passent leur été à approfondir la Divination. Avec un peu de chance, couper sec dans la moyenne de tous ces cancrelats allait les pousser à acheter son livre. Rien qu'à l'idée de penser aux royalties, il en avait des frissons. Mais, pour l'heure, il allait chercher de quoi se sustenter. Le Professeur de Divination espérait sincèrement qu'il y avait des saucisses au menu. Il avait une faim de loup !

A peine avait-il franchi la dernière marche qu'il relevait le regard pour admirer tous ces petits marmots avoir la présence d'esprit de s'écarter de son passage. C'était un genre d'habitude, bien qu'avec son corps d'adolescent il arrivait encore à certains étourdis de ne pas le remarquer. Grossière erreur pourtant, cela faisait un petit temps que Peter ne portait plus son uniforme. La véritable délivrance, c'était de ne plus avoir à porter de cravate, bien que le vert et argent lui allait particulièrement bien. C'était donc en observant les réactions diverses et variées des apprentis sorciers qui l'entouraient que Peter en remarqua une toute particulière. En effet, un gamin semblait faire de l'excès de zèle.

Appuyé contre le mur, il baissait la tête et, s'il avait pu passer à travers les grandes pierres ancestrales qui composaient l'édifice, il aurait sans doute été ravi de le faire. Fronçant les sourcils, Peter s'approcha de lui, tout intrigué par cette attitude. Qu'est-ce qui clochait ? Etait-ce un sentiment de culpabilité survenu après une bêtise qui poussait cet enfant à un tel comportement ? Il se planta donc devant le gamin et lui tapota sur l'épaule :

- Dites-moi, euh ... vous ! Je dois bien reconnaitre que vous avez de magnifiques souliers mais peut-on savoir ce qu'il leur vaut une si grande insistance ?
Revenir en haut Aller en bas
Lyra Peverell
Lyra Peverell
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Lyra Peverell, Jeu 31 Mai - 17:17


Mon estomac crie famine depuis une bonne heure. Pourtant, j'ai pris un petit déjeuner ce matin. Mais heureusement, l'heure de la délivrance a enfin sonné. Je suis sorti du cours de botanique rapidement après avoir rassemblé toutes mes affaires. Je serais bien allé directement dans la Grande Salle pour me remplir le ventre de plein de bonnes choses, mais je dois malheureusement repasser chez les Serdaigles avant. C'est que je me suis mis de la terre un peu partout durant ce cours, et ce n'est pas très hygiénique d'aller manger dans cet état. Mais alors que je m'approchais du grand escalier, sac sur le dos et quelques ouvrages en main, voilà que la silhouette du Professeur McKinnon se dessine sur les dernières marches.

Mes yeux s'écarquillent légèrement en le voyant, le souvenir de la main coupée étant toujours bel et bien présent dans ma mémoire. Il me fait peur ce Professeur. Je ne crois pas que ce soit normal de montrer une main coupée à ses élèves, même pour lire ses lignes. Et je me demande encore et toujours où est-ce qu'il a trouvé ce bout de corps. Si ça se trouve, il l'a découpé lui-même à quelqu'un qu'il trouvait insignifiant. Or, je suis loin d'avoir les capacités d'un sorcier digne de ce nom puisque même ma baguette magique refuse de lancer le moindre sortilège lorsqu'il vient de moi. Je n'ose même pas imaginer ce qu'il serait capable de me faire.

C'est donc le plus naturellement du monde que je me suis plaqué contre le mur, livres contre la poitrine, et tête baissée afin d'éviter de croiser son regard. Si je reste immobile et que je ne le regarde pas dans les yeux, il passera peut être à côté de moi sans me voir, pas vrai ? C'est un peu comme être invisible… J'espère… Sauf que ma superbe technique pourtant vraiment très bien trouvée ne fonctionne pas du tout. Elle a même l'effet totalement inverse parce que le bas de la robe du professeur entre dans mon champ de vision tandis que je sens ses longs doigts glacés me tapoter l'épaule. Je me raidis dans un sursaut de surprise mêlée à de la terreur. Tandis que sa voix s'élève, je relève lentement la tête vers lui parce qu'on m'a toujours dit que ce n'était pas poli de ne pas regarder quelqu'un dans les yeux quand il s'adresse à moi.

Cependant, je ne pense pas une seule seconde être en capacité de cacher la peur qui me tenaille à cet instant, et tandis que je le fixe, bouche légèrement ouverte sans savoir quoi répondre, je réfléchis à toute vitesse à ce que je suis sensé lui dire. Je finis par bafouiller d'une voix faiblarde.

- Euh… Merci… Mais euh… Ils ne sont pas si beaux que les vôtres… Et euh… Je sais pas…

Je suis incapable de répondre correctement. C'est sûr de sûr, cette fois-ci, je suis mal. Je ne peux m'empêcher de rajouter d'une voix rendue plus aigue par le stress, et aussi rapidement que possible :

- Me coupez pas la main s'il vous plaît !

Tentative de sourire totalement crispé en espérant l'amadouer même si je suis à peu près persuadé que je viens de signer la perte des mes bras. Voire de ma tête. Qui pourrait d'ailleurs difficilement être plus rouge qu'actuellement. Ce qui n'est sûrement pas arrangé par le fait que je sois en train de retenir ma respiration en attendant ce qui va suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Peter McKinnon, Ven 1 Juin - 3:28


En temps normal, Peter n'était pas du genre à s'occuper de ce type de comportement. Après tout, il y avait déjà fort à faire avec tous les marmots qui dépensaient une énergie folle pour se faire remarquer, s'il fallait en plus apporter une oreille attentive à ceux qui ne voulaient pas que l'on les remarqua, cela allait finir par une longue facturation d'heures supplémentaires. Du temps de Sergeï Kholov, ce genre d'attitude n'aurait ému personne. Mais là, le changement de Direction et la promotion de nouvelles pratiques plus progressistes d'éducation poussait à ce genre d'attention vis-à-vis d'élèves plus discrets.

Bien mal en avait pris Peter d'avoir essayé de découvrir ce qui se cachait derrière cette apparente volonté d'être invisible de la part du Serdaigle. En effet, à peine le pauvre enfant avait-il relevé la tête que Peter du faire face à une longue logorrhée. La tête légèrement inclinée en signe d'écoute, il essaya de comprendre ce que le gamin était en train de lui baver dans les étagères, mais ce n'était pas réellement concluant. A la rigueur, seule la fin de cette petite déclaration, prononcée à la hâte, valait la peine d'être retenue :

- Me coupez pas la main s'il vous plaît !

En un magistral haussement de sourcils, Peter essaya donc de décortiquer cette dernière phrase. Ce garçon avait-il peur que l'on lui coupa la main d'ordre général, auquel cas il se cachait de tout le monde et avoir choisi le Hall d'entrée était une mauvaise idée ? Ou bien était-ce Peter qui lui inspirait cette crainte ? Dans le second cas, il allait falloir faire quelque chose car le Professeur n'aurait pas supporté de courir le risque de voir une plainte déposée contre lui. Réfléchissant à grande vitesse, le devin se remémora son cours d'initiation à la Divination, dans lequel il avait présenté à ses étudiant rien d'autre qu'une main humaine. Ce garçon totalement désoeuvré devait y avoir assisté, c'était sur, mais il valait mieux mettre les choses au clair avant de chercher des solutions.

- Dites-moi, jeune homme, serait-ce par hasard mes cours qui vous mettent dans un tel état de fébrilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Lyra Peverell
Lyra Peverell
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Lyra Peverell, Lun 11 Juin - 13:10


Le Professeur McKinnon me surplombe toujours de toute sa hauteur. Et son haussement de sourcils ne fait qu'augmenter mon appréhension. C'est du mépris, n'est ce pas ? Je crois bien que c'est du mépris. Comme il en avait pour la personne à qui appartenait la main coupée qu'il nous a présenté. J'essaie de reculer davantage, mais mon dos ne serait être plus collé au mur glacial qu'actuellement. Je sens mon uniforme qui colle dans mon dos à cause des sueurs froides qui y coulent. D'ailleurs, sous mes magnifiques bouclettes, mon front commence à briller sérieusement également.

Finalement, il semble avoir envie de comprendre un peu mieux ma réaction. Il fait semblant parce qu'on est dans un lieu public, pour mieux m'amadouer et finalement me faire connaître le même sort que cette pauvre main lorsque personne ne pourra me venir en aide. Ou alors il ne comprend vraiment pas ma réaction. Est-ce que couper la main des gens est une pratique courante dans le monde des sorciers ? Robin avait l'air contente de repartir avec ce trophée macabre, et nullement choquée par le fait que sa propriétaire soit à présent belle et bien morte. Un frisson d'effroi me parcourt à nouveau. Ce monde est effrayant, beaucoup trop effrayant.

Moi qui pensait y avoir plein de choses à décourvrir et devenir un grand sorcier, je ne suis plus si sûr d'en avoir envie. Ma vie à l'orphelinat était peut être un peu moins excitante, mais au moins, je m'y sentais à ma place. Ici, je ne suis qu'un intruc. Un enfant qui est incapable de se servir d'une baguette magique alors même qu'il est sensé être un sorcier. Un enfant qui prend peur à la moindre situation inattendue. C'est que beaucoup trop de choses me paraissent impossibles ou même inimaginables depuis que je suis ici. Et pourtant, de l'imagination, j'en ai à revendre. Je ne suis tout simplement pas fait pour être sorcier, voilà tout.

Je m'efforce de reprendre un rythme respiratoire correct afin de répondre au Professeur. Je ne sais pas ce que je dois lui dire. Est-ce que si je réponds oui il pensera que je remets en cause sa pédagogie ? Car là n'est pas du tout mon intention. Mais je suis bien incapable de lui mentir. C'est qu'il est tout de même devin, il s'en rendrait probablement compte. Alors je finis par hocher timidement la tête en baissant à nouveau les yeux vers mes chaussures et en murmurant, la gorge serrée :

- Oui, Monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Peter McKinnon, Mar 12 Juin - 9:00


Etait-ce une illusion ou l'apprenti sorcier était-il bien en train de refixer nerveusement ses chaussures ? Ce n'était pas parti pour que les deux hommes aient une conversation soutenue. Et l'envie de Peter d'être attablé commençait à être largement concurrencée par la curiosité qu'éveillait chez lui le comportement du garçon. Comment pouvait-on ressentir une telle frousse en présence d'un enseignant aussi bienveillant que le Professeur de Divination ? A l'évidence, il allait falloir que tous deux aient une petite conversation, même si cela ne semblait pas réjouir l'élève de Serdaigle.

- Et ... euh ... Dites-moi, d'où venez-vous ?

C'était loin d'être particulièrement entrainant comme entame de conversation. Mais il fallait bien que Peter se résolve à ce genre de passage obligé s'il voulait créer ne fut-ce qu'un filet de lien avec le garçon. Après tout, il essayait de comprendre comment ses cours pouvaient autant choquer ses élèves. Quoique le petit sorcier ne devait pas dépasser les douze ans. Dommage, Peter n'avait pas énormément de passe-temps qui incluaient les enfants de cet âge-là, il allait donc falloir qu'il commence par lui proposer quelques lieux communs pour orienter leur conversation.

- Par contre, où vous rendiez-vous ? Moi j'allais manger, ça vous dis de m'accompagner ?

Peut-être en faisait-il trop, là. Mais ce gamin à tignasse épaisse l'interloquait vraiment. Du coup, il fallait recourir à un peu plus qu'une simple conversation de couloir. D'autant que Peter commençait à se demander si la vérité ce n'était pas que cet enfant commençait à avoir peur de tout. Auquel cas, il allait falloir commencer à s'inquiéter de tant d'angoisse dans un si petit corps !
Revenir en haut Aller en bas
Lyra Peverell
Lyra Peverell
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Lyra Peverell, Jeu 28 Juin - 16:10


Je relève les yeux en entendant la question du professeur. D'où je viens ? Léger moment de panique. Il veut savoir de quel cours je sors, ou bien d'où je viens de façon générale ? Les rouages de mon cerveau tournent à toute vitesse sous mes bouclettes qui ternissent de plus en plus tandis que je me rends compte que le professeur n'a pas l'intention de me laisser tranquille. Ou alors, je me monte encore tout un cinéma. Ce ne serait pas la première fois, j'ai tendance à trop réfléchir et ça m'angoisse encore plus. Peut être même que je vire parano. Olala, c'est vraiment de la paranoïa ça ? C'est un peu grave comme maladie, non ?

Je finis tout de même par tenter une ébauche de réponse. Après tout, je ne vois pas trop l'intérêt qu'il aurait à vouloir savoir où je vis lorsque je ne suis pas au château. Il veut sans doute s'assurer que je n'ai séché aucun cours. Comme si c'était mon genre. Je bafouille donc quelques mots de façon plus ou moins audible.

- Je… Du.. J'étais en cours de botanique...

Je pensais que ça se voyait vu l'état de mon visage et de mon uniforme. Difficile de passer à côté des traces de terre séchées un peu partout. Si la botanique fait partie des matière que j'apprécie le plus, je dois bien avouer que je n'ai pas encore trouvé de façon de pratiquer efficacement et proprement à la fois. Et voilà qu'il me propose de l'accompagner manger. Mes yeux s'écarquillent de stupeur. Je ne m'y attendais pas du tout. Refuser serait très malpoli. Et en plus, il ne risque pas vraiment de m'arracher un bras dans la Grande Salle, il y aurait bien trop de témoin. J'y serais donc en sécurité toute relative.

Je commence à me dire que je me suis vraiment monté à la tête avec toute cette histoire de main coupée. Le Professeur McKinnon n'a pas l'air si méchant que ça. En revanche, si j'accepte, je suis bon pour passer encore quelques temps dans cette tenue terreuse. Mais je pourrais lui poser des questions sur la Divination sans risquer de perdre un bras, et ça, c'est quand même pas mal. Je finis par afficher un petit sourire, bien pâle comparé à tous ceux que j'ai l'habitude d'offrir à mes interlocuteurs, mais tout de même un bon début.

- Je voulais aller me nettoyer un peu... Mais je serais très honoré de déjeuner en votre compagnie, Professeur !

Peut être qu'il voit en moi un futur grand oracle, qui sait. Ce serait dommage de passer à côté d'un talent inné.
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Fañch Guivarch, Ven 11 Jan - 12:21





pas de réponse depuis plus d'un mois
rp avec Gabriel Michaels
Fañch Guivarch rp numéro 343 tw :

Le géant se promenait dans les couloirs de poudlard pour retourner à la salle commune de serpentard, Il tourna à un angle de couloir et il reconnut soudain un visage familier enfin son dos.


Vla l’autre abrutit de poufsouffle, je vais le déboiter pour ce qu’il nous a faits en cours de vol.


il faut donner son pardon.


Ça tombe bien pardon c’est le nom de mes poings et je le compte lui donner mon pardon dans le visage.


Je m’ennuieuh.


du calme, j’ai trouvé un moyen de satisfaire tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Gabriel Michaels, Ven 11 Jan - 14:04


Trainer après les cours devenait une habitude. J'avais pas trouver mieux à faire fallait dire... et puis la dernière fois je m'étais retrouvé coincé avec un serpentard qui avait fini par pleurer. A bien y repenser, je n'avais toujours pas compris pourquoi... un soucis avec les armures, ou les sucettes, ou les deux... Ah non... avec le fait de pas etre orphelin. Je devais bien dire que c'était vraiment bizarre comme problème d'une vie. Mais à bien réfléchir, il me semblait bien que les élèves de cette maison semblaient avoir un souci tout particulier avec la vie ou le simple environnement qui les entourait... Y'avait l'autre en cours de vol aussi... Enzo de mémoire, qui avait franchement besoin d'apprendre à sourire et encore celui de... bah de vol aussi qui trouvait marrant de colorier Lizzie mais qui n'aimait vraiment l'idée que je lui colle des fleurs dans les cheveux.... Les serpentards devaient manquer d'humour, ou de savoir vivre... pas bien sur de savoir ce qui était le vrai fond de la chose..

Enfin.. pas trop mon souci, je ne comptais pas devenir psy ni même leur apprendre à sourire, ça, on l’apprenait quand on était gosse, moi, de mon coté, je cherchais à savoir si certaines tentures cachaient des passages secrets. une occupation comme une autre... Du coup, quitter la salle commune bondée pour monter vers les étages et... croisé le fleuri du cours de Lizzie. Reflexe : sourire lumineux.

-Hey saluuuuuttt....

Mince, c 'était quoi son nom?

-... toi!

Voila, il allait faire la tronche, c'était sur..
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Fañch Guivarch, Ven 11 Jan - 16:58




Fañch Guivarch rp numéro 344 tw :

Le plan du serpentard ne se passa pas comme prévu l'arrivée discrète n’avait pas été une réussite en fait il était tellement coincé dans ses pensées qu’il avait complètement oublié de ralentir le pas, il arriva donc proche du blaireau qui comme à l’instar des représentants de cette maison était complètement niais et joviale.


Toi si tu me manque de respect une seule fois je t’explose la gueules.


calme toi on va pas le tuer quand même.


L’idée c’est qu’on va se moquer de lui mais sans le blesser.


Owi jouer la comédie !


Dis moi je cherche la formule de deux sort tu pourrais pas m’aider ?


Fañch arborait un sourire faux mais bon il avait pas mal d’experience dans cette imitation de bonne humeur et puis de toute façon les poufsouffles ne sont pas méfiant de base.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Michaels
Gabriel Michaels
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Gabriel Michaels, Ven 11 Jan - 21:20


Un sourire? Les serpentards savaient sourire? Vraiment? J'étais ébloui de découvrir ce genre de chose! Comme quoi Poudlard regorgeait d'une collection possible de surprise comme... hein? Il venait me demander de l'aider pour deux sortilèges? Vraiment?

Étonné un petit rire gêné m'échappait. La main droite partait San ma nuque ebourriffant les cheveux un peu pris au dépourvu. J'étais loin d'être le meilleur des élèves de ce château, je me débrouillais avec les sorts inutiles la plus part du temps, comme celui qui faisait des fleurs. Mais le reste.

-Heu bah ouai.. vas y dis.. tu cherches quoi? Peut être que je connais..

Après tout peut être qu'il voulait que je lui explique commentrefaire se beaux boutons d'or dans sa barbe . Non mais vous avez vu cette barbe? J'étais jaloux.. enfin il me semblait.. il avait quoi... 2 ans de plus que moi? Et moi... toujours aussi doux qu' un agneau.. c était pas juste!

Ou alors... Il voulait le sortilège qui rendait chauve y étais persuadé d en avoir vu un dans le grimoire .. par contre .. impossible de me rappeller de sa formulation.

-Des soucis de barbe c est ca?

Bah ouai autant demander


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[Hall d'entrée] Au pied du grand escalier  - Page 34 Empty
Re: [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 34 sur 35

 [Hall d'entrée] Au pied du grand escalier

Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.