AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 3
Amérique Du Nord: Déserts.
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
James Revanor
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : James Revanor, Sam 19 Sep - 16:20


L’homme en noir fuyait à travers le désert, et le soleil le suivait. En matière de désert, celui ci était l’apothéose :gigantesque, tendu vers le ciel dans ce qui ressemblait à l’éternité, dans toutes les directions. Il était jaune, aveuglant et aride avec pour seuls reliefs les dunes ici et là. Au loin gisait une ligne fantomatique de montagnes aux cimes pointues tels les crocs du mal. Aucune végétation ne se trouvait ici mise a part des herbes du diable qui faisait naître des rêves, puis des cauchemars et, pour finir, la mort. Si connotation il y aurai eut, il n’y a pas de doute que cela aurait été l’enfer car c’est ce qu’était réellement ce désert. Un enfer aux courbes artistiques. L’homme en noir s’avança sans courir mais sans marcher non plus sur la longue route de cuir qui recouvre une si grande surface du globe. Les kilomètres filèrent sous l’allure de ses pas. Puis soudain, il se trouva frappé d’un vertige passager, sensation qui avait donné au monde entier une dimension éphémère, presque irréel. Le vertige passa et sa perspective changea. Cette fournaise provoqua des suées dégoulinant sur chaque parcelle du corps du garçon. L’homme en noir avançait depuis des heures déjà dans cet océan de sable et bien que l’on put penser qu’il avançait sans but, c’était faux. Son instinct lui dicta d’avancer sans s’arrêter en choisissant un point d’horizon comme destination finale.

Le soif se fit sentir et le regard de l’homme en noir se posa sur l’outre qui balançait au rythme de ses pas. A l’intérieur, l’eau n’avait de cesse de faire l’objet de la convoitise de l’homme mais ce dernier désirait profiter du voyage pour repousser ses limites et se refusait tout signe de faiblesse comme la soif ou la faim. Comme prit dans l’élan, son regard regarda sa baguette qui était accroché a un holster prévu uniquement a cet effet. L’holster en question était du même cuir que son jean et son jean était du même cuir que sa veste et sa veste du même que sa cape. Le cuir brûlant de sa tenue était collé à sa peau sous l’effet de la chaleur caniculaire qui régner dans cet enfer mais ceci n’était rien car il ne marchait pas ici pour rien. Son but était de rejoindre une ancienne Auror, personne aux ordres de la justice magique, du nom de Morgane mac Millan. D’anciens souvenirs se ravivèrent dans l’esprit meurtri de l’homme. Celui ci avait eu deux visages et l’un des deux avaient connu cette femme mais cette dernière ne connaissait pas ce visage ci et de tout de façon, cela ne changerai rien au fait qu’il allait tout faire pour la faire revenir mais afin d’éviter qu’elle ne rouille ou vérifier du moins que ce n’était pas le cas, elle subirait un violent affrontement ici, dans ce désert, éloigné de tout.

L’homme en noir se stoppa net et la poussière qui le suivait derrière jusqu'à là, le devança avant de se dissiper sous l’immensité du ciel bleu. Un vent sec et chaud commença a se lever et plaqua les cheveux blond du garçon sur l’arrière de son crâne, révélant différentes cicatrices formant des reliefs peu réjouissant sur le visage de l’homme. Le soleil se refléta sur le sable et ce dernier se refléta dans les yeux verts foncés de cette imposante forme musclée regardant les environs d’un œil impassible sachant pertinemment que l’objet de ses désirs ne tarderait a venir avec un elfe de maison. Le vent souffla plus fort, levant sa cape quasiment a la verticale tandis que l’homme en noir adopta une posture sûr de lui du haut de cette dune tandis qu’un nuage de poussière et de sable s’éleva dans le ciel, l’entourant entièrement et refreinant son envie de lui faire une étreinte amoureuse. Inspirant une longue bouffée d’air brûlant, l’homme en noir hurla dans ce désert un puissant :



IL EST TEEEEMMMMPPPPPSSSS !!!!!
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
James Revanor
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : James Revanor, Sam 19 Sep - 21:48


L’écho de sa voix fut avaler par l’immense désert et les yeux de l’homme en noir se détacha du ciel pour se rabattre au pied de la dune sur laquelle il se tenait si fièrement. En bas se trouvait une femme aux allures d’une vieille mégère en position de combat, baguette en main. Cette vision le fit sourire. Elle semblait sûre d’elle mais Emric ne la voyait pas en détail pour en être sûr. Le vent continua de souffler et, portant dans ses bras célestes, apporta a l’homme des paroles qui accentuèrent le rictus qui lui transforma le visage d’une façon fort peu attirante.

"Vous vouliez me voir me voilà ? Pourquoi et surtout pourquoi ici ? Je ne vous connais pas et même si vous êtes le chef des aurors je ne peux vous considérer que comme un ennemi. Alors je suis là, j'attends !"

Ne cherchant pas a répondre, l’homme en noir fit sauter l’attache de son holster et se saisi de sa baguette avant de se placer lui aussi en position de combat. Ici, il semble ridicule de le dire mais le long filament que forme le sablier du temps parut durer une éternité avant que de nouveau la voix sèche de l’homme ne s’élève dans les airs :



Je suis effectivement le chef actuel des aurors, et si tu es, a l’instar de moi même, ici, c’est afin de me montrer ce que tu vaux au combat, Ex auror: Morgane Mac Millan !

Puis sans ne tenir compte du soleil qui appelait plus a la quiétude qu’un affrontement ou les légendaires montagnes au loin imposant un respect sans faille, l’homme de cuir du nom d’Emric Grimwig donna un coup de pied dans le sol sableux qui s’éleva dans les airs tel un nuage de cristaux. Emric profita d’être dissimulé derrière celui ci pour jeter un basique stupéfix en direction de Morgane Mac Millan bien que lui même avait la vision gêné par cette poussière virevoltant au gré du vent. Son sort jeté, il se jeta dans la pente descendante de la dune et glissa en direction de la femme tout en se protégeant du croisement de ses bras le visage. Un second hurlement de la part du jeune homme s’éleva dans ce désert d’habitude si calme.


Considères cela comme une remise a niveau, un nouvel entraînement car je te veux près de moi !

Ses pieds heurtèrent violemment le bas de la dune et de nouveau il leva sa baguette afin de jeter un second sort basique qu’est le stupéfix toujours en visant son adversaire féminin.


Ici nous n’auront aucun soucis de destruction, montre moi ce que tu vaux réellement, bats toi !

Troisième sort, plus sérieux et cette fois ci en informulé. Une immense tornade, résultat d’une longue expérience en magie, se forma dans se lieu propice a sa création. L’envergure d’environ quatre ou cinq mètres de la base de ce cercle de vent accompagné par le quartz coupant du désert fit s’élever un immense nuage de sable tout aussi dangereux tant pour l’un que pour l’autre. Sa cape battait le vide sous la force du vent et Emric dû lutter pour ne pas être emporter par la force de ce tourbillon. Se servant de son bras nu pour couvrir son visage, il sentit le sable fouettait violemment son bras ainsi que des perles de sang suinter sur chaque port de sa peau a nue. L’homme en noir récemment nommé Emric entreprit de contourner la tornade par son flanc droit.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
June Carter
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : June Carter, Dim 20 Avr - 19:41


[RP unique.]

Les jours et les heures s’échappent de mes doigts. Je ne contrôle plus rien. J’ai longtemps été manipulatrice, une espèce de garce qui s’amusait de la souffrance des gens parce qu’elle n’avait trouvé aucun remède à celle qui la terrassait. Je gâchais des vies parce que la mienne était foutue. Je me sentais vivante parce que je tuais des gens. J’étais sombre, j’étais terne, j’étais irréelle. À croire que j’étais née pour détruire les autres. Et le pire dans tout ça, c’est que je me sentais morte de l’intérieur. Je n’en éprouvais aucune satisfaction. J’agissais comme ça parce que je ne savais plus ce qui était bon, ce qui était mal.

J’étais devenue une sorte de machine qui se nourrissait de tous les malheurs qui pouvaient exister sur terre. Toute forme de sentiment paraissait s’être échappée de moi par la petite porte. On m’avait tout enlevé. Plus d’amour, plus de haine. Du vide. À dire vrai, je crois que mon corps devait ressembler à quelques exceptions près au paysage qui se dessinait devant mes yeux. C’est-à-dire, à rien.

Je crois que je suis au milieu de nulle part. Je ne sais même pas où j’ai atterri. Je ne sais même pas comment. Tout ce que je vois autour de moi, c’est le même vide que dans mes entrailles. Il n’y a personne. Pas un mot qui s’élève autour de moi. Pas un cri. Pas un chuchotis. Tout n’est que calme et volupté. Un amer silence qui fait du bruit à m’en arracher le cœur.

J’ai froid. J’ai tellement froid. J’en arrive à regretter l’étreinte hypocrite d’une mère qui ne m’aimait même pas. Je voudrais juste à mes côtés la douce chaleur humaine d’un être plein de vie, les joues rougies par les quantités d’alcool qu’il vient d’ingérer. Je voudrais juste à mes côtés quelqu’un pour me sortir de là. J’ai froid, je vais en mourir. J’ai froid et je suis seule. Je voudrais qu’on m’enlace et qu’on m’aime. Je ne sais pas pourquoi j’en suis arrivée là. Je voudrais qu’on me chuchote que tout ira bien, que le soleil va revenir et qu’il va faire fondre la glace de mon cœur dont je n’entends même plus les battements. Je voudrais qu’on me rapporte mon âme, j’ai dû la perdre en route. Elle est ternie de mes erreurs, trouée par-ci par-là par quelques douleurs d’avant.

Je m’excuse. Je m’excuse pour tout ce que j’ai fait de mal, même s’il est trop tard. Je sais que c’est inutile, je sais que ça n’apaisera pas les blessures toujours à vif que j’ai infligées. Mais je vous demande pardon. C’est ce que font les gens quand ils sont sur le point de mourir, non ? Ils demandent à ce qu’on oublie et qu’on fasse abstraction de tout ce qu’ils ont fait de mal au cours de leur minable existence. Ma mère m’a demandé pardon. Ces dernières lettres s’étaient dessinées sur ses lèvres comme si elle les avait soufflées. Son haleine sucrée était parvenue à mes narines pour la dernière fois. Maintenant, elle respire la mort. Cette odeur si particulière, qu’on n’oublie jamais vraiment.

J’ai peur. S’il vous plait. Mes mots sont silencieux dans mes pensées mais je les crie du plus fort que je peux. Penser m’aide à respirer. Ecrire me permet de rester en vie. Sur mon journal, cela fait 7 ans que je décris chacune de mes journées ici. Quand je tourne les pages, je perçois le mot Alaska, toujours écrit en lettres majuscules sur lesquelles je suis repassée environ 10 fois avec mon stylo. Je me souviens, maintenant. J’avais tout perdu, alors j’étais partie. Mais aujourd’hui, je crois que c’est ma mémoire que j’ai perdu. Et peut-être même ma vie…
Revenir en haut Aller en bas
Malena Kane
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Malena Kane, Jeu 5 Mai - 20:51


RP UNIQUE OU LIBRE.
Intermède
de Dragon qui a la migraine
et qui rêve - enfant
qui rêve yaourt nature sans sucre et sans confiture
Musique


Il était une nuit
un rêve coincé entre un jeudi et un vendredi,
un rêve où on joue aux cow-boys et aux indiens.
Surtout aux indiens.

Sur la musique on va on vient on s’éloigne et on revient
puis on s’élance et on se tient on se retient
pour se ramener contre
soi


On hurle dans la nuit en clapotant avec sa main, le son qui sort de la bouche.
On tape des pieds, des pieds nus sur la terre, rythme décalé, bidam, bidoum,
et on bouge les bras comme Max et les Maximonstres.

Sur la musique on va on vient on s’éloigne et on revient
puis on s’élance et on se tient on se retient
pour se ramener contre
soi


On tourne autour du feu en papier que le vent fait danser,
on imagine la chaleur des flammes sur la peau, et on a chaud,
comme quand on fait griller des chamallows dans une cheminée.

Sur la musique on va on vient on s’éloigne et on revient
puis on s’élance et on se tient on se retient
pour se ramener contre
soi


Dans ton rêve,
y a le monde qui danse.

Même que dans ton rêvee,
y a des ombres sur le sol,
qui ont un parfum,
et que le parfum il sautille d’ombre en ombre,
et même que y a
des âmes-âmes enceinte,
des franges toutes jolies,
des comètes qui rougissent,
des Dragons avec la mer dans les yeux,
une Muse boréale venue d'Antarctique,

et des milliers d’autres parfums,
et même que y a des odeurs qu’on connait pas
des odeurs Ririgolotes,
une odeur de clochard,
qui mangent des bambous,
des odeurs qui font Léolienne,
qui font Nananère,
et des milliers d’autres odeurs.

On sautille avec des plumes dans la tête,
on continue de tourner, tourner,
et peut-être qu’on aura un peu le tournis,
mais un tournis joli.

T’as besoin de rêves comme d’une infirmière
qui te dise que t’es hors de danger,
qui te passe une main dans tes cheveux,
qui prennent ta vie pour en faire quelque chose de mieux.


Sous les confettis, tu rêves une vie,
confettis en forme d’étoiles goûts chocolat,
c’est peut-être des étoiles, des vraies d’ailleurs,
des étoiles vraies en papier mâché avec des ampoules.

Sur la musique on va on vient on s’éloigne et on revient
puis on s’élance et on se tient on se retient
pour se ramener contre
soi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Alice Grant, Sam 4 Juin - 19:50


RP privé avec Aurore Morgane, Alice a 16 ans lors de la scène


Retrouver la trace de Mme Grant s'était avéré aussi dur que prévu, voir plus. Mais elles y étaient arrivé. Hors de question de laisser sa mère partir seule en excursion, soi-disant parce que "cette fois, c'est trop dangereux", surtout quand on était déjà partis dans une antre de dragon(s), et que là elle avait été d'accord pour qu'elle vienne. Alors qu'était ce "trop dangereux"? Alice frissonna. Qu'est-ce qui était plus dangereux que ce qu'elle avait visité avec sa mère? Assez pour qu'elle ne soit pas autorisée à venir en tout cas? Et son petit frère qui les attendait... qu'est-ce qu'elle ferait si ils se retrouvaient seuls? Enfin, sa mère était une dure à cuir, et c'était peu dire, alors il ne fallait pas s'inquiéter pour elle... juste la suivre pour en être sûr.

Mais voilà, elle était là, avec son amie, sur les traces de sa mère, et bien armée pour affronter le désert. Son éternel sac sur une épaule, un foulard protégeant sa tête du soleil éclatant dans le ciel azur et du vent transportant des grains de sable, Alice cherchait des yeux une construction, enfin quelque chose que sa mère aurait voulut "voir", un "lieu" spécial, parce que, au milieu de nul part, il n'y avait à première vue pas grand chose. Heureusement qu'elles avaient de quoi se repérer... elle serra sa baguette dans sa main moite.
Sa mère ne lancerait pas le Sortliège atmosphérique, comme à son habitude, pour rester discrète, alors la serdaigle, pour ne pas être repérée par cette dernière, devrait faire de même, à grand regret.

-Bon. J'ai fait quelques recherches sur le lieux, et il semblerait que seules quelques ruines se trouvent à l'Est de notre position. Ma mère y est sûrement,
dit-elle à Aurore.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aurore Morgane
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Aurore Morgane, Sam 4 Juin - 22:23


Le voyage fut difficile. Et ce n'était que le début. La Serpentarde et la Serdaigle étaient à la recherche de la mère de l'une d'elles. Les filles avaient quitté le continent européen depuis un bon bout de temps. Elles n'avaient pas beaucoup d'indices pour retrouver Mme Grant, mais elles allaient le faire. Elles en étaient convaincues, du moins. Alice voulait partir avec sa mère, mais celle-ci lui en avait formellement interdit. Mais la jeune fille ne voulait pas lâcher le morceau, et Aurore n'allait certainement pas la laisser seule dans cette escapade en Amérique du Nord.

La chaleur dégagée par le soleil californien faisait ruisseler la sueur sur le front de la verte et argente. Ses pieds lui faisaient horriblement mal et ses yeux étaient aveuglés par les puissants rayons. Des heures passées sous la lumière cuisante laissaient des traces. Mais Aurore gardait espoir, tant que c'est pour aider son amie. Voyant du sables à des kilomètres à la ronde, elle se mit à genoux. Découragée. On n'est pas sorti du bois. M'nfin, façon de parler... pensa-t-elle. Elle fut soulagée lorsqu'elle entendit la voix lointaine d'Alice l’interpeller.

- Bon. J'ai fait quelques recherches sur le lieux, et il semblerait que seules quelques ruines se trouvent à l'Est de notre position. Ma mère y est sûrement.

La brune l'espérait sincèrement. Même avec toute sa bonne volonté, chaque pas la faisait souffrir, il était temps d'arriver sur un terrain plat.

- Direction les ruines, alors, dit-elle.

Elle se remit à marcher, les pas lourds.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Alice Grant, Dim 5 Juin - 9:56


Aurore était à genoux, et Alice s'en voulut encore de ne pas l'avoir empêchée de venir. Après tout, c'était son problème... mais comme d'habitude, elle se lançait dans des aventures périlleuses en mettant en danger ses proches. Elle se doutait bien qu'elle voudrait la suivre, pourtant! Au fond d'elle, la serdaigle était heureuse de ne pas être seule au beau milieu de ce désert.

- Direction les ruines, alors, dit son amie avant de se relever, au grand soulagement de la jeune femme.
-#Revigor, lança-t-elle sur la serpentard qui ne supportait visiblement pas la chaleur, autant qu'elle.
La sorcière aux yeux noirs commença à escalader une grande dune. Si elle pouvait voir quelque chose d'en haut... le sable glissait sous ses pieds. Si elle ses projetait dans les airs, sa mère risquait de la repérer. Alors il fallait qu'elle compte sur ses jambes, encore une fois. A bout de souffle, elle atteignit le sommet. Le désert s'étendait à perte de vue, avec le ciel, le soleil et les tourbillons de grains de sable portés par le vent. Aucune trace de ruines en vue. Elle étaient sûrement recouvertes par le sable. Ce foutu sable. si elle pouvait tout transformer en eau, ce serait plus facile, c'était son élément... mais bon. Il ne fallait pas rêver. Ce n'était pas le moment. Continuer vers l'Est.
Elle se retourna vers Aurore.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aurore Morgane
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Aurore Morgane, Dim 5 Juin - 18:48


Dès que son amie lui lança le sort, Aurore se sentie mieux. Peut-être pas pour longtemps, mais c'est déjà ça de pris. Elle murmura un Merci. qui se perdit dans le vent. Elle ferma les yeux, pendant quelques instants. Se rappelant du froid, de l'eau et de la terre solide. Elle se sentait mieux. C'était une de ses techniques, imaginer ce qu'on voudrait voir ou avoir pour oublier les problèmes oppressants. Et même si elles étaient perdues dans un désert qu'elles ne connaissaient pas à la recherche de quelque chose de dangereux, cela aurait pu être pire. Se faire manger par un dragon, se faire torturer pas un mangemort, se faire attaquer par un loup-garou... Mais qu'est-ce que je dis!? En fait, c'est peut-être ça qu'on va trouver, si on réussi à apercevoir ces fameuses ruines...

Alice commença à monter une butte de sable parmi tant d'autre. La serpentarde l'imita en courant. Tannée d'avoir du retard. Pas de ruines. Pas de structures. Rien. Retour à la case départ? se dit-elle. À moins que les tourbillons sableux les rendent aveugles. Son amie posa son regard sur elle. Quoi? Tu veux ma photo? pensa-t-elle. Woups! La chaleur rendait Aurore désagréable, mais elle n'en laissa rien paraître. Détournant le regard, elle aperçu quelque chose au loin. Une carcasse? Elle n'en savait rien.

- Regarde! Là-bas! Je crois que nous devrions aller voir. dit-elle rapidement pour ne pas avaler de grains de sable.

Sans attendre la réponse de son acolyte, elle s'avança vers "la chose". Plus elle s'approchait, plus ses idées se restreignirent. Pas un animal, c'est trop gros. Pas un être vivant, il n'y a pas de tête. Ou du moins, elle ne se voit pas. La verte et argente se tourna vers Alice. Elle vit une ombre floue. Ah, soit elle ne m'a pas suivi, ou elle s'en vient lentement. Au pire je reviendrai en haut de cette butte. marmonna-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Alice Grant, Dim 5 Juin - 20:05


Aurore parut voir quelque chose au loin, et Alice se dit qu'apercevoir quelque chose dans cette immensité désertique n'était pas bien difficile: on repérait tout de suite ce qui n'était pas du sable!
- Regarde! Là-bas! Je crois que nous devrions aller voir. Lui dit son amie avant de partir vers ce qu'elle fixait.
"Elle a bien dit NOUS?" se demanda la jeune femme avant de s'époumoner:
-Attends! en dévalant la dune, manquant de tomber mais se rattrapant de justesse.
Elle la rattrapa tandis qu'elle se retournait vers elle, essoufflée:
-Attends... moi... la... pro... chaine... fois...
Décidément, avec cette chaleur, elle se sentait beaucoup moins efficace, beaucoup moins rapide, beaucoup moins forte... et terriblement vulnérable et petite. 1 peine 100 mètres et elle était essoufflée. Sans son foulard, elle aurait déjà été asphyxiée par le sable qui se logeait de partout dans ses vêtements.
-Qu'est-ce que c'est? Comme les ruines sont cachées par le sable, peut-être que...
Elle se rapprocha.
Une sorte de bout de matière pas naturelle émergeait du sol friable. Avaient-elles déjà trouvé? Elle s'agenouilla devant et plissa les yeux, rabattant son voile sur ses épaules.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aurore Morgane
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Aurore Morgane, Dim 5 Juin - 21:02


L'ombre s'approchait. Alors elle m'a suivit. se dit-elle. Elle posa son regard sur la matière non identifiée à nouveau. Qu'était-ce? Devrait-elle y toucher? Ou pas? Des questions, trop de questions. Mieux valait attendre Alice. La prudence avant tout. Ouais mais en même temps... Non. Mais avoue que.. Tais-toi. Depuis peu de temps, des voix s'élevait de nulle par et Aurore, idiote qu'elle est, répondait. La voix de la Serdaigle s'éleva soudain:

-Attends... moi... la... pro... chaine... fois...

- Désolée, regarde. lui répondit-elle avec un sourire, s'excusant.

Alice l'ignora et parla à elle-même.

-Qu'est-ce que c'est? Comme les ruines sont cachées par le sable, peut-être que... dit-elle en s'agenouillant.

Aurore fit de même. Ça ne pouvait être des ruines, la texture de l'objet n'était rigide pas. Elle s'approcha. C'était gris. Encore un tout petit peu. Du tissus. Avant d'avoir le temps de réagir, "la chose remua" et projeta du sable tout autour d'elle. Par réflexe, la brune se cacha les yeux et recula. Quand elle enleva ses mains, le sable n'était pas complètement retombé. Où est Alice? Elle allait crier son nom, quand elle se rappela qu'elle ne devait pas être aperçu.

Privée d'un de ses sens les plus importants, elle lança un #Visione Sua. Grâce aux sons, elle put voir une silhouette. Malheureusement, il y avait beaucoup trop de bruit, alors le sortilège ne marcha qu'à moitié. Était-ce "La chose" ou son amie? Seul dieu le sait. Aurore alla quand même dans sa direction.


Dernière édition par Aurore Morgane le Lun 13 Juin - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Alice Grant, Dim 5 Juin - 21:35


En se rapprochant, Alice remarqua que le "truc" n'était en aucun cas une construction solide. C'était une sorte de tissus gris qui devait recouvrir... Par Merlin! eut à peine le temps de penser la serdaigle avant de bondir sur ses jambes au moment ou la chose bougea violemment, et le sable vola dans les yeux de la jeune femme qui recula à l'aveuglette, pointant sa baguette sur son visage:
-#Aguamenti!
D'une part, ça l'aida à chasser le sable et à retrouver la vue, d'autre part à la rafraîchir, et en plus Aurore pourrait peut-être la localiser, car en rouvrant les yeux, elle l'avait perdue de vue. A vrai dire on ne pouvait pas voir grand chose au milieu de... cette foutue petite tempête de sable, naturelle ou provoquée par le "truc". En imaginant quel genre de créature avaient-elles bien put déranger, elle frissonna et se dit qu'il ne fallait pas traîner dans le coin, mais elle ne pouvait pas partir sans Aurore. Il fallait qu'elle la trouve. Et savoi ou était la chose serait utile aussi.
-#Fibula Loquor Filatim Aurore! lança-t-elle en priant pour qu'elle soit assez près. Aurore? Tu m'entends? demanda-t-elle plutôt fort.

HRP::
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aurore Morgane
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Aurore Morgane, Mar 7 Juin - 13:36


Pendant qu'elle s'avançait, Aurore entendit un voix... Alice! Alors elle l'aurait retrouvée? Une chance qui en a une de nous deux qui a le sens de l'orientation... pensa-t-elle avec amusement, même si la situation était tout sauf drôle.

- Aurore?

La serpentarde se retourna, s'aidant de son foulard pour "essayer" d'éviter les milliers de grains de sables qui allaient en sa direction. Personne. Mais où était l'autre sorcière? Elle avait eu une hallucination? Ce qui ce pourrait dans ces conditions... Elle continua sa marche, quand elle entendit une nouvelle fois la voix de son amie.

- Tu m'entends?

Là c'était sûr, ce n'était pas le fruit de son imagination. Tant mieux. Mais quelque chose la tracassait. Comme pouvait-elle l'entendre clairement si elle n'était pas proche d'elle. Avec tout le sable qui tourbillonnait autour d'elle, peu de sons réussissaient à fendre le vent. Soudain, la réponse à sa question lui vint toute seule. Ah oui! Le sort de communication instantanée! s'écria-t-elle intérieurement. Pour ne pas faire attendre plus longtemps Alice, elle dit:

- Oui, je t'entends! Est-ce que tu sais où tu es? Un signe distinctif? Parce que mbahhh! Désolée, j'ai eu du sable dans la bouche. Parce que moi je ne sais pas où je suis...

En espérant que qu'elle m'entende... Soudain, elle vit quelque chose ramper vers elle. Trois serpents. Connaissant ces animaux, Aurore sut que c'était des races innofensives. Mais quand même! Qu'elle frousse! Sûrement que les serpents ont bougé et ont fait revoler le sable partout...
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Alice Grant, Jeu 16 Juin - 21:52


HRP::
 


- Oui, je t'entends! Est-ce que tu sais où tu es? Un signe distinctif? Parce que mbahhh! Désolée, j'ai eu du sable dans la bouche. Parce que moi je ne sais pas où je suis...
La voie de son amie la rassura. D'une part parce que ça montrait qu'elle allait bien (assez pour parler en tout cas) et d'autre part parce qu'elle se sentait moins seule. Ce n'était rien d'autre qu'un peu de sable, mais ça lui avait vraiment fait peur sur le coup. Surtout le fait de se demander qui l'avait projeté. Ca, c'était moins rassurant. A part sa mère, la serpentard et elle, il n'y avait sans doute rien d'autre que quelques créatures...
Aurore ne savait pas ou elle était? Mais elles ne s'étaient pas éloignées tant que ça, si?
Un signe distinctif dans le désert? "Bah, je suis sur du sable, là, dans un coin ou il fait chaud, et y'a des dunes"
Le sable était retombé, elle y voyait plus clair. Trop clair même. Le soleil brillait dans le ciel sans nuage, cognait sans répit sur les grains de sable et sur sa peau.
Un peu sur sa gauche, elle vit une silhouette. Alice plissa les yeux et reconnu Aurore.
-Je crois que je te vois, dit-elle près de sa baguette, moins fort cette fois, regarde sur ta droite.
Ensuite, elle se mit à marcher vers elle. Bon. Qu'est-ce qui avait fait ça?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Amérique Du Nord: Déserts.

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 21:06


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 Amérique Du Nord: Déserts.

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.