AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 14 sur 17
Dans la grande gare
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 91, Ven 23 Déc - 16:44


La pointe amère et assassine de la voix qui s'élevait autour d'eux ne pouvait que leur tirer un sourire élastique retenu par deux trombones à la commissure des lèvres. Heureusement, leur masque savait cacher les gouttes vermeilles avec justesse, laissant tout de même leurs yeux se satisfaire de l'once de contentement qu'ils prêtaient à 67, en espérant secrètement que ce dernier n'oublierait pas de le leur rendre. Le présent agenouillé à la grandeur du maître de fer, du corbeau vénitien, qui à défauts de ses yeux jaunes ne possédait pas un regard moins perçant. Qui à une brûlure près savait rameuter sa portée de rejetons. La tendre brûlure paternelle qui les avait mené jusqu'ici, sur la voie de ce qu'ils pensaient bien, une gratitude peut-être, une confiance presque aveugle, ils sauraient suivre leur maître là où celui-ci les mènerait. Du moins c'est ce qu'ils se plaisaient à croire.

La chevelure renard devenue fourrure, prête à devenir tapis sur lesquels bientôt ils essuieraient leurs pieds. Du moins c'est ce à quoi ils avaient osé rêvé avant que dans une envolée enflammée, leur proie ne soit ravie loin de leur être. Ils en pleureraient presque. Si ils n'étaient pas ils. Eux. 91. Ils se ressaisirent rapidement alors que leur prunelles captèrent la présence de deux autres formes humaines de l'autre côté du hall. Mais le jeu pourtant si divertissant des couteaux tirés ne dura pas, car l'eau vitale fusa de la flûte de bois de l'hermine hivernale. Glace durcie, polie, presque brûlante de lustration, reflet opalin de cette gare en vibration, que le maître sut esquiver avec agilité, laissant la chair du grand brûlé se rafraîchir à coups de bâtonnets.

L'explosion leur tira un rebond, accommodé à ce qui pourrait sembler être un sursaut, accompagné comme toujours par le corbeau qui craquetait à leur droite. Des éclats de bois vernis vinrent à leur tour vernir leur peau de quelques marques rougies. Vermeilles. Assorties au vénitien. Au fil brûlé de leur bras, cadeau de leur mentor.

"Je vois que nous avons de la visite ce soir. Bienvenue à vous deux. C'est donc toi mademoiselle qui te désignes comme mon adversaire ? C'est parti !"

Ils écopaient donc du jouvenceau près à mordre. celui qui leur avait ravi leur proie, ils se feraient donc un plaisir de ne rien contrôler. De laisser les neuf chiennes lui faire la fête, comme elles se le devaient. Mais déjà des serres de l'oiseaux jaillirent des reptiles qui se précipitèrent vers les deux intrus, obéissant au sifflement de l'aigle. Ils n'eurent que peu d'instant pour admirer la scène de marionnettes qui se jouait devant eux car déjà un de ces animaux nauséabond jaunis par l'école vint régler leur compte aux rampants dont les frères ornaient déjà leurs bras. Le fils les cueillit en plein ventre, et les liens apparurent tout autour de leur être, entravant la liberté que leur offrit leur masque. Ils grognèrent et informulèrent un #Ragnarok sur lequel vint s'écraser la lumière bleue du sort qui suivit.

Ils étouffaient dans leur carcan, il s'agissait maintenant de trouver un moyen rapide d'en sortir sans se brûler ni même laisser le temps à l'autre de réagir. L'idée effleura leur esprit malade, et se modélisa entre leurs doigts alors que le #Lashlabask quitta le morceau d'os qui leur servait de baguette. Les liens tombèrent à terre et ils purent enfin faire face à l'ennemi qui se dressait non loin.  Lançant le premier sort utile qui leur traversa l'esprit. #Mentum Confusem. Peut-être que leur sort ferait mouche, et que l'ombre prendrait à son crochet la jeune femme. La prenant pour l'un des oiseaux de nuit.  
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
Alicia Wind
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Alicia Wind, Sam 7 Jan - 18:38


Premier combat
Pv Amnesius Croupton, MM67 & 91

LA de Lau accordé et LA de 67 pour dire qu'il recule.


La combinaison de sortilèges d'Alicia ne blessa pas le moins du monde. Il allait falloir trouver quelque chose de bien plus efficace si la jeune femme voulait obtenir des résultats concluants. Néanmoins, l'attitude de la jeune femme ne semblait pas plaire à son compatriote et ses manières l’agacèrent légèrement. Une révérence pendant un combat ? Mais il avait perdu la tête ?! Levant les yeux au ciel, la Directrice se concentra sur les serpents que son adversaire avait lancé en leur ordonnant de les tuer. Fourchelang ? Intéressant... Bon, il fallait avouer que la jeune femme essayait de rester stoïque, bien que la panique la gagnait à la vue des reptiles. Reptiles qui furent bien vite... mangés ... par le blaireau que Croupton avait invoqué. Lui adressant un léger hochement de tête, l'Hermine s'écartant de lui pour ne pas être gênée dans ses mouvements. Bon, concentration maintenant.

Fixant son adversaire dans les yeux (enfin de ce qu'elle voyait), le cerveau de l'Animagus bouillonnait. Quels sortilèges seraient efficaces ? Comment devait-elle faire ? Il s'agissait là de son tout premier combat et, bien qu'elle soit reconnue comme une très bonne sorcière en matière d'enchantements, Alicia était perdue. Jamais elle n'avait eu l'occasion de tester son "savoir" dans une situation telle que celle-ci. Le mage noir en face d'elle pouvait la réduire en miettes en une fraction de secondes et ce n'était pas Amnesius qui allait pouvoir l'aider, vu qu'il devait combattre l'autre homme. La solution la plus simple était d'appeler un autre Phénix et, pour avoir le temps de le faire, la professeure visa le plafond de la gare et formula un #Bombarda pour faire tomber la structure métallique entre les deux combattants  et concentrer le mage noir sur autre chose que sa petite personne. En même temps, la Wind s'était mise à l'abri et avait serré son gallion d'urgence pour appeler un autre Phénix.

Phénix qui ne tarda pas à arriver et qui se trouva être Laurae, qui avait transplané juste derrière l'homme. Parfait. Sans perdre un instant et profitant du fait que le mage noir ne pouvait pas la voir pour le moment et qui avait reculé lors de la chute du toit de la gare, Alicia resta immobile tout en fixant son amie Phénix et informula un #Commutation Loco pour échanger sa place avec elle. La blonde espérait seulement que sa soeur d'arme n'allait pas lui en vouloir de la prendre au dépourvu mais au vu de la situation, il fallait agir rapidement. Ainsi, profitant de son changement de position, Alicia attaqua son adversaire par derrière avec #Radicis Perfidum. Épuisée, la Wind doutait fortement que le sort est le résulat espéré voir qu'il atteigne son adversaire mais elle ne se voyait pas ne rien faire et laissée Lau face au mage noir.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 67, Dim 8 Jan - 11:05


Il fallait croire que ce soir, il y avait un énergumène qui pensait que nous faisions un duel entre gentlemans et que se saluer était tout à fait de circonstance. Certains nous traitaient de fous se battant pour une cause cruelle mais ceux que se mettaient en travers de notre chemin l'étaient tout autant apparemment.

Un affreux blaireau dévora mes serpents, quelle honte pour un si noble animal de se faire manger par une bête aussi hideuse... Il fallait croire que mon sortilège avait trouvé un parade, il fallait donc opter pour des attaques plus directes. Mais pas le temps de réagir que la structure du toit tomba des cieux, le but de nos ennemis était de faire autant de dégâts que nous ? De détruire le monde moldu ? Parce que si c'était le cas, autant s'allier pour renverser le Gouvernement en place... Ils avaient vraiment une manière étrange de se battre ces deux-là...

Elle cherchait à mettre de la distance entre elle et moi, que préparait-elle ? J'étais sur mes gardes afin d'éviter tout attaque. Mon ragnarok ne tiendrait plus très longtemps. D'un coup d’œil, je cherchai 91, m'assurant que tout allait bien. Il ne fallait pas que l'un d'entre nous servent d'otages pour que l'autre se rende. Mais je ne distinguais pas grand chose, il fallait que je garde mon intention sur... Un Crac sonore se fit entendre dans mon dos. Qui était-ce ? Avais-je des hallucinations ? Une troisième personne se joignait à la fête, je n'eu même pas le temps de me retourner complètement que la silhouette de mon adversaire prit sa place. Elle réagit avec vitesse. Mais j'allais lui faire payer son insolence. Mais elle semblait payer le prix fort de son enchaînement ingénieux. Des racines sortirent du sol pour m'agripper mais elles ne semblaient pas aussi énergiques que lorsqu'on use de ce sort sans fatigue. Je sentis quand même une liane m'attraper une cheville, me plantant ses piquants dans la chair. Je lâcha un petit cri roque mais je ne me laissai pas abattre pour autant.

- Diffindo.

Je tranchai la ronce et sans attendre mon reste, je transplanai pour prendre mes distances. Bien joué la petite. Pour éviter de me blesser plus, j'arrache à mains nues le reste de végétal enlaçant ma cheville, quelques griffures vinrent s'ajouter à ma collection de blessures de la soirée. Il semblait que nous étions à trois contre deux, équilibrons les forces. Avant bras dénudé, affichant fièrement une marque sombre, baguette dans l'autre main. Le Seigneur des Ténèbres vous appelle... Je sentis un picotement parcourir ma chair. Qui répondra à mon appel ? Pas le temps d'attendre qu'un autre troisième masqué débarque, je devais riposter. Je n'allais pas prendre des gants.

- Piertotum Locomotor.

La concentration devait être au rendez-vous, je sentais le flux magique traverser mon corps pour se concentrer dans ma baguette et partir à toute vitesse sur la structure métallique tombée du toit. Je me concentrais pour la façonner légèrement afin qu'elle soit comme un humanoïde haut de quelques mètres près à écraser mes ennemis. Une goutte de sueur, voire même plus qu'une, coulait sur mon front. Concentration optimale pour ensuite envoyer le géant de métal sur mon ennemie qui m'avait blessé quelques minutes auparavant. Coups de poings sur le sol pour l'écraser, je devais couper le sortilège sinon j'allais y laisser ma peau à force d'y mettre toute mon énergie. Puis, ma main trouva une épaule sur laquelle s'accrocher pour ne pas que je tombe de fatigue. 08 était celui qui avait répondu à l'appel. Il était arrivé au bon moment.

- Trois ennemis, matricule neuf-un s'occupe d'un, trouve la troisième, derrière la structure de métal probablement.

Je ne savais pas si mon adversaire avait fini sous forme de crêpe ou non. Le fracas et la poussière que cela avait impliqués m'avaient empêché de voir le résultat de mon attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
Laurae Syverell
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Laurae Syverell, Mar 10 Jan - 21:02


    La Fureur de Priscus                   




Chauffe. Chauffe petit gallion. 
Chauffe chauffe tout contre ma cuisse. 
Garde en toi un cœur de Lion,
Massacre enfin ces immondices.

Kate. En danger. Morrigàn grogne. Ils venaient juste de récupérer la déesse de la chasse, alors c'était hors de question que la Snipeuse la remplace sous les griffes insatiables des Enragés. Morrigàn se prépare, se munissant cette fois d'un couteau de cuisine qui traînait à Ashbird Cage. Morrigàn est en colère. Morrigàn va frapper. Les phalanges blanchissent. Le bout de ses doigts prennent la même teinte blafarde alors qu'une douleur dans la paume se fait ressentir. Elle serre fort. Et la couleur urgente la brûle. Tout aussi fort. Cette fois, aucun Phénix ne sera le joujou esclave des infâmes visages masqués de fer, de bois, de chair. Le liquide osseux lui aussi s'écoule de ses os. Faisant son travail de protecteur des ligaments. Empêchant que ceux-ci craquent, que le frottement face arthrose. Pourtant, quel délice d'imaginer ce craquement émanant du cou d'un de ses adversaires connu du monde sorcier. Ce craquement annonçant la fin d'un cycle, le début d'un renouveau. Comme cette Clarissa. Une image revient. Des larmes de sang sortit tout droit de deux yeux gris/bleus fatigués, horrifiés, tristes. Ce sang séché qui gardaient le même dessin, la même sculpture de son chemin ruisselant sur la peau blafarde. Ces tissus aux trous  de misères qui montraient l'intimité à demi nue, évoquant l'imagination perverse de l'homme: dévoilant la nudité sans le montrer. Ce corps qui ne pouvait supporter plus aucune douleur tout en souffrant encore de la torture continuelle qu'il a subit. Comment oublier? Comment pardonner? Comment supporter cette passion psychopathe et ce goût pour la souffrance qu'avait ces démons ? Même une bête des plus primitives avait plus de conscience et de moralité. Se prenait-ils pour des Spartacus ? Esclaves enchaînés à des mondes qui n'appartiennent qu'aux romains ? Ils avait tords. C'était eux qui enchaînaient par la peur, la terreur, l'angoisse et les cauchemars. Mais on ne pouvait faire plier un homme par la peur. On ne pouvait se faire respecter par le choix de la mort. 

Morrigàn transplana. Image vite remplacé par des lumières de toutes couleurs. Feu d'artifices des plus mortels aux plus assommants. Un simple coup d’œil et le Théokolès de deux mètres lui faisait dos. Une jeune Kate face à lui. Amnesius face à un autre gladiateur. Le paysage défilait devant ses yeux à la seconde d'après. Bien joué Kate. Un sourire. Elle avait pu l'immobilisé un instant. Un regard de colère qui en dit long se noya dans ceux d'Amnesius. Quand le combat serait terminé, elle discuterait de ça avec lui. Le Colosse transplana un peu plus loin pour se débarrasser du reste de ses ronces et invoqua une structure de métal. Bien deuxième Colosse, de métal cette fois... Revoyons les cours d'Alchimie. "Le feu contrôle le métal". Pas de soucis pour un Zozio qui passe ses cycle par les loi fumantes. Toutefois, il était inutile de jouer du spectacle. De toute manière Kate semblait avoir une idée derrière la caboche.

Courez courez petites gambettes.
Cherchez, cherchez le Théokolès.
Obligez le à faire la Courbette
Une corde autour du cou le tiendra en laisse. 

Il était là l'affreux colosse. Nouvel adversaire pour un nouveau combat. La jeune femme brandit sa baguette comme une épée et lui envoya un Exteo Stattiga* droit dessus. Les trois flèches semblaient être sorti de son cœur pour se rejoindre dans le poignet et sortir d'un coup pour frapper mortellement Colossus. Ne cherchant même pas à savoir si les flèches ont pu se planter dans la chair du mortel, la jeune femme plongea sur le côté pour se cacher derrière un pilier et ainsi échapper à un geste violent du Colossus de Métal. La jeune femme, ne pouvant pas s'occuper des deux Colosses ordonna à ses alliés de s'en occuper avant de se concentrer sur le combat. Morrigàn observa le masque hideux. Quel chair se cachait-il sous ce masque? Il y avait-il un rictus? Une grimace? Une impassibilité? Qu'importe, le sourire de Morrigàn lui s'inscrit réellement dans la chair. S'avançant vers le mage noir, le couteau dissimulé sur son avant bras et la baguette brandit elle entonna d'une voix forte.

- Attaque toi donc à quelqu'un de ta taille, vieux schnoque ! 

Informulant un rapide Abysum Appa*, elle fit ouvrir le sol sous le mangemort. Une simple formalité de sa part. Une manière de dire bonjour. Quoi Théokolès? Tu "tombes sous le charme"? Roooh. Voyons. Vient compléter la scène du Primus. Combat à mort. Petit masqué, tu vas manger du sable. Il sera souillé par ton sang. Je te laisse le choix. Fait le signe de la reddition, tu sais? Les deux doigts en l'air. Je lèverai peut-être le pouce par pitié. Ou le baisserai par vengeance. "Je veux l'entendre dire... Ouvre la bouche et incline toi !" 

Après tout,
                Morituri te salutant ! 


Dernière édition par Laurae Syverell le Mer 11 Jan - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 08, Mer 11 Jan - 11:35





Lueur nocturne.



Il était tranquillement installé dans le salon d'Hollow Bastion. Il jouait avec ses deux serpents, continuant leur éducation pour en faire de futurs meurtriers et acolytes de sorties nocturnes. Ce temps viendrait, mais ils étaient encore jeunes, il avait le temps de les formater. Un petit verre pour accompagner sa soirée, le mage noir était bien seul âme vivante dans cette pièce. Ses frères et sœurs occupés à droite à gauche.

Mais c'est là que sa marque se mit à le picoter. Oui, le Maître lançait un appel ! Il avait besoin d'aide. Alors Il ne se fit pas prier. Il adressa un message à ses amis rampants, et alla prendre ses affaires. Un masque d'un vert sombre lui recouvrirait le visage en cette soirée. Hésitant un instant à y aller sans cape et sans baguette, pour se la jouer loup remuant, il opta finalement pour la sûreté. Une fois prêt, il partit.

*CRAC*

Il arriva au milieu d'un beau bordel, il fallait le dire. Il connaissait très bien le lieu où il était, ça lui rappelait la fois où il avait fait un carnage dans le Poudlard express sous sa forme lycanthrope. Le bon vieux temps. Il analysa rapidement la situation. Visiblement, c'était explosif dans le coin à en juger les nombreux débris qui couvraient le sol joyeusement.

Il vit 67. Il semblait en mauvaise posture, alors il effectua un transplanage à ses côtés. La main de son Seigneur vînt se poser sur son épaule. Il ne serait pas de trop. Il se regardent sous leurs masques, il écoute ce qu'il lui dit. Il se contente d'un signe de tête en guise d'approbation, sachant pertinemment qu'il en faudrait beaucoup plus pour que 67 soit à terre.

Il observa la fameuse structure que lui indiquait son maître, pointant sa baguette dans cette direction. Puis il se mit à marcher en faisant des pas de côté, faisant bien attention à ce qui pourrait surgir face à lui. Finalement, il découvrit une demoiselle à la magnifique chevelure blonde qui avait un certain charme.

- Hey, salut ma belle ! Sourire en coin sous son masque. Baguette pointée rapidement au-dessus de la tête de la blonde. Confringo !

Il recula de quelques pas dans la foulée, sans avoir attendu de voir s'il avait explosé une partie du toit ou non. Paré à une riposte rapide. Nouvelle adversaire, nouveau jeu. Cela se présentait comme une bonne nuit.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 91, Lun 16 Jan - 2:08


Extension du bras contrôlée qui semblait avoir fait mouche. Aucun applaudissement du crochet n'avait cependant retenti, et dans l'attente silencieuse de la gare aux mémoires mielleuse, l'explosion d'un obus. Un battement de cœur moderniste qui glace la crasse des carreaux en une poussière de chute. Pompéi des temps modernes, l'art à son paroxysme. À s'y croire dans un musée. La main ouverte par un éclat surbrillant métallique, remous de la chute du plafond loin d'être parabolique. Atterrissage excellent pour un envol raté qui leur tira un rire surpuissant. Brume asphyxiée et poussière oxydée qui leur saisissait les poumons dans une toux incandescente qu'ils eurent bien du mal à maîtriser. Étouffement des vents mauvais courant sur leur palais. Et le fameux tapis rouge déroulé. Sens exaltés par la faucheuse approchante ils se reprirent lentement, distinguant au loin une lutte acharnée, le poignet brûlé n'indiquait rien de bon, sûrement de nouveaux renfort appelés. Ils espéraient que le Maître n'en avait pas trop pâti. Une sombre histoire de  quête de reconnaissance à peine voilée. De volonté de briller dans l'âme d'un chef trop apprécié.

Une ombre qui se démarqua lentement, dont la confusion brumeuse avait trop peu marcher. Manipulation n'avait jamais été leur ombre dans ce sens là, mais ils auraient essayé. Bien tenté comme aurait dit Mère Féline. Bien tenté mais échouer. Ils n'eurent pourtant pas le temps d'y penser, car déjà la brûlure intense atteignit leur être. Plaques chauffante non réglables apparurent sur des avants bras pourtant bien couverts, et la langue de feu les parcourut jusqu'à une cuisse déjà bien amochée. Un cri d'oiseaux, des dents serrées et un manque de temps flagrant pour fondre au sol et éviter la flèche dans le visage cette fois. Le corps incandescent, dansant sous la douleur, et haletant. Ils avaient beau parfois se prendre pour un phénix, renaître de ses cendres semblaient ici impossible.  Le masque serré le long de la nuque, le nez allongé qui semble ancré dans la chair. La gorge s'ouvrant en deux. Ils s'administrèrent pourtant rapidement un #Curo As Velnus et la douleur s'allégea un peu. Les blessures lançaient terriblement, et le corps était parcouru de tremblement. La rage grondait, et l'oiseau semblait vouloir s'extraire brutalement de sa cage, un cri, un râle, et les yeux qui reviennent sur leur proie. Qui ne s'en sortirait pas ainsi. Corps délice d'un corps supplice. La voix ralliée qui s'élève lorsque les neuf se réveillent. Litanie du savant fou. Les nerfs brûlés. Ils étaient multitudes. Comptine du corps cassé.

"Un, deux, trois,
Trois à Trois,
Toi et Moi.
"

Ce soir leur ombre éteindrait le feu. Les dents claqueraient dans le froid de l’amphithéâtre grec où se jouaient désormais de multiples tragédies grecque. Œdipe allait payer son hubris. Et la fatalité ne cesserait de s’abattre. #Piertotum Locomotor et le tas de ferraille se leva, débris d'un toit trop peu bâti. La poussière élevée par le mouvement les empêcha de voir si ils atteignirent leur cible lorsqu'il envoyèrent avec force l'objet droit sur leur adversaire. Mais qu'il n'espère pas trop longtemps. Ils ne lui en laisseraient pas le temps.

"Un, deux, trois,
Trois à trois,
Toi et Moi.
Un, deux, trois,
Trois à trois,
Toi et moi.
Ça fait deux.
Qui est trois ?
C'est toi !
"

#Ango Nubes, le temps de ceux qui n'avaient jamais déçu. Amis d'un jour, toujours. Qu'ils avaient su apprécier lorsque c'était leur gorge qu'ils enserraient. Sort lancé à l'aveuglette, mais qu'ils, non sans doute, espéraient faire mouche. Fatigue qui commençait à poindre. Dangereusement.
 
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
Alicia Wind
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Alicia Wind, Mar 28 Fév - 19:27


Je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ce retard impardonnable. J'ai eu quelques soucis IRL qui m'ont empêchés de poster plus tôt ou d'avoir l'inspiration nécessaire.

Premier combat
Pv Amnesius Croupton, Laurae Syverell, MM 67 & 91 & 08

HRPG : Alicia est encore Directrice dans ce RP.
HRPG 2 : Alicia est sous sa forme Phénix et s'appelle donc Kate (ou Caitlyn sous sa forme longue).


LA de 91 accordé pour dire qu'il tue Amnesius.


Haletante, Kate essayait de reprendre son souffle. Les différents sortilèges qu'elle avait lancé depuis le début du combat l'épuiser, n'ayant pas l'habitude de lancer autant de sorts puissants en si peu de temps. Néanmoins, les racines avaient blessés légèrement le colosse, ce qui eu l'effet de la faire sourire. Une blessure, certes minime, mais ça restait une petite victoire.

A peine le temps de reprendre ses esprits (ou du moins, ce qu'il en restait), son adversaire eu la merveilleuse idée de se servir de la structure effondrée en tant que colosse de métal. Celui-ci ne perdit visiblement pas de temps car, à peine créer, il s'activait à vouloir la transformer en pancake. Il y allait avec tellement de vitesse que la jeune femme avait le temps d'esquiver de justesse, chose compliquée vu son état. La concentration de la Directrice était faible, ce qui ne lui permettait pas de se transformer en Animagus pour esquiver. Et ce qui devait arriver arriva... A peine le temps de se rendre compte que le monstre de métal ne bougeait plus que le plafond au dessus de sa tête s'effondra sur elle. Caitlyn fut assez réactive pour ne pas finir ensevelit mais pas assez pour éviter une large coupure au bras et une entorse à la cheville. Visiblement, cette oeuvre n'était pas du fait de son adversaire mais d'un autre masqué qui venait de rentrer dans la danse.

"B#rdel, mais ça ne s'arrête donc jamais ?!"


La situation devenait visiblement très compliqué, l'ancienne Poufsouffle n'ayant plus assez d'énergie pour lancer des sortilèges puissants , elle visa son adversaire et informula un #Aguamenti sur une large surface devant elle et un #Electrocorpus sur  l'eau pour ralentir le mage noir.  Ainsi, elle réussit à se cacher grâce aux différents éléments du toit, Kate tenta de rejoindre difficilement Amnesius. Pour le moment, ses sorts avaient l'effet voulu mais la jeune femme se doutait bien que le masqué devait la chercher et qu'il n'allait pas tarder à la trouver. Accroupie, l'ancienne Poufsouffle se retrouva à quelques mètres du Serdaigle et la scène qui suivit la paralysa sur place : devant ses yeux, l'adversaire de son collègue l'étouffait avec on ne sait quel sort. Une honte pour la professeure qu'elle était de ne pas reconnaître le sort utilisé mais le choc de cette vision était si intense qu'elle était incapable de faire quoique ce soit, la rendant plus vulnérable que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 08, Sam 4 Mar - 10:23


Il, légèrement en retrait, entendit avec satisfaction un boucan qui lui racontait que son sortilège avait fait mouche. Enfin, il savait qu'il avait réussi à défoncer une partie du toit, et c'était déjà une bonne chose. Bon, il ne savait pas en revanche s'il avait réussi à toucher sa cible, aussi jeta-t-il un œil prudent vers là où il avait visé plus tôt.

Rien. A part tout plein de débris et un léger manteau poussiéreux, il ne voyait aucune trace de la blondasse. C'est alors qu'il eut un indice. Enfin c'était vite dit. Alors qu'il s'avançait baguette devant lui, vers là où il avait orchestré un tétris, une vaste étendue d'eau se forma jusqu'à ses pieds. Le temps qu'il comprenne et qu'il ne réagisse à ce qui pouvait se passer, un sort d'électricité frappa le liquide, lui envoyant une bonne décharge dans le corps, le faisant tomber sur le côté.

Il était clairement secoué, mais avait pu faire en sorte de sortir de l'eau - involontairement - en tombant, se retrouvant néanmoins parcourut de spasmes douloureux quelques instants. Si un autre sortilège avait fusé vers lui, qu'il n'aurait rien pu faire pour le parer. Il prit quelques longues secondes pour retrouver ses esprits, toujours sous l'effet de secousses violentes qui lui faisaient perdre ses repères.

Il dut se passer près d'une minute pendant laquelle il n'avait rien pu faire à part se cacher le plus maladroitement possible, afin de ne pas passer pour un tapis sur lequel on avait plus qu'à s'essuyer les pieds. Une fois remis de son expérience haute tension, il entreprit de pourchasser la belle, sautant de débris en débris pour la retrouver. Manquant par deux fois de se vautrer.

Observant de tous côtés le mage finit par apercevoir sa silhouette agenouillée, qui observait 91 en train de mettre à l'agonie l'adversaire invincible aux ponts. Étant légèrement de dos à elle, il en profita pour lui envoyer un beau cadeau, visant l'épaule gauche de la belle.

- Sectumsempra !

S'attendant à ce qu'elle ne réplique, il informula dans la foulée un #Protego pour éviter de se faire surprendre une nouvelle fois. Sous son masque il savourait ce que Ils faisait subir à l'homme, qui semblait proche de clamser. Peut-être pourrait-il ramener un trophée en récupérant un bout de son corps à la fin...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 91, Jeu 23 Mar - 15:05


Départ de 91,
Libre arbitre total de Amnesius accordé.
Ils s'excusent de la qualité moyenne.


La fumée étrangleuse flotta un instant, péniblement au dessus de l'amas poussiéreux des débris de la gare. Un instant de répit durant lequel ils avisèrent la moue songeuse de leurs blessures. Des brûlures intenses les barrant de partout, la fatigue qui commençait à les gagner. De part et d'autre du corps partagés. Ils avisèrent, mais se découragèrent à prendre la fuite. Leur adversaire était coriace, savait ce qu'il faisait. Attaquait où il fallait, presque auraient-ils été tentés de le respecter. Ils ne fuiraient pas, pour ne pas décevoir le vénitien.

La fumée commença finalement à se dissiper lentement, dévoilant leur adversaire blessé, titubant en s'extirpant des débris. Une lueur meurtrière dans le regard, l'air hagard. Leur sort fusa de lui même. Un #Immobulus inévitable que l'autre ne put éviter, se retrouvant à leur merci la plus totale. Ils s'approchèrent donc lentement un sourire mauvais aux lèvres avant d'aller poser leur baguette sur la trachée de leur adversaire. Visant la bouche entrouverte de l'indécis afin que le sort file directement au fond de sa gorge . Informulant un #Reducto Maxima. Réduisant les voix respiratoires de leur adversaire à néant. Ils l'observèrent ainsi suffoquer de longs instant, avant de rompre l'immobulus, observant le corps de l'autre tomber à terre dans de légers soubresauts avant de s'immobiliser définitivement. Ils prendraient plus tard en compte leurs états d'âmes. Ou non. Leur regard croisa celui d'une femme accroupie non loin, déjà en proie à l'un de leurs frère. Le maître semblait lui aussi bien pris dans son combat. Ils ne serviraient à rien, ainsi blessé et le jeune homme assassiné. Ce n'était pas une fuite tentaient-ils de se rassurer.

Ils se tournèrent un instant vers soixante-sept, avant de transplaner au loin, hors de portée de tout cela.

Départ de 91.
Décès de Amnesius.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 67, Ven 24 Mar - 9:57





Les renforts étaient en forme, il fallait croire. Près à en découdre. C'était une simple sortie entre masqués, rien de bien extravagant mais nous voilà à du trois contre trois, à balancer des sortilèges tous aussi plus dangereux les uns que les autres. Il y avait la mort qui rôdait, attendant de faucher l'un d'entre nous.

Lorsque je vis les flèches sortirent de la poussière causée par l'effondrement de mon monstre métallique, je pouvais ainsi mieux situer mon adversaire mais moins me préparer à ses attaques. Cela se vérifia lorsque je tentais d'éviter les projectiles mais que deux d'entre-eux m'entaillèrent la peau. Bien, mon sang coule mais c'est dans le tien que je me baignerai ce soir ! Le cadavre de mon géant de métal jonchait le sol, inerte. Le maintenir me bouffait toute mon énergie, je le sentais. La fatigue se faisait sentir. Mes membres étaient plus lourds, mon attention moins en alerte. Il fallait que je me ressaisisse.

La nouvelle attira mon attention avec un mot que je ne connaissais pas. Était-ce une insulte ? Un juron ? Une langue étrangère ? Sûrement pas un mot d'amour. Si c'était le cas, je n'en voulais pas de toute façon de sa tendresse mal placée ! Finalement, au vue du sortilège qu'elle avait dû lancer, ce n'était pas de l'amour non. Comme si j'y avais vraiment cru. Elle venait de fissurer le sol. Il n'y avait pas un problème chez eux ? Ceux qui devaient tout détruire, dans la théorie cela devait être nous, Les Mangemorts, pas eux, ceux qui "défendent" la populace sans-magie. Course forcée, pas envie de gaspiller de l'énergie. Je ne sais pas vraiment où me mène mes jambes mais je sais qu'elles s'éloignent de la fissure, je saute par dessus les décombres et je tâche de faire attention à ce qui peut m'arriver depuis le ciel. Je ne vais pas me prendre un truc qui tombe du toit dans la tronche.

Je me retrouve non loin de 91 qui part. Mais je vois qu'il y a un corps sur le sol. Ainsi ils avaient tué leur adversaire. Bien, je comptais bien les suivre sur ce chemin. Je n'aimais pas la fuite mais parfois, il valait mieux. Cela permettait un retour triomphant !

- Atshum Draconis Multiplicare Maxima ! Lançai-je en direction de l'inconnue sauvage.

Un substance peu ragoutante sortit de ma baguette et recouvra une bonne partie du champs de bataille. C'était collant, visqueux, odorant, mais aussi épuisant. Je devais faire attention. Je me fatiguais rapidement. Ceci serait peut-être ma dernière offensive. Les flammes de l'enfer allaient la consumer.

- Fustigeaflamma.

C'est alors qu'une longue langue de feu sortit de ma baguette. Oh oui, elle avait envie de lécher allègrement, de sentir de la peau.

- Que vas-tu faire, GAMINE ?! Et sur ces mots, je dirigeai mon fouet vers elle d'un mouvement sec du bras. Il enflamma la morve de dragon que je vais placer quelques secondes auparavant. C'était une jolie scène. La gare était en feu. Certains endroits ne l'étaient pas encore, mais cela ne serait tarder.

Je fis claquer mon arme dans les airs. Brûle, brûle ma petite ! Ce soir tu seras consumée ! De la fumée avait pris possession du hall, j'avais de la peine pour la voir la demoiselle alors je balayais la zone devant moi où elle se trouvait avec mon fouet de feu. Je ne le maintiendrai que quelques minutes mais avec toutes ses flammes et cette fumée. Elle avait du boulot.






Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
Laurae Syverell
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Laurae Syverell, Mar 28 Mar - 15:44


In Mortem Flamma



Cendre, fumée, braise, fissure. Le sang coule, la respiration halète. Les yeux ne savent plus où donner de la tête. La concentration est à son maximum. La destruction est presque à son summum. La jeune femme regarde autour d'elle. Qu'a-t-elle fait? Tout n'étais plus que braise et fumée. Ses sorts destructeurs valait ceux de ses adversaires. Sa baguette crachait sa colère, sa magie masquait ses valeurs. Les dents se resserrèrent. Crissement entre les molaires qu'elle seule sentais, elle seule entendait. Crissement comme celui d'un pneu sur la piste. Crissement comme l'essieu d'un char au circus maximus. Le Théokolès jonchait sur le sol. Quelques coupures fissuraient la peau de la  Syverell. Le sang coulait, dessinant les mêmes traits que la foudre dans un ciel d'été. Que faisait-elle? Aidait-elle à la terreur et à la destruction malgré elle? Ses pensées semblaient durer une éternité, mais prirent seulement quelques secondes. De trop longues secondes pour qu'elles soient d'ordre de l'insignifiance. Ses mots se perdaient dans la chair de son cœur. Le brûlant de toute la souffrance du monde. Était-elle mauvaise? Les mages noirs avaient fait d'elle un monstre ? Peut-être. Elle était en guerre. La monstruosité ne pouvait venir que d'un côté.  

PRVDES l'affranchi - mort au combat
CARPOPHORVS le bestiaire - mort au combat
ATILIVS le citoyen - mort au combat


Il y en a un, un qui n'a pas voulu le Rudis. Un qui l'a refusé quatre fois. Pauvre Flamma. Au lieu de mourir libre, tu es mort sur le sable. Un jouet des romains, jouet d'une fête religieuse. Jouet de l'Empire et des citoyens. Le buffle a piétiné ton corps. Le Lynx à crever tes yeux. L'ours éventrer ton corps. Et le Lion. Le Lion a simplement planté ses crocs dans ta gorge, la perçant. La perçant de toute part et la serrant, comme un étau, pour que ton souffle rare devienne agonie douloureuse. Les dents se serrent. La vue du corps est flouté par le brouillard de larme. Larme de colère. Larme de sang. Le corps sursaute, les bras en avant comme pour retenir la vie qui s'échappe des poumons. Les yeux exorbité comme ceux d'un poisson qui découvre un autre air que celui de l'eau. C'est le vide. La Syverell ne pouvait pas voir le visage de son frère d'arme. Mais elle l'imaginait. Elle hurlait intérieurement. Mais mis à part ses larmes formant des tâches noires sur ses joues crasseuse, elle ne pouvait rien faire. Seulement entendre ses cris étouffés. Seulement l'imaginer, et souffrir avec lui.  L'autre disparu. Un meurtrier. Encore un. N'étaitil pas fatigué? Entendait-il le cris de ceux qu'il avait tué la nuit tombé? Elle l'espérait. "Repose en paix, Amnesius." L'homme en face d'elle se tenait debout, la baguette en main. Les flèches de l'assaillante l'avait blessé et les abysses sous ses pieds semblaient béants. Une forme visqueuse était projeté sur tout les murs et sur le sol. La jeune femme en reçu sur la cuisse. Ni une ni deux, elle comprit, et plongea avant que le fouet enflammé ne vienne l'incinérer dans cette tombe en ruine. Tombe du défunt Flamma.

Et toi Flamma.
    Syrien, ennemi du Rudis.
  Te voilà mort en vain
      En voulant prendre
    en main..

---------------------------------------------------------  Ton destin.

Tout s'enflamme. Le feu après la braise? Avons-nous déjà vu pareil chose? Oui. A la naissance du Phénix. Et c'était là, le début du combat. Un sourire. Une provocation de l'autre imbécile. Sa baguette n'était plus utilisable. Son fouet l'empêchait toute autre attaque, et il n'avait aucune défense. C'était le moment précis. "Tu le sauras bien assez tôt, chéri". Avant que le corps de son compagnon ne soit brûlé par les flammes et que la jeune initié ne soit blessée, la jeune femme leva sa baguette, et un recurvite*, nettoya la surface dégoûtante et dragonnesque. Le feu qu'y s'y attaquait n'avaient plus d'accroche et disparaissait simplement dans les airs. Simple comme dire Adieu à un inconnu. Une fois fait, elle couru vers le mage noir, se concentrant sur les flammes voltigeant de sa baguette. Elle envoya un nouveau Exteo Stattiga* au moment où elle se sentait assez proche tout le prononçant distinctement. En tête, elle pensait que le mage noir, dans l'incapacité de se défendre, se concentrerait sur les flèches pour les éviter. L'informulation d'un Numen Arma*, transformant sa baguette en large poignard suivit de très près le sortilège. Elle frappe.

Bondissante comme une diablesse.
Le glaive fendant l'air souffocante
Frappe l'homme avec une vitesse
Sans retenue, fureur bacchante

----------------------------- - O merveille ! des deux côtés on se bat à poitrine nue !



Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
Alicia Wind
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Alicia Wind, Sam 1 Avr - 11:45


Premier combat
Pv Laurae Syverell, MM 67 & 08

Pétrifiée, Kate était incapable de faire quoique ce soit. Comme si son corps était totalement déconnecté de son cerveau qui lui mettait des claques mentales pour la sortir de cet état de choc et tenter de sauver Amnesius. La jeune femme savait pertinnement qu'en rentrant dans l'Ordre, ce genre de choses pouvaient arriver mais loin d'elle l'idée que cela se déroule pendant son premier combat face à des mages noirs. Bien qu'elle ne le connaissait pas du tout, une vive douleur animait le cœur de la Phénix et quelques larmes coulèrent lorsqu'elle vit le corps de son frère d'armes s'écroulait au sol, sans vie. Elle murmura un "Repose en paix Amnesius" avant de tourner la tête et de voir que son adversaire l'avait retrouvé. La seule chose qu'elle pu faire est hurler de douleur quand le Sectumsempra  de son adversaire lui déchiqueta à moitié l'épaule gauche.

"Oh p#tain d'enflure, je vais te faire ta fête !"

La colère plus que la douleur animait la jeune femme. Son épaule la faisait souffrir atrocement, elle perdait énormément de sang mais malgré son étourdissement, Caytlin restait concentrée. Elle devait cela à trois années de dur labeur en Irlande et ce n'était une épaule à moitié en lambeaux qui allait lui faire perdre tout son sang-froid. Le choc du sort encore présent, elle regarda le troisième mage noir partir et à ce moment précis, elle informula un #Commutatio Loco en visant une poutre métallique brisée derrière son adversaire. Placée ainsi, derrière l'homme masqué, elle l'attaqua avec un #Exteo Stattiga avant de se planquer derrière des débris pour se soigner. Formulant un #Plaginit, elle serra les dents pour éviter de crier bien que la douleur était insurmontable. Elle ne tiendrait plus longtemps, il fallait que les deux Phénix partent au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 08, Lun 3 Avr - 15:01


Il vit son sortilège qui heurta de plein fouet l'épaule gauche de la belle, et un sourire prit forme sous son masque. La voir blessée, voir ce sang qui s'écoulait de sa peau d'ange, il appréciait. Il continuait de fixer sa position, se sachant protégé par le bouclier qu'il avait mis en place. Puis il vit 91, son frère d'arme, qui quitta le lieu du combat. Avait-il tué son adversaire ? Il eut un nouveau sourire à cette perspective.

Et alors perdu quelques secondes dans la fuite d'Ils, il se retrouva surpris quand il reporta son attention sur la blonde. Elle n'était plus là. Une incantation dans son dos le fit réagir à la vitesse de l'éclair, enfin façon de parler. Sachant pertinemment ce qui allait arriver, il tenta une manœuvre d'évitement en se jetant au sol. Idée stupide. Une flèche lui érafla le cou tandis qu'une autre se planta directement dans son omoplate gauche.

- ***** !!!!

Il alla se réfugier derrière des débris, soulevant au passage un petit nuage de poussière, ne manquant pas de s'écorcher les mains sur les divers morceaux de débris qui trainaient. Se mettant à couvert derrière un bloc de granite, du moins ce qu'il en restait, il souffla un instant, avant de passer sa main droite par dessus son épaule gauche, et d'arracher d'un coup sec le projectile, non sans lancer un cri de douleur au passage.

Il sentait la plaie dans son dos, et pesta à la vue la pointe de imbibée de son sang qui colorait sa main. La poufiasse, elle allait le regretter ! Il jeta hargneusement la flèche au sol, animé par un sentiment de vengeance encore plus fort. Le mage se releva brusquement, tournant sa baguette en même temps qu'il visait la position qu'il occupait plus tôt. Il informula son sort en y mettant la conviction qu'il fallait.

- Bombarda Maxima Retardum !

Il observa la petite perle lumineuse qui alla se positionner dans les airs quelques mètres devant. Ça allait péter bien fort. Quelques secondes il avait devant lui. Sans plus attendre, il partit se mettre à l'abri. Même si elle était planquée, ça allait faire du grabuge.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 67, Mar 4 Avr - 22:18




Il semblait que mon adversaire ait utilisé un sortilège suffisamment fort pour tout enlever d'un coup ! Assez impressionnant. Vu la quantité que j'avais crée pour m'amuser, la garce avait gâché le jeu. Elle avait gâché ce que j'avais mis en place. Et le pire était qu'elle avait décidé de m'attaquer frontalement sans rien prévoir apparemment. Des flèches encore. Que crois-tu ma petite ?

- Ce n'est pas la première fois que j'utilise ce sortilège, REGARDE ! Lui hurlai-je dessus.

D'un coup de poignet plus ou moins agile, mais précis. La langue de feu se raccourcit pour s'allonger rapidement et faucher les projectiles en vol. La chaleur du feu avait désintégré les flèches de bois. Le clac sonore du fouet annonça la fin de ce que j'avais entrepris. Plus de soucis à me faire avec cette attaque ridicule, en revanche pour la suite...

Je n'avais pas vraiment fait attention au fait qu'elle avait continué à avancer. Je vis une silhouette foncer droit sur moi. Premier réflexe, transplaner mais avec mon fouet de feu, c'était risqué ! Annulation du sortilège, transplanage et une douleur sur le torse se fait sentir.

Je me retrouve plus loin, je réalise qu'il reste encore 08 et l'autre qui combattent de leur côté. La douleur se fait à nouveau sentir. De ma main gauche, je me touche le torse. C'est chaud, liquide. Du sang, le mien. La sorcière avait donc réussi à m'entailler le buste. Pas très profondément me semblait-il, si j'étais resté quelques secondes supplémentaires, j'y serais resté, c'était une chose certaine.

Mais non et c'était elle qui allait rendre son dernier souffle. J'allais lancé le sortilège de la mort sauf que... Une explosion énorme se fit entendre et souffla tout sur son passage, moi y compris. Je me retrouvai sur le sol, à me demander ce qu'il s'était passé. De la poussière avait été soulevée, il était difficile de distinguer quoique ce soit. Je me relevai tant bien que mal. Je toussai sous mon masque tant les déchets étaient importants et la bourrasque due à l'explosion, car cela ne pouvait avoir une autre origine, avait changé le champs de bataille.

Je brandis ma baguette, prêt à me défendre s'il le fallait mais la situation était telle que je sentais au fond de moi une sorte de crainte. Il fallait dire que j'étais assez abîmé et avais usé de beaucoup d'énergie magique. Ma fuite ne tarderait pas.






Dernière édition par Mangemort 67 le Sam 8 Avr - 8:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
Laurae Syverell
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Laurae Syverell, Ven 7 Avr - 23:54


Spartacus et Sanguis Lacrimae
LA de Kate


Cendre, fumée, braise, fissure. Le sang coule, la respiration halète. Cendre, fumée, braise, fissure, sang, mort. Le sang coule, la mort passe, caresse les corps, effleure.. mais son souffle s'est épris que d'un dernier soupir masculin. Fumée, feu, braise, sang, fissure, sang coule, filet de sang, respiration, ha ha haaaa, haletante. Le saut avait été parfait. La main meurtrière avait pris une teinte rouge vif, scintillante sous la lumière des quelques flammes restantes. L'arme redevient baguette par sortilège informulé*. L'arrogance et la surestimation du MM avait eu raison de lui. Le coup avait fonctionné, mais pas aussi profondément qu'espéré. Elle se tenait là, baguette à la main. En face de celle de l'ennemi. Qu'il frappe, qu'il ose frapper encore un Phénix. Le temps était-il venu? La poitrine retombait en filet de liquide poisseux et rouge sur sa tunique de charlatan noir. Œil pour œil, fait couler le sang, dent pour dent, fait jaillir le vert angoissant. Le temps de la mort semble si long. Était-ce ça mourir? La dernière action au ralenti? Ou a l'infini? Le temps d'un mort figé, et la vie d'un autre monde continue? Subjectif a chacun? "Je t'attends, frappe, la poitrine a moitié nue, je veux mourir, les deux trous au côté droit"


PRVDES l'affranchi - mort au combat
CARPOPHORVS le bestiaire - mort au combat
ATILIVS le citoyen - mort au combat
FLAMMA le vaillant - mort au combat


B O U M

Explosion. Le corps rejeté en arrière. La tête en avant, les épaules en arrière, le visage camouflée par la chevelure venteuse. Une simple poupée causée par le souffle, projection contre le béton, douleur le long du dos. Respiration coupé. OUUUUUCH... Elle survivra, c'est seulement sous le choc. Le corps s’affaisse dans un bruit sourd, près du corps du défunt. Un peu étourdie, camouflée par le no men's land romain. Sortir, s'échapper du combat a mort... Et puis, elle n'était pas seule. Flamma avait emmené avec lui son catenaire, Kate. Inconscient, le voilà mort. La colère et la douleur s'emparait du corps. Un Phénix qui avait des valeurs de combattant mais son individualité avait briser les liens. Il fallait protéger l'initié du ludus. La jeune femme appela Kate grâce au sesterce d'urgence. Le medicus aura du fil a retordre. Les jeunes femmes étaient bien amochées. Dans la course du catenaire, la jeune Syverell se munie d'un bouclier protecteur magique*, le scutum des secutors. Afin de protéger son allié. Une main sur la poitrine de son compagnon d'arme tombé, et l'autre sur le bras de sa sœur d'arme, elle jeta un dernier coup d’œil vers les mages noirs. Sombre yeux, colère, vengeurs. Ils allaient le payer si ils ne demandaient pas grâce. En tout cas, pour les deux derniers catenaires avaient pu s'en sortir, les deux doigts levé vers le ciel, la mort les a frôlés, le sang à couler, mais la vie, finalement, s'est vu accordée encore quelques jours. "On retourne a la maison, Flamma"... 

C R A C


*Départ des Phénix*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Dans la grande gare - Page 14 Empty
Re: Dans la grande gare

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 17

 Dans la grande gare

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.