AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 17
Alentours de Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 17  Suivant
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Sam 31 Mar - 21:04


Un bruit de toussotement dans la ruelle? Valens sursauta. Tournant son regard vers la silhouette qui avançait vers lui, il se maudit intérieurement pour n'avoir pas été plus attentif. Que faisait-il donc? Il n'était pas en train d'attendre un camarade à la sortie d'un cours! Il était dans une ruelle obscur en train d'attendre des gens peut être de mauvaise vie dans l'espoir insensé qu'ils parviennent ensemble et sans se tirer dans les pattes à stopper un corbeau plutôt de trahir ceux auxquels il tenait.

Reprenant bien vite contenance, il regarda la personne qui marchait vers lui en traversant la lumière avant de retourner dans les ombres à ses côtés. Un peu tendu et prêt à dégainer au moindre signe de piège, il se détendit un peu en entendant les paroles de l'inconnu. C'était un adulte et sa voix semblait masculine. L'homme commença par le saluer et la politesse lui intima de faire de même. S'inclinant légèrement mais sans perdre l'individu de vue, il lui dit.

Veuillez en retour accepter mes salutations...

Il parla ensuite du secret. Il s'agissait certainement de vérifier leur identité réciproque, ce qui était une sage décision. Mais la phrase à son goût était un peu trop évidente. D'autres auraient pu retourner une phrase de confiance à cette affirmation. Quoiqu'il en soit, le sort en était jeté. Il lui répondit donc.

C'est la saison, il faut croire que les noirs volatiles se plaisent à nous en rafraîchir la mémoire.

En ces termes, il désignait le maître chanteur, autrement dit le corbeau, qui s'ingéniait à obtenir d'eux de sombres contreparties en échange de son silence... provisoire tout du moins. Mais malgré l'infamie dont il avait les preuves en sa possession, le prix qu'il demandait était cher payé, très cher payé. Le destin leur avait donné l'occasion d'agir, il agirait... si une solution se dégageait de leur rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat Delioncour
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Lestat Delioncour, Dim 1 Avr - 2:19


Lestat se surprit à s'amuser de la petite tirade du jeune homme qui se trouvait devant lui. Il se mit à le toiser légèrement. Qui était-il ? Quel lourd secret pouvait bien peser sur ce gringalet qui devait encore être à Poudlard ?

* Ne juge pas ainsi, Lestat *

C'était vrai, il n'avait pas le moyen de le juger. Lui-même à 17 ans - quatorze auparavant - n'avait-il pas eu des choses à dissimuler ?

Il s'adossa négligemment à un mur légèrement décalé, en relâchant quelque peu la pression qu'il exerçait jusqu'alors sur sa baguette. Lestat se rendit compte qu'il pouvait impressionner ce jeune homme sans en avoir réellement envie. Ils étaient seuls dans ce trou paumé, un jeune homme en face d'un quasi vieillard qui devait donc répondre d'une certaine expérience mais le trentenaire se sentait tellement démuni face à ce maître chanteur de pacotille qui tenait un pan de sa vie entre ses serres, qu'il décida de ne pas la jouer trop... hautain.


" Lestat Delioncour. " dit-il simplement en tendant une main franche vers le jeune Serpentard.

Il aurait aimé sourire, faire quelque chose, quoi ! Mais.. à quoi bon ? Il n'allait pas non plus feindre un intérêt soudain pour un minot à peine sorti des jupes de sa mère.

* Lestat, à 31 ans, tu n'es même pas sorti des jupes de la tiennes. *

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Dim 1 Avr - 3:08


Le nouvel arrivant trouva sa place dans les ombres. Les ombres qui couvraient les traces aussi bien du prédateur que de la proie. Et à vrai dire, ils étaient les deux à la fois. Un peu méfiant, il regarda l'homme s'installer, ne le quittant des yeux que pour balayer du regard ce qu'il pouvait voir de la rue. Ils n'étaient pour l'instant que deux, mais d'autres étaient attendus.

La discrétion était de mise, que le maître chanteur ait vent de leur réunion et leurs vies seraient réduites en miettes. Pourtant comment jamais être sûr que des gens que l'on ne connais pas, que l'on a jamais vu et dont le nom a juste était vu sur un message mal envoyé n'était pas un agent de leur corbeau, voir le maître chanteur en personne? Le risque était réel mais le jeune homme le refoula. Sans un minimum de confiance, ils n'iraient nulle part, tous autant qu'ils étaient.

Et pour le moment ils n'étaient que deux, un maigre nombre, bien insuffisant pour pouvoir inquiéter leur cible, ni même l'approcher. L'homme lui donna son nom, Lestat Delioncour. Et il attendait probablement la même politesse de sa part. Il n'aimait pas trop que son nom circule aussi librement dans cette affaire, mais avait il vraiment le choix? N'avait il pas pensé à la confiance juste avant.

Valens...

Dit il avec un temps d'arrêt qui marqua une hésitation.

Valens Fenwick.

Il serra brièvement la main qui lui était tendue. Ses yeux se plissèrent à la recherche d'un signe suspect. Mais ses gants mettaient hors course une partie des risques inhérents à ce geste. Pas de coupure pour récupérer son sang, pas de sortilège informulé lié à un contact et sa main n'était enduite d'aucune mixture. Etait-il donc bien ce qu'il prétendait être? Peut être, mais il ne fallait pas s'endormir sur ses certitudes. Quelque part, il se sentirai plus rassuré quand les quatres "invités" seraient au complet.
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Alentours de Londres

Message par : Evanna Ayling, Dim 1 Avr - 14:20


Obscurité. Un proverbe moldu totalement stupide nous informe que " La nuit tous les chats sont gris ". Il était bien sûr sans sens logique, mais je trouvais qu'il s'appliquait bien à cette soirée. Un soirée nimbée de brume, noire comme les plumes du corbeau qui nous faisait chanter. J'avais rendez-vous dans une sombre ruelle de Londres, avec trois autres personnes. Nous n'avions sans doute rien en commun à par un seul fait. Nous étions victimes d'un maître chanteur. Je pensai être la seule dans ce cas, jusqu'à ce qu'un beau matin, je reçoive la lettre de quelqu'un d'autre. Un autre nom était indiqué, mais j'avais clairement reconnu l'écriture de l'adresse. A partir de moment, je n'avais plus été seule. Bien sûr que je l'avais lue, rien que pour être sûre de moi. Elle parlait de machinations de pouvoir, et d'autres choses dans ce genre... Les miennes étaient plus simples de nature. Elles menaçait simplement d'attirer l'attention sur moi en remontant au grand jour l'histoire de ma famille. Certes, elle était connue, mais à cause de mon intégration dans le groupe, je ne voulais pas risquer qu'on me remarque plus qu'avant. Rien ne devait troubler mes nouvelles actions.

J'avais donc écrit au destinataire de l'erreur, pour lui dire ce que j'avais. J'ignorais si ma lettre se baladait dans la nature, ou ps. Il devait sans doute l'avoir. Il y en avait encore deux autres. Et une rencontre avait été prévue, pour quoi ? Sans doute afin de tenter de démasquer ce corbeau. J'ignorais si cela serait utile mais bon... Cela ne coûtait rien.

J'avais revêtu une tenue sombre, n'osant toutefois pas revêtir ma cagoule officielle, j'en avais une plus discrète, grise. J’étais de toute façon rousse, et je ne pouvais être très discrète. Je marchais vers le lieu de rendez-vous, une simple ruelle. je vis avant d'arriver dans la lumière d'un lampadaire, qu'il y avait djéà deux personnes. C'étaient donc eux. Personne d'autre en serait ici à cette heure. C'était un lieu délabré et vaguement effrayant. Enfin, j’entends pour une personne normale. Il y avait longtemps que plus rien ne m'inspirai la terreur. Dans une certaine mesure, j'étais la terreur, la peur, la frayeur pour des millions de personnes. J'eus un sourire mauvais à cette idée.

Je m'approchais mes talons claquants sur les pavé faisant un bruit lugubre. Avec une certaine ironie et un sarcasme à peine voilà, je les abordai par un :

Belle soirée n'est-ce pas ? Parfaite pour une réunion secrète.

J'attendis d'être sûre qu'ils se retournaient pour lancer la pique suivante. J'étais d'humeur sarcastique ce soir.

Bon, je suppose que nous sommes tous ici pour la même raison. Je suis Evanna Ayling, enchantée, bla bla, tout le toutim. Cette nuit, on chasse le corbeau si j'ai bien compris...


J'avais en fait réellement envie de le faire taire, pour être en paix. je ne voulais pas prendre le risque de perdre l'emploi que j'avais arraché avec mes tripes...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Dim 1 Avr - 17:28


Un bruit régulier fit echo dans la petite ruelle. Dans le silence de cette sombre nuit, aux oreilles de personnes sur le qui vive, il résonnait comme un ouragan. Et même si cet ouragan était probablement porteur d'une aide supplémentaire, cela ne manqua pas de rendre nerveux le serpentard. La présence qui se rapprochait semblait faire battre son coeur au rythme du bruit régulier qu'elle produisait. Mais deux personnes encore étaient attendues et ils étaient obligés d'aborder l'attente avec confiance... Du moins jusqu'à ce qu'une cinquième personne ne vienne tout chambouler.

Le nouvel arrivant passa sous la lumière blafarde du lampadaire qui avait visiblement connu des jours meilleurs. Il ne dépareillait pas avec le reste de la ruelle miteuse dans laquelle ils se retrouvaient. Le ciel gronda un peu à ce moment et la lumière du lampadaire clignotant lors du passage de leur troisième compère mais ils eurent tout de même le temps d'apercevoir ses vêtements sombres et intégraux qui ne laissèrent échapper que quelques reflets roux de la femme qui rentra alors à nouveau dans les ombres. Elle rejoignit ses deux autres futurs complices avec une allure un peu provocatrice tandis qu'elle les salua à sa manière.

Belle soirée? Une réunion secrète? Il était évident qu'elle souhaitait plaisanter. D'abord parce qu'il doutait fortement qu'en ces lieux et par tout temps une soirée puisse jamais être belle. Ensuite parce qu'elle prenait sur un ton plutôt léger les risques qu'ils prenaient. Etait-ce pour elle le moyen de masquer son anxiété ou prenait-elle vraiment à la légère une affaire qui était pour lui des plus grave? Il ne prit pas la peine de répondre à la boutade et attendit qu'elle poursuive.

La suite se révéla plus intéressante, plus riche en renseignements. Elle se nommait Evanna Ayling, c'était donc son message à elle qu'il avait reçu. Il tâcha donc de se remémorer le sujet de la lettre. Son père... La boutique... Il ne savait pas encore ce que ces informations pouvaient lui apporter d'utile mais il trouverait en temps et en heure. Et effectivement, elle était là pour se mettre en chasse du maître chanteur. A cela, l'élève de Serpentard lui confirma avec un léger sourire.

Je n'aime pas vraiment ce genre de volatile, surtout quand il décide de me voler dans les plumes. Mais avant de pouvoir avoir une prise de bec avec lui, il va nous falloir le plumer d'une manière ou d'une autre.

Puis il s'inclina légèrement avant d'ajouter sombrement.

Valens Fenwick.

Donner son nom ainsi à tout va commençait à l'agacer sérieusement, mais il ne pouvait pas l'éviter sans attirer la suspicion de ses complices. Et ils n'avaient pas besoin de ça pour le moment. Il avait donc décider de faire confiance, mais son instinct criait contre cette imprudence. Il espérait que le corbeau ne soit pas retord au moins de les piéger de cette manière.
Revenir en haut Aller en bas
Lestat Delioncour
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Lestat Delioncour, Dim 1 Avr - 18:17


Lestat ne pipa mot à l'arrivée de la troisième personne traquée par cet individu, éminemment intelligent (ça, au moins, ça ne faisait aucun doute).

* Quel boucan ! *

Lestat se surpris à penser que dans un combat, les pas de Evanna auraient eu l'incidence d'un troupeau d'hypogriffes se déchaînant sur eux. Il ne savait pas si c'était l'effet de son imagination ou non mais il eut alors l'impression que tous les bruits, tous les froissements de feuilles séchées, tous les volets qui claquaient sous l'effet du vent et le vent lui-même, étaient décuplés.

La nouvelle arrivante déplaisait fortement à Lestat. Déjà, les bonnes femmes, c'était pas son truc. Mais alors celles qui se prenaient à faire preuve d'ironie ou de sarcasmes, elles l'exaspéraient au plus haut point. Ce qu'il tolérait (tolérer se révélait vraiment être le mot juste étant donné le peu d’intérêt qu'il possédait pour la gente féminine), c'était les dames. Les vraies dames avec du charisme, du charme et du talent. Qui n'ouvraient la bouche que lorsque c'était nécessaire. Ces lady's inimitables et douées d'une intelligence hors du commun.

Ces femmes implacables ne ressemblaient pas à la midinette dont il avait reçue la lettre de chantage, quelques semaines auparavant.

* Concentre toi, Lestat *

Oui, c'est vrai. Le maître chanteur. Les menaces. Sa vie en suspens tant que ce sorcier du dimanche n'aura pas révélé son identité.

Lestat haussa un sourcil lorsqu'Evanna prit la parole et le deuxième ne tarda pas à se soulever à un niveau très élevé, quelque part au niveau de la naissance de ses cheveux. Il n'aimait ni sa voix, ni ses manières.

* Euh... Lestat, tu n'aimes quasiment personne. *

Oui, et alors ?

Il se devait pourtant de répondre quelque chose. Personne ne pouvait le faire chanter comme ça, ou du moins, pas impunément. Lestat décida de prendre la "conversation" (*Une conversation, ça ?!*) à contre-pied et d'anticiper la prochaine question qui serait bientôt sur toutes les lèvres


" Mélisine Sweet "

Il prit une longue inspiration.

"Voilà le nom qui était inscrit sur la missive que j'ai reçue par erreur. Notre dernière compagne de mauvaise fortune."
Revenir en haut Aller en bas
Melisine Sweet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Alentours de Londres

Message par : Melisine Sweet, Lun 2 Avr - 14:56


La journée de cour à Poudlard fut longue pour la jeune femme. Elle était fatiguée et lasse de sa vie de sorcière.
Elle aurait aimé tout arrêter et rentré chez elle retrouver sa Rocksane qui lui manquer tant. Elle voudrait pouvoir la tenir dans ces bras et revoir ces beaux yeux verts. Mais elle avait pris sa décision et même si elle regrettée maintenant il c'était trop tard pour revenir en arrière.

Elle avancer sur les pavés d'une rue délabré. Elle s'était vêtue d'une robe sombre et d'une capuche. Mélisine était méfiante elle ne voulait pas dévoiler son visage avant d'être sûr que ce rendez-vous ne soit pas un piège.

Quelques jours plus tôt elle avait reçu une lettre adressée a un certain Lestat. Ce nom ne lui disait rien, mais elle pensa tout de suite à une personne distingué, un homme sans aucun doute. Elle en serait dire pourquoi mais elle l'a ouverte. Le contenue lui fit un drôle d'effet, car soudain elle n'était plus seule. Cette missive venait de lui apprendre l'existence d'une
autre victime du corbeau qui la faisait chanter depuis plusieurs semaines.


Ce soir elle allait rencontrer cette personne ainsi que deux autres victimes. Elle avait peur mais, été en même temps soulagé. Peu êtres qu'ensemble ils arriveraient à piège ce maudit maître chanteur. Elle retrouverait alors sa tranquillité et sa chère Rocksane ne saurait plus en danger.


Au bout de la ruelle elle aperçut trois personnes. Sans savoir pourquoi elle sut immédiatement que c'était avec eux qu'elle avait rendez-vous. Avec une légère appréhension elle accéléra sont allure. Arriver à leur hauteur elle salua de la tête la femme et les deux hommes. Elle lança :

« Bonsoir »

Elle chercha quoi dire mais ne trouvant rien de mieux elle se présenta simplement :

« Mélisine Sweet »

Puits pour entrés dans le vif du sujet elle sortie de sa poche la fameuse lettre qui l'avait conduit ici.

« Lestat je crois que cela vous revient... »

Ne sachant lequel des deux hommes était ce Lestat elle tendit la lettre et attendit qu'on la lui prenne des mains.

Edit Kimoka : Bonjour. Je tiens à attirer votre attention sur l'orthographe. En effet, il y a beaucoup de fautes dans votre RP. Sachant que vous êtes inscrite à l'entraide RPG&HRPG du forum, je vous conseille fortement de vous relire et d'appliquer avec soin les règles que vous travaillez avec votre tuteur/tutrice. Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Lestat Delioncour
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Lestat Delioncour, Lun 2 Avr - 16:30


Lestat venait d'évoquer la jeune Mélisine quand celle-ci fit son apparition. Exactement comme il l'avait imaginée. Quiconque connaissait un tant soit peu Lestat n'avait pas besoin de lire dans ses pensées pour deviner tous les noms d'oiseaux (mais classes, comme toujours - satanées bonnes manières) dont il l'affublait en secret. Midinette, ignorante, sans intérêt, fade, indélicate, vulgaire de toute sa personne.

S'il savait ce qu'on pensait de lui peut-être cesserait-il d'être aussi critique envers ses pairs.

Il commençait à frissonner et se réjouit que la euh... joyeuse équipe soit enfin au complet ! Allaient-ils rester dehors pendant des heures ou songeraient-ils à trouver un endroit plus propice à la discussion ? Parmi ses compagnons se trouvait-il un sorcier qui avait déjà un plan de bataille en tête ? Le jeune Valens peut-être ? Lestat avait le sien en tout cas mais préférait se taire et feindre l'ignorance de toute façon. La fraîcheur et l'enthousiasme de ces trois autres magiciens pourraient leur être d'un grand secours face à ce trentenaire toujours adolescent qui n'avait que trop vécu.

Lestat se sentit lasse. Fatigué. Et frigorifié. Il tremblait un peu.

L'ancien Serpentard écouta Mélisine se présenter succinctement sans rien ajouter mais lorsqu'elle sortit la lettre et qu'elle prononça son nom, il se rendit compte d'une chose qui ne l'avait même pas effleurée depuis qu'ils s'étaient tous donnés rendez-vous : quelqu'un d'autre que sa mère, Malloy ou le maître chanteur connaissait son secret. Il était vulnérable. Mélisine, cette fillette sans goût, le tenait dans ses filets d'une certaine manière.

Une autre maître(sse ?) chanteur non-révélé(e) en quelque sorte.

* Ne soit pas sot Lestat. Elle est dans le même cas que toi. Et tu as sa lettre aussi. *

Il se rappela du fin parchemin qui reposait au fond de sa poche intérieure et quelques mots épars lui revinrent en mémoire. Rocksane. Malheur.

Soudain, Lestat fut pris d'une furieuse envie d'arracher l'enveloppe des mains de Mélisine, de s'enfuir et d'enfin demander pardon à sa mère, 12 ans plus tard.

Toujours maître de lui, dans la retenue, dans l'introversion, Il approcha sa main gauche (celle qui ne tenait pas fermement sa baguette) de Mélisine et lui prit la lettre des mains délicatement.

Il tournait l'enveloppe entre ses doigts avec tout le mépris possible.


"Je suis Lestat."
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Lun 2 Avr - 23:26


Une autre personne approchait dans la ruelle étriquée. Elle passa à son tour brièvement dans le maigre halo de lumière que projetait le lampadaire qui avait vu des jours meilleurs. Une femme, plus discrète que la précédente, bien moins sûre d'elle. Si cette personne était bien là pour la même raison qu'eux et n'était pas là pour leur tendre un piège, ils seraient alors au complet. Elles les salua et Valens répondit d'un hochement de tête. Elle se présenta sous le nom de Melisine et confia une lettre à Lestat. Nulle besoin de se demander de quelle lettre il s'agissait. Ce dernier se présenta et Valens suivit son mouvement.

Valens.

Ils étaient tous réunis, au nombre escompté et avec une confiance somme toute relative de l'identité des autres personnes présentes. Il était plus que temps de commencer la discussion. Le jeune homme n'aimait pas rester dans cet endroit outre mesure. Son ambiance glauque justifiait à elle seule la discrétion de l'endroit mais ce n'était pas une raison pour apprécier de s'y trouver. De plus, même s'il était faible, ils prenaient tous un risque. Il valait donc mieux raccourcir ce risque au maximum.

Afin de structurer la discussion et ne pas se perdre en palabres inutiles, il commença par énoncer les points qui lui semblèrent important. D'une voix étrangement dure pour son jeune âge, il s'élança sans toutefois hausser la voix. Tout le quartier, même à moitié désert, n'avait pas besoin de savoir ce que ces gens faisaient là. De plus, il était malseillant de devoir hausser le ton, signe en général de mauvaise compagnie.

Mesdemoiselles, Monsieur, vous connaissez tous la raison de nôtre présence dans ce lieu sinistre. Nous avons tous le même... problème. Problème auquel nous souhaitons trouver une solution définitive. Nous pouvons en discuter ici ou trouver la maison abandonnée la moins en ruine. Cela reviendra approximativement au même sauf s'il pleut. Pour entrer dans le vif du sujet, je me moque par quel secret on vous tient, mais ce qu'il désire en échange peut nous aider. Il s'arrange bien sûr pour ne pas nous rencontrer ni se faire connaître. Or si nous le voulons, il va bien falloir être en sa présence. Avez vous déjà réfléchit à un moyen?

Concernant la lettre que j'ai reçue par erreur, il souhaite commettre un vol facilité par les soins de l'un d'entre nous en laissant ouverte la boutique après la fermeture. Cela signifie qu'il va s'y rendre après avoir vérifié que la personne soit partie. Potentiellement après avoir surveillé un long moment les allées et venues. Mais j'y vois une opportunité de tendre un piège. C'est dangereux certes, mais ça reste une chance à saisir car il se met en risque, ce qui n'arrive pas souvent. Outre la difficulté de mise en place du piège, le seul risque que je vois est l'utilisation de sa part d'un complice pour remplacer sa présence. Il n'a pour le moment montré aucun signe qu'ils étaient plusieurs, mais cela reste une possibilité. En l'occurence nous pourrons peut être arriver à le faire parler si nous nous montrons... persuasifs. Particulièrement persuasifs. Quitte à ce que certains ne regardent ailleurs.


Hors de l'école où il était particulièrement déstabilisé, l'élève reprenait des réflexes issus de sa formation. Surtout quand la situation l'exigeait. C'était imprudent de ne pas se montrer tel que les autres s'attendaient à voir un simple élève, mais il n'avait pas le temps de jouer. Car le temps était de l'autre côté de l'échiquier...
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Alentours de Londres

Message par : Evanna Ayling, Jeu 5 Avr - 17:50


Un des hommes se présenta comme étant Valens Fenwick. C'était donc celui dont j'avais reçu la lettre. Bien, très bien. J'avais celle-ci sur moi, mais je ne lui confiais pas. Après tout, il ne m'avait pas rendu la mienne n'est-ce pas ? Il avait auparavant dit une phrase en jouant sur les mots corbeau, bla bla... Dieu, ils me collaient déjà tous mal à la tête. Ce n'était pas très joyeux, mais à quoi est-ce que je m'attendais ? On était pas là pour faire la fête ou pour casser des choses façon Mm's. Enfin, bon... Je pouvais toujours m'arranger pour cette partie.

Le deuxième se contenta d'énoncer un nom féminin. Je crus donc qu'il s’agissait d'une transexuelle ou d'une femme androgyne, jusqu'à ce qu'il ajoute que c'était celle dont il avait eu la lettre. Celle que nous attendions donc. Et bien, patientons... Elle ne tarda pas, et nous eurent bientôt face à nous une jeune demoiselle que je connaissais de vue. Mélisine Sweet. Poufsouffle. Assez insipide dans mes souvenirs. Elle tendit sa lettre à l'autre, et je pus en profiter pour apprendre son nom. Lestat. Et mon cerveau ajouta instinctivement, Delioncour. Je le connaissais donc. J'ignorais où j'avais pu le lire, et cela n'avait aucune importance. Je connaissais des milliers de nom grâce à ma mémoire photographique. Une très grande partie n'avait aucune importance, et je ne savais rien d'autre de lui.

Il récupéra sa lettre. Un peu rapidement peut-être. j'enregistrais de tous petits gestes sans importance, comme toujours. Je secouai la tête pour dégager mon esprit de ces pensées parasites. Valens reprit la parole, tout d'abord pour nous proposer de nous abriter dans une maison. Bonne idée. Je n'aimais pas spécialement être trempée. Il ajouta ensuite que dans sa lettre, le corbeau parlait de cambrioler une boutique. Ah, ça devait les Trois Balais... On me menaçait d'aller piquer des trucs là bas ? C'était retors. Je n'y étais que depuis peu. Donc, le corbeau me connaissait bien.

Ce corbeau est bien renseigné. Je travaille là bas depuis peu, et je serais immédiatement soupçonnée, contrairement à quelqu'un d'ancien... J'approuverais ce plan, si je n'avais pas peur qu'il me fasse perdre mon emploi. Nous devons en discuter je pense. La maison là bas me semble adéquate.

En pointant ma baguette allumée, je la désignais. Puis, sans attendre les autres, je m'y dirigeais, ouvrit le portail pourri et grinçant, d'un geste du pied. Puis, j'attendis qu'ils me suivent.

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Jeu 5 Avr - 22:48


Evanna fit part de profondes réticences à l'énoncé de l'idée qui avait germée dans l'esprit de Valens. C'était prévisible, cette idée était telle que ce serait elle qui prendrait le plus de risque, quand bien même elle ne prendrait pas directement part à l'affrontement. Mais avec le peu d'informations dont il disposait pour le moment, c'était là le mieux qu'il puisse trouver. Ceci dit, en recoupant leurs informations, peut être trouveraient-ils un plan plus sûr. Il rassura plus ou moins les gens sur ce point.

C'est là l'idée que j'ai eue à la lumière des seules informations entre mes mains. C'est pour cela que je voulais savoir quelles sont celles que vous avez entre les vôtres pour chercher un plan plus sécurisant, si nous en sommes capables.

La dernière phrase n'était pas réellement une provocation, c'était un avertissement réaliste. Bien entendu, ils feraient tout, lui en premier, pour trouver une issue la moins dangereuse possible. Mais il fallait tout de même s'attendre à prendre des risques, ils n'allaient pas prendre le thé avec le corbeau! Et s'ils ne trouvaient pas mieux, ils avaient au moins une alternative réalisable, ce que Valens trouvait relativement rassurant.

La poufsouffle adhera davantage à l'idée de s'abriter dans une maison abandonnée et probablement en ruine. Elle prit sur elle d'en désigner une et de s'y rendre. Il n'appréciait que peu son attitude péremptoire mais sa destination en valait bien une autre et il ne voyait rien à redire à son choix en lui même. Il la suivit donc non sans serrer un peu la machoire. Il passa devant elle tandis qu'elle tenait ouvert le portail et pénétra dans la maison qui ne fermait plus vraiment de toute manière.

L'intérieur payait moins de mine encore que l'extérieur. Il ne jeta qu'un oeil sur le canapé et les fauteuils enplis de vermine. Evitant quelques toiles d'araignées qui avaient fait des chambranles leurs fiefs, il se rendit à la salle à manger où il put s'installer sur une chaise autour de la table. Le bois vermoulu protesta contre son poids mais tint bon. Il valait mieux éviter de se balancer sur ces chaises. Tant mieux, une attitude digne les aiderait certainement à avancer plus vite. Cela mis à part, la table et les chaises semblaient les seules choses en état potable. Du plafond tombait parfois de la poussière, témoins de l'activité qui s'y déroulait. Du mur étaient tombés des tableaux, mais bien malin aurait pu dire ce qu'ils avaient du représenter à l'origine. Une cheminée noircie hors d'usage ressemblait à une gueule béante prête à les engloutir. Sous ce qu'il restait des lambeaux de tapisserie, des mouvements suggéraient que des insectes y avaient trouvé refuge. Sur les restes d'un buffet effondré, des pots qui avaient du contenir de la confiture débordaient de moisissures qui se répandaient tout autour et projetaient des sortes de spores à la ronde.

Valens se retint de pousser un soupir à la pensée de ce qui pourrait entrer dans ses poumons, mais ce n'était pas l'envie qui l'en manquait. Il espéra toute fois que la discution se déroulerait rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Lestat Delioncour
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Lestat Delioncour, Lun 9 Avr - 19:19


Lestat ne prononça pas un mot. Mais n'en pensait pas moins... Il avait du cran ce petit Fenwick. Il n'allait pas jusqu'à songer qu'il lui ressemblait à son âge mais Lestat n'en était pas loin. Son plan ne tenait pas vraiment la route mais un autre aurait-il été meilleur ? Ils ne leur restaient plus à tous qu'à expliquer en quoi consistait les exigences du Maître Chanteur. Il était sur le point de s'exprimer mais la jeune Evanna montra soudainement un grand signe de lâcheté. Perdre son emploi... quelle gageure ! Un maître chanteur allait dévoiler au monde sorcier leurs secrets les moins rutilants et elle pensait à son boulot.

* Mon Dieu ! *

Ils se mirent tous en route vers une bâtisse qui aurait pu porter à rire dans un des bidonvilles qu'il avait pu croiser lors de ses voyages. Bah ! Pourquoi pas ? Au point où cette fine équipe se trouvait, valait-il mieux ne pas faire la fine bouche.

Le trentenaire pénétra dans la bicoque et eut un haut le coeur... Il aurait préféré se trouver coincé dans une grotte avec une dragonne et une acromentule plutôt que se trouver là. Lestat, si maniaque, si attaché à l'apparence, à la propreté, à l'impeccabilité ressentit un frisson encore plus vicieux que celui qui l'avait parcouru quelques minutes auparavant dans la ruelle secouée de vents glaciales.

* Secoue toi, mon vieux ! *

Après s'être trouvé un coin de mur pas trop crasseux pour s'y poser, il décida qu'il était temps de prendre la parole.


" Et bien, je trouve votre plan... pas si mal que ça Valens. Mais si Mademoiselle Ayling ne se sent pas de taille à y participer, autant regrouper toutes nos informations. "

Lestat regardait une araignée dévaler du plafond.

* Concentre toi, au nom de Merlin ! *


" Notre ami commun me réclame des flacons des meilleurs potions de ma mère. C'est une médicomage réputée, Mme Pandora pour ceux d'entre vous qui sont familiers avec le monde hospitalier. Le lien entre un cambriolage et des potions puissantes peut paraître évident mais... "

Il jeta un coup d'oeil à Mélisine.

"... que vient faire un oeuf de dragon là dedans ? "
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Mar 10 Avr - 0:36


Valens écouta Lestat énoncer à la fois les exigences du corbeau en ce qui le concernait, mais également en ce qui concernait Melisine apparement. En effet, il avait pu lire celle de Milisine qu'il avait reçu et également lire la sienne alors qu'ils s'étaient rendu respectivement les leurs. Des potions et un oeuf de dragon. Il ne savait pas quel était l'effet exact des potions mais il trouva que l'oeuf de dragon était de mauvais augure. Couplé au cambriolage, il ne savait pas bien ce qu'il comptait faire de tout cela pour le moment. Le cambriolage etait il un moyen ou une finalité? Visait il l'argent de la caisse ou un objet particulier contenu dans le coffre de la boutique? Voulait-il assembler tout cela pour former une créature particulière? Avait-il en tête un rituel ou une potion nécessitant ces ingrédients pour s'octroyer une puissance? Un remède à un mal qui le rongeait? Tant de questions et de suppositions tournoyaient dans sa tête, mais aucune n'avait de base réellement solide. Secouant la tête, il chassa ces pensées innopportunes qui ne menaient à rien. Il commença par commenter les affirmations de Lestat.

Des objets donc, contrairement au "service" qu'il demande à Evanna. Il y a fort à parier que la transmission de ces objets ne se fera pas en main propre contrairement à la boutique où il va devoir se rendre. Après ce qu'il compte faire de tout ça reste un mystère. Savez vous, Lestat, quels sont les effets de ces potions? Peuvent-elles avoir un effet sur la croissance d'un dragon ou peuvent-elles enter dans la composition de quelque chose en compagnie d'un oeuf de dragon? Il me semble que nous en savons si peu et que le nombre de combinaisons est important. Pourtant, il doit bien y avoir un schéma d'ensemble que nous devrions pouvoir saisir.

Il demanda également à Evanna une précision sur la boutique. Mais au vu de sa première réponse, le vert et argent doutait un peu qu'elle se permette de répondre franchement à cette question. Toutefois, il se devait de la poser, ne serait-ce que pour que les autres gardent cette éventualité en tête. C'est également pour cette raison qu'il formula ladite question de manière à n'être que faiblement impacté en ce sens par un refus.

Evanna, pouvez vous nous dire, si toutefois vous le savez au regard de la nouveauté qu'est ce poste pour vous, s'il y a autre chose à dérober dans cette boutique que la caisse? Je veux dire, l'argent peut être un moyen pour mener à bien ses expériences, mais il peut par exemple aussi y avoir un objet fortement particulier enfermé dans un coffre ou je ne sais quel endroit dissimulé ou sécurisé.

Il laissa planer cette question en suspens pour laisser le temps à cette idée de germer dans les esprits et peut être d'en faire jaillir d'autres à partir d'elle. Mais, chose étonnante, il y avait une question qu'il avait complètement oublié de poser, complètement absorbé par les détails des informations qui s'offraient à lui. Une question dont il aurait du être curieux de connaître la réponse. Car il ne savait toujours pas ce que le maître chanteur lui voulait à lui. Il se doutait un peu du type de secrets que celui ci pouvait bien avoir sur lui... ou sur sa famille. Mais ce qu'il voulait obtenir de lui restait un mystère. Il n'avait rien de comparable à un oeuf de dragon. Et s'il venait d'être engagé comme stagiaire à la boutique d'animaux magiques, cela datait de la veille et le corbeau ne devait pas être au courant quand bien même un animal pouvait l'intéresser...
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Alentours de Londres

Message par : Evanna Ayling, Ven 27 Avr - 13:34


Les autres m'avaient suivi, et nous nous retrouvâmes bientôt dans une maison abandonnée, sale et en ruines, mais qui semblait au moins avoir un toit qui ne s’effondrerait pas sur nous. Nous étions donc tous là, prêts à comploter pour arrêter ce maître chanteur... Je savais que le plan de Valens était sans doute bon, mais je ne pouvais pas me permettre de perdre mon boulot, même si cela paraissait un peu borné de ma part. J'étais prête à donner de ma personne, mais pas mon job. J'en avais bien trop besoin...

Il faisait sombre par ici, et j'incantais discrètement un Lumos pendant que Lestat déclarait qu'il trouvait ce plan plutôt bien, mais que si je ne me sentais pas de taille à y participer, il fallait mieux que l'on regroupe nos informations... Comment ça pas de taille ? Pour qui il se prenait celui-là ? J'étais une Mang/Paf/, quelqu'un de sans doute bien courageuse que lui, mince ! Il n'avait pas à se le permettre ça... Et pourquoi est-ce que son nom me disait quelque chose ? Je n'aurais pas oublié quelqu'un d'aussi insupportable non ? Mais oublions cela... Ce n'était pas important, je chercherais plus tard...

Il enchaina en causant de potions, mais j'arrêtai d'écouter étant concentrée à ne pas laisser paraître ma fureur sur mon visage, ce que j'arrivais assez bien, il me semble ordinairement. Un œuf de dragon ? Hum, tout cela était assez louche... Bien plus que mon affaire finalement. Après tout, je risquais juste mon emploi, n'est ce pas Monsieur Delioncour...

Evanna, pouvez vous nous dire, si toutefois vous le savez au regard de la nouveauté qu'est ce poste pour vous, s'il y a autre chose à dérober dans cette boutique que la caisse? Je veux dire, l'argent peut être un moyen pour mener à bien ses expériences, mais il peut par exemple aussi y avoir un objet fortement particulier enfermé dans un coffre ou je ne sais quel endroit dissimulé ou sécurisé.

Valens m'avait sorti de mon engourdissement en s'adressant à moi. je mis une seconde à reprendre mes pensées et me reprochait mentalement de ne pas être attentive. Bon sang, je pouvais jouer moi aussi gros sur cette affaire ! Il était important que je sois dans le coup. Je me reconcentrais sur le visage de Valens, et réfléchis à ce qu’il me demandait... Voyons. Je n'avais pas le souvenir de Cassie me parlant de quelque chose de ce genre, mais elle ne l'aurait pas forcément mentionné devant moi... Par contre, j'avais remarqué qu'un certain tapis avait tendance à avoir un coin retourné... Ce détail me frappait à présent et je regrettais de ne pas avoir eu la curiosité de le soulever pour regarder. Je me promis de le faire à la prochaine occasion. Mais cela pouvait un lien avec le reste de l'histoire.

En effet, il pourrait y avoir une cache, mais je ne suis pas sûre. Et ensuite, je ne suis pas certaine que même si elle existe, elle contienne des objets secrets. A par de la Bièraubeurre et du Whisky Pur Feu, les Trois Balais ne recèlent pas quelque chose de louche que j'aurais pu voir. De plus, Mr Delioncour, j'ajouterais que je ne suis pas pour ce plan, étant que j'ai eu énormément de mal à avoir cet emploi et que si je le perds, je suis assurée de finir à la rue. Mais le plan en lui-même est plutôt bon.

J'étais restée calme et maîtresse de moi-même en parlant d'une voix douce mais tranchante, en espérant que tous comprendraient que je n'étais pas du genre à être une pauvre petite créature peureuse...

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Alentours de Londres

Message par : Valens Fenwick, Ven 4 Mai - 17:04


Dans l'ambiance glauque de cette vieille battisse abandonnée, les discussions lugubres ne juraient pas trop avec le décor. Les gens étaient d'autant plus tendus qu'ils savaient pertinemment ce qu'ils risquaient. Mais pour autant, prendre des risques semblaient les rendre frileux.

Le jeune homme ne savait pas si c'était là un effet de la concentration ou un simple oubli mais la sulfureuse jeune femme n'avait pas mentionné ce qui était demandé à Valens. Devait-il se réjouir de ne pas se voir menacé ou craindre de ce que cet oubli pouvait signifier? Etait-ce trop insignifiant pour être placé dans la discussion ou trop grave pour être mentionné à voix haute? Une personne telle que Evanna ne lui inspirait pas une confiance aveugle. Elle semblait du genre à savoir ce qu'elle voulait et à faire ce qu'il fallait pour l'obtenir. Comptait-elle le faire chanter après ce maître chanteur en disposant d'informations cruciales? Il ne voyait pas vraiment cela comme une bonne idée, mais après tout, que savait-il de ce qu'il pouvait se passer dans la tête d'une femme?

Dans l'expectative, il ne signala pas cet "oubli". Toutefois, il resta attentif vis à vis de la jeune femme. La réunion ne se terminerait pas sans qu'il ait eu l'occasion de lui en parler. Serait-ce, seul à seul.Il ne contribuait pas aujourd'hui à régler une situation de crise juste pour retomber dans une autre situation de crise par sa faute.

Evanna leur indiqua qu'elle ne savait pas si un objet particulier se trouvait dans le restaurant mais elle soupçonnait l'existence d'une cache. Ils restaient donc dans l'expectative concernant ce point. De l'argent ou un objet particulier. Les deux étaient crédible mais la différence pouvait changer bien des choses. Il décida d'exposer clairement l'état où ils en étaient après cette révélation.

- Je crains qu'en attendant d'en savoir davantage, nous devions considérer que l'intérêt est monétaire. Une forme de financement de ses travaux plutôt qu'un ingrédient supplémentaire. A moins que... Evanna, savez vous par le plus grand hasard quel est le volume d'argent contenu dans le restaurant la nuit? Cette réponse pourra probablement nous orienter sur ce point...

Se défendant des allusions de Lestat à son encontre, la jeune femme à talons avoua que le premier plan proposé était loin d'être mauvais mais que ses implications et ses risques personnels lui semblaient trop élevés. Jetant un regard à Lestat, il fut admiratif. L'homme avait un talent de manipulation certain. Titillant l'amour propre de la demoiselle, il l'avait poussée à un aveu qui la mettait en position délicate. Elle ne pouvait plus dès lors écarter complètement cette possibilité si une meilleure n'était pas trouvée. Ce serpentard était décidément un homme intéressant mais qu'il valait mieux éviter de confronter. A l'intention de Evanna, il la "rassura" d'une remarque qui ne rassura en vérité pas grand monde mais qui plaçait une certaine relativité dans ce risque.

- A vrai dire, si toutes sortes de choses sont révélées en refusant les demandes ou faites en les acceptant, nous risquons tous de perdre notre emploi... ou peut être davantage. A mon avis ce risque existe dans tous les cas. Mais cherchons d'abord à comprendre ce que nous pouvons du plan ou de la personne qu'est notre adversaire.

Comprendre leur adversaire pour avoir une chance d'avoir un coup d'avance au lieu de ne faire que suivre, le comprendre pour ne pas toujours jouer les moutons derrière ses menaces, le comprendre pour se venger également...
Revenir en haut Aller en bas
Lestat Delioncour
Serpentard
Serpentard

Re: Alentours de Londres

Message par : Lestat Delioncour, Mar 8 Mai - 23:50


Lestat regarda à tour de rôle Valens et Evanna. Cette dernière lui rappelait davantage encore pourquoi les bonnes femmes l’insupportaient. L’air ambiant humide et poisseux lui tournait la tête. Il revoyait encore et encore sa mère allongée sur le sol, dans le salon immaculé où il jouait enfant avec la baguette magique de son beau-père et un nécessaire de Maître des Potions réservé aux 5-8 ans. Cette scène le hantait, l’harcelait, le torturait. Ils avaient été seuls, elle et lui.

Sa baguette pointée sur le tapis birman, le sang, un peu partout. La fenêtre légèrement entrouverte. Un bruit.

* Un bruit, Lestat ? *

Oui, un craquement de branche. Et si… ? Non.

Cela lui avait paru si insignifiant, à l’époque. Mais si son esprit avait retenu ce détail si particulier, si ce craquement voulait dire ce qu’il semblait lui souffler depuis ces quelques mois.


« Et si… ? »

Lestat avait parlé d’une voix blanche et déconnectée et doutait que ses comparses de mauvaise fortune ait pu l’entendre. Il s’éclaircit élégamment la gorge et reprit de plus belle.

« Et si, au lieu de chercher comment le piéger, étant donné le peu d’éléments que nous avons ainsi que… »

Il lança un coup d’œil à Evanna et ravala la réplique cinglante qu’il était sur le point de porter.

« … d’autres éléments perturbateurs, nous essayions de trouver qui aurait pu être présent lors de nos petits moments de faiblesse ou qui pourrait être au courant. Pourrait-on trouver un dénominateur commun ? Je n’en sais rien. Mais si nous devons entrer en guerre contre cet énergumène dénué de sens de l’honneur… »

* Ah parce que tu en as de l’honneur toi ? *

« … nous devrions peut-être rassembler le plus d’éléments possibles concernant son identité présumé. Réduire la liste des suspects. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Alentours de Londres

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 14:00


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 17

 Alentours de Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.