AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 9
Allemagne, la bière, la joie !
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Evan, Lun 10 Jan - 21:30


[Sujet autorisé par Sara <3]

[Rp avec Eladora, suite à celui que nous avons fait il y a peu à sa boutique]


°~ France, champ de Mars ~°

*CRAAAAAAAC*


Eladora et Evan se retrouvèrent, loin de l’ambiance automnale de l’Angleterre, en terre française, patrie d’art et de beauté. Comme Eladora qui, à elle seule, représentait un continent où la beauté se plaisait à rayonner comme un diamant qui offrirait tous ses éclats aux yeux du Serpentard.

Il est, dans le monde, toutes sortes de choses matérielles qui peuvent définir pour l’homme une raison de vivre. Un ancrage sur terre, un recueil où poser ses valises, où apaiser ses fardeaux et, dans une moindre mesure, un exutoire si compréhensible de nous-mêmes que nous en venons à entrevoir un avenir qui ne se murmurait auparavant que dans l’horizon lointain de rêves inachevés dans des nuits où l’espoir discutait avec l’irréalisme…

La Serdaigle, aux yeux d’Evan, représentait tout cela en même temps. Depuis qu’il était revenu sur le sol anglais, c’est près d’elle qu’il avait trouvé l’endroit le plus confortable où se reposer. C’est dans son regard qu’il avait saisi la note d’électricité capable de lui faire comprendre ses erreurs. C’est dans son naturel qu’il avait vu l’étendue de ce qu’une présence pouvait lui apporter. L’étendue de tout ce dont il avait besoin, simplement.

La vue était splendide, un grain de divinité créer de l’homme…

Spoiler:
 

Il tenait toujours la main se sa compagne. Le ciel, sur Paris avait une humeur d’été, comme-ci leur venue était saluée par le Temps. Il se mit face à l’éclat de son cœur en lui prenant les deux mains, la tour Eiffel les observant d’un œil songeur.

- Alors, mon cœur, j’espère que la vue te plait ! dit-il tout en fixant intensément son regard qui était à ses yeux, la plus belle mer qu’il eut le plaisir de contempler.

- C’est magnifique ! répondit-elle un sourire aux lèvres et le son mélodieux de sa voix raisonnant dans la tête d’Evan comme le seul chant qu’il voulait entendre pour se sentir bien.

Après lui avoir rendu un sourire également, il déposa un baiser sur les lèvres d’Eladora et, main dans la main, ils allèrent en direction de la tour qui apposait sa silhouette de fer à la vue de tous. Evan était persuadé que même les nuages qui passaient au-dessus rêvaient de pouvoir la visiter un jour également…

Ils marchaient sur la pelouse, sereins, comme s’ils marchaient dans un rêve. La situation pouvait le paraître en tout cas. Quelques minutes plus tôt, ils étaient encore dans la boutique d’animaux magiques, Evan attendant avec des clients l’arrivée d’une colombe. Et là, il se sentait heureux car cela faisait plusieurs jours qu’ils ne s’étaient pas vu. Cela faisait surtout plusieurs semaines que le Serpentard savait qu’il ne voulait être qu’avec elle, et il était temps d’avancer à deux dans ce monde à l’avenir incertain.

De nombreux moldus flânaient sur l’herbe, riaient aux éclats, jouaient avec de l’eau et courraient en tous les sens. Evan, pour une fois, souriait devant tout cela. Le bonheur des autres amplifiait le sien et il savait qu’en ce jour, sa bonne humeur serait inaltérable. Le Serpentard qui était déjà venu plusieurs fois en France connaissait un peu l’histoire du pays. Du moins de ce qu’il avait pu en lire dans les quelques livres qu’il avait feuilletés lors de son cours passage à l’orphelinat suite à la mort de son maître. Plus tard il visita le Sud du pays avec Emy, sa deuxième compagne et il parcourut la région des alpes en quête d’indices sur ses parents. Quête qui se solda par un échec et son retour en Angleterre.

Aujourd’hui, bien loin était son passé. Du moins, c’est ce qu’il pensait alors que son regard se perdait dans l’horizon bleu du ciel, croisant de temps à autres des oiseaux qui semblaient narguer les nuages qui allaient moins vite qu’eux. Il voulait tirer définitivement un trait sur ses activités de Mangemorts et il espérait prendre un nouveau départ avec la belle brune qui avait conquis son cœur.

La foule abondait au pied de celle qui était nommée « La Dame de fer ». De sa main gauche, Evan tâta le fond de sa poche et quelques pièces firent un bruit significatif au milieu d’une sensation de papier. De ses voyages récents, il avait gardé de l’argent moldu au cas où et aujourd’hui il allait avoir l’occasion de s’en servir. Certes on ne pouvait pas dire qu’il l’avait gagné honnêtement, il espérait que sa compagne ne lui demanderait pas comment il se l’était procuré…

Il brûlait intérieurement de discuter avec sa belle et d’être seul avec elle. Mais pour le moment, il avait aussi envie de profiter de cet instant rare avec elle. A son goût, comme surement à celui de la Serdaigle également, ils ne se voyaient pas assez. Le Serpentard avait dans l’optique de laisser tomber son poste de Professeur et il savait aussi qu’il ne tenterait pas de renouveler son mandat au ministère. Il voulait passer plus de temps près d’elle, car au fond, c’est ce qu’il y a de plus fondamental dans la vie. Être près des personnes que l’on aime le plus, leur montrer chaque jour et tout faire pour être présent pour elles à la moindre occasion. Il voulait être toujours là pour Eladora, il ne souhaitait être qu’avec elle.

Pendant la queue jusqu’au guichet, ils ne cessaient de se jeter des regards complice mêlés avec des sourires tendre. L’agitation autour devenait presque inexistante, le Temps s’étouffait aussi, seul comptait leur bonheur qui rayonnait sous un jour enchanteur. Ils étaient en parfaite harmonie et cela devait inévitablement se ressentir autour d’eux. Quand ils arrivèrent –enfin- au guichet, Evan sortit son argent moldu et acheta deux billets pour grimper dans la tour de fer qui surplombait leur tête.

Quelques minutes plus tard, toujours main dans la main, complice comme le serait deux inséparables, ils montèrent les premières marches de l’édifice vieux de plus d’un siècle. Les nuages et le soleil jouaient à cache-cache pour tour à tour, poser éclat de lumière ou parcelle ombragé sur la capitale française…


Dans le cœur d'Evan, le soleil brillait d'un éclat éternel, Eladora...


HRP : N'importe qui peut utiliser le sujet ! Ce post n'aura pas de suite !
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Actarius Bright, Mar 23 Aoû - 14:18


Hmm... Je me demandais...

Rose n'ayant pas répondu à sa question, comme plongée dans une léthargie qu'il n'aurait su expliquer, Actarius avait profité du silence à la suite de la réponse de Keira pour réfléchir un peu. L'alcool ne lui avait pas vraiment fait un grand effet jusque-là mais sans aucun doute que cela ne durerait que peu. S'il continuait, il perdrait le contrôle de son corps et de ses pensées... Déjà qu'il sentait ses réflexes moins effectifs qu'au début de la soirée.

Et comme elle ne répondait toujours pas, il se saisit de son verre de Whisky Pur Feu qu'il avala d'une traite avant de se tourner vers Keira, la jolie brunette assise à ses côtés. Lui adressant un petit sourire, il plongea son regard bleu azur dans le sien avant d'exprimer ce qu'il avait en tête.

Je me disais que voyager, ce ne serait pas mal, non ? Un tour rapide... En Allemagne ? Il passa le bout de son index sur le bord de son verre avant de continuer. Il paraît qu'ils font de la bonne bière là-bas... Et puis ça ne prendra même pas une minute de s'y rendre. Alors ?

La laissant réfléchir, Actarius patienta, sourire aux lèvres. Il était pratiquement sûr qu'elle ne refuserait pas ; surtout si elle voulait prendre du bon temps et penser à autre chose que son travail ; comme lui.

Aussi, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, Actarius régla la note puis, Fafnir faisant son apparition dans le sombre bar, emporta avec lui son maître et sa jeune compagne du jour... Berlin fut leur destination. Ils apparurent dans une rue pleinement animée, des bars et restaurants s'étalant à l'horizon devant eux. Actarius avait eu d'abord peur d'être tombé dans une rue moldue. Mais vu le peu de réaction des passants, il en conclu que son phénix avait sans doute pensé à tout, comme d'habitude.

Bienvenue à Berlin ! Puis-je t'inviter à prendre un verre ?

Il sourit à Keira, amusé, comme s'il venait de la croiser pour la première fois. Évidemment, c'était pur comédie. Aussi, lui offrant son bras par galanterie, il la tira à sa suite dans le bar qui lui sembla le plus attrayant, savourant la chaleur qui les accueillit à leur entrée et qui contrasta largement de la petite fraicheur des rues couvertes du ciel étoilé. Ce bar était plus vivant que celui qu'ils avaient quitté quelques minutes plus tôt. En effet, ci et là, se trouvait des hommes, des femmes, jeunes, vieux, adultes qui s'amusaient, bruyants.

Viens, il y a une table là-bas... Dans le coin...

Lui prenant la main -en tout bien tout honneur-, il la guida jusqu'à la table qu'il avait repérée afin qu'ils puissent s'installer. Fafnir pendant ce temps était reparti ; sans doute pour rejoindre son cher ami Ignis...

Tu sais, c'est la première fois que je viens ici. Et je m'y sens déjà bien...!

L'allemand étant l'une des langues qui avaient été incluses dans son éducation, il n'aurait pas trop de mal à communiquer avec l'extérieur, mais vu qu'il n'en parlait quasiment jamais... Cela risquait d'être un peu difficile. Enfin, il aviserait...

{PV Keira & Actarius Bright}
Revenir en haut Aller en bas
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Keira, Jeu 25 Aoû - 17:07



    La soirée était à présent bien avancée, et le silence s’était imposé dans le Bar des Ténèbre. La serveuse, nommée Rose n’avait en effet pas répondu à la question posée comme plongée dans un étrange sommeil. Elle semblait totalement détachée de la conversation, de son travail. Keira se demandait bien ce qui l’avait poussé à se taire, elle qui s’était montré si bavarde auparavant. Peut être que son patron n’appréciait pas que l’on discute avec sa clientèle…
    En attendant ce n’était pas avec une serveuse « absente » que son verre allait se remplir ! Elle venait tout juste de terminer le délicieux Whisky Pur Feu qu’on lui avait servi quelques minutes auparavant, et déjà elle aurait aimé pouvoir y re-gouter. Ce n’était pourtant guère raisonnable, la sorcière était loin d’être connue pour sa résistance à quelques alcool qui soit… Elle ne s’en souciait pas ce soir, ayant simplement une folle envie de décompresser et prendre du bon temps comme on dit. Et elle ne savait que faire pour atteindre ce but… Ce fut son compagnon de la soirée Actarius qui lui apporta la solution. Il plongea son regard dans le sien avant de lui faire une proposition aussi inattendue que surprenante.


    Hmm... Je me demandais...Je me disais que voyager, ce ne serait pas mal, non ? Un tour rapide... En Allemagne ? Il paraît qu'ils font de la bonne bière là-bas... Et puis ça ne prendra même pas une minute de s'y rendre. Alors ?

    Surprise par une telle proposition, venant qui plus est d’un quasi inconnu, la jeune femme fut interloquée, et dut prendre quelques minutes pour se remettre. Mais après tout, ce jeune homme ne lui offrait que ce qu’elle souhaitait en cette belle soirée, aussi accepta-t-elle avec plaisir son invitation au voyage (et à la débouche Ange).
    Keira pensait qu’elle devait se préparer à transplaner, mais un magnifique phénix fit son apparition, ce qui changea les plans de la Médicomage qui comprit que c’est par ce biais qu’ils voyageraient. Ce qui n’était pas pour lui déplaire. Les deux compères arrivèrent en quelques secondes dans une rue bondée de Berlin. La sorcière n’ayant que rarement voyagé, fut émerveillée par tout ce qui l’entourait. Voilà qui n’était pas rien, la nuit promettait d’être des plus folles!


    Bienvenue à Berlin ! Puis-je t'inviter à prendre un verre ?
    Les paroles du jeune homme la ramenèrent à la réalité. Attrapant le bras qui lui offrait par pur galanterie, elle lui répondit rapidement par un « Et Comment! », avec son plus sincère sourire. Elle se laissa par la suite guidé par les pas du sorcier qui se dirigeait vers des bars de la rue. Celui-ci contrastait fortement avec l’endroit qu’ils venaient de quitter. Le bar était en effet bondée de monde, les rires fusaient de partout et les conversations allaient bons trains. Il régnait ici une chaleur qui fit que la sorcière se sentit immédiatement à son aise. Actarius lui attrappa la main et la guida jusqu’à une table libre au fond de la salle, ils s’installèrent se mettant à l’aise, et la soirée se poursuivit.

    Tu sais, c'est la première fois que je viens ici. Et je m'y sens déjà bien...!

    C’est une première pour moi aussi ! Je n’ai jamais voyagé, c’est une première dans tout les cas pour moi dit-elle en riant. C’est vrai que c’est vraiment sympa ici… Accueillant et chaleureux, tu n’aurais pas pu mieux choisir! Le tutoiement s’était imposé entre eux, ce qui convenait parfaitement à la sorcière. Ici, elle avait l’impression de se dévoiler, d’être plus égale à elle-même. Elle n’était pas de nature à se dévoiler facilement, préférant se forger une carapace. Ce soir, les chose étaient différentes, et c’était tant mieux.

    Tu t’y connais en boisson Allemandes? Je savais pas qu’il y avait autant de sortes de bières différentes dit-elle en regardant la carte, comment choisir? En se posant la question, la sorcière réalisa qu’elle devrait tout de même essayer de voyager plus souvent et de s’ouvrir à d’autres cultures, cela ne pouvait être qu’enrichissant.

    Tu m’as dit que c’était la première fois que tu venais ici… Mais tu as peut être voyagé autre part auparavant?

    Elle était curieuse d’en savoir plus sur ce jeune homme. Il semblait mûr, réfléchi également. Elle avait déjà appris pas mal de chose certes, mais il fallait bien trouver de quoi tenir toute la nuit!

Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Actarius Bright, Dim 4 Sep - 18:31


Actarius observait la jeune et magnifique Médicomage qui lui avoua qu'elle voyageait vers l'Allemagne, tout comme lui, pour la première fois. Et, dans un contexte plus large, qu'elle était en fait à son premier voyage. Heureusement qu'ils avaient transplané grâce à Fafnir alors parce que pour un premier voyage longue distance, il se demandait si elle aurait apprécié le Transplanage qui était pour sa part, plein de mauvaises sensations. Les Phénix, rien de mieux!

Heureux que cela te plaise alors! C'est vrai qu'on est tombé sur un bar plutôt vivant cette fois, lui répondit-il, tout sourire, écartant une longue mèche de jais qui avait fait sa rebelle en venant brouiller son champ de vision.

Dans le même temps, alors que la jeune femme allait semble-t-il prendre de nouveau la parole, de toute évidence plus à son aise, tout comme Actarius d'ailleurs, un serveur à la coiffure typiquement allemand, surtout avec la frange, vint les interrompre. Le jeune Phénix lui adressa un sourire commercial comme lorsqu'il servait à la Boutique d'Animaux Magiques et un "Bonsoir" en allemand tout aussi commercial. Entre amis commerçants, rien de mieux.
Il porta avant tout son attention sur Keira qui, la carte en main, l'interrogea sur ses connaissances en boisson allemande. Il lui faudrait bien avouer qu'il n'en connaissait pas des masses.

Étant assit à coté d'elle et non en face comme l'habitude l'aurait voulu, il tendit le cou, se penchant légèrement vers elle pour regarder la carte, ignorant celle qu'on lui avait remise. Il scruta silencieusement la carte puis, se redressant, il montra du doigt une boisson dont il connaissait la réputation, de loin seulement... pour le moment.

Euh... Je suis novice... Mais, nous devrions prendre celle-là. Une bien forte... dit-il en souriant à sa compagne du soir, lui montrant l'indication "12% d'alcool". Puis, se tournant vers le groom, il se reprit en allemand, ne forçant point sur l'accent qu'il n'avait point : Une Weizeneisbock s'il vous plait!

Une fois que le serveur eut disposé, Actarius s'adossa au dossier de la banquette moelleuse qui les soutenait, écoutant de nouveau la sublime brune exprimer ses questions. Questions qui portèrent sur les potentielles voyages du Phénix...

En fait... Oui, j'ai déjà voyagé, bien assez même. Il hésitait entre lui raconter sa vie et juste répondre, brièvement. Bon, l'alcool avait déjà fait son effet alors sa langue était quelque peu déliée... En fait, je ne suis pas, comme je pourrai le sembler, né en Royaume-Uni. Je suis né en Bulgarie, à Sofia... Puis mes parents, pour mon éducation, m'ont obligé à visiter beaucoup de pays, pour apprendre les différentes langues européennes. Alors oui, j'ai beaucoup voyagé avant de finir à Londres.

Le jeune mage marqua une pause, le temps de laisser sa compagne ingurgiter ses dires, puis retourna aussitôt après à la charge.

Et toi, tu n'es vraiment jamais sorti du Royaume? dit-il, un brin d'étonnement dans la voix. Il avait bien une petite idée qui lui trottait dans la tête là, sur le coup... Décidément, elle l'inspirait!

Le serveur revint à ce moment là, un plateau portant deux verres emplis à raz-bord de bière qu'il posa par la suite devant ses deux clients avant de disposer. Actarius enchérit simplement alors, plein d'engouement :

A la joie et la bonne humeur! Même si c'est naze comme toast!

Il trinqua avec son "amie", renversant un peu du si désiré nectar avant de le portant à ses lèvres, en avalant plus du quart du gigantesque verre en faisant néanmoins attention de ne pas se salir.

Revenir en haut Aller en bas
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Keira, Sam 17 Sep - 14:29


[HPpg : Désolée c'est pas top, et encore pardon pour l'attente =/]


    La soirée s’annonçait haute en couleur. Dans le bar, où ils s’étaient installés, l’ambiance battait son plein. Les Allemands étaient de sortis en cette douce soirée, ce qui remplissait de joie et de vie, ce charmant endroit. Keira se sentait à présent bien plus à l’aise, elle qui avait été quelques peu réservées aux Bar des Ténèbres, la chaleur humaine qui régnait ici, la poussait à se laisser aller et à s’ouvrir davantage.
    Après avoir rapidement échangé de brefs paroles, les deux jeunes gens furent interrompus par le serveur qui arriva pour prendre leur commande. Il était grand, élancé, et à la coiffure étonnante. Il prononça quelques mots dans sa langue natale, certainement afin de leur demandé ce qu’il désirait consommé. La Médicomage n’avait que peu de connaissances sur la langue allemande se retrouva légèrement interloquée face à ce dialecte. Et fut bien incapable de répondre quoique ce soit au jeune serveur.
    Actarius quand à lui semblait bien plus à l’aise qu’elle et salua le serveur avant de se pencher sur la carte qu’avait pris la jeune femme. Le bar était agencé de tel manière que tout deux étaient cote à cote et non face à face. Penché au dessus de son épaule, le jeune homme consulta la carte.
    Tout comme elle, il reconnut qu’il ne connaissait pas vraiment les spécialités, et qu’il n’avait guère de connaissances en la matière. Après quelques secondes de silence, il montra à Keira, une bière particulièrement forte nommé Weizeneisbock. La sorcière n’y connaissant rien, mais ne voyant pas d’inconvénient à consommer de l’alcool fort, approuva d’un signe de tête.

    Une fois leur commande passé, Le jeune homme aux cheveux noir s’adossa confortablement contre la banquette, tandis que Keira exprimait maintes questions, fort curieuse d’en apprendre plus, sur celui qui l’accompagnait en cette soirée. Elle s’intéressait surtout aux voyages qu’avaient pu faire Actarius, leur petite excursion ayant aiguisée sa curiosité.
    A sa grande surprise, elle apprit donc que son compagnon était en réalité d’origine Bulgare. Par la suite, ses parents voulant une excellent éducation pour leur fils l’avaient fait voyagé un peu partout afin qu’il apprenne et connaisse les différentes langues européennes. A son tour il lui retourna la question.

    Et bien non… C’est l’un de mes premiers voyages hors du Royaume-Uni… Ah non en fait, j’ai également voyagé en France lors de mon enfance. Je suis d’origine franco-anglaise et j’ai un peu visité ce pays en compagnie de ma grand-mère. Mais j’étais très jeune, je devais avoir cinq ou six ans, je n’ai pas trop de souvenir de ce voyage du coup.

    Le serveur revient à cet instant, rapportant les deux bières commandées quelques minutes auparavant. Il déposa le tout sur la table, et à peine fut-il repartit que les deux compagnons prirent en mains leur breuvage. Actarius porta un toast à « la joie et la bonne humeur », ce qui semblait bien approprié à leur soirée. Tout deux trinquèrent et goutèrent le nectar qu’on venait de leur servir.
    La boisson avait un gout appréciable et agréable, tout comme le whisky pur feu ingéré auparavant, le liquide brula quelques peu sa gorge, mais cette sensation n’était pas désagréable, la bière lui réchauffa le corps, et lui délia par la même occasion un peu plus la langue.


    Pour quelqu’un qui ne s’y connait, tu as bien choisis ! C’est délicieux !
    Dit-elle en souriant. Elle appréciait ce moment de détente, et d’amusement. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas profité d’une soirée, qui plus est partir en Allemagne afin de profiter davantage de cet instant était une très bonne idée.

    Ne sachant quoi dire de plus, elle se tut. Sirotant doucement sa bière, elle en profita pour observer les personnes qui les entouraient. L’extravagance des Allemands la surprenait, ce n’était guère en Angleterre qu’on oserait porter et oser des styles si atypiques et différents. La sorcière appréciait la différence culturelle, à ses yeux cela ne pouvait être que bénéfiques. Elle reprit par la suite la parole, histoire de faire durer un peu la conversation.


    Ca n’a pas du être facile pour toi de grandir entre plusieurs pays… Le changement constant ne doit pas être simple à gérer. Mais à en juger par ton accent quasiment inexistant je suppose que ça fait déjà un moment que tu as rejoins Londres !


    Elle s’arrêta, laissant au jeune homme le loisir de s’exprimer à son tour. Le grand verre qu’on lui avait servi auparavant ayant bien diminuer, son attitude devait être bien différente qu’en début de soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Actarius Bright, Ven 28 Oct - 12:27


Il est vrai que je n'y connais pas grand-chose ! Mais en compagnie d'une si magnifique jeune femme, j'ai intérêt à faire les bons choix, n'est-il pas ?

Adressant un petit sourire accompagné d'un regard presque complice à la jeune dame, Actarius avala le reste de son breuvage d'une seconde traite. Vu comment il buvait, il ne serait point étonnant que son cerveau déconnecte et qu'il bascule de son habituel naturel rationnel vers une autre facette de sa personne, moins... rationnelle. Il redoutait les bêtises qu'il pouvait faire lorsqu'il était ivre. Mais était-ce grave que de se laisser aller ? Une fois en passant...

Actarius avait écouté Keira avec toute l'attention que lui permettaient ses sens - déjà fort embués par l'alcool - avant de reprendre la parole.

Oh ben... Non, pas vraiment non. Ce n'est jamais très facile de devoir se séparer des quelques amis, des repaires qu'on a lorsqu'on doit seulement déménager à quelques kilomètres. Alors, aller de pays en pays, je te laisse imaginer. Ce n’est pas la joie ça !

Il marqua un temps d'arrêt, souriant, son regard posé sur la chope de bière vide.

Mon accent... Euh... je n'y avait jamais fait attention... Si tu le dis, ce doit-être vrai, rajouta-t-il en riant.

Son regard se porta par la suite sur toute l'assemblée de personnes (presque) ivres - ou pas - qui s'amusaient, dansaient, poussaient la chansonnette de bon cœur. L'aristocrate ne put s'empêcher de largement sourire face à tout ce beau monde qui lui était si peu commode... Atypiques ces allemands.

Finalement, se levant "brusquement", le jeune homme prit la main libre de la sublime brunette et l'entraina à sa suite.

Direction le dancing ! Et tu n'as pas le choix !

Riant, il l'entraina avec lui sur la vaste piste peuplée et se lança dans une danse qui se voulait en rythme et en symbiose avec la musique que diffusait les tenants du bar - lui semblait-t-il d'ailleurs qu'il tenait le rythme - mais l'alcool vous savez, ça peut jouer des tours parfois... Ah... À bas la timidité ! Pi marde quoi...!
Revenir en haut Aller en bas
Keira
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Keira, Jeu 3 Nov - 12:35



    Le temps semblait ne plus avoir d’emprise sur les deux jeunes gens. Keira ne savait même plus depuis combien de temps ils avaient quitté l’Angleterre, mais elle espérait intérieurement rester encore un moment ici. Elle se sentait bien parmi cette population allemande festive et joyeuse. Et puis, il fallait bien le dire, tout l’alcool qu’elle avait ingurgiter lui montait fortement et de plus en plus rapidement à la tête. Regardant sa chope de bière, elle constata, à son plus grand étonnement, qu’elle avait déjà vidé son verre. Pourtant elle n’avait bu que deux trois gorgées…. Ou peut être un peu plus, à combien de verre elle en était déjà? Ses réflexions profondes furent interrompus par la voix calme et posé d’Actarius.
    Il s’exprimait clairement, pourtant c’était comme si le cerveau de la jeune femme fonctionnait au ralenti, et elle ne capta que quelques mots, quelques compliments qui la firent sourire. De même qu’elle il termina son verre. Sa soif n’étant toujours pas étanchée la jeune femme se leva prit leur verre et se faufila jusqu’au bar, où elle fit une démonstration de ces talents linguistiques.


    Zw…Zwei andere !
    Voyant le regard d’incompréhension lancé par le barman, elle hésita, se demandant si il avait compris sa demande. Il éclata alors d’un grand rire, et lui rapporta sa commande, ce qui arracha un grand sourire à la jeune femme. Danke ! Elle était au moins sur de son remercîment, ce qui était déjà pas mal.
    Retournant à leur table, elle déposa les breuvages adressant un léger clin d’œil à son compagnon. Ce dernier, une fois la sorcière de nouveau installé, répondit aux à ces précédentes remarques. Il avoue que son enfance n’avait pas été simple, à cause de ces nombreux déménagements, ce que pouvait parfaitement comprendre Keira, même si elle ne s’était elle-même jamais retrouvé dans une telle situation.

    Songeuse, la sorcière observa l’assemblée, tout le monde semblait plus au moins dans le même état, à savoir pas très frais… D’un coup, Keira se sentit beaucoup moins seule. Les allemands braillaient des chansons à tue tête, dont la serdaigle ne comprenait pas un mot. Ils étaient amusants dans leur façon d’être, ils semblaient plus « libérés » que les anglais. N’ayant honte de rien. Mais après tout ils n’avaient pas tord ne disait-on pas que le ridicule ne tue pas? D’ailleurs c’Est-ce moment qu’Actarius choisis pour l’inviter ou plus l’entrainer de force sur la piste de dance. N’ayant pas son mot à dire, Keira se contenta de le suivre, et commença à se trémousser en rythme avec la musique. C’est du moins ce qui lui semblait. Mais il fallait dire qu’elle avait plutôt le tête qui tournait, et que sa danse ne devait pas ressembler à grand-chose. Elle se dandinait, levant les bras dans tous les sens, tapant dans ses mains, Secouant la tête (fouettant au passage deux trois personnes avec ses cheveux).
    Ils dansèrent encore un moment, mais il se trouve que la jeune femme n’avait pas les chaussures adaptés pour dance jusqu’au bout de la nuit. Elle retourna donc s’asseoir rejointe par son compagnon. Elle ôta ses chaussures à talon, et se massant un instant les pieds. Et repris de nouveau à boire, car elle était essoufflée.

    Et bah, ça faisait longtemps que j’avais pas fait la fête ! Dit en éclatant de rire. Ca doit remonter à mon dernier anniversaire, ce qui date un peu ^^’. J’imagine que tu ne dois pas faire ça tout les jours avec tes boulots!

    Reprenant son souffle et regardant un peu les autres personnes restées à danser. Puis elle reprit la parole.

    Tu veux qu’on retourne danser, ou tu préfères faire autre chose? Ou peut être que tu souhaites rentrer, tu as peut être de la famille qui t’attends et s’inquiète pour toi?!


    Elle s’arrêta ici, elle n’avait même pas songer à cette hypothèse. Ils passaient une bonne soirée certes, mais peut être souhaitait-il rentrer?
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Evanna Ayling, Jeu 16 Fév - 16:28




Pv Kaya Adams
Allemagne. Voilà le nom du pays dans lequel j’étais actuellement. J’avais en effet quitté le Royaume-Uni, il y a quelques semaines, pour me chercher… Et je m’étais trouvée au final. Mon chemin étant tracé, j’étais retournée dans mon pays natal pour aller accomplir mon devoir. Et tout s’était très bien passé. Maintenant que je jouissais d’une certaine liberté d’action, j’avais décidé de retourner dans ce pays que j’avais à peine visité la première fois pour finir cette fois mon voyage initiatique. Donc, j’étais en Allemagne, pour la première fois de ma vie en vacances, sans un sou, à errer dans les rues où la pluie ne cessait de tomber. Et je n’avais jamais été aussi heureuse. La roue tourne parfois dans le bon sens.

Je me baladais donc dans la capitale berlinoise, sans sentir les gouttes d’eau qui me mouillaient de plus en plus, me faisant ressembler à une sorte de loque humaine. Il y avait par contre beaucoup de passants, qui avançaient tête baissée, les yeux rivés sur leurs pensées, sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit. Hugo était vraiment un poète génial, même s’il était Moldu. Bref, ce n’était pas le moment de parler de ce romantique aux grandes idées, puisqu’il n’était même pas allemand. Les passants étaient donc indifférents au monde qui les entourait et donc par extension, à moi, ce qui m’arrangeait plutôt. Je ne voulais pas me faire remarquer, surtout par des Moldus stupides. C’eût été assez bête de s’afficher ainsi…

J’avais donc enfilé un manteau noir à capuche, sous laquelle j’avais eu soin de mettre ma chevelure rougeoyante, un Tee-shirt à manches longues, un jean et des baskets grises usées. Ma baguette était bien camouflée dans ma veste, et j’avais pris soin d’aborder un air vide. Je ne me démarquai pas, et je savais que personne ne m’accosterai, vu que nous étions dans une grande ville européenne où les vendeurs à la sauvette ne faisaient pas long feu. Je respirai enfin de manière libre, sans crainte que quelqu’un me reconnaissait. Je ne voulais pas qu’on sache où j’étais et ce que je faisais… J’étais libre, comme je l’avais toujours voulu. J’effleurai le haut de mon bras gauche avec douceur, et je souris vraiment. Instant fugace. Instant de bonheur.

Mais ma bulle explosa lorsque je tournai à un carrefour et que j’arrivais dans une grande rue marchande. La femme là bas, que je voyais de mes propres yeux, appartenait à mon espèce. C’était une sorcière. Ils vibrent toujours d’un éclat particulier parmi une foule de Moldus. J’ignorais qui c’était, mais pour ma propre tranquillité, il fallait mieux que je l’évite. Cela pouvait certes n’être qu’une femme en vacances, qui ne me connaîtrait absolument pas, mais je ne pouvais courir ce risque. Je ne voulais pas discuter de magie, je ne voulais même pas la voir. Même si c’était sans doute une Allemande, qui se contenterait de passer sa route. Même s’il n’y avait qu’une malchance sur un million que je la connaisse.

Elle se rapprochait et je décidai de changer de trottoir pour m’engouffrer dans une boutique. J’allais traverser la route, lorsque dans ma précipitation, je bousculai une petite Moldue très vieille qui commença à m’insulter en allemand parce qu’elle avait failli tomber. Elle me saisit également le bras, pensant que je l’écouterai mieux ainsi. Du moins, c’est ce que je pensai. Le problème était qu’elle me retenait et que l’autre approchait. Une bouffée de haine me monta à la tête quand je compris qu’elle n’allait pas me laisser partir sans m’avoir fait la morale, mais je parvins à retenir mes pulsions meurtrières, et je contentai de murmurer un « Entschuldigung » suivi d’un « Ich spreche nicht Deutsch ! » vengeur, et je parvins à me dégager de sa poigne.

Mais c’était trop tard. Elle était là, à quelques cinq mètres de moi, pour mon malheur. Parce que le pire était que je la connaissais. Je croisais rapidement son regard, sans trop le vouloir, puis détournai la tête et commençait à m’engager sur la route, au mépris des automobilistes. Ma déveine était incroyable. Mais quand on s’appelle Evanna Ayling, il ne faut pas s’attendre à avoir de la chance. Enfin. Comme je me le disais, cela aurait pu être pire. J’aurais pu revoir mon ennemie de toujours, Alicia Newman. Quoique. Elle m’aurait laissé passer mon chemin. Alors qu’elle, non. C’était Kaya Adams, l’adulte à qui j’avais fait mes rapports toutes les semaines. La Directrice de Poufsouffle, ma directrice. Celle qui avait vaguement semblé s’inquiéter pour moi parfois. Je le croyais du moins. En tout cas, Kaya avait dû remarquer que j’étais partie sans dire un mot de Poudlard…

Faites qu’elle ne m’ait pas reconnue, faites qu’elle croit à une hallucination, faites qu’elle passe son chemin, qu’elle me laisse en paix. S’il vous plait. Voilà ce que je me répétai tandis que j’essayais de traverser la route. S’il vous plait.

Bien sûr, j’aurais dû savoir que cela ne sert à rien de prier. Et qu’il ne faut jamais espérer. Parce que c'est dangereux, si on est utopiste, d'être continuellement déçu par les destins que nous réserve la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Kaya Adams
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage






Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kaya Adams, Ven 17 Fév - 18:03



]L'Allemagne... Quel pays étrange. Et puis pourquoi, Kaya était ici d'ailleurs ? Ah oui, elle venait se reposé un peu. Mais vraiment se reposée ! Parce que la dernière fois, elle avait voulu faire une remise en forme cela ne lui avait pas servi à grand chose. En effet, elle avait juste gagné une courbature au dos qui l'avait cloué au lit pendant deux semaines. Que de mauvais souvenirs donc. Kaya s'était donc décidé à partir de Londres, pour cette fois se rendre dans le pays de la bière, là où elle était à peu près sur de ne pas se tordre le dos. Et puis pour une fois, elle se rendrait dans un pays qu'elle n'avait jamais visité et qui ne lui faisait pas particulièrement envie. Mais bon, à défaut, l'Allemagne avait quelques monuments intéressants à visités. Kaya aurait aussi pu partir à Haiti pour bronzer et aller à la plage, mais pour une raison qu'elle ignorait elle même, son choix c'était porté sur l'Allemagne, joli pays qui aurait peut-être des sorciers qui sait ?
Enfin, Kaya avait fait son sac à toute vitesse. De plus, elle avait envoyé un hibou à Keira, Miley et Clélia, pour les prévenir que la jeune femme partait une semaine en vacances. Depuis qu'elle avait repris le travail, Kaya n'avait jamais pu être en vacances, car à chaque fois qu'elle se préparait à partir, Pouf ! Un autre job lui était proposé, ce qui bien sûr plaisait à Kaya, mais bon, depuis son voyage suicide en Irlande, la découverte d'une belle-mère montreuse et surtout d'un filleul, qu'elle avait du adopté, sa sœur ne voulant pas que son fils vive auprès d'elle et de cette horrible belle-mère. Kaya n'avait pas pu refusée, après tout, elle lui devait bien ça. Voilà aussi pourquoi elle était partie en Allemagne. Elle voulait se retrouvée seule avec son filleul, qui bien qu'Ewen était un garçon compréhensif, lui en voulait de lui avoir enlevé à sa mère. Mais comment expliqué à un enfant de trois ans, que c'était pour son bien ? En plus Ewen avait dans ses gênes de la magie, cela depuis environ trois mois d'après Miranda. Voilà aussi la deuxième raison de pourquoi Kaya devait s'occuper de lui. Cela lui faisait plaisir, mais, elle s'en voulait de séparé la mère et le fils. Du coup à chaque vacances, Ewen et elle partirait en Irlande, et lorsque sa petite sœur aura assez d'argent, elle reprendra son fils. C'est ce que les deux jeunes femmes avaient convenues et toutes les deux étaient pour cette solution afin, Kaya avait surtout accepté car elle devait bien cela à Miranda. Elle avait peur de s'attacher à cet enfant, de ne pas vouloir le rendre à sa mère pourtant elle se doutait que la loi lui obligerait.


    Tata, où allons nous ?


La jeune femme se retourna vers le petit garçon. Elle était tellement dans ses pensées, qu'elle n'avait pas remarqué que le transplanage était terminé. Elle sourit à Ewen, lui prit la main et marcha tranquillement dans la ruelle de la capitale de l'Allemagne, Berlin.
Au bout de quelques minutes, son neveu se plaignit qu'il avait faim. Kaya chercha donc un marchant de gauffres, lui en acheta une, puis lorsqu'elle se retourna remarqua Evanna. Son ancienne préfète de Poufsouffle, qui avait quitté Poudlard quelques jours plus tôt, sans donner de détails. Elle prit Ewen dans ses bras, ce dernier mangeait tranquillement sa glace, puis marcha assez rapidement pour arriver à la hauteur d'Evanna. Elle lui attrapa le bras, et sourit.


    Hey Evanna, tu vas bien ?


Kaya n'avait aucune intention de lui passer un savon car après tout, sa préfète avait dix-ans et la directrice savait qu'elle allait devoir la remplacer. Malheureusement, elle ne pensait pas qu'elle aurait du le faire si tôt ! Bien sûr, Kaya mourrait d'impatience de savoir pourquoi elle était partie sans prévenir, mais après tout, si Evanna ne voulait pas lui dire, Kaya n'allait en aucun cas, lui obligé. Elle regarda à gauche et à droite, trouva un pub et se décida.


    Dis moi, est ce qu'on pourrait parler ? Je pense qu'on a des choses à se dire. Je te paye un verre ?


Kaya suivit d'Ewen et d'Evanna se rendit sur la terrasse du bar. Malgré les basses températures, le soleil qui rayonnait permettait de ne pas avoir froid. Kaya commanda une limonade pour son neveu et un chocolat chaud pour elle, même si, elle avait envie d'une bonne bière made in Allemagne.


    Comment se passe ta vie depuis que tu es partie de Poudlard ? Tu as trouvé un job ?


Kaya ne voulait pas trop la questionner, c'est d'ailleurs pour cela qu'elle laissait la question ouverte. Après tout Evanna avait peut-être ses raisons d'être partie...
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Evanna Ayling, Mer 22 Fév - 20:11



J'étais presque en train de me dire que finalement j'y avais peut-être échappé, par miracle, lorsque la douce voix de Kaya me ramena sur terre. J'abandonnai le début de ma lente traversée pour me retourner d'un mouvement las. Je savais qu'il n'était pas la peine de chercher à fuir, que les conséquences de mes actes finiraient toujours par me retomber dessus, alors autant les affronter maintenant. J'avais fui, il est vrai, je devais donc maintenant m'expliquer. Déroulement logique de la vie.

Elle me demanda comment j'allais. Bizarrement je sentais presque, contrairement à la plupart des gens, qu'elle avait l'air de s'intéresser à la réponse. Mais je suis insensible, alors il s'agissait sans doute d'autre chose, que je ne parvenais pas à définir, enfermée comme je l’étais dans la maladie. Je renonçai à essayer de comprendre ses motivations, et me contentai de l'écouter me proposer de me payer un verre, pour qu'on " discute ". Tout ce dont je n'avais aucune envie.

Mais comme il ne servait à rien de lutter, je me contentais d'accepter d'un signe de tête. C'est alors que je remarquais le gamin accroché à ses basques, qui me rendait d'un air surpris. Oui, mon petit, je suis très loin de ce que les gens nomment normalité, et qui n'est qu'un ensemble de règles tacites pour faire de l'humanité un gigantesque troupeau. L'enfant semblait être avec Kaya. Ça devait être sans doute son fils ou son neveu. Mais ce n'était pas vraiment intéressant. Au mieux, il pourrait toujours faire diversion et moi disparaître. Et s'il pleurait, et bien... Je réprimerais mes pulsions meurtrières. Kaya avait été ma directrice, et ce n'était pas la plus désagréable des cinq que j'avais vu passer.

Je la suivis à la terrasse, en espérant qu'elle n'aurait pas la mauvaise idée de me reprocher mon départ. A Poudlard, il n'y avait jamais eu quelqu'un qui aurait pu me le reprocher... Sauf Svenn bien sûr. Mais lui c'était spécial. Je savais que même si je partais sans lui dire au revoir, il comprendrait, qu'on se retrouverait un jour et que tout redeviendrait comme avant. Le problème c'est que je n'étais plus si sûre que ça allait se passer si bien. Est-ce qu'on part sans laisser de nouvelles à son meilleur ami ? Même si cela faisait une semaine qu'on ne lui avait pas parlé lorsqu'on quittait le navire, et qu'on était plus si sûre qu'il n'était qu'un meilleur ami ? On s'était embrassés. C'était indéniable. Mais est-ce que je l'aimais ? Était-ce pour cela que je l'avais laissé, parce que j'avais peur de mes sentiments ? En tout cas, il me manquait, et je m'en voulais.

Kaya se commanda une limonade. Quand à moi, je refusai toute boisson avec un geste sec à l'attention de la serveuse. Elle me demanda alors ce qui c'était passé depuis mon départ précipité et si j'avais trouvé un job. Pff. Non. J'étais bien trop insensible. Mais je ne pouvais décemment lui révéler toute la vérité, alors j'allais devoir broder. Sans trop mentir. J'avais toujours eu l'impression qu'elle savait parfaitement quand je disais la vérité et quand je mentais. Je me décidai pour un compromis.

" Et bien, écoute, tout va bien, même si je n'ai pas encore trouvé un travail. je vis quoi. Mais malgré mes recherches, je ne rentre pas dans le cadre de la serveuse ou de la vendeuse, malheureusement. Mon manque de sentiments sans doute. Et toi, tout va bien ? Le Bar marche bien ? "

J'espérais l'attirer sur ce sujet qui devait être bon, et lui permettre de monologuer sans qu'elle s'en rende compte. Je ne voulais pas expliquer mon départ. Je ne voulais même pas parler. Le seul problème, c'est qu'il faut croire que dans la vie, je ne ferais jamais ce que je veux. Parfois, j'aurais aimé être normale et stupide. Certes, je n'aurais pas compris l'importance du savoir, je ne me serais battue pour aucun idéal, mais au moins, j'aurais eu une chance d'être heureuse. Là, je n'avais pas beaucoup de joies. Mais j'avais fait mon deuil d'une vie longue et heureuse avec un petit copain normal, un deuxième, puis un mari et des enfants. A la place, je n'avais qu'une grand-mère quasi morte, et Svenn... Mon seul ami. Le seul qui comptait dans ce monde vérolé.

Revenir en haut Aller en bas
Kaya Adams
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage






Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kaya Adams, Ven 24 Fév - 18:27



Kaya buvait tranquillement sa limonade écoutant ce que lui disait Evanna. Elle n'avait donc toujours pas de travail et n'avait pas envie de devenir vendeuse ou serveuse. Kaya n'avait même pas pensée à l'embaucher ! Elle sourit faiblement lorsque son ancienne préfète parla de son manque de sentiments. Peut-être fallait-il en avoir pas assez que trop. Kaya parlait en connaissance de cause, après tout si elle avait été plus forte, elle n'aurait en ce moment pas son neveu sur les bras et serait toujours en couple. Le passé était le passé pas la peine de revenir sur ses mauvais souvenirs. Cependant, en voyant la bouille de son petit filleul Kaya ne pouvait que penser que les bêtises qu'elle avait fait, la jeune femme les avait fait pour lui. Pourtant, avant son voyage en Irlande qui datait de seulement deux semaines, Kaya n'aurait jamais su qu'il existait, et pourtant déjà elle s'attachait à lui. Cependant elle avait une promesse, dure à tenir, très dure même, mais elle l'a tiendrait le temps qu'il faudra . Perdue dans ses pensées, Kaya n'avait même pas remarqué qu'Evanna n'avait rien pris à boire. Kaya reposa donc sa boisson et se décida à répondre à la question sur son bar. Kaya et Emma se débrouillait pour le maintenir debout. Même si depuis le départ de Miley, le bar sombrait un peu dans l'oubli les deux jeunes femmes venait de recruter du monde.

    On s'en sort mine de rien. J'espère juste que avec le départ de Miley, le bar ne coulera pas quoi...


Kaya aurait préféré ne pas s'attarder sur les détails puisque le bar n'était pas son sujet favori. Oui elle était fière qu'il soit maintenant réputé, mais bon se vanter n'était pas son truc surtout qu'elle ne savait pas ce qui se passerait pour le bar, si jamais il coulait du jour au lendemain pour une raison X ou Y ? Et puis Kaya ne savait pas ce que demain lui réservait, elle ne pouvait pas être sur de toujours garder son bar. Donc mieux fallait répondre un peu dans le vague plutôt que trop nettement. Surtout depuis le départ de Miley. Elle était partie en lui donnant que peu d'explications ce qui avait obligé Kaya à recruter du monde. Enfin maintenant c'était passé, elle n'allait pas revenir la dessus.
Cependant Kaya remarqua bien qu'Evanna évitait la question de son départ. Bien, si elle ne voulait pas en parler, tant pis mais Kaya n'hésitera pas à lui redemander, puisqu'elle voulait des explications et que Kaya avait été sa directrice elle avait le droit à une réponse claire.
Kaya était complétement perdu dans ses pensées qu'elle n'avait pas remarqué que son neveu n'était plus à coté d'elle. Mer** ! Kaya prise d'une panique se leva d'un bond et regarda tout autour d'elle. La terrasse où elle était entrain de boire un coup était toute petite, impossible de perdre Ewen de vue de là.


    Evanna tu n'aurais pas vu Ewen ?


Kaya effrayée regarda tout autour d'elle. Mais ou était son neveu ? Kaya ne voulait, ne pouvait pas perdre cet enfant ! Prise d'une grande panique, Kaya se leva, mais ne voulant surtout pas oublier le but premier quand elle avait vu Evanna elle la prit par la main et l'emmena dans la foule. Kaya devait absolument retrouver son filleul, elle en avait la garde et ne pouvait pas le perdre en pleine capitale ! Toute paniquée, la jeune femme se retourna vers Evanna et essoufflée, la regarda dans les yeux. Elle lui expliqua que très rapidement, ne voulant pas s'attarder sur les détails, car après tout tant que son ancienne préfète ne lui aura pas expliquer son départ, elle ne lui parlerait sûrement pas de sa vie privée !

    Tu dois m'aider à retrouver mon filleul. J'ai sa garde pendant un certain temps je ne peux pas me permettre de le perdre.

Elle avait bien envie d'ajouter qu'elle n'avait pas le choix, elle lui devait bien cela après tout ! Mais le temps jouait contre elles et Kaya voulait absolument retrouver son neveu le plus tôt possible déjà qu'elle vivait un moment horrible et très stressant si elle ne retrouvait pas Ewen dans les plus brefs délais. Mais ou était-il passé ? Il ne pouvait pas être bien loin, un petit blondinet bouclé cela ne disparaissait pas comme ça ! La panique s'emparait de Kaya pourtant elle savait que si elle paniquait elle n'arriverait pas à trouver son neveu. Pourquoi était-il parti ? Avait-il vu quelque chose qui l'avait attiré ? En même temps Kaya aurait pu fait attention au lieu d'être perdue dans ses pensées ! Tout en regardant autour d'elle, la jeune femme chercha du regard ce qui aurait pu plaire à son neveu. Malheureusement, elle ne trouvait rien, rien du tout. Evanna n'allait sûrement pas l'aider beaucoup pour le retrouver mais sa présence rassurait un peu Kaya. Après tout ce serait plus simple peut-être d'être deux pour chercher le filleul de la directrice, parce que à ce moment, Kaya ne sentait même plus ses jambes pour bouger. Elle était tétanisée par la peur qui l'envahissait.
Revenir en haut Aller en bas
Evanna Ayling
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Evanna Ayling, Mar 28 Fév - 19:00




Kaya resta un assez long moment perdue dans ses pensées, avant de me répondre qu’elle s'en sortait à peu près, malgré le départ de Miley, qui devait être son associée. Elle espérait également qu'elle parviendrait à maintenir son commerce à flot. La Bar des Ténèbres n'était pas un lieu avec de très bons souvenirs. C'était là bas que j'avais rencontré un certain pseudo-assassin Auror... Je n'y avais jamais remis les pieds depuis, et je n'avais pas du tout envie d'y retourner. Alors la sauvegarde de ce bistrot se ferait sans ma participation. Désolée Kaya, ton bar est un lieu sombre... Et puis de toute façon, c'est pas comme si j'avais eu réellement l'intention d'y aller.

Elle était repartie dans ses pensées et j’étais vaguement en train de me demander si je pouvais transplaner sans qu'elle s'en rende compte, lorsqu'elle se réveilla en hurlant d'un ton effrayé qu'elle avait paumé son sale mioche. Bon, j'exagère. Il était à peu propre. Mais c'était vaguement embêtant parce que j'avais pas vraiment envie de le chercher, et surtout cela allait me faire perdre mon temps. Mais après tout, peut-être que je lui devais bien ça... De toute façon, c'est pas comme si elle me laissa le choix : elle m'empoigna et m'ordonna de l'aider.

Bon, et bien, c'est pas comme si j'avais le choix... J'appris également qu'il s’agissait de son filleul, et qu'elle avait sa garde. Oui, en gros, fallait éviter de le casser ou de l'abîmer... Et bien, j’allais faire ma bonne action du jour...
Kaya paraissait terrorisée, ce qui était rare et qui était vaguement effrayant car dans ma tête c'était un peu l'adulte fiable de référence. Bon, déjà, je devais la calmer, ensuite, nous donner un peu de chance... La rue était plein de Moldue, je devais être très discrète. Je sortis ma baguette sous ma veste, et cherchait un sort efficace pour sortir Kaya de sa transe. Je me passais les sorts connus dans ma tête. Bon, un " Accio petit monstre" serait trop voyant et en plus ça marcherait pas... Fibula loquor filatim ! Je pouvais toujours essayer ça, même s'il n'avait pas de baguette. Mais il me fallait certainement un nom complet...

Kaya ! Quel est le nom complet d'Ewen ? C'est pour tester un truc !

Pas de réaction. Elle semblait encore sous le choc. Mm voyons. Je pouvais toujours lui lancer de l'eau ou la rendre joyeuse... Non. Ca se serait encore plus dur après. Il fallait que je tente un sort qui la permettra juste de ne plus être tétanisée. A court d'idées, je me contentais de lui redire :

Réveille toi ! Sinon, je te lance un sort d’Allégresse sans hésitation. On n'y arrivera jamais sans ça...

En attendant sa réaction, je cherchais des yeux la petite chose, sans le trouver. Je tentais également de détecter une perturbation. Où un gamin voudrait aller ? Vers quelque chose qui l'attirerait follement... De coloré, de joyeux... Le parc ! Il y avait un mange là bas, et il se situait juste avant le restaurent ! Il avait dû l'apercevoir lorsque l'on avait traversé la porte. Il se trouvait sans doute là bas, d'autant plus que par là, c'était la foule, le bruit, la poussière... Rien d'attirant ou de sympathique... Ou pire j'allais voir là bas...

Kaya sembla avoir repris son souffle, et j'essayai de lui dire le plus gentiment possible :

Je pense qu'il a voulu aller au parc... Il y a un manège, ça a dû l'attirer. Mais sinon, je peux essayer un sort de communication, même si j'ai des doutes...

J'espérais qu'on le retrouverait facilement et que je pourrais essayer de m'éclipser discrètement pendant les retrouvailles qui seraient heureuses... Mais rien ne prouvait qu'il serait là bas, et dans ce cas, nous serions ennuyées... J'ignorais quoi faire je n'avais pas l’habitude des enfants...
Revenir en haut Aller en bas
Kaya Adams
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage






Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kaya Adams, Sam 17 Mar - 18:30



[HRPG : Désolé, petit RP >.<, et excuse moi pour le retard, j'étais vraiment pas inspirée ! Si tu veux répondre ne te gêne pas mais autrement le RP est terminé ^^]

Panique, panique, panique, panique... PANIQUE ! Kaya réfléchissait même plus, son cerveau avait du avoir une sorte de court-circuit, si bien qu'elle n'arrivait plus à rien faire. Ce voyage avait été une idée stupide. L'idée était encore plus stupide était d''avoir emmené Ewen avec elle. Après tout, elle aurait très bien pu le laisser avec Eléonore ! Quelle godiche ! Comment elle allait expliquer cela à sa petite sœur chérie ! Complétement hystérique, Kaya n'écoutait même pas la moitié de ce que lui disait Evanna trop occupé à chercher Ewen des yeux. « Nom complet ». Le nom complet d'Ewen ? Pourquoi faire ! Kaya ne savait pas à quoi cela pourrait bien lui servir, mais connaissant un peu Evanna, elle décida de lui faire confiance.

    Ewen James Haigrey, mais pourquoi ?


Pas besoin de réponses de la part de son ancienne préfète, Kaya comprit vite qu'elle voulait utiliser un sort pour retrouver son filleul. Mais à quoi bon ?! Et puis pourquoi la directrice n'avait pas pensé à cela avant ! Cela lui aurait évité une crise de nerf, ce qui commençait à vraiment devenir agaçant pour elle. En soufflant un coup, Kaya fusilla duu regard Evanna lorsque cette dernière lui cria dessus en lui expliquant qu'elle allait lui lancer un sort si jamais la directrice ne retrouvait pas ses esprits.

    Je pense qu'il a voulu aller au parc... Il y a un manège, ça a dû l'attirer. Mais sinon, je peux essayer un sort de communication, même si j'ai des doutes...


Le parc ? Mais pourquoi Kaya n'y avait pas pensé plus tôt ? Après tout Ewen avait trois ans, tout ce qu'il aimait manger c'était des bonbons et il adorait les manèges et les ballons ! Kaya préférait quand même éviter le sort de communication, elle préférait ne pas utiliser la magie alors que les deux jeunes femmes étaient entourées de moldus. Non, mieux valait que les ex-Poufsouffles cherchent elles-mêmes plutôt que d'attirer l'attention. Elles partirent donc vers le parc – enfin Kaya obligea encore une fois Evanna la suivre – lorsqu'elles arrivèrent enfin, Kaya se mise à regarder partout et trouva enfin son protégé, non loin du vendeur de barbe à papa. Elle l'attrapa par derrière et lui fit un énorme câlin. Oui oui oui, elle aurait du le gronder pour lui avoir fait une grosse frayeur, mais elle était trop heureuse de le voir sain et sauf qu'elle voulait juste le prendre dans ses bras. Évidemment, elle ne se gêna pas d'expliquer à Ewen qu'il ne devait jamais s'éloigner de la brunette comme cela, sans la prévenir. Puis elle ébouriffa ses cheveux blonds et bouclés, et retourna près d'Evanna. La disparition temporaire de son filleul avait permis à l'ancienne préfète d'éviter une deuxième fois la question de Kaya et cette dernière en avait marre de ce petit jeu de comédie. De plus, la directrice était fatiguée de sa journée et voulait rentrer chez elle au plus vite. Elle allait donc être très claire avec Evanna, même si elle risquait de la froisser.

    Écoute, merci de m'avoir aidé à retrouver mon filleul, mais j'ai remarqué que tu évitais mes questions. Alors très bien, tu n'as pas envie de répondre, je ne t'en voudrais pas pour si peu. Cependant, sache que partir sans prévenir, cela ne se fait pas. Alors la prochaine fois que tu quittes un travail, évites de t'en aller comme une voleuse.


Kaya se tut. Elle venait de faire la leçon à Evanna et se doutait bien qu'elle n'avait pas du apprécier. Mais après tout, Kaya n'était pas du genre à garder ce genre de chose pour elle, la directrice avait préférée être franche envers son ancienne préfète. Elle lui sourit une dernière fois et se décida à partir. Ewen fit un petit signe de la main à Evanna, puis Kaya retourna dans une rue sombre pour transplaner. Bien sûr, Kaya était déçue de ne pas avoir eu une réponse de son amie, mais après tout, Evanna avait sûrement de bonnes raisons pour cacher cela à la jeune femme. Et puis Kaya n'était pas d'un naturel rancunier, juste curieux.
Décidée à partir de ce maudit pays d’Allemagne, Kaya transplana pour Londres. Non vraiment, l'Allemagne, le pays de la joie et de la bière, n'était pas un pays qu'elle appréciait, et la jeune femme serait que la prochaine fois qu'elle devrait partir en vacances, elle choisirait les Maldives.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kyara Blanchet, Mar 3 Juil - 15:24


Aloys et Kyara





- Tu portes malheur, je maudis le jour où tu es né !

Assise sur un tabouret haut perché au comptoir d'un bar miteux la jeune femme entendait ses paroles raisonnaient dans sa tête tel le venin d'un serpent. La tête penchée sur son verre elle la redressa alors regardant le miroir en face d'elle qui lui renvoyait son image. Cheveux attachés en chignon rapide, teint pâle, trait tirés, joues portant encore les traces de ses dernières larmes, yeux vert sans vie. C'était comme cela qu'on pouvait décrire Kyara en cet instant, elle était tellement habituée à se voir ainsi à présent que cela ne lui faisait plus rien. Sans réagir elle pencha donc à nouveau la tête sur son verre à moitié plein, le prenant dans une main elle secoua le contenu. Des remous de whisky apparurent alors tandis que dedans tels des fantômes apparurent des visages familier. Bueno ; Thallan ; Sara ; Laudius et Alicia. À cette vision elle raffermit la prise de sa main sur son verre avant d'avaler cul sec son contenu tout en grimaçant. Le reposant avec fracas elle fit signe au barman de lui en resservir un, tout en la regardant bizarrement il s'exécuta. Reprenant son précieux elle prit une nouvelle gorgée avant de laisser ses pensées dérivées, au cours de la soirée elle en était arrivée à une conclusion. Elle était maudite, sa mère avait raison, tous les gens se trouvant proches de la jeune fille mourraient où bien disparaissait sans laissé de trace.

Il y a quelques semaines encore elle se disait que c'était juste une mauvaise coïncidence et qu'à présent il ne pourrait plus rien arrivée de grave. Elle avait tort, très tort même. La jeune femme broyer déjà du noir avant, mais à présent c'était pire que tout. L'élément déclencheur avait été la capture d'Alicia, la directrice des Serpentards. Suite à une mission pour l'Ordre qui constituait en une simple fouille, mais avait terminé en combat contre les mangemorts Alicia avait été faite prisonnière par le camp ennemi et ils n'avaient rien pu faire pour l'en empêcher. Les phénix continuaient les recherches, mais plus les jours passaient et plus les chances de retrouver en vie la directrice des Serpentards diminuaient. Kyara vécue donc très mal cet épisode et s'en voulue beaucoup de ne pas avoir réussi à sauver sa mentor, celle qui l'avait entrainé à ses débuts.

Cette accumulation de petite choses la fit disjoncter, alors qu'elle s'était promis de ne jamais noyer son chagrin dans l'alcool elle avait atterrit ici. C'était pourtant une soirée comme les autres, rien n'aurait pu laissé penser qu'après son service elle arriverait ici et pourtant. Kyara se trouvait en Allemagne, dans une ville dont le nom était imprononçable de même que le nom du bar où elle se trouvait. En ce moment Kyara ratait tous ce qu'elle entreprenait et alors qu'elle voulait se rendre en France elle avait attérrit ici. Aussi, sans réfléchir elle était entrée dans un bar moldus, celui-ci et avait commencé à boire. Elle n'était pas fière d'elle, mais elle préférait encore ça que de rester chez elle a ruminer ses penssées macabres comme il y avait quelques jours.

Ce qu'il y avait de bien c'était que personne ne la connaissait, donc elle n'avait pas à se cacher. Les lendemains étaient durs, mais elle y arrivait pour le moment, elle n'avait pas l'impression que son secret n'ait été découvert jusqu'à présent. Il était vrai qu'elle était un peu plus distante au bar que ça soit avec le personnel où bien avec les clients, mais personne ne lui avait fait de remarques donc elle n'allait pas s'en plaindre. À présent elle savait ce que pouvait ressentir Jack, elle comprenait une partie de sa douleur et comprenait pourquoi il buvait. Et dire qu'elle s'était jurée de ne jamais tomber aussi bas que lui, c'était raté !

Poussant un soupir elle termina son verre, préférant ne pas compter combien elle en avait bu, mais sachant au fond d'elle que ce soir là Kyara en avait avalé plus que d'habitude. Pourtant elle se sentait bien, enfin non, mais elle avait les idées claires, bien plus qu'auparavant. Elle portait malheur, toutes les personnes avec qui elle était proche mourraient où bien disparaissaient sans raisons, elle n'avait pas donc l'intention que cela ne se renouvelle et décida d'y remédier. Se levant de son tabouret elle paya ses consommations avant de partir d'une démarche peu assurée. Elle savait comment remédier, mais pas comment procéder aussi elle partit au hasard dans une rue. De toutes les manières elle n'aurait pas été capable de s'orienter volontairement alors bon tant qu'à faire autant laisser le destin la guider.

Malgré l'heure tardive il y avait encore quelques passants dans les rues, mais elle ne fut pas embêtée. À vrai dire il aurait fallu être privé d'odorat pour ne pas remarquer qu'elle avait bu et les gens savaient que les personnes se trouvant dans son état pouvaient avoir tout genre de réaction, aussi on l'évitait. Continuant son chemin elle songea alors que bien que les journées s'étaient réchauffées, les nuits elles continuaient encore à être froides. Elle avait bien fait de prendre sa cape, cela aurait été bête d'attraper la mort, à cette pensée elle éclata de rire avant de tourner à coin de rue et de faillir entrer en collision avec une personne. Ce fut la personne en face qui fit un bond sur le côté afin d'éviter le choc, à moitié surprise et à moitié étourdie par l'alcool Kyara jeta alors un regard vide à la personne qui s'était écartée. Elle croisa des yeux noirs qui lui semblèrent familier, mais c'était impossible, elle ne connaissait personne ici. Aussi sans plus s'attarder elle continua sa route tournant à un nouveau coin de rue.

Elle arriva alors sur une grande place déserte, au fond se trouvait un pont d'où en dessous passer un cours d'eau. Elle venait de trouver ce qu'il lui manquait et sans ressentir de peur, mais du soulagement elle rejoignit le bord du pont. Pendant quelques secondes elle fixa l'eau qui miroitait, les rayons de la lune s'y reflétant avant de grimper maladroitement sur le rebord. Titubant elle se mit debout, tout en continuant de regarder l'eau sombre quelques mètres plus bas. Une larme coula alors de sa joue, mais Kyara ne prit même pas la peine de l'essuyer. On aurait pu l'appeler, où même lui criait dans les oreilles qu'elle n'aurait pas entendue tant elle était focalisée sur ce qu'elle allait faireOuvrant ses bras elle fermât alors ses yeux avant de se laissait tombé en avant.

La chute lui sembla durer une éternité avant qu'elle ne sente l'eau frapper tel un mur son corps. Le froid lui mordit la peau tandis qu'elle s'enfonçait petit à petit dans les profondeurs, mais elle ne se débâtit pas. Sous l'impact elle avait ouvert les yeux et se retournant elle put observer une multitude de bulles l'entourant tandis qu'à la surface elle voyait la lune qui était déformée. Ses vêtements alourdit par l'eau l'entraînait alors que ses poumons commençaient à demander de l'air. Des papillons noirs se mirent à danser sous ses yeux, mais Kyara pu voir une forme noire venir vers elle. Laudius, c'était Laudius qui venait la chercher, ça y est elle était bientôt morte et allait retrouver les gens qu'elle aimait. Souriant elle prit alors une grande inspiration fermant les yeux une dernière fois pendant que l'eau envahissait ses narines les lui brûlant au passage. Son corps lui s'arquait involontairement. Le sourire aux lèvres Kyara laissa les ténèbres l'envahir...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Franck Stein
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Franck Stein, Jeu 5 Juil - 23:47


Plus qu'un simple mur, il s'agit d'un dispositif militaire complexe comportant deux murs de 3,6 mètres de haut4 avec chemin de ronde, 302 miradors et dispositifs d'alarme, 14 000 gardes, 600 chiens et des barbelés dressés vers le ciel. Environ 160 ressortissants de la RDA perdent la vie en essayant de le franchir, les gardes-frontière est-allemands et soldats soviétiques n'hésitant pas à tirer sur les fugitifs. Le rideau de fer aura fait des centaines de morts. Des centaines d’innocents voulant une vie meilleure, une vie qu’on leur refusait pour un idéal qu’on leur imposait…imposait…imposait…imposait…


Imposait…Imposait…

Les réverbères, et la faible luminosité que laissait la nuit, permettaient à Aloys d’admirer le grand mur de Berlin, aussi également appelé le Rideau de Fer. Et dire que nombres importants d’hommes y étaient morts pour la liberté. Aloys semblait fasciné. Il y avait dans cet endroit quelque chose de mystique, d’incompréhensible. Comme si, ici, avait eu lieu un combat terrible, où, passions s’étaient déchirées, déchiquetées. La mort, le pouvoir, l’amour, la liberté ; elles y apparaissaient tels des fantômes, rappelant aux vivants la folie dont étaient épris leurs ascendants, et qu’eux même pouvaient sentir en eux.

Aloys les avaient vécus. Il les vivait encore d’ailleurs. Depuis la révélation terrible de son faux père, qui sous l’emprise de Vérisatérum, lui avait avoué d’être le tueur de ses vrais parents, le jeune homme était la proie de diverses émotions. Tantôt il se sentait en colère ; tantôt, il se sentait libre. Il lui arrivait parfois de préférer la mort à la vie ; mais, les brides de ses cauchemars, dans lesquelles il revoyait ses parents mourir, avec pour dernière lumière une seule étincelle verte, le faisait changer d’avis. Pour eux, ils se sentaient dans l’obligation de vivre. Aussi par peur de la mort. En outre, parfois, lui venait à l’esprit, qu’il était la cause de la mort de ses parents, et que son devoir fut de les rejoindre pour se faire pardonner ; pour ne plus se sentir, dans des moments où la lucidité l’abandonnait, un monstre. Mais au fond, Aloys avait terriblement envie de vivre. Car, même si celle-ci s’était construite sur une vérité affreuse, ou du moins un mensonge, il n’en était pas moins, que le jeune sorcier avait vécu de beaux moments. De belles rencontres. Axelle, la jeune préfète de Serpentard. Emma, sa patronne et amie. Kyara, son amie. Catherine, une amie. Rilla…cette jeune femme à qui il tenait tant, sans vraiment savoir par quels sentiments. Mais surtout Zeph pour qui il vouait un amour si profond que cela en était indescriptible. Seul la saveur et l’intensité de leur baiser le pouvait. Ces baisers qui lui manquaient tant depuis que la jeune femme avait décidé de faire un break dans leur relation. Aloys vivait aussi pour elle ; avec l’espoir de la retrouver, enfin.

En tout cas, en cette soirée, Aloys n’était ni dans une bonne humeur, ni dans une mauvaise humeur. Simplement, un rien pouvait forcer la décision.


****


Ainsi, Aloys se baladait à présent dans les rues de Berlin. Sans savoir où aller, sans savoir où se rendre. Il se baladait simplement ; écoutant les bruits aux alentours, le bruit des rares canaux et rivières qui s’écoulaient dans la Capitale ; les quelques voitures au loin sur les grands axes routiers, ou les pas d’un ou deux passants qu’Aloys rencontra sur son chemin. Tim, tidoum, tidoum, tim,, il fredonnait discrètement, et sans s’en rendre compte, une douce musique qui lui revenait sur l’instant. Il lui était impossible, et nous était impossible, d’en reconnaitre l’appartenance exacte. C’est que les notes étaient décousues, tant par les pensées qui venaient s’immiscer, tant par un événement plus ou moins futile qu’un volet qui s’ouvre ou se referme.

Aloys était nostalgique. Nostalgique d’un moment inconnu. Nostalgique tout simplement. Un peu à l’instar de son moment passé avec Rilla, près du lac de Poudlard ; où ceux passés avec Zeph. Des instants sur lesquels il était impossible d’émettre le moins sentiment, de manière parlante, tant ils étaient au-delà de la perception humaine. De sa perception en tout cas.

Enfin, soupira-t-il, comme s’il sortait enfin de sa liturgie.

Il releva une partie de son poncho marron et d’une poche intérieure, sortit de quoi fumer. Du tabar, et une feuille à rouler. Cela faisait depuis peu qu’Aloys avait commencé à fumer ; comme beaucoup, il avait pris plaisir à ce genre d’activités, qui lui permettaient de se détendre ou de profiter tout simplement.

Délicatement, et tout en continuant à marcher, le jeune homme manipulait les ustensiles. Rouler le tabac, et le mettre doucement dans le papier…le rouler encore et… !

D’un réflexe, Aloys venait d’éviter une inconnue qui, au détour d’une rue, s’apprêtait à lui rentrer dedans. Heureusement que le sorcier avait relevé la tête, le choc, sinon, aurait été inévitable. Toutefois, son instinct avait pour conséquence que son tabac était, à présent, par terre, ptain ! Ragea-t-il. Et en plus, elle s’excuse même pas ! Et voilà comment un rien pouvait énerver Aloys ces derniers jours. Sa sensibilité était à fleur de peau, et cette jeune femme, dont Aloys n’avait pu se décrire parfaitement, l’avait caressé dans le mauvais sens du poil. En temps normal, il aurait passé son chemin, il se serait même excusé !, en outre, en cet instant, il n’adhérait pas, et souhaitait le faire comprendre. Il s’était tellement faire marcher dessus toute sa vie, que sa rage, sa colère, et sa tristesse aussi, prenait le dessus, et lui dictait, à raison ou à tort l’avenir nous le dira, de rattraper l’inconnue pour qu’elle lui demande pardon !

Laissant l’herbe s’envoler sous les frêles sursauts du vent, Aloys entama son action avec détermination. Aloys entendait seulement ces pas, et parfois, il l’apercevait au détour d’une autre ruelle. Sa marche était étrange, incontrôlée. Peut-être était-elle un peu pompette. Ce n’était pas une raison !

Après quelques petites minutes de courses, Aloys se retrouva sur une grande place. En son centre, il y avait un pont, et on pouvait perceptiblement, à la lueur des lampes, voir la silhouette de la jeune femme se dessiner sur le bord de la passerelle en brique. Elle semblait regarder l’eau. Une chance pour Aloys ! Il allait enfin pouvoir avoir s’expliquer avec elle ! Il marcha dans sa direction, sans la quitter des yeux mais quand il fut à quelques mètres d’elle, alors qu’il venait de l’interpeller par un franc : Mademoiselle ! Cette dernière, devant l’incrédulité prononcée du jeune homme, sauta, la tête la première dans le cours d’eau. Panique !

Il fallut quelques secondes pour qu’Aloys réalise ce qu’il venait de se passer. Femme venait de se jeter à l’eau. Mais Merd… ! Sans réfléchir, il enleva son poncho, et se sauta dans l’eau…glaciale ! Nom de Xoumi ! Le contact de l’eau sur son visage fut l’égale d’une claque ! Tout son corps semblait s’être confronté à un mur de lames gelées ! Il lui fut difficile au départ de comprendre ce qui lui arrivait. Plongée dans le noir, bien que l’astre lunaire prenait la peine d’éclaire sensiblement les sous-lieux, Aloys paraissait confus ; et ne fut pas loin de se noyer lui-même, si par un heureux hasard, il n’aperçut pas, s’enfonçant, le corps de la jeune femme. Il mobilisa toutes ses forces et nagea vers elle. Ptin, mais t’es ou bordel ! Les joues gonflées d’air, il s’enfonçait dans l’obscurité grandissante. C’était un peu ce qu’il y avait en lui. L’obscurité. Et la lumière de la lune qui tentait en vain de les percer. Arrête de penser et grouille-toi Aloys ! S’impatientait le jeune homme. Et la lumière de la lune qui tentait en vain de les percer ; Aloys être cette lumière pour éclaire les ténèbres de la pauvre jeune femme…


****

    -Anapneo !


Et sous l’effet du sortilège, dans la nuit de Berlin, la jeune femme toussa toute l’eau qui s’était accumulée dans ses voies respiratoires. Il s’en était fallu de peu ! Aloys prit soin d’inspecter la jeune femme, qu’il connaissait, afin de savoir si tout allait pour le mieux. Elle semblait complètement épuisé, complètement hors d’elle. Jamais Aloys n’aurait cru un jour la voir dans cet état, jamais, non, jamais. Il lui paraissait si forte…mais pourquoi avait-elle sautée ?! Surement qu’elle était tombée par inadvertance ! Oui c’était ça ! Elle était bourrée, était tombée, et n’avait pas pu remonter à la surface ! Aloys ne voulait se convaincre que Kyara, car il s’agissait bien d’elle, que Kyara puisse vouloir mettre fin à ses jours.

    -Kyara tu m’entends ? Calme-toi, c’est moi Aloys…ptin, Kyara, continua-t-il, en plaçant une main sur sa joue, mais qu’est-ce qui t’a pris !, Tu veux vraiment le hanter à tout jamais ! Tu veux vraiment que je cauchemarde de toi hein ! Je t'assure tu n'as pas besoin de faire tout ça pour ce faire ! , dit-il avec un sourire, en espérant toucher la jeune femme….calme-toi, je suis là, ça va aller maintenant, murmura-t-il, en la serrant contre elle.




Dernière édition par Aloys Riverside le Sam 7 Juil - 14:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 21:12


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 9

 Allemagne, la bière, la joie !

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.