AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 12 sur 14
Petite promenade en France
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
Invité
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Sam 1 Aoû - 15:08


Le cœur battant, le loup-garou version XXL baissa le regard sur sa version réduite, mais pas miniature pour autant. Brusquement, le jeune lycanthrope se rua dans une direction, courant après une biche. Il n'était pas totalement lucide s'il laissait son instinct lui dicter après quoi courir. La potion Tue-Loup était pourtant censée faire effet. Peut-être que la première transformation était un peu plus difficile à contrôler... Rurik ne s'en rappelait pas, lui-même n'ayant pas pris de potion pour la sienne, s'étant tout simplement enfermé dans un bunker abandonné en pleine toundra russe.

Son ouïe super développée lui fit entendre alors un bruit sourd, synonyme de collision avec un arbre : le jeunot n'était pas habitué à ce nouveau corps. C'était compréhensible. Quelques instants plus tard, le loup-garou revint auprès de son professeur, l'air un peu plus calme. Avec un peu de chance, le choc lui avait fait retrouver ses esprits.

Un violent coup de griffe en plein museau le fit pousser un grognement de douleur. C'était une vengeance ou quoi ? Le Delaube devenait violent ? Lorsqu'il le vit détaler comme un chiot joueur, il se laissa entraîner par son instinct et le coursa aussitôt : il devait l'arrêter, cet idiot faisait n'importe quoi, il avait besoin que quelqu'un le fasse redescendre sur terre... À la moindre odeur étrangère, au moindre passant, ne serait-ce qu'à l'autre bout de la forêt, le jeune loup-garou pouvait faire quelque chose de regrettable, et mettre en danger sa vie, mais aussi le secret magique.

** J'aurais dû l'enchaîner dans un sous-sol... ** songea-t-il.

Chassant la moindre pensée de son esprit, il se concentra plutôt sur la course-poursuite : le jeune garçon transformé n'avait que l'avantage de la surprise et de ces quelques instants d'avance. Cela ne lui suffirait pas face au russe. Le médicomage maîtrisait parfaitement son corps de lycanthrope et ses sens aiguisés ne le perturbaient plus. L'on pouvait penser que sa masse musculaire l'encombrerait, mais le constat était le même que sous sa forme humaine : la maîtrise de son corps lui permettaient de mettre à contribution cette force physique pour lui permettre de se mouvoir rapidement. Une fois lancé à toute vitesse sur ses quatre pattes, Rurik filait entre les arbres, bondissant par dessus les souches, se propulsant sur les troncs lorsqu'il fallait prendre un virage. Bien vite, il fut sur les talons de l'autre poilu, et dans un dernier bond, il lui sauta dessus, l'arrêtant net... ou du moins les faisant rouler au sol tous les deux sur quelques mètres.

Vif comme l'éclair, l'imposant loup-garou se retrouva au dessus, ses yeux clairs et froids plongés dans ceux du Poufsouffle. Comment on faisait pour réveiller un loup-garou un peu trop submergé par son instinct puéril ? Son museau lui faisait mal et le sang qui coulait de la griffure s'infiltrait dans sa gueule, le goût menaçant de le rendre fou à tout instant. Néanmoins, il resta focalisé sur son élève, le fixant toujours dans les yeux. "La fenêtre de l'âme", hein ? Ça l'aidait pas des masses... Pas vraiment de moyen d'utiliser la légilimancie pour tenter de percer le blocage dans l'esprit de Morgan.

** Bordel mais reprends-toi, t'es un être humain, un sorcier, pas un stupide animal... ** songea-t-il en grognant.

Plaquant l'autre au sol, sans l'attaquer cette fois-ci, les deux se fixèrent un petit moment. Comment pouvait-il l'aider à faire quoi que ce soit s'il n'était pas réceptif à quoi que ce soit ? Déjà que lui et la pédagogie ça faisait deux, alors dans ce cas là, c'était vraiment pas dans ses cordes... Mais pourtant, là, il avait envie de s'y mettre à fond.

Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Petite promenade en France

Message par : Morgan Delaube, Mer 19 Aoû - 21:14


Il court il court, le loup-garou, le loup-garou des bois jolis ! Enfin, joli-joli, tout est relatif hein. Un entassement d'arbres qui ont tous la même tronche, c'pas forcément ce qu'il y a de plus joli. En tout cas, cela n'empêchait pas la Créature de se balader dans celui-ci. Enfin, "balader" était un grand mot. Elle était plutôt en train de courir à perdre en haleine. Un grand jeu organisé par un loup-garou pour sa première transformation, avec en prime un vieux loup-loup géant, y'a rien de mieux ! Sauf quand le loup-loup n'était pas très coopératif. Du moins, sur le début il s'était mis à courir, mais Morgan ne s'était pas attendu à ce que Mkrovsk lui saute dessus. Et il était vachement plus lourd en forme lupine qu'en forme normale, et c'est peu dire.

Du coup, le lycanthrope s'était retrouvé à faire des roulés-boulés avec Rurik à travers forêt, jusqu'à que celui-ci stabilise le tout en se mettant sur lui, les pattes sur les épaules du Français. Yeux dans les yeux, ça aurait pu être romantique, genre comme s'ils allaient s'embrasser. Sauf que c'étaient deux loups-garous. Et on aurait plutôt dit qu'ils allaient s'entre-bouffer le nez. Heureusement, ce n'était pas le cas. Le Blaireau n'était pas content. Il voulait jouer, et voilà que maintenant il était plaqué au sol sans la possibilité de faire quelconque mouvement. Bon bah voilà, fin de l'histoire, pas de pourparlers ni d'autres débats. Youpi, il allait maintenant s'ennuyer à passer toute une nuit dans une forme qui n'était pas la sienne et qui en plus faisait peur.

Le Jaune et Noir sentit que la pression sur ses épaules se relâchaient et il en profita pour s'esquiver et ainsi se soustraire au poids du grand poilu. Il se releva sans histoire, et de rage, alla planter ses griffes dans branche non loin. Il sursauta bien vite lorsque la branche se fit trancher de son arbre. Ouais bon, il était pas encore en phase avec son corps, ni sa puissance. Il tourna alors son museau en direction de Mkvrosk et pencha la tête sur le côté, genre "Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?". S'il avait pu, il aurait rajouté une remarque sarcastique, mais allez faire comprendre ça juste en inclinant la tête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Jeu 27 Aoû - 0:28


C'était quand même le comble... Lui-même arrivant à se contrôler alors que le jeunot semblait perdu dans un délire abrutissant mêlant stupidité humaine et instincts animaux, ce qui ne donnait pas vraiment un résultat intéressant. Attendant que le jeune loup se calme, le médicomage le garda bien plaqué contre le sol : pas question qu'il se mette à courir partout en risquant de tomber sur des moldus... Lui faire assassiner des innocents, ce n'était pas vraiment la meilleure des activités pour une première nuit (non non, Lilith n'était PAS un exemple !).

Petit à petit, il le sentit se calmer, pas assez vite, mais suffisamment : le fait qu'il n'ait pas essayé de le mordre ou le griffer était déjà une bonne chose, parce que bon, contrôle ou pas contrôle, quand on donnait des coups au russe, il ripostait ! Question de principe... Relâchant petit à petit sa prise, il laissa Morgan s'extraire de sous son poids. Il laissa ensuite passer quelques instants tout en le surveillant : comme un gamin colérique, la jeune bête à poils se rua sur un arbre et y envoya un majestueux coup de patte. Un morceau de tronc s'en détacha et commença son ascension sur un air de "I believe I can fly"... avant de retomber lorsque la gravité se rappela de son rôle.

Soufflant d'un air blasé, le russe-garou le laissa prendre conscience de l'inutilité de son action. Il semblait un peu moins débile... Il n'y avait plus qu'à espérer que ça allait durer. Comment lui apprendre quoi que ce soit s'il n'était pas en état de l'écouter, surtout quand il fallait qu'il se concentre pour communiquer de manière animale, bien qu'il s'agissait de quelque chose de facile à assimiler au début.

Lorsqu'il eut à nouveau son attention, le plus expérimenté des lycanthropes fit signe à son "élève" de le suivre en pointant une direction de son museau, il fallait qu'il apprenne à se servir correctement de ces sens super aiguisés. Ici, les arbres étaient positionnés de manière assez gênante : ils cachaient toutes les directions, et cela allait être très pratique.

Humant l'air, il détecta alors une présence, rien de bien problématique, la biche de tout à l'heure s'était sans doute perdue et avait tourné en rond, elle se trouvait à moins de cent mètres, derrière quelques arbres sur sa gauche. C'était le test parfait. Se tournant vers le loup-garou qui l'avait suivi, il lui fit signe d'humer l'air, de se laisser aller, de laisser faire ses sens... L'idée était de se servir d'eux, sans pour autant les autoriser à prendre le dessus. Autant sous forme humaine que sous forme lupine, le russe était habitué à lutter contre des pulsions dans le genre, donc une fois transformé et calmé de sa fureur initiale, il avait beaucoup moins de chances de se laisser emporter par la rage.

C'était au choix du jeunot : l'odeur était pratique, mais en se concentrant légèrement plus sur l'ouïe, on pouvait se focaliser entièrement sur les bruits de la proie, la suivre aux faibles bruits provoqué par les sabots sur les feuilles mortes ou l'humus un peu sec. Ses oreilles étaient désormais tournées vers le tas de viande sur pattes... Au pire il ferait une démonstration, mais il était préférable que ce soit Morgan qui arrive correctement à la pister et conserver son esprit humain malgré l'afflux d'instinct animal.

Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Petite promenade en France

Message par : Morgan Delaube, Dim 13 Sep - 18:23


C'était encore moins joyeux que ce que pensait le Blaireau, d'être un loup. Déjà, être obligé de se transformer, ne pas pouvoir se contrôler, mais en plus s'ennuyer en max. Genre y'avait pas pire comme punition. Ah si, être enfermé dans une pièce sans fenêtre ni porte avec Bennet. A côté de ça, être un loup-garou était la joie absolue en fait. M'enfin, Lizzie était à des centaines de kilomètres d'ici. C'était dommage ça, Morgan aurait bien voulu tester ses nouveaux crocs sur son cou. Ca sera pour une prochaine fois ! En attendant, Rurik l'appelait en tournant vivement la tête.

C'est à ce moment-là que le lycanthrope se rendit pleinement compte de ses nouvelles capacités. Une multitude d'odeur arriva plein gaz dans ses narines, ce qui manqua de le faire éternuer. Sans parler que maintenant, ils entendait les moindres petits bruits alentour. Comme par exemple un animal qui marchait. Un animal faible. Un animal qui serait si aisé de déchiqueter. Poussé par son instinct animal, le loup se plaqua au sol et avança tout doucement, laissant son odorat le conduire. Il y avait en effet une biche qui ne l'avait pas encore entendu, ni sentit. Elle ne se doutait de rien.

Un grondement sortit de la gorge de la bête et celle-ci se propulsa à l'aide de ses pattes sur la biche. Avec ses crocs, il lui empoigna la nuque et de ses pattes avant lui tint le torse. Le loup-garou agita vivement la tête dans tous les sens, dans le but de briser la nuque du pauvre animal. Ses griffes râpaient son ventre, si bien que de profondes entailles permirent à de nombreuses veines éclatées de rependre du liquide vermeille sur le sol. Après un brusque coup, un "crac" survenu. La biche s'affaissa, inerte. Le gout du sang ne fit pas perdre son temps au loup qui commença à arracher de grands morceaux de viande à grand coup de dents, oubliant toute présence extérieure.

Le né-moldu avait disparut, laissant place à une sombre créature affamée qui se délectait de son plat.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Mar 29 Sep - 16:11


Son plan était simple, non ? Réveiller les sens du jeune Delaube, lui faire prendre conscience de tous les changements qui s'étaient opérés sur son corps, lui montrer toutes les capacités dont il disposait désormais... En pratique, cela était une sorte d'honneur, de privilège, mais aussi de devoir, de guider ce jeune louveteau et lui apprendre cette toute nouvelle facette de sa vie, comme si l'élève était son fils en ba âge, lui apprenant des trucs aussi normaux que marcher, manger correctement, faire du vélo ou toutes ces conneries dans le genre...

En pratique, c'était la catastrophe, et Rurik ne put qu'affirmer une fois de plus son exaspération face aux enfants : le jeune loup-garou avait certes assimilé tout un tas de choses, notamment son odorat, ainsi qu'une posture pour traquer discrètement ses proies... Mais tout ceci s'était fait d'une bien mauvaise manière, en succombant face à l'esprit de la bête, se laissant porter par l'instinct plutôt que de s'en servir comme d'une compétence supplémentaire.

Après avoir entendu un délicieux bruit, probablement dégoûtant pour le reste de la populace, le russe à poils longs s'approcha de son élève, et ce qu'il vit lui donna légèrement la nausée. Oh non, ce n'était pas la biche morte qui lui faisait cet effet, au contraire, mais c'était surtout la vision du jeune homme totalement enivré par ses pulsions animales et sanguinaires, reléguant sa nature humaine au second rang. L'odeur du sang faisait vibrer le médicomage, lui donnant des envies toutes les plus malsaines les unes que les autres, mais il parvint à garder le contrôle.

Allant s'asseoir à côté du Morgan trop occupé à dévorer sa proie, le mafieux l'observa longuement : lui aussi s'était laissé allé aux pires atrocités possibles lors de ses premières transformations, mais personne ne l'avait accompagné, personne n'avait fait en sorte qu'il se trouve un coin à l'abri. Ils avaient de la chance que ce lieu soit totalement désert à cette heure-ci... C'était sans doute ainsi toutes les nuits, mais impossible d'en être sûr, car malgré le terrain plus restreint de la France, ce n'était pas vraiment le terrain de prédilection du russe.

** Désolé Morgan, je peux pas faire grand chose à part t'empêcher de faire quoi que ce soit de regrettable. **

Déjà que ses tentatives de communications n'étaient pas très fructueuses, alors ses pensées ne risquaient même pas de lui parvenir... Mais il fallait bien que le loup-garou se rassure d'une manière ou d'une autre. C'était clair, maintenant : il n'était pas vraiment le plus adapté pour guider un jeune lycanthrope. N'ayant jamais eu d'aide, il ne savait pas comment s'y prendre... Il avait choisi d'être un solitaire, et il essayait de se la jouer mentor... Meh... Pathétique. Il était peut-être temps qu'il se mette à chercher d'autres gens comme lui... Non pas pour son bien, mais pour celui de sa victime. Il lui devait bien ça.

Parcouru par un frisson le sortant de ses réflexions, Rurik grogna légèrement lorsqu'une seconde brise lui souffla dessus, lui faisait secouer le museau et grogner : il y avait de l'agitation dans les nuages... Et d'ailleurs où était la lune ? Il ne la voyait plus à cause des arbres, cela signifiait qu'elle commençait sa descente. Le jour ne tarderait pas... Aller, plus que quelques heures à veiller sur le jeunot, voire un peu plus s'il restait KO ou trop faible une fois leur transformation terminée. Peut-être qu'un morceau de biche pouvait le faire patienter... AH NON ! C'était tentant, mais bon... Surtout avec la matinée qui approchait. Autant le sang ne le dérangeait pas, mais il ne voulait pas avoir un goût de chair crue dans la bouche une fois de retour à la normale.

Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Rachel Pasca, Jeu 5 Nov - 21:21


Personne n'a posté depuis un moment, j'en profite pour récupérer la place.
PR avec Severus Storm.


Rachel s’éloigna discrètement.

Avec sa famille, –comprenez son père, sa mère, son petit frère, sa grand-mère, ses deux tantes, son oncle et ses cousins (paternel), elle s’était rendue dans les montagne française, pour profiter d’une après-midi au soleil, tant qu’il faisait encore a peu près beau. Au programme, balade, nature et lac, même s’il faisait trop froid pour s’y baigner.

Mais alors que la sorcière se pensait hors de danger d’un quelque conque dérapage, elle fut surprise par une soudaine mauvaise ambiance.

Tout était partie de sa mère, lorsque sans raison apparente elle s’était mise à raconter tout haut que sa fille avait l’intention de faire l’acquisition d’un Boursouflet, une petite créature inoffensive comme tout, rose et pleine de poil qui pourrait la débarrasser une bonne fois pour toute de ses bêtes noires (les araignées). Cependant peut importe que la boule de poil soit inoffensive ou non, le problème venait du fait que sa mère n’avait jamais accepté que sa fille soit une sorcière. Tout comme le reste de sa famille d’ailleurs, ce qui valait à Rachel bon nombre de remarques ou critiques parfois à peine voilées. Il n’y avait que son petit frère pour l’accepter, et le fils de l’un de ses cousins, une petite blonde de neuf ans, l’âge où l’on veut devenir magicien, être super fort et voler comme superman. Son père lui ne disait jamais rien, tout comme ses cousins qui évitaient le sujet, donc impossible d’être fixé les concernant.

Enfin bref. Alors que la journée s’annonçait si belle, Rachel était à présent au bord des larmes. C’était d’autant plus difficile pour elle que sa famille représentait tout.

Rapidement d’abord, en courtant, elle s’éloigna à l’anglaise et ne s’arrêta de courir qu’une fois arriver dans les bois. Le but était de mettre le plus de distance possible, au cas où on l’aurait vu et suivi.

Puis elle relâcha la pression en laissant échapper un cri silencieux. Plus calme Rachel pût reprendre sa route, au milieu des arbres et des buissons. Avec l’automne, c’est la nature elle-même qui semblait avoir prit un coup de soleil.

La sorcière, issue de la fière maison de Salazar Serpentard, s’efforça d’oublier un moment ses proches pour se concentrer sur quelque chose de plus… joyeux. Elle ne mit d’ailleurs pas longtemps avant de percevoir un bruit sourd, et de se diriger dans cette direction. Elle n’avait même pas besoin de s’éloigner du chemin.

Rachel retrouva alors très vite la provenance de ce bruit, mais elle qui pensait bien connaitre ce lac et ses environs fut surprise d’y découvrir une cascade.

Elle n’était pas très grande, à peine un peu plus d’un mètre, pour la région ce n’était vraiment pas si mal. L’eau s’était frayé un passage à travers la roche et avait tracé son chemin sur un bout de précipice, puis avait formé une sorte de petit bassin avant de rejoindre le lac plusieurs mètres en contrebas. Une merveille de la nature qu’elle n’était pas mécontente d’avoir trouvé, mais aussi belle soit-elle ce ne fut pas la cascade qui intéressa la jeune sorcière. A la place, ses pensées furent plutôt accaparées par un jeune homme qui se tenait là, observant la chute l’air pensif.

Il était mince, grand et soigné, plutôt bel homme même s’il ne correspondait pas du tout au critère de la jeune femme. Ce qu’elle aimait surtout c’était cheveux, sombres et bouclés comme son père dans sa jeunesse.

Rachel s’approcha. En temps normal elle aurait fait demi-tour pour ne pas déranger l’inconnu, mais cette endroit avait quelque chose d’apaisant et il était hors de question qu’elle retourne voir sa famille pour le moment. Autrement elle risquait de leur faire un petit tour de magie pour les faire taire et elle aurait encore des problèmes avec le ministère… une mauvaise idée !

Timide de nature, Rachel ne pût empêcher son cœur battre la chamade lorsqu’elle salua son camarade de classe, craignant comme souvent d’être rejeté. Mais elle garda le sourire. Elle ne connaissait peut-être pas son nom, mais elle l’avait souvent aperçu dans la salle commune de serpentard et ailleurs dans le château.

Ça leur faisait au moins un point en commun !

- Salut, signala-t-elle sa présence d’une petite voix.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Severus Storm, Dim 8 Nov - 15:26


Décidément les vacances n'avaient pas été de tout repos pour l'étudiant de Serpentard. Entre l'agression de Kylock par des moldus qui lui avait valu un aller simple pour l'hôpital moldu, les quelques jours auprès d'Emma-Lee, les aveux de son meilleur ami et leur semaine à Paris où il avait rencontré Esteban (cet aiglon qui lui tapait sur le système), Severus avait décidé de prendre un peu de temps pour se poser. Le jeune homme avait terriblement besoin de faire le point. Les jours s'étaient enchaînés sans qu'il n'ait réellement eu le temps de souffler et de penser un peu à lui. Certes, le Portugal auprès d'Emma-Lee lui avait fait du bien, malgré la chaleur. Toutefois, Severus ressentait le besoin viscéral de s'enfuir loin du quotidien. De ce quotidien qui, chaque jour, devenait davantage un cauchemar éveillé.

C'est pourquoi, après sa semaine à Paris, le Serpentard avait décidé de ne pas rentrer immédiatement sur Londres. Il avait donc pris la direction des montagnes françaises. Severus avait toujours été attiré par les paysages sauvages, abrupts, aux reliefs imposants. Il se sentait en sécurité face à l'immensité des paysages rocailleux qu'il connaissait si bien pour y avoir passé son enfance en compagnie de sa famille.

Et aujourd'hui, le jeune homme avait besoin de cette sécurité. Il espérait y retrouver le contrôle de ses émotions. Il espérait y trouver une sérénité qu'il avait perdu quelques temps auparavant. Tout lui échappait. Les événements semblaient n'avoir qu'un unique but: le faire plier et lui faire mettre un genou à terre en signe de soumission.

Alors qu'il gravissait une pente ascendante en direction d'un coin qu'il appréciait particulièrement, Severus essayait en vain de calmer cette rage intérieure qui l'animait. Oh, il savait très bien d'où provenait ce sentiment qui rongeait chaque jour ses entrailles. Ces mots et ces visions cauchemardesques défilés sans cesse dans son esprit; ne lui laissant aucun instant de répit. Pas même ici, en pleine montagne.

Le sorcier aurait pu transplaner jusqu'à la cascade, mais il avait décidé de fatiguer son corps. Peut-être parviendrait-il à retrouver quelques heures de sommeil... Il partit en petites foulées jusqu'en haut et se laissa glisser jusqu'à cet endroit magique où l'eau s'écoulait paisiblement. D'un geste vif, Severus se débarrassa de son sac et le jeta près d'un rocher. Il essuya son front dégoulinant de sueur d'un revers de la manche et tira sa chemise qu'il laissa tomber près de lui. La chute d'eau lui donnait terriblement envie de se baigner un instant. Il n'avait envie que d'une seule chose: se débarrasser de son t-shirt blanc, de ses rangers, de ses chaussettes et de son jeans délavé pour se jeter à l'eau et hurler sa rage à plein poumons dans le plus grand secret.

Avant de se mettre en action, Severus resta un moment pensif face à la beauté du lieu. Comment cet endroit pouvait-il à ce point entrer en contraste avec les émotions du jeune homme? Tout était si calme, si grand, si beau...

Le Serpentard ne se doutait pas un instant que cet endroit allait attirer une autre jeune sorcière animée de sentiments semblables aux siens. Et encore moins, qu'il s'agirait d'une élève de Poudlard et de sa maison qui plus est!

Severus ferma les yeux et essaya de caler sa respiration sur un rythme lent, profond et régulier. Il commençait à y parvenir quand soudain, la présence dans son dos se manifesta timidement:


- Salut.

Le jeune homme en sueur rouvrit les yeux et se retourna doucement en direction de la voix. Fronçant les sourcils, Severus ressentit une pointe d'agacement devant cette jeune demoiselle qui venait l'interrompre pendant sa tentative de "méditation". Puis, l'étudiant réalisa qu'il s'agissait d'une de ses complices de Serpentard. Tâchant de prendre un air détaché devant cette rencontre inattendue, Severus esquissa un léger sourire.

- Salut, Rachel, dit-il sans desserrer les dents. Si je ne me trompe pas... Et c'est rarement le cas, car j'ai plutôt une bonne mémoire pour les prénoms des Serpentards et des Serdaigles, tu t'appelles bien Rachel, non?

Le jeune homme adressa un petit clin d'oeil amical à la jeune femme afin de ne pas lui faire peur avec ses propos. * Non, je ne suis pas un sérial killer qui retient et classe les noms de ses victimes dans un coin de sa tête. * tentait-il de lui faire comprendre par ce geste rapide.

- Je ne sais pas si tu te souviens du mien en revanche, ajouta-t-il afin de passer rapidement sur les présentations. J'suis Severus. Severus Storm. Ou Sev' pour les intimes, finit-il avec un second clin d'oeil. Ravi de te voir ici. Un peu de compagnie (entre Serpentard) pendant les vacances ne peut pas faire de mal...
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Rachel Pasca, Mer 11 Nov - 19:19


Le camarade d’école de Rachel se tourna doucement dans sa direction, elle semblait le déranger et pour ça la sorcière s’en voulait. On pouvait même dire qu’elle était un peu honteuse, d’autant que d’ordinaire ce n’était pas son genre d’aborder quelqu’un comme ça. Rachel avait toujours été trop timide et se battait (et se battrait pendant longtemps encore) contre ça. Elle s’apprêtait d’ailleurs à s’excuser puis le laisser seul avec ses propres pensées, quand il prit la parole :

- Salut, Rachel. Si je ne me trompe pas... Et c'est rarement le cas, car j'ai plutôt une bonne mémoire pour les prénoms des Serpentards et des Serdaigles, tu t'appelles bien Rachel, non?

C’était son nom ? Pendant un cours instant elle se posa elle-même la question. Voila ce qui arrivait quand elle était intimidée par un inconnu. Rachel aurait aimé être capable de ne pas faire attention à son air supérieur, parce que c’est comme ça qu’elle le percevait. Elle aurait aimé ne pas être affectée par le fait qu’à l’évidence, elle dérangeait. Oh oui, elle aurait aimé. Mais non content de ne pas pouvoir l’empêcher elle avait au moins du contrôle sur ce qu’elle laissait voir de ses sentiments et de ses émotions. Ainsi il ne verrait rien si ce n’est ce qu’il voyait sans doute déjà : une jeune fille timide par forcément au meilleure de sa forme.

Tout bascula cependant dans la tête de la serpentard, quand il lui adressa un clin c’œil, comme s’il venait de faire une plaisanterie. Clin d’œil qu’au fond elle ne savait pas très bien comme interprété. Finalement, était-il déranger par sa présence ou pas plus que ça ?
Rachel haussa un peu les sourcils en penchant légèrement la tête sur le côté, signe évident de sa surprise et de son incompréhension. Oui c’était son nom, mais elle était extrêmement surprise qu’il le connaisse. Elle ne faisait pas partie de ses personnes dont on retient le nom, au contraire on l’oubliait plutôt vite d’habitude. Alors comment avouer qu’elle n’avait aucune idée du sien ?

Le serpent, après avoir lu en elle ou avoir eu un éclair de lucidité, la tira peut-être même sans le vouloir de ce mauvais pas.

- Je ne sais pas si tu te souviens du mien en revanche. J'suis Severus. Severus Storm. Ou Sev' pour les intimes.

« Severus. Severus. Severus. » En se répétant son nom plusieurs fois dans sa tête, Rachel espérait le retenir pour leur prochaine rencontre, ne serait-ce que pour être capable de le saluer dans les couloirs de Poudlard. Car s’il avait d’abord semblé mécontent qu’elle ne débarque de nulle part, un deuxième clin d’œil venait quelque peu contredire ce fait. Et Severus continua sur sa lancé :

- Ravi de te voir ici. Un peu de compagnie (entre Serpentard) pendant les vacances ne peut pas faire de mal...

Cette fois c’est le « ravi de te voir » que Rachel retenu. Le sorcier ne semblait pas être le genre de personne qui s’embarrasse d’une personne juste pour faire bonne mesure. De toute manière elle resterait attentive à ses réactions pour en avoir le cœur net et s’il s’avérait qu’elle le dérange réellement… alors elle s’en irait simplement. Mais pour le moment il disait vrai, un peu de compagnie de leur ferait pas de mal, alors Rachel lui répondit :

- Nan ça ne fait jamais de mal, entre serpent on se comprend.

Rachel fit un pas vers lui et repris, souriant légèrement.

- Mais ça m’étonne que tu connaisses mon nom, généralement je passe plutôt inaperçu. En revanche ne m’en tient pas rigueur si je ne connaissais pas le tien, j’ai toujours eu du mal avec les visages et les prénoms.

« Pas pratique » rajouta-t-elle mentalement en haussant les épaules comme pour dire « c’est la vie ». Puis faisant quelques pas en observant les environs.

- C’est magnifique. Je n’avais jamais vu cette cascade.

Rachel laissa ensuite quelques secondes de plus s’écouler avant de finir ce qu’elle avait à dire. Cet endroit avait véritablement des bienfaits apaisant sur elle, déjà qu’elle n’était pas très speed de nature. La sorcière avait envie de légèreté, c’est sans doute pour ça qu’elle parlait juste assez fort pour qu’on la comprenne.

- Comment tu as connu cet endroit toi ?

Rachel fit ensuite une chose étonnante, elle reporta son regard sur Severus, soutenant son regard quelque instant. En temps normal elle en était incapable, même avec ses proches. Ce lieux avait vraiment quelque chose de magique, et peut-être l’était-il après tout. Ou alors c’était ses noires pensées qui lui donnaient l’impression de n’avoir plus rien à perdre ?
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Severus Storm, Ven 13 Nov - 16:58


Rachel semblait hésiter à imposer sa présence face à Severus. La jeune demoiselle qu'il ne connaissait pas plus que ça paraissait se demander si elle ne le dérangeait pas. Dans le fond, le Serpentard tenait à être seul pour prendre le temps de réfléchir à ce qu'il avait vécu ces derniers temps. Toutefois, de la compagnie ne pouvait pas lui faire de mal. Et puis, peut-être qu'en discutant avec Rachel, le jeune homme pourrait mettre au clair certaines idées. Une conversation imprévue avec une étudiante de Poudlard pouvait l'aider à se détendre et lui permettre de retrouver un peu de contrôle sur ses émotions afin de raisonner correctement. C'est pourquoi, Severus avait accueilli Rachel avec calme. Il ne devait pas laisser passer d'occasions lui permettant d'apaiser sa colère.

L
a jeune étudiante hésita et répondit finalement aux paroles du Serpent:

- Nan ça ne fait jamais de mal, entre serpent on se comprend.

A ses mots, Rachel esquissa un sourire et s'avança légèrement de lui. Severus lui adressa à son tour un sourire.

- Mais ça m’étonne que tu connaisses mon nom, généralement je passe plutôt inaperçu. En revanche ne m’en tient pas rigueur si je ne connaissais pas le tien, j’ai toujours eu du mal avec les visages et les prénoms.

Il était vrai que Rachel était une demoiselle des plus discrètes.

- Pas de problème, répondit Severus. Je comprends qu'il y ait des gens qui n'est pas la mémoire des noms. Perso, j'ai plus de mal à retenir les dates d'anniversaire. Ça m'échappe complètement. J'arrive mieux à retenir les visages et les noms des personnes qui m'entourent. C'est une certaine façon de me protéger, j'imagine... De savoir à qui j'ai affaire...

Puis, Rachel s'émerveilla alors de ce coin verdoyant niché au cœur des montagnes françaises.

- C’est magnifique. Je n’avais jamais vu cette cascade.

Laissant à la demoiselle le temps de s'imprégner de ce lieu magique, Severus sortit sa baguette de son sac et la déposa près de son sac et de sa chemise. Il s'agissait plus d'un geste rassurant qu'autre chose. Si jamais tout deux avaient des ennuis (bien qu'il en doute vraiment en ce lieu paisible), le Serpentard saurait où se trouver sa baguette et pourrait s'en emparer rapidement. Le jeune homme avait le don de s'attirer des ennuis cet été... Il fut tirer de ses pensées par la voix de Rachel.

- Comment tu as connu cet endroit toi ?

Severus se redressa et croisa le regard de l'étudiante. Ils se perdirent dans les yeux de l'autre un instant.
* Pourquoi est-elle ici ? * se demanda le jeune homme un instant. Sa curiosité reprenait le dessus devant cette jeune demoiselle aux yeux plein de mystère. Le jeune homme esquissa un sourire avant de répondre.

- J'ai passé pas mal de temps par ici avec ma famille. Ce lieu est une espèce de "jardin secret" dans lequel j'aime me réfugier quand j'ai du mal à maîtriser mes émotions, avoua-t-il.

Pourquoi s'ouvrait-il ainsi à Rachel? Le Serpentard n'en avait pas la moindre idée. L'ambiance des lieux devait jouer sur ces quelques révélations, car d'ordinaire, Severus ne se dévoilait pas autant.

- Ne m'en veux pas, mais cette chaleur va me tuer... En bon britannique que je suis...

Interrompant ses propos, le jeune homme retira son t-shirt et se retrouva torse nu. Il espérait ne pas choquer Rachel. En effet, les élèves de Poudlard n'avaient pas l'habitude de se voir aussi dénudés, surtout entre filles et garçons... Des maux de tête l'assaillaient depuis un moment.
* Cette chaleur... * jura-t-il intérieurement en se dirigeant vers l'eau fraiche. Severus s'en aspergea le visage et se rafraichit la nuque. Il se demanda si cette demoiselle si réservée allait vouloir s'enfuir en courant...

Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Rachel Pasca, Mer 18 Nov - 20:34


- Pas de problème. Je comprends qu'il y ait des gens qui n'ont pas la mémoire des noms. Perso, j'ai plus de mal à retenir les dates d'anniversaire. Ça m'échappe complètement. J'arrive mieux à retenir les visages et les noms des personnes qui m'entourent. C'est une certaine façon de me protéger, j'imagine... De savoir à qui j'ai affaire...

Les dates non plus elle ne les retenait pas, mais ça elle se garda bien de le rajouter. Si elle n’éprouvait pas le besoin de se protéger comme lui, elle n’éprouvait pas non plus le besoin de mettre en avant toutes ses défaillances. Certains sorciers qu’elle avait rencontrés n’avaient pas eu besoin de ça pour la juger et la rabaisser, ne se fiant qu’à ce qu’ils voyaient. Rachel était meilleure qu’il n’y paraissait, ses airs rêveurs et naïfs jouaient souvent des tours aux autres.  

La serpentard avait rarement été aussi mélancolique. Calme et douce, autant dans ses gestes que dans sa manière de parler, pourtant cela n’empêcha pas Severus de sortir sa baguette. Tranquillement, elle promena son regard sur les environs, faisant mine d’observer le paysage, évitant ainsi de le dévisager lui. Pourquoi pensait-il en avoir besoin ? Rachel ne pensait pas représenter une menace. Peut-être était-il de ces personnes qui font affaire avec de mauvais sorciers ? Que ce soit par choix ou par dépit. Était-il venu là pour fuir une menace ?

Mais à peine s’était-elle posée la question que Rachel la chassa, ne s’en faisant pas plus que ça. C’était peut-être là le discours d’une femme à qui il n’était jamais rien arrivé, mais, justement, il ne lui était jamais rien arrivé que ce soit de près ou de loin. Alors pourquoi cela devrait changer aujourd’hui ? D’autant que son camarade d’école se contenta de poser sa baguette sur le côté. Sans parlé qu’elle était, contre toute attente, tout à fait capable de se défendre. Car si les cours de Défenses Contres les Forces du Mal n’avaient jamais été sa tasse de thé, elle était toujours restée plus ou moins attentive.

- J'ai passé pas mal de temps par ici avec ma famille. Ce lieu est une espèce de "jardin secret" dans lequel j'aime me réfugier quand j'ai du mal à maîtriser mes émotions, dit-il sur un ton que Rachel connaissait bien.

Il se confiait.

Alors elle en déduisit que finalement, ils étaient pareils. Severus, tout comme elle, avait une blessure dans le cœur, un besoin intense de calme et de sérénité. Le tout était maintenant de savoir s’ils pourraient s’aider l’un l’autre.

- Ne m'en veux pas, mais cette chaleur va me tuer... En bon britannique que je suis...

Rachel haussa un sourcil, amusée et surprise de voir le serpent retirer son haut et se jeter à l’eau. Il faisait bon c’est vrai, mais pas assez pour se baigner dans les eaux de montagnes. M’enfin, ça n’avait pas l’air de le déranger plus que ça et dans le fond, elle était presque heureuse de trouver quelqu’un d’encore moins frileux qu’elle.

- À ton aise, rigola-t-elle en faisant un grand geste pour signaler que ça ne la dérangeait pas.

La serpentard  prit alors ses aises elle aussi et s’approcha du bassin naturel pour s’asseoir en tailleur. Puis, gênée par sa baguette qu’elle avait rangée sous son pull et qui lui rentrait désormais dans la peau, elle l’a sortie également. Ce n’est qu’à ce moment que la serpentard laissa libre court à ses premiers instincts : les autres.

- Tu sais, si tu as besoin de parler… commença-t-elle en repensant à la confidence du jeune homme. Je suis là. Ça fait du bien de parler à une personne qu’on ne connaît pas ou pas beaucoup. Je ne pourrais peut-être pas te conseiller, mais il parait que je suis une bonne entendeuse. Ou une bonne confidente si tu préfères, termina-t-elle en se rendant compte que le terme « entendeuse » n’existait sans doute pas.

En fait, personne ne lui avait jamais dit qu’elle était effectivement une bonne confidente. Rachel était arrivée tout seule à cette conclusion après avoir joué les psychologues pendant des années pour sa mère, sa famille, ses amis ou même de parfais inconnu. Elle n’avait jamais su pourquoi exactement, mais elle attirait toujours la sympathie des gens et leur confiance, les incitants parfois malgré elle les se livrer. Connaitre les plus noirs souvenir des gens n’était pas chose aisé à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Severus Storm, Jeu 7 Jan - 10:28


Je suis vraiment, profondément désolée de n'avoir pu répondre avant !! Tu peux me flageller si tu veux :fouet:

L'eau était vraiment bonne pour le coup, bien que légèrement froide. Severus savourait de pouvoir enfin se rafraîchir après une telle ascension. Le Serpentard entendit à peine Rachel lui répondre en rigolant, mais il vit son geste. Elle ne lui en voulait pas. C'était une bonne chose, comme ça ils pourraient continuer à discuter ensemble et prendre du plaisir à se retrouver entre sorcier/sorcière. Chose qui était difficile en territoire moldu, même s'ils avaient tous les deux l'âge requis pour pratiquer la magie en dehors de l'école.

Là, dans l'eau, Severus se sentait bien. Il se sentait à l'abri de tout, isolé des problématiques existentielles qui le suivaient depuis pas mal de temps maintenant. Sous l'eau, tout était si calme, si paisible, si silencieux. Le jeune homme en avait presque oublié la jeune femme l'espace d'un instant.

Lorsqu'il ressortit enfin pour respirer l'air de la montagne à plein poumons, Severus observa la jeune demoiselle, assise en tailleur face à lui. Leurs deux baguettes posaient l'une près de l'autre. Rachel paraissait également soulagée de se retrouver dans ce lieu magique. Avant qu'il n'ait pu lui dire quoique ce soit, la jeune étudiante lui adressa la parole en premier.


- Tu sais, si tu as besoin de parler… commença-t-elle en repensant à la confidence du jeune homme. Je suis là. Ça fait du bien de parler à une personne qu’on ne connaît pas ou pas beaucoup. Je ne pourrais peut-être pas te conseiller, mais il parait que je suis une bonne entendeuse. Ou une bonne confidente si tu préfères, termina-t-elle en se rendant compte que le terme « entendeuse » n’existait sans doute pas.

A ses propos, le jeune homme fronça les sourcils. De nombreuses fois, il s'était retrouvé ici avec son père et sa sœur. A chaque fois, ce lieu leur permettait de discuter ouvertement d'un tas de choses, plus ou moins obscures. Severus n'était pas du genre à se confier, mais il devait avouer que cet endroit l'avait toujours amené à se confier. Et à chaque fois, cela lui avait fait un bien fou.

Après un moment, Severus s'avança vers Rachel, grimpa sur le bord et s'allongea à ses côtés. Le ciel était magiquement bleu. Aucun nuage n'était présent. Perdant son regard dans l'immensité et la profondeur du ciel, le jeune homme répondit calmement à sa comparse:


- Je suis également très bon confident. Par contre, j'ai toujours eu du mal à me confier aux autres. J'ai toujours fait passer mes problèmes après ceux des autres. Je pense que tu vois ce que je veux dire.

Severus marqua un pause avant de reprendre:

- Toutefois, je ne sais pas pourquoi, mais ce lieu m'a toujours permis de m'apaiser et de souffler un coup. Je me sens plus en confiance pour parler un peu. Bref. J'ai eu des vacances quelque peu mouvementées. Je me suis fait agressé, je me suis retrouvé dans un hôpital moldu et ensuite, j'ai eu des nouvelles peu rassurantes d'un de mes meilleurs amis. On peut mieux faire comme période de repos... rigola-t-il sarcastiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Rachel Pasca, Jeu 7 Jan - 17:39


HRP:
 

Tandis que Severus se baignait, Rachel observait l’eau septique, se demandant ce qu’il pouvait bien y avoir au fond. Plutôt des rochers couverts d’algues et glissant, ou plutôt de la vase bine pâteuse comme dans le lac un peu plus bas ? La sorcière adorait l’eau, mais mine de rien elle était tout de même assez frileuse quand elle ne voyait pas le fond. À force de trop regarder la télé pendant les vacances loin de Poudlard, elle s’était mise à devenir paranoïaque. Ou plutôt, ça avait accentué ce côté-là de sa personnalité. Ainsi elle s’imaginait un serpent qui rodait au fond et ne voulant pas se faire mordre, elle gardait ses pieds à la surface. Une « peur » pareille était un comble, vu sa maison. Enfin… ce n’était qu’une supposition puisque tout ça était bien sûr faux, elle le savait très bien, et que ses pieds étaient au sec. C’était parfois un peu confus dans sa tête. Étrange plutôt.

Rachel savait que sa proposition ne passerait peut-être pas, peut de personne finalement aimait se confier aussi vite, pourtant le plus souvent elle avait quand même des retours positifs. Contradictoire tout ça, je sais…

Le jeune homme fronça les sourcils, sans doute ne s’attendait-il pas à ce que Rachel ne lui propose ça après seulement deux mots échanger, mais elle était comme ça. Même s’il ne lui répondait pas, au moins elle avait posé la question. Elle aurait tout le loisir de creuser un peu plus si par la force des choses ils se reverraient et devenaient amis. Mais en attendant…

Severus se releva pour sortir de l’eau et s’allonger à ses côtés. Rachel le regarda faire, sans rien dire, le laissant profiter du soleil. C’est vrai qu’il faisait beau aujourd’hui, ils avaient de la chance. L’air ici était plus frai et plus respirable qu’en ville, plus pur, un peu comme celui qu’elle s’était habituée à respirer pendant des cours. Plus elle grandissait moins elle aimait rentrée…

- Je suis également très bon confident. Par contre, j'ai toujours eu du mal à me confier aux autres. J'ai toujours fait passer mes problèmes après ceux des autres. Je pense que tu vois ce que je veux dire.

- M’en parle pas,
répondit-elle à mi-voix en roulant des yeux.

Elle avait beau être heureuse d’aider et fière de se sentir utile, à force les problèmes des autres devenaient épuisants et lourd à porter. À terme, ils devenaient ses problèmes.

- Toutefois, je ne sais pas pourquoi, mais ce lieu m'a toujours permis de m'apaiser et de souffler un coup. Je me sens plus en confiance pour parler un peu. Bref.

Rachel se redressa quelque peu, se concentrant sur le jeune homme. Dans ce genre de moment il n’y avait rien à faire à part une « analyse » : écouter, trouver des raisons, puis des réponses. Autant que possible en tout cas.

- J'ai eu des vacances quelque peu mouvementées. Je me suis fait agresser, je me suis retrouvé dans un hôpital moldu et ensuite, j'ai eu des nouvelles peu rassurantes d'un de mes meilleurs amis. On peut mieux faire comme période de repos...

Le rire que son homologue serpentard lui offrit alors n’avait rien de ces rire qu’on aime entendre, trop fade et terme. Amer.

Rachel souffla un bon coup. Que dire ? Au fond rien si ce n’est des phrases déjà toutes faites comme : ça va aller, demain est un autre jour ! Mais elle-même n’y croyait jamais. Alors elle se laissa tomber en arrière, sa tête arriva plus ou moins au même niveau que celle de Severus. Il avait eu une bonne idée, en commençant à observer le ciel, elle n’était pas mécontente d’avoir fait de-même. Parce que si le ciel lui était d’un bleu parfait, ce que la serpentard aimait c’était de regarder danser les feuilles. Ecouter le vent et les oiseaux. Le bruit de l’eau. Voir la lumière transpercer le pelage automnal.

- Je suppose qu’il faut juste s’y faire… Je n’ai jamais rencontré personne qu’y n’ait pas de problèmes, les sorciers sont tout aussi forts que les moldus pour s’en créer d’ailleurs. Mais… je ne sais pas si… si j’avais la possibilité de tout recommencer, je ne sais pas si je changerais quelque chose finalement. Il y a beaucoup de choses injustes, c’est vrai, mais c’est le propre de chacun. On dira ce qu’on veut ce sont nos petits et grands malheurs qui nous forgent et fond de nous ce que nous sommes, pas le reste… ou moins.

La plupart du temps, c’est de cette manière qu’elle voyait les choses, sans doute que son côté « carpe diem » et « advienne que pourra » y jouait un grand rôle, grande bohème qu’elle était. Elle n’aimait pas se prendre la tête, elle avait comprit depuis longtemps que ça ne servait à rien. De toute manière ce qui doit arriver arrive. Mais la serpentard n’avait vraiment pas à se plaindre. Elle n’avait que quelques problèmes minimes, Severus n’avait pas l’air d’être logé à la même enseigne. De son côté à part des problèmes avec elle-même, sa famille et surtout sa mère, il n’y avait rien. Mais sa famille c’était presque tout pour elle justement, alors les voir s’éloigner un peu plus à chaque visite…

C’est alors qu’une voix la sortie soudainement de ses pensées. Rachel se releva brusquement, mi-soulagée mi paniquée.

Soulagée parce que si elle avait continué à penser à ça, elle aurait fini par pleurer, trop sensible. Fallait avouer que ce n’était pas un sujet des plus joyeux qu’ils venaient de commencer.

Paniquée… parce qu’à quelques mettre seulement c’est sa mère qu’elle voyait arriver droit sur eux.

« Eh Mer**, Mer**, Mer** ! »

- Ah tu es là, je m’inquiétais.

Rachel ne répondit pas, si sa mère souriait ce n’était pas son cas. Elle lui en voulait encore, pour aujourd’hui mais aussi pour pleins d’autres jours. Et si elle la connaissait bien : pour ce qu’elle allait faire dans pas longtemps.

« La ferme et dégage. Fou-moi le camp. OUST ! »

Rachel jeta rapide coup d’œil à Severus, gêné qu’il soit torse nu. Gêné parce qu’elle savait ce que ça risquait de provoquer.

- Dit-donc, tu me présentes ?

A peine sa requête était-elle énoncée que sa mère la prit de cour et le fit à sa place.

« Tout mais pas ça ! Pitié… »

- Je suis la mère de Rachel. On est venu au lac avec toute la famille pour faire un barbecue. Enfin, la famille, c’est surtout celle de mon marie, Nicolas, parce que ça n’a jamais vraiment été la mienne vous savez. Moi je suis la pièce rapporté !

- Maman…
grogna Rachel, excédée d’entendre toujours le même discourt et désolée que Severus doivent subir ça lui aussi.

La jeune femme lui adressa d’ailleurs un triste sourire en guise d’excuse provisoire, même elle ne pouvait pas arrêter sa mère. Pas sans créer encore plus de dégât. D’ailleurs en parlant de dégâts, il aurait plutôt fallu parler de catastrophe, vu ce qui allait suivre.

- Il est mignon dit-donc, c’est pour lui que tu es parti ? Moi à ton âge j’aurais craqué. Tu ne trouves pas qu’il est beau Rachel ?

Ladite Rachel se ratatina sur elle-même, mortifié, sans doute rouge de honte… ou de rage. Pourtant elle resta calme, au fond cette histoire avait même quelque chose de comiquement ridicule. Non ? De toute manière elle ne connaissait que trop bien sa mère, et lui dire quelque chose serait pire que tout, elle essaya donc la manière douce.

« Tuez-moi ou je vais la tuer… »

- Non maman, c’est un camarade.

- Et alors ? L’un n’empêche pas l’autre ! Et puis, je te l’ai déjà dit, si tu veux quelque chose il faut le prendre, sinon tu vas finir vieille fille et…

- Maman !
la coupa-t-elle avant qu’elle n’en fasse encore plus. Un camarade d’ÉCOLE !

Elle avait bien insisté sur le mot « école », en espérant que cette fois sa mère capterait le message : Severus était un sorcier. Et si ça n’avait rien de grave en soit, bien au contraire, pour sa mère il n’y avait pas pire. Elle supportait à peine sa propre fille alors un inconnu il ne fallait même pas l’envisager. Donc histoire d’en ragouter encore plus, Rachel désigna les baguettes posées un juste à côté d’eux. C’est à ce moment là qu’elle vu avec joie le sourire de sa mère disparaitre. Elle décida d’en rajouter une couche :

- En plus il a une copine.

Ce n’était pas vrai. Enfin peut-être que si, Rachel n’en savait rien, elle voulait juste que sa mère ne parte et grâce à ça elle y était parvenue.

La serpentard attendit patiemment que sa mère ne disparaisse entre les arbres pour s’écouler en arrière, cachant son visage de ses mains. Elle étouffa un grognement, puis se confondit en excuse. Il n’aurait jamais dut voir ça…
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Severus Storm, Mar 12 Jan - 13:07


Les quelques mots échangés avec la jeune sorcière confirmèrent les premières pensées de Severus. Le jeune homme était plutôt doué pour déduire certains aspects de la personnalité des personnes qu'il rencontrait. "M'en parle pas". En prononçant ces simples mots, Rachel venait de révéler à Severus qu'ils avaient quelques points communs. Du moins, celui d'être de bons confidents; sans parler du don de s'attirer des ennuis en faisant tout pour aider les autres.

Alors qu'un silence s'installait entre eux, le jeune homme ferma les yeux. Une légère brise siffla dans ses oreilles. Conjuguée, à la sérénité des lieux, le passage du vent le fit frisonner sans pour autant contracter ses muscles. Au contraire, Severus se sentait apaisé. Chaque partie de son corps se détendait. D'ordinaire, il n'aurait pas été ainsi au contact d'une demoiselle qu'il connaissait à peine depuis quelques minutes. L'étudiant avait l'impression que cela faisait une éternité qu'il ne s'était pas sentit aussi calme intérieurement. Il ne percevait pas le besoin de se mettre sur ses gardes aux côtés de Rachel. Sa comparse semblait le comprendre. Ils n'avaient pas besoin de se lancer dans de grands discours ou de faire plus ample connaissance. C'était comme si... Comme si se retrouver en présence d'un autre sorcier était juste une bénédiction. Ou comme s'ils avaient juste besoin d'une présence. Une simple présence avec qui partageait un instant de paix et de compréhension, sans avoir besoin de s'étendre sur leurs problèmes respectifs.

Cet état... Severus l'avait maintes fois ressenti auprès de Jim'. Souvent, il s'allongeait sur le sol, ne faisait que savourer la présence de son meilleur ami et des notes qu'il jouait au piano. Ces moments pouvaient durer des heures. Des heures à savourer le soulagement d'être auprès de quelqu'un qui pouvait comprendre, entendre, conseiller sans juger.

Rachel semblait faire partie de ces rares personnes.

Severus sentit les mouvement de la jeune sorcière qui s'allongea à ses côtés, avant de briser le silence:


- Je suppose qu’il faut juste s’y faire… Je n’ai jamais rencontré personne qu’y n’ait pas de problèmes, les sorciers sont tout aussi forts que les moldus pour s’en créer d’ailleurs. Mais… je ne sais pas si… si j’avais la possibilité de tout recommencer, je ne sais pas si je changerais quelque chose finalement. Il y a beaucoup de choses injustes, c’est vrai, mais c’est le propre de chacun. On dira ce qu’on veut ce sont nos petits et grands malheurs qui nous forgent et fond de nous ce que nous sommes, pas le reste… ou moins.

Les mots de Rachel touchèrent le jeune homme. Severus rouvrit les yeux. Lui aussi c'était toujours dit qu'il ne regrettait rien. Que si tout était à recommencer, il ne changerait rien. Les injustices... Il ne savait que trop bien qu'elles faisaient parties de la construction d'un être humain. Toutefois, c'était son devoir de ne pas les laisser manipuler sa vie ou celles de ses proches.

Alors que Severus allait répondre à la jeune demoiselle allongée à ses côtés, une voix sortie de nulle part.


- Ah tu es là, je m’inquiétais.

Instinctivement, dans un mouvement commun, les deux sorciers se redressèrent. De toute évidence, cette personne connaissait sa complice de Poudlard. Elle était plus âgée qu'eux et souriait. Severus pensa qu'il pouvait s'agir de la tante ou de la mère de la jeune femme. Cependant, prise au dépourvu par cette interruption, Rachel semblait se crisper et fulminer de rage. * Aurait-elle des problèmes de famille...? *

- Dit-donc, tu me présentes ?

Le jeune homme fut surpris par cette remarque, mais ne comptait pas intervenir. Si Rachel était dans cet état, ce n'était pas pour rien.  D'ailleurs, elle semblait terriblement gênée. * Purée, pourquoi faut-il toujours que quelqu'un de "néfaste" se pointe lorsqu'on trouve enfin un endroit paisible avec une bonne compagnie? *

- Je suis la mère de Rachel. On est venu au lac avec toute la famille pour faire un barbecue. Enfin, la famille, c’est surtout celle de mon marie, Nicolas, parce que ça n’a jamais vraiment été la mienne vous savez. Moi je suis la pièce rapporté !

Severus ne sut quoi répondre à ces propos. Il fut légèrement interloqué par les mots de la mère de Rachel. Ses histoires de famille ne le concernait pas et, de plus, cela mettrait très probablement un froid entre les deux jeunes gens.

- Maman…

Severus lança un regard désolé à Rachel afin de lui faire comprendre qu'il n'allait pas la juger d'après l'intervention osée de sa mère. Ce genre de situation lui était inconnue pour le coup. Le jeune homme avait de la chance côté famille. Tous se respectaient et prenaient garde à ne jamais mettre à l'aise l'autre.

- Il est mignon dit-donc, c’est pour lui que tu es parti ? Moi à ton âge j’aurais craqué. Tu ne trouves pas qu’il est beau Rachel ?

Severus écarquilla les yeux devant la remarque osée de la mère de Rachel. Jamais il n'aurait pu imaginer se retrouver là et mettre mal à l'aise la sorcière. Il ne savait pas trop comment réagir. A ses côtés, le teint de la jeune demoiselle prit de la couleur, passant par le rouge. Le jeune homme resta calme et tenta de faire signifier à Rachel qu'elle ne devait pas avoir honte.

- Non maman, c’est un camarade.

- Et alors ? L’un n’empêche pas l’autre ! Et puis, je te l’ai déjà dit, si tu veux quelque chose il faut le prendre, sinon tu vas finir vieille fille et…

- Maman ! Un camarade d’ÉCOLE !

L'insistance avec laquelle Rachel avait prononcé le mot "école" mit la puce à l'oreille de Severus. Sa mère ne devait pas supporter les sorciers. De nouveau, le jeune homme ne traduisit rien, mais dans le fond, il regrettait que toutes les familles ne soient pas comme la sienne: respectueuse, compréhensive et amicale. * Quand on parle d'injustice... * se dit-il en défiant légèrement la mère de Rachel du regard.

- En plus il a une copine.

Ces derniers mots firent partir la mère de sa comparse. Severus la suivit du regard entre les arbres et se retourna vers Rachel qui venait de s'écrouler en arrière et cachée son visage de ses mains. Confus, l'étudiant laissa la jeune femme se calmer après qu'elle lui ait adressée ses excuses.

Après un moment, Severus se mit en tailleur et commença à triturer quelques brins d'herbes entre ses doigts. Il se perdit dans ses pensées avant de trouver les bons mots pour rassurer Rachel sur cette entrevue impromptue.


- Ne t'excuse pas. Ce n'est pas à toi de le faire.

Severus croyait en ses mots. Rachel n'avait pas à s'excuser du comportement de sa mère. Même s'il ne comprenait que trop bien pourquoi elle le faisait.

- Ne t'en fais pas pour moi. Je ne vais pas m'en aller en courant sous le prétexte que ta mère semble avoir des problèmes avec les sorciers. Et... Nous étions bien partis pour passer un bon moment ensemble, non? Donc, faisons comme si tout ça n'avait pas eu lieu.

Le jeune homme hésita un moment avant d'ajouter:

- J'imagine que tu ne tiens pas à discuter de ce qu'il vient de se passer, donc... Soudain, Severus eut une idée stupide: Et puis, j'ai peut-être une idée pour te remettre de tes émotions.

Le sorcier se leva, attrapa Rachel, la serra contre lui afin qu'elle ne puisse se débattre et plongea sur l'eau fraiche du lac.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Rachel Pasca, Dim 17 Jan - 17:16


Comme toujours sa mère avait fait des ravages avec l’un de ses interventions pour le moins… originales, et comme toujours c’était elle qui finissait par s’excuser auprès des autres. En l’occurrence aujourd’hui c’était envers Severus. Sa mère ne lui avait presque rien épargné, pourtant il ne semblait pas si affecté, en tout cas beaucoup moins que la serpentard qui n’osait même plus dans les yeux.  C’était la goûte d’eau de trop aujourd’hui.

Rachel s’était donc recouverte le visage à l’aide de ses mains, cachant ses larmes naissantes. Fatigue, frustration, colère, c’était un peu de tout à la fois.

Sans le voir, elle sentit Severus se rasseoir et la regarder. La sorcière se releva donc, essuyant très discrètement l’unique larme qu’elle avait versé. C’était bien assez, trop déjà.

La serpentard croisa alors le regard de son confrère et se sentit apaisée. C’était assez agréable, comme sensation.

- Ne t'excuse pas. Ce n'est pas à toi de le faire.

Il n’était pas le seul à le lui dire et au fond peut-être qu’il avait raison, ainsi que tous les autres. Cependant, et même si Rachel n’y était pour rien dans le comportement de sa mère, elle trouvait normal de s’excuser. Parce que ça n’avait rien à voir avec lui et qu’il n’aurait jamais dut subir pareil chose. Ni lui ni les autres d’ailleurs.

- Ne t'en fais pas pour moi. Je ne vais pas m'en aller en courant sous le prétexte que ta mère semble avoir des problèmes avec les sorciers. Et... Nous étions bien partis pour passer un bon moment ensemble, non ? Donc, faisons comme si tout ça n'avait pas eu lieu.

Rachel lui adressa un triste sourire, arrachant elle aussi quelques brins d’herbes pour les tordre et le couper de toute part. Elle était néanmoins déterminée à faire comme le jeune homme l’avait dit, c’est de toute manière ce qu’elle aurait fini par faire. La serpentard était douée pour ça, pour passer outre ses problèmes. Les rangers dans un coin sombre et ne plus jamais les ressortir, les oublier.

- J'imagine que tu ne tiens pas à discuter de ce qu'il vient de se passer, donc...

La sorcière fit les gros yeux et secoua la tête. Oh non, non, non, elle ne comptait pas en reparler. De toute manière il n’y avait rien à dire. C’était ainsi, point barre.

- Et puis, j'ai peut-être une idée pour te remettre de tes émotions.

Rachel fronça les sourcils et le questionnant du regard. Quoi encore ? Elle le vit se lever, la surplombant largement en hauteur et cachant même les rayons du soleil. Puis, sans qu’elle ne puisse rien faire, ni protester ni se débattre, Severus l’attrapa fermement. C’était comme un câlin en plus… brusque et mouillant puisque le sorcier l’avait alors entraîné avec lui dans les eaux vertes du petit lagon.

Dans un premier temps surprise par la profondeur, ce fut Severus qui la ramena à la surface, la tenant toujours dans ses bras. La serpentard se dégagea, bu la tasse avant de trouver enfin un appui. Elle essuya alors ses yeux pour y voir plus clair.

- C’est gelé, rigola-t-elle.

Entendant un éclat de rire non loin d’elle, Rachel s’immobilisa pour observer le jeune homme. Ainsi dans l’eau, il paraissait dans son élément. Et d’un point de vu extérieur on aurait put le croire insouciant et heureux, comme s’il avait retrouvé l’innocence de l’enfance. Là où tout est plus simple, plus beau.

- À ça t’amuse ? dit-elle en l’éclaboussant d’un coup. Prend ça espèce de paramécie anglais !

Paramécie ou « créature unicellulaire sans cervelle ». Elle avait appris se terme dans un film de Peter Pan et l’utilisait régulièrement depuis. C’était une insulte sans nul doute un peu exagéré, mais très peu de personne en connaissait sa signification et de toute manière personne ne pouvait penser qu’elle était sérieuse. D’autant qu’elle l’éclaboussa de plus belle.

Severus ne se laissa évidement pas faire et le petit jeu dura bien quelques longues minutes, jusqu’à ce que Rachel ne s’avoue enfin vaincue. Le calme revînt alors dans le petit basin, et Rachel se tourna vers son compagnon de fortune. Puis, chose surprenante pour elle, la sorcière se rapprocha et le prit dans ses bras, murmurant un simple « merci » qui résumait tout. Cependant, s’il y avait bien une chose que la serpentard détestait, c’était de perdre. Ni une ni deux, elle profita alors d’avoir le jeune homme dans ses bras pour lui mettre la tête sous l’eau.

Pas niaise pour un sous pourtant, Rachel savait qu’une fois ressorti il chercherait à se venger. Sans sortir de l’eau toute fois, elle s’éloigna rapidement de Severus pour se réfugier contre une paroi du bassin, se tenant solidement aux racines d’un arbre. À ce jeu là elle perdait rarement, pour une fois son poids était un atout majeur.  

C’était à son tour de ressembler à une enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Tori A. Blake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Tori A. Blake, Mar 17 Mai - 17:14




Rencontre originale
Pv avec Jean Parker




Depuis l'histoire de la lettre, et cette rencontre avec Azmaria, je pensais beaucoup à retourner en France, au moins y faire un tour, histoire de revenir dans le pays ou j'avais grandi. Après avoir longuement hésité, c'est finalement sur un coup de tête que j'avais chopé le premier porte-au-loin à ma portée pour aller en France. Seulement, maintenant que le haut le cœur si propre à ce moyen de transport était passé, je me demandais si l'idée de revenir par ici était réellement bonne. L'après midi était déjà bien entamée alors que j'arpentais les rues du quartier sorcier de mon enfance, les ruelles dallés éveillant de nombreux souvenirs en moi. Bien que mes géniteurs soit à des milliers de kilomètres de moi, la peur de croiser une de leurs relations ayant connaissance de la situation était toujours présente.

Aussi, lorsque ce blond un peu trop discret mais pourtant très propre sur lui croisa mon chemin, mes sens se mirent en éveil. Cela faisait déjà quelques minutes que nous poursuivions la même route, et les passants se faisait de plus en plus rare. Cela ressemblait peu être à de la paranoïa, mais je ne me sentais pas rassurée d'avoir ce jeune homme derrière moi, et me posais de plus en plus de questions. L'inquiétude l'emportant sur la raison, je me figeait d'un coup dans mon chemin, avant de me retourner baguette à portée de main, les yeux rivés sur le blond:

- Je peux savoir pourquoi tu me suis depuis quelques minutes ? Un amie des Blake peu-être ? Si c'est le cas je te conseille d'oublier que tu m'as vue...

Mes yeux lançaient un avertissement sourd, tandis que j'attendais une réponse, un mouvement pour agir en conséquence. Maintenant que je m'étais retournée, je ne trouvais plus le personnage si important, bien que ce soit sûrement dû à la colère. Deux fois plus grand que moi, je devais sûrement paraître ridicule, mais ma taille restait un atout majeur qui m'avait bien souvent été utile auparavant. J’espérais me tromper sur son cas, auquel cas je passerais pour une folle, sinon ce petit détour en France ne serait pas aussi ressourçant que je l'aurai espéré, mais j'en aurait tiré une bonne leçon.


Code de Tori


Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Jean Parker, Ven 1 Juil - 18:24


Depuis quelques temps Jean avait décidé de revenir en France afin d'avoir quelques pensées nostalgiques sur son passé avec son frère.
Il se mit donc à trainer à travers sa terre natale en faisant le tour en passant par des villes comme Marseille dans laquelle il resta deux ou trois jours à trainer dans les rues, les bars et les hôtels avant d'aller dans des villages paumés afin de pouvoir se ressourcer.
Jean finit par traîner dans Paris afin de trouver un quartier sorcier.

Il y resta le reste des vacances afin de pouvoir côtoyer des sorciers tout en étant dans un autre cadre de vie car traîner entre Le Pré Au Lard et Poudlard en tant qu'apprenti sorcier dans celle ci.
Un certain jour ou il était assis sur un banc a regarder les gens qui passent, Jean remarqua une jeune fille qui lui semblait pourtant familière en plein milieu de Paris...

N'ayant rien de vraiment plus intéressant à faire en plein Paris, il décida finalement de la suivre afin d'essayer de lui parler. Cela pourrait donc paraître étrange, carrément flippant quoi.
Au bout de quelques minutes, elle se retourna vers lui en le pointant avec sa baguette. Faut dire que en discrétion Jean n'était pas vraiment un exemple.

Elle lui annonça d'une voix un peu énervée et angoissée :

Je peux savoir pourquoi tu me suis depuis quelques minutes ? Un amie des Blake peu-être ? Si c'est le cas je te conseille d'oublier que tu m'as vue...

Alors la réponse était pas vraiment évidente à formuler...

Heu... En fait c'est assez stupide je dois bien le reconnaître, mais il me semble t'avoir vue à Poudlard donc j'ai voulu essayer de te parler en attendant le bon moment, mais c'est sur que cela peut paraître flippant. Et non je ne connais pas des gens ayant pour nom de famille Blake.

Bon la discussion était lancée, de manière totalement imprévue mais lancée.

Heu Je me présente, je m'appelle Jean Parker et je suis en dernière année à Poudlard et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Petite promenade en France

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 16:04


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 14

 Petite promenade en France

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.