AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 1 sur 2
Bureau de la Directrice de la Justice Magique
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Neal Ferxon
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard

Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Neal Ferxon, Mer 2 Fév - 21:10


Epuisé, Thomas s'assis sur le fauteuil en velours qu'il allait adopter pour une période de six mois. Il s'agissait d'une grande satisfaction personnelle, lui qui, quelques semaines auparavant était encore à la rue, occupant le poste de vagabond. L'ex candidat au poste de ministre, Joseph Whitworth l'avait sorti de ces misères, Thomas lui en était reconnaissant. Mais en perdant légitime des élections, le jeune métisse n'avait plus de nouvelles de son collaborateur. Bah, il reviendrait bien un jour, il y avait bien plus urgent.

L'agencement du bureau était optimisée, il avait le droit à des fenêtres magiques répandant la météo qu'il voulait : sa télécommande était posée sur le bureau. Ce matin, il avait choisi fort soleil et petite brise rafraîchissante. Ce temps avait le don d'égayer son humeur.
Il y avait également, sur le bureau, une petite pile de dossiers : le travail qui commençait à s'accumuler. On ne pouvait pas dire que son prédécesseur, Betty Jorkins, était très active. Il allait devoir reprendre des bases très solides.
Sur la pile de dossiers résidait une feuille de parchemin. Ses objectifs. On pouvait y lire :

- Contacter Kuders., puis l'inviter.
- Réunion avec Rabastan.
- Contacter Jorkins.
- Contacter Kimoka.
- Lancer la traque.
- Propagander dans la Gazette.


Le parchemin n'était pas rempli, une plume était posée à côté de ce morceau de parchemin. Il comptait

Thomas claqua des doigts. Ernest, son Elfe de Maison de service, apparut. C'était la première quoi que le Directeur de Serpentard le voyait. C'était un vieil elfe rabougri, chauve, avec une mini barbichette très atypique. Plus gros et plus petit que la plupart des Elfes de son âge, il avait une peau très pâle, et des traits très tirés. Il semblait toutefois doté d'une musculature impressionnante pour un elfe de son âge.

Pas de bonjour, et puis quoi encore, c'était un Elfe de maison.

- Vas me chercher Kuders.... Un moment, puis : Et Gordon.

L'elfe passa par la porte. Aussitôt refermée, Thomas s'assit sur son bureau, ouvrit son tiroir le plus haut et sortit une potion. Il devait la boire.... Pour aller mieux...
Il attendit avec impatience l'arrivée des deux Aurors assis derrière son bureau...
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Lily Gordon, Jeu 3 Fév - 11:11


Assise à son bureau, Lily Gordon s’essayait au lancé de précision : un petit Elfe se tenait debout à environ 5 mètres, une corbeille entre les mains. Boulette de papier entre les doigts, elle tentait tant bien que mal de viser la poubelle. Et malgré les efforts désespérés de la créature, qui se déplaçait à droite ou à gauche pour augmenter les chances de victoire de la demoiselle (et pour éviter ses râlements de protestation à chaque échec), il y en avait bien plus autour que dans la corbeille.
Oui, elle ne croulait pas sous le travail aujourd’hui. La plupart des tâches avait été gelée le temps que le nouveau gouvernement prenne ses quartiers et que les premières décisions soient prises. C’était Rabastan qui venait d’être élu Ministre. Un homme charismatique et qui connaissait le travail qui allait lui être confié puisque ce n’était pas la première fois qu’il s’asseyait sur le siège ministériel. Le Ministre sortant, Lily n’en avait plus de nouvelles, au grand dam de son petit cœur qui avait prit l’habitude de s’affoler à chaque fois qu’elle était un peu trop près de lui.
Le nouveau Ministre n’était pas le seul à avoir fait sa rentrée pour un mandat d’une demie année. Les Magenmages élus allaient bientôt se mettre au boulot également, ainsi que les différents Directeurs et Responsables. Un nom était venu poignarder Lily, parmi la liste des heureux nommés : celui de Thomas Efferxon, son meilleur ami. Pas une seule nouvelle de lui n’était venue rompre l’attente de son retour et c’était par hasard qu’elle avait posé les yeux sur son nom, au milieu de tant d’autres. Il allait falloir qu’ils discutent, elle et lui… Mais pas ici, pas maintenant, pas au travail.
La jeune femme s’apprêta à envoyer une nouvelle boule de parchemin dans la direction approximative de l’Elfe et sa corbeille lorsqu’une petite créature aussi moche qu’étrange passa la porte de son bureau.
« Miss Gordon est conviée dans le bureau du Directeur de la Justice Magique. »
Conviée ? Elle était conviée ?... Des mois qu’ils ne s’étaient pas vus et il envoyait une mocheté pour la faire rappliquer dans son bureau…Soit ! D’un geste rageur, elle envoya la boulette de papier sur la tête du petit Elfe à la corbeille qui couina en plissant les yeux, puis se leva.
« Alors si le Directeur de la Justice Magique me convie… »
Elle lissa sa jupe, rajusta son insigne d’Auror et s’engouffra en direction du célèbre ascenseur hors de prix du Ministère.
*****
"Premier sous-sol : Bureau du Ministre et des Directeurs"
Lily s’avança jusqu’à la porte du Directeur. Elle se donna un air sur, frappa quelques coups et pénétra dans le bureau après avoir été invitée à y entrer. Elle avança de quelques pas puis stoppa au milieu de la pièce, mains derrière le dos et tête droite. Son regard cependant, devait trahir la détresse de ces dernières semaines à le croire peut-être mort, ainsi que l’envie irrésistible de le serrer dans ses bras.
« Vous m’avez fait demander, Monsieur le Directeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Neal Ferxon
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard

Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Neal Ferxon, Ven 4 Fév - 21:07


Le siège rouge en velours et en coussins hyper-renflé était un trop bon plan pour rester pantois des heures dans son bureau. Thomas Efferxon comprenait l'inactivité de certaines personnes haut-fonction du ministère, tandis que les personnes qui n'ont qu'un tabouret en guise de lieu de travail travaillaient d'arrache-pied : le confort de l'endroit où étaient posées les fesses devait être inversement proportionnel avec le nombre de dossiers traités par le possesseur des fesses.

Le Directeur de Justice magique resta donc là pantois, assis, ou plutôt demi-allongé, ou même carrément vautré sur son fauteuil.

De brefs coups furent retentis sur la porte. Une petite femme, en tenue d'Auror, brune aux yeux bien reconnaissables de loin passa le montant, après l'invitation de Thomas Efferxon. Celui ci connaissait bien l'Auror. C'était Lily Gordon, son amie de Poudlard. Son visage ne laissait filtrer aucune expression particulière, il était vrai que Thomas voulait y déceler de la surprise, de la joie ou même de la fureur derrière ses traits -ou les trois en même temps, la Poufsouffle avait le don d'exprimer des expressions très contradictoires. Thomas avait essayé, un jour, sans succès.

Bref, non, en cette matinée, Lily paraissait impassible. Ca n'allait pas durer, Thomas connaissait son amie. Elle allait commencer à avoir des tics nerveux sur son visage puis soit éclater en sanglots, soit je ne sais pas quoi. Smile. Mais peut-être que depuis la disparition, Lily Gordon avait changé. Il ne savait pas, il ne lui avait donné aucune nouvelle, ni à elle, ni à Atrion Aweness d'ailleurs. Thomas avait préféré que son retour dans le monde des sorciers ne s'effectue que petit à petit.

- Vous m’avez fait demander, Monsieur le Directeur.

Ah, un ton cordial. Très bien, si elle le prenait comme ça, elle n'aurait le droit qu'à une réponse du même niveau, accompagné du si beau sourire hypocrite et cordial :

- Oui Gordon. Bienvenue dans mon bureau, voulez-vous une tasse de thé?

Le Directeur se croyait dans une pièce de théâtre, c'était le seul endroit où il pensait pouvoir vouvoyer son amie. L'environnement du bureau et leurs uniformes se confondaient également dans le décor et les costumes d'une scène de théâtre.

- Nous allons attendre Kuders, en vérité, j'aurai besoin de votre avis, à tous les deux. Elle ne devrait pas tarder, elle devait sérieusement bosser, elle

Thomas se doutait que Lily n'était pas en train de travailler au bureau, si tard dans la semaine. En vérité, son horrible elfe, Ernest, avait devancé l'Auror, et lui avait relaté ses occupations de fin de journée. Le Serpentard espéra que la tique gratuite qu'il avait envoyée à l'égard de son amie l'animerait, lui donnerait une expression. Il ne voulait pas user de la Légilimancie pour la pister. Pas sur son amie. Par contre, pour la Chef, Kuders...

Le Directeur ne put se retenir, il lança une autre tique :

- Racontez-moi donc vos derniers mois, que sont donc devenus Aweness et Won Shonfield?

Involontairement, ces derniers mots eurent un effet sur la jeune Auror. Thomas ignorait sincèrement que ces deux personnes avaient disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Lily Gordon, Mar 8 Fév - 1:25


Gordon ? Bienvenue ?? Une tasse de THE ??? C’était tout ce qu’il arrivait à formuler après des mois d’absence ? Gordon… A croire qu’elle était une vulgaire employée lui rappelant vaguement quelqu’un l’ayant connu. Peut-être pensait-il qu’en l’appelant par son prénom, il perdrait toute crédibilité ? Peut-être se sentait-il obligé d’user de froideur et d’une formalité désagréable pour inspirer le respect ? Imaginer qu’il puisse croire Lily incapable de retenue face à son supérieur hiérarchique lui provoqua une vague d’amertume.
Une petite pique verbale remettant en cause son travail mais elle ne broncha pas. Elle avait une conscience professionnelle et était suffisamment sérieuse pour ne pas se sentir visée par son attaque gratuite. Devait-elle lui lister le nombre d’heures supplémentaires effectuées au cours du dernier mois pour lui prouver ? Ca aurait été d’un mauvais goût épouvantable…
Il semblait un brin déçu, le jeune Directeur… Parce que Lily se comportait comme elle devait se comporter en tant que subordonnée ? Déçu et peut-être même déstabilisé, bien qu’il ne laissa rien paraître, il se contenta de prendre un air détaché sur un ton impersonnel. Ecrire que Lily ne ressentait rien aurait été un terrible mensonge. Non seulement elle était parcourue de divers sentiments, mais en plus ils étaient particulièrement violents et contradictoires. Colère, tristesse, déception, soulagement… Un cocktail étrange qu’elle tenta de dissimuler en demeurant impassible et muette. Pourtant, des mots vinrent frapper le cœur de la jeune femme.
Racontez-moi donc vos derniers mois, que sont donc devenus Aweness et Won Shonfield?
Comment pouvait-il faire preuve d’un tel manque de tact ? C‘était d’une bassesse inconcevable ! Les traits de la jeune Auror se relâchèrent sous le poids des paroles. Il osait appeler leur meilleur ami par son nom de famille. Ses proches n’avaient donc plus le mérite de se voir nommer autrement qu’en crachant leur nom comme celui d’un parfait inconnu ? L’incompréhension gagna bientôt les pensées de la jeune femme. Cela pouvait-il être possible ? Il semblait sérieux en posant cette question… Elle laissa tomber son masque impassible ainsi que le vouvoiement qui était venu ponctuer ses premières paroles. Dans un murmure, presque un chuchotement, elle posa des mots sur ses questionnements intérieurs.
« Tu… Tu l’ignores donc ?... »
Elle laissa planer un silence glacial dans le vaste bureau, plongeant son regard dans celui qui avait été, et qui serait sans doute pour toujours, son ami fidèle. Elle ancra ses yeux azur aux siens ébène, tentant de scanner son âme et sa sincérité, comme l’aurait fait un Legilimens averti. Elle laissa échapper une exclamation de surprise, semblable à un soupir triste.
« Tu l’ignores ! »
Elle dégluti puis tenta de réafficher cet air sure d’elle qu’elle avait réussi à arborer quelques minutes plus tôt, sans doute en vain. Elle reprit sur un timbre clair, en insistant sur le prénom de leur ami.
« Et bien… Atrion est parti. Il a quitté son travail et son domicile. Je pense qu’il est sans doute rentré dans sa famille… Je l’espère… A dire vrai, je n’en ai pas la moindre idée… Je n’ai aucunes nouvelles… Mais, je commence à avoir l’habitude de ce genre d’indélicatesses… »
Ca, c’était une petite remarque qu’elle se serait bien gardée de faire. Mais le cœur avait eu raison de la bienséance, une fois de plus. Elle ne s’éternisa cependant pas sur la pointe d’ironie qui était venue conclure son intervention, tentant de garder contenance pour poursuivre. Elle espérait que sa voix resterait de la même constance que précédemment et qu’elle ne trahirait pas la peine immense qu’elle tentait de camoufler depuis des mois.
« Pour ce qui est de Wolfgang… Il a été retrouvé mort… »
Elle poursuivit, à la manière d’un médecin légiste paré de l’indifférence que lui valait l’habitude.
« Coups, blessures et brûlures infligés avant le décès. Membres présentant de multiples fractures. Poumon droit perforé. Hémorragies internes. Ainsi qu’un sortilège dans le dos… »
Elle avait lu le dossier. Une fois, juste une seule. Et chaque mot, chaque lettre d’encre était gravé dans sa mémoire de manière indélébile. Sentant le malaise ambiant pointer, elle conclue :
« Mélina ne devrait plus tarder. »
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
Mélina Kuders
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Mélina Kuders, Mer 9 Fév - 21:46


Les joues creusées, les traits fatigués et les yeux rougis par le manque de sommeil causé par de nombreux flash de cette sombre après midi endeuillée et de longues heures à pleurer, le visage enfoui dans un coussin. L'auror ne pouvait plus reculer, il fallait qu'elle reprenne le chemin du ministère. Surtout en cette période post-élection qui a vu nommé à sa tête un autre politicien qui d'après ce qu'elle avait lu dans la gazette et le chicaneur, avait déjà occupé ce poste, il y a de cela quelques années, bien avant que l'ancienne poufsouffles quitte les bancs de l'école. C'était l'époque où seul ses examens lui tenaient véritablement à cœur, loin de la politique et des longs discours soporifiques que pouvaient débiter toutes ses personnes de haut rangs.

Cependant, les années avaient passé et même si vision de ces orateurs qui détenaient les reines du pouvoirs n'avait pas changéet, elle les côtoyait régulièrement, étant donné que son bureau se trouvait au ministère. Elle avait déjà reçu de nombreux hiboux, l'invitant à assister au grand discours du grand patron, pour son investiture, mais là encore, elle avait brillé par son absence. Malgré tout, il fallait qu'elle réapparaisse au bureau sous peine de voir se produire une révolution afin de la virer. Chose qu'elle ne voulait pas, même si son état était pas au plus haut, elle se devait de reprendre ses fonctions, en parant d'abord, aux affaires les plus urgentes.

Première chose, préparer ses affaires et trouver de quoi s'habiller, ce qui fut loin d'être une partie de plaisir, étant donné qu'elle avait bien du perdre une taille, mais avec un léger rafistolage à sa manière, rien ne laisserait paraitre. Elle avait décidé d'enfiler une longue jupe noire avec pull col v en angora de même couleur, histoire que toutes les personnes qui la croiseraient, se souviennent des raisons de son absence et que malgré tout, elle était fidèle à son poste. Avant de partir, elle fila se regarder dans une glace, histoire de voir l'état de son visage.

Figée devant son reflet, elle avait l'impression d'avoir pris 10 ans en quelques semaines, c'était comme si une partie d'elle-même était morte, touché en son âme, par ce sortilège impardonnable, qui avait perdu sa chère petite sœur. Pour cacher ses faiblesses, elle mit du fond de teint et un peu de maquillage, enfin rien très clinquant, juste pour être présentable. Pas besoin de magie, pour cacher les aléas de la vie et du temps, un peu de cache misère comme disait sa mère lorsque qu'elle se maquillait. L'auror avait du mal à décrocher de ce miroir, comme si elle espérait voir le visage...non il fallait qu'elle prenne l'air et retourner travailler allait la plonger, dans une ambiance nettement moins pesante. Tout ce qu'elle espérait, c'est qu'on lui parle sans la plaindre sans cesse, ou encore, qu'on lui dise bonjour avec un grand sourire et qu'à peine le dos tourné, les commérages repartent de plus bel, car les conséquences pourraient être plus que des désagréables pour ses personnes là.... Retarder mon retour serait une bonne idée, je pourrais prétexter n'importe quoi, la présence de la famille, une perte de mémoire, un accident... des travaux devant chez moi. Tous les plans débiles et foireux qui pouvaient exister lui vinrent à l'esprit, vraiment rien de crédible. Non je débloque... il faut que j'y aille, allez kuders, secoue-toi, sinon d'autres s'en chargeront et ça sera pas pour m'apporter des mouchoirs. Ce faisant violence, elle descendit en trainant des pieds, elle enfila des bottes à talons et son manteau et d'un pas rapide, elle s'engouffra dehors, aussi vite qu'elle le put, de peur de faire demi tour et elle transplana, direction Londres, Ministère de la Magie.

Arrivée dans le hall d'entrée qui grouillait de monde, visiteurs ou membres du ministère, elle ne se sentit pas bien, elle avait des sensations de vertiges comme si elle allait s'évanouir aspirer par la foule. Elle pressa le pas jusqu'à la cage d'ascenseur, histoire d'avoir un peu de calme. Elle ferma les yeux jusqu'à que la voix mélodieuse de l'ascenseur, lui indiqua qu'elle était arrivée au second sous-sol. Revenir au quartier général, lui apparut finalement comme une bonne chose et en quelques secondes, elle se dit qu'elle avait fait le bon choix. Cependant, elle pria pour ne croiser personne, jusqu'à son bureau, elle voulait se faire discrète afin de recommencer tranquillement sans être plus submergé de boulot qu'elle allait l'être. Lorsqu'elle penetra dans son bureau, tout était resté comme elle l'avait laissé, sauf qu'il y avait un tas de courriers, empilé comme s'il s'agissait de crêpes bien régulières.

Elle passa de l'autre côté de son bureau, et s'installa qui si elle avait quitté son bureau la veille et elle entreprit d'éplucher son courrier pour débuter. Parmi, cette pile, elle avait pas mal de petits de suite au suicide de sa sœur, il y avait aussi un parchemin venant directement, du nouveau bureau du directeur de la justice magique, un certain Thomas Efferxon, qui avait prit la place de Betty. Apparemment, il souhaitait la rencontrer afin de discuter du nouveau fonctionner, intéressant se dit-elle. Cependant, elle s'arrêta sur un détail, la date et l'heure, elle se rendit compte qu'elle était en retard, et de plus d'un quart d'heure, apparemment ce nouveau directeur, n'était pas au courant de son absence. Mais, une chose était certaine, il fallait qu'elle se dépêche, heureusement, le bureau de Monsieur Efferxon, était au à l'étage au dessus.
Elle sortit rapidement et d'un vif, elle rejoignit son lieu de rendez-vous. A l'entrée du bureau, une secrétaire lui sourit et lui dit:


Ah Madame Kuders, on attend plus que vous. Si vous voulez bien me suivre


Elle avait envie de lui dire: merci de me rappeler que je suis en retard, mais elle se contenta d'un sourire et de la suivre.
Cette dernière frappa à la porte du directeur et après avoir obtenu une réponse, elle s'effaça devant l'auror, pour la laisser passer.
Elle vit le directeur en compagnie de Lily, une autre auror.

Pardonnez mon retard, je viens tout juste d'apprendre que vous souhaitiez me voir.

Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Calypso Otaway, Dim 21 Aoû - 18:08


[hrp : Autorisation de Fani et de Damian pour les faire entrer dans mon bureau].

La nouvelle Directrice de la Justice Magique avait déjà investit son bureau. Elle avait fait un peu de ménage, et surtout elle avait refait la décoration. Tout cela manquait cruellement de glamour et de vie à son gout. Elle avait fait disparaître les sombres rideaux afin de laisser entrer les rayons du soleil qui étaient déjà rares et avait dépoussiérée le tout. Enfin, c'était plutôt son elfe de maison qui s'était occupé de tout cela. Une nouvelle étagère dans un coin, son Phoenix confortablement posé sur un perchoir dans l'autre, la jeune femme se sentait nettement plus à l'aise.

Un bureau plus féminin, plus ordonné (du moins selon sa propre estimation), plus coloré. Quelque chose qui lui ressemblait donc. La jeune femme à l'allure tout à fait spécifique et à l'accent prononcé avait fait courir beaucoup de bruit lors de son arrivée. Il n'était pas rare que de nombreuses personnes qui lui étaient parfois inconnues passaient par son bureau afin de lui demander des informations toutes les plus saugrenues les unes que les autres. Ce comportement s'il pouvait être agaçant la faisait sourire. Cela montrait qu'elle était un personnage intriguant. C'est vrai qu'elle ne sortait que très peu de son bureau, elle avait beaucoup trop de travail.

En effet, à peine Natacha était elle entrée en fonction que déjà une pile de dossier incroyable s'était formée sur son bureau. A croire que l'ancien Directeur de la Justice Magique ne foutait strictement rien ! Ange Mais aujourd'hui, elle n'allait pas se mettre à son travail habituel. Elle se contenta de les ranger dans le casier adéquat, car tout devait être prêt pour 9 heures 30.
En effet aujourd'hui elle recevait dans son bureau, l'ancienne Chef des Gardiens : Fani, afin de l'interroger sur des évènements qui s'étaient déroulés juste avant la mise en place du nouveau gouvernement.

En effet une partie du ministère avait été détruit par certains gardiens, et il fallait qu'ils puissent mettre ce petit détail au clair. Cet incident n'avait pas trouvé de justification jusqu'à lors, et c'était assez embêtant. On ne pouvait tout de même pas détruire une partie du ministère comme si rien n'était arrivé, sans même venir s'excuser et essayer de réparer ses erreurs. Mais quoi qu'il en soit, aujourd'hui ils pourraient mettre les choses au clair. Chacun des gardiens avaient été convoqué au vue d'un entretien. D'ici ce soir ils auraient eu une réponse. Du moins elle l'espérait.

Elle allait mener cet entretien avec le nouveau chef des Gardiens, Damian Brown. La jeune femme essaya de ne pas frémir à la vue de l'inscription de ce nom sur son dossier. Non il n'y avait pas lieu à sentiments aujourd'hui. Et Damian ne pourrait pas être tenté lui non plus, car il ne connaissait pas du tout Natacha Hol. Même si la brune elle, le connaissait.
Perdue dans ses pensées, elle ne vit pas l'heure passer et sursauta légèrement en entendant frapper à la porte. Elle lança un simple “Entrez”.

Dès que Fani serait installée confortablement, ils pourraient commencer l'entretien. Elle avait prévues des boissons chaudes afin que ce soit un peu plus conviviale. Après tout ils n'étaient pas présents pour se battre mais pour tirer une situation au clair. Il n'y avait pas de quoi échauffer les esprits. Natacha leva les yeux de son dossier et alla les poser sur la personne qui venait de pénétrer dans son bureau. Elle affichait un visage de marbre, mais tout de même serein.
Les deux personnes qu'elle attendait venaient d'entrer, et elle les invita à prendre place. Chacun avait la sienne prédéfinie.

“Bonjour. Prenez place je vous en prie. Je peux vous offrir un thé ? Ou un café ?”


Elle se tourna vers l'un et l'autre puis elle fit une pause en se servant elle même une tasse de thé.

“Bien, nous savons tous pourquoi nous sommes ici, alors commençons. Fani, vous êtes ici en tant qu'ancienne chef des Gardiens. Vous aviez des responsabilités qui accompagnaient cette fonction et vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a eu un petit hum ... incident lors du retrait de certaines protections”.

L'accent de la brune était très ponctué et elle s'arrêta un instant pour boire une gorgée de thé.

“J'aimerai donc savoir ce qui s'est réellement passé ce jour là. Et à qui incombe la responsabilité de cet acte.”

Elle posa ses yeux marrons glacés sur la jeune femme assise en face d'elle, lui décochant un sourire engageant. Elle attendait une réponse, tout du moins un récit. Enfin si cette dernière était au courant de quelque chose ...
Revenir en haut Aller en bas
Fani
Fani
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Fani, Ven 2 Sep - 16:22


Une convocation au ministère... Il ne manquait plus que ça ! Et pour quelles raisons de plus ? Hors d'elle, Fani tournait en rond dans son petit appartement de Londres, ce n'était pas le moment d'aller traîner au ministère, pas après ce qu'il s'était passé récemment, mais avait-elle le choix ?
Certes, elle pouvait toujours agir comme ceux qu'elle était supposée retrouver quelques semaines auparavant et qui s'étaient vus blanchis à peine le nouveau ministère établi, mais la jeune femme n'était pas de cette trempe là, et cet entretien, peu importe ce qu'il cachait vraiment, ne lui faisait pas peur.

A l'heure convenue, Fani se rendit donc au ministère, où le nouveau chef des gardiens l'attendait afin de la conduire dans le bureau de la directrice magique actuelle. Tout en cheminant en silence aux côtés de Damian Brown, elle se prépara mentalement à ce qui allait suivre. Excellente occlumens, la jeune femme n'avait pas à craindre que l'on viole ses souvenirs, le tout serait de rester très prudente afin que ses protections mentales ne soient pas détectées trop rapidement.

Arrivée devant la porte du bureau, Fani lut sur un petit écriteau le nom de la directrice de la justice, une certaine Natacha Hol, dont personne n'avait jamais entendu parler dans le monde politique sorcier jusqu'à encore très récemment. Ceci ne plaisait guère à l'ancienne mangemorte, qui avait une tendance à se montrer paranoiaque en présence de personnes inconnues. Au moment où monsieur Brown frappa quelques coups francs à la porte, Fani prit une respiration profonde et afficha un léger sourire sur un visage détendu.

La directrice de la justice magique l'invita alors à prendre une boisson chaude, ce que l'ex directrice des gardiens refusa d'un geste poli mais ferme, sans se départir de son sourire. Puis, enfin, l'on entra dans le vif du sujet, il faudrait à Fani user de toute son intelligence pour se sortir facilement de cette situation, car ce que madame Hol s'évertuait à faire passer pour un gouter entre amis n'était en réalité qu'un piège aux yeux de l'accusée, et le ton faussement enjoué de son interlocutrice, qui prêchait visiblement pour la paix sonnait faux aux oreilles de Fani.


-Bonjour, madame... Et bien, pour être tout à fait franche, je n'avais pas la moindre idée de ce qui m'amenait ici jusqu'à ce que vous en fassiez mention il y a quelques secondes.

Après quelques secondes de silence, elle reprit, l'esprit verrouillé et le regard froid :

-J'aimerais d'ailleurs, si cela vous est possible bien entendu, que vous développiez ce terme "incidents" car je n'ai personnellement constaté aucune erreur de la part de mes gardiens lors du retrait des protections que nous avions mises en place.


Sur ce, Fani s'appuya au dossier de son siège, le regard impassible malgré les sourires bienveillants de Natacha, qui semblaient tout à coup s'être légèrement crispée, et attendit. La jeune femme n'appréciait pas l'hypocrisie de la situation, les accusations dissimulées sous des bonnes manières, et la menace sous-jacente que dissimulaient mal les paroles de la directrice de la justice magique. Cette femme occupait un poste important dans cette administration, mais ne semblait pas réellement douée pour ce genre d'affaires...

Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Calypso Otaway, Mar 6 Sep - 13:58


Enfin l'entretien pouvait réellement commencer. Natacha trépignait déjà d'impatiente sur sa chaise, avide de connaître les détails de cette histoire dont elle ce serait bien passé avec tout les soucis qu'il y avait eu au ministère ces derniers jours. C'était fou ce que de nos jours, les employés pouvaient être incompétents. Pensaient-ils réellement que cela passerait inaperçu ? Au vu des dégâts cela semblait totalement désuet de sens ! Alors pourquoi le coupable n'était il pas tout simplement venu expliquer les faits ? Ils auraient pu s'arranger. Mais non, il fallait toujours faire compliqué ! Mais bon, d'un autre côté c'était aussi ce genre de choses qui faisait que son métier existait, alors autant ne pas s'en plaindre.

Fani l'ancienne Chef des Gardiens était donc arrivée en compagnie de l'actuel chef des Gardiens, duo pour le moins étrange qu'ils formaient dans le bureau de la Directrice. La jeune femme s'était installée, mais elle avait néanmoins refusé la boisson qu'on lui offrait gentiment. Natacha n'insista pas, pensant que la nouvelle venue qu'elle n'avait jamais rencontré auparavant devait être un peu anxieuse. C'était normal, lorsque l'on était convoqué dans un bureau de manière officiel pour rendre compte de ce genre d'affaire, on ne dormait pas forcément sur ses deux oreilles.

Surtout si on avait quelque chose à se reprocher. Avait-elle quelque chose à se reprocher ? C'était ce que la brune tenterait de découvrir durant cet entretien. Elle s'empara de sa tasse de thé fumante et en but une gorgée avant de poser ses yeux marrons glacés sur l'ancienne fonctionnaire. Celle-ci assura à Natacha qu'elle ne savait pas du tout pourquoi elle avait été convoquée et qu'elle n'avait connaissance d'aucun incident lors du retrait des protections. La jeune femme prit un air étonnée et quelque peu sévère avant de croiser les doigts sur la table.

« Oh vraiment … Il me semble pourtant que vous étiez leur supérieure hiérarchique. Vous devriez être au courant de leurs différentes actions non ? »


Elle marqua une pause, ne quittant pas son interlocutrice du regard.

« Pour vous résumer la chose, lors du retrait des protections, des membres de votre équipes ont détruits une partie du ministère. Avec lui, des documents qui avaient leur importance. Incompétence, erreur ou accident, peu importe. Mais les faits sont là. J'aimerais donc savoir qui avait pour charge de retirer lesdites protections. »

Elle but une nouvelle gorgée de thé avant de continuer.

« Puisque vous me dites que vous n'étiez pas au courant de cette affaire, je suppose donc que l'ordre de travailler sans délicatesse et sans respect du protocole ne vient pas de vous. Je le conçois. Mais il me faut tout de même faire la lumière sur cette affaire. Je pense que vous comprenez. C'est pourquoi j'ai besoin que vous me donniez le nom des personnes mises en cause. Afin de déterminer les circonstances exactes de ce petit … hum ... désagrément. »

La jeune femme lui fit un grand sourire. Il n'y avait pas beaucoup de possibilités. Soit elle disait vrai et elle n'avait rien vu de ce qui s'était passé, ce qui paraissait tout de même suspect. Soit elle mentait et essayait de couvrir ses anciens collègues. Comment savoir la vérité ? Elle aurait très bien pu utiliser le véritasérum, mais ce genre de pratique était pour les dangereux criminels. Pas pour d'anciens gardiens qui avaient tout simplement fait une bêtises. Mais il est vrai qu'elle aurait aimé que cette histoire soit vite réglée. Cela lui faisait beaucoup de paperasserie pour rien et du travail en plus alors qu'elle avait des affaires importantes à régler. Natacha s'appuya plus confortablement dans le fauteuil moelleux et se félicita d'avoir aménagé cette pièce de cette façon. Elle espérait que les autres entretiens se passent bien eux aussi. On était jamais trop prudent, et les gens pouvaient devenir des fous furieux si rapidement …

Quoi qu'il en soit, elle avait posé la plupart des questions qu'elle avait à poser, maintenant la suite dépendrait des réponses de son « invitée ». Mais avec un peu de chance elle pourrait la laisser partir assez vite vaquer à ses occupations. Et si elle était vraiment en veine aujourd'hui, les rapports seraient tous sur son bureau ce soir et elle pourrait sortir un peu plus tôt, afin de se reposer ou prendre un peu de bon temps. Ses yeux toujours posée sur la personne assise en face d'elle ne baissaient pas leur garde, à l'affût du moindre geste, ou de la moindre mimique suspecte.
Revenir en haut Aller en bas
Fani
Fani
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Fani, Dim 11 Sep - 12:15


Ne pas s'énerver, garder son calme... La légillimens inspira brièvement devant la tirade de son interlocutrice, qui décidément semblait de pas vouloir comprendre ce qu'on lui disait. Fani pencha légèrement la tête sur le côté et plissa les yeux avant de répondre d'un ton neutre :

- Il me semble que vous ne m'ayez pas comprise... Lorsque je vous déclare n'avoir constaté aucune erreur de la part de mes collaborateurs, cela signifie que j'ai vérifié leur travail, cela parait évident après tout ils étaient sous mes ordres et c'était là mon travail. Donc, je vous le répète, je n'ai constaté aucune erreur dans le retrait des protections du ministère... Madame.

Le dernier mot avait été prononcé avec une ironie frisant le mépris.
Cet interrogatoire commençait à la fatiguer, ils n'avaient aucune preuve de la responsabilité de qui que ce soit, et d'ailleurs peut être que tout ceci n'était qu'une énorme farce, après tout, la jeune femme n'avait constaté aucun dégât en se rendant au bureau de la directrice, le ministère ne semblait pas en travaux et il n'y avait rien qui indiquait que quelque chose de fâcheux eut pu se produire. Peut être que toute cette histoire n'était qu'un piège, peut être que ce n'était qu'une excuse pour les emprisonner elle et ses collègues sous un faux prétexte, en attendant de prouver autre chose, de bien pire...

Dans un soupir, Fani ajouta :


- Que je vous donne le nom des personnes en cause ? Visiblement je semble en faire partie non puisque je suis ici aujourd'hui. Et je doute d'être la seule. Je ne vois donc pas ce que je pourrais vous dire de plus, vous avez en votre possession la liste des gardiens du mandat précédent, et ce sont les seuls qui se soient occupés de ce retrait de protections...

Consciente que cette dernière phrase n'irait pas dans son sens, la jeune femme ajouta avec un sourire :

- Mais, il va de soi qu'une fois notre travail terminé, nous avons quitté les lieux... Qui sait ce qui a pu se produire par la suite ?

Bon ok, là c'était carrément de la provocation, mais l'ex gardienne en chef n'avait pas pu s'en empêcher, tout ceci tournait au ridicule, et dans trois jours ils seraient encore là à ce rythme. Elle n'avait rien à dire, rien à avouer et cette mascarade lui tapait de plus en plus sur les nerfs, autant que l'air faussement aimable de Natacha Hol, ou le silence de l'autre type, qui d'ailleurs semblait ne servir à rien dans toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Calypso Otaway, Lun 12 Sep - 19:49


Cette femme était d'une incroyable arrogance ! Comme si elle était dans une bonne position pour l'être … Natacha avait pourtant été très cordiale et très calme. Elle ne lui avait en aucun cas spécifié qu'elle risquait de se retrouver à Azkaban ! Alors c'était quoi son problème à cette fille, là ? Elle était toujours aussi frigide en temps normal ? Elle essaya de garder un visage de marbre, essayant de dépasser ses ressentiments et continua à fixer Fani. Pouvait-on être d'aussi mauvaise foi ?
Quoi qu'il en soit, la Directrice même si elle pensait que la jeune femme mentait, ne pourrait pas le prouver, sauf à employer les manières fortes et elle s'y refusait.

Elle disait avoir vérifié le travail de ses collègues, pourtant la pièce complètement détruite était bel et bien là, et selon les divers témoignages qu'ils avaient reçus, c'était les gardiens qui en étaient responsables. Il avait bien fallut reconstruire et débourser de l'argent pour remettre tout en état. Argent qui avait été dérobé, et dont ils ne disposaient pas, donc ! Il avait fallut faire des pieds et des mains pour le trouver, et que cette femme vienne soutenir qu'il n'y avait rien eu de contrevenant ! Fani était effectivement l'ancienne chef des gardiens, et elle donnait les ordres. C'était suffisant pour Natacha. Elle devait avoir les réponses à ses questions. Mais non elle s'acharnait. Soit.

Elle laissa la jeune femme terminer sa tirade et celle-ci laissa entendre que cela aurait pu se faire après, lorsqu'ils avaient quitté le ministère. Que sous entendait-elle ? Qu'elle interrogeait les mauvaises personnes ? Si elle n'avait pas été dans un bureau officiel, la jeune directrice aurait éclatée de rire. Mais les circonstances ne s'y prêtaient pas. Natacha réfléchit quelques secondes et finit par en conclure qu'elle ne tirerait rien de Fani. D'un geste sec, la jolie brune ferma le dossier avec force, le faisant claquer comme des dents se refermant sur sa proie. Son sourire s'était évanouit. De ses yeux perçants elle dévisagea l'ancienne chef et lui dit sur un ton impérieux.

« Vous êtes ici parce que j'avais des questions à vous poser. Rien de plus. J'ai tout ce qu'il me fallait. Vous pouvez donc disposer. Je ne vous raccompagne pas vous m'excuserez, j'ai encore beaucoup de dossiers à traiter. Je vous tiendrez au courant de la suite des évènements ».

L'égyptienne but une gorgée de thé et fit un sourire forcé à Fani, espérant qu'elle quitterait son bureau aussi vite qu'elle était arrivée. Elle détacha ensuite son regard, attrapa un parchemin vierge et une plume et se mit à écrire. Pour quelque chose de ce genre, elle avait encore beaucoup de travail. Elle devait elle même apposer par écrit tout ce qui s'était passé. Elle laissa donc Fani aux bons soins de Damian qui était resté silencieux tout du long et se mit à débuter son rapport. Elle espérait qu'elle finirait assez vite tout cela afin d'aller flâner un peu dans les couloirs du ministère …

Fin du RP : je te rends ta liberté ma Fani amour
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
Philéas Byrne
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Philéas Byrne, Jeu 13 Oct - 21:16


~ RP privé entre Philéas Byrne & Céleste Otaway ~




Philéas attrapa la main de Céleste dans le creux de la sienne et se laissa emporter par l’invisible entonnoir qu'elle avait créé. Ils disparurent alors tous deux dans un même bruit sec, laissant Wood Stuff derrière eux pour réapparaître dans le bureau de Natacha.
L'irlandais lâcha alors la main de la demoiselle et, profitant de sa position un peu en arrière, déposa un baiser sur sa joue.

    - Je savais que tu serais la femme de la situation ! lui glissa-t-il à mi voix tandis que sa bouche était encore proche de son oreille.


Il avait pourtant douté à la première réponse de son amie, s'imaginant déjà grossir les rangs des pensionnaires d'Azkaban. Le sorcier s'était alors dit qu'à défaut de pouvoir mettre son plan à exécution, il aurait au moins eu la chance de se trouver sur place. Bien que des détails comme les barreaux, les gardiens et autres joyeusetés lui auraient sérieusement compliqué la tâche. Cependant quelqu'un lui a dit un jour que lorsque la vie vous donne des citrons, il faut en faire de la limonade. C'est pourquoi il réfléchissait déjà à la forme que prendrait son presse-agrume, quand Cél lui avoua qu'elle plaisantait. Et il avait beau être convaincu qu'elle l'aiderait, l'entendre sortir de sa bouche était totalement différent.

C'est donc le cœur léger et débordant d'enthousiasme qu'il ouvrait les différents meubles de classement, cherchant celui qui renfermait le dossier qui l'intéressait. Il mit finalement la main dessus plus vite qu'il ne l'aurait cru. Un bon point pour les deux aurors qui n'auraient pas à s'attarder là trop longtemps.
Pendant qu'il feuilletait le dossier à la recherche de la liste 347, il reprit la parole à l'intention de sa complice.

    - C'est une femme étrange cette Natacha Hol. Cela fait quelques jours que je l'observe pour repérer le meilleur moment pour agir et bien que je sois persuadé de ne pas la connaitre, il y a quelque chose qui m'est familier chez elle. Lui avoua-t-il en interrompant ses recherches l’espace d'un instant.


Il en venait à se demander si ce n'était pas sa partie animale qui faisait des siennes. Ou peut-être l'avait-il tout simplement croisé quelque part et que cela lui était sorti de la tête.
Et alors qu'il était absorbé par ses pensées, il finit par mettre la main sur ce qu'il cherchait. Un immense sourire éclaira son visage tandis qu'il sortait la liste tant désirée.

    - Voici une partie de ce que je cherchais ! dit-il à la malicieuse rouquine. C'est le formulaire de liaison des entrées à Azkaban. Avec ça, je vais pouvoir savoir dans quelle cellule a été écrouée ma mère.


Et alors qu'il lisait le document un air soucieux sembla s'imprimer dans son regard sombre.

    - Bizarre...


Sans ajouter un mot, l'irlandais se dirigea vers un autre meuble de rangement et en ouvra la porte d'une manière fort peu délicate. Visiblement contrarié par quelque chose qui échappait à sa précieuse alliée, il sortait les dossiers les uns après les autres en les jetant plus qu'il ne les posait sur le côté. Au bout de quelques minutes de cet étrange manège, il finit enfin par mettre la main sur une nouvelle liste, qui aux vues de sa ressemblance avec la précédente devait être une feuille de liaison des sorties datant de la même époque.

    - Mais c'est totalement absurde ! cracha-t-il plus pour lui même que pour son ancienne condisciple.


Le jeune homme au teint hâlé sembla alors se souvenir qu'il n'était pas seul et tenta d'apporter quelques explications à sa supérieur hiérarchique.

    - Si j'en crois ce papier cela fait 4 ans que ma mère est libre, mais ça n'a aucun sens ! Enfin..., je veux dire que si ma mère n'était plus là-bas je le saurais ?! Le contraire est impossible... parvint-il à articuler avec difficulté.


Et l'aubergiste resta planté là, incapable d'ajouter un mot de plus. Agenouillé par terre et le regard absent, il semblait être tombé en pleine catatonie.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Calypso Otaway, Sam 15 Oct - 18:57


Les moments en compagnie de Philéas étaient toujours appréciés par la petite rousse. Elle se plaisait à être à ses côtés, sans pour autant pouvoir l'expliquer néanmoins. Mais cela faisait tant d'années qu'ils se connaissaient à présent qu'elle ne se posait plus la question. Parfois certaines évidences s'imposaient à vous sans que cela ait un quelconque sens et malgré cette absence de réponse, les faits n'étaient en rien gâchés. Quand ils arrivèrent enfin dans le bureau de Natacha, elle avait tout de même une idée du pourquoi de l'immense sourire qui habitait à présent ses lèvres. La jeune femme allait aider son ami à accomplir quelque chose qui lui tenait à cœur et par dessus tout sa curiosité allait être assouvit.

Rajoutant encore plus de magie à ce moment déjà privilégié, le jeune homme s'était rapproché d'elle et déposa un délicat baiser sur sa joue, faisant manquer à son coeur un battement. Ce genre de rapprochement était rare de la part de l'irlandais et donc on ne peut plus précieux et délicieux. Elle lui répondit par un immense sourire, le laissant s'affairer dans ses recherches. Pour le moment la jeune femme ne pouvait pas l'aider, ne sachant quoi chercher exactement. Elle se contenta de s'asseoir à la place qu'occupait habituellement sa double identité. Elle croisa les jambes et fit un tour dans le fauteuil avant de s'arrêter, manquant pousser un petit cri de surprise.

Dans un coin du bureau, dormait paisiblement Cylas, le Phoenix de Natacha et donc de Céleste. La rousse leva les yeux au ciel. Il n'avait pas le droit de se balader dans les pattes de Céleste lorsqu'elle était au QG, mais de là à venir se réfugier ici alors qu'elle n'était pas là. Elle se releva de sa chaise et se rapprocha de l'oiseau s'assurant que Philéas était toujours concentré sur ses recherches. Elle lui somma de retourner chez elle où la Chef des Aurors le retrouverait un peu plus tard. Une lueur de colère dans le regard, l'oiseau disparut au plus grand soulagement de la jeune femme. Elle ne voulait pas que Philéas le voit et se demande s'il n'allait pas tout rapporter à sa maîtresse.

D'ailleurs c'est ce moment que choisit son acolyte pour parler de la sulfureuse égyptienne faisant sursauter la jeune femme. Elle avait donc été espionnée toute la semaine et ne s'en était même pas rendu compte ... La rousse posa un regard inquisiteur sur le brun qui fouillait toujours dans le moindre recoin du bureau. Il était décidément plein de surprise. Quand il avait quelque chose en tête, il ne laissait rien au hasard. Céleste, ou tout du moins Natacha devait être plus prudente. Certes Philéas était proche de la jeune femme et la connaissait bien, jusqu'à se dire que la brune lui donne une impression de déjà vue et cela n'aurait jamais du arriver. Mais on ne trompait pas les personnes chères à son coeur paraissait-il. Qui plus est, qu'il connaissait son pouvoir.

“Hum... je... oui, elle est peu commune. Mais elle est gentille ... Puis elle vient d’Égypte, je vois mal comment tu aurais pu la connaître” murmura t-elle mal à l'aise, les yeux baissés, espérant que son compagnon ne remarque pas le trouble qui insinuait son esprit.

Elle n'aimait pas lui mentir aussi effrontément, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Elle se devait de protéger son secret même si entre les mains de Philéas il serait bien gardé. A son grand soulagement l'Auror mit enfin la main sur le dossier qu'il cherchait, permettant ainsi à la rousse de changer de sujet. Elle se rapprocha alors de lui les yeux pétillants afin de mieux voir de quoi il s'agissait. Et après les explications du propriétaire de la Tête de Sanglier elle fit des yeux ronds. C'était donc ça ! Il voulait des informations sur sa mère. Il semblait radieux mais tout d'un coup son air réjouit s'évapora. Récupérant le dossier des mains du jeune homme qui était repartit à la chasse aux informations, elle lut les quelques lignes qui se présentaient à elle.

Fronçant les sourcils, la métamorphomage découvrit ce que Philéas avait précédemment trouvé étrange.
Il semblait que ... Comme prit de panique, l'irlandais se mit à fouiller frénétiquement et avec un peu plus de violence cette fois-ci, l'autre dossier qui allait avec le précédent. Le coeur battant la rousse souhaitait de tout son coeur qu'il s'agisse d'une simple erreur comme cela pouvait souvent arriver dans le milieu administratif. Elle même devait relire plusieurs fois certains documents avant de les avaliser. Mais lorsque son ami trouva le doublon, Céleste sut tout de suite que les nouvelles n'étaient pas celle qu'il attendait. La Chef des Aurors posa le dossier sur le bureau et se rapprocha de Philéas qui semblait perdu dans un brouillard de déception opaque.

“Philou... peut-être que c'est simplement une erreur.”
souffla t-elle pour le rassurer.

“Je vais me renseigner promis. Je vais essayer de savoir s'il n'y a pas eu un oublie quelque part, ou quelque chose dans ce genre là.” dit elle d'une voix douce à l'attention du brun.

Elle vint ensuite s'agenouiller près de lui, le coeur battant, prise d'une tristesse profonde de le voir ainsi abattu. Céleste glissa des doigts se voulant rassurants et protecteurs dans les cheveux noirs de jais du jeune homme afin de lui prouver son soutien et lui rappeler qu'elle était là quoi qu'il arrive et en toute circonstance. S'il s'avérait que les informations sur ces documents soient effectivement les bonnes, alors il se sentirait trahi et serait meurtri un peu plus à cause de sa mère. Une rage brûlante se mit alors à lui consumer le corps. Cette femme avait intérêt à être encore à Azkaban, sinon...

“Ça va aller ?” se permit-elle de demander malgré l'évidence de la réponse.

Le voir ainsi lui brisait le coeur. Rien n'est pire que de se sentir impuissante et inutile dans ce genre de situation. Le regard baissait, elle espérait qu'il puisse prendre les choses avec un peu de recul. Il pouvait y avoir des milliers d'explications après tout. Si elle avait été transféré dans une autre prison ? Si on l'avait changé de cellule sans pour autant en faire état ? Une pensée traversa l'esprit de la jeune femme qui lui déclencha un frisson. Le baiser du détraqueur ?
Ses yeux ambrés étaient posés sur son ami, attendant de savoir ce qu'elle devait faire, à l'affût de chacun de ses gestes. * Philéas ... *
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
Philéas Byrne
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Philéas Byrne, Lun 17 Oct - 2:08


L'irlandais avait l'étrange impression que des géants disputaient une partie de bavboules explosives à l'intérieur de son crâne, le laissant pantois et incapable d'articuler la moindre syllabe. Ce fut le contact doux et agréable de la main de Céleste dans sa chevelure sombre qui le ramena doucement vers la réalité, se rattachant au son de ses paroles comme d'autres suivent la lumière d'un phare le sorcier tentait de sortir des limbes de son esprit troublé.

Il prit alors la main libre de son amie comme pour s'assurer de sa présence réelle et tourna la tête vers elle. Les yeux humides et brillant et le souffle court, il s'adressa à elle d'une voix hésitante :
    - Si elle avait été envoyé au cimetière d'Azkaban ce serait notifié n'est-ce pas ? demanda-t-il sans détacher son regard du sien.


Une question qui lui enserra la poitrine quand il s'entendit la prononcer, pourtant s'il savait qu'une réponse négative l'aurait plongé dans un désespoir sans nom, il ressentait un besoin viscéral qu'on lui confirme ses doutes. Tout ne pouvait s’arrêter ici de cette façon.
L'aubergiste se redressa et s'essuya rapidement les yeux, dernier geste de fierté d'une personne à terre et qui ne se souciait plus des convenances.

    - Tu as sans doute raison, tout ceci n'est surement qu'un mal entendu ! lança-t-il sans grande conviction en faisant semblant que tout était pour le mieux.


C'était parfois pratique d'être extrêmement lunatique, à force de passer d'un état à un autre, l'auror arrivait presque à tous les mimer. Il réalisa alors l'état dans lequel il avait mit les papiers de la directrice égyptienne, comprenant que leur visite ne passerait pas inaperçu. Aussi prit-il sa baguette et imprima un large mouvement à cette dernière. Les papiers se mirent alors à s'élever dans les airs et retrouvèrent leurs places d'origine dans un bruit qui évoquait un bruissement d'aile. Le bureau était à nouveau aussi bien rangé qu'à leur arrivée et la présence des deux aurors mise à part, rien n'indiquait que qui que ce soit se soit introduit dans la pièce. En toute logique, c'est cet instant que les deux amis auraient du choisir pour partir, mais Philéas ne pouvait s'y résoudre. Il avait les jambes coupées et l'étrange impression que s'il emmenait l'information qu'il venait de recevoir hors de ces murs, elle deviendrait réelle et irrévocable.

Il fit quelques pas au hasard et trouva appuie sur un perchoir dont il ne remarqua même pas qu'il était encore chaud. Les yeux dans le vide, il avait bien du mal à cacher le trouble qui s'éveillait en lui.

    - C'est ma faute ! ... J'ai perdu de vue mes priorité... Je me suis laissé distraire... cracha-t-il finalement.


Par le passé le sorcier au teint d'airain s'était rarement sentit aussi coupable. Il s'en voulait des distractions qu'il s'était offert ces dernières années. Le souvenir de s'être laissé submergé à son retour d'Irlande, du temps passé à discuter avec des inconnus durant ses voyages ou ses heures de service à la Tête de Sanglier, les mois de fuite à travers les bois pour échapper à leurs ennemis de tous poils, tous ces souvenirs prirent soudain un goût étrangement amère qui lui donnèrent la nausée.
Il aurait du être plus vigilant et ne pas perdre de vue l'essentiel de sa quête. De cette façon il aurait été au courant de ce qui était arrivé et aurait peut être pu y remédier.

Pourtant une autre pensée chuchotait à l'animagus que tout n'était peut être pas perdu et que sa mère était peut être tout simplement libre comme pouvait le laisser croire les papiers officiels. Pourtant cette piste ne le rassurait qu'à moitié. Car elle voulait tout simplement dire que celle à laquelle il avait voué sa vie lui avait tout bonnement tourné le dos. Lui en voulait-elle de ne pas avoir attaqué la forteresse maritime pour la libérer ? Avait-elle apprit qu'il était devenu un auror et lui en voulait-elle pour ça ? Ou pensait-elle que c'était lui qui ne voudrait rien avoir à faire avec elle ? Mais peut-être que les choses étaient encore plus simples que cela. Peut être ne l'avait-elle tout bonnement jamais aimé, le considérant juste comme un moyen de s'offrir la parfaite couverture de mère de famille ? Ou peut-être le trouvait-elle insignifiant, un sorcier à trois gallions qui ne mérite pas qu'on s'arrête sur son cas ?
Toutes ces pensées cisaillèrent les entrailles de l'ancien serdy qui, trop occupé à renflouer ses larmes, ne pu contenir la nausée qui lui brûla l’œsophage. Se jetant sur la corbeille à papier de la pauvre Tâcha, il régurgita le repas préparé par son tout nouvel associé.

A nouveau assis par terre et s'essuyant la commissure des lèvres d'un revers de main, le jeune Byrne n'osait même plus regarder celle avec qui il était arrivé. Sa vie entière venait de prendre un sens nouveau que lui même ne connaissait pas. Il avait toujours était un peu à part et ne s'était jamais vraiment intéressé à l'avis des autres, mais cette fois tout était différent. Ici dans ce bureau désert, il n'avait plus son habituelle carapace de dédain et de cynisme. Il était à nue et n'avait pas su faire face à la réalité. Pourtant c'est un autre aspect de celle-ci qui le frappa de plein fouet. Comment sa chef aurait pu lui faire à nouveau confiance après ça ? Et surtout avait-il toujours envie de servir le ministère maintenant qu'il n'avait plus rien à y gagner ?

Se remettant une nouvelle fois debout au prix d'un terrible effort, l'irlandais fit disparaitre la corbeille et trouva enfin les ressources nécessaires pour faire face à sa supérieur. Cherchant les yeux de son amie de toujours au travers du regard de cette dernière.

    - J'ai besoin de prendre un peu de recul par rapport à tout ça. dit-il en montrant les locaux du ministère d'un mouvement de main évasif. Tout cela est dénué de sens... poursuivit-il. J'ai besoin de savoir...


Puis il recula d'un pas et adressa un timide geste de la main à celle qui l'avait aidé à ne pas sombrer, mais aussi à celle devant laquelle il ne voulait plus s’effondrer.

    - Merci...


Puis dans un bruit sec et bref, il transplana.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Calypso Otaway, Ven 21 Oct - 18:09


Un sentiment de vide profond envahit le coeur de la jeune femme lorsque dans un bruit sec l'irlandais disparut derechef après avoir lancé un simple merci. Être perdue sur une île déserte en plein milieu d'un océan ne lui aurait pas fait un tel effet. Ce qu'il entendait par prendre du recul lui donnait plus de frissons qu'un soir d'hiver. Et dans ce genre de moment on ne pouvait s'empêcher d'imaginer le pire. S'il venait à partir, partir pour toujours elle ne savait pas ce qu'elle ferait. Se laissant glisser doucement le long de son bureau en bois massif la jeune femme ne put ravaler ses larmes et celles-ci se mirent à se déverser telle une pluie d'amertume et de culpabilité.

Elle aurait en effet voulu faire quelque chose pour lui, elle aurait du faire quelque chose ! Mais le voir ainsi l'avait totalement privé de ses moyens, comme enchainée par ses propres sentiments. Lorsque le jeune homme avait voulu être rassuré en soumettant l'hypothèse d'un éventuel registre du cimetière d'Azkaban, elle n'avait pu que baisser les yeux et lui serrer un peu plus fort les doigts. La rousse était bien là, à ses côtés mais elle ne servait à rien. Elle ne pouvait pas fournir de réponses précises à son ami, elle ne voulait pas lui mettre dans le coeur des espoirs vains, stériles et peut-être bien plus dévastateurs que la désillusion qu'il subissait en ce moment même.

Mais aussi surprenant que cela puisse être, Philéas s'était déjà relevé, mettant en ordre les dossiers qu'il avait malmené. Il pouvait peut-être essayer de se convaincre lui même que tout allait bien, que tout irait bien mais son amie aux cheveux roux voyait bien au fond de lui, que ça n'allait pas. Elle voyait les perles humides dans ses yeux, elle avait même l'intime conviction d'entendre son coeur battre la chamade dans sa poitrine. Elle voyait sa panique et son impatiente. Oui le brun n'avait plus l'air d'être très stable et tout ce qui se passa par la suite ne fit que le lui confirmer ses pensées. Il était au plus mal. Toutes ces années de recherches et d'espoirs pour finalement arriver à une situation dans ce genre. Quoi qu'il découvrirait, cela le marquerait à vie, c'était certain. Aussi profondément que la marque des ténèbres avait pu marquer celle qu'il recherchait.

Céleste aurait aimé prendre soin de lui et le rassurer, elle aurait aimé faire quelque chose qui l'aide à se sentir mieux. Elle voulait être ce rayon de lumière qui le guiderait à travers un souterrain obscur et semé d'embuche. Pourtant elle restait là, debout, les mains croisés le regard terne comme si elle redoutait le pire, comme si elle sentait que quoi qu'elle fasse, cela ne servait plus à rien. Il suffirait d'un geste de sa part néanmoins pour qu'elle s'exécute. Il suffirait qu'il lui demande. De l'aider ou un quelconque service. Elle voulait l'aider ! Le jeune homme passait des larmes au malaise, de l'hystérie à la culpabilité, de l'incompréhension à l'énervement. Il ne savait plus ou il en était et cela se comprenait fort aisément.

“Ce n'est pas de ta faute Philou. Tu as tout fait pour réussir et la retrouver ! Tu y a cru jusqu'au bout. Tu avais aussi le droit de vivre !”

Le ton de la demoiselle fut un peu plus violent et abrupte qu'elle ne l'aurait voulut sur la fin de sa phrase. Oui il avait lui aussi le droit de vivre. Pour lui et pas pour une autre qui n'avait pas pensé à son fils, qui avait été égoïste et ainsi lâchement abandonné son enfant, même si ce fut malgré elle. Le coeur de la jeune femme se serra un peu plus lorsqu'elle pensa aux agissement de ses propres parents. Finalement les gens étaient tous égoïstes. Ils ne pensaient qu'à eux et ne voyaient pas par la même, tout le mal qu'ils causaient autour d'eux. Toute la tristesse qu'ils infligeaient à des personnes qui les aimaient plus que tout. Au fond Philéas aussi était un peu égoïste lui aussi. Il ne pensait même pas à lui. Seulement à elle ...

Quand il avait de nouveau fait face à Céleste, le visage de cette dernière s'était fermé. Elle savait, elle s'attendait au pire et elle était prête. Du moins elle voulait lui faire penser qu'elle le serait. Que tout irait bien et qu'il devait faire ce qu'il pensait être le mieux pour lui. Si la jeune femme l'avait retenu, c'était elle qui aurait été égoïste. Peut-être souffrirait-elle de son départ ou peut-être n'en aurait-elle pas à en souffrir car il ne partirait pas longtemps ou pas très loin. Tellement de questions se bousculaient dans sa tête et si peu de réponses ... elle plongea son regard ambré dans celui de Philéas. Un regard qui se voulait rassurant et tendre. Elle ne voulait pas lui montrait sa détresse, à quel point elle était fébrile en cet instant.

Au prix d'un terrible effort, la jeune femme réussit à lui faire un sourire, qu'elle aurait aimé qu'il garde en souvenir pour les moments difficiles. Quand la rousse le reverrait-elle ? Demain, dans un mois, un an ou pire ... elle ne l'oublierai pas quoi qu'il en soit. Elle lui avait également fait une promesse qu'elle comptait bien tenir. Trouver des informations intéressantes sur ce qui avait bien pu se passer à Azkaban il y a quatre ans. Et elle comptait bien tenir cette promesse.

La tête appuyée contre le bois froid du bureau, tentant de se calmer, elle jeta un oeil autour d'elle, dans le bureau vide et tout d'un coup à l'allure sinistre. Tout cela n'avait plus aucun sens en ce moment, à vrai dire plus rien n'avait de sens. Elle se sentait triste et seule pourtant elle n'avait envie de voir personne. Étrange paradoxe que voilà. Elle était submergé par un tourbillon de sensation, passant du chaud au froid. Elle ne comprenait pas d'où venait ces drôles de sentiments. Céleste était complètement perdue dans le bureau de Natacha, son bureau. Non, celui de Natacha. Un frisson lui parcourut l'échine puis un picotement se fit sentir. Sans même qu'elle s'en rende compte ses cheveux se colorèrent d'un noir ébène. Se mettant en tailleur elle murmura.

“Cylas”

L'oiseau enchanteur apparut près d'elle dans un couinement d'outragé. On l'avait chassé et on le rappelait juste après c'était tout simplement un scandale. Elle lui fit quelques caresses pour l'amadouer et lui demanda de l'excuser. Elle lui expliqua ce qui s'était passé en détail, comme si elle parlait à un ami de longue date. Cylas avait parfois mauvais caractère, mais il ne se permettait pas de juger et il pardonnait toujours. Cet oiseau au pelage doré était vraiment incroyable et d'une fidélité qu'on croirait utopique.

“J'ai une mission pour toi Cylas. Trouve Philéas, et garde un oeil sur lui tu veux ? Je serais plus rassurée ainsi. Mais ... soit discret ! ”

Son intelligence n'avait d'égal que sa beauté et elle ne doutait pas que son compagnon ailé réussisse à effectuer la mission que sa maîtresse lui avait demandé de faire. Le coeur un peu plus léger, elle se releva, vérifier que tout était en ordre dans le bureau, attrapa un ou deux dossier qu'elle pourrait trouver intéressant et s'apprêtait à transplaner elle aussi, quand elle vit son reflet dans une coupe qui trainait sur l'une des étagères. Elle ne savait pas ce que cette coupe faisait là, mais surtout elle ne comprenait pas pourquoi ses cheveux n'étaient plus roux. Il lui fallut d'ailleurs une concentration terrible pour retrouver sa couleur naturelle. Le coeur battant à tout rompre, elle laissa le bureau de Natacha vide et étrangement paisible, comme un champ de bataille que l'on venait d'abandonner.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Anna Ride, Mar 15 Nov - 18:49


{ Ce RP se déroule à l'époque où Natacha Hol est encore DJM }


{ RP Unique }
post précédent : ici


Avançant doucement mais sûrement dans le couloir interminable qui la mènerait dans le bureau de la Directrice de la Justice Magique, Anna ne pouvait s'empêcher de se retourner sans cesse. Après tout, il n'était pas incertain qu'Efferxon ne l'ait pas suivi jusqu'ici... Il pouvait parfaitement lui jeter un sort alors qu'elle avait le dos tourné. Même si la dernière image que l'Auror avait du Directeur du Commerce et des Sports était plutôt celui d'un homme complètement éreinté et à bout de forces.

Si la Directrice n'était pas dans son bureau, la blondinette n'aurait vraiment pas la force de faire le chemin inverse, de se diriger jusqu'aux ascenseurs, de grimper au quartier des Aurors et d'avertir Céleste. Oh non, ça, elle en serait complètement incapable. Marquant un arrêt en appuyant son dos contre un mur du couloir, la demoiselle prit le temps de reprendre son souffle. Sa tête lui faisait un mal pas possible et son corps lui disait de s'allonger à même le sol afin d'entamer une petite sieste... L'envie de s'assoir quelques secondes était bien présente mais, se ressaisissant, la jeune femme poursuivit sa route vers le bureau de Natacha Hol.

Une fois arrivée devant la porte dudit bureau, Anna posa sa main à plat dessus comme signe de victoire. Comment avait-elle réussi à puiser autant de forces afin d'arriver jusqu'ici ? Aucune idée, mais elle était là, alors autant poursuivre son but. Sans même prendre le temps de frapper, l'Auror prit une grande inspiration et tourna la poignée de la porte qui... s'ouvrit, à son plus grand soulagement. *J'irai faire des BA's tous les jours de ma vie...* se promit-elle intérieurement, remerciant le ciel de lui avoir donner autant de chance.

Passant le pas de la porte, elle fit face à une Natacha Hol des plus surprise. La tête d'Anna ne devait pas être des plus réjouissante... Elle grimaçait sous la douleur et avait un teint blafard, témoin de ce qu'elle venait de surmonter. La Directrice de la Justice Magique se leva d'un bon, afin de porter secours à la demoiselle qui manqua une énième fois de s'étaler au sol.

« Par Merlin, Ride, qu'est-ce qu'il vous ait arrivé ?! » s'exclama la jeune femme, maintenant Anna par les épaules.

« Efferxon... Thomas Efferxon... Il est leur chef ! » réussit à prononcer la blondinette, ayant bien du mal à mettre des mots sur ce qu'elle pensait. « C'est lui qui m'a fait ça, il est dans son bureau, il... Rah ! » finit-elle par dire en s'énervant, complètement éreinté et insatisfaite de ses capacités à transmettre les informations.

« Asseyez-vous et calmez-vous. » commença la Directrice. « Mr Efferxon serait quel genre de Chef, dites-vous ? Êtes-vous sûre que c'est bien lui qui vous a fait ça ? » demanda-t-elle, prenant un ton calme et presque maternelle.

« Non mais vous vous foutez de moi ou quoi ?! Pourquoi j'inventerai une chose pareil ?! » s'offusqua la demoiselle, complètement hors d'elle, n'en ayant plus rien à faire du respect de ses supérieurs. « Pendant que vous êtes en train de perdre votre temps à essayer de me croire, il va s'enfuir ! C'est le Seigneur des Ténèbres, bordel de... » se sentant vasciller, la demoiselle décida finalement de s'assoir, avant de poursuivre. « Ecoutez... Fouillez mon esprit, si le coeur vous en dit... Mais dépêchez-vous d'avertir Otaway et de prévenir le Ministre, je vous en prie... » conclu-t-elle, passant sa main sur sa tempe une énième fois.

A bout de force et venant de puiser ses derniers petits brins d'énergie, la demoiselle finit par s'évanouir sur le fauteuil du bureau de la Directrice de la Justice Magique. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils arrivent à temps pour trouver Efferxon... Que Céleste soit avertie au plus vite... Qu'une annonce soit passée... Que... Bon, maintenant, dodo.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Bureau de la Directrice de la Justice Magique Empty
Re: Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Bureau de la Directrice de la Justice Magique

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.