AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 5 sur 6
Salle des préfets
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard

Re: Salle des préfets

Message par : Shela Diggle, Ven 10 Juil - 20:09


C'tait pas son trip, apparemment. Tant mieux, y'en aurait plus pour moi. D'autant que c'était rudement bon, ce truc. Ca fondait sur la langue mais fallait mâcher quand même, c'était doux, sucré, citronné et ç'avait même un goût de barbapapa. Si si. Tout ensemble. Il avait dit quoi Ashton déjà ? Les effets dans le quart d'heure ? Cool. J'aurais pas aimé attendre comme une cruche que les effets se fassent, c'aurait fait droguée - ce que je n'suis pas, très sincèrement. Et puis j'pouvais manger un truc sans en avoir peur, et ça, c'était vraiment pas mal. Je jetais un coup d'œil à Justin. Dans la pénombre, je n'arrivais pas à discerner ses traits jusque dans les détails. C'aurait pu être dérangeant, mais savoir que lui ne pourrait pas non plus me sonder me détendait. Il me tendis soudain sa marchandise à lui. Tiens tiens, lui l'veut pas mélanger mais il m'propose de le faire ? Bah, pourquoi pas. Le temps d'une soirée, on s'en fiche pas mal, et si j'fais un bad trip, y'aura au moins quelqu'un pour me sortir de là.

Je tends lentement la main et attrape son joint - me demande d'ailleurs d'où il sort ça -, observant avec minutie la fumée qui s'en échappe et se tortille dans les airs à la manière d'un serpent. Jolie comparaison. Je n'ai jamais fait ça, à la réflexion. J'suis plus du genre boisson. Mais bon, je vois à peu près comment ça marche, assez pour ne pas passer pour la meuf inexpérimentée qui se la joue. J'tire dessus et m'envoie des fleurs; j'ai réussis à même pas tousser une seule fois. Mais le goût est bien moins délicat, bien plus âcre dans ma bouche, aussi je préfère m'en tenir au fruit duquel j'arrache un nouveau morceau. J'sens que ma tension se liquéfie et que ma tête se vide, et bientôt j'n'arrive plus qu'à penser au présent. Soudain je me redresse, ébahie.

- P*tain Justin, tes cheveux ! Je n'vois toujours pas bien les détails de son expression, mais sa touffe a bien viré au... Vert fluo, purée, ris-je. On dirait un punk, mec. T'es super moche avec ça.

C'est vrai quoi, un truc un peu moins flashy au moins... J'ai une bizarre envie d'éclater une nouvelle fois de rire, mais j'sais pas trop pourquoi. Mmmh. On m'a pas mentit sur les effets. J'me sens teeeeellement relax. Très sympa. Hâte de croiser les éléphants roses dont tout le monde parle. C'est classe, un éléphant rose. Avec une trompe et tout. Plein de sous-entendus. L'rose c'est la couleur de la sexualité. J'aime bien. Et puis ooooh, un truc qui bouge. Bouge plus. Je me tourne sur mon fauteuil et ça rebouge. Puis de nouveau plus. Ca brille. M*rde, c'est un miroir.

- Tu connais Ashton ?  
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Justin Davis, Dim 12 Juil - 4:58


Maintenant les deux avaient un pet à la bouche. C'était plutôt marrant de voir deux préfets en train de se défoncer la gueule alors que leur but était d'attraper les ptits élèves qui tentaient de s'évader du château. Ouais ils étaient pas vraiment des exemples mais si il le fallait Justin savait devenir plus stricte, mais étais-ce le cas de Shela ? Elle était beaucoup plus laxiste que lui, mais ils avaient tout deux même énormément de points communs, ce qui aurait pu grandement agacer le vert et argent s'ils ne s'entendaient pas particulièrement bien. Bref en gros le nouveau programme Severus Roguien de Kholov ça puait, ça servait à rien et il devrait essayer de mieux choisir ses préfets, toutes maisons confondues.

Visiblement Diggle venait de changer de dimension. Le Kiwicot devait commencer à faire effet, énorme ! Il ne pût s'empêcher d'éclater innocemment de rire lorsque sa camarade lui fit remarquer que ses cheveux étaient verts. La drogue c'mal. Aussi elle n'hésita pas à lui faire remarquer qu'il était moche. Note à soi même : Ne jamais essayer de se teindre les cheveux en vert, merci Shela. Elle était complètement stone, le mélange des deux substances illicites, comme dirait Sergeï lui était rapidement monté au cerveau et lui avait légèrement fait perdre les pédales. Encore que pour l'instant ça allait, elle était dans son monde et l'effet était pas du tout violent, en même temps elle avait pas avalé le fruit d'un coup - et heureusement.

« Tu connais Ashton ? »

Le sinople haussa un sourcil à son intention. Pourquoi est-ce qu'elle lui parlait de Parker ? Ça avait aucun rapport avec eux, à moins qu'elle ait une liaison secrète avec lui ou un truc chelou du genre, elle devait pas lui demander ce par hasard. Bien sur, en bon apprenti détective qu'il était (non pas du tout) il comptait bien lui en demander plus.

« Ouais j'le connais vite fait. Pourquoi tu me parle de lui Diggle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Shela Diggle, Mar 18 Aoû - 20:12


Désolée pour le retard :x

Pourquoi je parle de lui ? Je marmonne un truc du genre J'sais plus à l'adresse de Davis et me cale plus confortablement dans le fauteuil, de sorte à avoir la fenêtre en face de moi. Je n'ai plus la moindre idée de pourquoi j'ai sortis le nom de ce monsieur. Une fugace pensée me traversa rapidement l'esprit. Effectivement, il fallait que j'aille voir Théodore. Seulement voilà, les seules fois où j'avais à la fois le courage et la réelle motivation d'y aller, c'était avec quelque chose de pas très saint dans le sang, et pas question de lui parler dans cet état. Et puis il y a eu un florilège d'autres pensées comme ça, des trucs sérieux, des trucs importants, d'autres trucs ne l'étant pas - me d'mande d'où je viens à songer à mon devoir de potion -, mais vu qu'apparemment, ce fruit du bonheur est anti-anxiolytique, je m'en fou royalement, et j'vous jure que ça fait du bien. Les idées vont et viennent, comme de l'eau dans une passoire, sauf que ma tête ressemble pas à une passoire, pas vrai, pour un peu je demanderais à Davis, sauf que j'ai assez d'estime de moi pour vite me faire oublier cette métaphore étrange.

Tiens, d'ailleurs, Davis, il me voit pas bien, bonne raison pour le reluquer. Flûte, c'est vrai, moi non plus j'le vois pas bien. Flûte. Quel mot pourri. Pourquoi pas tambour ou trompette, parce qu'une flûte c'est crade quand même, un truc long, dure, qu'on se fout dans la bouche - z'avez besoin que j'sois plus claire, bande de cochons ? -, la seule différence c'est qu'on souffle au lieu d'aspirer. Et après, on nous assène que dire m*erde est plus vulgaire que dire flûte, vous y croyez ? Mais bon, toujours est-il que j'ai du mal à discerner des détails sur lui. J'm'intéresse, c'est bien naturel, à mes collègues préfets que je ne connais, pour ainsi dire, absolument pas. Les griffones sont justes hyper discrètes, Lizzie super space - c'qui peut se prendre pour un compliment pas banal, pour ma part - et la zoizeau blonde un poil coincée. Sinon rien. Alors bon, zyeuter le seul mâle de la bande, c'est par pur besoin d'informations. Si si, les infos physiques comptent. Imaginez qu'on me demande s'il pourrait faire un bon plan cul, et que je ne sache pas quoi répondre. Bouah c'est bête. En parlant de bête, je cherche toujours mes éléphants roses. Ou des LICORNES. Bordel oui, des licornes, c'est bien mieux qu'un éléphant, même rose et tout. Bon bon. Je reprend un bout de fruit, tout petit pour pas gâcher, le gaspillage c'est mal, la planète va crever comme ça faut faire gaffe. Le petit bâton de Justin se consume lentement entre mes doigts, et je le regarde un instant, fascinée, avant de le lâcher distraitement, histoire de le voire tomber tout doucement par terre. Trou sur la moquette. J'eu un sourire infondé.

- Faut faire gaffe à Roch J'sais-Plus-Son-Nom-Impossible, l'aime bien Kholov, ce débile. Les mots sortent tout seuls, pas calculés, tout simplement, c'est sympa. Oh et puis, dis-moi donc un peu c'que tu sais sur les autres, tu sais, préfets. J'ai encore le tact de pas demander des choses sur lui, là y'aurait, quoi, deux tiers de chance qu'il mente ou ne veuille pas répondre, alors qu'en questionnant sur les autres, je pouvais apprendre sans problème. T'sais, commérer un peu, c'toujours utile.
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Justin Davis, Mer 19 Aoû - 13:22


Jsais plus, qu'elle dit tout bas la préfète. Elle était complètement défoncée, enfin Justin commençait à avoir les yeux plutôt rouge au fur et à mesure que son pochon ne se vidait. Il ne pouvait s'empêcher de rire bêtement en pensant au best-of des trucs les plus drôles de sa vie. Surement que ça perturberait pas Miss Diggle encore sous l'effet du kiwi magique...

Enfin bref un flot de pensées traversait l'esprit de Justin, s'en allait brusquement puis revenait vers le préfet. Il arrivait pas à se souvenir de deux trucs à la fois er serait même pas capable d'aligner deux mots, enfin il en avait surtout pas envie, il était venu pour s'détendre à la base. Mais ça va, la compagnie de l'autre préfète des sinople et argent ne le dérangea pas plus que ça, mais faudrait pas que y ait 50 autres préfets qui se la ramènent hein, faut pas déconner le p'tit Justin il était cool (encore plus sous l'effet de la drogue) mais pas trop quand même hein ! Ouais parce qu'il aimait bien être pénible , soûler les gens, tabasser du pouffy, enlever des points aux gryffons. Mais il est gentil des fois hein vous méprenez pas ! Par exemple là, il aurait été incapable rien que d'ensorceler quelqu'un. Mouais j'suis sur vous êtes pas convaincus. Justin il est gentil - des fois !

« Faut faire gaffe à Roch J'sais-Plus-Son-Nom-Impossible, l'aime bien Kholov, ce débile. »

Naaaaan l'enfoiré, l'aimait bien le directeur psychopathe qu'enferme des petiots dans les cachots ! Sur qu'il avait un badge "Voldemort au pouvoir" ou truc comme ça dans sa valise. Les yeux grands ouverts, Justin regarda droit dans les yeux, enfin sur ce qui lui semblait être ses yeux - dans le noir on voit rien aussi ! - Shela. « L'enfluuuuure, mais l'est vraiment nul c'type ? T'pense qu'on pourrait l'enfermer quelques jours dans les cachots pour le laisser réfléchir un peu ? » un peu beaucoup du coup. L'idée était fabuleuse à ses yeux, digne d'un génie genre Einstein, Justin Bieber...

« Oh et puis, dis-moi donc un peu c'que tu sais sur les autres, tu sais, préfets. »

Mais elle pouvait pas le laisser reflechie tranquille, la blonde ? Sa bouche la démangeait ou quoi ? Bon il avait la courtoisie de pas dire ça à voix haute, et pis finalement la question pourrait être intéressante. « Ben à vrai dire j'suis un peu partagé quoi, y a qu'des filles c'grave nul. Célya et Kaë elles sont cools, Liz c'une psychopathe, t'en approche pas sans protection rapprochée sérieux. » ouais pas si sérieux qu'ça l'préfet. C'est vrai que Bennet était un peu folle mais il pouvait pas lui en vouloir il était un peu fou à sa manière. Il se rappellerait toujours de l'énervement de la préfète des blaireaux contre le prof Mrobsjsjdn quelque chose du genre, le prof de médicomagie.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Shela Diggle, Jeu 27 Aoû - 14:50


Après avoir donné une réponse échappant à ma logique à propos de Roch - d'où venait cette potion d'enflure ? Des cachots apparemment ? -, le m'sieur me fit part de son mécontentement quant à la teneur féminine du boulot de préfet - bah entre nous, s'il faut à la fois être douée pour tricher et faire la misère aux autres sans se faire prendre et pour derrière jouer l'élève parfait, on est mieux placées pour heum heum - et me prévint de la psychopathie de Bennet. Nan, faut pas abuser. Elle est juste... Juste... Voilà ce qui la définit le mieux, en fait. Y'a pas d'adjectif. En fait, Lizzie Bennet est un adjectif. J'aime pas les gens trop comme tout le monde, c'est pourri. Suis-je comme tout le monde ? Mmh. Pense pas. Mais j'sais que j'suis pas un personnage de roman. Pas de mort tragique dans l'entourage, pas de pouvoir exceptionnel, pas de vie emplie d'obstacle nécessitant un courage trente fois supérieur à la moyenne. Des papillons couleur psychédélique voletaient un peu partout dans la pièce, et j'en chassais un qui passait trop près. J'avais un peu de mal à aligner mes pensées, mais ça allait. Un doux mélange de calme et d'extase flottait quelque part dans mon ventre, et ça montait, pas trop vite, juste bien. Y'avait même un papillon sur la tête verte de Justin, mais l'avait pas l'air d'être plus embêté que ça, alors je décidais de le laisser là.

Sans trop m'en rendre compte, je me suis retrouvée debout près des carreaux des fenêtres. Ouh. Vachement haut. Vachement plus haut que d'habitude, et puis ça tanguait un peu, alors je me suis éloignée en chassant une flopée de papillons qui, décidément, étaient bien chiants. Vachement, quel drôle de mot, mais j'avais déjà analysé un autre mot comme ça, j'en avais marre.

- I'm siiiiiinging in the rain...

J'aime bien chanter, mais rarement en public, alors je suppose que mes fonctions motrices en rapport avec le social se sont envolées, pfouuiit ! Et je chantonne cette chanson, un vieux film il me semble, une mer*e, j'avais détesté, mais bon, les chants pourris sont ceux qui restent le plus collés à votre mémoire, n'est ce pas. Ces p*utains de papillons se faisaient de plus en plus nombreux, et si je marchais dessus, ils éclataient en une multitude de petites étoiles c'était chouette, alors je lançais à Justin de venir danser, histoire d'écraser les papillons, et puis comme je chantais la musique me rejoignait aussi, ça serait cool de partager ça pas vrai. Dancin' in the rain ! Dee-ah dee-ah dee-ah dee-ah dee-ah dee-ah ! I'm happy again ! I'm singin' and dancin' in the rain ! Allez vient !
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Justin Davis, Dim 30 Aoû - 18:03


Nan mais ça allait plus là ! Justin était genre conscient, juste peu défoncé mais Shela elle, elle euhh... Bah elle était ailleurs en fait. Elle était complètement peté ! Elle répondait même pas à son collègue préfet et en plus elle paraissait genre perdue dans ses pensées, c'pas très bien le kiwicot, à moins qu'elle tienne juste pas... Pis c'te bouffone se leva et s'approcha des jolies fenêtres qui donnaient une vue hyper cooool. Diggle chassait les nargols et tenait à peines sur des deux petites jambes toutes frêles. Pis évidemment la blonde (oui c'est important de le dire hein) se mît à hurler chanter une bouse auditive, genre il avait le droit à un showcase privé sauf qu'il aurait préféré être privé de showcase...

« Ptin, arrête de gueuler j'veux pas m'faire chopper par l'russe moi ! En plus c'pourri cette musique. »

Puis il éclata de rire, puis réalisant que quelqu'un pourrait genre vraiment venir son rire s'estompa peu à peu, tout doucement. Pis comme il s'emmerdait à rester assis il dût se résoudre à se lever, et genre c'avait été la tâche ka plus difficile de sa vie. Tellement difficile qu'il s'écrasa comme une... Comme une bombabouse sur le sol, avant de finalement s'lever. Bon il venait d'se cogner la tête mais il ressentait presque pas de douleur, tant mieux. En même temps vu la lenteur à laquelle il s'était ramassé... Pis boum, le flash, un coup d'génie, une expérience à tenter. Justin sortit rapidement sa baguette et dût genre se concentrer comme jamais pour pouvoir correctement formuler un #Pecus Udis. Normalement la sinople devrait se mettre à faire plein de beeeeh beeeeh si son sort fonctionnait. Peut-être qu'il réussirait quand même à comprendre ? Peut-être qu'il savait parler avec les animaux. Peut-être qu'il était tellement stone que du coup il la verrait carrément sous forme de chèvre. Une jolie chèvre blonde qui chante des trucs qui ont deux cent ans, sympa l'concept.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Shela Diggle, Mer 2 Sep - 15:43


HRPG : Désolée c'est pas géant, mais en tant que mouton, il est difficile de m'exprimer :x

Eh ben pour tout vous dire, Davis, eh ben il danse pas bien du tout. Une grosse mer*e, si j'ose dire. Après avoir enchainé deux trois mouvements, il tenta une espèce de figure de hip hop qui consistait apparemment à se trémousser sur le sol, ce qui, encore une fois, ne devait pas résulter d'un cours mené par un professionnel. Si vous voulez mon avis, il s'est joliment fait arnaqué. Et puis son look aussi, non mais, se mettre deux choses aux motifs psychédéliques - et moches - comme ça, ça va pas du tout ma chérie, et puis reprendre le concept des photos mouvantes sur des vêtements, c'est pas la top classe hein, c'est un peu... Vaseux. Et la vase ça pue. Mais bon, j'vais pas lui dire ça, le pauvre, qu'il danse aussi mal qu'il assortit ses habits, parce que bon, j'suis pas d'humeur à le taquiner. Et puis la musique à changé, c't'un truc plus moderne, plus cool aussi, et les papillons ont tous disparus, y'a juste une espèce de grosse patte qui passe à l'instant à travers le mur mais sans vraiment y arriver, et moi j'ai pas trop trop envie d'aller l'aider parce que cette grosse patte, elle a pas l'air commode. Non, non, elle n'a même rien à voir avec une commode, et paraît que c'est pas bon signe.  Et puis -ho ! Magie, je suis un mouton. Ah, pas celui de tout à l'heure hein, j'suis pas une suiveuse, j'suis un mouton tout court, c'est d'ailleurs étrange que je ne m'en sois jamais rendu compte auparavant. C'tellement plus facile de se balader sur toutes ses pattes, mais oui, ça fatigue moins les autres, et puis on voit tout d'un angle tout à fait différend, comme le fait que Justin ne soit pas si petit que ça en réalité. Et puis y'a cette soudaine envie d'avoir un leader, j'me sens comme perdue sans rien ni personne qui montre l'exemple, c'est pénible - et franchement bizarre -, alors je choisis la seule créature présente et décide d'observer ce qu'il fait.

Ce que je vois me déplait car je vais avoir du mal à copier ses gestes. Il gesticule sans raison et quand il ouvre la bouche, il déblatère un flot de trucs dont je me sens incapable de reproduire. J'ouvre la bouche à mon tour mais en sort quelque chose de tout à fait différent. C'est triste. Mais j'en ai marre d'être un mouton, c'est tout pourri, et quelque chose me dit que c'pas tout à fait naturel, ça se trouve l'Kiwicot a des effets utiles sur les esprits un peu, disons, étroits, mais faudrait déjà que Justin arrête de bêler et de bouger pour que je me concentre sur une solution, alors je prend mon élan... Et lui fonce dedans.  
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Salle des préfets

Message par : Lizzie Bennet, Sam 12 Sep - 16:46


Squat préfectoral


Il faisait un temps bizarre, un temps comme elle les aimait pas, à la fois trop chaud et trop froid, ça sentait le lézard. Elle s’avait pas pourquoi, après tout elle s’appelait pas Kahena, mais ça la mettait de mauvaise humeur -vous m’direz, la croiser est toujours mauvaise heur. Mais ce jour là plus que d’habitude, lui venait l’envie de trancher dans les longitudes des frêles corps écervelés d’élèves aux moeurs pas assez bigarrées. Elle avait besoin de foncer dans le tas, mode Minautaure, sans se priver de la joie du fracas, oui, le désordre allait éclore. Sauf qu’il y avait pas assez de fraudeurs ce soir là. Allez savoir pourquoi, certains parlaient des ASPIC, lui donnant envie de leur coller au fion des piques, d’autres se disaient juste là, et soumis à barbu bêta, mauvais choix.

Non j’veux pas dire qu’il est un alpha, qu’on se le dise une fois pour toutes, le russe mettait Poudlard en déroute, et ses règlements n’avaient d’autre attrait, que parfois motiver les élèves égarés, les offrant en chaire à pâté, à la préfète la plus abhorrée -avec Bennet fallait pas jouer à chat. Sauf que c’était mi-chaud mi-froid, les rebelles elle était censée les couvrir ; à moins de coller partout de la mort aux rats, elle ne pouvait pousser plus que soupir. Restait la forêt, mais elle avait déjà nettoyé le gazon, non pas celui là bande de c*ns, juste là, à l’orée. En attendant de retrouver Lestrange, elle se sentait pas spécialement gamine à frange, morale elle envisageait user, de la salle des préfets pour expérimenter. Ce jour-là elle avait trois fioles, sang, sang et venin, et pour accomplir son dessin, il suffisait qu’une heure elle s’isole. En prenant la direction, deux badges côtoyant ironiquement son blason, elle trouva un type égaré, qui finit enfermé dans des toilettes inondées d’eau glacée.

Inutile de toquer. Elle était chez elle.

Alors pourquoi fallait-il que son antre soit occupé ?

Discrets volutes de fumée, cigarette au contenu non identifiée, ça faisait truc moldu.
Une sinople qui gaiement bêlait, enfonçant son crâne dans un torse peu musclé, ça faisait temps perdu.
B*rdel, il y avait des chambres pour ça, les espaces de ce type étaient à rentabiliser plus intelligemment !

Sourire carnassier, elle allait les buter.
Quoique. Diggle était parfois cool. Alors que l'autre, elle l'aimait pas... Il allait tomber. Et après, elle retournerait à son test, posée.
- Consommation de drogue, usage d’un sort non utilitaire. Un truc à dire pour ta défense avant que j’hiboute Kholov, Davis ?
Revenir en haut Aller en bas
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Justin Davis, Dim 20 Sep - 16:46


Shela était complétement perchée. Son sort avait parfaitement fonctionné et v'la que la préfète criait comme une chèvre, magnifique spectacle. Justin éclata carrément de rire, il n'arrivait plus à se retenir et pourquoi devrait-il se retenir d'ailleurs ? Si il y avait un moment ou il devrait rire c'était bien maintenant, personne pour l'embêter, que lui et la chèvre en face de lui qui comprenait plus rien à ce qui lui arrivait. Complètement co*ne en plus de ça, un finite lui aurait rendu l'usage de la parole humaine. Pis d'un coup, Diggle fonça sur lui telle une chèvre enragée, s'écrasant sur son torse incroyablement musclé. Aïe, ça fait mal. Aïe, c'est tout ce que sa gorge eut la force de prononcer. Aïe, c'était le seul son qui sortit de ses lèvres. Et voilà qu'il avait même plus la force de se relever, super travail Shela ! Oh et pis me*de, il était plus confortable couché, et en plus la poitrine de sa collègue était plutôt confortable.

Et après ça les problèmes arrivèrent. Et généralement les problèmes c'est une Poufsouffle brune et particulièrement pénible qu'on appelle plus communément Bennet. Qu'est ce qu'elle foutait là ? Ah bah ouais c'était une préfète elle aussi. Il fallait qu'elle vienne gâcher son moment de bonheur ? Elle était obligée de tout le temps être énervante et détestable ? Bah la réponse est oui, évidement. Un monde sans Liz serait bien trop parfait, y aurait plus de guerres, plus de famine, les préfets pourraient se défoncer e toute tranquillité... Objectif numéro un à partir d'aujourd'hui : trouver un moyen de tuer Bennet. Et comme si sa présence ne suffisait pas elle en rajouta une couche : « Consommation de drogue, usage d’un sort non utilitaire. Un truc à dire pour ta défense avant que j’hiboute Kholov, Davis ? »

Drogue ? Sort non utilitaire ? Késako ? Il essaya de faire mine de ne rien comprendre tandis qu'il utilisa toutes ses forces restantes pour s'asseoir et lui lancer un regard glacial, regard glacial qui ressemblait plus à un regard plein d'amour sous l'effet de la drogue. Il ne pût garder son air sérieux plus de deux secondes puisqu'en un instant son rire le rattrapa, peu lui importait les conséquences de ses actes.

Puis d'un coup l'angoisse le rattrapa. Il était légèrement pris de panique, son front perlait et ses mais étaient de plus en plus moites, les joints ça pouvait aussi faire un peu psychoter dans l'angoisse. « Tu veux pas gicler d'ici Bennet ? Appelle le ton Kholov s'tu veux. Même pas peur. » et il se recoucha sur Shela. Essayant de trouver le sommeil. La préfète pouvait continuer ses menaces inutiles, lui était déjà dans une autre dimension, en train de rêver d'un monde magnifique qui disparaîtrait dès son réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Shela Diggle, Sam 26 Sep - 11:32


Eternuer semble m'avoir libérée - à moins que quelqu'un ait eu l'excellente idée de me rendre ma tête - et je me lance dans de longues expirations, histoire de faire sortir tout mouton qui aurait pu rester coincé là-dedans. Aah bordel, j'l'aurais peut être jamais cru, mais ça fait un bien fou de redevenir soi-même après ça. S'passe quoi d'ailleurs, là ? J'ai la tête qui bourdonne, j'vois pas clair - certes il fait sombre, mais ça n'empêche -, j'ai, enfin l'mouton à apparemment réussi son coup puisque Justin git par terre. Peut être qu'il est mort. Boarf, au pire, j'verrais ça demain, j'pas tellement envie de bouger mes fesses ou d'exécuter tout autre mouvement difficile à réaliser, alors je descend de ce qui pourrait être un cadavre, b'quoi, moi j'tiens pas à sentir la charogne, et soudain, les torches des policiens londoniens se braquent sur moi. P'tain, ils sont violents, ces policiens, j'ai les yeux tout mourus moi, et j'ai rien fait, promis juré, c't'imbécile qui m'a transformé en premier. J'comprenais rien, c'est quoi la langue qu'on parle à Londres déjà ? J'ai pas beaucoup plus de temps pour songer à cela car ma victime ressuscita d'un coup et se mit à rire, ce qui me causa une grande frayeur. Très grande frayeur. Pas tout les jours que les morts se réveillent. Sauf s'il n'était effectivement pas si mort que ça et que je surestimais mes capacités de mouton.

Ma tête avait beau jouer les abeilles (ou la ruche, carrément), pas question d'ignorer le gros tas qui m'écrasa sans plus de cérémonie. Sérieusement ? J'suis pas un canap', encore moins un géant, alors je risquais, en plus de m'faire tremper par ta sueur, de m'étouffer sous ton poids, cher Justin. J'le repousse tant bien que mal, lui qui joue à nouveau le cadavre sans vie - un cadavre vivant n'aurait pas été beaucoup mieux, à la réflexion, c'fait peur c'genre de trucs - et essaye d'apercevoir le policien si c'en est un qui se tient juste devant la source de lumière, ce qui me confère une petite zone d'ombre non négligeable pour mes yeux tout mourus. J'sais pas ce que j'devrais en penser, mais j'ai pas l'impression qu'elle s'amuse beaucoup, la policenne - c't'une meuf, j'suis quand même assez clean pour reconnaître ça, faut pas croire -, sauf que j'parle pas sa langue, apparemment. Mais y'a bien un langage universel, non ? Suffit d'faire des gestes ? Bah, on peut t'jours essayer sans, pas la peine de m'taper la honte plus que nécessaire. J'voyais pas grand chose, ni d'elle ni de dans la salle, mais je tâtonnais avec persévérance jusqu'à trouver une des m*rdes de Justin pour le montrer à la d'moiselle.

- T'en veux ? Sinon t'peux t'casser, j'pense que m'sieur Davis fait dodo.  
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Salle des préfets

Message par : Lizzie Bennet, Lun 5 Oct - 15:50


La blonde parut agressée par la lumière, mais il n’était du genre de Bennet de tailler dans la dentelle et ouep, elle voulait leur attention, elle cherchait leur attention quoiqu’elle le fasse de manière moins désespérée que tous les super-héros en collants. Quelqu’un m’explique d’ailleurs pourquoi les moldus avaient cette manie de penser qu’il ne leur était possible de sauver le monde sans porter des vêtements cintrés et tape-à-l’oeil ? A côté, les sorciers sous exploitaient clairement les opportunités que la magie leur offrait. Davis sembla, lui, moins agressé que crétin. Enfin c’était à se demander pourquoi il forçait le trait quand déjà, d’ordinaire, c’était pas fameux. Le pire fut sans doute quand il darda son regard sur elle : là, là il fut effrayant. Elle ne l’avait jamais trouvé si flippant. On aurait dit un légume amoureux, et croyez moi, je ne sais pas de quoi je parle tant le portrait doit être ignoble et mériter le choix immédiat de la cécité. La blairelle l’envisagea d’ailleurs, un court instant, mais elle n’allait tout de même pas perdre sa vue pour un c*n pareil, même s’il lui devait lui lancer ce type de regard chaque fois qu’ils se croisaient.

Se retenant de lui vomir à la gueule, elle fut direct plus à l’aise quand il reprit un comportement intelligible, riant comme un imbécile heureux, la gueule dans les nichons de sa collègue. Faut dire qu’il perdait pas son temps. Et là ça dérapa. Allez savoir pourquoi, le type passa de l’amusement au flip total, il avait de l’angoisse sur les lèvres et de la sueur sur le front, il perlait la dégueulassitude qu’est la faiblesse. Il tâcha de reprendre sur lui, lui enjoignant de dégager, enfin de gicler d’ici mais elle mouillait quand elle voulait nah de Merlin, il se prenait pour qui ? Le sinople poursuivit les sarcasmes, la provocant en précédant le nom du directeur d’un déterminant possessif, gosh tant qu’à faire il aurait pu pousser et dire «ton Sergeï», mais non, il manquait cruellement de pertinence oratoire. Il revint foutre son poids sur Shela, chose qui ne paraissait pas tout à fait plaire à la belle qui tenta de le repousser avant de cesser de se débattre et lui filer une m*rde trainant par terre. P’tain, elle la présentait comme appartenant au mâle en écailles, ça promettait rien de bon. M’enfin. D’un autre côté, elle n’avait pas croisé son dealer de la journée, et ça lui ferait pas de mal.

Mais pas avec eux, c’était mort ça. Elle se droguait qu’avec les gens un chouilla fiables, et Davis n’entrait pas dans le lot. Diggle crut aussi bon de lui suggérer de se casser, attention que Bennet gratifia d’un sourire ironique. P’tain elle comptait pas trainer ici, elle voulait juste faire ses p’tites expériences dans un coin isolé ! Mais ils l’avaient saoulée, alors elle allait profiter. Se saisissant du reste du stock, elle le fourra dans sa poche en les remerciant d’un ton sarcastique. Dégainant sa baguette d’un air amusé, elle fixa leurs corps d’un #Leggluten informulé sur Justin, et prit la porte trop vite pour être retenue. Sitôt dans le couloir, elle lança un Fibula Loquor Filatim Face Lightwood et demanda à la directrice de gérer la suite des événements. Côté infractions, ils étaient lourds là ! Intérieurement, elle espérait que Shela serait assez douée pour s’extirper de la trappe ouverte sous leurs pieds, mais en bonne égoïste elle était tout de même plus préoccupée par ses espérances quant à la qualité des substances fournies. Disparaissant en des zones inconnues de la plupart des étudiants, elle profita des parties « faux pas » et « adrénaline » de tout work in progress adolescent.

Vous pouvez considérer que le sort flanche mais c'est moins drôle pour vos persos Ange
Départ de Liz anyways

Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Trystan J. Harper, Lun 16 Nov - 20:43




Hors de contrôle.
PV: Lizzie Bennet


・ ◇ ・ ◇ ・



Vous avait-on déjà arracher quelque chose qui vous tenait tellement à cœur qu’il en était presque devenu une partie de votre être — et ce, sans même prendre le temps de vous y préparer ou de vous avertir à l’avance? C’était un sentiment difficile à décrire avec des mots : une sorte de déchirement intérieur exactement comme si l'on vous enfonçait la main dans le ventre afin d’y retirer voilement un bout de vos entrailles. C’était comme une tornade qui venait tout balayer de l’intérieur, ne laissant place qu’à un chaos indescriptible entre une immense incompréhension, un profond désarroi et une colère assourdissante. Un seul mot repassait alors en boucle dans votre esprit, encore et encore jusqu’à ce qu’aucun autre mot ne semble aussi important : «Pourquoi ?!» — ce questionnement si ardent qu’il en donnait l’envie de tout réduire en cendre autour de soi.

C’était l’état dans lequel j’avais plongée, bien malgré moi, à la suite de mon entretien avec Zoey Higgs. Celle-ci, capitaine de mon équipe de Quidditch, avait dut faire faces aux nombreuses défaites consécutives des Gryffondors et s’était vu forcé de prendre certaines décisions pour tenter de ramener la victoire dans notre camp. Hors, ces décisions n’allaient pas du tout dans mon intérêt. Jugeant que je m’étais égarée quelque part entre mon rôle de préfète et mes problèmes personnels, elle disait ne plus pouvoir se permettre de jongler avec un membre qui n’était plus à 100% avec eux et qui ratait tout ses tires.

«Je suis dans l’équipe depuis près de 2 ans, j’ai donnée beaucoup de mon temps et de mon énergie pour les Gryffondors, tu le sais très bien ! Tu ne peux pas juste m’évincer comme ça, Zoey ! Pas avant de m’avoir donner au moins une dernière chance de me rattraper sur le jeu !»

Mais c’était déjà trop tard, elle avait pris sa décision et ne reviendrait pas dessus, quoi que je dise ou que je fasse. Elle avait décrété que le temps était venu pour moi de passer le flambeau et qu'elle m'avait déjà laissé suffisamment de dernières chances — peu lui importait maintenant si j’accordais encore une importance à ce fameux flambeau, ou non. Le Quidditch avait toujours été ma seule échappatoire. Lorsque je m’envolais dans le stade sous les cris d’encouragement des supporteurs, j’arrivais à oublier tous mes problèmes. J’arrivais même à ne plus ressentir l’emprise de ce démon qui sommeillait en moi et maintenant que j’avais perdu ça, je ne voyais plus comment j’allais pouvoir garder le contrôle sans céder à la folie. Je le sentais constamment en moi, ce monstre qui ne cherchait qu’à sortir de la prison que je lui avais créé dans un coin sombre de mon esprit, même en pleine nuit où tous les autres semblaient trouver le repos. En un claquement des doigts, voilà que venait de s'envoler les seuls moments de répit que je n’avais jamais eut et j’étais complètement terrifié à la perspective de laisser mes démons prendre ainsi le dessus.

Je n’avais pas eu la moindre conscience d’avoir traversée le parc, ni même d’être entrée dans le château et d’avoir grimper les étages. La seule chose dont j’avais conscience, c’était ce sentiment d’être à deux doigts d’exploser. Sans même chercher à savoir où je me trouvais, j’avais poussé la porte la plus proche afin d’entrer dans cette salle déserte — une salle que je connaissait pourtant bien, mais qui m’était complètement égale de chercher à la reconnaître. J’en n’avais rien à faire du lieu où je me trouvais, tant que je laissais sortir cette rage qui me broyait. Empoignant à deux mains le balai que j’avais trainer tout ce temps avec moi, j’avais cogné partout en criant à plein poumon. Coups de pieds, coups de balai, coups de point, j’envoyais voler les chaises et les meubles qui avaient le malheur de se trouver sur mon chemin. Malgré la lourde porte que j’avais refermée derrière moi, on pouvait très bien entendre le vacarme que causaient mes cris mêlés aux fracas d’objets cassés, jusque dans le corridor.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Mar 27 Déc - 22:25


RP privé - Riri Vacuitas
Règlement de comptes entre préfets


Après le cours de Défense Contre les Forces du Mal qu'ils avaient en commun, Peter et Riri Vacuitas avaient prévu de se retrouver dans la salle réservée aux préfets pour discuter de récents évènements intervenus entre leurs maisons respectives et pour lesquelles ils avaient du sévir. Peter avait quitté la salle de classe le premier et avait décidé d'attendre son homologue serdaigle déjà dans la salle des préfets. Arrivé devant la lourde porte en chêne, il prononça le mot de passe :

- Leonard Spencer-Moon.

Une fois le nom de ce célèbre ancien ministre de la magie, la porte s'ouvrit et Peter pénétra dans la pièce. Les quelques portraits qui ornaient les murs et qui représentaient certains anciens préfets célèbres se tournèrent vers le jeune élève de serpentard. Peter leur adressa un signe de tête, ils avaient du prendre l'habitude de venir s'installer dans leur portrait de cette pièce lorsqu'il n'y avait pas de réunion afin d'être au calme. Bien sur son petit rendez-vous avec Riri devait bousculer leurs habitudes.

Peter déposa son sac sur la grande table ronde de bois massif. Il jeta un coup d’œil aux alcôves à coté des fenêtres où trônaient de grands canapés. Peut-être le renommé dueliste de serdaigle allait-il préféré ce type d'assise pour leur entrevue. Peter poussa un soupir, les garçons étaient si difficile à cerner ... Il comprenait beaucoup mieux les filles pour ce genre de choses. Et puis avec une préfète, il se serait mis sur un canapé directement ou alors dans la salle de bain directement !

La réunion s'apprêtait à être tendue. Etant donné que les deux préfets s'étaient donnés des libertés disciplinaires, ils avaient développé sans le savoir un contentieux qui risquait de leur exploser au visage à présent. Peter trouvait cela dommage d'ailleurs, il avait tout de même de l'estime pour Riri, qu'il considérait (fort heureusement pour lui) comme différent des autres garçons. Il n'allait plus tarder à présent. En l'attendant, Peter s'adonna à son dernier tic, à l'aide de son pouce droit, il jouait avec sa bague en argent, taillée en un serpent se mordant la queue, qui se trouvait sur son majeur droit. Sa peau frottait légèrement le métal noble cependant que son regard se perdait dans le parc à travers les grandes fenêtres de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Riri Vacuitas
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Mer 28 Déc - 6:50


Le cours de DCFM s'était terminé. Je devais rejoindre Peter dans la salle des préfets. Je n'y était jamais allé mais je connaissais le mot de passe. Évidemment, autrement je n'aurais pas pus être préfet. C'est un peu surfait quand y pense. Beaucoup pense qu'on porte se badge avec arrogance alors qu'a chaque fois que je l'enlève c'est une délivrance. Méfiance vis à vis de mon propre rôle. Puisque la vie n'est pas drôle mais que ce badge la transforme en jeu de rôle. Enfin bref avec des pas bref et rapides j'avance dans les couloirs. Le préfet de Serpentard y est peut-être déjà, il m'attend probablement. Le contraire serait étonnant mais pas impossible. Je pense à ce qu'on à se dire. Dis comme ça on pourrait croire qu'on va se taper dessus alors que l'on va simplement échanger sur nos élèves dissident afin d'éviter de futurs accidents. Il est important que tout le monde puisse vivre convenablement et sans dérangement surtout quand on parle d'étude.

* Je me demande bien qui Peter à attrapé dans ses filets. Peut-être qu'il à eu à faire à Anna ? Ou Erundil ? Ou bien quelqu'un d'autre ? *

Le regard droit, le visage impassible je suis déjà fixé sur mon objectif. Je fini par arrivé devant une porte en chêne, j'enlève ma capuche que j'avais mise pour me sentir dans mon monde. Je me retrouve donc dans l'immonde. Prononce le mot de passe et s'ouvre, s'efface de mon champs de vision. Me voilà prêt à commencer notre mission. Vérifiant que j'ai bien ma baguette au cas où leur préfet serait trop bête pour m'attaquer sous prétexte que je m'en suis pris à des Serpentard. Trop tard pour changer les événements, trop tard pour améliorer ce qui à été un acte déconcertant. Je ne pense pas que Peter m'attaquerait, mais la vie ma apprise à être prêt. Ne pas être le boulet, celui que jamais on ne satisfait puisqu'il satisfait lui même l’ego de ceux qui se sentent plus haut. Je m’égare et plante mon regard dans Peter que je vois assis. Je ne prête pas attention aux tableau, je n'en ai pas grand-chose à faire en faite. Regard de fer, sérieux, qui petit à petit reprend sa forme ordinaire, air blasé. Avançant tout en faisant glisser mon sac pour le prendre d'une main. Je fini par arrivé devant lui l'air serein.

« Rebonjour Peter. J'espère que le cours ne t'a pas épuisé, nous devons parler pour le bien commun des élèves de cette école. »

Toujours debout et face à lui. Lâchant alors mon sac, il tomba à mes pied dans un bruit sourd de livre. C'était peut-être surprenant que je traite ainsi mes affaires mais je savais qu'elle n'iraient pas aux cimetière. Elles prendraient même pas la poussières et garderaient leur fonction première. J'avais envie de lui demander tout de suite ce qu'il avait fait, qui il avait punis et pourquoi. Aller à l'essentiel en fait.

« Alors, qu'a tu donné comme colle et pourquoi ? Puis à qui ? »

Voix neutre, aucunes agressivité ou tout autre émotion. Je pouvais paraître un peux sec sur le coup. Je ne savais pas comment mon interlocuteur allait le prendre, allait le comprendre. Peut-être qu'il était comme moi sur ce point après tout, parfois les mots son flou. L'important c'était que l'information soit donné, je m'attendais forcement à devoir débattre un peux, qu'il me dise peut-être que pour tel ou tel personne je n'ai pas bien agit. Puisque c'est ce que tout les faiseurs de troubles m'ont dit. Peut-être avait-ils raisons dans le fond.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Mer 28 Déc - 18:51


Peter fut tiré de ses pensées par le bruit de la porte de la salle des préfets qui s'ouvrait. Il détourna aussitôt le regard pour se concentrer sur l'arrivée de son homologue serdaigle. Peter, en l'attendant, avait commencé à arborer l'air le plus serein possible. Il ne souhaitait pas que la conversation parte mal avec Riri aussi essayait-il de le mettre dans de bonnes dispositions. Mais celui-ci était arrivé avec un regard assez déterminé avant de reprendre son habituel visage blasé. Au final, il ne semblait pas faire de grands efforts pour avoir l'air calme mais le résultat y était et c'était tout ce qui comptait pour le préfet des serpentards.

- Rebonjour Peter. J'espère que le cours ne t'a pas épuisé, nous devons parler pour le bien commun des élèves de cette école.

Et là-dessus, le préfet des serdaigles, qui avait conservé la position debout lâcha son sac qui tomba par terre en un bruit sourd. Lequel bruit fit sursauté Peter, qui, du même coup, perdit tout apparence de zen qu'il avait essayé de se donner. Et cela n'allait pas aller en s'arrangeant. Certains personnages dans leurs tableaux qui étaient venus profiter du local pour une petite sieste commençaient à s'agiter après que le bruit se soit réverbéré dans la pièce. Ce qui plaisait chez Riri à Peter, c'était sa capacité à être différent des autres garçons que le serpentard exécrait tant. Mais parfois le vice-champion junior de duel avait une capacité remarquable à sembler différent des autres êtres humains. Sans prévenir, il embraya donc sur le sujet de leur rendez-vous, sans prendre la peine de s'asseoir.

- Alors, qu'a tu donné comme colle et pourquoi ? Puis à qui ?

Peter observa alors le jeune élève un moment en essayant de comprendre à travers lui comment il fonctionnait.

*Par Merlin, des type comme lui ça devrait être fourni avec une notice ...*

Il finit par cligner des yeux et de sa main droite, il désigna une chaise qui patientait à coté de son homologue afin qu'il y prenne place ... si l'envie lui en prenait. Il n'aimait pas beaucoup la position dans laquelle ils se plaçaient, Peter, assis était défavorisé physiquement. Ainsi, de façon consciente ou non, Riri prenait un avantage certain dans la conversation et cela n'enchantait pas le serpentard.

- Si ... Tu veux bien te donner la peine.

Peter tenta néanmoins de conserver une attitude et un visage bon enfant histoire de ne pas foutre cette rencontre par terre dans les dix premières minutes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Riri Vacuitas
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Ven 30 Déc - 17:31


Il avait sursauté après que mon sac soit tombé au sol. Ce n'était pas grave ça aurais pus surprendre n'importe qui. Je savais pas trop si Peter était à l'aise ou non. En fait je me disais qu'il était forcement à l'aise, c'est vrais. Pourquoi devrions nous être mal à l'aise. Nous allons juste parler de nos rôle et rien d'autre. Mon interlocuteur fini par cligner des yeux, de la main droite il désigna une chaise à coté moi. Des mots accompagnèrent ses gestes. Se souciait-il de mon bien-être ? C'était une attention très amicale que Peter faisait là. Levant un sourcils de surprise avant de m'y asseoir rapidement. Croisant les mains et posant les coudes sur mes cuisses. A partir de maintenant je devais attendre que le préfet vert me réponde. Je prit enfin la peine de regarder les tableau qui nous entouraient. Certain semblaient énervé, d'autre curieux, et d'autres souhaitaient visiblement dormir. Je n'en avais pas grand-chose à faire, j'étais là pour améliorer nos affaires, pas arranger les leurs, un soupir de ma part se fit donc entendre. Soupirant à cette dernière pensé. Je fini par réorienter mon regard dans celui de Peter. Attendant impatiemment sa réponse.

___________

HRPG : Tu m'excusera pour ce post très court. C'est parce que Riri ne fait pas grand chose
Je pensais également t'avoir déjà répondu Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle des préfets

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 13:59


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 6

 Salle des préfets

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.