AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 6 sur 14
Amérique du Sud
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle

Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Dim 10 Nov - 21:21


Liam était allongé dans son hamac. La seule partie de sa minable chambre qui soit à peu près propre. Il regardait le ciel azur qui s'offrait à lui. Cette vision l'apaisait. C'était un monde infini qui s'étalait devant ses yeux. Un avion gâchait parfois ce paysage monochrome. Il ne savait plus vraiment où il était, ne savait plus trop ce qu'il devait faire, mais il était sûr de ne pas être à Poudlard. Les nuages auraient sûrement envahi le ciel ces temps-ci. Il n'y ferait pas aussi chaud également.

La sonnette retentit et aussitôt, Liam fut en dehors de son lit mouvant. Il se précipita, courut à une vitesse fulgurante jusqu'à la porte et l'ouvrit d'un coup. Personne. Il scruta l'horizon, s'avança pour voir si quelqu'un était là. Seul un vieil alcoolique ronchonnait après un être invisible, rigolant avec lui. Il devait être drôle l'homme invisible. Mais le Suédois était déçu. Encore une fois, il avait raté son invité. Et comme à son habitude, l'inconnu avait laissé une simple lettre sur le paillasson. Le garçon la ramassa d'un geste las.

Il savait ce qu'il allait trouver à l'intérieur. Des renseignements anonymes sur le groupe de sorciers noirs qui avaient pris place en Amérique du Sud. Un indic que personne ne connaissaient chez l'Ordre mais qui avait décidé de leur faciliter leur traque aux méchants. Et qui avait été désigné pour se rendre sur place? On devine tout de suite. On lui avait expliqué que cela l'aiderait dans son autonomie, qu'il prendrait plus confiance en lui et pourrait se sortir plus facilement de situation complexe. Il pensait surtout qu'il devait faire tout le sale boulot et qu'il était le seul disponible puisqu'il était en vacances! Mais il ne se plaignait pas. Il était là pour récolter des infos, pas besoin de plus.

S'installant pour décacheter l'enveloppe, il en extirpa le lettre pour la lire attentivement. C'était une lettre extrêmement longue. Avec une simple lecture, elle paraissait vraiment futile. C'était la façon dont l'anonyme codait ses informations. Liam la déchiffra rapidement, pour en soutirer l'information suivante: les sorciers noirs avaient attaqué un bus moldu. C'était une occasion trop belle pour être vrai. Bien sûr, il y avait sûrement des morts, des blessés, ce qui n'était pas joyeux du tout. Mais il avait enfin la chance de les attraper. Sans attendre, il transplana jusqu'à l'aéroport d'où partait les bus, emportant seulement sa baguette et son sac de secours, contenant de la nourriture et .

Le blond arriva dans un endroit délabré à l'abri des regards des moldus. A l'aéroport, on lui expliqua le chemin qu'avait pris les passagers, il repartit aussitôt. Le temps pressait. Il ne pouvait prévenir les moldus de cette attaque, ils pourraient y perdre la vie, mais surtout, le secret du monde magique serait mis en péril. Le mieux, et c'était ce que faisait chaque partie, était de régler les affaires les concernant sans intervenir dans celles des autres. Ainsi, Liam avait suivi le voyage. Il se doutait que si le bus était resté dans la ville, il en aurait entendu parler. Il commença alors directement par la forêt. Le trajet ne passait par qu'un bout de la forêt, il espérait que les recherches seraient plus rapides que ce qu'il imaginait.

La fumée s'échappant d'un feu l'aida particulièrement à s'orienter. Il s'attendait à ce que le bus ait été incendié. Il avança la tête levé vers le ciel, suivant cette fumée, lorsqu'il déboucha sur les lieux de l'accident. Jamais il ne s'était attendu à voir une telle scène dans sa vie. Des corps était éparpillés sur le sol, le bus avait les vitres explosées, il n'était plus qu'une épave. Il n'y avait aucun signe de vie, un silence de mort s'était installé. Liam était choqué mais surtout énervé. Sa haine des forces obscures ne cessaient de grandir depuis qu'il avait intégré les Phénix mais cette fois, il avait des envies de leur rendre ce qu'ils infligeaient aux autres. Comment pouvait-on être aussi aveugle face à la mort? Vénérer une facette de la nature aussi terrible? Il ne pouvait que serrer des points, taper du pied et se dire qu'un jour, ils cesseront d'exister. Mais c'était se bercer d'illusions. Au plus profond de lui, Liam savait qu'il était impossible de changer quoique ce soit à cette évidence.

Il s'avança, le regard vide en voyant ces yeux sans la moindre lueur de vie. Cette vision ne lui était plus supportable, il décida de jeter un oeil au bus, voir si personne ne s'y était réfugié. Il n'y trouva que le chauffeur, une tache de sang entourant sa tête qui avait dû venir se frapper contre la vitre. Liam ne s'éternisa pas à l'intérieur, et en sortit. Ce qui l'interpella fut l'absence de feu. Il n'y avait aucune fumée ici. D'où venait-elle alors? Elle était toujours présente dans le ciel, à quelques mètres de l'endroit où se trouvait le Poufsouffle. Encore une chance de trouver ces salauds. Ils allaient payer. Par ses soins.

La nuit commençait à faire son arrivée lorsqu'il arriva à une distance assez réduite de la place du feu. Il s'avança en douceur, évitant de faire le moindre bruit. Il plissa les yeux pour essayer de voir quelque chose. Au fond, il y avait une grotte. Devant, un homme brun. Il était seul. Liam s'était attendu à voir tout un groupe, il ne pouvait avoir fait ça tout seul. "Il ne faut surtout pas sous-estimer l'ennemi" se souvenait le blond. Une phrase de Kyara lors de la soirée Halloween de Honeydukes. L'ennemi peut toujours surprendre. Profitant de l'effet de surprise, le Nordique se jeta sur le col de son opposant, et sans lui laisser le temps de comprendre ce qui lui arrivait, il le souleva pour le plaquer violemment contre la paroi extérieure de la grotte. Il avait sa baguette plaquée contre sa gorge. Il ne se serait pas reconnu s'il avait eu un miroir en face de lui. Une expression de haine tranchait son visage si calme et joyeux en temps normal. Rien n'était normal de toute manière.

- Alors?! Tu t'es bien amusé avec ces moldus là?! ça t'a fait quoi de les voir crever hein?!

L'ex préfet criait, s'époumonait, évacuait toute sa rage. Il était fatigué. Il était anéanti. Il était devant la face la plus sombre de son appartenance à l'Ordre. Il s'y était pourtant tellement préparé, il pensait pouvoir tout supporter. Mais finalement, il était faible. Il s'emportait sur la moindre petite chose. Pourquoi? Pourquoi infligez cela? Il ne comprenait pas, il ne comprendrait jamais. Mais s'il pouvait se défouler sur quelqu'un, autant que ça soit la bonne personne. Il attendait une réaction de la part de l'inconnu qui commençait à lui évoquer quelque chose. Il était sûr de l'avoir déjà vu. Lui avoir déjà parlé même. Mais il était tellement aveuglé par sa rancoeur qu'il ne put donner un nom à ce visage.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Sam 16 Nov - 1:07



// Je tiens à m'excuser pour ce retard colossal :ola semaine a été dure.. //

- Alors?! Tu t'es bien amusé avec ces moldus là?! ça t'a fait quoi de les voir crever hein?!

Alors qu'Ethan essayait tant bien que mal de réchauffer ses membres frigorifiés, quelqu'un se jeta sur lui et le plaqua violemment contre la paroi rocheuse. Sa blessure à son épaule vint le tirailler et sans se contenir, il lâcha un cri de douleur qui arracha la nuit. Le jeune homme qui le tiraillait criait, s'époumonait, déversant de nombreuses injures sur Ethan. Le garçon ne desserrait pas son entreinte et restait là à fusiller Ethan du regard, attendant visiblement une réponse. Il était certain que s'il restait comme ça sans rien faire à proclamer son innocence, il mourrait. Voilà pourquoi, dans un dernier effet surhumain, à cause de sa blessure qui lui brûlait la chair, il poussa violemment le blond et d'un geste vif et rapide qui ne laissa aucun moment de répit à l'adversaire, il se munit de sa baguette. Très bien, ils étaient à armes égales maintenant, il ne restait plus à savoir la cause de sa colère.

- Qui es-tu ? Et que me veux-tu ?! Je ne comprends absolument rien à ce que tu racontes ! En ce moment même, je me qualifierai personnellement de victime.

Il criait également, il ne savait pas pourquoi. Peut-être pour essayer d'intimider son adversaire, mais c'était peine perdue. La main tendue, fermement serrée au manche de sa baguette, Ethan visait le jeune blond, le fusillant du regard. Une main appuyée sur sa blessure, il lançait entre quelques respirations saccadées, des soupirs évoquant sa douleur. Des centaines de petites échardes s'étaient plantées dans sa peau, comme de milliers de petites aiguilles qui infestaient la plaie. Il ne manquerait plus que ça !

Relevant ses manches, il observa le blond. Il lui semblait l'avoir déjà vu. Sa tête lui disait quelque chose, seulement, son visage était déformée par la rage de vaincre et donc, son identité restait floue pour lui. Que venait-il bien faire ici ? Les complexes hôteliers se trouvaient à plusieurs kilomètres de là et la forêt était un mauvais endroit pour camper la nuit, sous le regard discret des loups affamés. Pourtant, Ethan demeurerait là cette nuit et encore toutes les nuits, jusqu'à ce qu'on le retrouve, allongé sur un talus, avec dix kilos en moins. Il aurait bien aimé faire comme dans les films d'actions où les héros mangent des sauterelles pour survivre, seulement, le seul fait d'y penser lui soulevait l'estomac.

Voyant que le jeune homme ne répondait pas, Ethan insista plusieurs fois et soudain, il fut empli de rage et lui demanda, tout en criant de toutes ses force, qui était-il. Il s'était contenu jusqu'à son arrivée dans la grotte, essayant de tout faire pour ne pas attirer l'attention. Bien que le feu ne soit pas le moyen de chaudement idéal, il n'avait fait qu'une simple entorse pour la chaleur. Mais là, tout devait sortir, comme une explosion, trop de choses gardées enfouies, espérées terminées.
Puis, il adoucit son regard d'un tant soit peu, comme pour amadouer son rival, dès qu'il découvrit que celui-ci était imperturbable, il reprit sa position initiale et soupira profondément, soupirait-il de fatigue, de résignation ou bien de peur ?
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Ven 22 Nov - 18:11


{A moi de m'excuser pour mon retard...}

La rage n'avait jamais été considéré pour Liam comme une émotion que l'on devait laisser passer, qu'on devait accepter de montrer. La rage, la haine, la colère dévoilait encore plus nos faiblesses, tout ce qu'on ne pouvait supporter et qui pouvait avantager l'ennemi. C'est ainsi que le Poufsouffle s'était toujours contenu, préférant enfouir tous ses sentiments de rancœur au plus profond de lui. Mais la tentation d'exploser, après une animosité si vive envers les auteurs de tel crime avait été trop forte, et le voilà qui s'en prenait au premier venu. Rien ne lui prouvait qu'il n'avait rien fait mais rien ne lui prouvait non plus qu'il ait fait quoique ce soit à ces moldus. Le fait était qu'il avait été présent au mauvais moment, l'esprit du blond l'accablant de tous les horreurs existantes dans ce monde.

Son désir grandissant de lui infliger le même sort qu'a tous ses hommes et femmes sans pouvoirs, sans défense, commençait à le titiller de plus en plus, mais il savait qu'il ne pourrait s'y résoudre. Ses défauts en ressortiraient plus encore, et il n'était pas encore prêt, à 17 ans passé, à tuer quelqu'un. Cependant, il ne serait pas contre lui faire subir quelques souffrances. Mais il reprit ses esprits en entendant le cri de douleur de sa victime. Un cri qui fit frisonner les feuilles des arbres aux alentours. Un regard au jeune homme le troubla encore plus. Avec une expression pareille, comment le Suédois pouvait le soupçonner? Il avait beaucoup plus l'air du gentil tiraillé par le méchant, en l'occurrence Liam. Dans un effort qui parut lui coûter beaucoup, il parvint à repousser son agresseur et attrapa sa baguette. Sur le moment, le jeune Riu était complètement perdu.

- Qui es-tu ? Et que me veux-tu ?! Je ne comprends absolument rien à ce que tu racontes ! En ce moment même, je me qualifierai personnellement de victime.

L'ex préfet le dévisagea comme s'il venait de le rencontrer. Ses yeux n'étaient plus emplis de la rage qu'il avait éprouvée jusqu'à présent, ils avait une lueur de confusion, semblable à un étranger qui ne comprenait pas un mot à l'anglais. Ses sourcils froncés, il s'interrogeait sur la véracité des propos de son interlocuteur. Il s'était si violemment précipité sur le garçon. Après l'action venait la réflexion. Et dans son cas, il peinait à penser. Son opposant avait réussi à foutre un tel bordel dans son cerveau. Il ne pouvait être sûr de rien, mais son petit doigt lui disait qu'il devait écouter le sorcier. Son petit doigt lui parlait rarement, alors pourquoi ne pas l'écouter pour cette fois?

Pendant ce temps, ladite victime répétait, et répétait, sa question. Celle-ci concernait son identité, mais le blond ne voulait pas l'informer sur lui maintenant. Comme s'il était en pleine crise de nerfs, il se mit à hurler. Il avait donné toute son énergie dans cette dernière exclamation, et un silence s'installa, pesant mais soulageant. La tête du jeune homme commençait à lui faire mal, après un tel monologue du garçon en face. Seul un soupir désespéré s'échappa de la bouche du jeune anonyme. Après quelques secondes, le Phénix se lança, sur un ton posé et bien plus calme:

- Je m'appelle Liam.

Il s'arrêta ici. Il n'avait pas besoin de lui dire quoique ce soit de plus, et l'inconnu avait sa réponse. En attendant, le blondinet enchaînait les questions dans sa tête. Sur l'identité du jeune homme surtout, mais aussi ce qu'il faisait dans cette forêt, blessé, seul, sans bagage, sans nourriture, livré à lui-même. Après une pause de quelques secondes, voyant la détresse de son interlocuteur, il s'accorda le bénéfice du doute et continua:

- Désolé de t'avoir agressé... J'étais sur les nerfs. Il se stoppa le temps qu'il se fasse à ses excuses mais ne perdit pas plus de temps qu'il venait de le faire: J'imagine que tu étais dans le bus? Ou tu t'es juste perdu? De quoi tu es victime? Je veux bien te croire, mais va falloir m'expliquer si tu veux pas une autre séance de torture sur ton bras.

Il n'avait spécialement l'envie de le faire, ni même la force. Comme si toute son énergie l'avait quitté lorsqu'il s'était résigné à tenter quoique ce soit sur son locuteur. Mais il n'hésiterait pas à lui lancer un petit sort si celui-ci tentait quoique ce soit contre lui. Le Blaireau avait soudain chaud, même si la chaleur se faisait plus supportable et que le soleil commençait à sa descente. Il avait faim aussi, il fut heureux d'avoir son sac avec lui. Il allait enfin s'en servir. Se penchant précautionneusement à terre, il posa son bagage à terre puis en soutira une barre énergétique. Il en attrapa une autre, et tendit son bras vers le jeune homme.

- Tu as faim?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Sam 30 Nov - 11:31


{Je suis vraiment désolé pour le retard.. Excuse-moi!}


En voyant la baguette du jeune homme, le blond stoppa net son attaque et resta là, à dévisager Ethan, comme s'il était fou. Et alors, n'avait-il jamais vu quelqu'un se défendre ? Et puis, s'il pensait qu'Ethan se laisserait attraper et torturer, il se trompait déjà. L'anglais jeta un coup d'oeil à la baguette du jeune homme, s'assurant que ce n'était pas un bout de bois, cela aurait pu expliquer mieux des choses si ça avait été le cas! Comme seule réponse qui pouvait expliquer beaucoup de choses, le sorcier adverse soupira et dit calmement.

- Je m'appelle Liam.

Puis, il ne dit plus rien. Qu'est-ce qu'il croyait comme ça ? Qu'après lui avoir révélé son identité, si courte soit elle, Ethan lui accorderait sa confiance et l'accueillerait à bras ouverts dans sa.. grotte ? Il faisait fausse route, le brun ne baisserait jamais sa garde pour si peu. C'est ainsi qu'il continua à tendre fermement sa baguette vers le jeune homme, d'un regard plus calme que tout à l'heure, les étincelles qui gisaient alors dans ses yeux avaient laissé place à son regard d'incompréhension qu'il qualifierait de vide. C'était exactement cela, en ce moment, le jeune homme ne savait pas quoi penser. Le sorcier avait l'air d'être de son côté mais qui sait, peut-être faisait-il partie de la bande qui venait l'attaquer. Il existe bien de très bons comédiens, pourquoi n'en ferait-il pas partie ? Le jeune homme lui avait révélé son identité, mais il ne voulait pas lui dire la sienne. Il était venu ici incognito, comme on dit, pour passer de bonnes vacances et pas pour ensuite revenir à Poudlard avec des centaines d'ennemis aux fesses. Cependant, le sorcier enchaîna.

-  Désolé de t'avoir agressé... J'imagine que tu étais dans le bus? Ou tu t'es juste perdu? De quoi tu es victime? Je veux bien te croire, mais va falloir m'expliquer si tu veux pas une autre séance de torture sur ton bras.

Le Serdy n'attendit pas longtemps pour répondre à sa question. Il se souvint de la douleur qui l'avait envahi et du cri désespéré qu'il avait poussé alors que le blond lui pressait fermement l'épaule pour le faire parler. Ethan n'avait jamais eu aussi mal et en repensant à cela, il sentit son épaule le relancer, si seulement il avait son sac, il aurait pu se prendre un bandage et se confectionner une sorte de pansement pour arrêter le saignement. Si cela continuait comme ça, il serait mort avant la tombée de la nuit.


- Ethan, je m'appelle Ethan. J'imagine que tu devais avoir une bonne raison pour venir me menacer de la sorte, qui recherches-tu ? Je pense que je n'ai pas besoin de répondre à ta question, tu dois comprendre, mais je vis tout de même le faire. J'étais un passager du bus, une bande de sorciers noirs nous ont attaqué, je suis le seul survivant. Maintenant, si cela ne te dérange pas, j'aimerai m'asseoir. De toute façon, si tu m'attaques, je serai trop faible pour me défendre.

Ethan se résigna à vouloir se défendre, pour quoi de tout manière ? Pour quoi se battait-il ? Sa vie ? Il avait déjà l'impression d'être mort tellement les douleurs venant de son épaule étaient violentes, elles tiraillaient son bras, son crâne, son épaule... Il décida donc de s'asseoir comme il l'avait dit plutôt au jeune homme et posa sa baguette sur ses genoux. Il avait dit au jeune homme qu'il ne se défendrait pas mais c'était seulement pour l'amadouer, bien sûr qu'il lutterait jusqu'à son dernier souffle !

Le tronc sur lequel il était assis était recouvert de mousse fraîche qu'il lui procurait des frissons. Il devait sûrement avoir plu. En pensant à la pluie, il fit un rapprochement avec l'eau et donc avec sa déshydratation. Il avait beau avoir bu il n'y a pas longtemps, il était mort de soif. Sûrement les effets de la jungle tropicale sur l'organisme. Il soupira doucement. Dans quel m*rdier s'était-il fichu encore ? Pourquoi s'était-il senti obligé de partir aussi loin pour passer "de bonnes vacances" ? Et surtout, pourquoi était-il parti seul ? Sûrement pour ne pas se traîner un des boulets de Poudlard.. Il aurait mieux fait de rejoindre sa famille, même s'il serait seulement resté que quelques jours avec lui, ses vacances auraient été moins mouvementées. Il ne ressortirait sûrement plus jamais de cette jungle, à l'heure qu'il est il était perdu, il mourrait ici. Puis, Ethan repensa au jeune blond, il le regarda longuement. Peut-être pourrait-il l'aider à sortir d'ici ? Pour cela, il aurait au moins fallu qu'ils s'entendent bien.. Alors que l'anglais le regardait faire, le jeune homme se pencha à terre et déposa un un sac qui devait sûrement être le sien et comme dernière action, en soutira deux, dont une qu'il proposa à Ethan, accompagnée d'une question inévitable.


- Tu as faim?

S
'il avait faim ? Bien sûr qu'il mourait de faim ! Il ne savait pas depuis combien de temps il n'avait pas mangé, une dizaine d'heures... Puis, Ethan se réprimanda de ne pas avoir accepté le sandwich gratuit qu'offrait pendant le vol les jolies hôtesses de l'air bien roulées. À vrai dire, il s'était concentré sur autre chose que leur sandwich pour être sincère. Pour réponse, Ethan hocha la tête, un bref sourire aux lèvres et attrapa vivement le chocolat. Il déchira doucement le papier pour ne pas faire croire à son interlocuteur qu'il était encore resté à l'âge de pierre. L'anglais fourra son papier dans sa poche de jean, au moins, il venait d'effectuer une bonne action dans la journée, et dévora avidement le chocolat. Il se fichait de savoir ce que pensait le blond à son égard, désormais, il n'avait qu'une chose en tête, se nourrir pour vivre. Puis, il se rapprocha du feu et questionna le jeune homme.

- Merci, pour le chocolat.. J'imagine maintenant que tu veux savoir pourquoi et comment me suis-je retrouvé dans un tel pétrin, je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Sam 7 Déc - 23:49


{Bon faudrait qu'on arrête de s'excuser pour le retard... x) }


Le garçon restait visiblement méfiant. Liam ne pouvait que le comprendre. Il avait devant lui un inconnu qui avait failli user de sa baguette pour l'anéantir, il y avait de quoi douter. Mais les intentions du Suédois n'étaient pas de le tuer. Non, jamais il ne pourrait s'y résigner un jour, et ce n'était pas un simple inconnu contre qui il n'avait aucune preuve qui allait inaugurer son expérience en terme de meurtre. Non, il voulait juste connaître la vérité et commençait à comprendre que cet homme allait lui être sûrement plus utile qu'il ne l'aurait pensé pour retrouver leurs véritables ennemis.

La réponse du brun vint plutôt rapidement, et le Poufsouffle fut assez étonné par sa propre capacité de persuasion. Il avait du faire peur au jeune sorcier, mais il pouvait très bien jouer la comédie et lui faire croire. Il écoutait avec le plus de recul qu'il pouvait.

- Ethan, je m'appelle Ethan. J'imagine que tu devais avoir une bonne raison pour venir me menacer de la sorte, qui recherches-tu ? Je pense que je n'ai pas besoin de répondre à ta question, tu dois comprendre, mais je vais tout de même le faire. J'étais un passager du bus, une bande de sorciers noirs nous ont attaqué, je suis le seul survivant. Maintenant, si cela ne te dérange pas, j'aimerai m'asseoir. De toute façon, si tu m'attaques, je serai trop faible pour me défendre.

Alors, tout s'expliquait. Pendant un moment, le Blaireau éprouva un pointe de remord pour l'avoir secoué comme il l'avait fait, alors que lui-même avait été attaqué dans ce bus. Mais soudain, il se souvint qu'il fallait rester sur ses gardes. Pourquoi lui dirait-il la vérité? Était-il envoyé par ces sorciers pour les préserver d'une réponse de la part de l'Ordre? Il pouvait imaginer toute sorte de scénario, il était plutôt fort pour cela. Les catastrophiques étaient toujours ceux qu'il préférait même s'il était ravi qu'ils ne se déroulent jamais. Cependant, son interlocuteur lui avait montré à travers sa franchise qu'il était fiable. Liam restait méfiant néanmoins.

Le vent souffla sur les arbres, les feuilles s'agitaient dans un frottement sonore. La nuit était presque entièrement installée. Seules quelques légères traînées colorées emplissait le ciel. La fatigue commençait à se faire sentir à mesure que la nuit arrivait, mais Liam n'était pas encore prêt de retourner dans son lit. Il avait des choses bien plus importantes à faire, notamment expliquer l'apparition de cet Ethan Wood en plein milieu de la forêt.

La vue de la barre énergétique parut le satisfaire et il accepta avec politesse son invitation à en prendre une. Le Suédois était donc parvenu à avoir sa confiance, les recherches n'en seraient que plus faciles si les discussions se déroulaient dans le calme et la détente. Au grand étonnement de Liam, qui s'attendait à ce que le jeune sorcier se mette à dévorer le chocolat avec le papier. Il prit son temps, déchirant le papier avec précaution. Il ne devait pas être là depuis très longtemps s'il avait si peu faim. Mais finalement, il se changea d'avis en le voyant engloutir la barre. Le Suédois en profita pour tirer sa gourde d'eau et la laisser devant lui, si le garçon voulait s'abreuver. Il espérait juste qu'il ne finisse pas tout. En le regardant de plus près, le Poufsouffle remarquait qu'il avait l'air d'un véritable SDF, un clochard en pleine jungle. L'image n'était pas exagérée, il ne manquerait plus que la longue barbe, qui n'était vraiment pas loin au final. Ses habits étaient sales, il était faible. Le Riu n'avait sûrement pas arrangé sa situation en se jetant sur lui. Tous deux s'installèrent près du feu qui n'allait sûrement pas durer s'ils ne voulaient pas révéler leur position aux ennemis qui devaient probablement roder au beau milieu de ces bois. Puis, Ethan prit la parole:

- Merci, pour le chocolat.. J'imagine maintenant que tu veux savoir pourquoi et comment me suis-je retrouvé dans un tel pétrin, je me trompe ?

Il avait bien compris ce que cherchait Liam en lui donnant ce morceau à manger. Mais ce dernier ne voulait qu'il le voit comme quelqu'un d'intéressé, il voulait réellement l'aider. Mais avant, il fallait retrouver ces sorciers qui avaient mis en pièce un bus et assassiné des dizaines de moldus.

- Exact, je me pose pas mal de questions. Mais surtout, je voudrais en savoir plus sur les personnes qui t'ont attaqué. Tu te souviens d'un visage ou ils étaient masqués? Combien étaient-ils? Et aussi, ça fait combien de temps que tu es ici, seul?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Dim 8 Déc - 11:37


Alors que la nuit commençait peu à peu à tomber sur le camp que je m'étais amménagé, je me levai et d'un coup de talon protégé par mes chaussures en cuir, j'éteignis le feu. La situation était déjà désastreuse, il ne manquait plus que nous nous fassions repérer par les bandits.

J'aurai trouvé cette aventure passionnante si je m'étais trouvé derrière le livre qui la racontait. J'étais à la recherche d'aventure et maintenant que je l'avais trouvé, je n'étais pas satisfait. Mais, qui avait-il de positif en ce moment-même ? Mon enthousiasme et ma vivacité venaient de me quitter alors que je continuai à ressasser l'accident. Des dizaines de moldus assassinés, me fixant de leurs grands yeux inexpressifs. Des mages noirs à l'expression affreuse des méchants dans les romans. Ma course poursuite dans la forêt, ma plaie. Alors que je repensai à ma blessure, celle-ci vint me tirailler de nouveau pour m'arracher un bref soupir. Maintenant que j'y pensais, j'avais horriblement mal.

Le jeune homme qui se nommait Liam s'assit à mes côtés et déposa à mes pieds une gourde sûrement remplie d'eau douce. J'aurai été tenté de la vider sur ma plaie pour essayer d'apaiser ma douleur mais je repensai au jeune homme qui essayait de m'aider et finalement, c'est modestement que je fis couler doucement deux petites gorgées dans mon gosier. L'eau vint faire frissonner mon corps et vint humidifier ma gorge alors asséchée. Ce breuvage, dont j'abusais tous les jours en bataille d'eau en tout genre. Ce breuvage qui aujourd'hui, m'avait sauvé la vie. Je me rendis alors compte que l'eau n'était pas éphémère. Un jour où l'autre, les océans, les rivières, les lacs n'existeront plus et nous nous retrouverions sur une terre aussi desséchée que le Sahara. La terre entière réduite en un tas de sable où au coin de l'oeil apparaîtraient quelques fois quelques oasis imaginaires qui auraient pour but malin de nous faire souffrir et rêver. Il fallait que je me concentre sur la réalité, je sentais peu à peu que je m'arrachai de ce monde pour rejoindre la folie. Alors, je m'accrochai à la seule chose qui pourrait me maintenir en vie, Liam.

Alors que le vent venait légèrement fouetter ma joue et faire agiter les branches des arbres, j'inspirai un grand coup, emplissant mes poumons d'air pur, frais. Alors que je m'apprêtai à m'étendre de tout mon long sur le sol poussiéreux et terreux de la forêt, Liam me rappela à l'ordre entamant la conversation. S'il y avait bien un moment où mon désir d'échanger avec les autres n'étaient plus, c'était bien celui-ci. Je devais néanmoins lui répondre, pour obéir à ma mère qui m'avait fait juré de toujours être poli et pour aider ce jeune homme qui semblait à la recherche d'informations. Seulement, une fois qu'il aurait trouvé tout ce dont il avait besoin, ne me laisserait-il pas croupir dans ce trou ? Seul pour toujours ? Je voulais avant tout m'assurer de sa loyauté.

- Exact, je me pose pas mal de questions. Mais surtout, je voudrais en savoir plus sur les personnes qui t'ont attaqué. Tu te souviens d'un visage ou ils étaient masqués? Combien étaient-ils? Et aussi, ça fait combien de temps que tu es ici, seul?

Il me mitraillait de questions, je n'avais pas la tête à réfléchir. Je ne voulais pas faire travailler mon cerveau, essayer de me souvenir. Tout cela était trop douloureux. Que voulait-il que je lui dise ? Que je lui décrive la position des cadavres, leurs dernières paroles ? Comment j'avais pu les laisser mourir sans froncer un sourcil ? Je me relevai et lui fis face, sortant ma baguette de ma poche, je la pointai devant lui. Peut-être était-il un imposteur, un simple intéressé ?

- Comment pourrai-je être sûr de ton identité ? C'est facile de mentir. Peut-être fais-tu parti de leur groupe. Tu veux que je me rappelle mais la seule chose dont je me souvienne c'est le regard apeuré qu'une de leurs victimes m'a lancé avec de mourir ! Ma voix montait peu à peu en crescendo et puis, je me mis soudain à hurler, déferlant la rage qui se trouvait en moi - Tu veux que je te dise comment je n'ai pas réussi à les protéger ? Comment je me suis lâchement enfui en courant ? J'aurai pu les sauver ! Ils se sont jetés hors du bus et sont tous morts, il y avait des enfants dans ce bus, des enfants ! Ils portent encore leur peluche dans leur bras alors qu'il doivent déjà avoir été ensevelis par de la terre ! Je porte leur mort sur mon esprit, leurs fantômes me hanteront jusqu'à ma mort et je ne pourrai pas me débarasser de ça, et toi, tout ce que tu me demandes c'est d'essayer de me souvenir de leur visage ?! Comment pourrai-je vouloir me souvenir des visages de tels assassins !

Puis, je me jetai à terre et me mis à pleurer de rage. J'étais si faible. Le jeune homme partirait sûrement en courant maintenant, il ne pourrait pas recevoir plus d'informations de moi. J'étais perdu, j'allais croupir ici, les fantômes des victimes passées me hantant jusqu'à ma mort.


Dernière édition par Ethan Wood le Sam 21 Déc - 20:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Jeu 19 Déc - 18:26


Liam remarqua qu'il avait eu la bonne idée de sortir l'eau. Décidément, pour que le jeune homme soit assoiffé et affamé, il devait être là depuis plus d'un jour. En état normal, il aurait pu se déplacer et aller chercher de l'aide mais on remarquait assez vite qu'il était mal en point. Comme partageant ses pensées, le jeune homme se jeta sur le feu pour l'éteindre. L'obscurité s'installait progressivement, et on entendait les animaux nocturnes se réveiller et commencer leurs activités. La nuit annonçait le danger. Notant qu'il avait du mal à voir clairement son interlocuteur, il lança un léger #Lumos. Juste de quoi pouvoir discuter dans de bonnes conditions.

Pendant que le sorcier buvait, le Suédois commençait à se dire que son arrivée était une véritable aubaine pour le brun. Après tout, s'il ne recevait pas tous ses courriers anonymes, il ne serait même au beau milieu de l'Amérique du Sud en ce moment. Il n'aurait jamais entendu parler de ce bus qui avait été attaqué, ni même d'un quelconque groupe de sorciers noirs, ou de dizaines de victimes. Et cet Ethan se serait retrouvé seul, face à lui-même. Il imaginait que ses agresseurs auraient fini par le retrouver et avec l'état dans lequel il se trouvait actuellement, il lui aurait été difficile de se défendre. Mais le blond ne voulait pas aller plus loin que cela, sachant pertinemment la finalité de cette histoire. Mais maintenant, il était là, et à deux, ils avaient déjà plus de chances que seul.

Cet inconnu semblait tiré les ficelles de sa propre histoire. Liam se rendait compte qu'il agissait exactement comme l'autre le voulait. Des informations, des lieux, et le jeune homme sautait sur l'occasion sans trop y réfléchir. A mesure qu'il y pensait, il avait l'impression qu'on lui tendait un piège. Mais si cela avait réellement été le cas, il savait qu'il aurait été pris depuis bien longtemps. Alors que voulait-il? Son désir de vouloir cacher à tout prix son identité rendait Liam de plus en plus suspicieux. Un idée vint lui effleurer l'esprit. Et si c'était ce Wood qui lui envoyait tous ces courriers? Et s'il l'avait attiré ici lui-même, feignant une blessure et jouant le rôle de la victime? Une vraie princesse à secourir. Et lui jouait le chevalier totalement idiot. Bon, l'image est plutôt mal choisie certes, mais cela pourrait résumer la situation.

Cette réflexion ne fit que le faire douter encore plus, et il préféra laisser cette idée de côté, préférant écouter ce que le brun avait à lui dire concernant cette attaque. Malheureusement la situation tourna vite, les deux garçons échangeant les rôles. Ethan se leva d'un coup, visiblement agacé, sa baguette pointée vers Liam. Lui aussi devait avoir des soupçons sur l'inconnu que représentait le Phénix pour lui. Mais apparemment, le problème était plus complexe qu'il en avait l'air.

- Comment pourrai-je être sûr de ton identité ? C'est facile de mentir. Peut-être fais-tu parti de leur groupe. Tu veux que je me rappelle mais la seule chose dont je me souvienne c'est le regard apeuré qu'une de leurs victimes m'a lancé avec de mourir ! Tu veux que je te dise comment je n'ai pas réussi à les protéger ? Comment je me suis lâchement enfui en courant ? J'aurai pu les sauver ! Ils se sont jetés hors du bus et sont tous morts, il y avait des enfants dans ce bus, des enfants ! Ils portent encore leur peluche dans leur bras alors qu'il doivent déjà avoir été ensevelis par de la terre ! Je porte leur mort sur mon esprit, leurs fantômes me hanteront jusqu'à ma mort et je ne pourrai pas me débarrasser de ça, et toi, tout ce que tu me demandes c'est d'essayer de me souvenir de leur visage ?! Comment pourrai-je vouloir me souvenir des visages de tels assassins !

Liam ne cilla pas durant sa tirade, observant avec plus de considération ce jeune homme. Ce dernier tomba, contre tout attente, à terre dans un élan de folie, de désespoir, quelque chose comme cela, mais la chute fut violente et Liam l'entendait sangloter dans sa rage. Sur le moment, Liam ne bougea pas d'un poil. Il préféra le laisser seul avec sa colère. Cela ne concernait que lui-même. En même temps, il ne pouvait que comprendre ce qu'il avait pu ressentir à ce moment. Tout ce qu'il redoutait depuis qu'il était entré dans l'Ordre: voir la mort en face, et ne rien pouvoir faire contre. Pendant ces dernières années à Poudlard, il ne cessait de faire ce même cauchemar. Attaché à son lit, il voyait ses proches autour de lui, au regard bienveillant, se faire attaquer et mourir dans d'atroces situations. Et lui, ne pouvait que hurler, pleurer, et les regarder se faire déchiqueter. Le pire des cauchemars, et certainement celui qui l'a poussé à entrer dans l'Ordre.

C'est à ce moment qu'il se décida à aller voir le jeune homme. Il s'approcha doucement, prenant les mesures nécessaires pour ne pas le brusquer. Il ne savait pas vraiment comment agir. Il se posa à ses côtés, et commença à parler à voix basse:

- Tout ce qu'il s'est passé, ce n'est en rien ta faute. Qu'est-ce que tu aurais pu faire de plus? Si tu avais pris part au combat, tu serais mort à l'heure qu'il est. Et tu ne les aurais pas plus sauvés que ce que tu as fait. C'était la seule solution. Et maintenant, tout ce qu'on peut faire c'est les venger. Aide moi à capturer ces sorciers qui t'ont attaqué et à ce moment-là, tu les auras aidés en leur rendant ce qu'ils ont fait.

A ce moment précis, des bruits de déchirement se firent entendre puis des bruits de feuilles que l'on écrase. Ils étaient là. Ils étaient arrivés. Liam aurait voulu avoir plus de temps pour préparer une offensive, mais ils devaient faire avec. Sa baguette s'éteignit tout d'un coup, le noir l'emporta. Ils n'étaient plus repérable, mais peut être était-ce trop tard. Il obligea le garçon à lever. Il ne pouvait être sûr que c'étaient eux, mais son instinct ne le trompait jamais. Enfin jusqu'à présent. Ils allaient devoir faire face, et il ne pourrait pas se battre tout seul. Le silence se fit, seul le vent résonnait. Un bruit de branche qui craque. Le blond entraîna son compagnon d'infortune dans une cachette, près de la grotte. Ethan avait réussi à rester cacher ici, peut être avaient-ils encore une chance?

- Quand on parle du loup, lança-t-il dans un murmure, étonnement calme.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Dim 22 Déc - 1:13


Ethan avait laissé déferler toute sa rage sur ses dernières paroles. Des larmes ruisselaient librement sur ses joues pour tomber au sol, formant une flaque de désespoir. Il ne voulait pas pleurer, il ne savait pas pourquoi il le faisait mais c’était plus fort que lui. Le brun avait toujours su se montrer fort face à des situations plus désastreuses les unes que les autres mais cette fois-ci il avait craqué. Face à son impuissance face au massacre qui s’était déroulé devant ses yeux, il s’était laissé allé. Il aurait pu se battre, mourir au combat. Mourir en ayant accompli quelque chose, en ayant défendant les passagers de l’autobus. A la place, il s’était lâchement enfui, fuyant ses obligations, fuyant la réalité. Maintenant, tout cela le rattrapait et il n’arrivait plus à gérer ses émotions. Il était impuissant.

- Tout ce qu'il s'est passé, ce n'est en rien ta faute. Qu'est-ce que tu aurais pu faire de plus? Si tu avais pris part au combat, tu serais mort à l'heure qu'il est. Et tu ne les aurais pas plus sauvés que ce que tu as fait. C'était la seule solution. Et maintenant, tout ce qu'on peut faire c'est les venger. Aide moi à capturer ces sorciers qui t'ont attaqué et à ce moment-là, tu les auras aidés en leur rendant ce qu'ils ont fait.

Ce n’était pas sa faute, bien sûr que ça l’était. S’il s’était battu, s’il n’avait pas fui comme un lâche il n’aurait pas sali la mémoire de ceux qui étaient morts si injustement. Des femmes, des hommes, des enfants, attendant patiemment d’arriver à l’hôtel dont la chambre leur avait coûté, la piscine qu’ils avaient vu sur le net et dont ils avaient rêvé de nombreuses nuits. Ils voulaient fuyer leur quotidien pour se retrouver dans un petit havre de paix où ils étaient comme coupés du monde, désormais, tout ce dont on retrouverait d’eux, ce serait leur dépouilles rappelant le massacre qui s’était produit il y a peu. Si Ethan avait été fort, il aurait été les enterrer avec dignité, comme ils l’auraient souhaité et peu importe s’il tombait sur ses mages noirs, il serait mort en ayant accompli sa tâche, en ayant rendu hommage à ces innocents.

- Si, c’est de ma faute. J’aurai pu me battre, éparpiller mon sang sur ses terres que les assassins avaient foulé de leur pieds, mourir avec dignité au lieu de fuir avec lâcheté. Je préfère être mort plutôt que de vivre ce que je vis en ce moment, tous ces sentiments qui me rongent à l’instant.. Je suis trop faible pour les contrôler ! Tu ne comprends pas. Pourquoi veux-tu tuer ces hommes ? Bien qu’en étant sûr que ça ne devait pas être les seules actes de barbarie dont ils avaient fait preuve, je ne comprends pas ce que tu y gagnerais. Qui es-tu Liam ? Un touriste sorcier s’étant perdu dans la forêt se lançant dans une quête où il laisserait sûrement sa vie ? Je ne crois pas.

Seulement, son discours fut stoppé par des désagréables bruits trahissant une présence autour d’eux. Les sorciers, c’était eux. Ce ne pouvait être qu’eux. Qui d’autre viendrait se promener à cette heure-ci ? Soudain, une idée traversa le jeune Wood et si c’était un rescapé de l’attaque du bus ? Il aurait pu s’enfuir en même temps qu’Ethan et échappé au regard des sorciers noirs, trop occupés à poursuivre Wood. L’anglais aurait voulu partager son idée avec Liam mais celui-ci l’entraîna déjà dans la cachette où s’était refugié il y a peu Ethan. Referaient-ils la même erreur en passant devant lui sans le distinguer dans l’ombre ? Ne fallait-il pas mieux se battre ? Il ne voulait plus fuir, ils sortit donc sa baguette et se tapie derrière une roche à l’abri de tous les regards. Il avait un plan. Seulement, il fallait que les sorciers noirs ne les voient pas. Dans un murmure, Liam maugréa une dernière phrase entre ses dents.

Dans l’encadrement de l’entrée de la grotte, une ombre se distingua, puis deux. Toute une bande de mages noirs arrivèrent bientôt à l’entrée de la cachette d’Ethan et de Liam. Ils scrutèrent l’ombre et entrèrent finalement. Les quelques pas qu’ils exécutèrent s’accordaient parfaitement avec les battements du cœur d’Ethan, l’angoisse prenait peu à peu part en lui et bientôt, il découvrit que ses dents claquaient. Il réussit finalement à se retenir et calma sa respiration. Il ne devait pas laisser échapper un seul soupir, sinon, les tueurs le discerneraient.

Contre toute attente et au grand soulagement d’Ethan, les assassins firent demi-tour et partirent de la grotte ne laissant place qu’à un petit goutte à goutte qui calmait l’atmosphère. L’anglais se leva doucement et scruta les environs, ils étaient seuls. Toute menace était écartée.

Wood était bien décidé à ne pas rester croupir ici en attendant qu’ils reviennent, il voulait se lancer à leurs poursuites, découvrir leur camp (si jamais ils en possédaient un) et mettre en place son plan. C’est ainsi qu’il pénétra dans le feuillage touffu des buissons sans vérifier si Liam le suivait. Seul ou bien accompagné, il voulait venger toutes ces pauvres victimes.

Les kakatoès piaillaient, les singes sautaient de branche en branche et le vent faisait doucement osciller les feuilles des arbres. Cela aurait pu être un paysage digne des plus grandes œuvres d’arts si de tels actes macabres ne s’y étaient pas déroulés. Un endroit idéal pour y passer ses vacances, si on éliminait : le sang, la torture, les assassinats et les combats sanguinaires.

Ethan poussait les feuilles qui se trouvaient sur son chemin, quelques fois, les quelques branches qui avaient échappé à son nettoyage laissaient quelques griffures sur son visage qui accentuait son regard violent à l’idée de mettre en œuvre ses idées macabres. Il voulait en finir avec tout ça, pouvoir tirer un trait sur le passé et marquer d’une croix dans son esprit, tout ce qui s’était déroulé durant ses « vacances ».

Alors qu’il marchait, accroupi pour éviter d’être repéré, une fumée grisâtre trahissait une présence humaine sur le terrain. L’anglais essaya de réduire le bruit de ses pas tout en avançant précautionneusement. Bientôt, il put distinguer des rires gras, des verres qui s’entrechoquaient et des vieilles chansons entonnées par quelques hommes un peu trop saouls. L’ambiance était à la fête, comme si tout ce qu’ils avaient accompli il y a peu appartenait au passé et était rayé de leur mémoire. N’avaient-ils donc aucune pitié ? Aucuns états d’âme ? Peut-être l’alcool leur faisait-il oublier tous les méfaits qu’ils avaient accompli ? Même le breuvage le plus fort sur terre ne pouvait purifier le cœur d’un homme ayant accompli de tels actes.

Sans plus attendre, Ethan extirpa sa baguette de sa poche arrière, la dirigea vers une des tentes en tissu et informula un #Incendio. A ce moment-là, la tente prit feu et les mages noirs mirent fin à leurs festivités pour se diriger vers la cause de leurs soucis. Un excellent moyen de diversion pour attaquer par derrière. Alors que le sorcier s’apprêtait à lancer l’assaut, il se retourna pour voir si Liam le précédait et s’il voulait prendre part à la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Dim 29 Déc - 16:47


Finalement, il trouvait l'apparition des bruits plutôt bonne et inespérée. Ethan venait de lui faire toute une crise sur sa faiblesse, mais sans la diversion des sorciers, il aurait dû révéler (ou mentir) à Ethan la vérité sur le fait qu'il se trouve ici. Et c'était en effet impossible. Oui, il aurait menti, sans hésitation même. Le seul problème était de trouver une bonne excuse que le jeune brun pourrait gober sans poser trop de questions. A présent, ce n'était plus vraiment la question. Peut être n'aurait-il même pas à se justifier? Il en doutait. Cet ado semblait plutôt entêté.

Le Suédois découvrit aussi une témérité chez le sorcier qui ne l'arrangeait pas vraiment. Ce trait de caractère l'avait poussé à dégainer sa baguette à l'approche des pas, prêt à attaquer. Ces derniers écrasaient les feuilles bruyamment. Un peu trop d'ailleurs. Comment leurs pas pouvaient être aussi repérables? En sorciers aguerris et expérimentés comme ils avaient l'air de l'être, ils auraient évité de faire trop de bruits et auraient masqué leurs pas. Liam trouvait la situation un peu louche. Mais il évita de partager son avis avec Ethan. Son souffle s'était arrêté, il osait à peine respirer. Au final, il estima assez logique de se préparer à une attaque s'ils se faisaient repérer.

Plusieurs ombres se distinguèrent finalement. Ils étaient plusieurs, évidemment. Mais aucun visage ne se voyait dans l'obscurité de cette grotte. Avec un peu de chance les deux garçons passerait inaperçus. C'était ce que le blond espérait. Le nombre de sorciers présents et pénétrant a présent dans l'espace restreint de la grotte les désavantageait. Ils ne pourraient faire face. Le Riu restait sur la défensive, et s'ils se faisaient repérer, il pourrait emmener à l'extérieur son compagnon d'infortune grâce au transplanage. Sa tête bouillonnait de stratégies, d'idées d'échappatoire pas toujours très convaincantes à mesure que les inconnus scrutaient l'obscurité de la grotte.

A la surprise générale, les sorciers s'en allèrent, sans dire un mot. Les yeux verts-gris du Phénix les suivaient vers l'extérieur. C'était tout? Ils n'avaient même pas fouillé plus que cela? Leurs attitudes les faisaient passer pour de vrais abrutis et des sorciers sans aucune expérience. Et pourtant, ils avaient attaqué à eux seuls tout un car de moldus. Il ne comprenait pas. Il imaginait des scénarios mais aucun ne semblait plausible. Pendant que Ethan se levait, Liam restait accroupi, plonger dans une longue réflexion. Il devait demander à ce garçon plus d'explication. Il se leva à son tour, et vit devant ses yeux une scène complètement insensée. Ethan prenait la direction des sorciers. Il était apparemment décidé à les suivre. Il trouva ça vraiment débile, il était prêt à réprimander le brun sur son impulsivité mais finalement, il décida de le suivre. On lui avait souvent dit qu'il réfléchissait trop au lieu d'agir. Autant finir tout cela. Du moment que le sorcier en face de lui ne faisait pas n'importe quoi.

Les deux hommes s'enfonçaient de plus en plus dans la forêt. Liam n'était même pas sûr s'il savait où il allait ou s'il avançait sous le coup de la vengeance. Dans les deux cas, le blond ne trouvait pas judicieux de répliquer quoique ce soit. A part le mettre sur les nerfs, il n'arriverait à rien. Il se contenta d'avancer, scrutant les environs. Il le couvrait en quelque sorte de tous les côtés, au cas où ils tomberaient dans un piège. Il se préparait à toute éventualité. Le bruit des animaux autour d'eux masquait leur pas, l'odeur des fleurs et autres végétaux cachait leur odeur. Seule la forêt pouvait les repérer.

Tout d'un coup, un odeur de fumée emplit les cavités nasales de l'ex préfet. On entendait d'ailleurs des voix humaines. Il avait vraiment une chance incroyable l'inconnu. Ils se dirigeaient accroupis jusqu'à la cachette des mages noirs. On entendait le bruit de l'alcool qui coule à flot: des verres s'entrechoquant, des rires d'hommes bourrés, des cris qui fendaient le silence pesant de la forêt Amazonienne. Ils avaient à faire à de vrais rustiques. Liam en était sûr cette fois: ils n'avaient aucune expérience. Une idée émergea de son esprit, qu'il garda de côté.

De grandes tentes commençaient à se dessiner, devenant de plus en plus nettes. Puis, ils s'arrêtèrent. Que devaient-ils faire à présent? Le mieux pour le Blaireau était d'observer, d'analyser et d'agir. Mais apparemment, le jeune Ethan avait prévu de faire les choses dans le désordre. Sans qu'il puisse agir, Liam vit le brun pointer sa baguette vers la tente la plus proche et informula le pire qu'il ait pu trouver: Un Incendio. Quel idiot! Il ne savait si c'était l'adrénaline qui agissait sur son métabolisme pour qu'il décide de lancer le seul sort qu'il avait trouvé pour révéler leur position. Mais il les avait mis dans de beaux draps.

Et comme s'il était fier de lui, il lança un regard au Suédois visiblement désespéré, le défiant de prendre part au combat. La première chose qu'il fit fut de lever les mains au ciel, implorant le pardon pour la bêtise de ce jeune homme innocent. Et immédiatement, il l'emmena dans un autre coin du repère des sorciers. Dans l'agitation, il était sûr de ne pas se faire remarquer par ces bourrés. Avec un peu de chance aussi, ils penseraient que la tente avait brûlé toute seule. Peu probable. Ils n'avaient plus d'autre choix que d'aller jusqu'au bout de la stupidité de son acolyte. Liam jugea qu'il y allait un peu fort, aussi, il s'arrêta à un endroit stratégique du repère. Il donnait sur la plus grande tente. Le point centrale, le point de décision de n'importe lequel des camps militaires. Des sorciers en sortaient au fur et à mesure. En attendant que tous évacuaient cet endroit, il briffa le brun:

- Bon, la prochaine fois que tu veux te venger, essaye de trouver plus discret comme sortilège. Ensuite, tu vois cette tente? On va aller voir ce qu'ils préparent à l'intérieur. On trouvera sûrement des indices sur leurs actions. Et on pourra tout détruire. Tu pourras lancer ton Incendio tiens. Tu es prêt?

Sans attendre de réponse, il se précipita dans le feu de l'action. Il passait devant des tentes, s'arrêtant pour vérifier que le terrain était libre, puis continuant. Il lançait des regards dans les tentes qu'il dépassait, mais toutes étaient vides et sans intérêt. Il arriva devant la principale tente, et au même moment, un sorcier, armé de sa baguette en sortit. Sans réfléchir, il lui mit une droite en pleine face. Il eut alors le temps de dégainer sa baguette dans sa direction pour lui lancer un #Stupéfix. L'homme s'étala de tout son corps, laissant le passage libre pour le jeune homme.

Il pénétra alors la grande tente et fut étonné eu celle-ci donne sur une grande salle à manger. Mais à lieu que celle-ci soit pleine d'assiette, de plats délicieux, des centaines de papiers étaient éparpillés sur la longue table qui trônait au milieu. Liam se lança alors à la recherche d'indice sur leurs actions, ce qu'ils faisaient ici. Il n'y trouva que des plans. Il essaya de deviner à quoi ils correspondaient, mais rien ne lui vint. Que pouvaient-ils faire avec cela? Il fouilla la paperasse mais rien n'attira son attention. Seulement des cartes qui ne semblaient correspondre à aucun endroit sur Terre. Soudain, la tente s'ouvrit sur un groupe de personne.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Mer 1 Jan - 23:54


J’étais assez fier de mon agissement, le feu distrairait sûrement les gredins et nous pourrions attaquer avec Liam. Seulement, il ne partageait pas mon euphorie. Quel était le problème ? Pourquoi faillait-il toujours qu’il reste insatisfait ? N’était-ce pas le meilleur moyen pour détourner l’attention ?

Alors que j’aurai voulu me jeter à l’assaut pour prendre ces sorciers noirs par surprise, Liam changea de direction et je ne pus que le suivre le regard baissé. Il allait me réprimander c’était certain. Mais pourquoi étais-je si abattu ? Pourquoi étais-je aussi honteux ? Peut-être parce-que l’espace d’un instant je m’étais senti heureux, heureux d’avoir enfin réussi quelque chose, heureux de m’être rendu utile, heureux d’être le héros plutôt que l’imbécile qui pleurnichait sans arrêt. Ah ! Pour être un imbécile j’en étais bien un ! Seulement, j’étais un imbécile inconscient. Alors que je croyais que mon plan de prendre l’ennemi par surprise était infaillible, je me rendis compte qu’il reposait sur des vétilles et que je m’étais fait un film sur rien.

Liam s’arrêta face à une grande tente, elle semblait être la principale du camp des sorciers, le petit groupe de mages noirs étant regroupés autour de la tente enflammée et tentant tant bien que mal de l’éteindre nous avions tout le luxe pour les prendre par surprise. Il fallait y aller maintenant. Seulement, Liam semblait beaucoup plus calme et posé et se tourna vers moi pour me faire un débriefing du plan qu’il avait concocté.

« Bon, la prochaine fois que tu veux te venger, essaye de trouver plus discret comme sortilège. Ensuite, tu vois cette tente? On va aller voir ce qu'ils préparent à l'intérieur. On trouvera sûrement des indices sur leurs actions. Et on pourra tout détruire. Tu pourras lancer ton Incendio tiens. Tu es prêt? »

Je n’eus pas le temps de hocher la tête que Liam se jeta dans la bataille. Et maintenant ? C’était à moi de me lancer, seulement, il n’avait pas réfléchi une seule seconde. Peut-être que son plan ne me convenait pas, que j’aurai préféré agir autrement ? Mais avec la gourde que j’avais commise, je pense qu’il ne m’aurait sûrement pas laissé la parole, alors, je me lançai également, dans la gueule du loup.

Liam agissait méthodiquement, il s’arrêtait pour vérifier si le terrain était libre, que les tentes ne comportaient pas de choses pouvant nous être utiles, comme s’il était.. en mission. Alors, dissimulé derrière le fin tissu des tentes, un sorcier armé d’une baguette plongea sur Liam. Heureusement, le blond eut le temps de lui administrer une belle droite dans la face pour l’assommer. Bien parti ! C’est suivi d’un stupéfix que l’homme s’étala par terre sur le sol sec du campement. Nous pouvions désormais continuer notre périple. En espérant, qu’aucun autre sorcier ne nous tombe, nous avancions tous les deux, baguettes en main.

Il y avait tellement d’action dans l’air que l’on se serait cru dans un jeu vidéo. Ceux auxquels je m’amusais à jouer quand j’étais chez mes parents. Les moldus avaient fait de sacrés progrès en technologie, on ne pouvait pas en dire autant des sorciers. Bien que souvent ils pouvaient être très violents, on arrivait souvent à tomber dans la peau du héros et c’est en ayant l’impression de risquer sa propre vie que nous jouions avec entrain. Je me sentais comme cela en ce moment, à part qu’en cet instant précis il n’y avait pas d’écran pour me séparer de l’action, tout ce que je vivais était bien réel et j’espérais fortement qu’il serait aussi facile que dans les jeux de triompher.

Cependant, je n’étais pas là pour penser à ça. Je devais rester avec Liam, marcher où il marchait, agir comme il agissait et être méthodique comme il l’était. En effet, le jeune homme semblait tellement sûr de lui qu’on aurait pu croire qu’il avait lui-même crée ce scénario, comme si tous ces hommes, ces meurtriers, n’étaient autre que des acteurs, jouant dans une scène d’action particulièrement violente. Je regardais autour de moi pour essayer d’y dénicher une caméra cachée, je devais vraiment être sonné pour agir de la sorte, seulement, cette idée que ce qui se passait en ce moment ne pouvait être que monté de toutes pièces me rassurait en quelques sortes. Je me disais que je ne pourrai mourir. Mais malheureusement, en croisant le regard du blond, ce regard violent, téméraire et empli de rage, me rappela à la réalité. Je n’étais pas dans un de ces films d’actions que les moldus allaient voir pour bien finir leur soirée, tout cela était bien réel.

Je ne savais pas combien de fois j’avais répété ce mot dans ma tête. Réel. Je devais m’y faire, si je mourais, il n’y aurait pas de secondes chances, mon corps resterait sur terre mais mon âme voguerait dans les cieux, cherchant sa place entre l’enfer et le paradis. Je chassai rapidement ces idées macabres de ma tête, depuis quand avais-je été si préoccupé par cela ?

Nous pénétrâmes dans la grande tente qui était depuis le début, notre but principal. Comme si ce qu’elle contenait pourrait nous apporter des informations sur l’identité des sorciers noirs. Ce serait sûrement le cas.

La tente donnait sur une grande salle à manger pourtant, elle n’était pas utilisée comme elle aurait dû l’être. Aucun mets délicieux n’ornait cette grande table, seuls des centaines de parchemins trônaient sur celle-ci. Alors, comme pris de passion pour ces manuscrits, Liam se mit à les fouiller avec frénésie. Qu’espérait-il trouver parmi ces papiers usés par le temps ? Des indices, une carte au trésor ? Mais pourquoi ? Qui était vraiment Liam ? Je n’avais partagé avec lui qu’une seule gourde et il m’accompagnait déjà dans l’antre des assassins. Je ne savais rien de lui, pouvais-je continuer à lui faire confiance ? Il avait dans le regard, une attitude… animale.

« Liam, qu’est-ce que tu fais ? Qui es-tu vraiment ? Un agent double ? Pourquoi ces bouts de papier pourraient t’intéresser ? Il n’y a rien à en tirer. Liam.. Liam ! »

Il ne répondait malheureusement pas. C’était impossible de l’arracher de ses papiers. Comme si ses pensées avaient quitter son corps pour se concentrer à la recherche d’informations. Alors que je m’appuyai sur la table, attendant une quelconque réaction de mon compatriote, un groupe de sorciers pénétra dans la grande tente, sûrement attirés par le corps inerte de leurs amis. Ils paraissaient furieux et nous regardaient comme si nous allions leur servir de repas. Peut-être étions-nous tombés sur des cannibales ? Ce serait affreux.

Sans réfléchir davantage, je laissai parler mon instinct et espérait que celui-ci ne se trompe pas à nouveau. Je saisis ma baguette d’un mouvement rapide, la pointai en direction d’un sorcier et lançai un stupéfix. Celui-ci se laissa tomber par terre, son corps était inerte. J’étais fier de moi mais nos adversaires ne semblaient pas vouloir en rester là, des stupéfix fusèrent dans tous les sens, j’essayais tant bien que mal de tous les esquiver. Je touchai un, deux, trois.. cinq sorciers mais je sentais que je n’arriverai pas à tenir bien longtemps. Derrière moi, je n’entendais pas âme qui vive, Liam semblait ne pas avoir bouger mais était-ce vraiment le cas ? Allait-il mettre en péril ma vie pour quelques feuilles de papier ? J’espérais de tout cœur que non et continuai la bataille. Le blond devait agir vite, je sentais que je ne pourrai pas tenir encore longtemps. Dans un dernier souffle, j’implorai mon ami à l’aide.

« Liam ! »
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Dim 12 Jan - 15:46


Les recherches peu fructueuses de Liam l'avaient un peu mis sur les nerfs. Il n'avait pas pensé infiltrer une base de cartographie. Mais il savait que cela cachait beaucoup plus que ce que ce campement affichait en apparence. Il n'avait pas encore saisi le lien entre les actions des mages noires et ces cartes, mais il était déterminé à le trouver. Seul ou pas. Lorsqu'il rentrerait en Angleterre, il se devrait d'informer les autres Phénix. Malheureusement, il savait que le temps leur manquerait. Il y avait déjà tellement à faire en Angleterre qu'ils ne pourraient se permettre d'enquêter plus que ce que Liam avait fait sur les événements étrangers.

Il aurait cru que Ethan se serait fait un plaisir, ou au moins aurait accepté sans trop poser de questions de l'aider. Il avait l'air plutôt téméraire, du genre à foncer dans le tas. Mais à mesure qu'ils continuaient à le cuisiner, à mesure que Liam souhaitait l'aider, il comprenait que le jeune homme se posait de plus en plus de question à propos de sa présence ici. Plus le temps passait, plus le Poufsouffle commençait à se faire prendre à son propre jeu. Les soupçons devenaient trop forts, il était temps qu'ils rentrent.

Heureusement qu'à chaque fois que le garçon lui posait un question, ces stupides sorciers débarquaient. En soi, cela n'avait rien de bénéfique, mais Liam avait une certaine capacité à toujours voir le bon côté des choses. Mais encore une fois, son partenaire d'infortune gâcha le peu de chance qu'ils avaient de pouvoir partir sains et saufs ou de connaître les véritables intentions de ces inconnus. Il lança un Stupéfix, qui toucha en plein coeur l'un des sorciers, mettant en rogne ses acolytes. Sans attendre un moment, le Phénix réagit en se mettant à l'abri sous la table. Ainsi tous les sortilèges qui lui étaient destinés vinrent s'abattre sur la tente qui parut ne pas recevoir un seul dégât. Le Suédois en déduit qu'elle devait probablement être protégé contre les sorts et qu'ils ne pourraient en sortir qu'en ayant anéanti leurs adversaires. Si seulement il s'y était pris plus doucement. Enfin, le jeune blond n'était pas sûr que la manière douce ait réellement marché.

Il entendit soudain Ethan crier son nom. Conscient que rester sous la table l'handicapait plus qu'il ne l'aidait, il commença à réfléchir à un moyen de partir d'ici lorsque, sans qu'il puisse le parer, un des sorciers lui lança un sort. Celui-ci s'apparentait apparemment à un Diffindo puisque aussitôt, le bras de Liam s'ouvrit dans une grande plaie qui se mit aussitôt à saigner abondamment. Un cri de douleur particulièrement fort s'échappa des lèvres du jeune homme. En même temps, dans un élan de colère, il pointa sa baguette devant lui et aussitôt formula en hurlant:

- #Repulso!

Agité par la vive sensation dans son autre bras, la baguette du Poufsouffle émit une lumière aveuglante qui repoussa la table devant lui, qui vint s'écraser contre leurs adversaires, restés à l'entrée. Sans perdre de temps, et pour éviter de perdre trop de sang aussi, il se lança à l'encontre du brun, laissant derrière lui un coulée de sang. Il s'accrocha à lui par la cheville, et sans lui laisser le temps de dire quoique ce soit ou de se préparer à ce que Liam prévoyait de faire, il transplana.

CRAC. Les deux garçons débouchèrent sur la petite chambre de Liam. Le sol, propre jusque là, se retrouvait couvert d'un long flot d'un couleur rouge sombre. Liam s'était douté qu'il prenait des risques en transplanant avec un bras comme cela. Autant pour lui que pour Ethan. Il aurait été probable qu'ils se retrouvent tous deux désartibuler, mais c'était la seule solution qui lui était apparue sur le moment. Il n'aurait pu continuer le combat, et Ethan se serait retrouvé seul face à tous ces sorciers. Il n'aurait pas tenu longtemps et cela aurait soit fini par leur capture soit par leur mort. Autant choisir, il préférait être désartibulé. Le blond n'avait pas prévu de mourir aujourd'hui et d'ailleurs, il ne le prévoyait pas du tout. Il était beaucoup trop épicurien pour souhaiter partir maintenant.

Liam agonisait sur le sol en lançant des hoquets de douleur, la douleur déformant son visage. Il n'en pouvait plus. Son bras le lançait terriblement. Il avait beau le tenir, pour éviter que le sang ne s'échappe trop vite, il sentait qu'il saignait beaucoup trop. Finalement, il se rapprochait de plus en plus de la mort. La plaie avait l'air conséquente, en tous cas, le Blaireau le sentait. Un cri arracha le silence jusque là précaire, provenant de la bouche du jeune homme. Il essayait de garder les yeux ouverts, il essayait de rester conscient mais il savait qu'il ne tiendrait pas longtemps comme cela.

- Ethan, la salle de bain! Avait-il crié à l'intention du jeune homme.

Il espérait qu'il se bougerait rapidement, qu'il ne le laisserait pas ici et surtout qu'il serait assez réactif pour lui trouver une compresse ou un bandage. Il savait qu'il lui fallait voir un médecin ou un médicomage, mais leur situation ne le permettait pas. Il fallait arrêter l'hémorragie au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Amérique du Sud

Message par : Ethan Wood, Dim 19 Jan - 14:52


{ À toi de voir si tu veux continuer le RP à Saint-Mangouste }

Le Wood vivait un vrai cauchemar, partout, des sorts fusaient et le brun faisait de son mieux pour les éviter et bientôt il fut essoufflé. Il n'arrivait presque plus à bouger tellement il était épuisé et où pouvait bien se trouver Liam ? Il lui semblait l'avoir vu se réfugier sous un meuble pour ne pas prendre part à la bataille, peut-être s'était-il enfui pendant qu'Ethan livrait un combat féroce avec ses adversaires, combat qui serait sûrement le dernier qu'il livrerait.

Le brun avait pour cible celui qui semblait être le chef des sorciers noirs. Vêtu d'une longue cape noire, il ne s'arrêtait jamais de lancer des Stupéfix en direction du jeune sorciers qu'il affrontait, Stupéfix qu'arrivait heureusement à éviter Ethan. De nombreux alliés du sorcier noir visaient la table d'où provenaient de petits gémissements. Que visaient-ils ? Un animal ? Ça ressemblait vraiment à des petits cris d'animaux en détresse. Seulement, alors que le Wood se jetait par terre sur le côté évitant un énième sortilège, il aperçut Liam qui était tapi sous la grande table qui aurait dû servir de table à manger. Lui lançant un regard d'incompréhension, il se releva et se cacha derrière une commode. Pour l'instant, il devait sauver sa peau comme le faisait le Riu. Alors qu'il passait un oeil au-dessus du meuble où il s'était réfugié, il entendit un cri atroce s'élever de la cachette de Liam. Que lui était-il arrivé ? En se baissant, il découvrit le blond, son bras baigné de sang et le visage déformé par la douleur. Dans un cri de rage, le brun se jeta sur les sorciers noirs et lança un Promptus Nebulae, un épais nuage de brouillard sortit de sa baguette et juste avant qu'Ethan ne puisse distinguer ce qui l'entourait, il lança un Incendio sur les papiers qu'avaient il y a peu de temps fouillé son ami. Au moins, leur venue aurait servi à quelque chose.

Le brun sentit une main agripper sa cheville et il se sentit partir. Que se passait-il ? Il avait déjà ressenti une telle sensation mais il n'arrivait pas à l'assimiler à quelque chose. Puis, lorsqu'il ouvrit les yeux, il ne reconnut pas l'endroit où il se trouvait. Ils venaient de transplaner. Il y avait un lit, un hamac, des posters, où étaient-ils donc tombés ? Puis, baissant son regard, il découvrit qu'il était sur une énorme flaque rougeâtre. Du sang. Suivant sa trace, il découvrit Liam en train d'agoniser et hoqueter. Le Diffindo ! Il devait l'aider, il ne pouvait pas le laisser comme ça, cherchant du regard quelque chose qui pourrait soigner ses blessures, il entendit la voix de Liam qui le guidait.

« Ethan, la salle de bain! »

Dans un mouvement de tête, il aperçut une porte blanche semi-entrouverte qui laissait apparaître un carrelage blanc et le pied d'un lavabo. C'était ça ! Presque en courant, le jeune homme poussa la porte avec force et en ouvrant les placards il cherchait quelque chose qui pourrait soigner son ami, n'y avait-il pas un peu d'Essence de Dictame dans ces placards ? Du regard, il poussait tous les flacons cherchant une étiquette qui pourrait subvenir au besoin du blond. Là-bas, dans la pièce où gisait Liam, il entendait des suppliques et des hoquets. Il devait se dépêcher. Puis, en dernier recours, le brun tomba sur un bandage qu'il chopa en un éclair. Refaisant le même chemin en arrière, il se jeta à terre et essaya de mettre le bandage sur Liam. Seulement, il y avait trop de sang pour que le tissu tienne. En inspirant fortement, il se munit de sa baguette et en prononçant comme une chanson, il murmura du bout des lèvres Vulnera Sanentur. Sa lèvre inférieure tremblait et ce n'est qu'une seule fois qu'il réussit à prononcer le sortilège. Diminuant l'abondance du sang, le Wood put appliquer le bandage sur le bras blessé de son ami, permettant ainsi d'arrêter l'hémorragie. Puis, en se laissant tomber sur le sol, il laissa échapper un soupir et regarda ses habits, ils étaient baignés de sang. Le brun espérait que personne ne vivait ici et que le Riu avait bien choisi son endroit pour transplaner, il ne manquerait plus que quelqu'un ne les découvre ici, dans une mare de sang et ce serait pire si ça avait été des moldus.

« Que tu le veuilles ou non, je dois t'emmener à l'hôpital, les soins que je t'ai administré ne te permettront pas de tenir bien longtemps, tu as besoin de vrais soins et à moins que je l'ignore, je n'ai pas encore mon diplôme de Médicomage. »

Ethan, sans laisser le temps à Liam de souffler, le souleva doucement et mit le bras de son ami sur ses épaules pour lui permettre de s'appuyer à lui, et, sortant de l'endroit où ils avaient transplané, Ethan interpella un taxi et lui pria de se rendre à l'adresse de l'hôpital, en le priant bien sûr de les déposer une rue plus tôt. Il ne manquerait plus que les moldus découvrent l'identité de l'hôpital sorcier, s'en était hors de question, ils avaient déjà vécu d'émotions pour aujourd'hui.
Puis, alors qu'ils étaient confortablement installés sur la banquette arrière du taxi, Ethan se pencha près de son ami et en parlant d'une voix basse, le rassura.

« Nous sommes bientôt arrivés, tiens le coup Liam. »
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Amérique du Sud

Message par : Personnage, Lun 3 Fév - 0:10


Juana-Maria Gonzalez travaillait. Elle travaillait dur. Elle apprenait encore. Chaque jour des nouveaux cas arrivaient et elle devait s’en occuper au plus vite. C’était à elle que revenait cette tâche difficile. Elle n’avait pas dormi depuis plus de trente-six heures. Elle était fatiguée. Elle avait chaud. Mais elle continuait. Parce qu’il y avait toujours du monde à sauver. Parce qu’il fallait aider les gens. Même si elle avait peur de tomber à chaque pas qu’elle faisait. C’était ça, le manque de personnel.

Juana-Maria ne se sentait pas en forme. Mais lorsqu’elle vit arriver le prochain patient, elle s’en moquait complètement. Il était blond. Il était jeune. Et il avait visiblement été très sérieusement amoché. Juana-Maria prit un mouchoir et le passa sur son front pour essuyer les perles de sueur qui roulaient sur son front. Elle était la première sur le coup. Comme d’habitude.

Elle demande immédiatement à ce que le patient soit allongé sur un lit, puis regarda son bras, l’endroit où la blessure était présente mais recouverte d’un bandage bien trop ensanglanté. Sans trop savoir ce qu’elle faisait, elle enleva le bandage et se retrouva face à une coulée de sang rouge qui la désempara complètement. Elle appuya directement son mouchoir sur la plaie et appela à l’aide.

« J’ai une hémorragie sévère ! Besoin de compresses et Essence de Dictame rapidement ! Artère humérale peut-être touchée ! »

Juana-Maria pencha la tête au-dessus du jeune homme. Une goutte de sueur coula de son front pour atterrir sur sa joue à lui. Bon tant pis. De toute manière il était déjà sale. En ne cessant de compresser son bras, elle lui tapota la joue tout d’abord, avant de donner plus franchement des baffes pour voir s’il était conscient.

« Monsieur !? Comment vous appelez-vous ? Qu’est-ce qui vous est arrivé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Lun 24 Fév - 14:39


Il haletait. Il avait soudainement froid. Ce carrelage n'arrangeait en rien les choses. Essayant vainement de se calmer, Liam observait le plafond. Il gardait son regard sur un point fixe. Il ne fallait pas qu'il le perde de vue, il fallait qu'il reste conscient. Son bras serré contre sa plaie tentait d'empêcher le sang d'affluer sur le sol. C'était comme essayer de retenir l'eau de filer entre vos doigts, autrement dit impossible. Il sauvait les meubles en quelque sorte, mais il lui fallait une compresse. Le plus vite possible.

Il put rapidement s'apercevoir qu'il pouvait compter sur le jeune brun. Ils ne s'étaient peut être rencontrés qu'une poignée d'heures auparavant mais ils avaient dû chacun compter l'un sur l'autre, l'un après l'autre. Les pas précipités du sorcier résonnèrent sur le carrelage jusqu'aux oreilles d'un Liam affaibli, respirant péniblement. Et pendant ce qui lui parut une éternité, le jeune blond se retrouva seul, face à lui-même. Un court instant pendant lequel il repensait à la journée qui s'était déroulée aujourd'hui. Quelques heures pendant lesquelles il avait vu la mort, il avait failli tuer un jeune homme innocent, il avait trouvé un camp suspect contenant des informations plus qu'improbables qui avaient encore plus troublé Liam, et finalement il s'était retrouvé le bras en sang. Autant dire qu'il avait vu meilleur comme journée. La soirée menaçait de n'être pas spécialement meilleure, mais au point où il en était, il était prêt à tout supporter.

Des hoquets de douleur s'échappaient de sa bouche parfois, il lui était de plus en plus difficile de contenir sa souffrance. Serrant les dents autant qu'il pouvait, il essaya de se tourner, non sans grimacer et soupirer bruyamment, pour avoir un visuel sur la salle de bain où Ethan cherchait sûrement un bandage. Il fut soulagé de le voir revenir, bande à la main qu'il essaya tout de suite de mettre sur la plaie de Liam. Le Poufsouffle luttait pour ne pas hurler, crier sa douleur pour que le monde sache qu'il avait mal. Mais il réussit à se contrôler pendant que le Wood pointait sa baguette sur lui. Liam n'avait pas le temps de se demander ce qu'il faisait comme cela, il se contentait de prier pour qu'il sache ce qu'il faisait. La douleur redoubla d'intensité tout d'un coup, doublant, triplant, pour finalement s'estomper petit à petit pendant que la bandage prenait place sur son bras.

Son interlocuteur lui parla, ce qui eut l'effet de rassurer Liam. Ethan lui disait qu'il fallait qu'il l'emmène dans un hôpital sorcier. Le Suédois ne voulait pas, mais il n'avait pas la force de lui répondre. Il se laissa alors porter, ne pouvant se retenir de gémir de douleur. Appelant un taxi, on le fourra dans la voiture. Il put alors s'allonger sur une surface plus confortable que les carreaux de sa petite chambre d'hôtel. Il se sentait fatigué. Garder les yeux ouverts s'avéraient plus difficile dans le taxi à présent. Seuls le bruit des voitures autour et les paroles d'Ethan lui permettaient de garder un pied dans la réalité. On lui disait de tenir le coup. Il voulait mais doutait de la force qu'il lui restait pour continuer. Ce serait tellement plus facile s'il pouvait abandonner maintenant. Il partirait tranquillement.

Mais trop de choses le retenaient ici. Et il n'était pas du genre à laisser tout ce qu'il avait mis tant de temps à découvrir en plan, alors que tout semblait lui sourire. Il avait tout, beaucoup pouvaient envier la vie qu'il menait à présent même s'il doutait que ceux-là voudraient se retrouver à sa place en ce moment. Non. Il ne voulait pas partir maintenant, il avait tant de choses qui l'attendaient. La voiture s'arrêta. La portière s'ouvrit et son acolyte l'extirpa de la banquette arrière. S'accrochant à lui, le Phénix marcha, direction cet hôpital sorcier.

Ils y pénétrèrent enfin après avoir prouvé qu'ils étaient bien des sorciers. Le fait de se mouvoir le gardait conscient. Il fut alors tout de suite pris en charge. On l'allongea encore une fois sur ce qui s'apparentait à un lit. Il voyait une femme s'agiter à côté de lui. Son visage était légèrement flou. Elle toucha alors son bras, ce qui le fit frissonner. Et finalement, elle fit ce qu'il redoutait le plus: elle lui retira le bandage d'Ethan. Après tout, elle savait sûrement ce qu'elle faisait. Il tourna la tête pour vérifier et ce qu'il vit ne le rassura pas du tout. Un flot de sang s'échappa de la plaie béante. Le sortilège du Wood n'avait alors pas très bien fonctionné. Mais au moins, celui-ci avait arrêté l'hémorragie. Cette infirmière participait à ce qu'elle reprenne.

Rapidement, elle lui plaqua un tissu étrangement humide sur le bras, auquel il répondit avec un "ARGH!" sonore. La substance lui brûlait le bras, ravivant la douleur qui avait presque disparu. Il ouvrait démesurément les yeux, serrant la mâchoire si fort qu'il crut que ses dents allaient céder. Mais qu'était-elle en train de faire? Qu'est-ce qu'il y avait sur ce torchon? Autant de question qui ne rassurait pas du tout le blond. Il sentait maintenant des gouttes tomber sur son visage. La tête de la jeune femme était au-dessus de lui. Que voulait-elle? Elle lui donna des petites tapes sur les joues puis frappa plus fort. Il eut l'envie irrépressible de lui rendre ses baffes. Ne voyait-elle pas qu'il était conscient?

Et voilà qu'elle tentait de lui dire quelque chose en espagnol. Les quelques mots qu'avaient Liam dans son vocabulaire d'espagnol ne lui permirent pas de comprendre tout. C'était surtout son état qui l'empêchait de comprendre autre chose que l'anglais. Cependant, il saisit qu'elle lui demandait son nom. Son nom? Mais que voulait-elle faire avec son nom? Des gouttelettes continuaient à dévaler son visage. Liam se demandait s'il pleuvait dans cet hôpital ou s'il rêvait simplement, jusqu'à ce qu'il lève les yeux et voit une grosse goutte sur le menton de la sud-américaine menaçant d'atterrir dans son œil. Est-ce qu'elle se foutait de lui? C'était quoi ces conditions d'hygiène? Le jeune homme ne put réfléchir plus que ça.

Dans un élan de douleur et de colère, il se saisit du col de l'infirmière et approcha violemment son oreille de sa bouche pour qu'elle comprenne bien ce qu'il allait dire.

- Bon écoutez, on s'en fout de mon nom. J'ai été touchée par un sortilège, je sais pas quoi. Mais vous allez me soigner ok? Il lui laissa le temps d'assimiler ce qu'il lui disait avant d'ajouter en poussant de son bras valide celui de l'espagnole qui compressait sa plaie: Et enlevez ce truc de mon bras !
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Amérique du Sud

Message par : Personnage, Mar 25 Fév - 17:34


Juana-Maria confondait vitesse et précipitation. Ses longues heures de travail sans sommeil lui coûtaient cher. Elle ne se rendait pas compte qu’elle frappait un patient conscient. Elle ne comprenait pas que le mouchoir qu’elle appliquait sur la palie, en urgence, lui faisait mal tant il était rempli de sueur. Mais il faisait chaud au service des urgences. Non seulement parce qu’elle n’arrêtait jamais, mais aussi parce que le service était placé sous une verrière. Et que le soleil chauffait la salle comme jamais. On ne voyait jamais de vieux ici. Ils mourraient tous s’ils restaient. Sans doute allait-elle faire de même si elle n’allait pas dormir rapidement.

Elle s’exprimait rapidement. Tout ses ordres étaient dictés en espagnol. Normal ! Nous étions en Amérique du Sud ! Elle ne faisait que parler la langue la plus couramment parlée ici ! Et surtout dans cet hôpital. Mais son patient ne l’entendait pas de cette oreille. Alors qu’elle voyait le monde se presser autour d’elle, qu’elle s’échinait à arrêter son hémorragie en attendant qu’on lui apporte enfin son essence de dictame, le garçon lui empoigna le col, colla sa bouche à son oreille et lui glissa de nombreux mots.

Elle ne comprit absolument rien. Elle ne parlait pas cette langue. Et un sursaut de panique la prit alors qu’elle tentait de se défaire de son emprise. Pour qu’il lâche, elle enleva le mouchoir de son bras et appliqua sa main nue dessus en appuyant violemment. Voilà ! Ca, ça devrait lui faire suffisamment mal pour qu’il la lâche ! Non mais oh ! Ce jeune homme n’avait aucune manière !

Heureusement pour lui, d’autres médecins arrivèrent. Pedro poussa Juana-Maria. Il avait le Graal dans ce service d’Urgences : de l’Essence de dictame. Il en renversa quelques gouttes pour soulager la douleur du jeune homme, avant de repartir vers un autre patient bien plus mal en point, la jambe visiblement amputée.

Juana-Mari ne fit pas de manière. Elle avait l’habitude de ce traitement. Pedro était le roi aujourd’hui puisqu’il avait la fiole la plus convoitée du service. Il faisait ce qu’il voulait. Juana-Maria profita du temps qu’il fallait pour que la plaie cicatrise pour prendre de ses mains moites un bandage sur l’étagère. Des compresses, puisqu’elles ne venaient pas. Une bande. Et un mouchoir pour s’essuyer les mains. Ah c’était peut-être ça le problème non ? Ne s’était-elle pas épongé le front avant de poser le mouchoir sur le bras du garçon ? Tant pis… Il était trop tard de toute manière. Et elle s’épongea de nouveau l’intégralité du visage avant de revenir vers son patient.

Le sang tait beaucoup moins présent. Elle appliqua quelques compresses sur la plaie en train de cicatriser et prit le temps de faire de nouveaux gestes. Son attitude était totalement différente. Il n’y avait plus de précipitation. Que de la douceur. Et de la méfiance. Elle regardait le jeune homme de travers. Il ne parlait pas espagnol. D’où venait-il ? Qu’avait-il fait pour être dans un si sale état ? Soignait-elle le gentil ou le méchant de son histoire ? Peu importait… Elle soignait. Et elle faisait un bandage propre. Ca ne s’imbiberait pas de sang, car il ne coulait pratiquement plus. Il n’y aurait de cicatrice visible qu’en superficie car Pedro n’avait pas mis suffisamment d’Essence de Dictame pour que tout soit cicatrisé. Une nouvelle fois elle se pencha sur son patient, en s’épongeant d’abord le visage et en lui offrant un sourire timide. Elle détacha ses mots, espérant qu’il comprenne.

« Je ne parle pas anglais. Comment vous sentez-vous, monsieur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Liam Riu
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Re: Amérique du Sud

Message par : Liam Riu, Jeu 13 Mar - 15:47


La manière dont Liam s'était pris à l'infirmière ne lui plaisait visiblement pas. Elle essaya vainement de se dégager de sa main, jusqu'à ce qu'il repousse sa main et ce morceau de papier empli d'une substance non-identifiée. Ce qu'elle fit, mettant sa main à la place. Un court moment de soulagement et déjà la douleur revenait, toujours aussi intense. Liam se plaqua contre le brancard, serrant la mâchoire pour éviter de crier encore une fois. Il fermait les yeux, essayant de s'imaginer autre part. Mais rien n'y faisait, il était bien dans cet hôpital aux conditions d'hygiène plus que déplorables, le bras déchiqueté. Il parvint à minimiser sa souffrance en se calmant.

D'autres médecins se pressèrent devant lui, prenant le relais. Ce ne fut que de courte durée, juste le temps de lui arracher un cri étouffé pendant qu'un liquide, encore une fois inconnu, lui coulait sur le bras. Il inspirait de grandes quantités d'air, essayant de se concentrer sur cette petite action et oublier sa douleur. Il sentait soudain la tête lui tourner, les lumières se firent de plus en plus floues une fois de plus. La douleur n'était presque plus présente, elle ne pouvait plus maintenir conscient comme avant. Il se sentait extrêmement épuisé d'un coup.

Il tenta un regard vers son bras meurtri pour s'apercevoir que celui cicatrisait à une vitesse beaucoup trop anormale pour un simple moldu. Il aurait dû subir les points de suture si Ethan l'avait amené dans un hôpital moldu. Mais les manières des sorciers étaient bien plus efficaces et sans douleur (généralement). Il fut ravi de voir qu'il n'allait pas mourir maintenant. Il reporta son attention sur l'endroit où il se trouvait. Une salle, avec plusieurs sorciers blessés dont l'un d'entre eux avait perdu une de ses jambes. Rien de très joyeux, il préféra ne pas continuer son observation.

A ce moment, il sentit des mains moites s'emparer de sa plaie. D'un geste expert, la sud-américaine s'affairait à éponger le sang puis l'entourer d'un bandage. Exténué, le Poufsouffle ne remarqua pas les regards qu'elle lui lançait. Il observait les mouvements de la soignante, un mince sourire venant étirer ses lèvres. Tout allait mieux. Il pourrait partir dès le lendemain. Enfin il espérait. Et il prendrait le premier avion ou Portoloin qui le ramènerait en Angleterre pour expliquer la situation aux autres Phénix.

Le Blaireau regarda avec des paupières lourdes la jeune sorcière s'approcher de lui. Elle souriait, elle paraissait tout d'un coup beaucoup plus sympathique au Riu après l'avoir guéri correctement. Il le lui rendit et elle s'exprima lentement, laissant le temps au blond de la comprendre.

- Je ne parle pas anglais. Comment vous sentez-vous, monsieur ?

- Beaucoup mieux, répondit-il en espagnol d'une voix qu'il voulait la plus assurée et audible possible parmi ce brouhaha. Mais je suis fatiguant...

Il poussa un long soupir, comme si parler lui avait pris beaucoup d'énergie. Il avait un grand besoin de dormir. Après tout, cette traque des forces obscures lui avait laissé très peu de temps pour se reposer, et cette soirée l'avait épuisé. Puis, il se souvint qu'il n'était pas seul en arrivant. Où était Ethan? Impossible de chercher. Il n'arrivait pas à bouger ne serait-ce que sa tête pour observer les environs en quête du jeune brun. Il continua alors:

- Dire à Ethan il peut partir s'il veut, s'exprima-t-il, pas très sûr de sa phrase mais trop fatigué pour faire mieux.

Et alors, il s'accorda le droit de fermer les yeux. Bien sûr, à peine avait-il fermé ses paupières qu'il fut emporté dans un profond sommeil, plein de silhouettes et de cartes, de sang et d'infirmière pleine de sueur...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Amérique du Sud

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 11:49


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 14

 Amérique du Sud

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.