AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 4
[Habitation] La colline étoilée
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


[Habitation] La colline étoilée

Message par : Sara Shake, Dim 21 Aoû - 15:55


____________________

Voici l'habitation de Azphel

Il peut dès à présent poster


____________________
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 21 Aoû - 22:12


La colline étoilée.






-----CS-----"La colline étoilée, croyez-le ou non, tirait son nom d'un endroit bel et bien réel, d'un petit bout de paradis situé dans la campagne londonienne, loin de la vieille ville et de sa pollution. Il fallait quitter les dernières artères de Londres pour espérer l'apercevoir, puis, si tant est qu'on y parvenait, il fallait poursuivre dans sa direction en circulant sur des petites routes sans indications et, si possible, sans vraiment chercher à atteindre la colline elle-même.

------ C'est ce que l'histoire racontait. En d'autres termes, d'après les conteurs et historiens de quartier, si l'on souhaitait réellement se rendre sur la colline étoilée, il fallait seulement l'avoir vu des bas quartier londoniens et ensuite ne plus la chercher en s'aventurant dans l'inconnu. Dit comme cela, je reconnais que la tâche paraît difficile, voir absurde et c'est ce que bien des personnes pensaient. Mais c'est l'histoire telle qu'Azphel l'avait entendue, trois mois plus tôt, dans un bar d'un quartier dont il avait depuis oublié le nom.


-----LR----- Cette colline avait héritée du nom "étoilée" pour le spectacle merveilleux qu'elle avait à offrir, qui n'était visible disait-on, nulle part ailleurs dans le pays. De ses hauteurs, les soirs de calme où les nuages s'absentaient, le ciel avait à offrir aux yeux des hommes ce qu'il avait de plus beau, une peinture astrale qui flamboyait de mille feux ; plus en cet endroit que n'importe où dans le monde. L'été venu, les étoiles y scintillaient et donnaient l'impression d'être vivantes, laissant place à un défilé d'étoiles filantes quotidien. C'est ce que l'histoire racontait.

------ Cette histoire, elle était sortie tout droit de la bouche d'un homme à la voix cassée et au visage rosit, qui titubait légèrement, si bien qu'Azphel n'y avait alors, pas vraiment prêter attention. Ce n'est qu'une semaine plus tard, dans un autre bar à l'autre bout de la ville, que l'aventure qu'un homme s'égosillait à exprimer oralement l'interpella. En tout point différent du premier homme, bien mieux habillé et surtout sobre, l'histoire de la colline étoilée ressortit mot pour mot aux oreilles d'Azphel. A l'époque, il errait de bar en bar en s'enivrant pour oublier la maladie qui le frappait, mais ce fut l'évènement, si étrange paraissait-il au premier abord, qui éveilla sa curiosité pour la colline. Dès lors, il voua ses soirées à en savoir un peu plus sur elle, allant pour glaner quelques informations, jusqu'à sympathiser avec des moldus.

-----DO----- Bien rapidement, l'histoire fantaisiste peinte par les deux orateurs s'égraina face à ce qu'il découvrait, et passant de mythe à légende, elle devint finalement simple réalité. Azphel apprit que la colline appartenait jadis à un homme, un riche bourgeois de bonne famille qui était mort sans héritier quelques années après la seconde guerre mondiale. Sur cette colline, il avait fait ériger un somptueux manoir, qui dominait toute la vallée et offrait à lui seul, le plus beau spectacle de la planète. A l'époque, l'homme riche mais loin d'être pingre, avait vanté les mérites de la colline qu'il avait achetée et le spectacle fabuleux auquel il assistait tous les soirs. Dans le tout Londres et les bourgades voisines, ce qui n'étaient que les histoires d'un vieil homme, se transformèrent rapidement en un conte persistant que tout le monde se devait de vérifier. L'homme gagna les cœurs, et la colline, son nom d'étoilée.

------ Mais au décès du vieil homme, les échos des histoires qui mentionnaient des ciels plein de lumières se dissipèrent... Et ne devinrent plus que murmures, qui redevinrent légendes.

-----CS----- Mort depuis plus de cinquante ans, le manoir était à l'abandon et la colline avait gardé son nom, au détriment de sa notoriété. Les moldus étaient trop stupides pour s'intéresser aux richesses que leur monde avait à leur offrir et délaissaient les choses les plus belles, pour consacrer leurs journées à des futilités... Dans ce contexte, Azphel acquerra le manoir abandonné et devint le légitime propriétaire de la colline étoilée et du magnifique spectacle qu'elle avait à lui offrir. Ainsi, l'histoire revenait à la magie..."

Rez de chaussée :
Spoiler:
 

Sous-sol :
Spoiler:
 

L'étage du manoir :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 4 Mar - 16:56


----LR---- Sous le parterre de nuages, alors que le soleil finissait de disparaître derrière les motards de l'espace, Belle demanda à Azphel de s'arrêter. Ils survolaient un bois alors qu'au dessus d'eux, des étoiles commençaient à tirer leur épingle du jeu en s'invitant dans la voûte céleste.

-
J'ai une meilleure idée, lui dit Azphel en réduisant sa vitesse, je t'emmène dans un endroit où tu n'auras pas froid, et d'où tu pourras voir les étoiles comme nulle part ailleurs en Angleterre.

----- Il fit faire un demi tour complet à son engin, guidant la bête dans le ciel avec autant d'agilité que lorsqu'il maniait son bâton dans sa grande époque de magie noire... Les dernières habitations de Londres disparurent bientôt et des plaines qui ressemblaient à de vagues formes sombres firent leur apparition. Belle ne lâchait pas son étreinte et il devait avouer que malgré ses soupçons, son contact était des plus plaisant et son parfum d'égale douceur à sa beauté. A environ deux-cent mètres au devant, il aperçut le toit de son manoir, perché sur la seule colline des environs. Un bout de paradis qu'il avait payé une vraie fortune à la même époque où il avait acheté sa moto.


----SH---- Apprenant que sa fin était proche, il avait quasiment claqué tout ce qu'il avait pour se faire plaisir, et il n'avait jamais eu à le regretter, encore moins ce soir en si charmante compagnie. Il se posa en douceur avec la moto, sur l'allée de gravier qui remontait jusqu'à la porte d'entrée de son manoir et s'arrêta devant les marches de pierres.

-
Bienvenue chez moi. Je t'ai offert le couché de soleil que je t'avais promis, tu auras en prime droit au ballet des étoiles dans le ciel, pour avoir voulu t'occuper de moi. Je crois même que c'est la pleine lune ce soir, tu verras, tu ne regarderas plus le ciel de la même façon après cette nuit.

----- Il ouvrit la porte et laissa entrer Belle dans le vestibule. La balade avait revigoré le sorcier, la compagnie de Belle y était peut-être aussi pour quelque chose, en tout cas, il se sentait réellement bien et avait envie de profiter pleinement de sa soirée, ce qu'il n'avait pas fait depuis trop longtemps. A l'intérieur du manoir il faisait une douceur printanière, ni trop chaud ni trop froid. Il invita la blondinette à le suivre et ils traversèrent le salon pour se diriger vers les énormes portes-fenêtres qu'il ouvrit en grand. Il put voir les yeux émerveillés de Belle lorsqu'elle posa les pieds sur la terrasse carrelée. Non pas que la terrasse valait le détour, mais au-dessus d'eux, les étoiles par milliers scintillaient de mille feux dans le ciel. Outre une piscine couverte en contrebas dans le jardin, la terrasse disposait de fauteuils conforts imperméabilisés grâce à la magie.

-
Je te laisse t'installer, dit-Azphel à Belle en lui montrant la rangée de fauteuils, je vais nous chercher quelque chose à boire pour admirer ce spectacle.


----DO---- Tout sourire, Azphel regagna l'intérieur de sa somptueuse demeure. La soirée se présentait très bien, mieux qu'il n'aurait pu l'espérer. Et depuis des mois, c'était la première fois qu'il ne s'était pas adonné à son train-train de l'excès de boisson. Il était tombé sur Belle, et même si la rencontre semblait trop facile (Belle?) pour être vraie, il ne regrettait pas de l'avoir invitée à entrer chez lui. Ils n'avaient pas vraiment eu le temps de discuter jusque là, mais il avait maintenant envie d'apprendre à la connaître, envie de découvrir qui se cachait derrière cette jolie sorcière à la main secourable. Dans sa cuisine, il arma un plateau d'argent de plusieurs sortes de gâteaux apéritif et d'encas et de trois alcools différents ainsi qu'un jus de fruits, avant de reprendre le chemin de la terrasse...
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Czainska
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou
Legilimens




Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lydia Czainska, Lun 5 Mar - 19:27


Chevauchant l’épaisse couche de nuage à l’arrière de la moto d’Azphel, la joueuse de Quidditch se délectait du souffle vivifiant qui lui saisissait le visage. Elle n’en perdait néanmoins pas la notion du temps et gardait en tête le délai qui la séparait de sa transformation. Trimballer une bête sauvage à plusieurs mètres d’altitude était sans doute bien moins alléchant qu’une virée aérienne avec une jeune femme inoffensive.

Azphel lui proposa un autre lieu d’atterrissage, ce qui eut pour effet de semer le doute dans l’esprit de la lycan. Et si cette petite chasse n’était pas un jeu aussi aisé qu’elle avait eu l’imprudence de penser ? Elle avait obtenu la confiance de Céleste et de plusieurs des aurors, mais un meurtre ou une simple attaque viendrait à coup sûr tout remettre en question. A fortiori avec le coq de ministre qui venait d’être élu et qui n’avait sans doute pas donné aux aurors autant de pouvoir pour les laisser faire la moindre bavure sous son mandat.

A demi résignée, elle scruta l’ombre du manoir qui se découpait sur une colline droit devant eux. Une satisfaction à peine dissimulée se dessina sur son visage alors qu’elle évaluait la distance entre la demeure de l’ancien ministre et celles de ses plus proches voisins. Une bonne nouvelle pour la sorcière toujours aussi accro à l’hémoglobine et à l’expression de ses victimes lorsqu’ils réalisaient la précarité de leur existence.

- Bienvenue chez moi. Je t'ai offert le couché de soleil que je t'avais promis, tu auras en prime droit au ballet des étoiles dans le ciel, pour avoir voulu t'occuper de moi. Je crois même que c'est la pleine lune ce soir, tu verras, tu ne regarderas plus le ciel de la même façon après cette nuit.
-Je ne serais peut-être pas la seule, déclara-t-elle amusée par cette touche d’ironie et de charme.

Azphel la mena ensuite à l’intérieur du manoir, visiblement requinqué par l’air frais et la gentillesse par laquelle Kim l’avait fait tomber dans ses filets. Cette expression lui rendait la beauté qui émane des grands hommes ou du moins de ceux à qui on attribue un prestige équivalent. Rien à voir avec le mourant porté sur la bouteille qu’elle avait failli bousculer dans la rue un peu plus tôt. Ensembles ils traversèrent le salon où Kim ne se priva pas de jeter des regards curieux et admiratifs. Certes, depuis qu’elle avait elle-même hérité d’un manoir le luxe des grand volumes lui paraissait plus accessible, mais c’était toujours aussi flatteur pour elle d’être reçu chez des hôtes fortunés.

Une fois sur la terrasse elle ne put contenir son émerveillement. Le sorcier n’avait pas mentit. La vue, en plus d’être imprenable, était d’une beauté à rendre muet un focifère. Les étoiles comme une parure de diamants resplendissants depuis son écrin bleuté, rivalisaient avec l’éclat inimitable de la lune. Azphel s’absenta quelques minutes que la blondinette mit à profit afin d’ôter son manteau qu’elle déposa sur l’un des fauteuils. Un bon moyen d’éviter qu’il soit réduit en lambeaux une fois que le corps de la sorcière aurait presque doublé de volume.

-Toutes ces attentions en récompense pour avoir voulu aider une personne dans la rue, on se croirait dans un étrange remix de conte pour enfant, réfléchit-elle à haute voix dans l’espoir d’être entendue par son hôte.

Soudain un frisson inéluctable parcouru la serpentard qui patientait sur la terrasse. La fraicheur nocturne était hors de cause. Sa métamorphose commençait raidissant son corps pris de faibles convulsions. Le temps était venu pour Belle de laisser enfin place à la Bête. Le changement était toujours aussi douloureux, mais d’une intensité si…addictive. A chaque transformation la jeune femme se sentait un peu plus vivante. Elle n’aurait su dire si le fait d’ôter la vie des autres contribuait à faire perdurer cette impression, mais à présent, elle n’était déjà plus en état de penser.

Sa chevelure dorée disparue sous une fourrure sombre et éparse. Ses vêtements éclatèrent sous la pression de ses nouveaux muscles d’une puissance qui n’avait plus rien à voir avec celle de la sorcière qu’elle était quelques instants auparavant. Son visage s’allongea laissant place à une mâchoire de prédateur et un sens de l’odorat destiné à l’aider dans cette fonction. Dressée sur ses pattes arrières, la bête huma l’odeur de la nuit qui verrait s’accomplir son prochain carnage.

En un éclair la lycan fit volteface et s’élança sur le sorcier, le faisant tomber à la renverse. Elle lui aurait volontiers accordé quelques paroles d’adieu mais sa gueule ne lui permettait que de mordre, de déchiqueter et de tuer. Après avoir une dernière fois plongé son regard bestial dans les yeux d’émeraude d’Azphel, la lycanthrope planta ses crocs acérés dans l’épaule du sorcier…

[HRP: si problème, mp Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Sam 15 Juin - 19:39


La morsure avait été étrange, froide, brûlante, comme si la douleur ne venait pas de la plaie elle-même mais qu'elle s'insinuait plus profondément, tel  un poison qui dévorait maintenant Azphel sous la surface de sa peau déchirée. Il y avait quelque chose de démoniaque, c'était certain, ou alors Belle, pour une raison inconnue, avait mordue si fort qu'il se vidait de son sang et se précipitait vers la mort sans s'en apercevoir, sans rien pour arrêter l'hémorragie et le feu de douleur qui le brûlait de l'intérieur. Le feu semblait s'intensifier, clouant Azphel au sol dans des spasmes de douleur qu'il ne sentait même pas. Il ne ressentait que la souffrance, une souffrance absolue et interminable.

Puis la douleur cessa et l'espace d'un instant il cru avoir repris le contrôle de son corps. Il tenta de se redresser, mais la main qu'il posa sur le sol était si tremblante, si incertaine, qu'il retomba lourdement à plat ventre. Il ne ressentit rien cependant, comme si le brasier qui l'avait consumé de l'intérieur avait anesthésié son système nerveux et sa perception de la douleur. Une seconde fois il voulut se relever mais son corps continuait de trembler inlassablement, refusant de se soumettre à la volonté du sorcier. Son regard se posa autour de lui dans son manoir, mais il n'y avait plus aucune trace de Belle qui avait du prendre la fuite. Il passa une main livide sur son épaule douloureuse ce qui lui arracha un gémissement violent qui se répercuta en écho dans toute la maison.

Il sentit quelque chose de petit et de dur enfoncé dans sa plaie. Avec une grimace de dégoût qui le fit vomir, il réussit à retirer le petit objet qui se trouvait être un des crocs que Belle avait gentiment laissé traîner après s'être retirée de sa morsure. Il retomba la tête en arrière sur le carrelage froid et espéra que la douleur qui l'avait rongé en finisse rapidement avec lui. Mais il ne se passa rien de tel. Les minutes défilèrent, interminablement. Une éternité pour Azphel à subir la meurtrissure et la paralysie de son corps. Il essaya de s'appuyer plusieurs fois sur une table mais rien n'y faisait, il était incapable de se redresser. La douleur semblait être partie, mais ses tentatives pour se relever restaient vaines.

Finalement, il avait réussi à s'assoupir dans son vomi. Mais le repos fut de courte durée. Un spasme violent suffit à le réveiller et le faire se redresser. Il hurla de douleur en plaquant ses deux mains sur son estomac qui semblait se dissoudre dans son ventre. Mais rapidement, il dût poser au sol ses mains qui lui infligèrent des douleurs encore plus violentes. Elles s'étaient raidies et paraissaient soudainement trop petite pour accueillir ses doigts, quelque chose semblait vouloir en sortir. A quatre pattes sur le sol, il se courba en arc de cercle, incapable de maîtriser son corps qui lui imposait des mouvements disgracieux incontrôlables et douloureux. Ses côtes craquèrent, remplissant le couloir d'un hurlement sinistre. Au dessus de ses chevilles, ses os se brisèrent dans la foulée, ses poignets se fracturèrent, et, bien malgré lui, il se sentait adopté la posture d'un animal, un monstre qui sortait de son propre corps. Il ne pouvait lui résister, la transformation était d'une violence inouïe et toute la magie noire qu'Azphel maîtrisait n'aurait pu lui venir en aide en un moment pareil.

Etrangement, la transformation était si soudaine et brutale qu'il aurait été incapable de décrire quel niveau de douleur il était en train de supporter. Après la déformation de ses os, ce fut au tour de sa vision de changer. Il crût perdre la vue tant les contours des choses devinrent flous autour de lui. La myopie était telle que s'il n'avait su que s'était la porte d'entrée de sa maison face à lui, tout au bout du couloir, il ne l'aurait pas reconnue. Sa vision périphérique était également affectée, presque inexistante : s'il voulait voir, il devait regarder droit devant lui. La transformation progressait rapidement et avant d'atteindre son apogée il espéra intimement voir Belle revenir pour l'achever, lui refuser cet ignoble cadeau de la nature.

Mais c'était trop tard, la transformation était terminée, laissant un loup robuste mais à bout de force en plein milieu d'un long couloir blanc d'un manoir cosy, avec à ses pieds un croc ensanglanté sans signification. Azphel le sorcier n'était plus là, il n'y avait plus qu'une bête dépourvue de tous sentiments, une bête affolée qui n'était pas dans son habitat naturel et devait quitter cet endroit. Il ne restait qu'un animal faible, qui devait à tout prix reprendre des forces... Il ne restait d'Azphel plus qu'un loup-garou qui avait faim et soif de sang. L'animal bondit alors rapidement au bout du couloir et défonça la fenêtre qui donnait sur la terrasse d'Azphel. Quelques foulées félines supplémentaire et l'animal sauta au-dessus d'une clôture, avant de disparaître dans l'ombre de la nuit, dévalant la colline en direction de la campagne moldue...
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 1 Sep - 17:17


[suite du Voyage en France avec Kyara Blanchet]


¤ ¤ LR ¤ ¤ Après en avoir terminé avec leur succulent repas, s'assurant que leurs verres étaient bien vides, les deux sorciers avaient quitté le restaurant moldu du Nord de la France. Ils avaient regagné le toit du bâtiment où ils avaient laissé un peu plus tôt la moto volante d'Azphel. Kyara était magnifique avec sa robe noire et son regard émeraude séduisant, et l'idée de la savoir pour une heure encore dans son dos sur la moto, pour regagner Londres, était d'un plaisir sans mot.
¤ ¤ ¤Au dehors, la nuit avait appliqué sa loi et le ciel était parfaitement calme, d'un noir d'encre sans nuage. De là où ils étaient on ne distinguaient que peu d'étoiles et un croissant de lune qui paressait dans le ciel.

¤ ¤ ¤ Sa belle française calée derrière lui, Azphel démarra sa moto dans un tonnerre excitant. Le moteur vrombissait et on sentait la puissance de l'engin qu'il avait entre les mains qui ne demandait qu'à s'exprimer. Cette sensation de puissance moteur était sans doute accentuée par le fait qu'il était alcoolisé et que ses sens se sensibilisaient plus facilement, même si paradoxalement il perdait en réflexes. Il quittèrent rapidement Lille en s'élevant bien haut dans le ciel. Azphel se serait bien élevé jusqu'à chatouiller quelques nuages, mais malheureusement il n'y en avait aucun. Quand les dizaines de kilomètres jusqu'à la côte furent parcourus, il redescendit en piquet jusqu'à deux mètre au-dessus du niveau de l'eau, pour la tutoyer délicatement, la moto laissant paraître quelques ondulations ténébreuse sur la surface sombre de la Manche.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ L'eau en était inquiétante tant elle était plongée dans une noirceur que seule la répercussion des lumières célestes troublait de reflets argentés. Le phare de la moto apportait une lumière plongeante au devant d'eux, sur les vagues timides, éclairant leur route comme une lumière qui les tireraient jusqu'à l'Angleterre. Malgré l'obscurité, le moment n'en était pas moins agréable qu'à l'aller ; le silence de la nuit et le calme apparent de cet eau abyssale était agréable et au-delà de la pénombre que le sorcier n'aimait pas particulièrement, la magie de l'instant fonctionnait et il ne se serait vu nulle part ailleurs qu'avec Kyara derrière lui en cet instant. Il sentait ses mains resserrées autour de lui et il souhaitait que cette étreinte ne s'arrête jamais.

¤ ¤ ¤L'apparition des côtes anglaises fut synonyme d'une pointe de déception, tant cette ballade à effleurer l'eau était agréable avec la française, mais ce sentiment fut chassé par celui qu'il connaissait de son manoir. Là-bas, ils pourraient tout deux contempler un ciel étoilé magnifique et Azphel devinait que Kyara n'y résisterait pas. A mesure qu'il s'était rapproché du territoire britannique, ils avaient d'ailleurs pu les apercevoir plus nombreuses, plus lumineuses que lors de leur traversée de la Manche.
Rapidement, alors qu'il redescendait à faible allure au dessus des villes, Azphel reconnut l'emblématique grande roue de la capitale anglaise. Ils la survolèrent, la narguant d'une bonne centaine de mètres de hauteur de plus qu'elle, et il continuèrent leur chemin. Quelques minutes plus tard, Azphel amorça une descente spectaculaire vers ce qui semblait être au premier abord une forêt. Mais il reconnut bien rapidement les escarpements de sa colline et les contours de son manoir, rendus flous par la nuit.

¤ ¤ ¤Il se posèrent, tel une plume dans le creux de la main, sur le chemin de cailloux qui menait à la porte d'entrée du manoir. Azphel ne prit pas la peine de camoufler sa moto et la laissa là ; il savait qu'il n'avait pas à craindre les voleurs, c'était plutôt l'inverse.

- Après toi, dit-il à Kyara après avoir ouvert la porte de sa maison.

¤ ¤ DO ¤ ¤De son départ la veille en fin d'après-midi, rien avait bougé. Seule la chaleur avait cédé sa place à une fraîcheur intérieure des plus agréables - dehors, il ne faisait pas bien plus chaud. Il repassa devant Kyara et lui ouvrit la marche sur le long couloir qui traversait sa maison. Il la guida jusqu'au salon où pas moins de trois canapé confortables attendaient des invités, dans une pièce à la décoration sommaire, surtout pourvus d'armoires qui contenaient des bibelots magiques et des livres.
Il ouvrit la porte fenêtre qui donnait sur sa terrasse, celle-ci sur une descente vers la vallée et un ciel où les étoiles brillaient plus que nulle part ailleurs en Angleterre.

- Le spectacle est par-là.

¤ ¤ ¤D'un geste de la main il l'invita à aller s'asseoir sur une des chaises à l'extérieur et il gagna rapidement sa cuisine. Il hésita à déboucher une bouteille de vin blanc sucré et opta finalement pour un champagne français d'un petit producteur. Il retourna ensuite rapidement sur la terrasse auprès de sa française, accompagné de deux flûtes et de la bouteille dans un seau à champagne.
Sous les étoiles, Kyara était resplendissante et son sourire faisait  à lui seul pâlir la beauté du ciel. Il remplit leur coupe et lui en tendit une.

- J'ai acheté ce manoir principalement pour la vue. Quand je regarde ce ciel, que les étoiles soient si belles que ce soir ou moins voyantes, je me sens comme peu de chose. Quelque part, je crois qu'il me rappelle que notre temps est compté et que l'on ne doit pas hésiter à faire ce que l'on a envie tant qu'on en a la possibilité. C'est agréable de vivre ici, ajouta-t-il en rigolant.

¤ ¤ ¤Il tendit son verre en direction de la française. Il avait envie de trinquer, mais il ne savait pas trop à quoi. Alors il dit la première chose qui lui passa par la tête sur le moment.

- A notre rencontre !

Car résolument, celle-ci avait été la plus belle chose qui soit arrivé à Azphel ces deux dernières années.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Kyara Blanchet, Dim 1 Sep - 23:07


Azphel était allé se charger de la note, pendant que Kyara faisait un crochet par les toilettes. Elle était une fille, il fallait qu'elle se re-pompone, mais surtout qu'elle se passe un peu d'eau sur le visage pour enlever les effets de l'alcool. La brune préférait être en possession de tous ses moyens pour la suite de la soirée. Elle n'avait pas spécialement envie de partir en délire sur les étoiles. Ouvrant le robinet d'eau dans des toilettes de luxe, Kyara s'aspergea le visage avant de s'essuyer à l'aide d'une serviette. Lorsque ce fut bon, elle se remaquilla un peu et quitta les toilettes l'esprit plus clair.

Tel un gentleman, Azphel attendait Kyara avant de la guider jusqu'à la sortie. Là, ils rejoignirent la moto volante. Souriant légèrement à l'idée de voler au dessus de l'eau, la brune grimpa dessus après avoir mis son casque. Elle plaça ensuite ses bras autour de la taille de l'homme et posa sa tête contre son dos. Son parfum sentait divinement bon, fermant les yeux, la brune inspira alors tandis qu'Azphel mettait le contact et décollait. Pendant de longues minutes, Kyara resta comme elle était, se laissant porter par la moto et l'odeur enivrante de l'ancien serpentard.

Il ne manquait plus que de la musique pour que l'instant soit parfait. Malheureusement la brune n'avait rien émétant de la musique et elle doutait fortement qu'il y ait une radio sur la moto volante. De ce fait, Kyara se contenta de fredonner une berceuse que son père lui chantait quand elle était petite. Le voyage fut trop court au gout de la serpentard qui eut un peu de mal à reprendre pied dans l'instant présent quand Azphel posa la moto. Ce fut presque à regret, que Kyara descendit de l'engin et suivit son aîné, jusqu'à chez lui. Encore dans son univers, elle ne fit pas vraiment attention aux détails l'entourant.

- Après toi. Déclara Azphel tout en ouvrant la porte à Kyara.

Un sourire aux lèvres, la serpentard entra dans la maison une lueur émerveillée dans les yeux. Elle trouvait que c'était trop la classe d'avoir un endroit à soi et ce n'était pas rien là où elle se trouvait. Impressionnée, elle laissa repasser le maitre des lieux devant et se laissa guider. Ils traversèrent un long couloir jusqu'à arrivé dans un salon assez grand vu qu'il contenait plusieurs canapés. Kyara n'avait pas envie de faire l'indiscrète, aussi elle se contenta d'un léger coup d'oeil sur ce qui l'entourait. Azphel, ouvrit alors la porte fenêtre

- Le spectacle est par-là.

Vu que le spectacle était par là, Kyara alla voir le spectacle ! Son sourire toujours aux lèvres, elle passa alors par la porte fenêtre et se retrouva sur la terrasse. Suite à l'invitation d'Azphel, la Française s'installa ensuite sur une des chaises et leva la tête vers le ciel étoilé. Le spectacle était vraiment magnifique, le bel homme n'avait pas menti sur le sujet.

Kyara ne se rendit même pas compte qu'Azphel s'était éclipsé afin de revenir quelques minutes après avec un seau à champagne contenant une bouteille ainsi que deux flûtes. Posant le seau, il remplit alors les coupes avant d'en tendre une à Kyara qui la prit tout en souriant.

- J'ai acheté ce manoir principalement pour la vue. Quand je regarde ce ciel, que les étoiles soient si belles que ce soir ou moins voyantes, je me sens comme peu de chose. Quelque part, je crois qu'il me rappelle que notre temps est compté et que l'on ne doit pas hésiter à faire ce que l'on a envie tant qu'on en a la possibilité. C'est agréable de vivre ici.

Kyara comprenait tout à fait ce qu'il voulait dire et elle trouvait qu'il avait fait un très bon choix en achetant ce manoir. Dire qu'ils étaient en train de regarder des étoiles qui n'existaient peut être plus à cet instant. C'était dans ses moments qu'on se sentait tout petit. Lâchant un léger soupir, Kyara tourna alors la tête vers Azphel et se fit la réflexion qu'elle était en train de passer l'une des meilleures soirées de sa vie. Elle était en compagnie d'une charmant jeune homme, pour ne pas dire très charmant. Bon en fait, elle le dit, elle était en compagnie d'un très charmant jeune homme, un verre de champagne à la main en train de contempler les étoiles. Que demander de plus ?

- A notre rencontre ! Dit alors Azphel tout en tendant sa coupe vers Kyara.

Non mais, vraiment. Que demander de plus ? Souriant de plus belle, elle claqua délicatement sa coupe contre celle du serpentard. Buvant une gorgée, elle fit tourner le liquide dans sa bouche pendant deux secondes, savourant les petites bulles avant d'avaler. C'était parfait.

- Merci pour cette soirée Azphel. Je dois dire, que c'est l'une des meilleures de toute ma vie. Tout était parfait. Vraiment. Même la partie des révélations. C'est bizarre à dire, mais je me sens sereine en ta présence. Je veux dire, je me sens bien, j'en oublie même mes soucis. Je me sens juste bien, juste moi et je dois dire que cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien. Merci pour tout ça.

Lui souriant légèrement, elle trempa alors de nouveau ses lèvres dans sa coupe de champagne sans cesser de regarder Azphel.


Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 8 Sep - 10:50


¤ ¤ LR ¤ ¤ Quoi de plus beau admettez, qu'une terrasse un beau soir d'été à une période propice pour regarder les étoiles, accompagné d'une française à la beauté déroutante et d'une bouteille de champagne fraîche à déguster ? Peu de choses en effet. Il faut reconnaître que ce n'est pas n'importe quelle française qui s'adjugeait ce constat de la part d'Azphel, c'était la jeune Kyara, belle au possible, ses yeux émeraude et sa jolie robe estivale qui la sublimait. Les bulles du champagne n'entraient en rien dans l'équation, le moment était parfait, si l'alcool jouait sur cela c'était pour le rendre plus agréable encore, et non pour l'enjoliver de qualificatifs impropres à une situation déjà idéale.

- Merci pour cette soirée Azphel. Je dois dire, que c'est l'une des meilleures de toute ma vie. Tout était parfait. Vraiment. Même la partie des révélations. C'est bizarre à dire, mais je me sens sereine en ta présence. Je veux dire, je me sens bien, j'en oublie même mes soucis. Je me sens juste bien, juste moi et je dois dire que cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas senti aussi bien. Merci pour tout ça.

¤ ¤ ¤Les mots de la française résonnaient aux oreilles du sorcier comme un constat commun de leur soirée, et même plus encore de leur rencontre. Aux côtés de Kyara il oubliait tout de ce qu'il avait été dans sa plus sombre période et il ne pouvait plus penser qu'au présent. C'était agréable d'avoir une personne comme la sorcière capable de l'écouter et de poser sur lui un regard étranger, différent de ceux auxquels il avait été habitué.
¤ ¤ ¤Le sourire de Kyara était omniprésent et les regards qu'elle lui envoyait plus personnel qu'auparavant, en tout cas Azphel les percevait comme plus privés. La dévorant des yeux tout comme elle faisait à cet instant, il se disait que l'embrassait en pareil moment serait idéal, peut-être même trop parfait, comme si la sorcière le désirait elle aussi. Mais il n'avait pas envie de rompre cette magie qui s'installait entre eux petit à petit et peut-être que s'approprier sentimentalement la Brune en cet instant serait trop précipité, alors qu'autour d'eux les sortilèges naturels ne demandaient qu'à servir encore davantage pour parfumer leur soirée...

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Il se délecta d'une onctueuse gorgée de champagne et fit planer quelques instants le crépitement des bulles sur sa langue avant de l'avaler. Alors il répondit à Kyara, la dévisageant d'un regard entièrement charmé par sa beauté et la personnalité qu'elle lui avait dévoilé :

- Je suis du même avis que toi. Je "m'oublie" quand je suis avec toi. Il n'y a que l'instant présent qui compte et c'est très agréable pour moi. Etre là à discuter de tout et rien avec toi, c'est intéressant et vraiment important pour moi. J'ai rencontré une personne vraiment géniale en allant boire un verre à la Tête de Sanglier, et j'en ai encore eu la confirmation ce soir.

¤ ¤ ¤Il souriait à la belle. Le restaurant l'avait laissé dans un état légèrement transi, maître de ses faits et gestes mais comme plongé dans une torpeur sentimentale dès qu'il regardait Kyara. Il avait un long moment eu peur qu'elle ne s'écarte de lui en révélant plus ou moins sa personnalité noire, mais il n'en était rien. Elle avait fait preuve d'une compréhension rare et semblait même s'attacher à lui, du moins Azphel voyait-il des signaux qu'elle envoyait dans ce sens.
¤ ¤ ¤Pensif, Azphel regardait maintenant les bulles qui remontaient à la surface du champagne, mais ses pensées étaient toutes dirigées vers Kyara. Il but de nouveaux dans sa coupe et jeta un regard rêveur aux étoiles. L'instant était peut-être trop parfait, parce que Kyara est parfaite, pensa-t-il ; mais le sorcier se retourna vers elle, toujours souriant envers la française qui le rendait si heureux.

- Je me dis que l'instant est parfait, que je ne pourrais pas être plus heureux en ce moment. Alors, si on a pas toujours toutes les chances que l'on voudrait dans la vie, je crois qu'il faut savoir les saisir pour ne pas les laisser passer.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤Sans rien ajouter à cette phrase, il posa sa coupe sur la terrasse, glissa sa main gauche sur la joue de Kyara et se rapprocha d'elle pour l'embrasser langoureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Kyara Blanchet, Dim 8 Sep - 23:03


Son verre à la main, Kyara regardait les étoiles, un sourire rêveur sur les lèvres. Elle était vraiment bien ici et elle sentait que la chaleur se propageait de plus en plus dans son corps. Merci l'alcool, qui aidait pas mal à cela, mais pas que. Son regard se porta alors sur Azphel qui était en train de prendre une gorgée de champagne. Il regarda ensuite à son tour Kyara, comme s'il avait senti son regard sur lui.

- Je suis du même avis que toi. Je "m'oublie" quand je suis avec toi. Il n'y a que l'instant présent qui compte et c'est très agréable pour moi. Etre là à discuter de tout et rien avec toi, c'est intéressant et vraiment important pour moi. J'ai rencontré une personne vraiment géniale en allant boire un verre à la Tête de Sanglier, et j'en ai encore eu la confirmation ce soir.

Une nouvelle fois, le rouge monta aux joues de Kyara. Elle n'avait pas l'habitude de recevoir des compliments où d'avoir droit à des paroles aussi gentilles sur elle. C'était complètement inconnu à la brune durant toute son enfance. Enfin, quand son père était encore vivant, il l'appelait sa petite princesse et ne tarissait pas de compliment sur sa fille. Quand il était mort tout avait changé. Ses frères et sa mère avaient toujours un mot pour Kyara, mais c'était long d'être gentil. Elle s'était faite charrier sur tout, de sa coiffure, à la taille de ses pieds. Bref sur tout.

En plus de ça, la Française était plus à l'aise en plein combat, qu'en plein rendez vous galant, car là c'était vraiment un rendez vous galant. La vue, le champagne, le comportement, le dîner. C'était sur. Dans ces cas là, il fallait vraiment qu'elle arrête de réfléchir, où elle se bloquait et disait n'importe quoi. Enfin, non, elle ne disait pas n'importe quoi, elle disait des choses justes, mais pas forcement voulues. Tournant son verre dans ses mains, Kyara se rendit alors compte, qu'elle était justement en train de trop réfléchir et qu'il fallait qu'elle se calme.

- Je me dis que l'instant est parfait, que je ne pourrais pas être plus heureux en ce moment. Alors, si on a pas toujours toutes les chances que l'on voudrait dans la vie, je crois qu'il faut savoir les saisir pour ne pas les laisser passer. Déclara alors Azphel.

Sortant de ses pensées, la brune tourna de nouveau la tête et son coeur rata un battement quand Azphel posa sa coupe. Il la regardait différemment à présent. Avec un regard d'envie. Lorsqu'il glissa sa main sur sa joue, son coeur repartit et s'emballa tout d'un coup. Kyara savait ce qui allait se passer. Elle aurait pu se détourner, elle aurait du se détourner au vu de la différence d'âge, mais elle ne bougea pas. Son corps refusait qu'elle bouge, elle se contenta juste de fermer les yeux et de recevoir les lèvres d'Azphel qui se collèrent aux siennes.

Ils échangèrent un baiser langoureux et intense. Posant ses mains sur le torse de l'ancien serpentard, Kyara se libera alors afin de reprendre son souffle. Souriant légèrement enivrer par l'alcool, elle passa ses deux mains autour du cou de l'homme et l'embrassa à son tour doucement, tout doucement, pour faire durer le moment et faire monter le désir. Toujours collée aux lèvres d'Azphel, la brune se leva alors de sa place et alla s'asseoir à califourchon sur lui. Se décollant une nouvelle fois, elle passa ses mains dans les cheveux d'Azphel et prit la parole.

- J'arrive pas à croire ce qui est en train de se passer .... si c'est un rêve, surtout ne me réveille pas !
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Mer 11 Sep - 7:51


¤ ¤ LR ¤ ¤ L'échange entre Kyara et Azphel - leur baiser - avait été encore plus magique que tout ce à quoi il s'était attendu. La française avait monopolisé ses pensées dès l'instant où elle était entrée dans sa vie et avait su redonner à la vie du sorcier en déclin un certain sens, un nouveau souffle de vie dont il s'était emparé comme d'un espoir fou, une hypothétique chance d'une vie décidément trop clémente avec lui...

¤ ¤ ¤Ce soir, bien au delà du restaurant succulent qu'ils avaient partagés, les deux sorciers, au-delà des apparences qui devraient les séparer, se retrouvaient l'un dans l'autre, dans leur envie mutuelle de partager plus qu'une amitié et une affection réciproque. Ils avaient tutoyé ce soir le souffle de l'eau de la Manche en volant, caressé la cime des arbres et avaient pu avec bravoure chatouiller la base de nuages scandalisés par leur audace. La magie avait opéré, bien au-delà de l'imaginaire et en cet instant, Kyara était sienne, sa beauté, son regard déstabilisant, sa peau, son corps, elle était à lui et lui offrait sa résurrection.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Le baiser de la belle était tendre et passionné, comme il l'avait souhaité. Les deux amants d'un soir (Azphel espérait bien plus que cela) se regardaient avec passion et se dévoraient d'une flamme propre aux nouveaux couples, d'un regard qu'une Terre dans un chaos total ne saurait effacer. En bien des apparences, les deux sorciers ressemblaient maintenant au jeune couple voisin de leur table qu'ils avaient pu voir au restaurant, à Lille. Et maintenant que c'est Azphel qui partageait les caresses et les lèvres de Kyara, il trouvait que cette explosion de sentimentalisme entachait moins le décor que dans le restaurant.
¤ ¤ ¤Kyara était venue s'asseoir sur et face à lui, et il accueilli ses hanches avec un plaisir certain. Il avait envie de la dévorer, rien d'étonnant pour un lycan, mais le terme dévorer était ici emprunté en substitut d'un autre mot plus explicite quant à ce qui passait par l'esprit du sorcier.

- J'arrive pas à croire ce qui est en train de se passer .... si c'est un rêve, surtout ne me réveille pas !

¤ ¤ ¤Le mage noir dévisagea sa belle et lui sourit. Il voyait dans son sourire de dessiner une joie pure, qu'il se félicitait de produire en elle ; un sourire de plaisir et un regard qui en disait long sur le moment qu'elle passait. Le sorcier ne doutait pas que ses propres pupilles devaient déjà être dilatées par le désir que sa belle française suscitait en lui.

- Ce n'est pas un rêve, ma jolie française. Ou alors c'est le plus beau que j'ai fait depuis des années. Je n'ai pas envie de te réveiller, je n'ai même pas envie de dormir...

¤ ¤ DO ¤ ¤ Disant cela, il passa sa main droite dans les cheveux soyeux de Kyara pour placer une mèche derrière son oreille, et prolongea leur communion d'un nouveau long baiser partagé. De son autre main il remontait légèrement le long de la cuisse de la sorcière, passant sous sa robe et la relevant jusqu'à s'arrêter sur sa hanche. Il resta un moment dans l'expectative de sa jolie sorcière et sa main droite caressant son visage redescendit lentement, respectueusement sur les joues de la jeune femme, pour continuer son chemin entre sa poitrine et glisser sensuellement sur les courbes de son corps.
¤ ¤ ¤Azphel avait maintenant ses deux mains sur les cuisses de Kyara et la dévisageait d'un regard depuis longtemps abandonné à la passion.
Délicatement il prit les pans de la robe de la sorcière et la releva sur son corps sublime pour l'en déshabiller. Il serra ensuite cette jeune et jolie jeune femme contre lui avant de l'embrasser plus passionnément encore qu'auparavant. Il rapprocha dans son étreinte ses lèvres humides de l'oreille de Kyara :

- Je ne veux surtout pas dormir ce soir, je veux profiter de la magie de cette soirée, lui susurra-t-il. On pourra dormir toute la journée demain....
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Kyara Blanchet, Mer 11 Sep - 14:21


Il ne fallait surtout pas réveiller Kyara si c'était un rêve, elle se fit d'ailleurs la réflexion, qu'elle tuerait très certainement la personne qui ferait ça, si elle se trouvait bien dans son lit à la place qu'ici, sur les jambes d'un homme super canon. En parlant de ce dernier, il regarda Kyara avant de se mettre à lui sourire. La brune pouvait voir dans ses yeux, l'envie qui brillait et cela ne faisait qu'augmenter son désir envers cet homme. Cela faisait longtemps que ça ne lui était pas arrivé, elle voulait cet homme que pour lui. Pendant l'instant d'une soirée ce serait le cas, elle serait à lui et il serait à elle.

Ce n'est pas un rêve, ma jolie française. Ou alors c'est le plus beau que j'ai fait depuis des années. Je n'ai pas envie de te réveiller, je n'ai même pas envie de dormir...

"Ma jolie française", Kyara aimait beaucoup ce surnom et releva bien la fin de ses paroles. Alors qu'elle souriait légèrement, Azphel avait passé sa main droite dans la chevelure de la brune et ramena une mèche de cheveux derrière l'oreille avant de l'embrasser. C'était quelque chose qu'elle adorait, le fait qu'on la recoiffe, à chaque fois, elle avait l'impression que son coeur s'arrêtait net avant de repartir de plus belle. Posant ses deux mains de part et d'autre du visage de l'ancien serpentard, Kyara profitait pleinement de ce baiser.

La main gauche d'Azphel se posa alors le long de la cuisse de la Française et remonta jusqu'à atteindre sa robe qu'il releva jusqu'à sa hanche. Sa main droite quant à elle, caressait son visage avant de se mettre à descendre lentement, mais surement. Passant sur ses formes, sa main arriva au final, au même niveau que l'autre, sur son autre cuisse. Se détachant alors de leurs baisers, ils se regardèrent, une lueur fiévreuse brillant dans leur regard.

De ses mains, Kyara caressait les courbes du visage d'Azphel, dessinant ses lèvres, passant sur ses joues, sur l'arête de son nez, sur son front, dans ses cheveux avant de faire le chemin inverse. Elle arrêta quand elle sentit que son bel amant était en train de prendre les pans de sa robe et la releva. Levant les bras, la brune fit passer sa robe par dessus sa tête afin de l'enlever et la jeta dans un coin sans même y jeter un coup d'oeil. A présent, la française était en sous vetements et en talons. Secouant alors la tête afin de se recoiffer, Kyara se retrouva pendant quelques secondes dans les bras d'Azphel qui venait de l'attraper pour la serrer avec douceur avant de l'embrasser une nouvelle fois avec encore plus de passion. Remontant jusqu'à son oreille, il prit alors la parole.

 Je ne veux surtout pas dormir ce soir, je veux profiter de la magie de cette soirée. On pourra dormir toute la journée demain....
- Dormir toute la journée hein ? C'est parfait !

Frissonnant de plaisir, Kyara trouva que c'était un bon programme, très bon même et embrassa une nouvelle fois Azphel. Vu qu'il était un loup garou, la brune s'attendait plus à ce qu'il ait des manières bestiales, mais elle s'était trompé. Pour le moment, il était très doux et elle trouvait ça super. Tout son corps était en ébullition. Elle voulait plus et elle savait très bien qu'elle aurait plus.

Reculant, Kyara posa ses mains sur le torse d'Azphel et se chargea de déboutonner sa chemise, en prenant tout son temps. Lorsque ses doigts arrivèrent au dernier bouton du bas, ils s'attardèrent plus qu'il ne le fallait histoire de faire monter encore un peu plus la température avant d'écarter les pans de la chemise. Le torse de l'ancien serpentard était à présent nu et juste pour Kyara. Elle remarqua alors qu'il avait quelques marques et quelques bleus. Posant le bout des doigts dessus, elle les caressa doucement avant de se pencher de nouveau sur Azphel et de l'embrasser, ses mains se baladant un peu partout sur son torse.

C'était vraiment une soirée magique.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Mer 23 Oct - 18:55


¤ ¤ LR ¤ ¤ Avoir sa française dénudée dans ses mains, à la fois si vulnérable et si forte de sa beauté, sonnait pour Azphel comme une seconde chance qu'il n'avait que vaguement espéré dans ses rêves les plus fous. Il y avait entre les deux amoureux ce soir-là quelque chose de très fort, bien que légèrement incompréhensible. Ils n'étaient pas de la même génération mais pourtant ils s'étaient cherchés des semaines durant et se trouvaient finalement ce soir, par cette magnifique nuit où délices et rêves s'étaient mélangés à la magie du monde, et finalement au désir que les deux sorciers éprouvaient l'un envers l'autre.

¤ ¤ ¤Le mage noir, qui avait si longtemps craint que le bonheur soit pour lui un vague souvenir qui s'étiolait dans le temps, trouvait en Kyara une raison d'exister, aux antipodes de toutes ces femmes sans intérêt qui étaient apparues dans sa vie durant des années. Kyara était différente, divine, talentueuse, magnifique, fraîche et d'un naturel désarmant, tout comme sa beauté ; elle était tout ce qu'il avait toujours souhaité et il s'en était persuadé, elle était sienne maintenant. Il y avait derrière leur rencontre quelque chose qui ne s'éteindrait jamais, une chose qu'Azphel n'arrivait pas à nommer mais qui avait un parfum d'immortalité, de l'amour, peut-être...


***

¤ ¤ ¤ ¤ ¤Ils ne dormirent pas beaucoup cette nuit-là, l'appétit charnel d'Azphel étant conséquent et son coeur lui suppliant sans cesse de s'adonner à Kyara avait fait de cette nuit une des plus éprouvante physiquement (...) qu'il ait jamais connue. Combien de fois ils avaient fait l'amour, il n'en était plus certain, son cerveau était trop embrouillé par les caresses de sa compagne, ses gestes tendres et excités, ses souffles ravis ou épuisés.. Quatre, peut-être cinq fois.

¤ ¤ ¤Le soleil perçait l'ampleur du manoir d'Azphel d'une lumière meurtrie par les épais rideau, mais perçante, digne d'une matinée d'été qui souhaitait ajouter à la beauté du ciel de la veille sa splendeur matinale, comme pour approuver de sa puissance divine la liaison des deux sorciers.
¤ ¤ ¤La lumière d'or se reflétait sur les courbes du corps de Kyara qui était allongée par dessus les draps, les yeux fermés, gouttant un repos mérité et des rêves intouchables. Le mage noir ne voulait pas la réveiller. Elle était si belle que même le soleil s'était levé pour la sublimer et Azphel ne voulait faire déshonneur à la présence de l'astre qui ne souhaitait d'évidence, que magnifier Kyara.

¤ ¤ DO ¤ ¤Lui se leva en revanche, d'une démarche machinale, son regard s'attardant encore sur sa partenaire assoupie, probablement plongé dans les souvenirs éffrénés de leur nuit. Dérangeant difficilement ses pensées, il se mit tant bien que mal en marche jusqu'à sa cuisine et se plia en quatre pour la française. Il prépara plateaux, tartines, confitures, jus de fruits et café qu'il fit léviter d'un coup de baguette aussi matinal qu'aguerri jusqu'à la chambre où ils prirent place sur une table de chevet qu'il rapprocha du lit. Alors il se rallongea, dans la chaleur des rayons perçants, et caressa délicatement le corps de Kyara. Les yeux vert de la française s'ouvrirent timidement, mais Azphel y lisait une fatigue comblée.

- Bonjour ma belle. Je t'ai laissé un peu de sommeil, tu étais si jolie que j'hésitais à te réveiller. Je t'ai préparé un petit déjeuner, lui dit-il tout en déposant un baiser sur sa joue.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Kyara Blanchet, Dim 3 Nov - 14:57


Des baisers passionnés, des étreintes brûlantes, des soupirs communs. Apzhel et Kyara se complétait parfaitement, ils étaient sur la même longueur d'onde, devinant ce que voulait l'autre sans échanger une seule parole. La brune n'aurait pas du aller si loin, mais il était à présent trop tard. Tant pis pour la différence d'âge, tant pis pour le passé d'Azphel. Ils se ressemblaient plus qu'ils ne le devaient et ils devaient absolument n'être qu'un, au moins une fois, au moins une nuit. C'était comme redécouvrir la lumière après des années passées dans l'ombre. Kyara avait l'impression que tout son corps était en feu et qu'elle allait se consumer si elle ne se donnait pas au Loup Garou. Ce dernier se monta tantôt bestial, tantôt doux, changeant selon le moment et cela convenait parfaitement à la jeune fille.

***

Kyara était sur un petit nuage, dans le sens propre du terme. Assise dessus, elle était vêtue d'une robe blanche et avait dans les mains un verre contenant un liquide doré. Autour de la brune, se trouvait une multitude de nuages ainsi qu'une vive lumière provenant du soleil. Cette dernière se reflétait sur sa peau en une douce chaleur. Kyara était bien, elle se sentait reposée, le moment était parfait. Fermant les yeux, elle inspira alors profondément quand un courant d'air se leva et la fit frissonner.

Ouvrant les yeux, elle se rendit alors compte que le rêve venait de changer et qu'elle se trouvait à présent au Q.G des Phénix, elle était avec tous ceux qu'elle avait croisé la bas. Tout ceux qui avaient marqué sa vie à jamais. Encore ce rêve, ce rêve qui lui montrait qu'ils lui manquaient tous, qu'elle ne pouvait pas se couper net à eux, qu'ils seraient toujours dans sa mémoire et dans son coeur quoi qu'il arrive.

Une main se posa alors sur Kyara, la caressant délicatement et le rêve prit fin, lorsqu'elle ouvrit doucement les yeux. Azphel se trouvait devant elle, allongé sur le lit, les rayons sur soleil se déposant sur ses cheveux. On aurait dit un ange.

Bonjour ma belle. Je t'ai laissé un peu de sommeil, tu étais si jolie que j'hésitais à te réveiller. Je t'ai préparé un petit déjeuner Dit-il tout en l'embrassant sur la joue.

Un sourire traversa les lèvres de Kyara avant qu'elle ne s'étire. Elle étant encore dans le plus simple appareil, mais elle ne comptait pas jouer les prudes en cet instant. Pas après ce qu'il s'était passé durant la nuit. Se redressant, elle se passa alors la main dans les cheveux avant de voir ce que lui avait préparé son amant. Miam, il avait prévu de la nourriture pour un régiment ! C'était parfait, car Kyara mourait de faim. Prenant une tartine, elle entreprit d'appliquer de la confiture dessus avant de se rendre compte qu'elle manquait à tous ses principes. Se penchant vers Azphel, elle l'embrassa alors avant de prendre la parole.

- Salut, excuse moi, je manque de politesse aujourd'hui. Merci pour le petit déjeuner, ça à l'air délicieux !

Tout en disant cela, elle croqua dans sa tartine et la savoura. Cela faisait du bien après la nuit éprouvante qu'ils venaient de vivre. La terminant en quelques bouchées, elle se tourna alors une nouvelle fois vers Azphel, tandis qu'elle reprenait une tartine. Une question venait de lui traverser l'esprit et elle pensait qu'il était bon de parler de cela, avant que cela ne dérape encore ... parce qu'une part de Kyara commençait à se réveiller et voulait profiter encore d'Azphel ...

- Hum ... donc euh ... qu'est ce qu'on fait maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Sam 25 Avr - 16:17




~ Chao ~

Est de l'Ouzbékistan.

¤ ¤ LR ¤ ¤ Parmi les montagnes juchées sur des amas de rocs acérés se trouvait une forteresse ancestrale qui dominait de sa hauteur les vallées désertiques de l'est du pays. Du haut des fortifications, un souffle rauque perturbait le silence de la nuit. Le loup-garou se tenait là, immobile, comme une ombre fantomatique hantant cette région du monde dépeuplée. Ses yeux jaunes injectés de sang regardaient en contrebas un amas de vêtements ; une vieille cape de sorcier fatiguée, une paire de chaussures usée et une baguette magique ouvragée.

¤ ¤ ¤Non loin d'eux, sur le chemin de cailloux qui serpentait entre les rochers, les cadavres de deux hommes décomposés nourrissaient les charognards sortis à la tombée de la nuit. Ils avaient été les derniers à avoir croisés le chemin du sorcier, bien des pleines lunes plus tôt. A choisir il aurait préféré ne pas les tuer, mais ils s'étaient montrés peu enclin à le laisser se réfugier seul dans l'ancien bastion. Il ne le regrettait pas pour autant.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Le loup fixa de nouveau ses affaires, pensif, et huma l'air avec ce qui pouvait être interprété comme de la nostalgie. Soudain, il fit demi tour et bondit au galop sur les remparts de pierres, dévalant les escaliers avec toute la rage et la bestialité qu'il possédait. Il arriva dans la grande cour où se trouvait un vieux puits et des paillasses destinées aux voyageurs d'un bond rageur, puis il s'élança en avant vers la porte de bois bardée de clous qui gardait l'entrée. Il ne douta pas un instant de sa force et à mesure qu'il se rapprochait d'elle il lui paraissait impossible qu'elle ne lui résiste. Le contact fut brutal et douloureux mais la porte de la forteresse vola en mille éclats, tel une étoffe sous l'assaut d'une lame aiguisée.

¤ ¤ ¤Le loup-garou roula en boule sur lui-même par deux fois et s'arrêta à hauteur de la vieille cape sur ses quatre pattes. Son souffle était rapide et bruyant, digérant l'impact. Après un bref instant de répit, il leva la tête vers le ciel et hurla plus qu'il ne l'avait jamais fait, un cri de rage et de liberté... Il apprécia son propre rugissement, l'écoutant se répercuter dans la nuit froide avec délectation.
Le loup reporta son attention sur les vêtements de sorciers qui gisaient à côté de lui, puis il se métamorphosa. Ses poils disparurent et les muscles saillants laissèrent place à une silhouette humaine aux membres fatigués. Azphel se redressa sur ses deux jambes et récupéra la cape sur le sol dont il se para. Il jeta un dernier regard à la forteresse derrière lui et il enfila ses chaussures avant de dévaler, baguette en main, la pente rocheuse qui disparaissait devant lui.
Une ombre perdue dans la nuit.

~ Ordo ~

¤ ¤ LR ¤ ¤ Azphel avait marché des heures durant ces derniers jours pour rejoindre la ville de Londres. Son périple l'avait épuisé et il se sentait faible et vulnérable, à l'image d'un simple moldu. Il reconnaissait la ville comme s'il ne l'avait jamais quittée, mais il lui préférait le calme des déserts des derniers mois.
Il avait traversé le centre et la banlieue de la ville à pieds pour s'imprégner de leur identité, et il avait regagné sa campagne avec une certaine appréhension. Le pourtour de sa propriété se dessina au loin et il en prit la direction en ressentant la même excitation qu'un enfant arrivant à poudlard pour sa première année.

- Home sweet home, dit-il en arrivant devant la grille.

¤ ¤ ¤Il sortit sa baguette et exécuta un mouvement circulaire de la main. La grande grille noire émit un grincement sonore et pivota sur ses gonds pour le laisser passer. De l'extérieur la maison semblait intacte, indifférente à son retour.  A l'intérieur rien n'avait changé, si ce n'est qu'elle paraissait vide de vie et d'humanité et qu'une couche de poussière avait recouvert meubles et objets en son absence. La lumière emplissait son vaste salon d'une ambiance de résurrection. Azphel s'assit sur un de ses trois canapé luxueux et détailla autour de lui ce qu'il avait fini par oublier, son confort de vie, son armoire où étaient entreposés de nombreux objets magiques, ses bouteilles de scotchs hors de prix...

¤ ¤ LR ¤ ¤ Les habitudes ont la vie dure et il se laissa machinalement entraîner vers sa collection d'alcools. Alors qu'il s'emparait d'un verre et d'une bouteille, un bruit de coups sur une vitre retentit. Il se retourna et vit, tout excité, Kivol, son hibou qui tapait contre le carreau du salon depuis la terrasse. Un sourire, le premier depuis longtemps, apparut sur le visage du sorcier. Il amena verre et bouteille sur une table basse au milieu du salon et partit ouvrir la fenêtre à son animal de compagnie qui le salua par des hululements assourdissants, mélangeant joie et reproches envers le sorcier qui lui avait demandé, de longs mois auparavant, de rester à Londres sans venir le trouver...

- Coucou toi, dit-il au hibou qui oublia bien vite ses remontrances pour sauter sur le bras du mage noir.

¤ ¤ ¤L'animal était véritablement ravi et Azphel ne le repoussa pas. Il regagna son canapé avec le volatile sur un bras qui sauta ensuite sur un coussin à côté de lui. Le sorcier se servit un  verre sous le regard interrogateur de Kivol. La première gorgée de whisky pur feu lui brûla la gorge et il se rappela combien cette boisson lui avait manqué lors de son exil.

- I'm back, murmura-t-il en regardant son plafond . Je suis de retour, sourit-il en se tournant vers Kivol et en le gratifiant de caresses derrières les plumes.

Azphel termina son verre en repensant à tout ce qu'il avait laissé de côté en quittant le pays : les mangemorts, Poudlard, Kyara... entre autres choses.

- Je sais que c'est un peu égoïste, dit-il en regardant son hibou, mais je vais avoir besoin de toi.

¤ ¤ LR ¤ ¤ Mais Kivol se fichait du côté égoïste de son maître et sautilla de joie à l'idée de recevoir une nouvelle mission.
Azphel n'avait pas eu de réelles motivations à rester si loin de son pays natal pendant si longtemps. Mais maintenant qu'il était là, à la colline étoilée, il se rendait compte que le monde magique lui avait manqué. Kyara Blanchet était une des dernières personnes qu'il avait rencontré avant son départ, hormis ses élèves à Poudlard ; et aucune autre femme ne lui avait laissé égal souvenirs que la française.
- J'ai besoin que tu retournes voir quelqu'un que tu connais, dit Azphel à Kivol en se relevant du canapé pour aller chercher une plume et de l'encre. J'espère qu'elle acceptera mon invitation aussi sûrement que tu acceptes ta mission.

Le hibou poussa un cri d'assurance et tendit une patte, près à recevoir le rouleau de parchemin que son maître commençait à griffonner.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Ven 26 Juin - 15:50


RP Lil'Az'To

Une funeste nuit


La vie était faite d’une succession d’aventures, certaines plus palpitantes que d’autres. Durant sa courte existence, Lily Gordon en avait vécues des dizaines. Et son métier d’Auror avait été la source des plus incroyables histoires racontées au fil de ces pages.

Brillante au sein de son équipe, elle avait fait partie de l’élite des chasseurs de mages noirs pour finir par être désignée à la sécurité personnelle du Ministre de la Magie en exercice. Une bien belle carrière pour la petite sorcière qui avait fait ses armes sous les couleurs de Poufsouffle des années auparavant.
Déjà à cet âge, elle attirait les convoitises : malgré le blason au blaireau sur son cœur, elle dénotait par son caractère singulier et ses talents en sortilèges. Même les plus ambitieux Serpentards la promettaient à faire de grandes choses.

Pourtant désormais, il en était tout autrement… Sa baguette autrefois prolongement à part entière de ses doigts n’était plus qu’un banal bout de bois au fond de sa poche. Son épaule droite présentait les stigmates d’une nuit de bataille durant laquelle elle avait failli y laisser la vie, la suspendant de son poste au Ministère pour des mois. Pour toujours, à dire vrai…

Lily Gordon n’était plus ce qu’elle était autrefois. Ses cheveux retombaient toujours dans son dos en de grosses boucles brunes, ses yeux étaient toujours d’un bleu azur et plongeaient dans ceux de ses interlocuteurs pour les sonder. Pourtant, il n’y avait plus que l’enveloppe extérieure qui avait un semblant de similarité avec la sorcière d’autrefois. C’était une coquille. Vide.

Le soleil de ses nuits blanches l’avait portée jusqu’à l’ancienne demeure d’Azphel. Les bruits de couloirs laissaient penser qu’il était de retour. De retour de nulle part, sans doute, si on en croyait les mois (années ?) d’absence de l’ex Ministre. Pendant un moment, la rumeur annonçait même qu’il était mort. Mais ce soir, Lily voulait être sure de quelque chose pour une fois.
Alors elle avait avalé un énième comprimé de codéine, parfaitement inutile aux douleurs de l’âme, fidèle exutoire de ses nuits sans sommeil, petit paradis artificiel délicieux, salvateur et plus si dépendance. Elle avait ensuite enfilé une cape rubis et avait transplané à l’ancienne adresse du sorcier. Elle avait atterri sur l’une des petites routes sinueuses menant au manoir. La nuit était belle et lumineuse, et d’un petit pas décidé elle arpenta le chemin conduisant à la demeure.

Arrivée devant le perron, elle monta les marches la séparant de la porte d’entrée. D’un geste fluide que lui valait l’habitude, elle laissa glisser le chaperon de ses cheveux, rajusta le ruban dans ses boucles et inspira longuement. Azphel serait-il effectivement rentré ? La lumière vacillante derrière les rideaux lui donnait un début de réponse. Mais il ne fallait pas vendre la peau du loup avant de l’avoir tué…

Sous le linceul d’une lune ronde et pleine, son poing vint s’abattre contre le bois de l’imposante porte, sonnant le glas d’une nuit qui allait se transformer en aventure funeste. Le verrou sauta, la grande porte s’ouvrit, laissant apparaître le visage du sorcier. Comme vous avez de grandes dents… La belle plongea dans les yeux de la bête.

« C’est donc vrai… »

Un hibou hurla, épitaphe sonore d’un implacable silence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 5:28


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 [Habitation] La colline étoilée

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.