AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 4
[Habitation] La colline étoilée
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Ven 26 Juin 2015 - 15:50


RP Lil'Az'To

Une funeste nuit


La vie était faite d’une succession d’aventures, certaines plus palpitantes que d’autres. Durant sa courte existence, Lily Gordon en avait vécues des dizaines. Et son métier d’Auror avait été la source des plus incroyables histoires racontées au fil de ces pages.

Brillante au sein de son équipe, elle avait fait partie de l’élite des chasseurs de mages noirs pour finir par être désignée à la sécurité personnelle du Ministre de la Magie en exercice. Une bien belle carrière pour la petite sorcière qui avait fait ses armes sous les couleurs de Poufsouffle des années auparavant.
Déjà à cet âge, elle attirait les convoitises : malgré le blason au blaireau sur son cœur, elle dénotait par son caractère singulier et ses talents en sortilèges. Même les plus ambitieux Serpentards la promettaient à faire de grandes choses.

Pourtant désormais, il en était tout autrement… Sa baguette autrefois prolongement à part entière de ses doigts n’était plus qu’un banal bout de bois au fond de sa poche. Son épaule droite présentait les stigmates d’une nuit de bataille durant laquelle elle avait failli y laisser la vie, la suspendant de son poste au Ministère pour des mois. Pour toujours, à dire vrai…

Lily Gordon n’était plus ce qu’elle était autrefois. Ses cheveux retombaient toujours dans son dos en de grosses boucles brunes, ses yeux étaient toujours d’un bleu azur et plongeaient dans ceux de ses interlocuteurs pour les sonder. Pourtant, il n’y avait plus que l’enveloppe extérieure qui avait un semblant de similarité avec la sorcière d’autrefois. C’était une coquille. Vide.

Le soleil de ses nuits blanches l’avait portée jusqu’à l’ancienne demeure d’Azphel. Les bruits de couloirs laissaient penser qu’il était de retour. De retour de nulle part, sans doute, si on en croyait les mois (années ?) d’absence de l’ex Ministre. Pendant un moment, la rumeur annonçait même qu’il était mort. Mais ce soir, Lily voulait être sure de quelque chose pour une fois.
Alors elle avait avalé un énième comprimé de codéine, parfaitement inutile aux douleurs de l’âme, fidèle exutoire de ses nuits sans sommeil, petit paradis artificiel délicieux, salvateur et plus si dépendance. Elle avait ensuite enfilé une cape rubis et avait transplané à l’ancienne adresse du sorcier. Elle avait atterri sur l’une des petites routes sinueuses menant au manoir. La nuit était belle et lumineuse, et d’un petit pas décidé elle arpenta le chemin conduisant à la demeure.

Arrivée devant le perron, elle monta les marches la séparant de la porte d’entrée. D’un geste fluide que lui valait l’habitude, elle laissa glisser le chaperon de ses cheveux, rajusta le ruban dans ses boucles et inspira longuement. Azphel serait-il effectivement rentré ? La lumière vacillante derrière les rideaux lui donnait un début de réponse. Mais il ne fallait pas vendre la peau du loup avant de l’avoir tué…

Sous le linceul d’une lune ronde et pleine, son poing vint s’abattre contre le bois de l’imposante porte, sonnant le glas d’une nuit qui allait se transformer en aventure funeste. Le verrou sauta, la grande porte s’ouvrit, laissant apparaître le visage du sorcier. Comme vous avez de grandes dents… La belle plongea dans les yeux de la bête.

« C’est donc vrai… »

Un hibou hurla, épitaphe sonore d’un implacable silence.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 5 Juil 2015 - 20:52


Une funeste nuit.


¤ ¤ LR ¤ ¤ Azphel se désaltérait dans le salon de son manoir, juché sur La Coline Étoilée. La bouteille de whisky moldue douze ans d'âge disparaissait à bon rythme malgré la chaleur suffocante qui accélérait les effets de l'alcool sur le sorcier. Il n'avait pas à se justifier d'un tel comportement, l'alcoolisme était un passager qui l'accompagnait depuis bien longtemps maintenant. La journée avait été étouffante et par conséquent, épuisante, aussi la pause de 20h30, juste après un copieux repas, s'était-elle avérée toute naturelle.

¤ ¤ ¤Il avait rapidement zappé sur les chaînes de la télévision moldue et n'y avait trouvé que peu d'intérêt, aussi se délectait-il paresseusement du breuvage ambré, affalé dans un de ses canapés de cuir, à écouter de la musique symphonique, principalement des morceaux de compositeurs reconnus comme James Horner ou Hans Zimmer. La musique était une des rares chose dans laquelle les moldus excellaient. Pour le reste, il étaient tout juste bons à rien.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Il savait que peu à peu, sur les airs entraînants et épiques des compositions et sous les assauts répétés du whisky, il finirait par s'endormir sans s'en rendre compte. Il ne se réveillerait que le lendemain, la playlist tournant en boucle, le tapis sali par un verre de trop tombé de sa main.
Il ne pouvait en être autrement.
¤ ¤ ¤Mais c'est quand ses paupières battirent lourdement, incertaines, qu'un sifflement résonna dans le salon ; c'était l'avertisseur de son alarme muette qui entourait le perimètre de son manoir. Les yeux lourds d'Azphel s'ouvrirent plus grand alors qu'il restait allongé sur le sofa. Ce devait être un mauvais tour de son imagination, l'alarme pour détecter la magie ne pouvait avoir sonnée, aucun sorcier ne viendrait frapper chez lui sans s'être annoncé alors qu'il était.... (il tourna la tête vers le cadran lumineux d'une horloge holographique posée sur une commode) ...minuit trente-trois.

Il était retombé dans l'anonymat le plus complet, il n'y avait aucune chance que quelqu'un d'hostile ne vienne s'en prendre à lui...

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Trois coups fermes résonnèrent sur la double porte et d'un bond vif, le sorcier se redressa sur le canapé. En un éclair sa main droite avait reposé son verre sur la table basse et agrippé avec fermeté sa baguette. Son visiteur du soir ne s'était pas égaré et ce n'était pas un simple touriste sinon son alarme ne se serait pas déclenchée. Il y avait peu de personnes à savoir qu'il était revenue. Kyara se serait forcément annoncée... Evan peut-être ? Ou valentina, bien que l'heure était surprenante. D'un moulinet fluide il déverrouilla la porte d'entrée et ouvrit la porte...

« C’est donc vrai… »

Les mots s'étouffèrent dans la tête d'Azphel alors qu'un hululement déchirait la nuit tiède et éclairée. * Lily Gordon ?! * Un choc électrique parcourut tout son corps. Il s'était attendu à tout sauf à elle. Deux fantômes se faisaient face à face sur le perron. Les secondes paraissaient être une éternité et le cerveau d'ordinaire vif du mage noir tournait sur lui-même.

- Lily...

¤ ¤ ¤La phrase la plus profonde qu'il était capable de construire. Pas parce qu'il était bourré, mais complètement surpris.
Lily Gordon était bien là, aussi belle que dans ses souvenirs, enjolivée d'une cape rubis et un ruban dans ses cheveux sombres qui ne faisaient que donner plus d'intensité à son regard azur.

- Entre, dit-il en s'écartant de la porte pour qu'elle accepte son invitation.

¤ ¤ DO ¤ ¤ Et il n'y avait que son invitation pour répondre aux milles questions qu'il se posait. Les deux sorciers ne s'étaient pas vus depuis trop longtemps pour qu'il se remémore l'exact moment. Mais Lily était une des rares personnes qui pouvait prétendre frapper à sa porte sans être refoulée. Ils avaient été patron et employée, alors qu'Azphel était Ministre de la magie et que la jeune Lily, fraîchement Auror, fut nommée pour sa garde personnelle. Plus que ça ils avaient été amants, sans aucun regrets pour le loup-garou, et il gardait d'exquis souvenirs du corps du petit chaperon aux yeux bleus.

¤ ¤ ¤Un autre vestige du passé d'Azphel le rattrapait subitement, alors qu'il ne s'y attendait pas. Les raisons de la présences de la belle étaient encore floues, mais les sentiments à son égard étaient restés positifs et même s'il ne l'extravertissait pas vraiment, il ressentait un ravissement de la retrouver ce soir.
Il la conduisit jusqu'au salon où sa bouteille de whisky vide aux trois quart traînait comme preuve de sa solitude. Il ne tenta pas de camoufler les apparences.

- J'étais justement en train de prendre un verre et tu arrives à ce moment ?
Il souriait, amusé plus qu'inquiet de la présence de la sorcière.
- Qu'est-ce que tu veux boire ? Je pense qu'on a deux/trois choses à se raconter et que la nuit n'est pas prête d'être finie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Ven 10 Juil 2015 - 20:10


Le sorcier se tenait dans l’encadrement de la porte, la mine surprise. Ses yeux affichaient un nombre incommensurable de questions, la plus évidente étant « Qu’est-ce que tu fous sur mon perron ?! ». Les pupilles de Lily reflétaient toujours un mélange de soulagement et d’inquiétude, qui pourtant se dissipa lorsqu’il s’écarta de l’entrée pour l’inviter à pénétrer à l’intérieur. Du plus loin qu’elle se souvienne, la jeune femme n’était jamais entrée dans le manoir. Elle l’avait déjà escorté jusqu’à sa porte, parfois. Elle avait déjà rêvé le border, souvent… Mais jamais elle n’avait eu l’occasion d’être invitée à entrer. A l’époque, Mr le Ministre de la Magie préférait réquisitionner des maisons moldues !

Le hall était imposant, s’ouvrant sur un salon orné de canapés. Une légère odeur de chien mouillé et quelques notes de musique flottaient dans l’air, et Lily embrassa la pièce du regard. A en juger par la bouteille ambrée qui trônait sur une table, Azphel ne s’attendait pas à avoir de la visite ce soir. Sans doute remarqua-t-il le regard inquisiteur de la sorcière puisqu’il ironisa :
« J'étais justement en train de prendre un verre et tu arrives à ce moment ? Qu'est-ce que tu veux boire ? Je pense qu'on a deux/trois choses à se raconter et que la nuit n'est pas prête d'être finie. »

Etait-il possible d’échanger quelques mots, comme si de rien n’était, alors qu’ils ne s’étaient pas vus depuis des années ? Etait-il possible qu’il lui propose de boire, alors qu’il y a encore une semaine, elle le pensait mort ? Le destin semblait avoir de l’humour. Ou bien était-ce le sorcier en face d’elle, qui était d’une ironie déconcertante ? Ses yeux émeraude n’avaient pas changé, et pour la première fois depuis son arrivée, Lily remarqua qu’ils avaient toujours le même effet troublant sur elle. Pouvait-on devenir dépendant d’un regard, à l’image d’une drogue à laquelle on s’accoutumerait avec bonheur ? De la codéine…  Ses yeux ; ils avaient pourtant une lueur singulière qu’elle ne leur connaissait pas. Une pupille fixe et profonde, comme les grands fauves sur RMC Découverte ! Comme vous avez de grands yeux… Elle baissa le regard.

« Surprend-moi ! »

Elle dénoua sa cape et la laissa glisser de ses épaules. Que foutait-elle là ? D’un mouvement fluide, elle déposa son petit chaperon rouge sur un fauteuil et soupira.

« Az… »

Que lui dire ? Elle nageait dans l’incompréhension.

« …Où étais-tu ?! »

Lui qui était connu comme le loup blanc avait disparu avant de refaire surface dans l’anonymat le plus total.

« Les gens parlaient de toi en ton absence. Ils… On m’a annoncé ta mort 3 fois ! »

Sa voix trahissait une tristesse dissimulée, enveloppée d’une pointe de colère. Pas un hibou n’était venu rassurer la jeune femme. Elle ou une autre ! La mort, c’était tout ce qu’il avait bien pu lui arriver. Elle avait fini par le croire, au final. Croire les gens qui en arrivaient à la conclusion que s’il ne revenait pas, c’est qu’il lui était arrivé quelque chose. Et que si personne ne venait contredire cette logique, alors c’était vrai. Les légendes naissent de faits. Azphel était devenu une légende dont on ne savait plus discerner le vrai du faux.
Elle se saisit du verre qu’il lui tendit et le leva pour trinquer.

« A ta mort, donc ! »

Elle arbora un léger sourire en coin qui vînt trahir sa détermination à lui pardonner ses années de silence. Il était désormais là, après tout.
Elle fit cogner son verre contre le sien et laissa échapper un petit rire satisfait.

« Il est temps de discerner l’histoire de la légende, Mr le Ministre… N’omettez aucun détail, ou croyez-moi, vous subirez les foudres de ma colère ! »

Elle fronça les sourcils en un regard qui se voulait terrifiant, mais qui devait d’avantage tenir du chaton aux pattes coincées dans une pelote de laine.

L'horloge affichait 00h36.
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Mer 15 Juil 2015 - 20:41


¤ ¤ LR ¤ ¤ Le temps paraissait figé, suspendu à regarder la sorcière qui franchissait le pas de la porte d'Azphel. Les deux étaient emprunts d'un magnétisme certain et d'une Histoire. Ils avaient un passé commun à n'en pas douter, un passé qui trouvait de troublants échos dans leurs attitudes. Le temps ressentait qu'il faisait partie d'un tout, d'un moment charnière peut-être pour Azphel et Lily Gordon qui se retrouvaient, de manière presque irréelle, bien des années après leur rencontre, après leur liaison même.

¤ ¤ ¤La jolie brune aux yeux bleus n'avait pas changé, son regard paraissait toujours incertain, un mélange savoureux d'émotions contraires, de joie, d'envie, de peur, peut-être d'autres inconnues. Un regard difficile à cerner, même pour Azphel qui était doué d'une grande perspicacité et qui analysait avec aisance les comportements humains. Lily dérogeait un peu à toutes les règles qui le caractérisait.

La belle chaperonne céda à son invitation alors qu'il se dirigeait déjà vers son bar, dispensant la sorcière d'accepter son verre.

« Surprend-moi ! »

¤ ¤ ¤La surprendre ? Un verre de rhum, de la glace pilée et des feuilles de menthe fraîche attirée par magie. Quoi de mieux pour plaire à une femme que lui offrir ce qu'elle aime ?

« Az… »

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Le mot était fébrile, amical et tendre. Le sorcier releva la tête sans faire face à la sorcière. D'une telle sonorité découlaient d'évidentes questions. Depuis le temps que les deux amants s'étaient perdus de vues, elles devaient en avoir plus d'un millier.
Ces temps-ci, Azphel ne faisait que ça, expliquer son départ, parler de sa lycanthropie, de sa maladie.
¤ ¤ ¤Des explications qui s'enchaînaient d'une personne à l'autre et qui masquaient la seule et unique vérité, lourde, profonde : il était perdu. Dans un écrin de solitude qu'il s'était forgé, dans la noirceur qu'il ne pouvait et ne souhaitait plus quitter.
¤ ¤ ¤Les yeux d'Azphel se posèrent sur la copie d'une lettre qu'il avait rédigée quelques jours plutôt, à l'attention de son vieil ami Toms Swakaniri. Il n'avait pas encore eu de réponse, mais s'étonnait de voir que son passé venait le saluer d'une autre manière, moins sombre, mais non moins plaisante.

« …Où étais-tu ?! ....

Il se retourna et avança vers la sorcière, deux mojito dans les mains. Son regard était intense et dur à soutenir, mais en aucun cas hostile, il trahissait ses propres réflexions, si profondes qu'elles menaçaient de résonner dans le manoir.

...Les gens parlaient de toi en ton absence. Ils… On m’a annoncé ta mort 3 fois ! »

Les yeux bleus énigmatiques s'étaient dérobés à une nuance de peine et d'émotion évidente. La voix de la belle Lily Gordon s'était faite chevrotante et le mage noir devinait, que bien des années après leur dernier contact, ce qu'elle ressentait était bien réel. Au moins il savait déjà qu'elle n'était pas là pour une obscure raison, il lui avait réellement manqué, elle s'était vraiment inquiétée pour lui. Il eut un petit rire suivit d'un sourire en donnant son verre à l'ancienne Poufsouffle.
Le sourire était personnel, il trouvait marrant que les gens manifestent des regrets par rapport à son absence maintenant qu'il était revenu. Lily l'interpréterait surement comme amical.

« A ta mort, donc ! » dit-elle en entrechoquant leur verre. « Il est temps de discerner l’histoire de la légende, Mr le Ministre… N’omettez aucun détail, ou croyez-moi, vous subirez les foudres de ma colère ! »

¤ ¤ DO ¤ ¤ Azphel appuya un sourire en invitant son amie à s'asseoir sur le canapé qu'il avait occupé avec sa bouteille de whisky.
Les foudres de la belle ? Avec un peu de maîtrise il pouvait surement tourner cette colère en pulsions et en attirance, et cela se terminerait alors en...
¤ ¤ ¤Mais non, il ne pouvait se permettre de laisser ses pensées s'égarer au même titre que sa concentration. * Foutu alcool *, pensa-t-il en engloutissant un tiers de son mojito.

- Quand j'ai essayé de créer un Horcruxe, je pensais avoir raté, avoua-t-il avec sérieux. Il laissa flotter un silence énigmatique, pas certain que Lily comprenne la blague, alors il enchaîna. Mais je suis donc revenu à la vie par trois fois, j'ai du réussir après tout.
La version courte de l'histoire ? Je suis devenu lycan il y a de cela plusieurs années. Outre cette malédiction de merd*, j'avais alors perdu de vue la plupart de mes contacts de l'époque qui étaient susceptible de m'aider. Et quand je parle d'amis, je ne parle pas des sous-fifres du Ministère.

Il laissa planer sa phrase avec une pointe d'animosité pour le Ministère de la Magie.
Je ne maîtrisais pas ma lycanthropie. j'ai essayé pourtant, ici même, avec des cages au sous-sol (il désigna le sol du salon avec sa main). Mais ça n'a pas fonctionné, j'étais plutôt bestial...
Au début je jouissais de mon animosité pendant les transformation mais je me suis aperçu que j'entrais dans un cycle sans fin et que je risquais de me perdre définitivement... alors j'ai quitté l'Angleterre, tout simplement. J'ai passé plusieurs années en Asie centrale, dans un endroit qui n'avait rien d'amical et douillet.


¤ ¤ ¤Il arrêta son explication ici. Étrangement, il avait raconté tout cela avec beaucoup de détachement, comme jamais auparavant. Le fait qu'il avait déjà enquillé quelques verres devait l'aider à se détacher de son fardeau.

- Voilà surement pourquoi on t'a annoncé ma mort ici. Tu n'es pas la seule à y avoir cru. Je suis revenu il y quatre mois en vérité, et je me refais peu-à-peu à ma vie d'avant.
Il reprit après un silence : Je n'ai pas tiré un trait sur mon passé, c'est plutôt sur une partie de moi, même si je l'ai fait sans me retourner. Et comme tu peux le voir aujourd'hui autour de toi, il n'y a pas tant de choses que cela qui ont changé pour moi.

Lily devait probablement se satisfaire de ce qu'elle venait d'entendre. Oh bien sur, il avait omis tous les détails qu'elle lui avait réclamé, mais pour elle qui avait ignoré tout de sa lycanthropie, ça lui offrait déjà suffisamment de matière à réfléchir.

- Et toi que deviens-tu ? demanda-t-il d'une voix douce, sans fermer la porte à d'autres réponses pour la satisfaire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Neal Ferxon, Mer 22 Juil 2015 - 1:27


(RP pourri, veuillez m'excuser...)

Une ombre se déplaçait dans la pénombre devant l'habitation de son vieil ami.

Toms fut tiré de ses rêveries, laissant tomber la conserve qu'il était en train de manger. Ainsi, Azphel, ancien Ministre de la Magie et ancien mentor du jeune métisse, avait de la visite. Et l'action allait commencer ce soir. Il eut du mal à reconnaite la personne qui lui rendait visite, mais en plissant des yeux, il crut reconnaitre la sorcière.

Mais non, il ne pouvait pas s'agir d'elle.

Et pourtant, l'Ancien Directeur de la Justice magique allongea son esprit, puis reconnut cet esprit si familier, si doux -bien qu'il ait été modifié avec le temps- de la sorcière Lily Gordon. Ainsi, le Serpentard avait eu raison de planter sa tente au abords de la Colline étoilée comme l'avait conseillé son ami dans sa lettre. Il avait sûrement prévu une visite inattendue, même s'il ne lui avait pas fait mention du visiteur. Une prémonition? Une prophétie? Son ami était-il au courant de l'identité de la personne qui allait lui rendre visite?

Aussitôt, le mage noir remballa son mini-camp d'un coup de baguette maqique. Tant pis oour le cassoulet froid, il devait bien pouvoir attendre quelques heures avant d'être dégusté. Il entreprit une descente de la colline, quittant son poste d'observation. Il n'était pas fan de ces pratiques, mais la curiosité était plus forte que tout. La dernière fois qu'il avait vu son amie, c'était un Ministère de la Magie, pendant qu'il était Directeur de la Justice Magique, avant que son armée d'Aurors ne le rende déchu, déploré da la quasi-totalité de ses pouvoirs magiques.

Les Aurors étaient dans la liste des personnes à tuer de l'Ancien Seigneur des ténèbres.... Mais il devait y avoir une explication, Lily Grodon n'aurais jamais pu vendre son ami comme imposteur de l'Etat....

Les retrouvailles entre le géant Azphel et la minuscule Loly Gordon avait l'air de bien se passer. L'homme semblait avait l'air bien éméché, et Gordon semblait boire toutes ces paroles. Sans sonner, Roms passa l’entrebâillement de la porte d'entée, afin d'avoir le maximum d'informations depuis le jour de l'attaque du Directeur de la Justice Magique.

Toms ne possédait plus aucun sentiment envers les ex-aurors, dont Lily. Son corps bouillonnait de rage à chaque fois qu'il voyait un ancien Auror. Il ignorait les protestations de Thomas qui restaient étouffées au fond de lui.

Les deux Amis étaient en train d'échanger depuis quelques heures. Toms était patiemment en train d'écouter à la porte. Il se doutait que son ami Azphel savait qu'il était entré dans la demeure car aucune alarme n'était déclenchée, aucun sortilège ne l'avait repoussé. C'était étrange.

- Et toi que deviens-tu ? Avait demandé Azphel.

C'en était trop, Toms décida de quitter sa cachette et apparaître dans la pièce. Il vit que les bouteilles étaient presque vides. Il se servt un verre poussiéreux et demanda, d'une façon presque théâtrale :

- Bonne question cher ami, que deviens tu Gordon?

Toms avait parlé d'un air totalement indifférencié, sans signe d'ancienne amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Sam 1 Aoû 2015 - 23:14


La petite sorcière accusait la nouvelle. Cette lueur dans les yeux d’Azphel n’était pas celle de la sérénité que lui valait l’âge. Elle avait déjà vu ces yeux-là, bien des années auparavant. Pourtant, elle s’en souvenait comme si c’était hier. Cette nuit dans le petit bois derrière chez elle semblait être la nuit dernière. La lune était aussi ronde et pleine que cette nuit-là d’ailleurs… Elle se rappelait de son souffle qu’elle avait tenté de rendre imperceptible, elle se souvenait des battements de son cœur qu’elle aurait voulu faire cesser de battre pour s’épargner le moindre bruit ou mouvement. Elle se souvenait même du parfum dans ses cheveux, la raison pour laquelle Il l’avait repérée.

Les yeux dans le vide, elle murmura de façon presque inaudible :

« Revanor… »

Sans vraiment le vouloir, elle eut un mouvement de recul, qu’elle regretta presque aussitôt. S’il avait réellement voulu la prendre pour un Kebab, elle ne serait pas là à siroter un rhum. Elle passa en revue dans sa tête les différents ingrédients de la potion Tue-loup pour faire diversion et tenta de retrouver un minimum de contenance. D’un regard entendu, elle suivit des yeux la main du sorcier qui désignait le sous-sol du manoir. Y avait-il vraiment une pièce remplies de cages et de chaînes sous ses pieds ? Décidemment, les histoires romanesques de bellâtre un brin SM ne passionnaient pas que les pucelles Moldues…

Y avait-il eu un bruit dans le hall d’entrée ou était-ce son imagination qui lui jouait des tours ? Le rhum, à n’en pas douter ! Déjà les effluves du petit nectar mentholé faisaient danser ses pensées. Elle regretta cependant que l’alcool ne lui fasse plus le même effet que la douce et tortueuse Codéine.

La belle dame blanche dans le ciel laissa passer quelques rayons par la fenêtre, qui vinrent caresser un genou de la sorcière. Elle fit courir son doigt sur le petit éclat lumineux, se demandant à quel point son effet pouvait être désastreux pour certains. Il est étrange d’éprouver tant de peur et de crainte envers un si petit rayon…

« Et toi que deviens-tu ? »

Que pouvait-elle répondre à cela ? Elle n’était plus que l’ombre d’elle-même à présent, bien loin de la jeune Auror talentueuse qu’il avait connue. Elle rajusta le petit ruban de satin rouge tressé dans ses cheveux pour gagner quelques secondes.

« Et bien… »

Un bruit de verre tinta derrière elle.

« Bonne question cher ami, que deviens tu Gordon ? »

Lily se retourna et son cœur manqua un battement. Thomas… Son plus vieil ami sur cette Terre ! Ils avaient été inséparables à une époque bien lointaine de leur jeunesse. La jeune élève l’avait même accompagné en pèlerinage dans son pays natal à la fin de leurs études. Un voyage qui avait été éprouvant et dangereux, tant les sortilèges hostiles et mages africains leur étaient inconnus. Ils étaient pourtant repartis plus forts et plus soudés de cette escapade. C’était sans doute de là, ou du moins en partie, que venait cette puissance magique qui émanait de la si petite et fragile sorcière. Une puissance bien singulière pour un être si minuscule ! Cette même puissance qui émanait de Thomas, et qui lui avait donné ce goût presque irrationnel pour la grandeur et le pouvoir. Il avait très mal tourné…
Elle ne l’avait pas revu depuis la chute du Ministère en exercice lorsque Lily exerçait encore en tant que Chasseuse de Mages Noirs. Pourtant, ça n’était ni la joie ni l’ivresse des retrouvailles qui donnaient à Thomas cette teinte dans sa voix. Sans savoir pourquoi, Lily sentit une hostilité grandissante…

Ne sentez-vous pas cette électricité dans l’air ? Etait-ce en lien avec cette symbiose dont ils avaient toujours été victimes ? Elle sentait… Elle pouvait voir l’aura de son ami, autrefois si bienveillante. Désormais elle était sombre. Et dangereuse.
Sans sourciller, elle s’adressa à l’ancien Mangemort de la plus naturelle des façons.

« - Thomas… Que nous vaut cette visite ? Il me semble qu’une éternité est passée depuis ton ascension au fauteuil de Ministre. Pas la peine de te proposer un verre… »

Instinctivement, elle posa un regard sur sa cape vermeil, dans laquelle sa baguette devait être rangée. Instinctivement… Oui, ses instincts se réveillaient. Son instinct de survie !
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Lun 3 Aoû 2015 - 14:55


¤ ¤ LR ¤ ¤ Lily avait bu les paroles d'Azphel comme elle avait enquillé  le rhum qu'il lui avait servi. Il ne se jouait pas de sa confiance, mais il était difficile pour Azphel  d'exposer toutes les vérités le concernant à la sorcière. Il est vrai qu'elle avait particulièrement compté pour lui, de par leur complicité autant qu'à cause de leur attirance commune. Mais combien de temps s'était écoulé depuis cette période ? Depuis que lui, Ministre de la Magie s'était amourachée de la jeune Auror chargée de sa protection.

- Revanor..., murmura la belle, presque terrorisée par les paroles d'Azphel.

¤ ¤ ¤Il se sentait coupable de lui infliger cette torture personnelle, de limiter cette retrouvaille soudaine, au beau milieu de la nuit, à un simple discours qui épargnait tout des détails et minimisait grandement ce qu'avait vécu le sorcier. Plus tard peut-être, si les deux se retrouvaient vraiment, il offrirait à Lily tout ce qu'elle souhaiterait savoir. Et puis il était légèrement bourré, alors s'il partait dans les détails il allait déblatérer son histoire pendant des heures jusqu'à ce que la sorcière ne meure d'ennui sur le canapé.

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Lily était pensive, presque lunatique. Rien de nouveau, mais Azphel aurait voulu plus de mots de sa part, pour exprimer ce qu'elle ressentait et les gestes que son corps formaient muettement.
¤ ¤ ¤Mais bientôt, il ne se soucia plus de ça. Son ouïe avait perçu des mouvements autour du manoir, quelqu'un qui se rapprochait dans sa direction. Il savait Thomas proche de le retrouver, mais était-ce réellement lui ou bien avait-il affaire à quelqu'un d'autre ? Il avait coupé son alarme après avoir laissé entrer Lily dans le manoir, maintenant, il regrettait ce geste d'imprudence.

¤ ¤ ¤Alors que la sorcière s'apprêtait enfin à répondre, Thomas franchit la porte d'entrée du manoir pour les rejoindre. Azphel était bourré, mais suffisamment lucide pour se rendre compte que la soirée prenait des allures étranges.
Lily revenait le chercher parmi les morts après des années et l'ancien Seigneur des ténèbres, ami d'Azphel surgissait de nulle part. La scène était irréelle.

Le dédain de Thomas tout autant. Azphel percevait la magie noire toujours abondante en lui, présente en ses gestes. Mais son ami avait changé physiquement, il avait une carrure plus taillée et quelque chose de réellement ténébreux se dégageait de lui. Mille questions arrivèrent à l'esprit du sorcier qu'il ne pouvait réellement poser en présence de Lily.
Thomas alla se servir un verre sans y être invité et reprit la question qu'Azphel avait eue pour Lily :

« Bonne question cher ami, que deviens tu Gordon ? »

¤ ¤ DO ¤ ¤ Autant Azphel était content de revoir Thomas, autant la voix qui venait de sortir de la bouche de l'ancien Seigneur des Ténèbres était empruntée à un autre. Une voix froide, dénuée du moindre sentiment. Difficile de ne pas y sentir une animosité ou une aversion...
Ce n'était visiblement pas l'ami qu'Azphel avait connu ou il alors il avait une dent personnelle contre Lily qu'il ignorait. Le sorcier sentait maintenant que la nuit risquait d'être bien longue et qu'elle pouvait s'animer très rapidement.

La réaction de Lily lui indiquait d'ailleurs  qu'il ne se trompait pas. Elle jeta un regard de côté à sa cape après avoir répondu à Thomas, un regard en contradiction avec ses paroles. Azphel devina que la baguette de la sorcière devait s'y trouver. Instinctivement, il jeta un œil sur la table basse où se trouvait la bouteille de whisky qui lui avait tenue compagnie. Pourquoi avait-il reposé sa baguette là haut ? Il ne pouvait pas se déplacer vers la table sans que son ami le voit et ne voulait pas provoquer une réaction brusque chez lui.

Bien alcoolisé, il appréhendait la suite des événements, sans ressentir la possibilité de contrôler tout ce qui pouvait se passer.


[HRPG : libre arbitre total accordé à Thomas pour diriger Azphel dans la suite]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Neal Ferxon, Mar 4 Aoû 2015 - 18:27


Tel un décorateur d'intérieur, l'Ancien Seigneur des Ténèbres avait revisité l'atmosphère au sein du manoir de son ancien fidèle Azphel. L'ambiance, qui était chaleureuse et mystique, pleine de provocation, avait subitement tournée en glaciale voire terrorisante. L'attention des esprits était tournée vers le nouvel arrivant. Le métisse se sentait intrus dans cette pièce, y compris par son ancien fidèle, qui apparemment n'avait pas prévu son incrustation dans son domicile, à un tel moment d'euphorie où il sentait que rien ne pouvait lui arriver.

Toms dévisagea d'abord l'ancienne élève de la maison Poufsouffle. Lily Gordon était à l'époque l'amie la plus proche de Thomas. Toms se demandait toujours comment il pouvait s'être autant rapproché lors de sa jeunesse d'une personne qui allait le pourchasser, le trahir. A l'idée de ses dernières pensées, il eut un léger frisson. La sorcière prit le temps de lui répondre, avec une indifférence qui sonnait faux :

- Thomas… Que nous vaut cette visite ? Il me semble qu’une éternité est passée depuis ton ascension au fauteuil de Ministre. Pas la peine de te proposer un verre…

Le métisse but d'un trait son verre comme pour illustrer les propos de l'ex-Auror. Il porta ensuite son attention vers Azphel. Son ami était très doué pour dissimuler les émotions qu'il ressentait. Aussi lorsqu'il était au pouvoir du monde des Ténèbres, il s'agissait certainement du Mangemort qui lui donnait le plus de difficultés, non pas pour la réalisation des travaux, qui était exemplaire, mais pour son appréhension quant aux décisions prises par le chef des Mangemorts. Aujourd'hui encore, Toms ne savait pas ce qui se passait dans la tête d'Azphel, ce qui était un point dangereux. Il pouvait faciliter la chose comme il pouvait la compliquer. Dans ce dernier cas, l'Ancien Directeur de la justice magique ne ferait pas dans les sentiments, et ce risquerait d'être fortement compliqué.

Il s'adressa néanmoins d'abord à lui, snobant la question de l'ex-Auror :

- Mon cher ami, je te remercie pour ton hospitalité, ainsi que du cadeau précieux que tu m'amènes. Figure-toi que... (Toms leva sa main droite) ce bras vient d'être guéri, libéré d'un maléfice causé par les Aurors, qui m'a privé de mes pouvoirs magiques et qui, ces derniers temps, a bien failli aspirer ma vie. Mais merci, merci de m'avoir amené cet Auror sur un plateau ce soir. Quant à tes goûts de whisky, tu m'avais habitué à mieux...

D'un coup de baguette magique, il matérialisa un plateau constitué de deux verres et de sa meilleure bouteille, qui était une seconde plus tôt dans son repère.

- Que penses tu de ce cru ?

Il lui fit parvenir un verre, tout en gardant un oeil vers Gordon, qui semblait observer la scène d'un air très méfiant, prête à toutes les situations. Mais Toms n'allait pas attaquer, du moins pas de suite, sa langue était déliée ce soir. Il but une gorgée de sa propre boisson, qui lui décapa les voies digestives supérieures. Azphel avait fait de même, se contentant néanmoins de tremper ses lèvres, peu enclin à partager ce verre.

- Ta boisson est différente de la mienne, mais tout aussi délicieuse.
- Ah, tu n'as jamais été doué pour le mensonge mon cher ami, mentit Toms. Mais, dis moi, que se passe t'il. Tu n'as pas l'air dans ton assiette. On dirait que tu cherches quelque chose? Détente mon ami, ce soir ce n'est pas toi qui est menacé !

L'ancien professeur de botanique reporta cette fois ci son attention vers Lily Gordon. Il était difficile de voir, au vu de l'obscurité, l'expression qu'affichait son visage. Mais il sentait l'électricité dans l'air s'intensifier au fur et à mesure des secondes. Il déclara, d'un ton hautain :

- Lily Gordon. Voilà une personne que je ne m'attendais pas voir avant de nombreuses années. Il me semble que toi aussi, tu aies tiré un petit trait sur ton passé, j'ai remarqué que tu ne comptais plus dans l'effectif du Ministère... Je me pose toujours la même question, aurais-tu démissionné ou t'ont-ils viré, par ton incompétence?

Je me rappelle très bien, tu étais déjà le boulet de notre Trio, à Poudlard. Avec le recul, si j'avais su que tu m'aurais vendu, j'aurais du te laisser pourrir dans ce filet du Diable, ou alors j'aurais du te laisser entre les bras du sorcier Africain quand on t'avait délivré, avec Aweness. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai énormément fait mon sentimental avec toi. Et toi, comment me remercies tu ? Comment me remercies-tu ? Dis moi ? PARLE, je suis avide de savoir ce que tu as à dire devant ça !


Il sortit sa baguette magique et formula :

- Morsmordre !

La forme qui s'échappa de la baguette ne dépassa pas l'enceinte du salon, provoquant une intense lumière verte, aussi puissante que d'intenses éclairs de lumière. Un vent se matérialisa dans le salon de son ami, assez puissant pour faire voleter parchemins et objets légers, pris dans un tourbillon imaginaire.

- Alors, quel effet ça t'a donné de m'avoir vendu, petite traînée?

L'ancien Mangemort n'avait jamais été aussi furieux.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Lun 10 Aoû 2015 - 22:26


Azphel n’avait pas bronché lors de l’entrée par la porte des artistes de Thomas. Il avait rampé comme un serpent pour rendre son intervention plus percutante. Depuis combien de temps était-il là, à attendre dans la pénombre ? Lily tenta de se rassurer : s’il avait voulu lui faire du mal, il aurait utilisé la ruse de la surprise et ne se baladerait pas à présent comme un Toréador. D’ailleurs, comment Thomas aurait-il pu lui faire du mal ? Ils étaient âmes sœurs. Le terme est si mal utilisé par le commun des mortels. Alors que ces derniers l’emploient pour parler de leur grand amour, il en était tout autre pour Lily et Thomas. Leur âme était réellement sœurs, de celles qui s’attirent inévitablement jusqu’à se rencontrer un beau jour pour se révéler d’une puissance incommensurable une fois côte à côte. Oui, ils étaient liés par un fil d’or que la sorcière pensait incassable. Ce lien, il était toujours présent. La magie dans ses veines s’était décuplée dès que Thomas avait avancé un pas en direction de la jeune femme. Pourtant, le sorcier semblait ne pas accorder un seul regard à son amie de toujours.

« - Détente mon ami, ce soir ce n’est pas toi qui est menacé… »

Les mots ricochèrent sur les murs de la vieille bâtisse. Que voulait-il dire ? Etait-ce à elle qu’il s’adressait ? Les paroles qui suivirent lui apportèrent un début de réponse…

« - Lily Gordon. Voilà une personne que je ne m'attendais pas voir avant de nombreuses années. Il me semble que toi aussi, tu aies tiré un petit trait sur ton passé, j'ai remarqué que tu ne comptais plus dans l'effectif du Ministère... Je me pose toujours la même question, aurais-tu démissionné ou t'ont-ils viré, par ton incompétence? »

Que cherchait-il en venant ici, et pourquoi tant de mépris dans ses mots ? Certes, leur relation était devenue peau de chagrin lors de son entrée au Ministère en tant qu’Auror. Thomas avait choisi une voie plus sombre, et Lily avait toujours fermé les yeux sur ses suspicions. Peut-être avait-elle peur de découvrir qu’elle avait raison. Mais jamais ils n’avaient eu un mot plus haut que l’autre. Il allait trop loin…

« - Sans doute la même incompétence qui t’a déchu de ton bureau ministériel ! Tu as pris des vacances, on dirait. Mais au fait, comment va ta mère ?... »

Provocation. C’était d’un sarcasme de très mauvais goût, lorsqu’on savait que les amis avaient parcouru un jour l’Afrique à la recherche de maman Swakaniri. En vain. Les yeux de Thomas s’assombrirent et l’air de la pièce devînt glacial.

« - Je me rappelle très bien, tu étais déjà le boulet de notre Trio, à Poudlard. Avec le recul, si j'avais su que tu m'aurais vendu, j'aurais du te laisser pourrir dans ce filet du Diable, ou alors j'aurais du te laisser entre les bras du sorcier Africain quand on t'avait délivré, avec Aweness. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai énormément fait mon sentimental avec toi. Et toi, comment me remercies tu ? Comment me remercies-tu ? Dis moi ? PARLE, je suis avide de savoir ce que tu as à dire devant ça ! »

Il hurlait. Une rage indescriptible était en train de naître dans le cœur du sorcier sans que Lily ne parvienne à en deviner la cause. La question qui demeurait était comment la jeune femme faisait pour ne pas lui sauter à la gorge. Il y a un temps de cela, la petite sorcière lunatique aux colères explosives aurait déjà tout envoyé dans les flammes, le métisse, sa langue et ses sautes d’humeur menstruelles.

D’un bond, elle se leva, les joues rosies par une fureur difficilement contenue. Elle attrapa sa cape et la passa sur ses épaules.

« - Tu dérailles ! Je ne sais pas ce que tu as bouffé mais je ne me laisserais pas insulter, même par toi. Tu me dégoûtes… Je m’en vais ! »

Dans un éclair vert, Thomas fit jaillir la marque des ténèbres du bout de sa baguette. La jeune femme observa le halo se former, les yeux écarquillés par la surprise. Il en était bien un… La pointe qui se forma dans son cœur était aussi douloureuse que ce qu’elle avait imaginé. Il en était bien un…

La respiration haletante et le regard fou, il cracha :

« - Alors, quel effet ça t'a donné de m'avoir vendu, petite traînée? »

Traînée… Elle, qui l’avait toujours considéré comme un frère, il osait la traiter de traînée. Lui, le sale lâche qui faisait partie d’une confrérie se planquant derrière un masque ! Lui qui lui avait menti toutes ses années en la regardant dans les yeux, sans sourciller. Lui pour qui elle avait risqué sa vie ! Les yeux de Lily se teintèrent d’un bleu sombre et elle laissa glisser sa baguette jusqu’à sa main. Un tourbillon glacé fît voler ses cheveux et elle plissa les yeux pour se protéger. Winter is coming… Non, Lily is back ! Son cœur se mit à battre à tout rompre et le sang vînt frapper dans ses tempes. Ses poings se serrèrent, et elle susurra :

« Traître… Sale traître ! Tu n’es qu’un lâche, Efferxon ! Comment as-tu osé... Tu ne mérites ni mon amitié, ni ma bienveillance. Et il n’y a que les Détraqueurs qui te subiront ! »

D’un geste, elle fît jaillir de sa baguette un petit renard argenté en lui murmurant de se rendre au Ministère.

« - Je n’ai plus d’insigne ministériel mais tu n’en demeures pas moins une petite ordure insolente à envoyer au trou ! Ne m’oblige pas à te faire du mal… »

La baguette pointée sur le cœur de son ancien ami, elle attendait qu’il flanche. Il fallait qu’il se rende. Il le fallait… Car elle n’aurait sans doute pas le courage de lui infliger quoi que ce soit.

"- Az..."


Un murmure plus qu'un appel. Une supplication à l'attention du beau diable aux allures d'ange.


Dernière édition par Lily Gordon le Dim 16 Aoû 2015 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Dim 16 Aoû 2015 - 14:39


¤ ¤ LR ¤ ¤ L'ambiance dans le manoir d'Azphel se désagrégeait à mesure que l'aura de Thomas la corrompait de sa présence. L'hostilité était palpable et le sorcier devinait qu'il aurait du mal à contrôler l'enchaînement des événements. Celui qu'il considérait comme son ami avait bien changé. Il semblait avoir pris un aller simple pour la noirceur, comme Azphel par le passé, à la différence près qu'il avait laissé sa haine de côté depuis longtemps.

¤ ¤ ¤Le regard de Thomas sur Lily était vide, froid. Quand il repassa sur Azphel, il le sentit plus incertain. Il ne faisait aucun doute que les deux mages noirs n'étaient pas assez stupides pour se combattre, en revanche le loup-garou comprenait que s'il se mettait entre Lily et Thomas, les choses risquaient de s'emballer très rapidement.

- Mon cher ami, je te remercie pour ton hospitalité, ainsi que du cadeau précieux que tu m'amènes. Figure-toi que... ce bras vient d'être guéri, libéré d'un maléfice causé par les Aurors, qui m'a privé de mes pouvoirs magiques et qui, ces derniers temps, a bien failli aspirer ma vie. Mais merci, merci de m'avoir amené cet Auror sur un plateau ce soir. Quant à tes goûts de whisky, tu m'avais habitué à mieux...

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ Finalement Azphel n'avait pas le choix, c'était Lily. Thomas devrait l'affronter s'il comptait s'en prendre à l'ex Auror.
Azphel n'avait pas revu Lily depuis des années, il n'en restait pas moins qu'elle avait comptée pour lui et qu'il ne laisserait pas Thomas lui faire du mal.
¤ ¤ ¤Thomas jouait son show de manière théâtrale, mais dépourvue d'émotions. Il fit apparaître sur un plateau verres et bouteille prête à servir et lui en proposa un. Chacun de ses gestes étaient calculés. Ses regards étaient pénétrants. Sa voix parfaitement maîtrisée. Thomas et Azphel jouait sur le même tableau. Leurs aura se jaugeaient à distance.
Le manoir allait morfler quand les baguettes parleraient de leur colère respective.

- Ta boisson est différente de la mienne, mais tout aussi délicieuse, mentit-il à Thomas.

-Ah, tu n'as jamais été doué pour le mensonge mon cher ami. Mais, dis moi, que se passe t'il. Tu n'as pas l'air dans ton assiette. On dirait que tu cherches quelque chose? Détente mon ami, ce soir ce n'est pas toi qui est menacé !
- Je cherche simplement à savoir pourquoi tu arrives comme ça sans prévenir, et ce qui t'intéresse tant chez Lily, répondit-il avec patience.

C'était purement rhétorique. Il avait déjà tout compris de ce qui se tramait dans l'esprit de son ami, s'il pouvait encore l'affubler de ce titre.
Le regard d'Azphel se posa sur Lily. Ses yeux bleus d'ordinaire affolés étaient concentrés, il la sentait prête elle aussi à faire face à une situation hostile. Cela ne rassurait pas le sorcier. Lily était instable, il le savait ; sensible, peut-être trop. Et elle répondait au culot à Thomas. Azphel ne comprit pas la référence à sa mère, mais de la façon dont elle l'avait dit se dégageait une manière de blesser l'ancien seigneur des ténèbres.
L'attention de Thomas repartit sur Lily également, dans un monologue nostalgique qui sonnait faux. Azphel écoutait d'une oreille en marchant dans son salon, se rapprochant l'air de rien de sa baguette posée sur la table derrière lui.
- (....) Aweness...
Thomas Swakaniri et Atrion Aweness, les deux préfets qu'Azphel avait eu sous ses ordres lorsqu'il avait été directeur de Serpentard. Deux jeunes hommes qui faisaient partie de l'élite de cette maison. Une élite qui avait bien mal tournée, de toute évidence.
- ....Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai énormément fait mon sentimental avec toi. Et toi, comment me remercies tu ? Comment me remercies-tu ? Dis moi ? PARLE, je suis avide de savoir ce que tu as à dire devant ça !
« - Tu dérailles ! Je ne sais pas ce que tu as bouffé mais je ne me laisserais pas insulter, même par toi. Tu me dégoûtes… Je m’en vais ! »

¤ ¤ ¤ ¤ ¤ C'était le moment tant redouté où tout partait en vrille. Le moment qu'Azphel ne pouvait plus contrôler. Il avait fait un demi tour rapide dès l'instant ou Thomas s'était emparé de sa baguette pour attraper la sienne derrière lui.
- Morsmordre !
Le sang d'Azphel se glaça en entendant ce sortilège qu'il n'avait plus lancé depuis longtemps. Il dût plaquer une main pour se cacher de l'aveuglante lumière verte qui inonda le salon et devait transpiré à travers les fenêtres sur toute la Colline étoilée.
- Alors, quel effet ça t'a donné de m'avoir vendu, petite traînée?
S'en était trop. Thomas allait franchement trop loin. La notion d'amitié entre eux se désagrégeait en même temps que tous les bibelots du salon se fracassaient sur le sol. La baguette d'Azphel était pointée sur son ami, prête à répondre violemment à tout sort d'importance lancé par celui-ci.

Les yeux de l'ex Auror s'embuaient d'une lueur brillante et effrayée. Azphel eut un pincement au cœur. Elle ne savait pas pour lui non plus, elle n'avait jamais su... Si les choses continuaient de dégénérer, elle pourrait l'apprendre ce soir et alors... alors il préféra ne pas imaginer le regard de Lily en train de se perdre dans la tristesse.

« Traître… Sale traître ! Tu n’es qu’un lâche, Efferxon ! Comment as-tu osé... Tu ne mérites ni mon amitié, ni ma bienveillance. Et il n’y a que les Détraqueurs qui te subiront ! »
Lily agita sa baguette et un renard argenté se dessina parfaitement dans le salon. Le sang d'Azphel tourbillonna. Il ne pouvait pas laisser ce Patronus partir. Trop de conséquences, pour Thomas, pour lui.

« - Je n’ai plus d’insigne ministériel mais tu n’en demeures pas moins une petite ordure insolente à envoyer au trou ! Ne m’oblige pas à te faire du mal… »
" -Az... "
* Et mer*e *

- Incarcerem !

Les cordelettes s'enroulèrent autour des jambes de l'Auror, la déséquilibrant... Le patronus argenté qui allait dépasser le salon se dématérialisa dans l'air. Azphel ressentit une étrange boule dans la gorge, de la douleur pour Lily. D'un autre mouvement de baguette muet, il libéra la jolie sorcière des cordelettes.
- Je suis désolé.. je ne pouvais pas laisser faire ça.. J'ai mes raisons.

Il ne la regarda pas longtemps dans les yeux. A cet instant précis, il devait être son ennemi lui aussi. Mais le Ministère de la magie deviendrait un problème permanent s'il se pointait maintenant dans la vie d'Azphel.
Le mage noir baissa sa baguette en dévisageant l'ancien Seigneur noir et l'ex Auror se faire face. Le halo de lumière verte de la marque des ténèbres baignait toujours le manoir d'une atmosphère noire.
- Thomas, fais très attention à ce que tu vas faire maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Neal Ferxon, Mer 9 Sep 2015 - 20:16


- Alors, quel effet ça t'a donné de m'avoir vendu, petite traînée?

Bon, il fallait l'avouer, Toms y était allé un peu fort. Tellement qu'il ressentit les protestations dans son for intérieur de Thomas. Mais le prisonnier était bien loin à présent dans son corps, dans une partie invisible de sa tête. Le métronome, il s'agissait de Toms. Celui qui avait fait apparaître la marque des Ténèbres, c'était Toms. Pas de place pour Thomas dans ce manoir. Surtout pas pour le geste ultime qu'il souhaitait accomplir ce soir.

Le mage noir jeta un coup d'oeil à Azphel. Il était passé en position de combat. Il paraissait plus sûr de lui qu'il y a quelques instants, l'alcool dans son sang semblait s'être évaporé. Malheureusement, l'alcool ne s'évapore pas du corps par magie, et il pourrait certainement en payer le prix un moment ou à un autre de la soirée. Il pouvait être le dernier rempart à son accomplissement du soir. Mais non, que pense t'il, c'est justement Azphel qui l'avait invité ce soir... A moins qu'il ne se trompe...

Toms eut un regard de frayeur quand il reconnut une lumière caractéristique bleutée et argentée.

- Je n’ai plus d’insigne ministériel mais tu n’en demeures pas moins une petite ordure insolente à envoyer au trou ! Ne m’oblige pas à te faire du mal…

Mauvais timing pour l'ex Seigneur des Ténèbres. Le renard argenté commençait à quitter la pièce. Il était hors de question de revivre le calvaire de ces dernières années, traqué par l'ensemble de la communauté ministérielle. Bien que puissant, Toms avait sous estimé l'esprit de Lily, il aurait du ouvrir son esprit de Legilimens.

Le renard commençait à s'échapper du grand salon de son ami. Toms essaya, instinctivement, de s'interposer entre la sortie de la maison et le Patronus. Non, ça n'avait aucun sens...

Celui-çi avait perdu sa forme. Evaporé. Comme perdu dans les ténèbres du manoir peu éclairé. Ne s'agissait-il que d'un bluff? Lily n'avait finalement t'elle pas l'intention d'avertir les autorités magiques? Avaient-ils confectionné de nouveaux modèles de patronus en si peu de temps? Toms se tourna vers l'ex-Auror et marqua des traits de surprise.

Des cordes avaient escaladé les jambes de Lily jusqu'au niveau des cuisses, ce qui avait fait perdre l'équilibre de la sorcière. Quel manque de pragmatisme de la part du mage noir ! Il n'avait pas pensé à perturber la sorcière afin de stopper la course de la forme étoilée. Heureusement que son ex-partenaire de raids avait gardé toute sa lucidité malgré l'alcool. Ce qui prouve que Toms n'avait pas encore retrouvé toute sa tête. Heureusement, il était comme souvent suppléé d'une seconde main.

Et quelle main.

- Merci Azphel. Déclara t'il d'une voix dénuée d'expression.

Son interlocuteur semblait se rependre en excuses envers la sorcière tandis qu'il fit évaporer les cordages qui l'enserraient. Que fait-il ? Pourquoi ne l'emprisonne-t'il pas jusqu'au bout ? Ils avaient pris l'avantage....

L'incroyable inverse de Toms se tourna vers lui, d'un regard bien plus obscur que s'ils étaient véritablement alliés. Le doute s'installa dans l'esprit de l'intrus de la soirée. Le doute n'était pas long car Azphel déclara :

- Thomas, fais très attention à ce que tu vas faire maintenant.

Tiens tiens. Le métisse lança un regard interrogateur à son ancien compagnon de bataille. Celui-ci lui en rendit d'un ton dur et sec. Pour la première fois de la soirée, le métisse n'était pas sûr des intentions de ce qu'il pensait être son allié. Il n'était pas au courant de sa relation avec la sorcière, et il s'en fichait. Il n'écoutait pas les protestations qui émanaient de Thomas, enfermé dans son propre corps. Pour lui, tout cela n'avait pas de sens : ils devaient se venger de toutes les personnes qui avaient fait chuter leur ministère. Une petite piqûre de rappel :

- Tu as raison mon ami, je devrais faire attention à ce que je vais faire à cette personne qui a tout fait pour renverser ce ministère qu'on avait entretenu pendant tout ce temps. Peut-être que je devrais lui épargner d'atroces instants de torture.

La réaction de son interlocuteur lui indiqua qu'il n'était pas parti dans la bonne direction. Tant pis, aux dernières nouvelles, les ordres, c'était à lui de les donner. Il s'agissait de sa vengeance.

Il reprit :

- Qu'y a t'il, des remords monsieur le Mi...

Il s'interrompit brusquement, le temps d'esquiver des étincelles de lumière rouge. Il ne savait pas lequel de ses deux interlocuteurs avait lancé l'attaque, car il s'était amusé à fermer les yeux pendant son début de tirade. L'ambiance était montée d'un ton entre les trois personnes qui, autrefois, auraient pu se retrouver autour d'un rhum argenté. Il leva sa baguette en signe d'avertissement.

Si Azphel lui avait fait disparaître le Patronus, ce n'était peut-être pas pour défendre son ancien Seigneur, mais peut-être pour protéger ses propres intérêts. Toms devait se méfier.

- Il faut que tu choisisses ton camp mon ami. La femme ne doit pas sortir vivante d'ici.

Il reporta son attention vers elle, essaya de lui parler mais aucun son n'en sortit. Une intense douleur, une tristesse semblait provenir du fond de ses entrailles, à l'endroit précis où se trouvait Thomas. Mais il n'écouta pas ces protestations, et lança :

- Radicis Perfidum

Ce sortilège, faisant contrôler des racines du sol, lui était très utile lorsqu'il était professeur de Botanique à Poudlard. Au cours de son ascension à la magie noire, il avait appris à le contrôler, permettant à n'importe quelle racine se situant à quelques dizaines de mètres aux alentours de jaillir du sol, transperçant toute fondation.

Ce qui ne manqua pas :

Des jets de racines d'anciens et majestueux arbres fracassèrent le sol du salon d'Azphel, tels d'importantes éruptions volcaniques. Ces racines jaillirent à d'intervalles de temps courts mais irréguliers, et à des endroits aléatoires. Mais les dégâts qu'ils provoquèrent furent nombreux. Rapidement la table principale fut transformée en gruyère, l'imposant lustre se fracassa en mille morceaux, les canapés batifolèrent... La pièce fut rapidement sans dessus dessous. En espérant qu'il y ait du blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Lily Gordon, Jeu 17 Sep 2015 - 16:22


Des étincelles étaient sorties de la baguette d’Azphel, en même temps que des cordes avaient embrassé les membres de la petite sorcière, lui faisant perdre inévitablement l’équilibre. Le Patronus s’évapora dans l’atmosphère et Lily se releva en tempêtant. Elle poussa le sorcier qui venait de jeter le sort et hurla de colère :

« - Tu as perdu la tête ??! »

Soit Azphel visait très mal, soit le sortilège lui était destiné… Incompréhension !
Pour seule explication, il lui murmura :

- Je suis désolé.. je ne pouvais pas laisser faire ça.. J'ai mes raisons.

- Tu es cinglé !! s’époumona-t-elle.

Il semblait éviter son regard et son attitude ne faisait que décupler sa fureur. D’un ton prudent, il demanda à Thomas de faire attention à la suite qu’il allait donner aux événements.

Ca n’était pas comme cela que Lily comptait procéder. Il était un traître, un danger pour la communauté magique. Il était hors de question de jouer les médiateurs. D’ailleurs, le concerné ne semblait pas de cet avis non plus et voulait régler les choses à sa manière.

- Tu as raison mon ami, je devrais faire attention à ce que je vais faire à cette personne qui a tout fait pour renverser ce ministère qu'on avait entretenu pendant tout ce temps. Peut-être que je devrais lui épargner d'atroces instants de torture.

La torturer ? Il voulait donc la torturer ? Elle, la plus loyale des amies qu’il ait pu avoir dans sa misérable petite vie… La soupape de sécurité céda, et un éclair écarlate jaillit de la baguette de la sorcière pour frôler l’oreille du métisse.
Lily sentit des picotements le long de ses bras et Thomas lança le début des hostilités. La guerre était belle et bien déclarée…

Dans un fracas assourdissant, des racines jaillirent du sol, empalant le moindre meuble se trouvant sur leur passage. Lily eut à peine le temps de bondir devant Azphel pour le protéger des débris. Le vent était désormais chaud et de petits éclairs explosaient au-dessus de leurs têtes. Les yeux plissés pour se protéger de la poussière, la jeune femme n’hésita plus.

« - HOSTIUM HALITUS ! »

Etait-il possible que la magie s’emmagasine dans un individu à la manière d’une vulgaire pile rechargeable ? C’est ce que l’on aurait pu penser en voyant l’onde de choc sortir de la baguette de la minuscule petite sorcière. Elle n’avait pas formulé de sortilèges depuis des mois et celui qu’elle venait d’envoyer sur son adversaire et ex-ami était d’une puissance sans égale. Etait-ce parce qu’elle était près de Thomas que sa magie était multipliée ? Impossible d’en être sur, mais ce qui était certain c’est qu’il allait être difficile pour Thomas d’éviter ce qui lui était tout droit envoyé.

L’impact fut violent et souffla le mur du coquet salon ; il arracha une exclamation de surprise de la bouche de Lily Gordon. Que lui arrivait-il ? Son sang semblait bouillir dans ses veines. La surprise laissa place à la satisfaction.

« - Penses-tu que je blague ? Me crois-tu aussi pleutre que toi, Efferxon ? Lis en moi, vas-y !!
BULLA AQUAE ! »


Une énorme boule d’eau apparut, prenant la forme des mains de Lily. Habitée par sa colère, la sorcière tenait au creux de sa paume un globe invisible qu’elle dirigea sur le misérable Mangemort en face d’elle. Une racine vivante vînt soudain encercler sa bottine. Elle trébucha, laissant retomber les centaines de litres d’eau sur les 3 individus visiblement sonnés.

Retrouvant péniblement son souffle, elle rampa jusqu’à Azphel pour s’assurer qu’il aille bien. Peut-être aurait-elle du se souvenir qu’on ne tourne jamais le dos à ses ennemis, surtout lorsqu’ils ont un jour été nos amis…



Je donne la permission à Toms de me toucher par un sortilège mortel dans son prochain post


Dernière édition par Lily Gordon le Lun 21 Sep 2015 - 11:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Lun 21 Sep 2015 - 10:44


Une funeste nuit.
* * *

¤ ¤ TO ¤ ¤ Le désespoir, l'incertitude, le chagrin, s'entremêlaient dans les yeux azur de Lily. Elle dévisageait Azphel, son ancien amant, avec l'incrédulité d'une perte de foi soudaine. Son regard était insoutenable pour le mage noir, les yeux de Lily avaient toujours été sa faiblesse et y lire l'affront qu'il venait de lui faire le faisait trembler. Il sentait ses bras peu sûrs, frêles et affaiblis par toutes les émotions qui l'agressait, celles qu'il parvenait d'ordinaire à refouler.
¤ ¤ ¤L'alcool n'aidait pas. Ce soir allait trop loin... Thomas n'était plus qu'une ombre désincarnée, Lily se perdait sous des doutes corrosifs et Azphel en venait à douter de son identité, de la pertinence de ses actes et des sentiments qu'il sacrifiait pour protéger son passé de Mangemort.

¤ ¤ ¤Thomas esquiva un sortilège d'étincelles sans se dévêtir de sa concentration. Dans son regard se lisait sa haine envers Lily. Il devait douter d'Azphel mais semblait résolu à accomplir ce pour quoi il était venu ici. L'avertissement ne l'avait pas calmé et les hostilités allaient s'accentuer très rapidement. Azphel ne voyait pas d'issue pacifiste et se demandait comment il allait pouvoir protéger Lily et s'occuper de Thomas en même temps.

- Il faut que tu choisisses ton camp mon ami. La femme ne doit pas sortir vivante d'ici.

¤ ¤ TO ¤ ¤ Choisir son camp ? Comment l'ancien Seigneur des ténèbres, ou ce qu'il en restait, pouvait lui demander cela ? Azphel resserra ses doigts sur sa baguette, la détermination de Thomas ne s'arrêterait pas avec des mots, il n'y avait plus rien qui transparaissait dans son attitude de l'amitié qui avait liée le seigneur noir à l'Auror.
Une aversion qui s'exprima lorsque le mage noir laissa enfin exploser sa colère au grand jour.
- Radicis Perfidum

¤ ¤ ¤Azphel ne s'était pas attendu à un sortilège de cet ampleur, surement égale à la haine de son ami. Les racines, épaisses et tranchantes comme des lames, surgirent de sous la terre en explosant les soubassements et le sol de manoir. Le carrelage se déchira sous leur impulsion, le mobilier se brisa comme du cristal alors que les racines transperçaient le manoir de bas en haut. Azphel trébucha lorsque le sol éclata juste sous pieds ; il tomba sur le côté sur sa table basse et lâche sa baguette qui glissa aux pieds de Lily. Des bruits de verre, de bois et de porcelaine qui se désintégraient résonnaient froidement dans la maison. Thomas irait jusqu'au bout.
« - HOSTIUM HALITUS ! »

¤ LILY ¤ Lily venait de répliquer dans la foulée, dans un sortilège qui déploya une onde de choc d'une rare violence en direction de Toms. Le contre du seigneur d'ombre ne tarderait pas et Azphel se retourna difficilement sur le côté pour chercher sa baguette du regard ; elle se trouvait toujours aux pieds de Lily qui formait un second sortilège. La sorcière fébrile déployait maintenant une violente force de caractère. Sa boule d'eau se forma rapidement et grossit à vue d'oeil, mais une nouvelle racine perforante s'éleva bruyamment et fit tomber Lily, ne manquant pas de répandre l'eau sur les trois combattants cloîtrés dans le salon qui se décomposait à vue d'oeil.

¤ ¤ ¤La baguette d'Azphel fut emportée par l'eau, disparaissant sous l'un des canapés. Sans réfléchir, le mage noir se redressa trempé, mue par la seule volonté de mettre un terme à la folie qui confrontait les restes de Thomas au souvenir qu'il avait de Lily. De mouvements de bras rageurs, il retourna le canapé pour récupérer sa baguette. Mais il ne faisait plus face à Lily, plus à Thomas. Quand ses doigts agrippèrent le morceau de bois, la voix froide et désincarnée de son ami se déformait de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Mangemort 87, Lun 25 Avr 2016 - 23:05


Intrusion. [Post unique]

Un. Deux. Trois. Font les gouttes s’écoulant de ses doigts.
Six. Cinq. Quatre. Un regard froid comme un âtre.

Un. Deux.
Elle resserre le cuir de sa tenue.
Son masque se ferme, et ferme est son c*l.
Que n’aurait-elle fait pour eux.

Elle achève la lettre, dans un crissement rapide, comme une vie qui s’efface.
Killer semble frémir, du regard elle le mutile. Pourquoi diable ne pouvaient-ils pas juste envoyer cette boule de plumes ? Pourquoi choisir un abruti incapable d’avoir jusqu’à de quoi recevoir les volatiles ? Comment était-il usuellement contacté, par des moyens moldus ? L’injure ! Ou peut-être était-ce un ermite, auquel cas son impact sur l’existence ne faisait pas le moindre sens.

Quatre. Trois.
Non mais regardez-la, s’avancer en chatte,
Chienne, hibou, domestiquée à la hâte,
Des opales de rage à te glacer d’effroi.

Non, au-delà des critères matériels, elle a été par le passé témoin des aptitudes de sa baguette. Elle se souvient de détails n’en étant pas, comme les deux motifs s’articulant sur son bras. Il avait toujours été un ode à la fidélité, lorsqu’il s’agissait des idées de l’Ordre Noir. Lui accorder sa chance était la cohérence même. Il fait nuit gris comme un chat. On attend.

Cinq. Six.
Un mot masqué et l’adrénaline la court.
Trancher. Sur ses doutes laisser tomber le jour ;
L’Exteo Stattiga s’abat sur le dix.

On a l'adresse.
On a la laisse.
On pose la lettre.
On ouvre l'être.

Huit. Sept.
Affiche de promesses,
Missive d’ivresse.
Pop ! Comme une tempête.



 
Malsoir,

Sais-tu que tu as du potentiel ? Nous, nous le savons. Et nous connaissons tes inclinaisons. Tes préférences. Certains te font croire qu’une part de ton âme est sombre et sombre plus profondément encore. Ce n’est pas le cas. Tu fais simplement partie des personnes lucides - malgré tes délires lunaires.  A nos côtés, la Magie est à redécouvrir, à libérer.
Parce que nous avons décelé ton potentiel, nous te confions une mission. Gare à toi si tu ne la remplis pas, nous le prendrions pour de la haute trahison. Car nous savons où tu vis, ce que tu fais, ce que tu penses. Considère donc cela comme un test. Il te suffit de placarder un maximum d’affiches avant le 07/05 afin que le monde magique soit prêt à recevoir notre message. Si tu exécutes le travail correctement, nous saurons venir te remercier. Et t’offrir une place parmi nos plus fidèles alliés.

Pour la dignité de notre sang
CW

 

Description : Killer est aigri des multiples trajets effectués ce jour-là, et s’amusera sans doute à picorer l’épaule jusqu’au sang, pour le plaisir. Ne te méprends pourtant pas sur ton sort en cas de plume manquante à une propriété masquée.
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Azphel, Jeu 12 Mai 2016 - 16:43


RP unique.
La Démence.

* * *


Il était lourd, écrasant ce sommeil de plomb, doux comme une plume étaient les rêves en comparaison. Morte la bouteille gisait, comme un souvenir un oiseau qui s’envole dans un rire ; cristallin, puisque fourbe, presque malsain, trompeur assurément autant que joueur, l’oiseau fuit et la bouteille se vide alors que le coeur se remplit - à en vomir sur le tapis, exécrer les souvenirs, les étaler, puis fouiller dedans, à la recherche de quoi ? Un murmure de nuage, un écho dans le ciel. 
Des souvenirs chronophages ou des visions de soleil. Allez savoir, sans savoir comment faire ? C’est à taire, ces envies de croire et d’avoir.

L’autre traîne dans la pièce, le corps dénudé, gracieuse, sur le canapé. Félines sont les courbes de son corps qui s’exposent comme des fruits amers. C’est la revanche d’Eve qui invite à croquer les pommes et à piéger dans ses bras les désireux de connaître Esther.


Problème. Aucun. Poème. Demain. Rythme pianoté d’une musique de touches sur cordes frappées, et ça sonne et ça cogne, et l’autre co*ne allongée sans vergogne espère plonger la pensée... dans le délétère. Sale idée du ciel qui projette dès les Terres, cherche le frêle, lui propose l’enfer, et les charmes corrosif de l’éther dans les bras charnels de sa créature… Lucifer ?


L’autre traîne au bas du canapé. Traînée. D’alcool renversée, de pensées saoulées. Des reflets d’arbre qui se crachent sous la pleine lune, sur le marbre se brisent les peaux des brunes, trop tôt la saison, la douceur des prunes. Les reflets blonds contrastent sous l’éclat de l’astre qui perce et rentre dans le salon, le fruit attend sur la branche et faussement chaste s'impatiente qu’on ne le prenne devant l’âtre… trop tôt, son arôme de fruit de la passion.



La cheminée brûle. Le feu crépite d’une soirée trop tôt terminée. La bûche fond en des cendres asphyxiantes et se répand en tiédeur sur la blonde, la brune évidée, le sujet allongé plus loin. Espace clos, du salon confiné, la pensée étriquée dans la lèche des flammes adressées. Il n’y a pas qu’elle, la gisante et morte, y a l’autre aussi, le secret, le malsain plaisir que tous les grands connaissent mais qu’lls interdisent et confessent. Pourquoi ? Autoriser ce qu’on fait au reste, le malin plaisir, alors qu’on s’octroie le privilège et que les gisantes et mortes suffisent amplement aux petits, à ceux que caressent la lune avec une condescendance bercée de suffisance :

Suffisez-vous de cela, vous n’aurez plus, prenez votre soûl, consommez le à en devenir fou.


Tout ça contre un Chao. Pas le chaos. Juste un, de celui qu’en a évidé une pleine, et regarde l’autre sous la lune pleine, pâleur en peine qui glisse son regard à travers les fenêtres, pleurant les travers des êtres. 
Malheureuse, parce que le marchand ne passe plus, ça fait longtemps que le monde avec du sable ne dort plus. La Terre a choisi le carton et le papier, cancérigènes à en crever, décérébré, ou toutes les brunes à évider. Les blondes aussi, les rousses, les autres, les Dames du soir et les regrets des lendemains, les loups sauvages et les filles de chiens. Pensées exécrables que les commerçants ne vendent mais que les grands sécrètent pour en perfuser ceux d’en bas.


N’oubliez pas que demain tout sera fini. Vos problèmes resteront vous serez partis.


Ca fait longtemps que les gosses dorment plus avec des fables. Plus rien de super on a le cyber, le droit d’être connecté. Pour des esprits pourtant qui restent cloîtrés. Once upon a time, Blanche Neige en train de vider une bouteille. Cendrillon à dormir sur un parquet enterrée par sa soif, sa peine à décuver. Pas de contes de fées, des cons défaits, et des marmots leurs larmes d’innocence qui s’échappent rejoindre la lune contemplative de ces histoires rétroactives. Elles cherchent le marchand et se demandent pourquoi elles l’ont oublié. Ils ont pas l’âge les pleureurs, mais déjà les regrets. Les années passeront et se rendront compte que cet ours et son marchand ça comptait.

Leurs rêves sont déjà morts avant même d’exister, il le savent pas mais leur existence sera de rêver. Heureusement l’ours pourra se marrer, il les regardera en évider à se vider de leurs colères refoulées.

Et la Terre tourne et son rythme continue. Les notes se frappent toujours comme une mélancolie. Chopin, Tchaikovsky, qu’importe tant qu’est belle la mélodie. Et le temps file au tempo inconnu.



Porte de perception ou d’Inception, la fille là, allongée mais câline, cerveau du sujet en perf' sous mescaline, rien à comprendre dans la compréhension, juste à redéfinir le sens des définitions.
 L’horloge tourne puis se barre. La nuit est d’ombre, l’homme sombre dans des cauchemars.



A quoi ça rime tout ça ? Ca rime à rien, poète passe ton chemin, y a rien dans les allées où t’emmènent ces mots, pas de jolis refrains y a que la pluie et l’automne qui font tomber les feuilles sur un pauvre homme serein. La pauvreté est ridicule, lui-même a son pécule. Riche d’être sorcier, d’avoir un toit et de quoi gerber. Le reste n’est qu’effusion, profusion d’idéalisme, projection de narcissisme imposé à regarder les plus bas avec fierté.

Aucune importance, pas de consonance, le sonnet est risible. C’est là le mal être du paraître. Pas être. Car si ça sonnait dans sa vie comestible, comme des lettres qu’on agence en rimes, il faudrait être d’importance, alors sujet serait sans vie ; comme des notes qui se périment.



Mais il revit quand nounours a poursuivi son chemin, parti se moquer avec la lune de gens plus loin.

Les yeux s’ouvrent et l’esprit retrouve ce pourquoi il est là, ce bout de chemin qu’il ne construit mais qui défile sous ses pas. La blonde git. La brune aussi. L’autre sonne entre une blanche et deux noires comme une erreur. Au loin l’innocence des gosses se gausse avec nounours de ce refrain. Pas de doute, est passée l’heure, pas de doute qu’hier ressemblera à demain.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 39
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Mangemort 39, Jeu 9 Juin 2016 - 22:58


Message important [Post unique]

Ecrire n’était pas tout à fait votre point fort. Vous n’aimiez pas le faire. Cependant les mots se dressant sur le papier raisonnaient en vous en un écho grandissant. Ils vous donnaient envie de poursuivre et c’était pour cette raison que vous preniez du temps pour cette lettre. Pour la personnaliser comme il le fallait. Vous aviez rencontré Azphel en haut d’un arbre. Vous aviez comparé vos marques. A présent, il était temps pour lui d’indiquer si oui ou non il était avec vous.

Cette lettre le testerait, déjà pour voir s’il viendrait. Mais surtout elle lui donnerait une mission, mission de laquelle vous prendriez des nouvelles constamment.

Un sourire fendit votre visage masqué au moment où vous terminiez votre lettre. Puis vint le moment de l’ensorcellement. C’était cela le plus compliqué. Car le premier Condicionalis était déjà long à réaliser. Et complexe. Pour ce faire il vous fallait l’aide des autres. Le deuxième était d’autant plus compliqué qu’en plus de la condition il devait prendre effet à retardement, pour laisser le temps à la lettre d’être lue.

Une fois le travail fait, vous siffliez Killer. Bordel, ce que cet animal pouvait vous répugner. Il était franchement moche d’abord, et ensuite il voulait toujours vous croquer les doigts. Certes, à présent que cela faisait un moment que vous le côtoyiez, vous aviez développé une technique pour l’éviter, mais tout de même. Il fallait surtout lui donner à manger. Mais ne jamais laisser de quoi manger dans votre main ou il finissait par vous la picorer aussi. Le temps qu’il engloutisse le tout et vous deviez déjà avoir attaché la lettre.

Cela se passa sans embuche pour vous cette fois-ci. Et enfin vous pouviez envoyer la lettre. Vous n’aviez pas peur, vous saviez que les sortilèges conditionnels avaient bien fonctionné. Ce qui vous inquiétait le plus était la réception de ce message… Car Azphel était peut-être bien l’un de ceux dont vous doutiez le plus.




Très cher Azphel,

Nous connaissons ta marque. Nous savons que tu as en toi le potentiel et les idées. Mais peut-être n’as-tu pas la meilleure volonté… Nous comptions sur toi pour les affiches mais tu nous as déçus. Alors nous te donnons une chance de te rattraper. Car le grand Moment approche. Le Moment où la Société magique devra faire face à une nouvelle réalité loin du Secret, loin de toute tentative d'étouffer nos pouvoirs. Mais avant ceci, il nous faut être forts et unis !

C'est pourquoi, tu vas rencontrer d'autres partisans, d'autres sorcières et sorciers partageant les mêmes idées, les mêmes convictions que nous tous.

Mais attention ! Nos ennemis sont capables de tout pour mettre à mal nos projets, c'est pourquoi ton identité doit rester secrète ! Il s'agit de ton bien le plus précieux. Veille donc à la cacher le soir où la rencontre aura lieu.

Nous t’attendons samedi prochain pour prendre connaissance de ta future mission, et pour l’occasion nous te dévoilons un lieu parfaitement secret. Tu as rendez-vous à Robie House, dans l’Allée des Embrumes, à 20h précises. Sois prudent.

Pour la dignité de notre sang



Description : Un parchemin jauni, une écriture parfaitement banale… Rien qui puisse réellement distinguer la lettre. Mais c’est Killer, le hibou horrible des Mangemorts qui apporte la lettre, et ça fait toute la différence. Il est particulièrement de mauvaise humeur et s’amusera sans doute à picorer les doigts des destinataires. A ce propos, le parchemin est enchanté d’un Aparecium Condicionalis, et ne se dévoile qu’aux yeux de son destinataire. Il s’enflammera après avoir dévoilé ses mots.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] La colline étoilée

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 11:53


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 [Habitation] La colline étoilée

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.