AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 3 sur 25
La Boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 14 ... 25  Suivant
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Mer 4 Juil - 17:25



Rp avec July Swann


Sayanel jeta un regard à sa montre, il était 14h28 très exactement. Il lui restait donc encore 2 minutes pour arriver à la boutique Waddiwasi. Il devait y rejoindre sa cousine, July, une petite rousse qu'il ne connaissait que peu. Le dimanche précédent elle avait envoyé une lettre à l'attention de Sayanel, elle lui demandais s'il serait d'accord pour passer un après-midi avec elle Pré-au-Lard. Sa première réaction fût la surprise, il ne connaissait que très peu cette fille. Puis une anecdote luit vint en tête, après tout c'était encore elle la plus rigolote. D'ailleurs lors d'un repas de famille au manoir, elle avait eu la bonne idée de glisser sa tête entre les barreaux de la rambarde de l'escalier pour regarder ce qui se trouvait en bas. Elle ne fût pas déçue de voir des plantes carnivores la fixer, prise de peur elle cherchait à reculer et à rebrousser chemin. Cependant, elle était bloquée dans les barreaux, ils avaient dû user d'un sortilège afin de ramollir les barreaux et de sortir la petite de là, elle n'avait plus parlé jusqu'à son départ. A l'époque elle devait avoir 5 ou 6 ans environs.
Il décidât finalement d'accepter la proposition, c'était une occasion de se rapprocher un peu d'un des membres de sa famille. Il répondit donc par l'affirmatif à la lettre de sa cousine.
il avais donc envoyé une petite lettre a sa cousine:
Citation :
Avec plaisir cousine, sa me ferait plaisir de passer un peut de temps avec toi. Nous n'avons qu'a nous rejoindre chez Waddiwasi à 14h30 à la datte prévue.
Il était 14h30 tapante lorsque Sayanel arrivât à Waddiwasi, comme à son habitude il était à l'heure. Sa cousine n'était pas devant le magasin, peut être était-elle donc déjà entrée. Il décidât donc d'entrer pour vérifier.
Sayanel fût étonné lorsqu'il entrât. Effectivement devant lui se trouvais un amas de marchandise. Sur les étiquettes on pouvait lire:
« Chapeau sans tête - Boîtes à flemme -Bambouse ... », c'était le paradis du petit farceur. Sayanel était tellement concentré sur tout ce qui se trouvait devant lui, qu'il ne remarquât la petite rousse qui le regardait avec des gros yeux, que quelques minutes plus tard.

-July ? Demandât-il. C'est bien toi ?

Sayanel était choqué, la petite fille qu'il avait encore vue l'an passé avait bien changé.
Elle avait toujours une petite tête d'enfant, mais ses cheveux avaient gagné en longueur et ses formes commençaient à apparaître. Elle avait tout de même encore ses petites joues rondes .
La sourire aux lèvres la jeune fille s'approchât de Sayanel.


...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Mer 4 Juil - 18:18


[Mon post décrit les actions de mon perso et de celui d'Ithylis qui ne peut pas poster. J'ai évidemment son autorisation et blablabla.]

Tandis que je conseillais la brune au sujet du cadeau de sa petite soeur, Ithylis avait quelques problèmes de son côté avec un diablotin qui s'était apparemment échappé de la salle fermée aux clients. Jurant de manière fort élégante, elle tentait de se dépêtrer de sa bave bleutée qui ne présageait rien de bon. Elle finit par pétrifier le diablotin, ne possédant pas la patience (ni la gentillesse MDR) nécessaire pour le convaincre de se calmer. Heureusement, la jeune gryffondor (si je devais juger selon ses vêtements rouge et or) lui venait en aide, lançant quelques maléfices pour nettoyer le bazar causé par la créature.

En quelques minutes tout (ou presque) fut rentré dans l'ordre, et Thylou s'éclipsa dans l'autre salle pour soigner l'animal qui semblait avoir ingurgité l'encre sur laquelle nous faisions nos expériences.

- Tu peux me montrer la gamme des échecs ? Je pense que ce jeu lui plairait !

Un tour de baguette et les différents jeux se disposèrent devant elle, les pièces bien en place sur le plateau quadrillé. Je lui expliquais rapidement, mes mots s'enchaînant à toute vitesse sans toutefois se chevaucher :

- Toutes en bois, commence à jouer pour que les pièces se mettent à parler. Les charretiers ont des paroles très vulgaires et entrecoupées de hoquets d'ivrognes, les pédants se la jouent hautains et se traitent de mots aux allures scientifiques qui n'existent pas, les hystériques ne parlent pas vraiment et communiquent par cri rageur ou de joie dingue voir onomatopées, les nunuches disent des "insultes" gentilles comme si c'étaient des horreurs et les bourgeois sont hypocrites. Je repris mon souffle. Je te laisse découvrir, finis-je avant de rejoindre la fille que la co-gérante avait planté.

- Désolée pour l'incident, on a attrapé trois quatre diablotins ce week-end et on leur a aménagé un coin de vase dans une autre pièce, ils n'étaient pas censé sortir mais... Je haussais les épaules.

La jeune fille réitéra ses questions à propos des "dragons" que nous avions en vente.

- Ouais, enfin "dragons", ce ne sont que des figurines. Ils leur ressemblent grossièrement, crachent du feu, volent mais ce n'est rien comparé à un VRAI dragon. Celle qui s'est enfuit là, elle aurait pu vous en dire plus que moi. Ce ne sont pas des dragons rapetissés que ça soit clair là-dessus, même la boutique d'animaux magiques du Chemin de Traverse ne peut pas vous en fournir sans autorisation spéciale du ministère. Juste des jouets, assez impressionnants. Ils sont agressifs et ne peuvent être apprivoisés, nous avons voulu coller au plus près de l'être réel, enfin au moins pour ça. Ils poussent de petites flammèches et n'ont nul besoin d'entretien puisqu'ils ne sont pas vivants.

Je me penchais sur leur cage, qui ne contenait plus que deux des trois que nous avions eu tant de difficultés à obtenir.

- Regarde bien, ils sont beaucoup plus maladroits que les originaux. Cela ne se voit pas trop car l'échelle n'est pas la même mais leurs gestes sont imprécis. Un dragon, ça a l'air très bourrin et ça l'est en quelque sorte mais quand ça vole, tu n'as jamais vu un être aussi gracieux. Tu vois celui-là, qui lance deux jets de flammes ? C'est une figurine de vert gallois commun. Celui-ci, noir, c'est un norvégien à crêtes. Je me redressais : Ils coûtent chacun 5 gallions.

Je saluais deux jeunes gens qui venaient d'entrer, une fille plus jeune que moi et un garçon de mon âge.


Dernière édition par Abygael Thompson le Ven 6 Juil - 8:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Jeu 5 Juil - 5:30


Abygael montra la gamme d'échecs à Alice, comme celle-ci l'avait demandé un peu plus tôt. Cherchant un cadeau original pour son petit frère, elle s'était rendue à Waddiwasi pour changer un peu. Celui-ci n'ayant jamais eu de jeu d'échecs, bien qu'il en ait déjà demandé plusieurs fois, jamais il n'en avait trouvé nulle part. C'était donc le moment de lui offrir ce dont il avait toujours rêvé.

- Toutes en bois, commencez à jouer pour que les pièces se mettent à parler. Les charretiers ont des paroles très vulgaires et entrecoupées de hoquets d'ivrognes, les pédants se la jouent hautains et se traitent de mots aux allures scientifiques qui n'existent pas, les hystériques ne parlent pas vraiment et communiquent par cri rageur ou de joie dingue voir onomatopées, les nunuches disent des "insultes" gentilles comme si c'étaient des horreurs et les bourgeois sont hypocrites. Je vous laisse découvrir.

Tout cela avait l'air très sympathique. Par rapport aux autres jeux d'échecs ordinaires ou ce sont les pions originaux de la version moldu. Elle se décida donc à le prendre. D'après ce qu'elle avait vu sur le catalogue, il ne coûtait qu'un gallion. Elle avait déjà acheté des tas de friandises chez Honeydukes, tout cela suffirait largement. Elle partit à la recherche de cette dernière.

- Abygael ? Je vais prendre les échecs avec les hystériques, ça à l'air marrant, je dois aussi payer quelque chose à cette élève, j'attends donc son choix.

Elle se tourna ensuite pour pourvoir observer tout le magasin. Elle était à la recherche de la jeune élève qu'elle accompagnait. Judas était en pleine admiration devant tous les objets qu'elle trouvait dans la boutique.

- Judas ? Tu as trouvé ce que tu veux ?

[Sorry, j'ai écrit ça à 5h du mat' o/ ]


Dernière édition par Alice Severus le Ven 6 Juil - 20:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: La Boutique

Message par : July Swann, Jeu 5 Juil - 9:24


July était penchée sur les boites à œil et oreille à rallonge, passionnée par ces instruments. Ce devait être drôlement pratique pour espionner les gens. "Oui, mais espionner qui ?", se demanda la rouquine en se relevant. Elle n'était pas d'une nature fouineuse. Même si son frère, qui était pourtant censé tout lui dire, venait à lui cacher des choses, cela lui était bien égale. S'il y avait certaines choses dont il ne voulait pas parler c'est qu'il devait avoir une bonne raison. Ses parents n'avaient, à priori, rien à cacher non plus. Et pour Poudlard ... July doutait que ces ustensiles soient suffisamment efficaces pour lui apprendre si Andrew avait quelqu'un ... July regarda finalement les boites un peu déçue. Le principe était bien, mais elle n'en aurait aucune utilité.

La jeune Poufsouffle reprenait son tour du magasin, lorsqu'elle aperçut son cousin. Depuis un ans, il n'avait pas vraiment changé. Le garçon ne sembla pas la remarquer tout de suite. Il était d'ailleurs sur le point de passer devant elle sans s’arrêter, lorsque le jeune homme de 7 ans son ainé s’arrêta.
- July ? C'est bien toi ?,demanda le garçon apparemment incertain.
- Euh, Oui, répondit July étonnée.
Elle n'avait quand même pas changé à ce point depuis leur dernière rencontre. Et puis, les cheveux roux c'était repérable.

La petite rousse regarda son cousin gênée. Maintenant qu'elle l'avait en face d'elle, elle ne savait pas quoi dire. Elle opta pour la première chose qui lui passa par la tête :
- J'ai trouvé une cape de visibilité ! s'exclama la rouquine en montrant l'un des deux paquets qu'elle avait en main. Oui et je n'ai pas réussi à choisir entre ça et des chaussures anti-gravités ..., ajouta la petite Poufsouffle en fronçant les sourcils comme si c'était un gros problème. C'est la première fois que je viens dans ce magasin, ils ont pas mal d'articles sympas. Tu connaissais déjà ?
July n'osait pas poser à Sayanel des questions sur sa vie privé du genre "Qu'est ce que tu fais dans la vie ?", par peur de se montrer indiscrète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Jeu 5 Juil - 17:03


~Suite du Rp avec July Swann~
C'était bien elle, elle lui avait confirmé
et paraissait gênée de la question que son cousin venait de lui poser.
Il est vrai que ses cheveux roux et sa petite tête n'avais pas vraiment
changées.

-Excuse moi, lui dit Sayanel, ça fais un bon moment qu'on ne s'est pas vues !


En guise de réponse July lui fit un sourire.

Elle portait deux paquets, ce qui intriguait Sayanel. Il lui aurait bien demandé ce que c'était mais il avait peur qu'elle le prenne mal. Il n'étais pas là pour la fliquer ...
Sa cousine le regardât et comme pour répondre à la question que se posait Sayanel elle dit :

-J'ai trouvé une cape de visibilité ! Oui et je n'ai pas réussi à choisir entre ça et des chaussures anti-gravités ...


Elle fronçât les sourcils en prononçant ses mots, Sayanel réfléchit un
instant pour savoir lequel des deux articles paraissaient le plus
pratique.
Puis quand il eu enfin trouvé il répondit à sa cousine :

-Et bien je pense que les chaussures anti-gravité
peuvent être très pratiques ... si tu ne sais pas te servir de ta
baguette ... Et la cape de visibilité peut te rendre fortement ridicule
... Je ne sais pas trop quoi te conseiller. Si la robe te plait alors
prend la !



La petite rousse continuât donc à réfléchir en silence afin de faire son choix, peut être avait-elle été agacé par ce que venait de dire Sayanel car, elle changeât de conversation .

-C'est la première fois que je viens dans ce magasin, ils ont pas mal d'articles sympa. Tu connaissais déjà ?

-Je ne le connaissais que de nom, on m'en a déjà parlé et j'ai déjà
entendu des élèves en discuter aux Trois Ballets. Mais c'est la première
fois que je viens aussi. Tu me fais visiter ?

Lui demandât Sayanel.



...
Revenir en haut Aller en bas
Judas Stevenson
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Boutique

Message par : Judas Stevenson, Ven 6 Juil - 21:15


- Salut ! Je m'appelle Abygael. Cette tâche est indélébile à la magie. Il te faudra employer des moyens plus... moldus pour arriver à la faire partir

Judas regardait la femme en se sentant honteuse la mine barbouillée d'un bleu. Un truc moldu mais quel genre de chose ?

-Désolé, s'excusa-t-elle en toisant à la fois la directrice et Abygaël. Puis Alice demanda un cadeau pour sa petite soeur. Judas se hâtait donc pendant ce temps à fouiner dans le magasin.Trop absorbée par toutes les farces et attrapes du magasin, elle ne savait pas quoi choisir parmi toutes ces belles choses. Elle s'était avancée vers les dragons miniatures en ayant la mauvaise idée d'approcher son doigt juste pour les toucher et avait faillit avoir le doigt décapité suite au claquement de la mâchoire du dit dragon.

Judas avait aussitôt reculer son doigt tout en jetant un coup d'oeil par dessus son épaule.La directrice parlait encore avec Abigäel.Ainsi, personne n'aurait vu ce petit geste maladroit. Ouf! Puis tout en parcourant les nombreux rayons, elle parvint devant une étagère rose avec des sortes de yoyos qui avait l'air si attrayants. S'en emparant d'un, notre petite gryffondor eut la mauvaise idée de l'utiliser, le faisant aller grâce au fil au bout de son doigt, en bas puis en haut. C'est alors qu'un hurlement aigüe retentit dans tout le magasin. Un cri surprenant, fort et intense.

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH. Ce cri provenait du Yoyo avec lequel Judas avait eu la mauvaise idée de jouer. Ecarquillant les yeux d'angoisse et de surprise, elle eut une mine déconfite en ouvrant grand la bouche.

"Mince" se disait-elle tout en regardant dans le magasin les autres clients. Quand elle reposa le jouet, elle pouvait y lire sur l'étiquette "YOYOS HURLEUR". Han....Honteuse, rouge comme une tomate elle s'avança de nouveau vers la directrice qui avait fini sa commande, avec une boite sous le bras.


-Déslé pour le...Le.... Bruit , parvint-elle à articuler en baissant sa tête fixant le sol. Les clients avaient dû avoir un choc émotionnel.

-Je vais prendre ça, se reprit-elle en regardant la directrice, du moins si cela est possible, demandait-elle en souriant. On pouvait voir une bouille bleuté et des dents blanches. Sur la boîte était marquée "Boîte à flemmes". Judas avait été enthousiasmée par ce qu'elle contenait...

Spoiler:
 

Judas regardait à la fois la directrice puis Abigaël. Merci beaucoup pour ce présent. Dit-elle gênée.Elle aimait beaucoup les présent mais était toujours mal à l'aise quand on lui en offrait un même si c'était pour le gain de points pour les gryffondors parcequ'elle pensait qu'elle ne les méritait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ayo Wallis
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Boutique

Message par : Ayo Wallis, Dim 8 Juil - 14:12


    La vendeuse qui s’était, jusqu’à présent, occupée d’Alice et de la fillette qui l’accompagnait, vint finalement vers Ayo, considérant que sa collègue en avait pour quelques instants à tout mettre en ordre. Brune aux yeux bleus, elle s’excusa auprès de la gryffon.

    – Désolée pour l'incident, on a attrapé trois quatre diablotins ce week-end et on leur a aménagé un coin de vase dans une autre pièce, ils n'étaient pas censé sortir mais...

    Ayo sourit. Gérer une boutique avec de tels produits ne devait pas être de tout repos !

    – Ce n’est rien. Je me demandais si ces dragons… ?

    Répétant ses questions, l’Italienne laissa la vendeuse lui expliquer les spécificités de ces miniatures de prédateurs.

    – Ouais, enfin "dragons", ce ne sont que des figurines. Ils leur ressemblent grossièrement, crachent du feu, volent mais ce n'est rien comparé à un VRAI dragon. Celle qui s'est enfuit là, elle aurait pu vous en dire plus que moi. Ce ne sont pas des dragons rapetissés que ça soit clair là-dessus, même la boutique d'animaux magiques du Chemin de Traverse ne peut pas vous en fournir sans autorisation spéciale du ministère. Juste des jouets, assez impressionnants. Ils sont agressifs et ne peuvent être apprivoisés, nous avons voulu coller au plus près de l'être réel, enfin au moins pour ça. Ils poussent de petites flammèches et n'ont nul besoin d'entretien puisqu'ils ne sont pas vivants.

    Ayo fit une moue, déçue. Ils n’étaient donc pas réels ? Pas… vivants ? De simples figurines enchantées, en définitive. Bien sûr, on ne pouvait nier qu’elles étaient très réussies, mais elle avait pensé… Qu’importe. Une idée avait germée dans son esprit. Et si son intérêt pour les dragons devenait sérieux ? Peut-être qu’il existait des métiers dans lesquels on pouvait travailler avec ces créatures fabuleuses ?... La vendeuse poursuivit.

    – Regarde bien, ils sont beaucoup plus maladroits que les originaux. Cela ne se voit pas trop car l'échelle n'est pas la même mais leurs gestes sont imprécis. Un dragon, ça a l'air très bourrin et ça l'est en quelque sorte mais quand ça vole, tu n'as jamais vu un être aussi gracieux. Tu vois celui-là, qui lance deux jets de flammes ? C'est une figurine de vert gallois commun. Celui-ci, noir, c'est un norvégien à crêtes. Ils coûtent chacun 5 gallions.

    La brune avait raison… En y étant attentif, Ayo distinguait des césures dans les mouvements des figurines, ce qui les rendait immédiatement bien moins naturelles. Néanmoins, elle restait très tentée d’en acquérir un malgré tout… Mais la gryffon secoua la tête. Elle ne devait pas oublier : son balai était sa priorité. Si, après l’achat de l’Eclair de feu, il lui restait suffisamment d’argent, peut-être reviendrait-elle à Waddiwasi pour les dragons miniatures…

    Se redressant en souriant à la vendeuse, Ayo déclara :

    – Je reviendrai peut-être sous peu pour en prendre un, mais je dois pour le moment consacrer mes économies à l’achat d’un balai… Votre boutique est splendide, en tout cas.

    Prise d’une inspiration soudaine, elle ajouta :

    – Je cherche un emploi à mi-temps, qui concorderait avec mes cours à Poudlard… Si jamais vous cherchez une vendeuse ou quoi que ce soit, ou si vous entendez quelqu’un en chercher… Pensez à moi ! Je m'appelle Ayo Wallis, en 7° année, à Gryffondor.

    Balayant d’un dernier coup d’œil circulaire l’échoppe riche en surprises, la jeune brune remercia la vendeuse pour son aide, puis prit la direction de la porte. Il lui restait encore un peu de temps pour faire un tour aux Trois Balais !
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: La Boutique

Message par : July Swann, Lun 9 Juil - 15:58


HJ : Autorisation de Sayanel pour prendre son libre arbitre et finir le RP sans lui.


Sayanel semblait conseiller à sa cousine les chaussettes anti-gravité. D'après lui, la cape risquait de rendre la petite rousse ridicule. July regarda son paquet contrariée, c'est vrai qu'elle n'aimait pas particulièrement attirer l'attention sur elle. D'autant plus que ses cheveux roux étaient suffisamment voyant, elle n'avait pas besoin d'une cape multicolore.
Aujourd'hui, la jeune fille avait réussi à trouver son cousin, il n'y avait pas de raison que, lors de ses prochains rendez-vous, elle ait plus de difficultés que cela. Sayanel avait raison, cette cape risquait de se retrouver au fond de son placard et de ne jamais servir.

Pour Sayanel aussi, c'était sa premier visite du magasin. C'était une enseigne ressente qui ne devait pas encore exister lorsque le Poufsouffle avait fait sa scolarité à Poudlad. July était certaine que sinon, il y serait forcément allé lors d'une sortie à Prés-au-Lard. Les magasins de farces et attrapes avaient un grand succé auprès des élèves.
- Je ne le connaissais que de nom, on m'en a déjà parlé et j'ai déjà entendu des élèves en discuter aux Trois Ballets. Mais c'est la première fois que je viens aussi. Tu me fais visiter ?
- Oui, d'accord, répondit la jeune rousse, on passe par le rayon vêtement en premier, pour que je repose la cape.
Sayanel acquiesça et les deux cousins se mirent en route ensemble, à travers les allées.

Après avoir reposé la cape, les deux Poufsouffles passèrent aux "fournitures scolaires". July regarda chaque produit avec intérêt, faisant parfois quelques commentaires. Le chaudron ventru avait l'aire drôle, mais la rousse n'était pas une farceuse, elle n'aurait donc pas l'occasion de s'en servir. Sayanel lui demanda alors, pour la taquiner, ce qu'elle faisait dans un tel magasin si elle n'était pas farceuse et la petite rousse lui répondit en lui tirant la langue, boudeuse.
Le rayon des friandises intéressa beaucoup plus la Poufsouffle qui, malgré son poids plume, était une grosse gourmande. La jeune fille aurait bien gouté chaque friandise, mais elle ne pouvait pas se permettre de tout acheter. Son choix s’arrêta finalement sur les crèmes canari. En plus d'êtres bonnes, ce devait être très drôle.

Une fois le tour du magasin fini, les cousins se dirigèrent vers le comptoir, July avec les chaussettes et les crèmes et Sayanel sans rien. Le garçon avait été raisonnable et c'était tout à son honneur. A moins que ce soit simplement parce qu'il n'avait pas trouvé suffisamment à son gout.
July attendit que la vendeuse ait fini avec les clients. En l'observant, la rouquine se rendit compte de la serveuse faisait partie de l'équipe de Quidditch des Poufsouffles. Abygael, si July avait bonne mémoire.
- Bonjour, commença la sang-mêlé lorsque ce fut son tour, euh, je vais prendre trois crèmes canari et des chaussettes andi-gravité.
La jeune fille tendit un gallion à la Poufsouffle et attendit que celle-ci lui rende la monnaie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Mar 10 Juil - 11:37


– Je reviendrai peut-être sous peu pour en prendre un, mais je dois pour le moment consacrer mes économies à l’achat d’un balai…
- Je comprends, pour ma part je ne pourrais pas vivre sans balai.
- Votre boutique est splendide, en tout cas.
Je la remerciais, mon ravissement s'exprimant en un grand sourire.
- Je cherche un emploi à mi-temps, qui concorderait avec mes cours à Poudlard… Si jamais vous cherchez une vendeuse ou quoi que ce soit, ou si vous entendez quelqu’un en chercher… Pensez à moi ! Je m'appelle Ayo Wallis, en 7° année, à Gryffondor.
- A vrai dire, je songe à embaucher. Malheureusement je crois que le salaire ne te plairait pas! Enfin, je t'enverrais une chouette quand je serais débordée, pour l'instant je vais essayer de me débrouiller.

- Abygael ? appela... euhm... la brune jeune femme venue chercher un cadeau pour son frère [d'ailleurs Alice, ta soeur s'est travestie ? x) c'est pour Eléonore ou pour les 5 heures du mat ?]. Difficile de trouver encore une autre périphrase pour la désigner, "la brune" commençait à être redondant et cette dernière expression était à peine plus répétitive tout en étant longue et moche. Je me résolus donc à lui demander son prénom et à faire de même avec tout le monde, je ne me sentais pas très à l'aise à devoir interpeller les gens par des ridicules "toi, là! non pas toi là, l'autre là, ouais toi!"

Je saluais Ayo, lui souhaitant de réussir à obtenir son balai, puis rappliquais à l'autre bout du magasin pour entendre dire:
- Je vais prendre les échecs avec les hystériques, ça a l'air marrant, je dois aussi payer quelque chose à cette élève, j'attends donc son choix.
- Okay, acquiesçais-je. Au fait, tu te prénommes ?
Elle me répondit qu'elle s'appelait Alice avec un sourire [si ça te dérange pour le libre-arbitre dis moi et j'édite] et vint ensuite à la fillette qui l'accompagnait, dont je n'arrivais pas vraiment à déterminer l'âge. Je m'étais d'abord dit qu'elle avait onze puisqu'elle portait l'uniforme règlementaire à Poudlard mais elle avait un visage poupon et une attitude qui ne correspondait pas à une enfant d'onze ans. Je lui en aurais donné sept environ s'il n'y avait pas eu ce blason, interdisant tout doute sur sa scolarité. Elle était peut-être surdouée, certaines de ses paroles dénotaient avec sa frimousse et ses gestes.
- Judas ? Tu as trouvé ce que tu veux ?
Super, deux prénoms pour le prix d'un ! Au même moment, un hurlement prolongé retentit dans la boutique. Quelque chose dans le timbre de la voix dérangeait, elle avait un côté un peu grinçant qui n'était pas humain. Et pour cause, il s'agissait d'un yoyo hurleur, jouet que nous ne commercialisions pas encore. De nombreux prototypes étaient disséminés dans toute la boutique. Ils étaient aux normes, nous leur avions fait passé les test avec brio, cependant nous préférions les garder sous le coude, en attente de quelques modifications.
- Désolée pour le... le... bruit, murmura Judas.
Décidément, elle s'excusait pour tout! Je ne pus m'empêcher de rire en voyant cette bouille confuse :
- Ne t'excuse pas pour si peu ! Toutes ces babioles sont là pour être utilisées. Il faut s'attendre à tout dans cette boutique et je trouve ça bien plus drôle.

Judas arrêta son choix sur une boîtes à flemme, demandant à Alice si elle pouvait se permettre de prendre de tels objets. [Désolée, faut que je boucle ça vite fait.] Celle-ci eut un instant de réflexion mais se résolut tout de même à lui autoriser la petite, lui recommandant de ne pas trop sécher les cours. D'après ce que j'en compris, elle n'avait pas de souci à se faire car la jeune gryffondor était une élève studieuse. Je désenchantais donc les articles en énonçant le prix: 1 gallion le jeu d'échec et 1 mornille la boîte à flemme, enveloppais le jeu d'échec d'un papier cadeau "Si tu le vois mordre ton frère ne t'en fais pas, ça lui arrive souvent et ça ne fait pas mal" et ma plume consigna le tout dans le livret de compte. Je leur souhaitais une bonne journée avant de passer à la suite.

Je reconnus l'attrapeuse dans mon équipe de Quidditch, une recrue de la dernière saison qui promettait de beaux matchs en perspective. J'espérais la voir le plus longtemps dans l'équipe, elle était très réactive et son vol fluide.
- Bonjour,euh, je vais prendre trois crèmes canari et des chaussettes anti-gravité.
- Salut July! Ça te fera 3 et 12, 15 mornilles s'il-te-plaît. J'ai vu que tu maîtrises bien la roulade du paresseux au dernier entraînement! C'est super, ça fait très classe en plein match et puis évidemment, ça t'évitera de rester cloué au lit plusieurs jours. Je lui tendis le sac contenant ses achats puis continuais: Au plaisir de te revoir sur le terrain !

J'avais littéralement expédié son cas, bien que j'eus terriblement envie de discuter avec elle, de Quidditch entre autre. Ithylis n'était toujours pas revenue, il était certes temps que j'aille lui prêter main forte. Je la trouvais barricadé dans une pièce, empêchant les deux diablotins de s'enfuir et les surveillant attentivement. Probablement qu'elle n'avait pas envie de se retrouver avec un autre malade sur les bras (ou les doigts vu leur taille). sa baguette avait été volée bien sûr, et embourbée dans un marécage portable. J'étais agréablement surprise de voir qu'elle n'avait pas crucifié les créatures. Aussitôt entrée, je pétrifiais le terrible duo sans leur donner le temps de me balancer une immonde vieille chaussette (mais où l'ont-ils trouvés ?) à la figure. Nous eûmes ensuite tout le loisir d'explorer le marécage, alternant service au magasin et fouilles archéologiques (sa baguette n'était pas si vieille que ça). La journée se déroula sans autre anicroche.



___________________________________________________________

[Double-post interdit, vous l'aurez voulu!]

- A l'attaque!
Retroussant mes manches, je compressais la main de Thylou avec un grognement rauque tandis qu'elle faisait de même, nous donnant du courage en réduisant la main de l'autre en purée. Ce jour-là, il s'agissait de transformer Waddiwasi en forteresse imprenable suite aux récentes attaques de mangemorts. Bien sûr le lieu était déjà sécurisé par les procédés habituels (à savoir : alarme au bruit strident digne d'une banshee, caisse ne s'ouvrant qu'au contact des gérants, vitrine renforcée) mais rien n'était excessif quand il s'agissait de notre petit bijou. Cette semaine, qui avait été pour nous très florissante et pleine de bonne humeur comme dans le coloré pays de Naughty Bear, avait vu bon nombres de boutiques ravagées. Les mangemorts enchaînaient les destructions à vitesse fulgurante sans que personne ne pût agir pour les en empêcher. Les commerçants étaient en pleine panique, j'avais même entendu parler d'une beuglante au Bureau des Aurors. La proprio du Magic Cookies, un établissement quelques mètres plus haut, en avait gros sur le potiron avec son salon de cookies ruiné. Et bien sûr, la tension qu'il y avait alors chez les Aurors largement dépassés par les évènements avait explosé. Bref, à Londres, c'était le gros bordel. Peu pressées de voir tout nos efforts anéantis et selon l'adage "mieux vaut prévenir que guérir", Thylou et moi-même avions résolu de pousser la protection des lieux. Je n'avais aucune envie de me retrouver à pleurer/gueuler sur Klarh, désormais à la tête des Aurors.

Alors que nous étions en pleine concentration, relisant les parchemins où nous avions consigné les sortilèges sur lesquels nous avions bossé des heures pour les adapter à la situation, un craquement sonore retentit, rapidement suivi par le bruit d'une chute et quelques jurons.

- Bordel Ithylis... T'as dû me casser le nez!
- M'en fous, t'avais qu'à passer par la porte, grommela la dénomée, se relevant après avoir plaqué plutôt brutalement l'intrus à terre.
Les hommes sont tous des bébés...
- Tiens Peter, il me semblait aussi avoir entendu entrer un poids lourd, souris-je à mon frère qui se jeta sur moi, frottant avec force mon pauvre crâne tout en répondant à ma partenaire :
- Elle était fermée.
- T'avais qu'à toquer.
- T'as même pas vérifié... soupirais-je, connaissant trop bien mon jumeau.
- Tu m'aurais pas ouvert.
L'entente entre Peter et Quinny n'allait pas nous avancer des masses. Je me débarrassais habilement de l'étreinte de mon frère avant de reprendre les choses en main :
- BREF, on commence par l'enchantement anti-transplanage. T'es passé à Gossypium, ils arrivent bientôt ?
- Papa est en déplacement à l'étranger, m'man était sur le pont de partir quand j'ai transplané.
- On peut compter deux heures avant son entrée alors, dis-je pour que mon amie ne se fit pas de mauvaises prévisions.
- Okay... à trois on va pouvoir lancer quelques enchantements tout de même. On commence par l'enchantement anti-transplanage.

Suivant les ordres (ou disons, conseils autoritaires) de la néo-zélandaise, nous passâmes deux heures éreintantes à enchaîner les sortilèges. Heureusement, mes années de bénévolat m'avaient rendue résistante et surtout m'avaient permis de progresser. Je maîtrisais désormais un large panel de sortilège, avec toujours quelques problèmes au niveau de certaines opérations. Une fois le dispositif anti-transplanage vérifié, nous mîmes en place un révélateur de présence constant. Le sort originel avait été modifié de façon à ce que les décharges fussent envoyées, chaque fois que quelqu'un entrait d'une manière ou d'une autre dans le magasin, à de simples bracelets métalliques dont Ithylis et moi-même porteraient toujours un exemplaire sur nous. Si une personne ennemie s'introduisait dans la boutique, le bracelet deviendrait si glacial que cela nous tirerai de notre sommeil. Nous plaçâmes des pierréveils un peu partout dans la boutique, les réglant de façon à ce qu'elles étourdissent d'éblouissement toute personne entrant dans leur périmètre pendant la nuit. Nous jetâmes des maléfices de glu perpétuelle sur chaque porte et fenêtre excepté l'entrée principale. Seuls les jeteurs de sorts pourraient venir à bout du charme et sauraient comment ne pas le déclencher. Le comptoir eut pour consigne de se battre vigoureusement contre les envahisseurs et nous étions en train de parlementer avec les diablotins quand M'man arriva avec ses plantes carnivores.

[A VENIR: Hic tueor sur les jeux d'échec agrandies- Armée de diablotins - Plante carnivore - à savoir également que les meubles sont pour la plupart enchantés! Le message sera édité.]


[Vous pouvez poster! Le magasin n'est pas fermé.]
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: La Boutique

Message par : Ailinn Kafka, Lun 23 Juil - 13:10


Naomé entra dans la petite boutique, un peu anxieuse. Elle n'était jamais venue ici, et arriver seule dans le magasin désert la mettait légèrement mal à l'aise.
Elle ne savait pas ce qu'elle voulait acheter, et était uniquement venue pour jeter un coup d’œil. Ces derniers temps, elle avait eu moins de travail que d'habitude, ce qui n'était pas le cas de ses amis, et elle ne les avait pas vus depuis un certain temps. elle se sentait seule, et avait donc décidé de passer un peu de temps à l'extérieur.

Parcourant les rayons, elle étudia les objets exposés, tous originaux et absolument inédits. Elle adorait ce genre de magasins, et avait toujours envie de tout acheter... Cependant, son compte en banque ne serait pas forcément du même avis qu'elle.
Soudain, elle aperçut un objet qui l'intrigua. Un jeu d'échecs de sorciers. Superbe
.

"Bonjour. Il y a quelqu'un ? Je viens pour acheter ce jeu d'échecs... "
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: La Boutique

Message par : Juliet Lennox, Lun 23 Juil - 16:02


Je m'étais réfugiée dans la réserve de la boutique, occupée à faire l'inventaire de notre marchandise un peu particulière. Les sales diablotins qui, quelques semaines plus tôt, avaient réussi à s'échapper pour mon malheur, étaient bien sagement cloîtrées dans une cage sous ma surveillance méfiante et attentive. J'entendis quelqu'un passer par la porte de Waddiwasi, et après quelques instants, une voix, féminine, s'éleva.

« Bonjour. Il y a quelqu'un ? Je viens pour acheter ce jeu d'échecs... »

Je me retournais avec vivacité en prenant la direction de la partie où les clients pouvaient admirer les produits qu'Abygael et moi vendions, tout en roulant de grands yeux : bien sûr que quelqu'un était dans la boutique, sinon celle-ci serait fermée.Cependant, je repris bien vite un sourire et accueillit la fille qui était entrée. Elle se trouvait devant l'étalage des pièces d'échec, comme je le pensais. Jeune, elle devait probablement étudier à Poudard.

- Salut ! Je suis Ithylis, l'une des gérantes de la boutique. Tu voudrais un jeu d'échec, alors ? Tu sais, nos jeux ont des pièces aux caractères définis, il faudra savoir faire avec quand tu joueras ! alors, niveau caractère, il y a d'abord les niais, qui disent des insultes plutôt "gentilles" comme si c'étaient des insultes horribles, les bourgeois qui sont hautains, les hystériques qui communiquent par cris et bien... hystériques, les pédants se la jouent snobs et se traitent de mots aux allures scientifiques qui n'existent pas, et les charretiers sont extrêmement vulgaires et leurs paroles sont entrecoupés de hoquets comme s'ils étaient saouls. A toi de choisir.

Je lui adressais un autre sourire, en lui laissant le choix de réfléchir. Je pris tout de même la peine de dire à la fille que le prix du jeu était d'un gallion, histoire qu'elle ne se trouve pas embarrassée devant le prix lorsqu'elle voudrait payer.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: La Boutique

Message par : Ailinn Kafka, Lun 23 Juil - 16:29


La vendeuse arriva bien vite, ce qui rassura la jeune fille. Elle avait eu un peu peur que la boutique soit fermée, et que seule la porte ne soit restée ouverte, par erreur. Elle avait souvent ce genre de doutes absurdes, qui la faisaient rire plus tard, en y repensant.

« Salut ! Je suis Ithylis, l'une des gérantes de la boutique. »

Son sourire amical la rassura.

« Salut. Moi c’est Naomé. »

« Tu voudrais un jeu d'échec, alors ? Tu sais, nos jeux ont des pièces aux caractères définis, il faudra savoir faire avec quand tu joueras ! Alors, niveau caractère, il y a d'abord les niais, qui disent des insultes plutôt "gentilles" comme si c'étaient des insultes horribles, les bourgeois qui sont hautains, les hystériques qui communiquent par cris et bien... hystériques, les pédants se la jouent snobs et se traitent de mots aux allures scientifiques qui n'existent pas, et les charretiers sont extrêmement vulgaires et leurs paroles sont entrecoupés de hoquets comme s'ils étaient saouls. A toi de choisir. »

Elle regarda tour à tour tous les jeux, à l’air tous plus drôles les uns que les autres. Les charretiers ne seraient probablement pas une bonne idée pour la salle commune des Serdaigle, pas plus que les hystériques, et elle préférait éviter de s’attirer des ennuis.
Elle hésitait cependant entre les niais et les pédants… Les deux pourraient être comiques. Bon, allez, il fallait qu’elle se décide, elle ne voulait pas embêter Ithylis trop longtemps. Le prix était d’un Gallion, aussi tendit-elle la petite pièce d’or en souriant
.

« Je vais prendre les pédants. Ça risque d’être drôle… Oh, et, d'ailleurs, je vais aussi vous prendre des chaussettes anti-gravité. »

Elle eut un petit rire en s’imaginant les parties qu’elle allait pouvoir faire.

« En tout cas, j’aime beaucoup votre boutique. »

Elle n’avait pas l’habitude d’être aussi directe, mais son compliment était sincère. Il y avait vraiment beaucoup de choix, et les objets étaient vraiment originaux.
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: La Boutique

Message par : Juliet Lennox, Sam 28 Juil - 8:48


La jeune fille me salua à son tour, se présentant par la même occasion. Elle se nommait apparemment Naomé. Cela me fit plaisir qu'elle fit l'effort de me donner des précisions sur son identité. Cela était toujours plus facile d'entrer en contact avec quelqu'un et de discuter sereinement si l'on savait quelques choses sur elle. Une fois que j'eus fini de lui expliquer les caractères respectifs de chaque jeu d'échec, Naomé les regarda, réfléchissant un petit moment avant de se décider pour les pédant, ajoutant que cela serait sûrement drôle. Aucun doute que cela le serait, d'ailleurs... Elle me tendit une pièce d'or en émettant un petit rire qui me fit sourire : cela me faisait énormément plaisir de voir que notre boutique, à Aby' et moi, plaisait. D'ailleurs, la jeune fille ajouta qu'elle appréciait beaucoup Waddiwasi.

- Merci beaucoup ! Ça me fait très plaisir de voir que notre boutique plait, tu sais ! répondis-je. J'agitais ma baguette et le comptoir arriva de sa démarche bringuebalante. J'esquissais un sourire complice à l'attention de ma cliente, et quand l'encombrant meuble magique fut près de moi, je précisais d'une voix chaleureuse où persistait un rire, causé par le déplacement du comptoir : Alors, ça fera un gallion pour le jeu d'échec, donc, et les chaussettes coûtent douze mornilles de plus. Je saisis le gallion qu'elle me tendait, et me mis ensuite à empaqueter ce qu'elle m'avait demandé, pendant qu'elle préparait ses mornilles.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: La Boutique

Message par : Ailinn Kafka, Dim 29 Juil - 21:14


« Merci beaucoup ! Ça me fait très plaisir de voir que notre boutique plait, tu sais ! »

Ithylis fit un petit mouvement de baguette, et le comptoir s’approcha d’une démarche bringuebalante, dans un bruit de ferraille des plus comiques. Naomé répondit au sourire de la vendeuse, amusée par ce meuble incongru.

« Alors, ça fera un gallion pour le jeu d'échec, donc, et les chaussettes coûtent douze mornilles de plus. »

Tandis qu’Ithylis emballait ses achats, Naomé sortit et compta les petites pièces d’argent de sa bourse. Treize mornilles. Elle déposa le tout sur le comptoir, près de son gallion, et récupéra le paquet contenant le jeu d’échec et les chaussettes.

« Merci pour tout, Ithylis ! Je repasserai sûrement bientôt… »

Sur ces mots, elle quitta à regret la boutique de farces et attrapes, encore amusée par les nombreux tours que recelait la petite échoppe.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor

Re: La Boutique

Message par : Alexander Severus, Ven 3 Aoû - 22:23


Cela faisait des jours qu'Alexander pensait à une multitude de friandises qu'il pouvait s'acheter à Pré-Au-Lard, aussi aujourd'hui il s'était dirigé vers le village sorcier jouxtant l'école de Poudlard, son argent en poche. Il ne savait pas encore ce qu'il achèterait, n'ayant jamais mit les pieds dans la boutique de farces et attrapes, mais il comptait y entrer au plus vite. Ce qu'il fit donc. La boutique semblait déserte, il n'y avait personne et Alexander eut peur que la boutique n'ai été abandonné, mais il verrouillait son regard vers l'endroit où les friandises étaient dirigées.

Il ne connaissait pas toutes les friandises entreposées ici, alors le jeune homme se dirigea d'un pas pressé vers le comptoir où il s'adressa à une jeune femme qui lui venait donc en aide. Il posa alors la question pour savoir ce qu'il lui conviendrait le mieux dans la situation suivante.

" Bonjour, j'aurais besoin d'un conseil, que me diriez vous de prendre en friandises pour une soirée réussi avec une amie complice? "

Avait il besoin de préciser: une soirée dans la Cabane Hurlante ou dans un autre endroit inadmissible aux yeux d'une directrice de maison comme Alice, la grande soeur d'Alex? Mais après tout, la personne avec qui il passerait cette fameuse soirée ne serait autre autre Meredith, elle même préfète, donc il n'y avait aucun mal à ça, non? Alexander sourit donc à la personne qui s'occupait de lui avant d'attendre une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Sam 4 Aoû - 17:22


La jeune Welesslay revenait de son petit passage à la boutique d'Accessoires de Magie Noire. Ayant eu les produits qu'elle attendait elle se rendit, marchant pendant un bon bout de temps, devant la devanture de Waddiwasi le magasin de farces et attrapes de Pré-au-lard. Avec un petit sourire, la jeune femme resta quelques instants devant leur étincelante vitrine, regardant les articles que la jolie boutique proposait.
Au tant ne pas préciser à quel point le contraste était fort entre Waddiwasi et la boutique de l'allée des Embrumes mais Emma s'étant habillée de façon à passer inaperçue dans une rue mal fammée, elle passait au contraire, très en vue avec sa longue cape noire dans un endroit aussi pétillant que celui auquel elle faisait face.

Enlevant sa cape avant d'entrer elle secoua sa longue chevelure blonde et poussa la porte de la bâtisse.
Vous vous demandez surement ce qu'une jeune fille avait à faire entre la boutique la plus sombre de Londres puis la plus colorée de pré-au-lard. Eh bien cette jeune fille était en danger, tout comme les personnes qu'elle affectionnait le plus. De ce fait il lui fallait de quoi se protéger. Après avoir fais l'acquisition de potions elle espérait trouver des protections minimes et des leurres explosifs dont elle avait entendu parler à Waddiwasi.

Attendant un vendeur ou une vendeuse la Serpy ramena ses longs cheveux vers l'arrière et soupesa sa bourse déjà bien allégée depuis l'achat de son tout nouveau compagnon, Shadow, un chien loup qu'elle avait laissé à Poudlard le temps de sa course et depuis donc, l'achat des ces potions toutes faites. Mais elle aurait assez. Elle n'était pas blindée au as certes, mais elle aurait assez.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Boutique

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 9:25


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 25

 La Boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 14 ... 25  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.