AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 5 sur 25
La Boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 15 ... 25  Suivant
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle

Re: La Boutique

Message par : Alexie Scott, Mar 21 Aoû - 1:40


Rapidement, Alexie et son élève, Adna Evincio atteignirent la boutique très connue de farces et attrapes du village de Pré-au-lard, Waddiwasi. Ce magasin à la façade multicolore faisait le bonheur de beaucoup d'élèves. On pouvait y trouver toutes sortes de choses. Des jeux comme ceux des échecs version sorcier, des billes ou encore des cartes. Mais aussi des vêtements spéciaux comme des capes, des chapeaux, des écharpes, des chaussettes aux capacités étonnantes. Bien sûr il y avait un coin spécial pour les plus gourmands. Des friandises destinées à satisfaire la gourmandise des clients. Pièces en chocolat, pralines, sucettes, il y en avait de toutes sortes et pour tout le monde, y compris pour les plus grands, comme Alexie. La sang pure avait un seul pêché, le chocolat. Cette sucrerie est certainement la préférée de la jeune fille. Mais elle n'était pas venue à Waddiwasi pour se faire plaisir, mais pour offrir un petit cadeau à sa meilleure élève, Adna.

Alexie avait prévu d'offrir quelque chose à la Serdaigle. Friandise, jeu, potion, c'était à Adna de choisir. La cogérante d'Ollivander's lui proposa ce qu'elle voulait. La bleue et bronze la remercia et lui répondit alors qu'elle se laisserait bien tenter par les friandises. C'est vrai, qu'elles étaient très alléchantes et certainement délicieuses. Sûrement pas autant que celles de Honeydukes, mais elles devaient quand même avoir un certain goût, différents de ceux de la confiserie de Pré-au-lard. La directrice des aigles guida Adna vers le rayon des bonbons et lui laissa le temps de faire son choix. Regardant les succulentes confiseries présentées, Alexie en rêvait. Mais elle n'en prit pas, préférant garder son sérieux devant une élève. Elle reviendra évidemment plus tard, quand Adna se sera éclipsée. Pour le moment, l'anglaise aux yeux bleus jeta un coup d'oeil aux différentes sortes de confiseries et demanda à la Serdaigle si elle avait choisi, quels bonbons elle désirait.

- Je te laisse faire ton choix, je vais jeter un coup d'oeil aux autres rubriques. Je reviens dans quelques minutes.

La jolie blonde en profita donc pour s'éclipser. Elle se rendit du côté des jeux et des vêtements. La directrice des aigles fut intriguée par les échecs version sorcier. Ce jeu, Alexie le connaissait bien voire par coeur. En effet, la cogérante de la boutique de baguettes magiques y jouait souvent lorsqu'elle était encore étudiante à Serdaigle, avec son fidèle camarade, Matt McAllister. Ensemble ils faisaient des parties, des heures et des heures entières. Lorsqu'une s'achevait, ils en recommençaient une nouvelle. Malheureusement pour la sang pure, la défaite était souvent au rendez-vous, contrairement à la victoire qui semblait ne pas vouloir lâcher le Serdaigle. En tout cas, ces parties d'échecs étaient et resteront de très bons souvenirs pour la blondinette, même si cette dernière ne gagnait pas. Repensant à cette époque, la directrice se dépêcha de revenir auprès de la bleue et bronze et lui demanda si sa réflexion arriva à son terme.

- Alors, as-tu fait ton choix parmi toutes ces sucreries ?
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: La Boutique

Message par : Juliet Lennox, Mar 28 Aoû - 10:23


Depuis déjà quelques mois, Waddiwasi exposait aux yeux des passants sa belle façade colorée qui dénotait avec celles des autres boutiques. Abygael et Ithylis n’avaient pas à se plaindre, car contrairement à ce que la co-gérante avait pu penser, le magasin marchait plutôt bien, et elles arrivaient à s’en sortir. Plus ou moins.

Les deux jeunes femmes, en l’absence de clients, attendaient, discutaient un peu. En cet instant, Abyss s’était tue, réfléchissant sans doute à quelques nouveautés pour WW, et son amie se refusait à parler, risquant de la déranger. La nouvelle-zélandaise jouait elle-même avec une figurine de dragon, un noir des Hébrides pour être plus précis, pensant avec une incertitude prononcée à l’avenir du Monde Magique, extrêmement instable en ce moment. A vrai dire, cela lui donnait toujours un peu le tournis, toute cette agitation qui régnait sur l’Angleterre déchirée, pour elle qui jusqu’à ses onze avait vécu presque insouciante, sur son île à l’autre bout du monde. Elle ne s’était jamais vraiment habituée à cela, et son entrée dans la vie active la laissait plutôt lasse, même si elle avait la chance de bosser avec sa meilleure amie, la seule qu’elle avait gardée de Poudlard, et la fille la plus attachante qu’elle avait eu la chance de rencontrer.

Un jeune homme entra dans la boutique. Cheveux blonds, regard de braise, belle gueule et j’en passe, il s’adressa à la jeune gérante, lui demandant conseil pour son achat, au grand soulagement d’Ithylis qui ne se sentait guère de volonté pour s’occuper du beau gosse. Bientôt, une fille passa devant la vitrine, qu’Abygael désigna à sa collègue avec excitation. En effet, celle-ci, outre sa chevelure blonde platine remarquable, possédait une cape de facture précieuse, suintant la richesse, ce que fit remarquer la vendeuse à Abyss, qui l’avait retrouvé au fond du magasin. Les habits de la passante étaient comme un indicateur lumineux et clignotant : « Regardez comme je viens d’une famille riiiiiche de sorciers de Sang-Pur » disaient-ils. Peut-être Ithylis se trompait, mais c’était ce qui transparaissait. Les sangs-purs nobles avaient pour habitude d’afficher ostensiblement leur richesse matérielle, ce qui répugnait largement l’animagus. A son horreur, elle découvrit que la fille entrait dans sa boutique ! La demoiselle rassemblait son courage pour sourire face à la future cliente qu’elle allait conseiller, mais son associée la retint, lui intimant de rester pour avoir la chance d’observer la blonde sans être vues. Avec un soupir, McQuinn s’accroupit près d’Abygael.

Malheureusement, quelqu’un d’autre entra, faisant ouvrir de grands yeux à la plus jeune des gérantes. L’autre la questionna du regard, montrant l’inconnu qui venait de franchir le pas de la porte du doigt et prononçant silencieusement un « C’est qui ? » inquisiteur, curieuse qu’elle était. Son interlocutrice lui répondit par un autre geste, qu’Ithylis comprit facilement : les deux sorcières se connaissaient depuis longtemps, et savoir à quoi pensait l’autre était devenu plutôt aisé. Aussi la néo-zélandaise comprit qu’il était inutile d’insister : elle en saurait plus le moment venu. Elle se souvint d’ailleurs qu’elle avait quelques petites choses à faire pour Waddiwasi : en particulier rendre visite à quelques fournisseurs, pour de prochaines commandes. La jeune femme préférait en effet aller directement les voir, plutôt que de leur envoyer une chouette ou un hibou. Aussitôt qu’elle l’eut pensé, elle gribouilla une petite note à l’attention d’Abyss, l’informant de son départ imminent, et transplana.

° ω °

Une lettre de Mihael dans la main, qu’un rapace emplumé venait de lui lâcher dessus, Ithylis avait choisi de rentrer à Waddiwasi par la porte principale, et en profitait pour se balader dans les ruelles, tout en lisant la précieuse correspondance de son frère. Les nouvelles n’étaient pas bonnes du tout, et les sourcils froncés, McQuinn se rendait compte qu’elle devrait sûrement faire de nombreux allers et retours entre l’Angleterre et la Nouvelle-Zélande, à présent. Mais un petit saïmiri argenté l’interrompit bien vite dans ses pensées : ce petit singe, elle le connaissait bien, c’était le Patronus d’Abygael. Et il venait de lui annoncer, via la voix de son amie, que « la boutique était sérieusement amochée ». Rien de très rassurant, en somme. Aussitôt, Gabrielle n’hésita pas à transplaner, directement à l’intérieur de leur coquet magasin. Et ce qui l’attendait la mit dans une colère irrépressible. C’était très simple : des abrutis avaient décidé d’exploser Waddiwasi. Inutile de dire que les réparations qu’il faudrait engendrer allaient coûter un maximum de gallions sonnants et trébuchants, et il n’était pas question de faire un crédit. Le pire étant les marchandises, qui avaient du passer un mauvais quart d’heure.

Heureusement, Abygael semblait avoir la situation bien en main, puisqu’elle pointait sa baguette sur la fille et le garçon aperçus tout à l’heure par Ithylis. Alors la blonde se présenta, précaution tout à fait inutile puisque la gérante la menaçait de les emmener chez les Aurors. Alors le jeune homme interrogé se lança dans un déblatérage complet de sa vie, incitant à croire la néo-zélandaise que le véritable responsable du chaos s’était enfuit, qu’il était dangereux et se prenait pour un assassin machiavélique. Ce qui ne l’étonnait absolument pas. Les sorciers « nobles » avaient pour habitude d’avoir une existence tragique entachée d’évènements sauvages et terribles qui détruisaient une vie entière. Le garçon aux yeux verts ajouta un sybillin :

- Jusqu'à recevoir un certain signal, je pense que nous allons t'aider à remettre un peu d'ordre ici. Et peut être finir ce que nous étions venu faire ici en premier lieux.

Bon, Ithylis était fixée : il faisait partie de l’Ordre, comme Abygael. Elle-même en avait fait partie et les insinuations du Phénix lui avaient mis la puce à l’oreille. Cependant elle resterait muette comme une tombe sur ses doutes, même si elle se permit de l’interrompre.

- Certainement, finissez vos emplettes, ce n’est pas dérangeant, notre boutique est à moitié détruite, la plupart des produits sont dans le même état… Je ne sais pas ce qui s’est passé, et à la limite j’ai presque envie de dire que j’en ai rien à foutre. Seulement, ce n’est pas en vous excusant que ça va nous aider à payer les frais de réparation, d’autant plus qu’un incident tel que celui qui vient de se passer, c’est mauvais pour les affaires. Qui a envie de venir dans une boutique qui se fait détruire par le premier abruti venu, hein ?!

Ithylis soupira, ravalant sa colère. Mais ses yeux furibonds et dorés, animaux, lançaient des éclairs. Cela la dégoûtait, ces personnes irrespectueuses, de la gueule de qui se foutaient-elles ? Et l’homme qui s’était échappé par la porte, elle avait soudainement bien envie de lui faire payer son incartade. Dire qu’elle avait prévu de rentrer chez elle, son frère hospitalisé à cause d’une chute d’hippogriffe… De toute manière, elle pouvait toujours transplaner en plusieurs fois, faisant la navette entre les deux pays, puisque certains des « matériaux » servant à la fabrication de ce que Waddiwasi proposait venaient du domaine McQuinn. Bon, autant annoncer toutes les mauvaises nouvelles en même temps. La co-gérante tendit la lettre de Mihael à Abygael, furibonde et fixant la prénommée Emma et son ami. Elle attendait une décision d’Abyss les concernant, puisqu’elle-même les aurait forcés à bosser comme des esclaves pour la boutique pendant un an.

- Alors, on fait quoi d’eux ?


[HS : Même si je vais sûrement changer de pseudo, je finirais le RP,pas de problème pour ça. Valens comme Abyss l'a dit, Maximilien ne peut pas exploser la vitre, il est passé par la porte dans mon RP pour une cohérence avec l'agencement de Waddiwasi.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Mar 28 Aoû - 12:33


[HRP: Excusez-nous de retard. Adna et Alexie, votre RP se situera quelques jours après celui-ci, une fois la boutique remise sur pied. Nous ne pouvons vous répondre tant que le RP avec Valens et Emma n'est pas terminé -ce qui ne saurait tarder. Merci de votre compréhension.]

Ithylis finit par arriver et à voir sa tête elle non plus ne trouvait pas la scène très drôle. Je lui adressais un grand sourire ironique mais ne m'attardais pas à discuter avec elle, d'abord et avant tout nous devions avoir le fin mot de l'histoire.
- Bonjour mademoiselle, je me présente, Emma Welesslay.
- Je ne suis pas réputée pour ma patience.
- Abygaël... Osez me dire que vous resteriez sans réagir si quelqu'un capturait et torturait un membre de votre famille, menaçant de faire de même avec les autres, et je vous suivrai bien sagement chez les aurors. Le cas échéant, baissez votre arme! Le temps n'est plus à se battre, vous arrivez trop tard pour faire un quelconque bien et nous n'allons ni nous envoler, ni vous agresser.
J'eus un rire amer sans autre forme de commentaire.
- Je suis navré mon amie pour tout cela, ce n'était ni prévu ni prémédité. Et je suis désolé pour la fureur de mes mots mais... L'homme qui vient de briser avec tant d'aisance vos efforts est une crapule de la pire espèce. La pensée que Thylou devait intérieurement rager d'entendre ce langage fleuri me traversa brièvement l'esprit. Voilà plusieurs mois qu'il me traque. Il m'a tendu des embuscades, a engagé des mercenaires qu'il a lancé à mes trousses, a mis ma tête à prix, fait courir des rumeurs à mon encontre et j'en passe, pas forcément les moins énervantes d'ailleurs. Jusque là, j'étais aux abois, certes, cependant c'est dans sa nature et cela ne justifierait pas cette ferveur de ma part contre lui. En refusant de me soumettre complètement à lui, de devenir son esclave comme il le voulait en me contactant, je me suis opposé à lui et j'ai choisis de lui résister. J'ai donc implicitement accepté le risque de subir tous les sévices qu'il essayerait de m'infliger. Pourtant la situation a changé. Son dernier pas a dépassé une ligne qu'il n'aurait jamais du franchir. Cette ordure a enlevé Rilla, la préfète des Serdaigles, afin de la torturer. Il n'a aucun grief contre elle, ni elle contre lui en véritable innocente, mais se plait à savoir que cela m'atteint. Car je la considère comme une soeur. Par précaution, je l'avais faite surveiller avec d'autres et mon serviteur a assisté à l'enlèvement. Tout de suite, une équipe dont vous connaissez certaines personnes s'est mise en chasse pour tenter de la secourir. Quand j'ai vu en me préparant qu'il venait ici pour vraisemblablement agrémenter sa défense, une seule pensée s'est imposée à moi, le capturer et le faire parler de l'endroit où il la retenait prisonnière. Ou mieux, le forcer à la libérer. Votre magasin en a hélas fait les frais à cause de son mépris à lâcher des catastrophes ambulantes dans ce genre de lieu et je m'en excuse sincèrement. Toutefois, sa fuite ne met pas fin à notre chasse et nous l'aurons. Lorsque ce sera fait, nous l'obligerons à relâcher la préfète ou nous la libèrerons nous même. A ce moment, il payera pour chaque souffrance qu'il lui aura infligé... et avec les intérêts.
J'assimilais au fur et à mesure ses informations, hésitant à le croire. Je n'avais pas confiance en lui, plus depuis ce qu'il s'était passé. Mais... m'avait-il jamais menti ? Je n'en avais pas souvenir. Il avait caché ses connaissances de tortionnaire, cependant moi-même ne criait pas sur les toits le peu que je savais de mon passé obscur. Et surtout, car là résidait la vraie question, quel était son intérêt dans tout ça ? Ne pouvant être certaine de la véracité de ses dires, quoiqu'il sembla sincère, je n'y accordai pas excessivement de crédit. D'ailleurs s'il n'y aurait pas eu cet à-côté, l'Ordre et les souvenirs partagés, je n'en aurais accordé aucun. Je n'arrivais pas à statuer sur Fenwick.

- Jusqu'à recevoir un certain signal, je pense que nous allons t'aider à remettre un peu d'ordre ici. Et peut être finir ce que nous étions venu faire ici en premier lieux.
- Certainement, finissez vos emplettes, ce n’est pas dérangeant, notre boutique est à moitié détruite, la plupart des produits sont dans le même état… trancha la voix sarcastique de ma partenaire. Je ne sais pas ce qui s’est passé, et à la limite j’ai presque envie de dire que j’en ai rien à foutre. Seulement, ce n’est pas en vous excusant que ça va nous aider à payer les frais de réparation, d’autant plus qu’un incident tel que celui qui vient de se passer, c’est mauvais pour les affaires. Qui a envie de venir dans une boutique qui se fait détruire par le premier abruti venu, hein ?!
Jugeant qu'elle avait tout dit, je posais mon regard lourd de reproches et de doutes sur celui que j'aurais appelé auparavant mon frère d'armes.
- Ton discours est étrange. Déjà, tu devrais savoir qu'il nous faut un patronyme. "Crapule de la pire espèce" c'est un nom un peu trop courant pour que des recherches aboutissent. Et pourquoi vous n'en avez pas fait part à des sorciers habilités ?
Ma dernière phrase d'adressait au duo et était plus tournée vers l'Ordre du Phénix que vers les Aurors mais seul Valens pouvait le comprendre.

Quinny énonça la question qui nous préoccupait toutes deux.
- Alors, on fait quoi d’eux ?
- On n'a aucune assurance que ce qu'il dit est vrai. Alors on garde une assurance et on les relâche. On va aux Aurors faire une déposition et on recommence le boulot, si jamais on trouve ce type on se défoule dessus et on envoie une livraison aux Aurors, point.
Je comptais garder des échantillons de sang afin de conserver une trace de la véritable identité des deux individus. Keira pourrait peut-être m'aider à faire des analyses comparatives avec le sang de Valens que j'avais déjà en stock.
- La chose! appelais-je et ma main baladeuse personnelle à reconnaissance vocale trotta sur le sol de ses cinq doigts, évitant tant bien que mal les obstacles. Prélève le sang de mademoiselle et monsieur.
Pas besoin de coupure, les plaies du combat permettaient de recueillir quelques gouttes du précieux liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Valens Fenwick, Sam 1 Sep - 16:24


[HRP : Ben c'est surtout que la porte était collaportée, donc pas possible de s'échapper rapidement par la porte Wink ]

Une femme qui devait être une collègue d'Abygaël arriva et, effarée de la scène qu'elle avait devant les yeux, se lança dans une série de paroles acides ayant probablement davantage pour but de se délester de sa frustration et de sa colère que de blesser l'homme à qui ces propos étaient adressés. Son esprit le comprenait, cependant la situation ne lui permettait pas de déployer toute la patience que le serpentard possédait à l'accoutumée. Agacé, il répondit à l'hystérique d'un ton ferme et agacé.

- Si vous le prenez ainsi, nous pouvons également disparaître et vous laisser en plan. Je crois avoir fait montre de bonne volonté en vous proposant notre aide pour réparer les dommages causés à la boutique, cela dit je n'accepterai pas que vous me parliez de la sorte. Il semblerait que vous ne possédiez pas le moindre échantillon de la courtoisie dont le manque semblait selon vous teinter nos actes. Je vous signale également que la grosse majorité des dommages n'est pas de notre fait. Nous avons soigneusement veillé à limiter la casse et les dommages collatéraux, contrairement au ravisseur qui ne s'en soucie guère. Quant à vos clients, vous noterez que j'ai scellé la porte magiquement au début des hostilités pour éviter qu'un inocent ne rentre, certes pour leur sécurité d'abord, mais cela préserve votre réputation également si vous ouvrez après avoir nettoyé les lieux. Enfin si celle ci survit au fait que vous serviez ceux qui enlèvent les élèves de poudlard et que vous facilitiez leur évasion bien entendu. Donc baissez d'un ton ou nous aurons tous à y perdre.

Abygaël lui demanda le nom du criminel après lequel il courait et qui s'amusait à lâcher des monstres dans une boutique. Tachant de prendre avec difficulté son sang froid, le phénix lui répondit.

- Vous ne le connaissez pas? Maximilien Nerolase. Un homme dangereux. Ne vous y frottez pas seule, lui ne le sera pas.

Sa conjurée lui demanda également pourquoi il n'avait pas fait appel à des sorciers "habilités". Ratant l'allusion, le jeune homme répondit à côté, du moins partiellement.

- Vous savez la confiance que j'accorde aux compétences de l'autorités. Le temps que ces derniers la trouve, elle sera morte et le ravisseur envolé. J'ai donc du faire appel la la Famille ainsi qu'à quelques amis possédant certaines spécificités. A moins que vous ne jugiez pas la Famille apte à se charger d'un tel cas, auquel cas je transmettrai vos doléances aux personnes concernées.

En effet, ceux qui incarnaient l'autorité étaient responsable de trop de ses tourments pour que le supplicié ne puisse se baser sur eux afin de traiter ce genre d'affaire. Avoir demandé à des phénix, ex-phénix et personnes connaissant la cible proposait pour lui de meilleures chances de réussite. D'ailleurs, l'assaut final ne tarderait pas.

Puis tout dérapa une fois de plus. Celle que le serpentard prenait pour une alliée sûre le trahit... ou du moins c'est ce qu'il en comprit. Celle ci ne croyait pas ses dires et voulait carrément aller tout dire aux aurors avec son sang comme preuve, l'assurance qu'ils croieraient sa déclaration. Cela n'était pas forcément une situation inextricable mais cela compromettait néanmoins toutes ses prochaines missions. Le belligérant n'avait pas était véritablement blessé durant le combat, les coupures étaient donc superficielles, éraflures et projections d'éclats coupants. Le sang n'avait pas giclé mais juste imbibé ses vêtements autour des plaies. Les dents serrées, le vert et argent informula un #retro temporis retardum avant de lancer un #episkey sur lesdites plaies. Laissant sa voix porter le courroux de la trahison, le regard de l'homme s'assombrit.

- Du sang... Pour une déposition chez les aurors? Traîtresse! Ce méfait ne sera pas ignoré, vous pouvez me croire! Ragnarok!

Dans l'ombre, Hugin et Munin qui attendaient nerveusement pour agir depuis qu'ils avaient été appelés se préparèrent à faire ce que l'on attendait d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Mar 4 Sep - 19:40


[RP Pour Alexie & Adna. Ce RP se passe bien après le RP de Valens/Emma/Ithylis/Abygael, la boutique a été reconstruite]

Voilà maintenant quelques jours qu'Alice travaillait à Waddiwasi. Cette boutique la fascinait. La première fois qu'elle s'était rendue en ce lieu si magique, elle était accompagnée d'une élève, une Gryffondor. Elle souhaitait absolument lui offrir un petit quelque chose pour son implication au sein de la maison. Etant donné qu'elle était sûre que la jeune fille trouverait son bonheur ici, elle l'y avait emmenée. Mais aujourd'hui, elle était là pour une toute autre raison. Elle avait été embauchée comme vendeuse. Elle s'était arrangée avec la gérante du commerce pour ses horaires. La directrice des lions pouvait donc venir à Waddiwasi, mais passait l'autre partie de son temps à Poudlard. Il lui restait bien sûr du temps, qu'elle consacrait à Leila et Lucas, les deux jumeaux qu'elle gardait depuis la mort d'Eleonore.

Alors qu'elle mettait correctement en place quelques objets qui n'étaient pas parfaitement rangés dans les étagères, deux clientes entrèrent. Se penchant légèrement sur le côté pour voir qui étaient les nouvelles venues, la brunette fut très surprise. Pourquoi ? Simplement parce que c'était la directrice des Serdaigles qui était présente. Non seulement cette dernière était sa collègue, mais elle était également l'une de ses plus proches amies, son amie d'enfance qu'elle connaissait depuis plusieurs années. L'autre fille, plus jeune, devait probablement être une élève de la maison de Rowena. Etaient-elles là pour la même raison qu'Alice et la Gryffondor qu'elle avait amenée quelques mois plus tôt ? Cette hypothèse se confirma lorsque l'ancienne préfète entendit les mots d'Alexie. Elle proposait à la dénommée Adna de lui offrir un cadeau, car celle-ci était une bonne élève. La jeune Serdaigle répondit qu'elle souhaitait prendre une sucrerie. « Très bon choix... » se dit Alice. Elle était passée une bonne centaine de fois devant les confiseries et les dévoraient des yeux. Elle y toucherait peut-être un jour, avec l'autorisation de sa supérieure bien entendu.

Alors que la jeune fille se dirigea vers le fameux rayon, la blonde s'éclipsa vers le rayon des jeux et des vêtements. La directrice des lions, quant à elle, revint vers le comptoir pour être présente pour l'achat des clientes. Cependant, après quelques minutes d'attente, personne ne venait ? Elles ne s'étaient pas perdues en chemin tout de même ? Voulant être sûre que tout se passait bien, la jeune vendeuse se dirigea vers Alexie et son élève, toujours dans le rayon confiseries.

« Le choix est difficile hein ! Je peux vous aider ? Demanda-t-elle à Adna. Elle se tourna vers son amie, un grand sourire aux lèvres. Bonjour Alexie ! »
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alexie Scott, Mer 5 Sep - 1:10


Alexie avait eu l'idée d'emmener son meilleur élève du mois dans une boutique dans le but de faire son bonheur. Ce mois-ci le meilleur ou plutôt la meilleure se nommait Adna Evincio. La blondinette était fière de sa Serdaigle qui chaque jour un peu plus s'imposait comme une grande, au point d'être candidate à la troisième épreuve du tournoi des quatre maisons. Bien sûr, le choix de la directrice sera révélé un plus tard au cas où il y aurait des volontaires de dernières minutes. Enfin bref, la sang pure avait décidé d'accompagner sa bleue et bronze Adna dans la toute nouvelle boutique de farces et attrapes du village de Pré-au-lard, Waddiwasi. En choisissant ce magasin, Alexie était certaine de faire plaisir à son élève, après tout, tous les adolescents sont mordus de ce magasin.

Après être entrées, Adna et Alexie firent le tour de la boutique. La directrice proposa à sa Serdaigle, ce qu'elle désirait et elle lui offrirait. La bleue et bronze partit donc en direction des friandises. La blondinette laissa son élève quelques instants et se rendit dans d'autres rayons, en particulier ceux de vêtements et de jeux. Tout ça semblait très passionnant, mais ce jour-là Alexie ne s'était pas déplacée pour se faire plaisir, mais pour offrir un petit quelque chose à Adna. De ce fait, elle retourna vers cette dernière, lui demander si son choix était fait. Quelques minutes après, une jeune fille s'avança vers les deux clientes, la sang pure la connut immédiatement. Il s'agissait d'Alice Severus, sa collègue à Poudlard, mais surtout son amie d'enfance. L'ex Serdaigle était assez surprise de voir la brunette ici, elle ignorait qu'Alice travaillait dans cette boutique, mais après tout pourquoi pas, la vente est un métier fort sympathique et Alexie s'y connaissait bien grâce à Ollivander's. Alice les salua, leur demandant si elle pouvait leur donner un petit coup de main.


- Bonjour Alice, je savais pas que tu étais vendeuse dans cette boutique. A vrai dire, mon élève est encore en pleine réflexion, mais je pense qu'elle ne devrait plus tarder à faire son choix. Sinon comment vas-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Adna Evincio
Serdaigle
Serdaigle

Re: La Boutique

Message par : Adna Evincio, Mer 5 Sep - 16:56


Adna observa le rayon avec beaucoup d'attention. Tout lui donnait envie. Même si elle avait fait son choix, elle continuait à regarder chaque friandise avec intérêt. Elle regardait aussi les jeux, les vêtements. Soudain, une voix la ramena à la réalité, en fait deux. La vendeuse et sa Directrice de Maison lui adressaient la parole. Adna releva la tête, consciente du temps qu'elle venait de faire perdre à la charmante Alexie Scott.

Elle répondit à ses deux interlocutrices qui semblaient se connaître :

- J'ai fait mon choix, je suis désolée d'avoir mis autant de temps mais il y a tellement de bonnes choses ici, c'est impressionnant. Je vais prendre cette magnifique friandise en forme de Phénix. Merci de vous être déplacée pour venir me voir.

La jeune fille ne voulait pas interrompre la discussion des deux adultes, quoi que, elle était presque adulte aussi. Elle réfléchissait à quelque chose. L'adolescente souhaitait postuler pour devenir la championne de Serdaigle mais elle avait peur que ses cours ne s'accordent pas avec cette activité. Sauf si les épreuves étaient le week-end. Et même si elles n'étaient pas le week-end, il fallait qu'elle y réfléchisse. L'élève se promit d'en parler à sa Directrice en sortant du magasin.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Mer 5 Sep - 18:28


Alors qu'Alice, qui travaillait depuis quelques jours à Waddiwasi, remettait en place quelques objets sur les étagères du magasin, deux clientes étaient entrées. Et pas n'importe quelles clientes ! Alexie Scott, sa collègue et amie d'enfance, accompagnée d'une jeune élève de Serdaigle. La dénommée Adna s'était rendue immédiatement vers le rayon des friandises. La directrice des lions avait entendu son nom lorsqu'il avait été prononcé par la jolie blonde. Pour tout dire, elle avait même entendu leur conversation. Peut importe, ce n'était pas le plus important.

Une fois son rangement terminé, la vendeuse s'était rendue derrière le comptoir, prête à encaisser l'argent gagné par les Serdaigles. Elle attendit quelques minutes et se décida d'aller à la rencontre des deux filles. Adna était en pleine réflexion, regardant les confiseries, sans trouver la bonne probablement. Il y avait tellement de choix. On se croirait presque à Honeydukes ! Essayant tant bien que mal de ne pas se perdre dans ses pensées, à se remémorer les moments passés dans la merveilleuse boutique de bonbons de Pré-au-Lard, la brunette prit la parole, s'adressant tout d'abord à l'élève, puis à Alexie. Cette dernière répondit immédiatement après l'avoir reconnue.

« Bonjour Alice, je savais pas que tu étais vendeuse dans cette boutique. A vrai dire, mon élève est encore en pleine réflexion, mais je pense qu'elle ne devrait plus tarder à faire son choix. Sinon comment vas-tu ? »


Etant donné qu'elle avait été embauchée quelques jours auparavant, Alice n'avait pas vraiment eu le temps d'annoncer à tout le monde qu'elle était vendeuse à Waddiwasi. En bref, elle expliqua à Alexie qu'elle travaillait dans la boutique de farces et attrapes.

« Oui je travaille ici depuis quelques jours. Moi je vais très bien, et toi ? »


Alors qu'elle attendait la réponse de son amie, c'est l'élève qui annonça son choix. Elle s'excusa tout d'abord d'avoir mis tant de temps, puis prit un phénix comestible goût suçacide. La directrice des lions emmena les deux filles au comptoir.

« Cela vous fera 1 mornille s'il vous plait »


Alice prit l'argent donné par la directrice des Serdaigle. Elle rangea la pièce dans la caisse et remercia les deux clientes.
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alexie Scott, Mer 5 Sep - 19:52


En entrant dans la boutique de farces et attrapes de Pré-au-lard, Alexie ne s'attendait pas à voir sa collègue et amie d'enfance, Alice Severus. En effet, l'ex Gryffondor travaillait depuis peu dans ce magasin où les blagues et l'amusement étaient à l'honneur. Plantée devant les friandises, Adna réfléchissait encore par rapport à son choix entre les dizaines de confiseries exposées. Après mûres réflexions, la bleue et bronze opta pour une friandise en forme de phénix aromatisée aux suçacides. La directrice des Serdaigles salua Alice, lui demandant comment elle se portait. Cette dernière lui répondit qu'elle allait très bien, tant mieux. La blondinette était elle aussi en superbe forme ce jour-ci.

Accompagnée d'Alice, les deux clientes firent conduite à la caisse où Alexie régla l'achat de son élève. Cette dernière semblait très contente et souriait continuellement. Le prix s'élevait à une seule mornille. Ce montant fut vite payé grâce aux quelques pièces qui traînaient dans la poche de jean de la sang pure. Elle en prit une au hasard et la tendit vers la main de l'ex Gryffondor. Alexie salua son amie vendeuse et quitta la boutique en compagnie d'Adna. L'ex Serdaigle prit soin d'accompagner son élève jusqu'au château avant de partir dans le jardin, en direction de la petite maison du garde-chasse. Elle s'empressa de retrouver John, qui lui avait tant manqué.


[Rp terminé]


Dernière édition par Alexie Scott le Ven 7 Sep - 13:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kayla Laurens
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Boutique

Message par : Kayla Laurens, Jeu 6 Sep - 15:51


La journée était belle, le soleil tapait. C'était une journée
agréable et parfaite pour aller à Pré-au-lard. Il y avait beaucoup de
gens qui se promenait en groupe, mais Kayla avait préféré s'y rendre
seule. La blondinette aimait l'ambiance enjouée qu'il y avait en
permanence sur cette rue, avec toute ses boutiques s'était facile de
réduire le contenu d'un porte-feuille à néant.

Aujourd'hui, elle allait chez Waddiwasi, pour aller faire le plein de
farce et attrapes, la jaune et noir aimait beaucoup jouer des tours.
Elle pensait aussi à son amie Miyukii qui adorait rire, elle pourrait
alors en profiter pour partager avec elle.

Une fois dans la boutique, elle commença à regarder les objets un peu
partout, elle voulait des trucs qui pourrait servir quelque fois mais
pas trop dispendieux, son porte-feuille l'engueulerait à coup sur si
elle se laissait aller, il était assez colérique. Elle fit signe à une
vendeuse, elle voulait lui demander des informations pour avoir quelque
chose de bien pas trop cher. Un genre de kit de départ pour ceux qui
voulait faire des farces et attrapes, et comme mentionner plus tôt il y
avait longtemps qu'elle n'était pas venu dans cette boutique. Les seules
attrapes qu'elle connaissait bien c'était ceux dans les boutiques de
moldus et ce n'était pas très intéressant à comparer de ce qui était en
stock ici.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Sam 8 Sep - 17:13


Alors que je restais emurée dans mon silence, bras croisés, bouche fermée une jeune femme débarqua affolée dans la boutique. Elle inspecta le tout d'un oeil mauvais et s'avança vers nous en nous lançant avec ironie:

- Certainement, finissez vos emplettes, ce n’est pas dérangeant, notre boutique est à moitié détruite, la plupart des produits sont dans le même état… Je ne sais pas ce qui s’est passé, et à la limite j’ai presque envie de dire que j’en ai rien à foutre. Seulement, ce n’est pas en vous excusant que ça va nous aider à payer les frais de réparation, d’autant plus qu’un incident tel que celui qui vient de se passer, c’est mauvais pour les affaires. Qui a envie de venir dans une boutique qui se fait détruire par le premier abruti venu, hein ?!

Ses yeux lançaient des éclairs et si j'avais pu, je me serais enfuie bien vite en rigolant. Mais la situation exigeait bien plus que je reste ici, sagement et que j'intervienne si je le jugeais utile. Elles me faisaient un peu peur toutes les deux, et je craignais bien qu'elles ne finissent par nous attacher par les pieds dans leur réserve pour nourrir les corbeaux qui passeraient. Mais que pouvais-je bien répondre à cette tirade ?

- Si vous le prenez ainsi, nous pouvons également disparaître et vous laisser en plan. Je crois avoir fait montre de bonne volonté en vous proposant notre aide pour réparer les dommages causés à la boutique, cela dit je n'accepterai pas que vous me parliez de la sorte. Il semblerait que vous ne possédiez pas le moindre échantillon de la courtoisie dont le manque semblait selon vous teinter nos actes. Je vous signale également que la grosse majorité des dommages n'est pas de notre fait. Nous avons soigneusement veillé à limiter la casse et les dommages collatéraux, contrairement au ravisseur qui ne s'en soucie guère. Quant à vos clients, vous noterez que j'ai scellé la porte magiquement au début des hostilités pour éviter qu'un inocent ne rentre, certes pour leur sécurité d'abord, mais cela préserve votre réputation également si vous ouvrez après avoir nettoyé les lieux. Enfin si celle ci survit au fait que vous serviez ceux qui enlèvent les élèves de poudlard et que vous facilitiez leur évasion bien entendu. Donc baissez d'un ton ou nous aurons tous à y perdre.


Beuh... Euhm... Oui. C'était un peu "crû" de la part de quelqu'un qui venait de détruire une boutique. Car certes, nous n'étions qu'en partie responsable, mais en attendant la boutique était bien amochée et j'espérais qu'il ne comptait tout de même pas s'enfuir en laissant le taudis à leur propriétaire ? La moindre des choses était d'aider. Nous n'en aurions pas pour longtemps à 4, alors au tant ne pas chercher la petite bête.

- On va s'occuper de vous aider. A quatre ça ne devrait pas prendre bien longtemps.


Penchant la tête vers le serpentard, j'espérais le convaincre que batailler sans arrêt serait une perte de temps. Surtout si il connaissait la jeune femme dont l'entreprise avait été en partie détruite. Celle ci justement s'adressa à Valens:

- Ton discours est étrange. Déjà, tu devrais savoir qu'il nous faut un patronyme. "Crapule de la pire espèce" c'est un nom un peu trop courant pour que des recherches aboutissent. Et pourquoi vous n'en avez pas fait part à des sorciers habilités ?
- Vous ne le connaissez pas? Maximilien Nerolase. Un homme dangereux. Ne vous y frottez pas seule, lui ne le sera pas. Vous savez la confiance que j'accorde aux compétences de l'autorités. Le temps que ces derniers la trouve, elle sera morte et le ravisseur envolé. J'ai donc du faire appel la la Famille ainsi qu'à quelques amis possédant certaines spécificités. A moins que vous ne jugiez pas la Famille apte à se charger d'un tel cas, auquel cas je transmettrai vos doléances aux personnes concernées.

Le nom retentit dans mes oreilles, comme un lent écho dans une grotte sombre et caverneuse. Maximilien Nerolase, il nous avait filé entre les doigts, et je n'avais rien fait ! Quelle idiote j'étais... Poussant un long soupir pour revenir au calme, j'entendis les gérantes discuter de notre sort. Comme si nous n'étions pas là. Comme si nous n'étions pas devant elles. Par contre, je ne comprenais rien à cette histoire de "famille", c'était quoi ce délire encore ? La famille de Valens n'était pas du genre à lui prêter main forte dans les coups durs d'après ce que j'avais compris. Mais plutôt à être le coup dur qui nécessitait la main forte. Donc pourquoi parler de famille ?

- De quoi ? Quelle famille ? Je... J'ai du mal à saisir là...


Les interrogeais-je les sourcils froncés et les bras croisés tout en les regardant tour à tour. C'était bien joli de parler avec des codes entre amis. Mais je ne comprenais pas un traître mot de ce qu'ils racontait. Pourquoi tout dévoiler à quelqu'un qui vous menace de sa baguette ? Ce n'était pas le genre de Valens. Celui d'ailleurs n'étais pas exactement comme d'habitude. Ce combat l'avait frustré... Et il était plus agressif qu'à l'accoutumée. Mais quoi qu'il en soit, je commençais tout juste à en avoir marre des cachotteries.

- Alors, on fait quoi d’eux ?

- On n'a aucune assurance que ce qu'il dit est vrai. Alors on garde une assurance et on les relâche. On va aux Aurors faire une déposition et on recommence le boulot, si jamais on trouve ce type on se défoule dessus et on envoie une livraison aux Aurors, point.

Les Aurors ? Carrément ?

- Du sang... Pour une déposition chez les aurors? Traîtresse! Ce méfait ne sera pas ignoré, vous pouvez me croire! Ragnarok!

Traîtresse ? Hein ? Traîtresse de quoi ? Nous envoyer chez les autorités n'était pas quelque chose d'appréciable. De plus cela risquait de détruire tous les plans que nous avions préparés. A coup sur ils voudraient se mêler de cette affaire, et je ne croyais pas me tromper en indiquant que nous nous en sortirions mieux de notre propre chef. Je commençais à en avoir par dessus la tête de ce langage secret, on parlait de mon sort aussi quoi ! J'avais quand même le droit de savoir !

- Oh oh oh... Doucement... Je ne comprend absolument rien. Je ne suis pas enchantée de rencontrer les aurors, ça me semble un peu lourd d'ailleurs comme châtiment. On ira plus vite à reconstruire la boutique.


J'attrapais le bras de mon ami, il commençait à s'agiter... Je ne l'avais jamais encore vu comme ça. Lui murmurant doucement de ce calmer, je me trouvais un peu ridicule. Comme le dindon de la farce. Celle qui ne comprend rien à rien. Et ce n'était pas mon genre, être en dehors de quelque chose, quand cela me touchait même indirectement... Ce n'était pas dans mes habitudes. Et c'était surtout superbement désagréable.


[ HRPG: Désolée pour ce post de crotte, j'ai pas l'inspi aujourd'hui, et suis un peu en dehors du truc Smile ]

Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Sam 8 Sep - 18:18


Bip bip bip bip... « Réveil de me*de ! » lâcha Alice, tentant tant bien que mal d'arrêter cette machine qui ne voulait pas cesser son bip bip, qui durait déjà depuis deux minutes. La directrice des lions n'était pas du genre à se lever dès la première sonnerie - elle n'était jamais en retard - mais ce n'était pas son genre d'être au taquet si tôt le matin. Après plusieurs minutes passées dans son lit, la tête sous son oreiller, elle décida enfin à s'extirper de ses draps blancs. Il était neuf heures, et elle devait se rendre à Waddiwasi. Et oui, il fallait travailler. Elle n'avait pas été embauchée là-bas pour passer la journée chez elle ! Bien qu'elle était déjà bien occupée par son poste à Poudlard, par les jumeaux dont elle avait la garde, elle avait tenté. Elle avait réussi. Elle avait été prise à la boutique si célèbre de Pré-au-Lard. Elle avait réussi à s'arranger pour gérer tout en même et c'était parfait. Bref.

Elle se leva et se prépara pour se rendre à la boutique le plus rapidement possible. Elle s'imposait un temps de préparation, dans le cas contraire, elle passerait des heures dans la salle du bain, ou plutôt, dans sa chambre, la salle de bain étant une pièce qu'elle ne visitait que rarement. Peu importe, elle enfila rapidement un jean slim ainsi qu'un t-shirt et une veste. Après avoir demandé aux elfes de maisons de s'occuper des enfants, elle sortit de son appartement, se mit bien à l'abris des regards et transplana jusqu'à Pré-au-Lard. La brunette connaissait ce village comme sa poche et c'est donc tout naturellement que ses pas la guidèrent jusqu'à la boutique où elle travaillait, elle y entra et déposa ses affaires dans une salle réservée au personnel. Elle revint ensuite vers le comptoir.

A peine quelques minutes passèrent, et une cliente poussa la porte. Alice semblait la connaître, elle était peut-être une élève de Poudlard. Une Poufsouffle lui semblait-il. Travaillant dans le château en tant que directrice de Gryffondor, elle voyait pas mal d'élèves par jour, bien qu'elle ne les connaissaient pas tous, elle se rappelait de quelques têtes. Peu importe, elle était ici pour accueillir les clients et les aider au maximum. Alors que la jeune femme allait se diriger vers l'élève, cette dernière l'interpella, probablement pour demander de l'aide.

« Bonjour, bienvenue à Waddiwasi ! Je peux vous aider ? »
Revenir en haut Aller en bas
Kayla Laurens
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Boutique

Message par : Kayla Laurens, Sam 8 Sep - 19:06


Après avoir passé quelques instants à regarder les divers objets qui s'exposaient ainsi devant elle, elle fit appel à une vendeuse. Quand celle-ci s'approcha de la jaune et noir elle lui demanda si elle pouvait l'aider. Kayla hocha brièvement la tête avant de commencer à expliquer ce qui poussait sa visite ici. Elle releva la tête et crut reconnaître la personne devant elle. Ce n'était pas la directrice des Gryffons? M'enfin bref .

- Bonjour!Dit la blonde en souriant. J'avais bien quelques petites questions sur les produits, car j'aimerais bien avoir un petit kit de départ pour farceur, rien de bien méchant, non juste pour rigoler un peu. Mais rien de trop dispendieux non plus, je sais que je peux paraître difficile, mais c'est que mon porte-monnaie me cri après sinon.

Elle avait aussi déjà entendu parler d'une boîte à flemme, qui rendait malade quand on croquait dans une partie du bonbon et que pour guérir on mordait dans l'autre partie. Elle avait trouver cela ingénieux et elle s'était toujours promis de s'en acheter une un jour ou l'autre.

- J'ai aussi entendu parler de la boîte à flemme, que j'aimerais acquérir aujourd'hui pour sûr!

Elle fit un sourire à la vendeuse, elle ne voulait pas avoir l'air trop compliquer, mais elle espérait vivement que celle-ci pourrait l'aider à faire un choix sensé et qu'elle n’achèterait pas des trucs qui ne lui servirait pas après être sorti d'ici. Elle voulait aussi que son amie, qu'elle considérait un peu comme sa petite soeur, puisse en profiter avec elle. Elle passa rapidement une main dans les cheveux, et essayait de voir un peu partout, car il y avait plein de chose qui attirait le regard, il lui aurait fallu des yeux tout le tour de la tête pour tout voir, et encore...
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Dim 9 Sep - 17:16


Alors qu'Alice était arrivée à Waddiwasi quelques minutes auparavant, une élève de Poudlard venait d'entrer dans la boutique afin d'y faire quelques achats. Bien qu'elle regardait la jeune fille attentivement, tout en restant discrète bien entendu, la directrice des lions n'arrivait absolument pas à mettre un nom sur ce visage. Peu importe, elle était ici pour vendre et non pour se rappeler de tous les étudiants qu'elle croisait. La jolie blonde avait interpellé la brunette qui était immédiatement venue à son secours. Enfin, si l'on pouvait dire cela, car c'était simplement pour avoir un peu d'aide et de conseils. Il y avait tellement de choix ici qu'on aurait envie de tout tester !

« Bonjour ! J'avais bien quelques petites questions sur les produits, car j'aimerais bien avoir un petit kit de départ pour farceur, rien de bien méchant, non juste pour rigoler un peu. Mais rien de trop dispendieux non plus, je sais que je peux paraître difficile, mais c'est que mon porte-monnaie me cri après sinon. »


Elle fit une petite pause, comme pour réfléchir puis reprit la parole avant qu'Alice puisse lui présenter quelques produits.

« J'ai aussi entendu parler de la boîte à flemme, que j'aimerais acquérir aujourd'hui pour sûr ! »


Ah les boîtes à flemme ! La directrice des Gryffons ne saurait dire combien de personnes étaient venues ici pour acquérir ces confiseries qui rendent malade et qui soignent lorsque l'on mange l'autre côté du bonbon. L'élève semblait s'y connaître de ce côté, c'est pour cela que la jeune femme ne parla pas des boîtes. Elle entraîna la cliente dans un rayon et lui proposa quelques objets.

« Si vous voulez faire une bonne farce sans payer trop cher, je peux vous proposer pour une mornille, ce télescope farceur, il suffit de regarder dedans et boum, un bel oeil au beurre noir ! Je pense que vous m'avez compris. Elle emmena l'étudiante vers un autre rayon. Vous avez ici la baguette farceuse, dès que vous l'avez en main, elle ramollit ! Pratique pour faire une bonne blague. Même prix, une mornille. Un peu plus cher, pour un gallion et quatre mornilles, vous pouvez trouver un marécage portable, ou un trou portable. Vous pouvez le placer n'importe où. Il y a tout un tas d'autres trucs bien sûr, vous pouvez consulter le catalogue. »


Rapidement, elle se rendit vers le comptoir pour s'emparer d'un catalogue qu'elle ramena à la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Kayla Laurens
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La Boutique

Message par : Kayla Laurens, Dim 9 Sep - 19:00


« Si vous voulez faire une bonne farce sans payer trop cher, je peux vous proposer pour une mornille, ce télescope farceur, il suffit de regarder dedans et boum, un bel oeil au beurre noir ! Je pense que vous m'avez compris. Vous avez ici la baguette farceuse, dès que vous l'avez en main, elle ramollit ! Pratique pour faire une bonne blague. Même prix, une mornille. Un peu plus cher, pour un gallion et quatre mornilles, vous pouvez trouver un marécage portable, ou un trou portable. Vous pouvez le placer n'importe où. Il y a tout un tas d'autres trucs bien sûr, vous pouvez consulter le catalogue. »

Kayla écouta attentivement ce que la vendeuse lui expliquait. En effet le télescope et la baguette farceuse devait être des incontournable des farces et attrape. Kayla les nota mentalement sur sa liste de chose à acheter. Pour une mornille chacun elle pourrait facilement se les offrir.Par contre pour le trou ou le marécage portable elle devrait attendre. Pendant qu'elle se faisait sa petite liste, la vendeuse lui ramena le catalogue. Kayla la remercia et commença à vérifier les articles.

Elle tournait les pages lentement, lisant parfois les descriptions sue les produits qui lui semblait le plus intéressants. Donc elle en choisit quelques uns.


- Bon je crois que j'ai fait mon choix. Je veux une baguette farceuse, un télescope farceur, cinq fait maison, toujours drôle de voir des gens agir de manière plus animale et une inspi'potion. Je crois que ce devrait être assez.

Kayla commença à fouiller dans son porte monnaie pour trouver la somme qui allait lui être demander. Elle était satisfaite de ses choix, même si elle n'achetait pas beaucoup, elle aurait beaucoup de plaisir à faire les quelques petits tours qu'elle avait maintenant dans la poche.

Elle régla le montant de la facture, prête à retourner au château.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alice Severus, Dim 9 Sep - 19:28


Alice venait de présenter quelques objets pour faire de bonnes farces à sa cliente, puis lui avait amené un catalogue de la boutique pour que l'élève puisse le feuilleter afin de découvrir d'autres choses et d'en apprendre plus sur les produits. La brunette patienta quelques instants devant la blonde, jusqu'à ce que cette dernière annonça son choix.

« Bon je crois que j'ai fait mon choix. Je veux une baguette farceuse, un télescope farceur, cinq fait maison, toujours drôle de voir des gens agir de manière plus animale et une inspi'potion. Je crois que ce devrait être assez. »


Elle fit rapidement le compte dans sa tête. Elle commençait à connaître le catalogue par coeur et savait donc les prix. Si la directrice des lions n'avait pas fait d'erreur, l'élève devrait payer une mornille pour la baguette farceuse, une mornille pour le télescope farceur, cinq mornilles pour cinq faits-maisons, trois mornilles pour l'inspi'potion et cinq mornilles pour la boîte à flemme que la jeune fille avait demandé quelques minutes plus tôt. Le total était donc de quinze mornilles. Alice s'empara des objets que souhaitait acquérir l'étudiante et lui donna le tout dans un petit sachet Waddiwasi. Souriante, elle prit la parole.

« Cela vous fera 15 mornilles s'il vous plait. »


La brunette encaissa l'argent qu'elle rangea immédiatement afin de ne pas perdre ou oublier une pièce. Elle salua sa cliente, probablement prête pour repartir à Poudlard et faire de bonnes farces à ses amis avec tout ce qu'elle venait d'acheter.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Boutique

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 15:44


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 25

 La Boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 15 ... 25  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.