AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 13
Rues de Londres, après le couvre-feu
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
Antoni Londubat
Gryffondor
Gryffondor

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Antoni Londubat, Mar 29 Oct - 14:52


La question qu'avait posé Antoni en guise de réponse eut le mérite de déstabiliser Daily. Elle semblait incapable d'assumer ses actes et une telle chose agaçait l'ex-Gryffondor qui lui, avait perdu son temps en s'inquiétant de cette jeune femme qu'il avait trouvé dans une ruelle  en plein cœur de Londres. Il regrettait ça et, s'il n'avait pas abusé de sa propre gentillesse, serait déjà dans son lit à l'heure actuelle. La fatigue commençait à le rattraper et il n'avait pas envie d'écourter ses heures de sommeil pour de telles futilités. La rouquine était prévenue, le chemin qu'elle voulait emprunter était synonyme d'ennuis et de problèmes. Libre à elle de faire son choix, mais elle saura que ce ne sont pas tous les Aurors qui se tournent les pouces.

« Voyons,on ne va pas s'énerver pour aussi peu ? Aller, on oublie tout et je vous paye un verre ! Je vous laisse même choisir le bar ! »

Un verre ?! Comment pouvait-elle ?! Voulait-elle se servir de l'alcool pour encore s'enfoncer dans les problèmes ? C'était pitoyable. Boire un verre en si mauvaise compagnie .. ? Il avait bien mieux à faire ! Si elle voulait lui faire oublier tout ça, qu'elle abandonne, c'était peine perdue. Même s'il n'allait pas l'emmener avec lui au Ministère, il allait la tenir à l'œil et comptait bien farfouiller dans les dossiers pour en connaître un peu plus sur elle. Elle ne perdait rien pour attendre. Bref.  L'expression qu'il affichait parlait d'elle-même, elle avait sa réponse. Il tourna les talons et s'éloigna. Seulement, il ajouta ceci :

« Mieux vaut être seul que mal accompagné. » Provoqua-t-il futilement, étant donné qu'il rentrait chez lui seul.

[Fin du RP pour ma part.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Mer 30 Oct - 16:32


Daily était nerveuse, elle ne métrisait plus rien, et il commençait à faire froid. Bientôt la jeune femme vit de la fumée sortir à chacune de ses expirations. Elle avait demandé d'aller boire un verre mais elle savait déjà que c'était peine perdue. Ses yeux regardaient dans tous les sens, elle n'avait qu'une envie, que cette nuit se termine et vite. Elle commençait à sentir la fatigue et ses pieds étaient engourdit par le froid. Puis l'Auror donna sa réponse :

-Mieux vaut être seul que mal accompagné.

La jeune fille serra les poings mais ne fit rien. Elle l'avait mérité et elle le savait. Daily regarda alors Antoni s'en aller seul dans la rue vide et sombre. Il tourna au bout de la rue et disparut de la vue de la jeune femme. Elle resta là, seule dans le froid matinal, à ne rien faire, perdue dans ses pensées. Puis les rayons du soleil commencèrent à percer la brume. Daily remit son capuchon sur sa tête et pris la direction d'une auberge afin d'y prendre une chambre pour se reposer. Elle en profitera aussi peut être pour prendre un chocolat bien chaud, histoire de se réchauffer.

~~~ Fin du RP ~~~
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Sloan Wentz, Mer 30 Oct - 23:51


Rp avec Jake G. Kenway ♥


Il était tard. La pénombre avait envahi la ville, en tous cas, donc on pouvait supposer que c'était le cas. Maria ne savait pas trop, en fait. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait plus mis les pieds en Angleterre qu'elle avait perdu tous ses repères. Elle s'était enfin décidée à réapparaître, mais c'était plus laborieux qu'elle ne se l'était imaginé. Sa fine  silhouette, uniquement éclairée par la douce lueur de la lune, errait, sans but, à travers les rues. Cette curieuse apparition se tenait immobile, se demandant où elle devait aller. Il lui semblait qu'elle était parvenue à un point de non retour. Pourtant, elle ne s'était jamais sentie aussi forte et sûre d'elle-même après ces quelques mois passés dans le brouillard le plus profond. Elle s'était battue, elle avait vaincu. Après s'être laissée allée, elle s'était aujourd'hui pleinement retrouvée. Malgré cela, un problème conséquent lui barrait gentiment la route. Comment devait-elle faire pour reprendre sa vie d'avant, alors qu'elle l'avait quittée si brusquement ?

Elle n'était plus que l'ombre de ce qu'elle avait été. Elle avait changé, c'était indéniable, mais en bien. Toutes ces hésitations qui lui emplissaient la tête avaient définitivement disparu, laissant place à une jeune femme reposée et qui arpentait les rues dans une posture fière et gracile, dans sa légère robe noire, malgré le fait que son physique aie pâtit de ses derniers mois de vécu. En quelques coups de baguette, elle avait rosi ses joues blanchâtres, et avait démêlé et bouclé ses cheveux d'or jusqu'alors hirsutes. Il n'avait plus fallu qu'elle se maquille légèrement, qu'elle se refasse la manucure, et, parée de ses plus beaux bijoux, rien n'avait jamais apparemment changé en elle physiquement. Seule sa maigreur étonnante la trahissait.

L'Auror était là, perdue dans ses pensées alors qu'elle s'était remise à marcher silencieusement, à se demander par où elle devait aller, se qu'elle ferait le lendemain lorsque le jour se serait levé et surtout comment elle le ferait lorsqu'elle percuta de plein fouet un robuste corps en tournant à l'angle d'une rue. Agacée, elle se mît comme à son habitude à maugréer dans un langage des plus grotesques, bien peu raffiné dans la bouche d'une femme. C'était pour la louve une habitude de perpétuellement rejeter la faute sur les autres, et c'est ce qu'elle fît, relevant vivement la tête pour planter son regard de métal liquide dans celui du charmant jeune homme qui lui faisait face. Elle entrouvrit ses lèvres peintes de rouges et s'exclama  :

- B*rdel, espèce d'empoté, tu n'aurais pas pu faire un peu attention ?!

Sa voix, quoique rendue un peu rauque par ces nombreux jours où elle n'avait pas été utilisée, avait été froide, sans équivoque, pour aller avec les traits durs que la Vladescu arborait.
Revenir en haut Aller en bas
Jake G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Jake G. Kenway, Ven 1 Nov - 14:35



Encore une simple journée après s'être occupés de clients aux Halles Magiques. Jake était dernièrement coincé dans une chaîne sans fin de monotonie. Il était tard lorsque le sorcier était sorti du Chaudron Baveur. La lune était déjà haute dans le ciel, le Kenway devinait qu'il était facilement 23 heures ou peut être minuit. L'astre illuminait les rues davantages que les réverbères, et une vent passait et repassait. L'hiver n'allait plus tarder à montrer le bout de son nez. Jake regrettait de n'avoir pas apporté sa veste en cuir avec lui: son polo d'un blanc neigeux ne le réchauffait pas énormément. Mais il tenait le coup.

Bon, qu'allait-il faire ce soir là? Rentrer chez lui, aller sur son ordinateur et manger des nuggets qu'il aurait fait léviter par simple plaisir d'ennui?  Le sorcier, main dans les poches de son jean, marchait doucement, sans vraiment être pressé de rentrer chez lui lorsque tout à coup, une tête blonde sortit de nulle part pour lui foncer dedans. Il sursauta, ne s'attendant pas à rencontrer quelqu'un à cette heure et dans un coin encore assez proche des quartiers généralements déserts de la capitale anglaise. D'un langage grotesque la demoiselle qui lui faisait face larga d'une voix froide et rauque:

    - B*rdel, espèce d'empoté, tu n'aurais pas pu faire un peu attention ?!  

    - Que je sache c'est toi qui m'a foncé d'dans! Si tu crois que m'engueuler c'est une bonne technique de drague tu te fourres le doigt dans l'oeil. Gamine.


Pourquoi il avait dit ça? Tout simplement parce qu'une partie assez sûre de lui avait refait surface. En fait, c'était plus que de la confiance en soit. C'était presque du narcissisme, et puis comme à son habitude en fait, à travers cette phrase il s'attendait surtout à ce que ça soit réellement le cas et qu'elle tombe dans le piège. En fait c'était lui le dragueur entre les deux. Peut être qu'un jour ce côté Womanizer lui foutra la paix... mais bon pour le moment ça lui plaisait. En fait, le clair de lune sur ses cheveux et sa peau faisait en sorte qu'elle lui plaisait. Bien qu'il ne soit pas attirer par les blondes, elle était vraiment belle avec des yeux bleus ou gris, son joli teint et tout ça. En fait on pourrait presque croire qu'elle n'avait pas réellement cette couleur de cheveux à la base. Mais il vaudrait mieu de ne pas la surnommée la “fausse blonde”. Ca risque de tout foutre en l'air. Bref elle allait mangeait dans la main du Serdaigle, comme toutes les autres. Jake fit mine de s'en aller, sans jeter un oeil en arrière. Marchant cependant d'un pas plus lent que précédemment.
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Sloan Wentz, Sam 2 Nov - 1:51


Elle était là, cette arrogante louve, à observer le malotru qui avait osé l'importuner, et les secondes s'écoulaient sans que rien ne vînt troubler le lourd silence de la nuit, quand l'homme se décida enfin à le briser :

- Que je sache c'est toi qui m'a foncé d'dans! Si tu crois que m'engueuler c'est une bonne technique de drague tu te fourres le doigt dans l'oeil. Gamine.

Ebahie, Maria écarquilla les yeux. Elle crut rêver, si bien qu'elle faillit se pincer si cela n'aurait pas immanquablement signifié qu'elle se serait montré dans une situation où elle aurait l'air ridicule. Il était rare qu'elle croise un individu aussi narcissique qu'elle. C'était presque impossible, elle le savait parfaitement. Et en ce qui concernait les rares inconscients qui s'y risquaient, la verte et argent avait en règle général tôt fait de les faire redescendre sur terre en les remettant habilement à leur place. Pourtant, cet agaçant jeune homme l'avait détrônée de part ses paroles abruptes.

A abruptes, on aurait pu ajouter irraisonnées. Non, mais, depuis quand Maria était-elle une gamine, sérieusement ? Elle ne l'avait jamais été. Elle était même étonnamment mûre si l'ont omettait ce que son ego surdimensionné la poussait parfois à faire. Et, qui plus est, elle n'avait pas essayé de draguer ce mec, par salazar ! Il commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs, mine de rien, avec son piètre stratagème pour essayer de la charmer. Certes, il était canon, tout ça, mais il était clairement hors de question qu'elle se laisse faire. Du moins pas avant de s'être vengée.

Pendant que l'Auror fulminait en son for intérieur, il s'éloigna lentement - il avait une crampe au derrière ou ça se passait comment ? -, laissant derrière lui une Maria frustrée plus que de raison. Elle l'observa un instant, avant de se décider quant à la suite des événements.

- Attends.

La voix de la Vladescu n'avait été ni suppliante ni quoi que ce fût d'autre, s'avait plutôt été une voix sans ton, presque trop tranchante. Pourtant, il devait probablement déjà s'imaginer qu'il avait gagné...C'était mal connaître la vile jeune femme. Avec un mince sourire moqueur, qui prît un certain côté charmeur alors qu'elle se rapprochait, Maria se planta devant son interlocuteur, l’empêchant d'avancer davantage. Elle le dévisagea un instant, toujours aussi impassible, avant de s'avancer vers lui. Elle lui effleura la joue de ses lèvres rosées jusqu'à son oreille, où elle lui susurra, plus vicieuse que jamais :

- En fait, tu dragues vraiment mal et de nous deux, c'est plus toi le gamin à essayer de la jouer désinvolte sans y arriver. Mais ne déprime pas, tu as le restant de ta vie pour essayer de réfléchir à comment te trouver quelqu'un...

Elle lui lança un clin d'oeil plus qu'ironique et se retourna, s'apprêtant à partir, un fou rire s'emparant déjà d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Jake G. Kenway
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Jake G. Kenway, Sam 2 Nov - 16:12



    Il avait reprit son allure lente, et s'en allait droit, sur la rue sombre éclairée tous les cinq mètres par des réverbères à lumières jaunâtre. Le jeune homme s'en allait, ou presque. Il était persuadé que la demoiselle allait le rattraper, le retenir. Une jeune femme à un caractère aussi agressif ne pouvait tout simplement pas laisser un beau gosse se casser après l'avoir insulté. Donc il était évident qu'elle allait l'appeler, le supplier, traîner à ses pieds. Purée si jamais elle le faisait pas, Jake se sentirait bien con.

    Le jeune homme se satisfaisait pour le moment d'être aussi narcissique, machiste et dragueur. Il lançait souvent des paroles déraisonnables et en rigolait intérieurement. Parce qu'en fait, tout la gente masculine pouvait constaté que les femmes n'étaient attirés que par les connards. Jake en était un, à première vue. Mais lorsqu'il apprenait à connaître ses victimes il changeait. Mais généralement, il mettait fin aux relations et aux aventures. Il se cassait, comme un bâtard.


      - Attends.  


    Ah ! Il s'y attendait. La blonde avait parlé d'une voix dépourvue de ton, bon elle suppliait pas, ni rampait à ses pieds, mais elle n'allait pas le laisser partir, ce qui signifie que la discussion était loin d'être terminée. Jake esquissa un sourire alors qu'elle était dans son dos. Elle s'approcha de lui, il effaça la marque de satisfaction, se mit face à lui, l'empêchant d'aller plus loin. Elle avait un petit sourire qui fallait l'avoué, faisait de l'effet au Serdaigle. La jeune femme l'examina et se rapprocha davantage du sorcier. Elle effleura la joue de celui-ci de ses lèvres... Jake sourit, s'apprêta à la saisir par la taille, mais elle lui glissa quelques mots qui le fit hésiter :

      - En fait, tu dragues vraiment mal et de nous deux, c'est plus toi le gamin à essayer de la jouer désinvolte sans y arriver. Mais ne déprime pas, tu as le restant de ta vie pour essayer de réfléchir à comment te trouver quelqu'un....  


    Elle avait un de ces caractères... On ne croisait pas des personnes comme elle tous les jours. Jake ne comptait pas laisser passer des trucs du genre aussi rapidement. Le jeune homme, ne sentant plus le froid à cause de l'effet qu'elle avait sur lui, profita du fait qu'elle ne s'était pas encore éloignée, pour, après avoir lâché un souffle au creux du cou de la caractérielle chuchota à son tour, dans l'oreille de celle qui se disait insensible à son charme :


      - Je drague vraiment mal, mais j'embrasse terriblement bien pour un gamin.  



    Surprise ! Le jeune homme saisit d'une main son visage, et posa ses lèvres contre les siennes. Il attendait avec impatience sa réaction. Il n'avait pas pour habitude d'avoir des proies résistantes. Ses lèvres étaient froides, mais il était persuadé que ça n'était en rien lié au fait qu'elle était indifférente à sa personne. Je t'ai surpris, vas-y surprends moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Jeu 5 Déc - 18:59


{RP avec Razvan}

Encore une rencontre nocturne avec le dénommé Razvan, à croire que les deux êtres ne pouvaient pas se voir le jour. Le Roumain avait rapidement fait l'acquisition de tous les achats, ce qui était une bonne chose surtout qu'il en aurait probablement bientôt besoin. 13 n'aimait pas cette nouvelle rencontre, il n'y avait rien de mieux pour un guet-apens. Il devait faire confiance à l'étranger, sans être certain de vraiment pouvoir lui faire confiance. Mais après tout, il s'inquiétait probablement pour rien. Les Aurors étaient trop occupés à faire des tours de ronde inutile plutôt que de s'intéresser à eux. Et pour l'instant, il n'y avait aucune autre menace à leur encore.

Il sortit sa montre à gousset, vérifiant l'heure afin de s'apercevoir qu'il n'était pas encore l'heure du rendez-vous. Il avait envie de faire les cent pas mais il valait mieux éviter de faire du bruit. Ses deux mains dans les poches, chacune tenant une baguette, il observait les alentours par les fentes de son masque. L'adrénaline montait en lui, cela faisait longtemps qu'il n'avait plus eu de rendez-vous clandestin alors qu'il était recherché. Ou du moins, il espérait être recherché. L'attaque du Poudlard Express n'était qu'un prélude à un projet bien plus vaste. Si les Aurors ne se méfiaient toujours pas de lui, ils risquaient bientôt de comprendre que ce Mangemort était dangereux. Non pas qu'il était invincible, mais il avait toujours tout un tas d'idées et de plans pour faire plonger le monde dans le chaos. Il était temps que ce monde connaisse la terreur.

Des bruits de pas approchaient dans sa direction. Ils étaient presque imperceptibles mais ce genre de bruits était fait par un homme qui désirait ne pas se faire remarquer malgré le poids qu'il transportait. Ce devait être Razvan ou du moins, il l'espérait. 13 était caché dans la pénombre, là où la lumière ne pouvait pas l'éclairer. Il avait rejoint les ombres pour se mêler à elles, il n'en sortait que pour semer la terreur. Un individu s'approcha du lieu de rencontre et le Seigneur des Ténèbres fut soulagé de voir arriver le Roumain. Personne d'autre ne se trouvait dans les parages et puis il avait l'intention de finir de conclure cet accord ailleurs que dans cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Personnage, Ven 6 Déc - 12:38


Razvan Berbec était heureux. Ce soir, les affaires iraient bon train. Enfin, il pourrait se faire rembourser tous ces achats. Enfin, il verrait si son interlocuteur masqué était fiable ou non. Enfin il pourrait rendre des comptes au Réseau, il se ferait moins de souci pour sa propre personne et pourrait s’installer de manière durable sur le territoire de Grande-Bretagne. Mais juste avant d’atteindre la gloire, il fallait sortir, encombré, et ne pas se faire suivre.

Il devait transporter un casque et des menottes, rien de très encombrant pour le moment, mais aussi un œuf de Dragon, un mamba noir, sans oublier une cape d’invisibilité et une baguette bien spéciale. Pour la baguette, il pouvait la garder sur lui pour le moment, mais l’important était de ne pas l’utiliser. Il ne connaissait pas entièrement l’art des baguettes mais préférait éviter qu’elle ne lui soit fidèle, d’autant qu’il n’avait aucune idée de ce à quoi elle allait servir. L’œuf de dragon était bien près de son corps, caché sous sa cape, contre son torse, comme à chaque fois qu’il en transportait un. Au toucher, on ne pouvait rien sentir. Il était terriblement protégé, ne pouvait pas tomber, et surtout ne casserait pas. Au prix de cet œuf, il comptait bien en prendre soin !

Les menottes et le casque, voilà qui pouvait se porter sur soi sans trop de problème, dans une poche ou dans une autre. Le plus difficile était la cage du Mamba noir. Et c’est là que la cape d’invisibilité qu’il avait achetée pour son interlocuteur allait être précieuse. Il ne comptait pas se balader en pleine rue, mais au cas où quelqu’un se pointe, il ne pensait pas que se trimballer avec un serpent à la main soit très rassurant, et il ne comptait pas se faire remarquer. Aussi décida-t-il de draper la cage de la cape d’invisibilité et e la transporter à la main. Le plus difficile restait maintenant de marcher en faisant comme s’il ne portait aucun poids.

Heureusement qu’il savait transplaner, et qu’il allait se servir de ceci pour ne pas se faire suivre. Le rendez-vous était fixé dans Londres, à la nuit tombée, dans une rue désaffectée qu’il avait déjà visitée rapidement, ne serait-ce que pour savoir où il retrouverait son interlocuteur. Partant de Pré-au-Lard, se mettant bien à l’écart de la ville, il transplana d’abord avec tout son poids dans des villages annexes. Loutry Ste Chaspoule, dans une ruelle sombre. Godric’s Hollow, à la sortie de la ville. Ils fit ainsi quatre ou cinq villages avant de se décider à revenir dans Londres, et à attendre quelques secondes pour savoir si quelqu’un apparaissait derrière lui. Personne. Parfait.

Il commença à marcher, n’ayant évidemment pas pris de risque d’arriver directement au point de rendez-vous. Il faisait le moins de bruit possible, longeait le mur de cette rue désaffectée, avant d’arriver enfin au point de rencontre. Il était là. Razvan serra sa baguette dans sa main, prêt à riposter au moindre mauvais coup.

« Je tout avoirrr mais je prrréférrrer changer de lieu pourrr endrrroit plus sécurrrisé. Vous choisirrr, moi pas tendrrre piège. Êtrrre d’accorrrd ? »

Razvan gardait un visage impassible, mais préférait jouer la sécurité. Il n’avait confiance en personne, et il comprenait que ce soit la même chose. S’il y avait un guet-apens, il pourrait le déjouer en bougeant. Et en même temps, il ne choisissait pas d’endroit pour ne pas donner l’impression qu’il tendait lui-même un piège. Il espérait que son interlocuteur accepte, ou il ne pourrait jamais se détendre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Ven 6 Déc - 14:40


{Autorisation du MJ pour le libre-arbitre de Razvan}

Le Roumain était méfiant et lui aussi voulait changer de lieu pour boucler cette transaction. À découvert, plus ils restaient, plus ils courraient un risque mais cette rue était déserte. Il ne fallait pas perdre plus de temps que cela et 13 s'approcha de l'étranger. La meilleure solution était de transplaner. Ils étaient certains d'être plus que discret par cette méthode.

- Acceptez-vous que je vous emmène avec moi en utilisant le transplanage d'escorte ? C'est la meilleure solution.

Razvan semblait avoir déjà réfléchi à cette idée avant que le Mangemort ne posa la question puisqu'il hocha la tête. Le sorcier au masque vénitien et à la voix rauque, attrapa le Roumain par le bras. Il n'y avait toujours personne aux alentours. Personne pour pouvoir savoir que les deux groupes faisaient affaires. Cela était parfait. Plus discret, ce n'était pas possible et les deux sorciers partirent dans un CRAC.

Suite du RP
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Enigmera Prewett, Mar 17 Déc - 0:30


{RP unique}

Il était tard ce soir là lorsqu'Era quitta les bureaux du Ministère pour aller effectuer sa ronde. Ce soir, elle allait se mêler aux moldus, aussi décida-t-elle de troquer sa cape contre un grand manteau noir pour se fondre au mieux dans la masse. Elle attacha ses longs cheveux roux, rangea ses baguettes dans ses poches et prit la direction des rues de Londres.

Le ciel était d'un noir d'encre et il faisait un froid glacial. La sorcière marchait ainsi dans la ville, les mains dans ses poches, chacune d'elle tenant fermement une baguette.

Elle rejoint rapidement un quartier discret, le genre de terrain où les mauvais coups sont réalisés. Le tout était de faire la différence entre les moldus rebelles qui pourraient la ralentir, et les sorciers qu'elle cherchait principalement : les mangemorts. La rouquine n'avait pas oublié le carnage qu'ils avaient fait dans le Poudlard Express. Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer les hurlements de terreur et de douleur que les enfants avaient du pousser... Elle savait aussi qu'à présent tout était différent, les sorciers attendaient les Aurors au tournant. Ils attendaient d'eux qu'ils protègent la communauté magique, qu'un tel acte terroriste ne se reproduise plus. C'était en partie pour cette raison que les rondes avaient pris une toute autre signification pour la jeune femme. Jusque là, elle n'avait pas été confronté à l'horreur extrême dont sont capables les mages noirs. A présent, il fallait être sur le qui vive constamment. Ne négliger aucun détail, se méfier de tout, et peut-être même de tout le monde... Plus qu'avant.

Alors qu'elle réfléchissait aux responsabilités de son poste, Era s'enfonçait dans des ruelles sombres. Elle stoppa soudain sa marche pour écouter. Des voix se faisaient entendre dans une rue perpendiculaire. S'agissait-il de simple moldus ? La rouquine tendit l'oreille. Un fort accent roumain s'éleva alors, demandant un endroit plus sécurisé. Plus sécurisé pour quoi ? Il fallait déjà en vouloir pour se planquer dans une ruelle sordide comme celle-ci. Moldus ou sorciers, les affaires qu'ils avaient à régler n'avaient rien d'innocentes à coup sûr. Rapidement, Era sortit de sa poche un de ses miroirs double faces et le dirigea discrètement vers la rue. Elle découvrit alors deux hommes, n'en devinant que les silhouettes sans en voir les détails à cause de l'obscurité qui régnait. L'un d'eux portait ce qui semblait être un masque. Le genre de masque que portait les mangemorts.

- Acceptez-vous que je vous emmène avec moi en utilisant le transplanage d'escorte ? C'est la meilleure solution, déclara l'homme au masque.

La jeune femme sentit alors son coeur faire un bond immense dans sa poitrine. "Transplaner", Il n'y avait que des sorciers pour utiliser ce terme ! Elle tenait là l'occasion d'en coincer un, au moins ! Enfin ! Les deux hommes ne semblaient pas avoir conscience de sa présence, elle pouvait surgir, là tout de suite, les immobiliser et faire regretter au mangemort ses actes, rassurer le monde magique. Mais alors qu'elle bondissait dans la ruelle, baguettes tendues en lançant un stupéfix, un CRAC sonore retentit. C'était trop tard, ils avaient disparus, transplanés, volatilisés on ne savait où. Le sort de la jolie rousse alla finalement s'écraser contre le mur du fond, illuminant la ruelle un court instant avant de la replonger dans les ténèbres.

Abasourdie, l'Auror alla inspecter l'endroit précis où se trouvaient les deux hommes. Comme elle s'y attendait, il n'y avait rien du tout. Rageant intérieurement de sa défaite, Era rebroussa chemin, mains dans ses poches, serrant si fort ses baguettes entre ses doigts que les jointures de ses mains lui en firent mal. Une défaite de plus, mais au moins elle le savait, ils manigançaient quelque chose avec un sorcier roumain.

Pour autant, hors de question de rentrer immédiatement. Elle s'arrêta avant de retrouver les rues bondées des quartiers animés, sortit de la poche intérieure de sa veste un calepin à la couverture en cuir, et y nota ce qu'elle venait de voir. Puis le calepin reprit sa place, et la sorcière se fraya un chemin parmi les moldus, il était temps d'aller surveiller d'autres endroits.
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Alexie Scott, Ven 10 Jan - 15:29


« Tatoo pour me plaire »
Pv : April Warren ♥

Je me retrouvai dans la rue, plongée dans la froideur de l'hiver. J'allumai une cigarette et fumai le temps de quelques secondes avant d'en proposer à April. Cela me réchauffait quelque peu. Je rangeai mon paquet de clopes dans mon sac et je sortis ma flasque magique. Je l'ouvris et bus quelques gorgées avant de, à l'instar de la cigarette, la donner à April pour qu'elle plane aussi. Je la pris par le bras et me mis à déambuler dans les rues de Londres. Les passants nous regardaient bizarrement. Ils avaient quoi eux ? Ils voulaient une photo ? Je m'accrochais au cou d'April, au risque de basculer et de tomber, puis je me suis mise à chanter.

- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaalleeeeeeeeeeeeez viens boire un p'tiiiiiiiiiiiiiiiit coup à la maison. Y a du blaaaaaaaaaanc, y a du rouuuuuuuuuuge du saucisson. Aller chante Apriiiiiiiiiiil !

Je marchais en zigzagant. Je ne ressemblais pas à grand chose. Mais qu'importe, je m'éclatai c'était le principal. Je ne pensais même plus à Holly ou à son père. J'avais l'esprit ailleurs. Avec April, on arrivait à un carrefour. Au loin, j'aperçus un salon de tatouage. Je regardais April avant de me mettre à courir pour coller mon nez sur la vitrine. Le salon n'était toujours pas fermé. D'un air blagueur, je regardai de nouveau April. J'avais eu une idée de fou.

- Ca te dit on se fait tatouer ? T'es pas une gonzesse quand même, t'as pas peur des aiguilles hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Dim 12 Jan - 22:36


La soirée était géniale. Si seulement elle pouvait s'arrêter de beugler l'autre là, j'allais peut-être m'entendre penser. Mais en fait je voulais pas m'écouter. Du coup je m'étais mise à chanter avec Lexitée dans des beuglements successifs qui me donnaient un sentiment d'être la chanteuse des Bizarr Sisters. Puis après elle me mis une cigarette dans la bouche. Je trouvais que ça ressemblait à une sucette recouverte de minis-coussinets. Du coup j'aspirai un grand coup dedans, m'imaginant inhaler le même air que les anges respiraient. Sauf que ça n'avait rien à voir, je m'étouffai sur place en crachant de la fumée blanchâtre sous les néons de la rue. Mais je n'avais même pas eus le temps de me remettre de cette taffe soudaine qu'elle me donna une bouteille. Cette fois-ci je l'acceptai avec joie et bus le fond de la bouteille... Qui devait être la moitié de cette dernière.
-Tiens! Rognonnai-je en lui redonnant sa flasque. Il reste deux gouttes et demi.

Cette fois-ci on continua de chanter avant qu'Alexie s'accroche à moi à deux doigt de tomber. Devant des passants qui nous regardaient comme si on venait de Transylvanie.  Je ne me gênai pas pour lever mon majeur en leur direction. Avec Alexie, on gambadait toute pompette, sous les bras de l'une de et de l'autre. Quand soudain cette grosse p*** me regarda avant de me lâcher comme une bouse de dragon avant de courir je ne sais où. Ah! C'était vers un bâtiment tout blanc où s'était marqué palpage. Palpage... C'était quoi palpage?? C'était quand on nous palper? La couguar avait le nez collé contre la vitre du bâtiment blanc. Puis d'un coup elle se retourna vers moi et me lança avec son sourire sournois:
-Ca te dit on se fait tatouer ? T'es pas une gonzesse quand même, t'as pas peur des aiguilles hein ?

Sans crier gare, je m'étais mise à rigoler comme une hyène sans savoir trop pourquoi.
-Tu m'as pris pour une tebê ou quoi? Lui dis-je en me précipitant après être sortie de mon incompréhension. Bouge ton cul! Viens!
Je rentrai en trombe dans le salon avec Alexie au bout du bras.
-Saluuuuuuuuuuuuut mec!
C'était un tatoueur très mignon. Il semblait tout droit sorti d'un film de Jennifer Anniston...
-On voudrait se faire tatoueeeeeeeeeer... Euh... Une date! On est le combien aujourd'hui? La date de le jour qu'on est aujourd'hui! Ca te dit Lexie?


Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Alexie Scott, Mer 15 Jan - 16:54


Je continuais mon petit concert privé et m'arrêtai lorsque j'aperçus le devanture d'un salon de tatouage. Ni une ni deux, j'attrapai April par le bras et la forçai à coller son nez contre la vitrine. Des symboles et des dessins présentaient les différents tatouages que le salon proposait. Je demandai à April si elle était chaude pour se faire tatouer. Elle me donna son aval en m'accaparant avant de déambuler dans le salon. J'étais morte de rire. April salua le tatoueur qui au passage était plutôt pas mal. Et si on faisait un plan à trois ? Ah non c'est vrai on été pas venu pour consommer, mais seulement pour se faire tatouer quel dommage, il semblait... appétissant. Quoi qu'il en soit avec April, on se payait bien sa tête et on le faisait bien tourner en bourrique.

- Non c'est une idée de m*rde ! Où t'es allée chercher ça toi ! Non moi je veux que tu me tatoues le prénom "Phoebe". Sur la fesse droite ! Non je plaisante sur le bras en fait en calligraphie. Eh fais ça bien steu plait. Attends moi ici April je reviens, je vais me faire tatouer par mister univers.

L'homme m'emmenait alors dans une autre pièce, on aurait pu faire des cochonneries. Je choisis l'écriture pour le tatouage et lorsque la marque fut placée sur mon bras, il débuta avec la première lettre. Ça picotait, ça me faisait rire alors je riais, mais en fait c'était nerveux parce que y avait pas de quoi rire. Alors j'arrêtai. Je regardai autour de moi, il y avait plein de portraits de tatouages accrochés au mur et même que c'était trop beau. Après un bon nombre de minutes, la douleur qui s'émanait de mon bras s’estompa tout comme le bruit de l'aiguille. Ça y est, c'était terminé. J'avais désormais le prénom "Phoebe" gravé sur ma peau, à tout jamais.

- Regarde April, l'est beau hein ? Aller à toi, je t'attends ma langouste !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Lun 20 Jan - 22:42


- Non c'est une idée de m*rde ! Où t'es allée chercher ça toi ! Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla! Bla Mister Univers! Bla bla bla bla!
-Ouais, ouais! M'exclamai-je en ayant compris que la moitié de ce qu'elle m'avait dit.
Je me m'étais mise à pouffer de rire, en voyant Lexie partir dans l'autre salon. "Attends et si elle se le faisait!! Ah nan je voulais me le faire moi aussi!!" Mais le bruit de l'aiguille qui retentissait me disait que ce n'était pas des galipettes qu'ils faisaient. Je poussais un énorme soupir de soulagement et me laissais tomber sur la chaise à côté d'un bureau. Il y avait un stylo, un pot de crayons, une agrafeuse, et pleins de dessins aux formes bizarroïdes. La lumière clignotait dangereusement. Elle clignotait! Elle ne vacillait pas! Je jetai un coup d'oeil, et je vis que c'était un lampadaire... Je détaillais mieux la pièce, et remarquais la photo copieuse qui était à côté...
-Mais c'pas un sorcier ça!

Un magnifique idée. Non, pas juste magnifique, mais c'était la meilleure idée de ma vie me venait à l'esprit!! Je rigolais comme une kanée à cette idée. Mais ni une ni deux, je relevai ma robe, baissai ma culotte, et m'assis sur la photo copieuse, appuyant sur un bouton au hasard... Je sentis une lumière scanner mes fesses, et je me disais qu'il y avait une ressemblance avec les toilettes des auberges italiennes à quatre étoiles, remplies d'objets volants et de balais dépoussiérant les tapis. Mais le pire, c'était le réceptionniste avec ses dents jaunes et sa tête de fion qui rigolait tel un pervers sadique... Brr. J'eus un énorme frisson rien qu'en y repensant...
-Regarde April, l'est beau hein ? Aller à toi, je t'attends ma langouste !
Je regardais ma Citron exhibait son nouveau tatouage sur son bras avec marqué... Phoque? Phooui? WTF?? Pourquoi marqué Phooui, cela voulait rien dire put***!
-Bof! Il veut rien dire ton tatouage! Dis-je en affichant une mine boudeuse.
Mais je souriais en voyant l'écriture caligraphique. C'était jouuuuuuli!!!
-Allez à moi!! Criai-je toute pimpante, toute contente.
Je remis mon slip des "Sex Pistols" dans des trémoussements frénétiques puis partis dans la salle d'à côté en envoyant un bisous à ma Choue d'Alexie.
-A tout de suite ma belle!

Le tatoueur me demandait ce que je voulais... Je clignais plusieurs fois, des yeux en me demandant quel message j'allais garder jusqu'à la fin de ma vie imprimé sur mon corps... Et si je me tatouais une tête? D'un gnome... Chevauchant une licorne... Entrain de prendre de l'extasie?
-Trop claaaaasse... Murmurai-je en essuyant le filet de bave qui me coulait sur mon menton.
Après dix minutes de réflexion, une idée me vint en tête... Et une autre... Et une autre!
-Alors... Ce que je vais me faire tatouer c'est...
Je chuchotais dans son oreille les trois tatouages en question.
-Vous êtes sûre? Me demanda-t-il les yeux scintillants.
-Ecoute mec... Lui dis-je en posant ma main sur son épaule. Je vis un put*** de moment de lucidité là! Donc laisse-moi faire... Je sais ce que je fais... C'est.. Dieu, Jésus tu vois!
Je regardais en l'air, tentant de voir ses fameuses divinités à travers le plafond à moitié défoncé.
-Je dois le faire... C'est ma mission! Mais commence par le plus court s'teu plait. Mec...

Et il sortit l'aiguille qui s'actionna telle une perceuse moldue. "Meuh ça va!! Elle était toute petite l'aiguille! Je baissai ma robe, dévoilant un soutif noir sans bretelle. Il posa l'aiguille sur une de mes côtes et... Un cri aigu sortit de ma bouche.
-Mais put***!! Ca fait mal bordel!!!
Au bout de cinq minutes de douleur, le prénom "Abdel" luisait d'une couleur noir au-dessous de ma poitrine. Ce fut le tour du tatouage à l'épaule. Je mis mon poing dans ma bouche, me mordant jusqu'au sang, puis attendis. Et cela pendant dix minutes... Et une demi-heure plus tard, un phénix trônait au bas de mon dos. Je pris une serviette et m'essuyais les larmes qui coulaient sur mes joues...
-Merci!! Lui dis-je enthousiaste, une fois qu'il ait finit de me désinfecter mes plaies. Je me redressais sur mes talons, tombant à moitié en remettant ma robe.
-Je t'ai laissé des souvenirs de moi et de mon c** sur... La photo copieuse.

Il me regarda comme une demeurée, et puis je rejoignais ma Lexie.
-Choue? J'ai terminé on y va!
-Eh!! Vous avez pas oublié quelque chose?
Le tatoueur frotta ses doigts. Le genre de signe qui voulait dire: "paye-moi ou je te jure ça ira très mal!!"
-Ah oui bien sûr!! Dis-je en marchant d'une démarche titubante vers lui. Je fis une chose qui me démangeait depuis toute la soirée. Je mis ma main dans ses cheveux, et l'embrassai fougueusement avant de partir en courant morte de rire en tirant Alexie avec moi.
Il courut après nous, en criant des obscénités et des "Eh!" agressifs.
Après avoir parcouru deux rues, je regardais derrière moi et vis que qu'on l'avait semé.
Je me tenais les côtes, encore morte de rire de la tête du mec...
-T'as vu la tête du mec? Je croyais qu'il allait nous buter sérieux!




Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Alexie Scott, Mar 21 Jan - 17:06


Alexie étant bourrée, mon texte est saccadé.

La tatouage, à jamais incrusté dans me peau, m'embellissait encore plus. J'étais trop belle, trop sexy, trop magnifique bref trop parfaite. J'avais trop de classe et j'avais tout ce qu'il fallait où il fallait. Bref, j'étais la fille d'un dieu. Narcissique, prétentieuse et égocentrique ? Moi ? Non pas du tout. Mon tatouage fait, je quittai la salle et retournai auprès d'April afin de la confier au tatoueur. J'avais pas peur pour elle, l'était forte cette gonzesse là. Forte et endurante. Quelques minutes, semblables à des heures dans mon état, ma coupine de beuverie revint auprès de moi.

J'étais contente de la retrouver, elle m'avait trop manqué. J'avais l'impression qu'on s'était quittées y a une semaine. C'était une sensation hyper méga trop bizarre. Les tatouages dessinés, il était temps de mettre les voiles, de voguer vers de nouvelles aventures, d'aller où bon nous semble. Mais avant de faire le moindre mètre, il fallait régler mister univers. J'avais oublié ce détail. Heureusement, super Warren était là pour arranger la situation. Elle décida de le payer en nature, puisqu'elle glissa sa langue dans la gorge du beau brun avant de m'attraper et de m'amener autre part, loin de toutes ces aiguilles et de ces dessins louches.

- La tronche qu'il a tiré, ÉPIQUE ! Jte kiffe trop toi. Au fait c'est quoi ton tatouage ? Ah et puis on fait quoi ? On va où ? L'est quelle heure ?

J'avais envie de continuer la fête ailleurs. Peut-être dans un bar et faire un streap tease sur une table. Oh oui ! J'avais envie de m'exhiber. Je proposai mon idée à April et après avoir donné son aval, je me suis mise à la recherche d'une boîte "after". Il était tard, les after allaient ouvrir. Youhouu. Partyyyy hard. On allait trop s'éclater, ça allait être le pied. Je pris April par le bras et l'emmenai dans la boite. Le videur nous fit entrer en nous sifflant. "Vous êtes cannons les nanas !" lança t-il. Sans blague ? Comme si on était pas au courant qu'on était trop bien gaulées et trop belles !

La boite a peine ouverte, elle était déjà bondée. La musique, émanant des enceintes, me faisait vibrer. J’entraînai April sur la piste de danse et commençai à me déhancher comme ce n'était pas permis. J'aimais trop être une adulte. J'étais libre de mes mouvements. J'avais bien fait de donner Holly à son père. J'étais tellement mieux sans elle, je pouvais me lâcher et être moi. Au loin, deux mecs nous mataient, mais genre grave. Limite ils avaient le filet de bave dégoulinant sur leur menton. Ils étaient pas mal eux aussi il fallait avouer.

- Tu veux lequel ? Chiche d'aller rouler une pelle à l'un puis à l'autre, puis de revenir comme si de rien n'était ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Invité, Ven 24 Jan - 20:51


- La tronche qu'il a tiré, ÉPIQUE ! Jte kiffe trop toi. Au fait c'est quoi ton tatouage ? Ah et puis on fait quoi ? On va où ? L'est quelle heure ?
-C'est l'heure de faire la teuf! M'exclamai-je en levant le poing au ciel. Regarde le tatouage que je me suis fait!
Je remontais ma robe, et lui montrait mon c**. Enfin... Le tatouage qui était au-dessus plutôt.
-Je crois bien que c'est un hippopotame entrain faire du saut à l'élastique. Mais j'suis pas sûre! L'est beau hein?
Cinq minutes plus tard, avec Lexitée on était à la recherche d'une boite de streap-tease ou autre pour pouvoir s'exhiber et chauffer tous les Londonniens du coin. J'avais une envie de m'afficher ce soir... Et de glace à la citrouille!! Non... En fait nan! Juste envie de m'exhiber. Et c'était aussi le cas de ma Choue puisqu'elle était en mode chaudasse ce soir... On chercha même pas deux minutes, qu'on tomba sur une boîte aux allures de fous. Avec la musique qui se faisait entendre en boum boum boum, et les lumières variables qui s'allumaient derrière le videur, ça promettait de me faire pisser d'excitation. Alexie me pris par le bras, et me tira dans la boîte...
-Vous êtes canons les nanas!
-Ouais on sait! Criai-je en chopant Alexie par la taille. Surtout cette bombe là!

C'était une ambiance de tarée! Avec des gens qui dansaient sur des tables, des groupes de fêtards qui faisaient des concours de cul-sec dans des coins, des fêlés sexys qui se déhanchaient sur la piste... Oh mon dieu j'en bavais de fébrilité! C'était le paradis ici...
Je sentis une force intergalactique qui m'entraînait sur la piste quand soudainement! Cette force me lâcha pour danser sensuellement parmi les gogos. Je l’imitai. Faisant le twerk, la danse du hanche et tout le palmarès qui faisait bouger mon c**. Je me sentais trop bien! Tel un phénix dans un feudeymon!! Ou Jack Dawson au fond de l’Atlantique... Même que je lâchais un "whou!" de plaisir quand la couguar me chopa et me murmura en criant dans mon oreille:

- Tu veux lequel ? Chiche d'aller rouler une pelle à l'un puis à l'autre, puis de revenir comme si de rien n'était ?
De quoi elle parlait? D'une poupées gonflables? Ah ben nan elle avait dit "lequel". Je suivis son regard, et vis deux mecs. Deux beaux gosses en plus de ça...
-Chiche! Lui dis-je en lui donnant un dernier coup de hanche.
Je partis telle une lionne en quête des deux mecs supers mignons. Ils me regardaient avec envie. Je le sentais! Avec leurs regards qui me reluquaient de toute part... J'arrivais devant eux, en détaillant le premier. Très mignon certe, avec ces cheveux blonds aux reflets variables sous les néons de la boîte, mais sa bouche cheloue me repoussait quelque peu. Je le pris par le col de sa chemise, et l'embrassai à pleine bouche. Bon! Au moins il savait tourner sa langue... Je le relâchai. Bordel! Ce qu'il était beau... Lui par contre, je n'hésitais pas à me coller contre lui pour répéter le même geste. Un courant électrique me parcourut, même qu'il baissa ses mains sur mes fesses, quand je sentis une force m'attrapait et me propulsait en arrière. Put*** de mer** qu'est-ce c'était? Erk... La réponse me vint lorsque je vis une masse informe qui ressemblait à une pouffiasse habillée en manteau et bas de pyjama.

-Espèce de grognasse! C'est mon mec que tu touches!
Oh mer**. La copine d'une conquête. La colère coula soudainement dans mes veines, et je fis mime de me gratter le dos en grimaçant tout en récupérant discrètement ma baguette. Si cette harpie qui puait la pitié croyait que j'allais la laisser me traiter de grognasse!!
Ma baguette cachait dans l'ombre, je formulai avec le peu de concentrations qui me restaient:
-Asthum Draconis...
Un énorme filet verdâtre, gluant et dégueulasse atterrit sur la pouffiasse en chaleur. Je fis mime de regarder en haut, puis je me barrai en courant. Fuyant en m'appuyant sur les oreilles, les cris qui résonnaient dans les deux mètres aux alentours.
-Ça ma valut une insulte droit dans le coeur. Dis-je d'une mine toute triste à Alexie. Mais à toi maintenant! Alors... Laisse-moi réfléchir.
Je retrouvais soudainement un ton réjoui puis réfléchis pendant environ dix secondes...
-Je sais! Tu vois la table là-bas? Que tu fasse un streap-tease! Mais t'as droit de laisser ta petite culotte tranquille... Chiche?





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Rues de Londres, après le couvre-feu

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 10:59


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 13

 Rues de Londres, après le couvre-feu

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.