AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 6 sur 7
Les cuisines
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les cuisines

Message par : Lizzie Bennet, Ven 21 Aoû - 19:53


Pas taper :boum:

Pour le coup, l’absence de dragon ne fut le motif pour lequel la serveuse retint la blonde. Elle avait quelque chose dans son aura, quelque chose de plus que ces abrutis naïfs et vains dont la fréquentation était si familière, à Poudlard comme à Londres. Peut-être était-ce en raison d’un regard métallique, énigmatique, électrique, accrocheur. Peut-être était-ce en raison de la balafre qui courrait sur sa joue, criant à qui voulait l’entendre l’expérience. A moins que ce soit juste un accident domestique. Les morts par chute dans l’escalier sont, après tout, autrement plus fréquentes que les attaques terroristes sur les agnons et voitures des moldus. C’était simplement notre obsession pour le spectacle, la diversion, le grandiose, qui nous persuadait du contraire. M’enfin. Elle avait quelque chose, quoi.

« - Bon et bien, désolée d’avoir interrompu ta tentative de suicide… Mais si tu veux un petit conseil, reste dans le classique ; pendaison, empoisonnement etc… Parce que s’étouffer sous des casseroles, ça fait pas très classe dans la rubrique nécrologique. » Imperceptiblement, la blairelle sourit. Le cynisme, elle adorait ça. Surtout quand il se faisait jeu sur la durée, ce que l’inconnue semblait décidée à lui offrir. De fait, elle insista sur la facilité du franchissement du seuil de l’antre du personnel du bar, quoiqu’elles sachent toutes deux que là n’était la question. Mais elle l’amusait. Et c’était plutôt bon signe. Après tout, quiconque venait rompre la monotonie de son service de manière si charmante était le bienvenu. Après... Peut-être le discours de Boucle d’Or l’amusait-il moins que ses actions.

Quoique peu flagrantes, elles paraissaient tendues en un même effort. L’évitement. La fuite. Celle de sa personne, de son regard joueur. Prétextant n’avoir rien noté, la septième année laissa la sorcière opérer. Quand celle-ci commença à ranger, elle la laissa faire, mais sa vision changea légèrement. Fallait-il que toutes les femmes croient que leur mission était de ranger, cuisiner, nettoyer, servir ? On était plus au XXIe siècle, il était grand temps qu’elles comprennent ! Comment la magie pouvaient-elles les maintenir dans cet état de soumission avec toutes les possibilités qu’elle offrait ? Et puis, ça devenait une manie, chez cette cliente, de faire ce qui n’était demandé ni nécessaire. Bennet avait bien envie d’apprendre à cette femme la vie à coups de Vélanes Velues dans la poire, mais d’un autre côté...

Son agressivité latente et l’apparente obéissance dont l’Autre faisait preuve n’expliquaient l’ensemble des tensions qu’elle éprouvait à cet instant. Enfin, pour sa défense, la brunette ne semblait être la seule en ce cas. Outre les mimiques fuyantes, le qualificatif la suivant se trouva être fatale. Mouerf. Si elle avait pu être fatale de manière plus littérale, en particulier à Mkrovsk, elle s’en serait tout aussi bien portée. L’allusion à la séquestration arracha une nouvelle grimace moqueuse à la blairelle. Ça aussi, elle l’avait fait. Enfin, pour sa défense, c’était sous l’influence d’une potion de West. Enfin non, pas tout exactement. Elle avait ligoté-enfermé Lestrange avant -parce qu’outre son irrespect du règlement il avait eu la mauvaise idée de lui refuser un cours de nécromagie.

Mais la raison pour laquelle elle l’avait oublié, c’était parce que le professeur de potions lui avait fait prendre un élixir d’euphorie. Donc ouais. Elle était pas tout à fait coupable, non ? A la base, elle devait juste le laisser le temps d’un cours !
- Ouais, la loi, la loi, grinça-t-elle, inaudible. Il y avait un détail auquel elle n’avait pensé auparavant. Quoiqu’alors silencieux, son capteur de dissimulation ne faisait pas très serveuse lambda. Et si, rangeant encore, elle tombait dessus ? Pourrait poser des questions. Et les questions, généralement, Bennet se les prenait saucissonnée dans un filet de fer, quand le feu et les coups n’étaient inclus. Alors elle s’en passerait. Imaginez un peu, si la blondine non plus n’était pas non plus une cliente lambda. Ça pouvait mal virer.

- Sinon, je te laisse jouer les elfes de maison longtemps avant de dire que t’exploiter n’a jamais été la condition de ta sortie ?
Ton dur, tranchant comme la lame du poignard lui servant de ceinture. Sourire taquin. Un silence. Ne pas trop en dire. Il y avait tant de moyens par lesquels les aimants azurins chatoyant entre les casseroles pouvaient obtenir leur sortie. Ou à l’inverse une fermeture temporaire de la salle. La pensée naquit dans le creux de la main de la jeune femme qui l’instant suivant retrouvait Laguz et informulait un #Collaporta. Si peu difficile à contrer qu'il était plus une invitation qu'autre chose.
- Tu dois te douter qu’il existe d’autres paiements pour ce type de douane, murmura-t-elle, en sinuant entre les débris comme une vipère alléchée par sa proie.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les cuisines

Message par : Lizzie Bennet, Ven 2 Oct - 9:48


Tension. Des lèvres qui se serrent, ou plutôt ne se desserrent, restent muées dans un pincement froid et grandiloquent. Pas de ventriloque, rien, pas un son pour la distraire d’un regard happant. L’absence de réponse comme armure contre les piques verbales que la serveuse adressait à la belle. C’était assez frustrant, elle avait l’habitude des joutes intenses, alors que là il n’y avait rien, rien d’autre que ses jambes campées, comme une posture d’escrime, Merlin, son père la faisait vraiment raisonner comme une moldue mais oui, sa pose avait tout à voir avec les sports de combat. Un corps comme un arc, paré à toutes les éventualités, près à lâcher une flèche pour crever le verrou qui tutoyait la porte de trop près. Un corps comme une crainte, un refus de la regarder en face, un recul, sans qu’elle ne parvienne à y lire du dégoût. Un effort palpable, effort de ne rien dire, effort d’attendre, effort d’être prête.

Éphémère. Le temps suspendu entre elles deux, son pas qui ralentissait, comme n’osant percer la zone de sécurité, d’intimité, de la blonde. N’osant la brusquer, comme si la créature était une antilope, une biche gracile à l’oreille trop fine pour qu’une avancée conquérante soit la démarche adaptée. Son pied qui semblait fourmiller, vibrer internement, osciller entre l’envie de la désarçonner, la désarmer, et lui laisser le temps de venir, pied semblant piétiner entre gaillarde et menuet quoiqu’il n’en paraisse rien, qu’inexorablement elle avance, qu’il n’y ait de possible arrêt. L’instant était friable, les sabliers du temps semblant près d’imploser au moindre faux pas, elle n’était pas prudente avec les gens d’ordinaire, et ne l’était encore tout à fait. C’était pas qu’elle était intimidée, non, plus qu’elle avait l’impression de marcher sur des oeufs, que le château de cartes pouvait choir à tout instant, que tout était en suspens. Elle avançait un pied comme l’on retire un Kapla, enfant, partagé entre méfiance et adrénaline, refusant l’effet domino.  

Silence. Étouffant d’âpreté. Rien ne crie plus fort que le silence, mais que criait-il au juste ? Le réflexe de défense n’avait rien de cohérent, ce n’était pas parce qu’elle avait verrouillé la porte avec un banal sortilège utilitaire qu’elle menaçait l’inconnue. Même si oui, une part d’elle la voyait comme une proie des plus délicieuses. Tout n’était que glace entre elles, et en même temps, elle devinait autre chose, ou voulait le deviner peut-être ? Quoiqu’il en soit, elle lisait, ou pensait lire selon votre parti, une connexion nette entre leurs corps. Fragile, certes, tendue, sans aucun doute, mais nette, un fil d’Ariane la guidant, un magnétisme redoutable, la certitude qu’Opales de Glace en jugeait de même, ou jugerait peut-être, que sa défense n’était qu’une carapace. Bennet n’était pas douée avec la glace, sous l’eau elle se sentait aisément perdue. Mais il y avait une chose qu’elle maniait mieux, c’était le feu.

Lancer une étincelle dans un désert givré, est-ce que ça peut révéler autre chose que des rochers épars ? Le cheval se fait-il plus sûr, la boîte plus large, voire ouverte ? Difficile de le savoir sans rien tenter. L’étincelle devait jaillir, et ce n’était pas de la casserole qu’elle sortirait. P’tain sérieux, ça devenait une manie de lui dégainer des outils de cuisine, l’autre fois c’était une poêle, elle avait de la chance d’être si envoutante, même emmurée dans son silence… Sa main écarta la casserole sans la faire gicler, pour que la cliente ne songe un instant qu’elle cherchait à la désarmer, et se reposa délicatement autour de sa nuque. L’instant suivant, ses lèvres se scellaient à celles de la séduisante sorcière. Un pas en arrière, rapide, elle déverrouilla la porte d’un coup de baguette. L'oiseau ne chante jamais si fort que hors de sa cage. « Tu pars quand tu veux. » Ou tu restes une nuit. Provocation.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les cuisines

Message par : Amy Shields, Mar 24 Nov - 18:14


Rp with Shawn and Rurik






Le vent, la neige, le froid. Quelle saison détestable qu'est l'hiver. Malgré la beauté des paysages enneigés, le froid vient souvent gâcher le plaisir. En ce jour glacial, une fine pellicule de neige recouvre le sol, le vent souffle en rafale faisant voler les chapeaux des sorciers osant s'aventurer dans la froideur de cette saison. Heureusement pour bon nombre de personnes devant travailler en ce jour, il ne neige pas.



Amy s'était levée de bonne heure, sa nuit avait été agitée par le stress de sa première journée de travail. Cependant, elle était tellement heureuse d'être prise que ce stress, malgré le fait qu'il soit bien présent, lui était complètement égal. La jeune femme s'était donc réveillée dans la salle commune des Poufsouffle. Elle avait fait très attention de ne pas réveiller ses colocataires, même si elle avait très envie de crier sur tous les toits que c'était son premier jour. Elle s'était dirigée vers la salle de bain ou elle s'était préparée correctement. Elle s'était alors vêtue d'une tenue des plus sobre : Un pantalon moulant noir et un pull quelconque de de couleur gris. Elle avait attaché ses longs cheveux bruns en une queue de cheval haute en prenant bien soin de laisse sa frange devant son front. Un rapide coup d'oeil dans le miroir et c'était bon, elle était prête.



Elle sortit sur la pointe des pieds de la salle commune en prenant son manteau au passage et en glissant sa baguette dedans. Elle fût très vite dehors, Amy grimaça en voyant la pellicule de neige sur le sol. Cette saison n'avait vraiment pas la cote auprès d'elle. Après quelques minutes de marche, elle sortit enfin de l'enceinte de Poudlard. Là, elle referma bien son longs manteaux noir, croisa les bras et se concentra. Quelques secondes après, elle disparut dans un mouvement d'air.



La Poufsouffle réapparu dans une petite ruelle sombre. Elle dût prendre appui sur le mur pour reprendre son souffle. Décidément, le Transplanage n'était pas son meilleur ami. Mais bon, elle s'y faisait de plus en plus. Après quelques secondes pour reprendre son équilibre, Amy sortit de la petite ruelle et regarda autour d'elle. Des boutiques de toutes sortes se tenaient dans cette Grande rue, des odeurs venant de tous les coins faisaient leurs apparitions. La jeune femme dût détourner la tête pour ne pas succomber au désire de s'acheter quelque chose. Elle commença à marcher en direction de son point d'arrivée, regardant ses pieds pour ne pas glisser sur la neige et pour, il faut bien l'avouer, ne pas se ruer dans les boulangeries dont les odeurs venaient lui chatouiller les narines.



Après plusieurs minutes de marche, la brune arriva devant un vieil immeuble. Elle regarda l'enseigne et lut comme pour se féliciter : " Le Chaudron Baveur ". Elle poussa la porte de bois et la chaleur d'un feu de bois vint l'accueillir. A l'intérieur, quelques clients. Elle passa devant eux en leur adressant un sourire pour se diriger vers l'endroit dédier au personnel. A vrai dire, elle ne savait pas exactement qui elle cherchait. Elle n'avait encore jamais vu son Patron et n'avait aucune idée de qui serait son ou sa collègue. Quelqu'un qu'elle connaissait peut-être ? Il fallait voir. 



Alors qu'elle y réfléchissait, elle se retrouva sans le faire exprès, dans un endroit d'où provenaient des bruits de casseroles et de poiles, d'aliments qui cuisent ou toute autre chose. Amy leva les yeux de ses pieds et vit alors qu'elle avait atterri par mégarde dans la cuisine de l'établissement, où quelques elfes de maisons s'affairaient sans faire trop de bruits. La jeune femme leur adressa un sourire gêné mais ne bougea cependant pas, les regardant travailler. Elle qui n'avait jamais été dans une cuisine de bar ou de restaurant, c'était une première.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Mer 25 Nov - 23:31


- Londres... qui fait froid bordel !

C'est ainsi que réagissait un jeune sorcier prénommé Shawn, de retour chez lui alors qu'il venait juste de rentrer de vacances dans les îles Cyclades, vacances qui avait empiété sur la rentrée pour de triste raison. Les îles Cyclades, îles grecques emplie de mythe et de mystère, furent pour Shawn des vacances pleine de surprise cette fois-ci car il avait l'habitude de partir en Grèce, et plus particulièrement dans les îles, car une partie de ses origines étaient hellènes.

Se perdant dans le passé il était temps de revenir au présent: Tandis que, regrettant la douceur de la Méditerranée, il cherchait un manteau dans sa valise l'urgence le tenaillait. Cette urgence était due à l'impatience de la découverte car lors de ses études il avait entendu dire que le mythique Chaudron Baveur, un des lieux les plus emblématiques du monde sorcier, cherchait des serveurs comme des stagiaires. Voulant avoir un premier rapport avec le monde du travail sorcier, et prenant son courage à deux mains, le jeune Poufsouffle se décida à poster sa candidature et c'est durant ses vacances que la réponse du propriétaire arriva tandis qu'il dégustait un café sur une terrasse de Crête: il était pris comme stagiaire au Chaudron Baveur.

Ce petit retour au passé ravivait la flamme qui brûlait dans le cœur du vacancier éploré tandis qu'il se dirigeait vers le lieux ou durant une partie de sa vie il travaillerait. A pas pressé, traversant les rues de la ville tel un Sombral parcourant le monde, il arriva devant l'entrée de son nouveau lieu de travail. Une vielle porte en bois usé par le temps, n'importe quel moldus comme la plupart des jeunes sorciers ne pouvait se douter qu'est ce que cela signifiait traverser cette porte: rejoindre le Chemin de Traverse ce qui signifiait, symboliquement parlant, passer du monde des moldus au monde magique dans toute sa splendeur.

Poussant la porte, il sentait le froid et la fatigue s'évaporer tandis qu'il entrait dans une "immense pièce chaleureuse ou étais disposé des tables, un feu de cheminée, plus loin un bar, ... tant de choses qui émerveillait toujours le Poufsouffle qui se remémorait à chaque fois sa première venue dans ces lieux. Saluant au passage les quelques clients présents d'un sourire il se dirigea vers le coin réservé aux employés ou il avait aperçu une demoiselle qui lui semblait familière.

Entrant dans les cuisines, il apercevait les elfes de maison s'affairant à préparer diverses victuailles à l'aide de casserole, poêles et autre ustensiles en tout genre. Shawn appréciait toujours de préparer de bon petit plat ainsi que des boissons en tout genre et il espérait pouvoir faire preuve de son talent ! Se tournant vers la jeune demoiselle qu'il suivait un sourire se dessina sur les lèvres du jeune sorcier

-Amy ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les cuisines

Message par : Amy Shields, Jeu 26 Nov - 13:48


Amy était totalement absorbée par les plats que préparaient les elfes de maison. Tout semblait très bon. Enfin tout, peut-être pas. La jeune femme adorait cette ambiance de travail : Le bruit des cuillères dans les casseroles, les odeurs des différents plats,.. C'était génial. La Poufsouffle n'entendit même pas que quelqu'un s'approchait d'elle. 

- Amy ?!? 

L'intéressée fut très surprise, elle fit un bond en se retournant vers le jeune homme et failli tomber sur un elfe de maison qui se tenait derrière elle. Elle se rattrapa de justesse sur un plan de travail et s'excusa auprès de l'elfe qu'elle avait failli écrasé. La jeune femme se releva alors pour scruter le visage du jeune homme se tenant devant elle. 

Un Poufsouffle s'était sure. Elle l'avait déjà croisé dans sa salle commune. Mais d'où le connaissait elle ? Ah oui ! Ils avaient participé au même cours. Comment s'appelait-il déjà.. Sh..

- Shawn ! 

Amy avait prononcé son nom d'une voix surprise mais enjouée, un sourire se dessinant sur son visage. Elle était soulagée que son collègue de travail soit un Poufsouffle, qui plus est qu'elle connaissait. Remarque, était-elle sure qu'il était son collègue ? Après tout, Shawn s'était peut-être juste trompé de porte et s'était retrouvé là sans faire exprès. C'est pourquoi elle préféra demander avec le même sourire sincère.

- C'est toi le deuxième serveur ? Ca fait plaisir !

A ce moment, un elfe de maison la bouscula légèrement pour lui faire comprendre qu'elle était dans le chemin. Elle s'avança donc vers le jeune homme pour être dans l'entrebâillement de la porte. La Poufsouffle garda cependant son sourire sincère en attendant la réponse de son compatriote. Elle était vraiment heureuse que ce soit lui plutôt qu'un autre avec qui elle ne se serait pas entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Jeu 26 Nov - 18:03


C'est par un bond que fut accueilli les salutations du Poufsouffle. Amusé par la situation il se précipita toute fois vers elle pour la rattraper surtout qu'elle allais s'écraser sur un pauvre elfe de maison. Heureusement elle avait réussi à se rattraper sur un plan de table, se redressa puis arbora un air interrogateur pour ensuite comprendre la surprise.

- Shawn !

Il souriait en entendant son nom, sourire qui accompagnait celui arboré par Amy tandis que la surprise s'était calmée. Certes ils n'étaient pas forcément "ami", du au fait que les deux poufsouffle se parlaient que rarement, mais il appréciait énormément cette pétillante condisciple. Essayant de trouver une remarque percutante pouvant coller à la situation actuelle il fut prit de cour par sa future collègue.

- C'est toi le deuxième serveur ? Ca fait plaisir !

Elle disait cela en gardant le sourire et tout cela le faisait rire, pas un rire genre moquerie mais un rire de soulagement car il n'avait pas été heureux depuis un certain temps. Se redressant et arborant un large sourire, il prit une voix enjouée et répondit à sa partenaire de travail.

- Bah oui j'ai vu la petite annonce à l'école je me suis dit pourquoi pas tenter le coup ! j'ai reçu la réponse en Grèce je sais que la rentrée est déjà passée il y a longtemps mais j'avais... des choses à faire

Il n'était pas encore prêt à en parler, et encore moins avec une personne qu'il connaissais à peine... Reprenant un air heureux il continuait sur sa lancée.

- Tu sais ou est le patron ?
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les cuisines

Message par : Amy Shields, Jeu 26 Nov - 21:32


Bah oui j'ai vu la petite annonce à l'école je me suis dit pourquoi pas tenter le coup ! j'ai reçu la réponse en Grèce je sais que la rentrée est déjà passée il y a longtemps mais j'avais... des choses à faire.

Amy vit bien que Shawn n'avait pas envie de parler de quelque chose. Mais elle ne pouvait lui en vouloir, après tout, ils ne se connaissaient que depuis peu de temps et tout le monde à un secret. Amy ne le prit donc pas mal du tout, elle voulu lui dire quand et comment elle-même avait reçu la lettre mais son compatriote la devança en posant une question.

Tu sais ou est le patron ?

Tien, très bonne question. A vrai dire la jeune brune avait été tellement absorbée par le travail des elfes de maison qu'elle n'avait pas su tout pensé au patron qui devait pourtant être dans les parages. A quoi pouvait-il bien ressemblé ? Sur le coup, Amy n'en eût pas la moindre idée. Elle ne préférait cependant pas s'imaginer pour ne pas lui rire au nez lorsqu'elle verrait qu'il ne ressemble pas du tout à ce qu'elle pensait. Elle fit donc un petit sourire à Shawn et répondit.

- Non. Je n'ai même pas pensé à lui en entrant je dois dire. J'étais trop stressée.

Le sourire de la jeune femme se transforma en un sourire gêné. C'était vraiment stupide de ne pas avoir pensé à celui qui l'avait embauché. Enfin bon, elle continua cependant.

- Mais je pense qu'il va arriver. Dans tous les cas je nous voit mal commencer à le chercher. Il a du nous entendre entrer dans la partie du personnel.

L'image d'eux deux en train de crier dans toute l'auberge " Patrooooonnnnn ??? " fit rire la Poufsouffle. La première impression qu'il allait avoir d'eux ne serait pas la meilleure. C'est pourquoi elle joignit les gestes à la parole en restant là et en attendant le boss, laissant la parole à Shawn si il voulait parler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Jeu 26 Nov - 23:16


Aujourd'hui n'avait pas l'air d'être un jour bien particulier : la météo n'était pas très agréable, le froid qui faisait grelotter les pauvres petits londoniens n'arrivait pas à détendre le russe, habitué aux températures extrêmes de son pays d'origine. Cette année, il n'allait pas pouvoir rentrer pour passer la période de fêtes avec ses collègues moldus de la brigade de police qu'il commandait. La grande majorité de ses hommes étaient sans familles, la lutte contre la mafia leur ayant fait perdre de nombreux êtres chers, et ils se retrouvaient seuls.

Faisant également partie d'un groupe criminel, il avait sans doute joué quelque chose dans la mort de ces gens, mais il n'éprouvait aucun remords ou aucune peine pour ces pères de famille finissant veufs et sans leurs enfants ou ces fils rendus orphelins. Au contraire : les périodes de fêtes avec ses gars le rendaient presque euphorique, ils étaient un peu comme lui, sans famille. Quoi de mieux que d'aller boire ensembles et se faire des repas entre "amis", du coup ?

Mais pour cette année, c'était différent, il venait de reprendre le Chaudron Baveur, et pour la première période d'hiver de l'établissement sous sa direction, il allait devoir rester. Le lien particulier qu'il avait tissé avec Noah lui avait fait sauter sur l'occasion d'accéder à la propriété de ce lieu. Et puis, diriger la célèbre auberge faisant le lien entre le monde moldu et le monde magique allait très bien à un homme comme lui, qui avait pour habitude de jongler entre ces deux univers différents.

S'étant écroulé dans une chambre la veille au soir, il avait au moins l'avantage d'être sur place de bonne heure : décidément, ce n'était pas sérieux tout ça, mais il fallait bien qu'il continue ses recherches sur ces deux foutus objets... Chassant ses pensées à ce propos, il s'était préparé pour accueillir ses deux nouveaux sous-fifres esclaves employés. C'était tellement bizarre comme mot... employé... C'était trop doux, ça changeait de ses sbires mafieux ou des agents de police sous ses ordres.

Gniii... la porte s'ouvrit lentement lorsqu'il termina d'enfiler ses chaussures, laissant apparaître un petit elfe de maison portant un petit tablier orné du même symbole que représentait la pancarte à l'extérieur (et que les moldus ne voyaient même pas...).

« Meuchieu... Les nouveaux chont arrivés... Jeuh voulait pas fou dérancher, je penchais que vous voudriez chavoir...  »

Le petit être aux longues oreilles était cramponné à la porte et regardait le sol à ses pieds, attendant probablement une punition bien méritée.

« Eh... » grogna-t-il en se redressant du lit.

L'elfe fit un bond, mais n'osa pas s'enfuir, ses doigts se crispant davantage sur le bois de la porte.

« Vu ton accent, tu dois être celui qui remplace l'elfe qui est parti en retraite... Et apparemment t'as été libéré depuis peu de temps. Déjà tu vas lever tes yeux et me regarder... »

Ne tentant pas le moindre sourire, sachant à l'avance que cela allait foirer inexorablement, le russe attrapa son t-shirt sur le lit lorsque la créature daigna lever ses yeux globuleux qui semblaient sur le point de se remplir de larmes. Ignorant ce comportement, le médicomage termina de s'habiller tout en parlant. Vu qu'il était le propriétaire, il pouvait se permettre de s'habiller comme il voulait... C'est à dire sans trop diverger de ses habitudes : jeans sombre et t-shirt grisâtre à manches courtes, qui ne laissait aucun doute sur sa monstrueuse musculature. Pas question d'en mettre plus sur le dos sous peine de mourir de chaud, à cause de ce foutu feu de cheminée qu'il fallait malheureusement maintenir pour le confort des clients.

« T'as bien fait de venir me prévenir, ils sont un peu en avance, autant ne pas perdre de temps... Je vais probablement pas retenir ton nom du premier coup, mais comment c'est, déjà ? »

L'elfe se poussa naturellement lorsque le sorcier s'avança pour passer la porte, donnant son nom à voix basse. Se hâtant de descendre, le russe observa les quelques clients déjà présents, qui semblaient tous aussi déphasés les uns que les autres... Finalement, s'écrouler de fatigue en début de soirée, c'était pas si mal pour se lever de bonne heure...

Des voix étouffées se faisaient entendre de derrière la porte de la cuisine : ce n'était probablement pas les elfes qui bavardaient en travaillant, cela ne leur viendrait malheureusement jamais à l'esprit de ressembler un peu plus à des êtres vivant plutôt qu'à des machines programmées pour servir. M'enfin bon, était-ce trop demandé que d'être plus "humain" à des créatures qui, justement, ne l'étaient pas ?

Ouvrant la porte pour rencontrer enfin ses deux nouveaux employés (oui, il avait eu la flemme de faire des entretiens), Rurik s'engouffra dans la cuisine...

« Amy et Shawn, j'suppose, parfait... Restez pas là, on va s'installer... »

Bien que les elfes prenaient une bonne partie de l'espace vu qu'il s'agissait tout de même de leur lieu de travail, il restait un recoin assez grand avec une table et quelques chaises. Repoussant un elfe qui voulait absolument déplacer la table pour la mettre comme il faut, le colosse de l'Est lui grogna de retourner à son poste.

« Bordel, ces elfes qui veulent tout faire à notre place... »

D'une main, il souleva légèrement la table et la cala bien contre le mur pour libérer de la place afin que les trois sorciers puissent s'installer. S'asseyant en premier, le russe désigna les deux chaises restantes pour que les deux serveurs prennent place : il y en avait une à côté de lui, et une autre en face...

« Vous êtes à l'heure, c'est une bonne chose, au moins ça va vous laisser le temps de prendre vos marques et qu'on fasse un peu connaissance. Vu qu'apparemment je vous ai pas croisé pendant mon séjour à Poudlard, j'me présence, Rurik Mkrovsk ... Je suis médicomage à Sainte-Mangouste, je m'occupe surtout du traitement des patients à long terme qui ont été atteint par des soucis dus à des plantes ou créatures magiques... C'qui fait qu'il me reste du temps pour bosser ailleurs, à savoir, ici. Parlez-moi un peu d'vous et si vous avez la moindre question, n'hésitez pas... »

Bon, voilà, il espérait ne pas trop les intimider ou les effrayer (même si vu son apparence, c'était déjà mal parti)... Il avait opté pour une approche un peu plus détendue et "cool", vu qu'il s'agissait d'élèves de Poudlard, mais surtout parce qu'il avait beaucoup de mal avec les ambiances professionnelles un peu trop pompeuses... À Sainte-Mangouste, certaines réunions lui donnaient mal au crâne, ou l'envie d'en broyer certains, de crânes, autant ne pas reproduire la même ambiance ici.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Sam 28 Nov - 20:47


Flippante fut la première chose qui venait à l'esprit de Shawn par rapport à cette situation: Tandis qu'une ambiance chaleureuse était de mise entre les deux camarades de Poufsouffle un brusque sérieux fit son apparition sous la forme de notre futur patron qui venait d'arriver.

- Amy et Shawn, j'suppose, parfait... Restez pas là, on va s'installer...

Un type plutôt imposant et dégageant une aura étrange ne pouvait que s'exprimer d'une voix froide mais mystérieuse tel les vents d'hiver qui frappait à la porte de ce lieu. Il nous indiquait un coin des cuisines ou était présent une table et 3 chaises et tandis que nous allions nous y installer un elfe fut repoussé par cet étrange homme, pestant contre cette elfe serviable, pour installer lui même la table. Effrayé mais surtout curieux, et tandis qu'il désignait les deux chaises restante pour s'asseoir, Shawn prit place à la chaise situé devant son futur chef pour pouvoir rester à une distance respectable tout en ayant tout le loisir d'essayer de décrypter son visage, son âmes à travers ses yeux, ... C'est ainsi que "la première rencontre" débuta

- Vous êtes à l'heure, c'est une bonne chose, au moins ça va vous laisser le temps de prendre vos marques et qu'on fasse un peu connaissance. Vu qu'apparemment je vous ai pas croisé pendant mon séjour à Poudlard, j'me présence, Rurik Mkrovsk ... Je suis médicomage à Sainte-Mangouste, je m'occupe surtout du traitement des patients à long terme qui ont été atteint par des soucis dus à des plantes ou créatures magiques... C'qui fait qu'il me reste du temps pour bosser ailleurs, à savoir, ici. Parlez-moi un peu d'vous et si vous avez la moindre question, n'hésitez pas...

Présentation simple et claire sans partir dans un roman cela plaisait à Shawn mais toutefois certaine réserve se présentait à lui: Un médicomage cela était impressionnant mais ce nom, Rurik, lui disais vaguement quelque chose, il avait entendu soit de la bouche de sa mère soit durant ses voyages pour retrouver... non ce n'était pas l'heure d'y repenser mais tout ceci l'intriguait... "bosser ailleurs" cela aurait suffi comme explication mais il avait précisé cet endroit cela cachait sûrement quelque chose... étrange...

Se reprenant pour éviter de paraître trop longtemps préoccupé, le jeune poufsouffle se présenta:

- Bon beh bonjour je m'appelle Shawn Helios, je suis un Poufsouffle 7ème année à Poudlard et de la même maison que la jolie demoiselle ici présente dit-il en faisant un clin-d’œil à sa camarade tout en riant et si je suis ici c'est pour avoir une première expérience dans le monde du travail sorcier et... d'autres raisons plus personnelle qui font que je m'impliquerai dans mon travail car le Chaudron Baveur est un lieux mythique ou se rencontre tout genre de sorcier non ? je vous rassure je tiens à le protéger et le faire prospérer comme une mère voulant protéger son enfant
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Les cuisines

Message par : Amy Shields, Dim 29 Nov - 21:08


Lorsque le boss arriva, Amy perdit son sourire pour entrer dans une transe de sérieux. Elle salua son patron d'un signe de tête et d'un petit sourire en coin lorsque celui-ci leur demanda si ils étaient bien les petits nouveau. L'homme s'avança ensuite dans la cuisine. La Poufsouffle le suivi, et en profita pour le scruter. Il avait une forte carrure et un petit côté impressionnant. Son attitude était très froide au premier abord mais ça ne découragea pas Amy pour autant. Lorsque l'homme bougea lui même la table et posa les deux chaises après avoir réprimandé un des elfes voulant le faire à sa place, il s'installa sur une des chaises, laissant une place de libre à côté de lui et une en face. Shawn s'installa sur celle en face. Amy s'installa donc sur celle à côté du gérant sans hausser un sourcil. A vrai dire, ça ne lui faisait pas du tout peur d'être installée si proche du boss, il lui en fallait plus pour avoir peur. Cependant, l'homme dégageait quand même quelque chose d'assez froid et distant, enfin bon. Shawn pris la parole alors que le maître des lieux leur demandait une brève présentation.

Bon beh bonjour je m'appelle Shawn Helios, je suis un Poufsouffle 7ème année à Poudlard et de la même maison que la jolie demoiselle ici présente, et si je suis ici c'est pour avoir une première expérience dans le monde du travail sorcier et... d'autres raisons plus personnelle qui font que je m'impliquerai dans mon travail car le Chaudron Baveur est un lieux mythique ou se rencontre tout genre de sorcier non ? je vous rassure je tiens à le protéger et le faire prospérer comme une mère voulant protéger son enfant.

Amy sourit lorsque son camarade lui fit un clin d'oeil. Elle réfléchit ensuite 30 secondes à ce qu'elle allait dire avant de prendre la parole. 

- Je suis aussi en 7ème année à Poudlard. Je suis fille unique et j'ai fait toutes mes études à Poudlard. Après tout ça j'aimerais faire Auror ou médicomage, je ne sais pas encore. Je compte mettre beaucoup de temps dans ce travail donc j'espère que vous ne regretterez pas de m'avoir embauché.

Pour être franche, la brune n'avait absolument aucune idée de quoi dire. Sa " présentation " était différente de Shawn mais, elle n'avait aucune inspiration. Elle laissa donc sa phrase en suspend, attendant la réaction de son patron. Elle resta cependant la tête haute, son regard posé sur l'homme assis à côté d'elle, faisant un passage, un petit sourire à son compatriote jaune et noir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Lun 30 Nov - 2:33



Certes, il n'avait besoin que de serveurs qui faisaient bien leur boulot, qui ne causaient pas de soucis et qui ne se plaignaient pas... Au vu de ces deux têtes encore bien juvéniles et innocentes, le russe songea qu'au final, ça n'allait pas être plus difficile que de forcer tout un tas de criminels à se tenir à carreau.

L'exercice de la présentation, de parler un peu de soi, c'était pour essayer de cerner un peu plus à qui il avait affaire. Ils n'étaient que des élèves de Poudlard, mais il préférait essayer d'en savoir davantage, au cas où... Déformation professionnelle, pour lui, tout le monde cachait quelque chose. Sa profession de policier lui avait enseigné, son vécu en tant que mafieux lui avait confirmé au centuple.

- Bon beh bonjour je m'appelle Shawn Helios, je suis un Poufsouffle 7ème année à Poudlard et de la même maison que la jolie demoiselle ici présente, et si je suis ici c'est pour avoir une première expérience dans le monde du travail sorcier et... d'autres raisons plus personnelle qui font que je m'impliquerai dans mon travail car le Chaudron Baveur est un lieux mythique ou se rencontre tout genre de sorcier non ? je vous rassure je tiens à le protéger et le faire prospérer comme une mère voulant protéger son enfant.

Plissant presque imperceptiblement les yeux, le russe garda une expression neutre, prenant quelques notes mentales vis à vis de son serveur. Il semblait motivé, c'était déjà ça... Et il était assez grand et bien bâti, voilà qui risquait d'attirer la clientèle féminine (ou masculine aux goûts se rapprochant des siens...). Il en fallait pour tous les goûts...

- Je suis aussi en 7ème année à Poudlard. Je suis fille unique et j'ai fait toutes mes études à Poudlard. Après tout ça j'aimerais faire Auror ou médicomage, je ne sais pas encore. Je compte mettre beaucoup de temps dans ce travail donc j'espère que vous ne regretterez pas de m'avoir embauché.

Grosse erreur... Non pas de sa part à elle, hein... Rurik tenta de lui accorder un sourire, afin de la rassurer sur son embauche, ou pour être sympathique, tout simplement... Sauf que le résultat ne fut pas très concluant, plutôt menaçant en fait. Vite, vite ! Embrayons sur autre chose !

« Bien... bien... Shawn, tu ne passes pas un second entretien, détends-toi. Pour la protection du lieu, ça ira, vous êtes encore à Poudlard. Ceux qui voudront s'en prendre au Chaudron Baveur découvriront qu'embêter un médicomage n'est pas très bon pour leur santé... »

Son ton s'était encore plus refroidi sur sa dernière phrase. Sur le coup, ses yeux se posèrent brièvement sur ceux du jeune homme, et une sensation étrange s'empara de lui, quelque chose qu'il connaissait que trop bien, il avait couru après pendant des années, il s'y était accroché durant ses trois ans en prison... De la vengeance. Il n'avait aucune raison de sentir ceci en cet instant, c'était donc son don de légilimens qui faisait encore sa loi. C'était de plus en plus fréquent, plus facile... C'en était presque effrayant.

Tout ceci n'avait duré qu'une fraction de seconde. Le russe ne se soucia pas vraiment de cela et préféra enchaîner sur la suite, sachant très bien que de toute manière, s'il y avait le moindre problème, il avait le jeune Poufsouffle sous la main. Il s'adressa ensuite à Amy.

« Si tu veux plus d'informations sur les métiers de la santé magique, je pourrais t'emmener à Sainte-Mangouste. Et pour les Aurors, eh bien... J'en connais quelques uns, mais je ne sais pas s'ils sont encore tous en fonction... Austin, Dowell, Luminos...  »

Il haussa les épaules.

« De toute manière, le Ministère c'est un peu compliqué, mais accroche toi dans les deux cas, t'as pas choisi les options les plus faciles. »

Faisant un signe aux elfes de maison, il désigna celui qui avait voulu l'aider à déplacer la table.

« Tiens, machin... Fizwock, si je me souviens bien... Si tu veux être utile, prépare nous de quoi manger, j'ai pas encore pris de petit déjeuner. »

L'elfe redressa les oreilles, les yeux emplis d'étoiles, comme si on lui annonçait que Noël avait été rapproché. Le loup-garou se pencha légèrement vers ses deux employés pour ajouter, à voix basse :

« J'aime pas trop leur donner des ordres comme ça, mais j'ai l'impression qu'ils sont malheureux si je leur donne trop de libertés. C'est frustrant... fit-il, avant d'ajouter sur un ton normal : Vous avez encore un peu de temps, donc prenez un bon petit dej', c'est important. J'veux pas que l'un de vous deux s'écroule en plein service. »

Déjà, un premier plateau de viennoiseries venaient d'être déposées devant eux, ainsi qu'une grande tasse de café pour le russe : c'était exactement ce qu'il voulait, leur ayant déjà demandé la première fois, les elfes devaient s'en souvenir.

« Apparemment vous avez pas de questions, au pire je serais assez présent ici... Pour voir un peu comment vous vous débrouiller. »

Bien sûr, s'ils n'étaient pas à la hauteur, il serait bien obligé de les virer, mais il espérait ne pas en arriver là... Il allait devoir les voir à l'œuvre, avant de penser à les éjecter à coup de pied au derche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Mer 2 Déc - 15:48


- Je suis aussi en 7ème année à Poudlard. Je suis fille unique et j'ai fait toutes mes études à Poudlard. Après tout ça j'aimerais faire Auror ou médicomage, je ne sais pas encore. Je compte mettre beaucoup de temps dans ce travail donc j'espère que vous ne regretterez pas de m'avoir embauché.

Jolie présentation pensait Shawn tandis qu'il souriait à son amie pour la rassurer toutefois conclure par "vous ne regretterez pas de m'avoir embauché" était le meilleur moyen pour se faire attitré du titre de lèche-botte... Si le jeune poufsouffle qu'il était préférait sacrifier sa vie que de renoncer à ses principes tel que le respect. Essayant d'être rassurant, essai au final raté, le patron s'adressa tout d'abord à lui.

- Bien... bien... Shawn, tu ne passes pas un second entretien, détends-toi. Pour la protection du lieu, ça ira, vous êtes encore à Poudlard. Ceux qui voudront s'en prendre au Chaudron Baveur découvriront qu'embêter un médicomage n'est pas très bon pour leur santé...

Il ne pouvait s’empêcher de retenir un petit rire en entendant les mots de son patron: certes il était stressé en ce moment mais il savait qu'il était prit pensait-il en riant. Toutefois la dernière phrase de sa part l'intriguait au plus au point "Ceux qui voudront s'en prendre au Chaudron Baveur découvriront qu'embêter un médicomage n'est pas très bon pour leur santé..." cela voudrait donc dire qu'il était du genre à se battre ? un personnage intéressant ce géant des glaces sorcier concluait le jeune poufsouffle. S'adressant ensuite à Amy, sur les contacts qu'il avait au ministère un nom retint son attention: Luminos

Luia Luminos, l'ancienne marraine du jeune sorcier qu'il était (ou tutrice mais Shawn, à cause de mauvais souvenir, préférait l’appeler "marraine") connaissait cette étrange personne ? étrange coïncidence qui méritait quelques investigations. Cette "première" entrevue avait l'air de se conclure tandis que le patron commandait à manger à un de ses elfes de maison et tandis que les elfes déposaient un plateau de délicieuse viennoiserie tandis qu'une tasse de café pour son maitre il réfléchissait à comment formuler la question qui le taraudait: Comment connaissait-il Luia ?

- Apparemment vous avez pas de questions, au pire je serais assez présent ici... Pour voir un peu comment vous vous débrouiller.

Petite menace pour nous dire qu'il nous avait à l’œil finement jouée pensait Shawn. Après avoir repris des forces en mangeant une de ces goûteuse viennoiserie il osa enfin poser la question qui le taraudait

- Excusez moi si je dépasse certaines bornes mais... d’où connaissez-vous miss Luminos ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Les cuisines

Message par : Invité, Ven 4 Déc - 20:47



- Excusez moi si je dépasse certaines bornes mais... d’où connaissez-vous miss Luminos ?

Posant lentement sa tasse de café, le russe parvint cette fois ci à arborer un léger sourire. Toujours rien de bien rassurant... Si Shawn dépassait les bornes, il ne serait probablement pas conscient pour s'en excuser juste après. Mais il valait mieux éviter de lui dire comme ça...

« Hrmf... On vous apprend à vous excuser de poser des questions, à Poudlard ? J'ai bien fait de fuir cet endroit comme la peste... »

Grognant d'un air amusé, il attrapa sa prochaine victime, un pain aux raisins, et exécuta sa sentence immédiatement : il ne déconnait pas avec le petit-déjeuner, c'était important de base, mais pour lui, aussi imposant qu'il était, après la fatigue de toute une journée et la léthargie du sommeil, il fallait qu'il mange... beaucoup. Terminant sa bouchée, il répondit donc au jeunot :

« Et pour l'Auror, disons qu'on a eu l'occasion de se croiser. Je vais souvent au Ministère du fait que je dois parfois m'occuper de blessés qui ont affaire à des créatures très dangereuses, et pas vraiment légales à conserver chez soi. Si un fou veut élever une manticore dans son jardin, en plus de lui sauver la vie, je dois le signaler. Bon après, la manticore c'est un mauvais exemple, sa piqûre est mortelle sur le coup. Bref, si ça s'trouve, l'Auror ne connaît même pas mon nom. »

Il se tourna ensuite vers Amy :

« Tout ce que je peux te conseiller, c'est de bien réfléchir, une carrière de ce genre, c'est assez restrictif, l'on croit pouvoir faire justice, mais l'on passe trop de temps à subir les protocoles... Être freiné de tous les côtés... 'Fin bon, crois-moi, je sais très bien de quoi je parle. »

Damn... Avait-il un avenir en tant que conseiller d'orientation ? Naaan, probablement pas, c'était juste que les Aurors étaient dans une situation qu'il pouvait tout à fait comprendre en tant que policier et que membre de l'Ordre du Phénix. La marge de liberté qu'il avait au sein de ce groupe considéré comme "hors-la-loi" était la même que celle qu'il pouvait ressentir vis à vis du monde mafieux. En Russie, il avait choisi les deux... Pour toujours avoir une longueur d'avance. Peut-être qu'il allait postuler chez les Aurors... La bonne blague, il était bien content de son boulot de médicomage.

Non pas qu'il voulait cacher le fait qu'il était un "flic" moldu, mais c'était un peu comme avec sa lycanthropie : les gens avaient un peu trop de préjugés, d'idées établies, de peurs incohérentes... La seule différence était qu'il arrivait beaucoup mieux à ne pas faire d'allusions au fait qu'il se transformait en monstre tout poilu au moins une fois par mois.

D'ailleurs, quand on parlait du loup... Le russe se grattouilla nerveusement la barbe. Non non, il n'avait pas de puces... Ça avait été suffisamment horrible la première fois, depuis il faisait très attention !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les cuisines

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 1:49


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 7

 Les cuisines

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.