AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 1 sur 8
Salle d'interrogatoire N°3
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Joe Parker
Joe Parker
Poufsouffle
Poufsouffle

Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Joe Parker, Lun 27 Mai - 20:12


Le jour tant attendu était enfin arrivé, il était temps pour les différentes équipes composées d'Aurors d’interrogées les personnes qui étaient présente le jour de l'intrusion. Cette dernière s'était déroulé alors qu'un meeting, donné en l'honneur du ministre de la magie, avait lieu au seins même du ministère. Je m'étais battu avec un monstre, j'avais mené un grand nombre d'interrogatoire et avait relevé le plus de détails possible qui pourrait permettre à notre enquête d'avancer. Dans un coin de ma tête, je pensais à l'ordre du phénix. J'espérais avoir bientôt de leur nouvelle, par rapport à l'enveloppe que je leur avais donné. Ce gallion, je l'avais toujours dans ma poche. J'attendais ce signe, celui qui me ferait savoir qu'ils avaient enfin abouti à quelques choses. Il ne fallait pas que j'y pense, pour le moment je devais me concentrer sur les interrogatoires que j'avais à mener.. La première personne qui allait me rendre visite dans cette petite salle se nommait.. July Swann. Je connaissais cette jeune fille, durant une brève année j'avais été nommé directeur de la maison Poufsoufle, une de mes préfètes, à l'époque, n'était autre que cette jeune rousse. Elle était très doué et prenait son rôle vraiment très à coeur. Malheureusement, le contexte de l'entrevue ne me permettait pas de prendre de ses nouvelles. Je devais rester ferme et objectif, je ne devais pas me baser sur les apprioris que j'avais sur la jeune fille. J'étais assis à la seule table présente dans la pièce et fixait la porte, ouverte, de la salle.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège
Médicomage (SE)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : July Swann, Mar 28 Mai - 21:09


July venait d'entrer dans le ministère. Elle était convoquée dans le cadre de l'enquête sur l'intrusion qui avait eu lieu dans les locaux du gouvernement magique. La jeune fille, en admiration totale pour le ministre, avait assisté à une conférence donnée par Mr Sudworth. Cela ne s'était cependant pas passé aussi bien qu'elle l'avait espéré, car le meeting avait été interrompu à cause de l'effraction. Les aurors avaient fait évacuer tous les invités et July avait eu une belle frousse. Cela avait nettement diminué la passion qu'elle avait pour le ministre. Elle espérait d'ailleurs ne jamais le recroiser pour ne pas remettre sa vie en danger. Car forcément, les intrus devaient être là pour lui.
Comme si l'événement n'avait pas été suffisamment traumatisant, les autorités avaient décidé de convoquer tous les invités afin de recueillir leurs témoignages. La nouvelle avait mis July dans tous ses états. Elle avait envoyé une lettre paniquée à ses parents, alors en Chine pour le ressent métier de journaliste de son père. Mr Swann était, bien entendu, revenu immédiatement pour soutenir sa fille dans cette situation délicate. John était persuadé qu'elle n'aurait aucun problème, mais c'est Elisabeth qui avait insisté auprès de son mari. Elle était plus rassurée de savoir qu'en cas de problème, ils étaient tout proches.
Elisabeth avait d'ailleurs proposé à sa fille de passer le dîner avec eux, afin qu'elle leur raconte le déroulement de l'entretien. July avait accepté avec plaisir, non seulement car ça la rassurait, mais en plus cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu ses parents. Depuis que son père était journaliste les parents Swann étaient constamment en vadrouille aux quatre coins du monde.

La rousse avançait dans le hall d'un pas mal assuré. Elle avait une mine déconfite, qui était tout à fait à l'image de l'angoisse intérieure qu'elle ressentait. Elle n'arrivait d'ailleurs pas vraiment à s'expliquer ce stresse, elle n'avait jamais rien fait de mal, à part voler la baguette de son père lorsqu'elle était petite. C'était sans doute le côté officiel qui la perturbait, faire face à de vrais auros en mission, ça avait quelque chose d'assez angoissant.
Un homme à l'accueil avait indiqué à July la direction des salles d'interrogatoires. La rouquine le reconnu d'ailleurs comme étant l'homme qui avait fait signé tous les invités du meeting pour s'assurer que tous les membres présents étaient bien ressortis du ministère.
Lorsqu'elle fut arrivée à l'étage du département de la justice magique, la jeune fille marcha jusqu'à la salle d'interrogatoire n°3. La porte, noir comme la nuit, était ouverte. Dans la salle se trouvait un bureau, derrière lequel un homme était assis. Il devait attendre July. La rouquine jeta un coup d'oeil à sa montre à gousset, c'était bon, elle était à l'heure. Elle pénétra donc dans la pièce, une boule au ventre.
La petite rousse s'avança de quelques pas et fut agréablement surprise de reconnaître son ancien directeur de maison, Mr Parker. L'expression angoissée laissa place à un petit sourire et c'est avec plus d'entrain qu'elle fit les derniers pas pour rejoindre le bureau.
- Bonjour monsieur Parker, dit la rouquine, un sourire poli sur le visage.
Ne sachant pas trop ce qu'il advenait de faire, la jeune fille resta plantée devant le bureau, attendant que son ancien directeur de maison lui donne des instructions.
Revenir en haut Aller en bas
Joe Parker
Joe Parker
Poufsouffle
Poufsouffle

Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Joe Parker, Mer 29 Mai - 14:33


Je fixais cette porte en attendant l'arrivé de ma première "victime" de la journée. Au totale, il y en aura quatre. Contrairement aux autres, j'interrogerais seul mes invités. A la base, j'aurais du me chargé de ces entretiens avec Ahlys Mapplestone, une collègue Auror. Malheureusement, cette dernière avait quittée le ministère il y a peu, elle ne souhaitait plus travailler en tant qu'Auror. Je ne savais pas dans quoi elle comptait se diriger à présent, j'espérais juste qu'il s'agirait d'une réussite pour elle. On s'était côtoyé durant plusieurs mois et dans ce laps de temps, des liens s'étaient créée entre les deux Aurors. Au fur et à mesure, j'avais commencé à la considérer comme une petite soeur que je m'efforçais de protéger. Ce sentiment, je l'avais remarqué lors du meeting où je n'avais jamais cessé de m'inquiéter pour ma collègue. J'espérais que son départ ne changerait rien à la relation qui s'était installée entre nous, que je pourrais la revoir de temps en temps afin de discuter de tout et de rien, comme le font de vieux amis.

Mon regard, vide, était toujours posé sur la porte. J'étais perdu dans mes pensées. Des bruits de pas provenant du couloir m'en faisaient sortir. Je remuais rapidement la tête de droite à gauche, comme pour remettre mes idées en place puis attendait patiemment l'arrivée de la personne. Je sentais qu'elle se dirigeait vers la pièce dans laquelle je me trouvais, je ne pouvais, par contre, pas deviner de qui il s'agissait. J'espérais que c'était July qui approchait, je n'avais pas envi de m'éterniser dans cette pièce, j'avais plein d'autre chose à faire, des recherches a appronfondirs, des conclusions à tirer,.. Toute ces choses qui faisaient le quotidien d'un Auror. La jeune roussa entrait dans la pièce, ce que j'avais espéré se réalisait. Au fond de moi, je savais que July n'avait, très certainement, rien à voir avec l'intrusion du ministère. Elle avait toujours été une élève calme, sans aucun problème. Je ne pouvais, pourtant, pas me fier à mon impression, je devais essayer de confirmer mon impression.


Bonjour monsieur Parker


July laissait un léger sourire apparaître sur son visage. Je lui répondais avec le même, j'essayais de la mettre à l'aise. Je pouvais voir qu'elle ne se sentait pas bien d'être ici, c'était un sentiment tout à fait compréhensible. Le ministère était un signale fort, devoir s'y rendre pour y être interrogé par un Auror c'était troublant même si l'on n'était innocent.

Bonjour July. C'est dommage de se retrouver dans de tel circonstance.. Tu peux t'asseoir, je t'en prie.

J'attendais patiemment que la jeune rousse s'installe. Une fois l'action terminée, je me préparais à reprendre la parole. Avec les autres Auror, nous nous étions mit d'accord sur la façon de débuté les interrogatoire avec les élèves présent au meeting. On devait leur demander la raison de leur présence à un meeting politique. Il était vrai que c'était une des questions qu'une personne censé pouvait se poser. Qu'est ce que faisait de si jeune élève, n'ayant manifestement aucune raison évidente de s'intéresser à la politique, à un tel meeting ?

Alors July, dis moi un peu ce qui t'as poussé à te rendre à un meeting de ce genre ?.. Je veux dire, qu'est ce qu'une élève de Poudlard peut bien trouver d'intéressant à un meeting politique.. Puis, j'aimerais que tu m'explique comment s'est passer le meeting de ton point de vue..

Je me taisais à présent, j'essayais de détecter une quelconque réaction sur le visage de July. J'avais parlé calmement, néanmoins j'avais essayé de garder un ton neutre et sérieux tout au long de ma question.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège
Médicomage (SE)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : July Swann, Lun 3 Juin - 21:27


Mr Parker lança à July un sourire qui se voulait rassurant. Cela fonctionna plutôt bien, car déjà elle se sentait plus à l'aise, son interrogatoire se passerait bien. Le fait qu'elle connaisse l'auror chargé de relever son témoignage était rassurant.
Comme il l'y invita, la petite rousse s'assit sur la chaise. Elle posa son sac à ses pieds et plaça ses mains sur ses genoux, prête, ou presque, à répondre aux questions. Questions qui ne tardèrent pas car il enchaîna tout de suite en lui demandant la raison de sa présence au meeting. July fut un peu déstabilisée par la question tellement c'était évident : elle était venu car elle avait reçu une invitation. Une invitation pour un meeting donné par le Premier ministre faisait partie des choses que l'on ne pouvait pas refuser.
L'invitation provenait du fan-club de Petrus Sudworth auquel elle était inscrite. Elle admirait beaucoup Mr Sudwoth, principalement parce que c'était un ancien Poufsouffle qui avait réussi. Pour son charme également, c'était indéniable. Cependant, avouer à son ancien directeur maison qu'elle était présente à la réunion car elle portait une admiration toute particulière au ministre, c'était trop gênant.
- Oh, euh ... Parce que j'avais reçu une invitation suite à mon inscription au fan-club de Mr Sudwoth. J'avais trouvé le coupon sur la gazette du sorcier je crois. Mais je ... J'ai eu 17 ans l'année dernière, et je pense que c'est bien de commencer à m'intéresser à la politique, puisque je suis en âge de voter ...
La gêne de la jeune fille était clairement perceptible et elle leva vers l'aurors des yeux inquiets, cherchant à savoir sur son visage si elle avait correctement répondu à la question.

Après une courte pause, July répondit à la deuxième partie de la question, à savoir comment le meeting s'était déroulé. La rousse commença à se remémorer les événements dans sa tête, afin de voir si elle avait remarqué quelque chose de spéciale, puis elle se fit la réflexion qu'il serait sûrement plus utile pour Mr Parker si elle réfléchissait à voix haute, elle reprit donc la parole :
- Hum ... Je suis arrivée avec Nathanaël Monaghan, il avait reçu la même invitation que moi, on s'est rendue dans la salle de réception, à l'entrée on a donné nos invitations. Il y avait déjà du monde quand on est arrivé. On est directement allé s'asseoir, et on a attendu le début du discours. ... Tandis qu'elle parlait, July gardait les yeux levés vers le plafond, elle faisait toujours cela lorsqu'elle essayait de se remémorer quelque chose. De temps à autre, elle lançait un regard vers Mr Parker pour examiner son expression. ... J'ai observé les gens autour de moi mais je n'ai rien remarqué, je ne connaissais personne. La rouquine avait une expression désolée sur le visage, elle n'allait pas leur être très utile. Après le discours euh, le Premier ministre nous a invité à aller au buffet, donc j'y suis allé avec Nate ... Au bout d'un moment on s'est séparé, je voulais un autographe -regard gêné vers Joe-, je suis arrivée jusqu'au ministre et là j'ai vu deux autres élèves de Poudlard. Axelle Higgs et euh Kyara ... Blanchet ? Je crois. Je n'ai pas eu le temps de demander mon autographe, l'alerte de l'intrusion a été donnée et on a dû évacuer. Je ne me souviens pas de grand-chose, c'était un peu la panique. Je n'ai pas retrouvé Nate, apparemment il était sorti avant moi, donc j'ai signé et je suis partie.
July fit une pause, cherchant à savoir si elle avait oublié quelque chose. À priori non, elle conclut donc :
- Je n'ai rien remarqué d'anormal, je suis désolée.
Revenir en haut Aller en bas
Joe Parker
Joe Parker
Poufsouffle
Poufsouffle

Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Joe Parker, Lun 10 Juin - 12:12


Ce n'était plus à mon tour de parler. J'attendais les différentes réponses que July avaient à me donner. J'avais préparer un bout de parchemin et avait ensorcelé une plume afin qu'elle note tout ce que me disait les personnes interoggé. De cette façon, je pourrais me souvenir de tout ce qui m'avait été dit. Aucun soucis, ce n'était pas une plume à papote. Elle n'allait pas se mettre à écrire des inepties, ou encore déformer les dires de l'interrogé. Tout serait parfaitement retranscrit sur cette feuille. Pour le moment, elle était vide, bientôt elle serait à moitié remplie par les réponses de July. Une fois que la jeune Poufsouffle m'aura donné ses réponses, je la laisserais s'en aller pour m'occuper des personnes suivantes. J'avais du pain sur la planche et j'avais pris un léger retard.


- Oh, euh ... Parce que j'avais reçu une invitation suite à mon inscription au fan-club de Mr Sudwoth. J'avais trouvé le coupon sur la gazette du sorcier je crois. Mais je ... J'ai eu 17 ans l'année dernière, et je pense que c'est bien de commencer à m'intéresser à la politique, puisque je suis en âge de voter ...

Je regardais July dans les yeux. Je la laissais parler, ne laissant aucune expression transparaître sur mon visage. Elle ne semblait toujours pas à l'aise. Je voulais lui sourire, pour l'encourager à continuer, mais je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas montrer de la compations pour un potentiel coupable. Je comprenais les arguments de July, à son âge j'étais déjà un passionné de politique, j'aurais tout donner pour aller à un tel meeting. Après tout, pendant de nombreuse année j'avais rêver devenir ministre de la magie. Pour le moment, ce n'était plus d'actualité. Je gardais l'idée dans un coin de ma tête, mais je préfèrais me concentrer sur la chasse au mangemort, qui me promenait presque tout mon temps.

- Hum ... Je suis arrivée avec Nathanaël Monaghan, il avait reçu la même invitation que moi, on s'est rendue dans la salle de réception, à l'entrée on a donné nos invitations. Il y avait déjà du monde quand on est arrivé. On est directement allé s'asseoir, et on a attendu le début du discours. ... J'ai observé les gens autour de moi mais je n'ai rien remarqué, je ne connaissais personne. Après le discours euh, le Premier ministre nous a invité à aller au buffet, donc j'y suis allé avec Nate ... Au bout d'un moment on s'est séparé, je voulais un autographe je suis arrivée jusqu'au ministre et là j'ai vu deux autres élèves de Poudlard. Axelle Higgs et euh Kyara ... Blanchet ? Je crois. Je n'ai pas eu le temps de demander mon autographe, l'alerte de l'intrusion a été donnée et on a dû évacuer. Je ne me souviens pas de grand-chose, c'était un peu la panique. Je n'ai pas retrouvé Nate, apparemment il était sorti avant moi, donc j'ai signé et je suis partie. Je n'ai rien remarqué d'anormal, je suis désolée.

Je sentais que ce qu'avait à me dire July prenait fin maintenant. Je la regardais sans sourciller. Tout ce qu'elle m'avait dit me paraissait plausible. Avant de prendre la parole, je laissais la plume terminer son compte rendu. Je ne voulais pas la perturber avec mes paroles en plus. Une fois que le bruit de grattement s'était arrêté, je m'apprêtais à parler. Quelques noms m'étaient resté à l'esprit, tel que Nate ou encore Kyara. Je n'allais pas l'interroger sur ces personnes, après tout elles allaient elles aussi être interrogé par mes collègues, dans d'autre salle. Je me levais et parlait.


Hé bien merci July. Je pense que tu peux y aller, je n'ai pas d'autre question. Nous te recontacterons si nous avons encore besoin de toi. En attendant, je te souhaite une bonne journée.. Peux-tu fermer la porte derrière toi s'il te plaît.

Je souriais puis la laissait partir. Une fois que ce fut le cas, je prenais le parchemin et relisait ce que July m'avait dit, j'essayais de relever quelque chose d'incohérent, mais je ne trouvais rien. Tampi. Je devais me préparer à accueillir la personne suivante, Jana Van Oaklyn. Pour elle, l'interrogatoire sera bien différents. J'avais hâte de l’accueillir dans la salle et de pouvoir lui poser les questions que j'avais préparé spécialement pour elle. Un bruit sonore retentissait dans la petite salle, ça devait être elle.


Je vous en prie, entrez.

Si soucis, MP Wink

Revenir en haut Aller en bas
July Swann
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège
Médicomage (SE)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : July Swann, Lun 10 Juin - 21:15


Durant tout le temps où July s'était exprimée, le visage de l'ancien directeur des Poufsouffle était resté impassible. Cela déstabilisait la petite rousse qui avait pour habitude de rechercher constamment des réactions sur le visage de ses interlocuteurs, pour savoir si ce qu'elle disait était adapté, apprécié, ou si elle ferait mieux de se taire. Heureusement que Mr Parker n'avait pas été ainsi lorsqu'il avait été directeur, sinon July en aurait eu peur. C'était un homme sérieux, mais il n'avait pas l'air aussi froid en temps normal.

Lorsqu'elle se tue, July regarda l'auror avec un air anxieux, se demandant ce que serait la prochaine question. Contre toute attente, il se leva, ce qui surprit beaucoup la rouquine. Elle comprit cependant rapidement qu'il faisait cela car leur entretien était terminé, et non pas pour la soumettre au sortilège de l'imperium, ou tout autres maléfices de tortures destinés à lui faire avouer tous ses péchés. Il la remercia de sa coopération, ce qui redonna un peu confiance à la jeune fille, avant de lui dire qu'elle pourrait être amenée à revenir si cela se révélait nécessaire pour l'enquête. La petite rousse espérait sincèrement que ce ne serait pas le cas car un deuxième interrogatoire serait forcément synonyme de suspicion.

L'auror salua July et lui demanda de fermer la porte derrière elle en sortant. La rouquine ramassa ses affaires d'un geste rapide, salua poliment son ancien directeur, et sortit de la pièce en veillant à bien fermer la porte.
La jeune fille sentit la tension la quitter au fur et à mesure où elle s'éloignait de la salle d'interrogatoire oppressante. Finalement, cela avait été très rapide et elle allait arriver tôt chez ses parents. Ce n'était cependant pas gênant, au contraire, elle passerait un peu plus de temps avec eux. C'est un sourire aux lèvres, enthousiaste à l'idée de la fin d'après-midi qui l'attendait, que July sortit de ministère.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Hugh Dey, Mer 8 Juil - 21:49


J’avais aucune envie d’y aller dans ce trou à rats. Le ministère. L’horreur en somme. J’avais même dû dormir chez moi, sur le Chemin de Traverse, pour avoir moins de route à faire. Je vous raconte pas la tête de Kholov quand il a vu que j’étais convoqué. Déjà qu’il était à deux doigts de me virer… En plus y avait ce rêve là…

Chaque pas que je faisais dans le ministère me le rappelait. C’était celui de cette nuit. J’y étais allé mais c’était tellement vrai. Et j’en avais encore mal un peu partout. Les contrôles de sécurité étaient les mêmes. Longs et fastidieux. On me demandait ma baguette. On me fouillait au corps. On m’empêchait même de la reprendre. J’étais démuni. Et je devais descendre, descendre et encore descendre, comme dans mon rêve. Mais cette fois-ci je n’étais pas au même étage. Il n’y avait pas une seule porte à franchir. Plusieurs étaient devant moi. Chacune avait droit à son numéro. Je regardais le papier tout froissé que j’avais dans la main. La numéro 3. Ca devait être celle qui portait ce chiffre là.

Je frappais, fermement, et j’attendais aucune réponse. Ca se trouve y avait encore personne et on me ferait attendre, avec la lumière en pleine tronche et les menottes aux poignets. J’avais déjà subi ça mais c’était justifié. Pas cette fois-ci. En entrant dans la pièce j’étais raide, droit, dur. Le visage fermé, les sourcils froncés. Je comptais pas me laisser berner. Mon attitude était aussi sombre que mes vêtements, noirs, malgré la chaleur de l’extérieur. Un pantalon, une chemise. J’avais même fait un effort sur la tenue, comme quoi…

J’avais peut-être bien fait d’ailleurs parce que je m’attendais pas à voir ça chez les Aurors. Une fille, jeune, et pas trop mal. Fin en fait elle était forcément mieux que ce à quoi je m’attendais : une secrétaire un peu ronde, la cinquantaine, un bouton sur le pif avec plusieurs gros poils poussant dessus. Rien de tout ça ici. C’était presque même harmonieux. Pour le coup, ça me donnait presque envie d’être poli.

« Salut »

Ouais bon… J’avais au moins dit bonjour quoi. Je refermais la porte, même si j’en avais aucune envie, pis j’allais m’asseoir sur la chaise non occupée. Pas de fer. Pas de menottes. Et même une bouteille d’eau. Ils voulaient mes empruntes ou quoi ? J’avais rien fait moi ! A part m’asseoir sans y être invité, mais la chaise était là pour ça nan ? T’façon ils allaient pas me faire ch*er bien longtemps, même si la fille était mignonne. J’aurais passé du temps en sa compagnie en d’autres circonstances. Fin si elle avait du plomb dans la cervelle. Et ça je le saurai que si elle me laissait partir vite. En gros, je serai heureux de la revoir si je ne la voyais plus. Très étrange…

« Z’êtes Dowell j’suppose ? Faites vot’ truc et vite. Posez moi vos questions pis je me casse. Aucune envie de rester là. »
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Hugh Dey, Mer 8 Juil - 23:01


Premières paroles et je levais déjà les yeux au ciel. Elle me tutoyait. Alors que je la vouvoyais. Parce que je galérais assez pour que les élèves de Poudlard aient ne serait-ce qu’un peu de respect pour moi, et que j’aurais bien aimé qu’au moins les adultes me prennent pas pour une tanche. Mais visiblement c’était pas gagné. Elle avait mon dossier sous les yeux. Un amas de feuilles de papier qui retraçait ma vie de criminel, mais pas mes progrès. Elle savait rien. Je devais lui montrer qui j’étais.

Mes idées se dissipèrent en voyant la cigarette s’allumer. L’odeur, je l’avais sentie déjà un peu avant, mais voir la fumée sortir de ses lèvres était tentant. Depuis combien de temps j’en avais pas grillé une ? Le docteur Peterson voulait plus que je fume. Il voulait plus non plus que je boive ni que j’ai de rapports sexuels. Pourtant là-dessus je l’avais pas écouté. Pourquoi je continuais de le faire avec la clope alors ?

Je gardais les yeux rivés dessus, sur la fumée, sur la braise se consumant à chaque bouffée, sur le mouvement de la main, sur les lèvres de la jeune fille. C’était presque une obsession. Et je pouvais rien faire parce que j’étais pas chez moi. Alors je me forçais à baisser la tête et à enfoncer mes ongles dans mes paumes, pour chasser l’idée. La douleur permettait d’oublier un peu, de temps en temps. Et là ce n’était qu’une cigarette. Pas de perte de moyens, Hugh.

" - Si je t'ai demandé de venir, c'est pour clarifier les choses avec toi. Comment tu vas, en ce moment? Tu continues à voir le docteur... Peterson? "

Je haussais les sourcils en entendant la question. Ca, je m’y étais pas attendu. Comment je pouvais dire que j’avais arrêté de le voir depuis deux ans ? Mon dossier s’arrêtait donc là ? Que savaient-ils de moi ? Etais-je si surveillé que je pouvais le penser depuis mon attaque et la perte de ma main ? Savaient-ils d’ailleurs que j’avais été attaqué ? Sans doute que non. Une bande d’incapables.

« J’ai arrêté de voir le Docteur Peterson. Il était bien, mais je devais vivre. L’hôpital m’a rendu bourré de toc. Je marchais sur les lignes constamment. Je pouvais plus vivre ma vie. J’avais trente ans et je pouvais même pas coucher avec une fille ni boire un verre de temps en temps. J’ai arrêté de le voir y a deux ans, en reprenant un boulot à Poudlard. Pour le reste je survis. Autant qu’on peut survivre quand on a une réputation de fou violeur pédophile. C’est pas facile tous les jours. »

Bon, oui d’accord, j’exagérais un peu. Un peu beaucoup même, surtout sur la dernière partie. Ma vie était loin d’être si difficile que je le montrais, mais quoi qu’il arrive, j’étais rarement très apprécié. Le plus difficile étant avec Kholov. J’allais sans aucun doute me faire virer prochainement si je faisais la moindre bourde, tout ça parce que j’avais un dossier un peu chargé. Et pourtant le premier Hugh n’avait plus rien à voir avec l’actuel, alors pourquoi persister à revenir sur le passé hum ?

La fumée de cigarette me donnait soif alors sans réflechir, je prenais la bouteille d’eau pour en avaler deux bonnes gorgées. Mais j’aurais peut-être pas dû étant donné la suite de ses dires. Je faillis tout cracher, et quelques gouttes me dégoulinèrent sur le menton alors que j’étais en train de tousser. Je rêvais ou elle me draguait ? Fallait pas me le dire deux fois ça…

« On peut encore partir et aller chez moi s’tu veux hein »

Un petit sourire, un clin d’œil et c’était parti. Plus aucune revendication sur le tutoiement, j’étais déjà vachement plus à l’aise. Entièrement décontracté d’un seul coup, je me voyais même avancer un pied vers le sien. Ca allait être plus marrant que je le pensais cet interrogatoire. Ca me donnait même l’occasion de retirer ce rêve bizarre de ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Hugh Dey, Jeu 9 Juil - 0:55


Sa cigarette se consumait vite. Elle arrêtait pas de tirer dessus. Et mon regard se rattachait à elle à chaque nouveau mouvement. Et dès que j’estimais que cela faisait trop longtemps, la quitter était un nouveau déchirement. Ca l’était oui. Jusqu’à ce qu’elle l’éteigne et qu’elle me mette face à un nouveau dilemme en déposant le paquet vers moi. Je levais ma main et la laissais suspendue dans les airs. Comme si le moindre mouvement pouvait influer sur le cours de ma vie. Ca le pouvait d’ailleurs. C’était pas un piège ?

Je me torchais la bouche de ma manche, pour retirer le peu d’eau qui me dégoulinait encore du menton. Pis je l’écoutais déblatérer ses paroles en l’air. Heureusement qu’elle me collerait pas de nouveau médecin sur le dos ! J’étais très bien sans le docteur Peterson et je comptais pas en reprendre. Je menais la vie comme je l’entendais. Je faisais tout ce que je voulais mais la menace de l’hôpital pesait tellement toujours sur moi que j’étais obligé de faire gaffe à tout ce que je faisais. Surtout à Poudlard.

D’ailleurs, elle en parla du boulot, et à ce moment là, comme je tenais plus, je prenais la clope dans ma main. Voilà. J’en avais une. Le pas était fait. J’avais plus qu’à la fumer. Et ce qu’elle me disait me faisait rigoler en plus. Dans sa bouche, on avait l’impression que tout ce que j’avais fait de ma vie était merveilleux.

« Devriez arrêter les compliments un peu. Pis servir les discours positifs à Kholov. C’est lui qui veut me virer à cause de mon dossier, et l’entretien y changera rien. Z’êtes aussi impuissants que moi avec cette clope, puisque j’ai pas de feu. »

Ouais, z’avaient gardé ma baguette à l’entrée. Du coup j’étais bien con avec ma clope au bout du bec, incapable de la fumer. Elle sentait bon, comme ça près de mon nez. Ca me donnait envie de l’allumer et de sentir sa chaleur piquante pénétrer dans ma gorge. Mais j’y pouvais rien. Je devais respirer cet air humide de tabac. Et rigoler à la suite de ses paroles.

" - Ecoute, je te trouve joli garçon, mais je dois faire mon boulot, moi, tu comprends? J'ai pas le choix. Je peux pas m'en aller comme ça avec toi pour aller batifoler.

Je pouffais de rire en l’écoutant parler. J’avais l’impression de retomber à l’âge de douze ans, quand je faisais des avances à mes profs et qu’elles disaient que j’étais « joli garçon », mais sans plus. Sa proposition d’avant était-elle sérieuse ? Peut-être… Elle me collait carrément le doute en fait. Surtout avec la suite. Et après elle repartait sur une question. Boh… Autant vérifier alors nan ?

« Ouais j’avais des tocs. Très gros. Je devais marcher sur une ligne, parce que c’était ma ligne de conduite. Mais j’ai réussi à changer ça. Des fois je remets encore les choses bien droites. Le pire c’est avec le nettoyage. D’autant plus qu’avant je me lavais pas énormément. Maintenant j’ai besoin d’être tout propre. J’aime particulièrement qu’on m’astique la… aheum »

Et je m’arrêtais là, avec un grand sourire. Même, je gardais ce petit air enfantin et j’allais m’accouder à la table, posant ma tête sur mes deux mains pour avoir l’air intéressé. Et accessoirement, avoir aussi l’air d’un gamin.

« Et toi alors, pourquoi faire ce métier d’Auror ? Nan mieux que ça… Pourquoi me rencontrer alors que j’ai rien fait de notable, si y a des trucs à gérer dehors ? T’as pas envie d’aller sur le terrain ou t’as vu une photo de moi et t’as adoré ? »
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Hugh Dey, Jeu 9 Juil - 13:49


Elle avait allumé la clope. En fait je crois qu’elle était gentille. Genre vraiment là pour m’aider. C’était ce qu’elle me disait, c’était ce qu’elle me montrait, donc c’était ce qu’elle devait être. Je me méfiais de moins en moins, et j’inspirais la fumée toxique de la clope, ce qui m’embrumait un peu l’esprit. Ca piquait la gorge mais j’aimais bien la sensation. Ca brûlait, et en même temps, il n’y avait rien de solide, rien à consumer réellement. Et bientôt, après deux bouffées seulement, la tête me tournait déjà, comme s’il s’était agit de bien autre chose, et la peau de mes joues commençait à s’engourdir. C’était rigolo.

Du coup je me marrais un peu quand elle disait qu’elle croyait aux secondes chances. Et je me marrais encore plus quand je voyais ce qu’elle écrivait sur une feuille. Pas parce que c’était rôle nan. Juste parce que j’essayais de lire et que j’y arrivais pas. Bah ouais forcément, c’était marqué à l’envers. Y avait quelques mots mais ça voulait rien dire. Ou alors, c’était qu’elle écrivait vraiment mal. En même temps elle était Auror hein. On lui demandait pas forcément de savoir écrire. Son prénom à la limite, mais c’était tout. Ca se trouvait, c’était même pas elle qu’avait écrit la lettre mais un scribe ou un truc du genre, parce que chez les Aurors, ils savaient que manier leurs baguettes. Hum… Ca se discutait. Pis surtout, ça voulait dire que je pouvais être Auror tranquille. Moi dans le maniement de ma baguette, j’avais pas de problème.

Et puis les choses changèrent. J’avais commencé à faire mon beau et là, elle avait pas pu me résister. Direct elle s’était levée, s’était approchée de moi, et moi je bougeais pas. Je faisais que sourire parce que je savais ce qui m’attendait. Elle allait m’embrasser. Me chopper la bouche sauvagement, me rouler un palot digne de ce nom, et on finirait à poils sur la table, parce que c’était ce qu’elle voulait. Ses yeux criaient braguette ! Alors forcément, comme elle avait déjà connaissance de mon dossier, je pouvais rien faire que la laisser approcher. Je regardais. Je plongeais dans ses yeux. Un bleu profond dans lequel je me perdais bientôt.

Jusqu’à ce qu’elle dévie, aille vers mon oreille, me colle sa baguette sous la gorge et me parle assez bas pour que personne d’autre ne puisse entendre. Comme si y avait du monde autour t’sais.

" - Là, je te tiens... Tu es impuissant, Dey. Tu n'as pas de baguette. Si je voulais m'amuser avec toi tout de suite, il n'y aurait personne pour m'en empêcher. N'est-ce-pas?... "

Elle me faisait hausser les sourcils et sourire de plus belle. Toute proche, et pourtant tellement éloignée. Je tenais ma clope dans ma main droite, celle-ci qui ne sentait plus rien, et amenais la gauche vers sa nuque. Boh et puis… Allez. Soyons fou ! La droite vers sa taille. J’avais pas peur de sa baguette. J’essayais de la forcer à s’approcher plus encore de moi, pour qu’elle atterrisse sur mes genoux, tandis que mes lèvres glissaient sur son cou puisque je lui tirais les cheveux en arrière histoire d’avoir le champ libre. Je l’effleurai simplement, sans jamais aller vers un contact franc et complet.

« J’ai jamais eu besoin d’un morceau de bois pour toucher à qui que ce soit. »

Je me revoyais, à l’époque, prendre ce genre d’avances pour des réalités. Moins que ça et je partais. Les regards, les gestes manqués, tout m’indiquait que l’on me désirait sans oser me l’avouer. Aujourd’hui c’était différent. Elle me désirait, l’avouait, et pour autant érigeait une barrière. Une défense. Je lâchais ses cheveux, me reculais dans le fond de ma chaise pour laisser un peu de distance, alors même que d’autres parties de mon corps n’aspiraient qu’au contact et plantais mes yeux dans les siens.

« Tu devrais garder ta baguette, ça pourrait me plaire de s’amuser de la sorte… »
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Salle d'interrogatoire N°3 Empty
Re: Salle d'interrogatoire N°3

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 8

 Salle d'interrogatoire N°3

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.