AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 8
Au coeur d'un grand magasin.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Altaïr Debrooks, Mar 29 Déc 2015 - 13:19


Accord de 90 pour qu'elle se fasse toucher par le sort d'Amy.

Avec surprise, Altaïr constata que sa stratégie avait fonctionné sur le Mangemort qui, après avoir sans doute tenté de transplaner, avait reçu son sortilège en plein dans l'abdomen. S'ils souhaitaient tendre un nouveau piège au mage noir, les deux Phénix devaient agir vite et faire preuve d'une coordination sans failles, mais avant que le jeune homme n'eût le temps d'adresser la parole à Amy, leur adversaire commun se releva, comme si de rien n'était. Apparemment, sa brillante idée n'avait eu pour unique conséquence d'attiser davantage la colère -ou la folie- du Mangemort, qui se tournait à présent vers lui, sans doute déterminé à prendre sa revanche. En gardant le regard rivé sur son adversaire, tout en réfléchissant à une stratégie qui pourrait le sortir d'affaire, le Serdaigle fit plus attention à sa silhouette fine et comprit alors qu'il avait affaire à une femme, information qu'il n'avait pas encore eu le temps d'exploiter en raison du masque qu'elle portait. Connaître un ennemi permettait de se servir de ses faiblesses, mais il ignorait ce que la détermination de son sexe lui apporterait, puisqu'en faisant exploser les vitrines ainsi que des vies innocentes, elle venait de balayer d'un revers de main tous les stéréotypes de la grâce et la douceur de la gent féminine. Si elle se révélait aussi redoutable que les femmes de l'Ordre du Phénix, alors il avait sérieusement du souci à se faire.

La boule de feu jaillissant de l'extrémité de la baguette de la sorcière fut si rapide et inattendue qu'il ne trouva pas le temps de la contrer. Heureusement, une barrière invisible qui ne pouvait provenir que d'Amy limita légèrement les dégâts, mais la puissance de la Mangemort étant probablement supérieure à celle de l'adolescente, son attaque réussit à franchir le mur magique et à frôler l'épaule d'Altaïr qui n'avait pas eu le temps de l'esquiver. Une violente brûlure se répandit dans les muscles de son bras gauche, et c'est uniquement en regardant sa blessure que le jeune homme constata que la puissance et la vitesse du sortilège avaient arraché une partie du tissu de sa robe de sorcier et avait également écorché en partie sa peau. Plus de peur que de mal, mais il profita tout de même de l'offensive d'Amy pour informuler un #Curo As Velnus. Il avait un piètre niveau en matière de médicomagie, mais l'avantage d'avoir un médicomage au sein de l'Ordre était qu'il pouvait leur donner quelques bases dans le domaine. Ne préférant pas se hasarder dans des sortilèges plus complexes qui pourraient, s'ils étaient mal exécutés, aggraver sa blessure, il reporta son attention sur le combat. À en croire la posture du Mangemort, son amie avait fait mouche. Si leur ennemie était affaiblie, ils tenaient une nouvelle chance de la neutraliser s'ils se montraient aussi réactifs qu'en entraînement. Avec conviction, Altaïr lança donc un #Petrificus Totalus en direction de la sorcière en espérant qu'il se montre fructueux. Après tout, qui ne tente rien n'a rien !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 90
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Mangemort 90, Mer 30 Déc 2015 - 17:24


Yes touché ! Bon juste un p'tit peu parce que sa copine l'avait défendu mais au moins, il était blessé.
J'étais tellement dans une folie meurtrière que j'avais baissé ma garde. Première règle à respecter pourtant lors des combats... J'étais resté focalisé sur le jeune homme et avait oublié son allié. Je l'avais sous estimée et elle avait profité de la situation pour m'attaquer par derrière. C'était moche et vil.. digne d'une mangemort ! Elle aurait presque pu rejoindre nos rangs !
Une décharge électrique me parcouru le corps. Je me retrouvais sur le sol, prise de sursaut. Serrant les dents, aucun bruit ne sortait de ma bouche. J'étais habituée à la douleur, mais les décharges électriques me paralysaient un certain temps.
Incapable de réagir à temps, je n'avait pas pu me protéger, ni pour ce sortilège, ni pour le suivant. Et le Petrificus Totalus qu'un des deux me lança me toucha de plein fouet, me paralysant au sol.
Ma fierté et ma soif de vengeance m'avaient empêcher d'appuyer sur ma marque et de prévenir mes comparses de combats. Je savais que j'étais foutue. Il ne faudrait que quelques secondes aux deux jeunes gens pour m’immobiliser définitivement : chaines, cordes... ils avaient l'embarra du choix. J'allais rejoindre papa... Capturée par des gens qui étaient à peine mineurs, tout ça pour tuer des moldus...


[RP finit pour moi, je vous laisse faire ce que vous voulez. Désolée pour le RP pourri mais je n'aurai pas le temps de poster après donc j'abrège.]
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Amy Shields, Jeu 31 Déc 2015 - 11:19


Malgré le petit bouclier qu'Amy avait crée, la boule de feu traversa quand même la pièce à toute vitesse. Altaïr eut juste le temps d'esquiver mais, de ce que vit Amy qui n'avait pas une vision optimale de la situation, le jeune homme fut touché.. à l'épaule ? Rien ne pouvais le confirmer depuis là ou se trouvait la brunette mais ce n'était pas le moment de se préoccuper de petites blessures. Il était encore debout et conscient ce qui signifiait qu'il n'avait pas besoin de soins immédiats. La sorcière reporta son attention sur le combat et sur le sort de pétrification que venait de lancer son compatriote. A la grande surprise d'Amy, le Mangemort se le prit de plein fouet. Son sort électrique avait du faire son effet. En moins de deux secondes leur adversaire se retrouva par terre pétrifié. La jeune femme dut attendre un peu avant de reprendre ses esprits. Autour d'eux une partie des flammes n'était toujours pas éteinte, les cadavres jonchaient encore le sol.. bref toujours cette vision d'horreur. 


La jeune femme s'avança en titubant. Les cadavres moldus autour lui donnaient envie de dégobiller. Elle arriva au dessus du Mangemort. Elle serra les dents, la traitant intérieurement de tous les noms possibles et imaginable. Ses yeux se remplir de larmes en pensant à tous les gens qui avaient perdus des proches à cause d'elle, même les enfants y étaient passés. Mais ce n'était pas le moment de pleurer, si elle devait pleurer à chaque fois qu'elle voyait des morts, ça n'allait pas le faire en tant que Phénix. Ses yeux se sechèrent. La Poufsouffle pointa sa baguette sur leur ennemie et se demanda pendant un instant si elle n'allait pas lui envoyer un Avada Kedavra dans la tronche, mais ça lui poserait plus de problème qu'autre chose. Elle se contenta donc de murmurer un #Incarcerem. De grosses cordes sortirent de sa baguette pour s'enrouler autour de la Mangemort et la ligoter solidement. 


Amy se tourna ensuite vers Altaïr, les deux jeunes gens venaient quand même d'attraper un des ennemi du monde sorcier. Elle s'approcha de son compatriote et regarda sa blessure. Ce n'était pas très grave mais il fallait passer la brûlure sous l'eau. Elle jeta un regard rassurant à Altaïr et pointa sa baguette sur sa blessure. Elle murmura un #Aguamenti. Un petit filet d'eau sortit de sa baguette pour couler sur la brûlure, Amy était bien consciente que ça devait faire mal il fallait soigner même si c'était qu'une blessure mineure. Après quelques minutes, la petite brune arrêta le filet d'eau et informula un #Ferula. Une petite bande apparu pour venir se poser sur la blessure. C'était très léger mais ça ferait l'affaire pour l'instant. Amy regarda alors Altaïr dans les yeux en demandant d'une voix grave tout en montrant l'assaillante toujours ligotée au sol.


- Qu'est ce qu'on fait maintenant ? On ne va quand même pas aller au Ministère avec elle. C'est trop dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Altaïr Debrooks, Sam 2 Jan 2016 - 18:08


La tentative d'Altaïr avait paru si désespérée qu'un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres lorsqu'elle porta ses fruits. Les efforts conjugués des deux adolescents avaient permis de maîtriser un mage noir, qui gisait désormais immobile et paralysé sur le sol jonché de cadavres dont il était lui-même responsable. Le jeune homme considéra d'un oeil méprisant la silhouette du Mangemort qui semblait compléter le paysage de terreur qu'il avait instauré, l'assassin venait d'être mis sur le même piédestal que les assassinés. C'était cette quête de justice qui l'avait poussé à s'engager au sein de l'Ordre du Phénix, mais malgré toute la répugnance que lui inspirait cette sorcière dégénérée, il ne pouvait se résoudre à se rabaisser aux mêmes pratiques que les Mangemorts, à savoir le meurtre et la torture. Seul un lâche pouvait abattre de sang-froid un autre sorcier sans qu'il ne puisse avoir l'honneur de se défendre.

En quelques minutes, Amy ligota le corps immobile de leur adversaire puis rejoint Altaïr afin de lui administrer des sortilèges curatifs destinés à amoindrir l'importance de sa blessure. Certes, elle était plus superficielle qu'autre chose mais il devait admettre qu'il appréciait le geste de sa camarade. Fronçant légèrement les sourcils lors de la manoeuvre, il ne pouvait s'empêcher de garder le regard fixé sur le corps de la Mangemort, comme si elle détenait le pouvoir de disparaître en un clignement d'oeil malgré toutes les défenses qu'ils avaient mis en place pour la neutraliser.

-Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? On ne va quand même pas aller au Ministère avec elle. C'est trop dangereux.

Bien évidemment, Amy avait totalement raison. Deux adolescents faisant irruption dans le hall du ministère avec un Mangemort comme prisonnier ne pouvait qu'attirer les soupçons, et Altaïr n'avait pas vraiment comme ambition de voir son identité de Phénix dévoilée auprès de la communauté sorcière et de devenir l'ennemi public numéro 1.

-On f'rait peut-être mieux d'avertir les Aurors, avec un peu de chance ce sera Elenna ou Alexander qui viendra s'en occuper.

À ces mots, le Serdaigle fit apparaître un petit félin au pelage richement décoré à l'aide d'un sortilège du Patronus. L'ocelot, formé d'une brume argentée étonnamment scintillante, s'évapora à la seconde où Altaïr lui avait confié le message qu'il souhaitait transmettre. Depuis son engagement dans l'Ordre, il s'était assuré de maîtriser ce sortilège, qui pouvait se révéler des plus utiles dans ce genre de situations, et après de longues séances d'entraînement, il avait enfin compris la méthode pour faire jaillir un animal au bout de sa baguette. Le jeune homme n'avait pas eu trop de mal à réussir son sortilège à ce moment-là, étant donné qu'il était étonnamment stimulé par l'adrénaline et rassuré d'avoir capturé le Mangemort. Ils ne leur restaient plus qu'à surveiller leur victime le temps qu'un Auror intervienne, le plus dur était fait.

-Au fait, joyeux Noël, lança-t-il avec sarcasme à l'intention de la sorcière qui restait emprisonnée par les lianes d'Amy.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tybalt Maitland
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Tybalt Maitland, Jeu 21 Jan 2016 - 17:40


RP avec Lizzie Bennet

Il y a des jours où vous êtes de bonne humeur, sans même savoir pourquoi. Ces journées-ci, les petits oiseaux chantent et voltigent gaiement dans le ciel. Souvent, vous avez l'impression que tout ce que vous voyez est magnifique et surprenant, que tous les gens que vous croisez sont aimables et souriant, contaminés par votre joie inexpliquée.

Et puis, il y a les autres jours. Ceux où vous avez l'impression que, quoi que vous fassiez, le reste de la journée sera encore pire que le début qui était déjà catastrophique. Pour donner un exemple, au hasard, vous pouvez vous réveiller un matin de très bonne heure après une nuit de cauchemar et constater que, dehors, l'orage fait rage. Alors bien sûr, quand vous tenez à vos heures de sommeil et que la pluie vous rend malade d'anxiété, la journée ne commence pas très bien.

Puis, toujours hypothétiquement, votre père pourrait entrer dans votre chambre sans frapper pendant que vous écrivez votre carnet de bord -à défaut d'oser l'appeler journal intime- et vous regardez comme un gosse de trois ans. Ensuite, il pourrait vous rappelez de bien vous habiller le soir même car vous, lui et votre mère alliez au restaurant pour l'anniversaire de cette dernière. Après tout, même dans les pires jours, il y a peu de chance que vous ayez oublié la date de naissance de votre génitrice, non ? Surtout quand on vous le rappelle tous les jours depuis une semaine.

Mais bien sûr, puisque tout ceci n'était qu'une illustration sans fondement réel, ces événements n'avaient aucun rapport avec la présence de Tybalt dans un grand magasin londonien. S'il cherchait désespéramment un idée de cadeau d'anniversaire pour la femme qui lui servait de mère, ce n'était pas du tout lié à un quelconque oubli... Peut-être un acte manqué ? Au pire, il pourrait toujours plaider la perte temporaire de mémoire s'il ne trouvait rien : il était réellement amnésique, il fallait bien que ça lui soit utile de temps en temps.

Le magasin était bondé et aucun vendeur n'était disponible. S'il avait pu parler à un employé, il aurait demandé une idée, un truc qui s'offre aux mères -et pas trop cher de préférence. Mais puisqu'il n'était pas du genre à chasser les clients qui demandaient déjà conseil aux salariés, il devrait se contenter de parcourir le rayon en cherchant un cadeau.

Peut-être pourrait-il plutôt aller chez le fleuriste et ramener un cactus à sa mère ? Y-avait-il un plante qui signifiait "va creuver" ou "tu es vieille maintenant !" dans le langage des fleurs ? Sinon, il pouvait aussi lui ramener un vêtement horrible, juste pour faire passer le message. Avec une petite carte de condoléances. C'était bien ça comme cadeau d'anniversaire pour sa mère, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Ven 26 Fév 2016 - 23:43


RP avec Giovanni Dietrich
Pas de réponse depuis 1 mois - Je poste. Si problème, MP !

Ca devait faire des mois que je n'avais pas fait de lèche-vitrines, ni les magasins d'ailleurs. Je ne savais pas où aller, mais j'avais besoin de sortir du château, de me promener, d'essayer de nouveau vêtements. Je suis partie du château, discrètement, comme une petite souris en saluant au passage quelques étudiants que je reconnaissais. Une fois à l'extérieur du château, je transplanais jusqu'à Londres.

Une fois dans la ville, je me baladais dans la galerie marchande, espérant trouver un magasin avec des vêtements potentiellement plaisants. Je ne savais pas réellement pourquoi, mais j'étais heureuse. Un sentiment que je n'avais pas ressentis depuis des semaines maintenant. Passant devant un magasin, qui semblait immense, je décidais d'y entrer voir ce qui s'y vendait.
Une chance pour moi c'était un magasin où se vend de tout. Si il n'y avait pas autant de monde, je crierais presque Youhou ! Je passais d'abord aux rayons des alcools, je pris une bouteille de whisky et l'ouvrit. Ne faisant attention à personne, je portais la bouteille à mes lèvres et en but quelques gorgées.

Je continuais à me balader dans les rayons, joyeuse pendant plusieurs minutes, peut-être même des heures. Je ne sais pas. Bouteille terminée, personne ne m'avait encore fait de remarques. Peut-être que le gérant du magasin se foutait que l'on se serve dans ses stocks ? M'enfin, ça ne m'importait pas vraiment. Décidant qu'il était temps que j'essaie de nouveaux vêtements, je me dirigeais vers le rayons des fringues, totalement éméchée.

Je tournais la tête à droite. Tiens des cabines d'essayages. Mes yeux devaient briller d'anticipation. Je regardais les vêtements non loin de là et poussais les gens sur mon chemin. Je pris quelques vêtements au hasard et me dirigeais à la hâte vers les fameuses cabines. Une fois à l'intérieur, je ne pris même pas la peine de fermer le rideau et commença à me déshabiller. Je pris les premiers vêtements, sans faire vraiment attention et les enfilaient. Première tenue, une chemise rouge un poil trop large avec une jupe droite noire.


Revenir en haut Aller en bas
Giovanni Dietrich
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Giovanni Dietrich, Sam 27 Fév 2016 - 1:13


Giovanni Dietrich faisait parti de ce genre de personne qui, si on ne le confrontait pas à une excellente raison de sortir, ne sortait tout simplement pas. Après, il faut avouer que le spectre des "bonnes raison" allait de la simple envie de respirer l'air plein de bonne chose de Londres (des choses comme le monoxyde de carbone, par exemple), au besoin bassement terrestre d'aller acheter à manger. Dans le cas présent, le problème était un peu différent. Il comptait acheter des vêtements.

Bien qu'étant sorcier, Giovanni avait un sang moldu, et c'était donc tout naturellement qu'il avait décidé d'habiter dans la capitale anglaise une fois ses études à Poudlar terminées. Dans les faits il aurait aussi pu  rejoindre sa famille, en France, en Italie ou encore en Allemagne, mais il s'était amouraché de l’Angleterre, centre névralgique du monde sorcier et, par extension, point central obligatoire de toute manigance politique qui espérait aboutir à un résultat concret.

Empruntant les transports en commun moldu, le jeune homme rejoignit en peu de temps un grand centre commercial. Il haussa un sourcil et réprima un soupire lorsqu'il constata avec résignation que ce dernier était bondé.  Heureusement, les braves gens avaient naturellement tendance à s'écarter sur son passage. Sans doute car il ressemblait à un officier de la Gestapo, avec son grand manteau sombre et sa pose noble, rigide. Il traça ainsi de longues lignes droites à travers la foule, inspectant les boutiques à la recherche d'un quelconque magasin de vêtement. Son choix se porta sur un rayon relativement vide.

Par relativement vide, il faut bien comprendre qu'on passait d'une foule chaotique à une fréquentation raisonnable, mais c'était déjà ça. L'odeur de sueur humain agressait le nez de Giovanni, ce changement lui fit l'effet d'un réel soulagement.

Ainsi, quand il entra, il ne ressemblait plus à un officier nazi.

Il ressemblait à un officier nazi vaguement satisfait.

Il approcha des piles de vêtement et récupéra sans conviction des pulls et chemises sombres, ternes et, exceptionnellement, rouges. Le rouge et le noir étant à ses yeux les deux couleurs de l'autorité. Quand il eut terminé, il approcha d'un pas calme des cabines d’essayage. Son regard se porta sans qu'il y pense vers la touche la plus colorée présente dans son champ de vision, et le jeune homme se stoppa.

Une fois n'est pas coutume, il haussa un sourcil.

Là ou d'autres jeunes hommes se seraient arrêts pour observer magnifique de Malicia, Giovanni, l'air grave, fixait son visage. C'était... Oui, c'était un professeur de Poudlard.

Quelle étrange coïncidence.

D'autant plus étrange qu'elle semblait avoir quelques soucis à rester droite et se changeait en public. Aaah, ces sorciers. Si... Inutilement originaux. Le jeune homme affichait désormais un léger sourire cynique, il approcha de quelques pas, ses vêtements toujours bien en main. Une petite dizaine de piques lui étaient venues à l'esprit, il hésitait encore sur celle qu'il allait choisir.

C'était comme faire face à un plateau de délicieuse viennoiserie et n'avoir le droit que d'en prendre une. D'un côté, c'était plaisant, de l'autre, un peu frustrant.

"Je ne sais pas ce qu'il en est dans le monde de la sorcellerie, mais il existe des lois contre l’exhibitionnisme, chez les moldus."

Son ton était un doux mélange de factualité et d'ironie grinçante. Il avait utilisé des termes du vocabulaire sorcier sans trop de soucier des autres clients. Ces derniers faisaient de toute façon en sorte d'ignorer Malicia. Par politesse, sans aucun doute.

"Ceci étant dit, je trouve votre originalité tout à fait classique. Un peu paradoxal, non ? Enfin, ça reste joli."

Cette fois, il était strictement factuel. Il observa la professeure de bas en haut, se stoppant momentanément sur la texture du pull et de la jupe comme pour en approuver la couleur, et arrêta finalement son regard dans celui de Malicia. Il était froid comme un bébé dans un frigo.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Sam 27 Fév 2016 - 11:47


Je peinais à me changer. Mon corps tanguait de droite à gauche, comme si j'étais sur un bateau. Attends, peut-être que.. je me penchais pour regarder à mes pieds. Ah non, c'est bien le sol, pas d'eau. Je suis pas sur un bateau. Je rigolais de ma bêtise. Qu'est-ce que je pouvais raconter comme connerie quand j'étais bourrée. Une fois habillée, je me regardais dans le miroir. Hmm.. mouais pas mal. Le reflet de quelqu'un dans la glace me fit me retourner.

"Je ne sais pas ce qu'il en est dans le monde de la sorcellerie, mais il existe des lois contre l’exhibitionnisme, chez les moldus."

Et ma main de ta gue*le ? Je me mordis l'intérieur de la joue pour éviter de sortir ma baguette et de lui lancer un sort de mutisme. S'il me parlait de sorcellerie, c'est qu'il devait me reconnaître. Je plissais les yeux et m'approchais de lui. Où est-ce que j'avais pu le voir ? A Poudlard ? Probablement.

"Ceci étant dit, je trouve votre originalité tout à fait classique. Un peu paradoxal, non ? Enfin, ça reste joli."

Il se recula, m'observa et d'un hochement de tête approuva le tenue. Mais de quel droit ? Je lui jetais un regard froid et me retournais pour aller changer de vêtements. Eclair de lucidité. Je sais qui il est. Un ancien élève, je l'avais déjà croisé dans les couloirs.. enfin dans les cachots. Je pris ma baguette discrètement et informula un #Repello Moldum sur le coin des affaires et des cabines. Tous les non-sorciers qui restaient là, pour sûrement regarder.. les vêtements en soldes étaient maintenant en train de partir. Je me retournais vers lui.

"-T'es un Serpentard toi. Tu sais que c'est particulièrement irresponsable de parler de magie en présence d'eux. Ton nom ?

J'avais prononcé le eux peut-être d'une façon un peu trop dédaigneuse. Leurs curiosités malsaines à vouloir toujours tout écouter, m'était insupportable. Je repartais dans le cabine et commença à enlever mes fringues. Prochain vêtement ? Une robe rouge foncé serré et un peu trop courte. Mettant mes deux pieds à l'intérieur, je commençais à me tortiller pour la remonter. Au moment de remonter la fermeture éclair, je jetais un regard derrière mon épaule et lançais au jeune homme derrière moi.

"Au lieu de rester planté là, viens m'aider à fermer cette foutu robe.
Revenir en haut Aller en bas
Giovanni Dietrich
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Giovanni Dietrich, Sam 27 Fév 2016 - 12:33


Elle avait fait vider le rayon d'un petit coup de baguette magique. Évidemment, Giovanni s'en voulut presque de ne pas y avoir pensé. S'il espérait s'élever dans le monde de la sorcellerie, il allait devoir commencer par arrêter de penser comme un moldu. Cependant, il avait réussit son coup: il l'avait irrité.
En soit ce n'était pas bien compliqué. Elle était enivrée et lui particulièrement agaçant, mais ça restait son objectif de base. L'irriter pour attirer son attention. Pourquoi ? Et bien pourquoi pas, il n'allait pas simplement l'ignorer, ou pire, la saluer poliment, si ? Non. Pas dans ces conditions.

Lorsqu'elle énonça son statut de Serpentard, il hocha imperceptiblement la tête et laissa un large sourire apparaitre sur son visage.
Le sourire particulièrement sinistre qu'aurait eut un chat face à une souri.  

"Giovanni Dietrich. "

Puis Malicia se déshabilla et piocha une robe dans sa pile. L'éducation du jeune homme refit aussitôt surface et il se détourna pour observer d'un air détendu les moldus qui s'agitaient ici et là. De son point de vue, ils ressemblaient à des animaux de ferme dans une étable, plus précisément à l'heure où on les nourrit. Cette comparaison tenait aussi pour les sorciers du chemin de Traverse. C'était plus un constat sur la masse humaine que sur l'incroyable talent qu'on les moldus pour créer des foules compacts.

"Au lieu de rester planté là, viens m'aider à fermer cette foutu robe.

"Hm ?"

Il quitta sa contemplation et se retourna. Elle avait enfilée une robe manifestement un peu étriquée. Pour un peu, se dit-il, les coutures risquaient de craquer. Il poussa un léger soupire. Soit, il allait le faire.
Se dirigeant vers la cabine voisine, il déposa son tas d'habits ternes avant de rejoindre Malicia.

"Vous êtes professeur à Poudlard, n'est-ce pas ? Étonnant que j'ai "réussi" à vous esquiver durant presque sept ans. Surtout pour vous rencontrer ensuite dans une situation aussi absurde."

Absurde. C'était bien le terme. Giovanni hésite un instant. Vérifiant rapidement qu'aucun morceau de tissu n'était sur le chemin du curseur, il remonta la fermeture d'un geste vif et mécanique. Bien que n'en disant rien, il sentait distinctement l'odeur d'alcool, à cette distance. Une odeur légère mais bien présente qui confirmait ce qu'il savait déjà.

"Quel est votre nom ?"
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Sam 27 Fév 2016 - 13:53


J'attendais là, toute seule, avec ma robe ouverte avant que le serpentard derrière moi ne se décide à venir m'aider. Je restais silencieuse et me contenais de le regarder de haut en bas.

"Vous êtes professeur à Poudlard, n'est-ce pas ? Étonnant que j'ai "réussi" à vous esquiver durant presque sept ans. Surtout pour vous rencontrer ensuite dans une situation aussi absurde."

Put*in ce qu'il pouvait m'énerver. Pourquoi était-il autant dans la retenue. J'avais envie de rigoler un peu, prenant ma baguette discrètement, j'informulais dans la direction de Giovanni un #Cortes Titilandus et faisant mine de m'observer dans le miroir d'un peu trop près, reposais ma baguette. Je me retournais et lui appris mon nom. Ne pas connaître nom de sa prof de potion était quand même un comble. Soit. Pas grave. Je me retournais vers le jeune homme, l'air grave.

-La robe n'est pas un peu trop courte ?

Je ne lui laissais pas le temps de répondre et me déshabillais. Choppant un pantalon gris et un corset noir, je m'habillais rapidement. Je continuais à tanguer, mais ça s'atténuais peu à peu. Dommage. Je repasserais dans le rayon alcool avant de partir. Déjà prête, je me retournais vers le serpy. Il m'avait quelque peu énervé, mais j'allais rapidement le remettre à sa place, plus tard. Pour l'instant, je voulais m'amuser.

Tu voudrais pas te décoincer un peu ? Je sais pas moi, commence par enlever le bâton que t'as dans l'c*l.

Je relevais la tête vers les enceintes du magasin. Ca manque un peu de musique, nah ? Jetant un sort sur les basses, une douce musique se fit entendre. Du ska. Je lâchais un cri de joie et commençais à danser. Peut-être que des gens me regardaient ou me dévisageaient, mais je m'en foutais complètement. Tout ce qui compte. C'est s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Giovanni Dietrich
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Giovanni Dietrich, Sam 27 Fév 2016 - 15:40


Malicia Evans. Il avait déjà entendu ce nom.

Logique.

Ce furent à peu près les dernières pensés que Giovanni formula avant que le sort ne commence à faire effet. Après, il chancela, manqua de perdre l'équilibre et posa vivement une main au niveau de son front, se demandant ce qui venait de lui arriver. Il se sentait... Bizarre. D'un côté, il était nauséeux, de l'autre étonnamment euphorique. Cet état déplaisait foncièrement à l'esprit pragmatique du jeune homme, plutôt habitué à avoir le plein contrôle de son corps et de ses pensés. Bref éclair de lucidité, il se dit que ce n'était sans doute pas naturel et que Malicia devait même y être pour quelque-chose.
Ses pensés n'allèrent pas plus loin. Déjà car il ne se souvenait dans l'état d'aucun sort pouvant annuler son état, ensuite car la dite Malicia lui adressa la parole.

-La robe n'est pas un peu trop courte ?

"Elle l'est. Un peu."

Il parlait d'une voix contrit, réprimant à grand mal un gloussement. Pourquoi est-ce que tout tanguait d'un coup ? L'autre se déshabilla. Elle avait vraiment un corps superbe, d'une blancheur éclatante. Le blanc. La couleur de la pureté. Quelle ironie.
Le corset et le pantalon gris sonnaient quant à eux délicieusement gothique. Giovanni aurait en temps normal réprimé ce genre de pensé. Il n'en fit rien. Pour le moment il essayait déjà de rester à peu près droit. L'ivresse mettait à mal sa pose noble.

Tu voudrais pas te décoincer un peu ? Je sais pas moi, commence par enlever le bâton que t'as dans l'c*l.

Petit instant de silence. Ohoh, elle était agressive, vraiment adorable. Giovanni eut un gloussement sinistre et secoua doucement la tête. Ses pensés n'était pas clair, mais sa finesse d'esprit était toujours bien là, il ferma les yeux pour se concentrer et les rouvrit, penchant un peu la tête sur le côté.

"Je le fais, occasionnellement... Je m'en sert alors faire de nouveaux trous aux autres."

Du Ska retentit alors, et elle se mit à danser. Comme il tanguait encore, Giovanni prit place sur un petit banc, pour s'éviter le malheur d'une chute. Il l'observait d'un air las ou se lisait cependant un certain appétit. Rétrospectivement, il s'en voudra, sur le moment il n'y fit pas attention. Cependant il considéra aussi cette expérience comme riche. Notamment car il avait désormais un moyen de faire chanter la professeure. Avec ce sale nazi qui servait de directeur à l'école, elle risquait de perdre son job si quelqu'un reportait ce qui venait de se passer.

"Vous n'avez pas peur que les moldus vous virent ? Ils aiment bien faire ça avec les... Heu... Fouteur de troubles."

Il ferma les yeux et secoua la tête. D'habitude il n'avait pas besoin de faire le moindre effort pour faire une phrase cohérente. Et puis il ne pensait pas vraiment ce qu'il disait. Dans les faits il aurait lui aussi dansé, s'il savait le faire. Le rythme était entrainant après tout.

En fait elle avait raison sur un point, il avait un balais dans le cul. Ou plutôt une colonne. Voir même une colonnade toute entière.
Oui, celle du Parthénon. Il faudrait bien toute cette pierre pour qu'il soit coincé à ce point. Giovanni n'aimait pas se laisser aller. Il était un être intellectuel, pas pulsionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Sam 27 Fév 2016 - 16:28


Ah ! Il commençait à tanguer. Enfin. Il ne devait pas comprendre ce qu'il lui arrivait. Je rigolais. Je dansais. Je profitais un peu de ma folie. Il faut savoir vivre dangereusement, non ? La pièce tournait un peu, mais ça allait. L'alcool commençait à redescendre et ça c'était dommage. Je continuais à me déhancher, à sauter un peu partout en rigolant.

"Vous n'avez pas peur que les moldus vous virent ? Ils aiment bien faire ça avec les... Heu... Fouteur de troubles."

Je le regardais avec des yeux ronds. S'il me virait du magasin, qu'est-ce que ça pouvait faire ? Je n'aurais probablement plus le droit d'y entrer et puis c'est tout. Y en a tout les jours des clients chiants et j'en faisais probablement partie. Puis si Giovanni pensait à l'argent, elle l'a paierait la bouteille si ce n'est que ça. Je m'approchais de lui doucement et le fit s'allonger sur la banc. Il semblait mal en point. Peut-être n'avait-il pas l'habitude de boire ? Ou d'être bourré. Ce qui m'étonnait le plus, c'est qu'il se contrôlait. Je m'asseyais au niveau de ses cuisses et me penchais sur lui.

"Pourquoi je devrais avoir peur ? Je n'abime rien et je compte payer ce que j'utilise alors, ça ira.

Voyant qu'il ne réagissait pas, une idée me vint en tête. Mes yeux brillèrent d'anticipation. Je rigolais déjà d'avance. Me mettant debout sur le banc, je commençais à danser. Le petit manège dura quelques minutes avant que je me laisse tomber sur lui, aussi délicatement qu'un éléphant. Il avait eu mal ? Oh.. oups. Je me relevais à moitié et resta assise encore une fois sur ses cuisses.

" Reprends moi, si je me trompe, mais .. tu n'es plus élève ?"

Je lui laissais le temps de répondre avant de me relever pour aller encore une fois me changer. Gardant le bustier, je choppais un pantalon en simili cuir et l'échangeais avec mon pantalon gris. Me regardant une dernière fois dans le miroir. Je lâchais un soupir de satisfaction. Ca y est, j'avais une nouvelle tenue de sélectionnée. Il n'était apparemment plus élève, je me tournais vers lui en souriant.

" Alors décontractes toi ! Arrête d'agir comme si tu avais toute l'aristocracie londonienne qui t'observait. Lèves toi, amuses toi ! Tu ne risques rien, à part une petite remarque du personnel.

Après, ça m'étonnerait qu'un moldu arrive vers les cabines pour nous faire une remontrance, sachant que le sortilège fonctionnait toujours.


Dernière édition par Malicia Evans le Mar 29 Mar 2016 - 10:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Giovanni Dietrich
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Giovanni Dietrich, Sam 27 Fév 2016 - 20:04


Giovanni n'opposa aucune résistance, la laissant l'allonger. Il considérait la situation avec autant de froideur et d'extériorité qu'il le pouvait, dans l'état. Il va sans dire que ça n'allait pas bien loin. Le comportement de cette anarchiste lui plaisait, et pas forcement de la manière la plus galante qui soit.

"Pourquoi je devrais avoir peur ? Je n'abime rien et je compte payer ce que j'utilise alors, ça ira.

Il ne pensais pas à ça. Il pensait aux caméras de sécurité et au fait que les moldus pourraient bien être tentés de porter plainte. Cependant il ne dit rien. Déjà car il n'en avait pas envie, ensuite car...  Oh. Comment osait-elle ?! Certes, c'était un spectacle relativement agréable, mais c'était surtout déshonorant. Sans l'alcool, Giovanni aurait sans doute réagit. Pourtant il se contenta de cligner des yeux, un peu désemparé. Lorsqu'elle se laissa tomber sur lui, il émit un "Outch" étouffé, et sortit de son état vaguement végétatif.

" Reprends moi, si je me trompe, mais .. tu n'es plus élève ?"

"Et vous bientôt professeurs si vous continuez..."

C'est ce qu'il aurait dû répondre. Au lieu de quoi il se redressa un peu. Il n'eut cependant pas le temps de répondre, elle partit se changer, encore. Lorsqu'elle revint, il s'était entièrement redressé, s'époussetant. Cet fille était comme un défilé de mode punk-gothique à elle toute seule. Giovanni cligna des yeux. L'idée de se laisser aller commençait vaguement à lui lécher l'esprit. Pourquoi pas après tout.

" Alors décontractes toi ! Arrête d'agir comme si tu avais toute l'aristocracie londonienne qui t'observait. Lèves toi, amuses toi ! Tu ne risques rien, à part une petite remarque du personnel.

Elle avait... Raison. Totalement raison. Déjà sur le fait qu'il n'était présentement pas obligé d'agir comme s'il était encore en France, ensuite sur le fait que concrètement il ne risquait rien de plus qu'une remarque mal avisée de la part d'un bouseux de caissier désemparé. Il se leva, laissant tomber son long (et encombrant) manteau sur le banc, et révélant d'un même coup l'élégante tunique sombre qu'il portant. Le jeune homme réprima un gloussement.

"Hm, vrai. Vous avez raison."

Il tanguait, était nauséeux, résolut à l'idée qu'elle était à l'origine de son état et pourtant il lui donnait raison. Pourquoi ? Simple. Il était euphorique et avait du mal à clairement agencer ses pensés. Il la fixait dans les yeux, comme pour tenter de déterminer ce à quoi elle pensait, ou ce qu'elle comptait faire ensuite. Il ressemblait un peu à un chat particulièrement peu farouche hésitant entre attendre une caresse d'un étranger ou directement venir se frotter dans ses jambes.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Dim 28 Fév 2016 - 22:19


Il ne disait toujours rien. Il se contentait de me regarder, les yeux ronds. Aucun sons ne sortaient de sa bouche et moi je me contentais de danser, rigoler et surtout de m'amuser des réactions de Giovanni. Encore en train de me changer, le sinople m'observait toujours, clignant des yeux, l'air complètement... ailleurs. Et lorsqu'enfin, il se décida à se relever, je me retournais vers lui, l'observant minutieusement. Il enleva son manteau, dévoilant sa tunique. Au fond, je n'étais que très peu étonnée de sa tenue, ce jeune homme incarnait la sobriété. Un sourire en coin apparut sur mon visage. C'est une idée derrière la tête, que je me dirigeais vers les bacs de vêtements. Je choppais un tee-shirt col V rouge bordeaux et un pantalon en lin noir et me rapprochais ensuite du Vert-et-Argent. Je lui lançais les fringues que j'avais pris il y a quelques secondes sans aucune considération pour lui.

-Tiens, met ça !

Je ne le regardais pas. Je dansais, tournais en rond en sautillant avec la musique en fond. Que c'était bon de se laisser aller comme ça. J'étais bien. L'alcool était encore bien présent dans mon sang et cela aidait probablement à me laisser tomber dans la folie passagère de la jeunesse sans inhibition.


Dernière édition par Malicia Evans le Lun 29 Fév 2016 - 5:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Giovanni Dietrich
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Giovanni Dietrich, Dim 28 Fév 2016 - 23:00


Le simple fait que Giovanni ait réussit à attraper les deux vêtement sans geste inutilement brusque ou malhabile relève en un sens du miracle pur et simple, si l'on considère son état. Il est cependant compliqué de définir si le miracle en question est lié à un éventuel effort de sa part, à un coup de chance ou au simple fait qu'il avait de relativement bons réflexes.
Toujours est-il qu'il attrapa le pantalon et le tee-shirt d'un geste unique. Il les considéra un instant. Bref haussement de sourcil, même ivre il avait un comportement un peu affecté, hautain. Comme il se sentait pencher dangereusement en arrière, il fit mine de partir se changer, lâchant un simple "M'ok", de circonstance.

Au moins elle avait comprit son code couleur de prédilection -non pas que ce soit un exercice compliqué. Cependant, le col V le laissait un peu interdit. Enfin, pourquoi pas après tout. Il disparut dans la cabine où il avait posé les vêtement que, quelques instants plus tôt, ils comptait essayer. Contrairement à Malicia, il prit cependant la peine de fermer le rideau. Tout en se changeant, le jeune homme remarqua qu'il commençait à prendre ses marques dans le monde euphorique et flou de l'ivresse. L'équilibre n'était pas encore au top, il avait toujours du mal à clairement réfléchir (à comprendre que contrairement à d'habitude il ne prenait pas le temps de peser, sous peser, re-peser, considérer, reconsidérer, philosopher et déconstruire reconstruire chaque question), mais il pouvait désormais se mouvoir de façon à éviter de tanguer trop violemment. C'était un jeu subtile de rééquilibrage à coup de contrepoids. Concrètement on appel ça se concentrer pour rester droit.

...

Par chance les vêtements que lui avait lancée Malicia étaient à sa taille, la faute au fait que cette dernière était tout à fait standard. Il avait passé quelques longues secondes à s'observer. Ce n'était pas lui. Pas avec ces habits... Pourtant, ce n'était pas laid. Enfaite, passé le fait qu'il n'était pas habitué à se voir avec un col en V, Giovanni trouvait que cette apparence était à peu près esthétique.

Bien entendu, pour lui esthétique masculine rime avait sobriété. Surtout dans son cas, et le col en V lui rappelait curieusement un certain nombre de personnage qu'il méprisait plus ou moins ouvertement, le genre à jouer de la guitare sèche au bord d'une plage et considérant leur vie à travers le filtre unique du sexe. En bref, des gros cons.

...

Le rideau s'ouvrit et Giovanni sortit, faisant un tour sur lui-même ainsi quelques pas (chancelants il est vrai) piqués aux mannequins de mode avant de s'abaisser bien bas en une révérence. Lorsqu'il se redressa, il affichait un petit sourire en coin et secoua doucement la tête comme pour se donner un air sérieux et désapprobateur. Dans le font, il était l'un et l'autre. Du moins, pas autant qu'en temps normal.

"Satisfaite ?"
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Malicia Evans, Lun 29 Fév 2016 - 5:39


Commençant à avoir le tournis, je décidais de m'arrêter et de m'asseoir quelques minutes. J'observais la cabine, fermée bien entendu.. quel rabat-joie... et tentais de deviner ce qu'il faisait avec les jeux d'ombres quasi inexistant. Quelques minutes passèrent et je décidais de m'allonger, la main sur la front. La pièce tournait peut-être un peu trop vite à mon goût et je n'arrivais plus trop à me repérer. Un bruit, cependant, me fit me relever, le rideau avait été ouvert.

J'observais Giovanni avec un sourire fiché sur les lèvres. Là.. il était quand même beaucoup mieux. Plus... décontracté. Après sa petite révérence, je m'approchais de lui doucement, tout en attrapant d'une main, une veste moins longue et moins distinguée que celle du sinople et choppa le bas du tee-shirt, pour le remettre bien droit, tout en profitant de passer la main sur son ventre en une légère caresse. Je plongeais mes yeux dans les siens, attrapais sa main et lui donna la veste.

- Met ça en plus, pour voir et là, je serais satisfaite.

L'observant encore, un sourire radieux apparut sur mon visage. Il semblait tellement moins coincé ! Mission suivante, qu'il se lâche un peu. Je me reculais un peu en secouant un peu la tête de gauche à droite au rythme de la musique. Levant les mains, je sautillais et commençais à danser.. encore. Peu m'importait la musique, tout ce qui comptait vraiment, c'était de rigoler et de me défouler. Lorsque je posais à nouveau les yeux sur Giovanni, il ne bougeait toujours pas, enfin.. pas comme je le souhaitais quoi. Arrivant devant lui, je lui tendais ma main et lui lançais un -Bon tu viens ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au coeur d'un grand magasin.

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 21:22


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 8

 Au coeur d'un grand magasin.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.