AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 1 sur 7
Salle d'interrogatoire n°1
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Sloan Wentz, Sam 1 Juin - 21:36


La journée commençait terriblement mal pour Maria, qui en ce moment même aurait préféré céder sa place à quelqu'un d'autre. Bien sûr, cela ne durerait pas, elle le voulait ce poste d'auror et le garderait le plus longtemps possible...L'ennui, c'était que le temps des interrogatoires était venu. Bien sûr, elle savait que plus que jamais, il fallait qu'elle soit impartiale et professionnelle. Ce ne serait pas si difficile après tout, elle en avait plus ou moins l'habitude. Et puis, cela faisait déjà plusieurs jours qu'elle travaillait au Ministère et ce délai  lui avait permis de s'imprégner de l'ambiance du job et de ce que l'on attendait d'elle. Mais au fond, la demoiselle devinait aussi qu'elle aurait beaucoup de mal à essayer de trouver la faille dans les alibis des personnes avec qui elle avait fraternisé pendant un temps, aussi court fût-il.

Il lui avait fallu se faire violence pendant un bon moment avant de parvenir à se cacher derrière un masque impassible. Lorsqu'elle avait postulé elle n'avait que brièvement songé à ces quelques moments d'hésitation qu'elle aurait après coup, et désormais cet oubli de la réalité lui retombait en pleine figure. La sorcière laissa échapper un soupir discret, qui résonna pourtant étrangement dans les couloirs vides du Ministère.

La blonde haussa alors les épaules. Elle n'avait pas à s'inquiéter pour des personnes qui avaient enfreint les lois. Elle, elle s'était auto-sauvée en retournant rapidement sa chemise au bon moment et en se faisant engager pour un poste grâce auquel elle pouvait aisément renier ses allégeances d'autrefois. Ce n'était pas de sa faute si ses anciens collègues n'avaient pas fait de même. Chacun ses choix après tout. D'autant plus que pour la plupart, elle ne les connaissait que peu, ayant préféré s'isoler afin de ne pas risquer de s'attacher à des personnes. L'amitié perturbait les gens, et mieux valait être un maximum alerte dans ce genre de situations peu stables. Il y avait cependant quelques exceptions, comme Axelle Higgs, qui serait la première interrogée. Cela faisait des années que les deux jeunes femmes se connaissaient, à l'époque, Maria étudiait encore à Poudlard ! Aussi le fait de retrouver sa jeune amie dans de telles circonstances lui paraissait-il plutôt étrange. Et difficile.

A part la brunette, Maria ne connaissait que de nom les personnes présentes sur la liste qu'elle avait reçue. Jendy O'Hara pour être la directrice de la meilleure des Maisons à Poudlard, tandis que Vivian Strugatsky était réputée pour être la rédactrice en chef de la Gazette du Sorcier. Rien de trop concret en somme. Ah si, il y avait aussi éventuellement Abygael qu'elle connaissait pour l'avoir guidée à travers une quête des plus étranges dans un fichu pays froid. Pour son cas, la balance penchait encore sans vouloir s'arrêter bien précisément entre l'affection et la haine. Exagération bien sûr. Dans tous les cas, peu importaient les éventuels rapport qu'elle pouvait bien entretenir avec les accusés, seul le professionnalisme avait sa place !

Les pas rapides de la louve la menèrent bientôt à son point d'arrivée. Son regard azuré parcourût rapidement l'endroit avant d'être attiré par la porte de la "Salle d'interrogatoire n°1". Sans faire plus de cérémonies, elle entra et s'assit. Sa légère avance lui permît de faire le vide et de se calquer un air neutre. Peu de temps après, sa collègue arriva. La Serpent sourît et salua poliment la nouvelle venue en attendant que l'interrogatoire débute.

L'ordre de passage pour cette salle est donc : Axelle Higgs, Jendy O'Hara, Abygael Thompson, Vivian Strugatsky, Clélia Skywolf.


Dernière édition par Maria Vladescu le Mar 3 Sep - 20:11, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Axelle Higgs, Sam 1 Juin - 22:24


Aujourd'hui, c'était une journée vraiment... étrange. Cela avait débuté par une prise de bec avec sa cousine à propos de... pas grand chose en fait, c'était ça le plus bizarre. Sans doute que l'interrogatoire que devait subit la préfète la mettait un peu sur les nerfs. Un stress difficile à expliquer, peut-être juste cette confrontation avec les autorités magiques de ce monde. Joe Parker n'était pas le seul auror et Axelle évitait le plus possible les démêlées avec la justice, elle ne voyait donc pas pourquoi elle avait été convoquée là-bas.

Enfin, si, une hypothèse restait probable : la rencontre avec Peter Sudworth qui s'était terminée dans la panique générale, bien que personne ne comprenait ce qui s'était réellement passée. Après l'évènement ls deux cousines avaient plus ou moins discuté de l'incident, toute les deux étant dans une incompréhension plus que partielle. D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle foutait déjà debout, Kyara ? Hmpf. Axelle se prépara rapidement et quitta les lieux d'un pas pressée, rejoindre Jendy O'Hara.

C'est la directrice qui allait accompagner la préfète au Ministère de la Magie. Elle était également interrogée, mais seule Axelle était au courant de la situation, puisque la liste des mineurs convoqués par le ministère avait été soumis à la directrice de Poudlard. Quand aux adultes, ils avaient la chance de garder cela secret. Encore heureux. Donc, une fois réunie, la mystérieuse directrice des sinoples et argent prit la direction de ses appartements, en compagnie de sa préfète. Cette dernière vouait presque un culte à la femme qu'elle considérait comme son mentor. Franche et rusée, O'Hara avait plus d'un tour dans son sac.

Elles voyagèrent par le réseaux des cheminées et atterrirent dans le grand hall du Ministère de la magie. De là, c'est la directrice qui reprit les devants et conduit la jeune préfète au lieu de son interrogatoire. Elles ne s'adressèrent pratiquement aucun parole de toute la ballade, puisque tout avait déjà été convenu avant même le départ. Ralentissant le pas, Jendy tourna la tête vers la gauche, indiquant à Axelle qu'elles étaient arrivées à destination.

Prête à se faire assaillir de question puisque, après tout, Axelle Higgs n'avait absolument rien à se reprocher, la jeune sorcière pénétra dans la salle, lissant sa jupe noire taille haute de la main droit. Elle portait également un chemisier blanc en satin et une cravate émeraude. Des collants d'un noir semi-opaque recouvraient ses jambes et des botillons vert offraiant une touche de fantaisie à son uniforme. Rien à dire, Higgs la verte était irréprochable. Ses cheveux cascadaient sur ses épaules et ses iris azurés était soulignées d'un trait de khol noir et les cils allongés grâce au mascara.

Devant elle, se dressait deux aurors : deux femmes. L'une d'elle avait une belle chevelure rousse et la préfète se rappela l'avoir croisé pendant la rencontre avec le Ministre. L'autre femme, par contre, n'était pas du tout inconnue aux yeux de l'adolescente. C'était Maria Vladescu. Higgs la verte réussit à maintenir un visage impassible avant d'offrir par la suite un léger sourire se dessina sur ses lèvres :


- C'est donc pour ça, que tu as quitté ton poste... fit-elle simplement avant de s'avancer vers les deux aurors, serrer leurs mains. Axelle Higgs, enchantée se présenta-t-elle la main d'Enigmera dans la sienne, avant de serrer celle de la blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Enigmera Prewett, Dim 9 Juin - 16:29


Era s'était levée avec une boule au ventre. Aujourd'hui était une journée un peu particulière. Elle devait interroger des éventuels suspects concernant l'intrusion au ministère lors du meeting. Elle faisait équipe avec Maria Vladescu. Elle ne la connaissait pas encore très bien, mais peu importait. Elles auraient l'occasion d'apprendre à se connaître plus tard, après leur harassante journée de travail.

La jolie rouquine enfila un jean, un petit top blanc ainsi qu'un boléro. Elle chaussa ses bottes noires, porta sa cape sur ses épaules, et après avoir vérifié que sa baguette était bien dans sa poche, elle transplana. Elle tourbillonnait à travers l'Ecosse, le vent lui fouettant le visage. Il ne pleuvait pas encore, mais les gros nuages noirs menaçaient de verser leur pluie diluvienne sous peu.

Ses pieds se posèrent dans une ruelle déserte, proche de l'entrée du ministère de la magie. Elle s'empressa de gagner l'entrée des employés, et après avoir montré son badge, elle prit l'ascenseur en direction de l'étage des Aurors.

La lionne sentait l'angoisse la gagner un peu plus à chaque pas qu'elle faisait. Son coeur tambourinait fort dans sa poitrine. Elle ne savait pas encore comment aborder son interrogatoire, et elle détestait cela. Elle fouilla un instant dans sa poche pour en sortir un bout de papier froissé. "Salle d'interrogatoire n°1". Elle respira un grand coup et ouvrit la porte. Maria était déjà là. La rouquine salua sa collègue et lui fit un sourire crispée. Impossible d'arriver à se détendre, pourtant il le faudrait bien. Elle devait se montrer sûre d'elle face aux civils qui allaient se succéder dans cette salle. D'ailleurs, le premier arriva bien vite. C'était une jeune femme brune, très bien apprêtée.

- Axelle Higgs, enchantée, se présenta-t-elle à Era.

- Era Prewett, répondit la rouquine d'un ton qu'elle voulait assuré.

Elle fit signe à Axelle de s'asseoir sur une chaise en face du bureau. L'interrogatoire pouvait commencer. La lionne se racla la gorge, jeta un coup d'oeil à Maria, et prit la parole tout en sortant une plume et un parchemin d'un tiroir.

- Bien, avant toutes choses, sachez que tout ce que vous pourrez dire peut être retenu contre vous. Savez-vous pour quelle raison vous vous trouvez ici aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Axelle Higgs, Lun 10 Juin - 21:29


Après s'être présentée d'une voix pleine de confiance, l'auror Prewett désigna d'un geste une chaise où pouvait prendre place la sorcière. S'exécutant, Axelle observea davantage les deux figures d'autorité. La jeune femme, Enigmera semblait avoir plus d'assurance en elle que lors de la visite au ministre. La rousse se raclant la gorge avant de débuter. D'emblée, la première question de l'auror concernait la raison de la convocation de . Si Jendy n'avait pas touché mot à son élève, la préfète n'aurait sans doute aut aucune idée de sa visite ici. De plus, la sorcière avait prévenu l'adolescente que tout ce qu'elle allait dire pourrait être retenu contre elle. C'était du sérieux donc, aucun rapport avec l'aggression qu'elle avait subi à Pré-Au-Lard, sans quoi on l'aurait traité en victime, tandis que là... on semblait la soupçonner deconnaître quelque chose. Elle était plutôt un témoin potentiellement soupçonnée. Une petite moue sur le visage elle commença donc :

- Ben, je sais pas trop à vrai dire... Je me retrouve rarement au coeur de démêlés judiciaires. J'veux dire le dernier incident vécu date en février, à la rencontre ministérielle...

Elle releva un peu plus la tête : cet évènement avait été mentionné dans les journaux, selon le souvenir d'Axelle, mais la véritable histoire n'avait jamais été dévoilée au public : que c'téait-il passé ? Les convives avaient été évacuées dans les plsu brefs délais, signant au passage un registre.

- C'est à ce propos ? demanda-t-elle, légèrement hésitant, telle une étudiante qui tentait une réponse puisqu'elle se trouvait en terrain inconnu.

Un air difficile à interpréter sur son visage, son regard passa de la rousse, à la blonde, et à ce moment-là la sorcière ne put s'empêcher d'avoir un soupçon concernant son amie. Que c'était-il passé? Quelle était la logique dans son cheminement ? Ce n'est pas aujourd'hui qu'elle devait poser des questions, mais Higgs la Verte devrait se rappeler de chaque détail de cette rencontre.




Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Sloan Wentz, Mar 11 Juin - 18:44


Maria n'eût pas à attendre bien longtemps avant qu'Enigmera Prewett arrive, suivie de peu par Axelle Higgs. Cette dernière la jaugea du regard sans toutefois exprimer sa pensée. Seule une ébauche de sourire se dessina sur les lèvres avant qu'elle vienne serrer la main des deux Aurors, geste qui amusa la blonde. La brunette était rudement douée pour cacher ses émotions... Elle attrapa la main que lui tendait l'élève tout en lui rendant son sourire dans une attitude toute aussi cordiale. Face à la remarque que la Serpentard exprima ensuite, elle se contenta d'hocher succinctement la tête, sans plus. Oui, elle avait quitté son poste de professeure au profit de celui-ci, et alors ? C'était son choix, aussi surprenant pouvait-il paraître aux yeux de certains. Il fallait juste espérer que cela ne l'éloignerait pas trop de la miss Higgs. Dans tous les cas, le temps des explications viendrait plus tôt qu'elles ne le pensaient, mais il était hors de question de mettre leurs incompréhensions mutuelles sur le tapis en plein interrogatoire qui se voulait sérieux et important.

Peu de temps plus tard, ledit interrogatoire débuta par une question lancée par la collègue de la louve. Cette dernière s'avéra être rassurée lorsqu'elle pût remarquer qu'Enigmera affichait un air sûre d'elle. Cela lui redonna un semblant de confiance en elle. Le regard fixé sur l'interrogée, elle attendait désormais une réponse avec une impatience tout juste voilée. Qui ne tarda pas à venir. Maria leva la tête, à l'écoute de chacune des paroles qui seraient prononcées et immédiatement notées sur son carnet. Aaaah, l'innocence pure et simple, il n'y avait rien de tel. Une discrète moue sarcastique se dessina sur les lèvres de la Sinople et Argent, signe qu'elle était loin de croire au jeu de petite fille ignorante qu'Axelle menait. Pourquoi l'aurait-on convoquée, sinon pour lui poser des questions à propos de ce fameux meeting ? Enfin, ce n'était que son avis personnel, et la blonde riposta donc d'un ton neutre :

- En effet, c'est bel et bien pour cette raison que nous vous avons convoquée ici. Vous vous doutez bien que nous ne l'avons pas fait pour rien, aussi voudrions-nous que vous nous aidiez à éclaircir certains points. Pour commencer, pourriez vous nous expliquer ce qui s'est déroulé lors du Meeting selon votre point de vue ?

Maria profita du court silence qui s'était installé après qu'elle eût posé sa question - qui était des plus basiques - pour détailler le visage de son interlocutrice. Celle-ci affichait un air complexe à interpréter, aussi l'ancienne professeure dût-elle rapidement abandonner ce genre de décryptage qui s'avérerait à coup sûr être inutile. Elle ne quitta toutefois pas des yeux la demoiselle Higgs, soutenant son joli regard, guettant la moindre nuance de sons ou un quelconque chevrotement de sa voix qui pourrait la trahir. A défaut d'être capable de lire dans ses pensées à travers son attitude, la blonde comptait bien user des mots et c'est donc presque immédiatement qu'elle enchaîna sans laisser trop de temps à la suspecte pour répondre - ou pour peaufiner soigneusement sa prochaine réplique.

- Il faudrait aussi que vous nous expliquiez pourquoi vous avez décidé de vous rendre à ce Meeting. Je doute qu'il soit vraiment intéressant pour une adolescente d'aller assister à un évènement purement politique...

Finies les hésitations sur l'attitude à adopter et les doutes quant à la façon avec laquelle Axelle la considérerait ! Désormais, elle s'était entièrement glissée dans la peau d'une Auror strictement professionnelle ; jusqu'à adopter un vouvoiement distant et poli dont elle n'avait jamais usé avec son amie. A vrai dire, elle en venait même à éprouver quelque chose qui ressemblait à de l'amusement et à un plaisir d'occuper cette position qu'elle avait en ce moment. Pas celle d'une fille qui était en danger et suspecte, mais plutôt de celle qui menait le jeu.

Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Axelle Higgs, Dim 7 Juil - 8:19



hrpg: Désolé si c'est cour et aussi pour l'attente u_u



Suite à la semi-question de la brunette, Maria prit la parole menant à son tour l'interrogatoire. Ici, elles ne semblaient plsu se connaître, la blonde faisant preuve d'un professionnalisme plutôt étonnant. Cependant, de subtile note d'arrogance semblait se glisser dans son discours. Il était difficile pour la sorcière de voir celle qui fut jadis sa belle soeur dans le rôle de l'autorité magique. Longtemps considéré comme une alliée, elle la voyait à présent autrement. Pas comme une ennemie, non, mais un fossé semblait s'être creusé entre les deux sorcières.

- En effet, c'est bel et bien pour cette raison que nous vous avons convoquée ici. Vous vous doutez bien que nous ne l'avons pas fait pour rien, aussi voudrions-nous que vous nous aidiez à éclaircir certains points. Pour commencer, pourriez vous nous expliquer ce qui s'est déroulé lors du Meeting selon votre point de vue ?

- Oui d'accord, je... commença d'abord la sinople et argent.

Mais l'autre Serpent la coupa net, et prit soin d'ajouter d'un ton cette fois-ci difficile à interpréter :

- Il faudrait aussi que vous nous expliquiez pourquoi vous avez décidé de vous rendre à ce Meeting. Je doute qu'il soit vraiment intéressant pour une adolescente d'aller assister à un évènement purement politique...

À quoi jouait-elle ? Le ton qu'avait adopté Maria avait plus ou moins plu à la jeune sorcière qui, après un regard courroucé afin de souligner l'impolitesse de l'auror face à son témoin, prit la parole :

- Ce n'est peut-être pas le cas de tout les sorcier mais, à seize ans, à moins d'un an de la majorité, j'estime que je dois être en mesure de mieux comprendre le système dans lequel on vit. De plus, comme vous le savez, madame Vladescu, mon père travaille au Ministère et encourage ses enfants à se forger une opinion concernant la politique magique.

La jeune sorcière décida de ne rien ajouter d'autre. Maria tentait de la provoquer et il ne fallait pas non plus qu'elle en fasse trop, sans quoi les aurors deviendraient parano. Axelle resta immobile, ses mains posées sur ses cuisses, ne montrant aucun signe de nervosité.

- Pour répondre à ta question, ça ressemblait à ce que je m'attendais d'un meeting : beaucoup de monde, il y avait des aurors pour assurer la surveillance et d'autres employés du ministère pour effectuer le contrôle avec nos badges... Après un moment d'attente, Petrus est apparu et a fait un discours. Ensuite c'était la période des questions et c'est là que j'ai vu ma cousine Kyara ; on a un peu les mêmes intérets, vous vouez. J'ai réussis  approche le ministre et avoir une photo avec lui. Puis, une dame m'a rapidement imité. Peu de temps après, l'alerte a ét déclenché. J'ai suivis la masse, signé le registre et quitté par les cheminées. Les gens paniquaient un peu, mais pas trop non plus... J'ai vite perdue kyara de vue, mais on s'est retrouvé à Poudlard et j'ai vu son nom sur la liste. 

Un visage satisfait, sans paraître pour autant arrogant, Axelle garda ensuite le silence. Son ton avait été plutôt neutre, idéal pour une situation de ce genre, et ses paroles mesurées sans être trop calculées. Relater les évènements était un exercice d'une certaine simplicité pour la sinople et argent qui savait bien qu'elle n'avait à se reprocher. Cependant, depuis le temps qui s'était passé entre l'incident et l'interrogatoire, certain détails avaient peut être échappés à la demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Phoebe Monroe, Dim 4 Aoû - 15:31


Dans un crissement infernale, l'ascenseur s'ouvrit sur un long couloir jonché de portes aux lettres d'or. Les quelques personnes s’aventurant dans ce couloir arboraient une plaque étoilée signe de leur appartenance à l'élite magique. Des notes voletaient dans les airs grâce à leurs ailes pliées avec précision, l'une d'elles fonça en direction d'une porte close en se glissant par l'interstice.

Phoebe Monroe, un jeune Auror prometteur, travaillait d'arrache pied dans son petit box caché derrière une longue rangée de bureaux. N'étant encore qu'en formation, il ne possédait pas les mêmes privilèges que certains élitistes. Il devait se contenter d'exercer des interrogatoires non concluants ainsi que résoudre des énigmes dénuées de logiques.

Buvant une lampée de son indispensable café maltais, il eut droit à la visiter d'une note lui demandant d'une manière assez désagréable de prêter main forte à un interrogatoire. Ayant l'habitude d'exercer les plus basses besognes, il soupira et se leva parcourant ainsi le quartier des Aurors de son habituel démarche droite sans oublier de prendre son mug brûlant.

« Salle d'interrogatoire n°1 » Les chiffres d'or écaillées lui apparurent enfin. De la manière la plus discrète possible, il ouvrit la porte. Une situation lambda d'un interrogatoire lambda se déroulait à l'intérieur. Il salua poliment ses collègues ainsi qu'Axelle Higgs. Il n'était pas surpris de la voir, il avait été tenu au courant précédemment. s'asseyant sur une chaise inconfortable, il déposa son mug sur la sobre table et se permis de lire les quelques notes que sa collègue avait pris avant de dire d'une manière cordiale qu'il n'avait pas l'habitude d'user à l'encontre de son ancienne élève :

– Très bien, tout est en ordre. Vous pouvez-vous retirer, au revoir.

Gardant en mémoire la liste des personnes devant être interrogées lors de cet interrogatoire, il se leva et ouvrit la porte :

– Miss O'Hara, s'il vous plaît...

Attendant que cette dernière daigne venir, il resta sur le seuil avant de fermer la porte quand Axelle eut le bon sens de s'en aller. Revenant sur sa chaise, il désigna celle destinée à la personne interrogée de la main :

– Prenez place, je vous en prie. Donc, je me dois de vous rappeler que tout ce qui est dit ici pourra être retenu contre vous. Bref, si vous êtes ici présente c'est simplement parce que vous étiez présente lors de l'intrusion au Ministère. Du coup, pouvez-vous nous décrire précisément les raisons de votre venue et ce que vous avez fait lors de l'incident ?
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Jendy O'Hara, Dim 4 Aoû - 17:38


Jendy avait reçu quelques jours plus tôt une lettre venant du ministère. Comme elle s'y attendait, elle allait devoir subir un sublime interrogatoire, répéter pour la quatrième fois cette histoire fausse bien évidemment. Cependant, la jeune femme n'était pas inquiète, ni pour elle, ni pour son compagnon. Ils n'avaient rien. Rien contre eux, tout s'était déroulé à merveille. Enfin cela aurait pu être encore mieux si l'employé qu'ils avaient soumis à l'Impéro n'avait pas sonné l'alarme. Pourtant, ils étaient bien rentrés au quartier général avec leurs informations. Des informations ô combien cruciales pour leur quête sans merci. Avec cela, ils allaient enfin pouvoir sérieusement démarrer, sérieusement se lancer.

La petite Axelle Higgs, prefète de la maison dont Jendy était directrice, était convoquée elle aussi. Si bien qu'elles décidèrent d'y aller ensemble, aller affronter ces forces de l'ordre si désobligeantes pour cet interrogatoire qui allait surement durer, des heures, des jours, des mois peut-être même ? Quoi qu'il en soit, il allait durer, et longtemps. Jendy allait raconter son petit mensonge, qu'ils allaient croire bien sagement puis allaient la renvoyer chez elle.

Non, aller au ministère, ça ne lui plaisait jamais. C'était moche et ça puait l'hypocrisie. Oh, ça puait souvent l'hypocrisie dans ce monde. Mais au ministère c'était... particulier. Les talons de la jeune femme claquaient dans l'entrée, dans les couloirs, elle était suivie de Miss Higgs, toujours aussi jolie et discrète quand il le fallait. Cette fille était un caméléon. Et elle irait loin, sa directrice s'en assurerait quoi qu'il en coûte. Arrivées toutes deux devant la porte de la salle de l'interrogatoire numéro 1, on fit rentrer la demoiselle. Pendant un temps incroyable qui sembla durer plus d'un mois, on fit sortir la jeune fille. A la porte, Jendy vit se profiler la silhouette de Phoebe Monroe. Immédiatement elle lui sourit. Non, non, un sourire tout bonnement sincère pour une fois. Elle aimait bien ce type il était un peu étrange. Puis un bon coup au lit il fallait le dire.
– Miss O'Hara, s'il vous plaît...
Jendy rangea son sourire dans sa poche lorsqu'elle aperçu la blonde dans le fond de la salle. C'était Maria, Maria Vladescu. Depuis combien de temps ne s'étaient-elles pas vu bon dieu ? Depuis au moins cinq ans. Peut-être plus ? Peut-être moins ? Ainsi elle était devenue Auror. La brune toisa la blonde qui fut sa meilleure amie d'enfance. Une Auror. Mais... elle avait vraiment si mal tourné que cela ? Cependant, Jendy gardait confiance en la jeune femme. Si elle voulait vraiment l’enfermer, elle avait toutes les preuves. Mais pas pour cette affaire de vol. Et si Maria avait voulu le faire, elle l'aurait fait depuis bien longtemps. Alors Jendy lui adressa à elle aussi un sourire sympathique. Un de ces sourires angéliques si surprenants. Souvent il en suffisait d'un, et elle avait le monde à ses pieds. Ah, c'était tellement pratique. Phoebe s'assit aux côtés de la jeune femme et indiqua la chaise en face de lui à la jeune femme. Prenant un air un peu timide comme elle en avait l'habitude, elle prit place sans un mot, attendant que l'interrogatoire commence dans cette pièce où l'air était tout simplement irrespirable.

– Prenez place, je vous en prie. Donc, je me dois de vous rappeler que tout ce qui est dit ici pourra être retenu contre vous. Bref, si vous êtes ici présente c'est simplement parce que vous étiez présente lors de l'intrusion au Ministère. Du coup, pouvez-vous nous décrire précisément les raisons de votre venue et ce que vous avez fait lors de l'incident ?
C'était oppressant toute cette ambiance à la con. Les convocations, les aurors avec leur balais dans le cul, les salles horribles d'interrogatoires... La sorcière brune regarda attentivement le jeune homme, puis prit la parole, tout aussi sérieuse que lui, sans que l'ombre qu'un sourire ne vint l’interrompre. Son mensonge, elle l'avait tellement potassé, qu'il devenait presque réalité dans sa tête.

Ecoutez, je... Je ne vais pas m’éterniser, je l'ai déjà expliqué à votre collègue rousse la fois dernière. Vous m'excuserez d'ailleurs, mais le fait de pas pouvoir la nommer autrement, mais je n'ai pas eu le droit d'avoir son nom. Jendy fit une pause, elle exposait les fait sur un ton neutre, pas de reproches. De toutes façons, elle avait fini par savoir qui était cette gourgandine qui ne voulait même pas décliner son identité. Mais elle ne pouvait pas le dire ici, sachant qu'elle n'était pas sensée le savoir. Je suis venue au ministère ce jour là avec Jagang De Maldor. Nous avions prévu de nous mariez voyez-vous. Mais Jagang est Espagnol, et nous devions régler quelques affaires administratives. Que nous n'avons jamais pu régler finalement. Mais qu'importe, le mariage est un engagement que nous avions prit sur un coup de tête et il n'en est plus question désormais. Enfin bref, on nous avait indiqué le quartier de la justice magique. Nous marchions dans le quartier, nous étions dans le couloir. Mais Jagang avait besoin d'aller se soulager, je suis restée qur le chemin, il n'y avait personne et on ne m'a pas dit de sortir... Puis il y a eu cette bête. Une créature ... difforme. La jeune femme fit une pause, fixant attentivement les aurors mais sans les regarder vraiment. Comme si elle revoyait devant elle cette immondice. Elle est venue m'agresser... S'est approchée de moi et... Enfin elle passait ses sales pattes partout et... Excusez moi, je souhaiterais passer plus vite là-dessus. Euhm... Un de vos collègues du ministère, un employé est arrivé, le monstre qui avait relâché sa concentration, lui a lancé je ne sais quel sort... L'homme a tout de même déclenché l'alarme tandis que je cherchais à fuir. Au bout d'un moment, j'ai réussi. Ça m'a suivit et... Et les aurors... Enfin vous vous en êtes chargés.
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Sloan Wentz, Mar 6 Aoû - 18:51


Les réponses d'Axelles étant plausibles, Phoebe Monroe la congédia lorsqu'il vînt prendre la place d'Enigmera. La porte s'ouvrit ensuite sur une personne qui était loin d'être inconnue à Maria. Les mines des deux jeunes femmes se crispèrent d'ailleurs à leur vue mutuelle. Cela faisait si longtemps qu'elle ne s'étaient pas vues...Et surtout, les conditions dans lesquelles elles s'étaient quittées faisaient que la blonde n'était pas tellement ravie de  revoir sa meilleure amie d'autrefois. Indécise, quoi que gardant une contenance neutre, elle dévisagea presque impoliment la jolie brune. Au fin fond des yeux de cette dernière, on pouvait lire des interrogations, à l'instar de ceux de la préfète des Serpentard. Maria parviendrait-elle seulement à retrouver leur confiance un jour ou l'autre ?

Avant de venir s'installer à la place qui lui était désignée, elle sourit à son collègue. Et, à la plus grande surprise de la louve qui resta un bon moment bouche bée, la miss O'Hara lui lança un sourire à elle aussi. Un grand sourire angélique. De ceux grâce auxquels on pouvait facilement placer une confiance aveugle envers elle. Bon sang, c'est qu'elle était douée ! Elle l'avait toujours été. Mais c'était inutile avec Maria, ce petit jeu. Déjà parce qu'elle la connaissait suffisamment pour lire derrière ses minauderies manipulatrices et qu'ensuite, elle ne la trahirait pas. Jamais. Plutôt mourir dans d'atroces souffrances...Certes, elle ne savait pas si la directrice des Serpentard était coupable sur ce coup-là ou non puisqu'elles avaient perdu contact il y a bien longtemps déjà, mais elle avait néanmoins d'autres cartes en mains qui auraient pu, si elle l'avait souhaité, suffire pour plonger son amie d'autrefois dans une belle mouise bien fraîche. Elle les gardait bien précieusement en mémoire au cas où les choses déraperaient entres les deux jeunes femmes, quand bien même redoutait elle de devoir s'en servir.

Les premières questions fusèrent et l'interrogatoire débuta. Jendy renchérit presque imédiatement :

- Ecoutez, je... Je ne vais pas m’éterniser, je l'ai déjà expliqué à votre collègue rousse la fois dernière. Vous m'excuserez d'ailleurs, mais le fait de pas pouvoir la nommer autrement, mais je n'ai pas eu le droit d'avoir son nom.

Hum. Y avait-il une quelconque trace de sarcasme dans cette phrase ? En connaissant la sorcière qui avait parlé, c'était fort probable, pourtant, elle restait incroyablement neutre aussi la blonde ne répondit-elle pas, se contentant d'hocher brièvement du chef dans l'attente de la suite de la courte tirade.

- Je suis venue au ministère ce jour là avec Jagang De Maldor. Nous avions prévu de nous mariez voyez-vous. Mais Jagang est Espagnol, et nous devions régler quelques affaires administratives. Que nous n'avons jamais pu régler finalement. Mais qu'importe, le mariage est un engagement que nous avions prit sur un coup de tête et il n'en est plus question désormais. Enfin bref, on nous avait indiqué le quartier de la justice magique. Nous marchions dans le quartier, nous étions dans le couloir. Mais Jagang avait besoin d'aller se soulager, je suis restée qur le chemin, il n'y avait personne et on ne m'a pas dit de sortir... Puis il y a eu cette bête. Une créature ... difforme. La jeune femme fit une pause, fixant attentivement les aurors mais sans les regarder vraiment. Comme si elle revoyait devant elle cette immondice. Elle est venue m'agresser... S'est approchée de moi et... Enfin elle passait ses sales pattes partout et... Excusez moi, je souhaiterais passer plus vite là-dessus. Euhm... Un de vos collègues du ministère, un employé est arrivé, le monstre qui avait relâché sa concentration, lui a lancé je ne sais quel sort... L'homme a tout de même déclenché l'alarme tandis que je cherchais à fuir. Au bout d'un moment, j'ai réussi. Ça m'a suivit et... Et les aurors... Enfin vous vous en êtes chargés.

Alors comme ça, elle s'était casée ? C'était là une affirmation plus qu'étonnante. Jendy n'avait jamais été amoureuse. Ce n'était pas dans son caractère, point. Il y avait juste eu un seul garçon, qui avait tout fait chavirer entre la brune et Maria de part son imbécillité renversante. La O'Hara avait-elle changé à ce point ? Après tout, rien n'était impossible...

De plus, la réponse apportée était plausible. Vraiment plausible. Il faudrait juste vérifier parmi les notes des Aurors qui s'étaient chargé de ce fameux De Maldor. En attendant, Maria passa à la suite et sortit une photographie sur laquelle se trouvait Hengist de Warrington. Ah, le sacré bonhomme qui avait sonné l'alarme. Un  brave homme, pour peu qu'on ne tienne pas compte du fait qu'il avait misérablement succombé à un probable Impero.

- Cet homme, renchérit la Serpentard, c'est Hengist de Warrington. Il dit avoir aperçu un couple dans les couloirs du département de la justice magique. Il affirme également que ces deux personnes l'ont contraint à ouvrir les portes. Or, je pense qu'il est inutile de vous rappeler que vous vous y trouviez également avec monsieur De Maldor...Je vous laisse donc nous éclairer à ce propos. Je ne vous cache pas que les coïncidences sont étranges, étant donné que le département était censé être vide ce jour-là...

Ses paroles avaient clairement laissé sous entendre que Jendy et Jagang De Maldor étaient tous deux suspects. Les pensées de la Vladescu, à cet instant, étaient en nette opposition avec son comportement. Son job la contraignait malheureusement à tenter de trouver la faille dans les dires de tout un chacun, pourtant, elle espérait furieusement que son ancienne meilleure amie s'en sorte. Quoi qu'elle aie pu faire ou ne pas faire.
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Jendy O'Hara, Mer 7 Aoû - 19:27


Jendy jeta un regard à Maria, celle-ci la regardait, sincèrement intéressée par ses paroles. C'était si étrange comme rencontre. Et dire qu'elles avaient vécu dans le même monde pendant des années sans se revoir pour finir par se recroiser au ministère, pour une affaire de vol pour le compte des Mangemorts. C'était tellement étrange, l'ordre des choses...
Elles se fixèrent, quelques longs instants durant. Phoebe devait bien comprendre qu'elles se connaissaient s'il ne le savait pas déjà. Mais alors que Jendy attendait de nouvelles questions, remarques, ou même d'être enfin congédiée, elle vit la blonde sortir une photo. La plaçant sous les yeux de la suspecte. Jendy posa son regard sur l'image. C'était un homme, c'était celui qu'ils avaient soumis à l'Impero.

Cet homme, c'est Hengist de Warrington. Il dit avoir aperçu un couple dans les couloirs du département de la justice magique. Il affirme également que ces deux personnes l'ont contraint à ouvrir les portes. Or, je pense qu'il est inutile de vous rappeler que vous vous y trouviez également avec monsieur De Maldor...Je vous laisse donc nous éclairer à ce propos. Je ne vous cache pas que les coïncidences sont étranges, étant donné que le département était censé être vide ce jour-là...

-C'est l'homme que... la bête a soumit à l'impero... La jeune femme marqua une pause, ses yeux fixant la photo. Il avait une bonne tête ce bonhomme. La bonne tête du type qui doit vite disparaître avant de parler plus que ça. Pourtant, malgré ses pensées noires d'encre, la sorcière brune leva vers les aurors, un visage plutôt inquiet. Je vous l'ai dit, un des employés du ministère est intervenu. La bête lui à lancé ce... sortilège impardonnable pendant que je tentais de fuir. Mais l'homme a réussi à reprendre le contrôle et à activer l'alarme. Je... Je ne peux rien vous dire de plus, j'ai fini par m'échapper et quelques secondes après que j'ai rejoins les aurors il... il s'était m-mis à me courir après... D'ailleurs, ils n'en ont pas parlé dans les journaux, et étant donné que je me trouve ici, je suppose que vous n'avez toujours pas foutu cette sale bestiole sous les barreaux ?

Jendy enrageait un peu d'avoir raté son sort. Mais décidément, les oubliettes n'était pas son truc. La prochaine fois, elle laisserait ses collègues faire. Ca serait plus sûr.
Feintant d'être encore un peu secouée de ressasser des événements pareils, la jeune femme avait un regard un peu fiévreux. Elle ne cessait de replacer une mèche discrète derrière son oreille. C'était discret, mais suffisait amplement. Peut-être allait-elle enfin en avoir fini avec ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Phoebe Monroe, Jeu 8 Aoû - 14:10


La ravissante brune entra dans la salle d'interrogatoire, arborant un calme exacerbant. Elle adressa également un chaleureux sourire aux deux Aurors et Phoebe, ne pouvant y résister, le lui rendit. Le souvenir d'une soirée animée lui revint en mémoire à la vue de ce délicat faciès. Le sorcier était servi en cet instant, entouré de deux belles femmes mais en de telles conditions professionnelles il ne pouvait se laisser aller.

L'interrogée finit par répondre aux questions. Elle se devait de leur conter une histoire. C'est ça les Aurors, ils s'amusent à écouter des histoires à longueur de journée. Ils font répéter les conteurs sans cesse pour ensuite relever les incohérences historiques et les traces d'illogisme. Toutefois, ses paroles étaient pour l'instant plausibles et les deux collègues devaient passer à l'étape supérieur de l'interrogatoire, à savoir ce cher Monsieur De Warrington. Le pauvre homme, il apparaissait souvent dans les histoires, pourtant tout le monde s'en fichait de son état actuel : cela faisait plus de quatre mois qu'il était à Sainte-Mangouste et pourtant Phoebe n'était jamais passer le voir...

Miss O'Hara réagit directement et c'est alors que Phoebe remarqua la première incohérence dans ses propos. Essayant de garder un visage impassible, le jeune homme jubilait intérieurement. Quand la jeune femme eut terminé, l'Auror se racla la gorge et reprit la parole :

- Très bien... Si je puis me permettre, vous nous avez dit que le monstre est arrivé avant Monsieur de Warrington. Or, ce dernier confirme qu'il s'agissait bien d'un couple dans le couloir et non d'un monstre ainsi que d'une femme. Auquel cas il s'en serait souvenu. Pouvez-vous nous éclaircir à ce sujet ?

Mais avant de lui laisser la parole, Phoebe continua :

- En revanche, vous ne nous avez pas indiquer comment le monstre est apparu, car il n'est ni arrivé par les différentes entrées du Ministère - sinon, on l'aurait remarqué, vous comprenez - ni même ressorti - auquel cas on l'aurait aussi remarqué. Du coup, il devait forcément s'agir de quelqu'un s'étant déformé ou ayant caché sa véritable apparence. Je pense que vous pourrez aussi nous éclaire à ce sujet, j'en suis sûr, il appuya sur le dernier mot. Il y a aussi autre chose que vous avez "omis" : nos collègues Aurors vous ont vu sortir d'une salle - salle dont vous n'avez absolument pas parlé - que faisiez-vous dans une salle privée du Ministère ? Notre cher Monsieur de Warrington témoigne avoir bien vu le couple chercher quelque chose à l'intérieur et il ne fait toujours pas allusion au monstre à cet instant. Donc, vu que vous êtes sortis de la salle à trois - Monsieur De Warrington, vous et le monstre - par un calcul logique on peut en déduire que vous cherchiez quelque chose. Qu'est-ce donc ?

Terminant ses propos par un sourire doucereux et totalement faux, l'Auror contempla avec délectation Miss O'Hara.

[Désolé si c'est un peu confus :mm: Si soucis Mp !]
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
Jendy O'Hara
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Jendy O'Hara, Ven 9 Aoû - 18:29


L'interrogatoire n'en finissait pas, et Jendy commençait  à en avoir marre. Quoi ? Elle ? La si jolie, sage et innocente Jendy O'Hara, on la traitait de coupable ? Elle était suspecte. Et même si les premières minutes de cette rencontre furent relativement agréables, simples, Monroe se transforma bien rapidement en un vrai chieur. Ah non vraiment, il baissait dans l'estime de la jeune femme. Non mais sérieusement ? Il allait falloir quoi ? Qu'elle leur montre la scène en direct grace à un souvenir ? Ou mieux ! Qu'elle leur montre son bras ? Pfeuh. Et dire qu'ils l'avait. La chef des mangemorts, les criminels les plus terrifiants d'Angleterre. Il avait sous les yeux, dans leur murs, entre leurs pattes, celle qui savait tout sur leurs plans les plus secrets. Qui connaissait les noms de tous. Oui, il l'avait elle, mais elle ne se laisserait pas faire. Et ils finiraient bien par la laisser sortir.

« Très bien... Si je puis me permettre, vous nous avez dit que le monstre est arrivé avant Monsieur de Warrington. Or, ce dernier confirme qu'il s'agissait bien d'un couple dans le couloir et non d'un monstre ainsi que d'une femme. Auquel cas il s'en serait souvenu. Pouvez-vous nous éclaircir à ce sujet ?  »

La jeune femme le regarda, incrédule. Nan mais... Coucouuu je suis innocente j'en sais rien moi de vos couples à la con ! Criait son regard. Elle le dévisagea, sentant son corps se réchauffer et ses yeux devenir humides. Ca commençait à faire long. Puis l'autre continua.

« En revanche, vous ne nous avez pas indiquer comment le monstre est apparu, car il n'est ni arrivé par les différentes entrées du Ministère - sinon, on l'aurait remarqué, vous comprenez - ni même ressorti - auquel cas on l'aurait aussi remarqué. Du coup, il devait forcément s'agir de quelqu'un s'étant déformé ou ayant caché sa véritable apparence. Je pense que vous pourrez aussi nous éclaire à ce sujet, j'en suis sûr, il appuya sur le dernier mot. Il y a aussi autre chose que vous avez "omis" : nos collègues Aurors vous ont vu sortir d'une salle - salle dont vous n'avez absolument pas parlé - que faisiez-vous dans une salle privée du Ministère ? Notre cher Monsieur de Warrington témoigne avoir bien vu le couple chercher quelque chose à l'intérieur et il ne fait toujours pas allusion au monstre à cet instant. Donc, vu que vous êtes sortis de la salle à trois - Monsieur De Warrington, vous et le monstre - par un calcul logique on peut en déduire que vous cherchiez quelque chose. Qu'est-ce donc ? »

Jendy ouvrit de grand yeux. Pendant de longues minutes, alors que Phoebe Monroe se perdait en explications, elle s'efforçait de serrer sa gorge. Ses yeux brillaient maintenant d'un éclat d'incompréhension pur. Comment pouvez-t-ils l'accuser ainsi ? Avait-elle sincèrement la tronche d'une femme qui fricote avec les monstres ? Certes, elle l'était. Mais les apparences sont trompeuses, on le lui avait toujours dit.

« Je...  » parvint-elle a extirper de sa bouche dans un grognement rauque. Subitement, elle leva sa main à ses yeux d'où commençait sérieusement à poindre une larme d'argent. Elle serra les dents et déglutit lentement. Le regard de ce type, ce Purée de naze de type qui servait le bien. Mais elle aussi elle servait le bien bordel ! Son bien ! Quelle était la notion d'ailleurs ? Elle finit par soutenir le regard de l'auror et se redresser, se redresser enfin de toute sa hauteur. Elle se leva même.

« Ecoutez, moi j'en peux plus de vos questions. Qu'est-ce que vous croyez ? Que je vais vous pondre des réponses ? J'ai été témoin des choses et les circonstances m'accusent, mais... Je suis désolée, monsieur Monroe, Mademoiselle Vladescu, je vous ai dit tout ce que je savais. Je veux bien jouer la suspecte 5 minutes, mais là c'est... trop ? » Elle marqua une pause. Les regardant la bouche entrouverte et le regard perdu. « Et pour cette histoire de bureau, oui c'est cette sale bestiole qui a lancé l'impero à ce pauvre monsieur qui lui a ordonné de l'ouvrir et qui nous à poussé dedans. C'est d'ailleurs de cette pièce que l'alarme a été déclenchée... Le reste, j'en sais fichtrement rien et je commence à... à... » Les larmes se mirent à couler tandis que la sorciere détournait les yeux des aurors pour les essuyer. Elle continuait, d'une voix brisée. « J'en peux plus... Je n'ai pas l'habitude que l'on me soupçonne de lancer des sortilèges impardonnables... Ecoutez.... Moi j'ai tout bien fait dans ma vie, je suis une née-moldue, perdue complètement et sans repère. J'ai dû me battre pour accéder à mon poste de directrice. Me battre. Bosser comme une dingue et faire des sacrifices, comme celui de délaisser mon père à Londres. Et la réputation que vous me donnez alors que je n'ai jamais rien fait de mal de ma vie, je... Je... Je suis désolée mais ça me dépasse. » Lâcha-t-elle pour finir, se laissant de nouveau tomber sur sa chaise et se laissant aller aux larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Sloan Wentz, Sam 10 Aoû - 3:24


Les questions/réponses jaillissaient sans cesse, à l'instar d'un jeu télévisé. Un jeu à l'issue du quel le participant pourrait gagner sa liberté ou justement, la perdre. C'était incroyable comme nos vies pouvaient basculer d'un pied sur l'autre en fonctions de nos choix. Et à cet instant, Maria ne pouvait qu'éprouver de la compassion à l'égard de Jendy. La blonde était confortablement installée sur son fauteuil, avec un rang social qui lui conférait sécurité et bien-être. Tandis que la jolie brune qui lui faisait face, elle, faisait face à bon nombres d'accusations et se battait pour s'en sortir. Elle l'avait méritée, cette vie, dans un sens. La O'Hara n'avait jamais été quelqu'un de très sage. Sûrement était-elle de ceux qui appréciaient le danger, l'adrénaline qu'il provoquait en eux, et ce sentiment de toujours côtoyer l'interdit ? Enfin...Après mûre réfléxion, c'était aussi le cas de Maria. Mais les deux anciennes meilleures amies avaient beau se ressembler comme deux gouttes d'eau, leur manière de voir la réalité de la vie différaient. L'une la voyait en face, l'autre s'en dérobait instinctivement. C'était ce qui les avait séparées...

Phoebe, lui, dévisageait calmement l'interrogée, et cherchait à trouver les points faibles du récit de celle-ci. La Vladescu, à première vue, n'en avait trouvée aucune. Elle avait beau chercher, se creuser la tête au possible, rien ne venait. Mais son collègue les sauva néanmoins, dénichant la petite bête. Ca, pour être bien pensé, ça l'était. Il était vrai que la méchante bêbête avait bien dû rentrer ou sortir d'une certaine façon. C'était impossible, sinon. D'autant plus si l'on parlait du Ministère. Un lieu censé être hautement protégé, et qui, malgré sa solide réputation, était bien souvent en proie aux attaques de Mages Noirs ou autres sorciers mal intentionnés. Aux yeux de Maria, il s'agissait là d'une belle mascarade visée à rassurer les troupes, à les plonger dans un mensonge bien agréable. Cependant, un jour viendrait hélas où il devraient se réveiller pour de bon...

La directrice des Serpentard ne sembla pas apprécier ces nouvelles interrogations. Du tout. Ses yeux exorbités par l'incompréhension exprimaient un profond dégoût, la haine d'être suspectée pour ce qu'elle n'avait, d'après ses dires, jamais commis. La tristesse, aussi. Si bien que lorsqu'elle se leva brusquement, plaidant en sa propre faveur, des larmes se mirent à couler le long de ses joues, sa voix se brisant, ses gestes les suppliant. La louve, à cette vue surprenante, entrouvrit les lèvres pour les refermer dans la seconde qui suivit, incapable de trouver les bons mots. Jendy ne pleurait que très très rarement. En somme, à moins qu'elle aie été la proie d'une sensibilité à fleur de peau soudaine, ou qu'elle souhaite mener les deux Aurors par le bout du nez, son comportement s'avérait plus qu'hallucinant.

Néanmoins, cela émut tout de même l'ex professeure, qui hocha paisiblement la tête. Ils n'avaient rien pour retenir plus longtemps la jeune femme. Ses dires étaient cohérents, et elle avait convaincu Maria. C'était suffisant pour cette fois.

- Bien. Dans ce cas, je pense que vous pouvez vous retirer. Merci pour votre contribution.

L'Auror se leva de sa chaise, raccompagnant gracieusement Jendy jusqu'à la porte de la salle d'interrogatoire. Cette fameuse porte qui faisait peur à bon nombre de personnes...Cette porte à elle seule incarnait le mal. A partir du moment où elle était franchie, vous pouviez être sûr et certain que vous vous feriez épluché sous toutes les coutures avec possibilité de lourdes poursuites. Ces portes, en tant qu'être Humain à peu près normalement constitué - quoi qu'il y avait parfois matière à avoir des doutes -, elle les haïssait. Il était fort probable que Jendy partage son avis. Jendy, vers qui Maria leva un regard brillant, Jendy, à qui Maria lança un sourire contrit. Elles s'étaient enfin revues. Depuis le temps que la blonde attendait ce fameux jour ! Et peut-être cela ne se reproduirait-il plus ? La Serpentard était réellement déçue de laisser s'évader son amie d'enfance dans la nature alors qu'elle l'avait présentement sous les yeux. Elle l'observa néanmoins s'en aller, sans esquisser le moindre geste tentant de la retenir.

Une autre silhouette apparut alors dans l'angle de son champ de vision. Il s'agissait d'Abygael Thompson. Une femme que la Vladescu connaissait vaguement, sans plus. Elle lui sourit à elle aussi, la salua, et lui indiqua la chaise qui lui était réservée. Une fois que toutes deux se furent assises, Maria débuta l'interrogatoire, dans l'attitude la plus professionnelle qui soit.

- Comme vous vous en doutez certainement, vous avez été convoquée ici suite au Meeting du Ministre de la Magie. Aussi, pourriez-vous nous raconter les fais selon votre point de vue, ainsi que nous expliquer la raison de votre présence lors dudit Meeting ? Je tenais également à vous rappeler que tout ce que vous direz en ces lieux pourra être retenu contre vous.

L'Auror s'empara de sa plume pour confirmer ses dires. Ses yeux azurés se plongèrent dans ceux, vairons de son vis-à-vis pendant qu'elle attendait patiemment une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Invité, Mer 14 Aoû - 14:40


J'avais dû prendre le train. LE. TRAIN. Pour aller de Pré-au-Lard à Londres! Le genre de trajet si peu desservi qu'on doit se lever à des heures pas possibles pour chopper le départ, puis attendre des heures avant de pouvoir se présenter au rendez-vous. Tout ça parce que mon antiquité de balai ne tenait plus le coup. Oh, il volait, aucun souci là-dessus, il était toujours maniable et ne provoquait pas d'accident, c'était de la bonne manufacture. Cependant depuis le temps sa vitesse s'était bien affaiblie et parcourir les kilomètres séparant Waddiwasi du Ministère de la Magie n'était pas envisageable. Donc, train.

Mais laissons de côté cet ennuyeux souvenir et passons directement à ma petite visite au siège politique magique. J'étais convoquée pour un interrogatoire en bonne et due forme, rapport au fiasco du meeting du Premier Ministre. La sécurité avait eu du boulot ce jour-là et ne s'en était pas tirée à bon compte. Intrusion dans des lieux top secrets, des mangemorts avec ça. Ils avaient vite été dépassés par les évènements, à un tel point que même moi j'avais flippé. Les gens qui criaient et courraient en tout sens, les employés qui ne savaient plus ou donner de la tête et qui envoyaient des paroles dures et vides de sens aux citoyens pour se donner de la contenance. Leur incompétence m'avait vraiment inquiété, c'était d'ailleurs un miracle que personne ne se soit fait tué. Bref, encore un mauvais souvenir...

Assise dans la salle d'attente, le regard rivé au plafond comme si j'en analysais les motifs, je patientais jusqu'à mon tour. La porte de la salle d'interrogatoire s'ouvrit, une femme aux cheveux d'un noir de jais en sortit. J'essayais de mémoriser son visage aux traces de mascara coulant. Elle avait pleuré et séchait ses larmes de sa main mat. Je ne la connaissais pas, quoiqu'il me semblait l'avoir déjà croisée. Elle était belle, indiscutablement. La beauté conférait un certain pouvoir sur les autres... Coupant court à mes pensées, une voix s'éleva pour m'intimer à prendre la place de la demoiselle qui s'en allait. Bien.

J'eus droit à un salut aimable et même un sourire d'une femme blonde nommée Maria si mes souvenirs étaient exactes. Près d'elle, Phoebe me fixait de son regard où ne transparaissait nulle émotion. C'était marrant, la première fois que je le voyais en tant qu'Auror... Il fallait dire que cela lui allait bien, cet air impassible, sa posture droite et immuable. Cela lui donnait des airs de statue avec ses traits fins et sa peau claire.

La plantureuse Maria prit la parole :
- Comme vous vous en doutez certainement, vous avez été convoquée ici suite au Meeting du Ministre de la Magie. Aussi, pourriez-vous nous raconter les faits selon votre point de vue, ainsi que nous expliquer la raison de votre présence lors dudit Meeting ? Je tenais également à vous rappeler que tout ce que vous direz en ces lieux pourra être retenu contre vous.

Je me retins de lancer un sarcastique "ah oui ?" car la dame faisait des efforts pour retenir la nature ironique que je lui connaissais. Pour une fois, pourquoi ne pas être gentille... tant qu'ils l'étaient. Je pris une inspiration avant de commencer :

- Je... j'étais venue donc ce jour pour affaires professionnelles. Je parlais lentement pour me laisser le temps de rassembler mes souvenirs. Je suis fabricante de farces et attrapes et je cherchais un moyen de donner un coup de neuf à mon magasin, Waddiwasi à Pré-au-Lard. J'envisageais à l'époque d'importer des produits sénégalais pour apporter une touche d'exotisme au catalogue. Je voulais me renseigner sur les procédures, le coût des taxes, comment faire valider les produits aux normes anglaises... J'allais donc au département de la coopération magique internationale. A mesure que je parlais, les évènements se remettaient naturellement en place dans ma tête, ma voix se faisait plus assurée et le rythme plus fluide. J'essayais d'être aussi précise que possible, je ne portais pas le Ministère dans mon coeur mais autant coopérer... Qui sait, peut-être que ça les mènera quelque part pour une fois ? Je vous donne tous les détails, pardonnez si c'est long. Je suis passée par l'atrium et le poste de surveillance, on m'a remis un badge, etc. Il y avait pas mal de monde, des panneaux pour indiquer le meeting. J'avais entendu des élèves en parler à Waddiwasi. Je suis montée dans un ascenseur et quand j'ai été seule à l'intérieur, l'envie m'a prise d'aller faire un tour au Département des Mystères. L'endroit le plus intriguant du bâtiment sans conteste et Merlin sait à quel point je suis curieuse. Quand je suis arrivée, il y avait déjà deux personnes. Des femmes. Je ne les ai vu que de dos et j'en ai un souvenir assez flou. Je n'avais pas ouvert la porte en entier, je ne comptais pas me faire rabrouer à cet instant alors que j'étais si proche du légendaire département. J'ai donc simplement vu deux femmes, une brune assez petite et une plus grande avec une longue cape noire. Un employé leur a demandé de passer leur chemin mais elles n'ont pas bougé d'un cil. Elles n'ont même pas pris la peine de lui répondre. C'était trop étrange. Comme si pour elles, il n'était qu'un minuscule insecte. Elles étaient trop assurées, trop silencieuses, trop professionnelles. Entre leur attitude et la cape noire à capuche rabattue, je me suis dit que c'était des mangemortes. Non, j'ai su que c'était des mangemortes. Ou au moins l'une d'entre elles, l'autre soumise à un Impero, ça je n'en sais rien. Elles ne m'avaient pas remarqué alors j'ai voulu profiter de cet avantage, j'ai créé de la fumée pour m'y dissimuler. J'espérais sauver ma peau, elles n'étaient certainement pas là pour tuer puisqu'il n'y avait pas un chat à cet étage mais je ne pense pas qu'elles auraient hésiter à éliminer un témoin. J'ai lancé deux sorts pour les bloquer mais je ne voyais que dalle. Puis l'alarme a sonné à nous en vriller les oreilles, je me suis dit qu'elles n'étaient pas seules et que j'étais dans la m*rde. J'ai lancé un sortilège pour me protéger, lequel a ravagé toute la pièce sauf les deux femmes. Elles s'étaient tirées bien sûr. J'ai remarqué que mon sort avait touché la porte donnant sur le département des mystères et je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais... J'ai voulu jeter un coup d'oeil pour avoir un bref aperçu de ce à quoi ça ressemblait avant de remonter fissa à l'atrium pour éviter de croiser le chemin d'autres mangemorts. Evidemment les mecs de la sécurité sont arrivés à ce moment là et ont cru que j'étais venue pour entrer par effraction ou je ne sais quelle connerie... Donc au lieu d'écouter ce que j'avais à leur dire à propos de mangemorts en liberté ils m'ont gentiment garder avec eux pour que je reste bien en danger surtout et sans savoir ce qu'il se passait réellement.

J'avais prononcé ces derniers mots en laissant transparaître l'énervement mais sans pour autant agresser mon interlocutrice. Elle n'y était probablement pour rien que ces types étaient des incapables. Je m'arrêtais là dans ma déposition, n'ayant pas besoin de reprendre mon souffle malgré ma longue prise de parole puisque j'avais parlé calmement. J'espérais que ça leur allait parce que là, plus complet je ne pouvais pas faire.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Phoebe Monroe, Ven 16 Aoû - 20:05


La réaction de l'accusée était totalement burlesque, des larmes roulaient sur ses joues d'ivoire tandis qu'elle bafouillait horriblement. Ce retournement de situation dérouta l'Auror, le regard qu'il lançait à le jeune femme ne possédait pourtant aucune once de pitié ; bien au contraire, ses yeux la dardaient, déposant sur elle un masque de mépris. D'un certain sens, ce type de réaction était une preuve de culpabilité. Mais il ne possédait pas encore tous les éléments, il va devoir aller fouiller plus loin pour mener enfin cette affaire au clair.

Adressant un coup de tête significatif à sa collègue, cette dernière demanda à la fameuse Miss O'hara de se retirer. L'interrogée s’exécuta docilement, l'Auror avait tout bonnement omis de lui dire « Au revoir Miss O'Hara... »

Ce fut le tour d'Abygael de pénétrer dans la sobre salle, le sorcier la salua bien que sa voix était dénuée de chaleur. Maria lui posa les questions et, contre toutes attentes, la spécialiste de farces et attrapes partie dans un long discours. Au fur et à mesure de ses paroles, Phoebe se rendit compte qu'il savait déjà à peu près tout de ce qu'elle venait de dire, pour cause, Abygael avait du affronter un interrogatoire à chaud au ministère il y a quelques mois.

Il ne savait pourquoi mais il en avait eu assez. Il s’apprêtait à lui demander de rentrer chez elle, écourtant ainsi l'interrogatoire. Il était fort peu commun de terminer aussi vite mais le sorcier en assumait parfaitement les conséquences. Épris d'une sympathie pour cette dame, parjurant ainsi ses devoirs en tant qu'Auror.

- Très bien, nous prenons note de vos dires... Vous pouvez repartir dès maintenant, merci pour votre coopération.

Une fois la brune partie, le sorcier se dirigea vers le couloir et y appela une certaine Vivian S. Strugatsky, la femme qui était à l'origine de ce meeting. Il se rassit sur sa chaise et attendit qu'elle en face de même pour démarrer ce nouvel interrogatoire :

- Bonjour, comme vous devez le savoir touts propos tenus dans ces lieux pourront être retenus à votre encontre, dit-il épuisé de répéter cette phrase. Commençons ! Pouvez-vous nous conter tous ce qui s'est passé selon votre point de vue lors du meeting et surtout ce que vous aviez fait après.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Salle d'interrogatoire n°1  Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 7

 Salle d'interrogatoire n°1

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.