AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 2 sur 7
Salle d'interrogatoire n°1
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Phoebe Monroe, Ven 16 Aoû - 20:05


La réaction de l'accusée était totalement burlesque, des larmes roulaient sur ses joues d'ivoire tandis qu'elle bafouillait horriblement. Ce retournement de situation dérouta l'Auror, le regard qu'il lançait à le jeune femme ne possédait pourtant aucune once de pitié ; bien au contraire, ses yeux la dardaient, déposant sur elle un masque de mépris. D'un certain sens, ce type de réaction était une preuve de culpabilité. Mais il ne possédait pas encore tous les éléments, il va devoir aller fouiller plus loin pour mener enfin cette affaire au clair.

Adressant un coup de tête significatif à sa collègue, cette dernière demanda à la fameuse Miss O'hara de se retirer. L'interrogée s’exécuta docilement, l'Auror avait tout bonnement omis de lui dire « Au revoir Miss O'Hara... »

Ce fut le tour d'Abygael de pénétrer dans la sobre salle, le sorcier la salua bien que sa voix était dénuée de chaleur. Maria lui posa les questions et, contre toutes attentes, la spécialiste de farces et attrapes partie dans un long discours. Au fur et à mesure de ses paroles, Phoebe se rendit compte qu'il savait déjà à peu près tout de ce qu'elle venait de dire, pour cause, Abygael avait du affronter un interrogatoire à chaud au ministère il y a quelques mois.

Il ne savait pourquoi mais il en avait eu assez. Il s’apprêtait à lui demander de rentrer chez elle, écourtant ainsi l'interrogatoire. Il était fort peu commun de terminer aussi vite mais le sorcier en assumait parfaitement les conséquences. Épris d'une sympathie pour cette dame, parjurant ainsi ses devoirs en tant qu'Auror.

- Très bien, nous prenons note de vos dires... Vous pouvez repartir dès maintenant, merci pour votre coopération.

Une fois la brune partie, le sorcier se dirigea vers le couloir et y appela une certaine Vivian S. Strugatsky, la femme qui était à l'origine de ce meeting. Il se rassit sur sa chaise et attendit qu'elle en face de même pour démarrer ce nouvel interrogatoire :

- Bonjour, comme vous devez le savoir touts propos tenus dans ces lieux pourront être retenus à votre encontre, dit-il épuisé de répéter cette phrase. Commençons ! Pouvez-vous nous conter tous ce qui s'est passé selon votre point de vue lors du meeting et surtout ce que vous aviez fait après.
Revenir en haut Aller en bas
Vivian E. Strugatsky
Vivian E. Strugatsky
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Vivian E. Strugatsky, Mar 27 Aoû - 19:07


J'avais fort à faire mais quand le Ministère nous convoquait, on n'avait pas d'autres choix que d'y aller n'est-ce pas ? En tout cas depuis cette histoire, la Gazette était harcelée et je n'avais rien pu faire de bon. Vêtue d'un tailleur aubergine j'attendais donc mon tour assise sur une chaise inconfortable et observais les allées et venues des autres interrogés. Il y avait ceux qui entraient, ceux qui sortaient et ceux qui comme elle attendaient. Certains paraissaient anxieux, d'autres s'ennuyaient, d'autres encore semblaient à l'ouest et ses yeux avertis notaient tous ces détails pour son futur papier.

- Mme Vivian S. Strugatsky s'il vous plaît !

Ca commençait bien. On écorchait déjà son nom. Soupirant, la jeune trentenaire se leva avec élégance et entra dans la salle où l'attendait (encore) une autre chaise où elle prit place et rectifia son nom.

- Bonjour, c'est Vivian E. Strugatsky s'il vous plaît. Que puis-je pour vous ?

- Bonjour, comme vous devez le savoir touts propos tenus dans ces lieux pourront être retenus à votre encontre. Commençons ! Pouvez-vous nous conter tous ce qui s'est passé selon votre point de vue lors du meeting et surtout ce que vous aviez fait après.

Etais-je soupçonnée ? Ce fut la première question qui me vint en tête mais après quelques secondes de réflexion, je me rassurais en me disant que je n'avais rien à me reprocher puisque j'étais au meeting avec le Ministre à ce moment.

- Hum... Alors comme le savez probablement, j'ai moi-même fait la demande et suivi la mise en place de ce meeting avec M. Sudworth. J'ai donc passé toute la journée en sa compagnie. Quand l'alarme a sonné, je n'ai pas vraiment eu le temps de réagir, vos collègues nous escortaient déjà vers la sortie. Vous vous rendez compte au moins que je suis passée à côté de quelques infos croustillantes ?

J'avais été sur les lieux mais impossible d'avoir un commentaire ou une quelconque photo et l'âme de la journaliste qui sommeillait en moi se révoltait à l'évocation de ce souvenir.

- D'ailleurs, peut-être pourriez-vous me répondre, que s'est-il donc réellement passé ce jour-là ?
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Axelle Higgs, Jeu 29 Aoû - 6:04


Le dénouement de cet interrogatoire surprit la sorcière. Après un moment de silence, la préfète s'attendit à ce que l'une des deux femmes prenne la parole. Mais ce ne fût pas la cas. En fait, la porte s'ouvrit doucement et Axelle se fit violence afin de ne pas se retourner. Le dos bien appuyé contre le rigide dossier, elle attendit que l'inconnu lui fasse face.

Phoebe Monroe venait d'entrer dans la salle. Quoi ? Axelle ne comprenait pas ce qu'il faisait ici, l'idée qu'il soit devenu auror semblant entrer en conflit avec le Phoebe Monroe qu'elle connaissait. Qu'elle semblait connaître dû moins.

Après un court instant à lire les notes de ses collègues, il releva un visage vers la jeune sorcière :


– Très bien, tout est en ordre. Vous pouvez-vous retirer, au revoir.

Cela avait été court, concis et Axelle se demanda même si Monroe n'avait pas coupé l'herbe sous le pied des deux autres aurors. D'ailleurs, ces dernières restèrent silencieuses et, dans un raclement de chaise, Higgs-la-brune se leva, adressant un sourire radieux aux autorités magiques. Son regard  ne s'attarda sur aucun des visages présents, bien que la présence de certains l'intriguait au plus haut point.

À l'extérieur, elle croisa l'espace d'une seconde le regard de Jendy. Puis, la femme s'engouffra dans la salle, tandis que l'élève s'installa sur la chaise qu'occupait la directrice quelques instants plus tôt. À partir de là, elle devrait attendre. Combien de temps ? Aucune idée, mais Axelle trouva le temps particulièrement long. Sans aucun doute, l'entretien de Jendy durait beaucoup plus longtemps que celui de la Serpentard. Discrètement, d'autres personnes vinrent attendre dans ce corridor, prenant soin de ne pas se place près de la jeune sorcière. Il faut dire que lorsque nous sommes conviés à ce genre d'évènement, nous ne tenons pas spécialement à se taper la discussion avec son voisin. Si la première jeune femme était inconnue aux yeux d'Axelle, quoique son visage lui semblait légèrement familier, elle reconnut Vivian, célèbre journaliste de la gazette. Un instant, elle était interrogée ? Pourquoi ? Après tout, elle avait été avec le ministre pendant toute la rencontre non ?

Finalement, la porte s'ouvrit sur Jendy, tandis qu'on appelait madame Thompson à pénétrer à l'intérieur. Lorsque la directrice fût à la hauteur de son élève, cette dernière se leva et, ensembles, elles quittèrent le Ministère de la Magie.  
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
Phoebe Monroe
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Phoebe Monroe, Mer 23 Oct - 14:09


« - Bonjour, c'est Vivian E. Strugatsky s'il vous plaît. Que puis-je pour vous ? » Ça commençait bien, l'Auror venait d'écorcher le nom de la journaliste. En même temps, cette dernière pourrait faire preuve d'un peu de compréhension envers l'Homme de loi qui ne faisait qu'enchaîner les interrogatoires, elle aurait dû s'écraser pour une fois ! Phoebe reprit de son café tandis que la dénommée Vivian répondait à ses questions : « - Hum... Alors comme le savez probablement, j'ai moi-même fait la demande et suivi la mise en place de ce meeting avec M. Sudworth. J'ai donc passé toute la journée en sa compagnie. Quand l'alarme a sonné, je n'ai pas vraiment eu le temps de réagir, vos collègues nous escortaient déjà vers la sortie. Vous vous rendez compte au moins que je suis passée à côté de quelques infos croustillantes ? » Mouais. Vivian n'apportait pas grand chose à l'enquête et tout amenait à penser qu'elle ne possédait, tout compte fait, d'aucun égard pour les personnes qui l'entoure. En un instant qui fut d'une importance grave, organisé par ses soins, elle ne se soucie que des informations qu'elle aurait pu dénicher : il y a une limite au professionnalisme.

L'écossais leva les yeux au ciel, exaspéré par la jeune journaliste. « - D'ailleurs, peut-être pourriez-vous me répondre, que s'est-il donc réellement passé ce jour-là ? » Elle commençait à taper réellement sur le système celle là ! Se raclant la gorge, il répondit d'une voix ferme, dénuée de chaleur : « - Ici, nous sommes les seuls à poser les questions, simple rappel. » Se levant il finit par la raccompagner vers la porte. « - Je vais d'ailleurs mettre fin à cet interrogatoire. Merci de votre participation, bonne fin de journée. » Quand elle fut partie, il rangea son dossier, prit sa plume à papote et sortit de la pièce en saluant Maria. De retour dans son box, il relut ses notes pour compléter son dossier.

[Fin de l’interrogatoire. Merci à tous pour votre participation.]
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Antoni Londubat
Antoni Londubat
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Antoni Londubat, Mer 11 Déc - 23:53


Le Massacre du Poudlard Express. L'acte noir avait été, pendant un temps, la principale occupation du Ministère. Entre l'amas de cadavres d'élèves qui jonchaient le train, les Moldus et les Mangemorts activement recherchés, c'était tout le Ministère qui s'activait. Aurors et Oubliators cordonnaient leurs actions afin de minimiser les dégâts et faire avancer l’enquête. De quoi redonner le sourire à une troupe qui marchait au ralenti depuis quelques temps. De plus, les mages noirs n'avaient pas fait dans la dentelle, le Bureau des Aurors savait à présent qu'un Loup-Garou comptait parmi leurs rangs. Ils avaient laissé derrière eux de nombreux indices et l'élite ministérielle avait correctement su les exploiter. En l'occurrence, Anthéa avait dégoté une victime encore vivante, victime du Sortilège Doloris : Harradas Spinner. Le gamin, après un séjour à Sainte-Mangouste, avait été convoqué à un interrogatoire, aujourd'hui. Londubat fut prévenu à la dernière minute et se doutait bien que sa collègue n'était pas au courant de sa venue. Elle était rigoureuse dans son travail et son retard ne l'enchanterait sûrement pas.

Arrivé au Ministère peu avant onze heures, après une courte ronde matinale, il n'eut malheureusement pas le temps d'envoyer une quelconque note de service afin de notifier sa présence auprès de la jeune femme. Par contre, un de ses papiers ensorcelés lui communiqua le lieu de l'interrogatoire ; la salle n°1 du niveau 10. C'est donc légèrement en retard qu'il sauta dans le premier ascenseur, trépignant d'impatience et redoutant, à la fois, l'échéance. Cette facette de son métier lui était nouvelle et la pression se faisait ressentir, avec l’excitation qui s’y mêlait. Toutefois, il comptait sur son instinct – infaillible, pour le guider dans sa tâche. En somme, ce serait deux Aurors quasi-inexpérimentés qui allaient se charger d'interroger le seul témoin oculaire de ce qui était, et sera sans doute, le plus grand génocide que Pétrus connaîtra sous son mandat. Sous avis était mitigé, mais il ne pouvait se plaindre d’avoir été choisi.

Les portes s'ouvrèrent et c'est dans un couloir vide qu'il s'engouffra. Sortant de sa poche une petite clé, il se dirigea vers la porte qui arborait un grand chiffre "1" doré. Un grand sourire illuminait déjà son faciès – à en mettre ses zygomas à rude épreuve, avant même que le battant ne fut ouvert. Il passa le seuil et c'est comme une fleur qu'il se pointait, non sans se calmer et arborer une mine plus sérieuse, histoire de ne pas perdre en crédibilité.

« Excusez mon retard. Dit-il, tandis qu'il venait d'interrompre Dowell. Je me présente ; Antoni Londubat. » Poursuivit-il d'une voix plus forte, n'accordant à l'invité qu'un bref échange oculaire en guise de salutations.

La salle étant aménagée pour une entrevue seul à seul, c'est débout qu'Antoni mènera l'interrogatoire. Pas tant gênant que ça, il était plus à l'aise lorsqu'il se déplaçait ; ce qu'il fit. Tournant autour de la table, il s'arrêta à côté d'Harradas Spinner et croisa les bras. Il était enfin disposé à l'écouter. Par moment, son regard déviait vers Anthéa, guettant chacune de ses réactions. Il se doutait bien que ce n'était non plus pas évident pour elle, mais ne doutait guère de ses facultés d'oratrice.
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
Harradas Spinner
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Harradas Spinner, Lun 16 Déc - 0:04


Noir. Tout paraissait sombre depuis ce qui s'était passé. Il n'arrivait plus à bouger. Le temps semblait filer à toute allure quand les sentiments et les sensations perduraient indéfiniment. Tout cela n'a plus aucun sens, même en y réfléchissant il ne se comprenait pas. Tout était arrivé si vite. Il aurait pu l'éviter.

A l'hôpital de Sainte-Mangouste depuis l'évènement, il y avait été gardé de force jusqu'au mois de Décembre, entre les médecins qui se disputaient sa sécurité, les psychologues qui désiraient le rétablir mentalement, et les passages incessants de personnes qui voulaient lui soutirer des informations. Tout cela prenait une telle ampleur qui le dépassait sur tous les niveaux. Même la presse s'était vu refusée le droit d'accès à sa chambre. Rien ne sortirait de sa bouche tant qu'il n'aura pas été interrogé par le Ministère. Mais même s'il l'avait voulu, il n'aurait rien pu dévoiler à quiconque. Il n'arrivait plus à parler. Le jeune homme avait beau faire mime d'être constamment supérieur aux autres, il n'avait jamais subit un tel choc. En réalité il n'était pas fort du tout. Il était faible. Tellement faible, s'il le savait.

Un matin, Blair, un membre du personnel du centre hospitalier était venu le chercher et avait pour mission de le conduire jusqu'au Ministère de la Magie pour son... Audience ? Il ne savait pas. Blair lui avait dit qu'on allait lui poser des questions... Mais qu'il n'était pas obligé d'y répondre s'il ne se sentait pas capable de le faire. Il n'avait pas prononcé un mot depuis trois mois et se contenta de hocher la tête comme à son habitude. Il n'était pas sortit depuis non plus et marchait à peine. Le dos courbée, les yeux sombres, il s'était levé de son lit, plis fatigué que jamais et on l'avait aidé à s'habiller. Il marchait la tête basse et en trainant les pieds, même ses habits moldus ne le fondaient pas dans la foule Londonienne.

Ils arrivèrent finalement au Ministère de la Magie. Il aurait préféré employer la Poudre de Cheminette mais Blair avait reçut l'ordre de ne pas lui faire subir de tels transports magiques qui pourraient le secouer de trop. Quelle condition fragile, pensa le "malade". Il avait froid, terriblement froid. Et avant qu'il ne se rende compte d'où il se trouvait, ils étaient déjà dans l’ascenseur qui les descendaient à la salle de l'interrogatoire. Ils étaient légèrement en retard, en sortant de la cage métallisée il se retourna pour voir si Blair le suivait mais celui-ci avait déjà disparu. Il n'avait pas le droit d'assister à sa séance. Son accompagnateur était le seul à lui avoir tenu compagnie le soir quand il se sentait le plus seul. Il l'appréciait bien plus que tous ces médecins charitables, parce qu'il lui racontait sa vie au lieu de lui poser des questions ou au lieu de chercher à savoir ce qui s'était passé.

Mais ses pensées furent interrompue lorsqu'il ouvrit la porte de la salle. Elle était blonde, dans la vingtaine... Anthéa Dowell apparemment. Elle le pressa d'une manière qui lui changea des habitudes de l'hôpital et le fit s’asseoir face à elle en lui servant un verre. Mais elle lui répéta ce que tout lui avait dit depuis qu'on l'avait sortit du train. Tenir le coup. Choc. S'en remettre ? Il serait temps. Mais il n'avait pas la force. Ou l'envie ? Ses yeux se rivèrent sur le dictaphone lorsque la femme l'activa. Il hocha la tête. La première question arriva. Qu'il décrive tout ce qui s'était passé ? Il y avait réfléchit maintes fois, que ce soit en journée ou pendant ses nuits d'insomnies. Cependant il n'arrivait pas à discerner la réalité de ce qu'il pensait s'être passé. Devait-il raconter tout ce qu'il savait ou simplement dire l'essentiel ? Sa gorge le brûlait rien qu'à l'idée d'énoncer un mot. Il regarda la femme dans les yeux d'un air pensif. Ses lèvres s'ouvrèrent et...

Quelqu'un d'autre arriva dans la salle. L'atmosphère d'intimité et de sécurité venait de se briser et le jeune homme ferma la bouche net. Il observa l'arrivant un moment avant que celui-ci ne se place à ses côtés. Bon, ce n'était pas un spectateur, c'était déjà ça. Mais il l'avait définitivement perturbé. Le garçon prit un temps pour observer la salle. Elle était extrêmement sombre, et il ne s'en était pas apperçut, mais l'unique source de lumière venait d'un point situé bien haut delà de leurs têtes. Ou n'était-ce qu'une illusion ? L'enregistrement se poursuivait toujours et les deux membres ministériels semblaient étudier ses moindres mouvements. Trois minutes passèrent, puis cinq. Lassé d'observer des murs noirs il dirigea son regard de nouveau sur le dictaphone.

- On peut l'arrêter maintenant que vous avez un collègue qui peut prouver la véracité de vos propos ?

D'un mouvement maladroit du poignet il l'éteignit. Attendez. Est-ce qu'il venait de parler ? Cela faisait plusieurs mois qu'il n'avait rien dit et ses premiers mots étaient pour se plaindre ? Décidément un traumatisme à beau changer des personnes, lui n'en faisait pas partie. Il posa ses yeux sur la table et continua dans sa lancée.

- Mon père... Il s'arrêta. Décrire ce qui s'était passé allait être bien plus dur que de se plaindre j'en ai bien peur. Déçut lui. Train... Habituel... Élèves bruyants... Bien trop bruyants... Toiles d'araignées partout... Je criais... Je suis partis... Rentré... Je n'aurais pas du... Silence... Bien trop silencieux... Livre... Mon livre ! Où est mon livre ?!

Il se leva brutalement en poussant la table. Cherchant autour de lui d'un air désemparé. Il fit voler sa chaise dans un coin et se rua sur la porte. Il prit la poignée d'une telle force qu'une douleur aiguë lui déchira le bras avant qu'il ne s’effondre à terre. Les larmes aux yeux il commença à revoir par flashs douloureux les évènements du wagon. Il ne put se retenir. S'appuyant sur la porte pour se relever, il s’essaya contre elle en se lamentant avec des paroles inaudible, les larmes lui incendiant les joues.

- Morts ! Ils ont... Du sang... Jamais... Sa voix se coupa.

Il replia ses genoux sur lui même et enfoui sa tête à l'intérieur, se protégeant de ses bras. Les heures avec ces psychologues déjantés se révélaient enfin utiles, ils venait d'y arriver. Ils lui avaient fait péter les plombs. Harradas Spinner. Dix-sept ans. Au sol. Si les Mangemorts pouvaient en faire tant par un simple témoin torturé, qu'en était-il des familles frappées par la mort ? Il était si faible...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Invité, Mer 8 Juil - 23:31


[RP avec Anthéa Dowell]

Visiblement de mauvaise humeur, Rurik se rendait donc au Ministère de la Magie : il avait reçu une convocation, avec un motif pour le moins très mystérieux. Tellement mystérieux qu'ils n'avaient pas jugé bon de lui "divulguer la raison de cette convocation". Franchement, c'était lui le principal concerné... Cette Auror aurait pu faire un effort, son courrier n'était pas surveillé... Ou bien au vu des moyens du Ministère, ne pouvaient-ils pas trouver un moyen plus sécurisé de faire passer les messages ?

Et puis si c'était aussi dangereux que ça, pourquoi personne n'était venu l'escorter pour sa "sécurité"... Ce fut lorsqu'il songea à cette perspective amusante qu'il fut interpellé par un des sorciers chargés de la sécurité. Il semblait en alerte, prêt à lui lancer un sort à tout instant... Le russe avait-il vraiment une gueule de terroriste ? Son humeur propice à l'égorgement à mains nues devait se voir sur son visage... Il valait mieux se calmer.

« 'Scusez-moi, j'avais la tête ailleurs. »

Il présenta sa baguette, fut enregistré comme toute personne ne travaillant pas ici, et put enfin se diriger vers les escaliers, sentant le regard des vigiles dans son dos. On lui avait indiqué un lieu auquel se rendre, sans autre détail, mais tout portait à croire qu'il s'agissait d'une salle d'interrogatoire. C'était chez les Aurors, alors bon, ça semblait évident.

Une fois arrivé sur place, il repéra bien vite cette Anthéa Dowell, qu'il avait déjà vu à l'anniversaire de Noah. Bien sûr que ce nom lui avait dit quelque chose. Discrètement, il essaya de voir si Alexander ou Elenna n'étaient pas dans le coin, au cas où... Impossible de les repérer... Dommage. Il suivit donc la jeune Auror dans la salle d'interrogatoire.

Cela lui rappelait quelques souvenirs, sauf qu'en général c'était lui qui posait les questions, qui torturait, qui tuait et terrorisait... Bon, rien à voir avec cet endroit, en fait... S'installant sur la chaise qui lui était réservée, il tourna son regard vers son interlocutrice et demanda :

« Quel est donc le motif tellement top secret qui nécessitait autant ma venue ici ? » demanda-t-il d'un air suspicieux.

Pour l'instant, il fallait surtout découvrir ce qu'on lui voulait, après le Mr. Austin, c'était la Miss Dowell... Pourtant, il ne se rappelait pas avoir causé de vagues dernièrement, son groupe mafieux se préparait juste à dévaliser une banque privée pour le mois qui suivait, mais cette fois-ci, il n'y avait aucun lien avec le monde magique.


Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Invité, Ven 10 Juil - 21:53


Installé "confortablement" sur cette chaise dans la salle d'interrogatoire, Rurik écouta alors la jeunette faire son discours qu'elle avait probablement déjà préparé à l'avance.

- J'avais besoin de te parler... personnellement. C'est drôle, je ne t'ai vu qu'une seule fois, et pourtant, ta tête me revient pas. Mais alors, vraiment pas. Appelle ça du délit de faciès, c'est ta parole contre la mienne.

Oh, mais c'est qu'elle essayait de se donner un style, la petite ? Le temps d'attente, le regard soudainement brusque, l'air autoritaire et confiant, c'était ça qu'on enseignait aux Aurors pendant leur formation ? Il grogna légèrement d'un air agacé lorsqu'elle sortit une cigarette et l'alluma. Bon sang, les gens qui fumaient, ça existait encore ? Si seulement il pouvait lui faire bouffer par les yeux, sa saloperie de clope !

Pour ce qui était du contenu de ce jeu de rôle, le russe fut assez surpris, mais il ne laissa rien transparaître, par habitude. En gros, elle avait un problème avec lui, et c'était dû au fait qu'il avait une gueule qui lui revenait pas ? C'était son apparence de mafieux, criminel et psychopathe qui lui plaisait pas, ou bien elle s'était faite larguée par un russe pendant son adolescence et avait développé une haine viscérale envers les gars de l'Est ?

- Le fait est que beaucoup d'événements se sont passés récemment, à Londres, tu dois être au courant? Moi, personnellement, j'aurais tendance à croire les autorités magiques si elles disaient qu'un colosse comme toi était l'un des criminels supposés. J'imagine que l'idée d'être jeté à Azkaban t'enchante pas vraiment, hm? T'es quelqu'un d'intelligent, j'en suis sûre. Néanmoins, sache que si l'idée te venait de me briser les os pour régler cette histoire, mauvais calcul champion ; je suis Auror. Tu t'offrirais à toi-même un aller simple pour Azkaban.

Faire taire une petite gourgandine de son espèce et gagner des vacances au calme ? C'était tentant. Mais elle ne s'arrêtait pas de parler, c'en était presque soporifique... et vas-y que blabla pour le bien de la communauté magique... et que blabla ce serait décevant, bla bla bla savoir si tu as un lien avec les Mangemorts.

Haussant un sourcil d'un air à demi-blasé, le russe regarda à gauche : un mur tout nul et vide, à droite : un autre mur tout vide et nul. Devant lui se trouvait un truc tout aussi nul, dont le crâne devait approcher le même niveau de vide, que faire ? Soupirant, comprenant très bien qu'il n'y avait absolument aucune preuve contre lui à part son physique, le médicomage croisa ses deux bras sur la table et... s'en servit de support pour son menton. Son visage exprimait un certain ennui, ainsi qu'autre chose d'assez malsain, qui puisait dans son énorme potentiel menaçant et brutal, sans que cela ne soit encore clairement défini.

« Non, j'ai aucun lien avec les Mangemorts... Mais j'imagine que vous n'allez pas me croire et que je suis là pour encore un petit moment, jusqu'à ce qu'on s’aperçoive qu'il y a une grosse erreur. Vous savez, j'ai des patients en très mauvais état à Sainte-Mangouste, j'aimerais vraiment ne pas avoir à m'éterniser ici pour des prunes. »

Il était vrai qu'il n'aimait guère être bloqué quelque part sans avoir la possibilité d'accéder à l'hôpital magique... Il y avait des cas particuliers qui nécessitaient ses connaissances spéciales rattachées à la faune et flore. Pour ce point là, il n'avait pas besoin de mentir ou de forcer quoi que ce soit, il était sincère... C'était bizarre venant de la part d'une personne comme lui, mais bon... La passion, ça se commandait pas.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Invité, Dim 12 Juil - 3:14


[ Pas de soucis pour ce choix de tournure ! ]


Lorsqu'il la vit tirer sa baguette, il se prépara à encaisser un sort... n'importe lequel, ou à bondir sur le côté si la moindre lueur verte naissait à l'extrémité de l'arme de la jeune Auror. Il se retint de justesse de sortir la sienne, pour ne pas paraître suspect : si un employé du Ministère s'en prenait à lui sans raisons, il pouvait porter plainte et s'en tirer sans aucuns soupçons... Alors que s'il se défendait et laissait paraître toute l'étendue de ses capacités, cela risquait fortement de lui nuire.

À défaut de se faire jeter au sol, enchaîner, assommer, torturer ou toutes autres joyeusetés, ce fut la table qui valsa violemment sur le côté. Sans appui, il dut faire appel à ses chers amis abdominaux pour le pas basculer en avant, et se redressa d'un air un brin surpris. L'avait-il déjà poussée à bout ? C'était décevant...

- Bon, je t'avoue que je m'attendais à cette réponse. Mais jusqu'à preuve du contraire, t'es pas innocent non plus. Le seul moyen pour toi de quitter cette pièce plus vite que prévu, c'est de me laisser sonder ton esprit, j'en ai peur.

Non non, ils engageaient des idiots chez les Aurors ou quoi ? Le Mr. Austin était le seul élément potable dans leur équipe ? Et la présomption d'innocence, ma belle, c'est pour les chiens ? Pour ça, ce fut son côté de policier qui tiqua, ce qui était très rare, d'ailleurs, en général ses habitudes mafieuses avaient le monopole, avec quelques incrustations de la part de son statut de médicomage...

« Mon esprit ? Encore ? Ça devient une manie chez les Aurors... Ils veulent tous me rentrer dans le crâne, ou quoi ? »

Grognant, il se passa une main sur le visage, souriant légèrement. Si celle-ci aussi était Legilimens, alors il pouvait écarter toutes suspicions de sa part... au moins, l'autre inspecteur avait eu l'intelligence de le faire par surprise pour tenter de s'insinuer dans son esprit, mais là, en connaissance de cause, l'occlumens allait pouvoir s'en sortir très facilement.

« Je suppose que vous êtes une légilimens comme votre collègue, alors allez-y, j'ai rien à me reprocher et s'il y avait vraiment quelque chose de suffisant pour me faire enfermer, je pense qu'il l'aurait vu... »

Se redressant, il la fixa du regard. Là, il était plus grand qu'elle (en général c'était ce qui arrivait, il était plus grand que la plupart des gens). Écartant les bras (du genre come at me, bro !), il ajouta :

« Eh bien allez-y, qu'on en finisse... »

Il était prêt à l'intrusion dans son esprit. Cette fois-ci il n'allait pas rejeter violemment hors de sa tête la personne qui tenterait de lire en lui : il allait lui offrir des images banales, des trucs de prof, de médicomage, des passages corrects de sa vie si elle souhaitait fouiller davantage. Bien évidemment, il ne la laisserait pas accéder à tout ce qui touchait à sa part plus... problématique.

Tous les deux debout, il savait pertinemment que ce serait elle qui fatiguerait avant lui, forçant la fin de l'inspection de son esprit. La légilimancie était un art précis et qui nécessitait de l'énergie et de la concentration. De son côté, le médicomage se contenterait de protéger ses souvenirs pouvant l'incriminer de quoi que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Anonymous
Invité

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Invité, Lun 13 Juil - 3:32



En général, il n'aimait pas que l'on s'infiltre en lui comme ça sans vraiment lui demander son avis... Dans son esprit hein. Quoique, c'était probablement valable pour quoi que ce soit d'autre. Mais disons que là... Il y était préparé, et ce n'était pas une petite légilimens qui lui faisait peur, il avait encaissé des tortures bien plus traumatisantes psychologiquement qu'une fouille de son esprit. Oui, ça existait. Et ce n'était pas forcément la magie qui occupait le podium.

Mais il devait faire le vide, car s'il pensait trop à toutes les méthodes de torture qu'il connaissait, ça ne risquait pas d'être facile à cacher à la légilimens. Celle ci termina sa cigarette et l'écrasa au sol (bonjour le respect pour les lieux...) et se planta devant lui... C'était assez comique sur le coup. Peut-être qu'elle mourrait en se brisant la nuque en levant les yeux pour le fixer dans les yeux ? Accident de travail, mort presque naturelle, mais rien qui pourrait lui causer des ennuis... quoique... on pouvait l'accuser de lui avait brisé la nuque. Il l'avait déjà fait, c'était tout à fait possible (et très jouissif...), mais il allait passer son tour. Pas sur une Auror, du moins pas aujourd'hui.

Lorsqu'elle pointa sa baguette sur lui, il fit le vide total, réclamant le silence complet dans son esprit : il était du genre à s'étaler dans tout un tas d'élucubrations mentales, mais son entraînement d'occlumens lui donnait un très bon contrôle sur tout ceci. Elle ne prononça pas la formule, une erreur de sa part, vu que sa "victime" savait pertinemment ce qui allait se passer, la jeune femme ne faisait que consommer quelques forces supplémentaires pour rien. Tant mieux pour lui.

La salle s'écroula tout autour de lui, violemment, et les flashs lumineux entrecoupés d'images commencèrent à défiler. Tout ceci était parfaitement normal et il ferma les yeux, se laissant bercer par le flot de ses propres souvenirs. Mentalement, il serra le poing : faire un lien entre son corps, qu'il maîtrisait si bien, et son esprit était une manière de procéder lui permettant d'être en confiance.

Il se vit tout d'abord offrir tout un tas de reproches à différents élèves, ce n'était pas mauvais, ça, il n'y avait qu'un détail à éviter à Poudlard, c'est pour cela que son cours avec Lizzie Bennet ne défila pas, il fallait l'éviter, ne pas penser au bonheur qu'il avait éprouvé en lui écrabouillant sa petite face de chieuse sur le mur. Le lien avec la médicomagie était presque naturelle, cela ne risquait pas d'alerter l'Auror qui se croyait aux commandes de cette inspection en "profondeur".

Une opération, quelques patients dont il s'occupait, son comportement pas forcément rassurant mais toujours professionnel et efficace... Tout ceci aussi ne pouvait pas être une mauvaise publicité pour sa poire. Il s'attarda un brin sur ceci, éprouvant une certaine allégresse à se voir bosser comme ça, on pouvait voir la passion du métier... Ça ne lui plaisait pas d'être facile à analyser sur ce point là, mais au final, ce n'était pas plus mal.

Une faille se manifesta, ses souvenirs disparurent en un instant. Un sentiment s'empara de lui... Un sentiment qu'il ne connaissait que trop peu, une sorte de regret... à part pour Morgan, mais il n'y avait rien rapport avec lui... Ce souvenir n'était pas le sien ! Non non, il ne fallait pas fouiller dans l'esprit de l'Auror, bon sang ! Il n'avait pas envie. Le visage du professeur Blanchet apparut et il hésita un petit moment. Il essaya d'atteindre ce souvenir, curieux, mais les détails lui échappèrent lentement entre ses doigts tendus, il n'arrivait pas à accéder à ce souvenir bien ancré dans le crâne de la jeune femme. Une sorte de tremblement le fit vaciller dangereusement, et son esprit s'accrocha à un autre souvenir, sans doute un petit peu lié à celui concernant le professeur de Soins aux créatures magiques, et il ne put s'en extraire, les images défilèrent à toute vitesse.

~~~~~


Haine... Vengeance... Cet homme devant lui était son père ? Oui, c'était ce qu'il ressentait. La rage s'emparait de lui, mais ce n'était pas la même chose, ce n'était pas sa rage habituelle, il ne savait pas ce que c'était que de haïr un de ses parents, et ce sentiment devait être celui d'Anthéa. L'homme le fixa d'ailleurs en prononçant ce prénom, confirmant donc au médicomage qu'il était un peu trop ancré dans ce souvenir. Cela semblait être une dispute, et avant qu'il ne puisse songer à briser le lien, il vit un premier sortilège partir de sa propre baguette... enfin, celle de l'Auror... et le vieil homme fut projeté contre un mur.

Il Elle se rapprocha de son géniteur et le gratifia d'un...d'une... droite ? Non non ! Bordel ! Rurik s'indigna tout seul, en spectateur impuissant. Il ne pouvait pas dire qu'elle frappait comme une fille, ce serait insulter la gente féminine, franchement, ce n'était pas comme ça qu'on décrochait une droite, mademoiselle ! Et sur un vieil homme pas très robuste en plus, pfeuh ! Un second sortilège fit voler le moldu (il discernait à peine que les protagonistes disaient).

Son père, une vengeance ? Il comprit facilement ce qui se passait : ses parents ne devaient pas apprécier le fait d'avoir une personne différente dans la famille, une sorcière... Peut-être souhaitaient-ils revenir aux vieilles méthodes de bûcher... Anthéa était retournée les voir pour se venger de leurs paroles, probablement d'autres actes peu dignes de parents, mais même le criminel trouvait que malmener ainsi cet homme, son père de surcroît, n'était pas vraiment "bien".

~~~~~


Les images s'arrêtèrent de défiler et Rurik en fut soulagé, il n'aimait pas se retrouver dans la tête des autres lorsqu'il ne le souhaitait pas. Ce qu'il venait de voir était assez troublant, il avait vu et fait des trucs affreuses en Russie, mais quand même... Le contexte de la scène à laquelle il venait d'assister était plutôt malsain.

Ses pensées sur la Russie le firent à nouveau basculer dans ses propres souvenirs... Et ça c'était mal, TRÈS MAL ! Se concentrant à nouveau, il se raccrocha au premier souvenir qu'il put trouver et qui ne parlait pas de mafia, de drogues ou de tueries. De la lumière l'aveugla, une lumière bicolore, rouge et bleue, la sirène des voitures de police. Il se vit alors en train de conduire une de ses voitures de patrouille, le regard rivé sur la route. Ce souvenir datait de son dernier passage en Russie, une course poursuite plutôt mouvementée. Ce n'était pas une chose qu'il voulait montrer, mais c'était toujours mieux que de le voir affalé sur un canapé, avec ses sbires mafieux consommant de la drogue, refusant toutes poudres, graines, pilules et autres formats pour se rabattre juste sur de la vodka.

Alors qu'il allait laisser son flot de souvenirs enchaîner sur une arrestation, son souvenir se volatilisa, une salle d'interrogatoire apparaissant devant ses yeux... Oh non ! Il ne fallait pas qu'elle tombe sur un interrogatoire un peu trop musclé ! Surtout qu'il n'était pas habillé en policier, cela voudrait dire que... Un instant... La femme devant lui ressemblait assez à...

** Oh bordel Rurik, t'es trop stupide... ** songea-t-il.

Il s'agissait de la salle d'interrogatoire, chez les Aurors, l'inspection de son esprit était terminé. La jeune femme semblait toute ébranlée, s'étant laisser tomber sur sa chaise, manquant tout de même de tomber en arrière sur le coup, le fixant ensuite d'un air bizarre.

- Je suis tombée sur un truc un peu différent, là-dedans. Différent, dans le sens imprévisible... T'es un flic chez les moldus?

Elle venait de le voir, pourquoi posait-elle la question ? Il s'installa sur sa propre chaise et croisa les bras, l'air quelque peu déboussolé, hésitant un brin à lui répondre sarcastiquement que non, il n'était pas flic, mais acteur dans des films, et que c'était une honte qu'elle ne lui avait pas demandé de signer son soutien-gorge au vu de sa célébrité dans le monde entier. Sauf qu'au vu de ce qui venait de se passer, il était sans doute préférable de ne pas abuser... et l'idée de toucher un soutien-gorge l'écœurait assez...

« Ouais... C'est un crime d'avoir une vie en dehors de Poudlard et Sainte-Mangouste ? » grogna-t-il.

Il avait essayé d'être désagréable, mais pour une fois, il n'avait pas réussi, son ton était resté neutre, correct. Bon, autant lui faire le récit développé, au moins plus de questions.

« J'ai été arrêté pour une histoire de drogue quand j'étais jeune, je revenais tout juste d'Angleterre et du coup je me suis pas méfié, je suis tombé au mauvais endroit, au mauvais moment, j'ai écopé de trois ans de prison, et quand je suis sorti j'ai voulu retrouver les raclures qui ont réussi à s'enfuir alors que moi j'étais innocent. J'ai fini flic, j'ai monté en grade, j'ai nettoyé toutes les suspicions sur mon compte... Et finalement je continue à bosser là bas quand j'ai du temps, ils ont besoin de moi et je compte pas les abandonner. »

Tout ceci n'était vrai à 100%...Disons 99%, il ne s'était pas vraiment engagé dans la police pour retrouver les personnes qui étaient là le jour de son arrestation (non, il les avait tuées une à une, d'une manière qui n'attirait pas l'attention, en laissant deux en vie, assez blessées pour faire genre que les coupables étaient sous les barreaux).

« Voilà pourquoi j'apprécie pas trop qu'on me soupçonne pour rien tout simplement parce que j'ai une gueule qui colle pas forcément à mes occupations, je suis passé par des trucs, et ça rigole pas dans le coin où je suis affecté en Russie. »

Les bras toujours croisés, il détourna légèrement le regard en grognant. Il n'aimait vraiment pas parler de ça, pour lui ce qui se passait en Russie et en Angleterre ne devaient pas se mélanger, cela avait été le cas avec l'inspecteur Austin, et là il devait limite raconter son passé à cette jeune femme.

Ça ne l'enchantait guère, mais tant que ça ne touchait pas à son côté mafieux, ce n'était pas si horrible que ça... Son regard se posa à nouveau sur l'Auror pour voir comment elle réagissait à toutes ces "révélations".

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Salle d'interrogatoire n°1  - Page 2 Empty
Re: Salle d'interrogatoire n°1

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 7

 Salle d'interrogatoire n°1

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.