AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 15 sur 15
Une rencontre particulière
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
Mathéo Angur
Poufsouffle
Poufsouffle

Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Mathéo Angur, Sam 12 Mai - 12:26


Il était trop tard pour retourner chez lui, impossible, un barrage s'était mis entre lui et sa maison. Premier réflexe.. Faire demi-tour une nouvelle fois. Il sait pertinemment que cette rencontre ne finira en une simple discussion banale et censé. Il sait pertinemment que cette rencontre ne présage rien de bon. Il sait pertinemment que ça va plus le marquer qu'une simple phobie des poignées de porte. Mauvaise pensée, frisson parcourant son corps. Ne pas revenir dans les souvenirs.

Trop tard. De toute les personnes qu'il a connu, celle-ci fait partit de son top 1 des personnes à éviter. Et pourtant c'est la seule qu'il appréciait. Va savoir pourquoi, peut-être qu'un grain de folie sortait de sa tête. On n'explique pas alors le bordel. Ne pas s'exprimer correctement devant elle ? Check. Mettre le feu dans un labyrinthe ? Check. Se prendre une chaussette dans sa bouche ? Check. Se faire transformer en mouton ? Check. Faire une crise et perdre sa tête ? Check. Et puis se faire prendre en plein ébat dans une forêt ? Check aussi... Décidemment, elle était partout où elle ne fallait pas cette fille...

Caressons l'illusion que cette période est terminé. Depuis longtemps qu'il a quitté Poudlard. Depuis longtemps qu'il ne l'avait pas croisé. Peut-être que sa ira mieux. L'espoir est permis. Pourquoi ne pas se dire que finalement ce n'est rien. Elle était préfète et lui un élève rebelle. Donc forcément.. Les choses ont évolués depuis. Non ?

De toute manière, ses pensées ne seront interrompu que lorsque celle-ci agit. En effet, il a fait demi-tour pour limite la fuir, sans se soucier qu'elle n'avait aucune pitié et qu'elle ferait quelque chose pour l'empêcher de partir.

Entraver. Tomber. Coucher. Sur le trottoir qui n'amorti en aucun cas sa chute. Sa main, elle l'amorti comme il peut. Ça ne l'empêche pas de se prendre le trottoir dans la tête. Sonné. Quelques secondes.

— HEY ! Toi ! Pars pas si vite, let’s catch up.

Ne sait pas quoi penser de ces mots. Juste qu'elle peut s'amuser avec lui. Il est assez tourmenté en ce moment avec ce qu'il se passe. Et puis sa phobie qu'il n'oublie toujours pas. Faites qu'elle ne l'emmène pas à rentrer quelque part où il y a une poignée.

— Ai-je vraiment le choix ?

Se relevant en faisant disparaître le sort qu'on lui avait lancer. Il regarde celle qu'il ne peut plus éviter..

— Qu'est-ce que tu me veux Lizzie ?

Au moins il est clair dans sa demande. Qu'importe, maintenant le jeu pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Lizzie Bennet, Lun 4 Juin - 21:50


Le temps a cette bizarre façon de nous rattraper. De nous renvoyer à qui l’on avait été, à ce que l’on était devenus. J’avais été indulgente avec Seth, trop peut-être. Je ne pouvais me permettre les mêmes largesses avec l’enfant des flammes. Parce que si je me laisse être humaine, rien qu’un instant, tout va me revenir dans la g*eule. Non, je préfère endosser le masque du vice, celui qui me sied si bien, et lâcher tout ce que j’ai pu intérioriser les dernières dix minutes. Si si, c’est déjà pas mal comme stock émotionnel.

— C’que je veux faire ?
(Retirer tes entrailles, les pendre au lit baldaquin d’un prof de Poudlard, avec l’un de tes doigts épinglé au milieu. Envoyer les autres à Asclépius, pour qu’il puisse compléter sa main. Je sais pas, c’est le premier truc qui me vient, on pourra sans doute s’arranger si t’as mieux en tête.) J’viens de te le dire. Prendre des nouvelles. Savoir ce que tu deviens.

Savoir exactement ce que je m’apprête à ronger, à détruire, à dévorer jusqu’à l’os. J’ai une pulsion carnassière et envie de te faire expier tous les malheurs du monde. T’es pas honoré de servir de sacrifice humain pour la race humaine ? J’croyais que c’était plutôt cool comme bail, on sait jamais, tu pourrais être la base d’une ou deux religions d’ici mille ans.

J’agite ma baguette, et bientôt un sable mouvant s’ouvre sous ses pieds. Bonne chance avec celui-là. Allez, amuse-moi. Tire moi de mon ennui existentiel.

Revenir en haut Aller en bas
Mathéo Angur
Mathéo Angur
Poufsouffle
Poufsouffle

Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Mathéo Angur, Ven 27 Juil - 13:45


Pourquoi jouer avec un vil insecte ? Pourquoi s'amuser encore avec l'horreur que tu prolifère ? C'est les seuls questions qui te viennent à l'esprit là maintenant. Es-tu vraiment un homme ou un fou cherchant à vivre le danger ? Le danger, mot faible pour décrire ce qu'il y avait en face. A force de la croiser, tu devrais plus poser ces questions. Tu le sais d'avantages que tu puisse la connaitre. Tu ne peux justement la connaitre. Les seuls choses que tu sais c'est que tu risques beaucoup trop à lui faire face. Depuis des années elle est au dessus de toi. Depuis des années elle te domine. Pourquoi ça changerais maintenant là ? Parce que tu es différent ? Non, tu ne l'es pas, pas plus que tu ne l'était à Poudlard.

Des nouvelles ? Oh si tu savais. Il a plus d'ennuies que tu ne l'es. Plus de nouvelle il ne donne. Normal, pourquoi donner des nouvelles à cette moustique. Mais, plus fort que lui, faut qu'il se la ramène, faut qu'il parle. Il faut qu'il dise ce qu'il est devenu.

- Une catastrophe cette vie adulte. Entre les déboires à la boutique d'animaux magique, ma mère disparut, mon beau-père ne sachant plus rien gérer, ma sœur que j'apprends être une sorcière voulant me tuer, mon frère qui me donne plus de nouvelle et toi qui ruine déjà ma journée. Je sais plus vraiment où donner de la tête.

Ruiner sa journée ? Ta vie est déjà ruinée, pourquoi une simple journée comme celle-ci l'es déjà avec elle. L'inverse même, elle te l'égayera ta journée, elle te fera découvrir que même en pleine ville de Londres, n'importe quel moldu pouvant traîner dans cette rue peut trouver se spectacle amusant.

A peine sa dernière phrase fut formulée que des sables mouvant se forme sous ses pieds. Pas le temps de réagir normalement, il ne peut qu'agir qu'avec sa baguette. Faire un duel au milieu de Londres ? N'importe quoi ! Alors au lieu d'agir normalement comme le ferait n'importe quel idiot de la terre. Il décida de... Creuser. S'enfoncer dans la terre, en dessous du béton qu'il n'aimait pas. Mais son but de creuser était d'atteindre la dame de fer. De la surprendre. Mais comment surprendre quand on y voit rien.. En faisant tout péter bien sur ! BOOM. Une petite protection afin de ne rien recevoir, bien évidement. Et un brouillard de terre ne peut lui permettre de savoir où il en était. Mais, ça réussite fut un peu un désordre dans la rue. Un sable mouvant et une partie de la rue.. Sous terre...
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Lizzie Bennet, Mar 7 Aoû - 22:33


La sauterelle crépite entre mes pattes, mais je me délecte de ses peurs. Je la relâche, un instant, le temps qu’elle m’offre quelques mots. J’écoute, acide, le récit de ses mésaventures ; apparemment, la vie le traite avec un certain acharnement. Elle est ainsi avec nous tous, officiellement, mais si l’on regarde le fond des choses, certains sont toujours plus touchés que d’autres.

Mon sable mouvant le désarçonne, mais je ne vois pas venir son prochain geste : au lieu de grimper vers le ciel, il s’enfonce plus encore. Comment il s’en retirera, ça, je l’ignore ; mais pour l’heure une sorte de tremblement anime le sol, fruit d’un bruit d’explosion, et je chois près de lui.

Couleuvre je me glisse contre sa nuque :
— Les disparitions et tentatives de meurtre, ça me plait.

Souffler dans son cou, comme une brise malveillante, avant de me rétracter.
— Ce n’est pas une raison pour enterrer Londres, ceci-dit… Retiens-toi mon garçon.


En guise de désapprobation donc, je prépare ma magie et bientôt une prison de fer serpente autour de ses membres. Noyons nous ensemble mon cher.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Ellana Lyan, Sam 27 Oct - 23:19




Pv Loredana
T.W. : alcool et gros mots

Pièce enfumée aux cris étranglés ; mouvements saccadés. Regard dilaté miroir des pensées brouillée, le sol a tangué manquant de me renverser. B*rdel, c'est la tempête... Le navire tend à s'échouer mais je ricane à gorge déployée, la musique trop forte déchire mes tympans et l'alcool réveil mes sens par fragment. Je crois qu'il est tard mais qu'est-ce donc encore que le temps ? Les savoirs se font vagues, j'ai du mal à parler correctement. En réalité, je suis au milieu de la mer, les vagues me lèches les pieds, où c'est juste l'élixire jeté qui jonche la terre. Je vois des paillettes aux coins des mes yeux, il faudrait les chasser, l'existence n'a pas le droit de briller et j'ai besoin de respirer.

Je ne sais plus où j'ai atterri, les corps sales me collent ici, mes cheveux platines volent autour de moi, libérée je me sens à nouveau moi. Je ne pense plus à l'enfant, à l'amour, à la misère ou à l'autour. Je vis pleinement les secondes sans me prendre la tête comme si la mort ne me prendrait que si s'arrête la fête. J'ai commencé misérable accoudée au comptoir à vider les verres pour oublier l'arrière. Comme si le monde ne vibrait plus que de présent, je n'ai autre vie que celle là, je laisse mon corps faire ce qui lui plait en hurlant que ce n'est pas n'importe quoi.

Mon sang brouillonne dans mes veines, la limite autorisée est dépassée. J'ai tout perdu sauf ma haine, j'essaie de m'échapper sans autre issue que danser, éternelle valse vers l'éternité. Je tiens mes talons dans une main, j'ai les pieds nus sur l'espace, mon esprit dans les vapes sans que personne ne s'en tracasse. Ma robe est un peu trop courte peut-être que c'est tout ce que je vaux. Ont-ils raison ceux qui me traitent de traînée, criant appeler les services sociaux, prétendant que je ne puisse pas m'en occuper.

Je suis seule et tellement entourée, dans ce petit espace aux murs fermés, j'ai plus peur, j'arrive plus à respirer mais la mort j'ai l'habitude de la côtoyer. Tout mon corps crie au secours mais ce n'est qu'un appel muet, je n'arrive pas, tout est flou autour et pourtant j'ai besoin d'amour. Mes plaies sont ouverte, l'impression qu'un sang invisible se déverse, un sourire cousu sur mon visage, béatitude superflue datant d'un autre âge. Je manque encore de tomber avant de me rattraper, lâche un : m*rde, puis : pardon pour m'excuser. Je suis perdue, j'arrive plus. pas possible de désaouler mais dans quoi me suis-je encore fourrée ?

Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Loredana Sparks, Lun 29 Oct - 12:53




Une soirée d'automne bien plus fraîche que les autres. Des couleurs brunes, parfois mêlées au jaune et à l'orange. Les saisons changent d'abord lentement, puis tout d'un coup. Le froid et la pluie personnifient ma dépression. Je ne voulais pas cela, j'aimais rester caché. Il n'y a plus d'arôme dans l'air, juste une odeur de bitume mouillé. Tout est fade. Sans vie. J'ai besoin de lumière, j'ai besoin de couleur. En un mouvement de bras, j'attrape mon manteau et sors, prête à affronter le froid qui naissait. Un linceul de feuilles mortes sur le sol. Je manque de glisser, me rattrape à un rebord de fenêtre.
Je continue ma route en direction d'un bar à proximité de Londres. Le vent souffle légèrement, faisant voleter mes cheveux bruns qui s'emmêlent. Je traîne des pieds, tête baissé, ne voulant croiser aucun regard. Il fait déjà sombre. Les lumières des lampadaires donne une ambiance mélancoliques, reflétant de nouveau mon esprit. J'accélère le pas et trouve une ruelle déserte salie par les ordure où le transplanage est possible.  En un mouvement, je disparais, laissant durant quelques secondes un courant d'air de mon passage.

Je réajuste ma veste et me dirige vers une partie animée de l'endroit où je venais d'atterrir. Les rues sont calmes, mais un bar ouvert à cette heure attire mon attention. Après avoir éteint ma cigarette, j'ouvre la porte et pénètre dans ce lieu rempli d'ivrognes et autres personnes souhaitant simplement se mettre la tête à l'envers et oublier le temps d'une soirée. Tout comme moi. J'ai une boule qui me sert dans l'estomac. Je ressens un grand besoin de m'évader et de penser à tout sauf à mes problèmes. Je me dirige vers le comptoir. Je bois. Un, deux, trois, quatre verres. Puis je ne compte plus. Le serveur me dévisage, mais je ne lui accorde aucune importance. Je suis majeure, j'ai le droit de me bourrer la gueule si l'envie me prend. Ne pas chercher une Loredana déjà pleine de haine en elle.

Je sens mes pieds quitter doucement la terre ferme. La dernière boisson ingurgitée avait une saveur du paradis. Je passais ma langue sur ma lèvre supérieur pour profiter une dernière fois du goût. J'ai la tête légère. Une impression d'être dans un monde parallèle qui n'a absolument rien d'utopique. Parce que j'ai envie de pleurer. J'ai envie de tout casser. Je me retiens, parce que je ne suis pas assez bourrée. Je tourne la tête, aperçois une tête blonde. Je l'ai déjà vu. Je ne sais pas où, mais je l'ai déjà vu. Dans un autre monde, lorsque je n'étais qu'un être candide. Non. C'est faux. L'innocence n'a jamais été un trait de caractère que je possédais. Je m'adresse au serveur « Je lui paye le prochain ». Je la regarde, yeux plissés, je tente de deviner où je l'ai déjà croisée. J'ai oublié. Je ne sais plus.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Ellana Lyan, Dim 11 Nov - 14:44




Explosion de sens, raison en évanescence. J'ai l'impression de voler, flotter dans un monde étranger. Les couleurs s'entremêlent devant mes yeux, c'est amusant. À petit pas, je me détache doucement de la foule pour m'approcher du comptoir. Soir, nuit noire, je perds le compte des heures dans mes déboires. Le trop plein appelle l'évacuation et je connais bien la chanson. Mes pas me conduise pourtant vers la déraison.
Je m'assieds, remet mes talons à mes pieds.

Il y a le regard de cette autre qui me fait lever les yeux. La brune est si jolie qu'on se demanderait presque ce qu'elle fait ici et il y a autre chose, un sentiment de… Déjà vu ? Elle intrigue, porte à l'envie de connaître, alors je me rapproche un peu. Phase deux. Plus proche il est facile dans ses yeux de le voir, le vide. Une falaise grande et tranchante qui semble s'étendre plus loin que l'infini. Et ça fait peur, oui, ça fait trembler comme les feuilles mortes à la fin de l'été. Mais je n'ose pas dire grand chose. Y a t'il vraiment des mots à prononcer dans une situation pareille ? J'ai pas l'impression. C'est qu'il faut se faire une raison : on vit pas au pays des merveilles. Dommage.

En-chan-té Je sais pas pourquoi mes syllabes se sont détachées, j'ai une main tendue vers la jeune femme qui je vois en deux fois. Je m'appelle Ellana comme ça elle le saura. Tu es vraiment jolie, tu sais ? Le pire étant sans doute que je voulais même pas la draguer, c'était juste des paroles non maîtrisées comme lancée en l'air sans force maîtrisée et je les voyais rebondir sur le sol en plein de petite boules colorées. Je me retiens de pouffer pour me retourner vers l'homme au bar. C'était quoi le truc que j'ai pris en dernier ? C'était bon, je veux bien la même chose siouplé. J'ai l'impression d'être l'allégorie de la déchéance. Mais tant pis !

Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Jade Wilder, Dim 23 Déc - 19:52


Don't dream it's over
avec Kathleen Gold
Pas de réponse depuis plus d'un mois, je reprend le sujet !



Arrêter de réfléchir. Pour une fois, agir selon ce qu'on veut faire, ce dont on a besoin plus qu'avec ce que notre esprit nous ordonne. La logique n'est pas toujours bonne à prendre, pas quand on panique à la simple idée de retourner à Poudlard. De retrouver une situation qui nous déplait, plus, qui nous hante. L'idée même qu'une fois là-bas, on se retrouverait à la merci de celle qui avait été nommée, la semaine précédente, directrice adjointe de Poudlard.

Alors, Jade était partie.

Simple week-end avec sa famille, deux jours normaux pendant lesquels tout semblait normal. Et qui dans sa tête ne l'était pas. Les choses ne seraient plus jamais les mêmes et la blondinette le savait sans pouvoir rien y faire. Peut-être y avait-il une solution correcte, malheureusement elle n'en avait pas trouvé les ficelles. Tout le week-end avait été une occasion pour ressasser ses doutes, ses peurs et ses projets si on peut les appeler ainsi. Car au moment de faire ses bagages avant de partir pour Londres, elle avait déjà en tête une décision radicale. Seulement en tête, pas actée et signée et pourtant c'était arrivé. En début de semaine, l'adolescente n'était pas retournée à l'école de magie. Elle n'avait tout simplement pas rejoint Poudlard, juste pris ses affaires pour paraitre auprès de sa famille et elle était partie. Pour aller où, voilà bien le soucis désormais.

Aller à Poudlard, malgré qu'elle ait retrouvé la raison au delà des minutes de panique, ce n'était pas possible. Plus possible. Rester chez Jake lui montrait qu'elle n'allait pas à Poudlard, ce qu'il n'accepterait jamais. Et le reste... et bien elle n'avait rien d'autre. Juste Poudlard et son frère, le reste de sa vie n'était composé que de personnes à qui elle ne pouvait dignement pas se présenter et dire "Salut, j'ai fugué de l'école de magie à cause d'une professeure devenue directrice adjointe qui me harcelait. T'aurais pas un truc chaud à boire ?". Oui non parce-qu'il y avait ce point là aussi. Un point un tout petit peu essentiel. Sans avoir de quoi s'abriter, le manteau bon marché de l'Italienne n'avait pas résisté bien longtemps au froid hivernal, laissant passer depuis un bon moment déjà un froid glacial sous ses vêtements. Les choses ne s'annonçaient pas bien, car la blondinette n'avait absolument aucune idée de ce qu'elle allait bien pouvoir faire. Lundi matin, midi approchait et déjà, les certitudes s'écroulaient. En avait-elle seulement encore ? Qu'allait-elle faire de sa vie désormais ? Et Jake, il finirait forcément par savoir, devait-elle se résoudre à essuyer un savon ou se condamner à ne plus le revoir ? Non, la seconde option n'était pas possible, mais pas la première. Sauf que non. Pas maintenant. Ou peut-être que cela valait mieux, aucune idée. Elle était tout simplement incapable de mettre de l'ordre dans ses pensées.

Depuis trois bonnes heures, elle ne faisait que parcourir les rues de Londres, espérant que cela la réchaufferait. Sans grand succès, soyons honnêtes. Malgré tout, ses pas l'avaient menée dans la rue où se trouvait le Chaudron Baveur, comme si ce Monde l'attirait autant qu'il la repoussait.

Soupir fatigué, elle avait peu dormi la nuit précédente, tout cela trottant déjà dans sa tête. Et à l'aube, elle avait fait son sac en totale panique intérieure, ça n'aidait pas à se ressaisir. Désormais, c'était trop tard. Reculant d'un pas, puis deux, la jeune fille finit par sentir la pierre derrière sa jambe, une simple impulsion vers l'arrière la poussant à s'asseoir sur un muret de pierre, aussi gelé que le reste du paysage, aussi froid que ses mains d'habitude si chaudes. Rien n'allait, ça n'allait pas depuis un bon moment déjà mais à cet instant, Jade se retrouvait dans une impasse qu'elle n'avait pas prévue. Elle était juste... partie. Pas pour rien. Mais partie. Ce livre n'avait pas de suite, elle avait besoin d'une pause. D'une longue pause. Elle avait peut-être froid, mais au moins elle était tranquille, certaine que personne ne viendrait la blâmer ici. Lentement, fermer les yeux et enserrer son propre corps de ses bras, autant pour réchauffer que réconforter. Si cela était encore possible, dans les deux cas.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Kathleen Gold, Dim 23 Déc - 21:24


RP avec Jade Wilder


Il paraît que faire ses achats de Noël si peu de temps avant le jour J était une mauvaise idée. Eh bien, il fallait évidemment que tu sois de ceux qui la mette en pratique.

Tu te frayais un chemin tant bien que mal entre les passants, les commerçants et autres créatures étranges. Tu savais déjà que ton père allait gâter les enfants, tu avais donc décidé d'investir dans vêtements et livres, plutôt que des jouets. Quand à ton père et Shae, eh bien, il faudra sûrement plus de temps cette après-midi pour te décider.

Pour l'heure, tu comptais bien passer côté moldu, te débarrasser de tes sacs et manger ailleurs, où tu aurais un peu d'air. Les rues seraient moins bondées, tu l'espères. Et la pensée d'un bon plat te faisait accélérer le pas.

Baguette sortie, tu passas le mur et commença à avancer, ayant réduit tes emplettes à la taille minimale autorisée dans ton sac, discret aux yeux des moldus qui pourraient passer. Il fallait après tout les ménager - tout comme tes bras. Tu regardes à droit et à gauche avant d'avancer, cherchant à t'orienter et à trouver un restaurant convenable.

Au détour d'une rue, à quelques mètres à peine du mur de briques, tu perçois cependant une forme bien connue. Sourcils froncés, tu avances - en deux enjambées, te voilà devant la jeune forme indistincte. Tu n'es pas sûre de bien l'avoir identifiée, au début, c'est donc avec une certaine prudence que tu approches, ne voulant pas déranger une inconnue que tu n'aurais pas dû regarder en premier lieu. Mais il y a quelque chose dans ces cheveux et ce manteau qui te rend presque sûre de ne pas te tromper.

Tes chaussures à la hauteur de sa taille, tu te penches pour te persuader de ton idée.

Et bingo, c'est bien ta protégée.

-Jade ?!

Tu te fiches de la faire sursauter. La pauvre petite chose tremblait, semblait dévastée et tu n'avais aucune idée de ce qu'elle faisait là. Tu croises les bras, essayant de remettre les idées en place.

-Qu'est-ce que tu fais ici dans le froid ?

Tu prends son bras pour l'aider à se relever, et regarde la triste mine de sa mise - si ce n'est celle de son visage. Tu commences à calculer : une vie d'oisiveté luxueuse n'aide pas à s'orienter, tu te souviens à peine du jour de la semaine, mais quelque chose ne sonne pas juste. Tu réfléchis : n'ayant ni métier ni occupation autre que de rester au Manoir à lire, jouer avec les enfants, et t'ennuyer, tu n'as pas le temps de t'intéresser au calendrier.
Cependant, tu avais choisi ce jour pour acheter, parce que tu pensais être plus tranquille, cela devait être...

Ah, voilà pourquoi tu trouvais que quelque chose manquait.

-Et pourquoi diable es-tu hors de l'école un lundi ?!

Ton un peu trop dur, maternel - habitude de réprimander des enfants trop excités, mais tu ne peux t'en empêcher. Sûrement les privilège d'être l'aînée entre vous deux te confie ce rôle - hauteur de la corriger.

Soupir exaspéré pour terminer, lever la baguette et rapidement lancer un sort pour la réchauffer.

-Maintenant que tu as arrêté de trembler comme une feuille, tu peux me dire ce qu'il se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Jade Wilder, Mar 25 Déc - 4:26


Garder les yeux clos, ignorer le Monde qui nous entoure puisqu'il n'a plus d'importance. S'évader vers un ailleurs bien lointain où les soucis qui envahissaient l'esprit de Jade n'étaient que superficiels. Quelques secondes, ou minutes peut-être, pour réfléchir, se poser et trouver une solution correcte à cette situation. Il n'y en avait pas, c'était la seule conclusion qu'elle était capable de fournir. Et une furieuse envie de pleurer, déception à peine dissimulée. Elle avait trop lutté pour quelque chose qui semblait perdu depuis un bon moment déjà et qui s'achevait sur un triste chapitre. Ne pas pouvoir agir, trouver une solution à tout ce qui la hantait. Parfois, elle ne pouvait que se demander pourquoi la vie existait si ce n'était que pour offrir ce genre de chose. Sinistres pensées, qu'elle ne parvenait pas à trier correctement. Reprendre contact avec le Monde extérieur n'était pas quelque chose de tentant. Peut-être qu'en restant là, dans le froid, elle oublierait enfin. Espoir un peu vain, besoin de cette bulle soigneusement construite, mais si rapidement éclatée.

-Jade ?

Sursaut, presque douloureux avec ses muscles endoloris par le froid. Qui donc pouvait être dans les parages en ce moment, qui pouvait la connaitre sans travailler à Poudlard et donc, être occupé là-bas ? Questions que l'adolescente dû se poser puisque étonnamment, elle n'avait pas reconnu la voix. Qui sait pourquoi, peut-être parce-qu'elle avait l'impression que sa tête était coincée dans du coton, impossible de percevoir le Monde tel qu'il est vraiment. Mais en relevant les yeux, elle reconnut immédiatement Kathleen. Et eut par la même l'impression que son coeur se décomposait. Avec un peu de chance, celle-ci ne se douterait de rien... Ce qui était quasiment impossible, l'ancienne verte n'était pas bête. Alors, baisser les yeux vers le sol, n'osant pas affronter un regard qui déjà, se faisait plus sévère.

-Qu'est-ce que tu fais ici dans le froid ?

Ignorer les mots alors qu'elle les entendaient parfaitement. Refuser la réponse parce-que ne savoir quoi dire sans paraitre ridicule. Non non non, elle n'avait pas fait ça pour rien. Mais se justifier était bien plus difficile auprès des autres que dans sa tête embrumée. Néanmoins, l'Italienne ne résista en aucun cas lorsque Kathleen l'incita à se redresser. C'était à peine si elle s'était rendu compte de sa misérable position pour être honnête. Quelle importance de toute façon, elle ne savait même pas où aller. Ni quoi faire. Et alors qu'elle croisait le regard de celle qu'elle avait apprit à connaitre petit à petit, bien voir, comprendre, qu'elle savait. Qu'elle commençait à comprendre que quelque chose n'allait pas. Quelque chose ne tournait pas rond. Et pour cause.

-Et pourquoi diable es-tu hors de l'école un lundi ?!

Coup au coeur, détourner les yeux, encore. D'autant qu'elle parle de façon plutôt ferme, un peu comme Jake le ferait si il était à sa place. Ou comme ses parents l'auraient probablement fait. Et ajouter tristesse de la perte à tout ça, malgré un deuil soit disant passé depuis longtemps. Toutes ses émotions semblaient décupler, elle ne parvenait même pas à les contrôler. Envie irrésistible de s'enfuir, d'aller se cacher loin du danger que pouvait représenter la jeune mère. Non, Kathleen n'était pas mauvaise, loin de là. Mais aux yeux de l'Italienne qui sentait les larmes pointer leur brillante clarté, pleurer devant quelqu'un d'autre était tout ce qu'il ne fallait surtout pas faire. Si elle restait alors... c'était juste par peur de la perdre, elle aussi. Évident que la fuir ne serait pas bien pris et si elle pouvait ne serait-ce qu'être sûre d'une chose, c'est qu'elle n'avait pas envie d'en arriver là. Alors, retenir encore et toujours des sentiments qui s'imposaient un peu trop, menaçant de faire déborder ce qui ne doit pas être montré. Et toujours, un silence coupable, des yeux baissés vers ses un point invisible. Tout pour ne pas la regarder elle. Tout pour ne pas affronter.

Ainsi, ne pas voir qu'un sort allait être lancé, mais en entendre la formule et en sentir les effets immédiats. Instantanément, elle se sentit bien mieux, plus au sec au moins et réchauffée après avoir subit sans sourciller les affres de ce temps capricieux. Péniblement, murmurer un seul et unique mot.

- Merci...

Et c'était tout ce qu'elle arrivait à produire. Quoi dire d'autre ? Il faudrait bien dire quelque chose, si elle ne pouvait fuir. Kathleen ne se contenterait certainement pas d'un silence. Mais même ce simple mot avait été difficile à prononcer, non pas par manque de sincérité, mais à cause d'une voix un peu cassée, fatiguée. Chaque clignement des paupières était plus long, elle avait envie de fermer les yeux en vérité. D'oublier. Sauf que là, ce n'était pas possible, elle le savait mais ne voulait simplement pas l'accepter.

-Maintenant que tu as arrêté de trembler comme une feuille, tu peux me dire ce qu'il se passe ?

A nouveau, rouvrir les yeux, comme un peu plus tôt. Comme si à cet instant, Kathleen était la seule à pouvoir la réanimer un peu. Mais allez savoir si c'était une bonne chose, elle aurait préféré continuer à ignorer le Monde. Elle pouvait encore le faire, mais non. Sauf qu'à présent, elle n'avait plus d'excuses pour garder le silence. Mettre ça sur le dos des tremblements qui avaient en effet cessé était un bon plan, sauf qu'il n'était pas éternel, ce plan. Il avait déjà prit fin, notant le commencement du second acte, celui où elle était sensée entrer en scène, ne plus être simple spectatrice. Étonnamment, ce rôle ne lui convenait véritablement pas. Inspirant lentement, l'adolescente tenta de se concentrer et de paraitre... sûre d'elle. C'était peut-être ce qui pourrait la sauver, faire comme si c'était voulu, comme si c'était normal. Mais la vérité était bien là.

- J'ai quitté Poudlard.

Malgré l'assurance qu'elle voulait imposer, voix toujours cassée et un air triste qui ne tromperait personne. L'attitude ne suffisait pas toujours, pas dans cette situation en tout cas.

- C'est pas important...

Nier, encore et toujours. Mieux valait faire comme si ça n'avait pas d'importance, comme si elle s'en fichait, comme si les études n'avaient jamais été son seul espoir de s'en sortir à ses yeux. Comme si elle n'avait pas fait une promesse à ses parents, son frère, sa soeur. Comme si elle ne l'avait pas rompue. Le fait est qu'on ne lui en avait pas laissé le choix. Qu'on lui avait imposé quelque chose qu'elle ne pouvait accepter et que tout serait désormais différent. Qui était-elle ? Qu'est-ce qu'elle allait faire ? Autant de questions sans réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Kathleen Gold, Mer 26 Déc - 0:11


Il te faut un moment pour réaliser ce qu'elle vient de dire.
Tu clignes des yeux, les deux mains sur ses épaules pour la considérer, mais aussi un peu pour l'aider à tenir debout, et tu la fixes, un peu bêtement, le temps que le tout monte au cerveau et redescende.

-Partie de Poudlard ? Comment cela, partie de Poudlard ?!

Tu t'entends peu à peu crier, et tu grimaces. Les mots sont en train de sortir plus violents que tu ne le voulais, et tu prends une grande inspiration pour te maîtriser. Tu prends sa main, en essayant de te calmer, tentant de laisser toutes les explosions à venir bien conservées sous la poitrine.

-Tu ne veux pas t'asseoir à un banc ? Ce sera plus confortable.

Tu fais quelques pas cependant, pas cent mais presque, pour respirer. Tu préférais attendre que de nouveau t'emporter.
Tu ne peux cependant pas t'en empêcher.
Tu lances quelques regards à la jeune fille effondrée qui se trouvait à côté, et tu cherches ton sac à la recherche de mouchoir brodé - reste d'une époque oubliée par tous - en prévention d'une éventuelle crise de larme.

-Tiens.

Tu continues ta marche, assaillie par des milliers de pensées.
Essentiellement, un retour en arrière des plus terribles, les souvenirs qui ne cessent jamais de tourner mais que tu essaies de laisser derrière toi en regardant de l'avant.
Tu te souviens, d'avoir son âge et de comprendre que tu ne pourrais jamais finir tes études. Tu viens de découvrir que le sol a cédé sous tes pieds, par les coups du destin - pour ne pas le nommer - et que cela ne va cesser de continuer dans les mois à venir.
Tu te souviens, d'être toi aussi, partie, un soir, pour ne pas revenir. D'être à quelques semaines de l'examen, mais qui est encore trop loin.
Et le début de tout ce désastre familial s'est joué à ce moment.

Tu as cessé de te demander si tu aurais pu agir différemment, mais la situation présente te pousse forcément à te reposer la question.

Tu soupires, un peu moins dramatique. Tu te rappelles qu'il y a une enfant perdue qui a besoin de ton attention, et non de tes reproches, en ce moment.
Tu approches donc, et en signe d'excuse, presque, tu prends ses mains dans les tiennes, tu l'aides à s'asseoir et prends place à côté d'elle en gardant le contact.

Il était temps d'être une bonne amie et de savoir agir, oreille compatissante et également, celle qui démêle le nouveau b*rdel qu'une jeune blonde a décidé de créer en fuyant ses responsabilités.
- Elle est préfète, non de dieu !...
Tu te forces à rester calme : douce et compatissante,
Tu te le répètes, encore et encore.

-Dis moi ce qui s'est passé.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Jade Wilder, Mer 26 Déc - 22:14


L'orage grondait, menaçait de se déchainer. Jade pouvait sentir que quelque chose montait dans l'air, quelque chose sur lequel elle n'avait aucun contrôle. Kathleen était en colère, avant même qu'elle ne le montre par ses gestes ou ses mots, c'était visible. Et au final, ce n'était pas difficile de comprendre pourquoi. L'adolescente aussi était en colère, non seulement contre elle-même mais aussi contre le reste du Monde, lui qui semblait tant se développer en s'acharnant sur elle en permanence, de la part des façons. Donner plus de pouvoirs à la femme qui la martyrisait n'était qu'une chose de plus, la goutte d'eau qui fait déborder le vase, qui le brise même. Elle était brisée, fatiguée de devoir toujours lutter et de ne jamais rien en retirer. Chaque nouvel espoir s'évaporait bien vite au fur et à mesure que le temps passe, que les gens partent. Même cette femme sous ses yeux, combien de temps mettrait-elle à s'enfuir elle aussi ou pire, à mourir ? Légèrement superstitieuse, elle croyait aux objets qui portent malheur. Mais dans le cas présent, nul doute que c'était elle-même, le porte-malheur.

-Partie de Poudlard ? Comment cela, partie de Poudlard ?!

Muscles qui tremblent, faiblesse trop visible à son goût. Elle savait que Kathleen n'était pas méchante, qu'elle ne lui voulait pas de mal non plus. Mais comment lui dire, lui avouer pourquoi elle était partie ? A quel point elle se sentait incapable, impuissante, dépassée par la situation ? Comment lui dire qu'une personne si bien placée était un danger pour tous les étudiants, mais pour elle surtout. Avouer qu'elle n'avait pas été assez forte aussi.

Tant de choses qu'elle ne supportait pas, qu'elle avait toujours cachées pour éviter de l'exposer au reste du Monde. Cette fois, tout s'était effondré, à commencer par cette carapace de protection qu'elle s'était forgé au fil des années. Plus aucune protection, ni celle de l'école, ni celle du foyer. Comment compter alors sur l'aide de quelqu'un d'autre, quand tout semble aussi éphémère, capable d'être détruit à chaque instant. Elle ignorait totalement quoi dire, comment faire, être aussi déstabilisée n'était pas dans ses habitudes. A bien y réfléchir, elle ne savait même pas comment se justifier. Impossible de donner des noms, ça ne lui apporterait que des ennuis. Et puis, qu'allait penser Kathleen ? Elle qui lui avait fait confiance pour garder les enfants, elle avait l'occasion de voir la fille pathétique, minable à qui elle avait confié la prunelle de ses yeux. Quelle honte.

-Tu ne veux pas t'asseoir à un banc ? Ce sera plus confortable.

Les mots étaient plus doux, on sentait un contrôle difficile derrière eux. Elle se retenait et Jade était incapable de dire si c'était une bonne chose ou non. Dans l'immédiat oui, peut-être que ça lui laissait un quelconque répit pour prendre la fuite et éviter les regards, le jugement, les questions. Éviter tout ce qui la terrifiait. Mais elle ne pourrait éviter l'inconnu qui l'attendait sans l'avenir qu'elle avait toujours cru suivre. Malgré les difficultés, devenir une sorcière talentueuse, rendre fière sa famille et ne plus connaitre cette sempiternelle sensation d'impuissance. Ne jamais rien valoir aux yeux des autres, ce que De Lanxorre n'avait fait qu'empirer. Bon sang, mais qu'allait-elle faire ? Pour l'heure, quelques pas pour aller s'asseoir, comme elle l'avait dit, puisque son propre cerveau ne semblait pas vouloir agir par lui-même. C'est sans doute pour cela qu'elle s'était approchée si près du monde sorcier, alors que sa tête lui hurlait de s'en éloigner. C'était sans doute son dernier point d'accroche, la seule manière de reprendre la main avant d'aller de l'avant. Du moins ça, c'était avant de croiser Kathleen, car désormais ce n'était plus elle qui avait les rênes.

-Tiens.

Lentement, Jade releva les yeux vers... un mouchoir ? Paraissait-elle aussi pathétique que ça ? Franchement ça ne l'étonnait pas, elle se sentait tellement molle, comme si plus rien ne voulait fonctionner. Et plus encore, elle était incapable de réfléchir, de répondre aux questions de son amie. Pourquoi avait-elle quitté Poudlard ? Comment justifier une décision aussi radicale, aussi soudaine et pourtant motivée par quelque chose d'incroyablement réfléchi. Ne pas perdre la main, donner sa version, pas assez d'informations pour remonter au problème principal. Loin de son esprit l'idée de protéger Cara, bien au contraire, mais dire son identité à Kathleen ne pourrait qu'apporter des ennuis à celle qui voulait l'aider. Non, elle ne pouvait pas...

Comment alors, était-elle sensée faire ? Encore une fois, la fuite ne pouvait qu'être la meilleure solution. Après tout, elle avait fuit ce monde, n'y avait plus sa place, comment pouvait-elle encore espérer continuer à la voir ? A voir les enfants ou même leur grand-père ? De toute façon, qui voudrait d'une sorcière manquée ? La blondinette n'avait cessé de fixer le mouchoir, comme si c'était important, la clé de tout. Pas à ce point là, mais elle s'accrochait à cette vision pour ne pas pleurer, justement. Sans doute que Kathleen le lui avait donné dans ce but, c'était même évident. Mais Jade avait pour habitude de ne jamais pleurer, pas devant les autres. Elle s'était toujours déchargée de ses problèmes en secret depuis la mort de ses parents, il était hors de question de montrer sa faiblesse devant qui que ce soit, ami ou famille. Et pourtant, plus elle y pensait, plus elle avait la gorge qui se nouait. Ce n'était pas juste, elle ne voulait pas aller jusque là. Si seulement Cara n'avait pas été promue à un tel poste, peut-être qu'elle aurait pu tenir malgré tout ce qui la poussait à partir loin de ce monde qui ne voulait pas d'elle. Les rares accroches qu'elle était parvenue à construire n'étaient plus ou flânaient d'un sentiment à l'autre. Étonnant alors, de sentir les mains féminines s'accrocher aux siennes, plus rassurantes que dans un but moralisateur, à priori. Bon sang faites qu'elle ne se trompe pas.

-Dis moi ce qui s'est passé.

Entrouvrir les lèvres, chercher ses mots, les refermer. Secouer la tête, perdue, ne pas savoir par où commencer, quoi dire, ce qu'elle POUVAIT dire. Il n'y avait pas de solution miracle, parler à la jeune maman n'arrangerait rien, mais ne pas lui parler du temps n'était pas une bonne idée non plus, elle risquerait de s'éloi... A cet instant seulement, elle réalisa que c'était son silence qui pouvait forcer le Destin. Nul doute qu'il y aurait autre chose pour venir lui gâcher la vie, pour les distancer ensuite, il y avait toujours autre chose. Mais pas cette fois, pas si elle pouvait agir pour aller contre cette fatalité. Encore fallait-il trouver les mots. Et ça, c'était le plus difficile.

- Je peux pas... Je pourrais pas finir mes études...

Problème numéro 1, c'est fait. C'était flou, ça pouvait être interprété de milliers de manières différentes, mais peu importe. Elle était incapable d'en dire bien plus, pas à cet instant. Sinon, elle se serait effectivement effondrée, dépassée par une force qui ne voulait pas de ses efforts, les rejetaient et faisait tout tomber à l'eau.

- Quelqu'un... à Poudlard... m'a prouvé que je devais partir... a tout détruit...

Encore une fois, très flou, à moitié faux, mais aussi à moitié vrai. Cara ne lui avait pas prouvé ça, elle lui avait dit explicitement et sans détour. L'avait faite se sentir plus bas que terre, jusqu'à ce que se relever ne soit plus possible. Elle avait anéantit non seulement sa confiance en elle, mais aussi collé plus de doutes encore à ce que son coeur ne voulait avouer. Pour une fois que l'adolescente avait l'occasion de se sentir... normale, l'enseignante avait tout gâché. Et dire qu'elle pouvait faire pire encore désormais. D'une inspiration, faire comme si elle était sûre d'elle à nouveau alors que tout montrait le contraire.

- Je n'ai pas ma place là-bas. Ni dans ce monde. Je croyais mais... non... Je suis désolée.

Soupirer, encore et se relever péniblement, amorce pour s'en aller. C'était déjà moins brutal que de tout simplement prendre ses jambes à son cou, espérer - pas vraiment - que Kathleen serait saoulée par ses jérémiades. Après tout, Jade elle-même se trouvait pathétique alors pourquoi pas les autres ? Alors que les pensées s'organisaient, elle se rappela à nouveau qu'elle n'avait nulle part où aller. Pas avec ce qu'elle avait fait. Ça, elle ne pouvait le dire, il faudrait bien se débrouiller, qui sait comment mais il le fallait. En attendant, fuir celle qui pouvait déterrer la vérité était immédiat, qu'elle le veuille vraiment, ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Kathleen Gold, Ven 28 Déc - 21:41


On revient toujours à la même histoire
Aux voix douces, aux mots rassurants,
On l'on fonce tête baissée, bercée par une chanson au refrain entraînant,
L'histoire que tous connaissent, et qui tourne mal de toutes les manières possibles et imaginables.

En l'entendant, les souvenirs reviennent, d'une période étrange, une brume épaisse, avec une lumière aveuglante au bout -
Mais ce n'était pas un phare, c'était juste une aveuglement tandis qu'ils te disséquaient, prenaient un par un chaque organe,
Les petits bouts d'un cœur déchiré
Don fait sans se douter que tu serais plongée toute entière dans la chambre froide, pendue, à nue, en attente d'être servie à leur plaisir.

Il y a longtemps, maintenant un long moment en effet,
Les romans dépeignaient une vie de rêve, une existence dorée et méritant d'être parcourue - ils parlaient de romance, d'aventure,
Et où les excès étaient bénis par ceux qui regardaient en haut, s'ils existaient.
Une autre vie, oui, disparue sous les décombres de la maisonnée
Que vous n'habiterez jamais.

Une jeunesse trop audacieuse, sûrement, mauvaise répartition, inconscience de celle qui croyait avoir bien réfléchi à ce qu'elle faisait, du croisement dans le cimetière qui n'a pas suffit à être annonciation de ce qui allait suivre.

Tu ne pensais pas rester sur cette Terre assez longtemps pour conter ta version,
Trop occupée à rejoindre un combat dans lequel tu t'étais engagée entre ces draps,
Celle que les enfants, lorsqu'ils parleront de toi, de tes passions
Tairont le récit de ce soir là.

Tu prends sa main et la force à s'asseoir dans un coin par là.
Tu ne la regardes pas à cet instant, tu laisses le silence planer,
Tu cherches à te remémorer tout en l'éloignant,
Avant de commencer à changer de son sujet, sans vraiment l'écarter tout à fait.

''Il y a trois ans,
Il y avait une tempête au ravage délicat, insidieux.
D'autres ont vu des espoirs être coupés en deux, des rêves humiliés.

Le Dragon a dormi une nuit - pas même un été - à mes côtés
Ses regards me faisaient patienter chaque jour comme une torture, une langueur émerveillée.
Il est parti, laissant sa maison sans maître, et moi - dans le même état.
En donnant mon enfance, j'en ai récolté deux autres.
Il n'est pas revenu pour eux ou pour moi.
"

Se lever, s'éloigner, tourner le dos,
Essuyer la disgrâce qui pointe au nez,
Continuer son récit pour lui faire comprendre.

- Je n'ai jamais passé mes examens à Poudlard, il a fallu attendre.
Je suis partie, une nuit, le ventre pour seul bagage, et la responsabilité de celui à blâmer dans la gorge.


Se tourner un peu, un trois quart, un presque profil,
Vers elle.
Tu ne réalises pas pleinement ce que tu viens d'avouer,
C'est un état second, encore le Vide,
Tu atteins qu'il ne te frappe plus fort dans quelques minutes,
Regarder au loin.

-Personne d'autre ne sait.
Je ne les laisserai pas recommencer avec toi.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Jade Wilder, Dim 30 Déc - 20:25


Quelque chose ne tournait pas rond et sonnait faux dans toute cette conversation. Kathleen semblait plongée dans des pensées qui n'appartenaient qu'à elle, qui ne pouvaient être comprises par n'importe qui. Et surtout pas par Jade, qui ne connaissait pas encore suffisamment la verte pour en deviner les secrets. Néanmoins, il n'était point difficile d'entrevoir le trouble, les doutes ou la colère sur ce visage teinté d'émotions. Les interpréter était déjà plus compliqué. Il y avait tant de questions à poser. De doutes à éclaircir, de liens qu'elle ne pouvait que deviner et tout un passé à apprivoiser. L'ennui étant que l'adolescente n'était pas du genre à poser des questions en dehors de la colère ou des doutes les plus profonds. Ainsi, impossible de connaitre celle qui depuis quelques temps l'avait guidée et réanimée. Parfois, elle aurait voulu être plus audacieuse, avoir un peu moins peur de poser les bonnes questions si celles-ci s'avèrent nécessaires.

Seulement à cet instant, il ne s'agissait pas d'audace ou de prudence, mais plutôt d'un esprit terrassé par ce que la vie lui a apprit. Elle aurait pu aller plus loin, continuer et atteindre tous ses objectifs. Avant. Comment avouer, assumer que ça n'était désormais plus possible ?

Égoïstement sans doute, il était facile de se dire que Kathleen n'avait jamais eu à traverser ce genre d'épreuve. Après tout, elle avait quasiment tout ce qu'on pouvait souhaiter aux yeux de l'Italienne: un père aimant, sans savoir ce qu'est devenue la maman, des enfants adorables, une vie confortable où tout semble possible. C'était tout ce dont elle avait toujours rêvé, tout ce qu'elle espérait dans un avenir plus illuminé, dénué de ces notions terribles et pourtant si réelles de juste équilibre. On ne peut tout avoir parait-il et la Serpentard n'avait pas tout. Difficile de lui avouer alors, qu'on aurait voulu avoir ce qu'elle avait, sans le jalouser pour autant mais en espérant qu'un jour ses efforts finiraient par payer. Peut-être était-ce aussi pour cette raison qu'elle en voulait tant à De Lanxorre. Parce-que celle-ci avait anéantit le peu d'espoir qu'on lui avait offert. Tout avouer n'était pas possible, même avec toute l'audace qu'elle aurait pu puiser au fond d'elle-même. La blondinette n'était pas comme ça, ne pouvait réduire à néant les ennuis des autres pour mettre en avant les siens. Aussi, elle n'ignorait pas que Kathleen en avait également. Ils étaient juste, probablement, bien différents de ceux qui la tourmentaient quotidiennement. Difficile alors de se faire une idée, de savoir comment elle était sensée agir et réagir. A part la fuite, rien ne semblait convenir, paraitre comme une option raisonnable.

Mais voilà bien une chose que la têtue n'avait pas pris en compte, le simple fait que quelqu'un puisse pour une fois se montrer encore plus têtu qu'elle. Ainsi, Kathleen la poussa à se rasseoir avant même qu'elle n'ait pu faire un pas, comme si elle savait d'avance ce que comptait faire l'adolescente. Assez perturbant, mais rassurant en même temps. Elle avait beau être perdue, l'Italienne savait aussi qu'une fois cette discussion achevée, elle ne saurait toujours pas où aller. Et sa fierté était trop prononcée pour faire demi-tour maintenant. Demi-tour pour quoi, de toute façon ?

Alors même si elle n'apportait aucune résistance, Jade était sûre de ce qu'elle faisait. Enfin, à peu près. Pour les apparences, c'était nécessaire en tout cas, même si elle se doutait que toutes les apparences étaient contre elle. Une gamine qui décide du jour au lendemain de tout quitter, comme sur un coup de tête. Sauf que chez elle, ne rien dire ne signifiait pas qu'elle n'avait rien, qu'elle ne ressentait rien. Comment parler des choses quand elles menacent de provoquer des tempêtes bien pires que celles déjà en cours. Le pire étant sans doute qu'elle abandonnait les autres élèves, surtout plus jeunes, à leur sort. Soumis aux griffes de l'autre timbrée. Non, elle n'était pas fière d'avoir fuis, mais que pouvait-elle faire d'autre ? Personne ne la croirait, même Kathleen en qui elle avait de plus en plus confiance pourrait en douter. Seul le fait que Miss Benbow ait décidé de lui accorder cette place était juste dingue, elle paraissait connaitre le caractère dangereux de l'ancienne professeure qui avait fait bien des dégâts... C'était juste incompréhensible. Quand le monde semble nous tourner le dos, comment croire encore qu'on croit ce qu'il faut ?

L'adolescente s'attendait à une remontrance. Aux mots banals qu'on prononce sans doute toujours dans ce cas là. Parler de responsabilité, d'avenir ou d'honneur. Pourquoi alors, ces mots ne voulaient plus rien dire ? Ils lui semblaient tellement insipides. Et si cela venait de n'importe qui d'autre, sans doute qu'elle se serait énervée. Aurait exprimé à quel point elle se fichait d'être responsable après l'avoir trop été, qu'elle regrettait amèrement de ne pas avoir tout simplement crié au monde entier à quel point Cara était dangereuse, quand il en était encore temps. Sauf que c'était trop tard et que s'énerver sur Kathleen n'était ni une option, ni une solution. Surtout pas vu le regard qu'elle portait alors, voile de doutes en tous genres. Des questions lui brûlaient les lèvres, entêtantes. Et pour une fois, elle n'eut pas besoin de les poser. Pas de critiques, pas de côté vers un sujet teinté de liens invisibles.

- Il y a trois ans,
Il y avait une tempête au ravage délicat, insidieux.
D'autres ont vu des espoirs être coupés en deux, des rêves humiliés.

Le Dragon a dormi une nuit - pas même un été - à mes côtés
Ses regards me faisaient patienter chaque jour comme une torture, une langueur émerveillée.
Il est parti, laissant sa maison sans maître, et moi - dans le même état.
En donnant mon enfance, j'en ai récolté deux autres.
Il n'est pas revenu pour eux ou pour moi.


Un petit temps fut nécessaire pour comprendre chaque phrase. Puis ensuite, pour comprendre le lien qui existait entre elles et l'histoire qu'elles racontaient. D'abord, elle comprit à quel point c'était personnel, au point de devoir retenir ses mots excuses, barrage à ce que la jeune femme ne voulait peut-être pas vraiment dire. Et pourtant, Jade en était incapable, écoutant cette histoire avec un silence presque religieux et des prunelles qui ne quittaient pas le visage de Kathleen. A l'entente du Dragon, comprendre bien vite de qui il s'agissait, bien qu'un simple nom et des rencontres croisées dans les couloirs ne soient les seules preuves de cette connaissance. Souvenirs lointains déjà, mais un visage. Il était directeur, elle s'en souvenait. Premier lien qu'on ne peut nier, ignorer, repousser. Et ce n'était rien par rapport à la suite, l'origine des deux têtes blondes, qui étaient alors le lien qui les avaient faites se connaitre, mais aussi ne pas se perdre. Surprise, forcément, que de faire cette découverte, comme si envier l'interdit n'appartenait qu'à elle. Kathleen était donc passée par là, ne se contentant pas d'enfermer ses sentiments dans une boite. Elle avait eu plus de cran qu'elle, c'était certain, mais semblait aussi... le regretter. Évident, car elle semblait l'avoir aimé, réellement. Homme lâche qui fuit les responsabilités, chose extérieure dont celle qui avait hérité des gênes ignorait peut-être les détails, qui sait. Mais dans tout ça, l'Italienne n'était en rien choquée. Pour elle, l'amour valait tout le reste, même si elle n'appliquait pas cette lubie à sa propre vie. Tristement. Ou pas, étant donné ce que cela semblait avoir coûté à la jeune femme à ses côtés. Baisser un peu les yeux, prunelles affolées qui cherchaient d'autres liens, dont un évident, qui s'imposa juste avant qu'il ne soit cité.

- Je n'ai jamais passé mes examens à Poudlard, il a fallu attendre.
Je suis partie, une nuit, le ventre pour seul bagage, et la responsabilité de celui à blâmer dans la gorge.


Baisser les yeux, réellement cette fois. Culpabilité, sa raison ne valait peut-être pas celle de Kathleen. Bien sûr, elle avait conscience que ce récit n'était pas fait pour la blâmer. C'était même quelque chose dont elle remerciait secrètement celle qui l'avait réchauffée. Nouveau lien alors, vers les responsables de leurs malheurs. Et une question pour la verte: déception, envers l'enfant ? Cela aurait pu être cohérent, car peu de raisons prenaient le pas sur celle d'une naissance à venir. Elle réalisait dans un même temps, tout ce que son interlocutrice avait pu traverser, écho aux pensées précédemment traversées. Même sans connaitre réellement la vie vécue par cette dernière une fois deux vies fragiles dans les bras, elle se doutait que ça n'avait pas été simple. D'autant plus en étant seule. Mais peut-être qu'on l'avait aidée. Son père, qui sait ? Elle n'en savait rien, pas assez d'éléments. Mais une fois le secret révélé, il était permis d'en savoir un peu plus, n'est-ce pas ? Plus tard peut-être, la question ne se posait pas pour l'heure. Non d'abord, il fallait supporter la présence de ce regard sur elle. Même s'il n'était pas moralisateur, ça pesait, quelque part au niveau du coeur. Et c'est sans vraiment de courage qu'on relève les yeux pour l'affronter, essayer au moins et rencontrer des mots auxquels elle n'aurait pu s'attendre réellement, enfermée dans sa cage de sûreté.

- Personne d'autre ne sait.
Je ne les laisserai pas recommencer avec toi.


Sentiment qu'on lui a donné un coup en pleine poitrine pour atteindre le coeur. Ce n'étaient pourtant que des paroles, mais ces paroles la marquaient. Que quelqu'un, malgré tout ça, souhaite l'aider, c'était... inespéré. Peut-être qu'elle se faisait des idées, mais l'espoir seul était quelque chose de bien trop rare pour être occulté, non ?

A présent, le plus compliqué était de savoir quoi répondre. Pour certaines personnes, le répondant était naturel, ça n'avait jamais été son cas. A part peut-être lorsqu'elle était enfant, époque où la vie frappait plus ses parents qu'elle-même - sans doute justement parce-qu'ils étaient là pour l'en protéger. Mais ces instants de vie étaient bel et bien révolus, relégués au passé et marqués d'un voile qu'on ne pouvait oublier. A la place, il y avait parfois, des gens qui se détachaient, prenaient place tout près et aidaient, un peu, à ce que les choses soient moins difficiles. Mais ces personnes ne changeaient pas ce qui était né chez elle entre deuil et larmes. A commencer par la crainte de l'autre, de ce qu'il pouvait faire ou de ce qu'elle pouvait lui faire, crainte des mauvaises réponses et des questions qui ne vont pas. Mais surtout, peur de trop y croire pour finalement être déçue. Certains moments étaient un peu plus propices à passer outre et cette fois, elle dû s'y forcer, sans que ça ne soit à ce point désagréable. Soupir, avant de se lever lentement pour rejoindre celle qui avait sans aucun doute fait un effort pour lui confier tout ça. Sans réflexion, juste de l'action, lui prendre doucement la main dans un geste qu'elle voulait à la fois rassurant et plein de gratitude.

- Merci.

Si elle ne savait pas tout, Jade connaissait la puissance des mots. Elle savait que dire un secret n'était pas quelque chose d'anodin, qu'il n'appartienne qu'à nous on non. Mais par dessus tout, elle voyait à quel point le confier avait été difficile pour Kathleen. Mais à nouveau, une question qui taraude l'esprit et ne peut être retenue plus longtemps.

- Pourquoi... tu me fais confiance à moi ?

Après tout, elle n'était pas la personne la plus... qualifiée disons, surtout dans cette situation. Il n'était pas difficile de voir tout ce qui liait leurs deux situations, l'une au passé, l'autre qui se jouait désormais. Peut-être que Kathleen espérait la persuader de ne pas faire comme elle, mais elles n'avaient pas les mêmes raisons, ni les mêmes détracteurs et encore moins les mêmes solutions, sans doute. D'un autre soupir, regarder la jeune femme, en se forçant en un sourire.

- Tu sais... je te trouve courageuse. Tout le monde n'aurait pas tenu le coup et continué. Et je sais que ça doit probablement être facile à dire pour moi mais... tu es quelqu'un de magnifique. Tout comme les enfants. Il ne sait pas ce qu'il a loupé. Tu mérites d'être heureuse et je suis sûre que tu le seras...

Drôle d'affirmation, mais ça ne pouvait que se réaliser, n'est-ce pas ? Kathleen était exceptionnelle, elle ne pouvait qu'être heureuse à la fin de l'histoire. La vie avait beau être une sacrée chieuse, certaines personnes méritaient plus que de prendre les coups. Et puis, même sans ce fameux dragon qui soudain était bien bas dans l'estime de l'adolescente, elle avait de si belles choses. Cela incluait les enfants, même s'ils n'étaient pas des choses, le tout étant qu'ils ressemblaient beaucoup à leur maman. Et puis, après avoir rencontré le père de la jeune femme, Jade ne pouvait douter qu'elle était bien entourée... n'est-ce pas ? Elle espérait ne pas faire des suppositions dans l'air car après tout, connaitre une chose ne lui donnait pas le don d’ubiquité, ni celui de voyance. Sauf pour son propre cas, qui lui apparaissait bien sombre malgré tout. Une pensée et déjà, son visage venait s'assombrir à nouveau, retournant à ses propres démons par corrélation.

- Mais moi... Je ne peux pas faire autrement Kathleen, elle... elle a tout gâché.

Amertume non-dissimulée qui pousse au découragement, qui donne le sentiment difficile que plus rien n'est possible, rien de ce qu'elle avait souhaité jusqu'alors en tout cas. Pas de personnes à qui se raccrocher, son frère n'approuverait jamais qu'elle ait abandonné. Pas d'argent pour rester sur ses pieds par elle-même. Et pas de véritable raison de tenir, en soi, contrairement à Kathleen qui avait déjà deux vies à protéger en plus de la sienne. Quand on est seul, il est plus aisé de prendre des décisions puisqu'elles n'impliquent que nous. Du moins, quand on en est persuadé.
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Kathleen Gold, Mar 8 Jan - 19:17


C'est l'éveil d'un songe, de réaliser que l'on a trop dit.
Une sorte de transe qui t'avait saisie pour tout dévoiler, en dire plus que tu n'aurais dû.
Déjà, pointe le fantôme d'un regret, l'ombre ailée qui pèse sur chaque secret.
Revivre les heures les plus sombres pour une heure-éclair qui ont causé tout ce désastre
Et se demander pour la énième fois si cela en valait réellement la peine.

Peut-être qu'un jour, il faudra se mettre au point sur ces détails,
Tu as toi-même conscience que les confusions sont possibles. T'avait-il
Arraché ton enfance métaphore comme dure réalité
Il t'est pourtant impossible d'éclaircir la vérité,
Peut-être est-ce une forme de revanche malsaine, de salir ce qu'il restait
La réputation de la tête de la maison.

Tu hausses les épaules à sa question, peut-être un peu trop perturbée, trop en-dehors
Tu n'as pas vraiment réfléchi,
La décision avait été facile, seule l'exécution avait été hésitante
Tu n'as pas de réponse à lui offrir.
Seulement ta présence, du silence
Résigné.

Il était temps.

Explication bien suffisante, selon toi.
Tu secoues la tête à son air défaitiste.

Elle te rappelle bien trop une autre blonde sans cervelle qui avait baissé les bras.
Cette fois, cela n'allait pas te convenir, tu n'allais pas faiblir devant leurs jeux.

Tu ignores à moitié ses compliments, ses mots doux.
Ils auraient pu être un baume, tu y renonces, tu ne peux les entendre juste maintenant.
Tu ne peux tolérer d'être ainsi choyée dans l'instant.
Il faut éloigner compassion pour le passé, pour des couches souillées et penser à celles qu'elle a abandonné en quittant l'école.

Elle n'était encore qu'une enfant, une fragile masse déjà abîmée, pas modelée
Il fallait s'en occuper au plus vite.

On peut toujours faire autrement.

Tu reviens vers elle, cette fois plus attentive,
Tu remets ses cheveux défaits en place, pensive.
Elle ne pouvait décemment rester dans la rue ainsi, à errer, jusqu'à ce qu'elle soit retrouvée
Jusqu'à ce que Poudlard ne réalise enfin quelles ruines avaient remplacées le château.

La personne concernée devrait être saisie par tes soins, ceux de ton père, de ceux que tu connais être influents
Tu ne leur feras pas ce plaisir
Tu ne la laisseras pas dépérir.

Tu vas loger chez moi quelques temps. Je te paierai pour tes services aux enfants. Et je t'assure que nous trouverons une solution.

Tu prends sa main, et lui laisses le temps de se composer. Tu penses déjà à la chambre à préparer au manoir.
A l'initiative que tu prends, au libertés que tu n'hésites pas à contrarier.
Mais il faut bien que quelqu'un prenne les choses en main
Contre la personne coupable, quelle qu'elle soit.

Tu as tes motifs, outre ton affection pour elle
Pour chercher le fond
De l'histoire.

En attendant, c'est d'un mouvement discret que tu lui annonces qu'il est temps
De rejoindre le manoir.
Revenir en haut Aller en bas
Tara Gambon
Tara Gambon
Apprenti.e sorcier.ière
Apprenti.e sorcier.ière
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Tara Gambon, Sam 16 Fév - 18:35


RP avec Kohane
Odette.

Elle allait mal. Ironique quand on savait qu'elle était là pour aider ceux qui en avait besoin justement, mais Odette avait beau faire tous les efforts du monde, elle continuait de trembler à l'intérieur. Replaçant une nouvelle fois ses boucles blondes sur sa tête, la sorcière ne cessait de se poser des questions. Essentiellement si elle ne faisait pas une erreur. Puis si tout ce ramdam pour garder son identité secrète en valait vraiment la peine. Pourtant, pour ça, Odette était de plus en plus certaine que c'était une bonne chose. Un visage et un nom inconnu permettait étrangement plus de confiance. Plus de neutralité aussi peut-être, au moins dans l'imaginaire des gens. Kohane ne serait jamais venu jusqu'à elle si elle avait su qui se trouvait réellement en face.

La boule au ventre elle attendait que la demoiselle veuille bien se montrer. Ne serait-il pas agréable d'avoir un animal pour tenir compagnie aux membres une fois l'association créé ? Le fléreur qui semblait avoir élu domicile dans le local qu'elle venait de choisir pourrait très bien apporter du réconfort. Tout autant qu'une épaule où pleureur, une personne à qui parler ou des tableaux inspirant à admirer. Odette hocha la tête, décidée.

- C'est toi Kohane ?

La blonde se racla la gorge pour remettre sa voix sur de bon rail, puis offrit un sourire et une main chaleureuse à la brune, se faisant la réflexion qu'elle n'avait pas changer. Puis se demandant encore une fois si c'était une bonne idée.
Reste neutre, reste neutre, reste neutre, reste neutre...

- Je m'appelle Odette. Et est-ce qu'on t'a déjà un peu parler de ce que je fais ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Une rencontre particulière  - Page 15 Empty
Re: Une rencontre particulière

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 15

 Une rencontre particulière

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.