AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 3 sur 3
[Habitation] Ode à l'extravagance
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle

[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Lizzie Bennet, Dim 14 Oct - 21:31


— J'y penserais p't-être, mais seulement pour te séduire alors.
Au mon dieu. Eurk. J'avais l'impression d'avoir été incestueuse rien que par les mots là. Une grimace déforma mon visage. Il était pas si jeune, on était pas apparentés, mais je sais pas, dans ma tête, c'était ce qui s'était approché d'une figure filiale le plus tôt, du coup… Y avait un côté un peu glauque dans toute image de séduction entre nous.

Bon, rien à faire, on est des gosses, on dévie loin loin de l'objectif initial, mais on est pas là pour commenter le physique d'un mec du ministère ou mes capacités en sortilège de métamorphose. Non. On est ici pour changer le monde, un pas à la fois. Un homme à la fois. Il est décidé, le petit, à passer par la force. Quelque chose qui prenne le Gus par surprise, le prive de sa baguette… et s'il était manumage ?

S'il était sur écoute par des garants de sa sécurité ? Ne valait-il pas mieux jouer la comédie, au moins un temps, et ramollir sa conscience ? Y a bien un sort qui endort les gens, est-ce qu'on saurait le berner trente minutes durant, en extirper un max d'informations de façon douce, et ensuite confier ce qu'il restait de lui aux Mangemorts ? Hum, un peu trop ambitieux et risqué, je crois aussi.

— L'Impero c'est sympa, mais selon l'endroit où on se trouvera, cela pourrait nous exposer au maillage de la Trace ou un truc comme ça. Ils ont sans doute un sortilège du tabou qui leur permet de repérer quand on utilise de la magie noire, non ? Un truc qui pulse et leur donne des informations… Ou un miroir qui clignote, je sais pas moi, mais si c'est au coeur de Londres j'aurais tendance à éviter quoi.

Songeuse, je contemplais les possibilités que décrivait Azaël. J'avais peur qu'un truc capote, qu'on déçoive les portes-paroles de nos idéaux ! J'ai du mal à décevoir les gens, c'est pour ça que de base j'évitais de les laisser espérer quoique ce soit de moi. Bon, l'évolution n'est pas fameuse, mais j'y ferais plus attention à l'avenir, promis, maintenant on peut retourner à la case départ s'il vous plait ?

— Est-ce qu'on pourrait essayer de l'interroger de façon pacifique ? De cerner ce qu'il pense, un peu comme une interview… y a peut-être moyen de le convaincre sans passer par la force ! Et j'pense que s'il y croit vraiment, il pourrait être un allié plus solide qu'en étant une marionnette quoi. Il connait mieux le système, il aurait peut-être des idées auxquelles on ne penserait pas, même en sondant sa mémoire…



Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Azaël Peverell, Dim 14 Oct - 21:32


Ton idée de bourrin qui consiste à foncer dans le tas ne lui plaît pas trop. Trop risquée, trop de paramètres impossibles à calculer. Elle a raison sur ce coup, ça n’a pas tellement de chance de fonctionner aussi facilement. Tu pousses un soupir. Tu voulais de l’action, tu voulais lui en mettre plein la figure pour qu’il comprenne qui c’est qui décide, et en fait, bah non. La poisse, cette mission, elle est même pas drôle.

Elle propose de l’interroger, de l’interviewer. C’est pas con comme idée. Parce qu’en plus d’en savoir davantage sur ce qu’il pense et ce en quoi il croit, ça permettra peut être de l’amener dans un lieu que vous avez choisi, et que vous avez préparé en amont pour l’accueillir et faire en sorte que les choses se passent selon vos plans. Comme quoi, Bennet, elle réfléchit quand même vachement plus que toi. Les rageux diront que c’est pas difficile. Bah ils auront pas tort.

- Ouais… Faudrait s’faire passer pour des journalistes quoi. Lui donner rendez-vous dans un endroit qu’on peut contrôler facilement, mais qui n’attirera pas ses soupçons…

Tu réfléchis un instant, grimaçant sous l’effort. Où est-ce qu’un type bossant au Ministère peut il avoir des sessions journalistiques ailleurs qu’à son bureau ? L’idée te vient finalement en grandes lettres clignotantes dans la tête. Et pour cause, t’as un sacré souvenir là-bas. Tu t’es retrouvé en conférencier improvisé. C’était d’ailleurs pas du tout ton truc, mais 87 avait insisté alors… Fallait bien que tu montres que tu étais prêt à faire des efforts pour l’Ordre Noir.

- Tu penses que ça pourrait le faire la bibliothèque de Londres ? Après tout, on devrait pouvoir gérer les Moldus qui bossent là-bas sans trop de soucis, pis ça fait genre lieu culturel, tout ça…

Par contre, y’a un truc qu’il faut prévoir tout de suite. C’est que toi, en journaliste, ça risque d’être hyper compliqué. Déjà parce que s’il répond mal à une question, tu serais capable de l’avoiner direct parce qu’il t’a énervé, et ensuite parce que c’est franchement pas ton truc de base. Genre… Poser des questions, rebondir sur les réponses… C’est un exercice difficile, et t’es vraiment pas à l’aise là-dessus.

- Par contre j’sais pas gérer une interview moi… T’voudrais lui poser quoi comme question pour savoir ce qu’il pense ? Si ça se trouve il aura même pas le droit de répondre… Ou pas envie d’ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Lizzie Bennet, Dim 14 Oct - 21:36


On cogite à deux, donc, et même si l'idée l'embale moins que de transformer le gars en boudin il arrive à démêler un peu les choses et proposer des plans cool. J'aime beaucoup l'idée de se faire passer des journalistes, j'y pensais pas vraiment et pourtant j'avais déjà fait ça par le passé, lors d'un stage auprès de Magic'tualité ! Pour Raphaëlle Elfast, dans le cadre de son procès, j'ignore si cela vous parle encore, c'était il y a quelques années et il est sûr que l'actualité politique est difficile à suivre par les temps qui suivent… Enfin bref, se faire passer pour des journalistes c'est chouette, et j'approuve avec vigueur.

— Ouais grave !

Il finit par proposer de faire ça à la bibliothèque de Londres, et j'en suis toute émue. Bon, question de timeline, il est important de savoir qu'il ne sait pas encore que je suis 87, du coup il se rend pas spécialement compte de l'effet que ça me fait, mais moi je sais qu'il est Azaël, le petit gars que 87 avait mis sous Polynectar le temps d'une conférence de presse, alors j'ai des souvenirs tout chaleureux qui remontent dans la gorge, le dos qui s'enveloppe d'un tout plein de douceur, les creux de mes coudes qui s'emplissent d'un lait d'avoine. La mer recule et ne lave plus le coeur, non ; l'amertume laisse place à la plénitude.

— J'aime beaucoup l'idée. Faudra sans doute se renseigner un peu sur le personnel de la bibliothèque. Je crois que le directeur, M. Cheaumont, n'y passe pas souvent ; c'est surtout les stagiaires et petites mains sur lesquels nous faudrait des informations. Un premier tour sous polynectar s'impose, tu crois pas ?


J'ajoute ça à ma liste mentale en tout cas, parce que moi ça va me stresser si on repère pas le nombre moyen d'employés présents en semaine et les issues de secours principales.
— Ah attends, non. Tu parlais de la bibliothèque moldue ? T'as pas peur qu'il se refroidisse à cause du risque d'être entendu par un moldu et de mettre le secret magique en danger ? J'l'imagine plutôt dans la bibliothèque magique, perso…

Mais c'est juste moi, donc autant il sera très à l'aise côté moldu, ou alors Azaël aura un super argument, j'en sais rien. Et tout cas c'est sûr que l'idée d'une bibliothèque est cool. Culturel mais pas trop complexe en terme de sécurité pour qu'on puisse subtiliser une personnalité et l'éloigner quelques heures de la scène politique…
— Je sais pas, attends, faut que je me mette dans le personnage.


Et je sais pas pourquoi, mais dans ma tête les journalistes sont toujours un peu excentriques alors j'ajoute un #Herbifors pour la forme. La tignasse inspirée par une photo de Stalk est donc remplacée par une cascade de fleurs assez moches, genre une série de pâquerettes ou un bail du genre. Sauf qu'il faut s'entrainer à faire ça comme un vrai journaliste : c'est à dire perdre plein de temps avec des redites. Toussotant pour trouver une voix un peu plus grave que celle que j'utilise d'ordinaire, je poursuis donc :

— Bonjour Monsieur Stalk. Merci de vous être déplacé aujourd'hui. Comme indiqué dans la lettre que mon hibou vous a transmis, la Gazette du Sorcier cherche à clarifier sa ligne éditoriale concernant la politique internationale. Nous espérons donc nous inspirer d'études de cas et d'interviews pour retranscrire des faits concis et précis à notre lectorat.

Je marquais une pose, le temps de laisser Azaël réfléchir et de permettre à ma plume imaginaire noter toutes les informations.

— Vous avez, au sein du Département de la Coopération Magique Internationale, connu une ascension fulgurante faisant de vous l'un des plus jeunes directeurs de ce secteur. C'est à ce titre que votre perspective sur l'actualité internationale nous semble être d'un intérêt majeur. Comment définiriez-vous la diplomatie publique du Royaume Uni ?


Moins formelle, je sortis du personnage et repris alors :
— Pis après on pourrait engager avec des questions comme son avis sur la façon dont le RU a traversé les grands défis des 10 dernières années, l'effort de rebranding de son image à l'international, les nouveautés des stratégies mises en place par le Ministère depuis son premier mandat en tant que directeur du Département de la Coopération Magique Internationale, la dépendance de la diplomatie publique vis à vis du capital financier que le Ministère alloue à ce secteur, comment corriger le manque de modernité de ses communications, etc. Je sais pas moi.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Azaël Peverell, Dim 14 Oct - 21:37


T’y avais pas pensé toi, au fait qu’il pouvait avoir peur d’être entendu par les Moldus de la bibliothèque si vous faisiez ça côté moldu. Toi, ce que tu voyais, c’était que des moldus, c’vachement plus facile à contrôler que des sorciers. Pour peu que certains d’entre eux soient Occlumens, vous risquez de vous faire avoir. Mais d’un autre côté, pour bosser dans une bibliothèque, faut pas avoir des capacités magiques très impressionnantes, pas vrai ? Tu les imagines tous à moitié croulants et avec des lunettes qui leur font des yeux de chouette.

- Va pour l’côté sorcier, faudra juste s’assurer que ceux qui y bossent soient pas trop…euh… Doués quoi. M’enfin ça devrait l’faire.

Et là, elle pète littéralement les plombs. Elle commence à se mettre dans le personnage en mode grand reporter avec des fleurs dans les cheveux. Il faut absolument avoir un style douteux pour être journaliste ? Peut être bien, t’en as pas croisé beaucoup dans ta vie. Faut dire que déjà que t’aimes pas les gens, tu vas pas t’amuser à aller faire copain copain avec des fouilles merdes.

N’empêche, elle fait ça bien, genre elle a fait ça toute sa vie, t’es carrément sur le cul. C’est clairement elle qui fera la journaliste. Toi, à la limite, tu seras le stagiaire qui fait le café. Ou juste le soutien caché. Bref, tu t’occupes pas de la parlotte, c’pas ton truc, et Bennet gère comme une pro. Faut dire qu’elle s’y connaît plus que toi dans tous les trucs politiques, ça doit aider. Parce que t’oses pas trop lui dire, mais un mot sur deux, tu sais pas de quoi elle parle et t’es paumé. Mais tu fais genre t’as tout compris en hochant la tête.

Après tout, les journalistes, ils aiment bien parler de trucs que personne ne comprend, pas vrai ? On va dire que ça rajoute en crédibilité de l’affaire. Du coup, pendant que tu l’écoutes, tu notes vite fait les questions qui lui viennent, histoire d’avoir une trace et qu’elle puisse s’y référer. Genre apprendre son texte avant d’y aller. Mais elle a déjà l’air super à l’aise donc peut être que ce ne sera pas trop utile.

- Ouais, c’bien tout ça.

Vous restez encore à travailler le truc une bonne heure, histoire d’être sûrs de votre coup, que tout soit parfaitement préparé. Même qu’une esquisse de la lettre à lui envoyer est bientôt rédigée. C’est que ça a de la gueule votre projet là. Mais ça te donne clairement pas envie de te lancer dans le journalisme un jour. C’est que c’est quand même sacrément ennuyant. Vivement la phase d’action, histoire que ça en jette un peu et que tu puisses enfin montrer l’étendue de tes talents.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 5 Nov - 11:34



Pv Lizzie
LA accordé


C'est grand, comme baraque, dis donc. Moi qui suis habituée aux petits espaces. Un appartement sur Pré-au-lard, un chalet dans les Alpes... en même temps, je ne me verrais pas vivre au quotidien dans un si grand espace. Déjà que le chalet me paraît trop grand maintenant que je suis toute seule. Pesant de son absence.
Mais pour y passer quelques heures, une journée tout au plus, ça va. D'autant que je suis en bonne compagnie.
Je me laisse donc guider par Lizzie jusqu'à un salon.
Elle m'a contactée pour que je le rejoigne chez elle afin d'écouter les futilités du ministère. Une histoire avec le bureau des Aurors sur écoute, un truc comme ça. Bon, généralement, rien de très intéressant, c'est très... bureaucratique. Mais on n'est pas à l'abri d'une petite bombe (métaphorique, hein) venant se glissant dans ce terne quotidien. Alors on surveille, on écoute. Et aujourd'hui, c'est à mon tour, en compagnie de Lizzie.
Il fait bon chez elle. Ca change du dehors qui se rafraîchit de jour en jour. Je me demande où sont les enfants. Mais n'ose pas poser la question à Lizzie. On a quand même des choses plus importantes à faire que ça. Elle n'a pas l'air inquiète, de rien du tout. Je suppose donc que c'est que ça va.

Je m'installe confortablement dans un fauteuil, renifle un peu -le froid, que voulez-vous, c'est la saison des nez qui coulent, même chez les sorciers.
Et nous voilà bientôt parties. Pour quelques heures d'immobilité, à écouter les mots des autres.
Le temps passe ainsi, rythmé d'un tic et d'un tac lointain. Pas de cri ni de rire d'enfants. Soit ils dorment, soit ils ne sont pas là. Faudrait d'ailleurs qu'on discute un jour sérieusement d'eux, eux et moi, savoir quand j'aurai à m'occuper d'eux, les initier au monde, aux bases de la lecture et de l'écriture, les emmener découvrir des choses. J'ai déjà tout un tas d'idées de choses à faire. Faut juste qu'on se mette au point avec Lizzie.
Mais ce n'est pas le jour pour.
Je suppose qu'on doit rester attentives.
Pour ne pas laisser passer un petit détail qui pourrait s'avérer intéressant.
Au bout de quelques minutes ou quelques heures, je ne sais plus, je perds la notion du temps, j'étouffe un bâillement :

-J'ai l'impression qu'il se passe jamais rien et que le monde tourne au ralenti. Ca m'épuise encore plus que l'action. Avoir les sens aux aguets mais rester immobile.

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Lizzie Bennet, Mer 21 Nov - 14:10


Kohane est venue. Pour de vrai, venue, nous nous retrouvons derrière un prétexte, une soupe de citrouilles, ou bien de potiron je ne sais plus, je peine à les différencier, c’est orange, orange et rond, au-delà mon esprit décroche. Il ne se rattache qu’à ses traits doux, droits et discrets.

Les enfants sont dans leur chambre encore, alors je profite de cet instant d’accalmie pour la laisser s’acclimater à cet antre aux allures de bohème. Peter aurait pu y vivre, si nous n’avions pas perdu contact ; j’aimais m’y retirer quand je craignais de croiser mes divers et variés colocataires.

Elle se tait d’abord, et j’hésite à parler la première. Des mots me viennent :
“Soupons de nouilles
Soupçons de nous
Suçons de nuit”
Je voudrais les lui susurrer
Bas, tout bas
Lui demander à
Se battre de mots un rien charnels
S’ébattre en maux et en quenelles
Séparer les eaux
Emmêler nos os
Empêtrer nos sables
Enlaces instables

Mais ce n’est pas ce qu’elle ressent, elle. Kohane s’ennuie. Le monde ne va pas assez vite pour elle et il lui semble se trainer, immobile, coincée entre les aiguilles d’une horloge intérieure. La seule horloge que j’entends, c’est mon coeur qui bat la chamade, et il cogne si fort qu’il me semble sentir mon pouls jusque dans les oreilles. L’entend-t-elle ? L’ignore-t-elle pour me protéger de son rejet, ou par simple indifférence ?

— Sans doute,
mentis-je d’une voix distraite. Tu...
Mon regard la fuyait. Je craignais de parler, je craignais de lui partager quelques uns de mes remèdes qui n’en sont pas tout à fait. Je craignais de l’inviter sur la voie de la débauche, de la corrompre, de lui dire :

“Embrasse une table
Pour moi
Pourri ses sillons
Couvre de rires oblongs
Ses brunes nuées
Lèche son bois d’un linge
Sombre et humide
Langue
Ta langue doit imaginer son contact
Aspirer ses moindres poussières
Et dériver loin du monde
Là - las !
Laisse les grains t’appeler
Grains de sable, grains de peau, grains de nous, grains de l’eau
Tous passés par le même moulin
Nous répondons présents
Nous répandons un chant
Viral
Nous sommes des êtres de bois et de lumière
Des champignons bucoliques et vénéneux
Nous versons une pluie putride
Une grêle torride d’espoir
Nous rêvons
La pupille dilatée”

Bug, psychobug. Ce ne serait pas raisonnable, pourtant ; elle vient ici pour s’immiscer, non dans ma vie, mais dans celle des enfants. Il faut que j’arrête de vouloir toujours passer avant. Corrigeant mon bégaiement, mon élan d’amour propre et d’égoïsme, je reprends :

— Tu as de l’expérience avec les enfants ?

Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 9 Jan - 22:59



Le ministère n'a pas l'air de s'animer, à ce qu'on entend
Mais finalement
Ce n'est pas grave.
Le silence de la maisonnée -enfants bien sages ou bien lointains- calme du moment, un instant juste à nous, dans une bulle qu'on partage.
L'après-midi s'écoule à coup de lents tic et tac et je me demande -à quoi elle pense ?
Je dis que je m'ennuie, elle répond par quelques monosyllabes, comme si elle ne savait, en vérité, que dire. Bégaiement, presque croquant -craquant.
Puis
La question tombe
Presque décevante, sur le coup.
Les gosses -je m'y connais, en gosses ? Oui, c'est vrai, c'est un peu pour eux, que j'suis là. La soupe à la citrouille, l'invitation à dévorer des yeux et des sens une partie de leur bulle, à tous les trois. Ce coin qu'ils partagent, leur monde familial. Invitée à pénétrer dans ce périmètre, autour d'un après-midi écoute du Ministère puis dîner à la citrouille. C'est du banal, on dirait. Une journée banale.
Sauf qu'on est chez Lizzie.
Et Lizzie, c'est loin d'être du banal.
Pourtant, la question qu'elle pose n'a, sur le coup, rien de transcendant. C'est une mère qui cherche à savoir à qui elle est en train de confier ses gosses. J'les aime bien, ces gamins. On va pouvoir plein de trucs ensemble. Je leur ferai découvrir les 3B. Là bas, ils seront vite adoptés, j'suis sûre. Un peu comme Tim et Enzo, autrefois.

Je m'éclaircis un peu la gorge, cherche quoi répondre. Même si ça paraît logique, cette question, je ne m'y attendais pas tellement non plus. Que voulais-je qu'elle réponde, à mon ennui pas si ennui, finalement ? Qu'elle me propose un jeu ?
Jouons !
A quoi ?
Aucune idée, un truc amusant, déchirant, exaltant, enthousiasmant, distrayant, passionnant
Jouons à être nous, peut-être
Nous, dans un salon, à écouter de l'inintéressante activité mais
Nous, quand même, réunies ici,
Nous, c'est beaucoup, non ?

-J'm'y connais un peu, je finis par répondre. J'ai parfois gardé ma petite-cousine, quand elle était plus jeune. On s'entendait bien. Puis... hm... avec Asclépius, on a aussi gardé les gosses de Leo. Pendant un mois. Ca forge le caractère.

Mise à part ça, j'avoue, j'ai pas tant d'expérience avec les enfants. Mais je sais quand même comment faire pour qu'ils ne se tuent pas dans un bête accident -la surveillance accrue qu'il a fallu exercer sur Tim et Enzo pour éviter qu'ils ne meurent au beau milieu des Alpes restent encore au fond de ma mémoire. Puis, j'apprends vite. Je m'adapte. Les gosses, j'aime bien.

-Je m'occuperai bien des tiens, j'ajoute avec, cette fois-ci, un franc sourire en douceur rassurante. Ils ont l'air chouette. En tout cas, notre première approche lors du pique-nique était sympa. Sur quoi tu veux que je travaille avec eux, précisément ?

L'est temps d'avoir des détails. Du concret. Sur le comment j'entre un peu plus dans sa vie -leur vie. Ce que je vais devoir, et pouvoir, apporter à ces gamins. Sur les heures où je les verrai. Savoir ce que je vais être, pour eux. Et ce que je vais être, pour Lizzie.

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Lizzie Bennet, Mer 30 Jan - 21:59


Tu me confies ton expérience dans la garde d’enfants, et je trouve ça chouette. Je peux dire que je t’embauche pour des raisons professionnelles, parce que t’as un bon CV dans le domaine par rapport à d’autres qui ont jamais fait le moindre babysitting, et pas du tout parce que j’ai envie de te donner une place particulière dans leur vie. Dans notre vie. Pas du tout.

— Cela me ferait plaisir que ce soit toi… Et pour répondre à ta question, je trouve que Poudlard a beaucoup d’exigence dans des domaines comme l’orthographe, la conjugaison, la grammaire ou les bases du calcul. Genre on arrive à l’école et on est censés tout savoir là-dessus, y a aucun cours pour se rattraper aux branches…
Je me gratte la nuque, un peu maladroitement.
— Alors que y a plein de devoirs maisons dans lesquels les profs sont capables de retirer des points à cause de ça. Et puis pour la vie aussi, c’est des bases qui servent, genre dans les lettres et tout pour pas être jugé par les gens.


Tu le sens sans doute, que je veux éviter aux enfants de passer par les mêmes chemins que moi. Que je veux faciliter leur insertion sociale et académique, qu'ils commencent en tout cas avec moins de barrières vis-à-vis du système dans son ensemble. Qu'ils prennent ce qui en est bon et apprennent à le réformer au lieu de juste se braquer comme j'ai pu le faire dans ma prime adolescence.
— Et pareil, comment tu veux t’en sortir en potion si tu sais pas additionner les mesures ? Evidemment, faudrait aussi laisser une place au développement personnel avec du jeu, de l’art, du sport, en gros un peu de tout selon tes envies et l’inspi.


On peut pas faire plus vague comme consignes je crois. Mais je suis un peu déboussolée. Je ne peux exclure ton évocation : pour parler de ton expérience avec les enfants, tu as parlé de la tienne, mais aussi de celle en compagnie d’Asclépius. Son évocation me serre le coeur, sans doute pas pour les mêmes raisons que toi. Mais il y a tant de choses dont je ne veux parler avec toi…

De toutes les choses que j’aimerais te dire, ma haine est bien la dernière. Il y a peu de personnes que je hais, d’ailleurs - mais quand c’est le cas, c’est absolument radical. En outre, la haine la plus féroce que le temps m’ait laissé est trop liée à la peur pour que j’ose en parler. Mkrovsk. Nul ne sait ce qu’il est devenu, mais j’espère être devenue de taille à être sa némésis. Car je n’ai pas oublié ce qu’il m’a fait subir, et cette terreur froide dont il m’a glacé le sang.

Il était doué. Je me souviens, j’avais tenté de lui donner un coup de poignard - enfin de le placer contre sa gorge de façon intimidante pour qu’il arrête de me frapper, c’est déjà pas mal - et il avait eu la réaction la plus étonnante qui soit. Il avait changé sa gorge en pierre, pour que la lame s’émousse à son contact au lieu de menacer sa vie. Il avait retenu son souffle le temps nécessaire, puis les coups avaient continué à pleuvoir.

Je bloque l’image loin de mon esprit, et rebondis sur le premier truc qui me vienne. Le dernier auquel j’ai pensé. Mauvais choix, car du coup, on tombe sur mon rival de toujours.
— Tu as des nouvelles d’Asclépius ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[Habitation] Ode à l'extravagance - Page 3 Empty
Re: [Habitation] Ode à l'extravagance

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3

 [Habitation] Ode à l'extravagance

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.