AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 17
Salle de classe à côté de la bibliothèque
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Maître de jeu, Ven 29 Nov - 22:37


Il s'agit d'une salle de classe lumineuse où il est possible d'étudier et de pratiquer la magie sans craindre de se faire réprimander par la bibliothécaire. Attention par contre à ne pas trop mettre le bazar ...
Revenir en haut Aller en bas
Eiren Whisper
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A la fin des cours

Message par : Eiren Whisper, Dim 1 Déc - 11:56


[RP ouvert à tous, ceux qui aiment les dragées surprises]

La grande aiguille tourna, entraînant sa petite sœur. L'horloge indiquait 16h, déclenchant le grincement des chaises dans les salles de classe. Les livres furent fermés à la hâte, les plumes rangées dans leur étui, les bâillements et autres regards vide remplacés par un sourire. Enfin la fin des cours! Enfin! Très vite  les couloirs furent rempli d'une foule d'élève se dirigeant vers le parc, la grande salle, les salles communes ou voir même la bibliothèque pour les plus sérieux d'entre eux.

Whisper, irrité, ferma son manuel de métamorphose d'un geste sec et le rangea dans sa sacoche. Il accrocha la ficelle reliant les bords de son petit chaudron sur son épaule et se dirigea vers la bibliothèque. Sa journée avait été éprouvante et d'une totale inutilité selon lui. Pour cause: il n'avait réussi aucun des sortilèges d'enchantement ou de métamorphose demandés pendant les cours.

Alors qu'il se dirigeait vers la bibliothèque le jeune serpentard sortit sa baguette et l'examina attentivement, cherchant une fissure, une craquelure dans le mystérieux objet. Mais Whisper savait bien que le puissant artefact n'était en rien responsable de ses échecs, il n'avait jamais brillé en matière de sortilège et n'était pas un sorcier très puissant. A quoi bon alors étudier des heures à la bibliothèque s'il était incapable de lancer avec efficacité le moindre sort de base?

Grrmmh... fit Whisper à l'adresse de la porte, hésitant encore à rentrer et à compulser quelques livres dans l'espoir de s'améliorer. Il commençait à être totalement désespéré, se demandant même si ses pouvoirs n'allaient pas finir par disparaître. A cette pensée Whisper frissonna et laissa échapper un autre grognement. Pas de bibliothèque pour aujourd'hui.

Le serpentard ne brillait que dans une matière: les potions. N'étant pas doué d'immense pouvoir magique, il était naturel que le jeune érudit se soit tourné vers l'alchimie. Malheureusement très peu de salle était disponible pour pratiquer cette matière, la bibliothécaire réprimandant avec zèle le moindre élève bruyant.  

Le jeune serpentard commençait à marcher en direction de sa salle commune lorsqu'il aperçut la salle d'étude juste à côté de la bibliothèque. Une nouvelle salle? Whisper s'approcha alors et lut attentivement l'écriteau à coté de la porte. La salle était entièrement dédiée à l'étude, on pouvait même y pratiquer la magie.

Parfait!

L'alchimiste s'installa à une table et posa son chaudron. Il sortit alors l'intégralité de son kit de potion et commença à en préparer une de sa conception. Enfin! Enfin une salle libre!Whisper allait pouvoir mener ses expériences, un sourire s'afficha sur son visage. Il était impatient de tester ses nouvelles formules.

Une légère odeur de fraise s'échappa du chaudron et embauma la salle de classe. Alors que Whisper s'attelait à la préparation de sa potion quelqu'un rentra dans la salle.
Revenir en haut Aller en bas
Fleur Berker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Fleur Berker, Dim 8 Déc - 1:53


[Je te suis!]


.....Fleur sortie des cours épuisée. Elle avait eu à faire à un sortilège qu'elle eut du mal à effectuer. Devant toute la classe, c'était encore plus embarrassant pour la jeune fille. Elle était sortie rouge de honte quand le professeur annonça la fin du cours, mais aussi très heureuse que l'humiliation publique se termine enfin! Elle avait pourtant commencé joyeusement cette journée, comme à son habitude. A présent confuse et encore un peu honteuse, elle décida d'aller s'isoler. La bibliothèque semblait l'endroit idéal, elle pourrait s'y reposer en lisant un de ces bouquins qui parlait de la botanique magique qu'elle aimait tant. Ou alors un sur la métamorphose. Ce genre de magie la fascinait tout autant que la botanique. Ce n'était que depuis qu'elle était à Poudlard qu'elle la connaissait. Dans la monde moldu, on entend parler de magicien, mais pas de magie à l'état pur. N'ayant aucune culture magique à son arrivée au château, elle se sentait encore maintenant souvent mal à l'aise face à la plupart des autres. Mais émerveillée par beaucoup de formes de magies différentes, bien que toutes ne lui plaisent pas.
.....Fleur se dirigea vers la bibliothèque d'un pas décidé, perdue dans ses sombres pensées. Arrivée devant celle - ci elle y entra pour y prendre un livre. Le feuilleta rapidement puis se rendit compte qu'elle était trop nerveuse actuellement pour rester tranquille. Elle en sortit dix minutes après y être entré. Elle s'arrêta un instant au pieds de la porte, et en vit une seconde qu'elle n'avait jamais remarqué. Tête en l'air qu'elle était ça n'avait rien d'étonnant. Elle remarqua la porte entrouverte, la seconde d'après la jeune serdaigle glissait un oeil dans l'ouverture. La pièce ressemblait à une salle de classe. Elle semblait vide. Fleur décida donc de pousser la porte afin de pouvoir s'y enfermer. Elle pourrait ainsi réviser quelques sorts sans que personne ne la voit.
.....Elle n'avait pas remarqué que quelqu'un d'autre était dans la pièce. Ce n'est qu'après avoir vérifier de la bonne fermeture de la porte derrière elle qu'elle émit un crit en sursautant.


AaaAAhh! P..Pardon. Je .. je croyais être toute seule.


.....Il lui semblait avoir déjà vu le garçon. Il était assez grand, des mèches de cheveux noires lui cachaient le visage, avec le teint très pâle. C'était un serpentard, un sixième ou septième année. Elle se rappelait vaguement de lui car il avait une silhouette particulière comparé à la plupart des gens.


Bonjour, je m'appelle Fleur. Ca te dérange si je reste un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
Eiren Whisper
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Eiren Whisper, Mer 11 Déc - 19:33


La jeune fille sursauta immédiatement en apercevant Whisper qui resta immobile toujours penché sur sa potion.

-AaaAAhh! P..Pardon. Je .. je croyais être toute seule.

Il jeta un rapide coup d'oeil en direction de Fleur et posa son regard sur sa longue chevelure rousse. Puis il aperçut l'écusson bleu et argent sur sa robe. Encore une serdaigle! Décidément! Whisper passait plus de temps avec les membres de cette maison qu'avec les Serpentards. Il rebaissa la tête et ajouta délicatement quelques pétales de violettes à l'étrange mixture, qui dégagea alors le doux parfum de la fleur.


-Bonjour, je m'appelle Fleur. Ça te dérange si je reste un peu ?

Whisper reconnut immédiatement l'accent de la jeune fille. Il se redressa et inclina légèrement la tête.

-Oui...bien sûr pas de problème... répondit-il d'une voix calme, presque inaudible, et ajouta en Gaélique Tu...tu es Irlandaise non?

Il regardait désormais la jeune serdaigle et ne fit pas attention à la teinte verdâtre que pris sa potion.
Revenir en haut Aller en bas
Fleur Berker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Fleur Berker, Sam 14 Déc - 16:17


.....Fleur avait sincèrement été très surprise de la présence du jeune homme. Qui plus est, on aurait dit qu'elle l'avait dérangé. Il était en train de préparer une potion. C'était certainement la raison du doux parfum qui embaumait la pièce. Pourtant il nia le dérangement. Il ajouta en gaélique :


Tu ... tu es irlandaise, non ?


.....Fleur acquiesça timidement de la tête. Il était évident qu'ils étaient tous deux natif du pays aux petits lutins vert. Elle hésita à lui répondre en gaélique également. La jeune serdaigle avait pris l'habitude de l'anglais quand elle discutait avec des élèves de l'école. Le gaélique était réservé à son pays natal, même quand elle croisait un irlandais à l'école. Néanmoins, le jeune homme semblait tenir à ce qu'elle lui réponde ainsi. Elle décida de faire exception avec ce dernier.


En effet. Je viens du comté de Fingal.

Tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais, au fait.

Revenir en haut Aller en bas
Eiren Whisper
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Eiren Whisper, Mer 18 Déc - 18:16


Le serpentard avait vu juste, Fleur était bien Irlandaise comme en témoignait sa réponse. Il trouvait rafaichissant de parler en gaélique ayant peu d'occasion de le faire dans l'école.

-En effet. Je viens du comté de Fingal.

Fingal... Fleur venait donc probablement de Dublin.

-Tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais, au fait.

L'alchimiste ne surveillait plus sa potion, qui commençait à bouillir faiblement. Le liquide sembla s'élever légèrement puis redescendit, comme s'il était vivant. Le serpentard releva alors son capuchon, laissant apercevoir son visage fin et maigre. Ses yeux sombres semblèrent briller lorsqu'il donna sa réponse:

-Je suis Whisper, 7éme année à Serpentard.

A peine eut-il achever sa phrase que le contenu chaudron s'éleva dans les airs , formant un jet verticale. Whisper se protégea avec son bras gauche et dégaina sa baguette. Quel imbécile! Il aurait du surveiller sa potion! La substance, qui avait pris une teinte cyan, forma une colonne visqueuse jusqu'au plafond et se mit à frétiller. Des bosses se formèrent sur ses côtés et les tremblements redoublèrent de violence. L'un des bosses éclata et une chocogrenouille de couleur violette apparut. Puis une bleue, puis encore une violette, puis une jaune, puis une rouge, une noire, une blanche, une bleue. La colonne se perça alors dans un bruit de ballon de baudruche et une marée de bonbons grenouilles envahit la salle de travail.

Ce fut le chaos total, les grenouilles sautaient de table en table. Elles étaient si nombreuses  que la plupart des chaises furent renverser avec fracas.

Whisper, recouvert de grenouilles multicolores, tenta un sortilège:

Petrificus Totalus!

Une faible étincelle jaillit de la baguette du septième année. Le sort n'avait eu aucun effet. Sous le poids des grenouilles Whisper tomba à la renverse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Fleur Berker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Fleur Berker, Jeu 26 Déc - 17:01


Je suis Whisper, 7éme année à Serpentard.

.....Fleur sourit. Whisper, ce prénom semblait lui aller à la perfection. Comme si on le lui avait choisi en fonction de sa personnalité. Murmurer ou chuchoter en anglais. Très révélateur pour un serpentard.
.....Tout à coup la potion qu'il préparait avant que Fleur ne l'interrompt sembla s'agiter. Le jeune homme dégaina sa baguette rapidement, tandis que Fleur restait là. Juste là. Cette agitation soudaine l'amusait beaucoup. Un flot de mille couleurs explosa dans la petite salle. C'était beau. Un véritable chaos! Fleur ne put retenir un petit rire. Whisper tenta un Petrificus totalus mais le sort échoua, et les grenouilles qui bondissaient firent tomber au sol le garçon. Quelques secondes plus tard se fut son tour. Elle se décida de faire quelque chose, car même si la situation lui plaisait beaucoup, elle savait bien qu'il fallait en finir. Elle sortit sa baguette de sa robe et cria :

Reducto!




.....La marmite explosa, et la plupart des petites grenouilles aussi. Une fumée noire de jais envahissait l'endroit. Fleur rit encore. Elle attrapa une patte de grenouille qui avait atterrit près d'elle et l'engloutit. Confiture d'airelles !

Je suis désolée pour ça! Je ne maîtrise pas très bien ce sort, je viens de l'apprendre en défense contre les forces du mal...




Elle ajouta timidement

Elles sont chouettes tes grenouilles.
Revenir en haut Aller en bas
Eiren Whisper
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Eiren Whisper, Mar 14 Jan - 22:17


Le chaudron de Whisper explosa et la plupart des grenouilles furent projetés contre le mur de gauche qu'elles tachèrent sans ménagement. La salle, si propre, si rangée d'habitude s'était transformée en vrai champ de bataille. L'un des éclats du chaudron vint se fiché sur le tableau tandis qu'un autre frôla de peu la tête du serpentard.

La jeune Serdaigle explosa de rire tout en engloutissant une des grenouilles multicolores.

-Je suis désolée pour ça! Je ne maîtrise pas très bien ce sort, je viens de l'apprendre en défense contre les forces du mal...

Désolée? Elle était désolée? Fleur venait tout bonnement de désintégrer son meilleur chaudron et elle n'avait que des excuses? Whisper se redressa lentement en reprenant ses esprit un genoux à terre. Une grenouille violette sauta alors sur sa gauche et resta immobile sans doute dans l'attente d'un geste de la part du jeune sorcier.

-Elles sont chouettes tes grenouilles.

Whisper écrasa alors violemment l'amphibien à sa portée de son poing. La substance violette gicla et éclaboussa le sol. Les vingt grenouilles survivantes prirent alors la fuite en direction de Fleur, craignant que le serpentard les prenne pour cible.

-La texture n'est pas encore parfaite, dit-il en se relevant paisiblement, il n'en voulait pas à Fleur après tout il n'avait qu'à surveiller sa potion. Elles sont trop...visqueuse, ajouta-t-il en contemplant d'un air dégoûté sa main gauche recouverte de slime. Puis Whisper lécha alors son index, mais le goût y est en tout cas...

Et il va falloir faire quelque chose pour ranger cette salle...

[encore désolé pour le retard j'ai eu pas mal de boulot ces derniers temps]
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Salle de classe à côté de la Bibliothèque

Message par : Luke Belt, Sam 15 Mar - 23:35


| RP avec Catherine Holmes |

J'étais assis dans le parc, en train de lire un grimoire. Le soleil était en train de décliner, et la lumière se faisait de plus en plus sombre. Le temps aussi changeait, devenant de plus en plus frais. La douceur de le journée avait disparu, laissant place à une brise fraiche. Malheureusement, je n'avais pas du tout anticipé cela. Je n'avais donc sur moi qu'une chemise et une bermuda beige en toile, et ce n'était pas vraiment une tenue adaptée à un soir du mois de mars.

C'est pourquoi je décidai, avant d'attraper un rhume, de rentrer au châtea, où la température était bien plus agréable. Je fermai donc mon livre et le glissai dans mon sac, entre deux feuilles de parchemin, afin de le dissimuler un minimum. En les temps qui courraient, il fallait mieux que personne ne soit au courant que j'avais ce type de grimoire en ma possession. Des conclusions hâtives pourraient être faites, et ce n'était pas ce que je voulais. Je préférais agir dans la discrétion, à l'insu de tous.

•••

Puisque ce n'était pas encore l'heure du diner, et que je n'avais pas envie de retourner à la salle commune, où il y avait beaucoup trop de bruit, je décidai de marcher en direction de la bibliothèque. C'est alors que, rompant le silence du couloir, j'entendis un bruit. Un bruit de pas. Quelqu'un approchait. Ne sachant pas à quoi m'attendre, surtout depuis que les aurors avaient investi le château, je saisis ma baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Catherine Holmes, Jeu 20 Mar - 14:27



PV: Luke Belt

Le temps passait. Les jours s'étaient faits semaines, puis mois, sans que j'y prenne garde. De septembre, nous étions passés à décembre, et les vacances de Noël étaient arrivées.J'avais dû parler à Violaine, puis au reste de ma famille. Le 29 décembre, jour de mon anniversaire (ou plutôt la nuit), pour la première fois depuis plus de quatre mois je n'avais pas fait de cauchemar. Ils étaient revenus par la suite, par à-coups. Ils prenaient maintenant des formes différentes, moins terrifiantes. Ils s'atténuaient, en quelque sorte.
Et cela avait un effet sur mon physique et mon moral: je dormais à nouveau, mangeais un peu plus, parvenais à me rendre en cours. Au bout de quelques semaines, je repris ma vie comme avant. Enfin presque.

Car il manquait toujours un élément essentiel à ma vie. J'avais reçu une lettre mi-février, accompagnée d'un magnifique collier. Et je gardais toujours, depuis maintenant plus d'un an, un certain bracelet d'argent autour du poignet droit... Sans pour autant remercier la personne qui m'avait offert ces deux cadeaux.
Il y avait plusieurs raisons à cette fuite. J'avais honte d'avoir laissé mon petit ami aussi longtemps sans nouvelles, et chaque jour qui passait rendait mon hypothétique retour un peu plus improbable. J'avais peur aussi, peur qu'après tout ce temps Luke ait pu tomber amoureux d'une autre fille. Une fille plus jolie, plus intelligente, plus heureuse... Ou tout simplement une fille qui ne le fuyait pas.
Et si, après la Saint-Valentin, lassé de n'avoir aucune réponse, il avait décidé de continuer sa vie sans moi?

Cette hantise me faisait l'observer, chaque jour un peu plus. Je me sentais puérile et ridicule de l'espionner ainsi, mais ce ridicule finit par payer. Un beau jour de mars, après l'avoir vu rentrer du Parc, je le suivais une fois de plus lorsqu'excédée par ma lâcheté, je décidai de prendre mon courage à deux mains et de lui parler enfin.
Il se dirigeait vers la Bibliothèque et je pressai le pas. Il nous serait en effet difficile de discuter (pour peu qu'il acceptât) dans la pièce où le silence était érigé en règle d'or. Il dut m'entendre presser le pas, car il se retourna, baguette en main, comme prêt à se défendre.

Du calme Lucky Luke... Ce n'est que moi.

Je regrettai mon stupide jeu de mot à peine prononcé. Etant d'ascendance Sang-Pur, de Serpentard par surcroît, le blond n'avait très certainement pas compris l'allusion au mythique cow-boy.

Je, euh... je voulais te parler.

Après réflexion, j'aurais peut-être dû éviter. Il était trop tôt, je n'étais pas encore prête... Mais je ne le serais jamais, compris-je. Et puis zut! Tant pis pour le ridicule, au diable la honte, aux orties la peur! J'aimais Luke, et cela seul comptait.

Et si on allait par ici? fis-je en ouvrant la première porte que je trouvai. Je me dirigeai vers une des tables et m'assit dessus, attendant la réaction de celui que j'avais aimé comme personne d'autre.


Dernière édition par Catherine Holmes le Sam 22 Mar - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Luke Belt, Jeu 20 Mar - 17:59


A ma plus grande surprise, ma baguette n'était pas pointée sur un quelconque auror, un étudiant malveillant, ou bien une étrange créature. Non. Elle était pointée sur la dernière personne que j'aurais pensé, une Gryffondor. Mais pas n'importe laquelle. C'était Catherine, Kate, ma petite amie. Bien que je ne sois plus sûr que ce terme la désigne actuellement. A sa vue, tout un tas de sentiments contradictoire déferlèrent, comme des vagues qui s'entrechoquent sur une mer agitée.

Cela faisait plusieurs mois qu'elle avait disparu de la circulation. Depuis l'attaque du Poudlard express, en fait. Bien sûr, elle n'avait pas quitté l'école, mais c'était comme si. Je l'avais aperçu, plusieurs fois, seule. Toujours seule. Elle avait évité tous ses amis, moi compris, même si j'étais plus qu'un simple camarade. Au début, je n'avais pas compris, j'avais cherché à lui parler, et puis j'avais abandonné, croyant au départ qu'elle m'en voulait pour quelque chose. Mais finalement, j'avais compris que ce n'était pas moi, le problème. C'était impossible.

Au début, je l'avais attendu, croyant que ce n'était qu'une petite crise, un petit quelque chose qui passerait au bout de quelques jours ou semaines, au maximum. Mais je m'étais trompé. Je ne comprenais pas ce qui se passait ; Nous étions sorti ensemble durant plus d'un an - mon record, de loin - et puis il n'y avait plus rien eu du jour au lendemain, sans aucune explication. Officiellement, cela faisait même presque un an et demi, mais seulement en pointillé. En pointillé, car depuis le changement d'attitude de Kate, j'avais été voir d'autres filles, pour des histoires de quelques jours au maximum. Mais ce n'était pas pareil. Même si j'avais du mal à me l'avouer, la Gryffondor me manquait.

Après ces quelques instants de surprise, je baissais ma baguette et la rangeai. Je fixais ensuite la Rouge et Or, attendant de voir ce qu'elle avait à dire. Elle ne semblait pas surprise de me voir, comme si elle savait que je me trouvais dans le couloir de la bibliothèque. Étais-ce elle, l'ombre que j'avais parfois vaguement aperçu ? Peut-être. Peut-être pas. Je ne le saurais jamais.

- Du calme Lucky Luke... Ce n'est que moi.

- Salut...

Voilà plusieurs mois que Catherine ne m'avait pas adressé la parole - ni même répondu à mon unique lettre - et elle lançai ça, comme ça. Sans bonjour ni rien. De plus, elle utilisait un surnom dont je ne comprenais pas le sens. Ethan aussi, m'avait appelé comme ça, plusieurs fois, mais je n'avais jamais compris. Surtout que là, le "chanceux" en anglais, sonnait plutôt ironique. Parce que là, je ne me considérait pas comme chanceux de voir ma petite amie "titulaire". J'étais juste surpris, et c'était tout. Mais je savais que passé la stupeur, la colère, la joie, l'incompréhension arriveraient aussi.

Je, euh... je voulais te parler. Et si on allait par ici?

Joignant la parole au geste, Kate ouvrit la porte d'un classe déserte et s'assit sur une des tables. Sans un mot, je rentrai à mon tour dans la salle et refermai la porte derrière nous. Je m'assis face à la Rouge et Or. Il y a un an, je me serais assis à ses cotés, je l'aurais embrassée. Mais là il n'en était pas question, et je n'en avais pas envie. Je voulais d'abord entendre ce qu'elle avait à dire. Peut-être allait-elle s'excuser, essayer de m'expliquer ? J'attendais de voir, et je la fixai donc. Il n'y avait dans mon regard aucune colère, aucune joie. Rien. Mon visage était juste inexpressif, vide de toute émotion.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Catherine Holmes, Sam 22 Mar - 21:37


Sauf qu'il n'y avait aucune réaction. Pas la moindre. Luke se contentait de me regarder, attendant quelque chose que je ne pouvais lui donner.
Sa présence, dans la même pièce, à quelques mètres de moi, me torturait presque physiquement. Je ressentais l'envie dévorante de me jeter dans ses bras, de m'y blottir et de ne plus jamais les quitter. Et cette envie me détruisait. Je ressentais, je sentais presque comme un "vide entre mon coeur et tes bras"...
Son regard, que je n'avais jamais vu aussi inexpressif, me transperçait comme si je n'étais pas là. Cela me faisait bien plus mal que tout le reste. J'avais cru qu'après avoir vu la mort en face, plus rien ne pouvait me faire souffrir, mais je m'étais cruellement trompée. Je n'avais pas compris e que j'avais gâché avant de l'avoir totalement brisé.

Refusant d'abandonner toutefois, je compris qu'il me faudrait faire le premier pas. Et je le méritais : j'avais laissé mon amour sans nouvelle aucune pendant des mois, sans me soucier de savoir si cela pouvait lui faire mal à lui aussi. Sans doute avais-je cru qu'il tenait moins à moi, cru que le sublime blond qui m'avait un jour accroché une fleur dans les cheveux m'aimait moins que je ne l'aimais. Je réalisais qu'en fait l'inverse était peut-être plus vrai...
Mais tout en le réalisant, je ne pouvais m'empêcher de vouloir encore tenter ma chance. Je ne pouvais laisser filer ainsi la plus belle partie de ma vie.

Je ne sais pas par quoi commencer... Ça risque d'être un peu confus.

Peut-être le plus simple serait-il de commencer par le début, comme je l'avais fait dans mes lettres à Andrew. Parce que oui, cela pouvait sembler étrange, mais une confusion dans l'envoi des lettres avait fait découvrir à un parfait inconnu une page de ma vie que je voulais désespérément tourner. J'espérais bien sûr que Luke ne l'apprendrait jamais... Mais cela n'importait pas, pas maintenant, pas ici.

Sierra, ma meilleure amie... Est morte. Lors de l'attentat du premier septembre.

Je ne m'attendais pas, plus de cinq mois après l'incident, à pouvoir encore verser des larmes sur ce décès tragique. Je croyais aussi que je ne pouvais plus souffrir : décidément, cette journée me faisait affronter bien des démons que j'aurais préféré ne pas revoir.
Mes yeux s'emplirent. Je les fermai, tentant de cacher mes larmes : je ne voulais pas que le blond croie que je victimisais. Je ne voulais plus pleurer.
Mais trop tard. Une larme, solitaire, roula sur ma joue.
Je l'essuyai aussitôt, et passai à la suite de mon récit d'une voix que je voulais ferme.

Elle est morte. Et elle est morte pour me sauver.

Je me mis à tourner le bracelet d'argent portant les initiales de notre couple autour de mon poignet, de plus en plus vite. Ce geste avait acquis, depuis que j'avais ce bracelet, le pouvoir de me calmer. Mais cela ne me suffisait plus même si c'est d'une voix plus assurée que je repris.

Je comprends que tu m'en veuilles. je n'aurais pas dû, je n'avais aucune excuse pour te laisser ainsi sans nouvelles. Je ne sais pas... Enfin, si je sais ce qui m'a pris.

Et je le savais pertinemment en effet. La culpabilité, terrible compagne d'infortune, s'était invitée sans que j'y prenne garde. J'avais laissé mon amie se sacrifier, et je ne méritais pas de vivre si elle n'était plus là. Tout était ma faute. Encore maintenant, lorsque j'y pensais, certains jours, ce sentiment me reprenait, plus fort que tout le reste. Mais je ne pouvais pas dire cela à Luke. Il aurait cru que je voulais juste me faire plaindre, c'était ce que n'importe qui aurait pensé.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Luke Belt, Sam 22 Mar - 23:13


Malgré mon regard insistant, le silence régnait toujours dans la grande salle de classe. Aucun de nous deux ne semblait vouloir ouvrir la bouche. Peut-être était-ce une question d'ego, personne ne voulant faire le premier pas ? De mon coté, en tous cas, je n'avais aucune intention de le faire. Déjà parce que je ne me considérait pas comme fautif, ensuite parce que ce n'était pas moi qui voulait une discussion. C'était elle. C'était Kate qui voulait que l'on parle. C'était donc a elle de commencer. Alors j'attendais, patiemment.

Plus les secondes défilaient, plus je distinguai un petit quelque chose de différent chez la gryffondor. La lueur dans ses yeux, celle qui m'avait attiré, au début de notre relation, je ne la voyais plus, presque plus. Comme si elle s'était éteinte. Comme si la joie de vivre de Kate avait disparue, avec le temps, elle aussi. Et plus je l'observai, plus je remarquai des changements ; Elle avait perdu pas mal de poids, sûrement à cause de tous les repas sautés, et elle semblait triste, comme si quelque chose avait changé en elle, pour toujours. Mais finalement, stoppant mon observation, la Rouge et Or pris enfin la parole.

Je ne sais pas par quoi commencer... Ça risque d'être un peu confus. Elle fit une pause, comme dans ses pensées, puis continua. Sierra, ma meilleure amie... Est morte. Lors de l'attentat du premier septembre.

J'inclinai ma tête sur le coté, légèrement surpris par la révélation, qui semblait beaucoup affecter Catherine. C'était logique, en même temps. Mais surprenant, car durant l'absence de ma petite amie, j'avais imaginé pleins d'hypothèse, mais jamais l'idée que ce ne soit quelque chose d'aussi grave ne m'étais passé par la tête. Cependant, cela n'excusait pas le comportement de la Gryffondor : Au contraire, même, je le comprenais encore moins. Pourquoi, au lieu de s'isoler, n'en avait-elle parlé à personne ? Pourquoi m'avait-elle évité, moi qui croyais qu'elle me faisait confiance ?

Je vis ses yeux s'embuer, ainsi que ses paupières se fermer, comme pour me le cacher. Mais c'était trop tard, j'avais vu. Et puis une unique larme coula, glissant le long de sa joue, suivant les contours de son visage. Mais elle fut aussitôt effacée, essuyée par la main de Kate, comme pour chasser cet instant de faiblesse. La voix de la Rouge et Or se fit alors ferme, tandis qu'elle m'annonçait que son amie était morte pour la sauver. Sa main vint ensuite triturer un bracelet que je reconnu, puisque c'était moi qui lui avait offert. A cet instant, elle semblait si fragile, telle une poupée de porcelaine qu'un souffle de vent trop fort aurait pu briser.

Je me sentis alors un peu coupable. Parce que d'un coté, l'éloignement de Kate m'avait permis d'évoluer, de faire de nouvelles rencontres. En effet, j'avais passé beaucoup plus de temps dans la salle commune, ce qui m'avait entre autre permis de rencontrer mes cousines, dont j'ignorai l'existence... Et je ne regrettai absolument pas d'avoir découvert que Kyara et Axelle faisaient partie de ma famille, car on s'entendait super bien.

Je comprends que tu m'en veuilles. je n'aurais pas dû, je n'avais aucune excuse pour te laisser ainsi sans nouvelles. Je ne sais pas... Enfin, si je sais ce qui m'a pris.

Je compris alors que c'était à moi de parler. J'aurais certes pu m'en aller, choisir de ne plus jamais revoir la Gryffy, mais quelque chose m'en empêchait. Quelque chose me retenait dans cette pièce, cette salle où se trouvait ma petite amie. Car aux dernières nouvelles, nous n'avions toujours pas cassé, même si ça me démangeait fortement.

- Je suis désolé pour ton amie. Je ne savais pas. Mais je ne comprends pas. Je ne comprends pas pourquoi tu ne m'as pas parlé. Pourquoi t'es-tu cachée ? Pourquoi m'as-tu évité ? Pourquoi n'as-tu même pas répondu à ma lettre ? Je t'ai attendue, tu n'es jamais venue.

Ma voix s'était faite de plus en plus forte, passant d'un simple murmurement à une voix forte, remplie de reproches. Je m'arrêtai alors subitement, me rendant compte de ce que je disais. Elle avait perdu sa meilleure amie, et moi, je ne trouvais rien de mieux à faire que de lui crier dessus. Je n'étais vraiment qu'un idiot, en fait. Alors je m'arrêtai de parler subitement. J'aurais pu m'excuser, la réconforter, mais j'avais ma fierté, et j'étais encore bien trop en colère.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Catherine Holmes, Dim 23 Mar - 9:57


Je suis désolé pour ton amie. Je ne savais pas.

Je sentais que la suite des paroles de mon... pouvais-je réellement encore parler de petit ami? Ou bien était-ce déjà mon ex? Bref de Luke, n'allait pas être aussi compatissante. Mais je n'imaginais pas à quel point.

Mais je ne comprends pas. Je ne comprends pas pourquoi tu ne m'as pas parlé. Pourquoi t'es-tu cachée ? Pourquoi m'as-tu évité ? Pourquoi n'as-tu même pas répondu à ma lettre ? Je t'ai attendue, tu n'es jamais venue.

Il s'était mis à hausser le ton, et je sentais mes épaules se recroqueviller. Il avait raison.

Bien sûr. Tu ne peux pas comprendre. Si je ne t'ai pas reparlé, et tu n'es pas le seul dans ce cas je te signale, c'est parce que je me sentais coupable. Coupable de la mort de Sierra, qui s'est jetée devant moi pour me sauver la vie. Je... ça peut sembler idiot, mais j'avais l'impression que je n'avais plus le droit de vivre. Et vivre, en grande partie, signifiait pour moi être avec toi. Je suis revenue petit à petit vers les gens, mais toi... C'était plus difficile. Et plus les jours passaient, plus je me voyais mal revenir.

Et peut-être avais-je raison de penser ainsi me souffla une petite voix, loin au fond de moi.  Trop de non-dits entre nous m'empêchaient de réfléchir. Eh bien soit, s'il voulait que je lui dise tout, il allait tout entendre. Tout. Même ce qui risquait de ne pas lui plaire. Toutes ces interrogations, les rumeurs qui couraient sur lui, mes questions à jamais sans réponse... Il n'était pas le seul à ne pas tout savoir de l'autre.

Ne fais pas non plus comme si tu m'avais toujours tout dit... Je laissai ma voix enfler à son tour, dépassant allègrement le seuil habituel, même celui de ma voix d'avant l'Accident.

Peut-être cependant la raison pour laquelle j'ai mis autant de temps à revenir n'est-elle pas le temps. Je ne sais rien à propos de toi. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Et quand on se renseigne en demandant à tes connaissances qui tu es, sais-tu seulement les échos que l'on reçoit?

J'avais en effet, dans les premiers temps de notre relation, mené ma petite enquête. J'avais abordé des Serpents de son année, demandé à mes amies ce qu'elles savaient de ce magnifique blond sur lequel je m'apprêtais à craquer très sérieusement. Et les retours n'étaient pas que positifs.

Personne ne sait rien de toi. Tu ne te livres jamais. Si nous avons parlé de ma famille, nous n'avons en revanche presque jamais abordé la tienne. Je sais juste que ton père n'est pas celui que tu pensais. J'aurais pu demander à en savoir plus... Mais non. Je me suis dit alors que je devais te faire confiance, que cela viendrait en temps voulu, lorsque tu serais prêt à m'en parler. Tu ne l'as jamais été. J'ai choisi de te faire confiance!

Cette dernière phrase, je l'avais presque criée, tant elle me semblait vraie à cet instant.

Certains prétendent même que tu as un penchant pour les magies un peu... obscures. J'ai choisi de les ignorer, de te croire, toi! poursuivis-je sur le même ton, sans le laisser en placer une. J'avais besoin de lui dire tout cela, toutes mes incertitudes à son propos. De lui montrer à quel point je lui avais fait confiance. Car, si d'ordinaire j'étais d'une absolue transparence, je voulais que cela soit réciproque. La seule exception à cela avait été Luke.
J'avais choisi délibérément de le laisser avoir ses secrets, en acceptant de lui révéler tout ce qu'il voulait sur moi-même. Peut-être avait-ce été mon erreur. Peut-être aurais-je dû demander plus, donner moins?
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Luke Belt, Dim 23 Mar - 16:48


Je savais que j'avais été un peu loin, mais je m'en rendis réellement compte lorsque je vis les épaules de Kate se recroqueviller, touchée par les mots que j'avais prononcé. Je pensais tout ce que j'avais dis, mais je n'aurais pas dû le dire comme cela. Je n'aurais pas dû le dire avec autant de reproches dans la voix, surtout. Car cela avait blessé Catherine, je le voyais. Mais il était trop tard pour me rattraper. Toute parole en ce sens n'aurait fait que m'enfoncer, rendant les choses encore pire. C'est pourquoi je la laissais juste répondre. Répondre des choses que j'aurais préféré ne jamais entendre, des choses que la Rouge et Or n'aurait jamais dû penser.

- Bien sûr. Tu ne peux pas comprendre. Si je ne t'ai pas reparlé, et tu n'es pas le seul dans ce cas je te signale, c'est parce que je me sentais coupable. Coupable de la mort de Sierra, qui s'est jetée devant moi pour me sauver la vie. Je... ça peut sembler idiot, mais j'avais l'impression que je n'avais plus le droit de vivre. Et vivre, en grande partie, signifiait pour moi être avec toi. Je suis revenue petit à petit vers les gens, mais toi... C'était plus difficile. Et plus les jours passaient, plus je me voyais mal revenir.

Elle avait raison, je ne comprenais pas. Comment pouvait-on se sentir responsable de la mort de quelqu'un, surtout si c'était le choix de celle-ci de se sacrifier ? Cela m'échappait. En même temps, je n'avais jamais vécu une histoire similaire, ce devait être pour ça. J'aurais peut-être dû répondre quelque chose, car le regard de Kate se durcit alors et je sentis qu'elle allait à son tour me faire des reproches. Cela ne tarda pas à venir.

- Ne fais pas non plus comme si tu m'avais toujours tout dit... Peut-être cependant la raison pour laquelle j'ai mis autant de temps à revenir n'est-elle pas le temps. Je ne sais rien à propos de toi. Et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Et quand on se renseigne en demandant à tes connaissances qui tu es, sais-tu seulement les échos que l'on reçoit?

C'est à cet instant, en entendant Catherine dire ces mots d'une voix forte, que je compris l'enjeu de la discussion. Il n'y aurait que deux issues, et celles-ci me semblaient irrévocables. Soit nous allions nous réconcilier, et tout redeviendrait plus ou moins comme avant, soit nous allions nous séparer, et ne plus jamais nous adresser la parole. Je savais que la deuxième possibilité serait plus douloureuse pour Kate que pour moi, mais je tenais tout de même à l'éviter. En effet, je tenais malgré tout à la gryffondor. Je tenais à elle plus que je ne pourrais jamais l'avouer. C'était elle qui, sans le savoir, m'avait donné une raison de rester à Poudlard alors que ma famille s'était volatilisée pour aller en France, qui m'avait aidé à ne pas devenir complètement associable, car le temps que j'avais passé avec elle, je ne l'avait passé ni dans des grimoires douteux, ni dans des endroits mal famés, tel l'allée des embrumes. J'aurais voulu répliquer, dire quelque chose, mais la Rouge et Or ne m'en laissa pas le temps.

- Personne ne sait rien de toi. Tu ne te livres jamais. Si nous avons parlé de ma famille, nous n'avons en revanche presque jamais abordé la tienne. Je sais juste que ton père n'est pas celui que tu pensais. J'aurais pu demander à en savoir plus... Mais non. Je me suis dit alors que je devais te faire confiance, que cela viendrait en temps voulu, lorsque tu serais prêt à m'en parler. Tu ne l'as jamais été. J'ai choisi de te faire confiance !

Elle avait terminé sa phrase en criant, me faisant ressentir l'intensité de ses reproches. Je m'étais vraiment attendu à tout, sauf à cela. C'était-elle qui parlait de confiance ? Elle qui avait préféré m'éviter pendant des mois au lieu de venir me parler, alors que je l'aurais écouté sans la juger ? Il y avait une très bonne raison pour laquelle je ne parlais jamais de ma famille : Il n'y avait rien à dire, elle était quasi-inexistante. Mais ça, Catherine ne semblait pas l'avoir compris. Elle ne s'était apparemment jamais demandé pourquoi je ne l'avais jamais invitée chez moi. Quant à savoir pourquoi personne ne me connaissait réellement, j'avais aussi une bonne raison, qui se résumait en un seul mot : La discrétion. Pour tous, j'étais un joueur de quidditch, un bon élève, et c'était tout. Alors que je voulais répondre, Kate acheva son discours, enfonçant le clou encore plus loin.

- Certains prétendent même que tu as un penchant pour les magies un peu... obscures. J'ai choisi de les ignorer, de te croire, toi !

Là, Catherine s'était complètement planté. Elle aurait mieux fait de ne pas me croire, de croire les autres, mais je ne pouvais pas lui dire et je n'en avais pas envie, de toute façon. Car j'avais plus qu'un simple penchant pour cette magie. La fine chaine en argent que l'on apercevait autour de mon cou en était l'une des preuve : Au bout, caché sous mes vêtements se trouvait l'un de mes objets les plus précieux, l'amulette d'Asklepios. Ce simple objet au poids si lourd, car je ne pouvais pas l'enlever. Ou du moins pas l'enlever sans me prendre tous les coups dont elle m'avait protégé.

Je me relevai d'un coup et me rapprochai de la Gryffondor. Je posai une main de chaque coté d'elle sur la table et avançai mon visage vers le sien, m'arrêtant à une dizaine de centimètres. Je pris alors la parole, d'une voix très calme.

- Et tu ne t'es jamais dit qu'il y avait une raison, pour laquelle je ne parlais jamais de ma famille ? Peut-être que parler de ma demi-soeur que je ne connais pas, puisqu'elle est internée à St-Mangouste ne m'intéresse pas. Peut-être que je ne peux pas parler de mon père ou de ma belle-mère, puisqu'ils se sont volatilisés. Mais tu veux vraiment que je t'en parle ? Ok, allons-y alors ! Lui, il était proprio des TB, et elle, elle était prof de SACM ainsi que proprio des Halles magiques. Tu vois, c'était tellement intéressant. La seule chose que je peux te dire, c'est que j'ai trois cousines, à poudlard. Kyara et les soeurs Higgs. Mais tu vois, ça j'aurais voulu t'en parler, mais tu n'étais pas là, quand je l'ai découvert.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle de classe à côté de la bibliothèque

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 21:13


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 17

 Salle de classe à côté de la bibliothèque

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.