AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 2 sur 6
Devant le mur de la voie 9 ¾
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Izsa Hilswood
Serpentard
Serpentard

Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Izsa Hilswood, Dim 31 Mai - 0:32


Une deuxième année à Poudlard commençait pour Izsa. Après ces vacances d'été loin de toute magie, elle avait hâte de retrouver le château, ses armure enchantées, ses tableaux parlants, ses escaliers entêtés et son plafond magique. Malgré sa part moldue, la vie d'Izsa lui semblait bien terne loi de l'école. En plus, cette année elle avait put ramener son Nimbus 2001 ! Malgré l'âge du balais, elle ne pouvait que se réjouir !

Comme l'année précédente, les parents de la fillettes ne l'avait pas accompagné à la gare. La rentrée venait également de commencer pour Mrs Hilswood, professeur de son état, et Mr Hilswood était en déplacement en Autriche. En bref, il n'y avait encore une fois que son grand frère qui allait surveiller qu'aucun inconnu ne prenait Izsa par la main, l’emmenant dans une camionnette pleine de bonbons...

Ils traversèrent King's Cross assez rapidement. Seuls les moldus vérifiaient la voie de départ pour leur train. Pour les jeunes étudiants en magie, il n'y avait qu'un départ possible : la voie 9 3/4. Avec le panneau "9" à gauche, le "10" à droite, l'entrée était impossible à manquer. Frère et sœur Hilswood se firent la bise, et le Cracmol s'en alla. Luca n'avait pas de pouvoirs magiques, il ne pouvait pas traverser : c'était une fatalité. Pourtant, elle avait toujours le même pincement au cœur en le voyant s'éloigner.

La jeune Serpentard commença alors à avancer, droit vers le mur de brique. Un pas, deux pas, trois pas... Elle s'arrêta, quelque chose avait retenu son attention. Il y avait une famille - père, mère et fille - qui semblaient perdus non loin de là. Ils avaient l'air de moldu, mais les lourds bagages de la fillette lui indiquait qu'elle n'était pas une étudiante ordinaire : c'était une sorcière ! A tout les coups, une Née-Moldue complètement paumée, qui allait manquer le train si elle continuait ainsi.
Mue par la volonté de faire une bonne action - ça c'était un héritage des Hilswood, les verts et argents n'étaient pas vraiment réputés pour leur serviabilité - elle s'approcha du groupe, un sourire avenant aux lèvres.

- Bonjour, lança-t-elle à la famille. Elle lâcha son chariot et s'adressa à l'autre fillette, de un an sa cadette. Tu fais ta rentrée à Poudlard, c'est bien ça ? Moi, je suis en deuxième année.

Ses parents avaient bien éduqués la petite sang-mélée. Elle savait que tant qu'on n'était pas sûr à 100% que son interlocuteur était un sorcier, il ne fallait pas parler de magie. Au pire, si elle s'était trompé, ce n'était pas si grave : ils répondraient par la négative, et oublieraient bien vite le nom "Poudlard". Izsa n'était pas très reponsable, mais elle avait bien intégré le principe de "Secret Magique", quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Turner
Alice Turner
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Alice Turner, Lun 1 Juin - 18:58


La jeune fille qui était maintenant arrivée jusqu'à eux avait lâché son chariot -qui avait d'ailleurs retenu l'attention d'Alice : c'était bien plus pratique que son énorme bagage...- et leur avait adressé la parole.

          "- Bonjour, avait-elle dit calmement. Tu fais ta rentrée à Poudlard, c'est bien ça ? Moi, je suis en deuxième année."
Les yeux de l'écolière s'étaient éclairés lorsqu'elle entendit le nom "Poudlard". Elle avait hoché vivement la tête, prise d'une joie immense.
"Oui ! s'était-t-elle empressée de répondre, toi aussi ? Alors, Poudlard existe vraiment, ce n'était pas une blague ?" Elle avait eu l'air un peu naïve avec son air ahuri, mais elle était trop heureuse pour y prêter attention.
Elle s'était tournée vers la jeune sorcière, qui, visiblement devait être plus âgée qu'elle. Environ 1 an, avait-elle supposé avec jugeotte. Ses grands yeux marrons fixaient Alice sans ciller, ce qui avait intimidé la petite sorcière qui s'était sentie obliger de détourner le regard. Elle admirait l'assurance de son aînée et aurait aimé avoir la même.
Elle s'était alors penchée vers ses parents, pour observer leur réaction. Tous deux avaient la bouche ouverte et semblaient presque perdus, ce qui devait être en fait le cas.
En effet, les parents d'Alice étaient restés stupéfaits. Ils n'auraient jamais imaginé qu'une telle situation puisse un jour exister. En fait, ils n'y croyaient même pas. Leur fille allait partir dans une école de sorcellerie pour y étudier la magie... mais ils n'avaient jamais entendu parler de quoi que ce soit en rapport avec cette mystérieuse école. Avaient-ils fait le bon choix en venant ici ?

Les parents d'Alice observaient la jeune sorcière qui était venu les voir. Le fait d'être venu les aider les avaient beaucoup rassuré et leur avait permis de placer un minimum de confiance en ce monde mystérieux qu'ils ne pouvaient voir. Cependant, c'était de la peur que lisait Alice dans les yeux de sa famille. Une inquiétude qui ne disparaîtra sans doute jamais.

Puis, c'est comme si l'arrivée de la sorcière avait déclenché un essor. Comme si, soudainement, Alice et sa famille pouvaient distinguer les sorciers des moldus dans cette gare. Certains portaient de longues robes noires, étranges, d'autres des chariots semblables à celui de la sorcière, et certains avaient même... une chouette ! Oui, le jeune garçon qui était arrivé derrière eux traînait un grand chariot sur lequel prônait une magnifique chouette grise. Alice avait suivi du regard le garçon avec intérêt, surtout lorsqu'il s'était mystérieusement mis à courir. Elle avait éclaté de rire en le voyant foncer dans le mur... jusqu'à ce qu'il disparaisse derrière ce dernier.
Effarée, Alice avait perdu son sourire d'emblée.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
Izsa Hilswood
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Izsa Hilswood, Jeu 4 Juin - 23:06


Apparemment, la petite fille avait été perspicace quand à la nature de son interlocutrice. Celle-ci avait l'air plutôt contente de se retrouver en face d'une "compatriote sorcière".

"Oui ! Toi aussi ? Alors, Poudlard existe vraiment, ce n'était pas une blague ?"

Décidément, il n'y avait que les nés-moldus pour poser de telles questions... Une blague, Poudlard, la plus grande école de magie ? Et la lettre, le chemin de traverse... ça comptait pour des prunes ?
De toute évidence, oui, vu la réaction des parents, tout aussi éberlués. Pourtant, si ils se trouvaient là, dans King's Cross, sur le point de laisser leur fille faire ça rentrée à Poudlard, c'était bien qu'ils avaient assimilés le concept de magie. Ils avaient du voir leur fille faire des -littéralement - étincelles, ramener des bouquins obscurs de potions et en botanique, et ils pensaient que le Poudlard Express était une blague ? Personne n'aurait pu monter pareil machination ; c'était donc la vérité, cqfd.

- Je m'appelle Izsa Hilswood, se présenta-t-elle avec plus de forme. Mes grands-parents sont des moldus, du coup je comprends bien que ça doit vous paraitre un peu bizarre...

Elle s'adressait surtout aux parents, qui devaient être encore plus perdus que la fillette. Et même si ce n'était pas totalement vrai - son grand-père paternel étant un sorcier tout ce qu'il y avait de plus Sang-Pur - elle espérait pouvoir
Elle remarqua alors que l'attention de la nouvelle élève était partie vers autres choses. En effet, non loin de là, un sorcier faisant sa rentrée s'approchait du passage vers la fameuse voix.
Bon, le rire de la gamine à se moment faisant un peu froid dans le dos. "Ahahah, c'est tellement drôle, il va d’exploser contre le mur !" Mouais, reconnaissez que c'est un poil étrange. Cela ne durant pas très longtemps, cependant, puisqu'elle s'arrêta net en voyant de ses yeux ce que la magie du passage en action.

- C'est là que se trouve le passage vers la voie 9 3/4, expliqua-t-elle très calmement. Il suffit de marcher droit devant, et on débouche devant le Poudlard Express. Par contre, comme il s'agit d'un passage magique... les moldus ne peuvent pas passer.

Elle en était la première attristée, d'ailleurs. Si le passage avait été adapté pour les moldus, son frère aurait pu l'accompagner jusqu'au train.

- Je peux t'aider à traverser le passage, si tu veux. Au fait tu t'appelle comment ?

Izsa lui aurait bien proposé de passer le trajet en train avec elle, mais la Serpentard allait très certainement partager un compartiment avec ses camarades de classe. Il valait mieux que la nouvelle se fasse des amis parmi les gens de son année. Et, peut-être avec de la chance, des gens de sa futur maison.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Turner
Alice Turner
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Alice Turner, Ven 5 Juin - 19:00


En fait, les parents d'Alice se souvenaient très bien que leur fille avait tenté quelques coups de magie. Mais le fait est qu'ils n'avaient jamais vu personne d'autre -jusqu'à présent- pratiquer la magie. En effet, les parents d'Alice ne croyaient en rien. Comment la magie aurait-elle pu exister ? Impossible. Les lois de la physique sont claires, et les mathématiques le prouvent. Ils étaient aveugles à toute forme de magie, même celle de leur propre fille. Ainsi, lorsqu'ils reçurent la lettre de Poudlard, ils n'en crurent pas un mot.
Impossible.
Ils s'étaient répétés ça toute la journée, jusqu'à ce qu'Alice leur rappelle certains événements de son enfance, dont ses parents se rappelaient très bien. Ils durent accepter une idée qu'ils avaient pourtant banni depuis bien longtemps, car, penser qu'un monde magique existait, revenait à se dire qu'ils étaient en danger en permanence : des magiciens contre des hommes sans capacité magique, c'était plaisant à voir à la télé, mais en réalité, cela faisait plutôt peur.
Puis, plus les jours passaient, plus ils réfléchissaient à une physique, une chimie "magique". Et en fait, c'était possible.
Mais cela s'arrêta là, et c'était déjà beaucoup pour eux. Quand Alice dût aller acheter ses fournitures pour l'école de sorcellerie, ses parents ne purent pas l'accompagner. Au grand désespoir de ses parents, elle dût y allait toute seule. Le soir-même, elle était de retour avec des histoires dignes d'un conte des Mille et une nuits.
Il faut dire qu'après ça, les parents ne virent pas les jours passer... jusqu'au jour J. Direction King's Cross. Où est-ce que ce train va-t-il mener l'ainée de leurs enfants ? Ils avaient imaginé pas mal de choses, mais étrangement, avaient complètement oublié que des centaines d'autres enfants étaient comme leur fille.
Et pourtant, maintenant, debout dans cette gare en compagnie de vingtaines de sorciers, ils comprirent qu'Alice n'était pas un cas unique.
*Alice n'est pas comme nous*, telle fût leur première pensée. Alice n'était pas comme eux, ses parents, mais comme eux, ces sorciers aux dons étonnants.

"Je m'appelle Izsa Hilswood. Mes grands-parents sont des moldus, du coup je comprends bien que ça doit vous paraître un peu bizarre..."

"Moldus" ? Les deux adultes comprirent que cela devait signifier les hommes dépourvus de pouvoir magique. Mais, en réfléchissant plus profondément, ils conclurent que finalement, la seule différence qu'il y avait, c'était bien ce don. Comment une capacité pouvait-elle autant différencier deux êtres humains ?

Alice s'étonna du regard que lui lança son aînée après avoir éclaté de rire, puis repassa la scène dans son esprit.
Ah, oui, c'est vrai que ça pouvait faire peur. Mais en fait, elle n'avait pas trouvé drôle que l'enfant fonce dans le mur. Ce qui l'avait fait rire, c'était que tout ça, toutes ces nouvelles informations, c'était trop.  Elle avait rit nerveusement. Elle ne comprenait plus comment ça marchait, et lorsque Alice ne comprend plus, c'est la panique. Tout cela aurait dû être irréel ! Mais en voyant l'enfant traverser le mur sa nervosité avait laissé place à une angoisse sans limite. Foncer dans un mur, c'est bizarre. Le traverser, c'est inenvisageable.

" C'est là que se trouve le passage vers la voie 9 3/4. Il suffit de marcher droit devant, et on débouche devant le Poudlard Express."
Donc comme ça, ce passage permet de voyager à travers l'espace-temps ?! Mais en pensant à ça, elle comprit quelque chose. Elle repassa tous les sorts qu'elle avait appris, tout ce qu'elle avait lu. Puis, pour se rassurer, elle associa tous les sorts avec des phénomènes physiques possibles qu'elle connaissait. Et ça fonctionnait. Elle fit de même avec le fait de traverser un mur pour arriver de l'autre côté... finalement, c'est tout à fait possible ! Après tout, un trou dans l'espace-temps, ce n'était pas si irréel. Elle se souvenait avoir lu ça quelque part... Ah oui, c'est un trou de ver !

"Par contre, comme il s'agit d'un passage magique... les moldus ne peuvent pas passer."
Alice n'y avait pas pensé. Elle se retourna vivement vers ses parents, et ne pût retenir ses larmes. *Bon sang, ne puis-je pas me retenir, parfois ? Izsa, elle, elle ne pleure pas !*

"Je peux t'aider à traverser le passage, si tu veux. Au fait tu t'appelle comment ?
Alice fût très reconnaissante qu'on lui propose de l'aide. Et, à travers ses larmes, elle parvint à esquisser un sourire, sincère.
"Je m'appelle Alice. Alice Turner. Je suis ravie de te connaître Izsa, et... merci énormément d'être venue m'aider. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans toi..."
Alice partit alors enlacer ses parents. "Les prochaines vacances arriveront vite, Alice, la rassura sa mère. Tout va bien se passer."
Puis elle comprit qu'il valait mieux se dépêcher, car beaucoup de sorciers étaient déjà passés. Alice, partagée entre l'angoisse et l'excitation, se dirigea alors vers Izsa, lui faisant comprendre qu'elle était prête.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
Izsa Hilswood
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Izsa Hilswood, Mar 16 Juin - 1:44


Désolée pour le retard, j'ai un gros coup de mou en ce moment


Pour le coup, Izsa ne s'était pas du tout attendue à la réaction de la brunette. Les larmes qui étaient apparues d'un seul coup dans ses yeux l'avaient totalement désarmée. Qu'était-elle sensé faire ? La rassurer ? Laisser ses parents faire ?
Sans être socialement inadapté, la Hilswood n'était pas très douée pour trouver les mot justes afin de réconforter les autres. Son manque de tact avéré lui faisant souvent dire des choses bien intentionnées mais mal interprétées. Elle fit donc le choix de se taire, pour éviter de dire des bêtises.

"Je m'appelle Alice. Alice Turner. Je suis ravie de te connaître Izsa, et... merci énormément d'être venue m'aider. Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans toi..."

La jeune Serpentard ouvrit la bouche, puis en se rendant compte qu'elle ne savait pas comment réagir face à ce remerciement, elle la referma. Cela faisait un peu poisson hors de l'eau... Heureusement pour elle, les parents d'Alice étaient suffisamment responsables pour savoir dire au revoir à leur fille de manière douce, histoire qu'elle se calme un peu. Ils lui facilitaient pas mal la tâche, à vrai dire.

En voyant cette famille unie, Izsa ne pu s'empêcher de penser à la sienne, si différente. Non, elle n'avait pas été maltraitée durant son enfance, même si elle n'avait pas été vraiment choyé. Ses parents l'aimaient d'un amour passif, et tout à fait réciproque, ce qui faisait qu'elle n'avait ressentit aucune déchirure en les quittant lors de sa première rentrée à Poudlard. Face aux Turner, elle voyait bien qu'elle était étrangère à tout cela.
Elle resta donc à quelques pas d'eux, ce tenant à la limite de la distance sociale. Elle attendit calmement que la fillette la rejoigne, et elle lui dit :

- Le plus simple, c'est de foncer droit devant sans se poser de question.

Elle avait fait soigneusement attention à ne pas mentionner la séparation qu'elle venait de subir. Toute phrase tel que "tu pourra leur envoyer des lettres, et puis tu les verra pendant les vacances" lui aurait parut à la foi surfaite et maladroite.

D'un pas vif, elle entraina sa cadette vers le passage. Elle se tenait près d'elle, mais un peu en avance histoire de bien lui montrer que c'était sans danger. Plus que cinq mètres...trois mètres...un...

La seconde d'après, le décors avait entièrement changé, bien qu'il s'agisse toujours d'un quai. Le plus flagrant était sans aucun doute la différence entre les passants des différentes gares. Ici, hululement de chouette et cri d'enfant emplissait le lieu, et on sentait une certaine bonne humeur se dégager de cette foule compacte. Izsa sourit, et annonça d'une voix qui se voulait impressionnante :

- Et voilà, Alice : le Poudlard Express !

D'un geste de la main, elle indiqua la locomotive rouge vife, dont le nom était de toute façon écrit dessus ? C'était assez amusant, mais dès que la deuxième année posait les yeux sur ce train, elle ressentait une joie inexplicable. Qu'est-ce qu'elle avait hâte d'être à Poudlard !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Turner
Alice Turner
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Alice Turner, Mer 17 Juin - 22:31


Pas de soucis, pour le retard. Smile



Une fois qu'elle eut rejoint la dénommée Izsa, Alice fût prise d'un grand stress, ce qui lui avait en fait permis d'oublier un peu ses parents. Elle avait regardé le mur avec intensité, s'attendant à ce qu'il devienne tout à coup moins épais. Mais, à l'évidence, rien ne s'était produit.

"Le plus simple, c'est de foncer droit devant sans se poser de question.", avait déclaré son aînée qui se tenait à ses côtés.

Sans se poser de questions ? Difficile pour Alice qui remettait toujours tout en question, justement. Mais elle n'eut pas le temps de réfléchir -et heureusement- car la jeune sorcière l'avait déjà entrainée avec elle. Puis, ce fût un gigantesque tourbillon dans la tête d'Alice, une sorte de confusion, comme si elle s'attendait à entrer dans un rêve, ou en sortir peut-être...

Elle courait encore lorsqu'elle se rendit compte qu'elle avait réussi à traverser le mur, à voyager dans l'espace-temps... Puis elle s'était arrêtée, fascinée. Elle était au bord d'un quai hors du commun. Non pas que la structure fût étrange, mais plutôt que l'ambiance n'avait rien de normal. Anormal, certes, mais superbe. Les gens, leurs attitudes, leurs vêtements, le bruit... tout était si différent. C'était magique. La plupart des élèves étaient vêtus de longues robes de sorcier noires, l'uniforme de l'école, mais certains adultes en possédaient aussi. Cela fit penser à la jeune fille qu'elle ne s'était même pas encore vêtue de l'uniforme obligatoire. Certains étaient déjà munis de leur baguette, ou autres objets étrangers à la née-moldue.

- Et voilà, Alice : le Poudlard Express ! s'était exclamée Izsa avec joie.

Alice avait suivit le geste de la deuxième année, jusqu'à ce que ses yeux se soient posés sur la magnifique locomotive, émerveillés. Le train habillé d'un rouge flamboyant semblait attendre Alice avec impatience.

- C'est magique... enfin, magique dans le sens superbe, je veux dire... se rattrapa la première année en riant.

Alice ne savait pas s'il était l'heure, mais elle avait ressenti le besoin urgent de monter dans le train qui l'emmènerait à Poudlard. Elle se tourna alors vers Izsa, puis, sur un commun accord, elles se dirigèrent vers la locomotive.

~Fin du RP~
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Gamelin
Thomas Gamelin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Thomas Gamelin, Ven 21 Aoû - 21:54


[RP avec Matilda Grayling]

Ce matin, Trask se leva tôt pour son premier jour d’école a Poudlard. Il regarda à nouveau l'heure de départ du train, quelle gare et quelle voie il devait aller. La gare était celle de King's Cross, sur la voie 9 3/4 a 11 heures précises. Il arriva à la gare vers 10h15, car il était très ponctuel comme garçon, il était accompagné des ses deux parents ce jour la. Il rentra dans cette gare et il y avait du monde, un peu trop a son goût. Il déposa sa malle, et ses affaires sur un chariot qui était mis a la disposition des voyageurs. Une fois cela fait, lui et ses parents se dirigèrent vers la voie inscrite sur le billet. Voie 7, voie 8, son cœur commençait à palpiter de plus en plus fort, voie 9… voie 10. Il chercha du regard la voie 9 3/4 mais aucune voie ne porter se numéro. Il crut pendant un instant qu'il ne pourrais jamais prendre le train a l'heure. Il scruta les environs mais toujours pas de voie 9 3/4, cela passer de 9 à 10 c'est tout.  Ses parents commencèrent a chercher eux aussi, ce n'est pas facile quand on est un sorcier dans une famille de moldus, allant même jusqu’à demander a des passant mais la voie 9 3/4 n'existait pas. Le temps défilé et toujours rien, il se demander si ils avaient bien lus le papier et ils avaient bien lus ce qui était écrit mais rien n’indiquait comment y accéder. Soudain Trask aperçu une jeune fille qui avait a peu près son age, et son teint repris aussitôt des couleurs, elle avait elle aussi une malle et des affaires de sorcier.

* Sûrement qu'elle sait comment accéder a la voie 9 3/4  *

Il l'a regarda un petit moment puis il se décida a aller lui demander. La fille était a peine plus petite que lui, elle avait de longs cheveux et son teint était pale. Arrivé a son hauteur, il lui adressa la parole

« Salut »

Aussitôt un regard perçant s'abattus sur le jeune garçon...
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
Matilda Grayling
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Matilda Grayling, Ven 21 Aoû - 23:40


[RP avec Trask Rhg]

Matilda était d'humeur maussade le matin du départ pour Poudlard. Elle n'avait pas dormi de la nuit, s'était cogné le petit orteil en se levant, et la bonne humeur générale dans sa famille à l'idée que la petite dernière allait enfin entrer à l'école des sorciers l'irritait au plus au point, surtout lorsque son frère s'amusait à lui raconter des histoires sur le bizutage des premières années pour lui faire peur. Elle était stressée et le sentiment d'avoir oublier quelque chose qu'elle avait eu en quittant la maison n'arrangeait pas les choses. Seule sa mère l'accompagnait à la gare, et en embrassant son père, son frère et sa sœur elle s'était sentit mal à l'idée que sa famille s'habitue à son absence et l'oublie, elle se demandait si le bonne humeur n'était pas plutôt due au fait que Matilda ne serait plus dans leurs pattes pendant sept ans.
Du départ de la maison jusqu'à la gare, son angoisse n'avait fait qu'augmenter, et si elle ne se plaisait pas à Poudlard ? Si les professeurs étaient des tyrans ? Si elle ne parvenait pas à se faire d'amis ? Si elle n'allait pas dans la bonne maison ? La petite fille en avait mal au ventre.
En entrant dans la gare, c'était un tout autre problème qui la fit angoissée, il y avait beaucoup trop de moldus. Elle les observait en poussant son chariot, il y avaient quelque chose d'étrange qui émanait d'eux qui rendait Matilda mal à l'aise. Elle avait du mal à imaginer qu'ils puissent ne rien savoir à propos du monde de la magie. Son frère lui avait raconté qu'il y a des siècles ils chassaient les sorciers parce qu'ils en avaient peur, et que c'était pour cela qu'il fallait garder le secret, sinon ils deviendraient fous et s'accorderaient tous pour détruire tout ce qui avait l'air magique à coup de fourches et de torches. Cette vision avait animer la plupart des cauchemar de Matilda. C'est alors qu'une voix la ramena à la réalité
"Salut" avait dit dans sa direction un garçon qui devait avoir son âge alors qu'elle et sa mère approchaient des colonnes qui séparaient les voix 9 et 10
Matilda observa avec attention celui qui l'avait tiré de ses songes. Il était légèrement plus grand, avec des cheveux noirs ébouriffés. Il était habillé comme un moldu, ainsi que les deux adultes qui l'accompagnait, mais avait un chariot à peu près similaire à celui de Matilda. Il semblait étrangement mal à l'aise lorsqu'il lui demanda si elle savait où se trouvait la voie 9 3/4 avec un accent français. Matilda ne sut quoi répondre et continua d'observer les trois personnes qui se tenaient devant elle jusqu'à ce que sa mère intervienne

"C'est le premier jour aussi n'est pas ? avait elle dit en souriant chaleureusement Ce n'est pas très compliqué. La voie 9 3/4 se situe entre la 9 et la 10. Vous devez courir vers une colonne et la laisser vous aspirer. Matilda montre lui" Elle avait mis sa main sur l'épaule de sa fille en signe d'encouragement, tendis que l'étrange famille l'avait regarder avec des yeux ébahis, et Matilda avec des yeux qui lançaient des éclairs. C'était la première fois pour elle aussi et elle était morte de peur, imaginant que son chariot allait dévié et la faire tomber ou que le mur ne s'ouvrirais pas à son passage. Mais il ne fallait pas montrer sa peur devant un autre future élève de Poudlard, encore moins un enfant de moldu. Matilda pris son courage à deux mains et dirigea son chariot droit vers la colonne la tête haute, avant de prendre une grande inspiration et de courir droit dans le mur, fermant les yeux en attendant le choc. Lorsqu'elle les rouvris, elle se trouvait sur le quai qui accueillait le Poudlard Express. Matilda sourit et se décala en observant la colonne d'où sa mère, le jeune garçon et ses parents allaient débouler.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Gamelin
Thomas Gamelin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Thomas Gamelin, Sam 22 Aoû - 0:25


Le jeune garçon était mal a l'aise mais il essayer de ne pas le montrer. La fille ne répondit rien et pendant un moment ils restèrent tous dans le silence a s'observer. Mais la mère, qui accompagné sa fille, voyant le malaise qui s'installait, dit avec un sourire :

-C'est le premier jour aussi n'est pas ?Ce n'est pas très compliqué. La voie 9 3/4 se situe entre la 9 et la 10. Vous devez courir vers une colonne et la laisser vous aspirer. Matilda montre lui

Le garçon n'avait pas compris sur le moment, ni même ses parents. La fille continuait d'avoir un regard perçant envers sa famille mais elle se tourna vers la colonne avec sa mère. Ils commencèrent a courir vers cette même colonne et Trask ne comprit pas ce qui venait de se passer : elles avaient disparu. Il se demandait ce qui s’était passer mais il reprit ses esprit et il se dit qu'il fallait le faire. Il se plaça en face de la colonne a environ 5 mètres de celle ci. Sa mère était a sa droite, son père a gauche, eux aussi ne paraissaient pas rassurer. Il regarda la colonne puis il ferma les yeux pour se concentrer, lorsqu'il ouvrit les yeux, il commença a courir et juste avant l'impact il ferma a nouveau les yeux cette fois ci par peur. Il ne sentit rien et continuais a courir avant de s’apercevoir qu'il fallait s’arrêter. Il ouvrit les yeux, la jeune fille et sa mère étaient la, ils étaient toujours dans la gare mais il n'y avait plus qu'un train mais pas un train électrique :  c’était un train a vapeur. Lui et ses parents furent émerveillé par ce spectacle, il y avait du monde mais ce n’était plus des non sorciers qui remplissaient la gare mais bel et bien des sorciers. C’était pour la plupart des jeunes écoliers, et revenant vers la fille et la mère, il aperçut une plaque ou il était écrit :

Voie 9 3/4

Il se tourna vers la mère et sa fille et leur dit

-Merci ! Au fait je m'appelle Trask et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Aldabella Prendergast
Aldabella Prendergast
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
RP à déplacer

Message par : Aldabella Prendergast, Sam 22 Aoû - 9:10



RP Flashback~La Première Traversée
ft. - - Oona Lunaria -


Libre arbitre de Ghrystal
Les mouvements de Oona ont été discutés et approuvés en MP lors de la préparation du RP

La première rentrée. Aldabella l’attendait depuis qu’elle était toute petite. Déjà, elle allait souvent au Chemin de Traverse avec ses parents, plus jeunes, lorsqu’ils étaient encore là. Mais voilà que maintenant, la petite fille se préparait à prendre le Poudlard Express pour la première fois. Elle avait attendu longtemps ce moment, et elle y était enfin. Venue accompagnée de son grand frère, qui entrait en troisième année, elle était bien équipée de sa malle et de son petit sac. D’ailleurs, cela faisait quelques minutes que Ghrystal l’avait quittée. Il prétendait avoir faim et ils s’étaient donné rendez-vous à onze heures moins quart, devant le train.

La petite blonde regarda l’horloge de la gare. Il était un peu plus de dix heures et quart. Ne sachant pas trop quoi faire pour passer le temps, Aldabella posa ses affaires près d’un petit banc, entre la voie 9 et 10, puis s’assit. Elle sortit de son petit sac un carnet et un stylo et griffona des motifs sur une feuille vierge. Ça ne voulait pas dire quand chose, n’exprimait pas de sentiments non plus. Juste une méthode pour voir les minutes passer.

Étonnament, bien qu’elle était très excitée à l’idée de cette rentrée, Aldabella n’osa pas traverser le mur. Pas tout de suite. Elle était un peu anxieuse à l’idée de ce nouveau départ. Alors elle restait sur son banc, seule, à regarder des passants défiler, se demandant s’ils étaient moldus ou sorciers. La jeune fillette s’apprêtait à se lever lorsqu’une autre petite fille attira son attention. Elle était accompagnée d’une femme qui était probablement sa mère et semblait… perdue. Aldabella attendit encore quelques instants, la scrutant dans ses moindres mouvements. Elle semblait chercher quelque chose. Son regard passait de la voie Neuf à la voie Dix et à ce qu’il y avait entre. Pas de doute, c’est la voie Neuf Trois-Quart qu’elle recherchait.

Aldabella rangea son carnet dans son petit sac qu’elle remit en bandoulière, saisit sa malle à roues et la tira jusqu’au niveau de la petite fille. Elle devait avoir dix ou onze ans d’ailleurs. Alors qu’elle était à son niveau, elle lui dit, tout bas:

«Psssst ! Tu cherches la Voie Neuf  Trois-Quart, pas vrai ? Je peux t’aider, je sais où c’est ! Mais tu dois me faire absolument confiance !»

Elle lui fit un clin d’oeil et sourit malicieusement. Voilà qui était une façon très interessante de passer le temps.

Code par Ghrystal Prendergast


Edit Heather : Bonsoir Aldabella, conformément au Règlement RPG, il est interdit de poster dans un sujet occupé. J'ai donc déplacé votre message dans un sujet libre. Faites plus attention à l'avenir. Cordialement.


Dernière édition par Aldabella Prendergast le Sam 22 Aoû - 21:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Matilda Grayling
Matilda Grayling
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Matilda Grayling, Sam 22 Aoû - 16:47


Matilda avait été suivie de près par sa mère qui se posta près de sa fille pour laisser passer les nouveaux arrivants. Le garçon et ses parents moldus surgirent quelques minutes plus tard et paraissaient tout chamboulés. Ils se mirent tous les trois à observer les alentours avec des yeux tout ronds.
Matilda ne pouvais pas les en blâmer, elle aussi était impressionnée par cette foule de familles de sorciers qui se disaient au revoir avec des sourires radieux ou des larmes pour les plus jeunes, leurs bagages typiques de sorciers avec ces malles, ces chaudrons, ces balais et ces animaux magiques eux aussi, il fallait parler fort pour couvrir les hululements des chouettes et bien sûr le son du train à vapeur, près à partir sur lequel était écrit "Poudlard Express". On voyait des objets bouger tous seuls voir léviter par-ci par-là, souvent pointés par une baguette illuminée à son extrémité et tenue par la main d'un adulte puisque les mineurs n'avaient pas le droit d'utiliser la magie tant qu'ils n'étaient pas à Poudlard. Matilda se sentait dans son élément. Tout à coup elle angoissait moins à l'idée de quitter sa maison et sa famille pendant des mois, puisqu'elle allait être entourée de gens comme elle, qui apprennent à devenir des sorciers.
Elle pensa alors au garçon enfant de moldus qui était à côté d'elle et eu de la peine pour lui. Il ne connaissait rien du monde des sorciers deux mois plus tôt, tout ce qui l'avait construit durant son enfance allait être chamboulé, tout le parcours de moldu qui était prévu pour lui tombait à l'eau, on l'emmenait dans un monde inconnu pendant sept ans où il devrait se créer de nouveaux repères, et lorsqu'il retournera dans sa famille dans le monde des moldus où il ne faut pas parler de magie, il sera différent, ses parents ne pourront pas le comprendre. Peut-être même auront-ils peur de lui et le chasseront avec des fourches et des torches comme dans les cauchemars de Matilda. Elle se dit qu'elle avait de la chance d'être née dans une famille de sorciers. Elle ne serait pas si dépaysée que ça à Poudlard, alors que lui allait être perdu dans un nouveau monde.

"Merci ! au fait je m'appelle Trask et toi ?"
Tiens, il lui parlait. Il avait l'air mal à l'aise, peut-être parce que la jeune fille le fixait depuis plusieurs minutes, mais il n'avait pas l'air totalement perdu et effrayé dans un monde de sorciers. Il disait surement merci à sa mère pour les avoir aider à passer de l'autre côté du mur, et il se présentait. Trask. Drôle de nom se dit Matilda, ce n'était pas d'origine Française en tout cas. Pourtant il avait un accent plutôt prononcé, même si on comprenait parfaitement ce qu'il disait et il avait l'air bien ancré dans la culture Anglaise. Après avoir parlé il sembla attendre quelque chose, et être encore plus mal à l'aise. Ah oui une réponse ! Il lui demandait aussi de se présenter:

"Matilda" dit elle simplement. Il y eu un temps avant qu'elle ajoute précipitamment "Enchantée" en tendant la main. Le garçon sourit et lui serra la main, un peu plus à l'aise que quelques minutes plus tôt. Leurs parents aussi firent connaissance, puis les salutations furent interrompues par le sifflet qui annonçait le départ imminent du train. Les deux familles allèrent poser les bagages des deux jeunes sorciers avant de se séparer l'une et l'autre pour les adieux.

"Tu m'enverra une lettre demain matin pour me dire comment s'est passée la rentrée et la répartition d'accord ?" dit la mère de Matilda. Celle-ci hocha la tête, évitant de parler pour ne pas pleurer. Voyant les grands yeux de sa fille au bord des larmes, Mme Grayling la pris dans ses bras et l'embrassa sur les deux joues avant de lui dire "Tout va bien se passer ma chérie, tu vas voir tu vas bien t'amuser, tu apprendra des choses passionnantes et tu te fera pleins d'amis. Je t'aime fort."
Matilda la pris dans ses bras à son tour. Elle voyait Trask qui disait au revoir à ses parents lui aussi.
"Allé dépêche toi de monter dans le train Matilda." dit la mère de la petite fille. Celle-ci s'écarta, regarda sa mère une dernière fois puis se dirigea vers la porte du train la plus proche, suivie peu après par Trask.
Revenir en haut Aller en bas
Thomas Gamelin
Thomas Gamelin
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Thomas Gamelin, Sam 22 Aoû - 17:24


Trask avait été émerveillé plus qu'effrayé par ce spectacle, non le problème ne venait pas de la mais bien de la jeune fille. Il été comme intimidé par son regard, lui qui est en plus timide, c’était déjà un grand pas d'avoir demander un inconnue son nom. Elle le regardait toujours avec ce même regard qui rendait mal a l'aise le garçon, puis elle dit soudainement mais simplement :

-Matilda, avant de rajouter, Enchantée

Elle lui tendit la main et Trask se sentit de suite un peu plus a l'aise. Il sourit en lui serrant la main. Les parents du jeune garçon ainsi que la mère de la fille se saluèrent et se présentèrent mais a peine avaient il finit les présentations, un sifflet se fit entendre, c’était l'heure de rentrer dans le train. Après avoir déposer les bagages, sa mère le prit immédiatement dans ses bras et l'embrassa, le garçon était un peu gêné de cela. Son père le prit dans ses bras aussi, et il lui dit

-N'oublie pas de nous appeler quand tu arrivera, d'accord ?

Mais le garçon avait lu dans un livre qu'aucun objet moldu ne fonctionnait a Poudlard. Il dit alors :

-J'enverrai plutôt une lettre.

Ses parents ne comprirent pas pourquoi mais bon, c’était a lui de décider. Trask regarda Matilda et elle aussi disait au revoir a sa mère, celle ci était d'ailleurs en pleure puis regardant sa mère a lui, il vu que elle aussi allait pleurer.

Nous sommes fiers de toi ! Nous t'aimons !, dit son pere.

En réponse de ça, le jeune garçon sourit et voyant que Matilda montait dans le train, il se dépêcha de la suivre. Il savait qu'une nouvelle vie commençait maintenant, pas celle d'un Homme normal mais bien une vie de sorcier.







Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Oona Lunaria
Oona Lunaria
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Oona Lunaria, Sam 22 Aoû - 19:10


Dans le hall de la gare de kings cross, Oona était perdue dans ses pensées. Elle ne cessait de penser que tout ça n'était qu'un rêve, qu'elle n'allait pas tarder à se réveiller. C'est vrai ça, depuis quand les sorciers existent ? C'est pas possible ! Mais bon, tant qu'elle ne s'était pas réveillée, autant jouer le jeu. 
Sa rentrée l'angoissait, elle allait arriver dans une école remplie de gens qu'elle n'avait jamais rencontré, des gens qui en plus de ça pratiquaient la magie ! Elle aurait l'air bien ridicule lorsqu'elle arrivera la bas, et qu'elle sera incapable de lancer un sort.

Elle avait prit le temps de lire un livre sur Poudlard, et en avait donc appris plus sur le fonctionnement de cette école. Elle connaissait donc l'existence des quatre maisons. Et si le choipeaux ne voulait la répartir dans aucune des maisons ? S'il décidait de la faire retourner d'où elle venait ? 

-Voie 9 3/4, mais ma chérie, tu te rends bien compte que c'est pas possible ? 

Sa mère la tira de ses pensées ainsi. Elle leva la tête vers sa mère et lui fit signe de la suivre. Voie 9 3/4, cela devait se situer vers la voie numéro 9. Elle entreprit alors de tirer sa malle aussi grosse qu'elle en direction de cette voie la. 

-Viens Maman, ça doit être par là. 

Une fois arrivée devant la voie numéro 9 : rien, nada, que dalle, le néant. Elle commença a paniquer pour de bon, et à croire à une mauvaise blague ! Il fallait que ça s'arrête, en plus son chat Dinnah, commençait à s'agiter dans sa caisse de transport, ce qui lui permettait encore moins de se concentrer pour reprendre ses esprits. Un énorme sentiment de panique commença a la traverser. Elle regarda sa mère les larmes aux yeux. 

-T'en fais pas ma chérie, on va aller demander à quelqu'un de nous indiquer le chemin ! 
- Non ! Ne fais surtout pas ça, personne ne doit savoir que je suis une sorcière ! 

Son regard commença a voltiger entre les voie 9 et 10, dans l'espoir que quelques  chose y apparaîtrait. Elle prit la lettre accompagnant son billet de train, au cas où elle aurait loupé un information capitale, ce qui l'aurait par ailleurs étonnée, étant donné qu'elle connaissait chaque mot inscrit sur ce bout de parchemin par cœur. 

«Psssst ! Tu cherches la Voie Neuf  Trois-Quart, pas vrai ? Je peux t’aider, je sais où c’est ! Mais tu dois me faire absolument confiance !»

Elle fût tout d'abord surprise. Puis rassurée. Voila qui lui otait une épine du pied ! Elle observa la jeune fille : son regard bleu azur l'apaisa immédiatement ! 

-Très bien, je te fais confiance ! On va par où ? 

Puis, elle réalisa enfin que tout ceci était bien réel, que ça n'était pas un rêve dont elle allait bientôt se réveiller.

Edit Heather : Bonsoir Oona, conformément au Règlement RPG, il est interdit de poster dans un sujet occupé. J'ai donc déplacé votre message dans un sujet libre. Faites plus attention à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Jérémy Poudulairs
Jérémy Poudulairs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Jérémy Poudulairs, Lun 4 Jan - 18:44


Après une bonne nuit de sommeil, l'obtention de sa baguette magique et un long trajet en métro, Jérémy se retrouve enfin devant le célèbre mur de la voie 9¾. Il sortit de sa poche une lettre qu'il avais reçu la veille provenant de son père.

Mon fils,
Je suis très heureux que tu ai reçu ta première baguette, je tiens à te présenter mes excuses les plus profondes de ne pas avoir su être à tes côtés heureusement que tu as le sens de l'orientation et des priorités de ta mère... A ce propos, j'aurais une personne à te présenter lorsque tu sera en vacance, cette personne connaissait très bien ta mère et je pense que cela te fera du bien d'en parler... Enfin soit j'espère que tu gardera malgré tout le moral pour ton premier jour qui plus est tu va découvrir ce qu'est réellement que Poudlard au travers de tes expériences et non de la mienne... Tu grandi si vite s'en est affolant au point que je donnerais tout pour revenir un tant soi peu en arrière de quelques années. Quoi qu'il en soit je te souhaite une très bonne rentrée, amuse toi bien et surtout n'oublie pas d'étudier.

Papa.

Malgré l'avoir déjà lue plusieurs fois Jérémy ne put s'empêcher de ressentir une pointe au coeur lorsqu'il relut le passage concernant sa mère... Il finit par replier la lettre la rangea dans l'une de ses poches, regarda autour de lui pour vérifier qu'il n'y avais personne et s'élança en direction du mur.
Revenir en haut Aller en bas
Noublarka Rabe
Noublarka Rabe
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Noublarka Rabe, Lun 29 Fév - 23:24


Pas de réponses depuis plus d'un mois

RP avec Amnesius Croupton

C'était une matinée de septembre, il était 7h30 du matin et Noublarka était dans la voiture du chauffeur de la famille qui avait pour travail de le déposer devant la gare de Londre. Il faisait froid, le ciel était gris et les nuages y étaient omniprésents. La pluie commençait à se faire sentir et les lueurs du soleil étaient rares malgré le fait que l'on était dans une période où le soleil se levait tôt. Noublarka avait imaginé une autre météo pour cette journée. En effet, ce jour était spécial car c'était le jour de sa rentrée des classes à Poudlard. Même s'il évitait de le montrer et essayait de garder cette posture digne et noble qui le caractérisait, il faut le dire, Noublarka était excité à l'idée d'aller faire son premier jour dans cette grande école de magie. C'était pour lui le début de son aventure, le début de sa "vraie vie", il allait enfin pouvoir donner vie à ses ambitions et commencer peu à peu à créer sa réussite qui serait la sienne en tant que sorcier. Fini sa vie dans une école remplie de moldus répugnants. Le voilà enfin dans un univers qu'il connaissait bien et qu'il adorait par-dessus tout : l'univers de la magie. Noublarka s'imaginait déjà au sommet et se voyait à la une de tous les journaux avec pour titre "le meilleur sorcier de tous les temps". Les songes de Noublarka furent interrompus par la voix grave et rauque de son chauffeur

- Vous voilà arrivés à la gare de Londre Monsieur Rabe.

Il ouvrait alors la porte de sa portière et descendait sur le trottoir en béton puis la refermait dans un claquement sourd et assonant, recouvrant totalement la voix du chauffeur qui avait tenté de lui dire quelque chose avant de partir, il faut espérer que ce n'était pas important car Noublarka, trop occupé à observer la façade de la gare qu'il connaissait pourtant si bien, ne s'était pas du tout aperçu que son chauffeur avait essayé de lui dire quelque chose. Même s'il n'y habitait pas il avait l'habitude de voir ce paysage Londonien car il y venait très régulièrement pour diverses raisons, seulement là, le lieu avait une tout autre saveur pour lui, rien que le fait de savoir qu'il serait à Poudlard dans quelques heures lui mettait l'eau à la bouche. Il décidait finalement après une minute de rêverie qui ne lui ressemblait pas de reprendre ses esprits pour se diriger vers l'entrée de la gare.

Comme il en avait le souvenir, ce lieu dans lequel il passait souvent dans son passé pour accompagner son père à ses trains, était bondé de moldus de toutes sortes. Des femmes, des hommes, des "en costards", des "style hippie", des qui font la manche BREF... Le genre de lieu que Noublarka exécrait. Déjà que parfois quelques moldus lui suffisait pour être mal à l'aise, là il y en avait une centaine ! Les bruits d'enfants, de sonnerie de téléphone, de la voix qui annonçait les départs et arrivés n'étaient pas là pour arranger les choses. Cependant, à aucun moment son gène et ses pensées négatives envers tous ces moldus ne se voyaient sur son visage et il continuait d'avancer au milieu de tous ces gens. Lorsqu'il entendait une voix forte dans son dos qu'il avait déjà entendu il y a cinq minutes dans la voiture, il s'agissait encore une fois de son chauffeur.

- Attendez ! Noubla... euh Monsieur Rabe ! Vous avez oubliez votre valise !

Le chauffeur essayait de se déplacer le plus rapidement possible avec la valise à bout de bras, il faudrait qu'un jour quelqu'un lui dise qu'il y a des roues sur une valise. Il était rouge comme une tomate, avait des gouttes de sueur qui coulaient le long de son visage ce qui rendait la scène assez ridicule, certains passants trouvaient même cela assez drôle. Il arrivait finalement au niveau de Noublarka en entier dans un soupir de soulagement et sous les réprimandes de ce dernier.

- Un peu d'élégance s'il vous plaît, vous êtes le chauffeur des Rabe, soyez en digne !

Le chauffeur ne pouvait répondre, il était trop occupé en essayent tant bien que mal de reprendre son souffle. Noublarka eut l'impression en s'écoutant parler d'entendre sa mère, cela l'effrayait pendant un instant puis il repartait après avoir chassé ces idées de sa tête dans son chemin en tirant sa valise qui n'était pas si grande mangé la ligue période avant les prochaines vacances.

Ses parents lui avaient dit que le Poudlard express se trouvait à la voie 9 3/4, entre la voie 9 et la voie 10. Il était amusé l'instant d'une seconde en imaginant les sorciers au sang moldu entrain de rechercher indéfiniment cette fameuse voie. Il parcourait alors les différents quais de la gare pour finalement arriver près du mur qui amenait au train de Poudlard. Tout un attroupement de ces fameux sorcier d'origines moldu était regroupé autour de ce mur en hésitant, et en commentant bruyamment à chaque fois qu'un sorcier de sang pur arrivait tant bien que mal à passer au milieu de tous ces gens pour pénétrer dans le mur. "Si ils voulaient être discret c'est totalement raté" pensait-il alors.

Noublarka, désolé et pensant déjà à une ruse pour éviter de se retrouver avec ces gens dans son compartiment décidait d'attendre en arrière le temps qu'ils aient tous pénétré le lieu. En espérant que cela ne prendrait pas trop de temps. Il n'avait la force d'aller déranger ces gens qui avaient l'air si fier dans leur médiocrité et leur bassesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Invité, Mer 30 Mar - 19:26


HRPG:
 

[RP unique]

Retour en arrière : Asclépius a 11 ans


« - Bon, tu te bouges là ? J’n’ai pas toute la journée ! Mais avances, espèce de Moldu abruti par son incompétence existentielle ! Ouais le gros, c’est à toi que je parle ! Et qu’est-ce que tu vas faire hein ? Me pousser ? Tu n’sais pas qu’il ne faut pas toucher aux handicapés ? Ouais c’est ça, baisse les yeux ! Mais baisse les yeux j’te dis !
- Euhm, Albert, tu es sûr que-…
- Bon tais-toi le Cracmol, et pousse ! Contrairement à toi, je n’ai pas toute ma journée ! »

La gare de King’s Cross était on ne peut plus animée en ce beau matin de Septembre. En particulier, grâce à la présence d’un énergumène en fauteuil roulant nommé Abelricht Sertorius Underlinden, et de son jeune cousin qui le poussait en tâchant d’oublier du mieux qu’il le pouvait les regards accusateurs braqués sur eux, Asclépius Apophis Underlinden, troisième du nom. Le jeune garçon avait enfin atteint l’âge où tout jeune sorcier britannique commençait son apprentissage magie, et se rendait à Poudlard. Comme il ne savait rien de la ville de Londres (et certainement pas comment s’y orienté, fraîchement arrivé du Schleswig-Holstein qu’il était), son cousin germain, qui y habitait, avait proposé de l’y emmener.
Mais pour être tout à fait sincère, il s’en serait bien passé. Albert avait un don inné pour se rendre détestable auprès de tous, Moldus compris. Quoique… Surtout les Moldus, s’il se référait à la discussion houleuse qui avait animée le dernier repas de famille… Une histoire de cravates étrangleuses de Moldus, ou quelque chose dans le genre… Il n’avait pas tout suivit. Et franchement, un Moldu de moins, ce n’était jamais une mauvaise chose… D’ailleurs… Il apprécierait que les-dit Moldus cessent de les dévisager – lui et son coussin en fauteuil –, comme s’ils étaient des bêtes de foire… N’y avait-il aucun handicapé chez eux ? Ou alors, les noyaient-ils ? C’était bien leur genre…

Tremblant, le garçon baissa la tête, ne prêtant qu’une oreille distraite aux palabres de son cher cousin, de dix ans son aîné. Aujourd’hui, il prendrait le train pour se rendre à la très estimée, et très prestigieuse Académie magique de Poudlard. Dire qu’il était nerveux, serait un euphémisme. Dire qu’il était angoissé, encore plus. Et terrifié, bien davantage.
Pour se préparer, il avait fait sept fois sa valise, vérifier trente-deux fois qu’il disposait de tout le matériel nécessaire – et plus encore – afin de suivre une scolarité optimale. Il avait appris des pages et des pages de généalogie sorcière, afin de ne pas paraître ridicule, incompétent ou ignare, si jamais il croisait un autre de ses pairs ; tant et si bien qu’il s’était sentit par moment prendre racine. Où avait-il péché ? Certainement pas dans la connaissance du programme à venir, sa famille avait veillée à son éducation… Ni dans sa tenue, car malgré sa nervosité, il parvenait à demeurer élégant… Où ? Et que faire ? Merlin, son cœur s’était de nouveau emballé…

« - Bon, laisse-moi ici, et passes en premier. J’attends encore quelqu’un.
- Mais, Scarvius a dit que…
- Et tu le vois quelque part le Scarvius ? Albert haussa un sourcil inquisiteur en direction de son jeune cousin. Non ? Bah moi non plus. Donc, avec moi, tu fais ce que je te dis, point. Sinon, fallait y aller avec quelqu’un d’autre. Et sois un peu plus dégourdis : j’ai vraiment autre chose à faire que de materner un froussard de môme souffreteux. »

Oui, son cousin n’avait eu de cesse de lui rappeler qu’il tenait une boutique, qu’il avait une clientèle, qu’il était un artiste-artisan, qu’on avait besoin de lui, et qu’il n’avait jamais assez le temps de créer, alors si en plus on venait lui coller son petit cousin dans les pattes sur lesquelles il ne se reposait plus…
Il digressait. C’était mal de se moquer des handicapés, apparemment… Quoiqu’Albert faisait rapidement disparaître le fauteuil sur lequel il était assis… Une discussion avec lui, et tout de suite, on se sentait bien plus petit et misérable... Un véritable don de la Magie, cette verve implacable qu’il possédait…

Eh bien, il fallait croire qu’il n’avait plus le choix… L’avait-il même jamais eu ?
Mmh… Mauvais moment pour les questions existentielles...

Mais y avait-il seulement un bon moment pour se poser la question ? Ou devait-il, au contraire, ne pas attendre le bon moment, et agir de son propre chef ? Ou bien-

« - Mais tu fiches quoi là ? Tu admires le paysage peut-être ? Ou tu attends qu’on te prenne par la main ? Allez, j’ai-
- Pas toute la journée, je sais… Mais, je crois que j’ai oublié ma malle à l’entrée de la gare… »

Albert tenta alors de battre le record du soupire le plus agacé – du moins, du point de vue du jeune garçon.

« - Oublié ta malle ? Faut vraiment n’avoir que de l’air dans le crâne pour réussir ce genre d’exploit…
-
- Bah qu’attends-tu, que j’aille la chercher ? Tu oublies que je suis handi-
- Handicapé, oui, je sais. Le coupa-t-il un peu sèchement, en raison de l’eau salée qui commençait à s’accumuler à ses paupières. Tout le monde le sait, même les Moldus le savent. Alors ce n'est plus la peine de le rappeler à chaque phrase… Tu… Je… Je vais chercher mes affaires… »

Et il fuit.
En revenant, il poussait sa lourde malle sur un chariot prévu à cet effet, et ne trouva pas son cousin. Etait-il parti, en le laissant ? Sans même lui dire « au revoir » ?
Il renifla, mais décida de ne pas s’attarder davantage là-dessus, craignant de se mettre à sangloter comme un enfant perdu, au milieu d’une gare pleine de Moldus.
Mais, après tout, c’était bel et bien ce qu’il était : un enfant, un peu misérable, assez fragile, peut-être un peu trop rêveur et sensible…

Distrait, il parcourait les allées, vérifiant mollement la direction à prendre, avant de se décider à partir : rien ne servait d’attendre, Albert ne reviendrait pas. Qui plus est, il n’avait aucune envie de se mettre à pleurer devant lui.
C’est en prenant un élan délicat, mais non moins considérable, qu’il commença à pousser son chariot avec plus de force, finissant même par courir. La vitesse lui sifflait dans les oreilles, et le vent soulevait ses chev-

PATATRAC !

Et voici une feuille de tilleul qui s’envole, après s’être trompée de mur à traverser. Il n’était pas passe-muraille – et son chariot encore moins. Paf ! Le voici à terre ; sonné, déboussolé, un peu sous le choc, vaguement blessé, et très mal à l’aise. Son imposante malle avait réalisé un superbe vol plané au-dessus de quelques badauds, avant de partir s’échouer à terre, un peu plus loin. Heureusement que son frère aîné, Maximus, avait doté cette dernière de quelques sortilèges de protection, sinon, il n’osait imaginer l’état de ses affaires…

« - Mais ce n’est pas vrai, mais quel empoté… On dirait Scarvius au même âge. Eh bien quoi ? Tu as deux pieds gauches qui t’empêchent de marcher peut-être ?
- Je… Je suis gaucher… Fut tout ce qu’il parvint à bredouiller, avant qu’une poigne ferme ne le remette sur ses chaussures vernies. Poigne ferme qui appartenait à Albert. »

Ça y est, il était encore plus confus qu’avant…

« - A… Albert… ?
- Qui d’autre ? Harry Potter ? Arrête un peu de chouiner, espèce de loque. A ce rythme, tu n’arriveras pas même à survivre chez les Poufsouffle.
- Les… Les Pouf quoi ?
- Poufsouffle, une maison de Poudlard. L’école où tu te rends, non ? Il serait peut-être temps de se renseigner un peu sur le sujet. Répondit gentiment une voix féminine, pas très loin de lui. »

Asclépius releva les yeux, pour en rencontrer d’autres d’un beau vert nuancé, qu’il n’avait encore jamais vu. De même, ce visage ne lui disait absolument rien. Et pourtant, l’inconnue semblait être assez proche de son cousin, s’il en jugeait de par leurs mains enlacées l’une dans l’autre.

Attendez…
Leurs mains, enlacées ?
Albert ?
Avec une demoiselle ?
Comment… ?

« - Allez, dépêches-toi, ou tu vas finir par le rater, ton train. Et évites de perdre ta valise en cours de route. »

Sans trop comprendre ce qui lui arrivait, on lui redonna son chariot, où se trouvait, intacte, sa valise.

« - Je n’irais pas plus loin, j’ai vu des… Anciens clients emprunter le quai 9 ¾. Donc tu devras te débrouiller seul. N’oublies pas d’écrire, de temps en temps. Pas tout le temps non plus, je n'ai-…
- pas toute ma journée. Répondirent en chœur deux voix amusées. »

Le jeune Underlinden échangea un regard avec les deux autres protagonistes, avant d’acquiescer, et de finalement emprunter le bon passage, menant au quai direction Poudlard. Il semblerait que, finalement, l’avenir semblait plus intéressant que ce qu’il avait espéré jusque-là…

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 2 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Devant le mur de la voie 9 ¾

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.