AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 5 sur 6
Devant le mur de la voie 9 ¾
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Liskuvo Kalsi
Poufsouffle
Poufsouffle

Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 15 Mai - 18:23


L'est bien marrant ce petit gars mais je suis pas sûr que parler si fort ne mette les forces de l'ordre dans de bonne dispositions, même si on s'en tape un peu au final il fait ce qu'il veut et je vais pas lui en tenir rigueur. Les gens pensent ce qu'ils veulent, si ils cherchent à savoir ce qu'est le Poudlard express on peut toujours leur dire qu'on fait une chasse au trésor et qu'on cherche un ancien train de la gare, déjà le mensonge est pas mal puis en plus ils s'en moquent ici, ils s'intéressent plus au temps qui passe et au retard des trains qu'à deux jeunes qu'ont pas grand chose à faire de leur vie.

Le vouvoiement ne me fait pas tiquer, c'est pas le premier à le faire. Sont marrants les nouveaux à avoir du respect pour la terre entière, c'est pas comme si j'étais prof non plus. M'enfin bref, si il cherche le quai je veux bien lui indiquer moi. No soucis. Mais bien sûr c'était évident qu'il cherchait la voie 9 3/4. Juste ici, mon œil la transperce du regard un instant. Rien de plus difficile que de chercher une voie qui n'existe tout simplement pas. Surtout quand on sait pas comment ça marche.

- Oui, du coup j’aurais bien besoin de votre aide !

Je me demande un instant si c'est très...sain. Je me demande ce qu'en penserait les autres en sachant que je cherche à ne pas l'aider justement. Enfin si, réflexion faite, je l'aide, et pas qu'un peu. Déjà je lui inculque à pas avoir confiance en n’importe qui, là c'est gentil mais si il écoute tout le monde il en a pas fini. Puis ensuite je lui montre quand même la technique pour passer de l'autre côté et aussi je lui dirais à la fin où est cette voie. Je suis vraiment sympa en fait.

- Il suffit de foncer dans un mur.

Sourire malicieux, conspirateur. Je partage avec lui un petit secret que presque tous les sorciers connaissent, mais grâce à ça il peut se sentir un peu plus des nôtres. Je fais un pas vers lui, il fait un pas dans le mur. C'est comme ça que ça marche. Maintenant à nous de voir ce qui fait le plus mal, j'ai ma petite idée là dessus d'ailleurs. Je pense que c'est lui qui aura un peu mal, moi pas trop. Je reporte une nouvelle fois mon regard sur le "bon" quai, le bon mur et dans un nouveau sourire je pointe le mur d'en face.

- Ici, tu y étais presque en fait. Tu as juste à foncer là, c'est facile !

Mon sourire se fait amical, hors de question que je lui montre comment faire par contre, je compte pas m'éclater la tête comme ça. Puis si il se fait mal je peux toujours faire mine de pas le connaitre et foncer dans mon mur, le bon, l'habituel. Franchement y'a pas de quoi s'inquiéter, ça va être drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Arty Wildsmith, Mer 24 Mai - 17:50


Ok. C’était un des moments importants. Un moment où se dit « là, c’est ouf ». Pour Arty, c’était bien le moment où il allait monter pour la première fois dans le train qui l’emmènerait à Poudlard. Et même s’il avait été un petit peu perdu, ce jeune garçon venait de lui proposer son aide, gentiment. Arty ne pouvait rêver mieux. Rien que pour ça, le monde des sorciers en fait, avait l’air beaucoup mieux que le monde des moldus. Tout le monde semblait super gentil, avenant, bienveillant. Un monde à l’image de la personnalité du jeune Irlandais quoi. En effet, il ne pouvait rêver mieux.
Mais c’était sans savoir que, pour atteindre le train, il fallait foncer dans un mur. La blague. Artemis leva un de ses sourcils, signe de surprise. Il crut d’abord à une blague. No way. L’autre se moquait de lui, c’était pas possible. Foncer dans un mur. On aura tout vu, vraiment. En fait non, le monde des sorciers n’était pas si sympathique que ça. Mais devant le sourire si charmant de son camarade sorcier, Arty ne pouvait pas douter. C’était ça qu’il fallait faire. Il le sentait en plus, ce monde était en réalité si tordu que oui, pourquoi pas en fait, foncer dans un mur ça semblait magique.

C’était facile apparemment. Le jeune sorcier s’éclaircit la gorge. Avant de déglutir. Bon. L’autre venait de lui montrer le mur dans lequel il devrait foncer pour trouver le Poudlard Express. Ok. Easy.

- Ah d’accord. Très bien. Bon. J’y vais dans ce cas.

Il avait un peu peur le petit, normal. Il n’avait pas osé demander au jeune homme s’il allait avoir mal, si après ça il aurait des séquelles au cerveau ou quoi. Non, il ne se taperait pas la honte comme ça. Il allait faire preuve de courage et de détermination. Faire semblant que rien ne pouvait le faire trembler. Surtout pas un petit mur de briques de rien du tout, magique qui plus est. Il s’essuya alors les mains sur son jean, se posta devant le fameux mur avec son chariot. Il était temps, il ne pouvait pas tergiverser, l’autre le regardait et plus il tardait, plus il envoyait un mauvais message : lui, le petit nouveau, un moldu, étant terrorisé par le fait de traverser un mur. N’importe quoi. Arty lança alors un regard derrière lui, vers son camarade sorcier, un petit sourire aux lèvres. Ça se voyait qu’il n’était pas serein, mais il faisait confiance à Liskuvo.

Let’s go. Le petit se mit à trottiner vers le mur. Ce moment allait être décomposé. Déjà parce que plus il s’approchait, plus Artemis trouvait se mur bien épais, bien dur, costaud et tout ce que vous voulez. Son courage, qui n’était déjà pas présent au départ, disparut complètement. Mais que pouvait-il faire ? Trop tard, il était lancé.
Et là, surprise, son chariot rencontra les grosses briques marrons, mais pas de passage secret en vue. Ce n’était pas tant une rencontre qu'un accrochage. Oui, en fait, Arty percuta le mur de la gare. Tout se mit à tourner autour de lui. D’abord donc, son chariot contre le mur. Sa valise décolla et lui aussi par la même occasion, emporté par le mouvement. Il passa au-dessus de son chariot pour rencontrer le mur, pas de jaloux entre lui, le chariot et la valise. Tous allaient faire un brusque câlin à ce fameux mur magique. Enfin, magique c’était vite dit quand même. Réflexe humain, l’Irlandais mit ses mains devant son visage pour se protéger d’un coup qui aurait pu être tout à fait mortel. Il se les écorcha donc. Pauvre petit. Mais au moins, sa tête n’avait rien, si ce n’était que ses cheveux étaient dans un état encore plus pitoyable que d’habitude.

- Outch. Aïe.

Bon, il aurait voulu aussi dire « Maman », mais cela aurait sûrement ajouter du ridicule à cette situation déjà bien grotesque. Il était là, sur son chariot sérieusement abîmé, à se lamenter et à toucher ses membres pour voir s'il n'avait rien de cassé. Petite pause. Non, tout allait bien. On peut continuer. Il regarda alors Liskuvo d’un air dépité, puis descendit, prit ses affaires pour se rapprocher du jeune homme.

- Ça n’a pas fonctionné.

C’était le moins qu’on puisse dire.

- En fait, je pense que comme je suis un né-moldu, le mur n’a pas encore pris en compte mon inscription à Poudlard. A tous les coups c’est ça ! Il ne me reconnaît pas encore comme sorcier ! C’est gênant.

Perspicace le petit ! A aucun moment il ne doutait des paroles de Liskuvo, à aucun moment il ne croyait avoir été arnaqué. Les sorciers n’étaient pas comme ça. Impossible. Le coupable c’était le mur, c’était cette idée bien pourrie de devoir traverser un mur pour aller prendre le train. Non mais franchement, qui était celui qui avait pondu ça ? En même temps, ça soulignait une certaine imagination, c’est sûr.
L’irlandais eut alors une idée magnifique. Puisque le mur ne le reconnaissait pas encore en tant que sorcier, il allait devoir lui jouer un tour. Le visage d’Arty s’illumina alors qu’il regardait son nouvel ami.

- Tu sais ce qu’on va faire ! Écoute bien ! Je vais monter sur ton dos, oui oui, panique pas j’suis pas lourd. Et tu vas courir dans le mur ! Toi, tu es sorcier, t’es déjà passé par là plusieurs fois, il te connaît bien. Et comme ça, peut-être qu’il ne verra même pas que je suis là. Et HOP ! A nous le Poudlard Express ! Qu’est-ce que t’en dis ? Ingénieux inh ?

Grand sourire. C’était pas bête comme idée n’empêche. Révolutionnaire même. Arty se mit alors légèrement à sautiller. Il avait hâte de monter sur le dos de Liskuvo, ça s’annonçait être très drôle. Quoi de mieux pour entrer dans le monde magique qu’en faisant du cheval humain ?
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
Liskuvo Kalsi
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Liskuvo Kalsi, Dim 28 Mai - 1:14


Il a l'air surpris, il en sait rien en fait. C'est terrible de laisser un enfant comme ça sans rien lui expliquer. Mais que font les parents ?! Sûrement pas grand chose, en tout cas sont pas là pour dire à leur fils qu'il est sur le point de se prendre un mur en pleine face, c'est bien dommage tout ça. Bon il y va quand il veut par contre, il paraît hésiter un instant, puis il reprend consistance, prêt à y aller. Parfait, ça va être marrant.

- Ah d’accord. Très bien. Bon. J’y vais dans ce cas.

J'hoche la tête pour lui donner du courage, aussi pour cacher mon sourire qu'il est difficile de réprimer. C'est n'importe quoi ce qu'il se passe, limite absurde de voir ses réactions. En même temps j'aurais fait la même chose, un préfet qui me dit de foncer dans un mur bah moi j'y vais hein, je suis pas forcément des plus malins mais pourtant j'ai appris à réfléchir, mais quand même y'a pas trop le choix là, il doit paniquer. J'éprouve un peu de pitié. Un peu seulement, pas de quoi m'empêcher de profiter en lui avouant que faut aller de l'autre côté.

Il y va tranquillement, en trottinant, chariot devant. Évidemment ça ne manque pas tout tape contre le mur. Magnifique vol plané de sa part pour rejoindre le mur. Je le regarde d'un air ahuri, il l'a fait exprès ça, c'est pas possible de voler comme ça. J'essaye de me retenir de rire, d'afficher une constance devant lui pour qu'il me croit réellement désolé.

- Ça n’a pas fonctionné. En fait, je pense que comme je suis un né-moldu, le mur n’a pas encore pris en compte mon inscription à Poudlard. A tous les coups c’est ça ! Il ne me reconnaît pas encore comme sorcier ! C’est gênant.

Impossible de ne pas rire par contre devant tant de candeur il ne croit pas du tout à une farce de ma part. Je le regarde en penchant la tête de côté tandis qu'il m'explique sa prochaine technique pour pouvoir passer, c'est moins drôle d'un coup. Je suis pas trop pour foncer dans le mur perso. Faut que je trouve une combine.

- Je sais pas si c'est une bonne idée. Tu sais le mieux c'est que les élèves y aillent seuls, si tu arrives sur mon dos tout le monde se moquera de toi. Mais j'ai une autre idée si tu veux, je peux te donner de la puissance magique en te portant puis te lançant de l'autre côté. Tu arriveras en grande classe et ensuite je te fais passer le chariot, t'en dis quoi ?

Ouai c'est pas mal ça, jouer sur la peur de la honte, le lancer contre le mur et me barrer en courant vers le bon côté pour qu'il m'oublie lentement, j'aime cette idée, ça me plait pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Arty Wildsmith, Lun 12 Juin - 12:12


Arty se faisait déjà une joie de monter à cheval sur Liskuvo. Il s’imaginait, tel un chevalier sorcier sur le dos d’un préfet. Pour lui ce n’était pas une honte, du tout, c’était une façon épique de faire son entrée dans le monde des sorciers. Ainsi, quand le grand Poufsouffle parla du fait que tout le monde puisse se moquer d’Arty, ce dernier haussa les épaules. Ce n’était pas grave, mais il réfléchit quand même. En effet, lui ne ressentait pas trop ces choses-là, la honte, le regard des autres tout ça, c’était pas son truc tout simplement. Mais il se dit que le préfet avait peut-être une réputation à tenir, et qu’il ne voulait pas être considéré par les autres élèves comme le cheval qui aide les premières années à passer le mur. C’était trop pour lui, il ne voulait pas se faire remarquer ainsi, et ça, Artemis pouvait très bien le comprendre.

Il posa alors sa main sur son menton pour faire mine de réfléchir. La puissance magique, oui, c’était un bel argument, très convaincant. En même temps, il n’en fallait pas plus au jeune Irlandais, ainsi, Liskuvo ne serait pas un cheval magique mais plutôt un ressort magique. C’était pas plus mal en fait, Arty était léger et petit, ça ne devrait donc poser aucun problème technique.
Il regarda alors le supposé mur de la voie 9 ¾, il semblait bien dur quand même, il l’avait bien senti. Il n’avait surtout rien senti de magique. Aucune étincelle quelconque, il n’avait même pas pu passer un petit doigt ou un cheveu, ce mur était un véritable mur de briques fermé. Il déglutit alors, il avait un peu peur tout d’un coup, comme un mauvais pressentiment, mais d’un autre côté, il fallait qu’il prenne le train, sans quoi, il pouvait dire adieu à Poudlard.

Bon. Arty tapa alors dans ses mains, signe qu’il était prêt. Il regarda le préfet de Poufsouffle, son copain, obligé.

- Ok. J’suis pas hyper rassuré, mais j’te fais confiance. Espérons que ça fonctionne. De la puissance magique c’est ça ? Oui, ça paraît totalement logique. J’espère juste que cette puissance magique ne va pas s’évaporer pendant le saut…


Eh oui. Une autre solution plus simple aurait peut-être été qu’ils traversent le mur ensemble, main dans la main. En plus, ça aurait été dix fois plus mignon. Mais non, fallait toujours faire compliqué. Arty avait peur, en effet, que la puissance magique de Liskuvo s’estompe durant le lancer. Et qu’il se retrouve une nouvelle fois tête à l’envers contre le fameux et monstrueux mur. A cette idée, le jeune sorcier frissonna. Décidément, qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour entrer dans une école de sorcellerie renommée. D’un autre côté, ce n’était pas la peur qui allait lui permettre de passer le mur, mais la magie, et la magie, Liskuvo en détenait sûrement un paquet.

Arty leva alors une nouvelle fois les yeux vers son camarade. Et il lui tendit les bras, à la façon d’un grand bébé. C’était une posture assez loufoque, mais comme je l’ai dit un petit peu plus haut, l’irlandais n’avait aucune notion du ridicule. Liskuvo s’était transformé en une nouvelle figure paternelle pour le jeune sorcier, et cela lui convenait très bien. A Arty bien sûr, pas à Liskuvo, je ne me permets pas de parler à sa place. En fait, il était même plutôt heureux d’avoir trouvé quelqu’un pour le porter jusqu’au mur, avant même d’arriver à Poudlard, il avait rencontré quelqu’un à qui il pouvait faire confiance, et il en était particulièrement satisfait. Effectivement, il avait toujours un peu peur de ne pas se faire d’amis, de ne s’entendre avec personne. Mais en réalité, il n’avait pas encore mis un pied vers Poudlard que déjà, quelqu’un s’était proposé pour l’aider, le porter pour accomplir sa destinée. Si c’était pas la classe ça.
Toujours les bras vers Liskuvo, Arty afficha un grand sourire avant de s’écrier :

- C’est parti ! je t’attends ! Évite de me pincer ou quoi, ne me lance pas trop fort non plus, sait-on jamais. Je compte sur ta puissance magique !

Il était donc là, les bras ouvert à toute portée magique, afin de se rendre le plus vite possible sur le quai du Poudlard Express.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
Liskuvo Kalsi
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Liskuvo Kalsi, Mar 20 Juin - 10:06


LA d'Artemis.

Réflechis petit si t'es pas sûr, moi j'ai pas de soucis. Je sais qu'il va accepter, je le sens dans mes veines, il n'a aucune raison de dire non parce que je lui inspire confiance. Enfin je crois, en vrai je suis sûr de rien sauf qu'on va droit dans le mur, et dans tous les sens du terme. Il tape dans ses mains, je lui souris, confiant. Tout se passe bien, il découvrira bientôt que ce n'est pas le bon mur et moi je partirai bien rapidement vers le vrai mur pour éviter d'avoir autre chose à faire avec lui, et pouf ! Fini.

- Ok. J’suis pas hyper rassuré, mais j’te fais confiance. Espérons que ça fonctionne. De la puissance magique c’est ça ? Oui, ça paraît totalement logique. J’espère juste que cette puissance magique ne va pas s’évaporer pendant le saut…

Il en faut beaucoup cette fois, de nombreux efforts, plus que jamais, il faut que j'arrive à retenir ce rire qui me prend parce que là je vais pas du tout paraître crédible. Il a gobé mon histoire de puissance magique, c'est pas possible qu'il soit de sang pur alors, faudrait vraiment être timbré pour y croire en ayant côtoyé la magie toute sa vie, il doit être né moldu ou quelque chose comme ça, ce qui expliquerait beaucoup de choses.

- Pas de soucis à ce niveau là, je te lâche à la fin y'aura pas le temps de tout expirer niveau puissance.

J'attrape les bras qu'il me tends et commence à le porter, sans vraiment avancer, juste pour soupeser un peu ce qu'il va falloir faire. Il est pas bien lourd faut le dire, je dois pouvoir le jeter d'assez loin pour partir moi-même en courant. Le bon mur est juste en face, je lui dirais en le lançant, ça me paraît être une bonne idée. On a encore un peu de temps avant le départ, le temps qu'il reprenne ses esprits et qu'il affront sa peur du vrai mur. J'ai tout prévu.

Je me rapproche lentement du mauvais mur et commence à faire des petits mouvements pour lui montrer comment je compte le lancer, comme une petite balançoire, c'est rigolo comme ça, ça le sera beaucoup moins quand il s'éclatera la tête, mais ça je m'en moque. Je le laisse deux secondes et puis d'un gros mouvement où je dois user de pas mal de forces je le lance en plein contre le mur, le dos en avant pour éviter qu'il se casse vraiment quelque chose.

- En fait le vrai mur est en face de celui-ci, Salut !

Et je le laisse là comme une fleur, m'en allant de mon côté pour partir en direction de la véritable gare, celle qui nous intéresse un peu plus que la bonne vieille gare moldue, je me demande si il va oser passer de ce côté, peut-être, j'espère, je m'excuserai plus tard quand j'aurais envie, là j'arbore un grand sourire de satisfaction après ma petite blague et j'avance tranquillement vers mon chez moi.


Fin du RP pour moi, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Arty Wildsmith, Lun 10 Juil - 11:28


Cette posture lui rappelait de façon agréable l’enfance. Quand on le prenait dans ses bras, faire des câlins, jouer à le lancer dans les airs. Arty pouvait même entendre des rires lointains et enfantins. Sauf que Liskuvo n’avait absolument rien de son père, ni d’une quelconque figure paternelle d’ailleurs.
L’irlandais était rassuré, le grand savait ce qu’il faisait, apparemment. Il prit donc Artemis dans ses bras et les deux sorciers s’avancèrent vers le mur. Arty sentit l’angoisse monter en lui, mais il ne dit rien et ne fit aucun geste. Il ne voulait décidément pas passer pour un froussard. C’est alors que ça commença.
Liskuvo semblait prendre de l’élan, afin de parfaire le lancer, Arty pouvait comprendre. A la une, à la deux et à la trois !

La dernière chose que vit Artemis avant de s’écraser était le visage de l’autre. Il garderait précieusement cette image afin de ne jamais la rencontrer à nouveau. Il entendit Liskuvo dire quelque chose, à propos d’un autre mur, un mieux, un magique, mais tout se passa tellement vite que le petit n’eut pas le temps d’imprimer quoi que ce soit. Il avait fermé les yeux, comme s’il avait pressenti le futur impact. Le temps se mit donc à se décomposer et les secondes passèrent comme au ralenti. En entendant la voix de Liskuvo, Arty savait que les prochaines secondes allaient très mal se passer, surtout pour lui, d’où l’intérêt de garder les yeux fermés. Puis il sentit les briques du mur, une par une, comme si elles s’étaient imprimées dans son dos et sa colonne vertébrale. Le grand ne l’avait pas lancé à la vitesse de la lumière mais tout de même suffisamment fort pour que le jeune sorcier écrasé contre le mur fasse un bruit sourd et craquant. Le mur avait gagné, étonnant, Liskuvo aussi.

Le petit retomba comme un chiffon froissé après être passé à la machine à laver. Il se retrouvait désormais assis, les jambes allongées devant lui, les bras ballants. Son dos lui faisait mal, sa tête un petit peu aussi, et maintenant ses fesses, puisqu’il était retombé dessus. Sympa comme entrée dans le monde magique, mais ça aurait pu être mieux quand même. Arty n’avait pas besoin de lever les yeux pour comprendre que Liskuvo s’était volatilisé vers le Poudlard Express, tout seul, en laissant Artemis tomber. D’ailleurs, ce dernier ne savait pas trop comment il se sentait dorénavant. Effectivement, il avait mal, mais à part ça. Il se sentait un petit humilié, certains moldus qui passaient par là se demandaient quoi, mais ce n’était pas là l’émotion principale dans les entrailles d’Arty.
Non.
Il avait fait confiance à un sorcier, qui paraissait extrêmement gentil, et celui-là l’avait complètement roulé, en beauté. Arty aurait dû se douter la première fois qu’il avait foncé dans le mur que ce n’était pas le bon, que la puissance magique n’était pas un vrai truc de sorcier. Mais sa naïveté l’avait gagné. Est-ce que cela lui servirait de leçon ? Certainement pas. Il avait rencontré un imbécile, un bougre, une crapule. Ça arrivait, cela ne voulait pas dire que tout le monde à Poudlard serait comme ça. Il n'allait pas se mettre en colère, crier, hurler et taper du pied pour ça, non, vraiment, l'autre n'en valait pas la peine.

Cette idée remotiva notre petit qui se releva, avec douleur. Il se secoua légèrement et regarda à la fois le mur et son chariot. Bon, au moins il était sûr maintenant que le mur d’en face était un véritable mur magique qui l’emmènerait au Poudlard Express. Il fallait voir le bon côté des choses. Arty avança et agrippa son chariot. Il ne se mit pas à courir vers le bon mur, la fatigue ne le lui permettait pas, de toute façon. Mais il se mit à trottiner. Encore une fois, il ferma les yeux, et pria très fort, tout ce qu’il pouvait.
Cette fois c’était bon, il se sentit traverser le mur de briques, sans aucun souci. Il avait eu un peu d’appréhension, il aurait détesté voir Liskuvo là, maintenant, tout de suite. Mais non, il ne le vit pas dans la foule, et de toute façon, Arty était maintenant hypnotisé par le train rouge qui se trouvait là. C’était parti, l’aventure pouvait vraiment commencer. Oui, jusqu’ici c’était juste une petite introduction, un prélude, qui s’était pas tout à fait correctement déroulé, mais ce n’était pas grave. Il fallait avancer, penser à autre chose. Et surtout ne pas penser à cette maudite crapule.


Fin du RP. Je ne te dis pas merci pour les ecchymoses d'Arty MDR amour
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
Amy Jackson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Amy Jackson, Lun 21 Aoû - 0:16


RP avec Elly  amour
LA accordé

Bon. Se perdre c'est nul. Se perdre en général c'est nul. Se perdre dans une ville qu'on ne connaît pas, en empruntant un nouveau chemin, en partant en vacances, dans un grand supermarché c'est pénible, c'est long mais c'est compréhensible. Mais se perdre dans une gare, attention pas en allant à la gare, ou devant l'entrée, non, non se perdre DANS la gare c'est plus que nul, c'est désespérant.

Amy errait donc dans la gare tentant désespérément de retrouver son chemin. Elle n'aurait même pas dû être là, elle n'avait rien à faire ici, mais pourtant elle s'y était perdu. C'est fort quand même de se perdre en allant nulle part non ? L'ennuie l'avait saisie en ce début d'après-midi et elle avait été prise d'une irrésistible envie d'aller se promener. Elle avait transplanée en direction Londres et hop quelques tours sur elle-même plus tard elle s'était retrouvée dans les rues de la capitale.  À partir de là ses pas l'avaient menés jusqu'à la gare sans qu'elle sache vraiment pourquoi.

Peut-être parce que c'était à cet endroit qu'elle s'était sentie libre pour la première fois, qu'elle avait compris que Poudlard n'était pas une farce et qu'elle allait véritablement pouvoir échapper à sa vie morose. Ou peut-être parce qu'elle avait transplané juste à côté de la gare et que, voulant éviter la pluie torrentielle qui s'était abattue sur elle, elle s'était réfugié dans le premier bâtiment qu'elle avait vu.

Enfin bref peu importe la raison de sa présence, maintenant elle y était et elle y était même perdue ! Après avait tourné en rond pendant une vingtaine de minutes sans retrouver son chemin, la jeune fille dont la patience n'était pas la principale qualité, commença à envisager sérieusement le transplannage comme porte de sortie. Mais pour ça il lui faudrait un endroit isolé comme les toilettes. Mais pour ça il faudrait qu'elle trouve les toilettes ...

Amy dépitée, continua de marcher et avant qu'elle ne s'en rende compte elle était sur le quai de la voie 9. Encore quelques pas et elle atteindrait la barrière magique dissimulée dans un mur et qui permettait aux sorciers d'accéder à la voie 9 3/4. Peut-être qu'à partir de là elle arriverait à retrouver son chemin !

Galvanisée par cette idée la jeune Poufsouffle accéléra le pas avant de piller net à quelques mètres de son objectif. Elle venait de remarquer à quelques mètres du mur une jeune femme qui ne lui était pas inconnue. Amy fouilla dans sa mémoire, fébrile, et finit par se souvenir. Elle avait vu cette jeune femme lors d'un cours de métamorphose dont son professeur avait le secret.

*Mais c'est elle ! Celle qui se transforme en renard ! Comment elle s'appelle déjà... ah oui Elly je crois, et elle est... Auror !*

Soudainement le coeur de la jeune fille se mit à battre plus vite. Une Auror... Depuis les événements qui s'étaient enchaînés et qui l'avaient bouleversée Amy était en quête de réponses. Dans cette optique ainsi que dans celle de mieux comprendre les conflits qui agitaient son monde elle avait pris la décision d'entrer en contact avec les différents groupes qui en sont les acteurs. Peut-être qu'en comprenant les motivations et les actions de chacun elle comprendrait mieux la situation et pourrait à son tour se positionner. Mais jusqu'ici elle n'avait eu ni le courage, ni le temps de mettre ce projet à exécution.

*C'est ma chance !* pensa-t-elle *Il y a une Auror juste devant moi et on est presque seules !*

Prenant son courage à deux mains elle ignora la partie d'elle-même qui lui hurlait de faire demi-tour et de laisser cette pauvre femme tranquille, et parcouru les quelques mètres qui les séparaient.

-Hum..Excusez-moi ?! Bonjour je m'appelle Amy, Amy Jackson, je suis élève à Poudlard. J'étais dans le cours de métamorphose auquel vous avez participé. Vous êtes bien Auror n'est-ce pas ? Est-ce que.. ça vous dérangerait que je vous pose quelques questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Elhiya Ellis, Mer 24 Jan - 15:15



Silence is never empty




Pas de réponse depuis 5 mois on reprend en cas de souci MP
PV Haiko

Il était là, ce mur de pierre par lequel il fallait passer encore et encore pour abandonner derrière soit un monde plus simple, plus agréable. Il était toujours là, année après année, ne faiblissant jamais amicalement, permettant aux chères têtes blondes et leurs parents de passer au travers, comme si c’était normal. Et le pire dans tout ça, était très certainement l’agitation quotidienne qui rendait superflu le mouvement du chariot englouti par la brique. Aveugle ou inconscient de ce qui se  passait les voyageurs moldus côtoyaient des êtres qui disparaissaient à leur insu. Elhiya, contrainte par un règlement stupide en faisait partie.

Depuis ses 11ans, elle avait voulu intégrer un collègue moldu, question de facilité et de gout, et pourtant c’était encore et toujours le tarmac de la voie 9 ¾ que ses pieds et sa valise frottait. Bientôt, cette comédie prendrait fin, il suffisait d’être patiente et sourire encore un peu. Pourtant, si la capricieuse enfant voulait se poser et réfléchir un instant à ce qu’elle avait, elle n’était pas à plaindre. Ses pouvoirs étaient sources d’amusements ou d’émerveillement, ils pouvaient l’aider en plusieurs occasions, et surtout elle avait des amies chéries avec qui occuper ces jours et ses nuits. Ça aurait pu être bien pire.

Mais la jeunesse était souvent égoïste et ingrate face à ce qu’on leur offrait gratuitement. Aussi, d’humeur bougonne, les mèches blondes balancées en arrière dans un geste irrité, la sorcière de dernière année passait devant le Poudlard express, sans même lui adresser un regard. Nulle question d’accepter le symbole flagrant de l’acceptation de ses dons. Cela pourrait très plaire à ses parents.. Alors le but du jeu était simplement de retrouver ses copines ou de dénicher un wagon vide d’âe vivante. Bien entendu, la solitude ne pouvait être que de faible durée vu le nombre d’étudiants que le mur de séparation vomissait sur les quais, mais au moins aurait-elle la liberté de choisir son emplacement préféré : devant la fenêtre.

Une main sur la porte d’un compartiment, une tête encapuchonnée par un sweat rose à oreilles de chat penchée à l’intérieur, et les recherches de quiétude s’interrompait déjà. Après réflexion, ça avait été une bonne idée de ne pas attendre le dernier moment pour s’enfermer volontaire dans cette ferraille à vapeur. La valise abandonnée sous le siège, le sac à dos déposé sur la banquette, et la cage du fléreur délicatement placée sous les vitres, Elhiya s’installait enfin. Le regret de ne pas avoir trouvé les filles disparaitrait après quelques couleurs déposées sur une feuille de dessin ou après quelques chapitres de son dernier bouquin dévorés. C’était devenue une habitude, il était parfois trop compliquer de se retrouver au milieu de toute cette effervescence irritante.

Assise contre le coin du wagon, le coude sur le rebord de la fenêtre, la tête dans la main, les yeux perdus dans le vide apercevaient quelques silhouettes s’agiter plus bas. Aucune attention prêtée à ces têtes empressées qui se ruaient dans le train, la blondinette laissaient divaguer ses pensées. Elle aurait bien aimé que les vacances durent au moins une semaine de plus, le temps de terminer ses leçons de danse qu’elle avait bâclées, l’envie soudaine de découper des biscuits avec sa mère se manifestait, et surtout, profiter de la vie citadine lui manquait déjà. Un soupire échappé, elle délaissa son point d’observation pour se tasser sur le cuir trop élimé tout en libérant Muffin de sa boite de transport. Un câlin ne ferait pas de mal et les ronronnements de l’animal prolongeraient cette impression de calme quelques secondes de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Haiko Kanakis, Dim 25 Fév - 16:25


Désolée pour le retard :(

Je devais être le pire enfant de l'univers. Après plusieurs crise de larmes silencieuses, milles baisers à Sayuki et un nombre incalculable de faux départ, j'avais l'impression que les nerfs de maman allait finir par craquer. Elle me prit dans ses bras et me serra très fort contre elle avant de me porter et de me déposer d'autorité dans wagon avec ma valise, Tsuki et Nishibi.

Ma petite sœur me faisait des grands signes en essuyant ses yeux alors que je frottais les miens avec la même application visant à faire disparaitre les larmes. Je tentais de tirer en même temps ma valise et la cage de ma chouette sans grand succès et décidai alors de faire le transport par étape. D'abord trouvé un wagon, ça ce n'était pas bien difficile, il y en avait un juste en face. Ensuite ouvrir la porte et y tirer ma grosse valise. Une fois cette dernière installée, je courrais prendre les cages de Tsuki et Nishibi pour les placer sur ma valise.

Chose faite, tout était en place, je pouvais souffler. Je tournai la tête pour regarder autour de moi quand je vis une étrange jeune fille qui portait des oreilles de chat. Surpris par cette présence jusqu'alors niée ; je sursautais. Elle avait près d'elle un animal ressemblant étrangement à mon petit chat sans pourtant être de cette race. Je pris timidement place sur une banquette et sorti Tsuki de sa cage pour le prendre contre moi. Je jetai quelque regard à l'inconnue en admirant son sweat sans oser le lui dire. Une main caressait doucement la petite tête du chaton tant dis que mes yeux dérivaient vers la fille avant de revenir brusquement à mes pieds. Comment donc allais-je bien me sortir de cette situation ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Elhiya Ellis, Mer 28 Fév - 12:04



Les doigts glissaient dans la fourure avec douceur. L’animal ravi s’était pelotonné un plus sur les genoux, s’étalant avec paresse à mesure des caresses. Sourd au monde extérieur, baigner dans la tendresse de son humaine de compagnie, il avait sursauté, cœur battant à l’ouverture bruyante de la porte de son compartiment. La boule de poil hérissée obligea sa maitresse à rire de son attitude avant même d’observer l’enfant en guerre avec ses affaires. Petit, jeune, des joues rebondies d’innocence, une bouille angélique : un première année trop occupé.

Sans un mot, elle le laissait faire, se complaisant dans l’étude rapide du moufflet. Une grosse valise, des cages, des yeux gonflés et rougit par la déchirante séparation avec un coton familial, ou un cercle d’amis chéris : le petit n’affichait pas l’empressement ridicule que vomissait beaucoup trop d’elle. Bon point pour lui en un sens, il ne serait pas un compagnon de voyage trop agaçant logiquement. Pas d’effervescence hystérique en vue, pas de million de questions ridicules sur ce qu’il l’attendait à Poudlard, juste un coup d’œil interloqué avant de s’installer avec un mignon chaton sur les genoux.

Muffin, intriguée, avait, d’un bond gracieux, quitté son reposoir pour se hissé de tout son long, pattes avant sur les cuisses du môme, pour renifler avec délicatesse la boule de poil. Un fléreur en proie à une soudaine curiosité ne pouvait qu’ourler doucement les lèvres de sa maitresse d’un doux sourire.

- Ne t’inquiètes pas, elle ne fera rien à ton petit compagnon. Elle est parfois brusque, mais pas avec les plus jeunes. Elle doit vouloir le rassurer. Un premier voyage vers le château, ca peut impressionner, même les boules de poils…

Dans une cascade de mèches blondes débordant de sa capuche, la jeune sorcière avait baissé la tête vers son sac pour partir à la recherche d’un semblant de réconfort sucré. Sa mère, depuis tout, lui en préparait une trop grande quantité pour la première semaine vers Poudlard. Surement une façon de compenser son absence devenue habituelle en laissant des traces de tendresse maternelle sous forme de cookie moelleux et généreux.

Petit sachet de gourmandise en main, Elhiya s’était naturellement paré d’un doux sourire avant de tendre le sachet au gamin.

»Tiens, ca vaut pas un câlin de tes parents je sais, mais au moins ça pourrait sécher tes larmes. C’est ma maman qui les a faits ce matin. Ils sont très bon, et je te promets ils sont capables d’alléger le chagrin. » Opinion des plus personnels, mais de part expérience, Elhiya pouvait assurer qu’ils possédaient ce don. « Ca va aller, ne t’en fais pas… »

En même temps, il n’avait pas trop le choix le gamin, impossible de sortir de ce train une fois en marche..
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Haiko Kanakis, Jeu 1 Mar - 7:01


Alors que je grattais gentiment derrière les oreilles de mon chaton, l'autre sorte de félin bondit vers moi sans préavis faisant rater à mon cœur une bonne série de battement. Il renifla avec douceur Tsuki à mon grand désarroi sans pourtant avoir une quelconque mauvaise intention comme celle de croquer mon petit chat. C'est ce que je lui en aurais fait voir de toute les couleurs à l'animal, maîtresse présente ou pas. On ne touchait pas à ce petit être choisit par Sayuki. Il y avait des choses trop importantes comme celle là à mes yeux. Sa maitresse qui elle aussi était un chat mais de couleur rose se mit à sourire doucement en me disant qu'il ne fallait pas m'inquiéter et que son animal tentait surement de rassurer le mien.

Je jetais un coup d’œil vers Tsuki qui observait timidement l'autre sorte de chat. Cette boule de poil me ressemblait un peu trop à vrai dire... Je hochais doucement la tête en me disant qu'effectivement le chaton avait l'air un peu complétement terrorisé et qu'une compagnie plus habituée ne saurait lui faire que le plus grand bien. D'ailleurs peut-être étaient ils déjà en train de communiquer dans leur propre langage qui m’échappait surement pour que le grand explique au plus jeune ce qui allait se passer à présent.

Bizarrement ou non je me sentais un peu exclus et je commençais à comprendre ce que les gens devaient ressentir quand je communiquait en aparté avec Sayuki. Ce n'était pas très gentil même si pour ma défense il fallait dire que j'oubliais toutes autres personnes présente une fois qu'elle se trouvait près de moi. C'était ainsi, je n'y pouvais pas grand chose. La jeune fille aux long cheveux blond me tendit ensuite un paquet de cookies qui à l'évidence venait d'être fait. J'ouvris des yeux rond avant de réceptionner les friandises sous ses paroles qui coulaient comme du miel. Je l'ouvris timidement et croquai dans le premier cookie. C'était juste délicieux. Sans réfléchir, je délaissais Tsuki et son nouvel ami et me précipitai vers la blonde pour lui poser un baiser sur chaque joue avant de retourner à ma place afin terminer cet délicieuse gourmandise.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Elhiya Ellis, Ven 2 Mar - 15:41


Pas bavard le petit. Pas mal timide même. Enfin, ce n’était pas plus mal, au moins, c’était l’assurance d’un trajet tranquille. Même ses compagnons semblaient tout aussi discrets que lui, surprenant vu la facilité de communication des animaux. Malgré sa réserve, il offrait à ses papilles la visite des talents de cuisinière de ma chère mère, me gratifiant par la même occasion d’un baiser sur les joues. Elhiya avai pouffé doucement sous la mignonnerie du geste.

-De rien, ça fait plaisir. J’en ai d’autres à des parfums différents si jamais tu es gourmand. Te gênes pas hein.

Un premier soubresaut de la part de leur train l’avait m’interrompue, la forçant le regard part la fenêtre pour agresser ses prunelles du mouvement des quais. Les classiques larmoiements s’étalaient sans retenu à grand coup de mains tendues vers les vitres dans une ultime marque d’affection. Débauche sentimentale qui n’arrivait pas l’atteindre. Ses parents n’étaient pas venus, elle n’avait pas voulu. Et puis, après toutes ces années à l’envoyer dans cette prison dorée, elle aurai trouvé cela très hypocrite de leur part. La première année ils étaient venus, malgré sa colère et ses cris de ne plus jamais vouloir les revoir. Ils avaient attendus, sagement, le cœur serré devant le départ de cette locomotive. L’attention était très certainement touchante, avec du recul... Le moufflet aurait peut-être voulu regonfler son petit cœur déchiré par le départ avec une dernière vision réconfortante.

D’un signe de tête vers le carreau de leur compartiment, la blondinette lui avait adressé un sourire empli de bienveillance malgré elle. Pas insensible malgré son catalogage de Serpentarde.

-Tu ne veux pas faire un dernier signe à tes parents ? Bientôt on aura quitté le quai. C’est le moment.

Dernier au revoir, juste pour marquer le début d’une nouvelle vie, d’un éveil à un monde diffèrent, bien qu’inutile, le geste était important au final. Il évitait de trainer un regret quelconque, de se faire à l’idée que le cocon familial ne serait désormais qu’un lieu de vacances et non de vie à proprement parler. Dur à accepter à 11ans si on regardait bien.

-Si tu veux pas, c’est pas grave, ça va aller. T’es pas tout seul, il y’a beaucoup de monde au château

Trop pour dire vrai.. mais le but n’était pas de l’éffrayer malgré sous sourire trop doux

Revenir en haut Aller en bas
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Haiko Kanakis, Dim 4 Mar - 20:35


C'est l'habitude qu'on regard bizarrement, se faire traiter d'idiot parce qu'on le pensait vraiment. Oui, si tu ne sais pas parler, tu ne sais rien. Tu n'es pas comme nous alors non on ne te laissera pas jouer et puis c'est tout. Mais au fond c'est peut-être un peu mieux. Avoir un regard extérieur pour tous les voir devenir de plus en plus malheureux. Au fil des années qui passent, le monde de plus en plus dégueulasse où les amitiés se brisent au temps des premiers amour. rester en dehors du lot et contempler avec envie et horreur le tableau qui se dessine jusqu'à ce que ça empêche de fermer les yeux la nuit.

Mais moi, j'avais de la chance. Loin de l'école il y avait Sayuki, maman et parfois papa. Alors j'étais plus heureux que n'importe quel demi-dieu. Simplement d'être entouré de tant d'amour. Et puis la lettre est arrivée comme un piège pour tout fracasser. Habiter si loin de ma famille. Comment cela pouvait-il donc être permis ? Comment allais-je bien pouvoir survivre dans ce milieu hostile d'un trop plein d'ennemi. Pourtant la jeune fille blonde avait offert des cookies. J'étais un peu perdu.

J'offre un nouveau sourire à la demoiselle un peu trop gentille. Le train bouge. Je panique. Elle me conseille de faire un dernier au-revoir à ma famille et je file sans me faire prier vers la fenêtre par laquelle je vois Sayuki et maman. Je leur fais de grands signes, ma petite sœur sourit à travers ses larmes et mon cœur se serre. dans combien de temps donc la reverrais-je ? Je n'avais pas envie de compter. Bientôt le train prend de la vitesse et je perds les deux êtres que j'aime le plus au monde de vue.

Brisé, je tourne le dos à la fenêtre et retourne m'asseoir en essuyant mes yeux. Petite marionnette au souffle coupé, mon corps se laisse aller contre le dossier tandis que je regarde en l'air pour tenter d’empêcher de nouvelles larmes de couler. C'est pas bien Haiko, tu es un grand garçon maintenant faut que tu apprennes à ne plus te comporter comme un bébé ! Je respire doucement et jette un regard à Tsuki qui semble avoir décidé de se lier d'amitié avec l'animal de la demoiselle. Ils sont mignons, c'est fou comme il semble avoir plus facile que moi pour se créer des relations avec d'autres. Je regarde ma future camarade de classe, si ça se trouve j'aurais a chance d'être dans sa maison. Peut-être qu'elle pourra me protéger de tous les méchants sorciers ?
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Elhiya Ellis, Lun 5 Mar - 16:26


Peu d'attente avant de le voir se jeter contre la fenêtre. Triste spectacle que de voir l'enfance s'effriter violemment sous les vapeurs d’un train branlant. Son cœur à elle s'était enserré  brièvement devant cette vision d'innocence. Mais les gestes restèrent tapis dans un coin de son esprit. Baby sitter était un rôle ingrat. Elle n en voulait pas. Les mouflets t'oubliaient sitôt leur monde originel recouvré. Elle avait observé ce comportement a chaque fois de loin, se jurant de ne jamais se laisser prendre su piéger par une bouille angélique. Mais celui là, de marmot, il était à deux doigts se pleurer. Juste, car il devait apprendre à grandir.

-Ça ira ne t'en fais pas, il y'a plein  de choses amusantes à faire à Poudlard. Tellement que les prochaines vacances arriverons avant même que tu t en appercoives

Mensonge déguisé derrière un doux sourire et l'offrande d'un mouchoir. Les choses distrayantes étaient rare à moins de ne se les créer soit même. Si un bouquin faisait grandement illusion, la blonde avait surtout pu compter sur les pitrerie de sa meilleure amie pour tromper l'écoulement trop long du temps. D'ailleurs, c'était guère plus âgée que ce gosse qu'Elhiya l'avait rencontrée. Un vrai phare dans la nuit, sans Elle, cet enfer bienveillant aurait été pire... un soupire échappé à ce souvenir, la sensibilité enfouie était partie chercher un paquet de mouchoir en papier pour le tendre au gosse.

-Tiens. Et si tu veux pleurer... tu sais personne diras rien. Moi non plus à ton âge je voulais pas prendre ce train... Mais tu sais...

Fessier posé à ses cotés pour lui donner le paquet de mouchoir, que les prunelles ne lâchaient que pour adresser un regard malicieux au petit.

-Ce train possède un chariot de milles friandises, et ici, t'as pas besoin d'avoir l'autorisation de tes parents pour en manger, même en dehors des repas. Faut voir les bon cotés, y'en a toujours petit... Tiens d'ailleurs, il arrive

Oreille tendue vers la grande porte, sourire espiègle collé sur les lèvres pour le motiver à ne par rester dans ses larmes douloureux
Revenir en haut Aller en bas
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Haiko Kanakis, Sam 7 Avr - 21:40


Milles fois désolée :/


J'voulais pas, je voulais pas
partir - m'envoler si loin
de ceux que j'aime
d'elle surtout mais
comme à tous les enfants
on ne me laissait pas le choix

l'envie de tout laisser tomber
cogner contre les vitres
se faire passer pour fou
et sauter du train

courir de la boue sur les genoux
m'enfuir dans l'inconnu
mais m'enfuir loin de tout

et pourtant
je reste
comme cloué
statue de sel
prisonnier des désirs
adultes

et au bord des larmes
je perds pied
face à un océan
de peur et de peine.

Quelques paroles
qui se veulent rassurantes
alors que je sais bien
que rien ne pourra vraiment
me consoler

qu'il est déjà trop tard
et que faire demi tour
est impossible
alors que c'est pourtant
en arrière
que se trouve
mon bonheur

pourtant je m'accroche
à ses bribes de paroles
je les serre contre mes doutes
pour trouver un semblant
de protection.

Elle approche soudain
plus proche
et offre
un paquet de mouchoir
qu'une de mes mains
tremblantes
saisis timidement

regard reconnaissant
je sort un morceau de papier
et me mouche doucement
refoulant mes larmes
malgré son absence de jugement

et
je la remercie
silencieusement
de son changement
de sujet
qui fait du bien

les bonbons
c'est universel
et ça elle le savait
je colle un sourire
un peu timide
un peu forcé
contre mes lèvres

elle a raison au fond
il faut savoir positiver
je fouille de mes doigts
dans mes poches
trouver quelques piécettes
de monnaie sorcière

je me lève
direction la porte
voir si réellement
ça valait la peine
de se réjouir.

Le chariot apparaît
la dame me salue
je souris
avant de lancer
un regard paniqué
vers la jeune fille
il y beaucoup
beaucoup trop de choix.

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Elhiya Ellis, Lun 9 Avr - 13:56


Un sourire, simple et toujours timide. Un sourire d’enfant peu convaincue par les propos rassurant d’une plus grande, mais dont la gourmandise pouvait faire l’effet de pointer l’attention vers autre chose. L’enfant faisait des efforts, c’était louable, il était courageux le petit. De quelques pas trottinés jusqu’à la porte, les opales couvantes le regardait se lancer vers ce qui serait désormais son nouveau monde, sans père, sans mère pour lui dire quoi faire ou quoi dire.

Mais le sourire radieux de l’estomac comblé de sucre n’arrivait pas à se dessiner sur les lèvres du petit gourmand. Au contraire, ses iris perdues, quémandait silencieusement de l’aide face à un choix cornélien. Le chariot, débordant de délice devenait supplice de papilles hésitante. Touchante enfance.

Elhiya s’était levée, gratifiant le môme d’une caresse sur le haut de la tête avant de prendre commande à sa place.

–Nous vous prendrons un bonbon de chaque sorte je vous prie

La monnaie cliquetante trouva place dans la main fripée de la vendeuse en échange d’un sachet bien chargé. L’offrande donnée au petit passager, la blondinette prit congés de la vendeuse et retournait s’installer sur sa banquette. Muffin, le félin ayant flairé les douceurs interdites , ronronnait sur les genoux de sa maitresse pour redevenir centre d’attention. Les doigts plongés dans la fourrure, la demoiselle adressait un nouveau sourire au gamin

-Comme ca, pas de regret, tu peux gouter de tout. C’est plus simple non ? au fait. Comment t’appelles-tu ?

Depuis son arrivé dans le wagon, le mutisme du garçon forçait la communication en gestes simple. Chose étrange, bien que nullement dérangeante. Cela changeait de tous les excités habituels.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Devant le mur de la voie 9 ¾ - Page 5 Empty
Re: Devant le mur de la voie 9 ¾

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 6

 Devant le mur de la voie 9 ¾

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.