AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 3 sur 15
Le premier départ à Poudlard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant
Alice James
Serdaigle
Serdaigle

Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Alice James, Sam 14 Fév - 18:31


J'attendis un moment pour voir si Abbigail allait répondre à mes paroles. Je fixai mon regard sur la jeune fille et écoutai sa réponse :

                " Je ne savais pas non plus que j'étais une sorcière avant de recevoir ma lettre d'admission... Mais toi, tu as l'air bien renseignée sur le sujet, n'est-ce-pas ? "

                  Je souris en déclarant :

                " Oui, plutôt bien... Mon père est un sorcier, il travail au Ministère de la Magie, dans le Département des Transports magiques. Du coup, je m'y connais assez bien.. Mais ma mère est moldue, elle est écrivaine. Tes parents sont donc tous les deux moldus, alors ?"

                  Mon sourire se figea sur ma figure. Je détournais le regard avec gêne en réfléchissant à tout ce que je venais de dire. J'avais parlé à mon ancienne pire ennemie comme si c'était ma meilleure amie... Je lui avait sourit... Mais en même temps, peut-être avait-elle mûrie depuis la dernière fois ?  Et puis j'avais sûrement du grandir un peu, aussi bien physiquement que moralement. Peut-être ce voyage en train pouvait-il changer nos sentiments ? Il n'empêche que mes questions restaient sans réponse et je n'osai pas les prononcer à voix haute. Je rougis et me détournai de son regard en souriant tristement.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
Abbigail O'Flyfox
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Abbigail O'Flyfox, Lun 23 Fév - 16:16


En effet, Alice était plus que bien renseignée sur le sujet.

- Oui, plutôt bien... Mon père est un sorcier, il travail au Ministère de la Magie, dans le Département des Transports magiques. Du coup, je m'y connais assez bien.. Mais ma mère est moldue, elle est écrivaine. Tes parents sont donc tous les deux moldus, alors ?

La dernière phrase fit tilt dans l'esprit d'Abbigail. Est-ce que son interlocutrice la dénigrait en disant cela, ou bien était-ce simplement une constatation innocente. La Née-Moldue hésitait entre répondre aimablement ou rester sur la défensive. Après tout, peut-être qu'elle était juste beaucoup trop de méfiante. Cette hypothèse semblait d'ailleurs être confirmée par le large sourire qu'affichait Alice -sourire qu'elle s'empressa de cacher avec gêne lorsqu'elle eut fini de parler.

Si sa camarade voulait enterrer la hache de guerre, Abbigail, elle, n'en avait strictement pas l'intention pour l'instant. Dans sa tête, elle ne cessait de se répéter qu'il ne s'agissait que d'une embuscade, d'un piège abject destiné à se moquer de son ignorance au sujet du monde magique.

Mais en réalité, elle était tout simplement -bien qu'elle refusait de se l'admettre à elle-même- jalouse. Elle était jalouse car Alice avait pu grandir en profitant à la fois des avantages du monde moldu et du monde magique. Elle avait sûrement toujours connu ce monde merveilleux auquel la Née-Moldue ne pouvait accéder que maintenant et dans lequel elle craignait de n'être qu'une étrangère. Par la même occasion, la Sang-Mêlée se sentirait probablement rapidement bien à Poudlard, car elle n'aurait pas cette impression de ne pas être à sa place, de ne rien avoir à faire là.

De plus, l'évocation de la mère de son interlocutrice lui rappela sa propre mère. L'écrivaine devait être très fière que sa fille ait hérité des pouvoirs de son père, et devait donc se réjouir pour elle et sa vie future. De son côté, Abbigail n'avait eu le droit de la part de sa mère qu'à des "Tu perds ton temps" ou encore à des "Il serait tant de grandir un peu et de ne plus croire à tout ce que tu lis dans tes livres puérils".

Alors qu'elle aurait pu débuter une nouvelle relation amicale avec une ancienne ennemie, sa fierté et sa jalousie la poussèrent à rejeter cette alternative.

- Mais de quoi je me mêle ?! Fais pas semblant de t'y intéresser, je vois très clair dans ton jeu ! Ma vie ne te regarde pas, et je me fiche complètement de connaître la tienne ! s'exclama-t-elle avec véhémence.

En prononçant ses mots, elle s'était levée d'un bond, poings fermés. Elle était en colère et Alice avait intérêt à faire très attention à ce qu'elle répondrait !

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alice James
Alice James
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Alice James, Lun 23 Fév - 21:48


D'un bond, Abbigail s'était levée et serrait à présent ses poings d'un air rageur :

                 "Mais de quoi je me mêle ?! Fais pas semblant de t'y intéresser, je vois très clair dans ton jeu ! Ma vie ne te regarde pas, et je me fiche complètement de connaître la tienne !"

Devant la colère de la fillette, je retombai aussitôt dans notre vieux combat, tout sentiment amical balayé par la phrase de mon interlocutrice, et je me levai à mon tour, lentement et en souriant d'un air ironique :

                  " Eh bien ! Je vois que tu n'as pas changée ! Toujours aussi... suseptible ! ricanai-je. Vas-tu te mettre à pleurer ?"

Abbigail m'avait toujours énervé... et je pus constater que malgré toutes ses années, cela n'avait pas changé ! Je m'approchai d'elle rapidement et plongeai mes yeux bruns dans son regard. Je murmurai :

                  " Ou bien vas-tu me jeter un sort pour me changer en crapaud ?"

Mon ton ironique ressortait dans le silence du compartiment où nous étions toujours seules. Dehors, le paysage défilait rapidement...  Le train, le célèbre Poudlard Express, filait à toute vitesse dans la campagne. A présent, nous étions loin de Londres...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 30
Mangemort 30
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Mangemort 30, Mer 25 Fév - 0:02


Le RP précédent n'étant pas marqué comme privé, nous nous incrustons.

Les temps changeaient, nous étions à l'aube d'une nouvelle époque. Une époque où nous ne serions plus obligés de nous cacher des moldus. Pourquoi vivre dans le secret ? Pourquoi avoir honte de nos pouvoirs au point de les dissimuler à ces gens ? Cela n'avait aucun sens. Nous devions nous affirmer et pratiquer la magie comme bon nous semblait, au lieu de réprimer ce don que la nature nous avait offert. Et pour cela, il fallait révéler l'existence de la magie aux moldus. Il s'agissait d'une nécessité. Malheureusement, la société était réfractaire à ces idées nouvelles. Les sorciers préféraient rester sur leurs acquis, conserver leurs traditions et dénigrer notre idéologie. Ils étaient bien trop fermés d'esprit pour comprendre que nous détenions entre nos mains les clés d'un monde idéal. Toute la propagande exercée par le ministère depuis des décennies avait fait son boulot. Les sorciers n'étaient plus que des moutons incapables de prendre la moindre décision convenable.

Après des heures, des jours, des semaines, des mois de réflexion, nous étions parvenu à une conclusion. Il fallait appliquer la terreur pour parvenir à notre but. Toutes mes lectures convergeaient dans cette même direction ; L'esprit humain était plus facilement manipulable lorsqu'il avait peur. En terrorisant la population par le biais de diverses attaques nous allions pouvoir formater les esprits plus facilement. Mon raisonnement froid et méthodique, comme si je ne parlais que d'insignifiants objets pouvait perturber certains de mes compères, aussi je ne dévoilais jamais la totalité de mes pensées. Et puis je savais que certains d'entre eux n'avaient pas les capacités intellectuelles nécessaires pour comprendre l'intégralité du raisonnement. Je préférais donc tirer doucement les fils dans l'ombre.

Cela faisait à présent quelques semaines qu'un calme relatif régnait sur la communauté sorcière. C'était donc le moment idéal pour mener une nouvelle action, alors que personne ne s'y attendait. Le lieu n'avait pas non plus été choisi au hasard. Après la peur, le facteur favorisant le plus la manipulation était la jeunesse. L'esprit d'un jeune enfant était plus facilement modelable que celui d'un adulte dans la fleur de l'âge. C'est pourquoi nous avions choisi d'attaquer le Poudlard express, qui contenait une floppée de mioches. Et puis c'était un emblème, un symbole.

Le jour J, au lieu de faire directement exploser les quais, nous décidâmes que le raid aurait lieu en pleine cambrousse anglaise, au beau milieu de nulle part. Cependant, aucun d'entre nous ne sachant avec précision où le train passait, nous partîmes en balais, afin de suivre le chemin de fer jusqu'à trouver un endroit idéal pour l'attaque. Après quelques heures de vol nous trouvâmes enfin le lieu parfait. Les rails traversaient une forêt avant de déboucher sur une vaste clairière. Je me déposai un douceur sur le sol et vérifiai que mon masque d'un noir mat était solidement fixé. Mes cheveux, teints en brun pour l'occasion, étaient dissimulés sous un large capuchon.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 61
Mangemort 61
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Mangemort 61, Mer 25 Fév - 0:20


Les discussions dans la forteresse étaient depuis quelques mois bien animées. Ils avaient mit au point un stratagème qui leur permettrait de venir à bout de leur quête. Cela allait prendre du temps à se mettre en place mais le résultat allait être totalement jouissif. Le secret magique ne serait plus.

Alors que 30, 73 et 61 bavassaient tranquillement autour d'un bon verre, ils décidèrent que le moment était venu de passer à l'action. Encore une fois, ils allaient faire trembler l'Angleterre mais leur cible n'était absolument pas liée au hasard. Ils voulaient frapper là ou la population était le plus influençable, soit les enfants. Ces petits êtres à l'esprit sensible étaient capables d'avaler tout ce qu'on leur disait, voilà pourquoi il était primordial de commencer avec eux. Le retournage de cerveau risquerait d'être long mais tant que les mages noirs parvenaient à leur but, ils n'étaient pas vraiment pressés. Mieux valait faire les choses tranquillement mais bien.

Les trois mangemorts étaient donc en ce moment même sur leurs balais, remontant la ligne du Poudlard Express. Ils survolèrent une forêt et à l'endroit ou passait le train, une clairière. L'endroit parfait. Voilà l'endroit où ils allaient faire dérailler le train. Ils s'arrêtèrent donc et ajustèrent leurs masques afin d'être sûr d'être totalement méconnaissable. 61 s'avança vers les rails et lança un bon gros Bombarda dessus. Dans un éclat assourdissant, des bouts métalliques et des mottes de terre se mirent à voler dans tous les sens. C'était clair et net, le train ne pourrait pas rejoindre Poudlard et les élèves seraient condamnés à errer au beau milieu de nul part, attendant que quelque daigne les libérer. Ca, c'était seulement dans le meilleur des cas pour eux. Sinon, le conducteur ne verrait pas l'anomalie, le train déraillerait et Poudlard serait débarrassé d'un nombre incalculable de mioches. Peut-être même que quelques moldus passeraient par hasard et se rendraient compte qu'un quelconque sorcier s'est servi de la magie pour réparer les dégâts.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 30
Mangemort 30
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Mangemort 30, Mer 25 Fév - 0:38


Libre arbitre de 61 accordé

Nous étions à peine arrivés dans la clairière que 61 lançait un bombarda sur les rails, qui explosèrent aussitôt. Des éclats volèrent dans tous les sens, mais en plus d'être hors de portée, 73 avait pris la précaution de lancer un protego autour de nous. Il n'était à présent plus possible de faire marche arrière, le Poudlard express ne pourrait pas continuer sa route. Cependant, loin d'avoir le moindre remord ou pincement au coeur, un sourire sadique s'étira sur mes lèvres et une lueur de folie prit place dans mon regard. Mes yeux, qui autrefois étincelaient d'un bleu éclatant, étaient à présent d'un turquoise terne, comme si toute couleur vive avait été rongée par la magie noire.

Par la suite, au lieu de nous éclipser maintenant que le boulot avait été effectué, nous décidâmes de rester sur place pour observer "l'accident". C'était la partie la plus divertissante de notre mission, alors nous n'allions très certainement pas nous en priver. Je n'avais jamais eu le loisir d'observer un carnage de cette envergure, ce serait une première. J'entendais déjà les hurlements de frayeurs, les cris de panique des survivants. Matricule six un, à en croire son regard fou, devait déjà être en train de s'imaginer les supplices qu'il allait faire endurer à quelques chanceux survivants. Pour ma part je ne comptais pas faire mumuse en torturant des élèves. Je n'aimais pas spécialement me salir les mains, surtout avec le sang de nés moldus.

Bientôt le bruit caractéristique d'un train nous parvint aux oreilles. Afin de ne pas se faire blesser par des débris ou écraser par des wagons, nous nous élevâmes dans le ciel sur nos balais. Le spectacle serait bien plus beau vu d'en haut. La locomotive rouge pointa bientôt le bout de son nez, passa le virage, puis commença à freiner lorsque le conducteur aperçut les débris des rails. Mais c'était trop tard. Le train, lancé à pleine vitesse, continua sa course folle quelques instants puis dérailla et s'écrasa sur le coté. Quelques wagons se détachèrent, firent quelques dizaines de mètres, mais foncèrent dans le tas et firent encore plus de dégâts. Un rire sinistre, presque nerveux, s'échappa de ma gorge. Il nous fallait faire vite à présent.

Des hurlements, comme je l'avais prédit, s'élevèrent de la zone sinistrée. Certains appelaient à l'aide, d'autres tentaient en vain de s'extirper des compartiments. Certains, au départ contents de s'être facilement tirés hors des décombres, déchantèrent vite en voyant nos trois silhouettes masquées, dans les airs, tels des esprits. Sans perdre un instant matricule soixante et un plongea vers le sol et blessa quelques étudiants par divers sortilèges, dont le célèbre Sectumsempra. Du sang, du sang... Il y en avait plein le sol. C'était un vrai carnage. Je repérai parmi les victimes du mage noir une petite blonde, de poufsouffle vu son uniforme. Une large tache rouge s'élargissait à vue d'oeil sur sa chemise blanche comme neige. Quel joli contraste. Elle aurait certainement survécu, mais il me fallait une sorcière. Tant pis, c'était tombé sur elle.

Je dégainai ma baguette et lançai froidement un Avada Kedavra. Le sortilège vert éclatant frappa de plein fouet le corps frêle de la jeune fille, qui s'endormit pour un dernier sommeil, le plus long. 61 glissa dans sa paume un parchemin avec quelques mots notés dessus. "Ceci n'était qu'un avant-goût de ce qui vous attend". Afin de brouiller les pistes je lançai ensuite un Caecus Arcanum.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 73
Mangemort 73
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Mangemort 73, Mer 25 Fév - 0:52


Nous avions accompli notre méfait. En bonne et due forme. Des morts, des blessés et surtout du sang ! Tout était en ordre. Je n’avais pas fait grand-chose, mes compagnons étaient bien plus aguerris et étaient prédestinés à commettre de tels actes me répugnant encore quelque peu. Mais le temps n’était pas à la délectation de nos actions.
Je fis signe à mes collègues qu’il était temps de déguerpir. Quelques milliards de milliards de milliards de yoctosecondes après le déraillement du train, nous prenions un peu de distance du lieu et en quelques instants nous avions tous transplané. Nous nous retrouvâmes dans une rue miteuse de l’Allée des Embrumes. Nous échangeâmes un regard et un sourire se dessina sur chacun de nos visages. Mais en peu de temps, la honte ma gagna, le dégoût pour mon action mon prit le ventre. Mon sourire s’effaça rapidement et mon déjeuner orna d’un coup le sol. Le temps n’était malheureusement pas aux réjouissances. Je me remettais de mon haut-le-cœur effaçant les traces de mon dégobillage. Nous prîmes chacun de notre côté le chemin vers notre vie civile tentant de brouiller les traces derrière nous. Mon cœur était serré, j’en étais encore à mes premières actions et mon esprit n’était pas habitué à tant de violence. Pour oublier tout ça je plongeais mon mon cerveau dans une brume de vodka pour deux jours entiers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Invité, Mer 25 Fév - 22:00


Les vacances, ce n'était pas autorisé pour les hommes actifs... Ou plutôt ceux qui n'aimaient pas l'idée d'être livrés à la liberté, de peur de perdre la raison et de faire des choses regrettables. Rurik n'était pas retourné en Russie, restant plutôt à Londres au vu des événements récents, et s'était donc occupé en travaillant à Sainte-Mangouste.

Les cas intéressants loin derrière lui, il fallait retourner à l'école de sorcellerie. Un simple transplanage en direction de Pré-au-Lard aurait suffit, mais c'est en passant non loin de King's Cross que l'imposant sorcier eut une folle envie de prendre le Poudlard Express : traîner, prendre son temps, le dernier jour avant de reprendre son métier de professeur... Idée bizarre, mais pas désagréable.


~~~


Affalé de toute sa masse et sa longueur, aucun élève n'ayant osé venir s'installer en sa présence malgré la seconde banquette en face de lui, le loup-garou faisait le point sur ce qu'il allait devoir faire le lendemain, afin de ne pas se faire déborder par la reprise des cours : toute cette organisation était bien trop simple, cela manquait de facteurs de danger, de police, de multiples vies à gérer et de morts sanglantes... C'est pour cela qu'il préférait largement s'occuper de son groupe mafieux en Russie, bien que la responsabilité qui l'attendait à Poudlard était un moyen d'avoir une vie stable... on ne pouvait pas tout avoir en même temps.

Soudainement, le train se mit à freiner avec force, trop brutalement, et surtout trop tôt : ils n'étaient pas encore arrivés... Que se passait-t-il ? Lâchant le rebord de la banquette qui lui avait permis de ne pas se retrouver au sol les quatre fers en l'air, il se redressa habilement, se servant de ses muscles pour pallier à la force de recul. Il devait voir ...

KRAAAAAAACK !


« Oh shit... »

La porte du compartiment fonçait dans sa direction, ainsi que tout plein de morceaux pas très agréables à câliner. Abandonnant son équilibre, il laissa la physique faire son travail afin de retomber (peut être un peu trop violemment) sur la banquette, sentant que le wagon s'élançait très probablement loin de ses rails, s'étalant au sol, brisant et obstruant momentanément la fenêtre, avant de s'arrêter après une dernière glissade sur un bon paquet de mètres.

Des cris... des cris absolument partout... Un accident ? Non... Malgré son aspect vieillot, le Poudlard Express était bien entretenu. C'était une attaque !


« Defodio » grogna-t-il.

Au vu de l'état du train en général, se faire une sortie de manière aussi brutale ne risquait pas de lui causer des ennuis. A la force de ses bras, le russe se hissa sans grand problèmes en direction de l'extérieur. Son torse dépassant de l'entrée improvisa, il observa les alentours : tout autour de lui se trouvaient des débris, des morceaux de train, des wagons éventrés, fumant... Mais aussi des élèves et du personnel en panique.

« Bordel, je suis censé m'occuper des mioches demain, on me sucre mon dernier jour de tranquillité... Spero Patronum »

Afin de rester discret (au cas où, hein), il avait lancé son sortilège vers le bas, encore dans le wagon : son patronus se forma, énorme, prenant toute la place, mais disparut aussitôt. Il fallait prévenir quelqu'un... Le Ministère ! Non ! Quelqu'un qui pouvait être utile... Les Aurors, plutôt ! Son patronus irait également prévenir Sainte-Mangouste. La créature d'argent ne risquait pas de disparaître en pleine tâche : l'odeur du sang se faisait sentir, Rurik ne pouvait qu'être heureux.

Bon, maintenant il fallait aider les gens en sale état, et tenter de sauver des vies. Il avait beau être une brutasse cruelle et sanguinaire, il demeurait pragmatique : ces gens là étaient innocents, leur mort ne servirait à rien. Et puis s'il n'aidait personne, pour qui allait-il passer une fois de retour à Poudlard ?

Aussitôt qu'il posa les pieds à terre, hors de son wagon agonisant au sol, il repéra des capes noires, des silhouettes encagoulées... Puis CRAC, plus rien. Les Mangemorts (très probablement...voire certainement !). Le russe n'avait guère le temps d'établir un itinéraire de sauvetage optimisé : la distance servirait de règle d'action. Tout près du sien, un autre wagon gisait au sol, à l'endroit, mais sacrément cabossé et abîmé... Les personnes à l'intérieur étaient probablement mortes comme un pauvre insecte que l'on enfermait dans une boîte et secouait violemment. Sans penser à la magie, il se rapprocha de la porte et d'un grognement bestial, l'ouvrit sans trop de soucis, les fixations abîmées finissant de se briser sous sa force, le tout lui tombant à moitié dessus.


« Mais...fuck... » fit-il en repoussa la masse d'acier d'un coup de pied.

Deux élèves en sale état se trouvaient dans le couloir, au sol, à peine conscients. Leur compartiment avait sûrement encaissé une sacré choc. Se précipitant à l'intérieur pour les aider, le loup-garou les inspecta rapidement : des coups, une petit fracture par ci, par là... rien de très grave. S'occupant de premiers soins d'un coup de baguette, il tentait de déchiffrer les baragouinements entrecoupés de larmes. Des morts... Voilà ce qu'il fallait comprendre...

« Ferula... Je vois... Sortez tout de suite, allez vous mettre dehors, là bas, restez éloignés des autres wagons, de l'aide va arriver. Touche pas à ton coude, ça va pas aider si tu y met les mains. Dehors maintenant ! »

Il avait haussé la voix, chose qui ne lui servait généralement pas, mais désormais le temps était compté : les gamins étaient plus en sécurité dehors, loin des wagons détruits. S'approchant des compartiments du wagon, il jeta un œil dans celui de gauche...

« Trop tard... »

Fauchés par la mort à cet âge, même lui ne s'en prenait généralement pas aux enfants... Et à droite ? Un autre corps gisant entre les sièges, des flammes sur le point de lui lécher la tête. L'homme récupéra l'adolescent, encore vivant, et n'eut qu'une fraction de seconde pour voir la paroi s'écrouler dans sa direction. Lâchant la pauvre victime, qui glissa contre ses jambes, le russe attrapa l'imposante masse d'acier qui avait décidé de venir les écrabouiller tous les deux... C'était lourd... Même pour lui, et un morceau de fer avait eut la bonne idée de lui érafler brutalement le flanc.

« Amplificatum »

La barre de fer qui venait de lui lacérer la peau se transforma rapidement, grandissant en quelques secondes pour avoir la taille d'une énorme poutre, stoppant l'effondrement du compartiment. Soufflant pendant une seconde, appréciant la sensation de froid contre la plaie qu'il venait de récolter, il se baissa, ramassa l'élève encore inconscient, et sortit. Quelques instants plus tard, la barre de fer céda et tout s'effondra dans un vacarme assourdissant.

« Ces sales... » grogna-t-il.

Déposant l'élève inconscient au sol près des deux autres enfants traumatisés, ne notant aucune blessure grave, l'imposant sorcier se redressa, grognant à nouveau, portant une main à son flanc : il ne s'était pas arrangé... Mais ce n'était pas grand chose.

« Ils se dépêchent ou bien... Je peux pas être partout. »

Au loin, il voyait un autre wagon s'affaisser et commencer à s'effondrer, alors que d'autres personnes tentaient d'en sortir. Pointant rapidement sa baguette en direction de la catastrophe à venir, le russe incanta :

« Aresto Momentum ! »

Les quelques secondes en plus permirent aux gens d'évacuer... C'en était moins une. Voyant un autre wagon fumer, il se dépêcha de s'en approcher : si seulement il avait choisi d'être pompier en Russie, ça l'aurait peut-être aidé ! Mais non, commandant de police c'était mieux pour tricher et gagner facilement du côté de la loi et du crime...

... Des craquements caractéristiques retentirent non loin : ah ! Enfin des secours ! Ils en avaient mis du temps, la pause café s'était éternisée ou quoi ? Aurors et Médicomages, peut-être que cela permettrait de sauver tous les rescapés et d'éviter que les blessés ne se transforment en morts... De son côté, il n'allait pas s'arrêter : il avait beau être médicomage, arracher des portes et éloigner les gens du danger avait quelque chose de gratifiant... De rassurant.

Les Mangemorts allaient le payer, oh ça oui...


Revenir en haut Aller en bas
Alice James
Alice James
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Alice James, Mer 25 Fév - 22:35


J'étais encore plongée dans la contemplation de la campagne anglaise qui défilait derrière la vitre quand le train freina brusquement. Je fus projetée contre la banquette de devant où était assise Abbigail. A peine quelques secondes plus tard, tout n'était plus qu'un mélange de cris, et de bruits de ferrailles. Ma tête heurta le mur et je m'effondrais quand le compartiment se tordit et s'écrasa dans un champs.

Je repris connaissance après ce qu'il me sembla être quelques minutes. Je cherchai en vain ma respiration et tentai de repousser un morceau de fer qui me bloquai contre le sol du compartiment disloqué... Mais que c'était-il passé ?... Mes mains coupées par les éclats de verres qui tombaient encore par morceau du reste de la fenêtre,  je réussis enfin à me libérer du fer lourd, et me traînai avec précaution de l'autre côté de la fenêtre. Je m'étalai dans l'herbe en haletant et repris mon souffle. Un bras serré contre mon ventre qui semblait avoir été coupé par un bout de verre plus pointu et tranchant que les autres, j'essayai de me relever.

                 " Abbi...gail !"

Son nom franchit mes lèvres d'un ton rauque et coupé, pas plus fort qu'un murmure. Je lâchai mon ventre douloureux en entendant les pleurs et les cris des autres élèves du Poudlard Express. J'aperçus au loin un homme qui s'occupait de deux garçons qui paraissaient tout aussi traumatisés que moi. J'aurais voulu les rejoindre, mais je ne pouvais pas abandonner Abbigail qui devait sûrement se trouver par là, quelque part...

                 " Abbigail ! "

Cette fois, ma voix résonna plus fort que la première fois. Je me levai avec peine et titubai jusqu'au compartiment, tirant et poussant des morceaux de ferrailles qui se tordaient et fumaient encore.
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
Luia Luminos
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Luia Luminos, Jeu 26 Fév - 17:39


Luia était désormais Auror depuis pas mal de temps. Elle avait connu des périodes assez sympas et calmes. Mais désormais les actions étaient de vigueur contre les actions des mages noirs et autres. Il y en avait eu beaucoup au Nouvel An et, depuis, la jeune femme se méfiait de tout et de tout le monde et prenait toujours sa baguette avec elle.

Ce jour-là, après un bon petit-déjeuner, elle quitta l'Allée des Embrumes pour le QG des chasseurs de mages noirs. Dire qu'elle vivait ici, là où les plus terribles sorciers venaient... Mais qui irait chercher une Auror ici? Elle marcha vers le Ministère. Une fois arrivée, elle fila vers le QG et s’occupa de quelques dossiers en cours. Tout à coup, un Patronus Corporel fila vers elle et lui expliqua qu'une attaque du Poudlard Express venait d'avoir lieu.

Non, pas possible, ils s'attaquaient aux enfants. Et la veille de la rentrée en plus! Les autres Aurors ne semblaient pas avoir vu et entendu le Patronus. En même temps, ils n'étaient pas tous là encore. Elle décida donc de s'en occuper seule. Elle sortit du Ministère et fila dehors. Ne sachant pas où l'attaque avait eu lieu, elle fit venir son balai avec un sortilège d'Attraction et choisit de suivre le trajet du Poudlard Express ainsi. Elle trouva le lieu de l'attaque et descendit dessus. Elle posa son balai dans un coin assez lointain et rejoignit le train explosé en morceau.

Et elle déchantât très vite. Les dégâts était bien trop importants pour qu'elle prenne les choses en main toute seule. Il y a avait des morceaux partout, des tas de blessés et sûrement même des morts. Avant d'agir, elle se décida donc à lancer un Patronus Corporel à destination d'un collègue, Luke. En l'attendant, elle tenta de voir l'étendue des dégâts encore mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
Luke Belt
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Luke Belt, Ven 27 Fév - 13:53


Alors que je venais de boutonner ma chemise vichy, prêt à partir traiter quelques dossiers au bureau des aurors, un patronus apparut soudainement face à moi. La voix de Luia, ma collègue, résonna alors dans la vaste pièce. Le Poudlard Express avait été attaqué et elle souhaitait du renfort, étant incapable de gérer la situation toute seule, ce qui se comprennait. J'écoutai d'une oreille distraite la fin du message et épinglai mon insigne. Pourquoi est-ce que ça tombait sur moi ? La situation était déjà suffisamment compliquée comme ça.

Tandis que le chat argenté se volatilisait, j'attrapai ma seconde baguette, enfilai ma cape de voyage et appelai mon fidèle elfe de maison. Je lui demandai de m'amener sur les lieux de l'accident, et un craquement plus tard, le luxueux décor de mon manoir laissa place à un carnage sans nom. Les wagons, sortis des rails, étaient brisés, tordus, fumants. Les vitres des compartiments avaient explosé, blessant maints élèves avec les éclats tranchants. L'odeur du sang me revint aux narines, plus forte que jamais. Et il y avait des hurlements. Des cris déchirés. Des gémissements. Des pleurs de désespoir.

Je fis signe à mon elfe de partir et balayai les alentours du regard, à la recherche de ma collègue. Après quelques instants, je finis par la trouver à une bonne trentaine de mètres de là où je me situais. Je la rejoignis en quelques foulées, croisant au passage quelques médicomages qui soignaient des blessés, et rentrai directement dans le vif du sujet, sans perdre de temps avec des salutations ou autre futilités de la sorte.

- Je propose qu'on se répartisse la zone sinistrée, sinon on va se marcher sur les pieds en recherchant des indices. Tu t'occupes de ce côté du train et moi de l'autre ?

Sans attendre la réponse, qui aurait très probablement été positive, je m'éloignai de la jeune femme et contournai les décombres du train. Le décor était similaire à un petit détail près : De ce côté-ci, il y avait une poignée d'élèves gravement blessés, mais pas à cause de l'incident. Des médicomages s'affairaient autour d'eux mais il était déjà trop tard pour certains, les hémorragies ne pourraient pas être arrêtées à temps. Je continuais d'avancer, le visage inexpressif, scrutant méthodiquement tout ce qui m'entourait. Cela ne servait à rien, puisque je savais pertinemment qu'il n'y avait aucun indice, mais j'étais à fond dans mon rôle. Il fallait que je pense comme un auror, que je me sente auror, que j'agisse comme un auror.

Une dizaine de mètres plus loin je tombai sur le corps inerte d'une jeune fille, dont le corps était travsersé par une large balafre rouge. Cependant, contrairement aux autres victimes des sectumsempra, la vie l'avait quitté et l'expression terrorifée peinte sur son visage voulait tout dire. Elle n'avait pas succombé suite à ses blessures. Je m'accroupis aux cotés du cadavre et fermai ses paupières. Je saisis ensuite le bout de parchemin ensanglanté qui depassait de son petit poing et le glissai dans ma poche. Je me sentais un peu schizophrène sur les bords mais peu importe.

Je me relevai et continuai ma route jusqu'à tomber sur un sorcier adulte (Rurik), qui était blessé par endroit. Il ne s'agissait donc pas d'un medicomage mais sûrement d'un professeur de Poudlard. Je m'approchai de lui et l'interrogeai.

- Bonjour. Je suis Luke Belt, auror. J'imagine que vous étiez présent dans le train au moment de son deraillement. Avez-vous vu ou entendu les personnes à l'origine de cette attaque ?
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
Luia Luminos
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Luia Luminos, Lun 2 Mar - 11:07


Alors que Luia regardait plus précisément l'étendue des dégâts, elle aperçut Luke, son collègue, qui arrivait. Il semblait la chercher depuis quelques minutes déjà. Il croisa quelques personnes, sûrement pas mal de Médicomages d'ailleurs, et arriva enfin à sa hauteur. Il décida de ne pas la saluer ou autre mais de rentrer de suite dans le vif du sujet ainsi:

- Je propose qu'on se répartisse la zone sinistrée, sinon on va se marcher sur les pieds en recherchant des indices. Tu t'occupes de ce côté du train et moi de l'autre ?

Pas de soucis pour la jeune Aigle de 21 ans. De toute façon, alors qu'elle allait répondre, il s'éloigna de la jeune femme et commença à contourner le train et à chercher des gens à sauver. Bon bah Luia n'avait plus qu'à en faire de même donc. Tandis qu'elle recherchait, elle remarqua que Luke parlait avec un homme, sûrement un professeur. Bon bah elle n'avait plus qu'à trouver d'autres personnes à sauver, du moins à interroger. Elle regarda les wagons, pour la plupart pleins de gens pris en charge par les Médicomages car blessés. Elle vit même une élève qui semblait morte. Enfin elle tomba sur deux élèves, deux jeunes filles qui ne semblaient pas avoir plus de onze ans qui semblaient perdues. L'une d'entre elles semblait même chercher sa camarade. Luia se rapprocha, sa baguette à la main. Elle se présenta:

-Bonjour. Je m'appelle Luia Luminos. Je suis Auror. Si ça ne te dérange pas, je vais t'aider à chercher ton amie puis vous ne direz un peu ce qui s'est passé.

En attendant qu'elles se remettent et puisse lui répondre, elle lanca un #Arcanum Videre vers les débris pour voir les traces de magie mais le sort ne donna rien. Ceux qui avaient fait ça-sûrement les mages noirs-avaient donc pris des précautions quant à leurs sorts. Luia revint donc vers les jeunes filles.
Revenir en haut Aller en bas
Abbigail O'Flyfox
Abbigail O'Flyfox
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Abbigail O'Flyfox, Mar 3 Mar - 15:43


Woh... J'avais par mégarde désactivé l'alerte pour ce sujet, et j'ai l'impression d'avoir raté pas mal de truc... x)

C'était. Tout. Bonnement. Incompréhensible.

Quelques instants seulement auparavant, Abbigail se tenait, folle de rage, face à Alice. Malheureusement incapable de changer cette dernière en crapaud comme la Sang-Mêlée l'avait suggéré, elle était en train d'envisager de lui lancer un objet à la figure quand un choc violent secoua le train. En l'espace de quelques secondes, Alice fut projetée sur la banquette où la Née-Moldue était assise.

La suite ne semblait être qu'un mélange de cris, de vitres brisées et de métal se tordant. Abbigail heurta violemment un mur -ou était-ce le plafond ?- lorsque son wagon se renversa complètement. La douleur aiguë qui lui entaillait le dos lui apprit qu'un des nombreux bouts de verre devait s'être logé près de son omoplate. Malgré les nausées qui la saisissaient, la fillette parvint à rester consciente et, dès lors, elle n'avait plus qu'une idée en tête : sortir de ce maudit train.

Rampant parmi les restes détruits de ce qui fut un wagon du Poudlard Express, elle parvint à s'extraire des décombres. Dehors, d'autres élèves s'extirpaient difficilement de cet enfer. Et -bonheur !- il y avait même des personnes adultes qui se tenaient près de quelques survivants qui appelaient à l'aide.

Abbigail allait à son tour crier pour attirer l'attention des trois inconnus, mais un bouffée de douleur l'en empêcha. Cependant, il s'avéra rapidement que ce mal brutal lui avait surement sauvé la vie : les trois silhouettes ne semblaient finalement pas là pour venir en aide aux rescapés.

Des sorts jaillirent des baguettes des personnes masquées et vêtues de noir. Suite à cela, les élèves se mirent à crier encore plus fort jusqu'à ce que l'une d'entre eux ne soit touchée par un rayon vert et ne chute lourdement au sol. Étrangement, elle ne criait plus...

Le premier réflexe de la Née-Moldue fut donc de reculer pour se cacher sous une plaque de métal qui devait avoir constitué un mur ou un plafond extérieur de Poudlard Express. Malheureusement, la plaque s'affaissa lorsqu'elle y toucha, bloquant son corps sous le métal.

Toute tremblante, elle releva la tête et constata que quelqu'un appelait son nom. Reconnaissant la voix d'Alice, la fillette pria pour que l'autre se taise : il ne fallait pas que la Sang-Mêlée se fasse repérer. Regardant avec inquiétude autour d'elle, elle découvrit avec soulagement que les inconnus étaient partis.

Quelques mètres plus loin, une jeune femme (Luia) s'était agenouillée près d'une autre fillette qu'Abbigail ne reconnu qu'au bout de quelques instants comme étant sa camarade de l'école moldue. Bloquée sous sa plaque en métal, la Née-Moldue était passée inaperçue. Cependant, il était hors de question qu'elle laisse sa camarade aux mains d'une -probablement- dangereuse inconnue.

Étrangement, sa baguette était toujours intacte dans sa poche, mais elle ne savait pas s'en servir. Elle fit alors la seule chose qui lui vint à l'esprit pour éloigner la femme de l'autre fillette : elle la lança sur l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Alice James
Alice James
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Alice James, Mar 3 Mar - 18:33


Je ne trouvais toujours pas Abbigail et mon ventre coupé par ce morceau de verre me faisait gémir de douleur. Une jeune femme s'était approchée de moi et, baguette à la main, elle dit :

               "  Bonjour. Je m'appelle Luia Luminos. Je suis Auror. Si ça ne te dérange pas, je vais t'aider à chercher ton amie puis vous ne direz un peu ce qui s'est passé. "

Je me relevai lentement du sol où je m'étais affalé quelques secondes plus tôt et époussetai mes vêtements en essayant de reprendre mon souffle. J'avais réfléchis plusieurs fois à ma rentrée à Poudlard, mais jamais je n'avais imaginé qu'elle puisse se passer comme cela. Mon uniforme neuf était déchiqueté et coupé par les innombrables morceaux de verres brisés qui formaient au début les fenêtres du train.
Ayant enfin repris ma respiration, je répondis :

                  " Merci beaucoup... je... on dira tout ce qu'on sait... mais on sait pas grand chose..."

C'est à ce moment-là qu'une baguette magique fendit l'air et atterrit sur le front de l'Auror dans un bruit sec.
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
Luia Luminos
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Luia Luminos, Mer 4 Mar - 15:36


Luia se trouvait donc face à une élève qui semblait chercher une camarade. La jeune fille semblait jeune, elle n'avait pas plus de 11 ou 12 ans. C'était même sûrement sa première rentrée à Poudlard. Luia se rappela alors sa propre première rentrée avant de vite s'arrêter. Ce n'était pas le moment de penser à ça. Elle s'était donc présentée à la jeune fille puis avait lancé un sort pour connaître les traces de magie en attendant sa réaction. Hélas, ça ne donna rien. Aussi la jeune Aigle revint vers la jeune fille.

Cette dernière se releva et épousseta ses vêtements. Sa robe de sorcière était déchirée et coupée et elle semblait avoir une grosse coupure au ventre. La pauvre jeune fille ne devait pas voir sa rentrée dans le collège de magie ainsi, surtout si c'était vraiment sa première rentrée. Après avoir repris sa respiration, la petite répondit enfin:


" Merci beaucoup... je... on dira tout ce qu'on sait... mais on sait pas grand chose..."

Luia fut satisfaite de cette réponse. Elle vit alors une baguette magique fendre l'air et atterrir sur son front. Luia n'eut pas grand chose, à peine une bosse sur le front. Mais elle se demanda bien qui avait lancé cette baguette. C'était sûrement un ou une première année, qui plus est Née-Moldu. Elle se releva (bah oui elle était tombé par terre tout de même car recevoir une baguette en plein front l'avait déstabilisé), ramassa la baguette et la prit dans sa main libre. Elle demanda alors à la jeune fille:

-Dis, tu connais le propriétaire de cette baguette ou non? Tu vois, c'est sûrement quelqu'un de onze ans qui ne sait pas s'en servir et qui ne connait pas les Aurors. Ou alors qui les connaît et qui n'a pas reconnu l'uniforme de loin. Si tu le connais, j'aimerais bien le trouver et lui expliquer que je ne suis pas une de celle qui a fait ça mais une de celle qui est là pour vous aider et comprendre ce qui s'est passé.
Revenir en haut Aller en bas
Alice James
Alice James
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Alice James, Mer 4 Mar - 21:23


Quand la baguette retomba sur son front, Luia fut déstabilisée et tomba sur le sol avant de se relever, attrapant la baguette inconnue qui avait atterrit près d'elle. La jeune femme demanda :

               " Dis, tu connais le propriétaire de cette baguette ou non? Tu vois, c'est sûrement quelqu'un de onze ans qui ne sait pas s'en servir et qui ne connait pas les Aurors. Ou alors qui les connaît et qui n'a pas reconnu l'uniforme de loin. Si tu le connais, j'aimerais bien le trouver et lui expliquer que je ne suis pas une de celle qui a fait ça mais une de celle qui est là pour vous aider et comprendre ce qui s'est passé. "

Je fixai la baguette avec attention, mais secouai aussitôt la tête d'un air désolé :

               " Je ne sais pas... je connais personne ici...alors leurs baguettes... Mais je crois qu'elle vient de là-bas."

Je tendis le bras qui n'entourait pas mon ventre crispé, et montrait une large plaque de métal, accompagnée d'une bonne dizaine de morceaux de murs et de vitres brisées...
Je m'assis dans l'herbe pour reprendre mon souffle coupé par la douleur et la peur. J'essuyai mon front moite de sueur avec épuisement. Cette journée était maintenant numéro deux dans la liste des pires journées de ma vie...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Le premier départ à Poudlard - Page 3 Empty
Re: Le premier départ à Poudlard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 15

 Le premier départ à Poudlard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.