AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 21 sur 22
La terrasse
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard

Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Mer 30 Nov - 22:15


Peter avait passé leur commande, ce qui avait eu pour effet d'envoyer Kohane loin vers le comptoir pour leur chercher les bièraubeurres. Ellana, elle, avait repris leur conversation dès que la serveuse avait tourné les talons.

- Bon, c'est à mon tour je crois …

Avec la commande, Peter en avait perdu de vue qu'ils s'étaient tous deux lancés, un peu plus tôt, dans l'exercice périlleux des questions intimes. Son amie n'allait pas tarder à lui faire part des pensées qui l'assaillaient depuis qu'ils s'étaient rencontrés ! Peter comprit assez vite qu'elle faisait semblant de réfléchir à sa question car celle-ci fusa pratiquement instantanément :

- De qui provenait la lettre que tu as reçue dans la grande salle, hier matin ?

*Aaaaaah ! En voilà une question gênante ! Tu vas lui dire que ta soeur est une cracmolle ?*

Etant donné que sa camarade de maison n'avait pas pris la peine de s'épancher dans les détails lorsqu'il lui avait demandé qui lui avait entaillé le bras, Peter répondit d'un ton franc mais laconique :

- C'était une lettre de ma soeur, Camilia.

Il continuait de sourire tout en se demandant comment il allait éviter le flot de questions concernant l'absence de scolarité de sa soeur, le contenu de la lettre, etc. mais Kohane réapparu avec les deux bières ! Peter était une nouvelle fois sauvé par la boisson.

- Vous êtes mignons, tous les deux, quand on vous voit de loin. On dirait un jeune couple qui se découvre.

*Ah oui ben ça ça n'était pas obligatoire ...*

La jeune serveuse de gryffondor avait prononcé ces mots tout en les servant et désormais elle les regardait en souriant. Peter eut un petit sourire gêné, il ne savait vraiment pas quoi en penser ...

- J'en ai vu beaucoup, passer aux Trois Balais. Le lieu de toutes les rencontres.

Là encore, Peter, totalement gêné restait silencieux à sourire bêtement, heureusement pour lui, il ne rougissait pas contre son gré, cette fois !

- Sinon, ça fait trois mornilles par chope.

La tension redescendit d'un seul coup par cette réplique de la serveuse et Peter sauta sur l'occasion pour fouiller dans sa poche. Il en sortit six mornilles qu'il lui tendit.

- Voilà pour nous ! Merci, Kohane ! Merci pour tout ...

Gêné, il prit alors sa bièraubeurre et regarda Ellana.

- Alors on trinque ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Sam 3 Déc - 21:24


- C'était une lettre de ma sœur, Camilia.

J'eus difficile de ne pas montrer le soulagement qui marqua mon visage. Sa sœur. Géniale! Je le regardais en souriant. Un flot de nouvelles interrogations envahit soudain mon cerveau. Est elle dans l'école. Quel âge a-t-elle ? Si elle lui a envoyé une lettre elle n'est sûrement pas à Poudlard . Peut-être est elle plus âgée ? Ou bien scolarisée autre part ? Tant de question qui me brûle le palais sans que je ne les pose. Ce n'est plus à moi de demander. Maintenant mon rôle est de répondre.

Il n'a pas donné beaucoup de détail dans sa réponse. Il faut dire que moi non plus. Il faudra néanmoins bien que je lui raconte l'histoire un jour. Pourquoi pas maintenant. J'aimerais bien. Si je trouvais les bons mots. Et surtout la force et le courage d'en parler. Sans m’effondrer si possible. Parce que bon, des larmes dans mes yeux, il en a déjà assez vu.

Nous sommes à nouveau interrompu par la jeune fille prénommée Kohane. Elle arriva tout sourire en portant nos bièraubeures. Je commençais à la trouver bien sympathique. Mais, non. Elle ouvrit la bouche. Non contente de simplement nous donner l'addition elle se mit à parler.

- Vous êtes mignons, tous les deux, quand on vous voit de loin. On dirait un jeune couple qui se découvre.

Je me découvris soudain une passion dévorante pour mes chaussures. Ne pas croiser son regard. Non. Surtout ne pas rougir. Je baisse les yeux tente de trouver un endroit vers lequel je pourrais diriger mon regard. Tel un poisson hors de l'eau en quête d'un quelconque moyen de respirer. Je commence à avoir bien trop chaud. Vraiment je ne me sens pas à l'aise.

- J'en ai vu beaucoup, passer aux Trois balais. Le lieu de toutes les rencontres.

Ce n'est pas vrai ! Elle en remet une couche ! Je me mords la lèvre. Que fait elle donc ? Pourquoi continue-t-elle. J'arrive heureusement à ne pas laisser mes joues se colorer de rouge une fois de plus. Les quelques secondes de silence s'écoulent d'une lenteur horriblement gênante. Mais, heureusement, Kohane le brisa d'une phrase un peu plus professionnelle.

- Sinon, ça fait trois mornilles par chope.


L’atmosphère pesante s’évapora en un instant et Peter tendit six mornilles de sa poche à la jeune serveuse.

- Voilà pour nous ! Merci, Kohane ! Merci pour tout …

Cette réponse me parut un brin ironique même si je ne comprenais pas vraiment son ton. Il me regarda avec un air gêner et je laissai mes yeux se figer dans les siens. Il prit sa bièraubeurre.

- Alors on trinque ?

Trinquer. Cela ne se fait-il pas pour un événement. Quelque chose de spéciale ? Quand on est heureux non ? À quoi pourrais-je bien penser ? Y a-t-il vraiment quelque chose de joyeux dans la vie que je mène pour le moment. À part… Lui peut être.

-Avec plaisir…


Je souris. Prends ma boisson et la fait délicatement tinter contre la sienne. Je ne bois à rien. Pas du passer en tout cas. Une possibilité de futur peut être. Une porte entrouverte sur l'avenir. Une entrée avec mon préfet. Je dois rêver. Mais, cela est sans doute une bonne chose…


Dernière édition par Ellana Lyan le Dim 4 Déc - 7:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Sam 3 Déc - 21:53


- Avec plaisir …

Ce fut seulement lorsqu'il eut cette réponse de sa jeune amie, que Peter comprit qu'elle était aussi gênée que lui ... Ca leur faisait un point commun. Comme elle, Peter bu une gorgée de bièraubeurre. Le goût de la boisson apportait un peu de chaleur réconfortante après la séance de réflexions de Kohane. Le jeune préfet de serpentard commençait à se demander pourquoi il avait réagit comme cela. D'habitude, il savait être d'un détachement presqu'effrayant avec les filles, mais là c'était différent ...

Il se passa ainsi plusieurs secondes pendant lesquelles un silence s'installa. Peter finit par le briser en se souvenant du jeu de question-réponses qu'elle avait placé au milieu d'eux.

- Alors, hum ... Ma question suivante ! Pourquoi est-ce que tes parents t'en veulent ?

Il avait naturellement fait le lien entre la lettre qu'il avait lue quelques jours plus tôt et les cicatrices de son amie. Néanmoins, cela n'était peut-être pas la façon la plus habile et la plus gentille d'aborder le sujet ...

*Ah ben voilà ! Encore une fois ! Félicitations !*
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Dim 4 Déc - 8:08


Je trempe mes lèvres dans la bièraubeurre et en avale une petite gorgée. Je ne me suis qu'une seule fois laisser sombrer dans l'alcool. Un soir maudit où j'ai simplement bu pour oublier. Il faut bien sûr dire qu'évidemment, la soirée s'est atrocement mal passée ensuite. C'est dans une de ces rues que je suis tombée sur mon poufsouffle entrain d'embrasser une sale gryffondor que je ne porte absolument pas dans mon cœur. Je l'avais -selon ses dires- presque laissé pour morte dans un coin des cachots. Je n'aime pas que l'on se mêle de mes affaires…

La souffrance qui m'a déchirée devant ce parfait cliché du triangle amoureux m'a aussi permis de comprendre une chose importante. Ne jamais dépendre des autres mais, aussi ne jamais laisser les autres dépendre de moi. J'eus de l'amour pour ce garçon. Mais, maintenant, seul reste la douleur. Les souvenirs me font juste mal. J'aurais pu me jeter le plus vite possible dans les bras d'un autre. Je ne suis pas comme ça. Au contraire, une nouvelle déception amoureuse m'aurait encore fait plus de mal.

- Alors, hum ... Ma question suivante ! Pourquoi est-ce que tes parents t'en veulent ?

J'étais tellement absorbée par mes pensées que je n'avais pas remarqué le silence gênant qui s'était installé entre nous. Allez ma vieille, va falloir que tu gardes la tête froide si tu veux répondre à sa question. Je me reconcentre. Pourquoi mes parents m'en veulent-ils ? Parle-t-il des mots gravés dans ma chaire ou bien plutôt des horribles lettres que je reçois sans cesse . À moins que ce n'est un peu des deux . Bon allez c'est parti, tiens-toi près Peter je vais te déballer ma vie.

- Je ne sais pas si l'on peut vraiment parler de m'en vouloir pour quelque chose… Lorsque j'étais enfant j'étais plutôt rebelle et indomptable. Malheureusement, cela n'a pas plus à mes parents. Mon père m'a jeté mon premier sortilège doloris alors que je devais avoir cinq ou six ans. Du jour au lendemain, il m'a forcé à devenir une parfaite élève-modèle en laissant tout droit de châtiment corporel sur moi à mes professeurs. Ils m'envoient de temps en temps une lettre comme celle que tu ont vue et puis il y a eu le petit accident. Mon regard se pose sur mon poignet et je détourne les yeux pour ne pas les faire couler. Mes… parents sont remplis de cliché sur notre monde et je n'en suis pas moins d'accord. L'éducation qu'ils m'ont donnée me force à détester les sangs de bourbe ou à mépriser les poufsouffles.

Et Mer**, tu l'as ressorti ! Quoi donc ? Sang de bourbe. Oh non… Tu t'en foutais. Pas devant lui. J'ai déballé ma vie d'une traite en reprenant peut mon souffle. Je me sens presque vide à présent. Je n'ai jamais raconté ça à personne. Même pas à Albus et Dieu sait s'il m'en a arraché des secrets ! Tu ne lui en as pas encore parler. De quoi. D'Albus, de tes parents cinglés… Chaque chose en est temps d'accord. S'il n'a pas déjà fui…
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Dim 4 Déc - 12:36


Peter semblait avoir sorti Ellana de ses pensées, et le résultat le terrifia ... La jeune serpentard s'était lancée dans un récit particulièrement précis de son enfance jusqu'à ce jour et cela ne faisait qu'en refléter un peu plus l'horreur. Durant les deux dernières années, Peter s'était efforcé de son montrer le plus froid et le plus insensible possible aux inégalités qui pouvaient se produire dans le monde des sorciers, et cela s'était accentué avec sa nomination comme préfet. Mais face au récit d'Ellena, force était de constater que l'éducation progressiste et bienveillante de ses parents ressortait d'elle-même ...

- Je ne sais pas si l'on peut vraiment parler de m'en vouloir pour quelque chose… Lorsque j'étais enfant j'étais plutôt rebelle et indomptable. Malheureusement, cela n'a pas plus à mes parents. Mon père m'a jeté mon premier sortilège doloris alors que je devais avoir cinq ou six ans.

*Non mais ... qu'est-ce que c'est que cette famille de cinglés ?!*

- Du jour au lendemain, il m'a forcé à devenir une parfaite élève-modèle en laissant tout droit de châtiment corporel sur moi à mes professeurs.

*Son père doit être un nostalgique du Moyen-Age, c'est pas possible autrement ...*

- Ils m'envoient de temps en temps une lettre comme celle que tu ont vue et puis il y a eu le petit accident.

*...*

- Mes … parents sont remplis de cliché sur notre monde et je n'en suis pas moins d'accord. L'éducation qu'ils m'ont donnée me force à détester les sangs de bourbe ou à mépriser les poufsouffles.

*Et le pire avec ces techniques barbares, c'est que ça a fini par marcher sur elle ... Ne prends pas la peine de finir ta bièraubeurre et tires-toi, sauves ta vie !*

Peter était resté sagement assis sur sa chaise, se décomposant quelque peu pendant la longue litanie de son amie serpentard. A présent, étant donné la finale de l'histoire de la jeune apprentie-sorcière, il ne savait plus vraiment qui il avait en face de lui ... Il n'avait plus qu'une envie, alors, c'était de se retrouver seul pour réfléchir. Et dire que l'espace d'un instant il s'était senti si bien ...

- Et ... euh ... enfin tu ... tu as fini par penser comme tes parents ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Dim 4 Déc - 13:57


Je détourne les yeux. Je l'ai vu, son visage se décomposer au fur et à mesure de ma tirade. Horreur, indignation, doute, crainte. Je regrette d'avoir parlé. Je ne veux plus me confier. J'ai tant honte de mon passé. Que va-t-il penser de moi ? Que je suis comme eux . Il m'est impossible de le nier. Je déteste les nés moldu et je suis la plupart du temps enfoncée dans les clichés. Je fais et dis des choses que je regrette tout de suite après. Mais, cela faitfais partie de moi à un tel niveau que je ne peux pas faire comme si de rien était. Et puis comment te dire, Peter… Me croirais tu si je te disais simplement que je ne suis pas moi-même le plus souvent .

Si je ne connais que quelques personnes capables de faire ressortir ce qu'il y a de bon en moi . Enfin, c'est ce qu'elles disent. Tu as raison je suis une mauvaise fille. Je le sais. Je lutte mais perd le plus souvent bataille. Il parla la bouche. Je n'osais toujours pas affronter son regard.

- Et ... euh ... enfin tu ... tu as fini par penser comme tes parents ?

Mon cœur rata un battement. Penser comme eux . Je… Non… Je… Je me relevais la tête pour le regarder en face et une larme s'échappa de mes yeux. Un fragment de tristesse pure, de douleur. Elle roule doucement sur ma joue et tombe sur ma robe. Peter… Tu ne penses quand même pas que… Mais moi-même je ne sais pas. Je souhaiterais clamer que non. Mais je me suis promis de ne pas lui mentir. Pourtant, je sens son malaise et il ne me semble n'avoir qu'une seule envie, partir.

-Non, je… Je ne suis pas comme eux… Parfois, je pense… Mais, non… Je ne saurais pas. Je me bas contre mon éducation… Juste… quelques fois…


Je ne suis même plus capable de m'exprimer ça va mal. J'ai voulu être sincère, je n'aurais pas dû. Manipulatrice, toujours. Je n'aurais pas dû abandonner ce trais de caractère. Je ne veux pas qu'il s'en aille, qu'il me plante là. Mon cœur bat trop fort quand je suis avec lui pour que je laisse s'en tirer. Je pourrais, à présent, lui sortir une jolie phrase remplie de mensonge, lui décocher un sourire charmeur. Je peux, mais, ne veux pas. Pouvoir et vouloir.

- Je suis désolée, Peter. Je ne suis loin d'être blanche comme neige et sans doute ai-je déjà fait des choses qui pourrais te faire frémir d'effrois… Mais, je veux que tu saches que si j'avais pu un instant échanger ma vie je l'aurais fait sans hésiter. Libre à toi de décider si tu me détestes maintenant…

Je baisse aux yeux. Je ne sais plus quoi penser. Je ne veux plus réfléchir. J'attends. Qu'il se lève, repousse sa chaise et parte. Il ne serre à rien de rêver, je t'avais prévenu. Vraiment. Je suis désolé que tu doives supporter ça. Aller vient. Abandonnes-toi à moi et je te protégerais. Ouvres-toi et tu ne seras plus jamais faible. Non ! Tais-toi ! Fuis ! Je te déteste !



Dernière édition par Ellana Lyan le Dim 4 Déc - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Dim 4 Déc - 16:34


Il était évident que la conversation avait pris un virage irrémédiable à présent. Ellana semblait totalement retournée par l'émergence de tous ces souvenirs. Peter, lui, était en proie à une lutte intérieur pour tenter de comprendre ce que la jeune sorcière pouvait ressentir ou penser réellement. Le jeu était terminé désormais, c'était Peter qui posait les questions et elle qui y répondait.

- Non, je… Je ne suis pas comme eux… Parfois, je pense… Mais, non… Je ne saurais pas. Je me bas contre mon éducation… Juste… quelques fois…

Elle semblait sur le point de s'évanouir. Elle devait comprendre que ce qu'elle disait n'était pas bien, mais à l'évidence elle était trop conditionnée pour utiliser un autre langage ...

- Je suis désolée, Peter. Je ne suis loin d'être blanche comme neige et sans doute ai-je déjà fait des choses qui pourrais te faire frémir d'effrois… Mais, je veux que tu saches que si j'avais pu un instant échanger ma vie je l'aurais fait sans hésiter. Libre à toi de décider si tu me détestes maintenant…

Après quelques minutes d'un long silence, pendant lequel la jeune fille avait gardé les yeux baissés, Peter se leva. Mais au lieu de prendre la poudre d'escampette comme n'importe que sorcier normal l'aurait fait, il alla se mettre à coté d'Ellana et lui embrassa le front.

Elle n'avait pas eu la même chance que lui, bien que sa famille à lui lui avait coupé toute possibilité de monter l'échelle sociale du monde magique il avait quand même eu de la chance. Et s'il lui tournait le dos à ce moment là, elle allait probablement perdre toute chance de ne pas être comme ses parents. Il lui fallait quelqu'un d'autre près d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Lun 5 Déc - 17:21


Un bruit de chaise. Au revoir monsieur le préfet. Ce fut un honneur de vous avoir rencontré. Dommage que ça soit fini qu'il parte déjà. Je ne regarde toujours pas. Aucun mouvement de fuite de sa part. Je lève la tête. Doucement il e place à côté de moi et m'embrasse le front. Mon cœur s'emballe. Quoi ? Pourquoi ? Comment ?

Je ne comprends plus. Pourquoi est-il là ? Je lève vers lui un regard plein d’espoir. Se rend il compte de ce que son geste vient de provoquer chez moi . Non, sans doute pas. Voir qu'il est là me fais du bien. Il reste malgré ce que je lui ai dit. Comme pour me montrer son soutient me dire qu'il est avec moi. Je souris.

Il vient sans le savoir de transformer l'étincelle de mon cœur en une magnifique flambée. Je ne sais pas s'il s'y attendait. J'ai peur de tomber dans le petit scénario de la jeune serpentard tombée amoureuse de son préfet si inaccessible. Sauf, que bon… C'est quand même lui qui m'a donné rendez-vous ici…

Si seulement il existait une formule de mon niveau pour connaître ses pensées. J'ai tellement envie de savoir ce qu'il pense. Si derrière son énigmatique expression se cache un brin d'amour pour moi. Je peux me contenter de peu. Il est tout près, je dois faire des efforts colossaux pour ne pas céder à la tentation de lui voler un baiser.

Avec Albus, tout était allé fort vite, trop vite. Un immense bonheur clôturé par une insupportable douleur. Si j'avais rencontré Peter avant lui. J'aurais sans doute fait des avances bien plus marquées à mon préfet. Mais, on apprend de ses erreurs n'est ce pas . Il a des beaux yeux. Je ferme les miens. Fichue tentation. Calme toi. Je peux résister. J'ouvre les yeux et prends la main de Peter.

-Merci, vraiment. Je pensais franchement que tu allais m'abandonner…

Et merci pour le baiser ajoute mes yeux sans que je ne sache s'il comprend le sens de ce regard muet, parce que tu ne sais pas ce que ça représente pour moi. Peut-être même ne sait-il pas à quel point il s'est dégagé une place dans mon cœur. Il faut que j'arrête de penser comme ça. N'est-il pas prouvé scientifiquement que l'amour n'existe pas ? Que ne n'éprouvons qu'une attirance pour des personnes .

Croire en l'amour. Voilà qui me semble bien puéril. Il y a aussi une théorie qui dit que les garçons sont moins difficiles que les filles. Je ne sais pas si je dois y croire. J'aurais vraiment l'air stupide si mon préfet repousse mes avances. Oh et puis zut, il ne faut pas que je me laisse charmer ainsi. Surtout que je continue à me faire des histoires…

-S'il te plaît arrête de me regarder, je vais finir par tomber amoureuse !

Hahaha, comme si tu ne l'étais pas déjà… Je ne crois pas. Menteuse… Tait toi. Ellana est amoureusheu ! Ta gueule !
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Mar 6 Déc - 17:04


Décidément, ce rendez-vous avait connu des hausses et des baisses de tensions dans l'air. Par le léger baiser que Peter avait déposé sur le front de son amie serpentard, celle-ci venait de retomber de nouveau, mais pour combien de temps ?

Ellana en avait terminé avec la contemplation de ses pieds et avait redirigé son regard vers Peter, les yeux pleins de remerciements muets. Mais cela n'émut pas le préfet plus que cela. Il venait simplement de donner une chance à cette pauvre fille battue de changer le cours de son histoire. Sans le savoir, il venait aussi de donner une chance à leur histoire. Tant de souvenirs et de réflexions semblaient se mettre en action en elle, que Peter devait sembler vide en comparaison. Mais elle prit sa main et cassa le silence :

- Merci, vraiment. Je pensais franchement que tu allais m'abandonner …

Peter ne savait vraiment pas quoi répondre à ce genre de phrase. Il se contenta de sourire, tout en caressant légèrement les cheveux d'un blond éclatant de la jeune sorcière. Il avait envie de lui dire que tout irait bien, mais il n'en était pas capable, rendu muet par la peur de ne pas être à la hauteur du moment. Il participa ainsi à conserver un silence pendant lequel les deux serpents pouvaient se parler sans se parler.

- S'il te plaît arrête de me regarder, je vais finir par tomber amoureuse !

Peter continua de regarder la jeune fille dans les yeux, son sourire s'élargit néanmoins. Instictivement, il baissa la voix :

- Il n'y a pas de raison pour détourner le regard dans ce cas ...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Mar 6 Déc - 19:01


Un moment. Un instant magique. Les horloges s’interrompent. Les pendules se taisent. Le monde retient son souffle. Une poignée de secondes les aiguille s’arrête de tourner. Doucement sa main passe et repasse dans mes cheveux blonds platine. Je savoure précieusement et pleinement ces précieuses minutes de quiétude inespérée. Je me demande comment l’atmosphère a pu être aussi oppressante quelque temps auparavant. Je me perds dans le regard de Peter tandis que résonnent délicatement à mes oreilles les douces paroles que je désirais plus que tout entendre.

- Il n'y a pas de raison pour détourner le regard dans ce cas ...

Les bruits s'évanouissent autour de moi. Plus rien n'existe au monde pour moi en ce moment que mon préfet, ses yeux figé dans les miens. Il sourit. Son ton avait baissé. Mon cœur bat lentement. Cela fait longtemps, temps de temps que… Mes yeux se ferment. En un éclair mes lèvres épousent les siennes. Un instant suspendu dans le temps, enfin vidé de pensées et d'angoisses. Je ne perçois plus rien d'autre que les lèvres du jeune homme contre les miennes, les lèvres de Peter. J'ai hésité. Je ne résiste plus. Tant pis. S'il me repousse. S'il recule.

J’espère que je ne me trompe pas. Que j'ai bien conscience de ce que je fais en cet instant. Au fond, bien trop loin. Une voie me rappelle que je ne devrais pas embrasser mon préfet. Des paroles qui se font de plus en plus faibles. Qui disparaissent. Je suis trop heureuse pour que des pensées négatives arrivent à entamer le bouclier de bonheur qui se forme autour de moi. Un voile d'optimisme qui se tisse doucement et me protège.

Depuis combien de temps n'ai pas je plus été aussi sereine ? Bien trop à mon goût. C'est étrange, je ne sais presque rien de ce garçon. Peut-être n'est-il qu'un coureur de jupons après tout. Je continue pourtant à ignorer toutes ces petites pensées qui nuisent à mon allégresse. J'aimerais juste qu'on me laisse profiter de la magie qui s'opère, comme un sortilège envoûtant qu’aucune baguette ne saurait reproduire sur moi.

Depuis combien de jours suis-je entrain de rêver des lèvres de mon préfet. Pendant combien de nuit a-t-il rythmé mes rêves. Toujours inaccessible. Il n'a pourtant jamais été aussi proche. Je tiens toujours sa main entre mes doigts. Les miens sont toujours gelés. Ce n'est pas juste une impression que je réellement toujours froide. Pourtant, mes joues sont chaudes et mes lèvres brûlantes.

Je recule délicatement et ouvre mes paupières. Les couleurs du monde semblent avoir redoublé d’intensités et de beauté. Je regarde Peter et lui souris un peu gênée. Voleuse de baiser… Je guette innocemment sa réaction. Mes yeux brillent de joie et de malice. Désolée mais je suis amoureuse, tu ne peux pas m'en vouloir voir la perche que tu m'as tendue. Je prends ça comme une invitation. Jouer les Insouciantes. Voilà un travail facile pour moi. Je souris malgré cette légère douleur. Un cœur peut-il cogner si fort dans une poitrine ?


Dernière édition par Ellana Lyan le Jeu 8 Déc - 16:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Mer 7 Déc - 12:06


Ellana s'était avancée doucement et finalement leurs lèvres étaient entrées en contact. Peter ferma les yeux, imitant la jeune fille, pour profiter pleinement de l'instant. Kohane avait peut-être raison finalement ...

*T'es bien sur de vouloir faire ça ? Elle vient d'une famille de barjos !*

Une fois l'étreinte de leurs lèvres terminée, ils ouvrirent tous deux les yeux, un sourire complice s'affichait sur leurs visages. Et maintenant qu'allait-il se passer ? Et que ressentaient-ils réellement l'un pour l'autre ? Peter n'en savait rien et cela ne l'importait pas pour l'instant. Ils venaient de s'embrasser et de passer quelques minutes à se regarder dans le blanc des yeux, cela faisait un peu trop pour le jeune préfet qui commençait à réellement se sentir gêné (plus que si on l'embrassait à nouveau en tous cas). Il marmonna alors avec un manque de confiance flagrant :

- Bon ... ben moi je ... je vais me rasseoir maintenant non ?

Et d'un pas extrêmement maladroit, il se dirigea vers sa chaise sur laquelle il s'assit non moins maladroitement. En face d'Ellana, il ne put s'arrêter d'arborer son sourire gêné. Il tenta alors de meubler le silence ambiant en buvant une gorgée de bièraubeurre.

*Voilà comme ça elle va croire qu'elle a mauvais goût ...*

- Euh ... Tu n'as ... tu n'as plus de questions ?

*Non mais achevez-le tout de suite !*
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Mer 7 Déc - 18:52


- Bon ... ben moi je ... je vais me rasseoir maintenant non ?

Je souris. Être mal à l'aise. Face à une situation. Face à quelqu'un. Embarrassé. Gêné. Amoureux rentre-il dans cette liste ? C'est sûr que cela ne me déplairait pas le moins du monde. Que pense-t-il réellement ? Si sa gêne était due à une autre personne. Une autre… Fille. Méfies-toi. Je croyais que tu étais partie. J'ai failli, mais, je me suis dit que tu avais encore un peu besoin de moi. À propos de quoi ? Je ne veux pas qu'il ne t'arrive pas du mal à cause de lui. Désolée… Pardon ? De nous deux c'est moi la plus fine manipulatrice. Je n'en doute pas. Ce qui veut dire que je comprends parfaitement tes propos. Mais, je crois que j'aime Peter.

Grand bien te fasse. Quand je suis heureuse avec lui, tu pars. Ce qui signifie donc que tu veux mon malheur. Et que je ne dois pas t'écouter, voire faire l'inverse de ce que tu me dis. Tu… Tu ne sais pas ce qu'il t'attend. C'est vrai… Tu vas te faire aussi mal qu'avec Albus. Peut-être. Je ne te comprends plus. Tu ne m'as jamais comprise. Mais, enfin ! Regarde-le. Quoi ? Tu as vu quel maladroit il fait. Ne t'inquiète pas pour moi, je le trouve mignon. L'amour rend aveugle hein. Je n'ai plus besoin de toi.


- Euh ... Tu n'as ... tu n'as plus de questions ?

Mon préfet s’était assis et avait pris une gorgée de bièraubeurre. J’hésite à l'imiter mais, ma tête est encore pleine du tourbillon de bonheur qui m'avait emporté quelques minutes plus tôt. Je n'ai pas envie que l'alcool vienne diluer cette sensation en moi. Arrête de bégayer Peter. je ne vais pas te manger ! S'il n'en tenait qu'a moi je me serais penchée pour lui voler de nouveau ses lèvres. Juste pour qu'il arrête de dire des bêtises.

Je ne le ferais pas. Pas tant que je ne serais pas sûre de ce qu'il pense. Un million de question se bousculent effectivement dans ma tête. Mais je suis incapable de les formuler et je n'oserais pas poser la plupart. « Hum… Oui es-tu célibataire Peter ? » Non vraiment, je ne saurais pas lui demander ça. Et puis, si vraiment il ne l'était pas. Il ne m'aurait pas laissé l'embrasser. Je ne sais plus quoi penser.

- Non, je crois qu'assez de vérité ont été dite pour aujourd'hui…

J'avoue que je ne veux pas devoir répondre à une de ses questions. Je n'ai vraiment pas envie de le faire fuir. La conversation fut déjà riche en émotion et je n'ai pas envie de rajouter une couche sur tout ça. Je ne me sens pas le cœur de lui parler d'Albus, de Serena, du trop-plein de haine ou de douleur, des fièvres qui me prennent parfois quand je m'acharne à travailler. Chacun son histoire. Pour le moment je suis heureuse et je ne souhaite pas gâcher ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Jeu 8 Déc - 11:00


Bien évidemment, la question de Peter était extrêmement maladroite. La réponse d'Ellana en fut d'autant plus cinglante pour le jeune préfet qui la reçu en plissant les lèvres.

- Non, je crois qu'assez de vérité ont été dite pour aujourd'hui …

*Ah ... Ben vas-y pour enchainer là-dessus !*

Peter contemplait désormais sa bouteille un peu gêné en attendant la suite, pendant que la jeune serpentard se délectait du baisé qu'ils venaient d'échanger. Sans crier gare, un sentiment commença à s'insinuer peu à peu au creux du jeune serpentard. Il fallait qu'il sorte de sa torpeur et recommence à se comporter comme le charmeur qu'il avait toujours réussi à être avec toutes les autres. Motivé par ce rôle nouveau qu'il était en train d'interpréter avec elle, il abandonna ses airs gênés et, d'une façon très assurée, il se pencha vers elle :

- C'était vraiment un super moment.

Sans abandonner son regard des plus charmeur, il marqua une courte pause qu'il brisa lui-même :

- Et si on allait se promener un petit peu ?

Dans Pré-au-Lard, avec le froid qui commençait à tomber, se lancer dans une balade était l'un des plans les plus romantiques qu'il avait à sa disposition. Ils allaient devoir se serrer et peut-être même qu'ils allaient pouvoir remettre leur baiser avant de rentrer au Château. Ellana ne semblait pas captivée plus que cela par sa bièraubeurre aussi Peter ne doutait pas qu'elle accepterait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Jeu 8 Déc - 13:00


Parfois la vie est un jeu. Un jeux de rôle. Un rôle différent. J'ai mon répertoire personnel des différentes Ellana que je peux être. Certaine volontairement et d'autres dont je me passerais bien. Je peux être comédienne. Actrice. Je tisse, je crée, j'emporte. Les gens dans un drap où mensonge et vérité se mêlent. Je garde la tête froide. Je souris faussement. Commercialement. Je manipule. J'embobine. Ils s'y perdent et seule moi reste.

Malheureusement, je reste une humaine et il m'arrive moi aussi de me faire prendre dans des émotions incontrôlables. Quelque chose a changé dans le regard de mon préfet. Je ne parvenais pas à saisir quoi mais son ton des plus assuré éclaira mon interrogation. Il se pencha vers moi.

- C'était vraiment un super moment.

Contente de savoir que ça t'a plus, Peter. C'était réciproque. Je lui aurais bien répondu mais ce fut lui qui brisa le moment de silence qu'il avait créé avec une nouvelle phrase. Son regard était charmeur et sa voix toujours assurée lorsqu'il prit la parole.

- Et si on allait se promener un petit peu ?


Je jette un œil autour de moi. Le froid commence doucement à prendre ses droits et je suis bien peut vêtue pour affronter une petite promenade. Pourtant je ne suis vraiment pas du genre frileuse et puis, peut-être aurais-je droit à un baiser de mon préfet pour me réchauffer…

Je n'ai pas vraiment pour habitude de me promener dans les rues de ce village. Souvent je saute ces jours que tous attendent avec impatience pour me plonger dans mes cours. Les quelques fois où je suis venue par ici ne m'ont jamais vraiment créé de bons souvenirs. Et puis, je ne peux pas prétendre le connaître alors autant découvrir un peu.

- Oui, d'accord, avec plaisir.


Une petite balade avant de rentrer. Pourquoi pas… Je ne saurais dire non en si agréable compagnie. Peut-être que quand je reverrais ce village la prochaine fois, il sera associé à des souvenirs heureux et non à la blessure presque cicatrisée qu'une gryffondor a ouverte en moi. Ce préfet est vraiment plein de surprises. Un instant maladroit, l'autre charmeur. J'espère que je pourrais maintenir en vie ce début d'histoire que nous avons entamée.

D'habitude, je me contente de détruire et de briser. Là pour une fois, c'est moi qui crée. Au fond ce n'est vraiment pas plus mal. Je suis juste heureuse. Au quotidien je suis prise dans ce fichu tourbillon noir empreint de folie et de cruauté. Faire mal aux autres pour effacer ma douleur. Les faire souffrir pour calmer mon déchirement. Une méthode facile. Une façon simple de me maintenir en vie. Un moyen pourtant sans prix. Car plus je fais du mal plus je m'enfonce. Je continue à exister mais mon âme se noircit. Doucement, lentement, sûrement.

Je n'ai trouvé qu'un seul autre moyen pour calmer la souffrance sans sombrer. Une méthode plus douce qui aujourd'hui réside chez mon préfet. On dit qu'aimer est la solution à tout. Je peux prouver que c'est faux mais ne peux nier que cela fasse effet sur moi comme une pommade magique qui calme la douleur et repousse le mal.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La terrasse

Message par : Peter McKinnon, Jeu 8 Déc - 16:28


La jeune élève de serpentard avait accepté la proposition de son préfet sans rechigner, spontanément ! Cela promettait. La journée avait plutôt bien commencé même si cela n'avait pas toujours été évident étant donné les horribles chose qu'Ellana avait raconté et Peter voulait que cela finisse bien !

Il était déjà en train de réfléchir jusqu'où ils pourraient marcher tous les deux ... Peter pensa presqu'instantanément à la cabane hurlante. Il ne devait pas y avoir grand monde autour à cette heure-ci, ils y seraient donc tranquilles et puis ce n'était pas à coté, ils auraient l'occasion de se dégourdir les jambes comme ça. Le jeune préfet n'avait plus énormément de bièraubeurre aussi arriva-t-il à la finir sans peine d'une gorgée, sans avoir l'air d'un pilier de comptoir surtout !

Il reporta son regard sur la jeune élève blonde qui lui tenait compagnie, peut-être était-ce lui mais elle avait l'air apaisée, cela la rendait bien plus belle que par tout à l'heure. L'idée qu'il puisse se trouver une petite amie aussi mignonne parmi les sorciers le fit sourire. Il ne tenait pas spécialement à s'attarder à la terrasse des Trois Balais, quelqu'un qu'ils connaissaient risquait de passer et là c'était bon pour foutre l'osmose qui commençait à se créer par terre.

- Quand tu seras prête, on pourra y aller alors !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La terrasse

Message par : Ellana Lyan, Dim 11 Déc - 9:02


Je ne crois plus à ma chance. Je suis en train de rêver c'est sûr. Jamais je n'aurais même pensé possible de me retrouver ici avec lui. Désir longtemps tu es aujourd'hui dévoilé. Je n'ai pas toujours su si ce que j'éprouvais était de l'amour ou de l'admiration. Peut-être un peu des deux. J'avais l'impression de venir d'un monde différent. Il ne savait même pas qui j'étais. Au fond, il y a tellement d'élèves à serpentard que forcément cela ne doit pas lui faciliter la tâche pour retenir visage et prénom. Je préfère qu'il ne m'ait pas remise pour une de mes horribles actions. Je sais bien que plusieurs personnes me reconnaissent et parfois me craignent de cette façon. Alors qu'ici, j'ai encore le titre d'inconnue, de fille traumatisée par ses parents. Ce qui n'est d'ailleurs pas faux, je ne le nie pas. Tout aurait sans doute été différent dans une autre famille.

Le changement radical fut tout de même au moment où je l'ai rencontré disons « officiellement » dans la serre. Je crois que je n'ai jamais autant pleuré que cette année. Pourtant je déteste ça et je m'étais juré de ne jamais montrer mes sentiments. Mais, mon père, Albus, Mary, Serena, … Ils ont tous trouvé des failles en moi, des choses dont même moi je n'avais pas conscience. Chacun a leur manière, ils ont brisé une part de moi. M'ont déchiré que cela soit volontaire ou non. J'ai trouvé l'épaule de Peter pour verser mes larmes. Je ne sais pas si c'était une bonne idée mais je crois qu'au fond je n'aurais pas supporté que ça soit quelqu'un d'autre. Je n'ai jamais été aussi proche de revendiquer mon statut de victime.

Puis est arrivée la grande salle. Les rires, les bruits, la tête qui tourne. Mes cernes et comme une bouée lancée à la mer, mon préfet. Épisode court mais qui m'a tant fait de bien. Pouvoir, parler, librement, amicalement, en toute simplicité. Garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus proches. C'est bizarre, mais jamais le terme ami ne m'est venu à l'esprit pour désigner qui que ce soit. Au fond je garde ami comme ennemi à distance. Mauvaise technique ? Franchement, je ne suis pas capable de savoir. Les relations humaines me font peur. Pour moi c'est comme de tourner mon dos au poignard. Je ne fais presque jamais confiance. J'ai essayé. Mauvais résultats.

- Quand tu seras prête, on pourra y aller alors !

Et maintenant ces instants magiques. Tant de bonheur rien que pour moi. Un baiser. Comme une ultime barrière franchie. Doucement je termine ma bièraubeurre. À petits coups comme pour en savourer chaque instant. Cela faisait vraiment longtemps que je n'y avais plus toucher. Ce village est fait pour y passer du temps entre amis, je n'ai ni le temps, ni les amis. C'est plutôt sûr que dans ces conditions, il m'est difficile de venir ici. J'avale une dernière gorgée et ferme un instant les yeux. D'un sourire malicieux, je me lève et le regarde. D'un ton sincère et chaleureux je prends la parole :

- Je suis prête et… Merci pour tout !



Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La terrasse

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 9:25


Revenir en haut Aller en bas
Page 21 sur 22

 La terrasse

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.