AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 7
Une petite ruelle déserte
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Justin Davis
Serpentard
Serpentard

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Justin Davis, Jeu 1 Oct - 21:19


Silencieusement, la brunette qui venait de s'incruster observait l'homme presque abattu qui se tenait contre le mur et dont le sang jaillissait des multiples coupures profondes. Et puis elle s'avance, sur d'elle et absolument pas terrifiée par la scène à laquelle elle venait d'assister. Elle sortit sa baguette magique et la pointa en dessous du menton de la victime, comme pour observer encore plus minutieusement son état. Et la le hic. Et si c'était une Auror ? Il serait bien dans la m*rde, jusqu'au cou même et devrait assumer ses actes puisqu'il aurait été pris en flagrant délit. Et son pouls accéléra. Il perdit toute once de courage, en eût-il déjà eu ? Il avait perdu cette sensation, qu'il pouvait faire tout ce qu'il désirait. Mais il se rappela que oui, du courage il en avait eu, il l'avait perdu et aujourd'hui rien ne comptait plus au monde pour lui que sa petite personne, une météorite pourrait s'abattre sur la terre qu'il n'en aurait rien à faire. Tant qu'il était à l'abri.

« C'est toi qui as fait ça ? » Justin fit mine de réfléchir, posant son pousse et son index sous son menton. Était-elle idiote ? Ou espérait-elle le faire avouer ? Ou bien c'était seulement une question réthorique ? Tant d'interrogations germaient dans l'esprit peu lucide du jeune homme. Comment s'était-il retrouvé dans cette situation ? Comment en était-il venu au point d'avoir la haine contre le monde entier ? Beaucoup trop de questions et bien pas assez de réponses. Alors, regardant droit dans les yeux sa victime et n'accordant pas un coup d'œil à la sorcière, il hocha doucement la tête, prenant tout son temps. « Sors de de là. En général, on s'assure que la victime voit le visage de son assassin... Avant qu'elle ne succombe. » et le préfet sourit, il souriait en sortant de l'ombre, un sourire malsain qu'il avait dégainé sans même s'en rendre compte, en même temps qu'il passa sa main dans sa chevelure brune. Elle l'intéressait. Elle dégageait quelque chose d'encore plus déroutant que le sinople et argent. Elle avait l'air sure d'elle, contrairement à lui. Non, il ne tremblait pas et prenais plaisir, mais son manque d'expérience se ressentait, et dans un instant il allait aussi se voir.

Sans comprendre pourquoi ni comment le corps du pauvre homme se retrouvait contre le mur, et un millième de seconde plus tard il était affalé au sol. Faible, suppliant aux deux sorciers de le laisser vivre, enfin ses mots étaient complètement incompréhensibles vu le choc qu'il venait d'encaisser. Le sol ruisselait de sang auquel s'ajoutait la sueur qui perlait du visage du monsieur. Malheureusement pour lui il était tombé sur deux être mentalement instables, et rien ne pourrait le sauver, ou presque : ses chances de survie étaient proches de zéro.

Et il n'en pouvait plus. Il avait chaud, trop chaud. La fatigue le faisait tanguer comme s'il était sous l'emprise de la boisson et ses yeux se fermaient dangereusement pendant quelques secondes. Que faisait-il ici ? Sérieusement. C'était un élève, c'est tout. Comment un jeune de dix-sept ans à peine peut-il aussi mal tourner ? Le monde était devenu pourri à ce point ? Les êtres étaient-ils détestables au point d'attaquer des gens sans défense dans une ruelle sombre ? Questions après questions l'esprit déjà peu clair du vert et argent se perdait plus qu'il ne l'était déjà, chassant le peu de lumière et de bonne conscience qu'il restait dans son corps.

« - C'est la première fois que tu te livres à ce genre d'activités ?
- C'est la première fois que j'en ai la chance » répondit le serpent presque du tac au tac

Et pourquoi la fille serait-elle la seule à s'amuser, après tout c'était bien lui qui avait déniché cet affreux bonhomme dont la disparition en choquerait personne. Ah, sûr que si on avait attaqué un petit moldu d'un quartier bourgeois les conséquences auraient été différentes. Mais là n'était pas le sujet. À son tour il leva sa baguette, et pointa l'homme qui venait à peine de réussir à s'asseoir contre le mur. Il informula un #Electrocorpus qui devrait sans doute lui asséner une décharge électrique incroyablement puissante et dure à supporter. Et comme prévu il hurlait. Il criait. Il souffrait le martyr. Et pas une émotion n'émanait de Justin cette fois. Pas de sourire, pas de dégoût, juste le cri affreux qui résonnait dans sa tête. Il n'avait pas le courage de continuer cette conversation surement sans intérêt. Sa migraine l'empêchait de penser correctement. Pendant un instant il voulut presque imiter le futur défunt, en criant, espérant que tout son mal sortirait par sa bouche mais il ne fit rien. Il se contenta de reculer jusqu'au mur le plus proche et de doucement s'asseoir, s'agrippant au mur et il lâcha sa baguette qui glissa près de lui. Et il garda un œil sur la femme. Qui était-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Justin Davis, Dim 11 Oct - 15:30


Justin levait lentement la tête. A cet instant il était incroyablement faible. Il déversait toute sa haine contre un simple mortel, le meilleur défouloir est humain, sachez le. Le préfet avait mal au crâne, encore. Sa tempe lui infligeait une souffrance beaucoup trop violente pour qu'il ne résiste. Heureusement il semblait retrouver ses forces et sa vue s'améliorait nettement. Surement une crise de panique ou une connerie du genre. Il n'avait jamais eu de truc du genre, pensant que c'était uniquement pour les faibles mais quand on en fait l'objet tout est différent, évidemment.

L'inconnu criait encore, et le sinople eut la nette impression que tant que cet idiot crierait, jamais il ne pourrait aller mieux. Et ironie du sort, pour faire arrêter de crier un homme qui souffre, il faut abréger ses souffrances. Mais en faisant cela il tuerait cette once d'innocence qui se cachait en lui, qui lui permettait de retrouver bon sens dans les pires moments. Il eut presque l'impression que la femme en face de lui était le diable en personne. Comment pouvait elle rester si calme ? Face à la mort, face au sang, à la souffrance pure et dure ? N'avait-elle pas une âme ? Les gens naissent-ils mauvais ou le deviennent-ils ? Ce genre de question qui empêchait Justin de s'endormir, tant il se demandait si toute sa vie il avait été mauvais. Mais contrairement à certaines ordures c'était un enfant de coeur. C'était un foutu pensionnaire de Poudlard qui devant la mort fermerait immédiatement sa gueule. Il devait prendre en maturité, il en avait besoin ou le monde ne lui ferait pas de cadeau.

« Silencio... Voilà qui est mieux, on va pouvoir causer maintenant. T'es encore à Poudy toi ? Je me trompe ? Et si je me trompe pas non plus, à Serpentard ? T'façon y'a que les tordus dans leur genre qui peuvent filer comme ça... A quelques exceptions près cela dit. »

Le jeune homme ne put s'empêcher d'afficher une mine plus détendue. Non seulement parce que l'enfoiré s'était tut mais aussi parce que la demoiselle avait visée dans le mille. C'est vrai, la plupart d'entre nous ont mal tourné mais de là à le juger sans le connaître. Il se leva, prenant appui contre le mur et sourit à son interlocutrice.

« Tu te trompe pas, préfet de Serpentard si tu veux en savoir plus. Et si tu veux mon avis tu peux facilement rivaliser avec notre penchant pour... Le mauvais chemin. Et t'as pas l'air d'une verte si tu veux mon avis. » lança t-il à la jaune et noir. Jaune et noir ? Étonnant d'ailleurs, qu'est ce qu'elle foutait là-bas ? Bon après Justin connaissait des gens étranges de toutes maisons, Poudlard a énormément changé, les gens avec de mauvaises intentions, y en a à tous les bouts de couloirs, et croyez moi à Poudlard y a beaucoup beaucoup de couloirs.

Le brun ramassa sa baguette magique, l'observant attentivement. Fou de sa baguette ? Oui on peut dire ça, fou des baguettes tout court. C'était un genre de passion secrète, personne ne le savait mais voir une baguette abîmée ou mal entretenue lui faisait l'effet d'un coup de poignard en plein dans le coeur. Le lien qui unit un être à sa baguette n'est pas à négliger, faites attention et elle vous le rendra bien. « Hé ! Si t'as commencé, tu dois pouvoir finir. » déclara la jolie brune. Il ne laissa aucune émotion paraître mais intérieurement il ne savait pas si il devait le faire. Est-ce qu'il en avait vraiment envie ? Pas de retour en arrière possible, un meurtre c'est un meurtre et quand on l'a commis on peut pleurer tous les jours, demander pardon à Dieu ou faire de la nécromancie que la "chose" pourrait hanter nos pensées. Ou pas du tout, tout dépend de la personne. Justin pointa son arme en direction du monsieur, agonisant désormais silencieusement et il murmura un #Ashtum Draconis. Rapidement la morve de dragon s'élança sur le corps gisant de la victime. Sa nouvelle amie comprendrait sûrement la démarche. Manquait plus que le bouquet final, la cerise sur le gâteau. Justin voyait les choses en grand. « Montre moi. » murmura t-il à l'oreille de la femme. Il voulait voir la façon dont le cadavre allait se calciner, si la jeune femme le ferait sans broncher et sans être dégoûtée par la vision qui allait s'offrir à elle. Encore une fois le préfet avait réussi retourner une situations.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Justin Davis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Justin Davis, Dim 25 Oct - 12:20


La jeune femme haussa les épaules avant de lancer un Incendio sur l'homme recouvert de morve de dragon. La scène etait... Incroyable, le monsieur brûlait, brûlait et son visage n'était qu'un amas de peau s'échappant de son corps. Son visage n'avait lis l'air d'être un visage, on aurait même dit un de ces personnages que l'on voit dans les films d'horreur moldus, mais ce qui affolait réellement le préfet, c'est que la jolie brune s'était exécutée sans sceller et avait regardé le spectacle les deux yeux bien grand ouverts.

Et bizarrement Justin admira un peu plus le personnage face à lui. Elle était douée et il ne pouvait le contester mais en plus elle était dotée d'un sang-froid hors pair et d'une facilité à tuer troublante. On aurait facilement pu en faire un mercenaire si on le voulait.

« Sache que souvent tu n'auras personne pour finir le travail. Le plus important se trouve dans ton crâne. La magie n'est que ton outil et ne nécessite pas toujours une grande maîtrise, du moment que ton esprit est clair et vif, tu arriveras toujours à tes fins. »

Justin frappa sa main dès que celle-ci toucha son front. Peut-être qu'ils étaient complices ou frères de sang après avoir tué ensemble mais il n'appréciait pas la façon dont elle se comportait avec lui, son ton... On dirait presque qu'elle s'adressait à un minot. Et à vrai dire il n'avait pas compris grand chose à son charabia, du moins l'essentiel avait été entendu et ça avait drôlement l'air d'une leçon daube morale ou un truc du genre. Il profita de la mort du passant et donc du temps qu'il avait désormais à allouer à Poufsouffle pour l'observer de la tête au pieds. Surement plus vielle que lui, de quelques années, apparence anodine malgré son expression de psychopathe, des formes plutôt pas mal... Ouais sympatoche tout ça.

Et pis il se mit à penser : Mer** on devrait y aller ? On est sur une scène de crime et se faire chopper par la police ou être en cavale ça est pas trop son truc, lui il avait un appart à Londres avec plein de séries et de bouffe qui l'attendais jusqu'à la fin des vacances. Vivre comme un moldu c'est pas plus mal de temps en temps, mais rien ne vaut la magie tout de même. « Je dois y aller, ravi de t'avoir rencontré, sincèrement. On se reverra je pense. » Et il la reconnaîtrais, plus que sur. Il s'était concentré sur son visage depuis son arrivée histoire de se rappeler d'elle. Il avait comme un pressentiment, chose plutôt rare en fait, et plus les jours passaient plus il commençait à croire en l'art divinatoire aussi dérisoire soit-il. Justin lui adressa un sourire, sincère et dont l'origine était plutôt inconnue avant de disparaître dans le sombre dédale de la petite ruelle ou les deux s'étaient égarés.


FIN DU RP POUR MOI


[Désolé du retard et de la nullité du post]
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 7 Jan - 9:40


Suite de service
Avec Lilou

Bon, à s’occuper des services de ses collègues, elle se trouvait retenue par de bien étranges créatures. Le spécimen à la langue italienne allait vite en besogne, vu qu’elle ne réfléchit pas un instant avant d’énoncer le gage qui serait sien. Courir dans la rue, en sous-vêtements. Qu’est-ce qu’elle aurait pas sorti juste pour pouvoir mater celle-là. Enfin. Etait-ce la chaleur, l’alcool, l’envie qu’elle avait d’avoir la confiance de la belle, il était difficile d’en juger, mais elle était parée.
- Cap.
Ouais c’était pas un t’es pas cap, d’ailleurs ceux-ci ne valent rien sans étendue d’eau, mais en soit, on s’en fichait non ?

L’autre avait l’air satisfaite, déjà le tablier giclait, révélant une tenue noire, sobre, sans fanfreluche, volée à une cliente -oui, c’était du temps où elle faisait son commerce dans les chambres- mais il ne fallait dévoiler le reste, pas présentement, dans son établissement, ça ça craignait. Si Ghrystal la voyait... Il l’aurait tuée. Sans aucun doute. Il avait mille raisons de le faire, le blond trop sérieux qui n’avait su s’abandonner à la licence, toujours droit, toujours parfait derrière son comptoir. Et poli. A côté oui, la blairelle faisait pâle figure, enfin non pas pâle, le pâle était trop propre, trop précis, trop sculpté, elle volait en couleurs, bombardait les clients, les étouffait de ses tensions et pulsions de vie, parfois trop littéralement.

Mais ce soir n’en était l’occasion, d’ailleurs elle ne se rappelait trop de quand elle avait atteint la porte, sans que tout soit flou déjà il y avait comme une douceur qui lui empêtrait la vue, une envie de plus, d’air, de vivacité que seule la rue glacée pouvait lui proposer. Alors fila le haut, qu’elle lança à sa comparse, sans trop se soucier de comment elle le recevrait. Alors elle se battit avec le bas, se révélant trop serré, au niveau des chevilles, pour l’urgence de la course, tranché à la baguette.

Elle rejeta son cou en arrière, s’abreuva de la nuit, du silence humain, non elle les entendait encore, derrière, les clients, elle ne tolérait que le souffle de sa partenaire, les autres étaient de trop, alors les fuyant elle s’élança, se gorgeant d’étoiles, d’ailleurs, d’elle-même. Elle aimait sentir le rebond de son pied contre le pavé, oubliant l’odeur de pisse, typiquement londonien, elle aimait s’en foutre, et son corps imparfait n’avait rien à cacher.

Se rappelant enfin de ses devoirs sociaux, elle chercha la belle du regard, la héla, allez, fais moi voler tout ça ! et sa gorge riante résonna dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Lilou Fantozzi, Dim 10 Jan - 19:23


Dans l'épisode précédent : Le Chaudron, le Retour
Actrices principales : Lilou et Lizzie

En moins de temps qu'il ne lui fallut pour le dire, Lilou et Lizzie s'étaient retrouvées dehors. Il faisait un peu froid, mais, au moins, ce soir, elles pouvaient voir les étoiles.
Lilou avait toujours froid, même quand elle était bourrée. Elle était la fille du Sud, la fille d'un pays chaud, qui avait migré dans ce pays gris et froid. Il pleuvait tout le temps à Londres, et il ne faisait que rarement une température agréable. Toutefois, Lilou ne regrettait pas la Toscane, à bien des égards.
Lizzie enlevait son tablier.
Peut-être qu'il faisait froid et moche, ici, mais au moins, elle s'amusait à Londres. Comme jamais elle n'aurait pu le faire en Toscane. Le manoir de ses parents était certe immense, mais vide. Aux alentours, il n'y avait pas un troll. Des champs d'oliviers à perte de vue, des petits villages, et un seul bar peu fréquentable ! Il fallait faire une bonne cinquantaine de kilomètres pour atteindre la civilisation. Et encore ! Et puis, dans les villages italiens tout le monde connaissait tout le monde. Elle était dans l'obligation de filer droit. Ici, reignait l'anonymat. Et elle pouvait faire un peu n'importe quoi.
Lizzie avait enlevé ses vêtements, et lui avait envoyé son haut. Lilou le rattrapa de justesse et fourra ses vêtements dans son sac-sans-fond. Bien pratique ce sortilège pour une bordélique comme elle l'était !
Même dans l'obscurité, Lilou la trouvait adorable.
Bon, elle avait la grâce d'un hippopotame à se débattre avec ses collants, mais tout de même. Lizzie était la compagne idéale en cet instant. Elle courrait dans la rue, riant à george déployée.
"Allez, fais moi voler tout ça !" Ce n'était ni invitation, ni un défi ; mais un ordre.
Elle s'empressa de se débarasser de ses vêtements superflus et la rejoignit. Ses sous-vêtements tombaient un peu depuis qu'elle avait perdu du poids.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 21 Jan - 11:54


Docile, la comparse obtempérait. Elle entendait le froissement des fringues qu’on refoulait plus loin, refusant de s’en embarrasser plus longtemps. Le martèlement de pieds graciles, qui approchaient. Mais pour l’instant elle ne s’en souciait. Là, dans la nuit elle ne cherchait que le fantôme disparu, elle cherchait le corps qui avait été le sien, mais ne rencontrait que du vain. Si elle avait été elle, les choses seraient aujourd’hui si différentes. Déjà, bien des décisions prises dans sa croissance étaient le fruit du hasard, mais si ce n’était l’autre qui les avait prises, qui aurait changé ? Qu’aurait-elle manqué, qu’aurait-elle perdu ?

Difficile d’en juger, et la frénésie des chants nocturnes l’envahissait. Elle dodelinait de la tête, comme écoutant, comme suivant, puis son pied repartait, autonome, libre de sa commande, mais si elle ne tenait les rênes qu’est-ce que cela changeait-il, en vérité ? C’était le bordel. On s’en foutait du changement, non ? Ce qu’on avait là, ce soir, les petits plaisirs de l’existence, ça devrait suffire, ça devrait l’emplir. Se savoir en vie. Pourquoi alors ce dégoût de tout ? Une étoile cracha, et Bennet lui répondit.

Un truc qui affluait, d’un coup, des notes moches qui lui roulaient dans la gorge, oui, elle aurait pu chanter n’importe quoi. Même du moldu. Même du vieux d’un siècle. On s’en battait les ovaires, on était là, la brise couvrait la chair de hérissements pareils à son patronus, la brise couvrait le corps d’un besoin de chaleur humaine. Alors pourquoi se priver ? Elle n’irait plus loin que ce que sa partenaire du soir le désirait, contraindre n’avait rien d’excitant en cette matière.

Pivotant, accourant, elle se jeta sur la brunette dans un moqueur « Catch me ! », et enroula ses mains autour du coup de la belle pour garder l’équilibre. Exclusivement, bien sûr, quoique ses doigts se prennent vite à jouer avec des mèches rebelles.
- Je n’ai jamais couché en pleine rue.
Oui, bah fallait être précise un peu que la forêt voisine, c’était fait.

Les derniers tissus durent voguer loin ; un passant trop voyeur fut exterminé du regard, ou de la baguette, ou qu'en sais-je. Comment ça elles s'y exposaient ? Ça faisait partie du jeu. Et elles étaient... Ouais, j'crois qu'on peut se risquer à le dire. Le temps d'une nuit, elles étaient bien, malgré le flou qui entoura une majeure partie de leur nuit.

(Fin pour moi)


Dernière édition par Lizzie Bennet le Sam 19 Mar - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Lilou Fantozzi, Mar 9 Fév - 0:24


Rp avec Lizzie B.

Après une course effraînée, Lizzie revint vers Lilou et s'attacha à elle d'une drôle de façon. La brunette s'accrocha à son cou, tout en jouant avec ses longs cheveux bruns. Elle lui dit "Attrape-moi", alors qu'elle était déjà pendue, presque nue, à la petite italienne.
"Et tu serais pas du genre..." Commença Lilou sans terminer sa phrase. Elle allait lui dire qu'elle était du genre instable. Oui. Lizzie était assurément instable, elle n'avait pas besoin de l'entendre, puisqu'elle était prête à se lâcher ce soir. Autant en profiter. "à..." Lilou cherchait ses mots, mais elle était elle-même destabilisée par la beauté à moitié nue qui était pendue à ses bras, qu'elle entreprit de resserer rapidement contre elle. Effleurer ses hanches, le creux de son dos, déposer dans ses cheveux l'ombre d'un baiser qu'elle ne sentirait jamais, même pas en rêve.
La belle Lizzie enchaîna en exposant qu'elle n'avait jamais couché en pleine rue.
"Moi non plus. Peut-être que c'est le moment ou jamais de le faire ?"
Lilou lui indiqua par un geste un peu tremblant -elle avait froid- un coin sombre où elles pourraient s'ébattre plus tranquillement. Un coin un peu calme, un peu dangereux : on pourrait les surprendre. C'en était d'autant plus excitant que même le ciel leur offrait ses plus belles étoiles.
Lilou se laissa porter par l'inspiration du moment et embrassa sa joue, son cou, le haut de son décolleté.
De toute évidence, la jeune fille avait l'air d'être ce genre de fille à prendre du plaisir, peu importait l'endroit, la personne ou le moment. Seul le plaisir importait, peut-être même plus que l'oubli ou les lumières incandescentes qui brûlaient et brillaient dans le ciel sombre et marine. Le plaisir de prendre une inconnue, d'avoir une aventure insolite à vivre. Vivre dans cet instant présent qui devenait tellement précieux en temps de guerre.
Lilou la laisserait libre de se laisser entraîner, ou pas. Elle devait avoir envie de tester elle aussi, sinon, elle ne lui aurait pas suggéré l'idée. Une idée brillante, comme l'éclat de leurs yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Merry K. Harper, Ven 18 Mar - 21:25


PV Ashton Parker + PNJ (Philippe le Pervers)


Le soleil était déjà bien loin dans le ciel quand Merry se leva de table. La nuit tombait à peine et le repas du soir venait tout juste de se terminer quand la rouquine se décida à remonter dans ses dortoirs pour se poser sur son lit et se reposer suite à sa longue journée de cours. Le vendredi soir n'était pas spécialement un jour où tout le monde s'amusait. Plutôt le samedi soir en fait. En général, pour se remettre de leur longue semaine de cours, les élèves rentraient gentiment dans leur dortoir pour dormir au lieu de traîner jusqu'au couvre-feu. Ou alors ils jouaient à certains jeux drôles dans la salle commune de leur maison.

Mais ce soir là, Merry n'avait pas pensé à tout cela, se couchant dans un premier temps sur son lit pour ne rien faire et penser à ses futures vacances où Nel avait prévu de l'emmener en vacances avec lui. Une bonne perspective... elle avait déjà hâte d'y être et de quitter ces lieux si familiers. Mais finalement... Pourquoi ne pas fêter cela ? Tout était bon pour boire après tout ! Ce changement d'avis rapide fut décisif pour la rouquine qui sortie finalement de la salle commune discrètement, évitant les autres élèves. Elle fit de même pour éviter les adultes qui surveillaient les entrer du château.

Sans problème, elle se retrouva dans les rues encore légèrement éclairées par quelques lumières, ainsi que par la lune pleine ce soir là, annonçant une nuit dangereuse... Il n'était pas tant de traîner dans certains endroits refoulés. Des loups-garous pouvaient encore courir dans les parages malgré les protections et les rondes de surveillance des Aurors. La jeune fille n'avait pas peur de beaucoup de choses. Mais, cette fois-ci, elle préférait aller dans des endroits où bien des personnes se trouvaient afin de ne pas courir de risque... Chose qu'elle regretta bien plus tard.

Après avoir passé la soirée dans un bar, seule, buvant un ou deux verres sans pour autant en venir à se saouler, la rouquine finit par sortir, décidant de rentrer à Poudlard pour finalement aller se coucher. Elle n'avait pas poussé ce soir là, restant sobre pour son retour afin de rentrer en toute sécurité. Du moins, c'est ce qu'elle croyait... jusqu'à ce qu'elle voit un homme louche derrière elle. Elle préféra accélérer le pas, et passer par un autre chemin pour le perdre de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Personnage, Lun 18 Avr - 14:54


Son nom, avant, c'était Philippe, Philippe Thompson. Il était magicomage, du genre huppé, bon vivant, marié et trois enfants, pas mal d'argent. La belle vie, quoi. Il était né dans les beaux quartiers de Londres et y vivait encore avec sa petite famille, qu'il emmenait en vacances à la mère chaque année à la même date, au même endroit. Pour les souvenirs, disait-il. Quelle ironie, aujourd'hui. Rien n'allait de travers, son avenir était fixe, tout tracé, soigneusement élaboré. Les vingt années de travail, encore, puis la retraite, les voyages en amoureux avec Ellie quand les petits seraient partis, la peau craquelée par le soleil des îles même en hiver, où ils se réuniraient tous pour la Thanksgiving... C'était ce qu'il voulait, lui. Une vie heureuse, paisible, dans les bras de son épouse, à regarder grandir ses enfants et petit-enfants. Ce qui c'était passé ce soir là, il n'en avait pas voulu.

Sa vie avait basculé, purement et simplement. Il était saoul. Il avait traîné dans les bars avec ses comparses de travail; et puis ils avaient picolé. La réunion classique, avec le blanc-bel racoleur, e vieil expérimenté un peu lourd, le rebelle qui finirait sous les ponts, et tous les p'tits oiseaux qui suivaient en silence. Philippe était de ceux là, un pion, un anonyme. C'est pour cela qu'il n'avait pas pu gérer la suite. Sans doute le vieux ou le rebelle auraient ils pu tenter un coup d'état. Mais l'oiseau, sur sa branche, risquait de perdre sa place instable dans le nid. Alors quand les ivrognes étaient sortis dans la ruelle, que cette nana, trop sexy, trop tentante, était arrivé, il avait fait comme les autres.

Prison, divorce, retrait de la garde des enfants, radiation de l'ordre des Médicomages. Un nouveau surnom, une approche mesquine, dans les rues, dans les bars. Philippe le Pervers. Alorspour jouer le jeu, pour se sentir un peu moins exclu, il charriait les jeunes demoiselles, les embêtait un peu, les embarrassait surtout, pour se faire remarquer, pour relancer les blablas, et les laissait partir. Un jour, un petit-ami o un grand frère mécontent lui tomberait sur le coin de la face, et on écrirait sur sa tombe "Philippe Thompson, alias le Pervers". Ou bien "Philippe le Pervers, alias Thompson."

Elle était belle. Jeune, mais belle. Le visage frais, rouquine, bien proportionnée. C'est sur, elle était aussi attirante que le miel pour l'abeille. On ne pouvait que vouloir l'aborder. La démarche claudicante, le cheveu gras, les vêtements limés, il s'approchait, le rouge en bouteille à la main.  

-Toi. Ouais toi là, la rouquine. Viens. J'vais te faire grimper au mur. J'te jure, ta plus belle aventure.

Il avait l'oeil hagard, perdu, en s'approchant d'elle autant que faire se peut. Il n'avait pas envie de ça. Il ne lui ferait rien. Juste un peu peur. Pour la forme, voyez-vous.  
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Merry K. Harper, Mar 19 Avr - 22:33


On l'avait pourtant prévenu de ne pas sortir le soir. Elle aurait dû respecter ce couvre-feu, scrupuleusement instauré par le nouveau directeur de Gryffondor. Du moins, celui qui succédait à la pauvre Renata Harshing qui avait malheureusement rendu l'âme devant l'ensemble des élèves et du personnel de Poudlard, ce qui en avait choqué plus d'un. Certains avaient pleuré, d'autres affiché un large sourire de satisfaction... pour s'en mordre les doigts quelques temps plus tard suite à l'arrivée de Kholov. Et oui, Harshing était stricte mais le russe l'était d'autant plus, ce qui ne réjouissait personne.

Ca n'empêchait pourtant pas de nombreux élèves de sortir en catimini dès la nuit tombée et l'attention des surveillants adultes relâchée. Encore, si les élèves qui faisaient le mur tombaient sur les préfets... ils pouvaient souvent s'arranger si les maisons n'étaient pas en conflit. Mais si c'était un adulte, c'était la punition assurée. Enfin tout dépendait de la punition et des circonstances. La rouquine l'avait bien vécu, à son grand regret. Et ça ne la dissuadait pas de recommencer. Personne n'arrivait à l'attraper, ou alors très rarement. Ce qui lui valait beaucoup de mauvaises aventures.

La jolie Merry en avait d'ailleurs fait les frais il y a quelques temps dans l'allée des embrumes alors qu'elle avait seulement souhaité rendre visite à son cousin, avant de gambader dans les ruelles sombres. Fort heureusement pour elle, quelqu'un, un Auror, l'avait aidé et conseillé concernant ceci. La défense était la clef contre ce genre de chose. La britannique s'était d'ailleurs entraînée, suivant ce conseil. Et pourtant, elle allait faire l'expérience de ceci et pourrait voir si ses entraînements portaient leurs fruits.

-Toi. Ouais toi là, la rouquine. Viens. J'vais te faire grimper au mur. J'te jure, ta plus belle aventure.

- Je vous conseille de faire demi-tour si vous ne voulez pas avoir à faire avec ça...

Illustrant sa phrase, Merry dégaina sa baguette. Ainsi, un homme l'avait interpellé. Particulièrement effrayant. Reculant d'un pas, la jeune fille tendit sa baguette devant elle, visant l'ivrogne qui avait osé lui parler ainsi. Et d'un coup, elle n'était plus sûre de pouvoir s'en sortir... Son allure et son apparence faisait peur à en mourir. La main de la rousse se mit alors à trembler d’effroi. Elle espérait qu'il fasse sérieusement demi-tour suite à ce qu'elle avait dit... sinon, elle serait encore dans un sale pétrin.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Personnage, Dim 15 Mai - 22:02


- Je vous conseille de faire demi-tour si vous ne voulez pas avoir à faire avec ça...

-Oh chérie, s'il te plait...
Sa propre baguette jaillit de sa manche. Il les aimait comme ça, sauvage, féline, loin d'être dociles comme ces catins de bas étages qui traînaient sur les ports. Elle se la jouait violente, mais elle avait pas la majorité, cette môme, elle avait encore les traits juvéniles des étudiantes de Poudlard, et lui, sans être un sorcier brillant, il avait sa trentaine d'années d'expériences depuis la fin des sabliers. Si elle voulait jouer à la guerrière, il saurait la piéger, la bougresse.

Oh mais c'est qu'elle tremblait ! La pauvrette avait peur, hein ? Elle avait peur de la veste tannée du mécréant de son regard incivil, de son nez abîmés et de ses lèvres gonflées par le vin et la gnôle ? Elle avait raison. Il avait de ces pensées, des pensées qu'on devrait lui ôter, des choses horribles, salaces, de la perversité à l'état pur. Il aurait pu s'en sortir, un jour, sans doute, mais cette époque était révolue. Elle était coincée, la rouquine, et lui allait jouer avec elle. Oh oui.

Il lança un sort de cordes en espérant l'enlacer ainsi avant de la traîner plus loin. Il espérait vraiment que son sort pathétique allait marcher. Si c'était le cas, à lui la vengeance et les plaisirs d'ivrognes aux mœurs détestables et criminelles. C'était ça qu'il voulait, l'ordure. Il s'en pourléchait les babines.

-Allez, ma mignonne. Tu ne voudrais pas me mettre en colère ?

La gamine tremblait encore. C'était un spectacle ignoble, mais les événements allaient changer de tournure.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Ashton Parker, Mar 31 Mai - 16:11


Dans la vie d'Ashton, il était plutôt rare de le voir enfermé chez lui un vendredi soir. Certes, il appréciait souvent d'être seul loin de la multitude d'imbéciles qui peuplaient la planète. Pourtant s'il voulait vivre normalement il fallait bien faire avec. et passer outre. Ainsi, la plupart du temps il se rendait dans des bars ou des boîtes de nuits, parfois avec ce qu'il pouvait qualifier d'amis et parfois seul. De toute manière il se retrouvait quoi qu'il arrive avec des inconnus rencontrés le soir même et qu'il ne reverrait au final jamais. Ce soir-là, le sang-mêlé avait bien fait la fête, bu un peu trop d'alcool mais sans être réellement soul et surtout consommé diverses substances illicites.

Après avoir dansé et plus si affinités avec une parfaite inconnue, puis être retourné danser, l'adrénaline avait petit à petit commencé à redescendre un peu et Ashton avait donc décidé de sortir et de rentrer chez lui. Il marcha un moment dans les rues de Londres en appréciant la fraicheur de l'air à cette heure-ci malgré le temps qui annonçait clairement que l'été arrivait. Les rues étaient presque désertes, et heureusement, car une fois l'agitation de la soirée passée Parker n'avait pas spécialement envie que cela continue sur le chemin du retour. Il n'avait qu'une hâte c'était d'aller s'écrouler sur son lit et de comater pour plusieurs heures.

Cependant, au milieu du silence, alors qu'il s'engageait dans une ruelle il entendit des éclats de voix. L'une d'elle correspondait à celle d'un homme mais l'autre lui était familière. C'était celle de Merry, sa cousine. Qu'est-ce qu'elle foutait ici elle ? Elle n'était pas censée se trouver à Poudlard normalement ? Il était clair que la sécurité du château n'était plus ce qu'elle était et que les jeunes arrivaient à sortir comme ils voulaient. Cependant ce n'était pas le plus important dans la situation actuelle. En effet, la jeune fille avait la voix qui tremblait et Ashton n'aimait pas du tout l'attitude qu'avait le gars devant elle. Il tournait le dos à l'ex Gryffondor, pour qui le sang ne fit qu'un tour dans ses veines.

- Allez, ma mignonne. Tu ne voudrais pas me mettre en colère ?

- Eh toi, fit Ashton en tapotant sur son épaule.

Et à peine retourné, Parker donna un grand coup de poing dans la tronche du gars. A quoi bon utiliser sa baguette quand il y avait des moyens beaucoup plus efficaces et agréables ?
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Merry K. Harper, Mar 28 Juin - 13:42


Merry était fatiguée lorsqu'elle était sortie. Mais son état avait été loin de la faire changer d'avis quant à ses projets pour cette soirée. Elle voulait sortir, loin de Poudlard, loin des cours et de l'ambiance étouffante que tout ceci procurait. Alors elle avait bien le droit de souffler un peu en sortant. Même si à son âge, sortir seule le soir n'était pas la meilleure des choses à faire. Et elle l'avait vite compris dans la suite de sa soirée. En effet, après s'être amusée durant de longues heures dans un petit bar, la jeune fille avait décidé de rentrer. Mais rentrer avec un léger taux d'alcool dans le sang, c'était déjà un peu plus compliqué. Surtout à cette heure-ci où les gens commençaient à s'en aller, traînant dans les rues.

Et évidemment, l'inévitable s'était produit. Un homme, sentant assez fort. Forcément, une jeune fille qui traîne dans la rue comme ça, ça attire les hommes de ce genre. Dépitée, la rouquine avait vite était effrayée par la suite, incapable de se défendre malgré sa baguette en main. Et comme si ça ne suffisait pas, elle avait réussi à l'agacer et s'était retrouvée ficelée par le sortilège de cordage qu'il lui avait lancé. Émettant un son, qui trahissait son sentiment de peur et de colère. Quelle situation humiliante... et dangereuse qui plus est. Sa baguette se retrouvait par terre en plus... Dans le feu de l'action, le sortilège de l'homme l'avait surprise et se trouvant enroulée dans des cordes, elle n'avait eut d'autre choix que de lâcher sa baguette magique, son seul moyen de défense.

Serrant les dents, la rouquine regarda l'homme prêt à se venger de la défense de la jeune Harper. Il était menaçant et semblait vraiment très énervé par son comportement. Mais après tout, il fallait bien qu'elle se défende... Sauf que c'était bien trop tard, et elle risquait gros. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Jusqu'à ce qu'elle entende une voix tellement familière qu'elle laissa échapper un soupir de soulagement en reconnaissant qui venait d'intervenir. Son cher cousin qui lui venait en aide mais qui allait sans doute lui passer un savon par la suite. C'était limite plus effrayant que le sort que lui réservait l'inconnu, qui se trouvait dorénavant par terre, à moitié conscient, à moitié assommé par le coup de poing monumental que lui avait infligé Ashton, énervé. Alors, serrant les dents, elle tenta néanmoins de lancer un sourire à son cousin, s'excusant presque.

- Coucou, cousin...
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Personnage, Dim 17 Juil - 15:01


«... dorénavant par terre, à moitié conscient, à moitié assommé » la prochaine fois, merci de ne pas utiliser le libre-arbitre de Personnage. Il est, au même titre qu'un membre, libre de décider si oui ou non les attaques ont portées sur lui.


__________________


Philippe était mal en point. Un gamin, pas bien vieux, plus que la gosse, était venu lui démonter le crâne à coups de poings. Un chien, ce môme, qu'il aurait aimé lui faire la peau. Mais z'étaient deux contre lui, et lui ben c'était pas un costaud. Contre elle seule, facile, les yeux bandés mêmes. Une petite de Poudlard, ça se contrôlait. Mais un sorcier adulte, pus jeune et vif que lui, à l'air méchant avec en plus la petite... nan, il était pas fou. Il se releva bon an mal an, cracha une dent pleine de sang et jappa au visage du type :

« Un jour, toi aussi tu voudras faire ça. toi aussi tu seras plus rien et plus personne. »

Il posa sa main contre le mur et fermant les yeux, transplana ailleurs. Il serrait les dents, vomit plusieurs fois sur lui même avant d'atterrir dans une petite ruelle où un vieux canapé défoncé l'attendait. Il allait s'installer tranquillement, soigner ce vilain hématome, pis repartir en chasse, à la recherche d'une jeune femme séduisante et pas trop intelligente, avec, si possible un peu moins de soutiens que cette petite rouquine.

Et puis ce type, là. Quelque chose lui plaisait pas chez lui. Une sorte de frisson, un truc à vous glacer le foie. Il avait envie de dégobiller encore rien que de penser à son regard de tueur. Il aurait pu lui faire mal, très mal.... Oh oui, Philippe le Pervers avait bien fait de se tirer à vitesse grand V.

[Fin pour le PNJ. ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une petite ruelle déserte

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 8:58


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 7

 Une petite ruelle déserte

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.