AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 10 sur 12
L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant
Malena Kane
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle

Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Malena Kane, Ven 1 Avr 2016 - 21:27


Nos rencontres étaient comme des parenthèses sans fin. Des parenthèses qui se plantaient en plein milieu d’une phrase, même d’un mot. Temps suspendu où la vie ne défilait plus à cent à l’heure, où la vie laissait enfin son corps à la merci de celles et ceux qui se plaisaient à la goûter hardiment, audacieusement.

J’avais cette sensation extase de pouvoir caresser chaque courbe sensuelle du temps, d’y pénétrer entièrement et d’en ressentir toutes les nuances. La vie au ralentit en slow motion, mais la vie intense. Très intense. Mais ce que j’ignorais c’est qu’elle commandait au temps, qu’elle en avait la mesure, qu’elle en était la chefE d’orchestre.

Tout est alors allé très vite.
Elle a d’abord sourit, toujours en me regardant dans les yeux. Dans les deux yeux. Oeil pour oeil, oeil pour oeil. Deux courants invisibles qui se rejoignaient et me déchiraient entre l’envie de combattre et l’envie irrésistible de succomber.

Et Vlan.
Qu’elle bouge. Qu’elle approche encore plus. Les minutes ne passent plus, elles dévalent et se bousculent, une fuite en avant, une évasion éperdue, une hémorragie de secondes. Toutes happées par le corps de la comète. En un claquement de doigt.

Attraction.
Le temps ne lui résistait pas. Et moi non plus. J’avais envie de lécher sa peau, son coeur, sa gueule, pour récupérer un peu du temps qu’elle avait capturé juste en contournant une table.

Une marionnette dont elle tirait les ficelles.
Ma tête avait suivit son mouvement d’une manière très précise, et je me retrouvais la tête complètement tournée vers l’un des deux côtés - j’ignorais lequel, pour que son corps pâle puissent continuer à embraser mes yeux. Mes yeux, à défaut de mon corps entier, lui faisait l’amour sauvage.

Une envie de lui faire mal.
Une envie terrible de lui faire mal, la faire souffrir. Comment osait-elle me bousculer ainsi? sans se soucier de ma santé mentale? me bousculer de façon si violente, me faire prendre des virages à 90° sans prévenir. Comment oses-tu ? Je ne perdrais pas, je ne perdrais pas. Tu entends ? Je ne perd!!!!!!!. Le monde tourne.

Oh oui. Touche-moi.
Sa main, froide, une flèche qui avait transpercé mon tee-shirt, mon coeur. Non. L’archer avait fait en sorte que la pointe s’arrête avant de me tuer. Déjà, la main montait, montait, et plus elle montait plus elle mettait mon bas ventre sans dessus dessous. Le désir éclair en éclat d’étoile commençait à…
La comète, la table, et moi.

Put*in.
Elle était juste à côté de moi, et rien ne semblait pouvoir interrompre le fil qui se déroulait dans ma tête et qui menait vers des sentiers interdits.

- Oui. Tu veux que je t’emmène en orbite.
Qu’elle chochotte en me retournant la tête. Orbite. Quelque chose dans ce mot qui te faire croire que tu vas avoir de l’or, alors qu’en réalité, c’est le coffre d’un trésor intime dont tu as la clé qui t’es promis. J’ai rougis.

Elle avait l’éclair de Zeus entre les mains. Elle me foudroyait. J’étais toutE tendueE. Comme une corde d’un arc. Comme la Tour Eiffel. Sa main continuait de monter, monter. Exerçant une force terrible sur mon visage, une force qui m’emmenait fatalement vers ses lèvres. Ses lèvres rosées comme un coucher de soleil au goût de bonbon : cerise. Sa main était glacée, et ça me brûlait. Toute mon existence était prisonnière sous sa main. Tout le reste de mon corps avait cessé d’exister.

- Tu en as besoin ? De quoi un Dragon a-t-il besoin ?…
Sans réfléchir. Ses lèvres étaient trop proches. Et trop loin.
- D’une sucrerie glacée.
La comète gelée qui donnait trop chaud au Dragon enflammé.
Je ne voyais même pas la serveuse revenir.
J'étais aveugléE par le désir.

Désir ne suffit pas à exprimer le plein, à mesurer le vide - aussi infime était-il, effroyable et horrible qui avait pris place entre nos deux bouches. Désir. Elle était désir. Il lui faudrait un autre verbe, un verbe neuf, assorti à ses yeux, sa peau, ses cheveux, son odeur. Un verbe électrique tant elle me provoquait des coups de jus.

Un coup de jus, je venais d’en recevoir un.
Le coup de jus le plus puissant qu’on m’eut donné le droit de ressentir. Si puissant. Si fort. Que j’avais perdu tout contrôle. Si puissant. Si soudain.

Mes lèvres aimantées par les siennes s’y sont posées.
Lèvres contre lèvres.
Bientôt langue contre langue.

J’expirais une partie de mon désir, de mes pulsions, et le lui envoyais dans sa bouche, sa gorge, son corps. J’avais l’impression d’aller au plus profond. Loin. Très loin. Ma langue de Dragon roulait contre sa langue de Comète. BIG BANG. Je mordais parfois sa lèvre du bas tandis qu’une de mes mains imprimait sa paume incendie sur sa hanche, la même hanche avant de glisser, de monter vers ses côtes et d’effleurer le début de sa poitrine, et de… redescendre par sa hanche, sa hanche… et le début, le sommet des jambes…

Orgasme éveillé.
Je m’imaginais, me voyais réellement la soulever, la foutre sur mon dos de dragon pour nous écraser contre la table. Je me voyais la dévorer morceau par morceau, millimètre par millimètre. Si ma main parcourait exclusivement le haut de son corps, je léchais dans ma tête chaque partie de son être. Jusqu’à remonter vers l’origine du monde. J’allais vraiment le faire.
La comète, la table et moi.

Mais.
Je me suis détournéE. Aussi férocement que je venais de l’embrasser. Aussi férocement qu’elle m’avait attiréE à elle, en elle. J’étais à bout de souffle. J’hésitais à revenir contre sa peau, à l’embrasser, l’embrasser sur la banquette, puis sur la table… les images revenaient à l’assaut… et j’y résistais, à défaut de pouvoir les chasser.

Pourquoi ?
Pourquoi résister. Pourquoi ne pas se laisser aller. Je ne le savais pas vraiment. Était-ce seulement ce jeu ? À qui craquerait le premier ? J’avais craqué. Complètement. Mais il me restait encore…

Je fuyais.
Sans me retourner. Le désir en gouttes de sueur sur l’ensemble de mon corps. J’avais oublié mon pull, merdre. Tant pis. Il fallait fuir. Je quittais les trois balais à contrecoeur. Beaucoup de regret et une frustration grande comme une montagne.

Mais je savais que je la retrouverai très rapidement. Je le savais.
Cela ne pouvait être autrement. Le champs d’attraction était bien trop puissant.
Tandis que je tentais de me reconstruire, d’attraper tous les morceaux de moi-même qui s’étaient dispersés ici et là - et surtout encore là-bas, avec elle, je savais au fond de moi que la prochaine fois.
Je ne résisterai pas.
Ça sera elle, la table, et moi.
Et rien d’autre.


[fin du rp pour ma part]
Revenir en haut Aller en bas
Kathleen Gold
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Kathleen Gold, Sam 2 Avr 2016 - 12:11


Tu crois fondre comme une bougie trop près d'un feu de cheminée. Tu as l'impression que la Terre ne tourne plus sous tes pas, et que le ciel t'enveloppe pour vraiment faire de toi une masse de poussière et de roches en fusion. La glace en toi est si frêle en ce moment même, alors que le Dragon est devant toi, alors que tu as la main posée sur sa nuque. Alors que tu peux presque sentir ses cheveux, près de tes doigts, et que tu as envie de placer tes mains de part et d'autre du Dragon. Encore et encore.

Ta main sur sa nuque. Qui brûle, à même le volcan que tu sens bouillir. Tu le vois dans ses yeux, tu le sens sous ta main, tu le ressens. Tu n'en peux plus. Comment survivre à cet échange de regard, à ce baiser des yeux ? Il/elle se tend sous ta main, tu peux presque sentir le début de sa colonne vertébrale se crisper sous ta paume, sous la pulpe de tes doigts de glace.

Tu n'as rien vu venir, alors qu'il/elle se lève. Tu n'as pas l'impression qu'il/elle a bougé, tu ne l'as pas vu, tu es devant le fait accompli. Tu n'as même pas percuté que ta main s'est levée en même temps que lui/elle. Tu es en transe, tu ne perçois pas grand chose d'ailleurs, tu ne peux pas redescendre.

Ton ventre se serre encore.

Ses lèvres t'ont ensorcelée, plus sûrement qu'un Impardonnable. L'Impardonnable du Dragon. Tu ne quitterais pas ses yeux une seconde, tu ne le peux pas. Tu ne le veux pas. Tu fixes ton Autre. Tu tiens sa nuque en otage. Tu ne la laisseras pas partir si facilement. Mais quand ton cerveau capte enfin des années lumières plus tard qu'il.elle est debout, tu sens ton triomphe plus fort encore que lorsque tu as accroché son regard au tien. Tu as gagné. Tu le crois en tout cas. Tu as gagné, et tu es auréolée d'explosions de plusieurs planètes pour avoir fait lever le Dragon.

Dragon qui te fonce dessus. Ignorant tout le reste, les autres comètes, les planètes et même les étoiles filantes. Il suit le chemin en particules fines que tu as laissé derrière toi. Et il.elle vole vite, avec ses grandes ailes, ses épaules qui se soulèvent, et te rattrapent. Il.elle ne s'est pas levé en fin de compte... En réalité, tu ne sais pas, tout ce que tu sais, c'est que vos visages vont entrer en collision, d'une manière ou d'une autre. Vos visages

Vos lèvres.

De quoi as-tu besoin Dragon ?
Comment contente-t-on un Dragon ?
Dis moi
De quoi
Tu as besoin.

- D’une sucrerie glacée.

Tu n'as pas le temps de comprendre grand chose. Juste qu'il.elle a besoin de glace. Et tu es glace. Il.elle a besoin de toi. Mais comment...

Ses lèvres sur les tiennes.

Tu croyais fondre tout à l'heure ? Idiote. Tu ne fondais pas, tu attendais juste que le feu du dragon ne te souffle comme une vulgaire nuisance. Là, tu ne fonds pas non plus. Tu es consumée. Totalement et entièrement.

Ses lèvres de feu s'emparent des tiennes, et ton triomphe n'a plus de raison d'être. Car il/elle te dévore réellement. Il.elle a faim, ce sont ses mots. Et tu dois le rassasier. Mais qui nourris vraiment l'Autre ? Tu plaques sa nuque contre ta paume et tu commences à ouvrir tes lèvres à ton tour. Tu sens son odeur de souffre et de sucre dans son cou, dans lequel tu veux descendre. Tu y aurais glissé ta bouche si elle n'était pas déjà bien occupée. Tu as l'impression de goûter le Feu lui-même. Contre tes lèvres. Tu t'abreuves comme une assoiffée dans un désert d'espace. Tu sens sa main bouger et se rapprocher...

Tes jambes vacillent alors que sa bouche ne te suffit plus. Tu sens sa langue s'immiscer entre vos lèvres, et tu laisses ton autre main rejoindre la première derrière sa nuque, avant de glisser sur son cœur de nouveau. Tu sens sa langue contre la tienne, et aucune création du monde n'a jamais créée une explosion aussi grande que celle que tu ressens dans ton corps. L'onde de choc atteint d'autres galaxies. Des nœuds de sang se forment dans tout ton corps, et cèdent en même temps. La chaleur. Trop de chaleur pour un Etre de glace. Tu crois mourir, et renaître, et mourir encore. Mais tu es tenue fermement.

Par une main sur ta hanche. Encore.

Elle te brûle énormément. En fait, chaque millimètre de ta peau en contact avec la sienne te brûle. Seule rescapée, ta main gauche encore dans sa mitaine noire, séparée de son cœur par ce ridicule bout de tissu. Sa main sur ta hanche qui te fait se tendre contre lui.elle. Ton ventre se retourne violemment. Plus bas que jamais. Dans le bas du ventre.

Sa main remonte... lentement. Elle trace un sillon de feu sur la glace. Elle se fissure peu à peu. Ta peau est tatouée à jamais. De l'encre noire sur ta peau, une encre brûlante, qui te marque pour une éternité. Tu frissonnes sans retenue, et une supernova explose à côté du lieu de la collision entre le Dragon et la Comète. La main remonte, et quand elle effleure ton cœur, tu refermes un peu trop avidement tes lèvres contre les siennes. Alors que ses dents - ses crocs - s'impriment sur ton morceau de chair inférieure. God. Tu voudrais croquer dedans toi aussi... Mais tu es à sa merci. Déjà, la patte du Dragon redescend, et se place au dessous de ta hanche, veut commencer un nouveau tatouage sur tes jambes.

Tu ne peux rien faire d'autre que te laisser aller. Oubliant tout, oubliant que c'est ta première collision, et que tu la réalises avec un Dragon. Et que tu ressens que tu n'étais pas destinée à percuter un Autre avant ce jour.

Ses lèvres sur toi.
Sa main sur toi.


Et puis soudain, plus rien. Tu rouvres les yeux - quand les as-tu fermé ? - et regarde le Dragon hésiter pendant une petite seconde figée dans l'espace temps, et ton corps refait une embardée intérieure alors que tu veux le convaincre de ne plus hésiter, justement. Et l'Autre part sans un mot de plus, te laissant le souffle court, les cheveux humides de gouttelettes d'eau et le corps en feu. Tu remarques enfin les verres posés sur la table, et te saisit de ta commande.

Tu bois le verre d'une traite, mais tu es déjà ivre. Ivre de ce qu'il venait de se passer. Ivre de sensations. Ta peau brûle encore sur tout un côté de ton corps. L'alcool est violent, chaud, mais ce n'est qu'une petite morsure par rapport à l'incendie que tu as reçu en plein cœur. La chaleur descend dans ta gorge, par là même où il.elle a insufflé son souffle de désir en toi.

Parce que tu sais maintenant que c'est de cela qu'il s'agit. Tu continues de boire sans t'arrêter, et la menthe, touche de froid dans un univers de chaleur, t'aide à redescendre. Tu retouches la terre ferme, après des centaines d'années de lutte. Tu n'es plus sûre d'avoir gagné, ou perdu d'ailleurs. Tu sais juste que tu as goûté à la pire des drogue. Et que tu veux la sentir de nouveau, et plus encore.

Tu vas partir, quand un vêtement attire ton attention. Un pull. Un pull qui, une fois enlevé, t'a fait perdre tout sens commun. Tu tends tes petites mains fines vers lui, et le saisit entre tes doigts. Tu peux encore sentir le parfum d'envie imprimé sur la peau que tu as touchée sur la laine. Tu peux la sentir aussi sur ta propre peau. Nouvel aperçu de mort.

Tu pourrais enfouir ta tête dans le vêtement, et le garder auprès de toi jusqu'à la prochaine collision, mais un reste de pudeur - un grain de sable qui n'a pas été emporté par le vent des battements d'ailes - t'en empêche. Tu le serres lentement contre ta peau néanmoins. Tu prends ton manteau resté sur ta chaise, et le prend au bras. Tu as déjà bien trop chaud pour avoir froid en ressortant. Manteau sur le bras, tu sors du bar, le pull à tes côtés, preuve que tu n'as pas halluciné. Tu es toujours en transe cependant, sinon tu aurais salué Kohane avant de partir.

Tu es toujours dans l'espace.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Mer 13 Avr 2016 - 22:08


RP  avec Elena Denger


Suite au RP L'art, une excuse pour discuter


*

LA d'Elena

La neige crissait sous leurs pas. De nouveaux flocons perlèrent du ciel, obscurci par le crépuscule. Le rideau duveteux les enveloppa silencieusement, couvrant lentement les traces de leur passage. Les arbres au loin n’étaient guère plus que des silhouettes au travers du manteau blanc.
Quelques personnes allaient et venaient encore entre les bâtisses, sans se presser, profitant du calme. Des odeurs de feu de bois et de cannelle embaumaient le village, et les discussions joyeuses résonnaient dans les ruelles. Corwin comprenait pourquoi les gens chérissaient cet endroit. Un véritable havre de paix lorsque le tumulte de la journée cessait.

La jeune femme marchait à son côté, la longue chevelure blonde rayonnant dans la pénombre, éclaircie par quelques lumières tremblotantes sous la neige. Il lui semblait encore sentir la chaleur de sa main dans la sienne. Une caresse. Une douceur ayant achevé de le couper de son quotidien à Poudlard, pour un temps au moins.
Un léger sourire en coin naquit sur son visage. Lorsqu’elle s’était saisie de ses doigts, il s’attendait à ce qu’Elena décline poliment l’invitation. Qu’aurait-elle pu avoir envie de dire de plus à un simple jeune garçon comme lui, même s’il avait l’allure d’une personne plus âgée. Mais elle avait accepté, et le suivait à présent en direction des Trois Balais.

Arrivés devant la porte, ils pouvaient déjà entendre le son des voix sur un fond musical. Une lumière chaude traversait les vitraux, conférant aux rebords de fenêtres l’impression de se trouver déjà au coin d’un feu ronronnant. L’idée était attirante, car la pluie de flocons se densifiait au fil des secondes.

Corwin tira la porte et s’écarta.

- Après toi.

Il suivit les pas d’Elena, et pénétra dans le bar. Plusieurs groupes s’éparpillaient dans la salle. Placés autour des tables de bois, on pouvait entendre d’un côté certaines personnes devisant sur la politique du Ministère, ou d’un autre côté, une tripotée de blagues graveleuses lancées avec force et jovialité. D’autres encore, semblaient cuver, la tête penchée au-dessus de leur chope, les cheveux trempant presque dans la bière brune. Les arômes des alcools épicés vinrent lui chatouiller le nez avec délice.

Le Poufsouffle, observa la salle dans la quête d’une place. Il avisa un coin plus en retrait, détaché du groupe principal. Il parla presque à l’oreille d’Elena. Le parfum capiteux le fit presque chavirer, mais il se félicita de réussir à garder une contenance.

- On risque de ne pas s’entendre ici. J’ai vu de la place là-bas si ça te va.


Recevant l’assentiment d’Elena, ils se dirigèrent vers l’arrière-salle du bar. Ils trouvèrent de multiples alcôves, pour la plupart vides. Des discussions avaient lieu à voix basse de-ci de-là. L’endroit rêvé pour les secrets.
Corwin se dirigea vers l’une d’entre elles. Se débarrassant de son manteau presque trempé, il s’installa sur l’une des banquettes moelleuses. Quelques gouttes de neige fondue tombèrent de ses longues mèches. Il était presque transi de froid.

Elena s’était installée face à lui, rayonnante dans la lumière tamisée. Le Poufsouffle se saisit de la carte avant que la jeune femme ait pu y jeter un coup d’œil. Il parcourut rapidement ce qui était proposé, et la reposa.
Croisant les bras sur la table, il fixa quelques secondes la demoiselle, en affichant un visage de marbre.

Scrutant toujours le visage d’Elena en détail, ses lèvres finirent par s’entrouvrir, dévoilant un large sourire aux canines pointues.

- Si cela te convient, nous prendrons un Whisky pur feu pour toi et …

Son sourire se fit alors beaucoup plus fade.

- … Et une bièraubeurre.


P*tain de bièraubeurre. Il aurait tué pour pouvoir au moins siroter un verre de vin et s’en griller une. Mais les mauvaises habitudes prises avec ses frères aînés n’étaient malheureusement pas forcément applicables partout.

Attendant de pouvoir passer la commande, il pestait intérieurement de ne pas pouvoir s'enivrer un minimum. Arborant néanmoins toujours un petit sourire en coin, il reprit le cours de leur discussion.

- Donc, tu me disais que ton poste te permettait de voir la magie sous d’autres aspects.

Magie Noire ? Pas l’impression qu’elle donne là-dedans.


Réellement curieux, Corwin se pencha légèrement plus en avant sur la table, parlant d’une voix basse et enjôleuse.

- Que pouvez-vous bien faire comme bêtises lorsque vous ne vendez pas de farces et attrapes, mademoiselle Denger… ?


Il arqua un sourcil curieux.

- Toi qui apprécie l’art, essaies-tu de créer certaines choses à l’abri des regards ? De nouvelles potions ? Ou d’autres choses… ?


L’élève de Poufsouffle avait laissé place à un jeune homme avide de connaître plus encore la demoiselle l’ayant abordé plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Elena Denger, Ven 15 Avr 2016 - 12:46





Le plaisir est présent...
Dans tous types de baguettes...

Pv Corwin Egnis


Ils avaient marché, rapidement, lentement ? Elle n'en savait rien, l'aigle n'avait pas fait attention. Elle ne se souvenait pas non plus de quand le jeune homme avait lâché sa main, mais qu'importe, ils étaient arrivés aux Trois balais, un bar qu'elle appréciait quand il s'agissait de boire un coup, discuter... S'amuser ? Possible, cela restait à voir, à boire... Avec qui ? Qu'importe, tant que ça restait amusant, distrayant...  Bon à souhait.

Devant la porte, la jeune femme pouvait entendre des gens discuter accompagnés d'un son mélodieux. Musique maestro. Le jaune et noir, dans un élan de galanterie s'avança vers la porte en premier pour l'ouvrir avant de se mettre de côté. « Après toi. ». La bleue et bronze s'avança et passa sa main dans le dos du jeune homme en le remerciant à mi-voix avant de s'engouffrer dans le bar. Le poufsouffle suivit les pas de l'aigle avant d'observer la pièce et de glisser à l'oreille de la demoiselle. « On risque de ne pas s'entendre ici. J'ai vu de la place là-bas si ça te va. ». Elle tourna légèrement la tête avant d'accepter d'un hochement de tête pour finir par suivre le jeune homme  jusqu'à l'arrière-salle. C'était un lieu discret, silencieux... Ça n'en était que plus intéressant pour la suite de la discussion.

Ils entrèrent dans une des pièces, à l’abri des regards et oreilles indiscrètes et s'installèrent chacun sur une banquette, face à face. Triste que cela. Le garçon avait l'air d'avoir froid, la jeune femme tout autant, mais elle garda cela pour elle, une idée en tête. Le blaireau attrapa la carte avant qu'elle ne puisse donner son avis. Il ne mit pas longtemps avant de proposer son choix. « Si cela te convient, nous prendrons un Whisky pur feu pour toi et... Et une bièraubeurre. » Son sourire se fit plus maigre sur la fin. « Donc, tu me disais que ton poste te permettait de voir la magie sous d'autres aspects. » Il se pencha plus en avant sur la table et parlant d'une voix basse et enjôleuse. « Que pouvez-vous bien faire comme bêtises lorsque vous ne vendez pas de farces et attrapes, mademoiselle Denger... ? Toi qui apprécies l'art, essaies-tu de créer certaines choses à l'abri des regards ? De nouvelles potions ? Ou d'autres choses... ? »

Ahh si tu savais mon mignon. Pour toute réponse, la jeune femme se leva pour venir se placer à côté de Corwin. Sa baguette à la main... Magique, elle informula un #Consectetuer Dryer leur permettant ainsi d'être plus au sec. « C'est mieux ainsi je pense... » Elle frôla le visage du jeune garçon avant de continuer. « N'aimerais-tu rien de plus... Fort ?... N'ai pas peur, je ne te mangerais pas... » Elle approcha ses lèvres à son oreille. « Quoique... » Un sourire angélique sur les lèvres, Elena se leva et continua à parler. « Si tu savais... Je ne suis pas certaine que tu me parlerais... A moins que tu ne sois un vilain... Garçon. » Elle plongea ses yeux dans les siens. « Je créais, en effet... Je manipule de nombreux poisons... Mais pas que... La magie, est intense... Et quand on sait la manipuler... Cela en devient des plus intéressants... Qu'aimerais-tu savoir ? »


Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Kohane Werner, Ven 15 Avr 2016 - 19:01


Commande
Elena et Corwin


Hiver. Neige. Froid. Nuit qui tombe tôt. Brr... envie d'hiberner. Je n'aimais pas l'hiver. Et je n'aimais pas cet hiver. Ca me rappelait trop de choses mauvaises.
Assise derrière le comptoir, je regardais vaguement la salle principale. Il y avait du monde. Toutes sortes de gens. Ils devisaient, de tout et de rien. Buvaient, riaient, décuvaient. Peut-être même que certains étaient en train de vomir leurs tripes aux toilettes. Tout étai bien, tout était tranquille. Comme s'il ne s'était jamais rien passé ici. Comme s'il n'y avait jamais eu la visite de cet homme en noir, masqué, cet homme en noir en manque de sang et brutalité. Tout était beau, comme dans un film. Un bar tranquille, chaleureux, lieu de rencontre et d'échange. Celui-là vient de faire la connaissance de l'élue de son coeur, et cet bande de joyeux lurons qui se retrouvent, après des années de séparation. Il y a aussi ces étudiants, là-bas, qui profitent d'une sortie à Pré-au-lard pour boire le pot de l'amitié. Voilà, tout va pour le mieux. Il ne s'est jamais rien passé. Et les Mangemorts ne sont que le fruit de l'imagination, c'est ça ?
Je soupirai en me répétant ces mots : tout va bien. Tout. Va. Bien. No problem, c'est du passé.

La porte s'ouvrit, je relevai la tête. Un jeune homme fit son apparition. Au vu de son âge, certainement encore élève à Poudlard.
- Après toi, dit-il à l'adresse de quelqu'un d'autre.
Cette personne passa devant, entra. C'était une femme, plus âgée. Les deux semblèrent chercher un coin où s'asseoir avant d'opter pour l'arrière salle. Hum... une confidence importante à faire ? Parce que c'était généralement à ça que servait cette salle. Enfin bref, je les suivis des yeux, attendis quelques minutes pour leur laisser le temps de s'installer avant de les rejoindre.

-Bonjour à vous, les saluai-je poliment, léger sourire amical aux lèvres. Que désirez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Mar 19 Avr 2016 - 22:08


LA d'Elena


Dans les lumières tamisées, Elena s’était levée, s’asseyant à son côté. Le parfum de la jeune femme vînt une nouvelle fois lui chatouiller le nez, tel un océan de saveurs dans lequel il se serait volontiers noyé.

Cette soudaine proximité le surprit. Depuis leur rencontre  dans le parc, l’attitude de l’ancienne Serdaigle n’avait rien présagé de cela. Même si le Poufsouffle était irrémédiablement tombé sous le charme de la blonde, il n’avait pris les contacts physiques que pour une marque de politesse, légèrement poussée. Le contact de leurs doigts, la main passée dans son dos au moment d’entrer, comme une caresse amicale.

Mais il y avait autre chose alors. Elena se tenait là, toute proche. Corwin crut discerner un changement d’émotion dans les yeux bleus et gris. Elle arborait un tout nouveau visage, plus tourné vers la prédation semblait-il.
Baguette à la main, elle l’observa. Une vague de chaleur douce le submergea soudainement, le séchant complètement, et rendant à ses mèches leur éclat mordoré.

" C'est mieux ainsi je pense... "

S’apprêtant à soupirer d’aise et à la remercier, il retînt alors sa respiration lorsqu’Elena se pencha, frôlant son visage.

" N’aimerais-tu rien de plus…fort ? … N’aie pas peur, je ne te mangerai pas… "

Ses lèvres frôlèrent son oreille.

" Quoique… "


Un frisson lui longea l’échine, vrillant sa nuque dans une explosion d’adrénaline, dilatant ses pupilles. Il pouvait sentir le souffle d’Elena sur sa peau, comme un doux voile l’embaumant. Leurs joues se touchèrent, enflammant son épiderme. Le Poufsouffle dut faire un effort surhumain pour ne pas haleter sous les pulsations furieuses de son sang. Les mots prononcés tournaient dans sa tête, sans savoir si elle jouait sur le second degré. L’entièreté de son corps rigidifiée, il approcha néanmoins à son tour ses lèvres à l’oreille de sa compagne de jeu.

- Peut-être bien, Elena …

Puis elle se leva en un mouvement fluide, restant debout et le dominant en plein, laissant une empreinte marquée au fer rouge dans la tête du garçon. Pendant qu’il reprenait ses esprits, elle continua de parler. Lui, un vilain garçon ? Peut-être. Est-ce qu’on le devenait forcément en s’instruisant sur les arts sombres ? Peut-être aussi. Quand bien même, cela ne le dérangeait absolument pas. Et en écoutant Elena, il se dit que la mise en garde lancée dans le parc, quant au fait de connaître les limites, n’était possiblement qu’une façade. Quant à ce qu’il désirait savoir ? Tout. Il souhaitait tout connaître d’elle. Chaque histoire. Chaque pensée. Chaque parcelle de peau.

Il s’apprêta à parler lorsqu’une serveuse gagna leur table. Avant qu’il ait pu dire un mot, Elena se chargea de la commande, demandant d’une voix veloutée un Whisky pur feu et une bouteille de vin avec deux verres. Corwin l’observa, jubilant intérieurement de plaisir. Pas de foutue bièraubeurre pour ce soir, mais de quoi s’enivrer l’esprit et les yeux. Et pour ces derniers, il ne pouvait rêver mieux. Le Poufsouffle remercia la serveuse pour sa venue, puis se retourna vers la dame, qui regagna sa place pour lui faire face. En se tenant debout à côté de lui, elle avait dégagé une aura sombre mais pourtant resplendissante, semblant l'emmener avec elle dans des tréfonds brûlants et dangereusement attirants.

Les lumières créaient des reflets flamboyant dans la chevelure d’Elena. Les ombres sur son visage lui conféraient un air délicieusement diabolique. Penchant la tête légèrement de côté, il s’immergea totalement en elle, plongeant dans son regard d’eau et de fiel. La commissure de ses lèvres s’étira en fin rictus, sa voix se fit basse et ronronnante.

- A vrai dire, je souhaite tout savoir. Je veux pouvoir … goûter à tout, Elena.


Se mordant la lèvre, il s’avança une nouvelle fois plus en avant sur la table, s’approchant lentement pour ne plus se trouver qu’à une distance merveilleusement déraisonnable du visage de la jeune femme, la dardant d’un regard carnassier.

- Manipuler la magie de manière plus … profonde, est une chose à laquelle je souhaiterais m’adonner. Pas comme on l’enseigne à l’école, non…

Sa lèvre supérieure tremblota. Les mots passant sa bouche étaient sincères, autant qu’ils ne l’avaient jamais été auparavant.

- Je veux la ressentir … La modeler, la triturer, la faire mienne totalement. Quelle que soit la forme qu’elle peut prendre.

Ses membres irradiaient. Ses iris glacés n’avaient pas quitté une seule seconde ceux d’Elena, l’entravant dans un étau implacable.

- As-tu déjà repoussé les limites, Elena … ? As-tu déjà…transgressé les règles ?

Corwin se recula légèrement, la lampe les surplombant créant un jeu sombre sur son visage.

- Donne-moi ce plaisir, Elena. Fais-moi part des jeux auxquels tu t’es adonnée, à l’abri des regards et de la bienséance.


Il souhaitait jouer, et espérait que la jeune femme lui montre les petits tours interdits.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Kohane Werner, Sam 23 Avr 2016 - 13:00


Commande
Corwin et Elena


La jeune femme passa commande pour eux deux. D'une voix doucereuse, elle demanda un whisky pur feu et une bouteille de vin avec deux verres. Je hochai doucement la tête en notant la commande. Je ne pus m'empêcher de lever un oeil vers le jeune homme, qui devait avoir à peu près mon âge. Etonnant qu'il ne commence pas par une soft bièrauaeurre,  comme tout le monde. Quoique, en la matière, j'étais certainement la personne la moins bien placée pour juger. Moi-même, je ne passais pas toujours par la case bièraubeurre pour ensuite tenter des alcools ou cocktails plus forts. Mais le souvenir du premier whisky pur feu que j'avais ingurgité me revint en mémoire ainsi que toutes les gaffes qui avaient suivies. Je rigolai intérieurement en retournant dans la salle principale, mes pensées irrémédiablement tournées vers cette soirée arrosée où j'avais testé on tout premier whisky. On ne va pas dire que je regrettais.

Je revins derrière le comptoir où je pris deux verres sur les étagères. Puis j'allai chercher en cuisines une bouteille de vin ainsi que de whisky pur feu que je versai dans un troisième verre. Voilà, tout était prêt. Tout était parfait.
Je posai les boissons sur un plateau et revins dans l'arrière salle.

Mes clients n'avaient pas bougé. J'allai vers eux, posai leur commande sur la table.
-Voilà, un whisky, une bouteille de vin et deux verres. Cela fait 6 mornilles pour l'un, 9 mornilles pour l'autre donc un total de 15 mornilles ! Désirez-vous quelque chose à manger pour accompagner tout ça ?
Grand sourire aux lèvres. Toujours être avenant envers les clients.

Commande:
 


Dernière édition par Kohane Werner le Dim 1 Mai 2016 - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Elena Denger, Mer 27 Avr 2016 - 19:03





Le plaisir est présent...
Dans tous types de baguettes...

Pv Corwin Egnis


[HRP] LA de Corwin / Kohane, je crois que Coco t'a mp pour ce qui est de l'addition.  :kiss:  [/HRP]

La jeune femme observa les diverses réactions du jeune jaune et noir, c'était plaisant à voir, délicieux... Si bien qu'on en mangerait avant même de pouvoir déguster... Il parut se raidir lorsqu’elle vint à son oreille lui souffler quelques mots... S'était-il contracté de toutes parts ? Hum... Bien qu’intéressant, qu’intéressée l'aigle garda sa réflexion pour elle-même, ne souhaitant pas distraire le jeune homme... Du moins pas encore... Alors qu'elle parlait, il l'écouta sans rien dire... Puis vint la serveur, charmante enfant pour prendre leur commande. La bleue et bronze prit les devants et commanda du Whisky et du vin pour le doux garçon avant de se reposer sur sa chaise le temps que la Gryffondor sorte de la pièce.

Affichant un petit sourire amusé, elle l'écouta à son tour. « A vrai dire, je souhaite tout savoir. Je veux pouvoir... Goûter à tout, Elena. » Douce attention... Savoureuses paroles... L'ex-Serdaigle posa sa main contre sa joue, attendant d'en savoir plus. « Manipuler la magie de manière plus... Profonde, est une chose à laquelle je souhaiterais m'adonner. Pas comme on l'enseigne à l'école, non... » Hum... Mon mignon... Si tu savais les possibles profondeurs... « Je veux la ressentir... La modeler, la triturer, la faire mienne totalement. Quelle que soit la forme qu'elle peut prendre. » L'aigle se félicita intérieurement d'avoir été dans ce parc aborder le Poufsouffle. Pour un jaune et noir, il était bien plus dans le côté sombre de sa maison... Délectable garnement... Sa baguette toujours dans sa main gauche, elle lui fit faire quelques mouvements de vague. « As-tu déjà repoussé les limites, Élena... ? As-tu déjà... Transgressé les règles . » Corwin recula, laissant les lumières de la pièce s'amuser sur son visage. « Donne-moi ce plaisir, Elena. Fais-moi part des jeux auxquels tu t'es adonnée, à l'abri des regards et de la bienséance. »

Amusée, l'aigle se releva, il souhaitait jouer, mais à quel point .... Cela serait fortement distrayant de connaître ses limites... Elle informula un #Numen Arma, transformant ainsi sa baguette en un beau poignard mélangeant os et ébène. « Tu veux donc tout savoir... » Elle s'avança vers lui. « Mais que ferais-tu pour cela ? »... Se posant à ses côtés, elle fit glisser la lame sur la joue du garçon. « Qu'aimerais-tu... » La lame s’immobilisa sous la gorge du Pouffy. « Voir ou savoir... ? » Elle descendit la dague, prenant bien soin au passage de ne pas abîmer ses vêtements... Là, n'était pas le moment... Du moins... Pas encore. Elle s'arrêta au niveau de la ceinture, inclinant la tête vers le jeune homme. « Qu'as-tu à m'offrir... » Elle déposa le couteau au niveau de l'entrejambe de celui-ci, laissant sa main dessus avant de replonger ses yeux bleus dans ceux de son compagnon de jeux.

« Voilà, un whisky, une bouteille de vin et deux verres. Cela fait 6 morilles pour l'un, 9 morilles pour l'autre donc un total de 15 morilles ! Désirez-vous quelque chose à manger pour accompagner tout ça ? » À oui, c'est vrai, ils n'étaient pas chez Waddi ou dans la villa mais dans un bar. Bien dommage. « Merci bien, ça sera tout. » Elle jeta un coup d’œil amicale à la rouge et Or, avant de reposer ses yeux sur Corwin pour lui glisser en chuchotant à l'oreille tout en riant doucement. « Aurais-tu faim ? ». L'aigle retira sa main du poignard en prenant soin d'être sûr qu'il restait suffisamment caché pour la serveuse et observa la réaction du garçon... Qu'allait-il faire maintenant ?


Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Dim 1 Mai 2016 - 22:24


LA de Kohane pour son départ après le réglement de la commande.


Les sons de la salle ne lui parvenaient plus. La musique, les rires, le claquement des chopes contre les tables. A peine un bruit de fond, ténu, ne réussissant plus à percer le cocon de l'alcôve, emmitouflé dans la pénombre. Toute la vie les entourant n'existait plus. Seule cette sensation persistait. La sensation de se perdre corps et âme dans les yeux d'Elena, se laisser happer par son regard froid et terriblement pénétrant. Le temps semblait s'être momentanément arrêté, offrant cette chance au jeune homme de contempler la créature aux attraits si sombres, et de bénir cette rencontre dans le parc.

Elena se leva une nouvelle fois, le tissu flottant de son chemisier blanc laissant deviner les courbes longilignes, et la naissance de monts à explorer. Une aura ténébreuse entourait ce corps, jouant avec les rayons de lumière et progressant, pour venir encore entourer le garçon dans une étreinte chaude et interdite.
La baguette à sa main changea de forme, transformant la tige en un poignard d'os et de bois.

" Tu veux donc tout savoir … Mais que ferais-tu pour cela ? "

La banquette s'affaissa légèrement lorsqu'elle s'assit à son côté. Corwin ne pipa mot, pivotant son buste pour se trouver face à elle. Il observa le poignard se lever lentement. Un frisson étrangement excitant le parcourut lorsque la lame toucha sa joue. Il n'esquissa plus un geste, le corps bandé comme un arc. Le duo venait de franchir un nouveau palier dans leur petit jeu, sans accorder la moindre importance au lieu dans lequel ils se trouvaient. La voix d'Elena était suave, un charme à ses oreilles, l'électrisant totalement.

" Qu'aimerais-tu … Voir ou savoir … "

La lame longea sa peau en une caresse mortelle, s'arrêtant au niveau de sa gorge un temps, puis descendit en quelques sillons sur son torse, son ventre, pour gagner sa boucle de ceinture.

" Qu'as-tu à m'offrir ... "

A l'instant où Corwin s'apprêtait à lui répondre, le poignard continua sa lente et inexorable course, se stoppant seulement une fois arrivé à son entrejambe. Il déglutit avec peine. Le jeu prenait une tournure délicieusement dangereuse, le laissant le souffle court. Son cœur battait à tout rompre, martelant ses tempes. Le sang fusait dans ses veines, alimentant les parties de son corps quémandant le plus de vitalité. Sa peau irradiait, brûlant d'un feu dévastateur, avide de les consumer tous deux.

Mû par un instinct féroce, la lèvre supérieure du Poufsouffle tremblota légèrement, laissant apparaître le début d'une canine qui aurait volontiers parcourut la gorge de l'Aigle. Plongés l'un dans l'autre, un étau implacable semblait s'être dessiné autour d'eux. Il ne fallait plus que la jeune femme bouge d'un pouce, mais qu'elle reste à son côté. Corwin s'enivrait de sa présence, et du parfum capiteux l'embaumant. Sa mâchoire inférieure trembla à son tour de manière fugace, présage du prédateur prêt à fondre sur sa proie.

Il fut alors quelque peu sorti des visions ravageuses lui assaillant l'esprit, lorsque la serveuse fit de nouveau son apparition, déposant le Whisky pur feu et la bouteille de vin. Dissimulant la lame sans pour autant la retirer de sa position initiale, Elena se tourna dans un premier temps vers la nouvelle venue pour la remercier, puis lui fit de nouveau face. Son visage s'approcha de son oreille, lui chuchotant quelques mots, ponctués d'un rire cristallin.

" Aurais-tu faim ? "

Corwin dévoila ses dents en souriant en coin. Il se décala légèrement de la jeune femme, sans pour autant mettre trop de distance. S'écarter d'elle en cet instant lui paraissait insupportable. Fouillant dans sa poche, il saisit quelques pièces en bataille qu'il déposa sur la table afin de régler l'entièreté de la commande. Il adressa un joli sourire à la serveuse, poussant la pile de pièces vers elle.

- Je règle le tout. Je vous remercie pour la commande.

La serveuse s'éclipsa, les laissant seuls, tous les deux. Corwin se plongea en sa compagne de jeux, mordillant sa lèvre inférieure. Il approcha son visage de celui d'Elena, tout proche, mais ne se dirigea pas vers son oreille. Il grappilla l'espace les séparant, pour ne plus se trouver qu'à une distance infime de sa bouche. Leur nez se frôlèrent. Il pouvait sentir le souffle de la blonde sur ses lèvres. Le Poufsouffle inspira la senteur de sa peau, gravant dans sa mémoire cet instant des plus délicieux. Ses yeux étaient rivés sur les siens, tentant de la pénétrer le plus profondément possible. Sa voix se modula comme une caresse enfiévrée, renvoyée par la chaleur de la respiration d'Elena.

- Je n'ai pas faim de ce que l'on peut nous proposer ici, Elena …

Il frôla une nouvelle fois son nez.

- Ce que j'aspire à goûter … n'est pas proposé dans leur carte …

Dans le même temps, ses doigts se refermèrent sur le manche d'une dureté implacable. Levant lentement le poignard, il se recula quelque peu, quittant à regret la proximité des lèvres veloutées. La lame se moulait parfaitement à sa main, dans un équilibre parfait. Il quitta du regard les yeux d'Elena, longeant les formes, et appuya doucement la pointe d'acier sur la poitrine de la Dame.

- Tu as sans doute compris, depuis ces dernières minutes, que j'étais curieux de tout, Elena.

La lame se dirigea sensiblement vers le premier bouton du chemisier.

- Les choses que je souhaiterais découvrir ne nous sont pas enseignées. Elles nous sont ... cachées.

Le tranchant affûté découpa avec facilité le cordon, laissant tomber le bouton de nacre sur la banquette. Le vêtement s'ouvrit doucement, laissant découvrir plus amplement certains courbes de la jeune femme. Il planta de nouveau son regard dans le sien, et réduit une fois de plus l'espace les séparant.

- Tu as vu ... fais des choses Elena. Des choses que peu de gens recommanderaient ... je le sens.

Il prit en un geste doux la main d'Elena, et la glissa autour du manche, tenant ainsi tous deux la lame entre eux.

- Je veux que tu me montres tout ce que tu sais. Tout ce dont tu es … capable. Que tu me fasses transgresser les règles … Que tu m'apprennes tout.

Leurs lèvres se trouvaient à une distance parfaitement déraisonnable, la lame serrée entre eux. Corwin adressa alors un sourire charmeur à Elena, tinté d'une note carnassière. Il lui souffla encore quelques mots, persuadé de mettre à ce moment précis, le pied dans un engrenage irréversible, et au sein duquel il plongeait le plus volontiers du monde.

- Et pour ce qui est de ce que j'ai à offrir, eh bien … Dis-moi ce que tu souhaites. Ton prix sera le mien.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Elena Denger, Mer 4 Mai 2016 - 20:34





Le plaisir est présent...
Dans tous types de baguettes...

Pv Corwin Egnis


Le Jaune et Noir eut un sourire en entendant la question à la douce, elle ne dit rien et l'observa, l'écouta. Après tout, elle lui laissait le choix d'agir à son bon vouloir... Pour voir s'il avait compris dans quel jeu il se trouvait, pour voir s'il avait compris les attentes de la belle. Il s'écarta quelques instants, cherchant de quoi payer remerciant au passage la serveuse qui s’éclipsa. Enfin. Le pouffy revint plonger son regard dans celui de la Bleue et Bronze, elle fit de même attendant, l'observant... Son visage n'était qu'à quelques centimètres, leurs nez se frôlèrent... Elle jubilait intérieurement, laissant ses envies et désirs prendre le dessus, au-delà du raisonnable... « Je n'ai pas faim de ce que l'on peut nous proposer ici, Elena. » Mignon garçon. Il frôla de nouveau son nez avant de continuer. « Ce que j'aspire à goûter... N'est pas proposé dans leur carte... » S'il savait combien la jeune femme comprenait cela...

Le jeune homme prit le poignard en main, s’éloignant du regarde de la blonde avant d'appuyer doucement la pointe au niveau de sa poitrine. Hum... « Tu as sans doute compris, depuis ces dernières minutes, que j'étais curieux de tout, Elena. » L'aigle eut un frisson de plaisir, attendant d'en savoir plus tandis que la lame s'avançait vers le premier bouton du chemisier. « Les choses que je souhaiterais découvrir ne nous sont pas enseignées. Elles nous sont cachées. » La lame vint séparer le bouton du vêtement, le laissant tomber sur la banquette. Prometteur, vraiment.

Il se rapprocha, glissant de nouveau ses yeux dans ceux de la sorcière. « Tu as vu... Fais des choses Elena. Des choses que peu de gens recommanderaient... Je le sens. » Et pourtant bien des gens comprenaient cela, ils étaient simplement discrets, bien plus qu'elle ne l'était. Ou si peu discret, que personne n'y prêtait attention. Corwin prit délicatement la main d'Elena, un geste remplit de douceur avant d'y glisser le manche. Du poignard, sa main encore dessus. « Je veux que tu me montres tout ce que tu sais. Tout ce dont tu es... Capable. Que tu me fasses transgresser les règles... Que tu m'apprennes tout. » Elle pouvait presque ressentir la chaleur de ses lèvres proche des siennes, délectable sensation, enivrante situation... « Et pour ce qui est de ce que j'ai à offrir, eh bien... Dis-moi ce que tu souhaites. Ton prix sera le mien. »

Et ce fut le déclencheur. De sa main libre, Elena attrapa le visage du Pouffy, délicatement, et vint déposer un baiser sur ses lèvres avant de reprendre le poignard bien en main. Retournant la lame, elle la fit passer sous le tee-shirt du garçon et vint fendre le tissu noir de haut en bas, dévoilant son torse. Dans un soupire de satisfaction, elle reposa le poignard sur la banquette, et se pencha à son oreille pour lui chuchoter quelques mots. « Offres-moi ton corps et tu auras tout de moi... »

Sourire aux lèvres, elle se tourna vers la table et attrapa les bouteilles et verres pour servir à chacun de quoi s’enivrer. Elena proposa un verre de vin à l'élève, avant de prendre son verre de Whisky en main. « Trinquons... À ce qu'il va se passer... » Elle but quelques gorgées, laissant le liquide lui réchauffer l'intérieur de sa bouche, de sa gorge... Harmonisant ainsi la chaleur de son corps avec celle de ses pensées... L'aigle reposa le verre sur table et reporter son attention sur son compagnon de jeux, laissant ses mains naviguer sur le torse mis à sa disposition, laissant son regard transpercer les yeux verts du blondinet... « Qu'en dis-tu ? » Un sourire au coin des lèvres. Une envie soudaine, de gourmandise.

Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Jeu 5 Mai 2016 - 2:53




Les lèvres d'Elena se posèrent délicatement sur les siennes, réchauffant celles du garçon dans une emprunte de douceur. Une fois encore, le temps parut s'étirer, prêt à laisser quelques secondes de plus avant que leurs bouches ne se séparent. Corwin se laissa ensevelir par ce contact, sentant la température de son corps grimper en flèche sous les flots impétueux de la sève.

L'étreinte disparut, à son grand regret. Ouvrant les yeux et posant ses prunelles glacées sur le visage de la Dame, il sentit le poignard quitter sa main. Elena avait pris les devants. Un instant encore aurait suffi pour qu'il se saisisse lui aussi des lèvres veloutées et rougies par l'afflux de sang. L'esprit du jeune homme enfiévré n'aspirait qu'à goûter de nouveau cette saveur, à déguster chacun des mets qu'aurait à proposer la blonde ténébreuse.

Aspiré par son regard, il ne sentit qu'à peine la lame se frayer un chemin sous son t-shirt, le froid de l'acier lui tirant un frisson jouissif en frôlant sa peau brûlante. Le tissu céda sans résister, ne demandant qu'à subir la caresse du tranchant. Les pans du vêtement s'écartèrent légèrement, laissant entrevoir le torse ciselé du Poufsouffle. Le souffle haletant, Corwin se mordit la lèvre inférieure tentant de retrouver, ne serait-ce que fugacement le passage de la Douce, et souhaitant que sa propre bouche puisse connaître la moindre partie de ce corps.

Posant le poignard sur la banquette, Elena se pencha vers lui, murmurant quelques mots à son oreille.

"Offres-moi ton corps et tu auras tout de moi..."

Une nouvelle décharge d'adrénaline vînt le submerger, prête à rompre l'entièreté de son corps par sa violence.  Sa mâchoire tressauta, désireuse de plonger sur la peau fine de l'oiseau aux ailes de nuit. Corwin fit de son mieux pour retrouver un souffle mesuré.

"Trinquons... A ce qu'il va se passer..."

Elena attrapa son verre de Whisky, et lui tendit un verre du liquide rouge. Lui adressant un sourire nimbé de sous-entendus, il porta le cristal à son nez, humant les arômes capiteux, et laissa couler une ample lampée dans sa bouche. Le vin imprégna son palais, et descendit le long de sa gorge. Le torrent vineux calma quelque peu son envie de dévorer sa compagne de jeux, sans pour autant lui ôter toutes les pensées impures l'assaillant.

L'Aigle avança sa main, parcourant son torse lentement, titillant les sens du Poufsouffle. Elle s'était bien éloignée de la première image du Parc, et ce pour son plus grand plaisir. Lui qui s'était montré si précautionneux de paraître comme un bon garçon, il avait alors vite reviré vers ce qu'il était réellement. Il se sentait libre avec elle, autant qu'il aurait pu l'espérer. La neige avait apporté avec elle bon nombre de surprises.

"Qu'en dis-tu ?"

Corwin resta muet quelques instants, scrutant le visage de la blonde dans la pénombre. Désirait-il sincèrement pénétrer ce nouveau trésor de connaissances ? Plus que tout. La proposition d'Elena était-elle sérieuse ? Elle le semblait en tout cas. Peut-être se jouait-elle de lui, qui savait. Mais sur l'instant, ils n'étaient qu'eux deux, avec leurs mots et leurs regards. Le Poufsouffle ouvrit la bouche, murmurant presque.

- J'en dis, Elena, qu'il serait dommage de ne pas aller plus avant dans … ce petit jeu que nous avons entamé.

Une sensation mouillée lui fit baisser les yeux. En découpant le tissu, la pointe du poignard avait entamé sa peau, créant une légère estafilade au niveau de son abdomen. Une goutte de sang roulait le long de son épiderme, comme une fine caresse. Corwin passa sa main sur la blessure, récoltant le liquide pourpre.

Levant ses yeux de nouveau vers ceux d'Elena, il marqua une infime pose, avant de porter les doigts à sa bouche. Le goût de rouille vînt se mêler aux notes persistantes du vin, créant un mélange savoureux.

Corwin s'avança, au plus proche d'Elena. Sa main, encore tintée d'un coloris vineux par endroits, alla se glisser sous la mâchoire de la jeune femme, l'enserrant tout en douceur, et la guidant vers lui.

- Ai-je ta parole que tu seras là, Elena … ? Ai-je ta parole que tu me montreras tout ce que tu sais … quitte à me faire sombrer à tes côtés … ?

Les doigts de sa main libre se dirigèrent vers la cuisse de l'Aigle, remontant du bout des ongles le long du pantalon de cuir. Une caresse gagnant les abords tendres de la jeune femme, jouant avec leur sensibilité. Il pouvait sentir la chaleur torride au bout de ses membres, sur le point de les consumer totalement.
Corwin s'embrasa, ouvrant de larges yeux, et approchant le visage d'Elena près du sien, il susurra à son oreille.

- Elena … je suis tout à toi.

Longeant sa joue, il posa alors sa bouche contre les lèvres brûlantes d'Elena dans une étreinte implacable. Se mélangeant et s'imprégnant l'un de l'autre, ils purent goûter à la fusion du Whisky, du vin et du sang, tâchant délicieusement la commissure de leurs lèvres de marques rouges délicates. Les doigts du garçon allèrent découvrirent les secrets d'Elena, cherchant à posséder la moindre parcelle de peau. A la posséder Elle.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Elena Denger, Ven 6 Mai 2016 - 23:52





Le plaisir est présent...
Dans tous types de baguettes...

Pv Corwin Egnis


Elena ne perdit pas une miette pour ce qui était d'observer les réactions du jeune garçon tandis qu'elle lui parlait, qu'elle agissait sur et autour de lui... Elle le savait bien plus jeune mais n'y attachait pas vraiment d'importance, après tout elle-même avait commencé à cet âge-là... Si ce n'est que cela était avec des moldus. Lui paraissait bien plus prometteur, expérimenté ? Cela elle n'en savait rien, mais au besoin elle était là, là pour lui apprendre ce qu'il fallait de même qu'elle le ferait pour le domaine de la magie... Il vint lui murmurer la réponse qu'elle attendait, elle s'en délecta. « J'en dis, Elena, qu'il serait dommage de ne pas aller plus avant dans... Ce petit jeu que nous avons entamé. » Son regard quitta celui de la belle, l'aigle suivit ce qui l'avait perturbé et remarqua sur la peau du garçon une coupure. Trop sanguine la demoiselle, elle l'avait coupé sur l'abdomen. Si cela donnait un côté sauvage, d'un autre cela la dérangeait de par le fait d’abîmer son jouet. Mais elle resta là, à attendre, l'observant tandis qu'il leva ses doigts tachés de sang à ses lèvres, avant de revenir auprès de la belle, marquant le bas de son visage du liquide pourpre qui restait sur ses doigts... « Ai-je ta parole que tu seras là, Elena. ? Ai-je ta parole que tu me montreras tout ce que tu sais... Quitte à me faire sombrer à tes côtés... ? » Elle acquiesça, laissant le Poufsouffle balader une de ses mains sur elle, un sourire sur les lèvres... Il vint à son oreille murmurée, elle frissonna... « Elena. Je suis tout à toi. » Ses lèvres vinrent à la rencontre de celle de la Bleue et Bronze, tandis qu'il continua habilement d'explorer la belle...

Quelques secondes, minutes passèrent tandis qu'ils se cherchaient l'un l'autre avant que la blonde se retire des mains du garçon pour reprendre le poignard toujours posé sur la banquette. « #Episkey » Elle avait pointé l'arme sur le torse du garçon, récupérant ainsi sa baguette pour pouvoir soigner le doux jeune homme. « Il ne faudrait pas que tu sois trop abîmé... » La Serdaigle revint sur le jeune homme, telle une panthère sur sa proie. « Tu as ma parole... » L'engagement était fait, elle lui apprendrait ce qu'elle sait... Mais avant cela, il lui fallait récupéré son dû, le payement convenu....

[Censured... /me boude]

Cela avait été doux, agréable... Rattrapant ses vêtements, l'aigle se rhabilla avant d'attraper la bouteille de whisky et sans prendre la peine d'utiliser son verre elle la porta à ses lèvres. Après deux bonnes gorgées, la belle reposa ses yeux sur le garçon, un sourire satisfait sur le visage. « Aurais-tu soif ? » Elle approcha la bouteille de vin, s'asseyant sur la banquette, attendant. « Il ne faudrait pas cependant que tu sois en retard pour rentrer à Poudlard... Sache que je suis disposé à d’accueillir dans ma villa, lors de tes heures de sortie... Si cela t’intéresse, je t'enverrais une lettre, t'indiquant l'adresse... »


Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Mer 11 Mai 2016 - 22:15


Certaines choses arrivent parfois. Peu importe que vous vous soyez préparé à cela. Peu importe que votre esprit ait interprété le moindre signe, qu'il ait imaginé chaque mot, chaque situation possible. A la fin, tout ce que vous aviez échafaudé disparaît. Vous ne vous retrouvez qu'avec vous-même, et un regard posé sur votre visage, une main glissée dans votre cou, un corps pressé contre le vôtre. Une âme tentant de se nourrir de ce que vous êtes, quitte à vous détruire.

Elena l'avait détruit. Leur étreinte l'avait enseveli sous un voile sombre, anéantissant le Poufsouffle qu'elle avait rencontré dans le parc. Une marée tintée de chaleur et de fiel, électrisant sa peau avec une violence rare. Il s'était fondu en elle, oblitérant l'espace les entourant, ne cherchant que le contact des lèvres sanguinolentes et des courbes brûlantes.

L'Aigle avait ravagé ce qui restait des doutes, des questions habitant depuis un temps les rêves de l'élève. Dans leur communion, Elena s'était emparée d'un bout de son être, qu'elle garderait à jamais. En goûtant à la blonde, Corwin avait senti un poids le quitter, à la faveur de la liberté. Et ce fut les yeux emplis du même torrent ravageur qu'ils se consumèrent l'un l'autre.

Le corps se détacha finalement du sien, lui créant un manque immédiat. A présent qu'il avait connu la vraie Elena, il ne souhaitait que la garder tout près, à la distance d'un baiser seulement. La blonde se leva, un sourire aux lèvres. Mais elle lui revînt vite, ses vêtements malheureusement réajustés.

«  Aurais-tu soif ? »

Sa voix n'était qu'un souffle mélodieux. Il aurait pu en écouter le doux chant tout au long de la nuit. La main fine avança la bouteille vers lui.

« Il ne faudrait pas cependant que tu sois en retard pour rentrer à Poudlard... Sache que je suis disposé à t’accueillir dans ma villa, lors de tes heures de sortie... Si cela t’intéresse, je t'enverrais une lettre, t'indiquant l'adresse... »

Les yeux dans le vague, Corwin porta la bouteille à sa bouche, descendant d'amples gorgées de vin. Le liquide rocailleux calma quelque peu sa soif, mais hors de question de laisser un litron à moitié vide. Il mourrait d'envie d'allumer l'une des cigarettes calées dans sa poche, d'observer à travers les volutes bleutés le visage lui faisant face.
Elena avait raison. Il lui faudrait regagner Poudlard sous peu, à contre-coeur. Comment s'immerger à nouveau dans ce quotidien poussiéreux, sans saveur et terne. Dormir, manger, assister aux cours, travailler, et bis repetita. Se confronter au regard morne des autres élèves, des personnes auxquelles il ne pouvait parler sincèrement. Il n'en ressentait aucune envie. Ses entrailles se nouèrent à l'idée de quitter l'aura de sa douce et ténébreuse compagne.

Pestant intérieurement, il prit une nouvelle lampée de vin et reposa la bouteille. Le torse découvert et à présent indemne, son regard se porta sur Elena.

- Même si cela me déchire de quitter ta compagnie, je vais effectivement devoir y aller …

S'approchant de l'Aigle, il passa la tête dans son cou, et mordit doucement sa peau, sentant la jugulaire palpiter sous ses dents. Lâchant prise, il demeura un instant au même endroit, inspirant peut-être pour la dernière fois de la journée son parfum.

- Je serais ravi de pouvoir partager … quelques moments de plus en ta compagnie, Elena.

Le Poufsouffle quitta les effluves pour la fixer. Passer de nouveaux instants avec elle dans sa villa, loin des regards et du brouhaha environnant. Il en mourrait d'envie. Le jeune homme afficha un rictus.

- Et à présent que tu as obtenu mes faveurs, et ce pour mon plus grand plaisir, tu vas pouvoir … tenir ta promesse.

Ses doigts se saisirent de la bouteille à moitié vide, sans quitter la Dame des yeux, et l'approchèrent d'elle.

- Mais avant que nous y allions, tâchons de ne pas gaspiller.

Plaçant le vin entre les mains d'Elena, en lui glissant une caresse fugace au passage, il passa son bras sur le dessus de la banquette, y posa sa tête, et l'observa silencieusement, examinant une part de son futur.



Certaines choses arrivent. Vous entrez dans un bar plein de vie, mêlé de rires et d'ivresse. Vous vous installez à une table, buvez un verre, le truc bien banal et appréciable. Et parfois, si vous êtes chanceux, vous tombez sur une personne. Elle vous tendra une bouteille de vin, discutera d'art et autre, et brisera la digue retenant vos envies les plus profondes. Et vous vous retrouverez là, avec vous-même, enfin apte à faire vos choix, plaçant de côté tout ce que vous aviez échafaudé. Vous viendrez peut-être à plonger, désireux d'embrasser les ténèbres, en mettant à bas les derniers liens qui vous retenaient depuis tant de temps. Il n'y aura alors pas de question à vous poser. Certaines choses arrivent, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Elena Denger, Dim 29 Mai 2016 - 15:07





Nous nous reverrons...
Bien assez vite...

Pv Corwin Egnis


[HRP]Je te laisse la clôture ? Tu as mon LA, si besoin tu sais où me trouver ! [/HRP]

Il l'observa, il attrapa la bouteille... Ne pouvait-il pas attraper autre chose... Triste. Mais logique. Elle l'observe boire, elle fait de même, sa bouteille bientôt vide. « Même si cela me déchire de quitter ta compagnie, je vais effectivement devoir y aller... » Bel enfant, doux garnement... Elle lui adressa un sourire, passant une main dans les cheveux du jeune homme, il s'approcha, ses lèvres contre son cou la mordant légèrement. Un frisson la parcouru, une image, une envie... « Je serais ravi de pouvoir partager... Quelques moments de plus en ta compagnie, Elena. » Elle aussi, il était beaucoup de surprises, de ressource... Et apprendrait très vite elle en était certaine. Il la fixa, elle fit de même. « Et à présent que tu as obtenu mes faveurs, et ce pour mon plus grand plaisir, tu vas pouvoir... Tenir ta promesse. » Elle acquiesça, il en saurait vite assez tôt. « Mais avant que nous y allions, tâchons de ne pas gaspiller. » Il lui plaça la bouteille dans ses mains, elle déposa la sienne, inutile de fini saoule, elle la prendrait chez elle. « Je te contacterais très vite, Lux se fera un plaisir d'apporter mon courrier jusqu'à ton dortoir. » Et peut-être qu'un jour, elle le pourrait aussi.

Portant le goulot à ses lèvres, la douce bue quelques gorgées, avant de reposer la bouteille devant le Jaune et Noir. « Tâche de ne pas trop boire, il ne faudrait pas que tu te fasses trop remarquer par un préfet ou professeur sur le sujet... » Elle glissa ses doigts sur son visage, lui volant un baiser avant de se relever. « Si un jour tu as besoin de moi, n'hésite pas à m'avertir, je viendrais aussi vite que possible t'aider. » La belle referma la bouteille de Whisky, disposé à la prendre avec elle pour la finir sur son canapé personnel. « Nous nous reverrons bien assez vite, j'en suis certaine. »

Elle ne fit cependant pas un pas de plus, non elle ne quitta pas la pièce. Lentement elle se retourna vers lui, l'observant avec un visage impassible. Elle se demandait... Non, oublions, il était bien trop jeune pour un tel sortilège. Mais ses yeux ne le quittèrent pas. « Tu as ma protection, mon affection. Ne la gâche pas. » S'il venait à la trahir, s'il tenait à la repousser... Il s'en sortirait pas vivant, non il en souffrirait davantage. Elle n'avait pas de larmes, mais bien des armes. « Viens, partons. »


Revenir en haut Aller en bas
Corwin Egnis
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Corwin Egnis, Lun 30 Mai 2016 - 18:03


LA d'Elena




Le moment de la quitter approchait, irréversible. A quand la prochaine fois. A quand les prochains instants où les doigts de la douce toucheraient son visage, où ses lèvres caresseraient les siennes. La seule promesse de la revoir aurait dû être suffisante. Savoir que cette rencontre n'avait rien de fortuit. Mais le contentement n'y était pas totalement, car déjà l'impression du manque vînt lui titiller les nerfs.
Il garda néanmoins un faciès calme, serein malgré le début de la tempête le submergeant. Elena porta le goulot à sa bouche. Lui n'en souhaitait plus. Il avait son compte, et comme le souligna la blonde, il était inutile qu'il se fasse remarquer au château par une démarche mal assurée. L'occasion se présenterait de nouveau.

La bouche veloutée vînt trouver la sienne, en une étreinte fugace et vineuse. Comme elle allait lui manquer.

Si un jour tu as besoin de moi, n'hésite pas à m'avertir, je viendrais aussi vite que possible t'aider. Nous nous reverrons bien assez vite, j'en suis certaine.

Corwin la remercia tout d'abord silencieusement, trop accaparé par le visage froid de l'Aigle, par la mémorisation de chacun des traits. Mais il finit par ouvrir la bouche, ne s'embarrassant pas de paroles vaines, son propre regard laissant suffisamment de messages à l'attention d'Elena.

- Je te remercie, je n'y manquerai pas.

D'un côté, il espérait que cette proposition ne sous-entendait pas, qu'aux yeux de la douce, il paraissait moyennement capable de se défendre. De l'autre, c'était agréable de savoir, de manière aussi explicite, qu'une personne souhaitait veiller sur vous. Et selon lui, il n'aurait pu rêver meilleure protectrice.

Prêt à se lever, il stoppa son geste en observant Elena se tourner de nouveau vers lui. Un étrange voile s'était glissé le long de son visage. Un mélange entre l'affection et la dureté. Corwin demeura fixe, sans ciller devant la blonde.

Tu as ma protection, mon affection. Ne la gâche pas.

A ces mots, un léger frisson descendit le long de sa nuque. Elle ne le menaçait pas, mais le prévenait implicitement de ne pas jouer au c*n avec elle. Cela tombait bien, il n'en avait aucune envie. Mais il sentit sans problème que la contrarier signifierait signer son arrêt de mort. Quand bien même, de toute manière il savait à peu près dans quoi il s'embarquait.

Viens, partons.

Corwin opina du chef. Quittant la banquette, il réajusta comme il put son t-shirt découpé, et passa son long manteau sombre, son calepin dans une poche intérieure. Ils circulèrent entre les tables, jonchées de chopes et animées par de nombreux rires encore. Ils n'étaient que deux ombres se faufilant au travers de la joie, cherchant à regagner la nuit.

Une fois à l'extérieur, Corwin prit une large inspiration, gonflant ses poumons d'air frais. Quelques flocons continuaient leur valse silencieuse. Tapotant son pantalon, le Poufsouffle tira un paquet noir de sa poche, et en sortit deux cigarettes. Proposant l'une des tiges à sa compagne, il fit apparaître une flamme, les allumant tous deux. Il laissa rouler sous sa langue la première bouffée, profitant de cet instant de retrouvailles entre alcool et tabac. Soufflant vers les flocons, il se retourna vers Elena. La chevelure de la blonde rayonnait dans la pénombre. On pouvait presque deviner l'éclat glacé dans son regard. Corwin lui sourit doucement.

- Je ne t'ai pas répondu tout à l'heure, mais je ferai en sorte que ton affection demeure intacte.

Son sourire s'élargit, dévoilant ses canines.

- Quoique, l'envie pourrait me prendre de te titiller un peu... juste histoire de découvrir un peu plus la démone en toi...

Il inspira une nouvelle délicieuse bouffée, mais son air taquin se fana, faisant place à une mine se voulant dure, cachant comme un sentiment de tristesse profond.
Balançant son mégot, Corwin rabattit mit en place sa large capuche, et baissa légèrement la tête, la voix basse, le visage légèrement caché par le voile de coton.

- Cet après-midi fut... des plus agréables, Elena. Il me tarde de passer de nouveaux instants en ta compagnie. Que tu me montres tout ce que ce monde renferme...

Corwin leva les yeux, la regardant une dernière fois. Ses doigts, à présent glacés, caressèrent la joue de la blonde. Sa bouche attrapa doucement celle d'Elena, dans une ultime étreinte, puis se détacha.

- Au revoir, Elena...

Sans un mot de plus, il se retourna et quitta, la mort dans l'âme, la présence de l'Aigle. Dans le froid et le rideau de flocons, il s'éloigna des chandelles, des rues du village. Gravissant la colline, il s'enfonça dans la nuit, accompagné du rougeoiement d'une nouvelle tige, dernière lueur dans les ténèbres, vouée à s'éteindre.




FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 14 Juin 2016 - 17:12


Notes externes : je poste directement dans ce sujet, nos deux protagonistes se retrouvent d'abord au comptoir. J'ai confirmation du Gérant pas très gérable. Sinon, j'ai fait en sorte que le RP se passe en fin de journée. Voilà, bisouille. ♥
_____________________________________________

[PV Blanche]
Famille, solitude, noyées.


Les Trois Balais. Une mise en bouche, futile et malicieuse. Un amuse-gueule au goût passionné. Une petite chose, sans importance et sans valeur. Insignifiante tromperie. Mais si bon, si frais, si appétissant qu'on en redemande. Une, deux, trois. Sed non satiata. Cela résumait, à quelques différences près, le pub le plus réputé de Pré-au-Lard. Quoiqu'un poil concurrencé. La majorité des étudiants venaient se régaler derrière cette simple porte de bois. Allure miteuse. Cœur juteux. Boire, manger. Manger, boire. S'oublier. Oublier. Boire et manger. Parler, discuter. Perdre ou gagner du temps. A jouer, à parler. Ecrire ou dormir. Boire, manger. Un verre à prendre. Une assiette à laver. Manger, boire. Consommation furtive, oubliée. Commander. Recommencer. Boire et manger. A prendre ou à laisser. Le plaisir d'y aller.

Le parfum du soir. D'un soir d'été, à la senteur d’orangeade et d'herbe coupée. Un début de soirée encore calme. Une soirée de fin d'année, les examens sont passés. Dernière journée embarrassée. Plus d'angoisse. Plus d'poisse. Les étudiants se retrouvent, et s’enlacent. On pourrait presque apercevoir quelques cerveaux qui rêvassent ça-et-là dans la rue. Des cervelles chauffées à blanc, explosées dans les caniveaux. Et on en rachète une nouvelle, pour l'année prochaine. Histoire qu'on tienne le coup. Au moins une année. L'année prochaine.

Mais là, l'irlandais s'en fout. Il veut prendre part à la fête, lui aussi. Deux trois poignées de main sur la route, avant de rejoindre peut-être des amis. Une chance de retrouver son Sam, Elena d'amour ou encore ce pauvre Leo. Ce dernier enchaîne connerie sur connerie, métier sur métier, entreprise sur entreprise. Directeur de Gryffondor, Gérant des Trois Balais. Une nouvelle revigorante, faut voir. Un geste commercial, une p'tite réduction. Y'a moyen. Peut-être.

« De l'extérieur, le pub fait vraiment pitié. » murmura-t-il. Plus pour lui-même qu'au couple qui venait de sortir. Il aimait bien se parler à lui-même ces temps-ci. Même un peu trop d'ailleurs, et ça datait pas d'hier non plus. C'était depuis cette histoire sur les Docks, un endroit super dark, avec des gens super dark, une potion super dark et ça. Le trou noir. Trop dark. Clinc. Clinc. Clinc. Clinc.
Cliiinc.

Il fait son entrée. Beau, majestueux. Tout est calculé, méticuleux. S'avançant comme un lion dans l'arène. La réaction est immédiate. Atmosphère joyeuse, délirante, attirante et prenante. Sourire aux lèvres, il s'approche du bar et s'assit non loin de la porte d'entrée.
« Bonsoir. Une bièraubeurre s'il vous plaît. Y'a du monde ce soir ! »
Waa. T'as jamais parlé autant à une serveuse, record battu. Treize mots. Toujours mieux que trois.



Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Mer 22 Juin 2016 - 18:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 16:03


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 12

 L'arrière salle (Lieu sans oreilles indiscrètes !)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.