AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 12
Dans les couloirs de Poudlard, de nuit
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
Clarissa Samson
Clarissa Samson
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Martinet noir


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Clarissa Samson, Jeu 28 Aoû - 23:45


Autorisation de Merit Sullivan pour l'ouverture de ce sujet.
PV Vio
Une soirée calme au château, Clarissa avait passé le petit laps de temps entre ses cours et ses rondes à se reposer. Allongée dans son lit, elle laissait à Heather le soin de taper sur tous les Serpentard dérangeant de la salle commune. Un livre entre les mains, la préfète était entre deux mondes. Un pied dans le Reform Clun de Londres et l'autre dans le dortoir de sa maison. Son livre n'avançait pas à grande vitesse, à vrai dire la jeune fille recherchait plutôt le calme et la tranquillité, la pièce où elle se trouvait était vide. Les rondes n'étaient pas le meilleur moment de la semaine pour un des leader des maisons. Il fallait marcher, longtemps, la nuit et on perdait beaucoup de sommeil. Exceptionnellement, celle de ce soir ne se déroulerait pas en compagnie de l'autre Serpentard. Pour une question de planning assez obscure, Clarissa allait donc rencontrer un des autres préfets qu'elle ne connaissait pas vraiment. Mais aucun moyen pour elle de se souvenir de qui. Bien sûr elle connaissait le nom de chacun d'entre eux mais aucun ne lui revenait plus qu'un autre. C'était donc un peu à la chance que la vert et argent se rendit devant la salle des préfets pour attendre son binôme de la nuit.

La nuit, à-bas les robes. Un truc un peu plus décontracté était largement plus agréable. Les nuits n'étaient tout de même pas bien chaudes, et le château n'avait pas encore été équipé du chauffage central alors la préfète s'était munie d'un petit gilet. Enfin plutôt une veste, même une veste tout cours. On pouvait voir dessus l'emblème d'un ancien groupe de rock de la fin du XXI siècle. Mais ce qui ressortait le plus était le badge orné d'un "p" majuscule qui trônait sur le vêtement au niveau de la poitrine de la Serpentard. Pour ne pas se prendre la tête, l'Irlandaise portait ses cheveux attachés en chignon derrière sa tête. Préparation minimale et des plus simplistes, de toute manière elle ne se rendait pas au bal ! Avec cela Clarissa s'était passé le visage sous l'eau froide pendant quelques secondes avant de partir, rafraichie et réveillée, elle s'en était allée vers le point de rendez-vous. D'un pas souple mais non pas pressé, elle grimpait les marches deux à deux en sautillant, elle avait eu le plaisir de se requinquer juste avant, il ne lui restait plus qu'à expédier son surplus d'énergie dans sa ronde.

Arrivant à l'heure et au lieu avec même un peu d'avance, Clarissa s'adossa au mur et se perdit dans ses pensées. Elle n'avait pas réussi à se souvenir de celui ou celle qui l'accompagnerait. Et elle commença à se questionner sur chacun d'eux. De préférence pas un des deux garçons. Seth et Hash n'étaient pas détestés de la Serpentard non ! Ils étaient des mecs et souvent ce modèle d'humain est assez lourd. Avec un peu de chance elle ne tomberait pas sur une des deux Gryffondor, enfin c'était seulement si elle commençait à lui taper sur le système avec la guerre des points. Là ce n'était plus question de maison, mais plutôt de l'heure à laquelle chacun pourrait retrouver son lit. Donc pour faire simple quelqu'un de pas trop prise de tête et qui a aussi envie de dormir le plus vite possible. Pendant ses divagations, la préfète commença à tripoter son badge. Elle était préfète pour cette année, quelle plaisir pour elle. C'était assez prestigieux à son avis mais bon ce fameux prestige était bien remboursé par les bons et loyaux services que sa petite fonction imposait. De toute manière, elle était très heureuse de ce poste et le reprendrait si elle avait le choix. C'était en plus un bon début de saison pour les verts et argent, pas trop d'incidents et de très bons éléments. Il ne manquait plus qu'à terminer l'année tranquillement et de reprendre la Coupe aux sangs et citron.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Invité, Dim 31 Aoû - 19:46




Midnight's crime
Pv Patate.

J'ai pas demandé le libre-arbitre de la grosse dame mais bon..

La porte des dortoirs claqua, réveillant quelques Gryffondors somnolant déjà.
Sans se retourner pour entendre leurs protestations, Violaine descendit les marches de pierres d'un pas pesant. Se tenant fermement à la rampe, elle manqua de glisser mais amorça son dernier virage avec adresse. Caché sous une liasse de cheveux en bataille, le visage de la préfète témoignait par avance de la longue nuit qu'elle s'apprêtait à subir. Cerné, fantomatique, on eut dit que la préfète des Rouge avait oublié la signification du mot sommeil. Ce qui était plus ou moins le cas, d'une certaine façon. Dans un coin de sa tête, elle s'efforça de rejeter tout ça. Si les ravages de l'alcool commençaient à transparaître dans le caractère de la rouquine, elle s'était cependant abstenue d'ingurgiter la moindre substance ce soir. Parce que cette fois, on lui avait attribué une toute autre tâche, ingrate, monotone, qui n'améliorait pas l'humeur déjà irascible de Violaine. La surveillance de nuit.

Elle jeta un regard courroucé vers Kaëlie, qui se trouvait à quelques pas de là, endormie sur son livre de Métamorphose. Non pas que son sort lui soit enviable, cette matière n'avait tout bonnement aucun intérêt. Mais apparemment, le voyage au pays des songes semblait plus facile. Et pour cela, elle lui en voulait : Pourquoi on ne l'avait pas désigné elle pour arpenter les couloirs de Poudlard ?
Dépitée, la cadette de l'équipe des préfet se camoufla dans son long manteau. Les températures commençaient à baisser doucement et elle avait toujours été plus frileuse que la moyenne. C'est pourquoi elle rajouta son écharpe aux couleurs de sa maison par-dessus. Ce n'était pas souvent qu'elle avait l'occasion de la déployer, vu les performances plus que médiocre de ses compatriotes au Quidditch.... parfois, on en venait même à se demander si les joueurs avaient véritablement compris les règles de ce sport. Une fois même, elle avait demandé à la directrice de Gryffondor, Mia Wilson, de faire examiner les balais. Juste pour vérifier qu'ils n'avaient pas été ensorcelés au moyen d'un maléfice de confusion ou de malchance. Cela n'avait rien donné, excepté la perte de 5pts pour les Rouges et Or, car la vieille (une fervente supportrice qui caressait toujours l'idée de les voir premiers au classement) n'avait pas goûté à la plaisanterie.
Son menton dépassant à peine de sa visière de laine, elle sortit enfin de la salle commune, en enjambant difficilement l'embrasure du tableau de la Grosse Dame :

- Alors, on vadrouille jeune fille ?
- Comme d'hab, préfet...Vous pourriez pas..
- Non.
- Juste un petit peu, sur la partie ouest...
- Non.
- Et si je vous...
- J'ai dit non.

Pinçant les lèvres et marmonnant dans les replis de son long manteau, Violaine descendit de la tour en frottant ses pieds par terre. Pourtant c'était pas bien compliqué de s'ballader dans les tableaux de ses voisins, genre pour vérifier que rien d'anormal ne se passait. Elle aurait pu profiter de sa soirée dans son entièreté. Mais c'était pas nouveau, la Grosse Dame c'était genre le portrait le plus feignant du château et, à moins qu'elle ne trouve son compte dans un marchandage équitable, on ne pouvait pas compter sur elle. Grognasse..murmura la rouquine entre ses dents.

Quelques minutes plus tard, la couverture ambulante qu'était Violaine arriva devant leur salle de réunion, d'où devait débuter la ronde de nuit. Une silhouette l'attendait déjà, appuyée sur l'encadrement de la porte. Elle triturait son badge : encore une maniaque de l'autorité ?
Sans s'annoncer, Violaine se planta à ses côtés en croisant les bras pour s'empêcher de frissonner.

- C'est toi de corvée ce soir ?
Elle regarda son bagde de préfet, orné d'un 'P' vert caca d'oie. Et ton nom, c'est quoi ?

Aucune raison qu'elle prenne des pincette avec un membre de la maison Serpentard. Ils étaient au coude à coude à la course aux points et ne méritaient aucune bienveillance de leur part. Sans attendre la réponse, la rouquine tourna les talons forçant la nouvelle recrue à la suivre.

- C'pas comme si on avait toute la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Clarissa Samson
Clarissa Samson
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Martinet noir


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Clarissa Samson, Dim 31 Aoû - 23:12


Ce que les couloirs du château étaient calmes durant la nuit. Clarissa était là pour en attester. Ne suffirait-ce pas pour sa ronde. Un rapport du genre, "Rien à signaler pendant de longues minutes devant la salle des préfets". Probablement pas. Ils n'étaient pas là pour faire les meubles. C'était une réelle responsabilité que d'être préfet, certains ne s'en rendaient pas vraiment compte. Après cet intermède d'autocongratulation de son travail, la vert et argent vit se profiler au bout du couloir, dans la pénombre, une sorte de silhouette ronde. On aurait dit un boursouf géant n'ayant pas été tondu depuis des années. Après quelques secondes d'observation, ce n'était que la préfète des Gryffondor. En fin de compte cela ne changeait pas grand chose. La boîte crânienne n'était certes pas du même volume mais son contenant probablement. S'imposant devant son homologue, la bête humaine entama les hostilités.

Effectivement j'ai corvée de balader un préfet d'une petite maison sans importance. D'ailleurs tu l'aurais pas vu, c'est censé être quelqu'un d'un peu petit chauve avec une jambe plus longue que l'autre.

Allez on y va, on est pas là pour être gentil avec ces enf***** de Gryffondor. Ils tentent de ruiner la vie des Serpentard, c'est eux les méchants dans l'école ! En plus là dessous, même si Clarissa avait connu la préfète, enfin ce qui était probablement la préfète, elle n'aurait pu la reconnaître, son visage dépassait à peine des centaines de couches de fourrure amassées sur son corps. Soit elle était frileuse, soit les Gryffondor tentaient le tout pour le tout. La création d'une machine de guerre pour éradiquer les Serpentard. Un monstre mi-humain mi-boursouf fait pour régner sur Poudlard. Encore une magnifique idée, le boursouf étant comme tout le monde le sait, l'animal le plus dangereux et aggresif du monde magique. Ah ces sang et citron. Ils redoublaient d'ingéniosité pour faire marrer la galerie. Quelle bande de comique. Jamais un moment de sérieux. Comment avaient-ils gagné une coupe. Surement pas avec un boursoufumain à leur tête. Plus sérieusement. Sous cet attirail se cachait très probablement l'une des "leader" de Gryffondor. Alors... alors rien en fait. Elle demanda son nom à Clarissa.

Je ne réponds pas aux hérétiques, aux infidèles ! Aux boursoufumains ! Déclinez votre identité créature impie !

Oulah. Avec ça la préfète des Serpy était peut-être allée un peu trop loin dans son délire. En effet elle ne pourrait rien. comprendre cette fille. Enfin cette chose. De toute manière elle n'avait pas mieux à faire. Avant même qu'elle ne réponde, la créature commença à marcher prétextant un manque de temps. Sortant de ses idées malvenues. Clarissa se mit en chemin, suivant la chose. Sérieux elle avait vraiment l'air de rien là-dedans.

Mais y'a vraiment quelqu'un là-dessous ?

C'était la bonne question. De toute manière une bonne préfète ne se montrerait pas dans un accoutrement aussi ridicule. Cela méritait une bonne sanction. Un retrait de point oui ! Pour tenue indécente ! Oh oui quelle bonne idée. Encore fallait-il être sûr qu'elle était Gryffondor, même quelle était vraiment humaine et élève. Tant de questions sans réponses. Le seul moyen de les trouver était de tuer la bête. Malheureusement la brune ne pouvait pas trop se le permettre. Non pas qu'elle ait peur du meurtre, des remords ou de quoi que ce soit. Elle avait seulement la flemme de déplacer le corps. Ça devait être lourd un boursoufumain. Clairement elle n'avait pas que ça à faire.

Dans tous les cas, les deux préfètes se mirent à marcher dans les couloirs du château prenant un peu tous les couloirs possibles et imaginable du secteur où elles se trouvaient. Cherchant quelque élève que ce soit qui pourrait enfreindre le règlement en violant le couvre feu. Est-ce que les boursoufumains comptaient ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Invité, Jeu 9 Oct - 17:47




Midnight's crime
Pardon pour le retard, Patate...

Visiblement, sa 'collègue' l'attendait depuis un petit moment. Quel dommage ! Vraiment.
Si Violaine avait pu deviner que sa partenaire pour la soirée était de Serpentard, elle aurait bien pris soin de traîner sa carcasse avec plus de lenteur encore, en faisant même trois fois le tour de la forêt interdite s'il l'avait fallu. Faites donc s'impatienter l'ennemi, soldat Corrigan !
Car c'était inévitable, la Rouge ne pouvait se résoudre à entretenir des rapports différents avec eux. Tout ce qui était vert était foncièrement mauvais, elle en était convaincu. Morve de Troll, épinards, Serpentard....tout cela revenait au même. D'ailleurs, il semblerait que la branche de courge biscornue qu'elle avait devant elle pensait la même chose de sa maison :

"Effectivement j'ai corvée de balader un préfet d'une petite maison sans importance. D'ailleurs tu l'aurais pas vu, c'est censé être quelqu'un d'un peu petit chauve avec une jambe plus longue que l'autre. Je ne réponds pas aux hérétiques, aux infidèles ! Aux boursoufumains ! Déclinez votre identité créature impie ! "

Violaine leva si haut les sourcils qu'on ne les vit plus, accrochés quelque part dans la fourrure de sa capuche. C'était quoi son problème à celle-là encore ? Peut-être avait-elle avalé quelque chose de pas net au souper du soir... Ou alors qu'elle s'était chopé un sortilège douteux, dans ce cas elle devrait penser à en remercier l'auteur. Ou peut-être pas fait. Si elle devait se coltiner cette abrutie toute la soirée, elle aurait tôt fait de le damner pendant de longues heures.
Qu'importe cette attardée, elle avait tout de même enjambé le pas de Corrigan, dont le reflet de la silhouette dans les torches du château lui conférait une allure des plus bizarre.

Mais y'a vraiment quelqu'un là-dessous ?

Excédée, Violaine consentit à enlever sa capuche et desserrer son écharpe bicolore. Elle voulait voir sa tête ? Voilà.

Alors, satisfaite ? la questionna-t-elle.
Avec une moue et en levant les yeux au ciel, elle continua son chemin. Espérons que sa voisine ne poursuive pas son interrogatoire, car son intention n'était pas de s'effeuiller au fur et à mesure de sa ronde...
Une torche s'éteignit soudain, les plongeant dans le noir alors qu'elle venaient de déboucher dans le couloir menant à la salle des trophées. Courant d'air ou mauvais tour ?
Inconsciemment, Violaine ne pu s'empêcher de frissonner. Prenant les devants, elle pointa sa baguette sur le candélabre encore fumant et prononça distinctement :


#Incendi...VLAM!

Un grand fracas retentit dans la salle où reposaient toutes les coupes et les récompenses des anciens élèves méritants. A la flamme encore présente au bout de sa baguette, Violaine échangea un regard avec sa collègue. Azy' c'était du foutage de tête là ! Il n'était JAMAIS censé se passer quelque chose pendant les rondes de nuits, jamais. C'était à cette seule condition qu'elle avait accepté de les faire. Alors c'était quoi l'embrouille là ? Genre on voulait la faire travailler !
Hé pt'tit morveux, qui que tu sois je vais te ballotter jusque les jupons de Renata !


Bah alors ? T'attends quoi au juste ? Bouge, fais quelque chose... t'as cru j'allais rester là à te faire la chandelle toute la nuit ?

Manquerait plus que ça soit elle qui doive aller voir... c'était le Ministère qui se foutait de ses Aurors là !
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme de Poudlard
Fantôme de Poudlard
PNJ
Fantome de Poudlard

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Fantôme de Poudlard, Dim 9 Nov - 20:29


Peeves était le seul et unique esprit frappeur de Poudlard. Pas humain, mais pas complètement fantôme, il n'avait aucun équivalent − dans cette école bien sûr − et en était très fier. Ca faisait 250 ans qu'il était dans ce château mais il commençait vraiment à se ramollir ces temps-ci. Enfin quoi, ça faisait deux jours qu'il n'avait pas joué de vrai mauvais tour à un élève. Lancer des encriers sur des premières années c'était pas de son niveau. Il fallait qu'il se reprenne ! Et quoi de mieux que la nuit pour entrer en action ?

Alors que tous les élèves dormaient, il avait bien pensé à se rendre dans un dortoir pour empêcher quelques uns de dormir mais il s'était ravisé, se disant qu'il avait mieux à faire. Alors qu'il errait au hasard dans le château, renversant une armure par-ci, décrochant un tableau par-là, Peeves s'aperçut qu'il était tout près de la salle des trophées. Il avait trouvé une occupation pour la nuit ! D'un vol tout guilleret, il se dirigea vers sa cible. Juste avant d'entrer dans cette salle, il y avait une longue galerie où s'alignait des armures ; en passant, l'esprit frappeur en renversa quelques unes, puis eu la bonne idée d'en mettre deux l'une sur l'autre dans une position plutôt équivoque. Avec un peu de chance des premières années passeraient par là le lendemain matin.

Une fois dans la salle des trophées, un de ses terrains de jeu préféré, Peeves décida qu'il était temps de passer aux choses sérieuses. Vraiment, quel était l'intérêt de garder des vieux trucs sous verre dans une salle spéciale ? Il n'en voyait aucun mais lorsqu'il mettait la pagaille par-là ça semblait embêter tout le monde alors il aimait bien recommencer. L'esprit frappeur commença par briser une des vitrines afin de s'équiper d'une statuette. Il s'en servit comme d'un club de golf afin d'envoyer une petite coupe par la fenêtre. Ca lui arrivait de plaindre les fantômes, qui ne pouvaient plus interagir avec les objets, ils devaient bien se faire ch*er.

Bon ok il faisait pas mal de bruit, mais après tout les gens devraient dormir à cette heure-ci. A peine avait-il pensé cela qu'il entendit des bruits de pas. Se rendant invisible, il alla voir qui venait le déranger en pleine bêtise. Dans le couloir juste à côté de la salle des trophées se trouvait deux filles qui se baladaient. En voyant l'insigne sur leurs vêtements il comprit que ce devait être des préfètes qui faisaient une ronde. Chouette, des gens à embêter, se dit-il. Peeves décida donc de souffler sur une des torches qui éclairaient le couloir. Sans attendre la réaction des deux élèves, redevenu visible, il retourna dans l'autre pièce et envoya une plaque récompensant un illustre inconnu pour son mérite dans l'école contre le mur. Avec tout le bruit qu'il faisait elles allaient forcément venir voir, et c'était bien le but.
Revenir en haut Aller en bas
Clarissa Samson
Clarissa Samson
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Martinet noir


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Clarissa Samson, Jeu 11 Déc - 16:22


HRPG:
 

D'accord je me bouge espèce de boursoufumain mais tu viens avec moi !

Manquait plus que ce soit à Clarissa de faire tout le sale boulot non mais oh ! Oui bon Clarissa avait bien compris que c'était Violaine mais il fallait bien envenimer la situation Gryffondor - Serpentard non ? Sans réellement attendre sa collègue Clarissa prit le chemin de la salle des trophées d'où semblaient venir les bruits assez violents. D'un pas rapide mais sans non plus courir - fallait pas déconner non plus ! - la vert et argent ne regarda même pas si on la suivait ou pas. Cela ne changerait rien à son avis car elle ne connaissait pas les capacités de la rouge et citron en combat. En plus un boursouf en combat ça n'aide pas trop. Les pas de la jeune fille résonnaient sur la pierre jusqu'au moment où elle s'arrêta devant un belle porte en bois orné.

Bon tu fous quoi ? Traine pas !

Il se pouvait qu'elle soit juste derrière elle mais il fallait alimenter le climat de tension. Derrière la porte les coupes continuaient à tomber sur le sol et quelques verrières étaient brisées. La brune tenta d'ouvrir la porte. Rien. Elle tenta de tirer sur la poignée pour libérer le mécanisme. Vain. Un simple sortilège suffirait peut-être à faire fi de ce verrou. Mais bon... Elle n'avait clairement pas la foi. Pourquoi la rouge ne s'en occuperait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Invité, Dim 4 Jan - 1:40




Midnight's crime

Intérieurement, Violaine était assez contente d'elle-même. Elle avait dit à l'autre cruche de se bouger et l'autre cruche avait bougé. C'était comme si elle avait un elfe de maison sous ses ordres, c'était plaisant. En plus, elle avait toujours rêvé d'en avoir un. C'était sûr, elle ferait un très bon maître d'ailleurs elle commençait à s'entraîner dès ce soir.  Ah, enfin, Serpentard asservi à tout jamais peut-être jusque la fin des...

Bon tu fous quoi ? Traine pas !

Sauf que l'elfe se rebellait déjà et ça, c'était pas bon signe. Elle haussa les épaules, de mauvaise humeur et colla aux basques de l'autre préfète comme un Veracrasse à son gazon. Sait-on jamais...
C'est donc à quelques centimètres de la Verte et argent qu'elle parcouru les quelques mètres qui les séparaient de la Salle des trophées. C'était genre, la salle la plus ennuyeuse du château, pourquoi quelqu'un irait de fourrer là-dedans ? En tout cas, c'était pas exactement l'endroit qu'elle aurait choisi pour une petite virée nocturne. La salle de bain des préfets, à la limite...quoiqu'on pouvait y voir des choses désagréables aussi. Les cuisines de Poupou ça c'était classe ! Y'avait de l'hydromel en fût à se damner et les elfes ils réfléchissaient pas vraiment et donnaient sans scrupules, même si ça rendait ivre pendant trois jours !
La verte s'arrêta. Violaine aussi, observant ses efforts risibles par-dessus son épaule. L'elfe raté essaya tout d'abord d'ouvrir la porte. Comme ça quoi, en mode 'c'est la fête, on laisse tout ouvert au cas-où on se prévoirait une fête entre minuit et deux' puis elle tira sur la poignée, en la soulevant puis en secouant légèrement.

Violaine haussa un sourcil, avec sur le visage un sourire narquois qui n'augurait rien de bon.

On peut pas dire que c'est glorieux tout ça hein ? T'as dû être Cracmolle dans une vie antérieure nan ? Allez, pousse-toi... Elle la poussa effectivement ...et laisse faire les gens vraiment doués, sachant manier une baguette.

D'un geste théâtral, Violaine sortit sa baguette et réajusta son écharpe Rouge et Or en prenant bien soin de l'envoyer dans la figure de l'autre préfète. Vas-y l'elfe, regarde bien.


#Alohomora.lança-t-elle avec un petit air supérieur.

Un petit déclic se fit entendre, signe que son sortilège avait fonctionné. Sans ranger son bâton magique, elle tourna la poignée et eut juste le temps de se baisser alors qu'une plaque de bronze valdinguait hors de la pièce, après avoir rebondit contre le mur de pierres. Un bruit sourd se fit entendre une fraction de seconde plus tard. Peut-être l'autre boulet n'avait-elle pas eu assez de réflexe ? Boarf, il ne fallait pas en espérer tant. Elle était à Serpentard, pas à Poufsouffle non plus...

C'est quoi ce bord*l ?murmura la Gryffondor.
On aurait dit qu'un dégnomage intensif venait de se dérouler. Il régnait dans la salle des trophées un désordre sans-nom et Samson (ok, c'était nul). Du verre brisé jonchait le sol, et des coupes volaient dans la pièce comme des cognards fous. Et au centre, il y avait Peeves. Pire encore : Peeves avec une statuette en club-de golf.
Sans réfléchir, Violaine pris la Serpentard par le col et la poussa une fois encore à l'intérieur.

Et maintenant, ton heure de gloire ! lui susurra-t-elle. Hey, Peeves ! J'savais pas que tu faisais dans le Sport Moldu maintenant ! Tu peux t'entraîner avec elle, elle connaît pas. Et elle a hâte d'apprendre, si si !

Riant silencieusement, Violaine se retint à grand peine de lancer un : Go, Pool ! A la place, elle tenta furtivement une fuite, histoire de laisser la cruche dans la dawa et en tête à tête avec l'esprit frappeur, s'il vous plaît. Héhé.

Revenir en haut Aller en bas
Fantôme de Poudlard
Fantôme de Poudlard
PNJ
Fantome de Poudlard

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Fantôme de Poudlard, Lun 12 Jan - 21:48


Bon elles faisaient quoi les deux cruches que Peeves avait aperçut tout à l'heure ? Il faisait pourtant plein de bruit et à moins qu'elles soient sourdes elles avaient forcément entendu. Si Poudlard commençait à recruter des préfets sourds on allait pas aller très loin dans ce genre là. Du coup en attendant l'esprit frappeur avait repris son club de golf et tapait un peu partout au hasard, s'en servant plus comme d'un marteau qu'autre chose. Lorsque soudain la porte s'ouvrit d'un coup et les deux greluches firent irruption dans la pièce.

- Hey, Peeves ! lui lança la Gryffondor. J'savais pas que tu faisais dans le Sport Moldu maintenant ! Tu peux t'entraîner avec elle, elle connaît pas. Et elle a hâte d'apprendre, si si !

Et elle s'enfuit en courant tout de suite après avoir prononcé ces mots. Un grand sourire étira le visage de l'esprit frappeur qui décida, après le golf, de se lancer dans le frisbee et envoya une assiette (c'était certainement un peu plus important mais ça intéressait strictement personne de savoir ce que c'était) sur la nouvelle arrivante qui n'avait pas l'air de comprendre ce qui lui arrivait. La Serpentard se prit le trophée en pleine poire avant d'avoir réagit : Bingo !

Mais l'autre qui avait fuit ne s'en tirerait certainement pas comme ça, Peeves décida donc de prendre quelques objets dans ses bras et de sortir de la salle. Il était prouvé scientifiquement que voler allait plus vite que marcher ou courir, il rattrapa donc la fuyarde sans problème. Ah, elle se croyait tirée d'affaire ? Certainement pas ! Dès qu'il l'aperçut, l'esprit frappeur se mit à lui balancer toutes sortes de choses dont il s'était saisi dans la salle des trophées en espérant que l'un d'eux l'atteigne. Non mais ça lui apprendra à mal faire son boulot de préfète !

- Alors ? On assume pas devant le grand Peeves ? s'exclama-t-il pour la provoquer et se glorifier un peu lui-même au passage.
Revenir en haut Aller en bas
Flora Sulivan
Flora Sulivan
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Flora Sulivan, Jeu 12 Fév - 13:43





Pv Aaron


La jeune blonde était tranquillement allongée dans son lit, il était vingt-deux heures, et allait pratiquement se coucher. Avant de dormir elle avait une habitude se toucher le cou, là où se trouvait sa chaine en argent que sa grand-mère lui avait offerte. Cependant cette nuit-là, elle ne sentit rien, elle eut un sentiment étrange, son cœur commença à battre à tout rompre, se demandant où elle l’avait posée, car pour elle ne pouvait l’avoir perdue. La jaune et noire se releva brutalement et s’assit sur son lit, en se tâtant le cou son dos pour savoir si cette chaine n’avait pas glissé dans ses habits, malheureusement contrairement à son souhait, aucune chaine ne se fit sentir dans ses vêtements. Puis essayant de se souvenir sur ce qu’elle venait de faire, elle décida de se rendre dans les salles de bain de filles, car elle venait de prendre sa douche quelques minutes avant.

Flora se rendit en marchant rapidement pieds nus dans les salles de bain, et chercha dans ses affaires de beauté, en vain elle ne trouva rien, elle alla même dans la douche voir si elle n’était pas restée coincée quelque part, mais ne vit rien. Revenant sur ses pas elle se mit à quatre pattes et regarda sous son lit, ou elle put voir une petite poussière qui roulait tranquillement, mais aucune chaine, ni même un morceau de chaine, après tout elle avait pu se briser. Ce qu’elle ressentait à ce moment-là, était indescriptible, car ce bijou appartenait à sa grand-mère maternelle qui était morte depuis deux ans, elle commença à devenir triste, ses larmes coulaient lentement le long de ses joues, car c’était la dernière chose qui la rattachait à cette femme. Mettant sa robe de chambre et ses chaussons, elle décida de s’éclipser de la salle commune et commença à faire le chemin inverse, avant de venir dans la salle commune, la jeune blonde se trouvait à la bibliothèque, et était tranquillement en train de réviser avec Aurea, sa meilleure amie.

Les couloirs du château étaient froids à ce moment de la nuit, et surtout sombres, c’est pourquoi la jeune Sulivan décida d’utiliser le sortilège de #Lumos, afin d’être beaucoup plus à l’aise dans sa recherche, car dans la pénombre cette tâche devenait très difficile voire même impossible. Marchant rapidement, tête baissée, la jeune fille dirigeait sa baguette en direction de plusieurs endroits en même temps, sans relever une fois sa tête du regard. Après plusieurs minutes de marche à pied, elle était frigorifiée mais peu l’importait, ce bijou était tellement important à ses yeux, que si elle ne trouvait pas, elle ne serait pas bien pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Lorsque la jeune fille arriva non loin de la bibliothèque elle dirigea le faisceau de lumière en direction de la grande porte de la bibliothèque, mais rien ne brillait, peut-être l’avait elle-même fait tomber dans la bibliothèque, c’est là que son cœur se serra, c’était sûrement la dernière fois qu’elle la portait. De chaudes larmes recommencèrent à couler sur ses joues, faisant rougir ses yeux, et rebroussa chemin vers sa salle commune, elle perdit espoir.

« C’est trop tard.. Tant pis pour toi ma Flora » Se dit-elle en sanglotant

La jeune fille heurta alors quelque chose et fut projetée au sol, elle tomba sur ses fesses, et sa baguette roula non loin d’elle. La jeune blonde attrapa alors sa baguette et la pointa vers la personne qui l’avait heurtée. Il s’agissait d’un garçon assez grand et musclé, elle comprit pourquoi elle venait d’être propulsée, pour ne pas que le jeune brun ne voit qu’elle pleurait, elle décida d’éteindre sa baguette

« Nox »

« Je suis désolée, je ne t’ai rien fait »
dit-elle en essayant de ne pas laisser paraitre sa respiration saccadée.


HRPG:
 

Revenir en haut Aller en bas
Aaron Incar
Aaron Incar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Aaron Incar, Jeu 12 Fév - 17:13


Les loup-Garou ! C'était son sujet de recherche du moment. Il n'y avait pas vraiment de raison à cet intérêt, simplement de la curiosité ! C'est pour cela que durant toute cette journée Aaron était à la bibliothèque. Il cherchait un peu de tout et n'importe quoi à leurs propos. Qu'elle était les différences entre un loup normal et un loup-garou. Ce qui est surprenant c'est qu'il est difficile de les remarqués selon ses sources.

"Un loup-garou a une apparence très fortement similaire à celle d'un loup normal. Les différences entre eux sont subtiles et rendent difficile le fait de les distinguer physiquement l'un de l'autre. Les seuls signes qui permettent de remarquer l'humanité d'un loup-garou sont la petitesse de son museau et de ses pupilles ainsi que sa queue moins fournie."

Il continua ses recherches pendant un bon moment dans la bibliothèque avant de se rendre compte qu'il commençait à se faire tard et qu'il devait quand même penser à retourner dans sa salle commune. Il prit son temps, car il n'était pas pressé, il alla remettre soigneusement chacun des ouvrages où il l'avait trouvé en essayant de mémoriser son emplacement pour pouvoir revenir continuer ses recherches un autre jour. Il ne savait pas l'heure qu'il était, mais il devait vraiment se faire tard, car la bibliothèque se faisait vraiment vide, il n'y avait plus un rat.

Le voilà dans les couloirs, dans la nuit, comme ça lui arrivait régulièrement et comme à son habitude il aimait bien se balader sans lumière. C'était une de ses petites manies qu'il avait eu lors de ses dernières années au château. Par contre comme souvent il commença à se perdre dans le château ! Le sens de l'orientation n'était pas son fort. Bien-sûr , à force de se balader dans le noir, comme ça devait lui arrivais un jour, au moment de changer de direction il heurta quelque chose, enfin quelqu'un. Dans le noir pas si facile de distinguer ce qui était devant lui, mais il entendit une voix féminine.

« Je suis désolée, je ne t’ai rien fait »

Il avait bien percuté quelqu'un, quel idiot ! Il se dirigea vers elle et remarqua qu'elle était tombée, il s'empressa d'aller l'aider tout en lui disant.

- Non cava je n'ai rien.

Il sortit sa baguette pour mettre un peu de lumière car on y voyait de moins en moins dans les couloir du château à cette heure. A ce moment la, il aperçu des larmes sur le visage de la jeune fille, est ce que c'était lui qui l'avait fait pleurer ?? Il s'empressa de lui demander.

- Excuse moi je ne t'avais pas vue, j’espère que tu n'a rien ?

Il espérait que ce n'était pas de sa faute, mais dans ce moment gênant il n'avait qu'une seul envie c'était de se cacher. Il détestait cette sensation. Puis tout en essayant de rester correcte il lui tandis la main pour qu'elle se relève.
Revenir en haut Aller en bas
Flora Sulivan
Flora Sulivan
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Flora Sulivan, Jeu 12 Fév - 21:15


- Non cava je n'ai rien.

Flora parut soulagée de n’avoir pas fait mal à cet élève, qu’elle ne connaissait de vue, elle l’avait croisé par ci par là, surtout à la bibliothèque, mais n’avait jamais eu l’occasion de lui parler, car Flora savait qu’ils n’étaient pas dans la même classe, dans il pourrait tout à fait ne pas vouloir rester avec des élèves beaucoup plus jeunes que lui. Lorsqu’elle prononça la formule #Nox, ce dernier avait a contrario mit de la lumière afin de pouvoir la voir. La jeune Irlandaise remarqua qu’il la regardait étrangement, c’est à ce moment-là qu’elle comprit que ses larmes avaient peut être attiré son attention, c’est alors qu’elle essuya frénétiquement ses larmes à l’aide du revers de sa manche, et baissa le regard vers le sol, dans l’espoir d’apercevoir son collier.

- Excuse moi je ne t'avais pas vue, j’espère que tu n'a rien ?

La jeune blonde releva la tête vers l’élève et répondit négativement de la tête, elle n’avait pas du tout eu mal, elle avait uniquement perdu l’équilibre et s’était retrouvée au sol, fesses au sol. A ce moment-là, La jeune Sulivan vit qu’il venait de lui tendre sa main, qu’elle attrapa pour se remettre debout. Une fois debout, la Jaune et Noire gardait encore le regard vers le sol, ne voulant pas pour autant mettre de côté sa recherche, lançant de temps en temps des regards furtifs au jeune homme.

« Flora Sulivan, de Poufsouffle… »

Flora était très évasive dans ses paroles, ne disant que les éléments essentiels, à vrai dire elle n’avait pas la tête à parler, surtout après avoir perdu son bijou. Elle ralluma de nouveau sa baguette, en la pointant vers le sol, pour n’oublier aucun coin et recoin. Cela la faisait peut être passé pour une fille étrange, surtout qu’elle pouvait se comporter normalement mais cette perte l’avait chagrinée.

« Tu sortais de la bibliothèque ? »

Elle espérait tellement qu’il puisse lui dire oui, car elle pouvait lui demander s’il n’avait pas vu un bijou par terre ou même sur les tables. Enfin pour le moment elle ne voulait pas trop exposer son soucis, car si il ne venait pas de la bibliothèque cela ne servirait rien de lui conter le fait qu’elle venait de perdre un bijou qui avait appartenu à sa défunte grand-mère.
Revenir en haut Aller en bas
Jasmine Vagneur
Jasmine Vagneur
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hirondelle


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Jasmine Vagneur, Mar 24 Mar - 21:11


Pas de réponse...


PV Leister McKinley



L'obscurité... Pourquoi était-ce le seul mot qui lui venait à l'esprit ? Tout simplement parce qu'elle était incapable de distinguer quoi que ce soit autour d'elle. Rien. Le noir complet. Et c'était horrible.

Jasmine tenta de bouger, mais des fourmillements se répandirent dans tous son corps. Et ses muscles étaient trop endoloris pour qu'elle parvienne à esquisser un mouvement. Il faisait froid. Trop froid. Elle perçut soudain un bruissement quelque part à sa gauche, et plissa les yeux. Mais elle ne voyait toujours rien.

Puis, la lumière apparut vivement, illuminant la petite pièce. Surprise, la blondinette ferma les yeux, prenant le temps nécessaire pour s'habituer à la soudaine clarté à travers ses paupières. Mais quand elle les rouvrit, la vision qui s'offrait à elle provoqua un cri déchirant. Un cri à glacer le sang. Un cri de pure terreur.

Avec un violent sursaut, Jasmine se redressa, une main au niveau de son cœur. Elle sentait qu'on lui agrippait les épaules et se dégagea violemment, manquant de faire tomber l'inconnu par terre. Sa respiration était saccadée et ses battements de cœur bien trop rapides. Elle se sentait prête à s'évanouir. Elle sortit rapidement sa baguette de sa poche et la pointa vers le torse face à elle.

"Stop ! Jasmine, calme-toi ! Ce n'est que moi !"

Son regard allait et venait, ne se posant nul part. La préfète avait du mal à comprendre ce qui se passait autour d'elle. Les flammes qui crépitaient dans la cheminée, les voix qui lui parvenaient de l'étage, le bruissement des parchemins s'envolant de la table. Tout cela n'avait rien à voir avec l'environnement dans lequel elle se trouvait quelques instants plus tôt. Et ce visage penché au dessus d'elle, elle le connaissait... C'était celui d'un garçon de septième année si elle s'en souvenait bien. Un de ses camarades de Serdaigle. Et elle se trouvait sans aucun doute dans sa salle commune. Un regard sur la table basse lui permit de se remémorer sa soirée; elle s'était installée confortablement près du feu, son devoir de métamorphose prêt à être rédigé. Puis, elle avait dû s'endormir, et faire cet affreux cauchemar. Essoufflée, la Bleue et Bronze passa une main sur son visage, fermant les yeux un moment. Voilà pourquoi elle n'avait jamais envie de dormir. Elle se réveillait toujours de la même façon.

"Ça va, juste un cauchemar," souffla-t-elle à l'adresse du jeune homme.

Celui-ci lui adressa un sourire et une pression réconfortante sur l'épaule, avant de s'éloigner. Ignorant les regards intrigués de ses camarades, Jasmine rangea ses affaires et sortit de la Salle Commune. Elle n'avait même pas encore fait sa ronde. Heureusement qu'elle ne s'était endormie que quelques minutes. Et puis, elle avait grand besoin de prendre l'air. Et de marcher. C'était ce qui la détendait au mieux à chaque fois.

Une fois dans le couloir, elle murmura la formule pour qu'une petite lueur apparaisse à l'extrémité de sa baguette. Elle ne faisait pas souvent le tour du château avec un #Lumos, mais ce soir-là, elle avait besoin de cette source de lumière. Les tableaux n'avaient qu'à râler, elle n'en avait rien à faire.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Jasmine Vagneur
Jasmine Vagneur
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hirondelle


Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Jasmine Vagneur, Mer 1 Avr - 17:48


Jasmine passa une main dans ses cheveux afin de les discipliner un minimum. Elle soupira faiblement en constatant qu'elle ne se rendormirait pas. Du moins, pas plus d'une heure. Chaque fois qu'un cauchemar survenait, il lui était quasiment impossible de fermer l’œil ensuite. Demain, elle allait devoir cacher les cernes sous ses yeux et se faire violence pour ne pas étriper la première personne ayant eu le malheur de venir l'embêter. Elle allait devenir carrément colérique si ça continuait ainsi.

Après quelques minutes de marche tranquille, la préfète se stoppa net. Elle avait les yeux rivés à un tableau en particulier. Un homme, assez jeune, se tenait assis sur un tabouret. Il n'avait rien de spécial et regardait d'un air neutre le sol. Mais la blondinette ne put s'empêcher de revoir en flash son cauchemar. C'était le même homme. Mêmes cheveux, même visage, même air... Sauf qu'il était vivant, dans le tableau. Ce qui était assez drôle en fait. Cette personne était vivante mais enfermée dans un cadre. Tandis que dans le cauchemar de la jeune femme, il était mort. Pendu.

Ce fut le choc de sa main venant brusquement percuter le mur qui ramena Jasmine à la réalité. Elle tenta de maitriser son souffle, cherchant désespéramment un point d'appui. N'importe quoi. Elle s'empara vivement de sa baguette qui avait glissé au sol, et l'agrippa à pleines mains. Elle mit une dizaine de minutes à retrouver son calme. Son pouls avait mit un bon moment avant de revenir à la normale. Mais son esprit tentait encore de lui faire voir l'image. Cette image qu'elle ne voulait plus apercevoir même furtivement.

Puis, des bruits de pas. Ils étaient faibles, quasiment imperceptibles. Mais la préfète avait tous ses sens en alerte, et elle bondit sur ses pieds. Baguette tenue fermement, elle s'avança dans le couloir, déglutissant difficilement. A l'angle, elle tourna pour se retrouver face à face avec quelqu'un. Elle brandit immédiatement sa baguette devant elle, prête à lancer le premier sort lui venant à l'esprit. Mais elle reconnut la personne face à elle : Leister. Un élève de Serdaigle, un camarade qu'elle voyait souvent en cours. Et la raison de sa propre présence dans les couloirs en pleine nuit lui revint en mémoire; sa ronde. Elle était là pour sa ronde. Elle se sentait ridicule d'avoir cru pendant un instant qu'elle se trouvait face à un ennemi. Mais ce sentiment fut vite remplacé par son immense fatigue. Elle soupira bruyamment, massant sa tempe en fermant les yeux.

"Leister, fit-elle d'une voix lasse. Qu'est-ce que tu fiches ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Dans les couloirs de Poudlard, de nuit Empty
Re: Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 12

 Dans les couloirs de Poudlard, de nuit

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.