AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 14 sur 15
Sur la grande pelouse
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
Invité
Invité

Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Invité, Jeu 24 Mai - 17:35


Il faisait beau aujourd’hui, et c’était important de le noter ! Parce que depuis mon arrivée en Ecosse, bah il faisait souvent froid et moche. Je dis pas que lorsque j’étais au Canada, il faisait tout le temps beau et chaud. Mais c’était différent. Au moins, il y avait les étendues de plaines, la mer, la montagne et les lacs : la pluralité des paysages comme compagnie où Terre et Ciel dansent chacun une ronde des sensations et des perceptions. Le jeu de la Nature et des éléments. Là, je trouvais tout un peu gris, un peu froid. Peut-être que je projetais trop mes appréhensions de l’endroit au lieu d’apprendre à le connaître. Mais finalement, plus j’apprenais, plus je devenais anxieuse.
Mais c’est pas pour autant que j’allais abandonner, hein ! De toute façon, Judith me laisserait pas faire. Et je devais bien ça à Noah. Et à tous les autres. Quand je serais grande et que j’aurais fini d’étudier ici, bah je pourrais rentrer ! J’aurais mon propre jardin aussi !

Mais avant tout ça, il y avait une priorité absolue dans mon agenda. Inscrite en gros rouge, avec des stickers, et des marque-pages, histoire que je m’en rappelle.
Je devais voir le Calamar Géant !

J’avais déjà essayé à plusieurs reprises. Avec Cassandre, avec Isolde… Finalement, je me faisais des amis, c’était pas plus mal. Un peu comme une quête initiatique venant d’un roman allemand des siècles passés.

Avec cet objectif primordial en tête et ce beau temps, je m’étais tout naturellement dirigée vers le lac, les devoirs de lecture un peu oubliés. J’aurais encore le temps de faire mon résumé en rentrant, si la bibliothèque était encore ouverte. Ou bien demain. Ou encore le matin avant de rendre les devoirs. Moi ? Procrastiner ? Du tout, pas mon genre. Ça dépendait. Disons que quand ça virait trop théorique sans concret à l’appui, j’avais un peu tendance à décrocher. Et je dis pas ça parce qu’il n’y avait pas d’images dans mon manuel d’Histoire de la Magie, c’est faux.

Bref, j’étais donc partie direction le lac, mais j’avais pas vu le Calamar. Pas encore, du moins : resté optimiste ! Et comme il faisait encore beau, bah j’ai pris un peu mon temps pour flâner, regrettant de ne pas avoir de canne à pêche sur moi, ou encore un potager. Peut-être que juste un pot, et un plante, ça ferait l’affaire ? Je dois demander à qui ? Aux gens de L.E.G.I.T. ? J’irais voir le lutin, ou j’enverrais une lettre. Parce que si on peut faire un jardin collectif dans les locaux, ça serait vraiment génial !

Mais pour l’instant, y avait juste un grand jardin, le parc, et moi dessus, avec mes pieds sans chaussures ni chaussettes. Je les avais volontairement enlevées en sortant, parce que c’était plus agréable. Etre là, comme ça, les pieds dans la terre et l’herbe, le vent dans les cheveux, le regard porté au ciel qui suit les mouvements du cerf-volant…

Je ne m’étais pas vraiment rendue compte que je le suivais des yeux, celui-là. Au départ, rien, puis une tâche qui bouge jusqu’à devenir forme puis reconnaissance. Un cerf-volant !

Je restais un moment à regarder sa danse aérienne, avant de baisser mon regard curieux, histoire de voir qui était au bout du fil. Je remarquais alors une fille, qui devait avoir mon âge, et probablement pas plus. Le clan des premières années à Poudlard n’est pas très étendu, et puis, j’avais pas encore rencontrée d’élèves d’années supérieures qui faisaient un mètre trente (j’espérais que ça ne serait pas mon cas, et que moi aussi, j’aurais le droit à ma poussée de croissance !).

Décidant que c’était le bon moment pour faire connaissance, après ces moments d’introspection, je me mis à courir direction ma camarade, tandis qu’une autre, une plus grande, tentait elle aussi une approche. Hey ! Preum’s !
J’arrivais finalement, un peu essoufflée, mais contente de moi devant la fille. Elles avaient visiblement engagées une conversation, mais tant pis : on pouvait bien discuter à trois !

« - Hey ! L’est super beau ton cerf-volant ! Tu l’as fait toute seule ? Vous vous appelez comment ? Moi c’est Ruth ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Invité, Ven 29 Juin - 1:28


Autorisation pour poster
Roue d'évasion
PV avec Lizzie

En un battement de cil, encore une journée qui file. L’astre incandescent est presque au bout de sa course céleste, penche jusqu’à basculer vers l’horizon. La voûte se pare des ses couleurs du soir. Des nuances de rouge, ciel sanglant, qui annonce une nouvelle nuit pleine de terreur. Les rayons mourant se perdent sur la surface iridescente du lac noir, habillé de carmin pour l’occasion, des diamants en parure. L’herbe du parc s’écrase sous le poids du pas tranquille qui la foule. C’est l’heure, la parenthèse, la petite fenêtre qui laisse respirer. La clarté du jour n’est pas encore morte, la fraîcheur de la nuit s’annonce dans la brise qui fait danser les brins verdoyants. Ce petit moment hors du temps, qui semble oublié de tous, douce transition. Pas un chuchotement ne vient perturber le chant mélancolique des oiseaux qui regrettent déjà la clarté du zénith. Juste une ombre qui se faufile.

L’océan intérieur s’est enfin calmé, après quelques heures de répit dans la course des pensées. Quelques heures de veille bienvenues, juste le temps de reprendre son souffle, se régénérer. Des songes depuis trop longtemps oubliés s’envolent à nouveau. Soupir triste. La monotonie reprend ses droits, le jour qui succède à la nuit, l’ennui qui succède à la vie. Une silhouette au loin, reconnaissable pour l’avoir détaillée de si près, fait son entrée dans le tableau de l’artiste adepte des teintes cramoisies. Une pointe de jaune qu’on sait apprécier, qui donne le change. Le sourire au cœur, descendre la douce pente qui mène vers le renouveau rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Cendra Sundrop, Lun 3 Sep - 18:01


Avec Lenwest Peters


Je m'allonge de tout mon long sur la pelouse et contemple le ciel en songeant à... Beaucoup de choses. Beaucoup de gens plutôt. Lou. Nach. Ester... J'ai trop de choses en tête. C'est tellement compliqué, les gens. Avant, je n'avais pas tous ces soucis. À l'époque où je ne m'ouvrais à personne, où je restais cloîtrée dans ma bulle de solitude. Et puis Rachel s'est glissée sous ma coquille. Liz aussi, avec le temps. Et un beau jour, tout a volé en éclats.

Bon d'accord, ce n'est pas aussi simple. C'est moi qui l'ai jetée, pour suivre le conseil d'un vieil ami. Je lui devais bien ça... Et finalement, maintenant, j'ai encore plus de problèmes sur les bras.

Pourtant, je suis plus heureuse. Un jour, faudra qu'on m'explique. Même si je comprends encore moins de choses qu'avant, je ne reviendrais en arrière pour rien au monde. Il y a tellement de choses à explorer. La haine, l'amour, l'amitié, l'entraide, la pitié... Pas la pitié mauvaise, au sens où tout le monde l'entend ; non, la pitié généreuse, celle qui fait tendre la main aux autres. Pour un peu qu'ils l'acceptent. Les autres. Si fiers...

Je roule sur le côté et profite de la sensation de l'herbe sur mon visage. Oh, cette sensation...

Le vent jouait avec les brins d'herbe, de telle sorte qu'ils lui chatouillaient le visage. Le ciel était d'un bleu intense, si beau pour cette fin d'été. Et là-haut, le soleil brillait, rond comme un ballon, comme une orange illuminée de l'intérieur. On aurait dit ces jolis lampions qu'on allume à Noël, mais en tellement plus lumineux ! Si seulement on pouvait attraper le soleil, assurément, cela mettrait de la joie partout. Mais après tout, n'est-il pas mieux là où il est ?

Oui, ça sonne bien. Enfin, la première partie. La deuxième est un peu idiote, un peu niaise... En même temps, c'est le cas de la plupart des choses que j'écris dans ce carnet. J'en ai rempli presque la moitié avec des descriptions de lieux. Certains peignent, d'autres dessinent, moi je décris, c'est comme ça. En partant d'un lieu, d'un objet que je décris sous toutes ses formes, je laisse vagabonder mes pensées et je me retrouve souvent à écrire n'importe quoi. N'empêche que là, attraper le soleil pour mettre la joie dans le monde, non, c'est vraiment trop gamin.

Je fouille dans ma poche pour en sortir le carnet noir, décoré de fleurs colorées, et le stylo à bille blanc qui ne me quittent jamais. Je trouve le stylo aussitôt mais... Pas de carnet. Je cherche une deuxième fois ; toujours rien. Je fouille dans mes autres poches, dans mon sac. Pas plus de carnet que d'éléphant sur la tour Eiffel.

Je regarde autour de moi, mais rien ne vient troubler la marée verte de la pelouse.

*Et m*rde...*
Revenir en haut Aller en bas
Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lenwest Peters, Mar 4 Sep - 20:18


PV Cendra


Eh ben, des belles journées comme celle-ci il faut en profiter. Hors de question de rester enfermée, cloîtrée entre quatre murs humides symbolisant les dédales des couloirs.Le château, si confortable et douillet (en tous cas sec) en temps de pluie, il devenait à fuir lors de ces journées ensoleillées. C'était un flot de rayon qui transperçait les fenêtres et venait titiller les apprentis sorciers sur le banc de l'école en plein cours de Métamorphose. Comment ne pas manifester son envie de croiser cette lumière en jetant un regard un regard vers le parc? Dès que le prof leur accorda la permission de s'en aller, elle s'empressa de pointer son nez dehors, à la recherche d'un coin paisible pendant cette heure de répit.

Se retrouver seule, avec son ombre se détachant sur la pelouse, pourquoi pas piquer un petit somme, c'était ça son envie! Et rien ni personne ne pourrait l'en empêcher! Oh non rien du t... c'était quoi ça? La jeune fille eut le regard attiré par un objet sombre qui se détachait sur l'herbe verdoyante. Elle se pencha pour le ramasser, intriguée. Personne ne se situait à une distance respectable pour laisser un quelconque indice sur le propriétaire de ce mystérieux cahier. Ou plutôt la propriétaire, c'est la supposition qu'elle avait faite en remarquant les fleurs sur la couverture. Mais aucune conclusion hâtive, sa sieste attendra, c'était parti pour la chasse à l'écrivain. Afin de connaître au moins son nom, la jeune fille ouvrit le carnet et trouva des paragraphes littéraires au lieu d'une identité. Oh mais c'était peut être un journal intime... Non, elle était avant tout respectueuse, elle allait poursuivre ses recherches et arrêter la lecture.

C'est ce qu'elle fit, et ni une ni deux, elle continua son chemin. Elle distingua un peu plus loin une silhouette, peut être un témoin? C'était une jeune fille rousse, une élève visiblement, qui se prélassait sous le soleil. Elle n'était pas la seule à avoir eu cette idée. ELle se décida à lui demander son aide, afin de poursuivre son enquête.Une fois à portée de voix, elle lui demanda:

- Salut! Excuse moi de perturber ton moment de détente, mais tu n'aurais pas croisé quelqu'un qui écrivait dans un carnet pas loin d'ici?

La demande était claire et précise, elle ne voulait tout de même pas perdre de temps dans cette affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Cendra Sundrop, Mer 5 Sep - 15:40


Je suis si absorbée dans mes recherches, et, avouons-le, la panique qui commence à poindre, que je n'entends pas tout de suite la fille qui m'interpelle. Lorsqu'enfin sa voix parvient à mon cerveau embrumé, je me retourne et l'observe, juste pour lui montrer que je suis disposée à l'écouter.

Je regarde attentivement mon interlocutrice. Il s'agit d'une Serdaigle assez grande, aux cheveux châtain légèrement ondulés. Elle se tient très droite, et semble regarder tout le monde de haut, mais elle a parlé d'une voix amicale.

- Salut ! Excuse moi de perturber ton moment de détente, mais tu n'aurais pas croisé quelqu'un qui écrivait dans un carnet pas loin d'ici ?

Je sursaute. Une écrivaine ? De quoi parle-t-elle ? A-t-elle trouvé quelque chose ? Je fais quelques pas vers elle, histoire de ne pas avoir à crier pour me faire comprendre, et demande :

- Pas exactement, mais j'ai moi-même perdu un carnet... Pourquoi, tu cherches quelqu'un en particulier ?

Parce que, quand même, ce carnet, j'y tiens beaucoup. Si jamais elle l'avait trouvé... Ou plutôt si jamais je l'avais perdu... Je ne sais pas comment je réagirais. L'idée même de ne plus jamais revoir la couverture lisse me fait mal au coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lenwest Peters, Jeu 6 Sep - 12:59


Son moment de détente n'avait pas l'air si posé que ça. La jeune fille s'approcha d'elle, complètement déboussolée. Mais qu'est ce qui lui arrivait? Pourquoi était-elle comme ça? Elle se rapprocha de la bleue et lui fit comprendre qu'elle avait perdu quelque chose, un carnet si on l'écoutait. Alors il était possible de tenir autant à un objet? Et à ce moment l'image d'un collier lui apparut. Un collier que lui avait offert son père, un collier que n'importe qui confondrait avec n'importe quel autre, mais auquel elle tenait par dessus tout. Elle serait bien triste si elle venait à le perdre. D'ailleurs, jamais ne lui viendrait l'idée de l'égarer, elle y tenait de trop. Donc elle pouvait comprendre la situation dans laquelle se trouvait son interlocutrice. Mais comment avait-elle fait pour perdre ce carnet? Il n'était pas non plus minuscule. Enfin, ce n'étaient pas ses affaires, tant mieux si elle avait retrouvé la propriétaire de ce carnet, l'enquête fut de courte durée. C'est dommage, elle était motivée à jouer les investigatrices.

- Ah, alors ce que j'ai trouvé doit t'appartenir, tu le reconnais?

Elle sortit alors le carnet de son sac pour lui montrer. Au fond d'elle même, elle espérait que cette élève n'en fut pas l'auteur, mais ce n'était pas un jeu, c'était sérieux. Elle jouerait les Sherlock Holmes à un autre moment. Si la jeune fille lui répondait oui, elle lui rendrait et irait s'affaler un peu plus loin sous le soleil. Si non, elle continuerait ses recherches et s'arrêterait seulement quand elle aurait retrouvé le mystérieux propriétaire. Mais elle ne croyait pas trop à la seconde solution. C'est pourquoi elle ajouta quelques mots.

- Fais-y attention hein! Mais je pensais qu'il manquerait à son propriétaire, alors je suis contente que tu l'ais retrouvé.

Elle lui lâcha un sourire poli.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Cendra Sundrop, Sam 22 Sep - 17:21


La fille n'a presque aucune réaction. Aucune émotion ne se lit sur son visage, juste un certain flegme.

- Ah, alors ce que j'ai trouvé doit t'appartenir, tu le reconnais?

Je retiens mon souffle alors que la jeune fille sort un petit objet de son sac. Je me penche pour l'observer de plus près... Et oui ! C'est bien mon carnet ! Je le reprends et le serre dans ma main, ravie et reconnaissante.

- Oh, oui ! C'est mon carnet préféré. Je l'ai toujours avec moi... C'est juste pour le plaisir d'écrire. J'adore ce qu'on peut faire avec un stylo, je trouve ça magique !

Oups, je m'égare. Je ferais mieux de me taire.

La Bleue me semble presque déçue, pourtant elle ajoute à mon intention :

- Fais-y attention hein! Mais je pensais qu'il manquerait à son propriétaire, alors je suis contente que tu l'ais retrouvé.

Ouais, ça va, pas besoin qu'on me fasse la morale. Je sais que j'aurais dû y faire attention. Et puis, j'ai son âge, ou à peine moins, alors bon ! Mais en même temps, elle sourit légèrement, preuve qu'elle ne voulait probablement pas me "faire la morale". Et puis, elle m'a rendu mon carnet, je serais ingrate de l'oublier. Alors je ne laisse rien paraître de mon agacement et réponds avec un très beau sourire :

- Bien sûr ! Merci de me l'avoir rendu. J'y tiens énormément...

Et puis, tiens, ne serait-ce pas l'occasion de discuter un peu ? J'ai besoin de me créer des relations, parce que pour l'instant, je n'en ai pas des tas. Alors j'ajoute :

- Au fait, moi c'est Cendra ! Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lenwest Peters, Jeu 27 Sep - 10:07


Dès que le carnet apparut aux yeux de la jeune fille, celle-ci le déroba aux mains qui le retenaient. La vigueur du geste montrait bien à quel point cet objet était précieux. Ces retrouvailles auraient été touchantes, si elles avaient été entre deux amis. Mais non, une adolescente retrouvait son carnet d'écriture.

Lenwest pouvait comprendre cette passion. Elle-même souhaitait en faire son métier. Elle n'avait peut-être pas de carnet, mais ses cours étaient remplis d'annotations sorties tout droit de son imagination débordante. Mais aujourd'hui elle n'avait pas envie de discuter plume, elle voulait surtout profiter du soleil!

Apparemment, ce n'était pas la volonté de l'autre élève. Après l'avoir remerciée, elle tenta une approche. Cherchait-elle quelqu'un pour parler? La bleue et argent marqua une pause qui symbolisait une profonde hésitation. Si elle s'écoutait, elle n'avait aucune envie d'entamer la discussion. Elle avait retrouvé la propriétaire du carnet, elle avait fait son job. Ensuite, elle aurait du se poser dans l'herbe, là-bas, au loin, à l'abri des regards et des autres élèves. Mais elle ne voulait pas apparaître désagréable. Cendra venait de vivre un petit moment de stress, il ne fallait pas l'oublier.

Sans montrer énormément de compassion, elle décida de rester. Elle avait tout de même trouvé un compromis.
- Viens on va s'asseoir, ce serait dommage de ne pas profiter de l'herbe tant qu'elle est sèche!
Elle alla s'asseoir à deux mètres de là, la figure face au soleil évidemment. Elle se tourna vers son interlocutrice, cligna de l'oeil droit (réflexe naturel quand quelqu'un est ébloui) et se présenta en souriant. D'un sourire sincère cette fois-ci.
- Moi c'est Lenwest! Je suis en septième année ici, et je ne te ferai pas l'insulte de te dire ma maison, à moins que tu ne sois daltonienne? Dans ce cas excuse moi, je ne voulais pas.
Elle espérait que ce genre d'humour passerait.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Cendra Sundrop, Mar 16 Oct - 19:17


La Bleue semble légèrement prise au dépourvu par cette suggestion d'entamer la conversation, mais je suis trop soulagée pour y prêter une grande attention. D'ailleurs, elle se décida rapidement.

Viens on va s'asseoir, ce serait dommage de ne pas profiter de l'herbe tant qu'elle est sèche!

Je souris légèrement, contente d'avoir trouvé quelqu'un avec qui discuter. Même si je n'aurais pas dit non à un moment de solitude tranquille, ça ne me dérange pas de changer mes plans. Et puis, il s'agit d'une question de politesse.

Excellente idée ! Entendu !

Je suis la jeune fille jusqu'à un coin tranquille et bien ensoleillé, où la Bleue s'assied face au Soleil. Réflexe de politesse ? Toujours est-il qu'elle me laisse la place dos au Soleil, ce qui m'arrange, parce que ça m'évite d'avoir la lumière dans les yeux.

Puis la Serdaigle entame avec un beau sourire :

Moi c'est Lenwest! Je suis en septième année ici, et je ne te ferai pas l'insulte de te dire ma maison, à moins que tu ne sois daltonienne? Dans ce cas excuse moi, je ne voulais pas.

Je lui rends son sourire, plutôt amusée par cette dernière réflexion à laquelle je m'empresse de faire suite :

Haha, non je ne suis pas daltonienne, rassure-toi ! Moi, je suis en sixième année.

Et d'enchaîner sur un sujet bêtement passe-partout :

Tu es à Poudlard depuis ta première année ?

Oui, c'est une question à laquelle je suis sûre à 80% de la réponse, mais quoi, il faut bien trouver des choses à dire.
Revenir en haut Aller en bas
Lenwest Peters
Lenwest Peters
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lenwest Peters, Dim 21 Oct - 11:22


Les deux jeunes filles se retrouvèrent ainsi dans le parc du château, à papoter tout en se dorant au soleil. Ce dernier amenait étrangement des ondes positives à la Serdaigle. Elle ne savait pas pourquoi, mais après avoir accepté l'invitation de Cendra, elle avait été soudainement prise d'une envie de parler. Pas d'un sujet précis, mais de tout et de rien, même du beau temps pourquoi pas! Mais parler sans définir un sujet précis c'était comme se balader sans se fixer un point d'arrivée: on se changeait les idées, on s'éloignait des problèmes inhérents du quotidien.

C'est la raison pour laquelle, après que son interlocutrice lui a posé une question, Lenwest fut emplie d'une soudaine inspiration. Peut être parce que la rouquine avait été sensible à sa petite touche d'humour, qui détendait immédiatement l'atmosphère.
- Oui j'entame ma septième année dans ce château. Mes deux parents y sont passés  et y ont fait toute leur scolarité de sorcier ici. Est ce que c'est une bonne chose? J'en sais rien... C'est vrai, on ne peut pas savoir si les choix que l'ont fait sont les meilleurs avant d'avoir testé les autres. Mais ce n'est pas mon cas, je n'en saurais jamais rien. Alors au lieu de douter, autant profiter de ce qui nous est offert et tenter de tout optimiser non?
Elle stoppa net son discours. En effet, elle ne savait pas trop comment Cendra allait réagir.
- Excuse moi pour ce monologue qui pourrait paraître philosophique... Mes bon les pensées n'ont jamais tué personne!
Son regard se baissa en direction du carnet enfermant ses pensées couchées sur papier, et elle se dit qu'elle se montrerait sûrement compréhensive.

Mais c'était tout pour l'instant, elle voulait voir ce que la jeune fille allait lui dire à son tour.
- Et toi aussi alors? Ca fait des années que tu te coltines ces couloirs? Tu te sens bien ici?
Son but n'était pas de livrer ses plus sombres secrets, elle ne le ferait jamais. Mais elle menait la discussion vers un sujet qu'elle maîtrisait plutôt bien, afin de partager son ressenti sans trop se livrer.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Cendra Sundrop, Sam 24 Nov - 16:32


Lenwest répond à ma question sans relever le manque d'originalité du sujet de conversation, et continue :

- Oui j'entame ma septième année dans ce château. Mes deux parents y sont passés et y ont fait toute leur scolarité de sorcier ici. Est ce que c'est une bonne chose? J'en sais rien... C'est vrai, on ne peut pas savoir si les choix que l'ont fait sont les meilleurs avant d'avoir testé les autres. Mais ce n'est pas mon cas, je n'en saurais jamais rien. Alors au lieu de douter, autant profiter de ce qui nous est offert et tenter de tout optimiser non?

Je la regarde avec un mélange d'étonnement et d'une certaine admiration. Je vais lui dire que je suis totalement d'accord avec elle et qu'elle formule drôlement bien ce que beaucoup de gens peinent à comprendre, mais elle s'arrête avec un air embarrassé :

- Excuse moi pour ce monologue qui pourrait paraître philosophique... Mes bon les pensées n'ont jamais tué personne!

Je souris :

- Mais c'est très bien, la philosophie !

Lenwest ne semble cependant pas tout à fait rassurée car elle change de sujet et revient sur ma question :

- Et toi aussi alors? Ca fait des années que tu te coltines ces couloirs? Tu te sens bien ici?

Si je suis bien à Poudlard ? Bonne question. Je ne vais pas dire que j'y suis mal. Mais je n'ai pas d'amis proches. Je suis souvent seule. Une meilleure amie ? Au fond, je ne sais pas ce que c'est. Je n'en ai jamais eu. Je pense à tous ceux que je connais dans cette école. J'en déteste certains. D'autres me font chaud au coeur rien qu'en pensant à eux. Un en particulier.

Je me secoue mentalement et reprends à l'intention de Lenwest :

- Ouaip', moi aussi je suis là depuis mes onze ans. Ça va, j'y suis bien. Pas si mal, disons. Je ne regretterai pas de partir mais... Je ne suis pas malheureuse non plus.

Petit rire embarrassé.

- Désolée, je m'exprime mal...
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lizzie Bennet, Mer 6 Mar - 21:22


PV Charlotte (Faute de réponse depuis novembre, je récupère le sujet)

L’un des grands plaisirs lorsqu’on récupère une vue partielle, c’est le retour de la lecture. Et je m’y suis adonnée un temps. Un auteur français en particulier m’a transpercé le coeur, et je pensais pas que ce soit possible derrière la pierre qui l’encercle. En peignant des lieux connus des Parisiens (boulevard Saint Michel, rue Jacob, rue Champollion, rue du Paradis, cour de la Sorbonne, faubourg Saint Antoine) Pérec mêle à peu près autant de souvenirs, d’imagerie collective, qu’un Monopoly. Dans ses mots opaques se tisse le voyage, et d’envie je soupire.

On lit par un filtre distancié, malgré le « Tu », une vie prisonnière d’une bulle roulant de-ci de-là. L’alternance de phrases courtes et longues ne crée pas véritablement un rythme comparable à celui de Blackburn : les fragmentations, plus que fracturations, par les virgules permettent à l’ensemble de demeurer fluide, sans remous, comme la parenthèse du narrateur. Une radiographie dévoilant aussi peu de mal que d’énergie. Une vie off du monde. L’altérité est esquivée : « la complicité fade des amitiés qui n’en finissent pas de se survivre » est d’un cynisme exquis. Le « Tu » renie son inscription dans les meutes, s’inscrit en la négativité du monde, sans chercher à l’infléchir, et termine réifié.

Moi aussi, après pareille lecture, je ne suis qu’une goutte d’eau, avec le moral dans les chaussettes. Autant vous dire que cela ne ressemble en rien à ce que j’aime ressentir au quotidien. La liberté, oui, les apitoiements, jamais. La compassion a ses limites, sinon elle devient un frein. Je me décide donc à me secouer les puces et me ruer loin de mes appartements. Alliée de mon balai, je m’adonne à quelques figures. Oui, en plein Poudlard, je sais. Ecoutez, je dois rester vive pour enseigner une telle discipline. Sans compter que le prochain match des Poufsouffle approche. Et surtout, surtout que j’ai toujours eu le sens du spectaculaire. Du haut de mon Ventoux imaginaire, je rigole et m’envole.

not to be dramatic but still:
 
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 7 Mar - 18:44


En contrebas, une fan m’apostrophe. Par chance, elle ne désire pas m’offrir de fleurs – j’ai horreur de la banalité de celles-ci ! si vous m’offrez une plante, elle a intérêt à servir en potions ! – mais plutôt me rejoindre sur la voie aérienne. J’adopte la posture la plus dramatique qui soit pour mettre fin à mes figures : le balai s’immobilise et mon corps se brise en deux. Les jambes balent d’un côté du balai, et le cou gracile contraint le dos à s’incurver de l’autre. Les bras sont tendus, évidemment, quand on y va on y va !

– Je dois pouvoir faire ça…

Doucement, mes mains dansent vers le manche, m’aidant à me redresser un poil. En amazone, je laisse mon compère choir à une vitesse vertigineuse et m’arrête tout près, trop près, du sol et de la jeune sorcière. De quoi la décoiffer d’un beau coup de vent. D’une brise de liberté. Ne suis-je pas vouée à en être l’incarnation, après tout ? De cette fièvre de vivre ? Les doigts glissés entre les lèvres, je siffle un ami de bois. Bon, c’est juste pour le paraître, ça aussi.

En vérité, c’est d’un accio manumagique que je l’invite, mais c’est bien moins rigolo, et j’ai des côtés clown à libérer aussi, à l’occasion. Le nouveau balai apparaît enfin, m’arrachant un sourire. Je me concentre un peu plus et accélère son mouvement. Bientôt, il bouscule Charlotte dans le dos, la pressant de monter à ses côtés. Il l’attend, impatient de voler…
– Que sais-tu faire, femme-oiseau ?

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Lizzie Bennet, Sam 9 Mar - 12:18


La Gryffondor salue ma performance, et je lui adresse un tour de chapeau imaginaire en me penchant quelque peu en avant. J'aurais sans doute pu en faire apparaître un pour magnifier le geste, mais je crois au pouvoir de l'illusion. Parfois, il faut laisser une place à l'imagination... Bientôt, le balai la taquine. Par chance, elle semble apprécier la farce. Je ne me suis pas trompée sur elle, pour l'instant tout au moins. Un sourire amusé aux lèvres, je lui réponds :
— Sans doute, mais ça paye moins que l'enseignement !


Sans plus d'échauffement, elle vogue vers les astres, ou du moins les airs car nous n'avons pour l'heure su créer d'artefact adapté. Enfin, mes bulles de voyage et navigation savent résister à quelques variations de pression, mais sans doute pas suffisamment pour aller jusqu'à la Lune... A ses rêves, je réplique sans hésitation :
— Je suis éprise de liberté, alors je ne crois pas qu'il soit possible de voler sans rêver. Enfin tu peux fermer les yeux si ça t'aide, mais je trouve que tu perdrais au change dans ce rêve éveillé.


Dans une accélération, je laisse mon corps basculer sur le côté et improvise un cochon pendu, toujours accrochée à mon ami volant.
— Après, j'essaie toujours d'imaginer de nouvelles créations pour étendre les possibilités... Qu'est-ce qui rendrait le vol plus magique encore à tes yeux ?

Peut-être ignores-tu les artefacts que j'ai créé, d'ailleurs. Je peux t'en parler, si cela t'intéresse. Mais je crains de n'avoir su imaginer d'ailes assez fortes pour nous soutenir à la façon dont les oiseaux virevoltent dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sur la grande pelouse - Page 14 Empty
Re: Sur la grande pelouse

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 15

 Sur la grande pelouse

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.