AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 15 sur 15
Terrain de Bavboules
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
Lou Gaellen
Serpentard
Serpentard

Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Lou Gaellen, Jeu 19 Juil - 22:47


Je n’ai pas fait trois pas que sa voix me stop net dans mon élan.

- Apparemment tu n'as pas l'habitude qu'on s'oppose à toi ?

Encore une fois, ce qu’elle me dit me perturbe. Vous n’avez pas idée. Elle aurait tout simplement pu m’insulter, me dire que je n’en valait pas la peine ou que j’étais ridicule. S’énerver contre moi. Mais non, au lieu de ça elle touche un de mes points les plus sensibles.

Non, on ne s’est jamais occupé de moi en effet. Petite, les seules fois où j’ai eu un peu d’attention, c’est lorsque je faisais des bêtises. Parce qu’on me grondait, j’étais enfin quelqu’un. Quelqu’un d’odieux, certes mais quelqu’un. Alors j’ai continué. Et lorsque j’ai rencontré mes pairs pour la première fois de ma vie, à onze ans, dans mon ancienne école de magie, ils n’ont pas compris. Normal. Je crois qu’on fond je leur en ai toujours voulu de ne pas avoir cherché à comprendre pourquoi je me comportais ainsi. Alors j’ai continué, encore.

Et voila que je tombe sur quelqu’un qui comprend. Ça me fait bizarre. Très bizarre. Vraiment. Je n’arrive plus à bouger et je lui tourne encore le dos. Elle continue dans sa lancée.

- Je ne sais pas d'où tu viens mais... Ici, ce n'est pas pareil. Les gens font attention aux plus faibles, aux plus jeunes. Ceux qui ont besoin d'aide peuvent être sûrs d'en trouver. Les profs sont bienveillants et ils ont à coeur le bien-être de chacun...

Cette fois-ci je me retourne. Elle continue.

- Rappelle-toi de ça, si tu dois terminer ta scolarité ici. Ce n'est pas à Poudlard qu'un élève sera méprisé ou mis de côté, mais ce n'est pas non plus ici qu'on laissera les forts faire tout ce qu'ils veulent.

C’en est trop. Je ne veux pas en entendre d’avantage. Trop difficile. Trop contraire à tout ce que j’ai toujours connu. À tout ce à quoi je me suis raccrochée pour grandir, sans tomber dans la folie. Après tout, la solitude a été ma plus grande amie. J’ai appris il y a longtemps que je ne pouvais compter que sur moi même. Que les autres n’en valaient pas la peine. Tout n’est que mensonge. Et elle, elle ment, ce ne peut être que ça.

Alors je retourne sur mes pas pour me planter devant elle, à nouveau. Et, à nouveau, je lui lance mon venin à la figure. Parce que je souffre et je veux qu’elle souffre elle aussi.

- Tu penses vraiment que personne n’est mis de côté ? Tu crois vraiment qu’on vit dans un monde où les plus forts prennent soin des plus faibles ? Mais réveille toi ma grande ! Il suffit de regarder se qui se passe autour de nous. On vit dans un monde où les plus riches deviennent encore plus riches, au dépend des plus faibles. Où l’on ne pense qu’à s’élever au dessus des autres quitte à les écraser comme des insectes. Le paraître est devenu plus important que tout. Les gens mentent. Ils mentent à leurs proches comme ils se mentent à eux même.

Je dois faire une pause pour reprendre ma respiration. Mais je ne parviens pas à m’arrêter. Ça n’a pas dû lui faire assez mal. Il faut que je continue.

- Si tu penses encore qu’il existe en ce monde des personnes capables de penser aux autres avant leur propre bien être, alors tu te mens aussi à toi même. Quoiqu’on fasse, on finit toujours par se faire avoir, même par ceux qui sont là soit disant pour nous protéger.  

Les dernières paroles sont presque criées. Ça y est, j’ai tout lâché. Ce que je dis n’a plus aucun sens. Il faut que je reprenne mes esprits sinon je vais perdre la boule, je le sens. Je ne veux pas me rendre encore plus ridicule.

Je la regarde, perdue. Qu’est-ce que je voulais dire déjà ? Pourquoi me suis-je mis autant en colère ? Une chose est sûre en tout cas, je me sens mieux. Et je ne comprends pas pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Cendra Sundrop, Jeu 2 Aoû - 11:45


La fille fait volte-face et se plante devant Cendra. La Jaune se braque, se prépare à l'impact. P*tain, mais quand est-ce que tu vas apprendre à la fermer, Cendra ?

La Serpentard prend une grande respiration et crache avec hargne, avec haine :

- Tu penses vraiment que personne n’est mis de côté ? Tu crois vraiment qu’on vit dans un monde où les plus forts prennent soin des plus faibles ? Mais réveille toi ma grande ! Il suffit de regarder se qui se passe autour de nous. On vit dans un monde où les plus riches deviennent encore plus riches, au dépend des plus faibles. Où l’on ne pense qu’à s’élever au dessus des autres quitte à les écraser comme des insectes. Le paraître est devenu plus important que tout. Les gens mentent. Ils mentent à leurs proches comme ils se mentent à eux même. Si tu penses encore qu’il existe en ce monde des personnes capables de penser aux autres avant leur propre bien être, alors tu te mens aussi à toi même. Quoiqu’on fasse, on finit toujours par se faire avoir, même par ceux qui sont là soit disant pour nous protéger.  

Cendra la regarde calmement, pour compenser les battements de son cœur. Mal, mal, mal. La fille a raison. Bien sûr. C'est comme ça le monde, mensonge, chacun pour soi, tromperie. Évidemment. Et elle le sait, elle le savait déjà depuis longtemps. Mais elle pense aussi ce qu'elle a dit. Alors comment...?

Elle réfléchit à toute vitesse. En l'espace de trois secondes, elle remet en question toutes ses certitudes. Toute sa vie. Toute sa personnalité. Puis, d'une voix égale, elle reprend.

- C'est vrai. C'est vrai que le monde, dans sa globalité, est comme ça. Mais moi, je trouve ça moche. Alors j'essaye de me comporter différemment. De lutter contre ces tendances égoïstes et fourbes. Et tant qu'il y aura des gens pour croire que la vie peut être meilleure, alors tout ne sera pas perdu. Ça peut sembler cliché, ou cucul, ou niais, mais c'est ce en quoi je crois. Ce pour quoi je veux me battre.

Et en même temps qu'elle parle, elle se rend compte que c'est vrai. Qu'elle vient de donner à sa vie le sens qui a toujours été là mais qui attendait, dormant au fond d'elle-même depuis si longtemps.

C’en est trop. Trop d'émotions, trop de... tout. Elle tourne les talons, fait quelques pas, s'appuie contre un arbre le temps de ravaler ses larmes. Elle reste ainsi un moment, respirant profondément. Puis, sans même se retourner, sans vérifier si l'autre est toujours là ou pas, elle prononce doucement :

- Lorsque j'étais enfant, des élèves dans la cour de récré avaient fait de moi leur souffre-douleur. Ils me tiraient les cheveux, déchiraient mes cahiers, m'humiliaient en public. Les professeurs le savaient et ne sont jamais intervenus. Le dernier jour des cours, je savais déjà que je ne reviendrais pas l'année suivante et, par un moyen que j'ignore, toute la classe était au courant aussi. A la récré, mes bourreaux se sont déchaînés sur moi. Encore pire que d'habitude. Lorsqu'ils sont partis, une fille s'est approchée et m'a donné un bout de son goûter. Elle s'est assise à côté de moi en silence et est restée là jusqu'à la fin de la récré. Et ça faisait du bien.

Voilà. Illustration parfaite de ce qu'elle vient de dire. Elle continue.

- Quand j'étais en troisième année, j'ai perdu mon grand-père, une des seules personnes en qui j'avais confiance. J'ai passé plusieurs mois à ne parler à personne, enfermée dans une bulle, isolée. J'avais l'impression qu'une blessure s'était ouverte en moi, une blessure que rien ne pouvait refermer. Et puis une jeune femme, qui avait assisté à sa mort, est venue vers moi. Elle m'a protégée. Elle me protège toujours. C'est comme si elle avait comblé ce vide, du moins en partie. Elle m'a appris à être plus forte.

Elle ne sait plus si elle parle à la fille ou à elle-même. Mais elle parle, elle continue de parler, et ça fait du bien. Elle ne peut plus s'arrêter, elle a mal mais elle est soulagée en même temps.

- L'été dernier, je suis retournée avec mes parents dans le village où j'ai grandi, en Afrique centrale. Je l'ai retrouvé dévasté par uyn incendie, la guerre, la famine. Tous les habitants étaient morts, à l'exception d'un vieil homme, qui était lui-même très mal en point. Au lieu de sauvegarder ses forces pour être soigné, il m'a encouragée et m'a offert un porte-bonheur... Il est mort de ces derniers gestes.

Et laisse libre cours à ses sanglots silencieux en pensant à son grand-père, à Esther, à son village, à toute sa vie. Est-ce que l'autre est toujours là ? Elle espère que non. Oh, va-t-en, va-t-en, va-t-en, songe-t-elle de toutes ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
Lou Gaellen
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Lou Gaellen, Ven 3 Aoû - 10:22


Quand j'ai fini ma tirade, je vois une légère lueur d'hésitation dans son regard malgré qu'elle affiche en façade un calme olympien. Bien, j'ai réussi. Bravo Lou ! J'espère que je lui ai fait mal. Je veux qu'elle souffre autant que moi.

- C'est vrai. C'est vrai que le monde, dans sa globalité, est comme ça. Mais moi, je trouve ça moche. Alors j'essaye de me comporter différemment. De lutter contre ces tendances égoïstes et fourbes. Et tant qu'il y aura des gens pour croire que la vie peut être meilleure, alors tout ne sera pas perdu. Ça peut sembler cliché, ou cucul, ou niais, mais c'est ce en quoi je crois. Ce pour quoi je veux me battre.

Oui en effet, elle se berce d'illusion. Grand bien lui fasse, je n'y peux rien. En même temps c'est louable de sa part de vouloir changer les autres. Je ne peux que respecter ça, même si de mon côté je n'ai plus d'espoir. Tout au long de son discours, je sens l'émotion qui la gagne de plus en plus. Ah, je l'ai poussé dans ses retranchements on dirait. Je suis si forte que ça ?

- Lorsque j'étais enfant, des élèves dans la cour de récré avaient fait de moi leur souffre-douleur. Ils me tiraient les cheveux, déchiraient mes cahiers, m'humiliaient en public. Les professeurs le savaient et ne sont jamais intervenus. Le dernier jour des cours, je savais déjà que je ne reviendrais pas l'année suivante et, par un moyen que j'ignore, toute la classe était au courant aussi. A la récré, mes bourreaux se sont déchaînés sur moi. Encore pire que d'habitude. Lorsqu'ils sont partis, une fille s'est approchée et m'a donné un bout de son goûter. Elle s'est assise à côté de moi en silence et est restée là jusqu'à la fin de la récré. Et ça faisait du bien.

Mince, voilà qu'elle me raconte sa vie. Oui, l'histoire du souffre douleur, je connais bien. Évidement, moi, j'avais le beau rôle. J'ai toujours été celle qui tyrannisait les autres. Que voulez-vous ? C'est la loi du plus fort. Manger ou être manger. Quand je suis arrivée à l'école de Uagadou, j'ai vite compris que je devais me placer du bon côté. Je ne me suis pas laisser faire, pas comme elle. J'ai choisi le camp du loup, parce qu'il était hors de question que je me laisse marcher sur les pieds. Mais chacun a son caractère, et elle, elle n'a pas réussi à s'imposer. Dommage pour elle. Par contre, contrairement à moi, quelqu'un lui a tendu la main, et ça, ça me blesse. Moi aussi j'aurais souhaité qu'on me réconforte. Sauf que jamais personne n'a essayé de me comprendre. Bon faut dire que je n'ai laissé personne m'approcher Je sors très vite les crocs, c'est peut-être pour ça aussi.

- L'été dernier, je suis retournée avec mes parents dans le village où j'ai grandi, en Afrique centrale. Je l'ai retrouvé dévasté par un incendie, la guerre, la famine. Tous les habitants étaient morts, à l'exception d'un vieil homme, qui était lui-même très mal en point. Au lieu de sauvegarder ses forces pour être soigné, il m'a encouragée et m'a offert un porte-bonheur... Il est mort de ces derniers gestes.

Quand j'entends dans sa bouche le mot « Afrique », mon cœur s'emballe. Quoi elle aussi elle a grandi là bas ? Non mais le monde est petit ! Sauf que elle, elle a été entouré par sa famille, ses parents, pas moi. Puis elle me parle de ce village et du vieil homme. Ok, c'est une belle histoire je te l'accorde celle là. Je peux potentiellement admettre qu'il y a « quelques » personnes dans le monde qui sont bienveillantes et qui méritent qu'on s'attache à elle. Même si ça court pas les rues. La preuve, de mon côté, j'en ai jamais croisé.

Je suis prise entre deux sentiments : partir, car au final qu'est-ce que j'en ai à faire d'elle ? Ou rester, car j'ai toujours été seule et je n'ai jamais pu partager quoi que ce soit avec personne. J'ai un point commun avec elle. J'ai beau avoir tout fait pour quitter l'Afrique, pour me rapprocher de ma famille, ça reste un beau pays. Si je n'y avais pas vécu seule toute ma vie, j'aurais pu l'apprécier un peu plus. C'est vrai que ce n'est pas donné à tout le monde de grandir dans un tel environnement.

Finalement, je me rapproche, ça me fait bizarre, je n'ai jamais fait ça avant. Je me sens maladroite.

- Tu ne vas pas te mettre à chialer quand même ?

Ouais, bon y'a mieux comme approche, j'avoue. Et d'ailleurs, j'ai tout fait pour qu'elle pleure. Mais c'est vrai qu'étrangement, ce truc qu'on partage, ça me touche. Je ne parviens pas à me l'expliquer Alors je décide d'en parler.

- Moi aussi j'ai vécu en Afrique. Au Congo. Puis à 11 ans j'ai intégré l'école de sorciers de Uagadou.

Voilà, c'est dit. Mais que rajouter de plus ? Je ne vais pas trop me confier quand même. Faut pas pousser. Parler de mon enfance ? De mes exploits de cours de récréation ? De ce vieux monsieur dont elle vient de parler ?

- Tu as de la chance d'avoir eu tes parents à tes côtés et d'avoir rencontrer des gens bien. C'est pas donné à tout le monde …

Mince, j'en ai peut-être trop dit, je montre une faille là c'est pas bon … Reprends toi Lou !
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Cendra Sundrop, Sam 4 Aoû - 14:18


Eh non, elle n'est pas partie. Elle reprend la parole.

- Tu ne vas pas te mettre à chialer quand même ?

Cendra sert les dents, ravale ses sanglots, essuie ses larmes.

- Non, et sûrement pas devant toi.

Il y a une lueur de haine dans ces mots mais la fille ne les entend pas. En tous cas, elle ne relève pas.

- Moi aussi j'ai vécu en Afrique. Au Congo. Puis à 11 ans j'ai intégré l'école de sorciers de Uagadou.

Quoi ? Elle aussi ? Cendra se retourne vivement et la regarde avec curiosité. Au fait, pourquoi elle me raconte ça ?

- Tu as de la chance d'avoir eu tes parents à tes côtés et d'avoir rencontrer des gens bien. C'est pas donné à tout le monde …

Ah. Bah voilà, fallait le dire. C'est ça le truc. Personne s'est jamais intéressé à elle. C'est pour ça que cette discussion traîne en longueur alors que ça pourrait être terminé depuis vingt minutes.

Cendra reste silencieuse un moment, elle réfléchit, pèse le pour et le contre. Cherche ses mots. Et le doute s'infiltre dans son esprit. Encore. Elles se détestent, c'est réglé, alors pourquoi tu veux lui parler ? Hein Cendra, dis-moi, pourquoi tu fais ça ? Pourquoi t'es si incompréhensible ?

Peut-être que c'est ça. Ce qu'elle disait tout à l'heure. Sur la gentillesse, sur tendre la main aux gens. Alors elle lui dit, doucement :

- C'est vrai. Pour les parents en tous cas. Mais je pense qu'il y a toujours des gens bien. Suffit de les trouver, de les laisser faire aussi...

Oups. Elle vient peut-être de faire un faux pas et elle le sent.

- Je ne suis jamais allée à Uagadou. Je ne connais rien d'autre que Poudlard, en termes d'école de magie je veux dire. Depuis mes onze ans, je passe l'année ici pendant que mes parents voyagent à travers le monde. Et on passe l'été ensemble... A voyager.

Et voilà qu'elle raconte sa vie elle aussi. Mais va cette conversation ? Difficile à dire. Au moins autant que de comprendre ce qui se passe maintenant... Larguée, la Cendra. Elle se laisse juste porter par le courant. Prendre les choses comme elles viennent, c'est parfois la meilleure chose à faire dans ce genre de situation...
Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
Lou Gaellen
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Lou Gaellen, Mer 8 Aoû - 9:57


Je sens qu'elle hésite. Elle aimerait sûrement que je parte. Je la comprends, je ne suis pas de bonne compagnie en général. Pourtant, elle finit par me répondre.

- C'est vrai. Pour les parents en tous cas. Mais je pense qu'il y a toujours des gens bien. Suffit de les trouver, de les laisser faire aussi...

-  Si tu le dis...

J'aimerais y croire, vraiment. Mais il faudrait d'abord que je croise une de ces personnes. Ou alors que je brise un peu plus ma coquille pour les laisser venir plus facilement à moi ? Non … mauvaise idée ! Ils te briseraient à nouveau le cœur.... le jetteraient à terre et l'écraseraient … encore et encore. Ressaisis-toi Lou !

- Je ne suis jamais allée à Uagadou. Je ne connais rien d'autre que Poudlard, en termes d'école de magie je veux dire. Depuis mes onze ans, je passe l'année ici pendant que mes parents voyagent à travers le monde. Et on passe l'été ensemble... A voyager.

Hum... on n'a vraiment pas eu la même enfance. Elle a de la chance. Je vais finir par la jalouser et lui en vouloir si ça continue. En fait, je le suis déjà. Je le sens au fond de moi. Une sensation d'envie et de colère. Oui, la colère monte. Mais elle n'y est pour rien. Et puis ce petit échange avec elle m'a fait du bien, il faut le reconnaître. Je ne vais pas lui jeter une nouvelle fois mon venin à la figure non ? Je le garde pour plus tard.

-  Tu n'as rien raté. Poudlard, c'est cent fois mieux que là-bas …

Que dire d'autre sans risquer de trop en dévoiler ? Je ne veux pas qu'elle croit que veux devenir son amie, d'ailleurs, je ne le veux pas. Je ne donne pas mon amitié aussi facilement. Je souhaite garder un minimum de distance avec les gens, au cas où …

-  Moi aussi mon père voyage beaucoup … mais sans moi....

Je laisse ma phrase en suspens. Inutile d'en dire plus. Je ne veux pas non plus de sa pitié.

-  Tu as vraiment  beaucoup de chance ...  

Il faut que je me ressaisisse. Il est hors de question que je me laisse aller comme ça devant une inconnue. Alors je respire un bon coup et décide de balancer une vacherie. Une petite. Pas trop de venin, juste ce qu'il faut. Après tout, je me sens quand même mieux dans le rôle de la méchante de l'histoire.

-  Mais bon, moi au moins je ne pleurniche pas pour un rien ! Tu peux pas comprendre toi, t'es trop fragile, trop gentille. Moi je ne veux pas que les gens me prennent en pitié, je supporterai pas. Si j'étais toi, j'apprendrais à mieux mieux mes émotions.  

Dit la fille qui pique des colères pour un rien.
Revenir en haut Aller en bas
Cendra Sundrop
Cendra Sundrop
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Cendra Sundrop, Mar 28 Aoû - 17:53


La fille continue de parler, et Cendra est de plus en plus égarée... Comme elle aimerait que cette discussion se termine. Ce serait si simple...! Et pourtant, peu à peu, elle y prend goût. Elle ne sait pas bien pourquoi, si elle veut être franche... Mais elle essaie de ne pas réfléchir. Elle a besoin de toute sa concentration pour ne pas faire de faux pas... Elle marche sur des œufs avec cette fille. Un rien pourrait la faire repartir.

- Tu n'as rien raté. Poudlard, c'est cent fois mieux que là-bas …

Il n'y a rien à ajouter à ça, alors Cendra se tait et attend la suite.

- Moi aussi mon père voyage beaucoup … mais sans moi....

Là aussi, que dire ? Pourtant il faut bien répondre, parce que sinon elle risque de penser que Cendra ne veut pas continuer cette discussion. Oh, et pas la peine de perdre du temps à réfléchir à cette phrase, vaut mieux se concentrer sur le moment présent et démêler tout ça plus tard.

- Ah...

- Tu as vraiment beaucoup de chance ...

C'est pas comme ça qu'elle aurait dit les choses... Mais de son point de vue, c'est peut-être vrai.

-Tu trouves ?

La fille n'a pas l'air d'avoir entendu.

- Mais bon, moi au moins je ne pleurniche pas pour un rien ! Tu peux pas comprendre toi, t'es trop fragile, trop gentille. Moi je ne veux pas que les gens me prennent en pitié, je supporterai pas. Si j'étais toi, j'apprendrais à mieux gérer mes émotions.

Cendra se retient de lever les yeux au ciel.

- 1, Quand t'auras appris à te servir de ton cœur, on verra si t'appelles toujours ça "pleurnicher pour un rien". 2, pour moi la gentillesse c'est une qualité, et quant à être fragile, tu pourrais être surprise. 3, mes émotions vont très bien comme ça, merci pour elles.

Elle ne peut s'empêcher de penser à celle qu'elle était avant. Celle qui avait si peur de la Pieuvre - c'est-à-dire le débordement de ses émotions. Celle qui ne supportait pas les autres enfants, celle qui se faisait harceler, qui se laissait marcher sur les pieds sans réagir. Et pourtant pas tant que ça. Elle a gardé sa gentillesse, sa compassion.

- Et toi alors ? T'es née peste et insensible, où tu fais semblant de l'être pour pas paraître "faible" ?

Ouais, enfin, compassion, gentillesse, j'veux bien, mais à un moment, faut pas la chercher la Cendra.
Revenir en haut Aller en bas
Lou Gaellen
Lou Gaellen
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Lou Gaellen, Dim 30 Sep - 4:33


- 1, Quand t'auras appris à te servir de ton cœur, on verra si t'appelles toujours ça "pleurnicher pour un rien". 2, pour moi la gentillesse c'est une qualité, et quant à être fragile, tu pourrais être surprise. 3, mes émotions vont très bien comme ça, merci pour elles.

Et bien celle-là je ne m’y attendais pas ! Sur le coup de la surprise, je ne sais pas si je dois m’énerver une seconde fois ou exploser de rire. Finalement, elle en a dans le ventre la Poufsouffle ! Bien. Faut dire que j’y suis allée encore un peu fort, je dois bien l’admettre...


- Et toi alors ? T'es née peste et insensible, où tu fais semblant de l'être pour pas paraître "faible" ?

Celle-là par contre, elle fait mal. Dans ta face Lou ! Mes joues s’empourprent. Je me retiens pour ne pas lui en mettre une. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que ce qu’elle dit me fait aussi mal ? Parce que c’est la vérité ... je ne supporte pas qu’elle m’ait aussi bien percé à jour voilà tout ! Quelle idée de m’être confiée à ce point aussi ? Je l’ai bien cherché. Ça m’apprendra à trop en dire.

Mais vous savez quoi ? Finalement je parviens à me calmer. Je n’ai pas envie de taper encore une crise. Ça servirait à quoi ? Et puis en fait, ça prouve qu’elle m’as bien comprise non ? [/i]*P*tain qu’est-ce qui m’arrive ? Voilà que je deviens sage... je dois être malade...*[/i] Je prends un fou rire devant l’ironie de la situation.

- Et ben voilà ! Comme quoi t’en as dans le ventre finalement ! Me voilà rassurée ! Sur ce ... j’ai mieux à faire que de te ... heu ... bref ! Faut que j’y aille !

Je m’élance alors dans les couloirs froids de l’école et lui fait un signe de la main sans me retourner.

On se recroisera de toute façon ! À une prochaine !

Et je m’éloigne sans plus de cérémonie.

Fin du RP


HRP : Désolée pour ce temps de réponse vraiment très long ... ça m’a fait bien plaisir de rp avec toi ! Des bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Terrain de Bavboules - Page 15 Empty
Re: Terrain de Bavboules

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 15

 Terrain de Bavboules

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.