AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 6 sur 6
Devant un monument moldu
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle

Re: Devant un monument moldu

Message par : Alice Grant, Dim 8 Jan - 10:39


Elle pensait avoir compris la manière dont la folie de ce sorcier fonctionnait. Quand on comprenait le mécanisme, quand on pouvait le comparer à sa propre expérience, alors on pouvait réellement espérer pouvoir l'enrailler pour qu'elle ne retourne plus jamais, cette horrible machine. Apparemment, elle l'avait surpris. Il la regardait, comme si il se rendait compte qu'elle était bien réelle. Qu'est-ce qui l'étonnait réellement là-dedans, qu'elle ait été folle? Qu'elle soit si jeune? Qu'elle s'en soit sortie? Étrange. D'habitude, la serdaigle défendait ce secret bec et ongle, et là, elle le révélait gratuitement à un parfait inconnu. Qu'elle commençait à connaître. Pourquoi, alors qu'il disait être dangereux, qu'il l'était au moins autant qu'elle l'avait été, se sentait-elle capable de lui confier ce passé? Peut-être parce qu'ils étaient tout les deux tombés dans le terrier et qu'entre habitants du pays il fallait s'entraider pour renverser la reine de cœur.

Son épouvantard avait changé. Ce n'était plus des flammes dévastatrices, les cris de son père, les pleurs de sa mère, le visage de son petit frère, sa brûlure à l'épaule qui apparaissaient. Puisqu'elle avait vaincu cette peur à la racine de sa folie. A présent, sa peur, c'était elle, avec du sang sur les mains, un sourire irréel, un visage psychopathe et plus une trace d'humanité dans les yeux. Sa plus grande crainte, à présent, était de replonger. Alors, pourquoi s'entêtait-elle à aider des âmes torturées, même si ça représentait un risque? Sûrement parce que c'était dans ces moments là que la sang-mêlée se sentait le plus humaine.

- Je vais essayer. Je vais essayer de combler les trous. Même si ça ne me fait pas plaisir.
Oh que non, ça ne faisait pas plaisir. C'était même l'un des moments les plus désagréables qu'elle n'avait jamais passé dans sa vie. Mais c'était la seule solution qu'elle connaissait. Et elle se sentit fière d'avoir réussi à le convaincre d'essayer. C'était un pas important. Elle hocha la tête, esquissa un sourire.
- Qu'est-ce que je peux bien faire pour te remercier de ton aide ? Tes conseils ?
Alice se demanda si comme le serpentard qu'elle avait tenté d'ouvrir à Poudlard il se questionnait sur cette aide gratuite. Pourquoi les hommes se méfiaient-ils toujours face à un acte désintéressé? Non, il voulait juste... la remercier. Alors elle l'avait vraiment aidé. Elle en avait été capable.

- Me promettre que tu n'abandonneras jamais. Que tu te battras pour rester celui que tu es, pour trouver la vérité, pour l'affronter. Pour t'envoler.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un monument moldu

Message par : Leo Keats Gold, Lun 9 Jan - 8:37


- Me promettre que tu n'abandonneras jamais. Que tu te battras pour rester celui que tu es, pour trouver la vérité, pour l'affronter. Pour t'envoler.


Un gâteau
-En touche de piano.
Blanches, comme les murs sans taches obscures,
Où les gens croisé ont dessiné leur emprunte à l'aide de pastels rosées-bleutées.
Noires,
Où les dessins peinent à être distingués,
Où ils sont tellement brûlants,
Que les courbes
Ont carbonisé.


Les doigts arqués
-De l'archer
Qui courent sur les zébrées,
Sans respect aucun,
Pour leur impuretés.
Le rendu est supposés être parfait
-Ou rejeté.

C'est un peu comme ton terrier,
Sauf que trop de mes touches sont noircies,
Par mes conneries,
Et le rendu sonne faux,
Renvoyé,
Congédié.
Tombé de rideau.

Qui es-tu ?
Pour m'aider
De façon désintéressée ?
-J'ai plus foi en l'humanité.

D'où viens-tu ?
Pour prétendre me sauver,
Sans que je ne t'ai rien dit,
Sans que jamais
Tu n'ais su
À quel point la folie m'avait eu.


Une goutte de pitié
Pour trois goutte de terreur.
Et je n'aime ni l'un ni l'autre.
Es-tu prête à encaisser ?

Tu ne sais rien
Des engagement
Que tu signes
De ton sang.
Je suis toxique
Si tu t'approches
Je te boufferai,
À pleines dents.
Jusqu'à ce qu'il ne reste de toi
Que des morceaux cassé,
Mal rattachés,
Qui peinent à fonctionner.
Comme ça a fait avec les autres.
Tu crois être la seule
-À vouloir me sauver ?
Que tu es mieux que les autres ?
Pourquoi avec toi,
Ça vaudrait le coup d'essayer ?

- Parce qu'elle sait de quoi elle parle.
Ce qu'il se passe
-Sous mon crâne.
Elle le comprend.
-L'entend.
Et l'analyse
-Justement.

Ça te fait peur
Keats,
Que quelqu'un puisse comprendre.
T'avais plus l'habitude,
Qu'on t'invite à rester,
T'avais plutôt l'habitude
Des mots-couteaux,
Des doigts infant-acides,
Des regards- lame froide qui court sur l'échine.
Mais l'écoute,
L'envie de comprendre
Ça
T'avais jamais eu.
Alors
Exceptionnellement
-Tu veux bien essayer.


- J'peux pas te promettre d'y arriver, mais j'peux te jurer d'essayer. En attendant j'aimerais faire quelque chose pour toi, ça t’intéresserait un post de stagiaire aux Trois Balais ? Parce que tu as fait quelque chose pour moi, et je n'aime pas avoir des dettes impayées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un monument moldu

Message par : Alice Grant, Lun 9 Jan - 21:48


Ne sachant plus quoi faire d'autre, Alice pria, silencieusement, doucement, ses yeux brillants d'espoir qui fixaient ceux du sorcier.
Promets-moi que tu ne lâcheras rien, que quelque soit ce que tu découvres dans ton passé, tu l'affronteras.
Promets-moi que tu te dégageras de ces chaînes qui te retiennent au sol, que peu importe leur solidité, tu les briseras.
Promets-moi que même si tu penses ne pas avoir d’ailes, tu rejoindras Peter Pan, comme lui tu n'en auras pas besoin pour t'envoler.
Promets-moi que tu tourneras la page, que tu laisseras le temps adoucir tes cicatrices, que tu vas vivre, parce que bordel on est fait pour ça.
Que peu importe ce qui se dressera sur ton chemin, tu n'abandonneras pas. Ton pire ennemi sera toi-même, paroles d'une gryffy. Crois-moi, je sais à quel point c'est dur, que pour toi ce sera même plus difficile, et que c'est plus tentant de se laisser engloutir par les monstres, de les amadouer, de leur donner ce qu'ils veulent parce qu'ils insistent, que la voie insiste, plutôt que de les combattre. Mais à la clef, ce pour quoi l'homme s'est toujours battu.
La Liberté.


Et là, la serdaigle eut envie de pleurer, plus que jamais.
Parce qu'elle se disait que personne n'avait jamais dû être là pour lui dire ça, juste pour lui parler quelques instants, le temps de quelques pages.
Parce qu'il avait dû être seul, mal accompagné, parce qu'il semblait perdu, que le monde avait fait de lui ce qu'il était, qu'il cherchait encore des mains pour attraper les siennes.
Peut-être qu'elles sont sales.
Peut-être que ça la souillerait elle aussi.
Mais il paraît que ça part au savon.
Parce qu'en ses mots elle sentait tout ce qu'on pouvait infliger à un homme, jusqu'à le détruire.
Parce que devant elle se tenait un orphelin qu'on avait frappé avant de le laisser crever lentement sur le trottoir.
Et qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle semblait être la seule à s'arrêter.
A daigner poser les yeux sur lui.
Alors que le luxe du libre arbitre brillait juste là
Et qu'il y en avait assez pour tout l'monde.
Retiens tes larmes retiens tes larmes tu dois être forte c'est pas le moment

- J'peux pas te promettre d'y arriver, mais j'peux te jurer d'essayer.
Oui!! Ahahah, elle avait réussi, elle lui avait fait jurer! Il allait essayer. Il avait la volonté. De sortir la tête du terrier. C'était le premier pas.
Un peu, qu'il allait tenter.
Il avait intérêt à y arriver.
La sang-mêlée voulait être aux premières loges pour voir ça.
Ou peut-être qu'elle se tiendra seulement debout dans le fond de la salle.
Et qu'elle se contentera de sourire.
- En attendant j'aimerais faire quelque chose pour toi, ça t’intéresserait un post de stagiaire aux Trois Balais ? Parce que tu as fait quelque chose pour moi, et je n'aime pas avoir des dettes impayées.
Il avait dit qu'elle l'avait aidé. Elle était contente. De l'avoir fait.
...
Est-ce qu'elle rêvait ou la conversation commençait à devenir... normale?
Peu importe. Il parlait d'un job. Et elle en avait besoin. Pour aider sa mère à s'occuper de son petit frère et d'elle, parce que, financièrement, ça n'avait jamais été brillant, depuis huit ans exactement.
Les Trois-Balais. Pré-au-Lard.
Est-ce qu'elle rêvait encore?
Elle était déjà entrée dans cette auberge. Diversifiée, déjantée, pétillante étaient les mots qui lui étaient venus à l'esprit pour la décrire. Parfait pour elle, en somme.
- Je... oui, ça m'intéresse... ça m'intéresse même beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un monument moldu

Message par : Leo Keats Gold, Sam 14 Jan - 23:43


Changer de voie,
Dévier les mau-ts
Offre sincère.
Esquiver une situation.
Parce que la gentillesse
Met ta tête en girouette.


J'en avais pensé chaque syllabe. Chaque babillage. Chaque estampe. Tout. Mais ça tombait bien, dévier un instant l'attention de moi, pour se ressaisir. La gentillesse effraie lorsqu'on est plus habitué. Elle fait vibrer l'échine. Froidement, de haute en bas. comme un courant électrique dont on a envie de se défaire parce que, au fond, on a pas la force de l'accepter. Elle. Et toutes ses conséquences. Par manque de cran, de courage, ou quelque chose du genre. Par peur de quitter son perchoir, sa cage noircie aussi. C'est pas impossible. À trop mordre la poussière, on s'habitue au goût. Ça devient rassurant de toujours le sentir, entre les dents, contre le palais, parsemant la langue. Comme un pansement. Un bout de sparadrap sur un ampoule à cœur ouvert. Le fil qui tressaute sous la peau
Déchire les muscles et broie les os. - Épidermique.

Des coups de fouet,
Brûlants et internes.
C'est grave docteur
-D'être allergique à la gentillesse ?


J'ai rêvé que j'avais foutu le feu à la pluie. Un jour où tout était gris. Pour illuminer les rues. Les reflets dans les flaques. Mettre le feu du Phénix dans les yeux des passants. Que du coin de l’œil, ils osent te regarder flamber. Crever, j'y crois maintenant. Je renaîtrais de mes cendres. Un jour. Et je flamberai. J'essaierai. De toutes mes forces. De toute mon âme. J'essaierai pour toi, et tu pourras le voir.

- Je... oui, ça m'intéresse... ça m'intéresse même beaucoup...

Sourire en bienveillance,
Un merci doux dans les yeux.
Et un espoir dans la peau,
Qui entrera un jour.


Tu te renferme maintenant, figure professionelle, de courtoisie, mais une teinte de malice dans les yeux. Lachée du bout des lèvres. Dans un éclat de tendresse.

- Tu commences Lundi... Et Merci. Pour tout.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant un monument moldu

Message par : Alice Grant, Dim 15 Jan - 13:02


Musique

Il était une fois
Une petite fille
Qui tomba dans un terrier
Entre les griffes d'un Lapin
Aux poils tâchés de sang
Dans ce pays de folie
Elle fut faite prisonnière
Et lorsqu'elle réussit enfin à s'échapper...

L'expression de l'homme changea. Elle y vit de la douceur, un éclat malin dans le regard. Qui lui fit l'effet d'un feu dans le cœur.
- Tu commences Lundi... Et Merci. Pour tout.
*Lundi, très b... hein? Quoi? Comme ça? Sans rien? Pas plus de ques...*
Les derniers mots ricochèrent sur les parois de l'esprit d'Alice, pour ensuite envahir tout son corps, comme la chaleur du soleil sur la peau, un jour d'automne. Elle se sentait vivante, devant cette personne reconnaissante, à qui elle avait donné un peu d'espoir.
*Merci à toi. De ne pas me faire regretter d'être toujours de ce monde.*
- Lundi. Compte sur moi. Et ne t'en Sourire. Elle avait faillit dire "vous". Comment tutoyer un homme: trouver quelque chose de bien plus important que les conventions. fais pas pour ça. Si jamais... je suis là.
Clin d’œil. *Je serai toujours là pour vous* Simplement. Se lever. Commencer à s'en aller, se retirer, comme si rien de tout ça ne s'était passé. Un secret. Entre elle. Et eux.
- Et merci beaucoup... pour ce boulot... j'en avais vraiment besoin.
Dernier regard. Complice. Quelques pas en arrière. Prête à plonger dans la foule, à redevenir lambda. Prendre une grande inspiration. Et redevenir invisible. Se retourner. Plouf.

Il était une fois
Une petite fille
Qui pouvait voir les âmes errantes
Des fous aux monstres cachés
Et qui marchait
Sur le Boulevard des Cœurs Brisés
Avec un tube de colle
Pour les réparer

Et maintenant, que faire? Que tirer de tout ça? De ce moment? Preuve que rares étaient ceux qui s'arrêtaient pour relever ceux qui étaient tombés? Preuve que les êtres humains étaient peut-être un peu plus que des animaux? Regard vers la foule, que rien ne semblait pouvoir stopper. Envie de hurler. De leur foutre la Mer** sous le nez. *Pourquoi vous ne vous arrêtez pas? Vous ne les voyez pas? Vous ne voulez pas les voir? STOP! Arrêtez-vous, arrêtez la musique, c'est vous qui êtes fous!! C'est vous qui êtes malades, aveugles! Ne me dîtes pas que vous ne les voyez pas... ils sont tellement nombreux... Pour les juger, il y a du monde, mais pour les comprendre... Sortez de votre confort, et mouillez-vous un peu, bordel! Réveillez-vous, descendez de vos poneys, ne les laissez pas seuls, s'il vous plaît... aidez-moi... à les sortir de là... je ne suis pas assez forte... toute seule... ils sont si nombreux...* Mais la sang-mêlée ne dit rien, et se contenta d'avancer. Elle se laissa pleurer de joie. Quelques larmes discrètes qui coulaient sur ses joues, en une prière silencieuse.
- Il vaut mieux allumer une bougie que maudire l'obscurité -

Fin du RP pour moi
Inutile de dire gmkanjzd <3
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant un monument moldu

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 8:58


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 Devant un monument moldu

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.