AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 14
Dans un centre commercial
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor

Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Sam 14 Jan - 22:53


PV Elysion Stella


Sauvetage in extremis


Merry s'était levée de bonne heure ce jour-là. Sa mère lui avait demandé d'aller chercher une de ses tenues professionnelles au pressing d'un centre commercial bel et bien moldu, aux alentours de Londres. Cela faisait plusieurs jours qu'elle y allait, pour faire quelques emplettes, ou tout simplement, s'échapper de chez elle quelques heures et traîner dans les boutiques. Non pas qu'elle n'aimait pas l'ambiance chez elle. Ca lui faisait du bien de retrouver sa famille durant ses vacances de Noël. Mais rester à ne rien faire, ça l'agaçait. Alors il fallait qu'elle bouge.

Si bien que durant plusieurs jours de suite, elle s'était rendue dans les mêmes boutiques, passant devant les mêmes vitrines éclairées par quelques décorations pour les fêtes. Mais ce n'était pas ce qui l'avait plus interpellé. En effet, chaque jour, elle passait devant cette animalerie. Où une cage remplie de chatons était visible depuis la vitre donnant sur l'allée principale du centre commercial. Malheureusement, l'un d'eux, plus petit que les autres, se faisait plus ou moins maltraiter par ses congénères. La rouquine le voyait sans cesse dépérir, la tête écrasée contre la vitre, tandis que les autres profitaient de leur dominance. Cette image la hantait durant ses nuits, lui faisait mal au cœur. Mais chaque fois, elle avait dû renoncer à aller le récupérer, même en le payant. Ses parents n'accepteraient jamais un nouveau chat. Elle en avait déjà un depuis peu, accompagnant toutes les créatures qu'elle avait eut pour son Noël sous le sapin de la salle commune de Gryffondor.

Mais cette journée était différente. Après avoir récupéré la tenue de sa mère au pressing, la jeune femme passa de nouveau devant cette terrible vitrine, jetant un œil rapide à la cage, espérant ne pas revoir ce qu'elle avait déjà aperçu. C'est avec surprise qu'elle constata qu'il n'y avait plus trace du chat. De cette petite boule de poil. Sourire aux lèvres, elle pensa bien vite qu'il avait été adopté. Enfin une famille pour l'aimer. Malheureusement, cette idée lui sortie vite de la tête lorsqu'elle entraperçue une forme humaine à l'intérieur, le chaton dans les mains. Un vendeur. Qui sortait par la porte de derrière, à l'arrière du magasin. Trouvant tout cela bien louche, la jeune Harper s'empressa de sortir du centre par la porte principale, et se dirigea sur le côté du centre commercial, là où semblait mener la porte. Et ce qu'elle pu constater lui fit froid dans le dos. L'homme qu'elle avait vu ouvrait une de ces grandes poubelles, destinée aux déchets des commerces, y jetant le chat à l'intérieur comme un moins que rien.

Le sang de Merry ne fit qu'un tour. S'empressant de rejoindre la poubelle tandis que cette ordure, cet homme qui se disait vendeur, retournait à la porte. Plus rapide que lui, elle ouvrit le couvercle de la benne et attrapa délicatement le corps du chaton, presque sans vie. Il saignait, avait les yeux à moitié ouverts, révulsés. Pauvre petite chose. La cruauté de cet homme la rendit folle. Le chaton dans une main, contre elle, elle amena sa main au pommeau de sa baguette, bien cachée dans sa poche, prête à s'en servir si cet homme ne se justifiait pas. En fait, il ne pourrait pas se justifier. Il jetait un chaton encore en vie, espérant que la nature ferait le reste. Quel sale type.

- Hé vous ! Vous croyiez que personne ne vous verrez ?! C'est quoi votre excuse pour avoir jeté ce pauvre animal aux ordures ?! Vous vous croyez tout permis ?!
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
Elysion Stella
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elysion Stella, Sam 14 Jan - 23:38


PV avec Merry K. Harper

Sauvetage et nouvelle rencontre

Côté non magique...Cela faisait longtemps mine de rien qu'elle ne s'était rendue dans un Centre Commercial : depuis son arrivée en Angleterre en fait. Elle se contentait de faire de rapide achats du côté Magique ou aux boutiques du centre-ville londoniens. Mais cette fois, elle avait envie d'aller dans ce lieu et s'y perdre en se faisant entraîner par les escalators... Non, elle avait suffisamment de tenue_ et de maturité_ pour ne pas imiter ces enfants qui montaient et descendaient sans cesse les escaliers mouvants en gênant les consommateurs.... Juste qu'elle les utilisait pour passer d'un étage à un autre au lieu de se servir des escaliers traditionnels : elle avait le droit d'être fainéante quelques fois, c'était un trait partagé par la population magique.

Enfin, elle était présentement en train de grignoter un sandwich acheté à l'intérieur avec une boisson gazeuse à l'extérieur. Pourquoi dehors dans le froid ? Parce que l'intérieur était bondé de monde et qu'il ne restait plus de place ainsi elle se retrouvait à se servir d'un des pylônes du parking comme siège _après s'être jetée discrètement un sort de chaleur et de désodorant_ après tout, elle se trouvait dans un coin isolé mais proche des bennes à ordure. La vue n'était pas top mais elle n'aurait pas froid au moins...

Ainsi, elle put voir de non loin la scène suivante : un employé sortir avec quelque chose dans les mains qu'il jeta et qui fut vite rejoint par une jeune femme outrée. Et qui s'empressa à la surprise de l'américaine à récupérer ce qui avait jeté. Plissant et se penchant en avant, elle crut identifier de la fourrure : était-ce un vêtement ? Ce que la phrase crier par l'anglaise répondit en la détrompant :


- Hé vous ! Vous croyiez que personne ne vous verrez ?! C'est quoi votre excuse pour avoir jeté ce pauvre animal aux ordures ?! Vous vous croyez tout permis ?!

Un animal ? ! Comment ça ? D'où il jetait une pauvre bête aux ordures ? Elle n'était tout de même pas morte ? Et même si c'était le cas, les morts méritaient un meilleur traitement que de finir ainsi. Se levant, elle décida de s'approcher, prête à soutenir la jeune fille si le vendeur se montrait agressif dans sa réponse et peut-être...peut-être, bien qu'elle n'osait y croire, aider l'animal qui était dans l'étreinte protectrice de la rouquine : il devait être encore en vie même si ça rendait encore plus cruel et injustifiable le geste de "l'homme"...

Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Mar 31 Jan - 12:41


La petite promenade quotidienne de Merry s'était transformée en cauchemar. Elle qui était habituée à se balader dans le centre commercial de ce côté de Londres, à regarder tout ces moldus s'affairer, acheter tout et n'importe quoi. Des choses qui leur seraient utiles, d'autres qui ne leur serviraient sans doute à rien du tout au cours de leur vie. Juste le plaisir d'acheter. Avec des promotions, ça allait vide. Un objet super nul et cher pour ce que c'était : ça y est, c'était les soldes, tout le monde sautait dessus. Du grand bazar pour peu de choses.

Et à côté il y avait ce petit chat. Cette pauvre petite créature que la rouquine avait aperçu tout au long de ses passages dans la galerie commerciale de ce gigantesque endroit. Elle qui avait tant espéré qu'il pourrait être adopté par une bonne personne, quel ravissement en le voyant absent de la boîte où il se trouvait auparavant avec compagnons qui n'étaient autre que la méchanceté incarnée.

Mais cette bonne nouvelle qui avait embellie sa journée s'était vite changé en mauvaise surprise et espionnage. En effet, après avoir aperçu de loin, l'un des vendeurs de l'animalerie avec une boule de poils dans les mains, la jolie rousse n'avait pas hésité une seule seconde à contourner le centre commercial pour se rendre au niveau de la sortie de la boutique. C'est là qu'elle avait vu cet homme. Cet idiot. Cette ordure. Il avait jeté sous ses yeux ce pauvre chaton dans une poubelle tel un déchet.

Alors n'écoutant que la voix qui résonnait dans sa tête, la persuadant de faire quelque chose, la Harper avait fini par interpeller cet énergumène. Lui criant dessus autant qu'elle le pouvait, le regardant avec une telle haine qui sortait de ses yeux qu'elle aurait pu le tuer instantanément. En récupérant le chat, elle n'avait pas hésité à attraper le pommeau de sa baguette. Elle aurait pu simplement partir, le laisser mener sa petite vie de pourriture tranquillement. Mais cet homme était un meurtrier. En fait, pouvait-elle encore le qualifier d'homme ? Non, elle en doutait.

Le voyant se marrer, lui rire au nez en lui faisant bien comprendre qu'il s'en fichait complètement et que ce ne serait pas une jeunette de son âge qui lui ferait quelque chose, la jeune femme vit rouge. C'était le déclic. En une fraction de seconde, Merry dégaina sa baguette, la pointant vers lui, laissant passer un experliarmus à côté de lui. Elle l'aurait presque frôlé. Elle aurait pu le toucher dès le début. Mais elle voulait lui faire peur. Et même presque le torturer. Pour ce qu'il avait fait, il le méritait bien non ? Allez, un autre sort. Lequel allait-elle lancer...
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
Elysion Stella
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elysion Stella, Mar 31 Jan - 17:49


LA Merry accordée

Alors qu'elle se rapprochait de plus en plus de l'altercation, l'individu mâle commença à se moquer de la situation...sans aucune gêne en étant certain de son impunité. Après tout, comme il l'avait si bien dit : "qu'est-ce qu'une gamine allait lui faire ? Appeler son papa et la police pour un chaton ? Elle n'avait pas mieux à faire cette amie des bêtes...par exemple, s'acheter une fourrure pour se protéger du froid !" Riant de manière lamentable à la situation : n'avait-il donc aucune dignité ? Comment un tel individu sans cœur peut-il travailler avec des animaux ? Après tout, il portait un uniforme d'une boutique animalière si on pouvait bien interpréter l'empreinte de pas utilisé comme design sur son maillot...

Soupirant face à l'idiotie humaine, Elysion décida plutôt de se diriger vers la jeune héroïne qui portait toujours le chaton dans ses bras protecteurs et semblait abasourdie- du moins durant quelques secondes- face au toupet du vendeur. Avant de céder à la colère et de sortir un bout de bois....non une baguette ! Cette jeune sorcière était-elle sérieuse de brandir son artefact magique à al vue du non-maj' ? Mais avant qu'elle ne puisse se faire entendre, l'inconscient cible ramena sa science étouffant sa voix par la sienne, plus grave et forte en agitant les mains :


-Mais qu'est-ce que...

- Hé ! C'est quoi ce cure dent ? Tu comptes me l'enfoncer dans le nez ?...Ou dans un autre orifice ? Oh, J'ai peeur !

Stoïque malgré l'illégalité de son geste-dévoiler sa baguette magique à la vue de tous et avait-elle l'âge de se servir de sa baguette hors de son école ?- Elysion n'était pas certaine si la inconnue était majeure ou mineure...il n'était jamais simple -du moins pour elle- de statufier sur l'âge d'un sorcier ou d'une sorcière surtout avec ce que la magie et les potions permettaient de réaliser en tant que soins corporels. Malheureusement pour l'américaine, cette digression de pensées laissa suffisamment de temps à la "jeune" de lancer un sort à l'être non-magique ou plutôt de l'intimider en touchant la poubelle et en faisant s'envoler quelques sacs qu'elle contenaient sur lui.

-... Put...C'est quoi ce merdier ? ! Se passe quoi ? éructa l'homme face au boucan et à la situation commençant à reculer inconsciemment face à son opposante alors que celle-ci redirigeait sa baguette vers lui, le regard hargneux et sembla réfléchir au prochain sort qui cette fois le touchera sûrement...du moins si personne n'intervenait.

Sauf que la métisse n'était pas d'accord pour laisser cela produire : elle était d'accord que cet individu méritait une sanction face à son comportement et à la manière dont il traite les êtres vivants qui étaient sous sa charge. Mais l'emploi de la magie pour s'occuper de lui n'était pas la meilleure chose à faire : non, ce qui comptait était la fragile vie qui risquait de s'évanouir à tout instant si on ne s'occupait pas d'elle. Il fallait revoir ses priorités et ce n'était pas parce qu'elle craignait d'avoir des ennuis avec les aurors si on la surprenait à ne pas venir en aide à un non-maj' en danger. Grâce à des pas rapides, elle se faufila sur le côté droit de la sorcière, surprenant sans doute les deux personnes mais ne voulant pas leur laisser du temps, elle attrapa doucement le bras droit de sa consœur avant de lui souffler rapidement :


- Il y a de meilleurs moyens de s'occuper de ce genre de type que d'utiliser ce qui doit être une Carte Maîtresse. Et je crois qu'il y a un individu qui nécessite plus de ton attention et de ton Don...rajouta-t-elle en jetant un regard équivoque vers le malheureux chaton, oublié dans ses bras. Retournant son attention vers le non-maj', elle sortit d'un mouvement fluide sa baguette magique de sa manche avant de jeter- concentrée- et pour la troisième fois de son existence un sort qu'elle appréciait peu :Tant qu'à vous...On va dire que vous vous êtes faites agressées par...(observant les déchets le recouvrant)Deux cinglées écologistes qui vous ont balancé des poubelles à la figure...(rapide regard vers le panneau de consignes)Car vous ne respectez pas le trie...mais surtout pas les Droits des animaux #Oubliettes !

Avisant le regard vitreux de l'individu, Ely lâcha enfin sa compère afin de l'examiner plus attentivement. Il semblait légèrement perdu et commençait à se resituer, la peur commençant à être remplacée par un début d’agressivité. Cela semblait bon, s'approchant de l'individu, elle ne prit pas le temps de parler qu'elle arma son pied et atteignit de manière violente et précise les bijoux de famille du commerçant qui s'effondra en avant dans un râle d'agonie et les mains tentant d'alléger vainement sa douleur. Cela devrait l'occuper quelques temps, retournant son attention sur la bonne samaritaine, elle lui adressa un sourire en coin :

- Ceci...est une des alternatives possible à tester avant de sortir notre Joker. Penses-tu qu'il en a eu assez ou tu veux t'assurer qu'il retienne la leçon ? On pourrait aussi aller ailleurs et s'occuper de ce pauvre petit...
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Ven 3 Fév - 23:28


La cruauté envers les animaux était vraiment quelque chose que Merry détestait. Elle qui aimait temps les chouchouter, les soigner, prendre soin d'eux comme s'il s'agissait de ses propres enfants, ce qu'elle avait vu était quelque chose qu'elle ne supportait pas et qu'elle ne laisserait pas impuni. Cet homme, cette ordure, cette personne inhumaine était pour elle une erreur de la société qu'elle devait à tout prix faire disparaître. Dans ces rares cas, la rouquine se trouvait à avoir les mêmes avis que ses parents concernant les moldus qui ne respectaient en rien la nature autour d'eux. Ce qui avait le don d'exaspérer la jolie rousse qui ne supportait plus ces gens. Ces êtres vivants qu'elle ne pouvait même pas qualifier et qu'elle voulait tout simplement jeter à la poubelle comme un vulgaire déchet. Tout comme l'avait fait cet idiot de vendeur. Un petit sortilège et le tour était joué.

Après tout, cet énergumène ne se rendrait même pas compte de ce qu'il se passe. Ce qui avait poussé Merry à viser à côté la première fois, pour qu'il se rende bien compte que ce n'était pas un simple joujou dont il pouvait se moquer ouvertement. Et après, hop, un bon sort visé entre les deux yeux et il aurait bien mal. Un peu de torture ensuite pour qu'il se souvienne bien de la leçon aurait aussi été parfait. Un instant de vengeance que la rouquine aurait savouré ouvertement. Il aurait payé pour toutes ces ordures qui faisaient du mal à la faune et la flore.

Mais malheureusement, la britannique n'avait peut aller jusqu'au bout de sa pensée et de son geste. Une personne avait surgit, l'empêchant tout simplement de lancer son sortilège. De meilleurs moyens de s'occuper de ce type ? Et pourquoi elle lui tenait le bras ? La rouquine aurait aimé se dégager pour finir ce qu'elle avait commencé. Mais dans le fond, elle savait que la jeune femme avait raison. Elle avait raison. La petite créature que la rouquine tenait dans le creux de son bras avait besoin d'elle de toute urgence et il était temps de s'en occuper pour la remettre en état. Elle n'avait même pas le droit d'user de la magie ici. Mais si c'était pour sauver ce chaton ce serait tout autre. D'autant plus que ce gars n'allait se souvenir de rien. Sa camarade l'ayant oublietté il y a quelques seconde. Dans quelle ânerie elle avait failli se plonger. La colère, la rage et la fureur lui avaient fait oublié ce qu'il se passait. C'était catastrophique. Heureusement pour elle, quelqu'un était intervenu. Et lui en avait mit bien assez là où il fallait sans que la rouquine n'est besoin d'en rajouter plus. Quoique que.

- Ceci...est une des alternatives possible à tester avant de sortir notre Joker. Penses-tu qu'il en a eu assez ou tu veux t'assurer qu'il retienne la leçon ? On pourrait aussi aller ailleurs et s'occuper de ce pauvre petit...

- Merci. Il mériterait bien plus. Mais ce pauvre petit être a plus besoin de moi que cette chose par terre qui devrait être inexistante.

Merry n'avait pas à plus remercier cette personne. Elle était encore bien agitée en intérieur, même si cela ne se voyait pas. La rouquine était partagé. Mais son intérêt était porté sur ce petit bébé, ce pauvre chaton qui se trouvait entre la vie et la mort. Sans attendre plus longtemps, la rouquine se mit à marcher, sans se soucier de la femme qui l'avait aidé. Une fois arrivée dans un endroit plus calme et à l'abri des regards, elle se baissa et déposa le chaton dans un brin d'herbe. Quels sortilèges allait-elle pouvoir utiliser ?
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
Elysion Stella
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elysion Stella, Mer 8 Fév - 19:47


- Merci. Il mériterait bien plus. Mais ce pauvre petit être a plus besoin de moi que cette chose par terre qui devrait être inexistante.

Jetant un dernier et brève regard à l'homme toujours à terre et se lamentant sur son sort, Elysion fut rassurée de voir qu'il était définitivement hors-jeu et ne risquait pas de leur causer d'éventuels soucis. Avisant des non-maj's qui commençaient à remarquer le vendeur à terre-à moins qu'un sorcier ou une sorcière ne se trouva parmi la foule- la sorcière décida d'amorcer leur départ de l'endroit tout en parlant -sans observer la rouquine- :

-oh de rien ce fut un plaisir...mais on devrait parti~r...regard sur le dos de la jeune qui s'éloignait déjà sans l'avoir attendue ni entendue, la métisse haussa les épaules et allongea juste ses pas afin de rattraper discrètement la fille en veillant à cacher sa baguette, il ne manquerait plus que quelqu'un remarque son instrument.

La suivant sans un mot, la métisse se demanda si c'était une si bonne idée de suivre cette crinière enflammée après tout, il était fort probable que cette dernière ait des penchants pour la chasse aux non-maj's -ou d'autres jeux- quoique pourquoi se rendrait-elle dans un lieu non magique blindé de ces personnes considérées comme inférieures par ce genre de sorciers...Du moins, c'était une idée reçue mais la métisse refusait de ranger directement cette inconnue dans cette catégorie car elle ne la connaissait que depuis quelques minutes et la manière dont elle la voyait porter -avec précautions et en le surveillant attentivement- le chaton lui faisait penser qu'un sadique ne devrait pas être capable de mieux traiter des animaux que des humains...Vraiment ?

Fermant brièvement les yeux et sa main sur sa baguette, elle emboîta automatiquement le pas à "sa guide" lorsqu'elle pénétra dans un terrain vague désert et à l'abri des regards. L'avisant déposer délicatement son protégé sur de l'herbe folle qui parsemée le terrain, Elysion  rejoignit l'attroupement comme si cela était naturel - après tout elle se souciait du sort de cette pauvre animale- et rien n'indiquait que sa camarade savait quoi faire au vu de son temps de réflexion. Songeant brièvement aux quelques connaissances médicales qu'elle avait glanée un peu partout -livre, leçon, famille entre autres. La métisse décida qu'il valait mieux commencer par soulager la douleur du pauvre chaton avant de commencer à le manipuler plus magiquement :  


- #Curo As Velnus...laissant le temps de prendre effet, elle décida d'interpeller la rouquine :aurais-tu quelques connaissances en médicomagie ?

Une fois certaine que le sort ait atteint tout l'organisme en observant la respiration plus calme du petit félin, la sorcière songea qu'un voire deux attelles magiques devraient être posées sur des pattes de l'animal ainsi que des #episkeys pour soigner les griffures légères  quoiqu'en manœuvrant le maigre corps de l'animal Ely se demanda si la chute dans la poubelle aurait pu abîmer/Casser des os et constata la présence d'une bien vilaine entaille, la faisant grimacer...un sort de soin plus puissant serait sûrement nécessaire... Réfléchissant, l'américaine resta silencieuse et concentrée sur cette vilaine plaie qui ressortait sur le flanc de l'animal...  

*...En tout cas, seule ou à deux, nous ne devrons pas avoir la baguette trop lourde pour ne pas brusquer davantage ce chaton affaibli...*
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Dim 12 Fév - 22:39


En repensant à ce qu'il s'était passé, Merry s'imaginait bien mettre une bonne raclée à l'autre énergumène. Vraiment une très grosse raclée. Comme jamais elle n'en aurait mise. Même pas à son frère qu'elle aimait bien frapper à l'occasion quand celui-ci faisait une connerie. Là, c'était plus pour réussir à le tuer à vrai dire. Une envie de meurtre très très mauvaise. La rouquine avait déjà eut envie de tuer quelque chose, une de ses camarades de Gryffondor, durant un cours, alors il ne valait mieux pas recommencer à avoir des pulsions meurtrières. Ca la ferait bien trop passer du côté obscur, du côté du mal.

A côté, il y avait ce petit chaton. Cette adorable petite boule de poils microscopique qu'elle tenait dans ses mains. Malgré ses blessures, il paraissait adorable ce chaton. Chaton brun aux reflets roux. Il était vraiment adorable. Et il devait survivre. C'est cette envie de l'aider qui avait permit à Merry d'oublier l'autre truffe qui traînait un peu plus loin en se tenant l'entrejambe. S'il avait mal, c'était tant mieux pour lui. Il l'avait bien mérité. Il méritait même plus mais il avait eut de la chance, il avait une bonne étoile. Cette femme qui était venue en aide à la jolie rousse, lui évitant un crime qu'elle aurait regretté plus tard... ou peut être pas.

Merry avait déposé cette pauvre petite bête dans l'herbe. Sa camarade ici présente, qui n'avait pas tardé à la rejoindre, lança un sortilège que la rouquine connaissait vaguement. Il avait pour effet d'atténuer les douleurs. C'était une bonne chose. Au moins, s'il devait partir, il partirait sans souffrir. Mais il fallait tout de même tenter quelque chose pour le sauver. Il avait le droit de vivre et d'avoir une vie merveilleuse. Avec une telle enfance, Merry ne voulait pas le laisser partir avec la pensée que la vie était cruelle.

-Aurais-tu quelques connaissances en médicomagie ?

- Pas vraiment. Mais je connais plaginit. C'est un sortilège connu comme étant très douloureux. Mais nous n'avons pas trop le choix... j'espère que ton sortilège l'aidera à supporter la douleur.

Sans parler plus longtemps, Merry inspira un grand coup, pointant sa baguette sur l'animal qui serait bientôt sans vie si elle ne faisait rien. Et le sortilège parti en quelques secondes seulement, son nom prononcé dans un soufflement par la rouquine. Elle vit la petite créature sous ses yeux se tortiller, piaillant légèrement, n'ayant pas assez de forces pour pouvoir miauler. Elle espérait vraiment qu'il n'avait pas trop mal. Mais au moins, la plaie béante sur le flanc du pauvre chaton se refermait. Il n'aurait bientôt plus de blessures trop graves.
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
Elysion Stella
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elysion Stella, Dim 12 Fév - 23:34


- Pas vraiment. Mais je connais plaginit. C'est un sortilège connu comme étant très douloureux. Mais nous n'avons pas trop le choix... j'espère que ton sortilège l'aidera à supporter la douleur.

Ayant à peine le temps d'ouvrir les yeux face à la formule que comptait employée son assistante et de formuler un "pardon ?" mentale que cette dernière lançait déjà le sort de cautérisation sur le pauvre chaton. Inquiète et ne supportant pas de ne rien faire -car interrompre un sort de soin n'était jamais conseillé encore moins lorsque ce sort était aussi exigeant que celui choisit par la rouquine. Ainsi déterminée et concentrée, Elysion décida d'atténuer un peu plus les souffrances du chaton en lui lançant un nouveau #Curo As Velnus Minima afin de lui jeter un sort minutieusement doser enfin du mieux qu'elle pouvait pour un être à la stature si frêle et déjà si affaiblie.

Après ce qui sembla être de longues minutes et douloureuses minutes pour le patient et l’anesthésiste qui n'osait cligner des yeux de peur de perdre de sa concentration et d'avoir a baguette trop lourde. La plaie autrefois béante était maintenant d'une couleur rosée plus saine et légèrement boursouflée. Soupirant de manière audible, la plus âgée des deux femmes interpella la plus jeune d'une voix légèrement lasse et soulagée respectivement par l'effort magique combiné au stress et par la respiration du chaton qui semblait assez bien pour son état...C'est-à-dire qu'il avait su supporter le traitement soudain et brutal de la rouquine :


-Doucement doucement...Rien ne presse, essayons d'unir nos efforts et d'agir au mieux pour le chaton. Je ne dis pas que ton sort a mal fonctionné mais que nous devons peut-être nos sorts pour ne pas faire plus de mal que de bien...

Observant un instant le ciel couvert de tristes nuages, Elysion se demanda comment expliquer à la jeune fille ce qu'elle voulait vraiment dire et ne pas avoir l'air d'être une moralisatrice. Après tout, les non-maj's arrivent bien à soigner des animaux et des gens gravement blessés en prenant leur temps après avoir stabilisé l'état du patient. Certes la magie donne l'habitude trompeuse et assez mauvaise que les sorts/choses réussies doivent donner des résultats visibles rapidement et cela sans toujours prendre en considération d'autres paramètres.

-Je sais qu'on doit sauver ce chaton et lui permettre de vivre une belle et heureuse existence pour oublier ce qu'il a vécu mais on va éviter de le terrifier...d'accord ?

Sourire confiant envers la fougueuse sorcière à ses côtés, Elysion retourna son attention vers le chat et poursuivit les soins en se concentrant sur les pattes bien abîmées de la bête :

- #Brackium Emendo doucement et en se concentrant afin d'être la moins brutale possible, Elysion envoya de la magie réparer les éventuels os abîmés du malheureux félin en espérant que la vitesse rapide de guérison au vue des faibles dimensions des cibles atténueront le calvaire.

Stoppant enfin son sort et sentant un léger contre coup face à l'emploi de sa magie, elle adressa les paroles à sa partenaire :


-Quelques episkeys et des bandes pour maintenir ses os en placent pourraient suffire...tu ne penses pas, Partenaire ?

Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Lun 13 Fév - 23:54


Merry se voyait bien devenir la justicière pour les animaux. Ouais comme la Brigitte Bardot des français il y a de très longues années. Tous ces animaux qui étaient abandonnés sans arrêt, ou même ceux qui passaient leur vie, de la naissance jusqu'à la mort, dans les rues, sans connaître la chaleur d'un foyer, des maîtres qui les aiment, qui les réchauffent l'hiver en les mettant dans un panier bien chaud au coin du feu. La rouquine aussi aimait faire ça. Prendre soin des animaux qui lui étaient confiés. Depuis toute petite déjà, elle s'était vue éprouver de la compassion pour les vers de terre qui ressortaient de la terre pour se dandiner dans la boue après une bonne averse. Les pauvres étaient ensuite dévorer par des oiseaux affamés qui profitaient de l'occasion pour se jeter sur cette nourriture facile.

Désormais, le niveau était un peu plus élevé. La jeune Harper avait de la compassion pour des animaux et des créatures de plus grande taille. Des chats, des chiens, des chouettes, des boursouflets. Tout y passait. Et là, il était temps pour elle de montrer qu'elle était capable de sauver l'un d'eux et de ne pas juste avoir pitié d'eux. Un sortilège douloureux avait été lancé, mais sa comparse du jour l'avait aidé, lançant à nouveau ce sortilège pour atténuer les douleurs. Une sorte d’anesthésiant qui n'en était pas un. Mais c'était bientôt finit. La rouquine écoutait sa camarade, cette adulte qui faisait tout pour l'aider elle tout autant que le chaton. Elle buvait ses paroles, s'en imprégnait. Mais elle n'avait pas la force de répondre, se concentrant sur cette petite créature qui commençait à se mouvoir devant elle. La femme à ses côtés lança un sortilège, permettant de ressouder les os cassés. En espérant que ça ait marché, la jeune lionne se tourna alors vers celle qui l'avait aidé, écoutant ses derniers mots avant de lui répondre, reprenant enfin la parole après de longues minutes.

- Hé bien, à toi l'honneur. Je pense que tu es plus expérimentée que moi concernant certains sortilèges. Merci beaucoup de l'aider. Et de m'aider. Sans toi, je pense qu'il n'aurait pas survécu et qu'il serait mort en souffrant... Merci, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Elysion Stella
Elysion Stella
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elysion Stella, Mer 1 Mar - 19:53


Fatigue pas vraiment celle liée à une longue activité physique ou encore celle occasionné par une sous-nutrition ou par un manque de sommeil mais nerveuse et magique.

Nervosité ?
Pour le délicat cas qu'était le chaton.

Et qui nécessitait un contrôle certain dans ses sorts au niveau de la puissance et même de la précision.
Puisqu'une erreur qui surpasserait la tolérance de l'animal pourrait -peut-être- avoir de sérieuses conséquences.

Magique ?
Elle avait tout de même utilisé plusieurs sorts-et non des anodins- au cours de cette journée.
Ce qui rajoutait à sa tension...
...Il était si simple de faire un mouvement trop vigoureux-pour compenser une faiblesse- ou trop mou-par lassitude- au contraire.

Malheureusement pour elle, la réponse de l'adolescente l'enjoignait à poursuivre les soins magiques et accentuait la raideur de ses épaules. Fermant les yeux et faisant faire à sa baguette des cercles afin d'assouplir ses doigts raidis par le froid et la crispation, elle souffla calmement en caressant de sa main libre la tête du patient félin : autant pour le rassurer lui qu'elle par ce contact.

Un court instant plus tard, la métisse se sentait apte à finir de prodiguer les soins au jeune félidé qui émettait un léger ronronnement : sentait-il les bonnes intentions que les deux femmes avaient à son intention ? Chassant cette interrogation parasite, la jeune femme commença par jeter les #Episkey nécessaires pour faire disparaître les dernières écorchures pour laisser la voie libre au futur bandage que la formule #Ferula enroulera délicatement autour de ses membres supérieurs.

Une fois la dernière ondulation du tissu blanc observé, la baguette fut abaissée et un sourire de soulagement s'esquissa légèrement sur le visage de la sorcière. Testant doucement la bande et une fois rassurée donc, satisfaite du résultat, elle se tourna vers la rousse pour mieux l'observer. Elle semblait être dans le même état d'esprit que son observatrice qui observa le félin rapidement avant de se tourner vers la jeune fille avant de s'incliner vers elle et de lui donner son avis :


-Il-ou elle- devrait être hors de danger maintenant. Cependant, je ne vais pas l'éveiller à l'aide de la magie... Je pense que le mieux à faire est de le laisser dissiper l'anesthésie de lui-même. Puis ça vous permettra de le ramener chez vous en toute tranquillité.

En effet, l'américaine pensait que la rouquine était la plus apte à prendre soin de lui en lui offrant sûrement une maison plus sûre que son appartement dans l'Allée des Embrumes et en ayant du temps à lui consacrer : ce qui ne sera pas le cas d'Elysion qui avait un poste de vendeuse à gérer et ne savait pas si elle ne risquait pas partir ailleurs d'un moment à un autre. Cela ne veut pas dire qu'elle se désintéressait du sort du chaton, non c'était une certitude qu'elle prendrait des nouvelles de la petite boule de poils en gardant contact -qu'elle le veuille ou non- avec sa Maîtresse.

-Bon, je suppose que le moment est venu qu'on se sépare et que cet adorable petit atteigne enfin un endroit chaleureux où vivre. Je m'appelle Elysion au fait... Et vous ?


HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Merry K. Harper, Dim 5 Mar - 14:36


En se levant ce matini, Merry ne s'était pas imaginée qu'elle aurait une journée un peu différente des autres. Au beau milieu des vacances de Noël qui se devaient d'être féeriques et magiques à ses yeux, elle s'était retrouvée à sauver la vie d'un pauvre chaton maltraité dans un premier temps par ses congénères, puis jeter à la poubelle, à moitié mort, par l'employé de l'animalerie. Bien sûr, en se rendant compte de ce qu'il se passait, la Harper n'avait pas hésité une seule seconde à intervenir et avait récupéré en rapidité le chat au fond de la benne, prête à faire payer son geste au vendeur qui s'était d'abord moqué de sa baguette magique. Mais lorsqu'il avait aperçu un réel filet de magie le frôler, son expression avait changé.

Malheureusement, Merry n'avait pu venir au bout de sa pensée, elle qui aurait tant voulu faire souffrir cet individu, cette ordure. Une sorcière, plus âgée qu'elle de toute évidence, s'en était mêlée, lançant un oubliette au moldu qui n'allait se souvenir de rien. Hormis de ce bon coup de pied asséné par cette inconnue bien sûr, qui avait vite porté son attention sur la créature immobile dans les bras de la rouquine. Quelques secondes plus tard, les deux jeunes femmes s'étaient retrouvées sur une parcelle d'herbe où Merry avait déposé le chaton, prête à le soigner. L'animal avait subi plusieurs sortilèges bien douloureux qu'il avait sans doute dû sentir passer. Mais l'essentiel était qu'il reste en vie. La Harper avait voulu lui sauver la vie aussi vite que possible et elle devait bien avouer que sans cette femme, elle n'y serait pas parvenue et n'aurait fait que le tuer plus rapidement. Cette femme justement, était en train de lancer quelques derniers sortilèges pour les blessures bien plus superficielles du chaton dont l'état de santé devait s'être stabilisé. Elle laissa même entendre que Merry allait pouvoir le rapporter chez elle. Et bien sûr qu'elle allait le rapporter chez elle. Et elle en prendrait bien soin. Elle n'était peut être pas la plus douée niveau sortilèges, mais si elle devait l'amener chez le vétérinaire ou prendre soin de lui dans la vie de tous les jours, elle s'en sentait bien capable ! Mais il fallait déjà qu'il découvre son nouveau chez lui et que Merry convainque ses parents...

- Bon, je suppose que le moment est venu qu'on se sépare et que cet adorable petit atteigne enfin un endroit chaleureux où vivre. Je m'appelle Elysion au fait... Et vous ?

- Moi c'est Merry. Merci beaucoup de m'avoir aidé, il sera entre de bonnes mains maintenant.

Terminant sa phrase, la jolie rousse retira sa veste, sachant pertinemment qu'il allait faire froid. Elle la déposa par terre et attrapa doucement le petit chaton pour le mettre dans son blouson. L'enveloppant délicatement à l'intérieur, elle le prit ensuite dans ses bras, se leva et adressa un sourire et un signe de la main à cette femme, Elysion, qui avait vraiment été là au bon moment.

- A bientôt, peut être !

Se retournant ensuite, elle prit le chemin du retour, prête à rentrer à la maison et à convaincre ses parents à l'aide de cette minuscule boule de poils.

RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
Azphel
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Azphel, Mar 18 Avr - 17:47


RP se déroulant juste avant Retour vers l'inconnu
L.A de Aya Lennox


RP unique

Contact dangereux



Moira Lennox. Le visage de la sorcière revenait régulièrement hanter les songes d’Azphel depuis leur rencontre. Il s’en rappelait la moindre ride, la profondeur de son regard vitreux, le demi sourire qui se formait sur la commissure de ses lèvres, sa façon de lui adresser la parole, et celle de lui parler à elle. Un frisson parcourut le corps du mage noir et il tressaillit sur le canapé. La vielle matriarche dégageait quelque chose de pervers, de malsain, même dans ses plus fragiles souvenirs. Une animosité latente qu’il avait perçu sans mal, des émotions froides cachées derrière un masque de cire, dans un même jeu habile que sa petite fille, Aya, maîtresse de l'art.

Le sang. Azphel ferma les yeux avec un rictus de douleur. Il revoyait la gerbe sortir du thorax de la jeune sorcière, sa peau de porcelaine recouverte d’hémoglobine suite au Sectumsempra impitoyable lancé par sa grand-mère. Et le visage si parfait de la belle blonde se déformer, perdre de son éclat, son charme de glace, basculant sur le sol vers une fin silencieuse, son regard cherchant désespérément le sien….
Nouveau tressaillement de la part du mage noir. Azphel serra les poings à s'enfoncer les ongles dans les paumes et rouvrit les yeux. La bouteille de whisky à ses pieds retrouva la fébrilité de ses mains et il en but une gorgée trop grande pour sa bouche qui dégoulina sur sa chemise. Il n’y aurait pas de fin pour elle, brutale ou muette, pas tant qu’il vivrait. Le mage noir tapa du poing sur sa table basse pour sceller cette promesse.

Kivol était parti deux jours plus tôt, livrant une missive à un inconnu, dans un endroit inconnu. Il était revenu le matin même, signe qu’il avait pleinement accompli sa mission et depuis, Azphel attendait à s’en ronger les sangs. Gavin Lennox. Le mage noir déglutit rien qu’à formuler son nom. La haine irréversible d’Aya envers son sang était similaire à celle qu’Azphel avait eu envers le sien et il avait appris à haïr les Lennox dès l’instant où il avait rencontré Aya, dès que les mots révélateurs avaient franchi les lèvres de la belle sorcière.

L’anxiété gagnait le mage depuis qu’il avait pris sa décision. Appréhension de rencontrer le géniteur de Aya, de s’en faire un ennemi, ou de repousser Aya dans ses bras, ce qui pourrait possiblement être une grave erreur. Si Gavin avait plus d’attaches pour sa mère que sa fille, les risques que l’Ombre Blanche couraient dans sa quête de vengeance envers Moira s’en retrouveraient décuplés. C’était du quitte ou double, mais en l’état, Azphel ne pouvait pleinement assurer la protection de sa protégée, alors il n’avait plus le choix.

La bouteille se vida et emporta dans son sillage la clarté de la vision du sorcier. Un feu dans la cheminée embaumait d'une mélodie crépitante le spectacle désolant.
Au milieu du salon de la Colline Étoilée, désespérément vide, il chancelait, divaguant entre passé et futur, départ et retour. Des sourires étiraient par moment sa tête qui dodelinait alors que ses pensées remontaient le temps, à l’origine de leurs secrets. Il retrouva le moelleux de son canapé, sans trop savoir comment. Tout.
/ Un petit Berlioz qui s’échappe de sa cachette, s’extirpe du cou de sa blonde maîtresse et va détaler, toutes pattes trépignantes, sur un comptoir de bar.
/ L’Eris. La blanche pour l’Ombre, petite féline cotonneuse à bouille innocente, offerte comme une envie et une promesse.
/ Duchesse. Née le même jour, Fille du hasard, hasard du Destin. Toujours liée à elle et eux.
/ Ira. La tempêtueuse, bout de bois tueur et carnassier, instrument de mort entre les doigts de la douce et parfaite alliée de sa colère.
/ Des notes de l’Occamy s’extirpent d’un livre tombé sur le sol d'une allée embrumée. Pas de manuels pour l’enseignement des secrets.
/ Les étagères du salon s’imbibent de livres et de vie, et en juge sur la cheminée se pose l’Enki.

Un sourire s’échappa du visage du loup et de ses pensées malmenées.
/ Les rires fusent en même temps que les boules de neige, roulade du temps et éclats de bonhommes en association singulière. Mains liées toujours.
/ Un visage fou. James s’impose. Et son jugement, son regard de bleu dément, sur elle, Celle qu’il ne faut surtout pas… Et la colère, et de rage les éclairs, et les martèlements rouges des Doloris auxquels suivent la vision de larmes de supplice.
/ Vision totalement noire. Boum, Boum, battements de coeur qui proviennent d’un lointain temps. Ou de tout le temps.
/ Moira…
/ Et le sang, la vague écarlate, et dans la chute de l’Ombre Blanche la Colline Etoilée qui ne devient que Poussières et Dépit.



Plac. Plac. Plac.

Azphel sursauta, repoussant sans le vouloir du bout du pied, la bouteille de whisky naufragée. Le bruit qui avait ramené sa conscience du néant retentit une nouvelle fois et ses paupières fatiguées par l’attente et les rongements de l’âme s’ouvrirent à grand peine.
Dans le manoir, il faisait sombre. Depuis combien de temps suis-je endormi ? Dehors, il faisait nuit noire. Un éclair qui s’abattait sur Londres, des kilomètres plus loin, zébra le ciel derrière la porte fenêtre qui donnait sur la terrasse et la ville, illuminant la silhouette détrempée d’un hibou majestueux qui montrait des signes de fatigue et d’impatience. Le mage noir réussit à se redresser et se dirigea vers la porte fenêtre en titubant. Quand il l’ouvrit, il fut accueilli par des gouttes de pluie qui arrivaient depuis le sud, portées par un vent fort, et par le hululement de mécontentement du hibou Grand-duc qui se rua à l’intérieur. Azphel referma derrière lui.

Il fixa un instant le volatile qui semblait faire preuve de beaucoup d'intelligence puisqu’il s’était dirigé devant l’âtre de la cheminée où des flammes chantonnaient encore, prodiguant une chaleur qui devait être inespérée pour lui. Azphel alla à la cuisine, récupéra un reste de sac de croquettes et remplit un verre d’eau qu’il amena au hibou. Il fut remercié par un son aigu et il récupéra l’enveloppe que l’animal tenait dans le bec.

Il la décacheta avec précaution, veillant à ne pas disloquer le papier complètement trempé avec ses doigts et accueillit la finesse de l’écriture noire sur le papier, le front et les yeux plissés. Il avait directement vérifié la signature pour se confirmer que c’était bien là le courrier qu’il attendait.





Azphel...


N’ayant eu l’occasion de vous rencontrer, je confesse que j’ai un temps hésité à vous répondre. Si je le fais c’est uniquement parce que votre nom m’a remémoré qui vous étiez et que je suis à la fois surpris et suspicieux de l’intérêt que vous portez à ma fille.
Que votre nom ait été cité plusieurs fois dans nos journaux, vantant vos qualités, me laisse dubitatif alors que vous n’avez pas hésité une seule seconde à me faire parvenir ici votre lettre, sans penser un seul instant que Moira pourrait l’intercepter ?

Quoi qu’il en soit, vos propos sont inquiétants, et si Aya s’est engagée sur la voix que je crois lire dans vos mots, il y a peut-être quelque chose que je peux faire. Elle est ma fille après tout…
Vous ne devez pas ignorer que nos relations ne sont pas au mieux et que nous nous voyons très rarement. Néanmoins, je reste inquiet concernant les agissements de ma mère et de ce qu’il pourrait arriver à ma fille.

J’avais prévu de venir à Londres, demain en fin de journée. J’ai à faire sur le Chemin de Traverse. Rendez-vous au centre commercial de Brunswick, aux alentours de dix-huit heures. Pas de polynectar ou d'artifices, je vous trouverai.

Gavin Lennox









Azphel avait lu la lette à cinq reprises avant de se relever et de se diriger vers le feu dans la cheminée, devant lequel le Grand-duc se gavait en nourriture. Il s’accroupit à sa hauteur et offrit au hibou des gratouilles derrière les oreilles, avant de rester à contempler le feu qui brûlait.
/ Couverture et canapé, sorciers blottis dans la torture des âmes et le feu dansant. Félidés lovés. Nuit cautérisante.
Quand son souvenir s’éteignit dans ses pensées en cendres, il abandonna la lettre aux flammes.
Le Grand-duc fut remercié d’une dernière caresse avant qu’il ne regagne un ciel noir de menace, qui laissait couler une pluie lourde sur la région. Azphel rejoignit ensuite son canapé, près du feu, et y sombra d’un sommeil profond.



A
gressé par la lumière du soleil, le lycanthrope se réveilla en milieu de matinée, le regard peiné, le crâne tambourinant, lui rappelant que sa fâcheuse habitude de vider des bouteilles en solitaire n’était pas une bonne idée. Il jeta un oeil furtif à une horloge murale qui faisait office d’unique décoration et ronchonna. Le lendemain à la même heure, Aya devait revenir à la Colline pour faire le point sur leurs intentions, s’orienter vers d'autres certitudes, parler d'évolutions et de projets. Mais ce soir, l’entrevue avec Gavin risquait de compliquer les choses. Il devrait appeler la sorcière pour décaler un peu leur rendez-vous, par précaution… Même s'il y avait plus de chances pour que sa rencontre avec Gavin Lennox ne tourne court qu’elle ne se dirige vers une collaboration entre les deux hommes. Hormis pour Aya, Azphel n’avait de toute façon aucune envie d’être proche des Lennox.

En début d’après-midi, il contacta la sorcière par l’intermédiaire de leur miroir à double sens. Son sourire enjouée dans la glace rappela à Azphel à quel point il tenait à elle et pourquoi il prenait le risque de contacter son père. Paradoxalement, il ressentit une pointe d’amertume lorsqu’il la quitta, avec en tête l’idée que ce sourire pourrait rapidement disparaître une fois qu’elle apprendrait sa manoeuvre…

Il quitta la Colline pour s’aventurer dans Londres dès seize heures, gagnant le centre de la ville et le quartier commerçant où Gavin Lennox était supposé le retrouver. Il erra longuement sur le parvis, arpentant en long et en large la place devant le centre commercial, épiant discrètement les personnes autour de lui, surtout celles vêtues de noir, sans excentricité. Il remontait les marches et se dirigeait vers l’entrée de la galerie quand il entendit derrière lui un rythme de pas qui se calait sur le sien, avant que la silhouette d’un homme, très proche de sa taille, ne se positionne à côté de lui.

- Marchons ainsi, voulez-vous.
Ce n’était pas une question.
Le tête d’Azphel pivota pour observer le visage de l’homme à côté de lui. Droit. Mal rasé. Froid, imperturbable de prime abord.
- Azphel Lamar. Ancien Ministre de la magie. Ancien professeur, Directeur de Serpentard par deux fois… Il y avait quelque chose de las dans l’intonation que prenait Gavin …récemment devenu garde chasse… Je vous féliciterais si je n’étais incrédule quant à votre prise de contact avec moi. Je me demande comment la route des Lennox a croisé celle des Lamar. Si je présume que vous avez dû connaître ma fille à poudlard, j’ai du mal à cerner votre parti pris pour elle.
Gavin regardait droit devant lui. Ses phrases étaient alambiquées, moins des questions que des affirmations.
- Disons que je suis tombé sur elle au bon moment, répondit Azphel en adoptant le même ton que son vis-à-vis. Je me suis surpris que personne de sa famille ne sache rien de ses intentions… De ses ambitions qui ressemblaient beaucoup aux miennes, jadis. Aya est intelligente, très douée. J’imagine qu’elle tient de vous. Mais elle est aussi très jeune et vulnérable et sa colère la rend naïve et imprudente. Si elle était restée seule dans son entreprise, elle serait surement morte aujourd’hui...
- J’ai cru comprendre dans votre lettre que c’est surtout en votre présence qu’elle a failli mourir.
Gavin avait ralenti et formulé sa dernière phrase d’un ton sec. Il cherchait Azphel du regard et le mage noir s’arrêta pour lui répondre, sans ciller.
- Une fois, oui. Alors qu’elle voulait m’aider pour une affaire personnelle. La seconde est la plus parlante, et c’est à Moira qu’il faut l’accorder. Si je n’avais été présent, Aya serait morte aujourd'hui. Au lieu de quoi elle s'en est sorti avec un douloureux avertissement sur l'abdomen...
Gavin dévisageait Azphel et lui laissait l'impression de chercher une infime trace de mensonge dans ce qu’il disait. Après un court instant, il repris sa marche en avant, les mains dans les poches, le regard devant lui.

- Racontez-moi.
- Aya a en tête de se débarrasser de sa grand-mère...c'est quelque chose qui la ronge depuis longtemps.
- Mysie...
- Oui...  Je l’aide dans cette entreprise. Mais elle est jeune et même si elle cache ses émotions facilement, il y a des moments où elle flanche, où elle perd tous ses moyens… Ce n’était pas le cas au manoir des Lennox, mais Moira est beaucoup plus rapide et expérimentée qu’elle. Il s’en ait fallu de peu pour que je ne la ramène pas de…
Il s’interrompit et observa un soupir de la part du père de la sorcière.
- Je vois. Son ton s’était assoupli quand Azphel avait évoqué l’hypothèse de la mort d’Aya. Je vais être père de nouveau, peut-être Aya vous en-a-t-elle parlé ? Ma mère restera ma mère… je ne peux la renier pour autant. Mais je n’ai pas l’intention que mon deuxième enfant grandisse sous son emprise. Je cherchais quelques pistes…
Azphel attendit la suite de sa phrase avec patience, mais elle ne vint pas. Gavin s’arrêta de nouveau, alors qu’ils déambulaient au milieu de boutiques, dans la galerie.
- Dites-moi, à quel point tenez-vous à ma fille ?
Azphel cligna des yeux plusieurs fois.
- Suffisamment pour vous contacter, parce que je ne crois plus être en mesure de la protéger. Et je ne peux la laisser seule en envisageant le pire.
À nouveau, Gavin Lennox jaugea Azphel.
- Et vous, à quel point tenez vous à elle ?
Du visage du père de la sorcière s’échappèrent les émotions et il parut ne pas apprécier le sous-entendu d’Azphel, bien qu’il garda le silence un long moment. Sa mâchoire se contracta brièvement.
- Où puis-je la voir ?
- Allez-vous l’aider ?
Il parut ne pas avoir de réponse à cette question.
- Aya sera chez moi demain. Je lui dirai que vous êtes… prêt à lui venir en aide.
Les regards des deux mages se confrontèrent un instant, en silence. Gavin hocha la tête.
- Si j’apprends que Moira doit se déplacer quelque part… ou que quelque chose d’important se prépare, je l’avertirai… Dites à Aya que je viendrais certainement la voir bientôt. Et d’ici-là… veillez sur elle.
- Je serai toujours l…
Gavin lui coupa la parole d’un geste de la main autoritaire.
- S’il lui arrive quelque chose, les relations entre les Lamar et les Lennox vont sérieusement se compliquer.

Azphel regarda l’homme s’éclipser dans la foule d’une démarche rapide, un regard noir braqué sur lui. Il craignait moins l’avertissement de Gavin que les répercussions de son implication dans la vie d’Aya. Tout ce qui importait pour le mage noir, c’était la sécurité de la sorcière, mais il n'était pas certain d'être prêt à payer le prix de l'influence de Gavin, si elle se révélait désastreuse. Il quitta la galerie commerçante avec l’étrange sensation de ne pas savoir où il allait. Il ne pourrait plus faire machine arrière. Le sentiment de protection qu’il avait envers Aya se désagrégeait pourtant et une étrange boule au ventre se forma à son estomac. Et si Gavin jouait double jeu et était mal intentionné envers sa fille, qu’il tenait beaucoup plus à Moira ?  Et si il…..

Alors, tout ça ne serait qu’une énorme erreur. Et l’Ombre Blanche se ternirait.


Dernière édition par Azphel le Mar 30 Mai - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elly Wildsmith, Sam 29 Avr - 23:57


RP Unique – Tour de garde Auror

Une journée de paperasse a effectué au bureau des Aurors, suivi d’un tour de garde. Rien d’affolant. L’enquête n’était encore qu’à ses débuts sur les attaques de Poudlard et du Ministère et les Aurors devaient poursuivre le cours de leurs travaux habituels. A savoir les tours de garde. S’assurer que tout allait bien, que rien n’allais de travers. Ni plus ni moins qu’une ronde.

Pour ce tour de garde, Elly devait arpenter Londres. Ce qu’elle fit, avant de se diriger dans un centre commercial moldu. Un magasin juste impressionnant, étalés sur 5 étages et contenant une possibilité infinie d’amusement à moldus. Elly naviguait entre les étages, regardant les visages, cherchant des sorciers aux allures inquiétantes ou aux plans machiavéliques. Avec les Mangemorts et les Phenix, on ne pouvait jamais se reposer sur ses lauriers. Il fallait toujours être sur le qui-vive.

Néanmoins, ce jour-là, Elly ne remarqua rien d’inhabituel. Elle se faufila à l’extérieur du centre commercial, trouva une petite ruelle à l’écart et transplana en direction de son appartement.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elly Wildsmith, Dim 4 Juin - 0:08


[Sorry pour le DP]
Trépidante soirée, avec Eury, Ian et Evan

Une sœur. Se connaitre.

Voilà les mots qu’elle avait dits, espérant que cela suffise à la jeune femme pour qu’elle se décide à venir. Leurs escapades en Afrique les avaient rapprochés, mais elles devaient encore se découvrir, et pour cela, rien de mieux que de se côtoyer. Alors les jeunes femmes multipliaient les rencontres, et ce soir encore c’était une autre occasion de se découvrir différemment.

Elle s’était donné rendez-vous à proximité d’un centre commercial, non pas qu’elles souhaitaient faire du shopping, non. Elles se retrouvaient dans un bar juste à côté, l’occasion d’échanger tranquillement autour d’un verre. Et puis, cela soulagerait sans doute Elly. Depuis cette fameuse nuit où tout avait basculé elle avait du mal à y voir clair dans ses pensées. Ténèbres insidieux qui n’hésitaient pas à se faufiler dans le moindre neurone de la blonde pour y laisser trace de sa présence.

Alors quand elle avait retrouvé sa sœur, l’auror avait esquissé un véritable sourire. La brune était une bouffée d’air frais dans la vie de sa sœur, et cette dernière espérait en être de même. Après des salutations chaleureuses, les deux femmes avaient pris part autour d’un verre d’alcool, comme si cela pouvait délier leurs langues, les faire parler de ce sujet brûlant qu’elles n’avaient pas encore évoqué : leurs parents.

Elles entamaient la soirée fortement, avec deux whisky. La plus âgée avait suivi sa cadette sur l’alcool, se laissant mener par sa jeune sœur. Elly n’y connaissait rien dans ce genre de chose, son entraînement pour devenir Auror après Poudlard l’avait totalement éloigné de ce genre de pratique. Entraînement mental, physique et psychique. Voilà ce qu’avait été sa routine pendant 3 ans.

Lorsque le serveur, moldu, leur apporta les deux verres, Elly le remercia avec un sourire charmé. Tandis qu’il lui répondait par un sourire poli, Elly s’imaginait passait un temps avec lui. Et cette idée dans sa tête fut aussitôt chassé par les yeux émeraude de celui qui faisait battre son cœur. Elle souriait à Eurydice, comme si elle voulait lui cacher ce mal-être qui la rongeait.

Pour tenter de faire diversion, elle avala d’un trait le liquide ambré. Ce dernier lui brûla la gorge, enflamma ses sens et sa tête tourbillonna un instant. L’auror ferma les yeux, les rouvrit sur sa sœur et lui adrssa un nouveau sourire. Et puis, une question, posée innocemment « et sinon, toi, ça va ? ».

La soirée s’annonçait palpitante.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
Eurydice Wildsmith
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Eurydice Wildsmith, Lun 5 Juin - 0:12


L'Anglaise avait trépigné toute l'après midi. Elly était souvent apparue dans sa vie ces derniers temps et elle se rendait compte qu'elle se frayait une place quelque part dans son cœur. Elle l'envahissait sans le moindre effort d'une onde de chaleur.
Un Sourire lui éclaboussa à la figure et elle lui fit l'un des siens, en coin, le seul dont elle était capable qui savait capter toute l'attention.
Elly était là, à ses côtés et cela paraissait toujours quelque peu irréaliste mais elle commençait tout doucement à entrevoir ce que pourrait être demain, une fratrie peut être existante dans son regard.

La charmante brune était vêtue de l'unique robe bustier bleu gris de sa garde robe, dévoilant son opulente poitrine. Ses veines dessinaient le sillage à suivre. Elle avait voulu lui plaire mais surtout se plaire à elle-même en se regardant dans la glace, rien qu'une fois. Ses cheveux s'étalaient sur ses épaules, indomptables. Elle avait abandonné toute autre forme de coquetterie. * Pas de temps pour ses supercheries, ses artifices * bougonna-t-elle intérieurement. Seulement ce qu'elle n'avouait pas c'est qu'elle n'excellait pas dans le maniement d'un pinceau, encore moins de poudre ou de rouge à lèvre.

« Contente d'être avec toi » dit-elle tout bas à l'abri de toute oreille indiscrète.
« Par contre c'est l'enfer. Là-bas. » Ces quelques mots étaient tombés expliquant l'étendue de ses relations. Tendues. Sa mère s'obstinait à dire qu'elle l'avait désirée, de tout son amour et son père restait muet, distant, en dehors de ses conversations qui ne l'intéressaient pas. Elle avait l'impression que c'était plus exaspérant pour lui de jour en jour, joutant avec des mono syllabes et surtout troublant le calme habituel de la maisonnée.

« Et toi quelle est cette soudaine envie de boire un whisky comme ça ? Qu'est-ce-qui se passe ?
Ne me dis pas que ce moldu te plait ? »
ajouta-t-elle légèrement plus tendre même si elle ne pouvait cacher le ton méprisant sous jacent, cherchant la confidence derrière la façade. Elle était de celle que l'on dresse devant les inconnus, les autres, celle que l'on repeint continuellement de peur qu'elle s'émiette. Cela n'était que trop familier pour la tromper.

Elle sirotait tranquillement, avalant de petites lampées brûlantes, glissantes dans son gosier. C'était ce goût maltée qui lui traversait le corps embrumant ses yeux qui brillaient de mélancolie. Il fallait peut être qu'elles songent à essayer de s'accorder sur la sincérité. Avoir un début de confiance.
*quelle belle descente, j'espère qu'elle boit souvent...*
Elle, c'était le whisky qui avait commencé à accompagner ses clairs de lune pour que les nuits soient moins effrayantes, pour qu'elles s'habillent correctement d'un châle soyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Elly Wildsmith, Lun 5 Juin - 3:35


Visiblement, sa jeune sœur était ravie d’être avec elle. Et c’était réciproque pour l’auror, elle lui répondit par un sourire, simple, sans fioriture quelconque. Eurydice lui confirme qu’Elly pressentait déjà, dans sa famille c’était un peu le bordel. Il était évident que lorsqu’une enfant rentre chez elle et apprend à ses parents qu’elle n’est pas d’eux, cela crée forcement des tensions.

Tandis que l’alcool se répands dans les veines de l’auror, elle répond à sa sœur « Ne t’inquiète pas cela finira bien par passer. Et puis si tu veux, tu peux venir à la maison ». La phrase est sortie telle que la jeune femme la pensait, sans complexe, sans filtre. Eurydice serait la bienvenue partout où elle le voudrait, après tout, c’était sa sœur. A défaut d’avoir été présente pour elle pendant 17 ans, elle pouvait bien se rattraper maintenant.

Sa jeune sœur n’est pas idiote, et aussitôt pose une question qui met l’auror mal à l’aise. C’est vrai ? Pourquoi boire autant après tout ? Et puis, elle demande, si le moldu lui plait. Elly le détaille amourachée. Lui plait-il ? Absolument pas. Il n’a rien, rien de ce que LUI a. Aucun charme. Mais elle ne sait pas pourquoi, elle est attirée quand même.

Dans un murmure, elle lâche à sa sœur « Clairement, il me plait pas du tout ». Un rire amusé s’élève de la gorge de la blonde dont le regard se perd dans la démarche du serveur et elle lâche, entre ses dents « Un moldu, c’est toujours mieux qu’un mage noir ». Elle ne cherche pas à s’expliquer, elle espère que sa sœur ne posera pas plus de question.

D’une main, elle fait signe au serveur, un sourire enjôleur et elle demande la même chose. Tournée de whisky pour la jeune dame qu’il lui répond. Espèce d’inconscient. Mais il ramène rapidement ce qu’elle lui demande, alors elle continue toujours de sourire, et de boire. Boire pour oublier, oublier cet autre que son cœur refuse d’effacer.

- Je suis désolée Eury, ça va aller mieux. Et toi tes affaires de cœur ?


C’est vrai après tout, la blonde n’était pas la seule, peut être que sa jeune sœur avait également des problèmes de ce côté-là ? Elle souhaitait, en tout cas, qu’il n’en soit rien.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Dans un centre commercial - Page 5 Empty
Re: Dans un centre commercial

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 14

 Dans un centre commercial

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.