AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Sports magiques ~¤~ :: Quidditch libre
Page 1 sur 2
Entraînement par mauvais temps
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Entraînement par mauvais temps

Message par : Maître de jeu, Dim 25 Jan - 15:29


Le Quidditch, c'est drôle, c'est intéressant, c'est fatiguant mais c'est toujours un plaisir. Et même par mauvais temps ! Qui n'a jamais rêvé d'arriver dans une arène trempée, où le sol regorge tellement d'eau que vous avez l'impression de marcher dans un marécage pendant que vos pieds se font aspirer par la terre ? Qui n'a jamais rêvé de voler sous une pluie battante, qui peut même se transformer en grêle ou en neige, pendant que le vent froid vous fouette le visage et vous engourdit toutes vos articulations ? Qui n'a jamais rêvé de revenir trempé et plein de boue - pour les habitués à s'écraser sur le sol - dans les vestiaires, et finir malade pendant le reste de la semaine ? C'est bien sûr pour cela que tous les joueurs de Quidditch signent pour participer aux matchs ! Et c’est un plaisir également partagé par les fervents supporters.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Mer 4 Fév - 11:30


with Ebenezer Lestrange




La neige des derniers jours avait été remplacée par une fine pluie, qui tombait presque continuellement, détrempant le sol. Adieu le verglas et les batailles de boules de neige, place aux bains de boue et à une peau parfaite ! En effet, la neige étant complètement fondue, le Parc et les alentours de Poudlard ressemblaient à un immense terrain marécageux, sur lequel le moindre faux pas pouvait être fatal. L'herbe était glissante, tout comme les pavés qui parsemaient le chemin menant au château. S'il n'y avait que ça... il faisait froid, pas autant qu'avant, mais l'intensité était difficilement supportable car l'humidité faisait ressortir l'impression d'être glacé jusqu'aux os.

C'était donc un temps idéal pour sortir et jouer au Quidditch. Bon, pas vraiment, en fait. Mais c'était ainsi ! Célya avait prévu plusieurs séances d'entraînement individuelles avec ses joueurs et elle ne pouvait pas les repousser. Même si elle avait plus envie de rester dans sa Salle Commune au lieu de se peler sur le terrain, la blondinette était habillée et marchait d'un pas prudent, son balai à la main. Elle avait attaché ses cheveux blonds en une queue de cheval haute mais celle-ci était plate, à cause de la pluie. Des mèches mouillées s'échappaient, plaquées sur ses joues à cause du vent. C'était vraiment un temps pénible mais il fallait s'attendre à tout pendant un match. Aussi, finalement, le temps dégueulasse était bénéfique pour s'entraîner.

Arrivant dans les vestiaires, Célya prit le coffre contenant les différentes balles et, après un soupir, ressortit affronter les éléments. Elle se placer au bord du terrain de Quidditch et croisa les bras, son balai coincé en une étreinte. La Préfète n'avait plus qu'à attendre le joueur du jour. Ce n'était pas n'importe lequel : Ebenzer, l'un des Batteurs de l'équipe. Comment allait se passer ce tête-tête ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Mer 4 Fév - 17:38


Brrr... Un orteil dehors et Ebenezer avait déjà l'impression d'être bonhomme-de-neigisé. Parce qu'il y avait peut-être plus de glace partout mais le froid était resté, le froid et l'humidité. Génial, tout ça pour un tête-à-tête avec une blondinette piapiateuse alias Célya Shake alias aussi la nouvelle préfète et la nouvelle capitaine des Serdaigles. Déjà qu'elle lui avait piqué son insigne et son excuse bidon pour ne pas respecter le couvre-feu, maintenant elle voulait lui filer des cours de Quidditch alors qu'il était dans l'équipe depuis plus longtemps qu'elle? C'était n'importe quoi, du manque de respect pur et simple ! Mais comme le brun tenait à ses petites balades en balais, il était obligé d'y aller.

Batte posée sur l'épaule, tenue de Quidditch préalablement enfilée dans le dortoir plutôt que dans les vestiaires où il faisait encore plus froid, balai à la main, il avançait, pas très motivé, à travers la mare de boue qui servait désormais de parc à Poudlard. Foutue pluie, même avec les vêtements imperméabilisé il était trempé. L'eau lui dégoulinait sur le visage, partant des racines de ses cheveux encore mieux coiffés que d'habitude pour lui descendre le long du cou direction l'intérieur des habits. Génial, le rêve, tout ce qu'on voulait... Foutue pluie, foutu Quidditch et foutue Shake.

Il finit par arriver sur le terrain, la blonde y était déjà, son balai semblant lui servir de canne. L’entrainement n'avait même pas commencer qu'elle était déjà fatiguée? Il esquissa un sourire moqueur, mille répliques aussi agréables les unes que les autres vinrent dans son esprit mais il s'abstint. Il n'était pas là pour se prendre la tête mais pour voler. Il s'avança donc vers Célya en faisant attention ou il mettait les pieds. Le terrain était encore plus glissant que le reste.

- Salut. On s'y met sans traîner?

Il l'avait dit sans l'insulter, sans avoir l'air trop exaspéré, pas d'un ton très poli bien sûr, il s'en était tenu à la stricte neutralité. Un exploit vu les circonstances. La voleuse d'insigne pourrait toujours faire la fière, il allait lui mettre la misère au Quidditch.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Mer 4 Fév - 19:07


Les gouttes de pluie qui tombaient n'étaient pas grosse, mais plutôt fine, et c'était ça qui rendait l'averse très traîtresse. On avait l'impression que des cordes tombaient, et que quoi qu'on puisse faire, elles s'insinuaient dans le moindre interstice. C'était véritablement pénible mais voler avec un parapluie n'était pas très malin. Aussi, à l'inverse de nombre d'adolescentes soucieuses de leur apparence, même si Célya aimait s'occuper d'elle, la Préfète s'en fichait d'être trempée. Après, elle n'avait pas particulièrement envie de rester sous la pluie des heures, sous peine d'attraper la crève. Fallait pas abuser, non plus. Elle espérait ainsi que sa séance d'Ebenezer se passerait bien et vite !

En parlant du jeune homme, la blondinette avait peine à contenir sa mauvaise humeur face à ce qui l'attendait. Ebenezer, l'ancien Préfet de Serdaigle, était un sale impertinent. Tant qu'elle se tenait loin de lui et évitait de lui parler, Célya n'avait rien à dire sur lui. Hélas, il n'en allait pas toujours ainsi. Durant les entraînements collectifs, il fallait bien s'adresser à lui. Et bien qu'ils ne connaissaient que de vue et très rapidement, vu qu'ils étaient dans la même Maison et partageaient les mêmes cours, la blondinette ne le supportait pas. Pourquoi ? Mis à part son caractère ? C'était comme ça, point final.

« Salut. On s'y met sans traîner ? »

Célya faillit sursauter en entendant la voix du Batteur ; elle ne l'avait pas entendu arriver, et comme elle tournait légèrement le dos à la direction d'où il était venu, elle ne l'avait pas non plus vu. Elle releva la tête et l'observa, lui aussi trempé jusqu'aux os à cause de sa petite balade sous la pluie. Elle esquissa un petit sourire, voyant qu'apparemment, il n'était pas très heureux d'être dehors par un temps pareil. Cependant, la jeune fille avait ouï dire qu'il appréciait voler. Elle se redressa et empoigna son balai de sa main gauche et se fit sérieuse. Elle sentait que son aversion était réciproque pour elle. Au moins s'entendaient-ils sur un point !

« Ah, salut. Tu es en avance... »

La bleu et bronze fit demi-tour et, sans plus de cérémonie et de blabla inutiles, se rapprocha de la malle contenant les différentes balles. Celles qui l'intéressaient aujourd'hui étaient bien entendu les fameux Cognards, puisqu'Ebenezer était l'un des deux Batteurs de l'équipe. Son rôle était de faire dévier les balles sournoises vers les adversaires ou éviter que celles-ci ne touchent l'un des joueurs de sa propre équipe, en gros, protéger ses semblables. Ebenezer était bon mais Célya avait quelques techniques nouvelles à lui faire tester. Etant un garçon, il avait de la force... du moins l'espérait-elle ! Aussi, il était possible de lui faire des choses supplémentaires.

Célya se pencha et ouvrit la malle. Les Cognards s'agitaient dans leur petit lit. La capitaine de l'équipe se tourna vers Ebenezer, et après quelques secondes d'observation, libéra l'une des balles. Immédiatement, le Cognard fila vers le ciel, ne devenant qu'un petit point noir indistinct, au milieu des nuages gris. D'un coup d’œil appuyé en direction de son Batteur, Célya enfourcha son balai et s'élança dans les airs, savourant la sensation de quitter la terre ferme. Le vent, qui soufflait nettement plus fort en hauteur, lui fouettait le visage, faisant virevolter ses mèches rebelles et mouillées autour de son visage. Sa queue de cheval s'affolait derrière son crâne, battant le haut de son dos.

« Petit échauffement et tu me tapes le Cognard une ou deux fois ! » hurla-t-elle en prenant de l'altitude, l'invitant ainsi à la rejoindre.

Serrant le manche de son balai, la blondinette, qui n'avait en fait plus rien de blondinette étant donné sa tignasse mouillée, effectua quelques cercles dans les hauteurs, les yeux rivés sur Ebenezer. Elle abaissa les lunettes qui protégeaient ses yeux de la pluie. L'entraînement avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 15 Fév - 0:05


Comment ça en avance? Il arrivait en avance pour voir Shake? Brrr, un peu plus et il en aurait eu des frissons. Pourtant, il avait calculé pour arriver précisément à l'heure prévue, tel le magicien moyen, pour ne pas voir Célya trois minutes de plus que l'heure de l'entraînement ni avoir droit à des remarques pour son manque de ponctualité... Il se passa la main dans les cheveux, ramenant en arrière les mèches trempées qui lui collaient au visage pendant qu'elle s'éloignait vers la malle à balles. Elle n'était pas sérieuse? Elle ne voulait quand même pas sortir les cognards sous la pluie alors qu'ils ne voyaient pratiquement rien?

Apparemment si. Après l'avoir dévisagé un petit moment, elle en avait lâché un qui partit comme un boulet de canon en direction du ciel grisâtre. Ça allait être très marrant pour le retrouver... Cette fille était une vraie plaie. Il soutint son regard sans ciller, ne la quittant pas des yeux lorsqu'elle décolla.Tombe, tombe, tombe! Mais aucun éclair ne vint foudroyer la nouvelle préfète et il aurait bel et bien à son entraînement très humide.

- Petit échauffement et tu me tapes le Cognard une ou deux fois !

Ce n'était pas la peine de crier, il n'était pas sourd. De mauvaise grâce, il enfourcha à son tour son balai et donna un coup sur le sol pour décoller. Sa mauvaise humeur s'envola quasiment avec lui. Quasiment parce qu'il fallait pas trop rêver. Il avait froid, il était trempé et Shake l'énervait... Il fit un ou deux tours du terrain, batte en main, espérant repérer le cognard. Une balle dans les gris sous la pluie... C'était pas hyper malin... Ils n'auraient pas pu les peindre en rose fluo? Ça aurait été beaucoup plus facile à repérer... Un sifflement sur sa gauche lui indiqua que la saleté fonçait droit vers lui. Il fila un coup dedans quand elle fut suffisamment proche, ne se donnant pas la peine de viser. Il ne l'avait vu qu'au dernier moment. Il fallait qu'il se concentre plus sinon le prochain serait pour sa pomme.

Il fit un tour de terrain de plus, la tête en bas cette fois pour être moins dérangé par la pluie. Techniquement, le cognard n'avait que deux cibles possibles. La blonde qui l'observait depuis le début et lui. Or elle ne bougeait pas donc tel le boomerang moyen, la balle tueuse n'allait pas tarder à revenir vers le batteur. Il plissa des yeux et finit par la distinguer à travers les gouttes. Cette fois-ci, il prit tout son temps histoire de bien viser. Il positionna sa batte dans la bonne direction, arma son bras gauche et BIM! Le cognard partit droit vers Célya et passa à un mètre au-dessus de sa tête. Ebenezer lui fit un petit sourire d'excuse absolument pas hypocrite.

-Je fais quoi maintenant? lui demanda-t-il, sans rien cacher de son impatience à rentrer au chaud.


Dernière édition par Ebenezer Lestrange le Ven 27 Fév - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Sam 21 Fév - 14:13


Tirant légèrement sur le manche de son balai afin de monter plus en hauteur, Célya sentait que les gouttes de pluie devenaient plus grosses et plus lourdes. Celles-ci s'écrasaient sur son visage, et mouillaient encore plus ses cheveux dont la queue de cheval battait au vent. Dans les airs, les éléments étaient plus déchaînés que sur terre, ce qui rendait les conditions difficiles pour jouer au Quidditch. C'était très bien pour un entraînement car les joueurs devaient parer à toute éventualité : un match pouvait se jouer qu'il fasse grand soleil, qu'il neige, qu'il pleuve ou qu'il vente, qu'il y ait de l'orage ou une canicule. Ce n'était sûrement pas la météo qui arrêterait un match. Aussi, même s'il faisait complètement dégueulasse, ce temps de chien était idéal pour jouer au Quidditch.

Célya maintint son balai, alors qu'une rafale de vent la secoua violemment. Elle observait Ebenezer, qui s'était lancé à son tour à l'assaut des airs, sa batte en main. Il lui semblait percevoir une pointe d'agacement dans ses faits et gestes, ce qui n'était pas pour déplaire à la jeune fille. Le Batteur était désagréable, et cette petite victoire lui arracha un léger sourire. Ce dernier disparut vite avec la concentration sur l'entraînement qui avait lieu. La blondinette avait demandé au Serdaigle de frapper le Cognard une ou deux fois, histoire qu'il s'échauffe, avant de passer à la première phase. Pour l'instant, le Cognard était invisible, balle perdue au milieu des nuages gris.

Bientôt, cependant, Ebenezer put frapper une première fois dans la balle. Celle-ci arrivait à pleine vitesse et ce fut de justesse qu'il parvint à la cogner. Exécutant un cercle au-dessus de son joueur, la capitaine ne pipa mot pour le moment. Les conditions n'étaient pas les plus idéales pour repérer un Cognard mais il fallait qu'il fasse avec. Comment pouvait-il se débrouiller en plein match, avec des conditions identiques, s'il ne s'entraînait pas avec sérieux ? Secouant la tête, Célya vola à sa hauteur mais s'éloigna de lui, pour ne pas recevoir un coup de batte mal placé. Avec lui, on pouvait s'attendre à tout...

D'ailleurs, la deuxième fois que le Cognard venait droit vers lui, le Batteur était fin prêt. Il positionna son arme et frappa fort dans la balle lorsque celle-ci parvint jusqu'à lui. Le Cognard fila droit vers Célya, qui ne bougea pas d'un pouce. La balle passa au-dessus de sa tête, faisant un petit courant d'air dans la pluie. Si la jeune fille avait tenté de l'éviter, elle l'aurait sûrement pris de plein fouet. Or, Ebenezer avait très bien visé, elle en était sûre et certaine. Il lui sourit mais la blondinette savait que cela n'avait rien de sincère.

« Je fais quoi maintenant ? »

L'impatience était un vilain défaut ! Célya sentait qu'il n'avait pas du tout envie d'être ici, sous la pluie. Elle le comprenait car elle non plus n'avait franchement pas envie de se balader par un temps pareil. Mais si cet entraînement pouvait exaspérer Ebenezer, elle ne s'en priverait pas. La Serdaigle fit durer le suspens, tournoyant au-dessus de son joueur. Oui, qu'allait-il faire, maintenant ? La réponse était pourtant simple à deviner. Il était Batteur et son rôle était de frapper dans les Cognards, histoire de ne pas amocher ses collègues mais les joueurs de l'autre équipe. Qu'attendait-il ? Elle lui fit signe de la suivre et elle s'envola vers les cercles qui servaient de buts.

« Je veux que tu vises les cercles tour à tour, quand le Cognard reviendra. »

Autrement dit, Ebenezer devait marquer trois buts avec le Cognard, un but dans chaque cercle. C'était encore relativement simple, comme exercice. Célya voulait travailler sa précision mais elle n'avait aucun doute concernant son aptitude à parfaitement viser les points qu'il désirait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 27 Fév - 15:03


Il continuait à suivre le cognard des yeux en attendant la suite des instructions. Un coup à droite vers les gradins, un coup à ras du sol, la balle ne semblait même plus les calculer. Loin de se calmer, la pluie tombait toujours autant et Ebenezer regrettait de ne pas avoir de lunettes comme celles de Célya. Il serait grand temps qu'il investisse. Soupir. La blonde voulait pas lui répondre et lui tournait au-dessus de la tête ce qui avait don de l'énerver. La salle commune lui manquait et il regrettait l'époque où c'était un radis qui l’entraînait.

Elle bougeait enfin, lui faisant signe de la suivre. Il n'était pas son chien alors il traîna. Au loin, il crut entendre un coup de tonnerre. Génial, ils allaient terminer foudroyés en plus d'être trempés jusqu'aux os. Il finit par la rejoindre devant les anneaux et il devina la suite de l'échauffement... Pour l'instant, rien de bien compliqué.

- Je veux que tu vises les cercles tour à tour, quand le Cognard reviendra.

Bingo, il aurait à continuer à faire le poursuiveur. Juste un changement de balle, une batte en plus et des équipiers en moins. Petit cognard, où es-tu? Qu'on en finisse au plus vite. Il s'éleva un peu plus pour avoir une vision d'ensemble. Pas la moindre ombre grisâtre en approche. Juste la pelouse en contre-bas qui ressemblait de plus en plus à une mare aux canards. Ah, à droite, quelque chose avait bougé. Impact dans trois, deux, un, BIM. La balle fusa vers l'anneau le plus à gauche, vingt points pour serdaigle! Au suivant maintenant. Le cognard fit demi-tour et revint foncer sur le brun qui le renvoya illico en direction de l'anneau du milieu. Il grimaça, il avait un peu raté. La balle avait rebondit contre le cercle de métal. Il alla droit sur elle, tenant fermement sa batte, et mit un grand coup dedans. Cette fois, il avait marqué. Pas trop compliqué étant donné qu'il s'était avancé à trois mètres des anneaux. Plus qu'un dernier.

Un éclair déchira le ciel suivi presque immédiatement d'un grondement caractéristique. L'orage était tout proche. Il s'éloigna des anneaux qui faisaient d'excellents paratonnerres et lança un regard noir à Célya, chose qui ne servait à rien car c'était à peine s'il pouvait distinguer sa silhouette. Il pleuvait de plus belle et le vent s'était levé. Cramponné à son balai, Ebenezer resserra sa prise sur la batte rendue glissante par toute la flotte qui tombait. Il passa devant Célya, il espérait qu'elle se gelait au moins autant que lui, et repensa aux dernières fois qu'il l'avait vu. Il la croisait toujours dans les bars en fait. Une fois il l'avait à moitié kidnappée pour chasser l'Erkling, Erkling qu'elle s'était amusée à faire fuir, et l'autre fois avec... Il ricana. Cette fille avait vraiment des goûts pourris et Ebenezer n'allait pas se gêner pour lui faire remarquer.

- Alors, comme ça on a tellement rien à faire qu'on drague des vendeurs ennuyeux dans les bars? demanda-t'il, moqueur.

Il se racla la gorge, par ce temps, il fallait presque hurler pour se faire entendre. Le cognard fonçait sur eux et Ebenezer l'envoya rageusement balader en direction de l'anneau à droite. Sans vérifier si le but y était ou pas, il se tourna vers la blonde. Si seulement il avait fait beau et si seulement il avait été en meilleure compagnie... Nouveau coup de tonnerre.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Dim 22 Mar - 13:49


Un rafale de vent manqua de déstabiliser Célya. Heureusement, celle-ci avait un bon équilibre et se tenait au manche de son balai. Le temps n'était franchement pas idéal pour voler mais la jeune fille ne cessait de se répéter que c'était justement dans de telles conditions qu'il fallait s'entraîner, histoire de paraître à toute éventualité. Elle voyait que cela ne plaisait pas à son Batteur mais ce qu'il pensait ne comptait pas. En effet, il avait beau se plaindre et être bougon, cela ne changerait rien à la détermination de la capitaine de Serdaigle : ils devaient faire un carton dans les prochains matches et pour cela, un entraînement intensif était de mise. Alors, même s'il pleuvait et ventait, même si l'orage faisait rage, elle devait le faire.

Ebenezer l'avait suivie jusqu'aux cercles qui servaient de buts. Pour le moment, il faisait bien son job. Célya devait le reconnaître, c'était un joueur doué pour ce qu'il faisait. C'était pour cela que la blondinette l'avait gardé dans l'équipe. Son caractère de m*rde et ses manières, elle pouvait les oublier uniquement parce qu'il était un atout. Mais en dehors, elle ne pouvait vraiment pas le supporter. Ce qui était apparemment réciproque, et tant mieux. Célya ne lui avait pourtant rien fait... si ? Pris son insigne de Préfet ? Il ne le devait qu'à lui-même, après tout ! Ce n'était pas de sa faute s'il ne méritait pas d'être Préfet et de montrer l'exemple... Un sourire naquit sur les lèvres de la jeune fille, en repensant au changement de poste.

Un coup de tonnerre la fit sursauter. Célya n'avait jamais aimé les orages, et en avait même peur. Elle se mit alors à trembler sur son balai. Mais il ne fallait rien montrer, surtout pas à Ebenezer, qui se ferait une joie de la narguer. Le jeune homme avait réussi à placer le Cognard dans deux anneaux, après une tentative ratée pour celui du milieu. Il s'était éloigné un moment, sans doute pour chercher la balle ensorcelée. Il n'était plus qu'un point flou derrière le rideau de pluie, qui empêchait une bonne vue. La blondinette soupira et se força à se calmer, profitant de l'absence du Batteur pour laisser libre cours à sa frayeur.

« Alors, comme ça on a tellement rien à faire qu'on drague des vendeurs ennuyeux dans les bars ? »

Célya sursauta, voyant le joueur passer devant elle. Elle le foudroya du regard, tandis qu'il frappait une dernière fois dans le Cognard. Celui-ci frôla le bord de l'anneau mais le but était marqué. Ebenezer reporta son attention sur sa capitaine. Cette dernière était sûre qu'il se marrait intérieurement. Le rouge monta aux joues de la demoiselle, tandis qu'elle se remémorait la fameuse soirée où l'ex-Préfet l'avait surprise en compagnie d'un garçon à la Tête de Sanglier. Cela faisait des semaines et des semaines mais il s'en souvenait. Un nouveau coup de tonnerre gronda dans le ciel. L'orage semblait se rapprocher. Célya n'aimait pas ça.

Après avoir mangé une salade, pas si excellente que ça, et bu quelques verres, Célya était partie en compagnie du fameux vendeur dont faisait mention Ebenezer. C'était Ethan, qui travaillait à la boutique d'animaux magiques. Ce qui s'était passé ensuite restait flou mais tout de même gravé dans la mémoire de la blondinette. Cela lui appartenait, et le Batteur n'avait absolument aucun droit de se mêler de sa vie privée. Et elle n'allait certainement pas se priver de le lui dire.

« Ce ne sont pas tes oignons, et puis tu ne t'es pas regardé ! » répliqua-t-elle en se rapprochant.

Une rafale de vent balaya le terrain de Quidditch et frappa les deux joueurs de plein fouet. L'angle de la position de Célya n'était pas bon, aussi la jeune fille fut projetée en direction des anneaux, surprise par cet affront de la nature. Elle peina à se remettre droit mais à ce moment-là, un éclair zébra le ciel et frappa l'un des cercles. Trop près, la jeune fille reçut une décharge électrique. Poussant un cri de douleur, elle fut déstabilisée et, paralysée un moment par le choc, ne put se retenir à son balai. Elle se sentit tomber, tomber, tomber. C'était un peu au ralenti, ou alors le vent faisait office de barrière contre la pesanteur. Mais cela ne suffit pas à arrêter Célya et la blondinette s'écrasa au sol.

Le souffle coupé par l'impact, la blondinette gémit et tenta de bouger. Elle avait mal partout, tout son corps semblait chargé de douleur. L'impact avec le sol mouillé ne lui avait apparemment rien cassé mais elle aurait certainement une bosse sur le front et quelques contusions ailleurs. Célya toussa, cracha un peu de boue et se retourna sur le dos, endolorie, meurtrie. Dieu qu'elle se sentait mal.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 22 Mar - 18:54


Shake avait peur du tonnerre. Ebenezer le comprit rapidement malgré les efforts de la blonde pour le cacher. Ça le faisait même rigoler. Elle avait maintenu l'entrainement juste pour l'emmerder, c'était évident, et maintenant, c'était elle qui devait le regretter le plus. La voir sursauter à chaque coup de tonnerre avait un côté réjouissant, en rajouter l'était encore plus. Parler de la vie privée de la préfète proprette était donc tout trouver. Ça ne rata pas. Rouge aux joues et regard assassin, Célya faisait très très peur et Ebenezer lui fit son plus beau rictus moqueur.

- Ce ne sont pas tes oignons, et puis tu ne t'es pas regardé !

Et le ciel, en réaction à la déclaration de la fille, envoya une rafale de vent. Accroché à son balai et serrant les dents, Ebenezer songeait qu'il s'était tout à fait bien regardé et qu'il n'avait pas l'air d'être un mec trop ennuyeux. La preuve, Lizzie l'embauchait à chaque fois pour faire des conneries. De plus, tout ce qui se déroulait dans son bar était ses oignons. Il allait répliquer par une autre remarque bien sentie quand il s'aperçut que Célya, incapable de résister à un simple coup de vent, était aller dire bonjour aux anneaux. Ce manque total de douéitude le laissa songeur. Lui aussi avait été expédié sur quelques mètres mais pas si loin. Pour une capitaine, Shake ne gérait vraiment pas. Il s'apprêtait à se moquer une nouvelle fois d'elle quand il vit l'éclair arriver au ralenti, droit vers les anneaux et vers la blonde par extension. Et m*rde!

Ebenezer n'était pas un mec particulièrement gentil ou sympa. Il se fichait pas mal que les autres se fassent mal, se blessent gravement ou encore se tuent. Mais ils étaient priés de ne pas le faire devant lui. Parce qu'Ebenezer était un lâche et que la non-assistance à personne en danger, il ne voulait pas avoir à l'assumer. Il avait donc sorti sa baguette sans même faire attention quand il vit Célya se détacher de son balai et commencer à dégringoler. #WINGARDIUM LEVIOSA MAXIMA Il avait hurlé le sort, un peu trop fort d'ailleurs pour que ce ne soit purement que pour soulager sa conscience. Il n'y fit pas attention et se concentra sur Célya et sa chute. Il ne pouvait pas l'arrêter, le temps était contre lui, mais fit tout son possible pour la ralentir au maximum.

Un siècle plus tard, le temps qu'il fallut à Shake pour atteindre enfin le choc, il rangea enfin sa baguette. La métamagie n'était pas encore sa spécialité, il était tout essoufflé mais ça ne l’empêcha pas de piquer vers la silhouette de la blonde. Nouveau coup de tonnerre. Remake de la scène finale d'un film apocalyptique en somme, avec le héros qui arrivait sur son cheval blanc pour sauver la blondasse qui s'empéguait dans des situations pas possibles. Sauf qu'il n'était pas un héro, que l'idée lui donnait envie de mourir et qu'il ne pouvait absolument pas blairer Célya. Son atterrissage entre les gouttes de pluie fut à peu près réussi, il réussit à ne pas glisser sur l'herbe mouillée et se précipita vers l’empêcheuse de tourner en rond. Elle était vivante vu qu'elle s'était retournée sur le dos. Bonne initiative, se noyer dans une flaque après avoir survécu à une longue chute aurait cruellement manquer de classe.

Il ralentit au fur et à mesure, laissant tomber sa batte en chemin. Il allait en faire quoi de la blonde maintenant? Il avait rempli sa part du contrat: pas de cadavre sur le terrain de quidditch, il pouvait s'en aller l'esprit tout à fait serin. Pourtant, il continuait à avancer et s'agenouilla bientôt à côté d'elle.

- Hé! Shake! Ça va?

Il la secoua un peu pour la faire réagir, vira une mèche blonde qui trainait su son visage et l'inspecta rapidement. Aucune grosse blessure visible, elle aurait des bleus, ça il en était sûr, mal partout pendant une ou deux semaines, mais rien de trop grave. encore heureux, ils avaient des matchs à gagner après tout. La pluie ne s'arrêtait pas et Shake allait finir allongée dans une mare au canard.

- Tu peux marcher ou t'es une assistée jusqu'au bout et faut que je te traîne jusqu'au vestiaire? demanda-t-il, froid au possible.

Cette histoire lui prenait la tête et il se demandait encore pourquoi il aidait cette foutue préfète alors qu'il avait envisagé mille et une façons de la tuer. Il secoua la tête, se releva et tandis la main vers la blonde pour l'aider à se relever. Un bon test en somme, soit elle arrivait à la prendre et à se relever à peu près, soit il était bon pour la porter.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Dim 22 Mar - 19:35


| Libre-arbitre d'Ebly accordé |


Tout n'était plus que confusion et douleur. Célya avait les yeux fermés, les poings serrés, espérant ainsi faire disparaître ses maux. Mais rien n'y faisait, tout son corps était une plaie qui refusait de guérir. L'image était peut-être poussée pour décrire ce qu'elle ressentait, pourtant elle se sentait presque sur le point de pleurer tant la douleur était intense. Se prendre une décharge provenant d'un éclair n'était franchement pas agréable, elle payait pour le savoir mieux que n'importe qui. Rien que ça suffisait à la faire hurler intérieurement. Seulement, la jeune fille avait aussi fait une chute de plusieurs mètres, et atterrir sur le sol ne faisait pas du bien, quand bien même la boue avait amorti la chute. Ce qu'elle ne savait pas, évidemment, c'était que son Batteur avait fait en sorte que la chute ne soit pas trop fatale. Mais ça, elle ne le saurait pas, probablement jamais.

Il lui semblait que des heures s'étaient passées. Cependant, cela ne faisait que quelques minutes à peine. Célya sentit qu'on la secouait, puis une voix parvint à ses oreilles mais celles-ci bourdonnaient tellement que la blondinette avait l'impression qu'on lui parlait depuis l'autre bout du monde. Cette voix était masculine et étrangement familière. La Serdaigle dut faire un effort de volonté pour se concentrer sur ce son, puis elle entrouvrit les yeux. La lumière grise et la pluie lui fit plisser le nez. Ainsi donc, cela faisait vraiment à peine quelques instants que son accident s'était produit. Et la voix appartenait à nul autre qu'Ebenezer. Celui-ci s'était agenouillé à côté de la capitaine.

« Tu peux marcher ou t'es une assistée jusqu'au bout et faut que je te traîne jusqu'au vestiaire ? » disait-il.

La blondinette ne comprit pas tout de suite ce qu'il disait, mais peu à peu, le grondement qui résonnait à ses oreilles s'estompa et le sens de ses paroles frappa Célya. Encore trop sonnée pour répondre quoique ce fut, elle secoua la tête mais ne put pas dire si cela fut une tentative réussie. Elle avait peine à bouger ses muscles, aussi marcher jusqu'aux vestiaires ne serait pas possible. La Serdaigle vit que le jeune homme secouait la tête, se relevait et tendait la main pour l'aider à se relever. Célya gémit et fit un effort surhumain pour tendre le bras et attrapa la main tendue. Elle n'avait plus aucune force, et ce fut Ebenezer qui la souleva du sol, l'amenant à se mettre debout.

Ce ne fut pas une franche réussite. La jeune fille sentit ses jambes se dérober et s'écroula dans les bras de l'ex-Préfet. Celui-ci la rattrapa immédiatement, mais ses gestes étaient tels que Célya avait l'impression d'être une maladie grave. Était-elle si insupportable que cela, à ses yeux, pour qu'il soit si détestable, même en pareille situation ? Ayant la nausée, la blondinette ne pensa plus et se concentra pour ne pas vomir sur Ebenezer, bien que l'idée était tentante. Elle se laissa un peu plus aller, tant parce qu'elle n'avait pas la force de rester debout que pour faire ch*er son Batteur. Même dans cet état, elle était encore capable de lui rendre ses coups. C'était pour le Cognard, ça !

Finalement, n'ayant plus trop le choix, Ebenezer hissa la jeune fille dans ses bras et se tourna vers l'entrée des vestiaires, qui se trouvait à quelques mètres. Célya se sentait telle une princesse se faisait raccompagner dans son château par un prince charmant venu la délivrer d'une tour infranchissable. Cette idée la fit sourire, et elle aurait éclaté de rire si son état le lui avait permis. Elle blottit sa tête contre le torse de son joueur, espérant se protéger de la pluie qui s'écrasait sur son visage. Elle se sentait vraiment mal, ses muscles étaient contractés mais la blondinette sentait ses idées lui revenir petit à petit.

« Je... mal... Tu... merci... » balbutia la jeune fille.

Parler n'était pas encore une franche réussite. Bientôt, Ebenezer et Célya atteignirent le vestaire. La blondinette accueillit la sécheresse avec bénédiction. Il faisait également plus chaud à l'intérieur mais encore trop clair à son goût. Elle plissa les yeux tandis que son chevalier servant la déposait sur une banquette. Bonne âme jusqu'au bout, le jeune homme réduisit la luminosité, pour permettre à Célya de s'acclimater doucement. Celle-ci gémit, tenta de bouger mais c'était encore douloureux. Elle se retira en elle-même, tentant d'évaluer la situation. Elle n'avait rien de cassé, c'était sûr, mais elle avait certainement de grosses ecchymoses un peu partout. Sa tête lui faisait également souffrir.

Elle tourna la tête vers Ebenezer. Ce dernier retirait une partie de son équipement de Quidditch. La jeune fille se dit alors qu'elle voyait extrêmement bien. Ses lunettes de pluie avaient dû tomber durant sa chute. Célya regarda alors le plafond et se mit soudainement à frissonner. Sa tenue était trempée, ses cheveux aussi, et en plus de cela, la boue recouvrait une bonne partie de son corps. Elle la sentait déjà sécher sur sa joue et dans sa chevelure. Il fallait vite qu'elle se réchauffe sinon, en plus de contusions, elle souffrirait bientôt d'une pneumonie ! Et tout cela serait la faute d'Ebenezer, qui n'aurait pas fait le nécessaire pour soigner sa Préfète.

Celle-ci savait qu'il était loin de l'apprécier mais laisser quelqu'un crever de froid n'était pas dans son ordre d'idée. Si le cas inverse s'était présenté, Célya n'aurait pas hésiter. Mais quant à savoir ce qui se tramait dans la tête de l'autre Serdaigle, c'était une autre paire de manches ! La jeune fille gémit encore une fois et se mit à trembler.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 22 Mar - 22:15


LA de Blondy accordé

Cent ans avant de "réagir" et un millénaire pour lever la main en mode cadavre mal-ressuscité. Shake avait connu des jours meilleurs et commençait légèrement à lui taper sur les nerfs. Avec toute la patience et la douceur qui le caractérisaient, Ebenezer lui choppa la main, histoire d'accélérer le mouvement, et releva la blonde en utilisant la technique du flemmard, c'est à dire en se laissant basculer vers l'arrière. La blonde fut donc rapidement sur pied et se mit à vaciller. Un câlin de la part de Shake, il n'aurait jamais cru ça, même après dix litres de whisky Pur-Feu. Génial, tout simplement génial, il allait être contaminé par la shakitude aiguë, alias la maladies des enfants sages. Beurk! Il la rattrapa quand même, trop de comique de répétition tuant le comique de répétition, et soupira. Il avait une blondasse qui prenait son torse pour un matelas affalée sur lui et il était bon pour la porter jusqu'au vestiaire. Joie et licorne!

Il hésita à la prendre en sac à patates parce que d'un, ça la ferait chier, de deux, ça lui appuierait sur les bleus et de trois, il tenait encore trop à son honneur pour la porter autrement. Sauf que la mettre sur une seule de ses épaule était un très mauvais plan vu sa musculature ô combien développée. Un coup à ce qu'ils finissent tout les deux par terre avec une luxation de l'épaule pour le brun en prime. Il porta donc l'espèce de boulet-préfet avec ses deux bras, la trouva très lourde sur le coup, hésita à la relâcher sur le champs quand il sentit qu'elle se blottissait contre lui et zigzagua entre les flaques d'eau.

La blonde lui baragouina un truc. Incompréhensible, bien entendu, vu qu'elle avait la diction d'un enfant de trois ans. Soit elle simulait très bien, soit elle avait régressé. Dans les deux cas, Ebenezer ne prit pas la peine de répondre ni même de faire semblant d'avoir compris et préféra ouvrir la porte des vestiaires d'un coup de pied bien senti. Il déposa la blonde sur un des bancs, s'étira le dos et constata avec bonheur qu'il se sentait bien plus léger d'un coup. Célya plissait des yeux bizarrement alors, s'improvisant décodeur des tentatives de communications de blondes infirmes, il éteignit la lumière.

Il avait un peu froid et les vêtements tout collants à cause de la pluie n'amélioraient pas vraiment ça. Il enleva donc sa cape, ses protections et s'apprêtait à retirer son t-shirt trempé quand il s'aperçut que Shake le regardait. Hors de question de lui faire un strip-tease, il se sécha donc d'un coup de baguette magique et remettrait son uniforme plus tard. Il retourna vers la préfète. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en plus de gémir et de trembler - elle le faisait décidément drôlement bien, il lui demanderait la technique plus tard - , c'est qu'elle était crade, genre vraiment. Avec de la boue partout et tout... Décidant de faire d'une pierre deux coups, le brun la souleva à nouveau et la foutu dans les douches. Ne prenant pas la peine de la déshabiller, il régla l'eau au plus chaud et dirigea le pommeau vers la préfète. Il avait été super sympa, il n'avait pas mis trop de pression, mais n'hésita pas à lui mettre le jet d'eau droit sur le visage pour la décrader un peu.

Jugeant que la douche avait suffisamment duré, il sécha ses vêtements magiquement et lui jeta une serviette dessus. Il en avait déjà trop fait, il n'allait pas jouer au gentil garçon avec toutes les blondes qu'il croisait, Boccini lui filait déjà suffisamment de boulot même s'il ne s'en plaignait pas. Il aida Célya à se relever et à se traîner jusqu'à son banc. Maintenant, il était l'heure pour lui de s’entraîner à son futur métier... Il ralluma la lumière et examina la blessée. Il balança un #Episkey sur son front, suivit d'un #Consequat Musculum pour les muscles et enfin un #Cura As Velnus pour la douleur. Il lui aurait bien greffé une troisième main ou tenté une expérience du genre mais il n'avait pas vraiment de quoi faire à disposition et était un peu fatigué par sa mission "remettons la préfète sur pieds". Mission témoignant d'un masochisme certain vu qu'il était évident que Shake ne manquerait pas de trouver quelque chose à lui reprocher.

- Ça va mieux?

Première parole prononcée depuis qu'ils étaient dans la pièce, litanies latines exceptées. Le silence, il n'y avait que ça de vrai mais le fait que Célya ne lui répondait pas, ça lui plaisait pas trop. En fait, elle avait l'air de planer un peu et Ebenezer allait se faire un plaisir de la refaire descendre sur terre. Deux moyens de la faire réagir: lui foutre une baffe très méritée ou l'embrasser. Allez savoir pourquoi, le brun choisit la deuxième solution. Il pencha la tête vers la blonde, posa ses lèvres contre les siennes et lui colla un baiser avant de s'éloigner de nouveau.

- Je réitère ma question maintenant... Ça va mieux? redemanda-t-il, l'air malicieux.

Ok, quelqu'un avait mis un truc de pas net dans son jus de citrouille. Il n'avait aucune idée de ce qu'il était en train de faire sauf la certitude que ça emmerderait la blonde bien comme il faut. Il attendit quelques instants avant de se pencher de nouveau vers elle. Bon, peut-être qu'il ne détestait pas Célya tant que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Dim 22 Mar - 23:32


| Toujours okay pour le LA |


Aussi loin qu'elle s'en souvienne, Célya n'avait jamais été dans un tel état. Elle s'était déjà cassé la figure à vélo, ou en glissant malencontreusement, mais jamais elle n'avait eu aussi mal. Sans parler du fait qu'elle avait les vêtements trempés, comme si elle s'était baignée toute habillée dans un lac gelé et s'était roulé dans la vase. Ses vêtements de Quidditch lui collaient à la peau, et Célya avait la très nette impression d'être nue, tant la couche était devenue une seconde peau. Le pire, c'était l'humidité et la boue qui collaient. Et ces tremblements, ne voulaient-ils donc pas cesser ? Encore un peu et la jeune fille se mettrait à claquer des dents. Mais heureusement pour elle, son sauveur avait enfin remarqué qu'il fallait réchauffer l'accidentée. Bien entendu, il entreprit avant cela de se sécher lui, avant de se tourner vers la blondinette.

Cette dernière se sentit à nouveau portée. En tout cas, elle devait avouer qu'Ebenezer était plutôt confortable, aussi lorsqu'il la déposa dans l'une des douches des vestiaires, elle eut presque de la peine à le quitter mais elle n'eut presque aucun remord à se laisser déshabiller. Mais ce ne fut pas ça qui n'arriva car le jeune homme entreprit de la doucher toute habillée. Il n'y allait pas trop fort avec le jet, laissant l'eau chaude réchauffer peu à peu Célya. Lorsqu'elle reçut le jet sur le visage, elle se doutait que c'était fait exprès mais elle était trop naze pour protester. Et puis, cela lui faisait du bien, elle sentait la crasse disparaître. Mais les vêtements mouillés, collant encore plus à sa peau, c'était vraiment désagréable, même si la chaleur était la bienvenue. Heureusement, le Batteur la sécha vite à l'aide d'un sort bien exécuté, et lui jeta une serviette sur ses épaules.

Célya songeait que la douceur n'était vraiment pas une chose habituelle pour lui. Néanmoins, il s'occupait d'elle, alors qu'il ne la supportait pas. Y avait-il finalement un peu de bon au fond de lui ? Ebenezer l'aida à regagner les vestiaires et la fit se rasseoir sur la banquette où elle était allongée plus tôt. Ses vêtements secs et ses cheveux plus ou moins propres mais secs eux aussi la faisaient déjà se sentir plus encline à une reprise de conscience. Ses muscles restaient douloureux, ainsi qu'une bonne partie de son corps. Peut-être lui fallait se rendre à l'infirmerie, non ? Cependant, l'ex-Préfet n'y pensa pas et, après avoir rallumé la lumière à son maximum, s'amusa à jouer au Médicomage. La blondinette eut mal aux yeux mais ceux-ci s'adaptèrent très vite.

Ebenezer lança plusieurs sortilèges, dans le but de soulager la douleur de la capitaine. Il soigna une blessure sur son front, ce qui fit disparaître la bosse. La jeune fille eut l'impression qu'un poids lui était retiré, et lorsque ses muscles se dénouèrent et que la douleur reflua, elle se sentit vachement mieux du coup. Son Médicomage du jour lui demanda si ça allait mieux, mais Célya ne répondit pas tout de suite. Elle voulait juste reprendre ses esprits et savourer le fait ne plus rien ressentir de douloureux. C'était une sensation merveilleuse et, même si la blondinette ne se sentait pas en forme, elle se devait de remercier Ebenezer pour lui avoir prodigué les premiers soins.

Elle n'eut pas l'occasion d'ouvrir la bouche pour le lui dire car celle-ci fut légèrement occupée quelques secondes. Célya vit le Serdaigle se pencher vers elle et avant d'avoir compris ce qui se passait, Ebenezer avait posé ses lèvres sur les siennes. Le contact fut de courte durée, mais ces quelques secondes lui firent perdre à nouveau ses esprits. Lorsque le jeune homme se détacha d'elle, la Préfète ne savait pas trop quoi dire, ni quoi faire. Le gifler ? L'attirer vers elle pour recevoir encore un baiser ? Ou le gifler fortement ? Très fortement ?

« Je réitère ma question maintenant... Ça va mieux ? »

Célya devait avoir l'air complètement débile. Déjà qu'avec sa chute, elle n'était pas dans son état normal, mais là, alors... Son cerveau refusait de fonctionner correctement et clairement. Une question se posait à son esprit : pourquoi avait-il fait ça ? Si c'était dans le but de donner un électrochoc à Célya, c'était réussi. Mais peut-être que l'effet n'était pas celui escompté puisque la demoiselle ne réagissait toujours pas. Était-elle choquée ? Oui. Était-ce une mauvaise chose ? Bonne question. Lorsqu'Ebenezer se pencha à nouveau vers elle, elle posa une main sur son torse, l'arrêtant à quelques centimètres à peine de son visage. De près, elle devait avouer qu'il avait de beaux yeux. Et un beau nez aussi. Quant à ses lèvres...

« Okay, là, tu m'fais flipper... » dit-elle dans un murmure, son cœur battant à tout rompre.

Le coup sur sa tête avait dû être terrible car Célya avait vraiment beaucoup de mal à aligner deux pensées cohérentes. Pourquoi se mettait-elle dans un tel état ? Ce n'était qu'Ebenezer ! La blondinette se leva tout à coup mais elle n'aurait peut-être pas dû faire ça. La tête lui tourna, des étoiles dansèrent devant ses yeux et ses jambes se mirent à trembler. Bon, elle n'était pas encore en état de courir le marathon, aussi vacilla-t-elle comme une poupée de porcelaine. Et qui était là pour la rattraper ? Ebenezer. Lorsqu'il la toucha, la jeune fille eut des frissons mais se laissa guider à nouveau sur le banc. Son cœur battait la chamade, et quelque chose lui disait qu'il y avait deux raisons à cela.

La première, c'était la proximité avec le jeune homme. Son baiser avait fait une sorte de déclic en elle et elle avait du mal à respirer. La deuxième, c'était le coup qu'elle avait eu sur la tête, qui la rendait malade. Les soins prodigués quelques minutes plus tôt n'avaient pas empêché que Célya ressente tout à coup un coup de chaleur. La blondinette envoya la couverture valser sur le sol derrière elle et se mit à se ventiler avec sa main.

« Tu veux peut-être une douche froide, maintenant ? » dit-il de son air habituel.

A côté d'elle, Célya sentait Ebenezer se rapprocher. Ce dernier ne devait peut-être pas comprendre ce qui se passait dans la tête de la blondinette mais il faisait un effort pour en finir rapidement avec cette histoire. Du moins, c'était que Célya imaginait. Elle secoua la tête, sans le regarder et retira sa cape, avant d'enlever sa chemise. A présent en t-shirt, c'était beaucoup mieux, elle pouvait respirer à nouveau.

« Je... J'ai juste eu un malaise, ça va. » dit-elle en tentant de se relever. « Mais je vais aller me passer de l'eau froide, ça ira peut-être mieux après. »

Ebenezer s'en foutait probablement de ce qu'elle disait mais Célya n'allait pas rester là pour le deviner. Elle fit prudemment quelques pas et s'éloigna aussi rapidement que possible du banc et du jeune homme. Une fois dans la zone des douches et des lavabos, la jeune fille laissa échapper un soupir. Elle leva la tête vers un miroir et se dit qu'elle était affreuse. Ses traits étaient tirés et si la précédente douche avait lavé quelque peu ses cheveux, ceux-ci restaient en bataille. Jamais elle n'aurait imaginé qu'Ebenezer puisse la voir dans un tel état. Sans nul doute qu'il ne se gênerait pas pour se moquer d'elle, une fois sortis d'ici !

La blondinette ouvrit le robinet et mit ses mains en coupe pour y recueillir l'eau froide. Elle s'éclaboussa le visage avec et s'appuya sur le lavabo, soudaine prise d'une grande fatigue. Il fallait qu'elle se rende à l'infirmerie et qu'elle dorme, mais seule, elle n'y arriverait pas. Ebenezer devait l'aider, ou au moins aller chercher quelqu'un qui accepterait de le faire. Elle n'était pas sûre qu'il puisse encore jouer au chevalier servant. Mais après, Célya repensa à son geste et à ses lèvres collées aux siennes. De nouveau, son cœur se mit à battre plus fort. Elle maudit alors ce baiser de la mettre dans un tel état, et se redressa. Elle faillit sursauter en voyant le reflet de son Batteur dans le miroir.

Célya coupa le robinet et vit du coin de l’œil qu'Ebenezer se rapprochait, l'air indifférent. Elle se retourna au moment où il n'était plus qu'à quelques pas. La blondinette attrapa le lavabo derrière elle et s'y cramponna, comme si c'était une bouée de sauvetage.  La distance qui séparait les deux Serdaigle était tellement mince qu'elle pouvait le toucher si elle tendait le bras. Ou l'inverse. Ce qui se produisit, et ce fut pour Célya comme au ralenti. Ebenezer leva le bras et posa sa main sur sa joue, caressant celle-ci de son pouce. La jeune fille eut une irrépressible envie de se laisser aller à cette caresse mais elle devait résister, pour sa santé mentale.

« T'as vraiment une sale tête, Shake. »

Ebenezer l'attira à lui et posa une nouvelle fois ses lèvres sur celles de la demoiselle. Ce n'était qu'un simple baiser, mais il fit fondre la blondinette. Lorsque leur bouche se séparèrent, ils restèrent ainsi plantés, le visage à quelques millimètre l'un de l'autre. Le jeune homme avait toujours sa main sur le visage de la Préfète tandis que celle-ci avait les bras ballants, ne sachant pas très bien quoi faire. La situation était très bizarre. Mais ses yeux rencontrèrent ceux du Batteur et plus une seule pensée normale ne parvint à franchir ses neurones. Célya fit le premier pas et embrassa Ebenezer, tout en nouant délicatement ses bras autour du cou du jeune homme. Celui-ci répondit au baiser, sa langue franchissant les lèvres de la blondinette, sa main encore libre se posant au creux des reins de la jeune fille.

Le Serdaigle plaqua Célya contre lui, la main posée sur son visage descendant vers sa nuque, dans ses cheveux, dans son dos, pour finir au même endroit que l'autre, sous le sous-shirt. Le contact de la main sur sa peau à l'air libre eut le don de donner un nouveau frisson à la blondinette, qui ne rechigna pas à répondre à la fougue du baiser. Peut-être que ses neurones étaient morts, mais ce moment était vachement bien. Même si c'était Ebenezer qui l'embrassait, même si c'était Ebenezer qui se mettait à explorer sa peau. D'ailleurs, il rompit leur baiser juste pour retirer cette couche qui gênait tant, avant de reprendre là où ils s'étaient arrêter. La blondinette fit remonter ses mains jusqu'aux cheveux du jeune homme, se pressant un peu plus contre lui. Oui, ses neurones étaient définitivement décédés...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ebenezer Lestrange
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Ebenezer Lestrange, Lun 20 Avr - 0:38


LA encore autorisé

En fait, il foutait vraiment n'importe quoi. Cerveau disjoncté, neurones déconnectées, il s'apprêtait de nouveau à embrasser Shake... Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Une main qui se pose sur son torse pour le stopper. Ah, bonne nouvelle, Célya était toujours vivante. Pas d'accusation pour non-assistance en danger ou pour achèvement par crise cardiaque... Il ne la détestait définitivement pas, il l'exécrait. Une partie de son cerveau hurlait d'ailleurs au scandale et insistait pour qu'il aille se laver/se désinfecter/brûler ses habits sur le champ, une autre appréciait plutôt ce qui était en train de se passer, tandis que la dernière était tout bêtement en train de mourir de rire. Il allait de nouveau embrasser Shake, HAHAHA, la blague. Et elle le dévisageait avec un air totalement paumé.

- Okay, là, tu m'fais flipper...

Et Ebenezer lui servit son plus beau sourire moqueur. Le disjoncteur d'électricité inter-neuronale s'était remis en mode off. La conclusion qu'il en tirait était très simple, loin de se sentir vexé d'avoir été repoussé, il était plutôt content de lui. Il avait quand même réussi l'exploit de troubler Miss Parfaite. D'ailleurs celle-ci décida de prendre la poudre d'escampette. Grave erreur vu son état, le brun n'aurait même pas eu besoin d'être sorcier pour savoir qu'elle allait se casser la gueule en moins de deux. D'ailleurs, voilà que la blonde vacillait. Il se leva, la rattrapa et la reposa sur le banc. Retour à la case départ, tentative de fuite échouée. C'en était presque ennuyant. Il observa Shake de loin, attendant la suite des péripéties et une hypothétique baffe qui avait de moins en moins de chance de claquer. Il aurait été une fille et Célya aurait été le mec, nul doute qu'elle aurait gagner un direct pour St. Mangouste. La préfète semblait, plutôt que de sombrer dans la violence, opter pour la technique du caméléon bouilli. Rouge écrevisse, elle jarta la serviette et commença à s'éventer. Il n'aurait pas connu l'âge de Célya, il aurait pensé au combo ménopause/bouffées de chaleur. Il se demanda vaguement si c'était lui qui l'avait mise dans cet état avant d'opter pour un non définitif. Il avait suffisamment de chose à faire pour qu'en plus les filles se mettent à rougir alors qu'il les avait juste embrassées...

Galant et compatissant, du moins en apparence, il suggéra à sa capitaine une douche froide. Ça allait la geler bien comme il faut, virer les dernières traces de boue et cette histoire serait terminée. Il se voyait déjà avachi sur un fauteuil quelconque de la salle commune à reprendre la lecture d'un passionnant bouquin sauf que Célya avait l'air d'en avoir décidé autrement vu qu'elle avait attaqué un effeuillage en règle. Adios la cape et la chemise. Heureusement pour les nerfs du brun, le t-shirt était resté bien en place.

- Je... J'ai juste eu un malaise, ça va. Mais je vais aller me passer de l'eau froide, ça ira peut-être mieux après.

Un malaise? Cette fille était une petite nature. Et voilà qu'elle se relevait. Ebenezer la fixait d'un œil critique, tombera, tombera pas? et fut presque déçu en voyant qu'elle marchait droit. Il n'avait donc plus qu'à l'attendre pour rentrer au château. Il ne fallait quand même pas trois plombes pour se débarbouiller surtout si l'eau était glacée. Quoique Célya était ne fille et que les filles et les salles de bain, c'était une grande histoire d'amour. Sa sœur lui avait servi de preuve pendant toute son enfance, il calcula donc qu'il en avait pour trois bons quarts d'heure. A ce stade, il pouvait soit s'enfuir comme un voleur, soit aller dire à la blonde qu'elle avait intérêt à se bouger, soit piquer un petit roupillon. Le banc du vestiaire n'étant pas des plus confortables, il opta pour aller dire  à la préfète qu'il se cassait et que si elle mentionnait ne serait-ce qu'une seule fois ce qu'il avait fait, il l'emplâtrait direct sans tenir compte du "on-ne-frappe-pas-les-filles".

Il rejoignit la salle de bain à pas de loup, Shake était de dos et ne semblait pas avoir remarqué sa présence. Il s'appuya contre la porte, mains dans les poches et attendit il ne savait pas trop quoi. Elle releva la tête et l'aperçut dans le miroir. Surprise, je suis là... L'idée de rentrer au chaud s'envola loin de son esprit. Shake avait l'air décoiffée, légèrement paumée et lui avait une furieuse envie de s'amuser un peu. Le recoin le plus embrumé de son cerveau, celui-là même qui se marrait comme un fou  un peu plus tôt, voulait expérimenter un peu. Jusqu'où pouvait-il aller pour faire perdre absolument tous ses moyens à Célya? Normalement, pas super loin mais vu le coup de jus qu'elle s'était prise... Il s'avança donc vers elle, extirpa sa main gauche de sa poche et la posa sur la joue de la blonde.

- T'as vraiment une sale tête, Shake.

La vérité, toute la vérité, rien que la vérité. Comme quoi, il était un mec super honnête et pour la peine, il l'embrassa. Et voilà, Célya était de nouveau déboussolée. Trop facile. Lui, intérieurement, il rigolait bien. Ça la ferait chier bien comme il faut quand elle se remémorerait ce qui c'était passé. Décidant d'arrêter le petit jeu ici, il s'apprêtait à lui suggérer de fermer la bouche avant de gober tous les insectes du vestiaire, d'aller chercher batte et balai et de se casser. Enfin ça, c'était avant qu'une blonde décide de rentrer dans le jeu, de se pendre à son cou et de lui coller un baiser.

Voilà, c'était elle qui avait (re)commencé, pas lui. C'état pas de sa faute si Célya tenait à tout prix à faire des trucs pas nets à côté de douches des vestiaires de quidditch. Elle ne lui aurait pas sauté dessus, il ne se serait pas senti obligé de lui rouler une galoche en retour, ni de continuer sur sa lancée. Le seul bémol, c'était que même après avoir enlevé cape et chemise, la blonde était beaucoup trop couverte à son goût. Il se décolla d'elle quelques instants lui retira le t-shirt avant de le balancer vers un endroit inconnu et de faire de même avec le sien. Finalement Shake allait avoir droit au strip-tease et il n'aurait pas été retrouvé les lèvres de la préfète, il se serait souvenu que ça faisait quand même partie de sa liste des dix trucs qu'il ne ferait et ne voudrait jamais faire. Mémoire sélective, quand tu nous tiens.

Un peu lassée d'être toujours au même endroit, sa bouche décida d'aller voir ailleurs Dans un (court) moment de lucidité et aussi parce que la blonde avait passé sa main pile poil là où il avait les cheveux emmêlés, lui arrachant un grognement au passage, Ebenezer lui fit un joli suçon dans le cou histoire qu'elle ne puisse pas oublier cette histoire avant une bonne semaine et, ainsi, l'éviter un maximum (c'est du moins ce qu'il croyait). La pensée que les vestiaires manquaient de confort l'effleura mais il était déjà occupé un peu plus bas. Puis si Shake n'était pas contente, ce qui n'avait pas l'air d'être le cas, elle n'avait qu'à le dire. En attendant, être appuyée contre les lavabos semblait pas trop la gêner.... Et comme il n'avait aucune envie d'entendre d'hypothétiques récriminations voir même tout simplement la voix de Célya, il retourna l'embrasser.


Il ressortit des vestiaires d'un pas léger. Balai et batte tenus du bout des doigts de sa main droite, il avait cédé son autre bras à Célya qui boitillait encore un peu. Il était plutôt content, voir même heureux. Limite il ne sautillait pas sur le chemin du retour. La pluie, le vent, l'orage? Il en avait plus rien à foutre. Il voulait juste une chose: s'étaler sur son lit et dormir. Avant, il devait juste accompagner sa préfète à l'infirmerie afin de boucler la mission "sauvons Shake des coups de foudre" (on va dire que c'est à cause de la fatigue, hein...). Ça ne mettrait pas trop de temps, ça faisait en effet deux minutes qu'ils avaient passé la porte du château. Après, ils ne pouvaient pas aller trop vite non plus vu que la blonde échevelée traînait la patte dans les escaliers.

C'est d'ailleurs ce rythme proche de celui d'un paresseux en grève qui permit aux idées du brun de se remettre à suivre un cheminement normal. Et, alors qu'ils grimpaient un escalier, la lumière se fit dans son esprit, dévoilant toute l'horreur de ce qu'il avait fait. Shake p*tain! Shake alias Miss Parfaite, alias l'usurpatrice d'insigne de préfet, alias Blondy la piapiateuse, alias... Beurk, beurk, beurk ! Pour le coup, il se sentait totalement déboussolé. Il retira doucement son bras avant de descendre de quelques marches. Il releva les yeux vers la blonde, essayant de retrouver un air stoïque.

- En fait, j'ai un truc à faire, salut...

Il tourna les talons en vitesse, dévalant les quelques marches quatre à quatre. Une fois en bas, il se retourna de nouveau vers Célya. Prendre la fuite était la meilleure des solutions, cependant, passer en plus pour un connard ferait en sorte que Shake n'aille pas s'imaginer des choses, ce qui serait le pompon, ou vienne l'emmerder pour obtenir des explications ou autre. Alors, avant de disparaître, il lui balança une dernière déclaration, rictus glacial à l'appui. Après tout, l'épisode vestiaire pouvait très bien passer pour de l'abus de faiblesse.

- La prochaine fois que tu te croiras suffisamment maline pour avoir le droit de me faire sortir par ce temps, je te ferai bien pire!
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Célya L. Shake, Mer 22 Avr - 16:35


| Idem pour le LA |


Comme il était étrange de ne plus rien penser, de ne plus se soucier de rien. Il avait suffi d'une seule étincelle pour tout faire basculer. Cette étincelle avait été le premier baiser d'Ebenezer, alors que la blessée se remettait tout doucement de ses émotions et de sa lourde chute. Si Célya avait été en état de réfléchir correctement, elle aurait presque pu croire qu'il s'agissait d'un abus envers une personne affaiblie. Mais c'était bien loin d'être le genre de l'ex-Prefet, qui avait très certainement une idée en tête. Mais la blondinette n'avait eu aucune pensée, car son cerveau restait encore légèrement déconnecté de la situation. Se faire électriser par un éclair, ce n'était pas une partie de plaisir. En revanche, ce qui l'était, c'était ce qui était en train de se passer dans les salles de bains des vestiaires.

Après avoir voulu se rafraîchir et espéré que de l'eau froide dissiperait la brume qui obscurcissait son esprit, Célya s'était retrouvée en présence du jeune homme, qui l'avait de nouveau fait flancher en l'embrassant une deuxième fois, une main posée sur sa joue. La jeune fille avait finalement réclamé d'autres baisers et le peu de lucidité qui lui restait avait volé en éclat. Certes, la situation était des plus étranges mais c'était plaisant. Peu lui importait ce que pensait Ebenezer ou ce qu'il avait derrière la tête, la Serdaigle profitait tout simplement. Le jeune homme qui l'exécrait d'habitude n'existait plus, il n'était plus que peau chaude et lèvres qui parcouraient le cou de la blondinette. Ses sensations lui semblaient déployées, comme si le coup de foudre qu'elle venait de subir avait fait déconner ses capteurs sensoriels.

Célya crut que sa raison revenait alors qu'une légère douleur se faisait ressentir au niveau de la base de son cou, près de la naissance de ses clavicules. Mais tout se brouilla à nouveau lorsque des baisers à un niveau inférieur la fit frissonner une nouvelle fois. Sa poitrine et son ventre n'avait pas pour habitude d'être touchés, que ce fut par des mains ou une bouche, aussi c'était très nouveau. La blondinette devait avouer que c'était plaisant, quand bien même il s'agissait d'Ebenezer. Ce dernier remonta jusqu'à ses lèvres et l'attira ailleurs tout l'embrassant. Célya prit conscience que le bleu et bronze n'avait plus de t-shirt et profita pour faire descendre ses mains dans son dos.

Des vêtements furent retirés, certains avec douceur, d'autre avec un peu moins de délicatesse. Tout était chamboulé dans l'esprit de la Préfète. Elle avait l'impression de ne plus rien contrôler mais elle s'en fichait royalement. Ce qui comptait, c'étaient les caresses sur sa peau et les baisers du jeune homme. Célya n'avait plus conscience de rien, à part ça. Plus tard, alors qu'elle essayerait de se remémorer tout ça, elle souviendrait vaguement d'avoir griffé le Batteur à son épaule gauche et de l'avoir mordu dans le cou.

Le retour au château fut silencieux, les deux joueurs de Quidditch marchant d'un pas régulier. Les jambes en coton, Célya boitait et se faisait gentiment soutenir par Ebenezer. Dans le ciel, les nuages gris continuaient de s'amonceler et la pluie tombait toujours, quoiqu'un peu plus finement. L'orage s'était éloigné durant le temps qu'ils avaient passé dans les vestiaires, mais toute notion de temps s'était éclipsée. Célya ne savait pas quelle heure il était mais tout ce qu'elle désirait, c'était rentrer et recevoir une potion pour dormir et se reposer. Le jeune homme l'amenait à l'infirmerie, en bon chevalier servant qu'il était. Devait-elle lui en être reconnaissante ?

Lorsqu'Ebenezer retira doucement son bras, la blondinette eut une grimace. Le contact avec le jeune homme était... particulier à présent. Elle avait en même temps deux envies : qu'il s'éloigne le plus possible et qu'il reste contre elle. Comme il était étrange aussi de ressentir deux choses complètement opposées ! C'était comme pour les événements d'après l'accident. Célya se sentait guillerette, heureuse, apaisée, mais en même temps dégoûtée et horrifiée. Ce qu'elle avait fait la hanterait plusieurs jours, c'était certain, mais il devait en être de même pour le Batteur, qui avait dévalé plusieurs marches, prétextant qu'il avait une occupation à faire. Mais il se retourna, un rictus froid sur les lèvres.

« La prochaine fois que tu te croiras suffisamment maline pour avoir le droit de me faire sortir par ce temps, je te ferai bien pire ! » lui lança-t-il.

Il redevenait lui-même, voilà qui était une bonne nouvelle... Ou pas ? Célya s'appuya contre la rambarde des escaliers et se sentit subitement très, très, très fatiguée. Elle ne prit aucunement la menace d'Ebenezer au sérieux, ne comprenant pas très bien ce qu'il voulait dire. La blondinette descendit les marches qui la séparait de son joueur et se planta de sorte à se mettre en position de domination. Avec la tête qu'elle devait avoir, c'est-à-dire les traits tirés et les cheveux à moitié humides de pluie et ébouriffés, ce n'était peut-être pas ce sentiment qu'elle inspirait mais tant pis.

« Serait-ce une invitation à recommencer, Lestrange ? » dit-elle, entrant dans son jeu de "je-suis-méchant-cruel-froid-sarcastique". « Peu importe le temps qu'il fait, tant que je suis capitaine, tu feras ce que je te dirai. » continua Célya, prenant un ton sans appel.

Histoire de partir avec panache, la blondinette n'eut qu'à se pencher légèrement pour coller un dernier, court et brutal baiser à Ebenezer. Elle tourna les talons et monta les dernières marches jusqu'au palier suivant, se dirigeant vers l'infirmerie le plus vite possible, autant que son état le lui permettait. Son cerveau commençant à refonctionner normalement, Célya fit la lumière sur tout ce qui s'était passé et s'autorisa un sourire en coin. Elle avait bien envie de rire, tant parce que la situation lui paraissait tellement ridicule, tant parce qu'elle voulait faire retomber la soudaine pression qui s'était emparée d'elle. Bon sang, Ebenezer Lestrange !


[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harradas Spinner
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Harradas Spinner, Jeu 3 Sep - 6:41


RP Unique

*Plop* Le terrain était désert. Cela faisait presque un an qu'il n'était pas revenu ici. Faire du Quidditch en tant qu'adulte était sûrement l'expérience la plus... Intéressante ? De sa vie. Jouer contre des petits à jeu de compétition et voir leur défaite inscrite sur leur visage était particulièrement jouissif. Psychopathe ? Un peu sur les bords oui je pense. De toutes façon ils n'avaient jamais gagné. Il commença à scruter les environs avant de monter dans les gradins et de les parcourir. Roh super, il commençait à pleuvoir. En même temps avec une journée pareille ça m'aurait étonné aussi. Il vit au loin, sur un banc, la lettre. Il couru jusqu'à elle, qui se situait sans surprise dans le quartier supporters de Serdaigle.

-----
J'aime l'argent.
-----

*Plop*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Entraînement par mauvais temps

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 11:05


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Entraînement par mauvais temps

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Sports magiques ~¤~ :: Quidditch libre-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.