AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 22 sur 25
Comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24, 25  Suivant
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Comptoir

Message par : Amy Shields, Jeu 10 Nov 2016, 16:01


Musique qui va avec. Je me sentait d'humeur pour ça.


Elle a pas répondu. La jolie madame elle a pas répondu. Pourtant son prénom était d'office joli. Amy continua de regarder la vendeuse. Voui, avec un visage comme ça son prénom était d'office joli. Mais c'était quand même pas gentil de pas répondre. Au moins Amy elle était gentille avec elle. Pourquoi fallait il toujours que les gens ne soient pas gentils avec les gens gentils. C'était bête pourtant. La brunette baissa les yeux un instant. Méchants. Ils étaient tous méchants. Pourquoi tant de méchanceté alors qu'elle n'était qu'une enfant. C'était pas croyable. La madame la coupa net dans ses pensées noires. Approuvant son choix de miel. Au moins un bon point pour elle. Le miel c'était bon. Tout doux. On avait parfois besoin de douceur non ? Oh oui. Ca faisait toujours du bien. Autant pour la gorge que pour le moral. Sucre, sucre. Miam. Les yeux toujours baissés, Amy entendit la vendeuse s'éloigner. D'un geste lent elle regarda les deux poupées. La petite et la grande. Quel était ce monde. Autant rester petit. D'un geste rapide et plutôt violent, elle envoya valser la grande poupée à l'autre bout de la pièce, faisant du bruit par la même occasion. Elle n'en voulait pas, de ses grande poupée surement pourrie jusqu'à la moelle. Elle préférait garder la petite, bien plus joyeuse et pure. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire pas très rassurant. Presque psychopathe. D'un mouvement lent elle releva la tête vers son interlocutrice et la pencha légèrement sur le côté, le sourire toujours présent sur le visage.

- Je ne veux pas de ta grande poupée. Elle a l'air aussi méchante que tous les adultes de ce monde.

Petit rire amusé d'une petite fille un peu dérangée. D'un mouvement plus rapide elle serra la petite poupée contre son coeur, ses yeux bleus foncés toisant toujours celle à qui elle parlait. Son nom. Son nom. Elle voulait savoir son nom. Et elle avait soif. Boire, boire. Le lait c'était une bonne idée. Bravo jolie madame. Du coin de l'oeil, Amy vit l'autre poupée étendue au sol, la tête contre le plancher. Tant pis pour elle. Elle n'avait qu'à être gentille elle aussi. Au moins bébé poupée était pure elle. Son nom. Son nom. Elle le savait. Comment, aucune idée. Mais elle savait. Retournant sa tête vers la madame, elle repris son sourire et dit d'une voix enfantine.

- Tu ne m'as pas dit ton prénom. C'est méchant et impoli de ne pas répondre. On ne te l'a jamais appris Lizzie ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Trystan J. Harper
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Trystan J. Harper, Jeu 10 Nov 2016, 18:45



Halloween is coming !
— AVEC Ashton Parker


Hors-RPG:
 


En jetant un coup d’œil à ce qui m’entourait, je n’avais aucun mal à imaginer que la BAMN arrivait très bien à subvenir à ses besoins. Hormis le fait qu’un grand nettoyage ne lui ferait certainement pas de tord, le vaste inventaire d’objets qu’offrait la boutique de magie noire avait de bonne chance de sollicité l’intérêt varié de ses clients. Même cet escalier dont l’écriteau indiquait la direction de l’antre des potions, – cet endroit où l’on pouvait concocter une potion avec tout le matériel nécessaire, mis à notre disposition – avait de quoi attirer bon nombre de sorciers en ce lieu. L’efficacité du bouche à oreille devait y être pour quelque chose également, sinon, comment aurais-je entendu parlé de la promotion spécial Halloween ? Même moi, qui n’étais pas un fervent adepte de la branche obscure de la magie, devait tout de même admettre que j’y avais vu un certain intérêt à mettre les pieds dans ce commerce.

«Oui c'est bien ça ! T'avais une idée d'article en tête ?
– Eh bien, ça fait un moment que l’idée d’acheter une cape d’invisibilité me trotte dans la tête.»

Les capes d’invisibilité… Qui n’avait pas un jour souhaité devenir invisible l’instant d’un moment ? Que ce soit pour espionner quelqu’un, se lancer en filature, s’introduire dans un lieu interdit, fuir discrètement une situation compromettante ou simplement passer inaperçus pendant quelques temps, les possibilités étaient vastes avec un tel objet en sa possession. Sans compter qu’Halloween était la fête idéale pour effrayer ses amis et quoi de mieux qu’une cape d’invisibilité pour mettre au point des plans à en donner froid dans le dos ?

Alors que je m’approchais de l’endroit où ces fameuses capes étaient entreposées, le vieux lustre accroché au plafond de la boutique s’était brusquement éteint de lui même – nous plongeant dans une obscurité presque total ou même les vitrines sales du commerce avaient du mal à filtrer la lumière du jour. Enveloppé de noirceurs, nous étions entouré d'objets douteux qui produisaient d’étrange cliquetis et de bocaux aux mixtures dégageant des lueurs sinistres dont des ombres peu attrayantes semblait y flotter. Immobile à l’endroit exacte où je me trouvais avant l’extinction de la lumière, j’avais refermé ma main sur ma baguette magique – attendant l’intervention d’Ashton à cette situation plutôt inconfortable.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Sam 12 Nov 2016, 06:01


>désolée pour le retard. ce message sera de piètre qualité, j’voulais juste pas trop vous faire attendre. <

@filleul
et dans le silence
comme un souffre d’absence
ses remerciements viennent
saupoudrer le temps
ses lèvres dansent
d’un oubli fécond
ses gallions retombent
ont un goût d’édredon
la promesse d’un après
où je ne dépendrai
ni de peverelll
ni de madrevier
ni de parker
ils sentent la liberté
sous leurs airs d’esclavagisme
des mots vidés de sens
par cette sale politesse
cette distance emmurée
ces barrières glacées
l’ombre soupire un au revoir
plus qu’un adieu comme un
espoir
et je souris bêtement
sachant
sous ses voiles ombagés
que nos routes sont vouées
à se recroiser
que sous le nuage de ses sourires
un quelque chose soupire
et quand il éclora
quand il éclora un truc basculera
je suis sa presque vivante
la femme de l’autre côté du miroir
j’ignore avec qui il communiquera
mais je sais qu’il trouvera
quelque chose
quelqu’un
plus intense
que ce que je pourrais jamais connaître
derrière mes chaines de détachement
ma fierté d’indépendance
mes entraves de liberté

@filleule
elle est excitée
beaucoup trop
comme un enfant qui voit un visage
la première fois
la seconde
la centième
et qui tant qu’un sourire le veille
ne peut s’empêcher de sourire en retour
d’entortiller ses poings anxieux
mais de vouloir lui arracher les yeux
tenir entre ses petits doigts boudinés
ces préciosités d’expressivité
elle me couve de cet espoir dévorant
je sens déjà ses lueurs me ronger
les mots s’échappent hors de sa gorge
elle veut savoir ?
savoir ?
elle a des questions que je veux pas me poser
je sais qu’on traite souvent les enfants différemment
selon le sexe qu’on leur attribue
si l’on sait avoir un garçon
on insiste sur la force de ses coups
« quel footeux ce p’tit gars »
et autres préjugés genrés
qui petit à petit moulent l’enfant
à l’image de nos attentes
je ne veux pas de ça
je ne veux pas savoir quel est son sexe
quel sera son genre
je ne veux pas avant même qu’il naisse
lui envoyer des messages dangereux
je veux qu’il puisse décider
autant que faire se peux
qui il est
la colère qui grondait face à son trop plein d’émotions
a disparu
ne reste que cette quiétude
de savoir qu’entre tous mes crimes
il est une personne en ce monde
à qui j’offre un minimum de liberté
je ne vois pas sa détresse
ses yeux emplis de tristesse
mes mains caressent mon ventre rebondi
bizarre élan presque attendri
elle parle encore
là je note ses joues rougies
sale envie de les essuyer
je secoue la tête pour me réveiller
ma nuque craque dans le mouvement
je souris
plus qu’un sourire en fait
chuckle
on manque de mots
enfin je
car elle en a trop
elle dit des plaisirs et des je crois
des j’espère et des j’aimerais
et le pire est qu’elle finit par m’entourlouper
je ne déteste pas poudlard, tu sais
j’en garde des souvenirs bien colorés

voulais-je dire bigarrés ?
des c*nneries et des luxures
des expériences et démesure
des rencontres et des effrois

je souris
tu me fais oublier
que j’aimais être préfète
que je suis fière
qu’elle le soit

merci sunil
d’effacer sitôt qu’elles arrivent
les fuites mémorielles
ce serait dangereux
de m’attacher à elle
de retomber encore
ce serait l’offrir en pâture
au maître doutant de moi
au mentor que mon ventre dégoûte
je
ne peux
pas
jouer
à
ça
J'ai fait des choses que j'regrette suffisamment
Suffisamment pour y penser tout l'temps
les pensées pleuvent comme des larmes
je ferme les écoutilles
coupe le son des pensées
et me contente de compter leurs traversées
comme des nuages qui traverseraient
un esprit embrumé
mais s’en iraient vite
je les compte pas aux virgules non
je les compte aux idées
et le flux vite se tarit
l’appaisement surgit
comme une vague
de
sable
je sais pas combien de temps ça tiendra
pars vite petite
pars avant que je revienne à toi
sauve toi tant que tu peux être
en sécurité loin de moi
elle doit entendre mes prières muettes
car sa commande tombe peu après
des potions d’adrénaline
2h de préparation... ce sera 5 gallions le flacon
tu en veux combien ?
surtout petite
dis moi que t’as pas le temps
reviens demain
ne reste pas pendant
ne me demande pas de te montrer
je crains trop de craquer
de voir la mue de fer
se fissurer
ma peur a le goût d’un latte froid
mêlé de sel
et grains de seul
elle n’est pas encore à la porte
je cache le nez dans un grimoire
c’est pas le bon
elle n’en sait rien
mugit seulement ma colère
« pourquoi t’es là pourquoi tu restes»

# Rappel commande : (5G x ??) -5%


@fille
l’enfant jette la poupée
ironique au fond
délaisser celle qu’elle avait choisie
se saisir de mon offre
me reprocher la première
elle est complètement bourrée
je crois
je pense
je me suis promis d’arrêter de croire
virer les émotions du langage
même si c’est parfois compliqué
prenez la honte tient
la honte toujours paraît
plus pensée rationnelle
que subterfuge émotionnel
il n’en est rien pourtant
la honte est illusion
et ça
ça on le sait à sa saveur
cette douceur coupable
quand on prend la peine
de s’en rappeler
cela va sans dire
elle parle et me dit
les noirceurs de ses pensées
j’aime la voir douter
des intentions de ce monde
elle en sait plus que la majorité
car pour dire le vrai
cette société est pourrie
rongée jusqu’à la moelle
pompée de sa véracité
par des sangsues bienpensantes
des agents du ministère
sûrs de savoir mieux que tout le monde
qui mérite protection
je les ai vus ne pas protéger
une famille foutue à la rue
je les ai vus ne pas défendre
mes deux soeurs perdues par les moldus
je les ai vus m’enfermer
au lieu de tendre une main
ce monde est corrompu par l’individualité
chronique
vantée
coursée

girls love girls and boys
and love is not a choice
unless you love no one
for you see there is
nonausée
suchnauséenausée
thingnauséenauséenausée
nauséenauséenauséeas
nauséenauséea
nauséehuman
being


pas de décence ni d’espoir
que des illusions en miroir
je regarde la poupée animée
sa tête penchée sur le côté
c’est intéressant car chez une statue
ça préfigurerait sa tendresse
ici je ne vois qu’une nouvelle
poupée brisée
âme désossée
derrière les cent frivolités
les hommes sont méchants
et elle le sait
elle l’a vu peut-être
la douceur me guette
je m’apprête à faire un peu de grounding
mais déjà elle reparle
jamais elle ne s’arrête en fait
c’est comme un diable en boîte
toujours à jaillir quand on croyait
qu’il en avait fini
j’aime pas les politesses
et comme tu viens de le prouver
tu le connais

le
pas me
car l’on m’a tant remoulée
que nul ne peut connaître mes nuances
l’oubliette n’est pas loin
faudrait pas qu’elle se rappelle demain
mais elle semble assez intoxiquée
alors pour l’heure je me contente d’encaisser


Amy - Poupée vaudou - Catégorie 2 : 10 Gallions -20% =8G
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Arya Chamelet, Sam 12 Nov 2016, 13:38


Achat à la BAMN



Les gens courent. Autour de moi. Ils gravissent cette montagne d'espérance qui a traverser la Terre. Et dans mes pas, se forment cette nuée d'oiseaux qui s'envolent  au contact de mes lèvres chaudes. Multicolores. Bleus, rouges, jaunes, verts, violets. Multicolores. Comme mon coeur brûlant comme la braise. Le temps ne m'attend pas. Il ne s'arrête jamais, continue, tout droit, sur son chemin tracé à la craie blanche sur le sol noir comme les plumes du Grand Corbeau qui tourne au dessus de ma tête. Son métallique. C'est la poubelle qui tombe. Je l'ai poussée de toute mes forces, pour qu'elle trouve enfin la liberté de voler de ses propres ailes. Résonne. Au fond de mon coeur.

Dig
                                                                           Ding
                                  Dong

Comme une horloge. Je me balance. Le corps. D'avant en arrière. Sur le rythme d'une musique encore inconnu au grand public. Les yeux dorés me fixent
Je les vois luirent dans cette ruelle où la nuit ne part jamais. Ils m'observent derrière deux miroirs qui reflètent mon espoir de revoir la personne. La seule. Qui saurait me réconforter. Je le vois. Tous les jours. Danser autour de moi. Me chanter des berceuses. M'offrir des fleurs aux milles couleurs. Sous une pluie qui ne s'arrêterait jamais de tomber sur mon visage de porcelaine brisé par tous ces souvenirs qui me hantent jusqu'au plus lointain de mon âme. Cinq hivers. Passé sans lui. Cinq hivers que ses boules de neige ne m'ont pas frappés, que ses bonhommes de neige ne traversent  plus mes rêves, que ses chocolats chauds ne me réchauffent plus ma gorge et tout mon corps. Il n'y avait rien entre nous.

Rien
Pas de barrières de glace
De nuages sombres
De murs en briques rouges
De draps blancs souillés
Pas de murailles plus grandes que l'Everest
Pas de dragon gardant sa princesse au chaud
Rien.
Ni mensonges, ni secrets
Rien.

La faim me tenaille. Me creuse l'estomac. Un vide se forme en moi. J'ouvre la porte sur un appétit dans fin. Faim. Les boulangeries me narguent. M'appellent. Je résiste. Je résiste. L'envie se fait de plus en plus forte. Les milliers d'oiseaux se sont envolés depuis longtemps. Partis manger. Se nourir de vers et d'asticots. Qui se tortillent dans tous les sens. Pour essayer de trouver une sortie échappatoire à leur destin et à la mort qui les appellent. Mais aucunes portes s'ouvrent. Ils se font. Avaler. Écraser. Des papillons passent. Et de posent. Des papillons heureux. Leur sourire s'écrasent sur ma peau. Leurs dents blanches m'éblouissent et je tombe sous cette lumière mortelle et cette faim qui n'a toujours pas disparu.

Sleeplessy embracing
Butterflies and needles
Line my seamed-up join
Encased in case i need or
In my stomach, for my heart
Chain mail


Je ne pense plus à cette douleur me tenant l'estomac, mais à ce cadeau que je dois absolument acheter. La porte s'ouvre. Magasin du mal. Noir. Ça me plait. Divers objets m'attirent mais je garde mon objectif en tête. Je vagabonde, entre chaque rayon. Je recherche. L'objet parfait. Qui saura plaire à l'inconnu qui m'attends derrière ce bout de bois qui cache ma vue.  Je veux tout acheter. Chaque objet, chaque potion, chaque grimoire. Mais je suis pauvre. Particulièrement pauvre. Peu de gallions dans mon compte. Une babiole fera l'affaire m'a t-elle dit. La faim remonte. Boum. Comme un boulet de canon.

Yawn yearns into me
Plenty more tears in the sea
And so, you finally use it
Bedding with me you see at night
Your heart wears knight armour.


J'avance lentement, et penchant. Mes pas chavirent. Mais je tiens quand même. J'esquisse un sourire devant le comptoir. Je sais ce que je veux et l'achat ne durera pas trop longtemps. Une ombre s'approche, l'arme tombe. Devant moi. Tout va bien. Je prépare mon argent. Et ma bouche. Pour prononcer ce que je veux.

- Bonjour, j'aimerais une tête réduite parlante, s'il vous plait. Juste une. C'est possible ?

Ésperons que ce cadeau soit disponible et qu'il plaise à mon partenaire mystère.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Dim 13 Nov 2016, 16:29


Réponse à Trystan

Après l'avoir salué, Trystan lui répondit qu'il était à la recherche d'une cape d'invisibilité. Décidément ça se vendait comme des petits pains ces articles en ce moment ! Après c'était certain qu'on n'avait pas besoin d'être un génie pour comprendre l'attrait qu'elles pouvaient avoir. Qui n'avait pas souhaité un jour pouvoir devenir invisible ? En plus les capes de la BAMN avaient une très bonne réputation étant donné que leur fidèle fournisseur depuis plusieurs années les faisait de très bonne qualité. On pouvait évidemment trouver des mauvaises contre-façons achetées à un pak pak se trouvant dans un coin du Chemin de Traverse et en vendant pour très peu cher. Le seul problème était que ce genre de capes avaient rapidement de gros défauts d'efficacité et quand on voulait s'en servir pour des situations délicates cela pouvait poser pas mal de problèmes. Autant dire qu'Ashton était très satisfait de la qualité de celles qu'il vendait lui.

Alors que son cousin s'avançait vers le rayon où les fameuses capes en question étaient entreposées, le lustre clignota quelques instants avant de s'éteindre complètement. Comme il avait l'habitude de faire des siennes, Parker ne s'affola pas plus que ça et attendit quelques instants qu'il se rallume de lui-même puisque c'était généralement ce qui arrivait. Mais visiblement, après une trentaine de secondes le sang-mêlé dû se rendre à l'évidence que ça pouvait durer un peu et il n'avait pas l'intention d'attendre tout l'après-midi sans rien faire. Etant donné qu'il ne faisait pas encore nuit, le soleil aurait pu éclairer la pièce mais la BAMN n'était vraiment pas la boutique idéale pour recevoir la lumière du jour. L’étroitesse de l'Allée des Embrumes liée au temps magnifique qu'il faisait toujours en Grande-Bretagne en ajoutant à cela le fait que les vitres étaient bien crades. Oui, autant dire que les deux sorciers étaient quasiment plongés dans le noir. Ashton informula donc un #Lumos en sortant sa baguette et une lumière blanche éclaira légèrement autour d'eux.

- Je vais aller chercher de quoi nous éclairer un peu mieux histoire que tu puisses regarder les capes qui te plaisent, dit-il au Gryffondor.

Retournant au niveau du comptoir, le gérant farfouilla sous le meuble avant de mettre la main sur ce qu'il cherchait. Quelques instants plus tard, il revenait vers Trystan avec une grosse lanterne à la main qui éclairait plutôt bien et qui elle au moins ne risquait pas de s'éteindre n'importe quand. C'était le problème lorsqu'on achetait pour pas cher un lustre porteur de maléfice inconnu.


Réponse à Arya

Ashton se rassit dans son siège derrière le comptoir après avoir vaguement marmonné une bonne journée au sorcier d'une cinquantaine d'années qui venait de sortir de la boutique. Le gars venait d'acheter une arbalète ainsi que six pieux en bois. Ce qu'il allait en faire ne regardait pas Parker mais il misait sur de la chasse au vampire dans les jours qui arrivaient. Que la cible du client en soit réellement un ou non, là n'était pas la question, mais celle-ci allait devoir faire particulièrement attention si elle ne voulait pas se retrouver enterrée six pieds sous terre. Après tout, ce n'était pas parce que ce genre de pieux en bois permettait de tuer les vampires qu'il s'agissait d'un usage exclusif. Le gérant n'était pas un spécialiste en créatures obscures ou en anatomie mais il était à peu près certain qu'on pouvait en mourir quoiqu'il arrive.

Alors qu'il déballait tranquillement une sucette goût citrouille qu'il avait "emprunté" à une petite sorcière dans la rue, la clochette de l'entrée de la boutique retentit, annonçant l'arrivée d'une nouvelle personne. Une fois que la personne en question eu fait quelques pas à l'intérieur, Ashton eu la surprise de découvrir Arya Chamelet, qui n'était autre que la gardienne de l'équipe de Quidditch de Gryffondor dont il n'était autre que le capitaine. Certes, depuis le match de fin de saison de cet été, il ne l'avait pas vraiment revue mais les entrainements n'allaient pas tarder à reprendre et il comptait bien la garder dans l'équipe étant donné qu'elle se débrouillait vraiment bien devant les anneaux.

- Bonjour, j'aimerais une tête réduite parlante, s'il vous plait. Juste une. C'est possible ?

- Salut Arya ! Prend celle que tu veux, dit-il en désignant de manière assez vague le portant se trouvant sur le comptoir. Ça se passe bien à Poudlard ?

Il prenait carrément des nouvelles des gens pour être sympa, lui, ça lui ressemblait vraiment pas il était probablement malade. Voir la jeune Gryffondor dans une boutique de magie noire pouvait peut-être paraitre étrange mais les têtes réduites parlantes n'étaient pas franchement les articles les plus dangereux que l'on pouvait trouver dans la pièce. Sans vraiment faire attention, le gérant donna un coup de la main dans le portant sur lequel se trouvaient toutes les têtes réduites et celles-ci se mirent aussitôt à râler en cacophonie.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: Comptoir

Message par : Amy Shields, Mar 15 Nov 2016, 17:44


With Liz'
Désolée pour ce rp nuuuuul TwT


Déception. La gentille madame elle voulait pas jouer au jeu de qui est qui. Pourquoi ? C'était chouette les jeux. Amusant, occupant,.. Pourquoi elle ne voulait pas jouer avec Amy ? Sais pas. Pas si gentille que ça la gentille madame. Elle avait changé de comportement d'un coup. Bon, tant pis. Si elle était pas polie ce n'était pas de sa faute hein. Il fallait juste laisser faire. La Poufsouffle se balança d'avant en arrière sur ses fesses, comme une enfant impatiente. Que faire ? Que faire ? Enfin, elle n'avait pas vraiment le choix en fait. Vu la tête de la vendeuse, elle n'allait plus pouvoir tarder. Dommage, cette soirée avait été rigolote. La brunette se leva, la petite poupée à la main puis s'avança vers celle qu'elle avait prénommée Lizzie. Sans attendre de réaction, elle encercla les hanches de la jeunes femmes de ses bras et se serra contre elle.

- Même si tu n'es pas polie tu restes ma gentille madame.

Pendant ce qui était sensé ressembler à un calin, la Phénix glissa les Gallions demandés dans la poche de la vendeuse. Qu'est ce que ces mots signifiaient ? Seulement ce que la jeune femme devant elle voulait qu'ils signifient. Elle n'allait pas partir en courant avec la poupée. Bonjour la discrétion vu la tenue de l'animagus. Puis c'était pas son genre. Elle voulait rester une des bonnes personne de ce monde. Après des secondes assez longue, Amy se décolla et sourit gentiment à Lizzie. Puis, d'une voix tout à fait normale lui dit.

- Garde le lait pour toi, ça te fera beaucoup de bien.

Petit clin d'oeil avant de tourner les talons et de sortir de la boutique sans se retourner, objet de chiffon à la main. Qu'était ce que ça ? Juste une façon de montrer qu'elle avait toute sa tête. Mais pourquoi ? Excellente question. Extérioriser, montrer ce que l'on ressent,.. Tout ça quoi. Trop de besoin. Sacrée Amy.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Mar 15 Nov 2016, 22:33


fille

prendre mes distances
vite
maintenant
avant que ça reprenne
que je prenne le temps de regarder son visage
d’imaginer l’histoire derrière son sourire
qu’un souffle à mon oreille soupire
d’être douce
car chacun menait des batailles
dont je ne mesurais pas l’ombre
avant que l’envie de la connaître
n’émerge comme une maladie
lente et insidieuse
modifiant progressivement ma façon d’être
de penser
d’exister
il était crucial de ne pas lui donner mon prénom
de ne pas laisser planter des graines fécondes
fallait pas enterrer fallait tout brûler
puis brûler les cendres
et disperser les restes dans l’océan
qu’il ne reste pas la moindre trace
de ce qui aurait pu être
dans un univers parallèle
une Earth 2 où une lizzie pourrait aimer
aimer sans perdre
sans voir des liens se briser
faute de confiance
faute de chemins communs
faute de vie -
pour l’heure on était
dans un monde où tout pouvait basculer
sur cette planète là, une lizzie ne pouvait
jamais
s’attacher
alors j’allumais le feu
à ce qui naissait
ou du moins j’essayais
mais elle
elle il fallait qu’elle joue
qu’elle reste lovée contre moi
capturant ma taille de son trop plein d’amour
il fallait qu’elle s’approprie mon être
me transforme en sa gentille madame
comme parfois les enfants le disent
aux tantes dont ils ont perdu le nom
mais qu’ils aiment quand même
je frissonnais
le feu ne venait pas
alors pour l’heure
pour l’heure je choisissais la glace
restais de marbre dans sa douceur

des mots encore
entre deux sourires
elle me vendait du rêve
comme ça sans gêne
impunité parfaite des créateurs d’espoir
des agents alimentant mon futur desespoir
qu’elle aille confirmer sa mission
par walkie-talkie
à quelqu’un qu’elle aime vraiment
son défi stupide
de se faire passer pour quelqu’un m’aimant
qui l’avait envoyée ? delaube ? le dragon ?
quelqu’un de l’autre côté de la porte riait
j’en étais sûre
elle n’était aussi alcoolisée que je l’avais cru
au départ
non
elle avait l’oeil vif et son clin d’oeil était précis
elle était lucide
elle jouait avec moi
je répliquais d’un sourire plus froid
sentant la glace se durcir
dans le souvenir des
bébés verts
de Jane
des
laits miel
de Ms Bennet
une torsion dans la gorge
un manque
un vide
un seul
je verrouillais la porte
pour une petite dizaine de minutes
je voulais voir personne
jamais
mes jambes se dérobèrent
ma carcasse tomba à terre
je brûlerai demain
pour l'heure la glace se ramollit
lentement
des souvenirs d’enfance affluèrent
et je restais courbée
le nez dans les genoux
le regard plongé
dans le néant
puis tout fut flou
puis tout fut calme
Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Trystan J. Harper, Jeu 17 Nov 2016, 02:45



Halloween is coming !
— AVEC Ashton Parker




Mes yeux avaient tranquillement commencés à s’habituer à la pénombre dans laquelle le vieux lustre suspendu au plafond de la boutique, nous avait contraint de plonger. Mais bien que je discernais maintenant avec un peu plus de précision, les formes des meubles et des objets qui nous entouraient, je ne pouvais dire que j’en étais réellement rassuré. Ces têtes réduites, entreposées sur une étagère tout près de là, semblaient beaucoup plus macabres dans le noir alors qu’on les entendait râler sur ce luminaire maudit qui ne cessait apparemment de faire des sienne. Et c’était sans parler de ces yeux embouteillés qui nous observaient avec quelque chose, dans leurs grands iris sans paupières, d’encore plus menaçant que lorsque la BAMN était éclairée par son lustre. Imitant l’initiative d’Ashton, j’avais également allumé le bout de ma baguette magique d’un #Lumos dont l’éclat lumineux rejoignit celui de la baguette de mon cousin. Ce dernier venait, d'ailleurs, de reprendre la parole :

«Je vais aller chercher de quoi nous éclairer un peu mieux histoire que tu puisses regarder les capes qui te plaisent.»

J’avais acquiescé d’un hochement de la tête avant de regarder, silencieusement, Parker retourner au comptoir, farfouiller sous le meuble, avant d’en ressortir avec une lanterne à la main. Si les employés du commerce devaient conserver ce genre d’objet sous leur comptoir, c’était forcément parce qu'ils étaient habitués aux caprices de monsieur-le-lustre-maudit-qui-s’éteint-quand-bon-lui-semble. Je ne pu m’empêcher de me questionner sur la raison pour laquelle ils s’entêtaient donc à le conserver en ce lieu. Peut-être étaient-ils simplement incapables de le retirer du plafond, collé par de la glu perpétuelle ? Tout était possible dans cet univers de magie.

Quelques instants plus tard, Ashton était revenu à mes côtés, avec sa lanterne toujours à la mais et qui, elle au moins, ne risquait pas de s'éteindre à n'importe quel moment. D’ailleurs, à peine le sang-mêlé était-il revenu, que le capricieux lustre se remit à fonctionner, comme si de rien était. Comme s'il s'était jamais éteint.

«Je crois vraiment qu’il se fout de toi, en fait... Il fait toujours ça ?!»

Souriant à mon cousin d’un air amusé, j’avais lancé un dernier regard au lustre avant de me pencher enfin vers ces fameuse capes d’invisibilité auxquelles je portai toute mon attention. Il y en avait pour tous les gouts. Différents matériaux, différentes formes et différentes tailles. Passant la main sur chacune d’entre elles, j’arrêtai mon geste sur une cape à la fois douce et souple. J’ignorais avec quel matériel elle avait été construite, mais son apparence était plutôt sobre, dans les teintes de gris foncé, avec un motif argenté qui venait en décorer le col. Un large capuchon permettait de recouvrir la tête de son porteur et qui, une fois bien calé, cachait le visage de ce dernier pour le soumettre, lui aussi, à son sortilège d’invisibilité. Une attache en cuir noir rejoignait les motifs du col et permettait de nouer solidement la cape sur ses épaules. Appréciant l’allure qu’avait ce vêtement, je n’avais pas tardé à m’y glisser afin de l’essayer.

La cape sur mes épaule et le capuchon pendant dans mon dos, j’avais été abasourdi de voir mon corps disparaitre sous mon propres regard. J’avais beau fixer l’endroit où aurait du se trouver mon torse, je ne voyait pourtant rien de plus que le plancher en arrière de moi. Rejoignant alors un vieux miroir sur pied, qui se dressait un peu plus loin dans la boutique, je m’étais observé dans la glace tachée de l’objet. Seul ma tête était encore visible et une expression de stupéfaction teintait mon visage dont la bouche était grande ouverte. Bon, vous me direz : «Mais à quoi t’attendais-tu d’autre d’une cape d’invisibilité ?!». Certes, je m’étais attendu à ce spectacle, mais je n’y étais pourtant pas réellement préparé. C’était quelque chose de très troublant que de se regarder sans se voir. Retirant le vêtement de mes épaules, prêt à en prendre officiellement possession, mon regard s’était arrêté un instant sur les potions magiques et plus précisément, sur les fioles contenant du Polynectar.

«Je vais prendre la cape, avec une potion de Polynectar aussi.»
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Arya Chamelet, Sam 19 Nov 2016, 00:25


Je corrigerai demain, là je suis crevée :3
Et désolé pour ce rp nul



Le sang coulera
Les larmes aussi
Mon âme fond
Devant ces papillons blancs
Qui traversent mes yeux


La BAMN m'ouvre les bras comme deux ailes noires s'écartant pour pouvoir prendre leur envol. Les comptoirs sont remplis d'objets, plus ou moins dangereux. Ce que je voulais acheter n'était pas particulièrement dangereux mais j'aimais ce genre. Alors il fallait espérer que cela plaise aussi à l'autre personne. Les têtes bougent et je les observe avec amusement. Au fond, elles sont mignonnes. Pauvres en cheveux, des petits yeux perçants, des bouches ridées comme leur grand-mère. Elles ne sourient pas, quelques unes braillent. Mais je les trouve si rigolotes. Elles pendent et se balancent à des anneaux de fers qui brillent dans la lumière opaque de l'ampoule. Ça pensent ces choses là ?

Ashton m'accueille avec un grand sourire. Il a l'air joyeux aujourd'hui. Ses dents éclairent son visage. C'est mon cap'tain. Et moi je suis sa gardienne. Le Quidditch fait partie intégrante de ma vie en ce moment. J'avais hâte que les matchs reprennent mais je ne savais pas encore quand. Tiens, quelque chose à lui demander. C'était un bon chef qui savait motiver et gérer son équipe. J'étais donc contente que ce soit encore lui le capitaine. Ils avaient une bonne équipe. Belle et forte.  

Salut Arya ! Prend celle que tu veux.

Il me montre rapidement le comptoir où sont disposés les têtes. Je les observe à tour de rôle. J'aimerais toutes les acheter. Malheureusement, je suis pauvre. Très pauvre. Une m'attire plus particulièrement.

- Ça se passe bien à Poudlard ?

Tiens, il me demande de mes nouvelles. C'est pas souvent qu'on demande de mes nouvelles. Comme si le monde n'en n'avait rien à faire de moi. Comme si le monde ne savait même pas que j'existais. Cela ne m'étonnerait même pas. Je passe si inaperçue à chaque fois. Je souris à Ash. Il est gentil un peu. Je n'aurais pas pensé ça de lui. Mon coeur chauffe et je le remercie intérieurement. Il donne un petit coup de boost à ma journée commencer si mal. J'en oublie même ma faim. Alors que je m'apprêtais à lui répondre, il donna un coup de main dans le portant qui eu pour conséquence une chorale de têtes parlantes. Elles étaient toujours aussi drôles.

- Oui ça va, ça se passe bien ! J'ai un peu de mal avec les cours mais je m'en sors pas si mal. Et puis les gens sont sympas quand même, heureusement.

Je prends une des têtes. Ses cheveux pendent comme des algues au fond d'un océan. Ses yeux verts me fixent avec insistance. Elle est beaucoup trop troublante. Je la repose et en prends une autre.

- Et toi alors ça va ? Qu'est ce que tu deviens ? Les matchs de Quidditch reprennent bientôt ?

En prononçant cette dernière phrase, je fis la tête de l'innocente, celle qui veut dire : "parce que oui, j'aimerais bien reprendre". La tête me dis quelque chose mais je ne l'écoute pas. Je regarde Ashton pour savoir quand est-ce que je pourrais reprendre une vie sociale.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Dim 20 Nov 2016, 14:14


Réponse à Trystan

Évidemment, il suffit qu'Ashton revienne avec la lanterne à la main pour que le lustre se rallume seulement quelques instants plus tard. Par moment le gérant se demandait si un esprit ne l'occupait pas en prenant plaisir à faire tourner pour rien les personnes se trouvant dans la boutique. Cependant, pour vérifier cela il aurait fallu consulter un pro du domaine et quand on touchait au domaine de la magie noire cela pouvait rapidement coûter très cher. Rien qui vaille le coup pour une simple curiosité. Ayant profondément la flemme de se déplacer à nouveau vers le comptoir pour ranger la lanterne, Parker décida de la poser sur une des étagères à côté de lui en espérant qu'un client ne penserait pas qu'il s'agissait d'un article à vendre.

- Je crois vraiment qu’il se fout de toi, en fait... Il fait toujours ça ?!

- De temps en temps ouais, c'est le problème des lustres maudit.

Cela dit, ça aurait pu être pire. Si la malédiction du lustre avait été de se décrocher de manière aléatoire cela aurait sans doute posé plus de problèmes pour le bon fonctionnement de la BAMN. Là, la lumière clignotante ne faisait que rajouter au charme naturel de l'endroit et au moins avec la glu perpétuelle il n'y avait aucun risque d'écraser des clients. Pendant ce temps-là, Trystan essayait différentes capes d'invisibilité et le sang-mêlé ne pu retenir un léger sourire en voyant la tête de son cousin flotter toute seule au-dessus du sol. Visiblement convaincu, celui-ci décida de prendre la cape en question ainsi que du polynectar. Avec ces deux articles il aurait donc tout ce qui lui fallait pour jouer des mauvais tours à Poudlard. Ashton attrapa donc une fiole de la potion puis se tourna à nouveau vers le Gryffondor.

- C'est tout ce dont t'auras besoin ? demanda-t-il en avançant vers le comptoir.


Réponse à Arya

Alors qu'elle observe les différentes têtes réduites afin de faire son choix, Arya répondit à la question d'Ashton, visiblement contente que l'on s'intéresse à elle. Globalement tout allait bien à Poudlard, ce qui n'étonna pas le gérant étant donné qu'il ne voyait pas vraiment la jeune fille comme une cancre. La tête qui semblait avoir attiré son attention était assez moche, mais après tout c'était un peu la caractéristique de ces articles. La Gryffondor lui demanda ensuite comment il allait et s'il savait quand les matchs de Quidditch reprendraient.

- Moi ça va plutôt bien, en travaillant ici je m'ennuie pas souvent, répondit-il. Le Quidditch j'ai pas la date précise mais ça devrait reprendre très bientôt !

Ça commençait à bien lui manquer les matchs de Quidditch. Quoiqu'il arrive, le sang-mêlé avait l'intention d'augmenter le rythme des entraînements pour l'équipe des Gryffondors afin qu'ils soient fin prêts pour la reprise. Ils étaient passés tout près de remporter la dernière saison, ce qui signifiait qu'en continuant sur cette lancée ils avaient toutes leurs chance pour la nouvelle. De ce fait, il n'y avait eu quasiment aucun changement dans l'équipe puisque les joueurs avaient tous un très bon niveau. Sortant un peu de ses pensées, Parker reporta son attention sur la cliente en face de lui.

- T'es intéressée par autre chose dans la boutique ?
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Arya Chamelet, Lun 21 Nov 2016, 19:02


Les têtes sont vraiment moches. Mais bon, c'est assez drôle de les voir s'exciter pour n'importe quoi et de dire des choses pas très ... polies. J'observe celle que j'ai choisi. En fait, elle se ressemble toutes. Mais je ne connais absolument pas la personne à qui je vais l'offrir alors j'espère qu'il est un peu excentré et que ce genre de chose lui plait.  Mais avec ma chance, cette personne va être sage et très disciplinée et ce genre d'objet ne va pas du tout lui plaire.

- Moi ça va plutôt bien, en travaillant ici je m'ennuie pas souvent. Le Quidditch j'ai pas la date précise mais ça devrait reprendre très bientôt !

Je souris. De toutes mes dents. Le Quidditch me manque. Surveiller le Souaffle qui arrive vers mes buts, encourager nos poursuiveurs, observer Merry qui cherche le Souaffle. Tout ça me manque. Même si le stress me tiraille toujours avant les matchs, l'adrénaline le chasse. Mais je ressentirais toujours cette frustration quand une balle s'échappe de mes mains, qu'elle file entre les buts et que je ne peux rien faire. C'est très dur à encaisser et ce sentiment est très blessant. Surtout vis à vis de l'équipe. Tu te sens mal car tu vas peut être perdre à cause de ce but. Mais c'est la vie du sport et il faut savoir gérer ça.

- Ah génial ! J'ai hâte !

Même l'équipe me manque. Même si ils sont parfois fous, ils sont quand même cool.

T'es intéressée par autre chose dans la boutique ?

Je sors l'argent et le dépose sur le comptoir qui tombe dans un tintement. Il y a pile le compte. J'attrape la tête et la fourre dans mon sac et lui dis de se taire.  Dans quelques jours, elle serait sous l'ordre d'un autre. Il fallait donc qu'elle ne s'habitue pas trop à moi.

- Non c'est bon, j'ai ce qu'il me faut. Merci et à bientôt pour le Quidditch du coup !

Je lui souris une dernière fois, attrape mon sac que je mets en bandoulière. Je remets rapidement ma veste et fais un signe de main à Ashton. On se retrouvera bientôt. Très bientôt.


Départ d'Arya. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Lun 21 Nov 2016, 20:06


Réponse à Arya

La jeune fille parut très contente à l'idée d'une reprise des matchs imminente. Ashton pouvait tout à fait la comprendre, lorsqu'on avait goûté au Quidditch il était difficile de ne pas apprécier ce sentiment de voler sur un balais. Et dans son cas à lui d'envoyer des cognards sur les autres joueurs, ça faisait souvent beaucoup de bien. Arya lui indiqua qu'elle avait ce qu'il lui fallait et donc qu'elle ne comptait pas dépenser plus à la BAMN aujourd'hui. Il pouvait la comprendre, après tout lorsqu'on était élève à Poudlard il était toujours difficile de rassembler suffisamment de Gallions pour se permettre d'en dépenser beaucoup. C'était souvent plus facile de prendre un verre dans l'un des bars de Pré-au-Lard, qui coûtaient en général moins cher que les boutiques de Londres.

- A bientôt ! lança-t-il alors que la Gryffondor sortait de la boutique.

A nouveau seul dans la pièce, le gérant prit l'argent déposé sur le comptoir par la cliente et l'encaissa avant de retourner à ses occupations en attendant qu'une nouvelle personne n'ouvre la porte et ne fasse sonner la clochette de l'entrée.

Arya Chamelet : Tête réduite parlante + Promo d'Halloween (rayons=10%) : 4 Gallions & 8 mornilles & 14 noises
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Lizzie Bennet, Dim 27 Nov 2016, 05:35


post unique

j’ai la mémoire à vide
et l’oeil à trouble

une lettre
une lettre ce matin
elle sentait ton parfum
jane
jane je te vois encore
partout
tout le temps
une part de moi est heureuse
que tu ne sembles avoir de fantôme
enfin je suppose
que s’il t’avait fallu rester
tu aurais hanté ton meurtrier
mais tu as su trouver la paix
tu as su partir
t’es de ceux qui s’en vont
je ne sais quel est leur coeur
moi qui suis attachée
comme une ancre
à londres
toi t’es partie
sans te retourner
je crois que je t’en veux
de n’être restée
car merlin
je ne me suis jamais sentie si seule
jane
à quoi ça servait d’être libérée
si ma première nouvelle
devait être ton décès

je me surprends à rêver
qu’on me rende les chaines
contre ta vie
impression d’avoir été
la bénéficiaire d’un échange
indicible
inique

et pourtant
c’est dans ton absence
que je te vois partout
tout le temps
je sais ce que tu me dirais
si tu étais là
tu m’inciterais à vivre
rallumerais les flamèches
d’espoir que null ne sait voir
toi
toi seule
pourrait donner de nouvelles couleurs
au patchwork que le temps
assombrit
un fil
après l’autre

c’est pour toi que je n’ai brûlé cette lettre
pour toi que j’irais à la fête
oh je n’ai assez d’argent
donc je volerai
ma propre boutique
parker n’en saura rien
il n’a jamais capté l’oeuf de malena

alors il ne saura jamais pour ça, non ?
c’est cohérent
je peux la jouer ombre
ombre difforme et traitresse
voleuse une fois de plus
mais c’est pour une cause juste
c’est pour un cadeau

un cadeau pour un autre de moi
longtemps que j’ai pas fait ça
alors je chope les articles
ayant le moins de valeur
tout en ayant le brin de magie
le brin qui me fait chavirer

jane
jane tu ne mesures pas
combien ce cadeau
je te le fais à toi

Lizzie Bennet : Sang d’elfe : 5 Mornilles + Poudre d'obscurité du Pérou : 3 Gallions
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Temperence Black, Dim 27 Nov 2016, 19:09



Une pluie épaisse tombait du ciel et le sol était gras. L'eau s'écoulant entre les pavés était sombre, à l'image de la rue où elle se trouvait. L'odeur de pluie ne faisait qu'accentuer l'odeur âcre mêlant la noirceur et l'insalubrité de l'allée des Embrumes. Temperence portait une tenue automnale mais un frisson l'assaillit et lui parcourut l'échine tel un coup fouet. Ce quartier semblait déjà être plongé en hivers même si nous n'étions qu'à la fin du mois d'octobre et donc, par conséquent, toujours en automne. Le vent glacé circulait aisément entre les murs de briques et l'obscurité tombait à vive allure malgré l'heure peu tardive. Au coin de la rue, on pouvait entendre une sorcière rire d'un rire peu rassurant et d'autres bruits qui n'était pas là pour rassurer quiconque se trouvait dans ce quartier malfamé. Temperence pressa le pas afin de ne pas faire de mauvaise et se glissa rapidement dans la boutique.

Lorsqu'elle poussa la porte, elle émit un grincement sinistre et à peine en avait-elle franchit l'encadrement que celle-ci se ferma d'elle-même dans un claquement sonore faisant, par la même occasion, tinter une petite clochette dont le bruit cristallin trancha avec l'atmosphère sombre de la boutique. A l'intérieur, on pouvait apercevoir plusieurs rayons croulant sous une multitude d'objets en tout genres. On pouvait y déceler des grimoires servant de cale à des objets bancales, des bocaux contenant toutes sortes de créatures ou d'organes noyés dans un liquide jaunâtre. Plusieurs poignards étaient enfoncés dans le bois pourri d'une étagère qui menaçait de s'effondrer. Le plafond était strié de toiles d'araignée et le lustre délabré projetait une lumière tremblotante qui donnait vis aux ombres.  

Temperence hésita quelques seconde puis elle ôta sa capuche, laissant ainsi ses longs cheveux ondulés et châtains glisser le long de son dos et de ses épaules. Sa peau pâle, ses yeux  claires et son visage angélique contrastaient avec l'endroit dans lequel elle se trouvait. Doucement, elle s'immisça entre les rayons et fit courir son doigt sur la tranches des livres poussiéreux.

Sans faire attention, elle ne vit pas la lame courbe de ce qui semblait être une épée émerger entre deux livres si bien qu'elle s'entailla un doigt. Par pur reflexe, elle pressa son doigt meurti contre un mouchoir de papier blanc en poussant un léger juron contre l'idiot qui avait placé l'objet ici. Sans plus de cérémonie, elle reprit sa contemplation de l'endroit qui ressemblait, à s'y méprendre, à un grenier. Elle parcourut ainsi tous les rayons de la petite boutique puis soupira quand, arrivée à la fin, elle n'eut pas mis la main sur l'objet qu'elle était venue chercher.

Alors qu'elle se dirigeait vers la sortie, un éclat doré venant d'une étagère qu'elle n'avait pas vu la fit retourner s'enfoncer dans les méandres douteux du magasin. A peine arrivée dans le rayon qu'elle repéra immédiatement les objets tant convoités. Une couverture de cuir noire et usée. Des pages jaunies et abîmées. Elle attira à elle le grimoire en prenant soin de ne rien faire tomber au sol mais c'était peine perdue. A peine eut-elle tiré les livres qu'un nouveau poignard semblant venir de nul part tomba du ciel. Sans réfléchir, elle le saisit à pleine main et la lame affutée trancha sa paume pâle. Rageusement elle posa l'objet tranchant dans une espèce de vase qui semblait stable.

Elle se saisit le livre et se dirigeât vers le comptoir avec le sourire aux lèvres malgré la douleur brûlant sa main gauche. Le sang commençant à s'écouler entre ses jointures, elle posa les livres sur le coin déblayé d'une étagère et mit un nouveau mouchoir de papier dans sa main avant de fermer son poing empêchant ainsi le sang de couler. Elle improvisa ensuite un pansement avec un ruban blanc traînant dans ses poches. A peine l'eut-elle mis qu'une tâche rouge naquit sur le tissu. Cela ferait l'affaire. Elle mettra un pansement convenable lorsqu'elle rentrerait chez elle.

Rangeant les mouchoirs sanglants dans ses poches, elle se saisit du livre. Un grimoire qu'elle cherchait depuis maintenant quelques mois. Le livre les Potions de Grand Pouvoir . Ses pas la menèrent directement au comptoir sans embûche. Elle posa le livre sur la surface propre et sortit de sa poche une petite bourse pleine de gallions et en sortit 5, cela devrait suffire pour ce grimoire usé plus que de raison. Elle rangeat sa bourse afin de s'adresser à la silhouette sombre se mouvant derrière le comptoir.

-Bonjour, dit-elle d'une voix douce et claire, Excusez-moi de vous importuner mais j'aimerais acheter ce livre s'il vous plait et également savoir s'il vous restait un jeu de miroirs à double sens.


Dernière édition par Temperence Black le Lun 28 Nov 2016, 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Comptoir

Message par : Ashton Parker, Lun 28 Nov 2016, 16:08


Réponse à Temperence

De l'intérieur de la BAMN on pouvait entendre la pluie battante tomber au dehors sur les rues et les toits de Londres. Ce n'était pas tellement étonnant par rapport à la moyenne d'un mois de novembre en Grande Bretagne et surtout, le mauvais temps ne dérangeait pas plus que ça Ashton. Il aimait souvent prendre le contrepieds de ce que faisait la plupart des gens et puis quand on était un sorcier un simple sort suffisait à ne pas se mouiller quand on sortait à l'extérieur. Au vu du bruit qu'il entendait sur le toit au-dessus de lui, le sang-mêlé était particulièrement ravi que la boutique ait reçu des sortilèges d'imperméabilité malgré son apparence relativement vieille et en mauvais état. Il ne s'agissait que d'une apparence bien évidemment, de nos jours on avait les moyens de garantir le minimum vital sans pour autant se séparer du charme de la boutique.

Habillé tout de noir, si bien qu'on aurait pu croire qu'il revenait d'un enterrement, Parker portait également des grosses lunettes de soleil bien qu'elles ne soient pas forcément utiles étant donné la faible luminosité de l'endroit. But baby my life is a funeral. Avec le mauvais temps qu'il faisait, les clients se faisaient rares et la pièce principale était vide. Le Métamorphomage était assis en tailleur sur le sol en vieux parquet de l'arrière boutique et fumait de l'herbe pas forcément très légale tout en dégustant une pizza aux pepperonis et poivrons verts, la boîte posée à même le sol juste devant lui. En entendant la clochette de l'entrée sonner l'arrivée d'un client, le gérant posa sa part de pizza à moitié mangée, jeta son mégot et se leva pour aller derrière le comptoir.

- Bonjour, excusez-moi de vous importuner mais j'aimerais acheter ce livre s'il vous plait et également savoir s'il vous restait un jeu de miroir à double sens.

La cliente était une gosse aux longs cheveux châtains qui faisait probablement ses dernières années à Poudlard. Elle avait posé sur le comptoir le grimoire Potions de Grand Pouvoir ainsi que les cinq gallions correspondants au prix de l'article. Il ne savait pas très bien ce qu'une jeune sorcière pouvait comprendre à un grimoire recelant de ce genre de potions mais après tout certains commençaient à se passionner pour le domaine des potions assez jeunes. Et nul doute qu'elle trouverait de quoi assouvir sa soif de découverte, elle était au bon endroit. Ashton lui répondit sans réellement prendre la peine de lui dire bonjour.

- Oui il nous reste bien des miroirs à double sens, c'est huit gallions la paire.

Il farfouilla un instant dans le petit fouillis autour du comptoir et réussit à trouver ce qu'il cherchait. Les deux miroirs était légèrement poussiéreux alors il frotta le verre avec sa manche et vérifia rapidement qu'il s'agissait bien d'une paire en état de marche, avant de les poser sur le comptoir à côté du livre.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Comptoir

Message par : Temperence Black, Lun 28 Nov 2016, 22:38


Réponse à Ashton.


- Oui il nous reste bien des miroirs à double sens, c'est huit gallions la paire.

Ni bonjour ni m*rde. La politesse avait-elle fuit cette rue de la même façon que la lumière ? Temperence était bouche bée face au vendeur qui venait de se présenter face à elle. Habillé tel un croque-mort et arborant une paire de lunette noire malgré l'éclairage du lieu, elle était tombée sur un excentrique. Elle n'eut cependant pas cette image bien longtemps. A peine avait-il ouvert la bouche qu'une forte odeur de tabac fouetta la jeune fille. Un tabac à l'odeur bien trop particulière pour être légal. Cet homme n'était pas un excentrique mais juste un mec défoncé ou en train de le faire. Cela ne dut pas vraiment la surprendre car Temperence esquissa un léger sourire. Comme quoi les drogues ne se limitaient pas qu'au monde des moldus et que même loin de France, l'odeur âcre et délicieuse de l'herbe restait dans sa mémoire.

- Consommer ainsi n'est pas vraiment malin, j'aurais pu être du ministère, murmura Temperence tout bas, l'homme avait-il entendu ? Peut-être, c'était même fort probable.

Elle se saisit de la paire de miroirs et les fit machinalement tourner entre ses doigts ensanglantés sans vraiment s'en rendre compte. Ce ne fut que quand elle sentit une goutte du liquide chaud s'écouler sur son poignet qu'elle comprit que le ruban avait fini par être saturé du liquide rouge. Elle essuya les miroirs sur un bout de mouchoir encore imberbe de sang avant de le reposer sur le comptoir en direction du vendeur.  

Temperence fixa un point inexistant durant quelques secondes. Avait-elle réellement besoin d'un nouveau jeu de miroirs ? Où étaient les derniers qu'elle avait pris soin de bien ranger dans un carton ?  Le plus prudent ? Garder son argent et en acheter en cas de besoin réel.

- Enfaite non, je ne prendrais que le livre s'il vous plait. Dit-elle en prenant soin d'accentuer légèrement ses mots.

Temperence poussa les 5 gallions de sa main valide. Elle serra un énième mouchoir dans son poing gauche si bien que ses jointures blanchirent légèrement, empêchant ainsi le sang de s'écouler sur le comptoir ciré. En rentrant chez elle, elle devrait demander une virée à St-Mangouste histoire de faire recoudre sa main et de vérifier si ses vaccins étaient bien à jour. Le risque d'attraper le tétanos n'était pas pour la mettre en totale confiance. Quand une idée folle lui vint à l'esprit. L'accident étant arrivé dans la boutique, elle possédait le droit de lui demander un coup de baguette simple afin de faire en sorte que de cette plaie profonde il ne reste qu'une cicatrice en à peine 10 secondes mais où en était-il ? Totalement sous l'emprise de la substance ou encore suffisamment sain d'esprit ? Finalement, ce fut l'idée de se retrouver avec une main en moins qui la fit le plus déchanter. La drogue c'est mal. Elle en avait elle-même payé les frais une année auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 14:09


Revenir en haut Aller en bas
Page 22 sur 25

 Comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24, 25  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.