AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 11 sur 12
À la maison
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle

À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Lizzie Bennet, Dim 20 Mai - 17:12


J’ai deux nouvelles pour vous. Une bonne et une mauvaise. Par laquelle préférez-vous que je commence ? La bonne ? D’accord. Bonne nouvelle : le Mangemort accepta cette option. Et enfin… mauvaise nouvelle : le Mangemort accepta cette option. Parce que la seule imperfection de ce plan, c’est que là, j’avais pas de veritaserum sur moi. Et que 22 semblait regarder sa marque, hésitant à ramener 67 en renfort.

J’aurais bien aimé faire mes preuves devant lui sans avoir forcément besoin d’un patpat de Rouge. M*rde, j’avais été Mangemort et n’avais jamais renoncé à mes convictions ! Je m’étais simplement éloignée le temps de me reconstruire, pour ne pas être leur maillon faible. Mais là j’étais prête, voire giga prête, à m’investir pour eux.

Alors j’voulais pas que le Seigneur des Ténèbres ait à rassurer ses disciples sur mes intentions. J’voulais qu’ils me fassent confiance. Directement. Qu’on croit en moi pour qui je suis, pas pour qui a mis un tampon de validation sur ma tête. Donc bon, j’aimerais bien qu’on arrive à poursuivre cette conversation dans la bonne direction.

— Bien. Le tout petit problème c’est que euh, je me balade pas avec un stand de potions dans mes poches. J’ai du veritaserum à Barjow & Beurk cependant. Tu veux que j’aille en chercher ? On y va tous ensemble ? Ou il se fait tard, et tu préfères qu’on se retrouve le jour qui t’arrange pour terminer ça ? Ou si t’as une autre idée, hésite pas hein.

J’voulais pas qu’il croit à un piège. Y avait pas de piège. Mais il était tellement sceptique à propos de tout que j’avais l’impression de dire des c*nneries à chaque fois. Je reprenais un peu de constance. J'me fatigue toute seule, franchement. J'aurais du anticiper que le chemin serait semé d'embûches, et que celles-ci auraient le visage d'erreurs de communication.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Mangemort 22, Dim 20 Mai - 23:27


Je

Je regarde la professeure de vol : visiblement elle n'a pas la potion demandée sur elle. Je hausse les épaules à la fin de son élocution. Je suis un peu déçue, je dois bien l'avouer. J'enlève ma baguette de mon avant bras et redescends la manche. Je n'allais appeler personne ce soir, finalement, ça allait attendre. Je me redresse et commence à me déplacer un peu sans les lâcher du regard. Prenant une voix calme et une intonation sèche pour accentuer l’autorité que je tente de dégager dans ces derniers mots.


" Miss Bennet. Je vois bien que vous êtes pleine de bonne volonté et animée par l'envie de bien faire. Cependant, on en restera là pour ce soir. On vous recontactera, la prochaine fois : tâchez d'avoir cette potion. Il faudra convaincre d'autres masques que le mien. "


Avant de me détourner et de partir un peu plus loin. Rapidement, un crac se fait entendre, suivi d'un autre crac et me voilà disparu et de retour à Hollow. A croire que ce grand lieu aux murs froids et gris devient peu à peu ma maison.


À la maison - Page 11 1525185035152722510
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Lizzie Bennet, Lun 21 Mai - 16:46


22 me fit bientôt entendre sa réponse : cela n’était pas suffisant. Je n’étais pas assez. Je comprenais. Je n’eus pas le temps d’ajouter grand chose ; déjà, la silhouette masquée finissait sa tirade et transplanait. Trop lente.

Je redressais la tête. Cela aurait pu se passer de cent autres façons, notamment des pires. Qui que soit la personne derrière le masque blanc, elle ne semblait pas me haïr. Il allait simplement falloir m’armer de patience et de veritaserum. Je pouvais faire cela. C’était un bon début.

A présent, 22 savait ce que j’avais en tête ; d’autres le sauraient bientôt. Et si j’obtenais leur autorisation, les opérations avanceraient enfin sur le champ académique, ouvrant de nouvelles possibilités. Je me retournais lentement vers le professeur.

— Il a tranché ; ce sera pour une autre fois. Mais merci d’être venu ce soir. On reste en contact.

— Evidemment. Je suis curieux de voir où tout cela nous mènera. En attendant, soyez assurée de ma discrétion.


Je saluais le moldu, et m’enfonçais dans les bois. Je ne voulais pas rentrer à Barjow & Beurk. Pas tout de suite. J’avais besoin de réfléchir, seule. Les nuances boisées avaient quelque chose d’apaisant et d’enivrant à la fois ; la nuit et ses touches humides dévoilaient toutes les senteurs de la terre mouillée.

Nous avancions, pas à pas. La nature faisait son chemin. Le secret était un simple goudron, et les plantes étaient tenaces. Lentement mais surement, elles transperçaient la barrière hostile.

(Fin de RP)
Revenir en haut Aller en bas
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Theya Alomora, Jeu 12 Juil - 0:26



 


L'anniversaire et son invité surprise...


Le 7 juillet, un jour tellement banal pour certains, et tellement important pour d'autres. Pour Theya ça aurait dû être le cas, il s'agissait de l'anniversaire de la jeune Poufsouffle. Le jour de ses seize ans, elle ne se sentait pas vieille, oh non loin de là. Simplement son anniversaire était synonyme de dispute pour elle.

Les anniversaires qu'elle avait pu fêter quand elle était petite avec ses parents ont tous été autant catastrophique les uns que les autres. Depuis la mort de son père, Theya avait demandé à sa mère de ne plus le fêter, que ça ne ferait que rappeler de vieux souvenirs qu'elle souhaiterait effacer à tout jamais. Mais chaque année, sa mère s'obstinait, elle conviait des amis de la famille, des amis de Theya, elle le savait dès le réveil.

Elle savait exactement comment sa journée allait se passer, sa mère allait la réveiller avec un petit déjeuner au lit pour lui souhaiter son anniversaire, ses amis arriveraient sous les coups de midi, le temps à la Jaune de se préparer et d'être un tant soit peu potable aux yeux des invités. Apéritif, entrée, plat, finissant par le gâteau bien sur toujours délicieux et préparer par le pâtissier du coin qui faisait les gâteaux préférés de Theya, les plus délicieux de tout Londres selon elle.
Ensuite vint le discours gênant de Pat' sur l'enfance de sa fille et une occasion de plus pour chanter les louanges de sa petite Theya, l'heure des cadeaux par la suite, puis la fin d'après-midi était marquée par une pause thé à la mode londonienne. Thé ou café ou même champagne pour d'autres. S'ils avaient de la chance et que le temps était en leur faveur la journée se déroulait dans le jardin et se prolongeait jusqu'au soir, mais cela arrivait rarement.

Theya faisait bonne figure, pour faire plaisir à sa mère et ses amis, mais à vrai dire chaque année, c'était la même rengaine. Maman tu n'étais pas obligé. - Et pourtant si ma fille.

Theya s'éveilla doucement de son sommeil de plomb, bizarrement cette fois-ci ce n'était pas le tapage de porte annuel de sa maman qui l'a réveilla. Mais simplement un bruit de casseroles qui s'entrechoquait. Elle regardait l'heure et voyait 10.00 a.m affiché sur l'horloge anglaise. C'est étrange, normalement elle me réveille à 8h pour que je me prépare. Encore en pyjama elle se réjouissait du peu de paix qu'elle allait avoir pour le petit déjeuner et descendit les escaliers de sa maison dans le quartier de Paddington près de Hyde Park.
Un quartier tranquille, une petite maison londonienne agréable avec un petit jardin à l'arrière avec assez de place pour accueillir une piscine l'été, et faire des grillades lors des chaudes journées d'été à Londres.
En arrivant à l'étage du dessous elle aperçut rapidement le ciel bleu ainsi que les rayons du soleil qui pénétrait dans le salon. Ça sera dans le jardin alors.

Les bruits de casseroles raisonnaient, pourtant sa mère avait l'habitude de commander chez le traiteur pour son anniversaire. Peut-être que cette année elle n'a rien prévu après tout ! Elle passa du côté cuisine du living-room et voyait sa mère en panique s'activant de part et d'autres avec sa baguette magique afin de tout nettoyer et que tout soit brillant comme elle aime. Elle s'approcha en pyjama de sa mère et lui dit :

- "Bonjour maman, qu'est-ce-qu'il t'arrive tu as l'air angoissée ?"

Sa mère sursauta, apparemment elle ne s'attendait pas à ce que sa fille se pointe pendant le remue-ménage. Pat' se tourna en sursautant vers sa fille tandis que son frère arriva pour surprendre la Poufsouffle en lui faisant "Bouh" à l'oreille. Theya imita sa mère et sursauta également alors que son frère lui disait :

- "Bonjour ! Joyeux anniversaire p'tite soeur ! Alors prête pour ta fête annuelle ? Apparemment pas tu n'es pas du tout prête !"

Theya levant les yeux au ciel regarda son frère pour le remercier et lui dire que cette année elle n'avait pas eu le droit au réveil matinal. La maman de Theya fonça sur la jeune fille pour la serrer dans les bras et s'excuser de ne pas lui avoir apporté son petit déjeuner :

- "Pardon pardon ma chérie... Je suis juste un peu stressée aujourd'hui mais tout ira mieux quand tout le monde sera là et que le traiteur sera arrivé avec le buffet apéritif et les serveurs. Joyeux anniversaire ma chérie, tu es radieuse n'écoute pas ton frère" elle embrassa sa fille sur la joue en la tenant une fois de plus dans ses bras.

Theya trouvait la situation étrange. Déjà, sa mère ne l'avait pas réveillé, ensuite, elle était stressée et désorganisée, elle préféra ne pas relever tout ça, en se disant qu'il s'agissait surement d'un imprévu. Elle prit une pomme dans sa bouche et croqua dedans puis dis encore la bouche pleine :

- "Bon bah je vais me préparer vu que je ne suis pas du tout prête ! C'est bien pour midi maman ?"

Sa mère acquiesça et Theya monta dans sa salle de bain pour se doucher, se laver les cheveux et enfiler une robe légère d'été noire avec le temps radieux qu'il faisait à l'extérieur. Elle enfila également une paire de talons compensés afin de ne pas être trop inconfortable pour le jardin. Se maquillant légèrement, elle entendait le traiteur arriver ainsi que le pâtissier livrer le fameux gâteau. Quelqu'un d'autre sonna mais elle ne savait pas de qui il s'agissait, elle finit de se coiffer et regarda l'heure, il était presque midi. Profite pendant que tu n'es pas encore au milieu de toute la populace. Elle s'allongea sur son lit en attendant que sa mère l'appelle comme à son habitude. Elle entendait des voix parler doucement au rez-de-chaussée, bwoarf, certainement un invité en avance. Elle s'endormit d'un sommeil léger, bercé par les douces voix connues qui raisonnaient au rez-de-chaussée...


 
Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Daemon Stebbins, Mar 11 Sep - 17:40







Artemis Lhow Daemon Stebbins
“Cache tes secrets dans les replis les plus profonds de ton cœur.”
♫♫

LA d'Artemis et Artemis à le mien.




Drôle de visite

J'étais sorti seulement depuis quelques jours de Saint-Mangouste. Pour le moment, j'avais pu échapper aux interrogatoires mais je savais que cela n'allait pas vraiment durer. Même mon père me l'avait fait comprendre lors de notre dernière discussion. J'avais réussi à m'en sortir en disant que je ne me rappelais rien. Ce qui n'était pas entièrement faut mais n'était pas non plus la vérité. J'avais eu des flashes de l'attaque qui m'avait réveillé en pleine nuit plus d'une fois. J'ignorais si mon choix de devenir informateur pour l'ordre avait été le déclencheur ou bien si j'avais une victime choisie au hasard. Evidemment ce genre de suppositions, je ne pouvais les partager avec personne.

A bien y réfléchir, le moindre de mes proches m'auraient plus trucidé si j'avais avoué cette activité plutôt qu'encourager. J'imaginais déjà la tête d'Elina et ma sœur qui me passeraient le savon du siècle. Loredana serait tellement choquée que connaissant son caractère, elle me zigouillerait sur place sans que j'ai le temps de dire quoique ce soit. Jo, n'aurait pas attendu pour me découper avec sa baguette afin de me faire passer l'envie de ce genre d’exploit stupide. Quand à mes parents, j'étais partagé sur leur réaction. Ma mère me traiterait certainement d'irresponsable avant de me dire que je suis consigné à vie. Mon père, lui, me sourirait me disant que je suis un peu trop vieux pour jouer au héros comme dans mon enfance et qu'il serait temps que je réfléchisse avant d'agir sous l'impulsion.

Bref ce serait un carnage total...

J'étais donc dans ma chambre, allongé sur le canapé de mon petit salon en train de lire lorsqu'on frappait à ma chambre. Je me demandais bien qui pouvait agir de la sorte. Ma sœur ne frappait jamais et rentrait sans permission et c'était la seule présente aujourd'hui. Intrigué, j'avais posé mon livre sur la table basse et me dirigeais vers afin de découvrir qui cela pouvait être. Ou alors avait-elle de la compassion et s'était-elle décidée à être civilisée ?

- Aya aurais-tu appris la bienséance ?

Mais alors que j'ouvrais la séparation de bois, je me retrouvais face à face avec un jeune homme que je reconnaissais. Il s'agissait d'Artemis Lhow, auror de son état. J'avais d'ailleurs découvert lors de mon séjour qu'il était aussi le compagnon de mon mentor, Elina.

*Qu'est-ce qu'il faisait là*

Il me fallut une seconde pour me reprendre et lui dire :

- Bonjour.

Sans trop savoir quoi ajouter d'autre...
Code By Daemon
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Artemis Lhow, Mer 19 Sep - 20:15



Ce RP se passe juste après celui-ci


Quelques jours se sont écoulée déjà depuis l'attaque du mangemort au masque triple sur l'allée des embrumes. Elina a déjà eu le temps de me faire chèrement payer mon choix, mais sans autre solution viable elle restera sous protection policière. Mon épaule me fait encore sévèrement souffrir, mais cette douleur n'est rien à côté de celle de Marjorie. Une longue et fine cicatrice est encore présente dans son dos. Le jeune homme lui, est sorti il y a quelques jours et est cloîtré au lit pour plusieurs jours suite à ses blessures.

Visiblement, sa famille a décidé de le garder au domicile plutôt qu'à l'hôpital, c'est donc à sa porte que je sonne et qu'une jeune femme m'accueille.

Bonjour madame, excusez moi de vous déranger, bureau des Aurors. Je souhaiterais voir Daemon Stebbins, il est ici ? Les yeux sur ma plaque, la jeune fille acquiesce et me mène jusqu'à la chambre de celui qui doit être son frère. La bonne nouvelle, c'est que le gamin est sur ses deux jambes et que, malgré les bleus et les contusions, il semblait en possession de ses moyens.

Bonjour Daemon, tu aurais quelques minutes à m'accorder ? J'aimerais que tu me parles de cette soirée ...

Revenir en haut Aller en bas
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Daemon Stebbins, Sam 6 Oct - 11:38


hrpg:
 




Artemis Lhow Daemon Stebbins
“Cache tes secrets dans les replis les plus profonds de ton cœur.”
♫♫

LA d'Artemis et Artemis à le mien.




Drôle de visite

Je n'avais pas franchement envie de me rappeler de cette "fameuse soirée". Puis surtout, je ne savais pas si Artemis était de confiance. Après tout, personne ne devait savoir mon petit secret. Savoir que je furetais pour récupérer des infos et les filer à l'ordre. Il n'allait quand même pas fouiller dans ma tête. Enfin je l'espérais. Je devais dans tous les cas restait calme. Avec un peu de chance, il mettrait ma nervosité sur le compte du stress de me rappeler de tout cela.

- Entre et suis-moi. Je ne préfère pas parler de tout ça ici. Nous allons monter dans ma chambre, ce sera mieux.

Heureusement Aya n'était pas là parce qu'elle aurait joué à la soeur protectrice comme elle le faisait tout le temps ces derniers temps. Je voyais déjà le regard de ma mère qui était venue voir qui s'était et je lui disais immédiatement pour la rassurer :

- Ca ira maman. Je peux le faire .

Elle me faisait alors signe de tête et repartie au salon pour attendre un résumé ultérieur de la situation. Après tout j'étais majeur et donc je devais mais surtout voulais me débrouiller. Je me tournais vers l'homme et demandais :

- Veux-tu que l'on t'apporte quelque chose à boire ? Un thé, un café ou quelque chose de plus fort ?

Je lui faisais signe alors de me suivre. Moi en tout cas, je savais que je prendrais quelque chose de fort, genre un bon whisky pur-feu mais ça je n'allais pas le dire devant ma mère. J’appellerais notre elfe la-haut directement.

Je crapahutais dans les diverses pièces grimpant les escaliers sous le regard des divers tableaux. L'étage que je partageais avec ma sœur était enfin là.

- C'est les appartements de ma sœur et les miens. Il n'y aura donc personne pour se mêler de ce que je vais te raconter ou des questions que tu voudras me poser.

A cet instant, je croisais le regard de la peinture d'Eloïse qui était assez troublée.

- Tout va bien Eloïse. Il ne m'arrivera rien de fâcheux.

Je me tournais vers l'auror et ajoutait en pénétrant dans ma chambre.

- Cette gamine s’inquiète depuis toujours pour moi. Je crois qu'elle a pris le rôle de gardienne très à cœur dès qu'elle m'a aperçue bébé. Mais tu n'es certainement pas là pour entendre ce genre de choses. Si tu veux jeter un œil avant de commencer, cela ne me dérange pas. Mais en attendant, je vais prendre un verre.

Machinalement ma mâchoire s'était crispée signe que je n'étais pas des plus serein dans cette situation...

Description de la chambre:
 

Code By Daemon
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Aya Lennox, Jeu 29 Nov - 16:50


RP unique

Behind blue eye

Le langage rutilant, quoique parfois très étriqué de la médecine moldue nommait cela l'iridocyclite hétérochromique de Fuchs.
Elle avait tiqué, cherché à tourner l'expression dans tous les sens possibles et imaginables, mais elle n'avait toujours pas compris. A part que l'un de ses deux yeux, car elle en avait, fort heureusement, toujours deux, virait petit à petit au bleu-gris translucide. Même que, lorsqu'il n'y en avait qu'un des deux dont la couleur de l'iris se barrait, on appelait ça iridocyclite hétérochromique irienne de Fuchs. Le terme ajouté ne facilitait cependant pas la compréhension de la chose, de la pathologie.

L'ophtalmologiste avait paru bien embêté lorsqu'elle lui avait demandé si ça pouvait se barrer en cacahuètes. Certes, le terme utilisé alors n'était pas cacahuètes, mais ceci n'était pas un élément indispensable à cela, c'est-à-dire la compréhension de la phrase. En fait, Aya voulait surtout savoir si elle pouvait perdre l'usage de cet œil. Ou des deux, à terme. Mais la réponse était non.
Et, enfin, elle avait pu souffler. Je ne finirai pas comme Bennet.
Car la gêne était présente depuis quelques temps ; un voile posé sur la rétine, tranquillement, tendrement. Une caresse qui rimait cependant avec inflammation, possible glaucome et cataracte obligée, à terme. M*rde. Les choses dont on ne se soucie parfois pas le moins du monde peuvent finir par réellement nous pourrir la vie. C'était, du moins, la pensée d'Aya lorsqu'elle examina son œil gauche dans le miroir. Il allait falloir faire attention, désormais.

Un instant, elle sembla suffoquer. Elle s'était presque sentie vivre, à nouveau. Comme lorsque la douleur de la morsure l'avait traversé, choc électrique sans manifestation tangible. C'était, souvent, lorsqu'on se sentait humain, trop humain, que telle piqure de rappel, totalement involontaire, émancipée de l'esprit, se produisait.
Un peu comme lorsqu'on oubliait de respirer, un temps, et que, par magie, d'un coup, on ne sentait plus son souffle. On paniquait alors, cherchait l'air avec avidité, avant de réaliser que finalement, respirer n'était pas si anodin que cela. C'était naturel. Et c'était pour ça qu'on l'oubliait. Le mécanisme de la futilité prenait le dessus sur le nécessaire. Soit, vivre, au moins un peu.

La blonde faillit pleurer. Ou péter une pile, quelque chose de cet acabit. Parce qu'elle avait perdu un quelque chose, encore. Même s'il ne s'agissait que de la couleur d'un œil, elle allait devoir regarder ça jusqu'à la fin de ses jours. De couilles en couilles, supporter tout. Même la proposition de rendez-vous "en dehors des heures d'ouverture" du spécialiste, qui ne paraissait pas si gêné que ça. Pour plaisanter, il avait ajouté qu'un jour, elle aurait peut-être même deux yeux parfaitement bleus, et que c'était sa couleur préférée.
Elle n'avait pas ri. Au contraire, besoin de refouler. Pas besoin d'être trop pour savoir refouler. Il s'agissait d'entraînement, de pratique.
Refouler les premiers pleurs qui n'osaient sortir, quand on avait trop peur de s'endormir, seule dans la grande chambre à l'étage. Refouler les colères, les cris qui menaçaient de tout briser, poussés par tous ces mensonges ; encore ces mensonges, toujours ces mensonges, éparpillés dans les discours, toujours ces mêmes discours. Refouler ce dont on avait peur, au fond de soi. Refouler la déception d'être, peut-être pas assez, ou encore une fois trop. Ambivalente, au fond trop insécure. Être et ne pas être à la fois. Ce qu'elle voulait, ce qu'elle ne voulait pas.
Ce que je ne suis pas, je vous le volerai.

Mademoiselle attrapa le stick de rouge à lèvres sans croiser son propre regard, déposa sur ses lèvres la couleur grenadine avec soin.
C'était lui, qui avait remarqué ça. La couleur qui changeait ; mais il ne connaissait pas le flou latent. Non pas artistique. Mais celui qui décolorait l’œil, et puis finalement le monde. Comme s'il n'avait jamais été trop envahi de clair-obscur. Comme s'il n'avait pas déjà perdu ses couleurs.
- Suis-je toujours jolie, au moins ?
Pas de réponse. Parce qu'il n'y avait qu'elle, et qu'elle ne la connaissait pas. Sinon à quoi bon ?
Une larme s'abattit sur sa joue, non pas parce qu'elle se sentait moche ou quoi que ce soit, mais parce que sa question était stupide. Ça, elle le savait. Parce qu'ils la regardaient tous, et elle osait poser ça. Elle ne les connaissait pas, mais ils étaient là, se retournaient et chuchotaient parfois. Pour eux, pour elle, priant pour qu'elle entende certainement. Sinon, pourquoi.
Dans les salles d'attente, les ascenseurs bondés, les métros et bus presque vides. Les yeux fouinaient un espace, en somme, le sien seul. Sa bulle inconstante, malgré tout vulnérable. Ils fouillaient et ça ne les gênait pas. C'était pire que des rats.

Parce que, le savoir, le dessiner, du bout des doigts. Un je suis belle, qu'elle ne comprenait pas. Pas envie de jouer à ça, devinettes sur soi. Déjà, le doute l'avait assaillie. Depuis bien longtemps d'ailleurs. Et si j'étais comme ça, moi aussi ? Belle comme aucune autre femme ? Peut-être ça, mais toujours, encore, un point si obscur à ses yeux. Ou juste, un truc en plus, qui persistait dans la rétine. Alors les petits rats se retournaient et la suivaient. Et si c'était ça ?
Mourir sur ses joues ; les larmes en descente infernale. C'était pathétique de chouiner sans oser se regarder en face. Mais si seulement il n'y avait que cela.

Si seulement il n'y avait que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Azaël Peverell, Mar 11 Déc - 15:02


PV Tataya


Le temps imparti est écoulé. T'as médité comme t'as pu, même si clairement, t'as pas réussi grand chose. Retour sur toi-même... Comment quiconque peut croire que t'es capable d'une telle chose ? T'as pourtant essayé, pour de vrai. Parce que c'est pour Arty que tu te lances là-dedans, et que tu n'as pas le droit d'échouer. Mais au bout de la première semaine, t'en étais au même point. La deuxième a sans doute été un peu plus utile... Disons qu'au moins, t'as réussi à te poser tout seul sans être déconcentré par le moindre coup de vent qui passait. C'est déjà pas mal venant de toi. Parce que ça t'as permis de réfléchir un peu, de penser. Par contre, niveau objectivité, t'es pas sûr d'être au top. Les auto-évaluations ça n'a jamais été ton truc. Face aux autres tu fais semblant de déborder de confiance en toi. Face à toi-même t'as juste envie d'aller te terrer dix pieds sous terre.

Tout ça pour dire que te voilà une nouvelle fois devant la baraque de Lennox, après trois semaines de méditation. Avec un peu de chance le décor sera moins glauque que la dernière fois. Plus vivant. Mais vu la propriétaire, t'as comme un doute. Elle t'a bien dit ne plus vivre ici, mais toi t'es sûr et certain qu'elle est déjà morte de l'intérieur et que cette baraque est le reflet de son âme. Enfin, peut être pas à ce point là, mais l'image te paraît relativement plausible. Bref, c'est l'heure du grand moment. Celui où tu lui donnes une idée du chemin parcouru depuis la dernière fois. Ce sera vite fait... Tu frappes à la porte trois fois. T'es peut être un peu en retard. Juste pour l'emm*rder un peu. Faut pas perdre les bonnes habitudes.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Aya Lennox, Mar 11 Déc - 15:32


Elle avait dit quinze jours. Et pour elle, quinze jours, c'était quinze jours. Pas douze, pas treize, encore moins seize ou dix-sept. Quinze jours, c'était quinze jours, et il n'avait toujours pas pointé le bec, trois semaines après.
Ça l'avait particulièrement agacé, surtout le seizième jour, parce qu'elle l'avait attendu à Dust & Spite et avait même dormi là-bas. Donc, en fait, dans une maison partiellement vide et qui puait le renfermé. Elle s'en serait bien passé ; s'était d'ailleurs retenue de ne pas briser le cou du môme si elle le recroisait d'ici là. En fait, pour la faire courte, elle allait se casser le c*l à l'aider, et il ne faisait absolument aucun effort dans son sens. N'avait même pas daigné la prévenir d'un possible retard, d'un petit changement de programme involontaire, d'une petite tache dans le planning. Non, rien. Rien du tout, et elle pouvait toujours attendre en fait.

Aussi, lorsqu'on frappa à sa porte, au bout de trois semaines, sa première pensée fut qu'elle aurait très bien pu ne pas être là. Et que l'individu qui avait décidé de toquer trois fois avait bien de la chance. Puis, bon, en ouvrant et en voyant qu'il s'agissait d'Azaël, Aya grimaça à peine.
En fait, elle souriait même bien franchement.
- Tiens, c'est toi.
Non sans se départir de cet affreux petit sourire de circonstances, Aya le jaugea, de la tête aux pieds.
- Qu'est-ce que tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Azaël Peverell, Mar 11 Déc - 16:06


Bon, du coup, t'es un peu plus en retard que prévu. Mais honnêtement, qui est à une semaine près ? Pas toi visiblement. Même si tu restes persuadé au fond de toi que c'est un peu de sa faute à elle. La mauvaise foi qui parle, probablement. Parce que tu t'attends quand même à te faire engueuler. Faut dire qu'elle avait été plutôt claire sur ce qu'elle attendait de toi et que tu viens de lui prouver à quel point tu t'en fous. Alors que pas du tout en vrai. Mais faut que tu fasses genre, que rien ne peut t'atteindre, que tu fais ce que tu veux quand tu veux, tout ça tout ça. Bref, faut que tu réagisses comme un adolescent attardé en manque de repère. Pathétique.

Mais la voilà qui ouvre la porte - première surprise, elle est là ! - avec un sourire. Genre tu pourrais presque croire qu'elle est contente de te voir si tu ne sentais pas un truc ressemblant fort à une aura meurtrière autour d'elle. Tout ça pour dire que le sourire, t'y crois pas, et que t'es même en train de te demander si tu ferais pas mieux de te barrer directement sans rien assumer. Et puis tu te souviens de pourquoi t'es là et tu prends ton courage à deux mains.

- Euh... Reprendre la formation ?

Petit sourire innocent. Avec un peu de chance elle va oublier la semaine de retard. Au pire, si elle pouvait juste ne pas en parler et reprendre là où vous vous en étiez arrêtés ça t'irais parfaitement. L'espoir fait vivre il paraît.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Aya Lennox, Mar 11 Déc - 16:26


- Quelle formation ?
Du tac au tac, réponse en guise d'épines, ou épines en guise de réponse. Ouais, elle était d'humeur à ça. Aux choses qui font peut-être pas mal, mais au moins bien ch*er. Il le méritait peut-être pas entièrement, parce que finalement, c'était la partie la plus difficile, celle qu'il était en train de traverser. Apprendre à méditer, surtout avec un esprit comme le sien, ça devait pas être de la tarte. Mais elle avait demandé du sérieux ; peut-être pas explicitement, mais au moins de manière tacite. Puis il s'était amené avec une semaine de retard. Il méritait presque une claque, ou un petit coup de Doloris, pour la peine.

Bon, n'allons pas jusque là. Mais tout de même, Aya ne se départit pas de cet affreux rictus qui habillait ses lèvres colorées et croisa les bras, avant d'arborer la mine étonnée de celle qui venait de se souvenir de quelque chose.
- Ah oui, ta formation d'Animagus ! s'exclama-t-elle, l'index redressé. Cette nouvelle ambition qui t'a animé et qui t'a aussi amené vers moi il y a trois semaines, dans l'espoir que je t'aide, ajouta-t-elle ensuite, la mine pensive. Il y a trois semaines.
Franchement, c'était lourd de le rappeler, mais ça faisait trois semaines. Et il s'agissait pas du tout d'une erreur de lecture de la part d'une des deux narratrices. Fallait faire un effort, tout de même, si on voulait devenir Animagus. C'était pas donné à tout le monde : seuls les plus motivés réussissaient, tout comme les plus doués, les plus rigoureux, les plus combattifs.
Et pour Aya, Azaël ne représentait pas franchement ce sorcier qui avait les capacités de le devenir. Du moins, pas à cet instant.
- Malheureusement, l'offre est passée. Une semaine de retard, ça ne pardonne pas.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Azaël Peverell, Mar 11 Déc - 16:40


Elle fait celle qui ne comprend pas. Qui ne voit pas de quoi tu parles. Tu préférerais encore qu'elle gueule, histoire de passer à autre chose. Là, on dirait juste une gamine rancunière. Tu te contentes de lui adresser un regard blasé. T'as franchement passé l'âge de tourner autour du pot. Et la voilà qui appuie sur le temps écoulé. T'as bien remarqué que ça faisait trois semaines. Mais t'as pas fait exprès, le temps, c'est relatif. T'étais hyper motivé et hyper à l'heure de base. Mais y'a un truc qui a merdé en chemin. Et la voilà maintenant prête à te claquer la porte au nez. Après la galère que ça a été de la convaincre d'accepter de t'aider, t'as moyennement envie que ça foire ici.

Du coup, tu décides de prendre un minimum sur toi pour admettre tes torts dans cette histoire. Enfin du moins, tu vas essayer, parce que c'est pas franchement évident.

- J'ai merdé, je sais. J'suis désolé, ok ? J'te jure que ça se reproduira pas.

Tu peux difficilement faire mieux dans un tel contexte. T'es totalement sincère en faisant cette promesse. Mais d'un autre côté tu l'étais déjà lors de votre dernière rencontre, quand tu lui as promis de faire ce qu'elle te disait puisque c'était dans ton intérêt. Si jusqu'à présent tu pouvais te targuer de ne pas être un menteur, t'as perdu cette chance.

Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Aya Lennox, Mar 11 Déc - 17:22


LA emprunté

Ouais, bon. C'était pas comme s'il avait jamais été malhonnête. Mais au fond, Azaël était bien plus que ce sale môme insupportable et elle le savait. Puis, elle avait juste envie de l'embêter un peu, c'était tout. Pas de quoi en faire un drame, il la narguait bien assez comme ça, en général.
Tout en haussant les épaules, pour lui signaler que c'était bon, il pouvait se taire, elle se décala un peu pour le laisser entrer.
- Allez, viens. On va voir où tu en es.

Ils s'installèrent tous les deux dans les mêmes fauteuils que la dernière fois, dans un salon un peu remis en ordre pour l'occasion. En fait, et Aya n'allait pas le dire de suite, la sorcière avait mis la baraque en vente, et ils devraient alors trouver un autre endroit pour leurs rencontres. Mais ça n'intéressait sûrement pas Azaël, du moins pas pour le moment. Pour le moment, ils se contenteraient de discuter des événements de ces dernières semaines, où il en était, etc. Bref, un rapide récapitulatif de ses progrès. Ou de sa stagnation. Les deux étaient possibles. Et le deuxième cas, même s'il faisait peur, était tout à fait normal. La méditation, c'était la partie la plus ardue, finalement.
- Raconte-moi tout. Ton ressenti, tes impressions. Jusqu'où tu es allé, susurra-t-elle, jambes croisées dans son pantalon fluide, en s'allumant une cigarette. C'était difficile ? Facile ? expira-t-elle lentement, un mince filet de fumée s'échappant de sa bouche alors en forme de cœur.

Elle fit un geste vers lui, lui intimant peut-être de prendre aussi une clope, même si elle n'avait plus souvenir de l'avoir vu fumer depuis quelques temps. Qu'importe, c'était pas elle qui allait le juger. Elle était même très mal placée pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Azaël Peverell, Mar 11 Déc - 17:49


Youhou, mission accomplie, elle ne semble pas vouloir t'en tenir rigueur. C'est toujours ça de pris. Tu la suis à l'intérieur de la baraque en la remerciant d'un simple signe de tête. Pas la peine d'en faire des tonnes non plus. Tu remarques que l'endroit fait légèrement moins abandonné. Elle a sans doute décidé de faire un effort puisqu'elle est amenée à passer plus de temps ici que prévu à cause de toi. Tu t'installes dans le fauteuil qui semble t'être attribué - s'asseoir deux fois sur deux dans le même fauteuil chez quelqu'un c'est se l'approprier pour toutes les fois suivantes, tout le monde le sait - tout en réfléchissant à la façon dont tu vas pouvoir lui présenter les choses.

Parce que si il y a eu une légère évolution, tu ne peux pas dire que tes séances de méditation aient été très convaincantes. A vrai dire, tu n'as pas du tout l'impression de t'être rapproché de ton animal totem quel qu'il soit. Tu refuses la cigarette d'un simple geste de la main. T'as arrêté pour gagner en endurance. Et ça a marché en plus. Comme quoi, suffit de te donner quelques objectifs à atteindre pour que tu fasses des efforts. Enfin, encore faut-il que tu sois convaincu de les faire pour la bonne cause. Tu pousses un soupir pour lui répondre dans un haussement d'épaules.

- Pas facile du tout... C'même un catastrophe j'crois.

Ouais, c'est comme ça que tu vois les choses. Si t'es prêt à tout pour devenir Animagus, et que ça inclue d'interminables séances de méditation, soit. Mais tu veux voir une évolution, un résultat, quelque chose qui prouve que tes efforts ne sont pas vains. Et là tu peux toujours te brosser, t'as juste l'impression de brasser du vent. Mais tu sais très bien que tu vas devoir développer davantage si tu veux qu'elle puisse te venir en aide, ou du moins te guider. Même si ce n'est pas évident, parce que ça veut dire que tu dois lui avouer ce que tu considères comme une de tes plus grandes faiblesses.

- Déjà, se concentrer, c'est la galère. Mais si c'était que ça... J'suis sensé découvrir des trucs sur moi-même, non ? Me comprendre mieux pour comprendre mon animal ? Sauf que j'en sais rien moi, de ce que je suis. J'ai jamais su, j'vois pas comment d'un coup la réponse viendrait...

Voilà, en gros, t'es perdu. Merci Cap'tain Obvious. Trois semaines de méditation pour ça, faire de toi un Animagus c'est pas gagné.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
Aya Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Aya Lennox, Mar 11 Déc - 19:19


Azaël semblait n'être que doutes. Et pour Aya, c'était tout à fait normal.
À quoi s'attendait-il, au juste ? À ce que ça réussisse du premier coup ? Il était bien loin du compte, et c'était peu dire. L'Animagie ne s'improvisait pas, l'Animagie n'était pas qu'une affaire de "j'y arrive pas". Il fallait y croire, il fallait se donner les moyens et persister. Autrement, c'était plus qu'inutile.

Autrement, c'était peine perdue. Un autre échec à noter, en-dessous des autres. Un autre truc à ne pas savoir digérer.
Clope au bec, Aya observait le jeune homme, et parut réfléchir un instant, alors qu'un épais nuage de fumée s'élançait dans les airs, sous le mouvement habile de sa langue étirée contre son palais.
Ne pas se connaître n'était pas inédit. Bien souvent, on s'oubliait un peu trop, ou on ne prenait pas le temps d'apprendre à se connaître. Parce qu'il en fallait, du temps. Du temps et de la patience. Et ça non plus, ça ne s'improvisait pas. C'était un travail lent, et harassant. Un travail qui bien souvent mettait les nerfs à rude épreuve.
- Mais comment t'y es-tu pris, exactement ? Tu t'es posé pour méditer comme si ça allait fonctionner du premier coup, ou tu as vraiment cherché en toi ?

Bon, elle s'en doutait, qu'il avait au moins un peu bossé sur lui. Il n'avait tout de même pas passé trois semaines à ne rien faire d'autre que d'attendre que ça se passe... M'enfin, elle devait bien admettre que deux semaines déjà, c'était rien du tout. Pas étonnant qu'il se retrouve avec rien du tout.
- On apprend tout, notamment à se connaître. Je pense que tu as suffisamment vécu pour savoir, quelque part, qui tu es. Commence par examiner tes réactions, ton rapport aux autres peut-être. Tes intérêts. Même si tout ça, c'est que de la facette. Celui que tu es, il se trouve dans tes tripes. Et surtout, surtout, là, ajouta-t-elle en faisant un mouvement vers son cœur, mécanisme central.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

À la maison - Page 11 Empty
Re: À la maison

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 12

 À la maison

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.