AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 1
Excursion en Californie
Izsa Hilswood
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Excursion en Californie

Message par : Izsa Hilswood, Mer 2 Sep 2015 - 23:47


At the Zenith
(RP unique)




La nuit avait été dure pour notre jeune Izsa. Les cours s'étaient terminés, et avec eux un lot d'examens harassants était tombé. Il allait sans dire que les résultats de ASPIC de la jeune femme étaient à présent le principal sujet d'angoisse de la maisonnée.
Cependant, ce n'était pas ce bout de papier de malheur qui harassait Izsa, absolument pas. Depuis quelques temps, elle préparait une expédition - inédite dans sa vie d'habitude si casanière - et ce voyage imminent l'avait empêcher de fermer l’œil.

Dix heures. Allongée dans son lit, Izsa abandonna l'idée de s'endormir. Elle attrapa son ordinateur portable et s'en servit pour regarder diverses vidéos sur internet. Son sac était près, un tout petit sac à dos posé au pied de son lit. Bien sûr, la magie faisait son œuvre, et étaient entassés à l'intérieur tente, matelas, sac de couchage, vêtement de rechange, nourriture, filet du diable en boite et quelques cartes de la région. Elle n'était pas totalement irresponsable, non plus.

A midi, elle se leva pour aller manger. Fait assez rare pour être souligné, toute la famille Hilswood était réunie ce midi. Mrs Hilswood mangeant sur le pouce entre deux bouquins, Mr Hilswood, qui allait accompagner sa fille au Ministère, et surtout Luca, éberlué de voir sa cadette se lancer dans une telle entreprise.
A une heure moins le quart, le départ était imminent. Izsa avait son sac sur le dos, et adressait un "au revoir" à son frère. Lui le prenait comme un "adieu", persuadé que la jeune fille allait se perdre, crever de fin, se faire bouffer par un ours, ou tout autre mésaventure dont elle avait le secret. Cela fait, elle et son père transplanèrent dans un craquement sec.

L'entrée des visiteurs était toujours aussi discrète. Aucun moldu ne leur prêta attention quand ils disparurent par la cabine téléphonique. Izsa sourit en arrivant dans le hall, toute fringante avec son "Eileen Hilswood – Voyage en Portoloin" affiché sur son badge. Elle prit la direction du bureau des transport magique, et salua au passage la secrétaire. Il fallait dire qu'elle connaissait presque aussi bien ce service que celui de son père, tant elle y avait passé du temps. Ce bureau et celui de la coopération magique internationale était évidemment très liés.

- Bon. Je te laisse ici, il faut que j'aille travailler. Bon voyage, et surtout n'oublie pas : si tu as un problème...

- Le bureau administratif de la magie à Sacramento. Je sais p'pa.

Sans plus de cérémonie, elle lui fit la bise et lui dit au revoir. L'homme avait comprit qu'il fallait la laisser voler de ses propres ailes. Aujourd'hui, c'était sa première sortie en tant qu'adulte responsable et dans la vie active. Et ils allaient devoir s'habituer, car ce n'était certainement pas la dernière.
Elle s'assit donc sur une chaise et attendit son tour. Sa tête bascula vers l'avant, et elle se mit à dormir. (son rêve continue par ici).

La porte s'ouvrit, et en même temps les bribes de son rêve s'étiolèrent. Elle s'effacèrent peu à peu, d'abord reléguées au rang de vagues souvenirs, puis rangées quelques part au fin fond de son subconscient. Izsa offrit un sourire un peu endormi à la femme qui venait d'apparaitre. Celle-ci tapota ses lunettes, et lu la fiche qu'elle avait sous les yeux.

- Miss Hilswood, un Portoloin pour le parc de Redwood, c'est bien cela ?

- Le centre de visiteur de Kuchel dans Redwood, oui.

La première étape commençait comme prévu. Son Portoloin était appointé, les détails administratifs avec les Etat-Unis réglés, il n'y avait plus qu'à décoller. Elle suivit donc la femme dans une petite salle dans laquelle se trouvaient un bureau et quelques objets qui n'avaient apparemment rien à y faire. Un vieil arrosoir, un parapluie perdant ses baleines, une moufle... D'un geste précis, l'employée saisit le parapluie et le lui tendit d'un geste sec.

- Voilà votre Portoloin. Elle consulta sa montre. Il partira d'ici 5 minutes. Votre retour est programmé pour 18h le 17 juillet, heure d'Angleterre.

Raide comme un piquet, le parapluie élimé entre les mains tel une Mary Poppins ayant raté le casting, Izsa attendit. Encore. Ce furent sans nul doute les 5 minutes les plus longues de sa vie. Elle n'ouvrit pas la bouche pour parler à la femme, celle-ci étant plongée dans de la paperasse de toute façon. Les aiguilles de l'horloge sur le mur cliquetaient, et elle pouvait jurer que le simple fait de les regarder les faisaient ralentir.
2 minutes. Une minute. Trente secondes. Vingt seconde. Dix, sept, cinq, quatre, trois, deux, un....


Prendre un Portoloin, c'était différent du tranplanage mais tout aussi désagréable. Un tourbillon gerbant, et milles couleurs harcelant la rétine. Puis, brutal, le sol.
Avec un peu de difficulté, Izsa se releva. Elle venait de changer entièrement de décor : terminé Londres, le Ministère, l'Angleterre... Elle se trouvait entre buissons et herbes sèches, loin de toute civilisation, ou presque. Plus loin, elle pouvait apercevoir une sorte de maison, et en s'y approchant elle remarqua un parking. Le soleil était à peine levé, il n'était que sept heure du matin. Plus loin, les arbres de Redwood l'attendaient.

Cependant, elle avait autre chose à faire, avant de se lancer dans l'aventure. En effet, contrairement à ce qu'elle avait fait croire à ses parents, elle n'était là pour se ressourcer, partir seule à l'aventure ou n'importe quelle c*nnerie du genre. Son but était précis, simple, et elle ne pouvait l'atteindre pour l'instant. Il fallait qu'elle quitte momentanément le site pour pouvoir atteindre...où ? Elle n'en savait rien. Mais quoi, cela elle le savait.

D'un coup de baguette rapide, elle se mit sous désillusion, puis lança un Pointe au Nord. Si elle s'en référait à sa carte, elle pourrait aisément continuer sa route, en commençant par rejoindre la côte Ouest, puis en prenant vers le sud pour et retrouver la route juste en dessous de Big Lagoon.
Fastoche. Ouais, fastoche quand on ne s'appelait pas Izsa Hilswood et qu'on avait pas de sens de l'orientation le plus pourri de la galaxie. Elle retint donc "avoir le soleil dans le dos, puis quand on arrive à la flotte, tourner à gauche". Ouais, elle pouvait y arriver.

Elle tendit encore une fois la main vers son sac, et tâtonna une minute sans trouver ce qu'elle cherchait. Elle passa ses doigts sur un paquet de chips, son édredon, sa lampe torche, un coffre en métal, et abandonna. Accio Comète ! lança-t-elle à bout de patience.
Un manche en bois s'approcha alors de sa main, et en tirant dessus elle révéla le vieux balais élimé. Sans plus de cérémonie, elle l'enfourcha et frappa le sol d'un coup sec.

Son trajet commença dans une prairie de hautes herbes, elle fendait l'air en raz-mottes assez rapidement grâce à sa bonne visibilité. Cependant, au bout de un kilomètre, une forêt finit par l'avaler et elle dû ralentir la cadence de peur de se manger un tronc. Et, ô miracle incroyable, elle parvint à rejoindre la côte. Elle avançait dans le bon sens, voilà qui était une bonne nouvelle. Elle continua donc son périple en prenant à gauche, gardant toujours un œil sur l'océan à sa droite. Elle ne pouvait techniquement pas se perdre ainsi !

Quinze minutes passèrent, et elle se demanda finalement si elle ne s'était pas plantée quelque part. Peut-être avait-elle lu la carte dans le mauvais sens ! Peut-être qu'elle confondait le Nord et le Sud ! Peut-être que... La forêt s'arrêta brutalement. Sans s'en rendre compte, elle avait déjà dépassé trois lagons ; une route passait non loin, elle touchait son but !
Elle descendit de son balais, le rangea et le sort de désillusion ne tarda pas à s'estomper. A présent qu'elle n'était plus à couvert, et qu'elle approchait la civilisation, il valait mieux ne pas risquer le secret magique. Elle se mit alors à marcher, telle une moldue comme les autres. La route qui passait par là était étroite, avec un parking pas très loin. En s'approchant, elle vit un panneau indiquant "Big Lagoon County Park", et se permit donc une auto-congratulation bien méritée.

Prochaine étape, Arcata. La rigolade était terminée : le plus dur était devant elle. Elle se mit à suivre la route vers l'Est, et au premier vrombissement de voiture derrière elle, elle se tourna et leva le pouce. La voiture blanche passa devant elle sans ralentir, le conducteur n'ayant même pas pris la peine de la regarder.
Ouais, faire du stop c'était clairement la partie la plus dure de son plan. Parce qu'à par ça, elle n'avait aucun moyen de se rendre à Arcata. La ville était à plus de 20 miles de là, et s'y rendre par transplanage était tout simplement hors de ses capacités. Elle aurait bien prit sa moto, mais la ranger dans un sac était impossible, et sa future excursion dans le parc excluait un moyen de transport motorisé.

Malheureusement pour elle, sept heure et demi du matin était bien trop tôt pour faire de stop, et elle ne croisa que trois ou quatre voiture pendant une heure. A chaque fois qu'un conducteur l'ignorait, elle étouffait une insulte.
Finalement, elle s'arrêta exténuée devant l'accès à Redwood Highway. Il y avait là une petite aire faites de gravillons, idéale si de gentils conducteurs avaient pitié de cette auto-stoppeuse et se décidaient de l'aider. Et cela n'arriva pas avant....avant... avant...
Onze heure et quart. Autant dire que la jeune fille somnolait totalement, et ne remarqua la voiture qu'au coup de klaxon qu'elle lui décerna en la voyant. Sans aucune hésitation, elle se mit à courir vers l'engin.

- Bonjour ! Tu va où comme ça ? demanda une jeune fille qui devait avoir à peine son permis

- Je vais à Arcata ! lança-t-elle pleine d'espoir.

- Entre ! C'est sur ma route !

N'osant croire en sa chance, Izsa ouvrit avec difficulté la porte de l'engin plus proche d'une boite de conserve que d'une voiture. Elle s'installa aux côtés de la conductrice qui démarra immédiatement après.
S'ensuivit alors une conversation à l'intérêt limité, et pourtant extrêmement satisfaisante. Izsa inventa légèrement sa vie, et appris pas mal de chose sur son amie de circonstance qu'elle l'aurait bien évidemment oublié aussitôt sortie de la voiture.

Chose qui arriva vingt minutes plus tard, devant l'université d'Arcata. La conductrice avait eu la gentillesse de la déposé juste devant son point d'arrivée, il n'y avait plus qu'à y rentrer.
Après un au revoir qui était en réalité un "adieu je ne te verrai plus jamais", Izsa pénétra dans l'université.
Les bâtiments étaient plutôt jolis, récents et loin d'être les blocs de bétons qu'étaient certains lycées ou collèges. Personne ne se baladait sur le campus, les vacances d'été faisaient leur œuvre.
Sans trop de mal, la sorcière trouva la bibliothèque universitaire, fermée évidemment. Il fallait un code pour y entrer, aussi elle du y réfléchir avant de foncer tête la première. Tout d'abord, mettre le système hors circuit d'un Bombarda Minima. Cela donnerait l'effet d'un simple court-circuit, et le gardien ou la police n'allait pas y voir une infraction. Il lui suffit donc d'un Alohomora bien maitrisé pour enclencher le mécanisme et entrer ni vu ni connu.

Enfin, elle y était. Son cœur battait fort dans ses tempes faces à l'illégalité de ses actions. Elle était prête à tout, et un frisson d’excitation lui parcouru l'échine lorsqu'elle trouva enfin la salle d'archive. Verrouillée, encore une fois, et bien sûr un sort de déverrouillage eut raison du mécanisme.
Bon, la recherche c'était pas son fort. Heureusement qu'en tant que sorcière, elle pouvait se facilité grandement la vie.
Accio étude sur la taille des séquoias sempervirens
Ouais, c'était précis comme recherche. Elle attendit plusieurs secondes sans que rien ne semble se produire, jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'un tiroir tremblait légèrement. Elle l'ouvrit d'un énième Alohomora, et un lourd dossier vola jusque ses mains. Persuadée d'être tranquille, elle se mit à la lecture.

Bon dieu, ce qu'elle regrettait qu'aucun sorcier n'ai inventé une fonction "Crlt+F" sur les baguettes magiques, permettant de feuilleter les livres plus efficacement.
Une heure après, elle trouvait enfin ce qu'elle cherchait. Elle avait joué le tout pour le tout, se disant que l'arbre le plus grand au monde devait forcement apparaitre quelque part dans une telle étude, et elle avait eu raison ! Et, plu important encore, sa localisation exacte y était inscrite.
Car oui, vouloir quelque chose, même dans le monde des sorciers, ça ne se faisait pas toujours en un clin d'oeil. Seul un esprit intelligent et déterminé aurait pu mener une telle enquête à son terme. Quelqu'un sachant que les moldus avaient les réponses que ne cherchaient pas les sorciers ; quelqu'un comme Izsa.
Elle sortit son plan, et notant d'un croix noire l'emplacement de l'arbre. "Hyperion" écrivit-elle juste en dessous. Même si ce n'était pas précis, ce n'était pas grave : elle savait, d'après les recherches approfondies qu'elle avait faite sur internet, que l'arbre dépassait des autres aux alentours, le tout était de savoir ou chercher.
Car oui, elle n'était pas complètement stupide. Se rendre dans un parc remplis d'arbres géants et penser qu'on pouvait trouver celui qui était le plus grand, d'un claquement de doigts, c'était simplement insensé. Le parc faisait 8 100 km², bordel !

Enfin bref, l'heure n'était pas à s’énerver contre l'univers entier qui s'était ligué contre elle lors de ses recherches (principalement parce que l'emplacement exact d'Hypérion était inconnu au grand public) mais à se réjouir de sa victoire ! Elle y était ! Il n'y avait plus qu'à tendre la main pour le cueillir ! Elle referma le dossier, le tiroir, la salle d'archive, la bibliothèque – les trois derniers avec un Collaporta afin de rester inaperçue– et transplana sans plus attendre. Tout s'accélérait brutalement, mais elle voulait que cela aille encore plus vite !
Combien de temps avant de trouver Hypérion ? Une heure ? Deux ? Cinq ?

Elle venait de revenir à son point de départ : le centre de visiteur près duquel elle était arrivée en Portoloin. Cependant, cette fois-ci elle allait continuer sa route vers le Sud : elle remontait enfin dans le parc de Redwood. Le trajet ne serait normalement pas trop compliqué : les séquoias poussaient près de la côte, il n'y avait donc qu'à suivre encore une fois l'océan, mais cette fois-ci dans l'autre sens. Cependant, elle ne prit pas son balais cette fois-ci ; elle n'avait pas totalement menti à ses parents en leur disant qu'elle allait randonner dans un lieu unique. Elle comptait profiter un peu, quand même.

Ses pas la menèrent doucement vers le Nord. Elle s'enfonçait loin des sentiers, marchant le plus précautionneusement possible afin de ne pas effrayer les animaux qui habitaient là. L'air était étrangement humide, et on pouvait presque voir une nappe de brouillard, malgré l'après-midi entamée.
Sans dire un mot, sans réfléchir à quoi que se soit, elle laissa son esprit voguer entre les troncs massifs. Poudlard lui semblait être à des années lumières, ainsi que tous ses problèmes. Ici, rien ne pouvait l'atteindre ; ni Kholov, ni les Mangemorts, ni le Ministère...

Elle traversa une rivière, puis deux, et s'arrêta. Hypérion se trouvait à quelques mètres de Major Creek, et si elle ne 'était pas perdue en chemin, c'était l'endroit où elle se trouvait. Elle leva les yeux vers le ciel, et ses yeux se perdirent dans l'immensité de la voute de feuillage. Lequel était le plus haut ? D'un bas, ils avaient tous la même taille, plus grand que des building ou que la statue de la Liberté... Elle lança un nouveau Kaleidem, attrapa sa Comète d'un geste vif, et décolla doucement du sol. Elle pencha son balais vers le haut, mais contrôlait sa vitesse au maximum.
Les branches de la taille d'un arbre à elles toutes seules sortaient du tronc, et il s'agissait de ne pas se les prendre. La jeune fille manœuvrait donc difficilement, slalomant entre feuilles et branchage.

Au bout d'un certain temps d'ascension, la montée se fit plais aisée. Les branches étaient plus éparses, moins épaisses. Puis, presque brutalement, plus rien. Le ciel à perte de vue, et les arbres formant une étrange pelouse sous ses pieds.

Et là, elle le vit.
Ce n'était pas tout près, quelques centaines de mètres plus loin dans les terres. Mais il était immanquable. Un tronc énorme, puissant et fière tel un ancêtre toisant ses successeurs avec mépris. Il les dépassait tous d'au moins vingt mètre, ces "petits" conifères l'environnant. L'arbre avait plus de mille ans, s'étant arrêter dans la course de la Reine Rouge depuis des siècles. Un fossile, un doyen ayant vu la conquête des hommes, des animaux, des plantes...

En se penchant sur son balais, elle parcourut le dernier espace qui la séparait de l'arbre. Elle n'était plus qu'à quelques centimètres de l'apex, en tendant la main elle pouvait même le toucher.
Maintenant son balais entre ses jambes de façon à ne pas perdre l'équilibre, elle tira sa baguette.
Wingardium Leviosa Condicionalis Lança-t-elle sur la plus haute branche.
Ensuite, elle prit une grande inspiration, de sorte de concentrer toute sa puissance de la suite.
Diffindo Maxima! Semblable à un coup de hache, la moitié de la branche fut coupée. Elle réitéra le sort une fois, et la branche se mit à pencher, tomber...et flotter.
Juste avant de la saisir, la jeune fille lança un Herbivicus afin de camoufler son méfait. Combien de temps fallait-il à ce géant pour pousser de quelques centimètres ? Des années ? Des siècles ? Elle ne tenait pas à être responsable d'un désastre écologique.
Elle attrapa alors la branche, qui faisait environ quarante centimètre de long et dix de diamètre, puis redescendit à terre.

Izsa avait réussi ! Elle parvenait à peine à y croire ! Elle détenait en sa possession un des bois les plus incroyable au monde ! C’était un trésor inestimable ; SON trésor. Elle le savait au fond d'elle-même, elle venait de faire un pas énorme dans sa propre vie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Excursion en Californie

Message par : Malicia Evans, Jeu 18 Aoû 2016 - 4:11


Malicia a 17 ans - RP unique

Vous savez ce qui est le pire quand il nous arrive quelque chose d'horrible ? C'est la solitude qui vient après. Etre seul, c'est ce qui détruit. Plus que vous ne pouvez l'imaginer. Vous vous dîtes d'abord que ce qui vous êtes arrivé n'est qu'un rêve, un mauvais rêve. Pis, vous vous rendez compte que non, tout est réel. Ce n'est pas quelque chose que vous avez inventé. Votre esprit ne vous joue pas de mauvais tours, au contraire, il essaie de vous protéger. Mais on a pas envie d'être protéger maintenant, on aurait voulu l'être avant. Sauf que non, il nous arrive une Mer**, on fait avec et on essaie de passer outre. Mais c'est compliqué. Trop. Parce que c'est dans ces moments-là qu'on a envie d'être soutenus, d'être entendus et que justement on ne l'est pas. Assise sur un lit dans un motel miteux aux alentours de Bakersfield, je regarde par la fenêtre tristement. Il a fallu qu'il m'arrive quelque chose d'horrible, mais il a fallu que je tue un homme.. innocent qui plus est ! Je suis une meurtrière. Je suis partie lâchement sans appeler les secours, sans essayer de le soigner. Je ne vaux pas mieux que les abrutis de moldus qui m'ont fait du mal après tout.

Je regarde ma baguette à côté de moi. Est-ce que je mérite vraiment de l'avoir ? Non. Si j'ai des capacités magiques, je ne dois pas m'en servir pour faire du mal. Non, je ne peux pas faire ça. Tout mon corps se met à trembler, mes mains viennent presser mes tempes. Je sens les larmes me monter aux yeux, j'ai envie de me taper la tête contre les murs tellement je me déçois. Répugne. D'accord, j'ai toujours été quelqu'un qui aime manipuler les gens, jouer un peu avec leurs esprits avec des potions, mais ce n'était jamais bien méchant. Mais là, c'est différent. Quelqu'un est mort à cause de moi. De ma baguette. Jsuis un monstre. D'un coup d'un seul, je me mets debout et je commence à faire les cents pas, mes mains toujours sur mes tempes. Vous m'expliquez comment et quand ma culpabilité va passer ? Quand est-ce que je vais pouvoir vivre avec sans avoir envie de m'arracher la tête pour de tels gestes ? C'est tellement contraire à mes habitudes. Mes pieds continuent de fouler la moquette sombre de la chambre où je loge, mes traits sont tirés sous la colère.

Pis, d'un coup la révélation. Enfin d'un coup, j'exagère un peu, parce qu'une voire deux bonnes heures sont passés depuis que j'ai commencé à faire les cents pas. Bref. Ce qui est arrivé n'est pas de ma faute, c'est celle de ces moldus. Ce sont eux qui m'ont attaquée. Traumatisée. Si j'avais été dans mon état normal, jamais je n'aurais attaqué ce pauvre homme. Pourquoi est-ce que je ne me suis pas défendue, hm ? A force de marcher, mes jambes s'engourdissent. Je m'allonge alors sur le lit, une main sur le front, l'autre sur le ventre. Faut que j'apprenne à me défendre. Je suis pourtant assez douée en Défense Contre les Forces du Mal, mais le professeur de DFCM ne m'a pas appris comment faire pour récupérer sa baguette lorsque l'on est immobilisé et loin d'elle. Il ne m'a parlé que théoriquement, sans jamais m'inculquer la pratique. Sous prétexte que ce n'était pas dans le programme. Une idée me vient alors. Et si j'apprenais à faire de la magie sans baguette ? Ma puissance augmenterait, je paraitrais moins faible aux yeux des autres. On ne s'attaquera plus à moi. C'est décidé. Je vais t'entraîner. Mais pas maintenant. Dans quelques jours peut-être. Ou peut-être plusieurs semaines ou même mois. Il faut que je me renseigne sur la façon d'user de magie sans baguette.

Un matin, je-ne-sais quel jour, je me lève, déterminée à m'entraîner pour me passer d'une baguette. J'ai passé plusieurs nuits à réécrire certains cours dont je me souvenais. Autant dire, très peu. Je décide de quitter Bakersfield il y a quelques semaines pour migrer jusqu'à Sacramento. Je me suis trouvé une maison vide ou du moins sans habitants pour les quelques jours où je suis restée dans la ville. Bref, qu'est-ce que je disais .. ? Ah oui... un matin, je suis assez motivée pour m'entraîner alors je vais me poser dans le salon, éventre un coussin et en sort plusieurs plumes. Je place la plus grande sur la table basse et me place devant. Je tends mes deux mains devant moi, mon front se plisse sous l'effort et je formule un sort de lévitation. Mais rien. Je soupire, laisse échapper un grognement avant de reprendre. Je reformule le sort distinctement avant de taper dans le coussin à ma droite sous le coup de la colère. Toujours rien. Pourquoi ça ne marche pas ? J'ai pourtant déjà vu quelqu'un le faire, un de mes profs. Il savait le faire, il m'en avait parlé.. un peu. Me répétant qu'il fallait que je ressente la magie. Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ? Y a pas plus vague comme explication ? Je me lève et me dirige vers la porte. Dernier moment, je me retourne vers le canapé. Ma baguette y est. Plissant les yeux, je tend une main, visualise ma baguette à ma main. Comme une modélisation de mon flux magique le long de ma main. Je murmure alors #Accio. Je crois voir maa baguette bouger légèrement mais ça doit être une illusion. Je soupire, tape du pied et me dirige furieusement vers le canapé.

Magie, mon cul.. A croire que je resterais faible et incapable toute ma vie.

Je récupère ma baguette, monte à l'étage récupérer mon sac et sors de la maison. Je bouge d'endroit encore. Je vais me trouver une nouvelle ville, une nouvelle maison et je me ré-entraînerais jusqu'à ce que j'y arrive. Quitte à ce que je me tue à la tâche.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Excursion en Californie

Message par : Evan, Mer 21 Déc 2016 - 10:40


Suite d'ICI
Qui est la suite de
Où se trouve la suite d'avant...

J'avais écouté Finrod, comme la belle. Il nous montra une adresse. Il parla d'une boîte à images que j'avais compris être la télévision. Il nous pose une question. Kya' répond. Ok c'est le temps de partir. Fin' récupère tout ce dont il a besoin. On l'attend en faisant des bébés sur un plan de travail non loin sagement. Nous voilà peu de temps après à quitter sa boutique. Arpentant les ruelles en direction du Londres moldu.

Pavés, trottoirs, surplus de monde amassé devant certaines devantures, nous fendions cette foule dense par des pas accélérés. Il ne nous fallut pas longtemps pour nous retrouver sur un chemin étrange, entendez là de non maj'. On se regarde, on observe. Oui, là, un bar. On s'y engouffre. Un peu de monde dedans. D'ailleurs des moldus regarde dans la "télé" des hommes qui courent après une seule balle. Étrange vision du Quidditch. Vraiment pathétiques. On attend, à regarder nous aussi.

D'autres images arrivent. Reportage sur un toilettage pour chien. WTF ? On se regarde. Ah enfin, ils parlent de ce que nous attendions. On voit un transport de serpents dans plusieurs grandes cages en verre. Ils disent que peu de centres commerciaux avaient cela au monde. Et, c'est où? États-Unis ok. Fin' nous parle, c'est ce qu'il avait vu. On voit une première étape. Transition côte Est. Changement de moyen de transport. Direction côte Ouest. Ok, ils ont été acheminés trois jours plus tôt. Devraient être en place ce jour même. Changement de décor. On voit des pignoufs agglutinés devant des baies vitrées en plein centre commercial. Sous-titre sur la télé, on s'approche pour bien voir. Pas très loin du zoo de San Diego. L'adresse défile. On voit les nombreux terrariums avec différentes espèces. Les pauvres, ils ont vraiment l'air tristes.

Bon, on avait tout ce qu'il nous fallait. On sortit du bar miteux. On s'éloigna pour être dans un endroit tranquille. On planifia notre voyage visuellement. Des souvenirs passés. Un premier Crac. Un Deuxième. Hello United States Of America.

***

On était arrivé dans un petit coin tranquille, près d'une plage de sable fin. La première chose qui frappait, c'était le décalage horaire qu'on se prenait en pleine tronche. 'Fin du coup, on était partis l'après-midi et on se retrouvait là en fin de matinée. Le soleil, pourtant pas encore à son zénith, offrait déjà une température agréable. Pas l'automne glacial de la Grande-Bretagne en somme.

- Bon, reste plus qu'à rejoindre le centre !
- Ça doit être indiqué sur les panneaux j'imagine.
- Oui c'était à côté du zoo de ce qu'ils disaient.

Nous voilà en marche, près d'une grande avenue, à scruter les panneaux qui jonchaient le bord de la route.

- Le zoo c'est par là ! indiqua Finrod.
- En route !

Il était indiqué à deux miles. Ça allait, c'était pas trop loin. On croiserait certainement le fameux centre commercial sur notre route. Nous voilà partis le long de la voie publique, tous les trois fièrement concentrés sur ce qui nous attendait. Il fallait qu'on en ait le cœur net. La maltraitance des animaux n'avait pas sa place. Et, pour nous trois, celle des serpents en particulier, encore moins.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Excursion en Californie

Message par : Finrod Elensar, Mer 21 Déc 2016 - 16:51


Sac à dos, sac à dos


La décision de partir fut prise assez rapidement. Il fallait le reconnaître. Un des nombreux avantages à être sorciers. Les voyages étaient de courte durée pour la plupart. C'était très pratique. Dispositions professionnelles prises, personnelles n'étant pas nécessaire. Retour vers le Londres sans magie, fade et ennuyeux. Que c'était bruyant ces moyens de déplacement. Ne pas être à l'aise dans cet endroit était un euphémisme lorsqu'on parlait du sentiment de Finrod en ce moment-même. Entrer dans un établissement moldu était une des pires choses qui pouvaient arriver au presque-géant. Heureusement pour lui, l'information ne mis pas longtemps à être diffusée, comme la situation était quand même spéciale, même pour les sans-magies. S'assurer d'avoir tous les renseignements pour partir à l'aventure fut une bonne idée. La ville n'était pas sur la côte Est finalement mais Ouest. Ils auraient pu chercher pendant longtemps.

Et que Crac et que deuxième Crac. Le trio était là où il fallait, à quelques kilomètres près. La chaleur se faisait sentir. Plus précisément la différence de température entre les deux pays. La robe noire de Finrod lui donnait chaud. Il avait prévu le coup. Peu enclin à s'habiller à la mode moldu, il s'était procuré un t-shirt blanc simple et uni et un peu moulant. Il le sortit de son sac. Profite d'une ruelle perpendiculaire à la principale, où il se trouvait avec Kyara et Evan, pour se changer. Il n'y avait que le haut à enlever. Le pantalon noir, les bottes et la ceinture n'avaient rien de bien extravagant contrairement à une robe sous un soleil chaleureux. Il sortit sa baguette et murmura un petit Aelusionem sur les marques de brûlures de l'arrière de son crâne. Il n'aimait pas le faire mais en cette situation c'était peut-être le mieux. Tout ce qui pouvait le distinguer était caché. Il rejoignit ses deux compères après quelques courtes minutes. T[/i]

- Je préfère me fondre dans le paysage. Je n'aime pas ce genre d'habits mais si on décide de secouer un peu tout ce beau monde autour, je ne tiens pas à attirer l'attention avant de faire quoique ce soit. Un homme en robe de sorcier, c'est pas vraiment le style du coin non ?

Il était d'humeur joyeuse. Cette sortie n'était pas ordinnaire avec deux autres fourchelangs, c'était plaisant d'avoir rencontré des personnes avec qui partager ce don et qui surtout pouvaient comprendre.

Cela faisait un petit moment que les trois sorciers marchaient et atteignirent enfin leur but. C'était un immense bâtiment, plein de vitres, d'enseignes, de gens... C'était assez bondé à cette heure de la journée.

- On y va ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Excursion en Californie

Message par : Kyara Blanchet, Ven 6 Jan 2017 - 15:27


Quittant la boutique de Finrod, ils ne mirent pas longtemps pour rejoindre le côté moldu. Comme toujours, la professeure de Soins Aux Créatures Magiques était étonnée par la cacophonie qui régnait dans les rues. Les moldus piaillaient toujours, même quand ils étaient seuls, ils étaient capables de parler à une autre personne. Kyara ne comprenait pas grand chose aux inventions des moldus, elle préférait de loin être sur un balai et échanger des lettres avec un hibou. Cela préservait l'attente, contrairement aux moldus qui voulaient tout avoir très vite. Silencieuse, elle resta auprès de ses deux camarades et ils s'engouffrèrent ensemble dans un bar miteux.

Il fallait généralement commander pour pouvoir rester dans un tel établissement, pas aujourd'hui apparemment. En voyant s'approcher le trio atypique, le barman alla à l'autre bout de son comptoir. Il semblait être particulièrement absorbé par le nettoyage d'un verre qui semblait propre. Masquant un sourire, la brune se concentra sur sa mission en regardant la boite parlante. Apparemment, c'était l'heure des informations et il se passait des choses étranges chez les moldus. Les trois sorciers tiquèrent en voyant un chien se faire toiletter. Ca n'était à rien y comprendre. Ils passaient ça, mais enfermer des animaux dans un "centre commercial" n'était pas dérangeant ? Sentant la colère monter, la brune inspira profondément pour ne pas perdre son calme.

Quelques minutes plus tard, ils eurent l'adresse. Quittant rapidement le bar, ils trouvèrent une ruelle tranquille et purent préparer l'itinéraire de voyage. Evan disparu en premier, puis ce fut à Finrod. Kyara fut la dernière et avant de transplaner à son tour, elle vérifia une dernière fois que personne n'était pas dans les alentours. Elle ne comptait pas avoir des soucis avec le Ministère de la Magie. Une fois, mais pas deux. Fermant les yeux, elle se concentra alors et pouf disparition. Encore une fois et apparition près d'une plage.

La chaleur tomba sur Kyara comme une masse. La vache ! Grimaçant légèrement, la brune échangea quelques mots avec les deux sorciers et ils se mirent en route jusqu'à ce que Finrod sorte un t-shirt de son sac. Ils marquèrent alors une pause pour lui laisser le temps de s'éclipser et de se changer. Respectueuse, la Française se passa de zieuter dans la ruelle et regarda sa propre tenue avant de regarder Evan.

- Mmm, je pense que la robe aux armoiries de Poudlard, ça ne le fait pas trop.

Sans attendre la réponse de son collègue et se moquant des passants, Kyara posa, enfin balança son sac au sol pour enlever sa cape, ainsi que sa robe. Dessous, les vêtements moldus. Se tâtant, elle décida de conserver son pull et remonta seulement les manches, laissant visibles ses cicatrices. Rangeant le surplus dans son sac, la Fourchelang adressa un sourire à Evan tandis que Finrod revenait. Il faisait moins sorcier pour le coup, mais il en imposait quand même. Un détail gêna tout de même Kyara, le fait que le propriétaire de la boutique d'Animaux Magiques masque ses cicatrices. Certes, cela pouvait attirer l'attention, mais avec un physique pareil, un peu plus ou un peu moins ne faisait pas une grande différence. C'était dommage qu'il doive masquer tel qu'il était vraiment.

- Je préfère me fondre dans le paysage. Je n'aime pas ce genre d'habits mais si on décide de secouer un peu tout ce beau monde autour, je ne tiens pas à attirer l'attention avant de faire quoique ce soit. Un homme en robe de sorcier, c'est pas vraiment le style du coin non ?

Préférant ne pas faire de commentaire sur le sujet, Kyara se contenta d'hocher la tête avant de regarder ses bras. Bouarf, ils pouvaient se gratter pour la forcer à masquer aussi ses cicatrices. Elle resterait comme elle était. Après cette petite séance de relooking, le trio se remit en route. Ils marchèrent et marchèrent et marchèrent jusqu'à tomber devant le centre commercial. Heureusement pour eux, ils n'avaient pas à s'acquitter d'un droit d'entrée.

- On y va ? Demanda Finrod.
- C'est parti les amis.

Ils ne mirent pas longtemps à trouver la scène de crime. Il suffisait de suivre les badauds. Au rez-de-chaussé du centre commercial se trouvait des verrières avec de nombreux animaux. Sentant son cœur se briser, Kyara se fraya un chemin, ne se gênant pas pour pousser les moldus au passage. Elle se retrouva devant un enclos fermé contenant un ... panda. Il semblait être tout sauf heureux. Couché au sol, il avait une patte devant les yeux, probablement pour se protéger des flashs incessants. Un enfant visiblement mécontent tapait férocement sur la vitre pour essayer de le faire bouger. Sentant la colère revenir, elle avança, contemplant les enclos, les divers animaux jusqu'à arriver aux serpents qui s'agglutinaient dans une verrière. Posant une main sur la vitre, une larme coula de son œil. Comment pouvait-on faire vivre cela à des animaux sans défense, n'ayant rien demandé ?

Inspirant profondément, elle essuya son signe de faiblesse et alla rejoindre les garçons qui avaient aussi surement eu l'occasion de contempler le désastre. Le coeur serré, elle attrapa inconsciemment la main d'Evan et la serra fort avant de s'en rendre compte et de la lâcher précipitamment.

- Excuse-moi. Je ne sais pas encore ce qu'on va faire, mais on doit intervenir. Pas que pour les serpents.


Revenir en haut Aller en bas
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Excursion en Californie

Message par : Evan, Sam 7 Jan 2017 - 17:57


Avant d'aller vers notre destination, l'heure fut aux retouches vestimentaires pour nous trois. Finrod se retrouva donc en tee-shirt. Kyara commença elle aussi à se déshabiller, pas assez à mon goût, je l'aurais bien vue vêtue plus légèrement. J'en profitais pour retirer ma longue cape, gardant uniquement mon pantalon noir et mon tee-shirt manches longues du même coloris. Je demandais à la belle de garder ma cape dans son sac, ce qu'elle fit. Je n'avais pas pensé à en prendre un de mon côté. Je glissais mes deux baguettes dans chacune de mes manches, déjà prêt à agir.

- Je préfère me fondre dans le paysage. Je n'aime pas ce genre d'habits mais si on décide de secouer un peu tout ce beau monde autour, je ne tiens pas à attirer l'attention avant de faire quoique ce soit. Un homme en robe de sorcier, c'est pas vraiment le style du coin non ?
- Entièrement d'accord avec toi !

J'observais la brune qui regardait les cicatrices serpentant sur ses bras. je me demandais d'où elles venaient. les miennes n'étaient pas visibles. On se mit alors en marche, direction le centre commercial, théâtre de la Cruauté. Il nous fallut pas trop longtemps pour rejoindre l'obscur. Un léger arrêt une fois arrivés, paroles entendues, et nous voilà à entrer dans ce lieu bondé. Kyara se fraie un chemin de son côté, nous laissant un peu en retrait. Je m'adressais alors à mon compagnon Fourhcelang.

- Je te préviens, s'ils sont vraiment malheureux, je ne suis pas certain de pouvoir me contenir...

Regard entendu. Simple signe de tête. J'imaginais qu'il partageait mon avis. Et nous voilà à déambuler, nous aussi, entre ces badauds écervelés qui observaient de tristes animaux enfermés. Certains faisaient leurs courses du jour, mais d'autres donnaient envie de leur défoncer la tronche. Un panda d'un côté, qu'est-ce qu'il fout ici le pauvre ? J'ai envie de crâmer ceux qui l'assaillent de flashs. Triste réalité.

Puis voilà, nos pas, nous mènent jusqu'aux reptiles. Je ferme les yeux un instants, parcouru par un frisson de colère qui dû se percevoir sur mon visage. Stupides moldus. Incapable de comprendre le monde animal, ils avaient décidé de l'emprisonner. Je m'approche de la vitre d'un boa constrictor qui était étalé sous un rondin de bois. J'occultais les paroles idiotes qui volaient autour de moi. Il n'avait vraiment pas l'air d'être heureux dans son environnement. Je murmurais.

Hey mon ami, comment vas-tu ici ?

Le serpent relève la tête vers moi. Me regarde. Commence à ramper vers le bord de la vitre. Des cris autours de moi de blaireaux résonnent. "Ouais il vient vers moi chéri tu as vu ?!" Je lance un regard assassin au moldu.

Je veeeeeuuuux rentrer chez mooooooooi. Tu peuuuuuuux m'aider ?

Je fis un signe de tête au reptile. Je me relevais, boule au ventre, mâchoire crispée. Il me regardait m'écarter. Je soufflais un instant, retournant au centre où je vis Kyara qui revenait vers moi. Elle avait l'air profondément touchée et s'empara fermement de ma main. Je la laissais faire. Je croisais son regard perçant, on pensait la même chose. Elle lâcha ma main comme si elle avait peur que moi-même je ne le fasse.

- Excuse-moi. Je ne sais pas encore ce qu'on va faire, mais on doit intervenir. Pas que pour les serpents.
- Tu n'as pas besoin de t'excuser. Je suis d'accord. C'est ignoble de leur faire cela. Ils sont clairement malheureux.

Finrod nous rejoignit, lui aussi le regard lourd.

- Bon, on agit ? Je regardais tour à tour la belle et l'homme.
- On agit...
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: Excursion en Californie

Message par : Finrod Elensar, Mer 11 Jan 2017 - 17:11


Tous avaient pensé à l'accoutrement, le but n'était pas de revendiquer l'existence et leur appartenance à un monde magique mais bien de passer inaperçu dans un premier temps pour évaluer la situation. Le trio atypique et fraîchement formé continua son avancée vers la prison animale. Finrod jeta un coup d’œil rapide et qui se voulait discret sur les avants bras de la seule femme du groupe, ainsi donc il n'était pas le seul marqué dans sa chair, du moins pas le seul contre sa volonté. Il ne posa pas de question, sachant pertinemment que c'était un sujet délicat et la situation ne se prêtait pas à des révélations de ce genre.

N'étant pas habitué au monde moldu, le Fourchelang n'avait jamais mis les pieds dans ce que les moldus nommaient ce bâtiment un centre commercial. Ce qui était certain, c'était que ce genre d'endroit rencontrait du succès au vue du monde qui marchait dans sa direction. La chaleur continuait de frapper et la chaleur à se faire sentir, le presque géant n'était pas mécontent d'entrer dans l'ombre du lieu pour ensuite passer les portes... Et y découvrir un spectacle des plus déchirants. De part sa taille, il dépassait presque tout le monde, il pouvait voir des animaux enfermés pour le "plaisir" des visiteurs. Des appareils photos, comme l'on pouvait en voir dans le monde sorcier, mais aussi d'autres machines étranges braquées sur les vitres et ces pauvres créatures. Les poings serrés, Finrod resta en place pour ne pas pousser ces moldus, déjà sans magie, mais aussi sans cœur.

Ces deux compères, eux, avancèrent plus proches des animaux mais lorsque Finrod les rejoignit, il les découvrit tout déboussolés. Finrod discernait une grande sensibilité chez ces deux sorciers ce qui lui réchauffa le cœur.

- En premier, il faut voir comment on va faire sortir les animaux. Par la grande ou la petite porte ? Il faut qu'on fasse comprendre que c'est une mauvaise chose, une très mauvaise, d'enfermer des êtres vivants derrière des vitres. Petite ampoule qui indiquait une idée (juste une idée pas forcément une bonne). "Et si on mettait les moldus à la place des animaux ? Il faudra user de la magie, mais le message sera très clair non ? À nous trois, nous devrions arriver à faire que cela soit possible...

L'œil brillant d'excitation, Finrod attendait une réaction. Ils allaient agir, aider les animaux et faire payer aux moldus. Une idée qui demandait de l'investissement mais ils avaient déjà voyagé jusqu'ici alors pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Excursion en Californie

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 11:53


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Excursion en Californie


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.