AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 8 sur 8
Dans un quartier de riches
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Invité
Invité

Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Invité, Jeu 13 Déc - 11:41


Attention, les yeux qui rougissent, puis s’humidifient, provoquant l’apparition des larmes .Eeeeeeeeeeeeeeeeeet m*rde !

- Mais.. Je.. comprends.. pas moi. Pourquoi.. t'me.. Crie dessus..?


Ça c’était sûr ! Voilà que cette fille se met à chialer comme une madeleine maintenant. Qu’est-ce qu’on est censé dire déjà dans ce genre de situation ? « Pleure, tu pisseras moins » ? Non je ne suis pas sûr que ce soit vraiment adapté dans le contexte actuel. « Pleure pas, t’es pas un monstre … ah pardon j’avais mal vue » ? Non ça c’est pour enfoncer les gens pas pour les consoler. pu*ain pourquoi je suis aussi peu doué pour consoler les gens !

-C est pas.. ma..ma faute.. si... si t aimes pas le chocolat.


Donc actuellement, dans ma tête, je panique, je peste intérieurement, je panique, je peste intérieurement, je panique et j’ai déjà dit que je panique ?

_ Non, non mais excuse-moi, mais je ne voulais pas te de la peine mais heu ….


Et plus les gens se mettent à nous dévisager … de mieux en mieux …Puis je me souviens d’un sketch de Florence Foresti que j’ai vue sur l’ultranet où elle parlait de sa fille.

« Ho c’est pas vrai elle pleure. Ah … non en fait elle rigole, elle a dû voir un caillou … »

Bon, on va voir si avec le comportement d’un enfant elle en a aussi la capacité émotionnelle. Je regarde autour de moi et je vois une animalerie moldu. Miracle

_ Ho regarde là-bas, y’a plein d’animaux dans la vitrine, des lapins et des chatons …

Cette tentative de détournement de l’attention est vraiment minable je vous l’accorde mais là je vous avoue je n’ai pas mieux …
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Elhiya Ellis, Dim 16 Déc - 17:48


Reniflements bruyant et revers de manches pour sécher les larmes, tu boudais, plus que tu ne pleurais désormais. Les sanglots différemment ravalé, la lueur de présence d’esprit qui avait pu te traverser en te faisant lâcher sa main avait de nouveau été noyé dans l’humidité emplissant tes yeux. Il voulait pas te faire de la peine ? La belle blague… quand on veut pas faire du mal à quelqu’un on ne lui hurlait pas dessus ! simple logique qui t’envolait aussi rapidement qu’elle n’était arrivée sous le mot « chaton ». Ecrit en gras, en couleur, en paillettes et lumière d’or, les mirettes s’étaient écarquillées, cherchant de droite, de gauche où il avait pu voir des boules de poils à caliner.

– Où çaaaaaaaaaa ?

Chagrine parti, d’un coup d’un seul malgré le rouge aux prunelles et la fraicheur des sillons de larmes encore brulant sous la brise fraiche. T’avais même oublié pourquoi tu pleurais… totalement libre de tes mouvements t’avais donc commencé à courir un peu en avant, t’arrêtant le nez contre chaque vitrine, avant de revenir toute excitée vers le garçon pour lui adresser un sourire pétillant d’excitation.

–Ou ça ? où ça ? où ça ? où ça ? où ça ?

V’la, y’en fallait pas plus pour te redonner le sourire, sauf si en fait il n’y avait strictement aucun chaton. Possibilité qu’il caressait les pensées, tout comme celle que tu avais une baguette dans la poche. Chose pas cohérente. La main glissait dans ta poche, les doigts caressaient le bois, le libérant de son écrin de tissus, le mettant à l’air libre en le montrant au jeune homme.

– Ho j’ai une baguette ! c’est super je peux faire ce que j’en veux du coup ! Atta j’essaye !

Et à te tourner vers une vitrine, tu fronçais le nez, cherchais quoi faire avec, ne voyant pas
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Invité

Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Invité, Lun 17 Déc - 20:07


LA Elhiya

Incroyable, Florence Foresti disait donc en vrai. Les mômes ont une façon bien à eux de gérer leurs émotions. Ah moins qu’elle ne faisait semblant de pleurer. Ce qui potentiellement pourrait me donner envie de l’encastrer dans un mur.

– Où çaaaaaaaaaa ? Ou ça ? où ça ? où ça ? où ça ? où ça ?

Je lui montre donc du doigt la direction de l’animalerie quand vint un drame. La blonde se mit à dégainer la baguette de sa poche.

– Ho j’ai une baguette ! c’est super je peux faire ce que j’en veux du coup ! Atta j’essaye !


A cette vision, j’écarquillais les yeux ronds comme des billes. Si on m’avait lancé le sortilège des yeux de poisson sa aurait eu le même effet. Voilà qu’elle est train de viser une vitrine. Ok tant pis pour la politesse et la bienséance là je suis obligé de sévir.

Je sortais donc la baguette de l’intérieur de la poche de mon pantalon tout en la cachant grâce à ma veste comme si je faisais mine de fouiller quelque chose dans un poche intérieur. L’avantage de posséder une baguette plutôt courte, c’est qu’il est plus facile d’en faire usage discrètement.

Je lançais donc à Elhya un #Stupefix afin de la faire perdre connaissance. M’empressant ensuite de la rattraper avant qu’elle ne se blesse en tombant. Je ramassais également sa baguette pour la ranger dans ma poche avec la mienne en espérant qu’elle ne fasse de bêtises toute les deux. Suite à cela je passais ma main gauche derrière les genoux de la demoiselle pour la faire tomber en arrière sur mon bras droit qui la soutenais au niveau du dos tandis que sa tête reposait contre mon torse … en espérant que je ne croise pas son éventuel petit copain.

Afin d’endormir les soupçons des passants surpris par le comportement plutôt inhabituel que nous avions tous les deux je prenais un air contrarié avant de m’exclamer.

_ Je t’avais pourtant prévenue d’aller doucement sur les « mon chéri ». A chaque fois c’est la même chose tu ne supportes pas la liqueur !

Bon allé hop, emballé c’est pesé. Maintenant direction Sainte-Mangouste. Du moins c’est ce que je pensais … J’étais bien partie pour, j’empruntais le chemin le plus rapide Mais arrivé sur place … l’endroit était pour ainsi dire bondé … Je ne sais pas ce qu’il y a eu mais il y avait tout un tas de gens qui semblaient dans un état vraiment critique et nécessitait des soins d’urgence. Autant dire que la demoiselle de serait pas pris en charge avant un bon moment … Et il est hors de question que je passe mon après-midi dans un hôpital, qu’il soit moldu, ou sorcier !

Je poussais un long soupir exaspéré avant de dire à l’attention de la blonde, même s’il ne m’entendrait certainement pas vu qu’elle est toujours stupéfixé.

_ Toi ! T’as vraiment de la chance.

Je n’allais certainement pas la laisser ici toute seule donc je décidais de finalement la ramener chez moi … Pas de transplanage ni de balaie. Je viens quand même d’une famille moldue avec des voisins moldue, donc la voiture que m’a prêtée mon père suffira amplement. En parlant des voisins … je ne vous dis pas la tête qu’ils ont tirée en me voyant amener chez moi une fille inconsciente. Heureusement que je suis un bon menteur et que je sais baratiner les gens. Enfin bref.

Je l’allongeais donc sur le canapé du salon avant de ranger sa baguette dans ma chambre verrouillée à clef. Je ne le la lui rendrais que lorsqu’elle aura retrouvé un état normal … Mais puisqu’elle est en mode « enfant » Autant rassemblé les conditions optimales pour la tenir tranquille. Elle aime noël je crois non ? Bon très bien, c’est parti pour un chocolat chaud.

Dans un « mug » que je remplissais donc de la boisson chaude chocolatée que je recouvrais en suite d’une bonne couche de chantilly. Je plantais ensuite deux morceau de spéculos dans la montagne de crème fouetté pour enfin saupoudré le tout de poudre de cannelle. Le temps qu’elle mange ça, ça devrait l’occuper un petit moment.

Je posais ensuite la boisson chaude sur la table basse près du canapé.

_ C’est bizarre j’ai l’impression d’avoir oublié quelque chose … Ah oui ça me revient ! #enervatum
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Azaël Peverell, Dim 3 Fév - 14:35


Avec Sibylle

La matinée a été plutôt calme au Heurtoir. T'as quasiment pas décollé de ta salle au sous-sol. Heureusement qu'il y a l'Elfe de Maison pour gérer les clients qui arrivent, parce que sinon bonjour la solitude dans l'endroit. Les clients défilent, et t'as l'impression de passer ton temps à toujours dispenser les mêmes conseils, à toujours faire les mêmes démonstrations. Les gens ne viennent plus pour apprendre l'art du duel, mais uniquement pour apprendre à se défendre. Les temps sont angoissants, et ils pensent que connaître quelques sortilèges de défense et d'attaque les sortiront de mauvais pas. Ils ne se rendent pas compte d'à quel point leurs demandes sont dérisoires.

Et tu ne fais aucun effort pour leur faire remarquer. Tu leur donnes ce qu'ils sont venus chercher. T'as pas envie de réfléchir pour eux, t'as même pas envie de leur ouvrir pleinement les yeux. Après tout, ils sont peut être mieux dans leur bulle d'ignorance et de cécité. Heureux les simples d'esprit et ceux qui sont tout simplement trop aveugle pour comprendre que le monde est malade et qu'aucun Protego ne leur permettra de survivre à la guerre qui gronde de plus en plus. T'en viens à préférer les moments de calme. Ceux où t'es tout seul et où tu peux enfin te lâcher. Les cibles de ta salle ne font jamais long feu. Moloch a besoin de se défouler et toi aussi. Sans les protections qui entourent le sous-sol, tu détruirais sans doute le Heurtoir plusieurs fois par jour.

T'as du mal à te contenir. Tu t'épuises physiquement chaque jour, et t'as l'impression d'avoir toujours ce besoin de tout exploser. Alors tu ne te fais pas prier pour le faire, après tout, l'endroit est équipé pour ça. Au moins, ça t'évite d'aller foutre le bordel chez les autres. C'est sans doute pour ça que t'es plus sage qu'avant. T'arrives à te défaire de toute ta rage, toute ta colère, et toute ton agressivité sans que personne n'en soit victime. On va dire que t'as trouvé un genre d'équilibre. Après avoir terminé avec ton dernier client de la matinée, tu décides à aller te chercher un truc à bouffer.

Tu sors donc, bien décidé à aller te prendre un truc moldu bien gras, parce que le gras c'est la vie. Mais en sortant du Heurtoir, dans cette rue londonienne des plus banales, tu remarques une jeune femme de l'autre côté de la rue. Elle semble regarder le bâtiment d'o tu sors. Tu hausses un sourcil, tandis que ton regard croise le sien. T'as pas la moindre idée de si elle est moldue ou sorcière. Dans tous les cas, t'as déjà vu plus moche. T'en viendrais presque à regretter de ne pas avoir pris le temps de prendre une douche après tes entraînements de la matinée. Enfin, tu le regretterais sûrement si t'avais l'intention de lui parler. Il se trouve qu'elle est un être humain, et que moins tu les côtoies mieux tu te portes. Alors tu fermes la porte de l'établissement et tu commences à t'en éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Sibylle Laveau
Sibylle Laveau
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Sibylle Laveau, Sam 23 Fév - 10:12


Aujourd'hui, j'ai un peu moins peur. Je crois que c'est le temps qui passe, et qui aide. Qui aide à penser à autre chose, ou un petit peu moins à soi. Je crois que c'est ce qui bloque moins, chez moi. Arrêter d'être égoïste, ou enfin le devenir, en fait je ne sais pas ; j'ai jamais compris ce mot, de toute manière. Penser à soi ? On pense toujours à soi, au fond, et c'est normal. C'est pas mal.
Louise m'a toujours dit qu'il y a des couches d'égoïsme bien perceptibles, et qu'au centre de tout, comme pour appuyer ce point d'égo-concentration, il y a l'être dans toute sa splendeur qui se pense.

Et m*rde, c'est pas être égoïste, que de réfléchir à soi et sur soi. Il paraît qu'il y avait des types, au XXIème siècle, qui appelaient ça la pleine conscience, une connerie du genre. Moi, je voyais surtout ça comme un truc de bobo qui se souciaient un peu trop d'eux, de leurs petites blessures intérieures à la noix. C'était à la mode. De là à dire que ce qui est à la mode est forcément cohérent ou légitime, il y a un monde, je dois l'admettre.
Pour autant, moi, je me suis mise à réfléchir. Qu'est-ce que j'ai accompli, hein, depuis que je suis là, à Londres ? Je veux dire, je suis bien allée à Poudlard, d'accord, mais à part ça ? J'ai pas de boulot, très peu de ressources à part maman, qui passe sa vie dans l'appartement à picoler et à se plaindre. C'est pas avec elle que je vais être servie. Elle pense pas à l'avenir, elle, elle pense trop au passé.

Pardon, pardon, pardon, je parle encore mal, comme si je devais, comme si c'était justifié. Mais non, je l'aime et elle ne le fait pas exprès, elle est juste triste et moi aussi quand j'y pense. Tout me manque de là-bas et j'ai l'impression d'être nulle à ch*er. De pas avoir de raison de, de faire, et même d'être au final. Est-ce que c'est ça être égoïste ? Voir le monde souffrir et se soucier de ce que nous, on va bien pouvoir devenir ? Si c'est ça, alors je comprends tout, oui. Tout. Et j'ai envie de me détester.
A quoi tout ça aura servi, hein ? Aller à Poudlard, suivre papa qui s'en fout en fait, qui voulait juste nous avoir à la maison pour peut-être asseoir son autorité. Et non, pardon, encore une fois je parle mal, je dis des choses qu'il ne faut pas. Je ne veux pas. Il a trop fait pour nous ; cette sécurité, ce confort qu'il nous a promis, et offert d'ailleurs. Puisque maman a beau boire un peu trop, elle le fait dans un étage entier, en plein centre de Londres. On aura vu pire.

En fait, je n'ai pas moins peur. C'est juste que je me voile la face. Je suis seule et j'ai l'impression de le mériter, au fond. Et c'est ce qui me fout les jetons. Personne n'a rien à m'apprendre, personne n'a rien à me dire, à me faire comprendre, et en sortant de l'appartement, je vois la jungle. Urbaine, certes, mais les mêmes prédateurs se disputent la vedette : le temps qui file trop vite, ce fourmillement trop occupé, la vie qui suit son cours.
Alors j'ai trouvé ici.
- Le Heurtoir.
Les mots sortent solitaires, et j'ai l'impression d'avoir à me justifier d'être ici, de l'autre côté de la rue, à ne pas oser traverser par peur de. Qu'est-ce qui m'en empêche au juste ? La timidité ? La fierté ? Non, au fond, je sais que j'ai besoin d'entraînement. Et qu'ici, ils peuvent m'apprendre ce que je souhaite vraiment : faire comme maman. Pas exactement comme elle, parce qu'elle est bien plus forte, bien plus indisciplinée que moi dans l'ensemble de ses facultés parce qu'elle peut se le permettre, justement. Parce qu'elle sait déjà tout.
Mais pour le moment, elle n'a pas l'air décidée à m'apprendre. Bien au contraire. Le moment semble retardé. Et mon pouvoir s'ennuie.

Un garçon sort, il m'épargne de mes réflexions ; parce qu'il m'a vu, parce qu'il m'a regardé, mais surtout parce qu'il s'enfuit et que j'ai besoin de quelque chose. Un coup de pied au cul peut-être.
- Toi ! Toi là !
J'ai du mal à savoir si je dois faire un pas ou non, mais ma voix s'élève toute seule et je ne regarde pas en traversant la route. Il ne faut pas qu'il s'éloigne, je ne suis pas du genre à courir. Mais il peut peut-être me renseigner. Ou n'être qu'un prétexte.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Azaël Peverell, Dim 24 Fév - 19:24


Tandis que t'es en train de dresser mentalement la liste de tous tes potentiels repas afin de choisir celui qui te conviendrait le plus pour aujourd'hui, une voix te sort de tes pensées et te pousse à te tourner vers sa propriétaire. C'est la jeune femme qui regardait le Heurtoir fixement quand t'en es sorti. Tu hausses un sourcil en sa direction, davantage blasé que surpris. C'est qu'elle a une drôle de façon d'aborder les gens qu'elle ne connaît pas elle. A présent à l'arrêt au milieu du trottoir, tu ne la quittes pas des yeux sans décrocher un mot le temps qu'elle traverse la route pour te rejoindre.

Une fois à ta hauteur, tu la jauges rapidement du regard, davantage pour déterminer si cette demoiselle est sorcière ou moldue que pour la mettre mal à l'aise. Et enfin, tu plantes tes yeux dans les siens.

- Qu'est-ce que tu veux ?

Ouais, t'as décidé d'être tout aussi poli et avenant qu'elle. T'as pas aimé te faire héler de la sorte, alors t'as moyennement envie de te montrer sous ton meilleur jour - pour peu que ce soit réellement possible. En plus, t'as faim, et quand t'as faim t'es rarement de bonne humeur. Beaucoup de gens deviennent grognons avec l'estomac vide. Toi, tu l'es de base, alors il suffit d'imaginer ton état d'esprit du moment. Mais t'as pas trop le choix, ne serait-ce que s'il s'agit d'une future cliente : tu te dois de donner une bonne image du Heurtoir. Ou du moins une pas trop mauvaise.

Un instant tu imagines Elly qui apprend que ton manque d'amabilité a fait fuir une cliente, et tu décides à te forcer un peu, histoire de faire bonne figure. Alors les coins de tes lèvres s'étirent en un léger sourire, un peu commercial, histoire d'être un peu plus avenant. Et tu pousses un profond soupir intérieur en te disant que si cette demoiselle est moldue, tu vas vraiment regretter cet effort que tu es en train de faire et qui te paraît à la limite du surhumain dans les conditions actuelles. La pause déjeuner, c'est quand même sacré, alors elle a intérêt de se dépêcher de répondre, parce que tu risques de ne pas être patient très longtemps malgré toute la bonne volonté du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Dans un quartier de riches - Page 8 Empty
Re: Dans un quartier de riches

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 8

 Dans un quartier de riches

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.