AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 1 sur 4
Sur les quais
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Tori A. Blake
Tori A. Blake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Sur les quais

Message par : Tori A. Blake, Ven 18 Mar - 23:24


Sur les quais  Code_r16

Je ne veux pas partir...
Pv avec Azmaria Slown


C'est drôle comme une simple lettre peut changer une vie. Un bout de papier, une annonce, quelque chose d'intangible qui a pourtant tellement de poids dans la balance. Depuis maintenant plusieurs années déjà, j'avais réussie à fuir, me cacher des anciens démons qui me détruisait petit à petit. Pourtant, il fallait s'y attendre. La fin de ma scolarité arrivait à sa fin, et loin d'êtres idiots mes parents ont compris ce que j'essayais de faire. La fuite, vers un autre endroit, un autre pays, un autre monde, c'était la seule chose qui me restait. Je ne connaissais réellement personne ici. Avec une carapace crée de toute pièce, illusion parfaite sous le couvert d'un caractère impulsif, je ne me dévoilais qu'en de rares occasion et encore, même pas vraiment. Finalement je n'aurais même pas pu passer mes examens, ce qui est quand même le comble quand on y pense pour une Serdaigle ! Elle est bien bonne celle-là quand même...

Sur le quai de la Gare de Londres, les idées tourbillonnait dans ma tête mêlant souvenirs et déception. Malgré toute la volonté du monde, quitter ce pays, ce monde, Poudlard, était une épreuve redoutable. Je ne pensais pas m'être autant attachée à cette école. Mon esprit embrumé par mes pensées, je n'entendais même pas les bruits pourtant extrêmement bruyant de la gare. Le sifflet du chef de gare, les babillages d'un enfant à la voix fort aiguë, la dispute d'un couple un peu plus loin, les bruits des puissants moteurs des trains... Dans une bulles, rien ne pouvait m'atteindre, et quand bien même une chose attirerait mon attention, rien ne pourrait changer ma vie à présent.

Soudainement dans le flots continu de mes pensées, la lettre apparut plus réelle que jamais. Reçue ce matin par hibou au déjeuner, l'enveloppe était ornée du mystérieux symbole des Blake, un enchevêtrement de spirales complexe dans lesquelles on peut discerner des yeux de chat. A cette pensée, je touchais mon bras tatouée de chat noir. Je ne l'avais pas fait par hasard, tout comme les autres. Bien que mes démons soit liée à ma famille, j'étais fière de mon nom, sans pour autant pouvoir l'être entièrement. Je détestais pouvoir être associée à mes bourreaux. En pensant à eux, je ressortis l'enveloppe, toujours rangée dans la poche de devant sur ma valise. Ôtant une nouvelle fois le cachet, le relis les passages desquelles résulte ma décision...

Chère Victorine,

Père et moi sommes ravis d'observer ton intérêt pour le savoir, car comme tu le sais, savoir est pouvoir, autant que la richesse mon enfant. Cependant, nous n'avons guère reçus de nouvelles pendant ta scolarité, du moins aucune visite. Aussi, nous avons le bonheur de te dire que sous peu, les Blake s'installeront pendant quelque temps dans le manoir d'amis Londonien afin que tu puisses travailler avec Père pour obtenir les meilleures résultats possibles en cette fin de scolarité. J'espère que tu est restée digne de ton rang chère enfant, car dans le second cas nous devrions intervenir d'urgence.

Puisse Merlin veiller sur vous,


Un frisson parcouru mon échine tandis que je relisais la lettre, avant de la ranger précipitamment comme si elle pouvait attirer les auteurs ici. Levant les yeux en direction de la grande horloge, je soupirai en constatant qu'il restait encore une heure avant l'arrivée du train. Cela ne faisait que quelques minutes que j'étais là, mais la désagréable impression qu'Orion, ou encore quelqu'un d'autres qui sais-je, allait me rattraper. Sauf qu'en restant à Poudlard je m'exposais trop. Je ne pouvais pas risquer ainsi de tout perdre pour l'école, et n'ayant pas assez de revenus pour me loger, le château était la seule alternative. Baissant la tête en signe de soumission à cette idée sombre, je marchais avec la valise à mes cotés vers un des bancs. Tout mon corps semblait lourd, comme vidé. Les choses allaient changer maintenant.


Code de Tori




Dernière édition par Tori A. Blake le Ven 6 Mai - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azmaria Slown
Azmaria Slown
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Azmaria Slown, Mar 19 Avr - 19:51


Le réveil avait été dur, la nuit agité... Drew avait été malade toute la nuit, Avalon a fleur de peau et ma mère avait insister pour rester me donner un coup de main avec les deux enfants. Si je voulais la savoir en sécurité, celle-ci ne devait pas rester prés de moi trop longtemps, après tout, elle aussi se cachait de notre bourreau respectif. c'est donc en silence et en ne lui laissant pas vraiment le choix que je l'accompagnait a la gare.

Il y avait pas mal de monde sur les quais, nous n'avions pas échangé un mot depuis que nous avions quitté la maison, laissant les jumeaux sous la surveillance d'une de mes serviable voisine. J'étais nerveuse de voir ma mère partir une fois de plus.... Et si cette fois elle ne revenait pas ? Si il finissait par la retrouver... que ferais-je ? C'est a ce moment-là qu'elle décida de briser notre silence....

- Az'... Je sais que tu penses que je suis plus en sécurité loin mais crois-moi, ton père SAIT ou je me trouve, il sait ou chercher. Il n'est pas complétement stupide et se doute que tu n'as pas vendu votre manoir en France et que je m'y trouve. Il ne tardera probablement pas non plus a venir vous rendre une petite visite a toi et les enfants... Pars ! Ne prend pas de risque inutile je t'en prie.

Après un léger temps de réflexion je finis par lui répondre avec un sourire et une voix douce qui ne reflétait en rien ce que je pensais.

- Maman... Si il avait vraiment voulu me retrouver il serait déjà là ! Les enfants ne risque rien, au moindre danger pour eux je te les envoient, je te le promet. Mais je ne partirais pas. Ma vie est ici et j'en ai marre d'être poursuivi par un fantôme ! Qu'il vienne je suis prête.

Ma conscience me hurlait que je ne faisais que mentir. Jamais je ne serais prête a le revoir, jamais je ne réussirait a lui tenir tête. Pourtant, une chose dans mes paroles était vrai. Drew et Avalon ne seraient jamais en danger avec moi, jamais rien ne leur arriverais, je ne le permettrais pas.
Le train arriva quelques minutes plus tard et emporta ma mère et ses inquiétudes bien loin de Londres. J'avais encore un peu de temps devant moi pour flâner aussi décidais-je d'aller me promener le long du quai voisin. Il y avait là pas mal de monde, de bruit, assez pour que le silence se remarque. C'est un silence qui me fit m'arrêter. Une jeune fille, tête baisser, seule sur un banc avec une valise, probablement pas plus de 17 ans. Ainsi, tout son être semblait appeler a l'aide... Mais cet appel se trouvait noyer dans le brouhaha environnant. Peut-être était-ce parce que j'étais moi-même empli de doute mais quel qu'en sois la raison, je me suis assise prés de cette jeune fille, lui ait sourit et lui ait dit....

- Une si jeune femme sur les quais toute seule... Tu n'as pas l'air bien, je peux t'aider ?


Edit Lizzie : Bonjour Azmaria. Il est interdit d'utiliser les balises blockquote. Je les ai donc supprimées de votre post. Merci de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Tori A. Blake
Tori A. Blake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Tori A. Blake, Jeu 19 Mai - 20:15


Sur les quais  Code_r16

Je ne veux pas partir...
Pv avec Azmaria Slown



Je ne l'ai pas vue arriver. De tout façon, si un train aurait déraillé et foncé sur moi je ne l'aurait pas plus vue tant j'étais dans mes pensées. Loin de tout, même de moi-même, je sombrais dans mes tourments existentielles, la folie, quelque chose de bien sombre que rien n'arrêtait sur son passage: La peur. Cette émotion vous pousse à commettre bien des actes, comme celui sans retour qu'était mon départ, d'autres encore plus affreux, dénuée de raison, c'était une porte ouverte sur la folie de ce monde. La noirceur qui m'engloutissait petit à petit devait être perceptible puisque qu'elle était venue, et c'est sa petite voix claire qui me fit relever les yeux pour la première fois depuis quelques minutes:

- Une si jeune femme sur les quais toute seule... Tu n'as pas l'air bien, je peux t'aider ?


Assise près de moi, une petite jeune femme à l'air fragile et pourtant très douce, comme une petite poupée de porcelaine qu'il ne faudrait pas casser. Elle possédait un sourire encourageant, qui se voulait confiant, et étrangement, j'y croyais quelque part, même sans le vouloir. Après avoir levé les yeux vers elle, je fini par les redescendre au sol avant de réfléchir. Il n'y avait pas vraiment moyen de m'aider, en fait si, mais je me voyais mal dire à quelqu'un que je venais de rencontrer que j'avais besoin d'un endroit sûr pour échapper à ma famille. C'était tout aussi bizarre que si je me ramenais avec mon oreiller sous le bras chez une inconnue, aussi, préférais-je me taire. Finalement une idée me vînt, comme ça, et je la mit en oeuvre les yeux toujours rivés au sol:

- Je ne sais pas qui je suis, je ne sais pas ou je vais, ni même ou je suis. C'est difficile de dire si je vais bien ou pas du coup... Et si on peut m'aider.

Amnésie. Autant un appel à l'aide qu'une façon simple de se cacher, se dérober aux questions. Il n'y avait qu'un seul point qui était vrai ici. Je ne savais pas ou j'allais, et ce n'était pas peu dire. La question résidait dans ce que percevrait la jeune femme. Croirait-elle en mon amnésie ou percerait-elle la dérobade avant que je ne finisses par m'esquisser ?


Code de Tori


Revenir en haut Aller en bas
Anthony Gelato
Anthony Gelato
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
A déplacer

Message par : Anthony Gelato, Sam 27 Aoû - 13:40


[Flashback: Anthony Gelato, 11 ans ]

Alors que j'attendais de rentrée dans le train en direction de la fameuse école Poudlard, l'une des plus connus. Je marchais le long couloir du quai à la recherche d'un banc libre. J'entendais plusieurs personnes faire connaissance ou parler de leurs vacances et des Serpentard embêter d'autres nouveaux élèves.

Tandis que je marchais sur le quai je vis un banc libre. Alors, je plaçais ma valise en-dessous de moi et m'assaillis pour me reposer de mon long voyage depuis ma ville natale en Italie.

Alors que je regardais l'horizon et son immense Gare, je réfléchis à quelle maison je vais appartenir. Quelle sera ma nouvelle famille et mon nouveau chez moi. J'espère allais soit à Serpentard qui était la maison de ma mère, soit à Gryffondor qui était la maison de ma mère.

Malgré que les deux maisons sont en compétition tout le temps, mes parents ont puent se connaitre et s'aimer. Même s'ils sont morts comme tout le reste de ma famille, je compte leur rendre hommage et retrouver les assassins qui les ont tués, je dois les venger.

Alors que de douloureux souvenires trouble mes pensées, je pense à ma nouvelle  année. Qu'est-ce que je vais apprendre ? Quelles rencontres je vais faire, que ce soit sur ce quai ou ailleurs, pourvu que je passe une année très bonne .
Revenir en haut Aller en bas
Emma Holopainen
Emma Holopainen
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Emma Holopainen, Mar 11 Oct - 17:56


[Rp précédent daté de plus d'un mois]

Pv Elanha Luernios


Emma n'en revenait pas de la vitesse à laquelle le temps filait. C'était beaucoup, beaucoup trop rapide. Elle n'était pas encore prête à rejoindre cette nouvelle école, cette nouvelle vie loin de ses folies. Pourtant elle n'avait pas le choix. Et puis elle était déjà sur le quai ou attendait le train en direction de Poudlard. Il lui avait été plutôt difficile de trouver l'endroit magique, et ça aurait été franchement impossible sans l'aide de l'un de ses serviteurs. Sitôt la barrière invisible passée, elle s'était empressée de le congédier. C'étaient ses parents qui auraient dû être là... Mais il ne fallait pas en espérer tant de leur part.

En ce jour spécial qu'était la rentrée, il y avait énormément de monde dans l'endroit. Un amas de bruits s'élevaient de tous les coins de la gare. Des petits groupes s'étaient formés ci et là, se regroupant autour de leurs bagages comme d'un feu de camp. Des enfants, plutôt des ados, étreignaient leurs parents. Des frères et des sœurs faisaient des "adieux" timides. Emma n'avait jamais eut à connaitre ces situations. Il y avait aussi ces camarades qui se retrouvaient à grands éclats de voix. Ca avait été son cas à chaque rentrée à Durmstrang... Ca ne le serait plus. La jeune femme doutait d’être accueillie de la même manière dans cette nouvelle école. Elle n'y connaissait personne.

Enfin, il y avait elle. La finlandaise, seule de son coin à ruminer ses pensées. Elle passa un doigt distrait dans une de ses tresses roses. Ses bracelets de marque tintèrent sous la manche de son manteau de fourrure blanche. Elle se démarquait des autres. Elle était bien trop différente. Assise sur sa valise de la même couleur, elle guettait une proie. Ses yeux améthyste se posait partout, fouillant chaque recoin. Si elle avait quelques qualités, Emma admettait volontiers être une garce. D'ailleurs aucun de ses amis ne lui manquerait vraiment, si elle avait leurs numéros dans son répertoire c'était uniquement par intérêt. Un besoin inespéré d'attention et de distraction. Ils n'étaient rien de plus. Mais il y avait une différence entre être entourée de bouche-trous, et être seule.

Enfin la jeune femme repéra une victime. Ca n'avait rien eut de compliqué. Cette personne, de petite taille, était seule elle aussi, appuyée contre un mur. Tapie dans l'ombre elle n'arrivait à en distinguer aucun détail. Décidée, Ella prit la poignée de sa valise fermement dans sa main, et s'avança de sa démarche de mannequin. Arrivée devant sa victime, elle se campa droite, se dressa de toute la hauteur de son mètre soixante-six, les bras croisés sous sa poitrine. Elle essaya d'arborer une expression ouverte et joviale, qu'elle était loin de ressentir pour le moment. Elle s'ennuyait trop pour ça.

- Salut ! Toi aussi t'es une sans amie ?

La finlandaise esquissa un léger sourire, ses lèvres roses dévoilant une rangée de dents parfaites. Il fallait faire bonne impression, mais pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
Elanha Luernios
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Elanha Luernios, Mar 11 Oct - 19:04


Nous étions arrivé à ma destination, ou presque. Il ne me restait qu'une petite étape à franchir, sans eux. Je poussais un soupire, et me tournais vers ma famille d'accueil. Ils avaient tous les deux tenus à m'accompagner, en ce jour spécial, jusqu'à la gare. D'une certaine manière je leurs en étais redevable, sans eux je n'aurais jamais trouvé le quai 9 3/4, mais en dehors de ça j'étais plutôt embarrassée. Ils n'étaient rien pour moi... De parfaits inconnus, même s'ils m'avaient hébergée presque deux mois, n'avaient pas la moindre raison de faire tout ça pour moi. Ce n'étaient que des connaissances, même s'ils avaient été particulièrement sympathiques. Si je ne pouvais prévoir ce que le concret donnerait, la partie théorique voulait que je ne les revois plus. C'était généralement ce qui se passait, et ça ne m'avait jamais atteint plus que ça. Pourtant aujourd'hui je ressentais un petit pincement, que j'écartais bien vite en leur adressant un petit sourire qui se voulait reconnaissant.

« Merci, dis-je difficilement, le souffle coupé. Pour m'avoir accueillie chez vous. Ces deux mois auront été... Cool. »

Ils s'approchèrent de moi pour m'enlacer, étreinte que je leur rendis maladroitement. C'était quelque chose d'inattendu, et je ne savais pas vraiment comment y réagir. Je n'étais pas gênée, oh non, c'était bien pire que ça. On ne pouvait pas dire que j'étais très tactile, ni très sociable. Malheureusement pour moi, je n'avais pas les moyens de disparaitre sous terre, et il faudrait d'ailleurs que je me renseigne sur cette possibilité. Enfin, au bout de quelques secondes, qui me semblèrent durer une éternité, je m'écartai doucement d'eux. Ils semblaient plus attachés à moi que moi à eux, ce qui n'était pas vraiment anormal... Quoi que je ne pensais pas qu'une de mes familles temporaires s’enticherait un jour de moi.

« Bien, il est l'heure, c'est ici que je vous laisse. Merci encore. »

Je ne voulais pas voir plus d'effusions de sentiments de leur part. Ils semblaient vraiment touchés, ce qui n'était pas totalement mon cas. Pas vraiment émue, je passais la barrière invisible vers le quai où m'attendait le Poudlard Express. Comme attendu en ce jour particulier, l'endroit pourtant vaste était bondé. Là, devant tout ce monde, je fus prise d'un doute. Je n'étais pas sure de vouloir aller dans cette nouvelle école, ni de vouloir poursuivre dans ce monde. Bien sûr il avait ses avantages, mais le monde moldu était tout de même très attirant. Surtout la technologie. C'était très différent de ce que les sorciers pouvaient produire. Je devais y réfléchir encore. Après tout, ça n'était pas ma décision à moi, je ne voulais pas avoir à regretter un avenir que je n'aurais pas choisi. J'adorais la magie, évidemment, c'était surement un rêve de petite fille qui était resté en moi, mais ça me faisait quand même un peu peur. Une de mes baguettes m'avait carrément éclaté au visage, mon corps gardait des séquelles des traitements magiques qu'on m'avait infligé dans mon enfance, et il y avait aussi les sorts impardonnables. D'après mes calculs, il était plus probable que je meurs d'un homicide à l'Avada Kedavra que d'un meurtre par balle, et ça n'était pas vraiment pour me rassurer. Même si je détestais cette vie, je ne comptais pas mourir si jeune !

Je m'efforçais de pas prêter attention au bruit, qui semblait s'amplifier et se répercuter contre les murs jusqu'à mes oreilles sensibles. Voir tous ces visages, et ces débordements de bons sentiments, me rendaient un nerveuse. C'était une réaction tellement violente chez moi que j'en avais presque envie de vomir. A une époque lointaine, fort lointaine à mes yeux, j'avais du ressembler à ces jeunes ados tout émoustillés de leur rentrée. Encore que je n'avais jamais eut l'occasion de dire adieu à personne qui me soit cher. Ca avait quelque chose de triste.

Je décidai donc d'aller me réfugier dans un coin, sombre de préférence, à l'écart de cette foule. Mes idées n'y seraient probablement pas plus claires, mais au moins je pourrais m'y concentrer. Malgré ma tignasse turquoise j'essayais donc de me faufiler discrètement au travers du monde, bousculant le moins de personne possible. A l'opposé, assez proche de la grosse locomotive rouge pimpante, un mur me tentait bien. Long, large, haut, régulier, à l'ombre, il avait tout pour me convenir. Je m'y dirigeais d'un pas très rapide, à peu prêt aussi déterminée que s'il avait s'agit du Saint Graal. Quoi que je n'aurais pas grand chose à faire d'une coupe... Je m'appuyais dos au mur, mes bras croisés pressés fort contre mon buste pour me sentir rassurer. Ainsi dans l'obscurité, personne ne devrait me remarquer, du moins je l'espérais. Je pourrais réfléchir en paix, ou tripoter les effilochures des trous de mon jean si je n'y arrivais pas.

Après quelques minutes ainsi prostrée j'entendis un bruit tout proche de moi, un raclement semblable à celui d'un objet lourd qui serait trainé, puis des talons claquèrent violemment. Qui que ce soit, la personne était décidée, mais ça m'importait peu tant qu'elle ne s'approchait pas de moi. Je voulais être seule. Vu l'endroit où je me trouvais, je pensais que ça sauterait aux yeux... Mais visiblement, non.

« Salut ! Toi aussi t'es une sans amie ? »

Je grognais un coup, intérieurement. La voix, de toute évidence féminine, était plutôt agressive pour mon audition délicate. Je relevais la tête vers mon interlocutrice, prête à foudroyer du regard cette innocente malvenue. Un "qu'est-ce que ça peut te foutre me tentait bien, mais ça n'avait rien de poli. Ah, le politiquement correcte...

« Si on veut. Je suis nouvelle, je connais juste personne. »

C'était probablement un peu désagréable... Comme son expression en fait. La jeune femme, immense, arborait une mine chaleureuse et souriante, pourtant quelque chose dans ses traits disaient tout le contraire. Je fronçais les sourcils devant la contradiction, certaine qu'on attendait de moi que je fasse quelque chose, et ça ne me plaisait pas. Je détestais ça. Elle avait un beau visage, fin et régulier, presque trop parfait pour être naturel, encadré par une tignasse à la couleur rose réunit en tresse de chaque côté. Ses lèvres couvertes de gloss roses s'étirèrent, dévoilant des dents à l'image de sa tête. Je me laissai aller un peu plus contre le mur. Ca ne sentait pas bon tout ça. Cette brève observation ne me dévoilait rien sur elle, à part qu'elle était surement de bonne famille vu le manteau en fourrure qu'elle avait sur les épaules. Comparée à elle, avec mon petit perfecto en cuir noir par dessus un débardeur assorti, mon jean sur-troué, ma besace décorée de capsules et mes bottes turquoises, je paraissais plutôt minable.

« Alors, si tu me disais en quoi je peux t'aider ? »

Au moins, maintenant, la belle inconnue savait à qui elle avait affaire. Je n'étais pas dupe, du moins pas totalement. Je voulais en finir au plus vite, et je n'aimais pas tourner autour du pot de toutes façons.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Holopainen
Emma Holopainen
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Emma Holopainen, Mar 11 Oct - 20:54


Cette personne avait tout d'une jeune femme. Ou plutôt d'une jeune fille. Elle paraissait plutôt petite et mince. La tête baissée, Emma ne voyait pas grand chose d'elle. Une masse de cheveux bleus, un mélange de turquoise et de plein d'autres couleurs, frappa son regard. C'était un choix plutôt surprenant, et atypique. Cela exacerba une première fois sa curiosité. Elle avait un blouson de cuir noir, un simple débardeur par dessous et un jean couvert de trous... Rien de bien exceptionnel. Il y avait aussi ses bottes, assorties à sa crinière. La finlandaise ne pouvait pas dire que c'était de mauvais goût, même si ça ne lui plaisait pas. Ca n'était pas une tenue assez raffinée pour l'héritière des Holopainen.

La jeune fille releva son visage. Ses yeux bleus la foudroyèrent sur place. Emma en perdit d'ailleurs un peu son sourire. Son visage, plutôt joli et agréable, se parait de plusieurs piercings. Elle n'aimait pas vraiment ça. Du moins s'ils étaient ailleurs que sur les oreilles et le nombril. La finlandaise n'eut pas à atteindre la réponse plus longtemps. Sa voix fusa, à la fois douce et froide.

- Si on veut. Je suis nouvelle, je connais personne.

Emma la regarda froncer les sourcils alors qu'elle même perdait légèrement son sourire factice. Soit elle venait d'être percée à jour, ce qui était impossible, soit l'inconnue n'aimait pas ce qu'elle voyait... Ce qui était tout aussi impossible. La belle aux cheveux roses plaisaient toujours, peu importe le sexe. Elle ne tolérait pas qu'il en soit autrement. La jeune femme se reprit pourtant bien vite.

- Alors, si tu me disais en quoi je peux t'aider ?

La finlandaise fronça les sourcils. Avait-elle rêvé ? Au moins l'inconnue avait le mérite d'être franche. Même trop, et c'était dérangeant. Il n'y avait pas que ça d'ailleurs. Emma n'aimait pas qu'on lui résiste, même si ça rendait le jeu d'autant plus intéressant. Oui mais là c'était différent. Elle avait la sensation que ça ne serait pas simple. Que cette fille ne se laisserait pas manipuler comme ça. C'était souvent le revers de la solitude. Pourtant elle n'avait pas l'impression d'avoir choisie la mauvaise proie. Les gens tellement porté sur la défensive avaient souvent des choses à cacher. Il n'en fallait pas plus pour émoustiller d'avantage son intérêt et sa curiosité. Le jeu allait reprendre de plus bel.

- Tu es directe... Je m'appelle Emma. Emma Holopainen. Je suis nouvelle, tout comme toi. Je viens de Durmstrang.

Vu les répliques précédentes, la jeune femme espérait avoir employé les bons mots. Elle était un peu blessé par les réponses cinglantes de sa victime, et avait peur pour la suite. Il allait falloir qu'elle s'arrange pour ne lui laisser aucune ouverture.

- Et toi, peux-tu me dire qui tu es ?

Emma avait essayé d'être la plus douce et tendre possible. Elle avait même reprit son sourire un peu espiègle. Enfin, mal à l'aise, elle désigna un endroit de sa main, à côté de la fille.
Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
Elanha Luernios
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Elanha Luernios, Mer 12 Oct - 8:38


Je l'avais vu changer d'expression, perdant son éclatant sourire puis reprenant son assurance.

« Tu es directe... Je m'appelle Emma. Emma Holopainen. Je suis nouvelle, tout comme toi. Je viens de Durmstrang. »

J'étais probablement un peu trop directe, ce qu'on me reprochait souvent. Presque aussi souvent que ma trop grande franchise. Calmement, j'évaluais la situation, seul le bruit du cliquetis de ma dentition contre le métal de mon piercing interrompant le silence entre nous. J'étais peut-être, surement, trop méfiante avec cette fille. Non, à la réflexion, on n'était jamais trop méfiant. L'humain était naturellement manipulateur et calculateur, surtout lorsqu'il évoluait dans les hautes sphères de la société, ce qui semblait être le cas de la prénommée Emma. Le fait qu'elle vienne de Durmstrang en disait long ; j'y avais été refusée deux ans auparavant, ni fortunée, ni sang-pure quoi que ça n'ait rien d'une certitude, j'avais du aller aux États-Unis, une bien mauvaise expérience selon moi. En bref, elle attendait surement quelque chose de moi, comme tous les autres l'avaient fait avant elle. Mais ça n'était pas une raison, pour moi, d'être impolie.

« Et toi, peux-tu me dire qui tu es ? »

Sa voix s'était faite plus douce, geste que j'appréciais. A haute dose, l'écoute de son organe vocal devait pouvoir provoquer une certaine surdité, ainsi que des migraines. L'espace de quelques instants, je me perdis dans l'améthyste de ses yeux. Ils dégageaient un petit quelque de touchant, un éclat de sensibilité ou de fragilité qui était loin de ressortir de l'apparence de la belle. D'une de ses mains aussi longue que le reste de son corps, elle désigna le sol à ma droite. Me pinçant les lèvres, je hochai la tête, acceptant ainsi la compagnie de cette inconnue... Si elle n'avait pas peur de se salir.

« Je m'appelle Ela. »

Il n'y avait rien à dire de plus. Je ne pouvais pas dire que j'étais enchantée, je ne savais pas encore si c'était le cas. Je n'étais pas non plus désolée d'être directe, ni de l'avoir éventuellement blessée. Je ne ressentais rien que de l'ennuie, et une légère curiosité que j'essayais de refouler. Ces choses ne me regardaient pas vraiment en fin de compte. Je resserrais mes jambes contre moi, mes bras passés autour de mes genoux, et m’apprêtait à attendre que le temps passe, enfermée dans mon mutisme et ma froide indifférence. C'était ma carapace, mon armure de protection, et elle risquait de m'être plus utile que jamais. Je n'avais toujours pas pris ma décision, mais l'arrivée de cette fille ne me donnait plus envie de réfléchir. A vrai dire, je me demandais toujours pourquoi elle était venue vers moi...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Holopainen
Emma Holopainen
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Emma Holopainen, Mer 12 Oct - 14:33


La jeune fille hocha de la tête et Emma s'assit à côté d'elle. Tant pi pour son manteau blanc. Il y aurait bien un elfe ou deux à Poudlard pour le lui laver. Enfin elle lui répondit s'appeler Ela. Ca ressemblait à son propre prénom. Elle l'examina du coin de l’œil. Il ne s'en dégageait rien de plus qu'une certaine méfiance, et de la froideur. Qu'est-ce qui avait pu la rendre aussi méfiante ? Des mauvaises expériences, assurément, mais de quel genre ? Avec qui ? Tout un tas de questions se bouscula dans sa tête. La finlandaise devrait y trouver une réponse un jour.

Pour le moment, il fallait qu'elle en apprenne un peu plus sur sa charmante camarade. La harceler de question suffirait-il à la faire parler ? Devait-elle essayer d'être un peu plus naturel ? Emma soupira. Elle n'aimait pas se poser autant de questions. D'habitude, c'était plutôt instinctif, mais elle avait la sensation que cette fois ça ne suffirait pas. Elle passa une main dans ses cheveux, puis posa son coude sur son genoux.

- C'est ton prénom complet ? Tu dois avoir un nom de famille aussi ! Et de quelle école viens-tu ?

Elle s'efforça de parler d'une voix aussi neutre que possible, peut-être juste un peu trop enjouée. Il ne fallait pas que sa curiosité paraisse mal placée. Non, les choses devaient se passer comme si elles faisaient simplement connaissances. Emma tourna son visage vers elle pour mieux la regarder, et lui adressa un petit sourire.

- Je parie que ta couleur préférée c'est le bleu !

La remarque n'était pas très fine. Sa blague frôlait même les pâquerettes. Elle dévoilait clairement son humour douteux. La jeune femme avait le rire facile. Cet aspect là était authentique, pas un simple artifice. Bref, elle finit par exploser d'un rire sonore. De l'autre côté de la gare, des regards se tournèrent vers elles deux.

- Oups, chuchota-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
Elanha Luernios
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Elanha Luernios, Mer 12 Oct - 15:22


Décidément, elle ne me laissait pas réfléchir celle-là. J'avais déjà oublié son prénom d'ailleurs... Une perte de mémoire à cette vitesse, ça frôlait l'exploit. Enfin bon, la fille s'était assise, avait remué, et j'avais à peine pu savourer un silence de quelques trop courtes secondes qu'elle reprenait déjà.

« C'est ton prénom complet ? Tu dois avoir un nom de famille aussi ! Et de quelle école viens-tu ? »

Quelle tirade... Une vraie prouesse. Joyeuse en plus. Dans le fond, en quoi ça pouvait bien l'intéresser tout ça ? Je tournais mon visage vers elle. Elle regardait quelque part devant elle, comme pensive. Pouvais-je vraiment croire que c'était simplement une prise de contact des plus ordinaires ? Ou cachait-elle quelque chose comme j'en avais l'intuition. Jusqu'à présent mon instinct ne s'était que trop rarement trompé. Enfin, ce que cette fille me demandait n'avait rien de confidentiel, je ne voyais pas de raison de lui cacher ses informations.

« C'est Elanha Luernios... Mon prénom complet. Mais je préfère qu'on m'appelle juste Ela. J'ai été dans plusieurs écoles... En France, et aux Etats-Unis. »

Ce n'était pas particulièrement difficile de lui parler... Surement à cause de ce mauvais ressentit qui me préoccupait. Voilà qui devait être suffisant en terme de réponse. Il n'était pas très utile que je lui parle du refus de Durmstrang. Ni de pourquoi je préférais Ela à Elanha. Et puis je n'avais pas envie de savoir grand chose d'elle, c'était une connaissance qui finirait bien vite au placard ! Elle tourna son visage vers moi, et nous nous retrouvâmes yeux dans les yeux. La situation devenait gênante, et je sentis mes joues s'empourprer. Est-ce que le sourire qu'elle m'adressait à présent était en réaction à mon embarra ? Ou était-ce simplement de la sympathie ? Ou bien encore autre chose ?

« Je parie que ta couleur préférée c'est le bleu !

- Je parie que la tienne c'est le rose, répliquais-je du tac au tac. »

Ma suspicion vola en éclat. Je retins un sourire à sa plaisanterie ; bien que petite, c'était le genre d'humour que j’appréciai, et auquel j'étais incapable de résister. Elle me parut essayer également, à moins que ça ne soit moins imagination, avant d'exploser de rire. Ce dernier était d'ailleurs contagieux, et malgré moi je rejoignais son hilarité. Pour l'une comme pour l'autre, se fut un cuisant échec. Et à l'autre bout de la gare on se retournait et nous observait. J'essayais de reprendre contenance, gênée, mais les hoquets de rire reprenaient de plus belle. Mes yeux pleuraient à grosses larmes. J'avais de la chance si mon maquillage ne coulait pas.

Je l'entendis chuchoter quelques choses, mais les paroles ne parvinrent pas jusqu'à mes oreilles. Je voulais lui demander de répéter, mais dans le fou rire, se fut tout autre chose qui sortit de mes lèvres.

« Articause quand tu c... Cause quand tu articules. Non, articule quand tu causes ! »

Et je me mis de nouveau à rire, plus fort encore. Tant pis pour les regards qu'on nous adressais, je n'étais plus en état de m'en inquiéter. J'étais partie dans une de ses phases ou, lunatique, je passais d'un extrême à l'autre, de réservée à extravertie, de sérieuse à puérile. Mon impassibilité en prenait un coup, et la froide-moi aurait du mal à être crédible par la suite. J'en oubliais même toutes mes interrogations, mes doutes, et ma méfiance, essuyant seulement mes yeux inondés par la joie liquide. Je le regretterais probablement plus tard, mais il fallait savoir savourer les petits moments de plaisir, et contre toute attente, c'en était un. Je soupirai un coup avant d'étirer mes jambes devant moi. Je devais admettre que cela faisait du bien, de temps en temps. Ca décompressait, comme si la soupape de la cocotte-minute-Ela sautait. Je souris à cette idée puis adressai un nouveau regard à la fille aux cheveux roses. L'espace de quelques micro-seconde, vraiment micro, je m'autorisai à glorifier sa présence à ma droite.

:
 
Revenir en haut Aller en bas
Emma Holopainen
Emma Holopainen
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Emma Holopainen, Mer 12 Oct - 20:51


Elanha, alors c'était ainsi qu'elle s'appelait. Son nom de famille était totalement inconnu à la finlandaise. Elle ne devait pas venir d'une grande famille. Ca ne faisait rien, elle n'était pas exigeante sur les origines de ses jouets. Mais elle avait un avantage sur Emma. Elle avait été aux Etats-Unis. La jeune femme à la crinière rose n'avait jamais été plus loin que la Russie d'un côté, et les îles britannique de l'autre. Du reste, son acolyte aux cheveux bleus semblait assez... Exaspérée. Par un pur hasard, leurs regards se croisèrent. Par le même coup du destin, la première se retrouva à sourire tandis que la seconde voyait ses joues prendre une teinte rouge vif.

- Je parie que la tienne c'est le rose.

La répartie de la jeune femme faisait toujours échos dans sa tête, alors qu'elle riait encore si fort. Ela l'avait finalement rejoint dans son hilarité. On lui avait toujours dit que son rire était contagieux, elle en avait une fois de plus la preuve. Et apparemment, elle ne comprit pas ce que la finlandaise avait dit.

- Articause quand tu c... Cause quand tu articules. Non, articule quand tu causes !

Il n'en fallut pas plus pour que toutes deux repartent à rire, à l'unisson. Emma était plutôt satisfaite, même si elle était trop occupée à se tenir les côtes. La française lui plaisait. Non seulement elle avait de la répartie, mais en plus elle savait faire preuve d'une certaine folie incontrôlable. Là, ainsi, elle ressemblait à une tout autre personne. Les jambes tendues devant elle, le visage inondé de larmes de trop rire, elle n'était plus la même. La jeune femme la vit sourire, puis tourner les yeux vers elle. Son regard semblait également changé. Moins accusateur peut-être. Plus joyeux, c'était certain.

- Toi alors, gloussa-t-elle péniblement en rejetant la tête en arrière, je t'aime bien. Vraiment bien.

Et Emma devait avouer que ce n'était pas vraiment un mensonge. Plutôt une demi-vérité. De toute façon, il était trop tôt pour voir plus loin que la relation de maître - jouet. Elle essaya de reprendre son sérieux, chose relativement difficile. Elle avait encore tout un interrogatoire à mener. Si elle n'arrivait pas à faire convenablement connaissance avec Ela, cette dernière ne lui ferait jamais assez confiance. Pour rentrer dans le jeu, il fallait soit en avoir conscience, soit avoir confiance.

- Dis moi tout, pourquoi tu viens à Poudlard ? Pourquoi maintenant ? Quel âge as-tu ?

Il y avait encore tant de questions à poser... Mais Emma devait prendre son mal en patience. Et puis elle n'était pas pressée.
Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
Elanha Luernios
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Elanha Luernios, Jeu 13 Oct - 13:28


« Toi alors, je t'aime bien. Vraiment bien. »

Elle riait toujours, pour ma part j'étais un peu calmée. Je ne l'aimais pas vraiment, et je doutais de la sincérité de ses paroles. Ma méfiance revint aussitôt, bien qu'étant toujours anormalement enjouée, et s'accentua lorsqu'elle me posa une nouvelle série de question. Allait-elle en venir au but un jour ?

« C'est un interrogatoire ou quoi, demandais-je en basculant ma tête en arrière. J'ai seize ans, et je viens à Poudlard maintenant parce que j'ai été renvoyée de mes autres écoles. »

Je soufflai un grand coup. J'avais un soudain sentiment d’oppression, et toutes mes interrogations revinrent à la charge de mon cerveau. Pourquoi ils m'envoyaient à Poudlard ? N'était-il pas simplement possible que je poursuive ma vie en dehors des murs d'une école de magie ? La sorcellerie était cool, certes, mais je n'avais rien demandé moi... Un simple lycée moldu n'aurait pas suffit ? C'en était trop, j'allais exploser.

« Pourquoi tu me poses toutes ces questions ? Que me veux-tu à la fin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Emma Holopainen
Emma Holopainen
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Emma Holopainen, Jeu 13 Oct - 17:23


Ela se calma un peu trop vite, même si pas tout à fait, pour que ça soit bon signe.

- C'est un interrogatoire ou quoi ? J'ai seize ans, et je viens à Poudlard maintenant parce que j'ai été renvoyée de mes autres écoles.

Emma fronça les sourcils. Elle était un peu vexée. Ne se séparant pas de son sourire, elle essaya tout de même de répondre sans transmettre la moindre émotion.

- C'est pas un interrogatoire du tout, je veux juste faire connaissance ! C'est ce que tout le monde fait, non ? Si ça peut te rassurer, je répondrais aussi à chaque question que je te pose. J'ai dix-sept ans, et je viens à Poudlard à cause d'un caprice... De mon père, parce que je n'étudiais pas assez à Durmstrang. Voilà !

Là encore, elle disait à moitié vrai. Une part d'elle voulait vraiment la connaitre. La française souffla un grand coup. Elle semblait contrariée, un peu sur la défensive peut-être. Lassée sans aucun doute... Avait-elle été trop loin avec toutes ses questions ? Pourtant elle en avait posé assez peu encore.

- Pourquoi tu me poses toutes ces questions ? Que me veux-tu à la fin ?

Emma la regarda interloquée. Elle avait le sentiment d'être rejetée, et n'aimait pas ça du tout. Ca la contrariait vraiment, à son tour. Même si d'un autre côté, cela relançait d'autant plus le jeu et le rendait bien plus intéressant.

- Je te l'ai dis, je veux faire connaissance... Et m'amuser un peu avec toi.

Cela pouvait être interprété de deux façons. De quelle manière Ela allait-elle prendre ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
Elanha Luernios
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Elanha Luernios, Ven 14 Oct - 12:47


Peu importe ce qu'elle disait, j'étais trop suspicieuse pour arriver à la croire immédiatement. Et puis elle paraissait si fermée, pour quelqu'un qui parlait avec autant de facilité, que c'était d'autant plus difficile de la croire. Mes dernières questions avaient sembler la déstabiliser. Ce n'était visiblement pas ce à quoi elle s'attendait.

«  Je te l'ai dis, je veux faire connaissance... Et m'amuser un peu avec toi. »

Faire connaissance... C'était une drôle de manière de procéder. Enfin c'était peut-être seulement l'impression que ça me laissait, à moi qui n'était pas douée pour ces choses là. Et puis que voulais dire "s'amuser" pour elle ? Je soupirais. Une personne normale aurait sans doute penser que ça signifiait juste passer du bon temps... Mais pour moi et mes mauvaises expériences passées, ça avait la même consonance que "m'amuser à tes dépends". Je soupirais à nouveau.

« Bien... Alors faisons connaissance. Mais pas tout, tout de suite. Et si tu veux t'amuser avec moi et ben... Tu peux toujours essayer. Maintenant, ça va être l'heure d'y aller.

Je lui montrais le train de mon pouce, avant de me lever. Je m'étirai un coup, faisant craquer avec un douloureux plaisir toute la longueur de ma colonne vertébrale, puis m'avançai vers notre moyen de locomotion. Je n'attendis par de voir si elle me suivait où non avant de m'infiltrer dans un wagon. De toutes façons, on se reverrait bien à un moment ou à un autre, surtout si elle voulait jouer. Néanmoins j'avais un peu peur de regretter ma décision. Que ça soit celle de continuer à lui parler et faire connaissance avec elle, ou celle de monter dans cet engin infernal.



Fin du RP pour moi,
Mici encore ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Leiv Krigersen
Leiv Krigersen
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Leiv Krigersen, Mar 29 Nov - 14:13


RP avec Callyneuse
suite à cette lettre


La gare de Londres. Un lieu qui avait été synonyme de promesse, d'attente et d'espoir. Serait-ce une nouvelle fois le cas ? Ou allait-elle à la rencontre de déception et souffrance ? Certainement un mélange des deux. Elle avait vu le monde en noir et blanc avant de comprendre qu'il était fait de bien des nuances. D'un seul coup de pinceau on pouvait en changer la couleur. Elle avait choisi de modifier la sienne et par la même occasion elle comptait bien en éclabousser les autres. Il était temps qu'elle choisisse ses couleurs et commence à se battre pour les répandre. A chaque foulée elle laissait son empreinte. Une traînée de couleur sur une toile blanche pour qu'un nouveau tableau prenne vie. Au fond elle ne demandait qu'une chance de faire ses preuves.

Evelyne patientait au niveau du mur 9 ¾ là où tout commencerait, peut-être. Elle avait rabattu sa capuche sur sa tête, dissimulant son visage aux regards trop curieux. La lettre n'existait plus et pourtant elle ne cessait de l'obséder. Les mots tournaient en boucle dans sa tête. Malgré toutes ses convictions il y avait des risques. En venant à la rencontre de Cally c'était la mort qu'elle rencontrait à nouveau. S'apprêtait-elle à lui offrir sa famille ? Était-elle seulement capable d'un tel sacrifice ? Ses poings ne cessaient de se fermer et s'ouvrir. La patience n'avait jamais fait parti de ses qualités et cette attente ne cessait d'augmenter ses craintes et incertitudes. Aurait-il mieux valu qu'elle ne vienne pas ? Non. Les ténèbres la terrifiaient autant qu'ils la fascinaient. Et cette fascination la faisait encore plus tremblait que les ténèbres elles-même. Cette attirance pour la noirceur elle la combattait sans cesse, se jetant à corps perdu vers ce qui ressemblait le plus à la lumière. Elle ne sacrifierait pas sa famille, juste elle-même. Elle devait se débarrasser une fois pour toute de cette part d'elle-même. Elle était née dans les ténèbres mais elle vivrait dans la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Sur les quais  Empty
Re: Sur les quais

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 Sur les quais

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.