AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 5 sur 7
Au Coeur de Highgate Wood
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard

Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elhiya Ellis, Ven 19 Jan - 21:02




Poussière d'argent



Pv Peter
LA offert à ce dernier pour tout le rp

La brume argentée avait fini par s'évaporer, comme à chaque fois. Au moins il y'avait eu un petit mieux cette fois-ci (enfin, il me semblait). Il faudrait que je tache de pendre d'autres points de focus, d'autres souvenirs pour recommencer. Ce n'était pas une découverte en soit, juste une confirmation. Il faudrait retenter. Mais pas de suite, ce genre d'exercice avait tendance à me dépiter, ou à éveiller quelques plaie non cicatrisées sans compter que la répétition était gourmande en magie.

Les quelques mots de Peter me confirmaient que réitérer de suite était vain et inutile.q Acquiessant d'un signe de tête, je rangeais ma baguette et lui adressais un léger sourire en coin désolé. Voir ses tentatives d'aides réduites à un échec ne devait pas l'enchanter grandement, pourtant c'est d'un geste de compassion qu'il me gratifiait. Surprise, j'avais détourné le regard et marmoné un simple "Merci" bien plus de circonstance que des excuses. Pourtant, la désagréable impression de lui avoir fait perdre son temps -une nouvelle fois- persistait.

Silencieuse, mon sac à nouveau à l'épaule, un soupir m'echappait. Plus que la déception, l'agacement avait repris le dessus. Ce n'etait pas la première fois que je m'atelais à l'exercice, et les progrès était toujours infime. Peut être que je n'étais tout simplement pas capable de matérialiser mon patronus, je ne serais pas la première à qui ça arrivait quand même.. Ca restait rageant.


Perdue dans mes pensées, suivant l'ombre de mon enseignant pour vers où trainer mes pieds, un sursaut m'etregnit quand sa voix resonna dans le silence nocturne. Les yeux plantés sur Peter, sa question avait mis quelques secondes à toucher mon esprit.. Me ramener. Il voulait me raccompagner, s'inquiétant sûrement de mes forces amenuisées. Maintenant, en plus de lui avoir gâché un bout de sa soirée, voilà que je le forcais à s'occuper de moi... de mieux en mieux.. surtout qu'à bien regarder, je n'étais pas vraiment en état de transplaner en tout sécurité...

Gênée, et les joues parées d'une légère teinte rosée, je me voyais dans l'obligation de ne pouvoir refuser. "Je... je veux bien. Je ne pense pas pouvoir transplaner de moi-même de suite.. désolée d'abuser autant ton temps et de ta bienveillance ainsi, mais tu veux bien me ramener au château?" En même temps, je me voyais mal lui dire de me déposer chez mes parents, chez mon cousin ou même chez ma meilleure amie... du coup, pas vraiment d'autres possibilités. Relevant le nez sur lui, un nouveau sourire prenait place sur mes lèvres, bien plus doux que mes simples esquisses lors de mes essais ratés. Pour un prof, il était vachement attentionné quand même. C'etait agréable de se sentir encouragé.  "En tout cas.. merci. Même si j'ai pas réussi. P'être qu'une prochaine fois ce sera mieux" Ca j'en doutais fortement, néanmoins, la reconnaissance, elle, était sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
Peter McKinnon
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Peter McKinnon, Mer 24 Jan - 17:07


Occupé à souffler sur ses longs doigts fins pour les réchauffer, Peter songea que toutes les bonnes choses avaient une fin. Après tout, ils n'avaient pas passé une mauvaise soirée. Certes, cela n'avait pas été aussi concluant qu'espéré mais ils s'étaient tout de même posé pas mal d'interrogations sur le bonheur et il y avait franchement pire comme sujet de conversation, surtout si on alliait celle-ci à l'exercice de la magie. Enfin, là il était franchement temps de rentrer. Apparemment, la sorcière ne souhaitait pas rentrer chez ses parents. Si il conjuguait cela au fait qu'elle ne semblait pas avoir de souvenirs franchement heureux de sa plus tendre enfance, Peter se demanda tout de même si tout allait bien chez elle.

Mais il était trop tard et elle était bien trop fatiguée pour qu'il pense à lui poser la question ou à l'emmener sur ce sujet. Il se contenta d'acquiescer silencieusement une fois qu'elle lui eut demandé de la ramener au Château. Poudlard c'était toujours une très belle destination. Et, au moins là-bas chacun avait toujours une place. L'espace d'un instant, le sorcier se mit à rêver des lieux bien chauds et moelleux des dortoirs de Serpentard. Après un froid pareil c'était ce qu'il connaissait de mieux ! Enfin, là il avait ses appartement de professeur, c'était tout aussi confortable.

- En tout cas.. merci. Même si j'ai pas réussi. P'être qu'une prochaine fois ce sera mieux

Peter rejoignit Elhiya et lui fit un grand sourire. Elle avait encore tout son temps pour s'entrainer et finir par sortir un patronus corporel. Après, c'était vrai que cela devait être perturbant de ne pas savoir qu'elle forme celui-ci allait emprunter, mais c'était une forme d'innocence aussi. Le professeur se laissa aller à une petite tape amicale sur l'épaule de la sorcière, elle avait donner tout ce qu'elle avait ce soir-là et elle avait aussi dû se remémorer certaines choses plutôt tristes. Ensuite, Peter attrapa le bras de la sorcière et se mit à visualiser la frontière entre Pré-au-Lard et le domaine de Poudlard.

- C'est rien ! Allez, rentrons chez nous !

Il ferma ensuite les yeux, visualisant de plus en plus l'endroit où il voulait les emmener. Et puis tous deux disparurent dans un CRAC sonore, laissant définitivement derrière-eux, dans le parc londonien, la leçon de patronus.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Mer 21 Mar - 18:54





Les Cris de la Colère
With Elly


L'incompréhension, l'angoisse, le doute, tels étaient ces états qui te gouvernaient depuis plusieurs semaines déjà. Chemin paradoxal que d'être toujours autant attaché à l'être aimé, mais de le savoir si distante. Il n'y a de plus grand ravage que les plaies posées par le cœur. Et tu ne goûtais que depuis trop longtemps cette amertume empoisonnée.

C'était ainsi. Tu ne comptais plus les nuits d'insomnies depuis qu'elle s'était réveillée avec toi en inconnu de ses jours. Tu ne comptais plus les larmes versées sur l'autel de son absence, dans ces longues heures d'errance. Tu ne comptais plus cette souffrance qui te détruisait au quotidien, dès qu'un petit bout de rien te ramenait à elle qui était bout de Tout.

Comme tu ne comptais plus ce vide, ce manque qui te rongeait à en perdre la tête, à en avoir cédé à des Démons d'antan, tes envies de meurtres et tes colères lycanthropes qui profitaient bien de ton état de faiblesse pour de nouveau rugir au grand jour.

Déjà deux mois que vous viviez ainsi, elle loin de toi, chacun dans une de vos demeure différente, mais plus sous le même toit. Pourtant les contacts existaient, parfois, ravivant ces souvenirs somptueux que vous aviez tant de fois partagés. Mais le fait était, que chaque nuit s'écoulait à l'encre amer de la solitude, et que les tréfonds que tu voyais faisaient de toi un homme instable, dès lors qu'elle n'était plus là pour colorer un peu ton monde de sa lumière.

Tu avais perdu le goût sur tes journées, cet enthousiasme que tu affichais auparavant à Poudlard. Tu errais sur les sentiers sinueux entre l'espoir et la perdition, telles étaient les deux aiguilles qui faisaient tourner ton quotidien, ta belle étant l'horloge qui les actionnait jour après jour.

Et toi, tu vivais suivant ses humeurs, porté à la pâle lueur de cet espoir immortel que de la retrouver tienne, ou sombrant à la noirceur d'un ciel de jais qui emplissait tes yeux à devoir faire couler le sang pour calmer cette rage à l'apparence inextinguible qui circulait dans tes veines.

Les yeux rivés sur ce bracelet de cuir noir à ton poignet, à toucher l'inscription gravée te reliant à elle, tu étais là, dehors, à rester pensif face aux rafales de vents qui chahutaient tes cheveux, et qui donnaient de la voix sous un ciel qui avait été majoritairement peint d'azur dans cette journée.

Tu te dirigeais dans le Londres moldu, te frayant un passage au milieu de ces insecte en étant habillé comme eux. Pas de longue cape non. Un jean sombre, un petit pull de même coloris et un manteau léger par-dessus qui gardait ta baguette chaudement. De quoi te mêler parfaitement dans la foule.

La soirée commençait à poser ses bagages, le soleil s'enfuyant doucement derrière des morceaux de nuages, tandis que l'orient annonçait qu'il ne tarderait pas à revêtir sa laine pourpre. Tu passais devant divers commerces, jetant parfois un œil sur ce qu'ils proposaient sans y être un minimum intéressé. Et ton regard se perdait tantôt sur les enseignes lumineuses qui avaient le don pour faire ressurgir d'autres souvenirs écrits près d'elle.  

Tu avais envoyé une lettre à ta compagne quelques jours plus tôt, une pleine de doute, à la fois douloureuse et criante d'une tendresse glissée entre chaque ligne. Tu lui avais signifié avoir pensé à quelque chose pour évacuer votre colère respective, et tu espérais que ce que tu envisageais lui irait. c'est dans cette optique que tu lui avais donné ce rendez-vous, sans qu'elle ne sache qu'elle était précisément ta pensée.

Même si l'essentiel était que ça serve à quelque chose dans votre rapprochement, et peu importait comment cette soirée finirait au final, dès lors qu'elle veuille bien se plier à ce que tu allais lui proposer de faire.

Une parcelle de forêt enfouie dans la gueule fumante de Londres, c'est là où tu te dirigeais. Highgate Wood de son nom. Tu y étais déjà allé quelque fois, bien qu'en cette soirée, ça serait pour un tout autre but. Sous un sortilège de camouflage informulé, tu pénétrais dans l'enceinte normalement fermée à cette heure. Vous seriez donc certains de n'y croiser aucun promeneur.

Marchant sous le couvert d'arbres gémissants à l'idée de retrouver rapidement leur feuillage, tu foulais ce mélange terreux et herbeux d'un pas lent. Les quelques fragments résidant encore du céruléen dans sa lente chute offraient une bonne visibilité.  

Désormais tu l'attendais. Pas pour un pique nique romantique au milieu des vastes pelouses qui chantaient par endroit. Non, loin de là. Par de charme ni de drague prévus, peut-être dans l'après, si un doit exister. Avant cela, vous deviez vous expliquer...
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Mer 21 Mar - 22:24


Tu ne savais pas trop ce que tu faisais là, comment ton esprit était parvenu à résoudre le dilemme intérieur qui se jouait. Entre ton cœur, qui te poussait à te rendre sur le lieu de rendez-vous, et ta raison, qui elle, te disait de fuir loin de cet homme. Pourtant, tu avais tellement évolué à ses côtés. Tu avais compris l’inefficacité du Ministère face à la mort d’agent, de sœur d’arme. Tu avais compris que rien ne retiendrait ton envie de vengeance, et tu savais qu’il était tout à fait capable de comprendre ce besoin quasi viscéral que de faire justice désormais.

Pourtant, tu le fuyais toujours autant. Quelque chose, dans vos deux passés liés, t’empêchait à nouveau de faire pleinement confiance. Comme si tu craignais qu’à nouveau qu’il décide de tout effacer. Y’avait cette appréhension, ce doute intime, infâme, qui te rognait jour après jour. Parce que tu ne savais pas, ce qu’il avait réellement voulu te faire oublier ce soir-là. Quelque part subsistait au fond de toi une angoisse, qu’il est voulu tout supprimer de vous deux. Tu connaissais son passif, son amour des femmes. Et tu te disais que, peut-être, il avait voulu renouer avec ce passé tumultueux.

Pourtant, tu t’étais rendu au rendez-vous. A l’aide de quelques sortilèges savamment orchestrés tu pénétrais dans le bois, et tu te mis à y chercher Lival rapidement, murmurant parfois quelques « Lival ? » totalement inutile puisque quasiment inaudible. Finalement, tu finis par découvrir une silhouette sombre, dont les contours semblaient baignés par les reflets de la lune « Que me veux-tu ? Pourquoi sommes-nous ici ? ». Elle était étrange cette impression, de tout connaître, de tout savoir sur l’homme face à soi, mais d’avoir la sensation que tout t’échappait tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Mer 21 Mar - 23:12







De longues minutes s'écoulèrent, et tu tournais autour de quelques arbres, attendant que ta belle daigne arriver. Comme souvent, tu étais arrivé en avance de l'heure prévue, car tu aimais bien que tout fonctionne comme tu l'envisageais. même si tu avais appris plusieurs fois à tes dépends qu'avec elle l'imprévisible était souvent de mise. (ce qui n'est pas le cas pour la joueuse Ange )

Les paroles du soleil étaient remplacées petit à petit par des mots d'étoiles. Et s'installait à pas de loup, une lune d'argent silencieuse mais bien sûr pas pleine, auquel cas tu ne serais pas sortie. Baguette en main, tu voyais déjà passer des bribes de sortilèges de toutes les couleurs formant un feu d'artifice au milieu du bois endormi, couvé par les lumineuses installées au-dessus comme des photographes prêts à immortaliser la scène.

Enfin, cela restait ta théorie, car vos dernières entrevues t'avaient toutes laissé un goût extrêmement fade en bouche, telle la rouille du sang qui avait rompu tes champs du possible. Tes projets d'espoir semblaient battre de l'aile, et tu évitais de te faire trop de projections sur cette soirée, de peur qu'elle fasse demi tour si tôt aurait-elle su ton idée du soir.

Et s'il y avait bien une chose que tu voulais éviter à tout prix, c'était bien un nouveau départ sanglant de sa part, où elle te crucifierait avec ses mots savamment choisis comme si elle te plaçait elle même sur la potence et actionnait la lame pour te trancher la tête. Bien que pour le coup, cela s'apparenterait davantage à des épées te transperçant le cœur de part en part.

C'est là que sa voix froide résonna dans l'atmosphère, et tu te retournais pour lui faire face. Niveau amabilité on repassera, visiblement elle avait perdu ses bonnes manières ou les avait laissées à l'appartement, et c'était le genre de ton qu'elle employait qui t'énervait particulièrement bien. L'impression d'être un étranger, quelqu'un qu'elle ne voulait plus voir et qu'elle aurait mille fois préféré être ailleurs. Tu choisis le sarcasme en réponse à sa rivière d'indifférence.

« Moi aussi je suis ravi de te voir... »

Tu t'efforçais de ne pas lancer une pique bien plus grande encore. L'heure n'était pas à la dispute, du moins tu voulais tout sauf cela. Surtout que les étoiles debout au premier rang risquaient de tirer la tronche si elles apprenaient que la pièce était annulée à la dernière minute.

« J'ai beaucoup réfléchi... » Tu ne faisais que ça en vérité, mais tu ne voulais pas soulever des questions pouvant amener dans leurs bagages une nouvelle dose de souffrance à t'injecter directement dans les veines.

« Toute cette colère que tu as... Qui nous ronge...Qui nous éloigne... Ces silences entre nous où avant il n'y en avait pas... Je te propose de les détruire, ici, ce soir... Je te propose de m'attaquer... De me balancer tous les sortilèges que tu veux pour faire sortir cette rage que tu as... Fais moi souffrir si tu le souhaites et je n'essaierai pas de résister... »

Tu te taisais quelques secondes, la fixant intensément tout en t'approchant d'elle pour qu'elle comprenne que ce n'était pas un jeu ou une blague, mais que tu étais bel et bien déterminé. Tu reprenais en t'arrêtant à quelques centimètres de son visage d'ange.

« J'en ai marre... Marre de souffrir jour après jour, encore et encore... Alors autant souffrir en une seule fois...  Si tu préfères, on se livre un duel au sang de notre colère... Parce que cet éloignement n'est ni bon pour toi ni pour moi... Ni pour nous... Et je suis persuadé que tu le sais aussi au fond de toi... Alors fais moi ce que tu veux si tu veux me voir souffrir, ou combat moi si tu préfères... Et brisons une fois pour toute cette glace... »

Pas l'ombre d'un sourire sur ton visage. Dans le ciel déguerpissaient les nuages.

« Car j'en ai ma claque de me perdre jour après jour dans des abysses... De souffrir de cette idée que peut-être plus rien ne sera comme avant parce que tu m'en veux encore et encore... Et de voir dans tes yeux toute cette indifférence comme si es prête à me rayer de ta vie... »

Fini de jouer, à toi de reprendre la main pour tenter de sauver, Vous. *Alors, dis-moi Chérie, es-tu prête à perdre la main et à repartir à zéro ? Ou me faire souffrir est trop plaisant pour toi et tu veux me conduire désespérément à la mort ?*
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Mer 21 Mar - 23:51


La phrase est assassine, joliment envoyé. Tu sens dans ses propos la rage et le doute qui l’habite. Et tu ne peux pourtant pas le rassurer, le rattraper. Tu l’écoute, tranquillement, et tu l’observes qui, doucement se rapproche. Au fond de toi, quelque chose d’irrésistible chez lui t’attire, c’est viscéral. Tu fermes les yeux, tentant de reprendre un quelconque contrôle de tes sens.

Lui aussi, il en marre de souffrir. Mais tu ne comprends pas où il veut en venir : serait-il possible qu’il souhaite tout abandonner ? Qu’il ne cherche plus à te conquérir, mais plutôt qu’il laisse votre histoire mourir sur l’autel de vos souffrances respectives ? Un frisson te glace l’échine alors que tu restes là, interdite.

Finalement, il t’indique qu’il souhaite que vous vous affrontiez en duel. Tu recules d’un pas « Qu’attends-tu de moi Lival ? ». La rage est sous-jacente, se mêlant avec les quelques sentiments que tu ressentais sur l’instant. Te demandant seulement si tu étais capable de lui faire consciemment du mal. « Souhaites-tu que je te tue ? » Interrogation à voix haute, devant la demande improbable qu’il te fait. « Souhaites-tu que nous mourrions tous les deux désormais ? ».

Nouveau pas de recul, contemplant sa silhouette, délicatement caressée par les halos de lune. Tu ne sais pas ce qu’il attend de toi, tu ne sais pas s’il souhaite que vous vous battiez jusqu’à la mort. Alors tu restes là, interdite. Et puis, comme une illumination, tu te décides. « Adieu Lival ». Les mots sont forts, à la hauteur de ton incompréhension. « Au moins, tu pourras retourner à tes conquêtes ». Une hargne et une jalousie venues de nulle part alors que tu lui tournes le dos, comme prenant soudainement conscience de tout ce que cela impliquait.

Et ce sentiment, qui ne te quitte pas, que tout s’éparpille dans ta vie, que plus rien n’a de sens. Que la confiance que tu avais mis dans les mains d’un seul homme, que tout ça, ce n’était rien que du vent. Que tout était fragile, cassable si facilement. Et toujours résidait cette ultime interrogation : et s’il avait réellement voulu tout supprimer de ton esprit ? Un nouveau frisson te parcourt alors que tes pas te portent à distance de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Jeu 22 Mar - 11:43







La mettre au pied du mur, lui faire comprendre l'étendue de ta détresse. Déclencher un nouvel électrochoc pour qu'elle comprenne, que si tu étais prêt à mourir pour elle, que tu en souffrais également à un point qu'elle n'imaginait probablement pas.

Et si oui, tu étais prêt à traverser le monde pour aller la chercher, à combattre des armées d'inféris, à tuer jusqu'à la moindre personne qui s'approcherait d'elle, elle devait savoir. Et elle devait te pardonner. Diminuer cette haine qui rongeait autant ses veines qu'elle ne mettait tes nuits en lambeaux de peines.

Tu la vois, faire un mouvement de recul sous l'assaut de tes mots, interdite dans sa réaction. Elle te demande ce que tu attends, avant de poser la question à savoir si tu souhaitais qu'elle te tue. Que vous vous tuiez tous les deux.

« Je meure à petit feu dès que tu es loin... Mourir pour toi ? J'en suis capable... Mais que tu me tues... A la vie à la mort sur notre route... »

Murmures perdus, alors qu'elle recule encore un peu plus, comme si elle ne comprenait pas ce que tu attendais réellement avec ce duel que tu lui proposais, avec cette rage que tu voulais qu'elle abatte sur toi.

Mais elle te jette à la gueule un Adieu qui résonne amèrement, déchirant le ciel, et la lune retient un instant sa respiration, surprise devant la violence du mot. Les étoiles sont étonnées, et regardent elle aussi la beauté d'ange qui te tourne le dos en laissant une phrase qui termine de te lacérer le cœur. Murmure lâché.

« Mes conquêtes... »

Tu crispes ta mâchoire, avalant une boule de rage alors qu'elle semble te fuir. Voulait-elle là, à cet instant, te sortir définitivement de sa vie ? Faire de toi un homme banal comme les autres alors que tu avais tout fait jour après jour pour enchanter son monde ? Et elle te jetait plus bas que terre en insinuant que tu te perdrais dans les limbes de ton passé. Alors qu'elle était tellement plus que ça. Hurlement dans la nuit.

« Mes conquêtes sérieusement ? Tu veux vraiment que ça soit fini entre nous ? Ne comprends-tu donc pas tout ce que je dis depuis ces deux derniers mois ? Ne vois-tu donc pas ? Ou refuses-tu seulement de voir ? »

Vague d'incompréhension, poussée par une brise timide qui vient se déposer dans ton cou en un frisson coléreux. Se croyait-elle soudainement comme les autres ? Après tout ce que tu lui avais dit ? Promis ? Sur l'autel de votre complicité. Croyait-elle vraiment que tu pouvais l'abandonner ? Et elle, voulait-elle le faire ?

Ta baguette se lève lentement vers elle, hors de question qu'elle te fuit à nouveau, qu'elle te laisse mourir dans ce bois sous les pleurs d'une lune elle aussi affectée.

« ELLY ?! CROIS-TU QU'UNE SEULE SECONDE... »

Ta phrase meurt sans que tu puisses la finir, pris au dépourvu par une nouvelle secousse dans ta chair qui lacérait tes sens. Et tu la vois qui s'arrête, et tout défile comme si tu étais aux dernières secondes de ta vie, et qu'elle était la dernière image repassant dans tes yeux. Tes mains glissant sur sa peau, vos lèvres qui chahutent à l'élixir de la passion.

« Bombarda ! »

Sortilège lancé contre le sol non loin d'elle, démarrer les hostilités, que votre monde se déchaine, pour mieux retrouver ses chaines. Tu restes à la même place, la mettant en joue. Tic tac (et non pas Tic & Tac), l'horloge tourne. L'heure se fige. Le temps est venu.

Détruire les apparences glacées, devant les souvenirs sucrés. Espérer, enfin vous retrouver, sans l'ombre des colères, à l'ombre des peupliers. Que reviennent, sous les sourires étoilés, au chevet de la lune, vos ressemblances sur le devant de la scène. *Montre-moi ta rage Elly, l'on s'est déjà blessés, l'on s'est déjà perdus, mais là, montre-moi vraiment si tu ne souhaites pas qu'on se retrouve...*

Les secondes ne parlaient plus, dans les arbres nus, frissonnaient un vent semblant venir de nulle part. Figées, les étoiles arrêtèrent de respirer. La lune sa cacha derrière un frêle nuage pour n'observer que d'un œil la suite, de peur que l'ouvrage du Temps s'estompe. Un silence criait de vive voix, alors que la terre maltraitée par ton sort craignait le déferlement annoncé. Quelque part chantait, un hibou qui se faisait orateur, à ce moment important où allait être cruciales les heures.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 22 Mar - 19:59


Alors que tu partais, alors que tu avais le dos tourné, alors que tu t’éloignais de cet homme pour lequel tu aurais donné ta vie – pour lequel tu donnerais ta vie. Et tu l’entends, qui répète tes propos. Qui les intègre. Comme s’il prenait pleinement conscience de ceux-ci. Et puis, la voix qui résonne, qui crie, qui t’alpague, te retiens. Comme des filaments invisibles entre vous. Comme si tu n’étais qu’un pantin dont il tenait habillement les ficelles. Mais tu ne te retournes pas, tu continues tes pas, essayant de ne pas vaciller sous le poids des secrets, des non-dits, des dénis.

Hurlement dans la nuit, le loup, derrière toi, te crie dessus. Ce n’est plus de la discussion, c’est un refrain latent, douloureux. Tu marques un temps d’arrêt avant de te retourner, désinvolte. Tu n’as pas le temps de voir la baguette, qu’il te tient en joue, que le sortilège explose déjà à quelques mètres de toi, suffisamment près pour te bousculer, suffisamment loin pour ne pas te blesser. Tu sens, dans tes veines, la rage qui monte, la colère qui vient bouillir à tes oreilles. Comme un délicat rappel de ta condition d’humaine : tu ne contrôlais aucune des émotions qui étaient tiennes. Tu n’avais aucun contrôle d’aucune sorte que ce soit.

Sous l’effet de l’explosion, tu vacilles sur le côté, te rattrapant – de peu – à un arbre qui te réceptionne dans ta chute. Tes doigts s’écorchent sur l’écorce rugueuse, tes doigts tremblent, de colère, de peur, d’angoisse, de doute, de rage. Un tas de sentiments mélangés ensemble, un tas de peur incontrôlable. Tu ne sais pas ce que tu fais là, tu n’aurais pas dû venir, voilà ce que tu te dis. « Lival … » murmure qui se meurt à la commissure de tes lèvres. Et le murmure qui se transforme en un hurlement rageur « LIVAL PUTA*N ! ». Colère noire, froide. Implacable.

Tu saisis ta baguette, le tient en joue. Tes réflexes sont amoindries, mais tes sorties régulières dans la forêt interdite te permettent de conserver quelques bons restes de ton passé – trop présent – d’auror. « LIVAL ! C’est ça ton BUT HEIN ?! ME TUER ? POUR RETOURNER AVEC TES POUFF*ASSES ? » Question rhétorique dont tu n’attends pas la réponse pour continuer « C’est pour ça ? L’oubliette ? Tu voulais retrouver ta liberté hein dis ? ». Haine au ventre, rage palpable dans tes propos, dans ta posture. Comment, si rapidement, deux êtres s’aimant et se chérissant peuvent en vouloir arriver là : à se déchirer, à se détruire. Pourtant, même si ta baguette le visait clairement, aucun sortilège ne s’en était extirpé, pour l’instant en tout cas …
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Jeu 22 Mar - 21:09







Forêt à l'apparence endormie s'éveillait petit à petit, aux sons de vos tourments et de cette envie, de reconstruire les fondations de votre empire. Du moins c'était ton but, là où elle nageait dans une mer embrumée, à ne pas comprendre pourquoi tu agissais comme cela.

Elle posait des questions, elle cherchait des réponses, en oubliant qu'elle était la seule qui existait à tes lèvres, qu'elle était la réponse à tout. A ta présence ici, à tes derniers mois de vie, à tes douleurs comme à tes sourires, à tes peines comme à tes rires, à tes cris comme à tes mots d'amour, à tes pleurs comme à tes baisers. Unique réponse qui savait tout ordonner.

Tu la vois qui se rattrape comme elle peu à un arbre venu lui porter secours, et elle se retourne habillée de ses splendides yeux assassins. Ceux capables de te porter comme de t'enterrer selon sa seule volonté. Sa colère tonne dans le bois perturbé, ton nom montant jusqu'aux étoiles qui s'abstiennent de dire le moindre mot.

Elle te met en joue également, et tu perçois tous ces ressentiments qui la traverse. Car tu avais exactement les mêmes, qui t'avaient conduit jusqu'ici, jusqu'à ce moment précis où il vous fallait vous déchirer une nouvelle fois pour que Dame Lune orchestre peut-être les prémices de votre renaissance.

Ses mots suivants sont violents, te heurtant de plein fouet comme autant de sortilèges qu'elle aurait lancés. Comment pouvait-elle croire une seule seconde que tu veuilles lui faire du mal ? Que tu veuilles te séparer d'elle alors qu'elle était ce qui t'était arrivé de plus beau dans ta vie ? Que tu puisses vouloir la laisser pour de quelconques filles de joies qui ne seraient rien d'autre que des vases fades et creux ?

Elle termine sur une nouvelle aberration qui accroît ta rage intérieure. Comme si c'était là tout ce qu'elle pensait de toi depuis les deux derniers mois écoulés. Comme si elle pensait que tu ne voulais simplement plus d'elle, que tu pouvais la remplacer. Comme si elle avait oublié toute son importance pour toi, alors que tu n'avais de cesse que de lui rappeler jour après jour.

La Tristesse s'empare de toi, tout un tas de mots, de réponses plus ou moins précises se pressent dans ta tête, mais tu tombes dans une valse d'amertume, de voir celle que tu aimais plus que tout penser de toi que tu pouvais l'abandonner comme si elle n'était plus rien ou n'avait rien été. Déchirement de tes sens, pointe de douleur dans le cœur qui te fait grimacer.

« Sincèrement Elly ? Comment tu peux arriver à croire ceci ? Je ne représente donc plus rien pour toi que tu me vois ainsi ? Comment peux-tu croire que je veuille te faire du mal ! Comme peux-tu croire que n'importe quelle autre femme dans ce monde pourrait te remplacer ? As-tu seulement lu mes lettres en entier ? Ne vois-tu pas cette alarme qui résonne sous chaque mot ? Ne comprends-tu donc pas combien devoir me passer de toi et être loin de toi est la douleur la plus atroce que je doive supporter... »

Un tremblement te parcours, le regard parsemé d'éclairs comme s'ils voulaient annoncer une pluie de larmes imminentes. Mais tu t'efforçais de ne pas craquer, malgré toutes tes émotions sens dessus dessous. Perdu entre l'amour et la rage, entre le bonheur et la douleur, entre la raison et la folie. Quelques mots à voix basse.

« La seule chose que je veux tuer, c'est la personne que tu deviens, pour retrouver celle que tu étais... »

Tu sens ta gorge enrouée, une part de toi ne voulant pas lui faire de mal. Mais tu savais que c'était nécessaire, en entendant ses mots, qu'elle semblait s'être perdue. La lueur du ciel laissait filtrer un léger halo d'argent entre vous, et tu regardais, celle qui représentait tout. Vous étiez nés dans le sang. Vous vous étiez retrouvés dans le sang. Vous renaitriez dans le sang.

Quelques secondes t'étouffent, déplacer les pions un à un, les sortilèges volent dans ta tête comme des feuilles seraient soufflées par le vent. Et de nouveau un filament, se dirige vers ton aimée.

« Sphaera ignis ! »

Sort maitrisé, pour que la boule de feu ne soit pas trop puissante, et tu la regardes se diriger vers ta belle. Au-dessus le sort créer la surprise étonnant les étoiles, la lune ferme les yeux. Et tu espérais, qu'elle répondrait, qu'elle t'attaquerait, pour expulser cette rage qui l'anime, et que vos cœurs se réaniment.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 22 Mar - 22:03


Un nouveau monologue, pour répondre à tes accusations fondées ou infondées, tu ne sais pas, tu ne sais plus. Ce qui te paraissait comme évident quelques semaines auparavant ne l’était plus désormais. Des nuits remplies d’angoisses, de doutes, de souffrances, de rage. Trop d’interrogations tournaient dans ton esprit, aux tréfonds de ton âme. Tu tends l’oreille à ses propos, et si les premières phrases ne trouvent aucun écho en toi, ou plutôt qu’elles apaisent un peu tes tensions, ce n’est pas le cas de sa dernière phrase. « La seule chose que je veux tuer, c'est la personne que tu deviens, pour retrouver celle que tu étais... »

Ça se répand en toi comme un poison, ça enflamme tes veines d’un venin dont tu ne voulais pas. Tu fermes les yeux, expirent cette colère qui se fait tienne, tente de reprendre le contrôle de ton corps. Mais il ne te permet pas une quelconque réponse qu’il te balance une boule de feu. Tes réflexes amoindris ressurgissent rapidement, et tout en fermant les yeux tu informules un « Ragnarok », la sphère enflammée disparait aussi rapidement qu’elle est apparue.

« Deux sortilèges Lival ». Le nom est craché comme si tu voulais remettre de l’huile sur le feu. « Ce que je suis, ce que j’étais, ce que je serais … tout ça me semble tellement … lointain ? Je te rappelle … » Une pause, le temps de te rapprocher, un peu, tout en le maintenant toujours en joue « … que celle que je suis devenue, je te le dois, à toi ». Toi qui a voulu effacer ma mémoire, pour quelle raison ? Toi qui a pensé que tout ne devait pas exister. « C’est de ta faute Lival, va falloir que tu vives avec ça. Je ne serais plus jamais la même, plus jamais ». Tu avais trop perdue, trop espéré.

Pourtant, ta baguette s’abaisse, tu n’as pas envie de lui balancer de sortilège, malgré le fait que la rage soit là, sous-jacente, prête à ressurgir aux moindres contacts, aux moindres sortilèges. A la moindre parole qu’il pourrait se permettre à ton encontre. Tu lui tournes le dos – encore – pour t’éloigner – toujours – comme si tu pouvais ignorer tout ce qui te reliait à lui. Et à nouveau, tu lâches, entre deux sourires narquois « Adieu Lival ».
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Jeu 22 Mar - 23:32







Boule de feu vole vers ta cible, espoir de toucher sans trop la blesser, bien que tu savais qu'elle pouvait tout aussi bien esquiver ton sort. Tu espérais, surtout, qu'elle ne réplique enfin et fasse sortir toute cette amertume qui dormait encore en elle.

Ton sortilège fut absorbé par le sien, pas assez puissant ni rapide pour la déstabiliser. Et de nouveau la colère gronde par sa voix tout sauf mielleuse. Ton nom une nouvelle fois s'envole vers les étoiles, et elle te pose les murs de son monde dans lequel tu ne parais plus exister.

Elle s'approche de toi, t'accusant d'être le seul responsable de la situation. Et la suite est lourde de sens, quand elle te dit qu'elle ne sera plus jamais la même, et tu comprends qu'elle ne sera plus jamais la femme de ta vie.

Ta bouche s'ouvre mais aucun son ne sort, tu es fragilisé. Tu sens une profonde tristesse qui te gagne, et une bouffée de chaleur qui t'envahit sans que tu ne puisses réagir. Elle abaisse sa baguette et te tournes le dos, repartant une nouvelle fois en te laissant un glaçant « Adieu Lival » qui te noie dans l'effroi.

Ton bras retombe le long de ton corps alors que tu la regardes commencer à s'éloigner. L'impression que tout devenait flou autour de toi et que ce qu'il restait d'espoir se faisait aspirer dans une autre dimension pour ne jamais revenir.

« Je... »

Mot tout juste murmuré qui meurt aussitôt né. Tu te sens sur le point d'imploser, mais tu refusais de vivre une nouvelle fois cela. S'en était trop à supporter. A l'écouter tu étais le seul responsable, comme si elle les choix qu'elle avait fait n'avaient rien changé. Comme si elle voulait se persuader que tout venait de toi, et qu'elle avait déjà fait le choix de te sortir de sa vie.

Alors tu la suis, tes pensées se bousculant dangereusement, sans savoir ce que tu ferais quand tu serais à sa portée. Comme si c'était ta dernière chance de ne pas finir condamner. Comme si tu la voyais partir la pour de bon et que tu refusais de sombrer, de croire qu'elle pense réellement chacun de ses mots.

Pas après pas, tu la rattrapes, allant jusqu'à lui accrocher le bras pour qu'elle se retourne face à toi. « Elly... ». Tu restes quelques secondes sans ne rien dire, à voir dans ses yeux toute cette rage qui t'habitait également. A sentir cette tension évidente palpable autour de vous.

« Je... Oui je suis responsable de ce changement ! Oui... J'ai voulu te protéger en te faisant oublier que j'étais Mangemort ! Après la capture et la torture j'ai vu combien ça te travaillait encore, et j'ai voulu t'épargner cette souffrance... Mais quand j'étais dans ta tête, je ne sais pas, je me suis plu à revoir tous nos moments partagés, mais je me suis laissé submerger par mes émotions et j'ai enfoui par erreur tous tes souvenirs de moi en toi... Et si tu savais comme je le regrette ! J'ai l'impression de t'avoir bafouée... Que d'avoir voulu te protéger est la pire chose que j'ai faite de ma vie ! »

Tout sortait, ta rage et ta colère, ta peine comme tes sentiments. Et quelques larmes perlèrent, sur tes joues d'homme battant.

« Si tu savais comme mes journées sont sombres depuis que tu es partie ! Combien parfois je cède à la folie à cause de la peur de t'avoir perdue qui me ronge les veines ! J'ai tué plus d'une fois pour m'apaiser, parce que je suis incapable d'imaginer la vie sans ta présence ! Incapable de concevoir que nos promesses n'existent plus ! Incapable de...»

Ta main va trouver la sienne, tes émeraudes humides fixant ses perles d'ébènes.

« Incapable de croire que cette bague ne veut plus rien dire pour toi ! Ou ce bracelet à ton poignet comme celui que je porte ! Tu peux m'en vouloir de t'avoir lancé ce sort, et surtout de m'être laissé submerger par mes émotions, oui. Mais là tu me tues à me dire que j'ai voulu délibérément te nuire, ou pire, que je puisse te remplacer ! Si tu crois qu'une seule seconde j'ai pensé refaire ma vie avec quelqu'un d'autre que toi alors tu te trompes ! Si tu crois qu'une seule personne est devenue plus importante que toi alors tu te trompes encore ! J'erre chaque jour en étant plus que l'ombre de moi-même, parce qu'il me manque la part la plus importante à ma vie ! Tu m'as tout apporté Elly, tout ! Tu es celle qui as compris mes ténèbres et en même temps su voir qui j'étais. Je ne regrette pas un seul jour depuis que je t'ai rencontrée, pas un seul. »

Ne pas la laisser parler, finir de dire ce que tu avais sur le cœur, et ensuite si elle voulait une nouvelle fois se barrer elle le ferait.

« Mais si là tu n'es plus capable de me faire confiance, si tu en viens à croire que tu n'es plus rien pour moi alors que tout autour de toi je te laisse des preuves de ton importance, alors fuis-moi. Pars maintenant et tu ne me reverras plus jamais ! Et peu importe alors comment je finirais car plus rien n'aura définitivement de sens si c'est le choix que tu fais ! Mais je refuse que tu restes sur cette fausse idée que je puisse vouloir me séparer de toi ou te remplacer, alors que tu es absolument tout ce dont j'ai besoin pour être heureux... »

Les yeux humides, la respiration saccadée, tu soutenais son regard. Pour voir si elle osait te dire que tu mentais ou si elle allait dresser un autre mur de fumée devant votre réalité. Si elle faisait le choix de partir, il ne te resterait qu'une seule chose à perdre, et déjà tu t'imaginais rédiger une lettre, si plus aucun mot pour elle n'avait de sens, c'est tout le reste pour toi qui n'en aurait plus...
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Ven 23 Mar - 0:10


Tu es partie, les filaments entre vos deux âmes se cassent un à un. Voilà comment tu visualises les choses, vos sentiments, votre histoire. Et puis, tu l’entends. Les pas se rapprochent. Il saisit ton bras et tu fais volte-face, la rage lisible dans tes yeux. Ton prénom en commencement d’un discours qu’il te sert. Bien trop rôdé, bien trop parfait. Tes oreilles sifflent de nouveau, ta rage tambourine à la porte de ton cœur, et tu dois retenir un flot de mot, d’insulte, de rancune.

Si tu étais honnête avec toi-même, tu pourrais dire que les tords sont partagés. Que si tu n’avais pas décidé d’aller seule à cette rencontre, tu n’aurais pas fini torturée par la main de ton aimé, et que lui, n’aurait pas décidé de supprimer ce fait. Il était mangemort. Il était ta part de ténèbres et tu te battais encore pour le refuser.

Et là, plus ses propos se déversaient à tes oreilles, plus tu refusais d’admettre la vérité. Rejetant la rancune, le passif, tout ce que tu savais déjà mais que tu ne voulais pas voir. « TU MENS ! » suivi d’un sortilège « REPULSO ! ». Le sang battait la mesure à tes tempes, et tes yeux, embués des larmes qui refusaient de sortir. « TU N’ES QU’UN MENTEUR ». Le premier sortilège avait permis de l’éloigner un peu de toi. Un peu seulement, il n’était pas à une distance raisonnable selon toi. Selon ta colère.

« INCENDIO », le courroux était puissant, la fureur latente, elle dormait là depuis trop longtemps, il fallait qu’elle sorte, qu’elle éclate aux yeux du monde. Cette hargne que tu ne te connaissais qu’en duel. Face au masque rouge dans une ville ravagée. Face au masque d’émeraude. Et le brasier qui vous encercle à quelques mètres. Impossible, pour l’un ou pour l’autre, de s’enfuir. Ou alors il faudrait risquer le désartibulement. Car vu la fureur qui était vôtre, il serait difficile de transplaner en tout sérénité.

« C’est ce que tu voulais LIVAL ? HEIN ? C’EST CA QUE TU VEUX DE MOI ? ». L’acharnement dont tu fais preuve à son égard n’a d’égal que ce que tu peux ressentir pour lui. Car là, sous la colère, tu le sens bien, tes sentiments qui trouvent écho à ses propos. Mais tu refuses de les voir, de les ressentir, de comprendre. Non, tu as juste la haine, et tu comptes déchainer toute ta fureur sur lui. Quoiqu’il t’en coûte.

« EOLO PROCELLA » pour le faire reculer, vers le brasier. Brûle Lival, toi aussi, brûle de cette passion dévorante, de cette haine, de cette aversion soudaine à son encontre. C’était dangereux, terrifiant. Et tu ne savais pas pourquoi la colère, pourquoi le chagrin, pourquoi les ressentiments ne sortaient pas comme pour tous les autres êtres humains.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Ven 23 Mar - 1:21







Tu avais dit tout ce que tu avais sur le cœur. Délivrer tes pensées, ta vision de votre situation. Là, nu face à elle, la seule capable de comprendre, comme la seule capable de te détruire. Pourtant tu étais incapable d'imaginer l'issue qu'aurait cette soirée. Tu avais déjà trop espéré et trop souffert de cela.

Et l'orage perfore le ciel jusque là silencieux, heurté de plein fouet de sa voix qui déchire l'innocence des étoiles. Et tu te retrouves poussé du haut de la falaise dans un vide sans fin, enchainé aux deux mots hurlé par ta compagne, qui finissaient de te réduire en cendres.

Dépité, tu fermes les yeux alors qu'un sortilège te frappe en pleine face, te faisant reculer de quelques mètres et tu manques de peu de tomber. Elle te détruit un peu plus en te criant une nouvelle fois que tu n'es qu'un menteur, et tu te perds devant l'étendue de ses réactions.

Quelque part, tu voyais là l'état que tu espérais provoquer chez elle, mais tu n'avais pas imaginé combien ça serait insupportable que de l'entendre te dévaster ainsi. Chacun de ses mots te ravageait, et accentuait ce manque d'air que tu ressentais.

Et voilà qu'elle laisse éclater sa rage, lançant un feu particulièrement véloce tout autour de vous, aux flammes chantantes s'éloignant de leurs cimes vers le crépuscule qui retenait son souffle.

Elle hurle une nouvelle fois à briser tes tympans, se perdant entre la réalité et toutes vos ombres qui criaient rageusement à travers chacun de vos mots. Pourtant tu restes à l'observer, comme si tu espérais naïvement qu'elle se calme soudainement, que la tempête ne s'estompe et que tout redevienne normal.

C'est sans compté sur la furie que tu as déclenché, et tu subis son troisième sortilège. Une bourrasque de vent qui t'expulse vers le cercle de feu sans pitié. Tu tombes sur le dos au milieu des flammes qui ne tardent pas à t'assaillir, et tu te dépêches de te redresser et de sortir du brasier colérique.

Sentant de légères brûlures aux mains et sur le côté droit du visage, tu voyais surtout la manche droite de ton pull en feu et tu sentais la chaleur qui se propageait. Alors récupérant ta baguette de la main gauche tu t'envoyais un « Aguamenti » pour faire stopper les flammes. Tu t'écartais du cercle de feu en regardant étrangement ta compagne.

Après tout, c'était ce que tu lui avais demandé, et tu ne faisais que subir les cris de sa colère. Tu la remettais en joue, alors qu'elle semblait se complaire dans cette folie meurtrière qui régnait autour de vous.

« MOI UN MENTEUR ? QUAND T'AIS-JE MENTI ? COMMENT PEUX-TU AVOIR OUBLIÉ TOUT CE QUE L'ON A VÉCU ?  ET CE QUE JE VEUX DE TOI ? JE VEUX QU'ON SOIT PLUS FORT QUE TOUT CA ET QU'ON SE RETROUVE ! »

Tu savais déjà que tes mots seraient vains, que tu avais provoqué cette réaction. La fumée dégagée par le feu venait titiller votre respiration et atténuer la visibilité. Au plafond les étoiles s'en plaignaient et la lune pleurait pour Mère Nature qui pouvait s'embraser davantage. Mais le brasier le plus dangereux était dans vos cœurs. S'aimer au point de se déchirer.

« Sectumsempra ! »

La rage maitrisait vos sens, orchestrant un psaume insensé. La nuit assistait tristement à ce spectacle qu'elle avait espéré être une comédie romantique. Sauf que la dramaturgie ambiante l'inquiétait. Et dans un Londres étouffé, vous étiez peut-être en train de vous conduire à votre mort mutuelle.

Tu informulais un « Protego » devant toi pour anticiper ses représailles, tes yeux rivés sur sa silhouette, cherchant s'il était encore possible, une lueur dans ses yeux semblables à celle découverte aux premiers jours de votre monde, qui paraissait à cet instant s'écrouler.

Le Renard et le Loup fait pour s'aimer
Aux aubes des joies qui naissaient
Aux nuits aux corps qui s'extasiaient
Et là le Temps, se retenait de crier
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Ven 23 Mar - 23:31


Il vacille dans le brasier, et inconsciemment, tu tends ta main – comme pour le retenir – mais c’est trop tard. Il bascule dans les flammes, avant de se relever et de balancer un aguamenti sur les brûlures qu’il devait sentir. Et puis, tu marques un temps d’arrêt, et tu l’observe te mettre en joue à son tour. La rage devait autant bouillir dans son sang que dans le tien.

Et puis, à nouveau, ses propos te percutent, son dialogue s’immisce dans ton esprit. Tu réprimes un frisson qui te parcourt, provoquant sur son passage une chair de poule que tu ne peux pas dissimulé tant tu frissonnes. La colère est perceptible dans chacun de ses propos – et c’est sans doute dû au fait qu’il hurle que tu en déduis ceci.

Tu n’as pas le temps d’effectuer le moindre geste, que ce soit d’attaque, de fuite ou de protection, que son sortilège te percute. Et tu sens, le long de ton épaule déjà pas mal abîmée, le sortilège qui t’arrache un cri de douleur, t’offusquant en quelque sorte du fait qu’il se permette de tenter ce genre de chose contre toi. Il n’avait pas le droit, il avait promis.

A ton tour d’hurler « C’est donc ainsi que tu m’aimes ?!! ». L’épaule gauche douloureuse, tu ne te permets pas de lever le bras correspondant. Ainsi, tu sens le liquide épais et chaud qui s’écoule de ta plaie pour s’écouler dans l’herbe plus bas. Ta baguette dans l’autre main, tendue, visant clairement Evan « C’est donc ça que tu voulais ? Depuis le début ? ». La folie te guette, rendant ton jugement purement fictif, emplis de doute et d’angoisse mais d’aucune once de vérité.

« A toi de jouer Lival, à toi de danser ». Aucun de vous deux ne sortirait vivant de ce duel, tu en étais persuadée. Y’avait quelque chose de dramatique dans vos propos, dans votre duel. Comme deux âmes vouées à continuellement se déchirer sans prendre le temps de s’aimer, sereinement. « Fustigeaflamma » et une longue langue de feu s’extirpa de ta baguette.

Maintes fois formulés, tu connaissais par cœur l’utilisation de ce sortilège qui n’était qu’un prolongement de ton bras. Le fouet enflammé claque dans les airs, sur l’herbe autour d’Evan, grillant au passage quelques herbes qui n’avaient rien demandé à personne. « Allez Lival, dansons ensemble cette marche funèbre ». Ricanement macabre qui ne trouve aucun écho dans la nature. Et ton regard, où se reflétait le brasier autour de vous, ne faisait que crier ta rage et ton envie de vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Evan, Sam 24 Mar - 16:44







Sous les vents de la fureur, vous étiez comme deux pantins dont les ficelles ne vous appartenaient plus. Dans votre amour indescriptible, vous en étiez venus à vous déchirer, à anéantir en l'espace de quelques minutes ce que vous aviez mis bien des mois à construire.

Était-ce là l'alarme tragique de votre monde qui s'écroulait ? Voulant battre une mesure démente pour essayer de vous faire voir cette vérité enfouie dans vos tourments ? Rien ne semblait pouvoir altérer cela, tant la folie se faisait de plus en plus ordonnatrice de vos choix.

Les mots étaient épris de l'Insensé, criant à en arracher le papier peint de la nuit pour voir disparaître les étoiles, au milieu de ce brasier qui semblait conçu pour vous consumer dans votre perdition pour l'Autre.

Tu y été allé fort avec ton sort, pour autant tu avais volontairement dirigé le trait de lumière vers son bras, pas sur son corps. Tu ne voulais pas la tuer, même si tu avais l'impression d'être mort. Et tu vois le trait de lumière qui heurte son épaule, un cri de ses lèvres sortant défiler dans la nuit.

Et un nouveau hurlement perfore votre temple déjà effondré, faisant s'affaisser ce qu'il restait de remparts. Elle en venant à douter de ton amour, que tu aies souhaité depuis le début en arriver là et vous détruire. Alors que tout ce qui était passé dans tes yeux depuis le premier jour près d'elle c'était la seule envie de construire.

Un frisson horrible te transperce en voyant le sang qui s'écoule depuis son épaule fraichement blessée le long de son bras, jusqu'à sauter en gouttelettes dans l'herbe qui recueille ces perles de rougeoyantes. Et de nouveau elle te cible, te prévenant de la suite.

Un long fouet de feu sortit de sa baguette, et pour l'avoir déjà vue manier ce sortilège, tu savais qu'elle était plutôt douée avec. Et voilà qu'elle se met à le faire claquer dans les airs, délivrant des échos qui annonçaient qu'il valait mieux éviter les coups. Quelques uns bafouèrent le sol près de toi, et tu faisais de légers écarts pour qu'elle ne te touche pas.

Les flammes rugissantes à l'extérieur semblaient refermer petit à petit leur étau, alors que certains arbres gueulaient de se faire ainsi agresser. Tu l'entends rigoler, probablement nerveusement au milieu de cette situation peinte comme une toile irréaliste.

A quel moment vous aviez pu en arriver là ? Tout s'emmêlait et le sensé se raccrochait à d'infimes filaments que tu perdais de vue régulièrement. Ta baguette légèrement baissée, regardant sa plaie, ce mal que tu venais de lui causer, tu ne percevais plus les bruits du fouet qu'elle faisait danser comme la flamme d'une allumette aux humeurs du vent.  

Marche funèbre, c'était les mots justes, et tu la regardais avec une infâme boule de tristesse bloquée dans la gorge, comme si au milieu de ce Chaos, un semblant de lucidité te frappait. Mais c'était sans compté sur celle qui jouait la musique.

Voyant le fouet qu'elle voulait abattre sur toi, tu esquivais une première fois in extremis une tentative de sa part, mais son second coup fut trop rapide et s'abattit sur ton bras droit en feu peu avant alors que tu t'apprêtais à lui lancer un sort pour la repousser.

S'enroulant de plusieurs tours, tu lâches un cri de douleur sous la brûlure que tu ne tardes pas à sentir, et ta baguette tombe au sol alors qu'elle lève son bras d'un coup sec, et tu te retrouves à chuter lourdement au sol non loin d'elle, toujours emprisonné par cette haine qui l'aveuglait.

Tu te mets à genoux alors qu'elle affiche un sourire de plaisir à te voir souffrir ainsi, livré à sa volonté. Tu la regardes, l'air perdu sur ton visage, presque implorant que tout cela cesse enfin. Et deux larmes viennent fleurir à tes yeux, alors que tout ça te semblait annonciateur de la fin. Ta voix elle sous l'émotion, complètement enrouée.

« Regarde toi ! Regarde nous ! Si c'est ça que je voulais ? Si c'est ainsi que je t'aime ? Tu ne comprends pas ? Tu ne comprends pas pourquoi j'ai cherché à t'écrire et à te revoir chaque jour depuis que tu es partie ? Et pourquoi ? Pourquoi cette distance alors qu'au fond on a fait la même chose tous les deux... »

Aux portes de la détresse, sur le sentier de la mort. Il n'y avait plus rien qui changerait l'issue, hormis son seul choix, sa seule volonté. Tu restais à la fixer dans les yeux, ignorant cette douleur cuisante sur ton bras à laquelle tu te retenais de ne pas donner écho en criant ta douleur. Car une plus forte encore te ravageait au plus profond de toi.

« Si pour toi je ne suis plus rien... Si nous ne sommes plus rien... Si je ne suis pas important comme tu l'es pour moi... Alors finissons-en et achève-moi ! Tue-moi maintenant qu'on en finisse, mais je refuse de continuer à souffrir de t'aimer et de te voir me fuir encore et encore ! De crier chaque jour et de venir vers toi alors que tu sembles n'en avoir que faire... Alors que tu sais tout de moi, mes ténèbres, mes forces et mes faiblesses... Mes plus grandes joies et mes pires souffrances... Si je ne compte plus, s'il te plait, finis-en avec cette douleur qui me ravage, car je sais que je suis incapable moi de te laisser... Incapable de penser à une autre alors que c'est toi qui fait vivre toutes mes belles pensées... Si je ne t'ai plus je n'ai plus rien... Alors autant en finir...»

Tu déglutis, plongé dans ses yeux d'ébène où tu voyais repasser vos tous premiers moments. Où tu revoyais ses lèvres s'extasier dans un sourire ensorcelant. Où tu te souvenais de ses premiers mots timides, alors que s'écrivait les premières volontés du Temps autour de Vous...
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Elly Wildsmith, Dim 25 Mar - 15:42


C’était une danse macabre, un ballet sanglant, où, ni l’un, ni l’autre ne sortirait vainqueur. Il n’y aurait que des perdants, morts ou vivants, mais si aucun de vous ne se décidait à rendre les armes il était probable qu’il faudrait vous ramasser à la petite cuillère le lendemain matin. Tu fais claquer le fouet autour de lui, il évite les premiers coups qui tombent. Mais n’évite pas ce dernier, plus puissant. Le fouet s’enroule autour de son poignet alors qu’il crie de douleur.

Tu relèves ton bras pour le faire tomber, emprunte d’une rage qui ne t’était pas commune, te laissant guider par cette colère trop longtemps refoulée. Il tombe à genoux, tandis qu’un sourire machiavélique né sur ton visage. Tu avais le dessus, c’était indéniable. De sa voix enrouée il tente de te faire entendre raison, une dernière fois.

A peine à un mètre de toi, tu l’observais, son regard embué de larme qu’il n’avait su retenir et ses propos, qui encore te percutent. Font vaciller ta volonté. Il te demande de l’achever, et tu plonges ton regard malsain dans ses émeraudes qui avaient bercés tant d’espoir en toi. Tu vous revois, avant ta transformation, cette approche qu’il faisait. Et puis, après, tes crocs plantés dans son poignet. Et de multiples rencontres qui se suivent, ne se ressemblent jamais. Cette danse dans ton appartement, suivi de ce baiser qui signifiait tant.

Tu déglutis alors qu’à ton tour, des larmes affluent à tes yeux. Le sang s’écoule toujours de ta plaie, et tu vacilles un peu sur tes jambes. Sans doute du fait de l’hémorragie à laquelle tu ne t’étais pas intéressée. Tu te vides donc littéralement de ton sang alors que tu replonges avec amertume dans tous vos souvenirs communs « Je … ». Silence alors que ta baguette tombe à terre. Le fouet enflammé disparait dans un silence que tu trouves assourdissant.

Tu ne savais pas, quelle colère contenue pouvait provoquer tant de haine, tant de rancune. Comment vous aviez pu en venir là. Un frisson d’effroi te saisit, tes jambes flanchent et tu te retrouves à terre. Portant ta main à cette épaule blessée, sentant le liquide visqueux s’écoulant entre tes doigts. « Je … je ne sais plus … » et tu restais là, interdite, à le regarder. Perdue dans vos souvenirs, dans votre passé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Au Coeur de Highgate Wood - Page 5 Empty
Re: Au Coeur de Highgate Wood

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 7

 Au Coeur de Highgate Wood

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.