AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 2
Château non-coopératif
Aller à la page : Précédent  1, 2
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard

Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Mer 16 Nov 2016 - 15:56


À quoi penses-tu ? Me prends-tu pour une égoïste ? Une idiote ? Personne qui n'est pas née de sang pur ne peut comprendre cette aversion que j'ai pour les sangs mêlés et les sangs de bourbe. Pour moi il ne s’élève qu'à grande peine à la catégorie d'insecte et encore je suis gentille. Certains diront que je suis folle, beaucoup seront choqués mais c'est la vérité. Je ne comprends pas comment des gens sans appartenance magique naissent soudain avec des pouvoirs, ce ne sont et ne sera jamais des sorciers à mes yeux ! Ils ne sont nés que pour servir et l'idée même de fréquenter le même établissement qu'eux me révolte.

Les sorciers de sang-mêlé ne valent guère mieux à mes yeux, ils me dégoûtent peut-être même plus encore. Le fait d'aimer ou même de coucher avec un mordu me révulse au plus haut point. Ils ne sont pas dignes d'être de notre monde. Ne sont pas digne d'exister.

Dégoût profond
Face à la différence
Et cette insanité
De la nature


Il faut dire que mon éducation en est pour beaucoup, aurais je réagis comme cela si j'avais été élevée dans une autre famille . Je ne pense pas mais la répugnance que j'ai pour eux aujourd'hui est évidemment liée à celle de mes parents. Mon père ma élever, enfin, m'a fait élever, dans ce principe et il me serait presque impossible même avec la meilleure volonté du monde de ne pas suivre ce qu'il m'a fait apprendre.

La rouge et or perdent son sang-froid, elle sort sa baguette et la pointe vers moi.

- Tu me parles encore une fois comme ça et j'te défonce ok ?


Je sors ma propre baguette quelques secondes après elle. Cette jeune fille n'a aucune chance. Je suis versée dans la magie noire depuis mon plus jeune âge et suis assez puissante pour contrer ses misérables coups. Quelle idiote !

-Je demande à voir !

Mon ton est un brin ironique mais reste sérieux et glacial.

Doucement
Le serpent et le lion
Se lève
L'un contre l'autre


Dommage pour toi qu'on doive en arriver là ma petite. Je ne voulais pas te faire de mal trop vite mais c'est toi qui provoques. Y a-t-il quelque chose de particulier que je doive graver sur ta tombe ? Je me tiens droite et fière, la mine hautaine et le regard assuré.

Je ne suis pas une proie facile et tu as réveillé le serpent qui se cachait en moi. Je ne désir plus qu'une chose, voir ton sang couler et prendre ta vie. Cessez d'entendre battre ton cœur et tes poumons de respirer.

-#Everte Statum !


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arya Chamelet
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Jeu 1 Déc 2016 - 17:20


Désolé pour le temps de réponse :(


la baguette pointée
comme une arme moldue
prête à tirer
prête à tout pour gagner
je suis prête
elle ne me fais pas peur
je suis courageuse
et audacieux
les griffes sorties
le sang coule déjà sur ma peau
je le sens dégouliner le long de mon ventre
et les frissons
les frémissement
qui parcourent mon corps
les poils qui se dressent
je l'ai
je suis un homme à présent
je ne vais pas vous laisser le voler
je suis un homme à présent
un homme généreux
le sens de la vie qui se reflète
dans mes yeux
comme deux gouttes d'eau au milieu d'un lac
et qui tombe
qui tombe
qui brille
comme un diamant
je frappe
les oiseaux-chiens qui tirent mes cheveux
parce que
leurs dents ravageraient une barbe d'or
j'ai perdu
des amis sans yeux dont le sang se glace
mon nouveau peuple
sur ses talons silencieux prétend être ancien
et je grelotte
au milieu de tout ce monde
qui me soulève
et me porte
je frappe
entre les deux yeux
comme une mouche
volant autour de ma tête
elle me dérange
je ne la supporte plus
l'argent qui coule
qui perle sur mon front
je frappe

comme deux mains opalines
éphémères
attrapent ces fils de soie
qui recouvre
et tire sur tes pieds
comme les manettes d'un jeu horrible
marionnette
elle veut être un homme
mais à présent
il est trop tard
mais elle ment
elle veut renaître encore
sur mon dos marqué d'un croix
elle veut renaître
au milieu des démons
peuplant ce monde de fou
et mon curieux visage
laissé entre les flammes d'un grand incendie
elle veut renaître à nouveau
elle se croit Puissance
elle se croit Domination
elle se croit Autorité
mais elle n'est rien
qu'un goutte de sang de plus
qui tombera sur le sol enneigé
sur ce blanc cristal

dessous mes ongles étincelles
se dessine cette courbe duvet
Je demande à voir !
elle ne sait rien
elle n'a rien donné
ni argent
ni temps
ni amour
elle croit connaître la vie
et toutes ses conséquences
la psychologie humaine l'échappe
totalement
elle croit tout connaître
des sentiments
des émotions
des actes
mais sait-elle que son histoire n'est rien comparé à la vie ?
elle veut tout
l'argent
la popularité
mais ne se comprend pas elle même
elle croit pouvoir gagner
mais ne pourra rien faire
face à un ange

#Everte Statum

le sol m’accueille avec joie
mais pas pour bien longtemps
je sens à peine la douleur qui transperce mes genoux
et je suis déjà sur pieds
elle ne comprend pas
elle ne comprend rien
et la baguette toujours pointée
et voilà que
deux secondes
pour
lancer
ce sort
deux
secondes
pour
réussir
et
ne
pas
échouer
face
à
cette
épreuve

#Electrocorpus

Vitesse supérieur
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Ven 9 Déc 2016 - 17:05


Pas grave, je ne suis pas très rapide non plus :')


Tant de douleur. À quoi cela sert-il ? Je me fais mal. Je lui fais mal. Je nous blesse. Pourquoi ? Pour moi. Pour vivre. Mais ce n'est pas vivre. Simplement survivre. Rester en vie. Toujours. Je peux le faire. Je sais le faire. Mais à quel prix ? Comment puis-je délibérément faire du mal aux autres ? Pour me protéger. Me sauver. Mais c'est un échec. Tout ça ne mène à rien. Je m'enfonce. J'étouffe. Je meurs. Personne ne sait. Personne ne vois. Je crie. Je hurle je veux finir. Pourtant je suis là.

Je fais mal. Sans cesse. Sans arrêt. Je n'ai pas le choix. C'est ma seule chance. Mon unique salut. Elle ne comprend pas. Elle ne saurait pas. Ce n'est pas grave. Je m'en veux. Je lui en veux. Car même sans ce cauchemar permanent que je vis. Elle m'a mise hors de moi. Heureuse. Sereine. Stupide. Je l'ai haïs dès l'instant où mes yeux se sont posé sur elle. Gryffondor et Sepentard. Une vieille querelle. Quelque chose que je ne suis pas prête à essayer d'éteindre. Non, juste rajouter de l'huile sur le feu.

Ma baguette est dans ma main. Son contact de bois est rassurant au toucher. Crochet de serpent. Telle baguette, telle maîtresse. Une connexion si puissante en elle et moi que je n'envisagerais jamais de me promener sans elle. Plus qu'un simple objet. Comme une amie, une extension de moi-même. Une parcelle de mon âme qui a tant de foi offert la douleur à mes ennemis. Le venin coule en elle comme en moi. Il n'y a plus que nous. Seules contre tous. Âmes jumelles. Âmes rebelles.

Mon sortilège l'a touchée. Elle est tombée. Grimage de douleur. Onde de plaisir. Elle est debout. Tout est allé trop vite. Déjà sa baguette est sur moi. Mon visage se fige. Comme si le temps ralentissait. Ses mots résonnent à mes oreilles tandis que je vois ses lèvres formuler un sort. Je veux bouger. Éviter. Je ne peux pas. Je n'en ai pas le temps. En un éclair le sortilège vient me frapper en plein fouet. Je ne connais que trop bien la sensation de la douleur.

Un choc électrique me percute et m'arrache un hurlement. Je tombe à genoux. Douleur. Le sortilège fut bref mais puissant. La souffrance. Cette douleur n'est rien comparer à ce que j'ai subi par le passé. Mais cette formule réveille en moi une douleur bien plus ardente. Mes yeux se posent sur mon poignet. Toujours à terre. La tête baissée. Mes longs cheveux lisse d'un blond platine tombe comme une cascade devant mon visage. Mes yeux brillent d'un éclat nouveau. Un éclat de haine pure.

Mot gravé dans ma chaire. Mot que je n'oublierais jamais. Mot qui me fait mal. Mot horrible. Traîtresse. Telle une cicatrice, un aide-mémoire, une plaie hideuse barrant mon poignet. Traîtresse. Existe-t-il pire comme mot ? Fait-on plus horrible ? Quand tu sais qui te l'a inscrit à la force d'un sortilège. Parents. Géniteurs. Ils devaient m'aimer. Ils m'ont torturé. J'étais heureuse. Ils m'ont tout enlevé. Albus… Et j'ai mal, mal, mal…

Je me relève. Doucement. Lentement. Je ne parle pas. Tête inclinée. Je relève le menton. La dévisage. Froide. Glaciale. Hautaine. Cruelle. La haine tout entière a rempli mon être endolori. Je fus une victime. Je ne l'ai suit plus. Une enfance brisée. Une vie détruite. Une pression trop forte. Je me venge. De la vie. De mes pleurs. De mes cris. Des nuits blanches qui ne semblaient jamais vouloir se terminer. Je souris.

Plus personne
Ne peux
Me briser
Jamais


-#Repulso
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arya Chamelet
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Ven 30 Déc 2016 - 10:31


Deux yeux. Braqués sur moi. Deux diamants luisants. Qui brillent dans la pénombre. Ça brûle. Les rétines miroirs. L'âme profonde et sanguine. Les pupilles. Qui se dilatent. Qui grossisent. Deux points noirs sur fond gris. Trois traits. Au crayon gris, sur la feuille blanche de la vie. Et ils s'estompent, disparaissent sous les éclairs des Dieux. On m'observe sous les nuages, on m'observe par dessus les mers. Les nuées de papillons blancs qui volent autour de moi. Ces nuages d'ailes qui bat, qui bat, qui bat. Fort. Plus fort que les océans et les visages qui m'entourent. Trois doigts sur mon front, en signe de paix, en signe d'amour. Le soleil brille. Le soleil resplendit. Les dents blanches de leur sourire. La vie continue, mais pas avec cette fille.

L'obscurité revient. Je la sens au plus profond de mon âme comme si elle avait disparu à tout jamais, et qu'elle était finalement revenu beaucoup plus puissante qu'auparavant. Mes mains me chatouillent, me brûlent comme une boule de feu bien trop puissante que ce que je peux supporter. Une goutte de sueur coule de mon front. Le long de mes tempes qui battent à tout rompre, de mon nez qui brille de malheur, de ma joue qui gonfle jusqu'à explosée, de mon menton qui pointe l'autre Terre en face, qui m'a l'air plus sympathique que la mienne et qu'il faut conquérir. Et puis. Ploc. Sur le sol, elle tombe. Cette goutte. Rapidement elle dégringole l'échelle de la vie. On dirait moi. Et. Ploc. Sur le sol. Elle forme une flaque. Une flaque minuscule. Il ne faudra pas glissé dessus. Pour ne pas se s'étaler. Pour ne pas paraître ridicule. Cette flaque, c'est le lac de Poudlard. Noir et profond. Sombre à ne jamais en finir. Un lac où la noyade est assurée. Il faut faire attention, très attention. Je fais un pas, devant moi. Le lac est passé, derrière moi maintenant.

Un cri déchire l'air. Juste en face de moi. La fille que j'essaye de détruire. Que lui ai-je fait déjà ? C'est une bonne question, je ne me souviens de rien. Mes souvenirs sont déjà loin, emportés par la magie.  Boum. Ses genoux claquent le sol, dans un tonnerre de craquement. Elle est tombé, comme la goutte du film dernier. Elle aussi est dans son film. Je sens sa rage dominer sa conscience. Je murmure quelque chose que moi même ne peut pas entendre, sûrement un juron ou une plainte. Elle se relève déjà. Lentement mais sûrement pourrait-on dire. Même si je ne suis pas sur du sûrement. Elle me fixe. Avec ses yeux d'acier, découpant l'espace qui nous entoure, et aspirant le peu d'air qui restait. On la croirait sorti d'un film d'horreur, avec sa baguette dans la main, telle une hache, ses cheveux blonds décoiffés par la chute, ses deux yeux braqués sur sa cible comme si elle ne voulait pas me lâchés. Elle ne veut pas me lâcher. Et moi non plus d'ailleurs. Et je suis prête. Prête à esquiver. Prête à lancer. Prête à tout.

Elle bouge, mais trop lentement. Elle lève sa baguette, bouge ses lèvres. Le sort part, lancé à pleine vitesse. Direction moi. Mais celui la ne me touchera pas. Alors je saute, je bondis, et rebondis. Le sol accueille mes pieds. Je plie les genoux. Le sort est allé s'écraser contre le mur derrière moi, qui me dominait encore il y a quelques secondes. Je n'aurais pas aimé être sous ce sort en voyant les dégâts causés au mur. Mais je ne dois pas perdre mon temps, profiter de son inattention pendant que je le peux encore. Je ne réfléchis pas au sort et je lance tout ce qui me passe par la tête. #Bombarda d'abord à droite, puis un deuxième à gauche. Et mon, dernier sur elle. J'espère qu'ils vont passé. Au moins un. Je souris. Me prépare à la deuxième vague d'attaque. Mes griffes sont prêtes à déchirer. En fait, je ne ressens plus rien. Même pas de la haine. Presque cela m'amuse. Je sais qu'elle va perdre, qu'elle va abandonner car je la dominerai. Je suis bien plus forte.

Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Ven 30 Déc 2016 - 12:42


HRP : J'expérimente un peu ces temps si, désolée ^^

Ça explose, ça se détruit.
De tous côtés.
Le bruit est assourdissant.
Je n'aime pas ça façon de faire.
Détruire quelqu'un aussi bruyamment.
Ce n'est pas pour moi.
Je préfère la méthode douce.
Envoûter l'autre.
Glisser sournoisement un peu de poison.
Le détruire de l'intérieur.
Oui, le regarder se consumer.
Voir ses yeux révulser.
Sa bouche entrouverte pour un dernier cri.
Un son qui ne sortira jamais.
Sensation grisante.
Bonheur intense.
De voir l'autre succombé.
Sous ton triomphe.
Et rire sans t'arrêter.
Car les rires font mal.
Parfois bien plus que les lames.

Mais il faut que je cesse de rêver.
Car le combat est loin d'être gagné.
Je plonge, j'évite.
Mais le mur explose.
La roche m'entaille.
La joue, le bras.
La douleur expose et le sang perle.
Une marque de plus.
Nouvelle cicatrice.
Le liquide rouge m'emplit la bouche.
En un éclair je reviens.
Sur cette pelouse qui me paressait si loin.
Je le revois sa baguette brandie sur moi.
Je crie, je hurle.
Mais rien n'y fait.
Son sourire est carnassier et la douleur continue.
La souffrance est partout.
Sur cette joue qui saigne.
Sous sa bague qui me gifle.
Ça n'aurait servi à rien de se battre.
Pas contre lui.
Mais contre elle…
C'est possible.
Une lionne.
Un serpent.
Elle est plus douée que moi.
Je le sens.
En partie car elle est plus âgée.
Et puis surtout grâce à ce badge.
Celui qui montre bien son statut d'élite.
Qui soulève et la sort de la masse des autres élèves.

Je devrais m'en méfier.
J'ai assez de problème comme ça avec l'autorité.
Non pas que j'aime enfreindre le règlement.
Mais ce fichu préfet qui m'a puni.
S'est bien sûr empressé de tout raconter.
De narrer avec quelle lâcheté.
Je m'en étais pris à la Gryffondor.
Oh comme je le haïs.
J'ai si peur de me faire renvoyer.
De ma réaction de mes parents.
Que ferait ils s'ils savaient ?
Quel horrible châtiment trouverait-il pour me punir ?
Je ne veux pas y penser.
J'ai si peur d'imaginer.
Je me dis soudain.
Que la fuite est peut-être la solution.
Sans doute lâche mais bien moins dangereuse.
Je ne risque rien à courir.
M'enfuir.
Mais ses yeux m'en empêchent.
M'oblige à l'affronter.
La détruire et puis seulement partir.
Je peux la vaincre.
Comme j'ai toujours vaincu.
Lui faire mal.
Comme j'ai blessé l'autre rouge.

Mais ma douleur.
Ma propre souffrance.
M’empêche de lui nuire.
Ne pas tomber du côté sombre.
Jamais.
Ne pas basculer dans la lumière.
Non plus.
Deux côtés néfastes.
Et moi au milieu.
Je ne bouge pas.
De peur de percuter l'équilibre.
Mon équilibre.
De m'enfoncer.
Trop dans le noir ou trop dans la lumière.
Bien.
Mal.
Question de point de vue.
Mais, elle.
La rouge est lumière.
Alors aujourd'hui je me le permets.
Aujourd'hui je serais ombré.
Ténèbres.
Je lui montrerais mon véritable visage.
Celui que je cache sous mes jolis traits.
Larme qu'on a faite de moi.
Qu'ils ont fait de moi.
Je montre les dents.
Prête à la laisser sortir.
Cette souffrance.
Ce venin.
Ce poison.
Ce liquide qui coule doucement dans mes veines.
Comme on me l'a appris.
Détruire pour survivre.
Sans cesse.

Le cercle est infernal.
Aurais-je été lumière si elle s'était appelé ombre.
Je crois, je pense, j'imagine.
Voilà ce que je suis.
Un vulgaire pion qui s'acharne à maintenir l'équilibre
Je n'ai plu qu'une seule mission et je ne faillirais pas.
Pas maintenant.
Prôner mes idéaux.
Mes valeurs.
Toujours.
C'est pour ça que je tends ma baguette.
Une nouvelle fois j’étends mon bras.
Ce n'est pas pour elle.
Même pas pour moi.
Cela dépasse une petite querelle.
Dans ma tête en tout cas.
Peut-être ai-je tort ?
De m'acharner comme ça.
Tant pis, j'essaye.
J'y arriverais.
Car la détermination.
Fait partie de ma maison.

-#Fitilla


Voyons voir.
Comment tu t'en sors avec ça…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Château non-coopératif

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 21:10


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Château non-coopératif

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.