AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2
Page 1 sur 3
Cellule du Ministère
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Mar 7 Nov - 16:01


Réponses troubles

avec Keira Sanders

Deux silhouettes se matérialisent dans un craquement sonore au beau milieu du hall du ministère de la magie. Le corps inerte d'une jeune femme au bout du bras attire immédiatement les agents de sécurité qui restent à bonne distance une fois mon badge mis en avant. D'un « Mobilicorpus » je fais léviter le corps à quelques centimètres du sol et emmène l'ensemble à travers les couloirs et les étages jusqu'au département de la justice magique. Sans un regard vers les différents collègues que je peux croiser en cette heure tardive, je pousse la porte de la cellule et allonge la demoiselle sur le lit de fortune qui habille la pièce.

N'oubliant pas de lancer un « Revigor » sur le corps inerte, je me dirige vers la porte de sortie, prenant simplement le temps de lancer quelques mots à la jeune femme qui peine à émerger des ténèbres dans lesquels je l'ai plongé de force quelques minutes plus tôt.

« Vous êtes en état d'arrestation pour agression envers un représentant du Ministère. Vous vous trouve actuellement dans une cellule du département de la justice magique, votre baguette et vos effets personnels (colliers, bagues, boucles, etc...) sont consignés auprès du Bureau des Aurors. Dormez cette nuit, profitez de la chaleur de votre cellule pour faire le tri dans votre esprit. Nous nous verrons demain pour interrogatoire. »

Sans un mot de plus, je franchit la porte qui nous sépare du couloir et m'assure de bien reverrouiller cette dernière avant de repartir à travers les couloirs, direction le domaine gris. La paperasse attendra demain ...

La cellule est protégée par de nombreux sortilèges rendant impossible l'usage de la magie en son sein et tout transplanage. Toute intrusion dans la cellule déclenche le système de sécurité du ministère.

Le lendemain matin

Baillant à m'en décrocher la mâchoire, j'attends patiemment que le café ait fini de couler dans le gobelet en plastique marron avant de me diriger vers la cellule de mon invitée.  La nuit fut longue et j'ai eu bien du mal à trouver le sommeil. On se demande pourquoi, hein ? J'aurai pu passer une nuit calme et reprendre le boulot ce matin dans la joie et la bonne humeur, mais même pendant mes repos je trouve le moyen de faire des heures supplémentaires. Comme si je n'en avait pas assez comme ça à récupérer.

Récupérant une chaise en chemin, j'ouvre tant bien que mal à la porte de la cellule et pose ma chaise devant le lit de ma prisonnière. M'installant aussi confortablement que possible sur la chaise ... précédemment installée ... oui, bah il faut suivre ! Je souffle sur mon café fumant, tendant l'autre gobelet à la demoiselle toujours étendue sur le lit. Prisonnière certes, mais du bon côté. En d'autres lieux, c'est de bien moins sympathiques maléfices qui auraient réveillés la belle endormie.

« Artemis Lhow, bureau des aurors. Vous savez j'imagine pourquoi vous êtes ici ... avez-vous quelque chose à dire pour votre défense ? »

Simple et efficace, je ne compte pas passer ma journée là-dessus. Elle m'explique le pourquoi du comment, je note le tout dans son dossier, elle comparait, elle est jugé, au revoir et merci.

Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
Keira Sanders
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Keira Sanders, Sam 11 Nov - 19:09


Ses yeux s'ouvrirent, piquèrent au contact de la lumière. Alors, elle les ferma. Puis les ouvrit à nouveau, avant de sentir sa rétine brûler encore - et recommença l'opération une dizaine de fois, jusqu'à ce qu'ils s'accommodent à la lumière d'un lieu inconnu. Tout était flou, les souvenirs et la pièce qui semblait petite et renfermée, la silhouette qui se tenait devant elle. Il fallut quelques minutes à Keira pour émerger. Elle entendit la silhouette lui parler, de belles phrases contenant les mots arrestation et agression, mais de quoi diantre s'agissait-il ? Quel interrogatoire ? Misère, on lui donnait des coups de marteau à l'intérieur de la tête. Ses membres étaient faibles.

Vision parfaite retrouvée, elle constata avec effroi qu'elle était enfermée dans une cellule. Elle ne sut pas comment réagir à la nouvelle. Un instant elle écarquilla les yeux, surprise et outrée de se trouver en telle position ; un autre instant, elle se mordillait les lèvres, se demandant ce qui lui avait prit. Tout lui était revenu ; la potion, la poussée d'angoisse, Crevette et son transplanage, la ruelle froide, la solitude et le désarroi, la peur, son père, l'auror, l'institut qui n'attendait qu'elle. Elle porta une main à sa bouche, déconcertée. Elle était réellement stupide. Ces choses-là n'étaient pas censées lui arriver à elle. Elle valait bien mieux que ça. C'était peut-être la faute du mauvais karma qu'elle avait du accumuler en jugeant les gens, en méprisant le commun de ses camarades depuis toujours.

Comme dans toute situation de perte de moyens, Keira consulta les chiffres. N'ayant pas de papiers et de manuels à sa disposition, elle le fit de tête, ce qui eut pour bénéfice de trier ses idées. Ses influences n'avaient pourtant pas changées, et n'indiquaient pas de telle situation. Il lui aurait fallu lire les cartes. Seulement dans les cartes elle aurait pu trouver réponse à ses questions - Merlin savait qu'elles étaient nombreuses cette nuit-là.

La nuit fut agitée. Elle avait décidé d'essayer de dormir, mais n'étant pas habituée à un si piètre confort, elle se retourna toutes les dix secondes afin de trouver la position adéquate. Elle parvint éventuellement à s'endormir, mais se réveilla à telle fréquence qu'au petit matin, elle eut l'impression de ne pas avoir fermé l’œil. C'était donc avec un regard lessivé qu'elle dévisageait l'homme qui lui tendait un café, se rappelant qu'elle avait vêtu un autre visage que le sien. Elle se félicita de ses réflexes, même si désormais ce second visage ne la protégerait sûrement plus beaucoup.

« Ce n'est pas ce que vous croyez, » articula-t-elle sans toucher à la boisson chaude. Elle avait des chances de s'en sortir sans problèmes, si elle racontait la vérité - et qu'elle l'embellissait un peu. Elle avait deux cartes différentes à mettre sur la table. Seulement, l'une incluait d'exagérer un peu les faits. « Je suis prête à tout vous raconter, » dit-elle en soupirant. « Mais comment saurez-vous que je vous dit la vérité ? Mes parents m'ont appris à être honnête, et je hais faire déshonneur à ma mère... mais je ne sais pas si c'est dans vos habitudes de croire les... coupables sur parole. »
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Dim 12 Nov - 16:34


Tiens, c'est marrant je ne m'attendais pas à ce genre de réaction. Deux scénarios s'étaient incrustés dans mon esprit. Dans le premier, elle me sautait dessus, m'envoyant au passage mon café à la figure, pour tenter de s'enfuir tandis que dans le second elle prenait le café de mauvaise grâce, faisait une blague débile sur le Veritaserum et me répondait en me prenant de haut comme les trois quart des idiots qui finissent en cellule. Mais là, rien de tout ça. Elle me regarde sans broncher et m'explique vouloir tout m'expliquer sans savoir si ça en vaut la peine.

Si ça ne valait pas la peine, je n'aurai pas prit la peine de me lever ce matin pour venir l'interroger, je me serais contenter d'envoyer un hiboux au bureau pour prévenir qu'on avait une idiote à envoyer au trou et basta. Alors je lâche un soupir, c'est plus fort que moi, avant de faire couler une gorgée du liquide chaud dans ma gorge. C'est vrai, elle pourrait dire tout et n'importe quoi, rien ne m’obligeait à la croire. Enfin, rien ne me m'obligerait à le faire. Je peux lire en elle et découvrir la vérité, mais dans l'absolu, si je veux l'inculper pour agression ... les faits parleront d'eux même.

« Le café va refroidir. C'est très mauvais pour les intestins le café froid vous savez ? C'est un coup à choper des crampes à vous faire vous tordre sur le sol. »

Je pose mon regard dans le sien et lui adresse un petit sourire. Une nappe de brouillard, le flou le plus total et le plus absolu. Simplement recouvert d'une pointe d’inquiétude et satisfaction. Wait, what ?! Qu'elle soit inquiète, je peux le comprendre, n'importe qui serait inquiet dans sa position. Se retrouver entre quatre murs froids d'une cellule du ministère n'a rien de rassurant. Mais qu'est-ce que la satisfaction vient faire là-dedans ?! Je plisse le regard, tentant de creuser un peu plus à travers le brouillard, mais plus aucune trace de satisfaction. Étrange ... devrais-je lui dire ?

Si je lui dit et lui demande l'autorisation d’accéder à son esprit, elle pourrait toujours refuser, mais je perdrais l'effet de surprise que je peux avoir en délaissant le faux pour ne garder que le vrai. Enfin si j'y arrive ... pour une raison que j'ignore, son esprit me semble étrange, nébuleux, complexe, presque multiple. Non, je ne lui dirait rien pour le moment, le principal étant qu'elle laisse son regard planté dans le mieux, comme ça, c'est parfait !

« Commencez par vous réchauffer et expliquez moi calmement ce que vous avez à m'expliquer. Je n'ai pas pour habitude de condamner sans juger, et même si les faits sont relativement graves, on peut toujours vous accorder le bénéfice du doute ... contentez vous de me donner votre version des faits calmement et sans fuir mon regard, alors nous verrons. »

* Ah ouais carrément ... ça fais pas du tout peur de la façon dont tu le présentes, personnellement je ne me demanderais pas du tout pourquoi tu veux absolument que je te regarde. Elle va te prendre pour un pervers tu sais ?! *

Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
Keira Sanders
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Keira Sanders, Dim 12 Nov - 16:57


La belle haussa un sourcil perplexe en entendant la remarque faite sur le café. S'il croyait lui faire peur ainsi ! Il en fallait plus pour effrayer miss Sanders que de sombres menaces passives-agressives. De toute manière, elle ne comptait pas toucher à ce gobelet. Il n'était pas question de croire que le représentant de l'ordre y avait versé une certaine potion la forçant à ne dire que la vérité, ou pire, un quelconque poison ; elle n'avait juste jamais aimé ça. Dans sa petite famille, et chez la plupart des faux aristocrates, c'était du thé que l'on sirotait le matin pour se réchauffer. Le café était réservé aux autres. Ainsi, elle se contenta de répondre brièvement « je n'aime pas le café, c'est une aimable intention, mais non merci » sans perdre ses manières. Il était important de rester respectable en toute situation. Même entre les murs froids d'une cellule. Et puis, cette situation n'était que temporaire... pas vrai ?

Relativement graves ? Il fallait qu'il se détende celui-là ; ce n'était pas non plus comme si elle l'avait assassiné, ou qu'elle avait essayé de lui faire du mal. Tous les sortilèges qu'elle eut utilisés n'étaient pas même offensifs. Elle souhaitait juste fuir. Bref, il était temps de commencer à parler. Ce type étrange souhaitait qu'elle maintienne le contact visuel, sans doute pour prouver qu'elle ne mentait pas. On disait souvent, à vérité de faits, que le langage corporel pouvait trahir toute une déclaration. Si une personne a les yeux fuyants, il y a des chances qu'elle mente. Le hic, c'était que l'histoire que Keira s'apprêtait à conter était un poil humiliante et aurait l'air tirée par les cheveux, bien que ce ne soit que la vérité - car oui, elle eut vite fixé son avis, il fallait se méfier de celui-ci.

« Très bien... » commença-t-elle en posant ses yeux en face de ceux de son interlocuteur. «
Je n'étais pas en possession de tous mes moyens. Une incarcération ne ferait qu'empirer les choses, à mon avis. »
On s'en fichait probablement, de ton avis. « J'ai vingt ans. A mes dix-sept, une camarade à l'école a failli causer mon décès en me noyant dans le lac de Poudlard, dans un excès de rage. Depuis ce jour, j'ai eu de... graves soucis d'angoisse. » Son ton était posé, mais douloureusement sa voix flancha sur le mot grave. C'était la première fois qu'elle admettait qu'elle avait eu besoin d'une prise en charge, et que peut-être ses parents avaient fait le bon choix. En même temps, il suffisait de regarder autour d'elle pour voir où cette histoire l'avait menée. « Après ma sortie de Poudlard, mes parents m'ont emmené dans un institut privé moldu qui soignait ce genre de pathologies. Quelque chose comme Sainte-Thérèse, à Londres, vous pouvez vérifier que ça existe. J'y suis restée un an et demi, recluse. » La partie la plus humiliante n'avait pas encore commencé ; ainsi, ses yeux ne se détournèrent pas encore, même si sa voix trahissait une certaine animosité à l'égard de cet institut et des personnes qui y étaient. « Je vous raconte ceci pour vous expliquer ensuite les circonstances qui nous ont mis tous deux dans cette cellule, ce matin. Vous me suivez ? » De toute évidence, la brune n'avait aucunement envie de continuer s'il jugeait déjà qu'elle ne racontait que des sottises. La suite sortait probablement des histoires qu'il entendait tous les jours. S'il ne croyait pas qu'ici elle disait la vérité, il ne croirait pas un mot de ce qui allait suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Dim 12 Nov - 17:21


Un soupçon de rébellion secoue la nappe de brouillard qui m'empêche de lire en elle aussi bien qu'avec un sortilège. Ainsi donc, mademoiselle n'aime pas le café ? Fort bien, je prendrait donc ma deuxième tasse de la journée un peu plus tôt que prévu voilà tout. Une nouvelle onde, que je ne parviens pas à décrypter, lui traverse l'esprit. Soit, il va falloir que je me contente de ce que je comprends. Au moins, elle ne semble pas décidée à détourner le regard. Je pose doucement son gobelet sur le sol et l'invite d'un signe de tête à commencer son récit.

Sa voix vacille sur un mot, son esprit tremble sur le coup : une pointe de douleur mêlée au regret. Une fin de phrase un peu plus rapide, le ton un peu plus sec et un éclair entre deux nappes de brume : la hargne qui fait son apparition. Elle me parle de son histoire, de son passé et de faits qui ont déjà eu lieux et qui n'ont aucun rapport avec ce qui l'amène ici aujourd'hui. Je ne comprends pas bien la démarche, mais au moins pour le moment, elle est honnête. Elle me demande si je la suis, je ne peux m'empêcher de sourire avant de lui répondre d'une voix douce.

« Une histoire douloureuse que vous vous apprêtez à me dévoiler n'est-ce pas ? Je dois avouer ne pas bien voir le rapport avec ce qui c'est passé hier soir, mais continuez je vous en prie ... »

Une chose m’interroge, m'interpelle, me questionne. Pourquoi son esprit me semble aussi ... différent ? J'ai l'impression de me perdre à travers plusieurs couche successives de brouillard, chacune recelant une personnalité propre. C'est troublant, étrange, inquiétant, mais continuons...

Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
Keira Sanders
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Keira Sanders, Dim 12 Nov - 17:45


Comme la jeune femme s'en était doutée, l'auror ne voyait pas vraiment le lien entre ce passé proche et l'embuscade de la veille. Mais bientôt, il comprendrait. Du moins, elle l'espérait. Inutile de conter de douloureux souvenirs, qu'elle pensait avoir laissés derrière elle, pour que cela ne serve à rien. Elle avait l'air de raconter un peu sa vie, mais ce n'était pas pour le plaisir ; elle jugeait nécessaire qu'il sache ce morceau de l'histoire... sans quoi il n'y avait aucun moyen de comprendre la suite.

Elle reprit.

« On m'a donné un traitement médicamenteux là-bas, certes efficace, mais qui met dans un état de torpeur que je ne vous souhaite pas. » Consciente de s'égarer un peu, elle se mordilla la lèvre inférieure, et continua. « J'ai emporté avec moi un flacon rempli d'une trentaine de ces pilules, à ma sortie, je ne sais pas pourquoi je l'ai gardé... Je ne comptais pas y toucher. En cas de dernier recours, peut-être. C'est moins risqué qu'abuser de philtre de paix. » Comme quoi les moldus, qu'elle méprisait pourtant parfois, n'étaient pas si stupides et inutiles. « Bref, j'ai ordonné à mon elfe de maison de me surveiller. Il avait pour ordre strict de m'empêcher de me faire du mal en y touchant. » Empêcher une rechute qui la ramènerait là-bas. « J'ai eu une petite rechute hier soir, je ne sais pas trop pourquoi, ces choses-là ne s'expliquent pas... Je me suis mise à imaginer des choses » sur ces derniers mots, elle ne put se retenir de baisser les yeux et de froncer les sourcils d'un air dépité. En avouant ceci, elle risquait d'y retourner ; et c'était ce qui l'effrayait par dessus le reste, on y venait. « Mon elfe de maison m'a transplané dans cette ruelle... je ne sais même pas où. Où étions-nous au juste ? Bref, il m'a laissée là, car j'y serais seule et loin de tout ce qui pourrait me blesser à mon appartement. C'est là que vous êtes arrivé. » La brune avait réintroduit le contact visuel en posant sa précédente question. Elle était calme, mais quiconque la connaissait serait surpris de lui trouver un air bien plus faible que d'habitude. Elle n'aimait tout simplement pas se confier ; surtout que son interlocuteur n'avait pour elle aucun dessein amical. « En vérité, et cela va vous sembler grotesque, j'ai cru de loin que vous étiez mon père. »
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Sam 18 Nov - 9:21


La demoiselle continue son récit sans sourciller. Elle mordille doucement sa lèvre tandis qu'un sentiment de ... dégoût ... s'empare d'elle, mêlée à l'ironie d'une situation qui m'échappait complètement. Décidément je n'était pas encore bien au point avec la lecture. La peur s'empare d'elle lorsqu'elle évoque les médicaments qu'elle dit avoir pris la veille au soir. Elle baisse les yeux, mais les ramène rapidement à mon visage. Serait-ce la honte qui l'a empêché de me regarder en face à l'instant ? Où serait le mensonge dans ce qu'elle vient de dire ?

Les yeux plissés, les iris plongés dans ses rétines, le contact est rompu de manière brutale lorsqu'elle dit m'avoir confondu avec son paternel. J'esquisse un mouvement de recul et lui lance un regard quelque peu choqué. Sans déconner ?! Mais quel âge elle me donne celle-là ?! Je secoue doucement la tête pour chasser cet orgueil bafoué et m'éclaircit la voix avant de lui demander quelques précisions. Parce que oui, d'accord, elle était sous médicaments et avait la tête ailleurs, mais dans ce cas ...

« Pourquoi m'avoir attaqué si vous me preniez pour votre père ? Et pourquoi avoir persisté à fuir et à riposter une fois que je me suis annoncé ? »

Ses relations avec son père devaient être tendu pour qu'elle veuille le fuir de la sorte et je peux comprendre qu'elle ait voulu me fuir une fois qu'elle eut prit conscience qu'elle s'en était prise à un agent du ministère, mais c'était au final aussi stupide que dangereux. Dans le contexte actuel, j'aurais fort bien pu l'attaquer avec bien plus de virulence que ça et c'est dans une chambre de Ste-Mangouste qu'elle se trouverait alors. C'est dingue cette manie qu'on les gens de fuir le ministère ... nous sommes avant tout là pour les aider et les protéger, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
Keira Sanders
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Keira Sanders, Sam 18 Nov - 12:34


A la question que l'auror posait à Keira désormais, c'était à se demander s'il avait suivi. Elle se retint de lever les yeux au ciel, puis se souvint qu'ici elle n'était pas en position de force, et que les autres personnes n'étaient pas dans ses petits souliers vernis. Si elle n'expliquait pas les choses jusqu'au bout, soit il y aurait malentendu, soit incompréhension - et les deux situations lui porteraient préjudice. Elle n'était pas fière de l'histoire qu'elle venait de conter et de sa réaction de la veille, mais puisqu'elle en était à ce point, la marche arrière n'était pas envisageable. Elle ne pouvait pas l'envoyer voir ailleurs si elle y était juste sous prétexte que cela l'arrachait de devoir expliquer tous les détails et que, de toute manière, il devrait faire le calcul pour trouver seul les éléments manquants. Ce n'était pas comme ça que la vie fonctionnait. Pour la première fois depuis qu'elle était née, on ne lui mettait pas de l'or dans les mains.

« Eh bien, parce que j'ai cru que mon elfe avait été le trouver pour le prévenir et qu'il venait me chercher pour m'emmener à Sainte-Thérèse de nouveau, » répondit-elle. « Et puis, je ne me suis pas rendue puisque j'ai pensé que je devrais m'expliquer... ce qui est le cas maintenant, de toute façon, mais... que du coup, vous aussi voudriez m'emmener là-bas. » C'était sans doute absurde. Pourquoi l’emmènerait-il ? Ce n'était pas son rôle. Et puis, Keira était majeure : il n'avait pas non plus à contacter ses parents pour leur expliquer ce qu'il s'était passé. Ses capacités à juger dans une situation urgente la désespéraient. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à attendre et constater le résultat de tout cela. « Je crois que je n'ai plus rien à ajouter, si ce n'est que vous ne risquiez pas de terminer blessé avec mes sortilèges défensifs. Je voulais juste me protéger d'horribles personnes. C'était un malentendu. » Sur ce, elle attendit la suite, d'un regard à la fois triste, fatigué et interrogateur.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Dim 26 Nov - 17:40


La demoiselle se perd un instant dans ses pensées et je sent poindre en elle une petite pointe d'agacement. Je ne peux réprimer un sourire, elle semble prendre sur elle pour ne pas sortir de ses gonds et m'envoyer cueillir des roses. Au moins, elle est consciente de la réalité de la situation ... et puis jusqu'ici, elle a toujours été honnête. Fait suffisamment rare pour le souligner. Si la situation n'était pas ce qu'elle était, je suis sûr que nous aurions pu nous entendre à merveille. Mais aujourd'hui, elle était contrevenante à la loi, et moi représentant de cette même loi.

Elle ouvre la bouche et sa langue me déverse à souhait les explications qui me manquaient jusqu'alors. Elle termine sa tirade par une petite remarque sur le choix des sorts qu'elle a utilisé lors de sa fuite, et s'il y a une pointe de vérité dans ce qu'elle dit, je ne peux m'empêcher de repenser à ce combat récent à Loutry Ste-Chaspoule. Lui aussi au début, ne semblait pas plus agressif que ça. Il n'a même utilisé aucun sortilège au début .... mais au final c'est bien moi qui ait dû annoncer le décès de cette pauvre moldue à sa famille.

« Je comprends votre raisonnement mademoiselle, mais dans ce genre de situation, on ne sait jamais à quel moment notre adversaire va commettre l'impardonnable. Comprenez donc que je ne pouvais pas prendre le risque que vous croisiez un civil et que vous puissiez vous en servir comme bouclier... »

Cette option n'était pas envisageable, si un civil s'était retrouvé non loin de nous, je ne pense pas que je me serait contenter de l'arrêter, ou alors pas de cette façon. D'une façon sans doute un peu plus définitive, alors qu'elle était innocente. Une aiguille semble s’immiscer doucement à travers mes entrailles pour aller me picoter le cœur. Aurais-je vraiment pu être l'assassin d'un civil un peu à l'ouest et paniqué, mais pas méchant pour deux sous ? Il faut que je me tempère, ça ne dot pas arriver ! Secouant doucement la tête, j'observe à nouveau la demoiselle, qui fait de même. Puis je me souviens de ses propos.

« Je n'ai pas l'intention de vous emmener à quelque hôpital que ce soit, ce n'est pas de mon ressort et vous êtes seule à pouvoir décider des soins qui vous semblent bons pour vous. »

Bon ... elle aura quelque peu animé ma soirée d'hier et mit un peu de piment dans ma matinée, mais rien qui justifie de la garder plus longtemps en cellule. Je reprends une gorgée de café et me lève en direction de la porte, rompant le contact visuel avec la demoiselle. Elle n'a dit que la stricte vérité, j'ai tous les éléments nécessaires en ma possession, inutile d'aller plus loin. Ouvrant la porte, je lui fait un petit signe afin qu'elle m'emboite le pas.

« Très bien, vous pouvez y aller mademoiselle. Juste un petit conseil, la prochaine fois ... arrêtez vous. En pareille situation, ce n'est pas l'hôpital que vous auriez pu rejoindre, mais la morgue. Des explications valent mieux qu'un duel, vous ne croyez pas ? ... ah oui, j'aurai besoin de votre identité également, après ça, vous pourrez récupérer votre baguette auprès du poste de sécurité dans le hall du ministère. »

Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
Keira Sanders
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Keira Sanders, Dim 26 Nov - 18:46


La jeune femme attendait désespérément l'issue de cet interrogatoire, mais l'auror marquait un point. Qui savait, si elle avait continué son chemin, elle aurait peut-être croisé la route d'un autre innocent qui lui n'aurait pu se défendre. D'un sens, c'était donc une très bonne chose de ne pas avoir eu de chance et de tomber sur un représentant des forces de l'ordre. Ce dernier semblait d'ailleurs en proie à une sorte de confusion ou de conflit interne, en tout cas c'était ce qu'indiquaient ses mouvements de tête. Elle fut rassurée d'entendre qu'il n'avait pas le pouvoir de l'enfermer à Sainte-Thérèse. Après tout, on ne savait jamais, avec ces gens-là. Ils avaient bien le pouvoir d'arrêter les civils et juger de leur avenir en les mettant ou non dans une cellule.

Visiblement, la cellule, ce n'était pas pour elle, pas cette fois-là : l'auror lui indiqua la sortie de la petite cellule, lui donnant un avertissement dont elle tâcherait de se souvenir si une telle situation venait à se reproduire. Finalement, elle fut obligée de décliner son identité afin de récupérer sa baguette. C'était là qu'elle se souvenait de ses yeux clairs et ronds, de ses cheveux blonds, de son petit nez pointu et de ses joues rosées. Elle hésita quelques secondes ; reprendre son apparence originelle ? mentir sur son nom ? donner le bon ? de toute manière, l'auror ne savait pas quelle tête avait Keira. Si elle reprenait son visage asiatique et sa peau pâle, il serait bien capable de penser que le visage européen était le véritable. Reprendre ses traits de naissance n'était pas utile, voire plutôt risqué, en somme. Et puis, elle aurait pu changer d'apparence il y a longtemps de cela, pour des goûts personnels ou des raisons qui n'avaient rien à voir avec cette histoire.

C'était donc avec ses grands yeux ronds qu'elle déclara s'appeler « Keira Plectrude Sanders », épelant le second prénom car ce dernier était compliqué à saisir. Ensuite, elle s'avança vers l'endroit où elle pouvait récupérer sa baguette et ses bijoux.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Artemis Lhow, Sam 9 Déc - 20:15


« Keira Plectrude Sanders »

« Très bien Keira, je pense que ce sera tout pour le moment. Sois prudente à l'avenir et n'utilise plus ta baguette à la légère ... remercie ton elfe également. Ce produit aurait pu te faire bien plus de mal. Merci de ta coopération. »

Je sort de la pièce et sans un regard en arrière me dirige vers mon bureau. Elle saurait sans doute retrouver le chemin du grand hall seule et, au pire, ce ne sont pas les bonnes âmes qui manquent, quelqu'un saura la rediriger à travers le labyrinthe de nos couloirs. Par contre, je me demande comment je vais bien pouvoir écrire mon rapport moi ... enfin, pour une fois ça se termine plutôt bien alors je ne vais pas m'en plaindre. La dernière fois que j'ai du interroger quelqu'un, je n'étais pas loin d'encastrer cette personne dans un mur ou dans la table.

Ça fait du bien de voir que tous les civils ne nous prennent pas pour des abrutis. Certains semblent même avoir un minimum de considération pour nous, bénie soit déesse hein ... si seulement un peu plus de citoyens pouvaient penser de cette manière, nous aurions sans doute moins de difficulté à intervenir et à être pleinement efficace sur le terrain. Bref, un café, quelques lignes à taper et direction Pré-au-Lard !

Fin du RP - Merci à toi :kiss:

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Azaël Peverell, Jeu 15 Mar - 19:41


Suite de ce RP
Avec Elly et Arty, quand Elly était encore cheffe des Aurors
Et Azarty étaient encore à Poudlard



T'as eu un léger bug en entendant le sort lancé par Arty. Non, mais sérieux, encore ? Sauf que ton exaspération t'a empêché de réagir. Et tu t'es retrouvé emprisonné par des cordes. Encore. C'est que deux fois en dix minutes, ça fait un peu beaucoup, même pour toi. Et bientôt, il se retrouve dans l'exacte même position que toi. T'aurais presque pu penser que c'était ton oeuvre, simplement par la force de ton esprit parce que la magie est trop puissante en toi. Mais non. C'est beau de rêver. En fait, c'est juste Elly qui l'a soumis au même sort. Apparemment, elle n'apprécie pas tellement le fait que vous vous entraîniez en pleine rue.

Elle aurait quand même pu vous prévenir avant. Mais non. Elle préfère vous faire transplaner. Tu te raidis légèrement en sentant sa main sur ton épaule. Et une fois la désagréable sensation du transplanage d'escorte parfait, tu soustrais ton épaule à son contact en lui lançant un regard assassin. D'autant plus que tu reconnais parfaitement l'endroit dans lequel vous vous êtes arrêtés. Le Ministère de la Magie. Deux fois en quelques mois que tu te retrouves trimbalé attaché dans ce bâtiment. C'est que c'est le genre d'habitude dont tu te passerais bien. D'autant plus que vous n'avez même pas le loisir d'obtenir un badge hors-la-loi à votre nom cette fois. Dommage, Arty aurait probablement été très fier de ça.

Mais elle ne vous amène pas dans les salles d'interrogatoire comme son collègue l'avait fait avec toi précédemment. Non. Elle vous colle directement en cellule. Enfermés et ligotés en cellule. Tu écarquilles les yeux avant de lui lancer un regard.

- Non mais qu'est ce que tu fous ? T'es pas sérieuse ! Laisse nous sortir de là, c'pas drôle !

Tu détestes ça. Etre attaché, privé de tes mouvements. Enfermé et privé de ta liberté. Simplement soumis au bon vouloir d'une geôlière qui ne semble pas avoir envie de dialoguer avec vous. Et puis tu te rends compte que c'est un peu de la faute de ton pote. S'il ne t'avait pas attaché, rien de tout cela ne serait arrivé. Ouais, c'est pile le bon moment pour une dispute.

- T'aurais pas pu lancer un autre sortilège toi aussi ? T'fais chi*r, r'garde où ça nous mène tes conneries !

De la mauvaise foi ? Où ça ? T'es juste sur les nerfs. T'aimes pas les endroits confinés, ça te fait angoisser. Un peu.


Dernière édition par Azaël Peverell le Sam 17 Mar - 10:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Arty Wildsmith, Sam 17 Mar - 0:24


Mazette he did it. No way he did it. En plus de cela, il avait trouvé le point faible de ses adversaires et son propre point fort : jouer sur la surprise. C’est que tous les autres qui n’étaient pas lui ne s’attendaient absolument pas à ce qu’il réussisse à lancer un quelconque sort. Alors à peine le temps de commencer une petite danse de victoire en faisant rouler ses bras et gambiller ses poings enthousiastes. Il s’était fait ligoter à son tour. Évidement. Il n’était pas resté sur ses gardes. Fatale erreur que le gamin qui se croit victorieux. Il avait grogné, plus par principe que par réelle exaspération. Et les voici balancés, remués, transportés comme de vulgaires sacs d’endives. Mais c’est qu’ils avaient augmenté leur célébrité. Dommage, Arty leur auraient bien fait des signes de la main sympathiques à tous ses visages curieux, surpris. Deux adolescents prisonniers de la cheffe des Aurors, c’est que c’était rudement intéressant pour leurs langues de commères.

Puis un tout nouvel habitat se dessine devant leurs yeux de brigands. Une cellule, une vraie, comme dans les films. Oh. Mon. Dieu. Il était réellement devenu un bandit ! Il sourit, ne peut s’en empêcher. Est-ce que ce n’était pas là un des plus grands moments de sa vie ? A partager avec amour avec son pote, qui plus est. Il balaie du regard l’espace réduit dans lequel ils sont désormais enfermés. Un wow dessiné sur sa bouche ébahie. Qu’est-ce qu’il était fier. Ha ha ha ! Aza ! On est en prisoooon ! Sans blague ? Décidément, sa perspicacité le perdra à c’t’enfant. Parce que lui trouvait très, mais alors, très très drôle. Contrairement à son partenaire de crime. Il ne vivait pas la chose comme une injustice. Au contraire, c’était une véritable promotion. Ils avaient gravi les échelons des délinquants sorciers, ils avaient une cellule pour eux tous seuls ! Franchement, peu peuvent en dire autant. Du moins, les autres n’avaient pas leur classe. Surtout ligotés de cette façon.

Alors, ignorant totalement la jeune femme qui devait taper du pied d’impatience – il n’en sait rien puisque ne la regarde pas. Attendait-elle quelque chose ? Le spectacle n’était-il pas suffisamment intéressant ? Non, certainement pas, puisqu’ils ne bougeaient pas. Allez, un petit quelque chose, foutre les paillettes dans cette cellule pâle. Le Blaireuatin ne fait guère plus attention à la rage consumant Azaël. Il n’était pas content le pauvre, c’était un cauchemar qui se réalisait. Il était la plus petite poupée russe, celle toute à l’intérieur. Ligoté, dans une cellule avec un hyperactif. Le Serpentard allait trépasser, c’était certain. Alors il fallait le remuer, le faire penser à autre chose. On fait la course ? Dans une si petite surface, mais oui bien sûr, il a tout compris le petit.  Allez, viens, saute ! saute ! saute ! Et il s’exécute. Tout guilleret qu’il était. Il en profite au passage pour répandre les éclats de son rire sur les murs gris de la cage. Pour le plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Elly Wildsmith, Dim 18 Mar - 15:27


Tu ne savais pas ce qui t’énervait le plus. Si c’était le comportement énervé d’Azaël ou si c’était la désinvolture d’Artemis. Tu soupires alors que tu refermes la lourde grille derrière les deux jeunes gens. Entre le premier qui piaille sans cesse et l’autre qui ne semble pas prendre la considération de ce qui leur arrivait, tu restais un instant à réfléchir. Il te fallait quelque chose pour les mater, pour les impressionner peut-être. Pour les faire redescendre sur terre. Parce que ça devenait urgent que l’un et l’autre prenne conscience des choses. Tu soupires alors que tu attires une chaise pour t’y assoir lourdement, le regard rivé vers les deux inconscients.

Quelques minutes passèrent ainsi, ton regard toujours figé sur les deux idiots. Tu réfléchissais à ce qui pourrait leur faire suffisamment peur pour les empêcher de recommencer. Alors tu décides de bluffer. « Lequel d’entre vous souhaite y passer le premier ? ». Baguette tendue alternant entre l’une et l’autre des silhouettes. Un silence s’ensuit, alors tu continues « Décidez-vous sinon les deux y auront le droit ». Sortilège impardonnable ? Magie noire ? Tu ne sais pas trop, tu veux juste que les deux gamins comprennent qu’ils ont été beaucoup trop loin désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Azaël Peverell, Dim 18 Mar - 16:08


Arty ne semble pas prendre les choses au sérieux. Même pas ton engueulade. Il est même... Heureux d'être en cellule. Super. Il lui manque vraiment une case. Si habituellement, tu trouves ça plutôt amusant et que ça fait parti de son charme de se foutre royalement de tout en voyant toujours le bon côté des choses, sur ce coup, c'est simplement agaçant. Et le voilà qui part dans une course sautillante en solo tandis que tu te contentes de l'assassiner du regard. T'as limite envie de lui en retourner une histoire de lui remettre les idées en place, mais t'es contre la violence sur les enfants. Et Arty est clairement toujours un gosse.

Mais voilà, tu n'es pas le seul à qui cette attitude tape sur le système. Elly ne semble pas apprécier non plus. Enfin c'est sûrement le mélange de vos deux attitudes en fait. Parce que toi, t'as juste envie de te barrer de là le plus rapidement possible. Mais ce n'est pas pour autant que tu prends réellement la situation au sérieux. Si tu ne détestais pas à ce point les espaces clos et la privation de liberté, tu te foutrais d'elle également, et sans y penser à deux fois. Mais t'es clairement pas dans de bonnes dispositions. Tu balances un "Mais ferme-la !" à Arty et voilà votre geôlière qui prend enfin la parole.

Elle est vraiment sur les nerfs. Elle vous menace même de sa baguette. Tu fronces les sourcils. Non mais elle déconne là, pas vrai ? Elle va pas passer ses nerfs sur l'un d'entre vous, sur une base de volontariat en plus ? Non, il y a anguille sous roche. Elle est cheffe des Aurors, et elle est en plein milieu du Ministère. Pas moyen que tu te laisses faire si facilement. Mais, plus important, pas moyen qu'elle ne touche ne serait-ce qu'à un cheveu d'Arty sans le regretter amèrement par la suite.

- J'suis pas sûr que torturer deux étudiants de Poudlard fasse parti de tes fonctions ici. Laisse-nous partir, c'bon, on a compris la leçon.

Voix plutôt posée, même si la colère gronde en toi. Toujours pareil. Tu remplaces l'angoisse par la rage. C'est bien plus facile pour toi de tout laisser exploser quitte à regretter après que de devoir faire face à une de tes faiblesses. Surtout en public. Surtout quand tu dois tout faire pour protéger Arty.

- Et j'te jure que si tu le touches tu le regretteras.

Regard noir. Au pire Lival viendra te faire la peau. Peu importe. Arty avant tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Cellule du Ministère Empty
Re: Cellule du Ministère

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 Cellule du Ministère

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 2-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.