AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 6 sur 6
L'arrière boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle

Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Sam 12 Mar 2016 - 15:04


Un son indistinct grignota l’air de la salle, un truc sur un hippogriffe, comme un cri lancé dans le silence, un amarrage raté. Je l’entendis, je crois ; mais prétendis que non, me laissant plutôt tenter par l’horloge avide. Elle se sentait puissante, cette p*te. Elle était là à compter l’approche de notre mort, elle qui n’avait rien à craindre, elle qui était déjà fichue. Elle était là avec ce froid décompte des instants qui grondent. Elle chuchotait, plus fort que l’autre habitant des lieux, Souviens-toi ! - Rapide, avec sa voix d'insecte, sa voix de fourmi, de mite, pour vous dire le vrai.

Elle rongeait, impatiente, les instants qui me hantent, n’attendait que la fin, spectatrice empressée, escomptant les trépas et trépignant devant les morbides ébats. Entre moi et moi. « Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide. » Sa voix se faisait plus pressante, imprégnant les moindres parcelles de mon corps, elle hurlait à présent, au moindre cliquetis des aiguilles, Meurs, lâche, meurs, il est tard. Pis moi, moi j’voulais pas. J’étais peut-être lâche avec ma rage de vivre ! Oui, sans doute. Peu importe. Toi aussi, lecteur, t’as peur.

Tu crains les regrets, veux pas te mer*er dans les après. Ni les avants, tu calcules tout le temps. Aujourd’hui, aujourd’hui j’avais l’occasion de tenter ce pari, de trouver un truc qui rendrait mes trucs quotidiens plus funky. J’allais te vaincre, horloge de mes deux. Raclement de gorge. Parker approchait. J’abandonnais ma rivale, je plongeais tête première dans la direction que la sirène indiquait. T’manière elle était anglaise, pas russe, déjà, ça pouvait que bien se passer. Non ? Je pivotais.
- Hey, Parker. Sourire carnassier. Y a des trucs qu'on ne peut changer, chez moi, des moules en lesquels je ne rentre pas, quoique d'autres soient à mon goût.

C’était assez dingue comme nos liens avaient... évolué ? On savait plus ou moins comment réagissait l’autre en cas d’incarcération, et finalement, ça en disait sur les gens, ce type d’expérience. J'me demande si je finissais pas par prédire ses réactions avec plus d'acuité que celles de Lestrange. Pourtant, à la sortie d’Azkaban, on n’avait pas tellement cherché à trainer ensemble. Sans doute car on s’associait encore à certains souvenirs de cellules, et qu’on avait besoin d’air, avant.

Pour ne pas imploser.


Il avait fait le pari de LA, pis moi… J’avais vogué, disons ? Bref, le revoir était pas trop déplaisant.
- J’ai pas trouvé de quoi faire de poison de paranoïa et du fluide explosif entre temps, m’enfin, j’ai un peu de sang humain. Je secoue les cylindres de verre, étiquetés et tout. J’savais pas trop si pour la vente, t’avais une préférence pour le moldu, semi, pur, d’coup j’ai pris un peu des trois. J'ignorais où on allait. Si j'avais des trucs à prouver ou quoi. Mais j'y allais.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Jeu 17 Mar 2016 - 21:47


- Hey, Parker.

Ça faisait sacrément bizarre de revoir la Poufsouffle plusieurs mois après leur sortie de prison à tous les deux. La réaction logique qu’ils avaient eu en retrouvant la liberté avait été de partir vivre leur vie chacun de son côté histoire de se réadapter à la vie en société et surtout d’aller de l’avant après une expérience pour le moins bouleversante comme celle qu’ils avaient vécu. Cependant, ils en avaient vraiment appris beaucoup l’un sur l’autre du coup, et la revoir aujourd’hui faisait tout de même du bien puisque rien n’avait vraiment changé et qu’ils se comprenaient toujours très bien. Par contre hors de question de l’admettre devant elle, ça. Il se contenta de lui faire un geste de la main alors qu’il s’appuyait contre le mur en croisant les bras.

- J’ai pas trouvé de quoi faire de poison de paranoïa et du fluide explosif entre temps, m’enfin, j’ai un peu de sang humain. J’savais pas trop si pour la vente, t’avais une préférence pour le moldu, semi, pur, d’coup j’ai pris un peu des trois.

Bonne nouvelle, elle paraissait motivée par le job et avait apporté de quoi le prouver. A savoir : on n’avait jamais assez de sang humain en réserve. C’était à peu près aussi illégal que cool à utiliser, autant dire que c’était très illégal et très cool. Après évidemment, il ne fallait pas attendre autre chose de ces coincés du Ministères qui avaient interdit l’utilisation de cet ingrédient. Le Gryffondor indiqua à Lizzie que son « cadeau » était apprécié.

- Bon, je vais pas te mentir, c’était un peu la dèche dans le recrutement donc le boss était plutôt content quand je t’ai recommandé. Du coup on pensait t’embaucher pour une durée d’essai le temps que tu fasses tes preuves avant de te garder pour une durée indéterminée. T’en dis quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Ven 18 Mar 2016 - 9:51


Il aimait mes sangs. C’était cool. T’façon, c’était un faux cadeau, car si on me chargeait de la confection de potions, l’était clair que je serais la première à les utiliser. Mais c’était toujours un plus de commencer un peu motivée, surtout pour un milieu aussi prenant que la BAMN. Des objets me faisaient tellement de l’œil… Bref, l’ex-Gryffondor, ou ex-prisonnier, ou f*ck, le Parker, parce que ces étiquettes ne devraient nous définir à vie, nous sommes tellement plus que ces cases quoiqu’elles puissent avoir une influence indéniable sur notre construction, pis il précisait à quel point c’était la dèche dans le recrutement.

Mais tu m’étonnes, avant Kholov les gosses se faisaient fournir chez la BAMN tous les quatre matins, maintenant que les petits froussards ne pouvaient acheter les produits que dans une perspective d’usage familial, c’était forcément la chute libre des salaires et recrutement. Bien plus facile de trouver des gens souhaitant servir de l’alcool ; mais moi, moi j’y retournerai pas, je voulais plus y foutre les pieds, à moins que ce soit pour y déclencher un incendie.

Un frisson me secoua, ma mâchoire se durcit.
La BAMN n’était qu’un essai ? Ok. Alors j’irais leur prouver l’étendue de mes capacités. Devenir nécessaire, sans prétendre à être indispensable. Ça tombait bien parce que bon, la pratique magique s’était cassée la gueule à Azkaban et qu’il me fallait tout, maintenant. Tout tenter.
- J’y dis oui.


J’observe mon patron provisoire. Ses dents avaient l’éclatante rondeur du pétrole. Le magnétisme des gens qui savent ce qu’ils font, ou en donnent l’illusion. Ouep, bosser avec lui était carrément moins démotivant qu’avec JB, Ghrys ou autres. Pis il ne serait pas trop coincé. Il comprendrait.
Il ne questionnerait pas.


T’façon, on avait la même vue du Ministère, et ces c*nnards qui m’avaient volé 30 mois de liberté n’avaient pas idée de ce que je pouvais encore créer.
- Y a une potion dont le stock menace d’être écoulé, histoire que je sache où commencer ?
Antre, me voilààà.
J’étais tellement sage, même pour un premier jour, que je me faisais peur. J’étais sans doute désespérée. J’avais vraiment cru devoir devenir garde chez les Madrevier pour me faire un salaire.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Ven 25 Mar 2016 - 19:02


Ce fut sans surprise que Lizzie accepta la proposition du Gryffondor après seulement quelques instants de réflexion. En même temps, si elle s'était levé ce matin ce n'était pas pour le simple plaisir de faire un petit tour dans la boutique et de taper la discussion. De ce qu'en savait Ashton elle n'avait pas trouvé de job depuis sa sortie d'Azkaban et tout un chacun savait qu'on ne pouvait pas vivre uniquement d'amour et d'eau fraîche. En plus dans le cas de la jeune femme elle n'était pas spécialement connue pour déborder d'amour. Et puis, il y avait quand même bien pire que de travailler tous les jours dans la boutique de magie noire la plus réputée de l'Allée des Embrumes.

- Y a une potion dont le stock menace d’être écoulé, histoire que je sache où commencer ?

On voyait bien qu'elle était motivée à faire ses preuves, Parker l'avait rarement vu aussi peu éparpillée. Elle se tenait presque bien, c'était dire ! Il lui fallu quelques instants pour réfléchir à la question de la Blairelle, car à vrai dire les potions ce n'était pas du tout son domaine. C'était bien pour ça qu'ils avaient lancé un recrutement pour un nouvel employé spécialisé d'ailleurs. Déjà qu'en tant que gérant, Ashton se devait de surveiller les comptes de la boutique régulièrement, ce qui impliquait beaucoup plus de sérieux que ce à quoi il était habitué, et en plus de ça il s'occupait généralement de servir les clients. Et comme une boutique qui ne se renouvelait pas était une boutique morte et enterrée, lui et Luke avaient eu l'idée de ce système de potions qui pourrait sans nul doute attirer certains sorciers.

L'Antre avait donc été installée dans le sous-sol de la boutique qui était plus ou moins à l'abandon depuis plusieurs années. Ca n'avait pas été de la chocogrenouille mais le Lion était plutôt satisfait du résultat, il voyait déjà les cobayes se convulser avant de fondre sous les yeux d'un client ayant mal dosé la préparation d'une potion. Et puis, le fait que leur maîtresse des potions soit là pour gérer tout ce domaine rendait la gestion de tout le reste beaucoup plus facile.

- Hum, je sais qu'on est quasiment à court d'Amortentia, et il me semble que c'est aussi le cas de la Potion Vive-Loup. Du coup tu veux que je te montre ta zone de travail ? Tu vas adorer, lui dit-il avec un clin d’œil.

Sur ces mots, il emprunta donc l'étroit escalier en colimaçon qui menait à l'Antre tout en vérifiant que Bennet le suivait bien et n'était pas en train de tripoter une Main de la Gloire.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Dim 27 Mar 2016 - 22:54


Vous avez déjà vu un Parker réfléchir ? Oui merci, on est d’accord. Là il se passait un truc super chelou, genre il mettait le temps en pause et il cogitait. Je sais pas à quoi. Mais ça me perturbait. Clairement. Profondément. Même la meuf derrière le clavier elle avait du mal à savoir ce qu’il se passait dans l’esprit du Gryffondor. Ancien Gryffondor. C’est un peu méchant de le désigner par sa maison alors qu’il a même pas fini ses études et est sans diplôme ce petit bouseux. Enfin, comme Ebenezer et moi sommes dans le même cas...

Gosh, on craint un peu quand même. J’ai de la chance qu’il soit pas trop regardant sur ce type de détail à la BAMN. Que j’ai testé les jobs à l’étranger. On me faisait pas confiance. Surtout avec les gosses. Moi j’ai pas compris. J’ai une tête toute mignonne en tenue d’entretien. Pourquoi ils font toujours circuler les casiers judiciaires ces enflures d’Aurors ? Déjà qu’il a fallu que West nous foute dans ce trou, une part de nous semble y être restée aux yeux d’autrui. Et des miens ?

J’sais pas trop. Sunil dirait que oui. Ça lui ferait trop plaisir d’insister sur combien iel est devenu.e flottant.e et distancié.e et puissant.e. J’ai changé, oui. De là à dire que j’ai laissé un bout de... Oui, sans doute. Mais j’en ai pris des nouveaux aussi. Les bouts du patchwork ont bougé. Genre glissé. Translation qu’on dit ? Pourtant j’ai rien cousu. J’tiens pas les aiguilles, sans doute était-ce le pire durant ces 30 mois. Le manque de maitrise. Quoique. Les bouts de patchwork ne sont et ne bougent que selon ce que je permets. Bref, c’compliqué. Bref, regarder quelqu’un réfléchir me perturbe.

Tout ça pour dire qu’il me signalait avoir une clientèle de m*rde pour qui magie noire voulait dire galipettes sous la couette. Sérieusement, tant qu’à faire, l’Impero coûtait moins cher. Alternative de potion vite écoulée : le vive-loup. Ça, en revanche, ça me plaisait. Les lycanthropes m’avaient toujours quelque peu fascinée. J’avais couché avec l’un d’eux, ou deux d’eux, un paquet de fois ; j’en avais sauvé un autre mais franchement vu qui c’était j’aurais mieux fait de m’abstenir. J’crois que j’avais même joué aux marionnettes avec un quatrième. C’lui qui avait un loup et une marque des Ténèbres s’amourachant sur le bras.

Ouais, pas de doute : les loups-garous étaient la communauté avec laquelle j’avais le moins de tensions à ce jour, et c’est pas dire. Pis c’était une condition qu’ils dissimulaient souvent à la face du monde, jusqu’à ce que leurs instincts soient pressés par quelque émotion trop virulente. Avoir un carnet d’adresse via les consommateurs avait une part d’utilité, quoique sans doute moins fiable que ceux de Tue-loup. Y avait des p’tites expériences en vue, en tout cas !

Et mon sourire laissait deviner que je m’en léchais les babines. Faudrait réprimer cette expressivité. Elle me nuirait un jour. Tu vas adorer, j'aurais aimé que mon rythme cardiaque n'accélère pas. C'était déjà le cas. L'ambiance était mieux que tout ce que j'avais pu croiser côté taff depuis mon retour d'Azkaban.

Un, deux. Le masque retomba, et je suivis mon partenaire de c*nneries dans un lieu aussi sordide que dans mes rêves. Partout. Du bois. DU BOIS. La matière la plus cool. Le truc inflammable. Et pas de pierre. J’crois que Azkaban m’y avait fait développer quelque chronique aversion. Partout. Des cadenas. Des fioles. Des bocaux. Des flacons. Du verre. Je riais.

M*rde l’expressivité, on a dit. Osef. Ce lieu était le paradis. J’oubliais Parker et mes mains se lançaient à l’assaut de 9 racines d'asphodèle. Plus loin, je reconnaissais les rhizomes d'Aubépine. Je les installais sur l’une des tables et foutais le feu à l’eau de mon chaudron du jour. En vrai, je devrais payer pour avoir le droit de bosser ici.

Mais pas le dire. Il pourrait être d’accord. Et j'ai pas de sous.
- Y a moyen d’habiter ici p*tain ? Murmure à moi-même. Pis ma langue humidifiant frénétiquement mes lèvres sous l'effet de la concentration se rappelle qu'il est peut-être encore là. Je lève les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Dim 3 Avr 2016 - 12:16


Vous avez déjà vu une Bennet rire ? Oui merci, on est d’accord. Déjà la voir sourire en dehors des moments où elle torturait des innocents c'était pas gagné, alors rire c'était carrément mission impossible. Mais avec Ashton Parker, mission impossible devient possible ! Il fallait bien dire que l'Antre des potions récemment aménagée pétait la classe, lui-même en aurait été un peu jaloux si jamais il avait maîtrisé quoique ce soit dans ce domaine. Certes, il n'était pas nullissime mais les résultats mettaient souvent beaucoup trop de temps à arriver, et lui touiller dans le sens inverse des aiguilles d'une montre pendant une demi-heure ça l'intéressait pas tant que ça.

M'enfin, apparemment ça avait l'air de faire plaisir à la Blairelle puisqu'elle rayonnait comme jamais. Ce devait bien être l'une des rares personnes à sauter de joie à l'idée de passer ses journées dans une cave. Après, les goûts et les couleurs ça se discutait pas, hein. La salle regorgeait tout de même d'ingrédients en tous genres qui, pour la plupart, étaient très probablement illégaux et/ou rares. Mais quand on est la BAMN on peut tout se permettre évidemment.

- Y a moyen d’habiter ici p*tain ? murmura-t-elle.

Un léger sourire amusé s'étira sur le visage du Lion, c'était vraiment la candidate parfaite pour ce job. Ne pas voir la lumière du jour de la journée ne lui posait apparemment pas de problèmes, elle connaissait tous les trucs chelou entassés sur les étagères et elle était super motivée à bosser. Et en plus, argument non négligeable, Ashton avait passé beaucoup, beaucoup de temps en sa compagnie et savait qu'elle était à peu près fiable pour ce genre de choses.

- Content que tu t'y plaise, je te fais assez confiance pour que tu fasses pas sauter la boutique si je te laisse sans surveillance.

Enfin, il espérait au moins. Luke serait vraiment pas content si ses deux seuls employés ainsi que tous les articles entreposés ici et au-dessus éclataient comme des pastèques. Ben oui, perte de sous, tout ça. Sur ces mots, Parker laissa Lizzie à ses potions et remonta l'escalier pour revenir dans la salle principale.

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Dim 29 Mai 2016 - 23:56


Post unique

Y a des jours, comme ça
J’ai le cerveau qui dérape
Un câble qui lâche
Un plomb qui pète
Des ovaires qui cassent
Un rien qui tout

Le printemps qui s’éloigne

Ça me prend, comme une envie de pisser
C’est le goût de l’enfance et de la toute puissance
Le refus de la norme et de l’obéissance
J’ai le geste preste et la coquille vide

Des mains qui coulissent, suaves ou presque
Un peu rauques je crois, comme la caresse d’une araignée
Chant des brises contre les mâts
Elles verrouillent des portes, griffonnent sur le livre des comptes, trichent quant aux réserves
Elles se servent, sans retenue, elles s’éprennent du goût du vol

Hésite
Souviens toi, Lizzie
T’avais pas trois ans que tu piquais les jouets de Jane
Souviens toi, Lizzie
T’étais qu’une gamine, tu piquais les bagues avec la Détresse
Souviens toi, Lizzie
T’étais pas majeure que ton taff était ton garde manger
Et les cadavres ta garde robe
Souviens toi, Lizzie
T’avais pas dix sept ans que tu cambriolais Gringotts
Volais des plats à Azkaban
T’as la cleptomanie inscrite dans l’ADN

Parmi les derniers cerisiers

Souviens toi, Lizzie
La BAMN est moins la rédemption que l’esprit
Tu peux les louer pour l’ouverture qu’ils t’offrent, mais le corps et l’esprit se doivent suppléés.
L’harmonie se trouve dans la recherche du soi, et voleuse tu ne peux que rester.
Alors s’activent les neurones pour ne prendre que le nécessaire ; alors disparaissent les artefacts au profit de l’une de ses piaules.

La fenêtre se referme
Les doigts frémissent et les lèvres geignent
Il est temps d'apprendre, encore, encore, ancre moi tes desseins, Magie.


Lizzie Bennet=Paire d'armoires à disparaitre : 50 Gallions + Oeufs d'Accro : 35 Gallions + Cape d'invisibilité : 20 Gallions + Menottes anti-capacités magiques : 15 Gallions + Cape en peau de Grapcorn : 15 Gallions + Vierge d'Acier : 10 Gallions + Collier d'opale : 10 Gallions + Lanterne du Soleil : 5 Gallions
Usage de la réduction
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Ven 30 Déc 2016 - 23:55


PV Lizzie Bennet

Quand y en a plus y en a encore. Vous aviez bien entendu compris qu'on parlait du duo Bennet/Parker. Leur dynamique était très étrange, alternant entre la presque sympathie l'un envers l'autre ou bien une phase où ils ne pouvaient plus se voir en peinture. Et l'arrivée des jumeaux n'avait clairement pas aidé avec tout ça puisqu'ils avaient dû rajouter un minimum d'organisation dans leurs vies respectives et étaient forcés de gérer un rythme à peu près commun. Mais aujourd'hui les deux sorciers étaient dans un plutôt bon moment de leur relation puisqu'ils arrivaient largement à se supporter, voire même à bien s'entendre.

C'est ainsi qu'ils avaient décidé de s'entraîner à la magie sans baguette, histoire de découvrir cet aspect assez peu exploré de la magie. Et puis, il fallait bien admettre que c'était p*tain de stylé de pouvoir utiliser ses pouvoirs avec simplement ses mains. Poudlard faisait une très bonne formation avec les baguettes, qui aidaient grandement les jeunes sorciers à canaliser tout ça, mais dès que les formes de magie sortaient un peu des sentiers battus il fallait se débrouiller de son côté. Ashton savait qu'en Afrique les sorciers avaient tendance à ne pas utiliser de baguette, et la manumagie était pour eux beaucoup plus naturelle que pour les londoniens. Mais comme ni lui ni Lizzie n'étaient le genre de personne auxquelles un défi faisait peur, ils n'avaient pas hésiter à se renseigner sur tout ça.

Tous les deux s'étaient déjà entraînés un petit peu chacun de leur côté mais on ne pouvait pas dire que cela avait été particulièrement concluant. Ni l'un ni l'autre n'avaient réussi à faire bouger quoique ce soit à distance sans utiliser leur baguette. Cependant, loin de perdre espoir, ils avaient décidé de s'entraîner à deux histoire de se stimuler un peu plus. C'est donc suite à ça qu'ils s'étaient retrouvés dans l'arrière boutique de la BAMN avec une plume et une pomme posés devant eux, n'attendant plus que leur talent magique.

- Tu commences ? demanda Ashton.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Sam 31 Déc 2016 - 0:14


(LA continu confirmé)

D’où était venue l’idée ? Je ne m’en rappelle pas. Pas exactement. Il y avait eu oui, à Azkaban, la peur de ne jamais réaccéder à un canaliseur de magie. Je ne voulais dépendre d’un objet, je voulais être capable de me remodeler de manière plus autonome. Mais en vrai, Azkaban c’était un gros flou, et j’étais même pas sûre que ce soit sur place que l’idée soit venue. Ça pouvait aussi être lié à l’anticipation de l’apparition de mes pouvoirs de mes gosses. Ou le souvenir de la mienne. L’envie d’être liée à la magie sans l’intermédiaire d’un bâton que Antho devrait réparé. Je me rappelle plus trop, pour être franche, non. Pourtant quand Ashton en a parlé... C’était pas vraiment touchant. Un peu quand même. Un peu comme s’il lisait mes pensées, entre le bordel de l’origine, pour retrouver sinon le sens des choses, au moins la volonté. Le fil de l’action, car je n’étais une passive, en vrai. Alors une fois, quand on avait pas trop de clients et que Emily gardait les petits, on s’est calés dans l’arrière-boutique. Il m’a invitée à initier l’affaire. J’étais un peu dubitative, clairement, je savais qu’il était du genre à garder une solution de secours pour sauver la face, l’arrogant grrr grrr, mais dans le doute, dans le doute j’ai voulu lui faire confiance. J’ai essayé de rassembler mes pensées. De me souvenir de comment j’avais, enfant, réalisé un geste magique -un peu trop abouti tsss Meme- en me basant sur mes émotions. Je m’assieds par terre -on est mieux assis pour réfléchir, sinon le sang va juste dans les pieds, enfin je crois, en vrai l’anatomie c’était la spé d’Eb, moi j’étais plutôt team charcuterie. J’essaie de me rappeler d’un moment intense. D’un truc heureux, je sais pas, comme quand on lance les patronus quoi. J’reste, j’reste il se passe rien. L’autre il glousse en me disant qu’on est pas là pour le yoga. J’peste. Je me relève. Je fouille ses poches. Mes doigts se referment sur sa baguette.
Etape 1, patron : on éloigne les petits trucs en bois ce soir.

Oui. C’était sa faute. A force de penser à comment il pouvait tricher je me concentrais pas sur les émotions so je produisais rien. De toute façon c’était toujours sa faute.
Je tourne et vire. Blocage.
- Dis ? C'est quoi l'émotion la plus intense ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Sam 31 Déc 2016 - 0:30


- Etape 1, patron : on éloigne les petits trucs en bois ce soir.

Et m*rde, tricheur dans l'âme il n'avait pas peu s'empêcher de garder sa deuxième baguette à la ceinture de son jean au cas où. C'était complètement inutile, il le savait bien, puisque pour progresser à la magie sans baguette la base c'était de ne pas avoir de baguette. Mais il se sentait vraiment dépouillé quand il ne l'avait pas sur lui, c'était un truc psychologique. A présent, les deux sorciers étaient assis en tailleurs sur le sol, l'un en face de l'autre avec les objets à faire bouger posés entre eux. Silence pendant que Lizzie essayait visiblement de faire quelque chose.

- Dis ? C'est quoi l'émotion la plus intense ?

Bonne question, les émotions c'était pas franchement le truc d'Ashton, il s'y connaissait pas trop bien dans ce rayon. Du coup l'idée de les classer par intensité était assez étrange à son goût. Un mec ultra niais aurait probablement dit "l'amour est l'émotion la plus puissante de toutes" mais cette simple pensée donnait des nausées à l'ex-Gryffondor. Et avoir des nausées n'était pas franchement le meilleur moyen de progresser magiquement. L'expression sur son visage devait bien signaler qu'il n'avait aucune idée de quoi répondre à la question de la maîtresse des potions.

Plaçant sa main à une vingtaines de centimètres de la pomme, il prononça bien distinctement un Accio mais visiblement la pomme était en plein mannequin challenge et n'avait pas l'intention de bouger d'un poil. Parker répéta donc à haute voix le sort une deuxième fois, puis une troisième, en tentant à chaque fois de canaliser au maximum l'énergie magique pour qu'elle aille de sa paume à la pomme sans se disperser partout dans la pièce mais c'était plus difficile que prévu. Le sang-mêlé commençait à être pas mal agacé par l'absence de résultats, surtout que cela faisait pas mal de temps qu'il essayait cet exercice. Il serait peut-être temps que ça marche, nan ? L'énervement commençait à monter et c'est alors que la pomme frémit, sans pour autant se décoler du sol, mais c'était tout de même un frémissement !

- ... La colère ? dit-il visiblement un peu surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Sam 31 Déc 2016 - 11:01


J’étais bien emm*rdée. Je posais des questions, moi... J’connaissais même pas la réponse. Je crois qu’en vrai, j’étais censée penser un truc comme l’instinct de protection. Plus que la préservation de notre vie, après tout, c’est pour rassurer Jane que mes pouvoirs étaient apparus.

Je m’étais engagée chez eux au nom de la vie dans mon ventre qu’il allait falloir protéger. Seulement, quand les gens auxquels on tient sont pas on speaking terms, ou pas nés (ou pas en danger mais ça demanderait qu’elle réalise qu’elle mettait Ashton dans cette case, oulala, vous allez trop vite, rdv dans 91 ans quand elle réalise qu’elle avait -eu ?- en lui un ami)(attendez, vivre jusqu’à 113 ans ? impossible en vrai)(je suis beaucoup trop optimiste ce matin je crois)(c’est l’effet fromage) bah dans ce contexte là donc, on se rend pas compte qu’il faut ressentir de la protection, bref, on tourne dans les choux, on en fait rien du tout.

Et là, là le mec me balance des mots brûlants de sens, ranimant un temps l’essence, et là je sais. Je sais que je suis pas comme je suis censée être, que c’est pas à ce qu’ils veulent que je carbure, que la rage, la rage est déjà là, suffit d’attiser la sienne.
- J’t’ai tellement détesté, tu sais. Pourquoi tu m’as pas dit que t’étais Mangemort ?

Regard qui s’arrête. Braqué, droit. Se trouble. C’est pas la séance 4 vérités, juste la séance manumagie. Mais s’il veut s’énerver, au temps taper là, non ?
- Pourquoi t’as eu besoin de changer de corps pour coucher avec moi ? Pour te ramener, 9 mois après, disant que tu veux être son père... T'es toujours là après la bataille. Et la hargne, de vivre mes doubles vies seule, de pas savoir comment je mènerai la moitié seule. Comment tu peux croire que tu sauras être un bon père quand t'es pas capable de faire confiance aux gens ? T'apprendras où à l'aimer ? C'est pas non plus comme si t'avais des modèles inspirants là-dessus. Petits objets, volez donc.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Ashton Parker, Sam 31 Déc 2016 - 11:26


Quelque chose disait à Ashton que la réponse de Lizzie dépassait légèrement le simple stade de l'entraînement à la magie sans baguette; Elle lui balança à la figure tout un tas de trucs qu'elle avait l'air d'avoir sur le coeur depuis un paquet de temps (si tant est que Bennet en avait un). Et dans le lot il y avait pas mal de choses portant sur la paternité. C'était le problème quand on connaissait très bien une personne, elle pouvait ressortir un nombre de crasses impressionnantes qui visaient juste. Et puis elle abusait quand même, ça se saurait si il était un mec bien avec un comportement logique, non ?

- Parce que ça t'aurais arrangé que je sois un c*nnard jusqu'au bout, hein ? C'est ça que tu cherchais quand t'es arrivée enceinte jusqu'au cou m'annoncer que c'était moi le père alors que t'avais eu mille occasions avant ? Eh bah désolé mais t'auras pas raison sur ce coup là.

Il en avait plus que marre de passer pour le bad guy de l'histoire, ok il n'avait pas été honnête du tout en se servant d'elle lorsqu'il était Mangemort mais c'était pas comme si elle avait été parfaite non plus. Les tords étaient forcément partagés quand on se trouvait dans une m*rde comme celle-là.

- Et pour les gosses la question se pose même pas, le "modèle" que j'ai il servira uniquement comme exemple à pas reproduire.

D'accord il y connaissait rien en bébés, ni en paternité, et encore moins dans tout ce qui touchait de près ou de loin à l'amour mais quelle occasion meilleure avait-il que de partir de zéro avec des petits humains pas encore corrompus par quoi que ce soit ? Sur le papier il n'était peut-être pas le meilleur père possible mais quand on regardait la mère il était pas si pire, et faire mentir les trucs pré établis c'était un peu sa spécialité.

Sentant que la colère s'était bien accumulée en lui, il reporta son attention sur la plume en face de lui, tendit la main et formula un Wingardium Leviosa en évacuant tout ce qu'il gardait à l'intérieur. Et la plume se décolla soudainement du sol pour se mettre à flotter à environ un mètre du sol. Et là les deux sorciers buguèrent complètement face à ce résultat qu'ils cherchaient à atteindre depuis longtemps. Ashton avait l'impression de revivre la première fois où il avait fait usage de ses pouvoirs, de manière incontrôlée et sous l'effet d'une forte émotion. C'était logique quand on y pensait, les situations étaient similaires. Maintenant Lizzie avait intérêt à faire de même pour valider leur extrême succès du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'arrière boutique

Message par : Lizzie Bennet, Sam 31 Déc 2016 - 11:58


Sa voix se gonfle comme une voile sous l’effet d’un vent du sud. Trop fort, trop instable, pas juste un fcking Mistral, ça part en grand n’importe quoi. Y a le Ashton civil, un peu trop social, y a le Ashton avec les idées les plus terriblement géniales, y a le Ashton avec- bon ok ce mec a autant de facettes que d’apparences possibles alors on va pas s’amuser à en faire le tour, mais la rage pure, la rage de quand on tape (trop) juste, elle le rendait tonitruant. Il s’insurgeait. Sur le fait qu’elle l’avait manipulé en arrivant qu’après, espérant qu’il soit « un c*nnard jusqu'au bout ». Il parlait, il donnait sa version - à coeur ouvert, et c’était beau, car au fond il était rare qu’ils se disent les choses. Il s’expliquait, plus qu’ils l’avaient jamais fait avant. Et la rage honnête avait l’air de carburer, sur le plan magique.

Gling gling, la tasse de thé, encore noircie de hiéroglyphes sur le fond, tremble sur le parquet pas tout à fait propre. Pioup pioup, la balle s’agite, s’effrite presque de frottement. Des mots sont balancés comme une promesse à lui même, et d’un coup, tous s’élèvent, pour certains à 50 cm de hauteur, pour l’encrier à plus d’un mètre. Chapeau, champion. Au moins les mots auront servis à... Non. Marre de me mentir à moi même, de me donner des excuses tout le temps. J’aurais pas du. Ces choses qu’il m’avait dites, il m’avait fait confiance en les racontant. Et sous le prétexte de l’entrainement, de le secouer, je lui envoyais des dagues qui risquaient de rester. J’aurais pas du. Je sens une colère bouillir : elle n’est pas ce que j’attendais.

C’est pas celle qui voulait lui exploser la face non. Ça aurait du être mais... Non. J’étais fière de ce qu’il accomplissait, de ce à quoi il s’engageait pour leur éducation. Je n’aurais jamais pu les élever seule, honnêtement. La vraie émotion... C’est la rage qui avait envie de m’exploser la tête sur le parquet. Celle qui en pouvait plus de moi. Qui se demandait comment j’allais faire pour vivre avec moi même jusqu’à la fin. Au fond, l’être que je haïssais le plus, c’était moi. Un filtre opaque, sombre et angoissant, semblait m’envelopper. Je le voyais plus.

Tout s’éloignait.

A la fois en moi et matériellement - les paupières closes, je ne remarquais que les objets que Ashton avait mis en lévitation commençaient à se trémousser dans les airs, à prendre un envol accéléré. Further. Farther. Quand la tasse se fracassa contre le plafond, un frisson de surprise couvrit mes bras d’une sale chair de poule. Tout revint -la noirceur de ma colère, l’envie de me blesser, la détresse, le regard de mon ami braqué sur moi. Culpabilité. Le sort de répulsion prit fin, et les objets retombèrent en grands éclats. Sous leur pluie, l’envie de l’étreindre passa comme un soupir. A demi-voix -
- Je suis... désolée. Je le pensais pas.


Puis je me rallongeais sur le dos, l’amulette évitant de se focaliser sur la douleur des bouts de tasse dans lesquels je prenais appui. T’es la pire, Lizzie.
Sunil retomba comme un masque.
Tout est dans la distance.
Laisse le gérer.
Retourne flotter.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: L'arrière boutique

Message par : Contenu sponsorisé, Aujourd'hui à 23:14


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 L'arrière boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.