AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 5
[Habitation] Manoir de Lanxorre
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Ashton Parker
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
[Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Ashton Parker, Ven 1 Juin - 12:54


_________________________________


Voici l'habitation de Cara De Lanxorre (Très grand manoir).

Elle peut poster dès à présent.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Mer 6 Juin - 0:25


J'ai volé les LA d'Arty et de Ian, y'a quoi ?
En vrai ils sont d'accord, enfin je crois.

    Rares étaient les fois où le portail en fer forgé du manoir de Lanxorre restait ouvert. D’habitude, les curieux devaient se contenter de jeter un coup d’œil entre les grilles, se tordre pour tenter d’apercevoir la bâtisse qui se révélait à peine depuis ce point de vue de fortune. Mais aujourd’hui, les deux grilles s’étaient fendues, ouvrant le passage vers l’allée principale. Encadrée d’une haie plus petite qu’un homme, le passage débouchait sur un grand jardin dont le point remarquable était l’étang en son centre. Théâtre de tragédie par le passé, il trônait désormais là, avec sa surface lisse et sombre. Plus loin, derrière, une rangée de pins, sans que l’on puisse vraiment déterminer la taille de la forêt qu’ils ouvraient.

    Mais revenons au lac. Contournez-le, en restant bien sur le large sentier. Puisqu’au détour d’un virage, voilà le manoir familial qui apparaît. Intimidante demeure aux murs de pierres rongés par le lierre, elle vous juge du haut de ses années d’histoire – pure, comme le sang de ses habitants. Mais n’ayez crainte et gravissez les quelques marches du perron jusqu’à la porte principale. C’est votre jour de chance, elle est également ouverte. Il semble que vous êtes le bienvenue ici. Alors entrez, dans ce hall où vos pas résonnent sur la pierre claire. Aventurez-vous, un peu, suivez les murmures, les tintements que vous entendez – des bruits de porcelaine ? Mêlés sans doute au cliquetis de la porte qui se referme en douceur derrière vous, furtivement, à peine perceptible.

    Vous avez peut-être envie de grimper l’imposant escalier en bois, mais gardons cette partie privée pour le moment, si vous le voulez bien. Puisque c’est dans le salon que la scène se joue. Il y a beaucoup trop de fauteuils, de canapés aux motifs vieillots ici, ça contraste avec l'absence de vie dans la pièce. Il n’y a qu’elle, qui se tient là, contre les grandes fenêtres donnant sur le jardin. A croire qu’elle vous a observé depuis que vous avez mis les pieds sur la propriété, chacun de vos mouvements scrutés. Mais ça n’empêche pas Cara de se retourner vers vous avec un air de fausse surprise peint sur le visage. La mise en scène est parfaite ; d’une main, elle tient la coupelle en porcelaine, de l’autre, une tasse de thé fumante arrêtée près de ses lèvres entrouvertes en un sourire ravi. Et comme s’il était tout à fait normal qu’un ancien élève se trouve ici, dans le manoir de ses parents : « O’Toole ! Quelle surprise. Asseyez-vous, je vous en prie. Ian devrait arriver d’un instant à l’autre. Ian Benbow, vous savez ? » - sourcils froncés, posture pensive exagérée – « Vous êtes resté suffisamment longtemps à Poudlard pour l’avoir comme professeur ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Mer 6 Juin - 19:03


Sa bouche s’entrouvre légèrement, laisse échapper un What the ? parfaisant la surprise qu’on pouvait déceler dans ses yeux. C’est que son cœur venait de heurter la cage thoracique, percuter l’estomac avant de tomber plus bas, jusqu’à ses pieds. Il avait été bête. Naïf et bête. En une seconde les mots écrits sur le parchemin qu’il avait reçu quelques jours auparavant s’illuminent sous ses paupières agitées. Évidemment. Il avait trouvé ça étrange, un peu, d’une niaiserie qu’il n’attribuait pas à Élius. Et pourtant il était là, devant l’une de ses plus grandes erreurs. Comment avait-il pu croire que le Serpentard lui écrirait de tels mots ? Ses boucles folles retombent sur son front, lâchées par une main nonchalante soudainement moite, elles sont avides de fouetter leur propriétaire pour avoir osé les foutre dans une telle situation. Quel idiot. La gorge sèche, il déglutit, avant de crisper la mâchoire. C'est que la colère prend rapidement place, comme si le visage de la mégère-vipère était un trigger efficace, ce ne serait pas étonnant. Elle lui avait tendu un piège, et tout stupide qu’il était, il s’était fait beau, d’une sobriété que seules ses baskets colorées parfumaient, et avait sautillé jusqu’à la pote d’entrée. Gai. C’est parce qu’il s’en veut qu’il mord l’intérieur de sa joue, au lieu de se jeter sur la professeure pour y planter ses futurs crocs. Elle ferait une bonne première victime. Maintenant qu’il y pense, cette malédiction n’était peut-être qu’une arme offerte par une quelconque divinité magique. C’est cela oui, il pouffe de rire. Les nerfs.

Il se retourne, parcourt la pièce des yeux, le cliché du manoir de sorciers dits purs, il tente de dissiper la surprise. Une précieuse minute pour décider de la suite. Ses doigts frôlent pensivement l’accoudoir du fauteuil qui s’offrait à lui. S’emparer d’Odette, lui mettre un Stupéfix dans la gueule et partir en courant. Mais la déception a comme gelé les connexions électriques. Lui qui s’attendant à enlacer Élius, il se retrouvait cloîtré avec l’une de ses conquêtes. La poisse. Le temps de dodeliner de la tête – accepter – et de retrouver les yeux de l’usurpatrice alors qu’il s’installe, affalé insolemment sur le fauteuil. Geste du menton vers la silhouette froidement droite de la jeune femme, T’as l’air d’avoir bien récupéré De Lanxorre, j’suis content. Souvenir d’une déchirure balancée dans son dos et du sang répandu dans la rue. Il n’a pas pris la peine de tiquer sur les paroles de l’Incompétente, trop préoccupé à se demander pourquoi elle tenait une tasse de thé plutôt que sa baguette pointée. Puis quand même : il est pas là j’suppose ? Un coup d’œil vers la porte du salon qu’il avait franchi il y a quelques instants, personne, même pas un Benbow. Fallait dire si j’te manquais. Avant de lui envoyer un clin d’œil. Mais il ne peut contenir sa curiosité, pourquoi t’être fait passer pour lui ? Pas besoin d’être une lumière pour savoir qu’il s’agissait de leur dernière rencontre parmi les pavés de l’Allée des embrumes, pourtant le lien avec le Serpentin, non, il ne voyait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Sam 9 Juin - 13:05



    C’est qu’elle doit se canaliser, la professeure, maintenir ce visage aimable alors qu’elle brule de satisfaction. Te coincer là, sur son terrain à elle, ça lui donne une furieuse envie de se moquer de toi, de déjà te dévoiler le piège tendu. Mais elle le garde pour elle, pour l’instant, transforme l’exultation en une douceur mielleuse. Beaucoup trop avenante, pour que ce ne soit pas louche. En temps normal, elle aurait pincé ses lèvres devant ton incapacité à t’asseoir correctement, elle aurait claqué sa langue contre son palais en entendant le tutoiement qu’elle exècre tant quand il venait de ta part. Pourtant, aujourd’hui, ça n’a pour effet que d’agrandir le sourire sur son visage, alors qu’elle encaisse l’insolence en silence. Il est étrange, ce sourire, d’ailleurs. Il est censé être avenant, mais il est tellement forcé qu’il en paraît féroce.

    Cara s’assoit aussi, en face de toi, les jambes croisées, continue à siroter son thé en t’écoutant parler. Rire bref à l’évocation de la dernière rencontre, c’est drôle que ce soit toi qui suggères le sujet en premier, comme si tu en étais fier. Et entre deux provocations, l’inquiétude, les questions qui t’importent. « Non. Je l’ai laissé à Poudlard », parce que, en fait, qu’est-ce que ferait Élius chez les parents de sa professeure ? N’as-tu pas encore compris, que tu étais seul avec elle ? « Oh, je voulais vérifier que vous teniez vraiment à lui. Merci de me l’avoir confirmé », qu’elle te répond en inclinant la tête vers toi, comme si tu lui avais vraiment rendu un service dont elle t’était redevable. Elle laisse passer un instant, profite du silence, s’enfonce dans son siège pour mieux t’observer. Le sourire faussement aimable au coin des lèvres est devenu rictus, c’est qu’il est difficile de maintenir cette posture courtoise devant toi. Ne t’y trompes pas, elle a tout autant envie de t’étriper que toi tu as envie de lui faire la peau, elle prend juste le temps de te torturer un peu.

    « Je m’inquiétais pour vous, en vérité ». C’était faux. Pas une seconde elle s’était demandé si tu allais bien, si les traces qu’elle t’avait faites avaient disparu. Elle plisse les yeux d’ailleurs, dissimule sa déception en ne voyant pas de marque sur tes joues. « C’est que vous devez beaucoup vous en vouloir, de m’avoir blessée. Pour un Auror, j’imagine que c’est une faute qui pourrait vous valoir un licenciement ? » Elle semble vraiment se soucier de la réponse, Cara, en te regardant avec inquiétude. Mais derrière la question rhétorique, tu ne peux que saisir la menace sous-jacente. Fini les mondanités, game is on.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Sam 9 Juin - 15:09


T’es moche De Lanxorre. Comment tu fais pour être aussi moche ? C’est parce que t’as l’intérieur d’un verdâtre visqueux qui fait détourner les yeux. A part cracher ton venin dégoûtant sur les autres, tu n’es capable de rien. Alors qu’il l’observe, elle et sa posture sans accrocs en face de lui, elle ferait un parfait modèle d’un tableau réaliste. Mégère buvant son thé. C’est que la plus mince politesse la verrait obligée de lui en proposer. Il aurait pu lui balancer à la figure le liquide brûlant et se délecter de l’apparition de cloques sur ce visage déjà hideux. Trêve de rêveries, il était question de son amoureux. Comme si c’était elle qui commandait les faits et gestes d’Élius, à la manière d’un enfant ou d’un petit animal de compagnie dont elle ne voulait pas s’encombrer pour ce précieux rendez-vous. A se demander, avait-elle un quelconque pouvoir sur le Serpentin ? Il réprime rapidement un mouvement vers l’avant, spasme ou sursaut de colère qui l’aurait vu se pencher en avant pour envoyer valser à travers la pièce bien trop décorée la tasse de thé qu’elle tenait. Il fait passer ça pour un changement de position, en tailleur, chaussures sur le fauteuil. Qu’est-ce que ça peut te fo*tre ? C’est vrai ça, c’est pas tes histoires d’abord. Marie-mêle-tout. Mais elle marquait un point, douloureux là, juste au milieu de la poitrine, comme si elle pouvait l’ignorer encore après ce qu’il s’était passé dans l’Allée. Oui, il tenait à lui. Et une nouvelle fois il était pantin de son attachement, tellement que son fil émotionnel doré l’avait mené jusqu’ici. Il serre les dents, garde le silence, laisse la professeure déverser son hypocrisie dégoulinante qui lui glisse dessus alors qu’elle aurait dû gicler. Il comprend. Sa glotte s’agite et le démange, obligé de déglutir de nouveau devant la découverte du pourquoi de sa venue ici. Elle voulait lui faire payer.

Son pouce et son index viennent appuyer sur ses paupières troublées. Réfléchir avant de répondre. Et puis, finalement, non, se laisser emporter davantage, après tout, il ne pouvait pas faire pire. Pas vraiment non. Si tu vas pas pleurer au chef, si tu fermes ta gu*ule, tout ira bien. Terrain glissant, extrêmement, il sait qu’il n’aurait pas dû répondre de cette manière, mais impossible de faire semblant, impossible d’enfiler un masque de bienséance qui lui brûlerait la peau tant être en sa présence le répugnait. Puis, on sait tous les deux qu’tu m’avais cherché. Une p'tite leçon méritée quoi. Parce que soudainement elle venait de lui enfoncer la tête dans la baignoire et sa seule bouée était sa provocation effrontée. Même pas peur, qu’il se dit vainement. Alors qu’elle avait toutes les clés en main. C’était lui qui avait craqué, cédé à la colère ce jour-là, comme bien d’autres, mais cette fois, il ne pouvait échapper aux conséquences. Assumer, ou presque, ou quelque chose comme ça. Il sentait l’atmosphère se tendre, à la manière d’une corde qui menaçait de lâcher, millimètre, par millimètre. Et il le savait, c’est pour ça que ça bouillonnant terriblement à l’intérieur, il n’avait aucun contrôle sur ce qui était en train de se passer.
Juste, garder la face, sourire de fripon et regard de brigand, comme quoi, finalement, il avait bien enfilé un masque. C’est qu’il s’agissait de dissimuler l’inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Sam 9 Juin - 15:57



    C’est comme si chaque seconde avec toi la confortait dans sa décision. Elle n’a pas vraiment eu de remords, c’est vrai, mais quand même. Ça lui a traversé l’esprit, que tu n’étais qu’un adolescent, d'à peine 17 ans, trop bête pour terminer ta scolarité. C’était trop facile, et tu étais une bien faible victime. Mais quand tu l’insultes, elle cligne des yeux comme si tu venais de la frapper, et ses doigts blanchissent tant ils serrent la tasse en porcelaine. Le sourire disparaît tout à fait, laisse place à un visage fermé et, dans le regard, comme une envie de meurtre qui pointe. Les derniers mots s’échappent de ta bouche impolie, restent suspendus là, entre vous, avant de disparaître dans le silence lourd.

    Maintenant elle en est sure, que t’écarter de lui est la meilleure chose à faire. Parce que tu n’es qu’un vulgaire sang-de-bourbe, trop impulsif, trop provocateur, que rien chez toi ne lui sera bénéfique. C’est ça, cette pensée, ce but, qui la fait rester de marbre devant tes attaques. Evidemment qu’elle meurt d’envie de te détruire, et pourtant elle accepte que tu lui craches tes insultes au visage. Parce qu’elle sait qu’au final, c’est elle qui te piétinera.

    « Ah oui, votre chef. Je lui ai envoyé une lettre récemment ». Pause, gorgée de thé sans te quitter des yeux. « Je ne comprenais pas pourquoi il vous avait embauché alors que vous n’avez pas de diplôme. Et figurez-vous qu’il semblait l’ignorer, c’est étrange non ? » Sourire entendu comme si elle lui racontait un ragot particulièrement croustillant – ce qui aurait peut-être été le cas si le principal intéressé ne s’était pas tenu dans la pièce. « Mais je ne compte pas lui faire part de votre tendance pour la magie noire. Pas si... ».
    C’est comme si l’air était devenu palpable, tant la pression sature chaque parcelle de la pièce. Cara se redresse dans son fauteuil, et d’une voix qu’elle veut égale mais qui ne peut s’empêcher de trembler, excitation mal contenue ; « Pas si vous acceptez le petit marché que je vous propose. »

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Sam 9 Juin - 17:42


F*ck.
F*ck, f*ck, f*ck.
C’est quoi cette histoire de lettre ? Lhow était au courant ? Et si Elly avait laissé une faille, un oubli de papier qui simulait ses ASPICs. En vérité, qu’est-ce qu’il croyait, il était trop connu du corps professoral pour pouvoir penser passer inaperçu. Tous savaient qu’il n’avait pas terminé sa scolarité. Petit monde que celui des sorciers. Elle feint la naïveté, du genre, ah bon, il ne savait pas, ah bon, vous êtes dans l’illégalité, ah bon, vous ne pouvez être Auror sans diplôme. Son cœur se déplace brutalement, s’en va battre férocement dans ses tempes rageuses. Il veut lui arracher les yeux, tellement que ses mains se mettent à trembler, serrer les poings, garder son calme. Étonnamment, il y parvient, parce que malgré tout il reste pendu à sa langue de vipère. C’est une brillante actrice, il devait lui accorder ça, un goût certain pour la mise en scène, un jeu de comédienne qu’on devait récompenser. Ça mettait ses mèches de cheveux hors d’elles, c’est qu’elles n’ont pas pour habitude d’être ainsi prises au piège. Les paroles de la carogne se suspendent, un instant, grondement et roulement de tambours dans les oreilles du Blaireautin qui plisse les yeux avant le lever de rideau sur la terrible révélation : elle voulait passer un marché.

Sa mâchoire semble soudainement se détacher tandis que ses sourcils se soulèvent d’interrogation. What the f*ck. Qu’est-ce qu’il avait bien à offrir à la professeure ? Qu’est-ce qu’il détenait qu’elle désirait au point de ne pas mettre un terme à sa carrière ? Parce qu’elle le détestait, il ne devait pas se faire d’idées, il n’était pas sans savoir qu’elle ne faisait pas ça par gentillesse ou bienveillance. Non, c’était un mauvais coup, tout comme son stratagème pour le faire venir ici-même. Il se redresse, se cale correctement contre le dossier du fauteuil, comme s’il maîtrisait parfaitement les futures négociations tout en ignorant de quoi il s’agissait. Peut-être qu’elle voulait des informations sur les Aurors, le ministère, ou alors avait-elle un crush pour Lhow, qu’est-ce qu’il en savait, ce n’était pas trop son style, à lui, mais bon, après tout, pourquoi pas. Bon, qu’est-ce que j’peux faire pour toi ? simple deal entre amis ici, selon le gamin. Mais il ne peut éviter jeter un coup d'oeil sur son intérieur, et la petite pointe obscure qui se formait, là, derrière l'estomac. Un mauvais pressentiment. Elle ne pouvait pas le laisser s'en sortir si facilement, il s'agissait forcément de quelque chose de plus difficile, douloureux, après tout, De Lanxorre était du genre tortionnaire armée d'une cravache. Elle n'échangerait pas la sécurité professionnelle d'Arty contre une simple information ou un flirt. Alors il s'agite, s'impatiente. Allez, grouille là ! J'ai pas qu'ça à faire ! qu'il crache d'une voix chevrotante. A la manière d'un condamné qui a hâte que sa sentence soit exécutée, l'attente devenant intolérable. C'est que son impulsivité devenait difficile à contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Lun 11 Juin - 21:19



    T’as l’air fébrile Arty. Avec ta voix tremblante et ton corps qui remue, tu transpires le doute et l’angoisse. T’es comme un animal devant un chasseur, agressif, comme si ça pouvait te sauver la mise. Alors que vous le savez tous les deux, qu’elle va presser la détente - bang bang she’ll shot you down. Pourtant, tout comme à la chasse, Cara ne vit pas pour l’ultime moment. Au contraire, chaque étape est délicieuse ; la traque, le piège, et cet instant charnière où elle comprend que la proie ne lui échappera pas. Laisse-la en profiter, de cette jouissance sadique, profiter de t’avoir entre ses griffes. Elle te le signifie, d’ailleurs, de trois claquements de dénégation : « Ne soyez pas si impatient O’Toole, enfin. » Dernier mot prononcé en penchant la tête, t’observant dans une moue faussement réprobatrice.

    Mais finalement, il faut bien mettre un terme à ce délicieux moment de domination. Ou presque. Juste encore un peu, s’avancer lentement pour déposer sa tasse vide sur la table entre vous, rester ainsi face à toi, le corps en avant, bras reposés sur ses jambes croisées. Vous avez rarement été aussi proches, juste séparés par l’espace de la table basse. Alors, elle t’observe véritablement, peut-être pour la première fois depuis que vous vous connaissez. Et elle te trouve tellement... Insignifiant. T’es d’une banalité désespérante, éclaboussée d’un sang impur, un adolescent de seconde-zone comme il en existe tant à Poudlard. Vraiment, elle ne comprend pas, pourquoi Élius t’a choisi toi. C’est comme une aberration insupportable. Qui prend fin maintenant ; « Ne revoyez plus Askin. Mettez fin à cet embryon d’histoire que vous croyez avoir crée, et sortez de sa vie. Ou je détruis votre carrière, avec tant de minutie que plus jamais vous ne serez Auror ».

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Lun 11 Juin - 23:38


Le fauteuil était devenu soudainement incroyablement mou, ou alors il avait développé rapidement un super pouvoir qui lui permettait de passer au travers sous le coup de la surprise. Il ne comprend pas, ouvre la bouche pour la refermer au moins sept fois de suite. Ses mains s’élèvent dans un what d’interrogation. Mais la mégère semble sérieuse, avec sa position de je-t’explique-ce-qu’il-va-se-passer-et-tu-vas-m’écouter. Dans un dernier élan d’insolence il avait tenu à préciser, c’est Wildsmith maintenant, mais c’est qu’il avait tout prévu sauf ça. Les mots restent coincés là alors que son teint devient presque translucide. Il ravale tout, sa fierté, son égo, son effronterie qui brutalement vont se faire toutes petites dans un coin, sous la clavicule par exemple, là où on ne les trouvera pas de si tôt. Il tente un sourire, voire même un rire nerveux. C’était une blague. Oui, tu plaisantes ? Ça n’avait pas vraiment l’air, mais après tout, pourquoi pas, dans le doute, une erreur de sa part, sa langue de vipère aurait fourché, ce sont des choses qui arrivent.
Mais c’eût été trop beau. Les sourcils du gamin se froncent jusqu’à se rapprocher dangereusement. Jusqu’à ce que son cerveau claque, violemment et le fasse se lever rapidement. Vague ardente qui déferlait brusquement dans la poitrine du Blaireautin. Non ! Parce qu’il n’avait pas mal compris, ses oreilles avaient frétillé tout à fait correctement d’angoisse aux paroles de De Lanxorre.

C’est quoi ton problème sérieux ? Qu’est-ce que ça peut te foutre qu’on se voit ? qu’on soit. Il ne savait pas trop quoi, mais quelque chose. De quoi tu te mêles ? Ses rétines s’agitent en rythme avec ses mèches ébranlées. Sa peau le démange, non, il ne pouvait pas accepter. Tant pis pour le fait de devenir Auror, tant pis pour sa carrière si vite achevée. Il trouverait autre chose, sûrement, peut-être, il y croyait. Il ne pouvait consciemment dire oui à la cruauté dont la Vipère faisait preuve. Cette façon qu’elle avait de vouloir contrôler les sentiments et relations d’adolescents. Répugnant. Il veut lui balancer cette fichue table basse de bois noble dans la figure, lui casser le nez pour n’avoir ne serait-ce qu’oser émettre l’idée. Non. Hors de question. A se demander exactement ce qu’il ressentait pour Askin pour être aussi virulent présentement, impossible d'ignorer que rien que l'idée lui retourne l'estomac, un peu, ça pince à des endroits qu'il ne soupçonnait pas, juste à l'intérieur. Ou alors il s’agissait simplement de son esprit de contradiction, de cette valeur qu’il détenait de ne jamais plier, surtout pas devant une soi-disant autorité. S’il savait exactement ce qu’il l’attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Mer 13 Juin - 23:58



    Elles s’étirent, les secondes, une éternité de minuscules instants, assez pour que la surprise se peigne lentement sur ton visage. Peinture blanche qui éclabousse tes joues vidées de leur sang et trait de pinceau sur tes sourcils froncés. Portrait d’un Arty soucieux qui s’esquisse ici. Un sourire carnassier chez Cara pour répondre au tien, avant que le tête à tête rageusement platonique ne se termine – pour le moment. La professeure s’écarte quand tu te redresses si brutalement, mouvement de protection peut-être. Parce que derrière ses lèvres entrouvertes dans un rictus mauvais, elle ne sait pas, ce que tu peux lui faire. C’est vrai qu’en fait, rien ne t’empêche de la tuer là, dans le manoir familial, la vider de son sang comme tu avais si bien commencé à le faire.

    Mais finalement, tu te contentes de t’échapper plus loin, et Cara de te suivre des yeux, corps incliné vers ta silhouette agitée. « Vraiment, vous avez changé de nom O’toole ? Vous vous prenez pour qui ? Vous allez constituer une équipe de fidèles masqués pendant que vous y êtes ? » Ricanement méprisant tandis que la professeure se lève, avance vers toi plus sure d’elle que jamais – et c’est beaucoup dire. Tout dans sa démarche crie la victoire qu’elle croit déjà posséder ; de sa stature droite agrémentée d’un regard arrogant, à ses hanches qui se balancent, sans hâte, juste ce qu’il faut pour créer cette posture d’assurance dédaigneuse. « Ou c’est que vous avez honte de votre nom, peut-être ? » Le bois du plancher craque sous les talons, comme les planches d'un théâtre. Est-ce que c’est vraiment différent, ici, dans ce drame en deux actes ? Elle réduit la distance, maintenant, il ne lui manque qu’un mètre, deux peut-être, pour te rejoindre. « Vous pensez qu’il vous aimera si vous sonnez moins... né-Moldu ? » Remarque acerbe auréolée d’un sentiment de supériorité. « Que vous vous démarquerez du reste de ses conquêtes ? ». Elle est devant toi, maintenant, une épaule contre le mur, à te dévisager d’un air amusé. « Mais regardez-vous, prêt à renoncer à votre carrière pour un garçon qui vous a déjà oublié. Vous croyez que vous lui manquez ? » Bouche qui s’entrouvre dans une moue faussement surprise et, plus bas, comme une confidence ; « Enfin O’Toole, il vous a déjà remplacé. Vous n’avez tout de même pas cru qu’il allait s’intéresser à un Sang-de-Bourbe ? ». Malgré le murmure, ne t'y trompe pas ; c'est une insulte, crachée, qui passe les lèvres tordues de mépris. Et son regard est sur toi, de haut en bas, dégoutée par l’impureté de ton sang.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Jeu 14 Juin - 8:53


Qu’elle se taise, mais bordel qu’elle se taise ! Et qu’elle enlève ce fichu sourire de ses lèvres persécutrices. Heureusement, il ne le voit pas, occupé à contrôler ses yeux qui veulent s’enfuir, sortir, prendre de leurs doigts globuleux ces maudits cadres pour les éclater contre les murs à la tapisserie certainement vieillie. Ses dents grincent, ses mains viennent écraser ses oreilles trop peu réceptives aux paroles acerbes de De Lanxorre. Qu’elle se taise. Mais c’était déjà trop tard, certains mots s’étaient directement empalés sur les neurones en première ligne, juste derrière le front. Il la sent juste là, le dominer de sa posture arrogatement – oui oui – hautaine, il ne peut pas la regarder, c’est déjà trop. Lui qui avait dû prendre de bonnes résolutions, ne pas s’énerver depuis la morsure, s’apaiser seul, se dominer, sans quoi la transformation se ferait immédiate. C’est qu’il avait lu qu'il pouvait se transformer sous l'impulsivité, mais ignore que c'est impossible pour la première fois. Effectivement, il aurait besoin de la lune pour devenir entièrement lupin à la fin du mois, pas avant, ce n’est qu’après que le problème de la colère extravagante se poserait, il en résulterait pousse de poils & de crocs inopinée, indésirable. Anyway.
Il tente de respirer normalement, sans que ses poumons viennent heurter la cage thoracique vexée. C’est qu’elle avait entièrement raison, presque. D'un fulminant coup de pied il renverse un meuble, répandant sur le parquet les bibelots vieillots outrés, avant que sa voix se faisant tonitruante ne résonne dans le salon : J’ai pas honte ! Non, jamais, mais il sait que ça pose problème, quelque part, après tout, l’insulte sang-de-bourbesque était déjà sortie de la bouche tant désirée d’Élius, c’est qu’elle n’avait pas tort.

Une vague titanesque de confusion s’empare alors de son esprit enflammé, il murmure, cherche des justifications qui se cacheraient juste là, pas loin, sortant le bout de leur nez, parce qu’elles pensent qu’elles peuvent mettre fin à l’emportement furieux. C’pas pour ça qu’j’ai changé de nom, c’pas pour ça, c’pour. Impression d’avoir une enclume accrochée à sa glotte, ça gratte, l’empêche de continuer, ça fait cafouiller ses idées qui courent dans tous les sens, se percutent avant de se rétaler. C’est que la cacophonie des méninges est alimentée par des souvenirs, en flash qui lui font perdre l’équilibre. Il vacille, se souvient, de cette dispute dans les cuisines, à n’en rien comprendre, de cette indifférence lorsqu’il quitte le dortoir des Serpentards, il voit nettement devant ses rétines embrasées les baisers qu’Askin & un autre, un personne, avaient échangés sur un canapé inondé de la lumière épileptique de la boîte de nuit. Alors même qu’il était là, pas loin. C’est qu’elle n’avait pas tort. Il s’empare maintenant d’un vase, qu’il jette à travers la pièce, contre un mur duquel un cadre se détache sous l'onde de choc, Tu dis n’importe quoi ! Oui, tellement n’importe quoi que ça te met dans un état pareil, aucune once de vérité du tout, du tout, du tout. Allez, arrête, et sors ta tête de louveteau du sable. Quoi qu’il devrait plutôt immerger ses boucles désormais salamandres dans un bac d’eau froide. Tempérer la tempête sous son crâne.

Soupire d’épuisement, éviter de s’immoler carrément. Les mains sur les genoux, elles les serrent, à blanchir les phalanges inquiètes, haletant. Pourquoi tu fais ça ? C’est que oui, tout de même, s’il s’en fiche tant de moi, qu’est-ce que ça peut te foutre que j’lui tourne autour ? Ça aurait pu être de pertinentes interrogations s’il y mettait un tout petit peu de conviction. S’il le voulait, il pouvait aussi essayer de trouver de mignons souvenirs, des baisers, des caresses qui avaient sillonné sa peau et dont les marques pouvaient se faire réconfortantes. Mais il n’y parvient pas, le doute à la manière d’un petit ver - enfin, un ver armé d’un lance-flamme - s’était déjà faufilé derrière son cœur tambourinant, commençant à le dévorer tout doucement, ardemment. Est-ce qu’il allait vraiment risquer sa carrière d’Auror, de justicier magique chassant les Ténébreux pour un mec, qui visiblement, n’en avait absolument rien à fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Mar 19 Juin - 0:13



    T’es drôle, à te tordre comme ça, torturé par le poison de ses mots. C’est qu’elle est particulièrement douée à cet exercice, te faire du mal rien qu’en te sifflant des vérités douloureuses. Tu avais cru pouvoir la faire taire ce jour-là, sur l’Allée des Embrumes. Mais aujourd’hui, qu’est-ce que tu peux faire ? A exploser ta haine sur les cadres dans un geste qui hurle l’impuissance. Et tu ne le vois pas, qu’elle s’en gave, de ta détresse ? Regarde son sourire carnassier et ses yeux qui brillent. Tu lui donnes la revanche dont elle rêvait.

    Ses yeux s’écarquillent d’un encouragement feint quand tu bafouilles la raison de ce changement de nom. Te voir trébucher sur tes idées, jusqu’à te barricader derrière ton emportement rageur, si tu savais comme ça l’excitait. Elle a un peine un regard pour ce que tu casses, juste la mâchoire qui se serre quand le portrait de la tante paternelle s’explose sur le sol. Rien qui ne pourrait être réglé d’un coup de baguette. Contrairement à ta fureur désespérée qui ricoche sur les murs en même temps que tes cris. Non, celle-là va s’insinuer partout en toi, altérant jusqu’aux souvenirs que tu croyais heureux. Tu chancèles déjà, d’ailleurs, à t’affaler sur tes genoux, plié en deux.

    Elle préfère ça, Cara, te dominer. Et de haut, te lancer un regard de pitié. De pitié, vraiment ? Oui, parce que, ce qu’elle te dit, c’est « Pour vous rendre le choix plus facile ». Pause. « A vrai dire, quoi que vous choisissez, vous me ferez plaisir ». Ricanement devant ton expression – oui, elle le sait, que tu as envie de tout, sauf de lui faire plaisir. « Mais vous avez tellement à perdre et si peu à gagner en choisissant Askin. C’est presque un faux dilemme que je vous propose. » Index qui se lève pour t’intimer de te taire, qu’aucun mot ne passe tes lèvres qui s’entrouvrent. Et puis, parce qu’elle n’a pas fini de se foutre de toi, pencher la tête et t’accorder un sourire faussement modeste. « Magnanime. C’est le mot que vous cherchez, je crois ».
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Ven 22 Juin - 18:39


Il ne gagnerait pas. Ce sont les mots qui s’impriment dans son crâne, marqueur saignant, une fois la tempête passée. Il était déjà en train de capituler. Épuisé. Il ravale tout, la haine, la colère, la dignité, la fierté. Les balancer au plus profond de lui même, c’est que ces brillantes qualités s’était faites aligner par la magnanimité de la Vipère. C’te blague. Il n’y avait rien de magnanime chez elle, juste une manipulation particulièrement bien placée qui venait tout chambouler. Mais elle continuait de gratter, d’avancer dans la révélation de la vérité, et ça ne cessait de clignoter dans les rétines du gamin. Il avait effectivement tant à perdre si Artemis venait à savoir ce qu’il avait fait. Sortilège de magie noire lancé dans le dos d’une professeure de Poudlard. Lâche agression, il ne lui pardonnerait jamais, peu importait le contexte, les raisons, il ne voudrait même pas les connaître. Ça ne devait pas se savoir. Puis, une nouvelle fois, elle avait raison, sacrifier un mec qui ne se préoccupait pas de lui, ça ne devait pas être si difficile, une fausse épreuve. Quand bien même il le sentait, à quel point les mots prononcés, et l’indifférence d’Askin, clarté démasquée, agissaient telle une lame enfoncée dans son âme – mon dieu, c’est que sa narratrice s’est trop imprégnée de Kyo, j’suis désolée. Il le savait, son cœur saignerait encore, et ce n’était pas la prétendue magnanimité de De Lanxorre qui panserait ses plaies.
Anyway.

Il se redresse, gigantesque inspiration qui vient se bloquer dans ses joues gonflées. Pour finalement relâcher, point d’orgue de l’expiration ? Un d’accord. Tout simple, mais immédiatement regretté. Pourtant il poursuit, encore, même si ça lui arrache la gorge, d’accord. Comme s’il venait de réaliser. Lui picote la langue brûlante, qu’il a brutalement envie de couper. D’accord. Il se retourne, prend sa tête entre ses mains, il resterait Auror, d’accord. Oui, c’est bon, on a compris, à la limite développe un peu. D’accord. Non ? Bon, très bien, c’est qu’il lui faut le temps d’assimiler exactement ce qu’il venait d’accepter, laissez-lui le temps. D’accord. Il en trouverait peut-être d’autres, des amoureux. Mais un métier de justicier magique, certainement pas. Si ça pouvait lui éviter de devenir un délinquant brigand recherché. Ses pieds se tournent alors de nouveau vers la Mégère. Difficilement, la voix toute brouillée, c’est tout ce que vous vouliez ? Son accord, sous entendu. Le gamin se sentait vidé de toute énergie, vulnérable, il aurait tout fait, avoir l’impression d’avoir tout donné à la professeure d’enchantements, sans résistance. Sa fragilité lui pesait sur la poitrine, lui écrabouillait la cage thoracique, devenue soudainement particulièrement tranchante-piquante. Ses cheveux n’en croyaient pas leurs oreilles. Il venait de se soumettre, complètement, ça les rend fous, délirants. Il tapotent violemment le front désormais obéissant, bien qu’humilié, du gamin désemparé. Présence d'un ventilateur imaginaire ici.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Cara De Lanxorre, Ven 29 Juin - 18:36



    Respire, Arty. Il manquerait plus que tu meures là, chez elle, parce que t’as trop retenu ton souffle. Ça doit être ton genre, ça, d’arrêter de respirer jusqu’à obtenir ce que tu veux, non ? Un petit garçon capricieux, voilà comment elle te voit. Mais aujourd’hui, ça ne marche pas. Ta colère est déjà éparpillée sur le sol, elle gise au milieu des objets brisés, et toi tu te tiens là, fatigué et impuissant. Alors, tu le répètes comme autant de petites défaites, ce d’accord qui vaut accord, marché conclu.

    Et intérieurement, Cara jubile. Parce qu’elle a cru, l’espace d’un instant, que tu allais choisir Askin. Que contre toute logique, tu allais préférer une aventure amoureuse à l’aventure Auroresque. Est-ce que tu l’aurais fait, si tu avais su ce que préférait de Lanxorre ? Est-ce que tu aurais modifié ton choix, rien que pour l’agacer ? Et est-ce qu’elle t’aurait laissé côtoyer Élius malgré tout ? Elle qui était persuadée de faire ce qui était juste, en t’éloignant du si doué, si particulier Askin. Non, tu as fait le bon choix, Arty. Car dans le cas contraire, elle aurait sans doute fini par détruire tes deux aventures, et t’anéantir tout à fait.

    Comme c’est agréable, de te voir tituber ainsi, comme un pantin qui chancèle au gré des fils qu’elle tire. Tu es là, à demander d’être libéré, avec ta question suppliante. Tu es le garçon qui a survécu, avec ton cœur qu’elle imagine tambourinant au milieu du champ de bataille. Le parquet grinçant à la place du sol terreux, et ton visage déconfit comme un drapeau blanc agité. Laisse-la juste savourer sa victoire, juste un peu, de son regard goguenard qui te percute comme une gifle, avant de t’accorder la trêve.

    « Ce sera tout » qu’elle te balance d’une voix légère, ironie piquante. « Je vous raccompagne ? Je ne voudrais pas que vous vous perdiez, après tout vous ne devez pas souvent entrer dans des maisons aussi grandes » mépris de classe saupoudré d’un principe de précaution. Il ne manquerait plus qu’elle te retrouve derrière une porte, embuscade digne d’un Auror dans ton genre – mais peut-être qu’elle te surestime. D’ailleurs, elle ouvre la marche, te précède, t’offre son dos comme souvenir du coup d’éclat qui t’a fait arriver jusque là. A peine sur ses gardes puisqu’elle sait qu’elle te tient. T’es inoffensif, t’es comme un chiot qui jappe sous les coups de ses maitres, forcé d’obéir.

    Grincement sur la liberté qu’elle t’accorde enfin. Devant la porte entrouverte, elle t’attend, les bras croisés. Est-ce que sourire narquois quittera un jour son visage, maintenant ? Elle est tellement imbue de sa victoire qu’il restera sans doute accroché à ses lèvres encore un peu. Et quand tu t’approches, obligé de presque la frôler pour t’enfuir, elle te glisse, dans un souffle, l’ultime avertissement ; « Bien évidemment, vous n’en parlez à personne. Un mot de votre part à Askin, ou quiconque, et notre marché ne tient plus ».
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Arty Wildsmith, Dim 1 Juil - 11:12


Évidemment qu’elle se devait d’en rajouter, l’écrabouiller davantage du bout d’un pied entièrement constitué de son hautainité dégoulinante-dégoutante. C’est certainement une marque de non confiance en soi, battre un gamin déjà à terre. De Lanxorre devait avoir de sérieux problèmes pour enjoyer se comporter de la sorte. Arty le sait, comprend la situation et pourtant, il ne sait pas pourquoi cette réflexion pathétique sur la grandeur de la demeure lui chagrine l’estomac. C’est à peine s’il lève les yeux au ciel, non, plutôt, il la suit, les yeux rivés sur ses baskets qui used to be flamboyantes. Alors qu’il parcourt un couloir surchargé d’une décoration kroumirienne -  à comprendre datant de l’âge des fossiles – ses rétines soudainement dotées d’un super-pouvoir de super-héros entrevoient en transparence sa jambe morsurée. Une sorte de réconfort, comme une petite voix qui lui susurre à l’oreille que oui, il avait pris la bonne décision, que c’était mieux ainsi. Quand bien même le Serpentin voulait de lui, il ne se voyait pas le rencontrer sous sa future forme lupine. Ainsi ce serait plus simple, rompre, brutalement, même sous les ordres de la Vipère. Enfin, et là ses mèches se secouent d’exaspération, il n’y avait peut-être rien à rompre, après tout. Et tandis que l’autre mégère se tient là, tout près de lui, ses mots glacent le Blaireautin qui se fige alors et s’accroche à son sourire méphistophélique. Pause sur le perron. Il savait pertinemment qu’il se ruerait à la Cabane pour en avertir Aza, préparer un plan pour dépecer la professeure d’enchantements une bonne fois pour toutes. Il comprend subitement qu’il ne tiendrait pas, que ce chantage n’aurait qu’une courte durée de vie. Il ferait presque exactement ce qu’elle lui demandait, mais non pas sans élaborer sa vengeance, plus tard, quand il aurait le temps d’y penser.

Il se redresse, encouragé par malice qui se faufile doucement dans son regard. Bien sûr. C’est ce qu’il savait faire le mieux, quand son jeu n’était pas interféré par les explosions impromptues de colère : prétendre, endosser un rôle. Il hoche la tête, s’attarde un bref instant dans la contemplation de l’extérieur, cliché cinématographique, comme s’il pouvait entrevoir son brillant avenir. Bon, tu m’excuseras, mais j’te fais pas la bise. Le retour du tutoiement aurait dû déclencher une vrombissante et bruyante alarme, mais rien, que du silence. De toute façon, il ne reste pas là à lambiner, ils s’étaient tout dit. A peine un quart de seconde pour déposer près de la tortionnaire son cœur estropié à l’idée de ne plus revoir Élius, il viendrait le récupérer une autre fois, un autre jour, quand il aura trouvé une solution. Et s’il pouvait en profiter pour mettre le feu à cette foutue maison, ce serait mieux. Pour l’instant, il lui laissait, après tout, elle avait gagné cette manche.
Avant de se retourner tout à fait, et les mains dans les poches, s’enfuir en maîtrisant le pas. Ne pas montrer qu’il chancelait légèrement, comme brisé et exténué de ce bras de fer qui était perdu d’avance.


Arty's out. Merci ! & à bientôt amour
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

[Habitation] Manoir de Lanxorre Empty
Re: [Habitation] Manoir de Lanxorre

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 5

 [Habitation] Manoir de Lanxorre

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.