AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 2 sur 8
Cours N°11 - De la Théorie...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle

Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Jade Wilder, Lun 17 Déc - 19:32


Impression fugace qu'une éternité s'était écoulée depuis le dernier cours de Métamorphose. En même temps, Jade avait une drôle de perception du temps depuis un bon moment déjà. Par contre, elle se souvenait bien que le dernier cours était très étrange. Lors de ce fameux cours, le professeur ne semblait pas du tout dans son assiette, si bien qu'il avait quitté son cours et laissé la main à une élève. Conceptuel tout de même, surtout qu'elle avait l'habitude de ces cours. Malgré qu'elle y soit particulièrement nulle - comme dans bien des matières nécessitant une baguette - elle avait toujours bien aimé ce cours. Et son professeur aussi d'ailleurs, qui n'était pas trop taré par rapport à bien d'autres étant passés entre ces murs. "Pas trop", précisons le, car les cours de Métamorphose étaient souvent étranges pour garder un mot léger. Étranges et peu satisfaisants pour son auto-satisfaction, elle qui avait tendance à échouer à peu près tout ce qu'elle entreprenait. Mais elle aimait bien ces cours quand même. A croire qu'elle aimait bel et bien s'auto-torturer. (love Evan).

Peut-être pas à ce point là tout de même, car le cours prévu ce jour débutait à 6h30 du matin. Pour être honnête, ça n'avait pas étonné la préfète plus que ça. L'enseignant avait pour habitude d'embêter ses élèves, prévoyant des cours bien trop tôt le matin ou bien trop tard le soir. Étant donné qu'elle était insomniaque, ce n'était pas un problème pour elle. Au contraire, un peu moins de temps passé à s'ennuyer dans un dortoir où tout le monde dort paisiblement. Un peu plus difficile néanmoins de quitter le dit dortoir sans faire trop de bruit. Celles avec qui elle partageait la pièce ne participaient pas toutes au cours du jour, il fallait donc éviter de les réveiller histoire qu'au moins quelqu'un fasse une nuit correcte. Une préparation fugace et un petit déjeuner inexistant avant de rejoindre la salle qu'elle connaissait désormais à la perfection. Il y avait eu des changements parfois, mais ça ne semblait pas le cas pour ce jour. Heureusement, l'heure matinale était suffisante, nul besoin d'ajouter une surprise supplémentaire à tout ça. Sauf qu'à force de fréquenter les cours de Métamorphose, la jeune fille s'attendait justement à d'autres surprises. Evan était comme ça, ses cours se suivaient - généralement - mais ne se ressemblaient pas. Sans parler de l'énigme habituelle en début de cours. Vous savez, cette énigme que la blondinette ne parvenait JAMAIS à résoudre ? Vraiment jamais, ça allait toujours au delà de sa logique à elle, les questions du professeur étant souvent bien trop conceptuelles à ses yeux. Pourtant, une fois la réponse connue tout s'assemblait et devenait logique mais avant... rien du tout. En approchant de la salle de classe, il était donc normale que la préfète se demande ce qui l'attendait. Pourquoi si tôt ? Y avait-il seulement une vraie raison, autre qu'ayant pour but de faire ch*er les flemmards ? Pas sûr, et dans tous les cas, pas sûr qu'elle ait une vraie réponse en dehors de ce qu'elle pouvait déduire par elle-même.

La porte était grande ouverte, laissant échapper quelques éclats de voix. Non, pas d'énervement, mais des réactions de surprise plutôt. Qu'est-ce qui l'attendait là-dedans ? Il suffisait d'entrer pour le savoir. Nul besoin de pousser la porte alors pour découvrir une salle de classe... plutôt vide, par rapport à de nombreuses fois. C'était presque déprimant d'ailleurs, comme si le cours avait déménagé d'un seul coup. Il restait quelques éléments certes, mais c'était bien maigre par rapport à ce qu'elle avait déjà pu voir. C'est comme si on revenait dans un lieu connu et que la moitié de nos affaires avait disparu. Cela la rendait soupçonneuse quand même, ça ne pouvait pas être un hasard, il y avait une entourloupe. Avant même de regarder les autres élèves, Jade tourna le regard vers le tableau. Inexistant. Mais les habituelles instructions étaient là tout de même. Hm...


La Théorie est essentielle à la magie,
Mais si elle vit seule elle est inutile...

Je ne serais peut-être pas là à l'heure, mais à 6h30 vous me trouverez,
En attendant, je vous prie de vous asseoir...


Ahah. Ça ne pouvait pas être plus ironique étant donné son habituelle facilité au niveau théorique par rapport aux catastrophes qu'elle produisait avec une baguette en main. Inutile de tout rapporter à soi, mais elle ne pouvait s'empêcher d'y penser tout de même et pour cause. D'ailleurs la dernière phrase était étrange, comment étaient-ils sensés s'asseoir sans chaises ? Sur les tables ? Ça n'était pas vraiment poli. Non, la préfète avait une petite idée qui lui trottait derrière la tête. Peut-être qu'elle se fourvoyait totalement ou peut-être pas, mais ça méritait d'être essayé tout de même. Mais avant, il fallait peut-être parler un peu, histoire de ne pas se montrer trop impolie. Alors, tentant de sourire malgré tout, elle se tourna vers les autres présents.

- Bonjour tout le monde !

Et aussitôt, s'avancer vers les écritures, avancer la main et chercher quelque chose qui n'est pas là. Et si c'était là, au final ? Si il y avait quelque chose qu'ils ne pouvaient voir ? Elle devrait être capable de le savoir facilement, d'un simple toucher. Du moins si elle avait raison. Et ça, ce n'était pas certain du tout, mais si elle n'avait pas vérifié elle s'en serait voulu. Non, il fallait aller au bout de son idée, quitte à être un peu ridicule à tâtonner dans le vide, à la recherche d'un on ne sait quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Neyla Sol
Neyla Sol
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Neyla Sol, Mar 18 Déc - 0:11


Épuisée

Dans le brouillard

Je viens de me réveiller

Brosse les dents

Coiffe les cheveux

Me traîne jusqu'à la classe

Bonjour professeur et bonjour les autres

Qu'est ce qui se passe encore avec les chaises et le mur ?

M'approche de mon bureau et m'assied en tailleur dessus, dos droit.

Sors un pitch fourré au chocolat.

Il fait pas chaud

Sors de quoi écrire

Gribouille quelques dessins dessus.

Attend que le prof arrive ou au moins que le cours commence

Sourit à ceux que je connais

Hey Theya ! Hey Lou!

Hey les serdy !

A nous la coupe !

Ah non, snif. C'est vrai qu'on a déjà perdu contre les grygry...C'est mal parti...

Je baille

Je veux retourner au lit...

De toutes façons, je suis sûre que ce prof n'a rien d'intéressant.

Je me rappelle de lui et du cours de Défense contre les Forces du mal.

Une moue d'ennui se peint sur mes lèvres.

Meh.

Marre. Marre. Marre. Marre.


Édit Elhiya : Bonjour Neyla Conformément au Règlement RPG, les messages en zone RPGique doivent comporter un minimum de 600 caractères, citations et formulaires exclus. Merci d’étoffer ton message et de faire plus attention à l'avenir.


Édit Elhiya : Bonjour Neyla. Conformément à la Charte du Forum, il est strictement interdit de supprimer un édit effectué par un modérateur. Merci de faire plus attention à l'avenir.


Dernière édition par Neyla Sol le Sam 22 Déc - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Fañch Guivarch, Mar 18 Déc - 1:04




Fañch Guivarch rp numéro 328 tw :

Premier cours de métamorphose de l'année, pour le celte en tout cas. Le professeur avait décidé de faire lever les élèves aux aurores, c'était plutôt embêtant mais pas surprenant de la part de Mr.Lival.

Réveil largement en avance pour le serpentard à cause d'un énième cauchemar au sujet de la prison dans laquelle il avait séjourné bien malgré lui.

Tranquillement il put faire sa toilette sans se presser, enfiler le glorieux uniforme, prendre un petit déjeuner bien consistent sans pression du retard, et même retourner dans sa chambre pour réviser avant d'aller en cours.

L'heure était venu et Fañch rangea tout ce qu'il fallait dans son sac avant de s'engager dans les couloirs sombres et froids en cette heure matinale.

Une fois de plus l'enseignant s'était adonné à une de ses frasques avec l'absence d'une bonne partie du matériel. Sans vraiment prêter attention aux autres élèves, le vert et argent s'assit sur un bureau en attendant l'arrivée du professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Cours N°11 - ... à la Pratique

Message par : Evan, Jeu 20 Déc - 17:24







Autorisation des Admins pour l'ouverture de sujet

LA partagés avec Lhiya pour tout le cours


~ 5h30 du matin, Poudlard

Sortant d'une torpeur nocturne au réveil un peu trop bruyant que j'avais éteint d'un coup ravageur, je m'étais précipité en dehors de la chaleur de mon lit en sachant la course contre la montre qui m'attendait en cette matinée. J'avais tout prévu pour faire ch*er mes élèves, il fallait que je m'en tienne à mon plan. Et si une partie était déjà prête vu que j'avais retiré tout ce dont j'avais besoin de ma salle de classe hier soir, et que le tout attendait sagement dans un sac sans fond en taille réduite, je devais m'assurer qu'Elhiya serait bien là et mettre tout en place dans le parc pour l'arrivée de mes élèves.

Aube et Crépuscule dormant jusque là paisiblement dans leur panier ne tardèrent pas à se réveiller sous le brouhaha causé par mon éveil agité. Une douche prise à l'arrache, un habillage tout aussi prompt, cravate Serpentard légèrement mal nouée par-dessus la chemise blanche, longue cape sur les épaules, baguette dans la poche, les deux canidés nourris rapidement, je récupérais le sac sans fond dans ma mallette, et rapidement je passais la porte de mon appartement, mes deux compagnons à fourrure avec moi, à qui j'ordonnais de m'attendre dans le couloir, déambulant seul dans le château assoupi.

5h45, je pressais le pas pour me rendre aux cuisines, pour interpeller un elfe de maison qui s'occupait du futur déjeuner de la Grande salle, récupérant un croissant et un café bien chaud que je faisais voltiger derrière moi en repartant. Direction les appartements du personnel, mais pas le mien cette fois-ci, allant à celui de la belle qui m'accompagnerait aujourd'hui. Je le savais non ouvert, aussi, si mes deux loups me suivirent jusqu'à l'entrée, une nouvelle fois je leur intimais de rester dehors, manquerait plus qu'ils se mettent à vouloir jouer un peu trop fort avec les boursouflets, Spangle ou Muffin et c'était la catastrophe assurée.

Si j'avais pris mes précautions pour ne pas entrer en trombe et réveiller tout le petit monde animal, trouvant Shadow roupillant joyeusement sur son coussin préféré, j'avais tout même alerté le fléreur qui avait aidé quelques jours plutôt à me soigner. Un bref regard à l'animal, j'allais faire se déposer le croissant et le café sur la table basse, et me dirigeais vers la chambre de la blondinette.

Je déposais un regard attendri à la voir blottie dans l'étreinte de sa couette, un seul bras s'aventurant au dehors, ses mèches blondes épousant l'oreiller moelleux, peut-être encore perdue sur une rivière de songes où pouvaient se jouer bien des tableaux enchantés à faire danser l'imaginaire sans fin. J'allais m'asseoir délicatement près d'elle, murmurant quelques « Elhiya ! » pour espérer la tirer de ses rêveries.

Si j'avais voulu être vache, que j'aurais ouvert en grand sa fenêtre et me serait barré avec sa couette pour qu'elle se les caille sévère, en gueulant dans son appart. Mais elle avait pris soin de moi, m'avait ouvert un peu de son monde, du plus mystérieux au plus captivant, et je ne pouvais décemment lui offrir un réveil brutal. A l'absence d'un quelconque signe de réveil, je laissais mes doigts remuer son épaule sortie de l'amas de coton, continuant mon appel jusqu'à la voir émerger doucement, m'arrachant un sourire radieux, laissant glisser mes doigts tendrement le long de son bras.

« Bonjour chère infirmière ! Tu as à peu près une demie heure avant que mes élèves n'arrivent... Je t'ai apporté un petit déjeuner à côté... Je te laisse te préparer, je t'attends dans le parc... »

Non pas qu'une envie brûlante de rester près d'elle me traversait, mais je me levais aussitôt après un échange d'opales savoureux, déposant un furtif bisous sur sa joue avant de la laisser à son intimité, quittant son appartement, retrouvant mes deux loups dans les méandres d'un château encore majoritairement ensommeillé.

~ 6h00, Parc de Poudlard

Aube et Crépuscule sur mes talons, j'avais franchi la porte d'entrée pour braver le froid automnal bien présent en cette matinée. Une légère brume stagnait dans les arbres de la forêt interdite, et l'herbe jonchée de feuilles mortes se parait d'un manteau de perles humides, mes pas eux, étaient accompagnés d'un halo de brume sortant de ma bouche. Ils allaient être heureux mes élèves, je n'en doutais pas.

Je gagnais le parc et un coin d'herbe suffisamment large pour mener à bien mes exercices du jour, un chêne se tenant non loin de sa stature majestueuse. J'ouvrais ma mallette, retirais le sac sans fond et commençais à sortir tout ce que j'avais pris avec moi. Le tableau de mon cours, les chaises de mes élèves, mon bureau, les quinze Esquiveurs commandés au Heurtoir. De quelques coups de baguettes, le tout retrouvait sa taille normal.

Je disposais les chaises alignées en rang de 4, espacées d'un bon mètre chacune, une serait forcément vide, mettant mon bureau en face à gauche du chêne par rapport à la place qu'auraient mes élèves, le tableau lui flottait dans l'air entre l'arbre et mon bureau. Pas de chaise pour moi, j'en avais tout de même pris une pour Elhiya des fois qu'elle souhaitait s'asseoir pour émerger pleinement en attendant que son aide soit requise.

Si autant mes élèves n'étaient pas au bout de leur surprise, mon narrateur avait clairement oublié de stipuler lors des inscriptions qu'ils pourraient être blessés en prenant part à ce cours... Les risques du métier non ? Ou plutôt, de l'apprentissage. A voir comment tout cela se déroulerait, mais j'espérais bien qu'il n'y ait pas de grandes flaques de sang, pis Elius n'étant pas là, j'espérais qu'aucun élève du jour ne me donnerait l'envie de le foudroyer sur place de colère.

Mes deux loups s'allongèrent sagement devant mon bureau, à à peine deux mètres du premier rang en somme, et j'allais déployer les Esquiveurs à une dizaine de mètres de là sur la gauche de ma salle de classe improvisée, avec l'enceinte du château en fond. Le ciel toujours grisâtre semblait contenir un peu de soleil derrière ses brumes, qui réclamait à venir lui aussi assister au cours. Le message pour mes élèves devait se déclencher à 6h30, tout était prêt, j'attendais Elhiya, mes sous-fifres quelques minutes plus tard...

HRP : Youp youp vous l'avez compris, vous devez faire une nouvelle arrivée cette fois-ci, avec Evan et Elhiya présents, donc décrire le bonheur de votre personnage de se rendre compte depuis la salle de classe qu'il doit aller affronter le froid de l'automne et pour cela remercier son incroyable professeur dont il a le poster au-dessus de son lit ! Merci dans votre rp d'indiquer un choix de place de votre personnage d'après l'exceptionnel plan ci-dessous ! Vous avez jusqu'à jeudi prochain pour poster votre nouvelle arrivée (donc le 27). Libre à vous de parler à Evan auquel cas j'essaierais de répondre même si je vais être peu présent d'ici à mercredi prochain ! Personne n'a le LA de mes loups excepté Jadou qui les connait et peut leur adresser une grattouille si elle veut. Pour les autres, ils seraient craintifs et viendraient se réfugier près d'Evan pour avoir l'autorisation de vous becter... Ange

Plan Ultra Badass Qui Envoie Du Saucisson a écrit:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Evan, Jeu 20 Déc - 17:25







Le Temps regardait les élèves arriver un à un. Peut-être souriant, peut-être moqueur, à les voir là, s'entasser comme des moutons qui allaient être manipulés, attendant de voir leurs réactions quand la suite du message s'afficherait.

Le Temps lui, savait la réponse, puisqu'il avait vu le professeur venir la veille, faire disparaître les chaises une à une, le tableau, le bureau, l'inscription lancée sur le mur. Et la formule magique conditionnelle qui avait suivi. Et, certainement, il devait rire à voir la tronche des élèves pour la plupart encore à moitié endormi, ils allaient avoir de quoi réellement se plaindre sous peu.

Un à un, le Temps les vit arriver, tous là à 6h25 précisément, alors que lui attendait, que les cinq minutes délivrant le sortilège ne s'écoulent à sa main imparable. 6h26, quelques échanges entre élèves, au milieu de brumes de sommeil. 6h27, le dehors se baignait toujours dans un manteau grisâtre. 6h28, le Temps se demandait si les élèves verraient le soleil aujourd'hui. 6h29, le Temps riait, souriait, comptant les secondes...

6h30

Sous les inscriptions volantes, d'autres mots apparurent aux yeux de tous les élèves, ou, du moins, de ceux qui regardaient le tableau.



La Théorie est essentielle à la magie,
Mais si elle vit seule elle est inutile...

Je ne serais peut-être pas là à l'heure, mais à 6h30 vous me trouverez,
En attendant, je vous prie de vous asseoir...

Au fait, j'ai oublié de vous dire, ce cours ne se déroule pas ici,
Je vous attendrais aux abords du parc à 6h30 précise...

Gare aux retardataires, la Pratique n'attend pas,
Elle est le seul chemin vers la Réussite...


Et le Temps attendait, observait, jubilait...

HRP : Pidoudam ! Comme vous le comprendrez surement, la suite se déroulera ICI ! Vous êtes donc attendus puisque vous êtes en retard ! Libre à vous si vous souhaitez poster dans ce sujet également, mais vous devez OBLIGATOIREMENT poster votre véritable arrivée au parc ! Voir en bas de mon autre rp !
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 20 Déc - 17:27







LA partagés avec Evan
Mon LA accordé à Fanch, Theya & Enzo
(pour la durée du cours)






Aux nuits généralement courtes, le sommeil s’offrait, depuis le retour d’un compagnon de serment, avec bien plus de facilité. Période salutaire où les questions parcourant l’esprit n’empêchaient plus la visite de Morphée pour peu qu’il venait accompagné de son meilleur ami et amant Fatigue. Alors quand le soleil était encore dans son lit, Elhiya estimait ne pas avoir à faire l’affront à l’astre de jour de convoler un peu plus avec les dernières caresses de la lune d’argent. Mais au courant d’air faisant retomber une mèche d’or sur le bout du nez, l’éveil se retrouvait forcé, se roulant un peu plus dans la couette pour se perdre dans la chaleur enveloppante du cocon de plume. Son prénom murmuré prenait forme étrangement dans ses songes de cupcake lapinours, se demandant depuis quand la crème au beurre parlait. Aberration la plus totale, seul le chocolat était doué de parole. Perdition de pensée jusqu’à sentir un chatouillis sur l’épaule ayant pour simple retour un bougonnement contre le félin supposément responsable de cet affront, sauf que jusqu’à preuve du contraire, le fléreur ne savait pas parler…

Les sourcils se fronçaient, les cils papillonnaient, se heurtant à l’appel du sommeil et des mots de trop, agressant l’ouie. « Quoi ? » Cherche au milieu de la torpeur qui lui adressait la parole, et surtout « Mais put*in Evan qu’est-ce que tu fous là ? » balancé en se redressant d’un bond perdant un oreiller dans la foulée en se retrouvant assise. Les opales ensommeillées frottées pour essayer de voir l’heure, de remettre dans l’ordre un semblant de logique somme toute disparue, et s’apprêter à insulter l’enseignant avant de réaliser qu’il avait disparu après avoir joué les réveils matin. Pestant toute seule en arrivant à lire l’heure, se demandant quel esprit normalement constitué se levait avant 6h, et surtout se demandant pourquoi, mais pourquoi elle devait arriver aussi tôt à un cours où sa présence n’était pas requise dès le départ, la blonde ébouriffée fini par se lever en trainant les pieds.

Douche chaude, bouillante même, manquant de se rendormir sous le ronronnement de l’eau clapotant au sol avant que celle-ci ne devienne quasi froide sous l’intervention de jasper qui lui aussi était déjà réveillé et vérifiait que l’infirmière ne retournait pas se coucher par la suite. Une nounou elfe… décidément… c’était un complot contre ses heures de sommeil adorée, sauf que là, elle ne de maronnait pas et s’habillait rapidement d’un jean, de son sweat à capuche avec les petites oreilles, tant pis pour le côté adulte responsable, elle laissait ça à Evan, elle, elle voulait juste dormir, et priait pour ne pas avoir grand-chose à faire vu son taux d’éveil. Les cheveux attachés avec deux barrettes sur le côté, la cape de sorcier récupérée, l’infirmière appelait son sac d’un coup de baguette croisant du regard la tête du furet dépassant de la besace et un petit déjeuner posé sur sa table basse. Un faible sourire mi-amusé, mi-surpris étirait ses lèvres alors qu’elle faisait venir à elle le croissant et le café. Un thermos aurait été plus judicieux, mais l’attention était touchante, ou louable, au moins il ne se prendrait pas une brassée quand elle trouverait là où elle devait se rendre.

Car c’était bien gentil de dire « je t’attends dans le parc » mais à moins d’être Lysse, et d’voir un point de chute évident, elle ne savait pas trop où aller. Et le parc, au cas où l’enseignant ne l’avait pas remarqué était loin d’être petit. Parfait pour la faire bougonner encore plus. Mâchouillant sa viennoiserie, les pas s’étaient retrouvés rapidement dans l’herbe humide quand les opales cherchaient sans trop savoir quoi. Bien qu’en se heurtant à la vue de lignes de chaises, il y’avait peu de chance pour qu’un elfe se soit amusé à sortir du mobilier dehors pour le briquer. Quelques pas de plus pour croiser le lève-tôt en train d’attendre surement le déluge.

– Salut….

Un bâillement perdu dans la prise de parole, il était définitivement trop tot. En s’approchant de lui, la tasse vide de café était glissée d’autorité entre ses doigts en même temps qu’un bisou sur la joue tout en continuant sa route pour se laisser tomber sur la chaise devant le bureau. Un coude levé sur le bois l’autre couché dessus, la tête prenait place sur la main relevée, quand les yeux se fermaient et s’ouvraient plusieurs fois pour essayer de se réveiller un peu plus.

– Merci pour l’café. Mais j’peux savoir pourquoi t’as b’soin de moi avant que les gosses soient là ? Même Spangle refuse de sortir du sac… Franchement…. L’est où ta liste des supposés présent en plus ? Car soit je fini ma nuit sur ce bureau, soit je coche quand y’en a un qui s’pointe. Tu les as foutu où les gosses en plus ?

C’était bien beau de faire classe dehors, de se geler le postérieur sur des chaises, mais là hormis lui, elle, et sa mine boudeuse il n’y avait pas grand monde… Pas qu’un duo du genre puisse être désagréable, depuis qu’elle avait remis les pieds au château elle n’avait pas eu à s’en plaindre, même si l’humeur était plus à lui dire de se carrer son début de cours là où elle le pensait et qu’elle finissait sa nuit la tête sur un moliaire balancé sur le bureau. Les mèches blondes retombant à moitié sur le visage, un souffle diriger vers le haut pour en fait voler une, elle continuait à bougonner.

– Sinon, à l’avenir t’es prié de frapper avant d’entrer. Tes parents t’ont pas appris les bases ? Non j’sais pas… un croissant ça permet pas d’ouvrir toutes les portes quand même…

Ton empli de reproches et de somnolence encore bien trop présente pour permettre un taux de sociabilité correct. Même le furet boudait, pelotonné dans le sac. La main tendue pour le faire sortir se retrouvait gratifiée d'un pincement de crocs avant que l'animal et grimpe jusqu'aux genoux pour se poser sur la table en scrutant les deux loups

- ... puis c'est quoi ces machins sur le coté?

Le regard était parti sur les esquiveurs se demandant si la matière enseignée avait changée pour avoir des cibles dans la zone de cours
Revenir en haut Aller en bas
Lyra Peverell
Lyra Peverell
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Lyra Peverell, Jeu 20 Déc - 22:00


Personne n'a répondu à ma question dans la classe. Je me renfrogne légèrement. Je n'aime pas être ignorée, et puis, c'est la moindre des politesses de répondre aux gens. Mais il faut croire que tout le monde n'a pas reçu les bases concernant le comportement à adopter en société. Je me sens un peu seule, à ne connaître personne. En fait, plus le temps passe, et plus je me rends compte que je suis totalement incapable de me faire le moindre ami. Heureusement qu'il y a Vesper et Eden quand même. Je m'ennuierais sinon. Mais ils ne semblent pas prendre part à ce cours malheureusement.

Les minutes défilent, et bientôt les inscriptions changent. D'autres apparaissent, indiquant que le cours se fera dans le parc. A six heures trente précises. Or, il est déjà six heures trente. Ce professeur semble vouloir se moquer de nous. Sans prendre la peine d'adresser le moindre regard ou la moindre parole à mes camarades, j'attrape mes affaires pour sortir de la salle de classe. Puisque personne n'a daigné répondre à ma question, je n'ai pas la moindre envie de leur indiquer les nouvelles informations qui viennent d'apparaître s'ils n'y prêtent pas eux-mêmes attention.

Cependant, je prends le temps de repasser par mon dortoir. Je n'avais pas prévu que le cours se déroulerait dehors, et en retard pour en retard… Je m'y rends au pas de course pour récupérer ma cape d'hiver ainsi qu'un bonnet et une écharpe aux couleurs de ma maison. Et me voilà qui dévale les escaliers en sens inverse, traverse le hall du château à toute allure, et débarque dans le parc. Je ralentis uniquement en apercevant deux silhouettes, celle du professeur et celle de l'infirmière. Il y a le bureau du prof et les chaises, ainsi que le tableau qui manquait précédemment. Quelle idée de transporter toute une salle de classe ici…

En m'approchant, essoufflée, rouge d'avoir couru et d'être ainsi exposée au vent froid, je vois alors deux formes au sol sui ne sont autres que des loups. Des vrais de vrais ! Un blanc et un noir. Les yeux écarquillés, je m'avance, pose mes affaires sur la chaise en face du bureau. J'adresse un sourire aux deux adultes.

- Bonjour Professeur, bonjour Madame l'infirmière ! Ils sont à vous les loups ? Ils sont gentils ? Comment ils s'appellent ?

Sans même attendre de réponse, je m'accroupis devant les animaux en tendant la main afin qu'ils s'approchent. J'ai trop envie de plonger mes mains glacées dans leur fourrure. Ils sont trop beaux !

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Theya Alomora, Jeu 20 Déc - 22:22


Alors que les élèves sortaient au fur et à mesure de leurs sommeils en rentrant dans la salle, râlant pour certains, baillant pour d'autres, quelques minutes passèrent et tu fixais le tableau. En espérant une illumination divine, qui sait, peut-être qu'un elfe apparaitrait pour vous faire cours... Non, là tu rêves, tu te promènes dans tes songes. Tu bailles une nouvelle fois, la main devant la bouche, quelle idée de te sortir du lit à une heure pareille... Le petit botruc dormait paisiblement contre ton cou, et les lettres apparurent comme l'illumination que tu espérais. Non pas de halo de lumière divine, simplement des lettres écrites sur le tableau, terminant la phrase qui était initialement écrite...

- C'est une blague ?! M*rde, faut aller dans le parc !

Une bleue avait déjà tourné les talons et tu ne mis pas longtemps à la suivre, fonçant de rage, les bras croisés devant toi, te protégeant peut-être du froid que tu allais affronté. Te perdant quelque peu dans les couloirs qui étaient encore endormi, tout comme toutes les personnes de ce château, excepté cette classe de métamorphose dont le prof avait eu la bonne idée de faire cours dehors en plein hiver. Génial.
Les pieds devant les portes, tu pouvais déjà sentir le froid s’immiscer dans tes vêtements, refroidissant ta température corporelle, frémissant en voyant la brume alentour. Les pieds sur l'herbe, et le froid ne faisait que s'accentuer, la terre fraîche, encore humide de la nuit qui n'était pas terminé, tu marchais tête baissée sans destination précise. Dans le parc ouais mais où ?! Tu cherchais, les yeux plissés jusqu'à apercevoir des chaises, des rangées, ouais ça doit être là.

Tu t'approchais, l'humeur encore ronchonne de devoir te rendre à l'extérieur à 6h30 du matin, merci professeur, merci ! Fallait que tu te calmes si non ta mauvaise humeur allait influencer toutes tes performances de la matinée, déjà que ça allait pas forcément être fou vu que t'étais encore dans un rêve éveillé. Tu passais les diverses rangées de chaises en voyant le professeur à côté d'un bureau, y avait aussi un tableau... Bah il avait tout prévu celui-là !
Autre chose attira ton attention, d'abord il y avait deux loups, deux magnifiques loups près du professeur. Les yeux te sortant des yeux, c'était la première fois que tu en voyais, et tu étais si, époustouflée. L'un blanc comme neige et l'autre noir, ces ancêtres des chiens attisaient ta curiosité plus qu'il ne fallait et réussirent à te faire sourire. Quoi de plus que la vue d'un animal, toi jeune blairelle qui était stagiaire à la Boutique des Animaux Magiques ? T'approchant doucement pour saluer et te présenter au professeur, au cas où, tu remarquais une petite tête blonde que tu connaissais désormais. Avec qui tu avais pu partager de nombreux savoirs lors d'une après-midi londonienne, un service rendu qui vous fut bénéfique à toute deux. Un deuxième sourire, décidément peut-être que ta bonne humeur reviendrait. Et la Serdaigle était déjà présente, c'est une speedy gonzales la p'tite muette !

- Bonjour professeur, je suis Theya Alomora 6ème année, bonjours Elhiya ! Professeur ce sont les votres ? Ils sont sublimes ! Je n'en avais jamais vu auparavant ! Ils ont l'air adorable !

Tu regardais les loups de deux yeux pétillants et remplis d'envie de les approcher, mais jamais tu n'oserais, non pas sans l'accord de leur maître, tu risquerais d'y laisser ta main.
Tu t'asseyais à côtés de la jeune bleue avec qui tu avais fais une potion dans le cours de Miss Lennox et la saluait car tu n'en avais pas encore eu l'occasion.

- Salut, j'espère que tu vas mieux depuis la dernière fois !

Theya est assise place D
Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
Enzo M. Aiken
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Enzo M. Aiken, Jeu 20 Déc - 22:47




Enzo est à la place A, si vous avez la flemme de lire :mm:
ft les participants.



Des pas qui résonnent dans la classe, des voix qui s’élèvent en voyant les quelques phrases qui s’ajoutent à l’inscription vaporeuse qui flotte dans les airs. Un soupire d’agacement de ma part en me rendant compte que même si je veux faire des efforts, mes travers me suivront malgré tout. Le Karma, me direz – vous, ça vous suit toute votre vie, quoi que vous vouliez faire, aussi. Alors, je pousse le bureau, recule la chaise improvisée à l’aide d’un sort avant de prendre les devants. Je me décide à suivre la marche, pas la peine de courir puisque de toute façon, en vue de l’heure, le groupe présent que nous sommes, nous étions déjà tous en retard. Je passe une main dans mes cheveux, regarde le temps à travers l’une des fenêtres jusqu’à soupirer d’un air de plus en plus agacé. Mon vermeil s’ébullitionne dans mes veines et j’attrape d’une façon assez violente, le sac qui pend à mon épaule avant de chercher une veste dans ce dernier, ensorcelé avec un sort d’agrandissement, puis, je cherche après ma witchboard au sein de celui – ci et j’enfile l’un comme je dépose l’autre à terre. Quitte à y aller, autant que ça ne soit pas avec du « retard » qui s’éternise aussi.

- « Bon… Pas trop l’choix à c’que j’vois…Mpfh. »

Mon pieds frappe le sol comme le tonnerre qui gronde dans mes veines. D’une poussée, je m’avance à l’aide de ma planche enchantée aussi. Je glisse sur les surface à une dizaine de centimètres du sol, pousse plus vite encore pour augmenter la vitesse. D’un geste habile de la main, je rabats la capuche de ma veste ou du gilet que j’ai sur le dos pour me couvrir les oreilles et la nuque des courants d’air frais. Je martèle le marbre frais du sol à chaque angles, dévale les escaliers comme une ombre qui suit sa « Lumière » et parsème les pièces de l’immense manoir de mes moindres souffles et regards. Le diaphane de ma peau se blanchit en vue de la grande porte, surtout quand j’ose la franchir pour atteindre le lieu où notre professeur avait décidé de faire cours. En vue de la scène qui se dessine de plus en plus quand je me rapproche, il s’y trouve deux beau loups, l’un noir, l’autre blanc et si je ne me trompe, l’animal de compagnie d’Elhiya ainsi que la jeune femme et mon professeur justement. Puis, sans détailler les élèves déjà présent, il y avait aussi les chaises, un bureau, un tableau qui lévite et des trucs dans un coin que j’sais même pas trop ce que c’est.

- « Qu’est-ce… »

Témoin surpris de la scène, je me décide de quitter ma planche pour la ranger dans mon sac avant de me diriger vers la première chaise à ma portée. (La A) Je m’avance vers celle-ci avant de m’offrir le luxe de m’y assoir tout en prenant le soin de regarder autour de moi. Je secoue un peu mes mains avant de venir souffler chaudement dessus. Pas un autre mot ne sort de mes lèvres parce que je ne sais vraiment pas quoi dire, en retard, je l’étais alors à quoi bon en rajouter une couche. En revanche, je me rends compte que j’ai mon regard qui se pose sur ces choses à ma gauche, captivé par l’étrangeté de la chose. Je ne sais pas vraiment décrire ce que j’vois, ni même si je me souviens du mot exact. Et ce qui me ressemble guère, c’est que je n’ai pas l’habitude d’être aussi distrait qu’en ce moment. Si bien que c’est à se demander si j’vais bien, finalement.
b l a c k f i s h & Λzяүεℓ (passe ta baguette sur l'image)
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Evan
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Evan, Ven 21 Déc - 8:58







Une fois que j'eus préparé convenablement (si on ne se fie pas au plan) le nécessaire pour que mon cours se déroule à peu près dans de bonnes conditions, je n'eus pas longtemps à attendre pour voir la silhouette de la belle que j'avais doucement réveillé prendre forme comme un éclat de soleil sur la fraîcheur du matin.

Sourire aux lèvres, j'attendais son arrivée, encapuchonnée dans un sweat aux oreille duveteuses qui avait l'air autant doux que je ne le trouvais amusant. Un Salut à moitié endormi auquel je répondais par l'esquisse d'un sourire tendre et un « Hey ! » un peu trop amical à mon goût, je récupérais la tasse apportée à son appartement dans ma main, et un bisous sur la joue tout de suite bien plus plaisant, l'observant aller s'asseoir directement sur la chaise amenée là pour elle, adoptant une position en partie avachie comme pour lutter contre des vestiges de sommeil encore bien présents.

« De rien pour le café ! Pour l'heure matinale, désolé, mais je préférais simplement que tout soit en place dès le début, toi y compris. Je me ferais pardonner si tu veux ! » J'allais jusqu'au bureau où je me permettais de jeter un regard curieux dans le dit sac, pour voir deux petits bouts d'oreilles rondelettes chaudement emmitouflées à l'intérieur. « Salut toi ! » glissais-je au petit animal. « Oh tiens attends ! » Ses mots m'alertant, je sortais de ma sacoche ma plume et mon encrier, et un parchemin sur lequel était indiqué le nom de tous mes élèves attendus, poussant le tout devant elle avec un léger sourire.

« Je t'en prie ! Je te laisse cocher leur arrivée ! Et ils sont dans ma salle de classe en fait ! Histoire qu'ils se réveillent tranquillement avant d'affronter le froid du dehors... »

Il était aisé de voir à sa mine fatiguée que ce réveil n'avait pas été le plus savoureux pour elle et qu'elle risquait de papillonner des yeux encore un moment. J'essuyais d'autres mots bougons de sa part sur le fait que je m'étais permis de rentrer comme cela dans son appartement.

« Oui bah tu sais que ça peut se fermer une porte aussi ? Et si j'ai pas frappé c'était pour pas réveiller Shadow, Muffin et les boursouflets et laisser tout ce petit monde en alerte ! Et mes parents... Non... Ils m'ont rien appris en fait... 'fin ils ont pas eu le temps... Il faut quoi en plus du croissant du coup ? »

Si le passage sur mes parents n'avaient pas été le plus joyeux, j'avais rebondi sur une note plus enjouée entre taquinerie et véritable quête d'information utile pour les fois suivantes s'il y avait. Dans la foulée, elle fit sortir Spangle de sa tanière non sans un pincement de l'animal, qui escalada les genoux de sa maitresse pour se retrouver sur le bureau, allant jusqu'à la contemplation mi curieuse mi craintive des deux loups.

« T'inquiète pas l'ami, ils ne vont certainement pas te manger ! »

Y a pas assez à bouffer surtout...

« Oh, ces machins... Ce sont des Esquiveurs du Heurtoir, des cibles enchantées pour se mouvoir d'elles-mêmes ! Au moins eux c'est pas grave s'ils se retrouvent en piteux état ! »

Notre conversation s'estompa avec l'arrivée d'une première élève qui n'était autre que la fille d'Alhena, ayant le même regard envoûtant qu'elle. La demoiselle semblait avoir couru pour venir, ce qui, je devais dire, m'arracha un rictus amusé en la voyant déposer son sac au premier rang. Et visiblement, cette matinée en jeu de piste ne semblait pas avoir freiné son enthousiasme.

« Bonjour Lyra ! Oui oui ils sont à moi ! Et ils sont gentils même s'ils viennent juste de se réveiller ! Le blanc s'appelle Aube et le noir Crépuscule ! »

Sans avoir aucunement peur, je voyais l'élève qui s'accroupissait près d'eux, et je priais intérieurement que mes loups ne deviennent pas l'attraction du cours sans quoi j'allais vite les envoyer gambader plus loin. Mais pour le coup, le cours n'avait pas encore vraiment débuté. Si Aube sembla renifler l'odeur de l'élève, ou peut-être seulement celle de son écharpe aux couleurs immondes (cadeaux les Serdy Ange ), Crépuscule recula d'abord la tête et me regarda comme s'il voulait mon approbation, et après un petit signe de tête signifiant "Vas-y !" avec un sourire, il s'approcha gentiment de l'élève pour laisser une léchouille sur sa main, comme lui réclamant un peu d'affection, alors que le pelage neige resta presque boudeur allongé dans l'herbe sans oser quémander auprès de l'élève.

Une deuxième élève était arrivée en même temps, délivrant un sourire et un salut enthousiaste auquel je répondais naturellement.

« Bonjour Theya ! Enchanté de te rencontrer ! Oui ce sont les miens et en effet ils peuvent être particulièrement adorable et câlins... »

Je voyais Aube qui semblait intrigué par la dernière arrivée comme lui disant un « Coucou toi ! Je suis là ! » et je souriais à cette image, me disant que mes loups avaient au moins le mérite de faire passer la pilule du lever tôt à mes élèves qui semblaient s'en émerveiller. Le loup se leva finalement et s'approcha tout doucement de l'élève, comme s'il avait possiblement plus peur qu'elle qu'elle ne veuille pas lui octroyer un peu de temps et voulant pallier la jalousie vis à vis de son compère qui avait trouvé un peu d'attention.

Un nouvel élève fit rapidement son arrivée sur... je ne savais trop quoi. Un truc flottant bizarre qui devait être enchanté d'une quelconque façon que ce soit. Je reconnus l'élève qui s'était un peu trop approché de l'infirmière à mon goût dans la grande salle, et son absence total de politesse fit bouillir mon sang de bon matin. S'il y avait bien quelque chose qui m'énervait, c'était l'irrespect et je ne tardais pas à le faire savoir au garçon en me raclant la gorge avant de parler fortement.

« BONJOUR MISTER... ! J’ESPÈRE QUE VOUS ALLEZ BIEN ET QUE JE NE VOUS DÉRANGE PAS ! LA POLITESSE N'EST PAS EXEMPTÉE POUR LES SERPENTARD ! »

Regard posé sur lui, les élèves je m'en foutiste, j'en avais déjà suffisamment eu et c'était pas à ce cours que j'allais en avoir un nouveau. Où il allait voir du pays...
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Elhiya Ellis, Ven 21 Déc - 19:14







Tout en place, même elle ? Le membre du mobilier ne pouvait pas donner son avis là-dessus, mais elle oui, quand bien même elle était quasiment affalée sur le bureau tant en protestation que sous le poids du sommeil. Le regard désabusé offert à l’offre qui sonnait de promesse d’alcool laissait le silence parler mieux que les palabres pouvaient le faire. Il était trop tôt pour penser à autre chose qu’un café… et dire qu’il y’en avait plein dans la cuisine et qu’elle restait là à… à rien faire… merveilleux début de journée… Et ce n’était pas la plume tendue qui lui faisait retrouver le sourire. Se redressant un peu, les mirettes dédaigneuses se posaient sur l’ornement de croupion de volatile se demandant, comment au 22ème siècle le stylo avait encore du mal à s’imposer dans le monde sorcier. Un « Merci » plus semblable à «c’est quoi cette horreur » accompagnait le mouvement de doigts attrapant parchemin et support de mine à encre.

Aux explications sur le refus de réveiller des boules de poils, la curiosité lisait vaguement les noms des mômes qui devaient arriver, tendant quand même l’oreille à ce qu’on lui disait. Entre du Peverell 1ère année, et du Guivarch 7ème année, l’attention s’était faite capturée par le mot « croissant » dessinant à ses lèvres un faible sourire amusé teinté de « j’te dirai pas » et retournait sur la boule de poils à coté d’elle puis sur les Esquiveurs. Les sourcils dubitatifs s’arquaient un instant avant de retomber en même temps que le haussement d’épaules peu préoccupé par le possible « piteux état » des cibles mouvantes. A force, elle avait abandonné de comprendre les méthodes d’enseignement d’Evan restant sur l’idée que « paté en croute » était toujours la seule réponse universelle et valable dès qu’on mettait un pied dans sa salle de classe.

Et de pâté, ou du moins de croquette, la mignonne petite gamine souriante avait dû estimer que les deux loups en avaient eu en abondance pour aller tenter directement une caresse sans aucune procédure préalable. Elhiya répondait d’un sourire poli à la gosse, cochant le nom de la petite Miss Peverell qui laissait déjà une meilleure empreinte que le Azaël du même nom. S’en suivait Theya à qui elle adressait un signe de main plus enthousiaste faisant tournicoter le bout de la plume dans la vide pour la saluer à son tour. Regardant où elle s’essayait, l’encre griffait une petite fleur à côté du nom de la Poufsoufflle avant d’être abandonnée dans un bougonnement personnel sur le bordel infâme que c’était d’écrire avec ce genre de chose.

Le nez dans son sac, la blonde sortait un stylo ce qu’il y’avait de plus banal laissant le petit monde poilus faire leur vie jusqu’à ce que des mots dépassèrent la limite acceptable à la communication matinale. Les yeux écarquillés, le nez relevait apercevait Enzo, de toute évidence aussi bien luné que l’infirmière. V’la qu’il se faisait houspiller… Roulement de mirette exaspéré et soupir en prime en dessinant à côté du nom d’Aiken des cerises. « Ca va hein, si tu veux qu’on flatte ton égo faudrait peut-être pas faire lever tout le monde à 6h… »Simple logique portée uniquement aux oreilles de celui qui hurlait. « Alors la politesse à du disparaitre avec les heures de sommeil manquantes… Surprenant hein ? » Œillade amusée, ne parlant pas que pour Enzo sur ce coup. Petit sourire goguenard discret avant de retourner à ses gribouillis sur la feuille de présence pour s’appliquer à mettre quelque chose à côté du prénom Lyra. Pour le soutient, Evan lui avait jamais dit qu’elle devait valider sa méthodologie, elle était pas là pour ça, alors… Tant pis
Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
Enzo M. Aiken
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Enzo M. Aiken, Ven 21 Déc - 20:09




ft les participants.



Ces frissons qui caressent mon épiderme, me rappelle que je suis toujours en vie. Qu’il suffit que je souffle encore sur mes mains pour me réchauffer jusqu’à qu’un cri strident fend l’air. Mon regard se décale sur la droite et affronte avec « effroi », l’horreur « personnifié ». Un prof qui s’énerve maladroitement parce que j’ai omis de lui avoir dit bonjour. Lequel de nous deux est le plus « ridicule » dans l’histoire. Celui qui s’énerve parce qu’il a le sang trop chaud, du moins, c’est ce que je pense… Ou moi – même pour avoir été trop captivé par ces trucs sur la gauche. Et d’un soupire exaltant cette frustration qui grandit au sein de mes entrailles, je souris presque trop mesquinement, presque trop narquoisement… Et c’est même sur un ton presque trop serein que je lui réponds.

- « Veuillez m’excuser, Professeur. C’est qu’il ne fait pas chaud et que je suis transi de froid. »

Qu’il prenne cela pour un manque de respect ou pour une remarque de ma part, mais qu’est – ce que je pouvais en faire. Pas grand-chose, actuellement, puisque j’ai des rêves bien plus grand en tête, beaucoup plus complexe à réaliser par contre. Alors, même si une certaine partie lui aurait tenu tête, je préfère laisser couler, penser à autre chose pour me changer rapidement les idées. Et sur un air légèrement blasé, mon regard fuit celui de l’Infirmière volontairement, suite à notre échange dans l’infirmerie, il y a quelques temps. Et pas qu’à cause de cela aussi.

- « Par conséquent, j'ai oublié de vous saluer, mais je tiens à dire que ce n’est pas une raison d’hausser le ton de la sorte. Je peux me reprendre et vous saluez, si vous y tenez. »

J’imagine aussi que mon assurance, ma confiance en moi et cette habilité à rester calme, même envers « mon pire ennemi » est facilement déconcertante et euphorisante. Beaucoup se serait déjà enfuit la « queue » entre les jambes, comme des chiens effrayés ou se seraient paralysés de peur de ne plus savoir inspirer la moindre particule d’air. À contrario, moi, je reste assis sur ma chaise avec ce calme olympien qui m’habite. Et quoi que l’on puisse dire, je me contente de soupirer légèrement, venant même me frotter cette tempe douloureuse, fixant par la suite, les cicatrices de mes plais sur mes mains et les bras. Je dirais pas que je me montre aussi « féroce » que lui, en restant camper sur mes positions, mais je me dis que je n’ai plus besoin de me prouver quoi que ce soit. Je suis conscient qu’il me manque toujours cette part de moi dont je n’ai aucun souvenirs, je ne sais même pas qui j’étais avant d’être celui qui je suis. Pourtant, si d’autres y voient là comme une part d’eux qui leurs ont été arrachés, moi, j’y vois là, l’occasion de me « reconstruire », de me construire une vie comme je le décide de faire. Et puis, on aura beau me dire quoi faire, mais ce n’est pas à Poudlard que j’y trouverais une satisfaction en vue de ce que l’on tente de m’apprendre. Venir en cours me paraissait comme un acte divertissant, mais mon visage se ternit davantage en voyant le ton de l’adulte de droite virer de bord en ce qui me concerne. Et il se refroidit encore plus quand je me décide, enfin, de regarder la jeune blonde qui griffonne sa feuille. Ainsi, je porte mon pouce près de mes lèvres, me décidant de mordre l’ongle de celui – ci tout en jurant que je pourrais entendre battre mon cœur jusque dans mes tympans.

- « Ceci dit, j’imagine qu’il est parfaitement inutile de vous demandez comment vous allez, puisque je viens d'obtenir, indirectement, la réponse à ma question. »

J’ignore aussi ce qui fait le plus de bruit, est-ce celui-là ou l’air qui martèle mes joues à l’idée de les faire rougir. Et puis, je réalise encore que je décroche un peu de la « réalité », que je me retrouve subitement dans la Lune parce que je me refuse de m’accrocher à ce « spectacle » qui sonne un peu faux. Depuis un certain temps, je me mets à voir les choses différemment. Et un seul problème se pose, désormais. Comment faire pour que les choses changent, car il me parait évident que ce ne sont pas les mots qui pèsent, mais les actes. Et seuls les actes peuvent faire remuer des foules, soulever des montagnes, selon certains cas aussi. Et pour certains, si je pouvais enfermer un « Doloris » en bouteille pour le leurs refiler discrètement, je l’aurais déjà fait aussi. Alors, finalement, je secoue ma tête, inspire si longuement que je me demande jusqu’à quel point je peux faire ce geste si « stupide » et anodin. Quant enfin, je repose mon regard sur les deux Loups d’Evan, penchant ma tête sur le côté, y laissant entrevoir dans mes mirettes verdoyantes, une pointe de curiosité et ambiguïté. Étrange comme Cours, surtout d’avoir le droit de les apercevoir dans ce cours aussi.
b l a c k f i s h & Λzяүεℓ (passe ta baguette sur l'image)
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Jade Wilder, Ven 21 Déc - 22:25


Rien à faire, Jade avait beau tâtonner, elle ne trouvait rien. Sa théorie tombait donc royalement à l'eau, comme souvent au début des cours de Métamorphose. Elle avait toujours eu du mal à suivre les cheminements de pensée d'Evan, il avait une façon de réfléchir qu'elle ne possédait pas. En même temps, le contraire serait effrayant. Mais être incapable de toucher un tout petit peu du doigt la solution était un peu frustrant. Qui sait s'il s'agissait d'un avantage ou d'un inconvénient, mais à force elle s'était habituée à ses conclusions foireuses.

En attendant, pas de réponse concrète. Il faudrait donc attendre l'arrivée du professeur... Pas drôle. Et pas valorisant aussi, la blondinette aurait quand même bien aimé avoir la réponse pour une fois. Et si il n'y avait pas de réponse, comme dans le cours jesaispluscombien ? Petite moue boudeuse avant qu'elle ne se résigne à juste attendre, ce qu'elle détestait purement et simplement. La patience n'avait jamais été son fort mais encore moins depuis quelques temps. Une dizaine de minutes, ce n'était pas bien long après tout, de toute façon elle n'avait pas le choix. Alors un nouveau soupir et elle s'avança près de la fenêtre, observant l'extérieur. Un temps magnifique, rayonnant de bonheur. Ironie pure bien entendu, Jade haïssait l'hiver et tout ce qui l'accompagnait. A part la neige peut-être et les fêtes ça dépendait des fois. Cette année là n'était pas une bonne année pour apprécier Noël. Comme l'année précédente et l'année d'avant... Mouais bon, oublions ça.

Un mouvement la ramena à la réalité, une élève quittait la salle. Pardon ? Pourquoi, le cours allait commen... minute. Fronçant les sourcils, la jeune fille observait les inscriptions qui semblaient avoir changé. Enfin, pas vraiment changé mais d'autres s'étaient ajoutées. Et le pire restait à venir puisqu'une lecture rapide lui apprit que le cours n'avait pas lieu dans la salle de classe. Ahah. Mais dans le parc. Ahah. ET A 6H30 BON SANG. Serrant les dents, Jade imita bien vite Lyra et s'éclipsa du cours à la vitesse de l'éclair, pestant littéralement contre le professeur de Métamorphose. Il était égal à lui-même, ce n'était même pas surprenant, mais là franchement elle n'aimait pas ça. Jamais elle n'avait été en retard à un cours, détestait plus que tout l'idée même que ça puisse arriver et là elle était en retard sans même l'avoir voulu. C'était de la torture à la Wilder, oui oui ! Non là elle était vraiment en colère et ça se manifestait, comme toujours, par des mots peu élogieux en Italien histoire de bien faire. Ça faisait longtemps tiens, la dernière fois elle s'énervait contre l'énergumène qui lui avait servit de collègue. N'espérez pas, pas de petite larme à ce souvenir, certaines choses étaient bien mieux derrière soi et ce souvenir là tout particulièrement. Les cours étaient fort heureusement plus tranquilles depuis mais la blairelle en gardait un arrière-goût amer. Pas possible de faire autrement, quand elle se sentait énervée ou dépassée, les deux dans le cas présent, elle le faisait à sa manière, la plupart des gens normaux ne comprenaient rien à ce qu'elle disait et c'était pas plus mal. Ça ne serait sans doute pas très bien vu de la part d'une préfète mais... oui, rien à foutre. Tout ce qui importait là tout de suite, c'est que le cours avait lieu dehors où on se les gelait littéralement, et qu'en plus elle était en retard. m*rde quoi.

L'adolescente avait bien comprit que certains élèves retournaient dans leurs dortoirs pour récupérer des affaires chaudes. De son côté, c'était hors de question. Si déjà elle était en retard, elle n'allait pas aggraver les choses en perdant un temps précieux inutilement. Au pire elle attraperait un rhume, son pull habituel suffirait. Au moins un avantage à détester le froid, elle s'était déjà plutôt bien couverte pour un cours en classe. Pas suffisamment pour un cours en extérieur mais là tout de suite honnêtement, elle n'en avait rien à péter.

Affronter les vents extérieurs donc. Bon, il n'y avait pas de grandes bourrasques, c'était exagéré. Par contre le froid régnait et les nuages menaçaient. Manquerait plus qu'il pleuve pour ajouter un peu de piment à tout ça mais mieux valait ne pas donner des idées au créateur de ce cours parce-qu'il serait capable de les appliquer juste pour la faire ch*er. Heureusement, personne ne lit dans les pensées n'est-ce pas ? Oui bon sauf les legilimens. Rho stop son esprit logique, elle n'avait pas envie de raisonner correctement là, juste de râler. Et d'arriver le plus vite possible aussi. Une fois dehors, force est de constater que quelques couches de vêtements supplémentaires lui auraient bien plu tout de même. En tout cas, ça lui aurait évité les longs frissons parcourant l'échine de façon bien désagréable. Hors de question de changer de cap désormais, néanmoins le froid ne tarda pas à ralentir ses ardeurs, sa colère et au passage, sa course. C'est sans doute pour cette raison qu'en arrivant sur les lieux, l'adolescente constata qu'elle était loin d'être la première. Lyra notamment était là et était couverte chaudement. Elle avait eu le temps de retourner dans son dortoir ? Bon sang, c'était une flèche cette fille. Fronçant les sourcils, la préfète se sentit moins seule en voyant que Theya n'avait pas prit cette peine non plus. Avec eux, Enzo et comme adultes, Evan bien sûr, ce qui était plutôt rassurant et empêchait la possibilité qu'ils doivent ENCORE le suivre n'importe où. Quoi que, il fallait se méfier. Par contre il n'était pas le seul adulte présent, il y avait aussi... Elhiya. Drôle de surprise que de voir l'infirmière de Poudlard présente pour ce cours. Soit celui-ci porterait sur des sorts qui pouvaient blesser - et c'était inquiétant - soit Evan avait besoin des des talents de l'infirmière - et ça n'était toujours pas rassurant. Eh bien ce cours promettait, surtout qu'un sacré matériel avait été installé en plus de la parfaite panoplie de la salle de classe. Le hic étant qu'elle ignorait totalement ce que c'était que ces machins et il y en avait un sacré nombre. Supposition perdue qu'il y en avait assez pour tout le monde et donc, toujours pas rassurant selon ce qu'était ce machin. Elle verrait bien de toute façon, mais ça l'intriguait de ne pas savoir.

Observer était une bonne chose, au moins elle savait à peu près à quoi s'attendre. Quoi que encore une fois, avec Evan il fallait s'attendre à tout. Mais quelque chose qui ne surprit pas la blondinette, ce fut la présence des deux loups de l'enseignant. Ce n'était pas la première fois qu'ils venaient à un cours. Si elle s'était écoutée, elle serait déjà allée les papouiller mais avant il y avait plus important. D'abord, sourire un peu ironique au professeur.

- Bonjour professeur... finalement.

Il fallait quand même affronter le froid hivernal pour le retrouver, c'était pas rien ! Néanmoins ses mots étaient plus amusés qu'autre chose. Par contre, mieux valait qu'il ne souligne pas leur "retard" sinon elle allait se fâcher. Ensuite, elle tourna les yeux vers l'infirmière, connue auparavant et plus encore au truc des aurors là. A ce moment, l'Italienne avait révélé une part d'elle qu'elle n'aimait pas dévoiler, voilà bien quelque chose qui la bloquait ensuite. Pour autant, elle tenta un sourire à Elhiya. Elle n'avait rien fait, elle, ce n'était pas sa faute si l'Italienne n'avait rien d'une bonne sorcière.

- Bonjour...

Ah bah le retour du "je sais pas comment t'appeler"... En même temps, c'était un peu compliqué. Elles ne se connaissaient pas des masses quand elles l'auraient pu mais d'un côté l'Italienne se sentait tout de même proche de l'infirmière sans trop savoir pourquoi. Alors du coup, juste un bonjour, qu'elle espérait pas trop hésitant. Enfin, un sourire aux trois élèves présents tout en posant son sac à la dernière place libre du premier rang (B) si l'on pouvait parler de rang. Sans plus se préoccuper de ses affaires, Jade s'approcha des deux loups, confiante. La dernière fois, elle avait pu les approcher, et cette fois, aucune envie d'hésiter. Avec son habituelle douceur et une patience qu'elle réservait à tous les animaux qu'elle approchait, l'adolescente sourit.

- Coucou vous deux...

Nul doute qu'ils allaient être l'attraction du cours, dommage pour eux. Mais est-ce qu'ils allaient la reconnaitre ? Histoire de les rassurer, elle avança simplement sa main, avant de ne s'approcher qu'une fois sûre d'en avoir le droit. Ainsi, elle se contenta d'une gratouille à chacun pour ne pas trop les embêter avant de retourner sagement à sa place. Une fois là-bas, elle constata qu'ils n'étaient pas les seuls animaux présents pour ce cours, il y avait aussi un autre petit invité sur les genoux de l'infirmière. Sûr qu'elle ne s'était pas trompée de cours et avait atterrit en Soins aux Créatures Magiques ? Pas logique, Evan était bien là. Mais plus les éléments étaient avancés et plus ça l'intriguait. A voir comment ça se déroulait par la suite ! En attendant, elle avait toujours froid.


HRPG: Jade s'est donc assise sur la chaise B !
Revenir en haut Aller en bas
Archibald Janaster
Archibald Janaster
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Archibald Janaster, Sam 22 Déc - 10:37


Me rendant compte de mon retard, je ramasse mes affaires précipitamment et vais d'un pas décidé jusque dehors. Je ne prête attention à personne, cela m'embêterait énormément d'être plus en retard que je ne le suis déjà. Je prends à gauche, à droite, je monte des marches, j'en descend. j'arrive enfin dehors et le froid me frappe au visage. Après être resté si longtemps dehors je n'ai même pas fait attention au temps qu'il faisait dehors. Mais ce n'est pas vraiment un soucis, tant que le vent ne s'invite pas dans mon chemin je devrais pouvoir m'en sortir.

J'avance, je suis désormais dans le parc quand le froid s'intensifie, j'accélère ma marche et aperçois ce qui semble être notre classe de ce matin, des tables, des chaises, des objets non identifiés jusque la, un bureau et quelques silhouettes.

J'arrive au niveau de la "classe" et vois que quelques élèves sont déjà arrivés.
Je lâche un bonjour général et je remarque deux loups, je me pétrifie, ils sont magnifiques. Je suis absolument fasciné par ces créatures. Je suppose que ce sont les loups du professeur et je l'envie d'avoir de si beaux animaux, je me demande si un jour je pourrais en avoir aussi, je l'espère.
En parlant du professeur, je le remarque et puisque tout le monde n'est pas là d'après moi, je me dis qu'il serait peut-être une bonne idée d'aller lui parler.

Je m'approche donc de l'enseignant et prononce timidement ce que je souhaitais lui dire :

" Bonjour Professeur, Je voulais vous demander si c'était vos loups, si oui ils sont magnifiques. Mais je venais surtout pour vous remercier de m'avoir donné de votre temps pour m'informer sur l'animagie. Ca m'a été très utile, je suis toujours aussi déterminé à réussir mais je ne commencerais mes tentatives sûrement plus tard dans l'année. "
Revenir en haut Aller en bas
Murphy Flowers
Murphy Flowers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Murphy Flowers, Sam 22 Déc - 17:46


Super.

La nuit. Le vent. Le froid. Genre j'avais signé pour ça. Heureusement que j'avais mes gents ou mon bonnet sinon je serais déjà morte. Genre morte. Oui oui.

La vérité : j'adorais la métamorphose. Mais p'tain, c'était quoi ces conditions de travail ? J'ai essayé de pas trop me poser de question et j'ai suivi toute la troupe quand on a vu le tableau s'actualiser. On était déjà en retard. Le stress pour certain, le je-m’en-foutisme pour d'autres. Je faisais peut-être bien partie de cette seconde catégorie. Mais j'avais pas mon mot à dire. J'veux dire, penser ce que je veux ça oui. le verbaliser, ça, plus compliqué. Mais pas grave, je me disais qu'au parc on allait sûrement faire quelque chose d’intéressant qui sort plus du commun. Et ça c'était cool.

Le feu des torches me manquait quand même. Terriblement. Cette brume là, avec mi-brouillard, mi-pluie, c'était juste horrible. Mais Murphy, fallait que t'arrête de te plaindre. Peut-être que t'allais rencontrer quelqu'un de bien cette fois-ci. J'veux dire, échanger des trucs intéressants avec une personne intéressante. J'ai soupiré. Définitivement pas.

Il y avait un énorme arbre au loin. Un chêne je crois. C'est que l'on était plus très loin. Il y avait déjà des... formes qui nous attendait. Des tailles différentes à vrai dire je ne voyais pas qui ça pouvait bien être.

Ben bien sûr. Des loups. C'était genre... ultra impressionnant et... ultra flippant. J'ai fais un petit pas sur le côté en essayant de rester discrète pour pas me faire remarquer. Franchement, je préférais mon Flereur. Mais bref. Arrivée à hauteur des deux adultes, je leur ai lâché un « Bonjour » assez discret tout en restant audible et un minimum joyeuse. Fallait pas tirer la tête. Si eux étaient là, c'est que ça leur faisait plaisir, enfin je crois.

Et puis sans perdre plus de temps je suis allée m'asseoir à la place L. Genre loin des loups, là où je pourrais finir ma nuit si jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Theya Alomora
Theya Alomora
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Theya Alomora, Sam 22 Déc - 18:00


La petite muette s'approchait déjà des loups alors que toi tu attendais patiemment la réponse du professeur qui ne tarda pas néanmoins. A ses paroles alors que la petite bleue était occupée à caresser le noir, le blanc s'approchait doucement de toi. Tu craques et cède à cette bouille de tendresse, tu t'agenouilles face au loup et tend la main pour lui caresser doucement la tête. Son pelage blanc était magnifique et ta tête basculait pour sourire à cette élan d'affection. Retrouver les animaux, voilà de quoi te sentir mieux en cette matinée plutôt fraîche, et surtout cet heure très matinale. Tu es vraiment beau toi, et très gentil, ton maître a de la chance ! une légère caresse à nouveau derrière les oreilles du sublime loup et tu retournais à ta place sagement.

Merci professeur... Il est sublime, comment s'appelle-t-il ?

Attendant l'arrivée des autres élèves qui ne se firent pas prier le pauvre professeur allait devoir subir les mêmes questions pendant toute cette introduction au cours. Peut-être aurait-il mieux fallut pour que les élèves soient attentifs que les loups partent en balade. Quelques têtes qui se démarquait et Jade qui semblait familière avec les loups. Tu restais complètement hypnotisée par le regard du beau loup blanc, admirant son pelage, ressentant à nouveau la douceur de ses poils contre ta main. Les animaux tu avais vraiment ça dans le sang, c'était une de tes plus grosses passion, et aussi ton travail désormais. Peut-être tu pourras en avoir un, un jour...

Un petit sourire à Jade tout de même que tu appréciais malgré que vous ne vous parliez pas beaucoup, les arrivants venaient de plus en plus, et tu avais hâte de découvrir la suite de ce cours.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Cours N°11 - De la Théorie... - Page 2 Empty
Re: Cours N°11 - De la Théorie...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 8

 Cours N°11 - De la Théorie...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.