AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 42 sur 46
Le parc de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43, 44, 45, 46  Suivant
Piper Wood
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Piper Wood, Sam 21 Jan - 16:18


-Tu sais, tu n'as pas besoin de me remercier n'importe qui voyant une personne écrasée sous la neige aurait accouru, répliqua on interlocutrice avec un sourire.

Elle avait raison, même si je suis sûre que certaines personnes pouvaient laisser quelqu'un dans la même situation geler quelque temps avant d'aller prévenir les secours. La jeune fille souriait toujours et dit :

-Moi c'est Ellie.


-Enchantée Ellie.

J'aime bien ce prénom, Ellie. Et puis, la jeune fille était plutôt jolie, avec ses cheveux châtain clair et ses yeux marron vert. Et elle avait l'air sympathique. Je lui souriais toujours, malgré le fait que je tremblais toujours. C'est vraiment très froid la neige en fait ! Elle m'avait paru moins froide quand je faisais des batailles de boules de neige, mains nues parce que je préférais faire comme ça. Ellie reprit, arrêtant de sourire :

-Tu es sûre que ça va ?Je dois te dire que je ne sais absolument pas gérer une hypothermie.

Elle n'attendit pas ma réponse et me mit ses gants à mes mains. Je retentais de lui sourire, mais c'était vraiment dur. Mon visage me paraissait gelé.

-Merci, je pense que ça ne va pas tellement bien que ça en fait... Et je ne sais pas non plus gérer une hypothermie, ça ne m'est jamais arrivé avant. Je n'ai pas une énorme connaissance en ce qui concerne les maladies ou blessures.

J'observais plus attentivement la jeune fille : elle semblait être à Poudlard, comme moi, mais je ne la connaissais pas. Je décidai donc de lui demander :

-Dis moi, Ellie, tu es à Poudlard, non ? Dans quelle maison et en quelle année ? Je suis à Poufsouffle en sixième année.

Et c'est reparti : même avec ce froid intense, je continue de parler. C'est vraiment un défaut dont je n'arriverais jamais à me débarrasser. Enfin, il y a aussi ma maladresse. Je sentis des frissons dans tout mon corps. J'espérais ne pas finir en statue de glace!
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Wells
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Ellie Wells, Dim 22 Jan - 15:15


-Merci, je pense que ça ne va pas tellement bien que ça en fait... Et je ne sais pas non plus gérer une hypothermie, ça ne m'est jamais arrivé avant. Je n'ai pas une énorme connaissance en ce qui concerne les maladies ou blessures.

Ellie ne retenu qu'une seule chose : "pas tellement bien que ça ". Elle se dépêcha de prendre son sac de cours, heureusement qu'elle avait oublié de le déposer Poudlard. Elle fit glisser la fermeture pour sortir toutes ses affaires, qui s'entassaient une par une dans la neige.

-Dis-moi, Ellie, tu es à Poudlard, non ? Dans quelle maison et en quelle année ? Je suis à Poufsouffle en sixième année.

La jeune fille à genoux qui cherchait désespérément continua en répondant.

-Oui, je suis à Poudlard aussi, serdaigle cinquième année, répondit - elle machinalement toujours le nez dans ses affaires. 

Quand soudain son visage s'éclaira, elle tenait dans ses mains son livre d'enchantements. Elle tourna les pages rapidement, un sort de réchauffement ça devait bien exister ! Au bout de quelques secondes Ellie fronça les sourcils, le sortilège Calda pouvait augmenter la température d'un feu ou d'un plat. Elle jeta un coup d'oeil à Piper qui grelottait toujours de froid se demandant sûrement ce qu'elle faisait.

-Non pas ça je risquerais de lui mettre le feu aux fesses, murmura-t-elle dans sa barbe.

Elle lut la ligne d'en dessous : Consectetuer Dryer sort qui sèche les vêtements. 

-Et bah voilà Parfait ! s'exclama-t-elle.

Ellie sorti sa baguette et la pointa sur Piper. Celle -ci la regarda avec des yeux ronds.

-Ne tu en fais pas tu iras mieux après, enfin j'espère, dit-elle avec un sourire qu'elle espérait rassurant.

La jeune fille donna un coup sec de baguette.

-Consectetuer Dryer !

Revenir en haut Aller en bas
Piper Wood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Piper Wood, Dim 22 Jan - 16:42


Ellie se mit alors à chercher quelque chose dans son sac. Je la regardais d'un air interrogateur tandis que ses affaires s'entassaient dans la neige. Puis, elle me répondit, le nez dans ses affaires :

-Oui, je suis à Poudlard aussi, serdaigle cinquième année.

Je hochai la tête. Si elle était à Serdaigle, elle devait être drôlement intelligente. Je connais quelqu'un à Serdaigle, elle est intelligente, donc Ellie devait l'être aussi. Soudainement, le visage de la jeune Serdaigle s'éclaira en tenant un livre d'enchantements. Elle se mit à tourner les pages rapidement. Quelques secondes après, elle fronça les sourcils. Je la regardai toujours d'un air interrogateur en grelottant. Elle me jeta un coup d’œil. Mais que faisait-elle ?

-Non pas ça je risquerais de lui mettre le feu aux fesses, murmura-t-elle dans sa barbe.

Mettre le feu aux fesses ? Je me mis à réfléchir avec toute ma misérable intelligence, peut-être cherchait-elle un sortilège pour réchauffer ? Ça devait être ça. Puis, Ellie s'exclama :

-Et bah voilà Parfait !

Je pense qu'elle avait dû trouver quelque chose car à ce moment là, elle pointa sa baguette sur moi. Je la regardai avec des yeux ronds. J'espérai qu'elle savait ce qu'elle faisait.

-Ne tu en fais pas tu iras mieux après, enfin j'espère, dit-elle avec un sourire.

Puis la Serdaigle donna un coup sec avec sa baguette.

-Consectetuer Dryer !

Instantanément, je sentis que j'avais moins froid. Mes vêtements se réchauffaient, et je m'arrêtai de trembler. J'avais encore quelques frissons, mais ça allait beaucoup mieux. Je me mis à fixer la jeune fille et m'exclamai en souriant :

-Merci beaucoup, Ellie ! Ça va beaucoup mieux grâce à toi, tu dois être douée en sortilèges.

A ce moment là, j'avais envie de lui sauter dans les bras, mais j'eus peur qu'elle me trouve étrange, ce que j'étais d'ailleurs. Alors je continuai de la regarder en souriant.

-Je peux faire quoi pour te remercier ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Wells
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Ellie Wells, Mar 24 Jan - 21:31


Ellie doit avouer qu'elle avait eu un peu peur du résultat de son sortilège, la mâchoire serrée et l'oeil fermer elle découvrit cependant que les vêtements de Piper semblaient secs. Le soulagement l'envahi de toute part. Elle baissa la main satisfaite avec un petit sourire. Elle observa donc la Poufsouffle souriante elle aussi, en effet rien n'est plus agréable d'avoir des vêtements mouillés devenir tout chaud.

-Merci beaucoup, Ellie ! Ça va beaucoup mieux grâce à toi, tu dois être douée en sortilèges, s'exclama la blonde.

Ellie souri d'autant plus quand elle entendit la dernière partie de la phrase. Visiblement sa réputation de Serdaigle la précédait, en effet ses camarades de maison incarnaient le fait d'avoir une certaine maîtrise de la magie. Ellie rigola doucement si Piper voyait ce qu'elle avait fait un jour à ces chaussures elle ne dirait certainement pas. Mais la jeune fille ne contredit pas son interlocutrice, après tout un compliment de temps en temps ne pouvait pas faire de mal.

-Je peux faire quoi pour te remercier, demanda alors Piper reconnaissante.

Ellie se sentit un peu gênée, elle n'aimait pas qu'on lui pose cette question. Venir en aide à quelqu'un semblait parfaitement normal, mais la jeune fille savait aussi qu'elle aurait demandé la même chose dans la même situation. La Serdaigle prit donc quelques secondes pour réfléchir quand soudain un sourire malicieux lui étira les lèvres.

-Tout d'abord malgré le fait que tes vêtements soient chauds ton corps lui ne l'est pas. Que dirais - tu d'aller se mettre à l'abri dans un coin sympa ? demanda-t-elle. Ensuite pour me remercier je dois avouer que je n'ai jamais vu imitation de troll, s'exclama Ellie en plaisantant et rigolant.

Revenir en haut Aller en bas
Piper Wood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Piper Wood, Mar 24 Jan - 21:53


Ellie sourit dès que je lui ai dit qu'elle était douée en sortilèges. Personnellement, je ne l'étais pas vraiment, vu toute la maladresse dont j'étais capable, puis elle rigola doucement. Elle semblait un peu gênée quand je lui ai demandé ce que je pouvais faire pour la remercier. Elle prit quelques secondes pour réfléchir puis ses lèvres s'étirèrent en un sourire malicieux.

-Tout d'abord malgré le fait que tes vêtements soient chauds ton corps lui ne l'est pas. Que dirais-tu d'aller se mettre à l'abri dans un coin sympa ? Ensuite pour me remercier je dois avouer que je n'ai jamais vu imitation de troll, s'exclama Ellie en plaisantant et rigolant.

Je lui souris et rigolai. Si elle voulait vraiment une imitation de troll elle l'aurai. J'ai toujours aimé faire des imitations depuis que j'étais petite. Je lui répondis :

-Je me sens beaucoup mieux tu sais, mais si tu veux qu'on se mettent à l'abri dans un coin sympa, je suis partante ! Et puis, si tu veux vraiment une imitation de troll, je peux te la faire sans problèmes. Par contre, elle n'est pas très réussie.

Je pris une grande inspiration et je me mis à avancer lourdement en poussant des grognements idiots, parce que oui, un troll n'est pas très intelligent. Puis je fis semblant de faire tourner une massue au dessus de ma tête en marmonnant des phrases qui n'avaient absolument aucun sens comme " moi vouloir manger ", " moi aimer barbe à papa " ou " moi être plus fort ". Personnellement, je ne savais pourquoi je mentionnai de la barbe à papa, mais j'avais entendu parler que c'était une friandise moldue et j'avais eu la chance d'en goûter quand j'étais partie en vacances avec mes grands-parents. Dès que j'eus fini, j'éclatai de rire tellement mon imitation était bizarre et complètement idiote. Je rigolai toujours quand je dis à la Serdaigle :

-Alors tu as aimé ? Je ne suis pas très douée et je trouve ce que j'ai fait complètement débile. Mais bon, j'ai fait le troll du mieux que je pouvais.
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Wells
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Ellie Wells, Ven 27 Jan - 21:52


La jeune Poufsouffle souri et s'esclaffa en entendant les paroles d'Ellie. La jeune fille contente que sa petite touche d'humour fit mouche, rangea ses affaires en souriant elle aussi.

-Je me sens beaucoup mieux tu sais, mais si tu veux qu'on se mettent à l'abri dans un coin sympa, je suis partante ! Et puis, si tu veux vraiment une imitation de troll, je peux te la faire sans problème. Par contre, elle n'est pas très réussie.


Ellie leva les yeux vers Piper. Non. Elle n'allait pas vraiment le faire . La Serdaigle avait dit ça pour plaisanter, elle ne pensait pas que son interlocutrice ferait le troll pour de vrai. C'est donc avec un air ahuri qu'elle regarda la jeune blonde.
Pied écartés, genoux fléchis Piper s'avança vers elle très lentement pour donner l'impression de pas lourd. Son souffle rauque s'échappait de sa bouche intercaler par des grognements graves. Ses bras se levèrent tenants une énorme massue imaginaire, la faisant tournoyer avec une certaine inélégance. Puis soudain d'une voix profonde et caverneuse la jeune fille s'exclama :

-Moi vouloir manger ! Moi aimer barbe-à-papa ! Moi être plus fort !

Ellie stupéfiée et suspendue dans son geste, contempla avec des yeux ronds Piper. Celle - ci quand elle eut fini explosa d'un rire sonore.

-Alors tu as aimé ? Je ne suis pas très douée et je trouve ce que j'ai fait complètement débile. Mais bon, j'ai fait le troll du mieux que je pouvais. 

Pour la toute première fois de sa vie la Serdaigle eut le sifflet coupé, elle regardait toujours Piper. Soudain se rendant compte de l'absurdité de la situation. Elle se mit un rire d'abord doucement puis plus fort. Maintenant elle se tordait de rire en ayant les larmes aux yeux.

-Tu étais extra, dit-elle reprenant son souffle. 

Avec un sourire idiot, elle posa sa main sur l'épaule de Piper.

-Aller vient, je t'emmène dans un endroit sympa tu l'as bien mérité, répliqua Ellie toujours souriante, hé tu permets que je t'appelle Pip's ?



Fin du RP pour moi ici / Suite à la Tête du sanglier

Revenir en haut Aller en bas
Piper Wood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Piper Wood, Ven 27 Jan - 22:34


Ellie se me regardait avec des yeux ronds, stupéfaite. Sûrement étonnée parce que j'avais fait le troll, je crois qu'elle avait dit ça pour rire, mais je trouvais plutôt amusant d'imiter le troll. Puis elle se mit à rire doucement, puis plus fort. Elle se tordait de rire et avait les larmes aux yeux. Je rigolai avec elle. Vraiment, ce que j'avais fait était complètement absurde.

-Tu étais extra, dit-elle en reprenant son souffle.

Je lui souris et répondis :

-Merci beaucoup, je n'étais pas vraiment préparée à ça. Heureusement que je m'entraînais à faire ça quand j'étais plus petite, donc j'ai de bons restes.

La Serdaigle sourit et posa une main sur mon épaule. Je lui souris en retour.

-Aller vient, je t'emmène dans un endroit sympa tu l'as bien mérité, répliqua Ellie toujours souriante, hé tu permets que je t'appelle Pip's ?

J'étais un peu étonnée, j'arrêtais de sourire pendant un instant : on ne m'avait jamais donné un surnom. mes parents et ma famille m'ont toujours appelé Piper. Seule ma grand-mère paternelle m'appelait " Mon petit Puckwoodgenie ", sûrement à cause de mon pas très bon caractère. Puis je me remis à sourire, encore un peu étonnée : c'est peut-être ce qu'on fait quand on est amies, non ? Je lui répondis :

-Je pense que je l'ai un peu mérité, effectivement. Et bien sûr, si tu veux, même si on ne m'a jamais donné de surnom. Mais ça ne me dérange pas.


Fin du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 1 Fév - 23:16


Big Brother is watching you
avec Mangemort 91


Plic ploc. Fait le bruit des pas contre les pavés du trottoir.
Grand-rue inanimée qui se morfond dans la nuit.
Plic ploc. Font le tambour et sa semelle percussive du talon contre la vie.
Jeune homme qui se fond dans la place, gris palace.
Esclave de la lune qui le méprise, le fer chaud contre lui.
Et les idées, telles des fusées qu'on aurait tirées lors d'une festivité mondaine, viennent le fouetter par derrière.
Torture d'esprit déréglé. Bonheur illégal. Et jeunesse gâchée, prières dépravées pour un aliéné.

Plic ploc. La nature s'assombrit lorsqu'il marche.
Tout devient noir devant lui. Comme s'il était devenu cette figure malsaine.
Le jour a tout enseveli là où enfin tout beigne.
Le jour a tout enseveli là où enfin tout beigne.

Ici gît le noir et blanc d'un monde non-retranscrit.
Tenté par l'irréalité. La vie serait belle ainsi, éternellement.

Plic ploc
            ploc.
Sortant d'un pub délavé, le regard livide d'une vie tourmentée.
Somnambule qui se fraye un chemin entre les fleurs poussiéreuses du jardin des nuits.
Le parfum tantôt douceur, tant douleur. Lui inspire un sourire, puis une larme.
Un sourire. Puis une larme.

Plic ploc
       plic ploc.
Soudain, frayeur ! Le garçon amusé de ses malheurs se retourne violemment.
Il y a comme un écho parasite ici. Intrusion depuis les ronces derrière lui. Personne, personne.
Le cerveau qui se met à ralentir. Faut-il y remettre du charbon ? Y mettre un peu de raison ?
                          Il reprend sa route. Il reprend sa route parmi les feuilles mortes. Les yeux fatigués par l'obscurité. L'esprit dérangé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 91, Ven 10 Fév - 23:11


Obscure cité inanimée dont seuls leurs pas semblent faire écho aux sirènes mugissant au loin. Répercutant contre les murs la longue agonie des genoux qui n'ont pas finis de grincer sous le poids du corps miraculé. Toujours étonnés de se voir encore respirer. La nuque craquant en même temps que leurs doigts ankylosés, les bulles d'air rendus à l'atmosphère, et leurs muscles qui semblaient se détendre un à un alors qu'ils marchaient encore. Ils n'avaient pas arraché leur seconde peau, qui ne les tirait même plus tant ils avaient fini par s'y habituer. Un peu trop même. Soirée jeu avec l'un de leur comparse dont l'identité était sans importance, ils n'avaient pas su se résoudre à rentrer directement. Errant dans le village lieu paisible de tant de pré-adolescents, bien qu'ils se refusent à croire que tous les habitants de ce lieu pouvait être parfaitement vertueux.

Ils passèrent tout d'abord devant la tête de Sanglier, puis crachèrent sur la porte des Trois Balais avant de prendre la direction du parc. Les pieds marquant d'un élan rythmé l'air les environnants. C'est alors qu'ils le virent. L'ombre furtive, pressée, qu'ils ne comptaient certainement pas partir de la sorte. La nuit était encore longue. Les pas de l'autre font come un écho, et ils ne peuvent s'empêcher de chantonner.

Plic Ploc,
Pluie qui mouille.
Plic ploc,
Tes pieds gribouillent.
Plic Ploc,
Je t'écrabouille.


Horreur, Malheur, sans doute leur voix a-t-elle trop donner de sa personne, mais ils ne peuvent que se plaquer le long d'un arbre alors que   le petiot se retourne. Il est touchant dans sa démarche maladroite, mais un rayon de lune les conforte concernant son identité. L'idée de prendre en filature ne fait alors qu'augmenter. Curiosité mal placée pour une décadence mythique qu'ils ne peuvent qu'associer à cet être, une image lointaine de flots, de colline en bord de mer, et l'envie de s'assurer que leurs yeux n'ont pas rêvés.

Mais déjà l'enfant repart, l'air hagard, le teint blafard. Leur nez se rit de lui alors qu'eux oscillent entre désolation et amusement. Tendre vengeance de semaines d'hésitation. Seulement osent-ils y songer. Mais l'idée déjà prend forme, et la baguette démange. Alors ils continuent à suivre, lointainement, mais à portée. Puis quand ils estiment que le spectacle n'a pas encore assez varié, le sort jaillit. Les mains s'accrochent à un arbre dont l'ombre protectrice les maintient dissimulés en son sein.

# Racine turn vitae Serpents .  
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Sam 11 Fév - 19:08


Il y a des montagnes de fumée qui l'entourent là où chaque heure saigne.
Des montagnes d'océans blanchâtres, contrastes avec le gris qui l'entoure là où tout saigne.
Le silence est rouge violent. Entremêlé des grincements du vent et des craquements de ses feuilles habilement défendues.
Et un instant, plus rien ne bouge. L'heure. L'heure saigne.

— Les veines coupées, le sang a giclé ici.
Le banc des tâches sombres.
Pigeons réunis en une marche funèbre menant au tombeau blanc
plein de camélias.  
L'heure. L'heure saigne.
La rose pleure des tâches sombres.
Aiguilles maltraitées sur le rouage à vices nu.
Elles y laissent le lait se répandre au fond d'une baignoire
plein de camélias.

Une vallée de cheminées s'élève dans le ciel en un tourbillon presqu'écarlate.
Les briques chauffées à blanc fond des signes de détresse. Mais trop tard, le feu se répand dans les airs vers une tribu indigène aux rites sacrés. Le vent les berce. Le vent les berce.
Et lui, lui, peut-il être bercé ? Rien qu'une journée.
Non, il ne peut pas. Erreur d'avoir été heureux.
Avoir été heureux, rien qu'un jour.

Les gens le mépriseraient. Et les arbres
les arbres se tords déjà, sarcasmes loués dans la nuit.
Leurs branches s'acharnent contre son sort et leurs racines dansent avec la Mort.
— Frissons malsains qui vint le parcourir jusqu'aux pieds-pantins.
Des vagues de serpents viennent l'assaillir de toute part. Il s'enfonce.
Il s'enfonce. L'heure saigne à pile. Pointe sur Paranoïa.

Incendio ! flamme de la vie
qui lui permet de sauver la sienne
contre-pompier
anti-héros
mort le jour
qui revit la nuit
laissant des traces derrière lui
des tâches brunâtres
une volée d'oiseaux prennent la fuite
face à ce spectacle
cimetière de feuilles
mortes chimères.
                           

                                 impression de                                                  néant déjà vu
                               jouer une scène                                               acte chanté par  
                              le fantôme de son                                            tableau / portrait
                               oeuvre nocturne                                               vu de près par
                                 théâtre rouge                                                    big brother

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 91, Mar 28 Fév - 3:25


Plic ploc, le sort se lance, l'âme se dépense. Plic ploc, les étincelles s'envolent ad hominem. Racine s'endort, ici se tord, s'anime, en une danse lascive qu'eux même ne saisissent pas très bien de leur perchoir ombragé, semblant d'identité protégé. Suivre pour jouer, comme le chat chasse l'ombre mouvante du chêne mourant. Endormi par les vents. Envie de chasser qui s'immisce, mais ne toucher cette proie là qu'ad kalendas graecas. Sous peine de voir le clairon s’époumoner dans l'air nocturne, et le corps se pâmer de bêtise.

Leur œil se jette à la recherche de reste. Ecce homo, vainqueur de la nature, des sinueux moucherons qu'il a su écraser d'un mouvement de baguette. Pointe d'admiration qui goutte au bout de nez. Fascination des esseulés pour la lumière crée, dansante comme si de rien était, comme si la vengeance de ce soir pouvait encore se permettre d'être réchauffée. Leur main balaye. Foutaise. Et concentration accrue alors que les pas semblent reprendre. Sans certitude aucune. Nouvelle idée pour faire grimper la peur. Ils disparaissent dans un CRAC sonore qui n'aura certainement pas manqué d'attirer l'attention du demi-homme. Se matérialisé derrière un arbre proche. Jouer sur les sons, encore toujours. Un #confringo sur un arbuste environnant.. Et pièce maîtresse du tableau, hors d'oeuvre de qualité presque étoilée et once de fierté. #Obscuro sur le second pantin.

Ce soir ils ne se montreraient pas.
Non.
Ce soir ils joueraient à l'invisible. L'insaisissable.
Incompréhension grandissante.
De l'homme qui rit.  
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Mar 28 Fév - 13:05


Ce noir théâtre
abîme ses feuilles en linceul
mortes — les ois-os au macabre
squelette jonchent le sol fatigué
parce que la scène défoncé
craque et craque sous le
vent apporté — main
main d'un artiste à
cauchemars dans la nuit
dans la nuit
noir.

Lïnwe se sentait comme soufflé par la ville morte. Le parc ténébreux ne faisait qu'admirer ses passions endormies. Et ce rêve, ce rêve éveillé le perturbait. Comme un oreiller qu'on aurait voulu lui poser devant sa bouche, devant son nez. Il avançait, peu sereinement, parmi les détritus et la brise du soir. Poitrine gonflante. Une tragi-comédie en trois actes qui finit mal. L'impression que les serpents lui ont donné. L'impression que cet arbre vient d'exploser. L'impression d'un craquement sonore. Vif. Répété. Comme les trois coups de théâtre.

Poitrine gonflante
sous le coup d'un
stresse-danger
imminent
se retourne un
instant
rien
            rien
                           rien
       rien
toujours
rien.

Que le vent insensé qui progresse derrière sa tête. Suit son ombre comme la Mort pressée. Précipitée au bord de la Saint-Glinglin. Ce malade imaginaire qui tombe dans sa propre fièvre. Qui tombe et tombe de cette falaise en hyperthermie. Mal-être inexprimé depuis cet acci-dent-é. Le démon, le génie rouge, a besoin de sortir. C'est lui, c'est lui qui le suit comme un ange égaré. Il le suit partout, il le suit partout. Les arbres-ensorceleurs l'agressent de leurs fourches édentées. Violeuses de pensée, voleuse d'identité réelle.

Il y voit encore les fumées
au loin qui s'excitent et
vienne filtrer le passé
comme un voile posé devant
ses yeux iris cafés
il ne voit plus
il ne voit plus que l'ombre
de lui-même
le passé qui revient
cet événement en particulier
et le noir
le noir complet
comme si tout était
s'éteint
les lumières
la lune enfin
les étoiles
les yeux.

PANIQUE.
PANIQUE.
RÉALITÉ QUI L'ATTAQUE QUI L'AVALE
                                         — TOUT ENTIER.

Il tente un sort qui lui chatouille le nez. Rien n'y fait.
Il tente. Tente de crier. Avale de travers et se met à tousser.
Il vient de tomber. De tomber dans la roue de l'éternité.
L'horloge pointe son aiguille penchée.
Elle pointe sur Psychose aiguë relevée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 91, Ven 3 Mar - 6:43


Ils voudraient ne plus avoir à se méfier des orages, des retombées, ils voudraient, oublier, apprendre à danser. Retrouver le goût des étincelles, comme celle là-bas, qui peuvent encore les protéger. Les réchauffer, car même derrière leur masques, l'air frais continue de frotter. d'agresser. Les yeux de leur ombre continuent d'observer, les neurones de s'effiler pour trouver des idées. Car l'enfant roi est tombé dans le piège des mains serrées. Dans le nuit, sortant de l'ombre. Le chat ce soir a envie de jouer.    Et il n'a pas trouver meilleure pelote à embêter. Pour effrayer, pour le voir détaler, arrêter de se promener dans le fond de la nuit.


Aveuglement provisoire, et sortie de l'ombre, approche à ses côtés, mains sur l'épaule, qui la compresse un instant avant murmurer.
Comme pour eux même.
Quand le maître n'est pas là, le chat danse.
Ou quelque chose comme ça.
Puis nouveau crac.

Ils réapparurent de l'autre côté d'un buisson. Titillant leur mains glacées, puis finissant par lâcher ce #finite incantatem mal placé. Voulant que l'enfant retrouve sa vue. Nouveau jeu maintenant, course contre la montre, combien de temps tenir. Sans air, sans rien pour se sauver d'autre que sa créativité, sans laisser à l'enfant le temps de disparaître.

#AngoNubes.

Compter les secondes, pour ne pas l'abandonner non plus, ne pas l'oublier, parce que l'enfant les touche un peu plus profond. Parce qu'ils ne veulent pas l'oublier. #Eolo Procella.
Tout dissipé, voir si il tient toujours, et le laisser espérer qu'il n'y a plus rien en restant dans l'ombre.
Pour mieux recommencer.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 6 Mar - 0:07


Le cadran mécanique tournoie tournoie
tournoie dans les airs empiriques
le long du firmament qui ne tient
qu'à un fil de ce passé trop illusoire
les montres fument et les heures
s'explosent dans ce cadran mécanique
des vies qui défilent
et l'aiguille y plante son
canif assassin de minuit
avant l'heure
elle appuie
là où ça fait
mal
il est Démence
pile.

Là où la vision naît meurt les enfants, premiers nés. Lïnwe venait de capturer la vue. Il la reprenait comme si elle s'était perdue en chemin. Comme si on lui avait volée. Quelqu'un dans l'ombre s'amuse à lui prendre ses yeux. Son ombre son esprit démoniaque qui se décuple sous le banc. Derrière le tronc. Ou ce buisson. Il prend peur. Suffoque d'horreur.

Les ténèbres le prend comme un orphelin qui a perdu sa sœur. Son cœur.
Elle n'est pourtant pas morte lui dirait une voix.

Non, elle ne l'est pas.
Mais c'est encore pire
que de la voir ainsi
en vie.

Pourquoi, pourquoi était-ce lui qui était parti et non elle, ce soir là ?
Pourquoi la lune s'est remplie de noirs cauchemars ?
Elle est là. Elle le voit souffrir. Et elle
ne fait rien.

Quelle p*te.

Il la hait.
Il voudrait la tuer
mais c'est elle
qui jouit de
ce privilège
meurtre instant-
ané sur rétroprojecteur
tardif
allumé.

Le voilà qu'il s'étouffe.
Qu'il meurt. De cette angoisse
abandon. Et puis, le vent la dissipe.
Comme une nouvelle fraîcheur
au petit matin.

Mais le soleil n'est pas le bienvenu.
Il reste encore Obsession indigeste
- Vision spectrale
- Vésanie
et quelqu'autres folies.




Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Lun 5 Juin - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Mangemort 91, Mar 25 Avr - 13:10


Paternité qui se veut étouffante, pour un instant, pour un instant seulement. Les ravisseurs ont survécu, à la glissade mortelle, et à la soupe froide. Ils regardent leur proie d'un soir lutter contre l'amer, la disparition de l'air vital,
qui ne semble pas tant déranger. La non-envie de lutter qui sait toucher leurs âme, et la fumée d'ordinaire protectrice mais qui se veut aujourd'hui assassine se dissipe d'un coup de maître. Le poignet souple que le tic-tac invisible de la montre assouplie dérange encore un peu. Gêne le mouvement insensible. Bride sentimentale qui emporte comme la foule dans l'air du soir.

Éclairé par la lune à coup de lumière mortelle, ils s'écartent du buisson, ils se montre, au milieu de l'allée, au milieu du chemin, comme une ombre silencieuse. Comme un corbeau au temps maudit de Paris, piochant les cadavres au coin des rues. Ce soir, eux, joueront au vautour, tourmentant les âmes déjà à l'agonie. Tournoyant près des corps à rendre, à entraîner. Pour offrir une voie plus sombre aux âmes déjà tourmentées de toutes parts. Pour entraîner à se suite. Ce soir ils se montrent et désarment. D'un #Expelliarmus voulu adroit. Ils collent ensuite au sol les pieds de l'imbécile qui s'offre à la nuit. Une chance qu'il soit tombés sur eux, ils n'ont pas de colère. Ni soif de violence ce soir. Ils veulent juste inquiéter, une ombre immobile, à la silhouette non reconnaissable, face à l'autre immobile.
Puis ils laissèrent échapper
Un rire de scie.
Pour effrayer la ville.

They can't control their fingers
They can't control their bones.
Are you going insane ?
Dear boy.
Poor boy.


Et dans l'air du soir, et dans la nuit noire, ils espérèrent qu'il ne se promènerait plus.

-voix distincte- #Terrorim 
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 1 Mai - 14:11


Tourmente
tic tac
Obsession indigeste
tic tac

tic-


Le cadran qui se bloque entre ces deux heures.peurs
qu'en est-il de la lune ? C'est un vidéoprojecteur
qui met en avant cet acteur horreur
et l'ombre derrière immobile
silencieuse et tueuse.

Psycho psycho psychotrope
Le vent se dilate sous ses mains
en sang d'une illusion d'antan

Psycho psycho psychotrope
des gestes et une vision
qui se répètent dans un
nouveau cauchemar
mais toujours le même
au revoir.

« N-non... lâchez-moi ! »
geste ignorant sur le côté
baguette qui s'écroule
il ne peut plus la tenir
et la silhouette du mal
devant lui
mais ce n'est pas elle
car elle se promène
comme un chat
et les yeux
du diable.

Il prie. Il prie de l'aider.
Mais il semble aussi statique
qu'un arbre et une vision noire.

Alors il se prend la tête dans les mains. Qu'il l'aimerait voir ouvrir. Oh oui. L'ouvrir en deux comme une noix de coco et sa machette. Il aimerait se prendre la tête contre le bois dur du banc juste à côté. Il la caresse. Un instant. Comme un massage remède sédatif. Avant de s'enfoncer le crâne contre les lames du banc solitaire. Il n'avait rien demandé. Non il n'avait rien demandé. Qu'un humain se saigne sur sa cuisse. Immonde humanité. Prise de panique par la corruption et le miroitement des étoiles mirages formant un amas de vision brisée.

Aliéné.
Cet esprit aliéné.

Qui cri au désespoir
seul car il est seul
non ? — dans le
parc de Pré-au-Lard.


|Fin du RP|


Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Lun 5 Juin - 23:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Le parc de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 42 sur 46

 Le parc de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1 ... 22 ... 41, 42, 43, 44, 45, 46  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.